RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.



Le deal à ne pas rater :
ASOS : jusqu’à -70% sur les robes, tops et plus encore !
Voir le deal

Partagez
 

 Tête à tête [Selina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
Anonymous


Tête à tête [Selina] Empty
MessageSujet: Tête à tête [Selina]   Tête à tête [Selina] EmptyMer 4 Juil - 19:28

J’ouvris la portière de la limousine, sortis dans la rue, et retins la porte pour permettre à Anne Wending de sortir à son tour. La jeune femme s’exécuta, et je la contemplai un instant, un léger sourire sur les lèvres. Elle portait une robe noire moulante, et avait pour tout bijou un collier de perles de nacre. Cela faisait un mois et demi que Anne travaillait pour moi, mois au cours duquel je ne m’étais pas privé d’abuser de ma position pour parvenir à la séduire. Elle avait quelque peu résisté au début, oui, c’était bien normale. J’avais cru un moment que je l’avais mal jugé, qu’elle n’était pas aussi arriviste que je le pensais. Mais ses yeux avaient brillé quand je lui avais offert ce collier de perles qui ornait son cou et rehaussait sa beauté. C’était le signe qu’elle aimait mon cadeau. Elle était quelque peu embarrassé, mais n’avais pas tardé à comprendre le message que je lui avais fait passé : j’étais prêt à lui donner des avantages si elle cédait à mes avances. Aujourd’hui, elle portait mon présent comme la preuve de notre engagement. J’avais fini par mettre à bat ses défenses.

Je l’avais invité ce soir à dîner, dans un restaurant très chic de Gotham. Le Gratte-ciel était un restaurant situé au dernier étage d’une tour au cœur de Midtown. Ce lieu réunissait tout le gratin de la ville, et l’on y servait les meilleurs homards de la côte Est, paraissait. J’étais habitué au luxe des palaces et des restaurants de Metropolis ou bien de Star City, et ce n’était pas ce lieu huppé qui m’impressionnerait. Mais je comptais bien tester le homard, en essayant de mettre ma secrétaire dans mon lit. Ça ne devrait pas être difficile, songeai-je en la reluquant, alors que nous pénétrions dans le hall de l’immeuble. Nous nous dirigeâmes vers l’accueil, où une hôtesse nous indiqua où se trouvait les ascenseurs qui menaient jusqu’en haut de la tour. Nous pénétrâmes dans l’un d’eux, puis j’appuyai sur le bouton du dernier étage. La machine s’ébranla.

« Pas trop stressée, Anne ? »

La jeune femme ne devait pas avoir l’habitude de ce genre de soirées. Ou je me trompais, ou elle semblait presque anxieuse… Pourtant, elle était ravissante. On me la jalouserait, c’était certain, quand je passerai devant les tables des autres convives. Les hommes saliveraient secrètement sans plus prêter attention à leurs propres compagnes. C’était pour ça que j’avais décidé d’emmener Anne dans cet endroit. Pour lui en mettre plein la vue, et pour en mettre plein la vue aux autres. Je jouissais d’une très bonne côte de popularité depuis que j’avais rouvert Axis chemicals et ses usines. Les notables de la ville avaient été impressionné par ma réussite et mon sens de l’entreprenariat. Ils avaient même étaient bluffés dès le départ qu’un magnat comme moi s’intéresse à leur trou à rat. Sauf Bruce Wayne, évidemment. Lui, il était meilleur que es autres, plus lucide, plus malin… Mon œil. C’était un petit con. Je le boufferai quand viendrait l’heure. Cette ville, si tout allait bien, serait à moi d’ici quelques temps.

Peu importait les moyens que j’utilisais, Axis chemicals générait déjà du profit. Pour se faire, j’avais lésiné sur la sécurité du personnel qui manipulait les produits toxiques, mais quelle importance ? Au moins crèveraient-ils en pouvant nourrir leur familles de manière honnête. N’était-ce pas le plus important ? J’avais choisis des rebus de la société, les chômeurs des bas quartiers de cette ville, car, je le savais, même s’ils développaient des maladies, ils ne s’en plaindraient pas. Pour la plupart, il s’agissait d’anciens délinquants. Je leur offrais l’espoir d’une vie meilleure, j’étais leur sauveur, le seul qui leur faisais confiance. S’amuseraient-ils à porter plainte contre moi ? Non. Bien sûr que non. Bon… il y avait eu cette histoire avec Warren McGinnis, c’est vrai. Un ouvrier qui avait souffert de violents symptômes, dus à l’exposition aux produits chimiques qu’il manipulait pendant son travail. Selon le médecin, ce type de symptômes n’apparaissaient chez les travailleurs que durant une longue période d’exposition, sous la forme de cancers. Mais chez McGinnis, la maladie avait immédiatement attaqué son système nerveux. Il s’en était sorti et on l’avait licencié, évidemment, en le menaçant de représailles s’il ne se taisait pas sur ce qu’il avait vécu. Mais ce salopard avait la tête dure. Il avait tenté, il y a quelques semaines, de saboter l’une de mes usines. J’avais dû employer les grands moyens. Je ne connaissais pas les circonstances de son élimination, mais le fait est qu’il avait disparu de la surface. Et ça, c’était un soulagement. L’épine dans mon pied avait été retirée.

Nous arrivâmes au dernier étage et les portes automatiques s’ouvrirent. L’endroit était somptueux. Occupant tout l’étage, il offrait une vue sur tout Gotham depuis l’immense baie vitrée qui cerclait la pièce circulaire. Des tables étaient éparpillées un peu partout, et des gens connus s’y trouvaient. Je reconnus une starlette du petit écran, quelques figures du barreau gothamite, un conseiller du maire, également. Pas de traces de Bruce Wayne, fort heureusement. Un serveur nous installa à une table qui se trouvait juste à côté de la baie vitrée, nous permettant d’admirer la vue imprenable sur le ciel de Gotham ainsi que sur le reste de la ville. C’était un spectacle magnifique.

Nous passions notre commande. Je commandais une entrée composée de Saint-Jacques et d’un assortiment de crustacés, le tout agrémenté d’une sauce onctueuse aux épices. En attendant que nos plats arrivent, je fis la conversation.

« Vous avez grandi à Gotham, Anne ? C’est vraiment une ville fascinante. Tout ici semble irréel. Metropolis a Superman, bien sûr, mais il est moins mystérieux que votre Batman. A Gotham, j’ai l’impression que tout a un sens caché, que tout le monde porte un masque. C’est une drôle de sensation. »

« A propos, votre collier vous va à ravir. »

Je gratifiais Anne d’un sourire de tombeur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
Anonymous


Tête à tête [Selina] Empty
MessageSujet: Re: Tête à tête [Selina]   Tête à tête [Selina] EmptySam 7 Juil - 0:51

Un homme se travaille avec patience. Sûrement Zeus devait-il se dire la même à mon sujet. Après m’avoir fait comprendre que je lui plaisais - et par la même occasion, que je lui devais tout – le ravissant collier de nacre qu’il m’offrit eut vite fait de précipiter les choses. Quoique, un mois et demi à jouer le jeu, il était temps à mon goût que je me mette quelque chose sous la dent. En tout cas, Zeus a bien compris que les bijoux sont les meilleurs amis de la femme – dans mon cas du moins. Bien sûr, je lui ai offert une moue dubitative – me montrant gênée par la situation.
Ça n’est pas tous les jours que votre patron vous offre un collier hors de prix. Des broutilles pour le porte monnaie de Zeus, mais une attention particulière pour la jeune secrétaire effarouchée que je suis.

Je l’imagine d’ores et déjà en train de jubiler de l’ascendant qu’il a sur moi. Sûrement est-il en train de se dire que je vais fondre dans ses bras comme neige au soleil alors qu’en acceptant son cadeau, je me suis mise en position de lui devoir quelque chose. J’ai tout autre chose à l’esprit, mais je n’oublierai pas de flatter son égo et de me montrer câline. La seule chose que j’espère, c’est qu’il ne refusera aucun de mes verres ce soir.

L’invitation au restaurant me laisse à présager une bonne situation pour en savoir un peu plus – et qu’il me ramène chez lui et j’aurai même le loisir de fouiller tranquillement son domicile. Du moins, si tout se passe comme je l’ai prévu.

Evidemment, je me suis mise sur mon 31. Une robe noire qui suit parfaitement les courbes de mon corps pour les rehausser, des talons pour m’offrir une allure distinguée – sans oublier le fameux collier de nacre que j’arbore fièrement et le petit bracelet discret qui devra faire son office au moment venu. Ma fausse chevelure est nouée au dessus de ma tête, libérant quelques mèches ondulées qui viennent caresser ma nuque.

Avant de quitter l’appartement, je révise ma ligne de conduite. Sage petite Anne – ambitieuse mais secrète. Un peu mal à l’aise en vue de la situation, mais se laissant tenter par l’idée de se plier aux désirs de son cher patron. L’homme m’accueille dans une limousine luxueuse aux sièges en cuir et j’y prends place avec un plaisir non dissimulé. Le trajet est ponctué de petits sourires et de regards discrets, le tout sur un ton chaleureux.

Nous arrivons rapidement au restaurant, l’un qu’il m’a été rarement donné de fréquenter. Même si je suis plutôt à l’aise dans les soirées mondaines vu mon statut, ce soir, je me dois de jouer le rôle de la femme impressionnée. C’est un très bon restaurant, sûrement même l’un des meilleurs – on dirait que Zeus me sort le grand jeu.
Nous rentrons dans l’ascenseur et je me glisse contre la barre d’appui, surveillant mon patron d’un regard intense. Quand il me demande si je ne suis pas trop stressée, un sourire vient illuminer mon visage.

« C’est certes intimidant, mais je suis ravie d’être là en votre compagnie monsieur Zeus. » – Que je lui glisse avec malice.

Lorsque la porte de l’ascenseur s’ouvre sur une immense salle à l’ambiance tamisée et aux fauteuils de velours, j’hausse les sourcils d’un air impressionné. Je suis mon comparse jusqu’à la table qui nous est réservée et je plonge mon regard dans la vue nocturne que nous offre la baie vitrée. Il faut croire que Zeus veut m’en mettre plein la vue. Je m’installe donc, promenant mon regard autour de moi avant de me concentrer sur la carte qui propose plus d’un plat savoureux. Nous passons notre commande et je me laisse tenter par le homard, qui fait la célébrité de ce restaurant.

Quand le serveur prend congé, Zeus me demande si j’ai grandi à Gotham. C’est avec un certain amusement que je constate que celui-là a mis les mots exacts sur l’atmosphère gothamite. S’il savait à quel point il disait vrai. Il enchaine par un petit compliment à l’égard du collier et je le gratifie d’un sourire. Superman… Quoiqu’on en dise, à Gotham, ce justicier soulève bon nombre de questions. Dommage que je n’ai pas eu l’occasion de le rencontrer lors de mon séjour à Métropolis.

« Il me va à ravir car vous avez très bon goût. Ce collier est magnifique, vraiment. » – Je me penche légèrement, plongeant mes yeux dans les siens. « Gotham City est sombre et mystérieuse. Mais je l’aime vraiment cette ville – je m’y sens comme un poisson dans l’eau. Que pensez-vous de Batman ? Et des justiciers qui se battent pour faire régner l’ordre dans cette ville ? Leur place dans la société et très complexe – surtout depuis que monsieur Shreck les a relégué au rang de criminels. Ils font néanmoins partie de la ville, comme tous les criminels les plus populaires. »

J’observe son visage, avant de me recaler dans le fond de mon siège.

« D’ailleurs, avez-vous eu l’occasion de rencontrer monsieur Shreck ? Je dois vous avouer que de sinistres histoires accompagnent nos maires depuis quelques années – mais je pense que l’actuel changera la donne. » – Shreck est un manipulateur redoutable. Très intelligent et prometteur dans le monde des requins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
Anonymous


Tête à tête [Selina] Empty
MessageSujet: Re: Tête à tête [Selina]   Tête à tête [Selina] EmptyLun 9 Juil - 19:35

J’écoutai ma belle assistante me complimentait sur le choix du collier que je lui avais offert. Evidemment que j’avais bon goût ! J’avais habillé de mes désirs bien des femmes. L’expérience me donnait du nez en matière de cadeaux : bijoux en tout genre, parures, robes de soirées en cachemire, châle de soie hors de prix, … tout mes présents n’étaient qu’élégance et volupté. Je ne cachai pas ma satisfaction de la voir juger mon collier à sa juste valeur et souris triomphalement. J’avais marqué un bon point en le lui offrant. C’était old school mais que voulez-vous, je suis un vieux chnock. C’était ce que devait penser Bruce Wayne, mon concurrent milliardaire. Le coq ne tarderait pas à faire des siennes et viendrait bientôt caqueter dans ma basse-cour, j’en étais persuadé. Il faudrait l’éliminer de la partie et lui clouer le bec une bonne fois pour toute.

Anne plongea son regard dans le mien. Je la trouvais de plus en plus séduisante. Une lueur mystérieuse brisait toujours dans ses yeux, et cela me perturbait beaucoup. Il y avait quelque chose de si secret en elle. Je me demandai quelles blessures elle cachait, si elle en avait même confiance. Encore une fois, je fus désarçonné par ce mystère qu’elle avait en elle. J’avais cru la cerner après l’avoir confronté il y avait quelques semaines au sujet de Luthor, mais peut-être que je n’avais pas touché si juste que ça. Anne Wending était un mystère. Je ne savais toujours pas ce qu’elle cachait, mais je trouvai ça fascinant. Pour une fois qu’une femme retenait ainsi mon attention. Il en fallait beaucoup pour que je m’intéresse ainsi à elle.

Elle me demanda ensuite ce que je pensais de Batman et des justiciers en général.

« Eh bien… La version officielle voudrait que ce soient des hors-la-loi, Batman bille en tête. Après tout, notre maire monsieur Schreck ne les a-t-il pas relégué au rang de criminels, au même titre que ceux qu’ils traquent ? J’aurais tendance à me ranger à son avis. Les justiciers sont des dangers potentiels pour la sécurité des Gothamites. Sans compter le VRAI danger qu’ils pèsent sur le bon fonctionnement de la société. La concurrence qu’ils font aux forces de l’ordre est invraisemblable. Et puis n’oublions pas que le Batman a du sang sur les mains. J’ai vu la vidéo sur Youtube, comme tout le monde : ce soi-disant vengeur masqué a assassiné Quincy Sharp de sans froid. Bon… certes, l’ancien maire était un incapable. Mais quand même… Non, décidemment, les justiciers sont un facteur d’instabilité trop important pour la ville. Schreck a raison de prendre les choses en main de cette façon… »

Je hochai la tête pour me convaincre moi-même de mon discours. Je me contrefoutais de l’ordre établi, de Schreck et de ses cowboys, et de ceux qu’il pourchassait. Ce qui m’intéressait, moi, c’était de développer mon business. Et une ville débarrassée de vigilantes à même de venir fourrer leur nez dans mes affaires était une bonne chose.

La seconde question d’Anne me fit sourire. Ce fameux Schreck dont tout le monde parlait. Un magnat de l’armement et des hautes technologies qui s’était hissé au poste de maire d’une ville comme Gotham, ça n’était pas banal. Il était le modèle même de la réussite professionnelle, passant de la sphère économique qui, disons-le, régissez plus ou moins le monde, à la sphère politique, rendant son pouvoir réel légitime. C’était cela qui me manquait : de la légitimité. Si moi aussi je me trouvais au sommet de la pyramide comme lui s’y trouvait, je pourrais gérer mes activités, aussi opaques soient-elles, en tout sécurité, à l’abri de tout les regards. Si jamais notre cher maire se trouvait dans une mauvaise passe - Gotham semblait assez impitoyable pour ses maires -, il faudrait voir à tirer mon épingle du jeu. J’avais très envie, moi aussi, qu’on m’adule.

« Notre maire semble avoir pris les choses en main en déclarant la fermeture d’Arkham city et la mise au placard des justiciers. Comme je vous l’ai dit : la baisse du crime favorise l’activité économique, ce serait donc un bon point pour moi s’il parvenait à mener correctement sa politique. Mais… Gotham est une ville dangereuse et mystérieuse, vous l’avez dit. J’espère sincèrement qu’il réussira ce qu’il a entreprit. Si Batman lui en laisse le temps, bien sûr. Les Gothamites semblent parfois prouver plus de respect pour cette chauve-souris que pour notre cher maire… »

Un discours tout à fait convenu, celui d’un notable. Mais du moment que Wending y croyait. Je ne voulais pas lui donner l’impression que je boufferai Schreck au moindre faux pas pour reprendre ses idées à mon compte et devenir maire à sa place. Après tout, nous n’étions pas encore assez intime pour je lui dévoile ce genre de projets… Enfin, il y avait peu de chance que je lui parle de ça. Elle n’était qu’une bonne femme, après tout.

« Hélas, je n’ai pas encore eu l’occasion de le rencontrer. J’aimerai beaucoup. Mais son agenda semble bien chargé. »

Oui. Un tête à tête avec Schreck ne me déplairait pas. Histoire de voir ce qu’il avait dans le pantalon.

Le serveur apporta mon plat et déposait un pichet de cognac à notre table. Il entreprit de me servir un verre mais, maladroit, renversa un peu de liquide sur la table. Je le congédiai d’un geste rageur et me servit moi-même.

« Imbécile… » maugréai-je en avalant mon alcool.

Puis, voyant quel mufle je faisais, je m’empressai de servir un verre à Anne. Si elle avait prévu de me faire boire, j’étais dans la même optique en ce qui la concernait. Je la voulais, et ce soir.

[je te laisse l'initiative de l'action ou de nouvelles questions Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
Anonymous


Tête à tête [Selina] Empty
MessageSujet: Re: Tête à tête [Selina]   Tête à tête [Selina] EmptyMar 10 Juil - 15:12

Même si je connaissais le narcissique Zeus comme la moitié des gens le percevaient, j’en savais très peu dans le fond sur son avis au sujet de Gotham et de ses justiciers. On avait pas vraiment eu l’occasion d’aborder le sujet – tout ce qui ne touchait pas directement à Axis Chemicals et à sa petite personne n’était généralement pas son sujet de discussion favori.

Je me lance donc dans le jeu d’en apprendre un peu plus à son sujet, agrémentant notre discussion de vin et d’humour. Les hommes d’affaires n’aiment généralement pas trop les justiciers pour la bonne raison qu’ils nagent souvent dans des affaires douteuses, et je pense que Maximilian Zeus n’échappe pas à la règle. Il m’affirme alors que si Shreck les considère comme des criminels, alors c’est pour une bonne raison et qu’il pense lui aussi qu’ils sont un danger pour la société.
Je l’écoute, attentive, réfrénant le sourire qui ne demande qu’à esquisser mes lèvres. Bien sûr, Zeus est comme tous les Gothamites, convaincu que Batman est bel et bien coupable de la mort de Sharp, sans pour autant remettre en question la santé mentale du fou.
Quincy Sharp aurait très bien pu se jeter lui-même de ce gratte ciel, juste pour détruire au mieux son ennemi. Démolir sa réputation – faire de Batman la bête noire de notre société.

Lorsqu’on en vient à parler de Shreck, je ne remarque aucun tic agacé dans le comportement de mon interlocuteur. Pourtant j’aurai cru – sachant que les requins se bouffent entre eux, je suis certaine que Zeus rêve d’écraser Shreck autant que Bruce Wayne. Quand il précise que les Gothamites semblent préférer croire en le Chevalier Noir plutôt que dans leur nouveau maire, mon sourire se fait plus franc.

« Comme vous le dites, nous avons eu un passé relativement chaotique avec les autorités et les maires de Gotham City et c’est dans Batman que les derniers espoirs étaient placés. Il a toujours su faire revenir l’ordre, jusqu’à maintenant. » – Je me redresse légèrement, soutenant le regard de mon interlocuteur. Je me doute que Zeus n’appréciera sûrement pas que je me montre affectée par Batman. Sûrement se dira-t-il que j’en suis secrètement amoureuse ? Ca m’arrange. Faire naître la jalousie chez mon interlocuteur ne servira que mieux mes intérêts. Un homme qui veut se faire mousser baisse généralement ses défenses. « Mais espérons que nous n’ayons plus besoin de lui maintenant. »

Un jeune serveur interrompt notre discussion, désirant remplir notre verre, mais le pauvre semble intimidé et en renverse la moitié à côté. Je l’observe d’un regard amusé avant que Zeus ne le chasse avec virulence, se servant lui-même un verre pour le boire d’une seule traite. J’épargne la moindre remarque, attendant qu’il réagisse de lui-même pour me servir. Je lève mon verre et je le fais tinter contre le sien.

« Aux affaires. » – Que je murmure d’une voix suave.

Je bois mon verre et nous ressers aussitôt. Le repas file bon train. On nous apporte nos plats que nous dégustons tout en parlant de choses et d’autres. Je n’en manque pas une pour le resservir et je me rends compte que lui aussi ne se fait pas prier pour me faire boire. Moi qui pensais qu’il m’aurait prêté peu d’attention si je l’amenais à parler de lui, il faut croire que je me suis plantée.

Au dessert, je joue déjà à la fille qui est un tantinet pompette. Je fais mine de boire ma coupe de champagne, riant lorsque Zeus se laisse aller à un trait d’humour. Bien entendu, il n’est pas question que je boive un peu plus sinon je serai incapable de trouver ce que je suis venue chercher une fois chez lui.

« Que pensez-vous de continuer la soirée monsieur ? Puis-je vous appeler Maximilian ? » – J’hausse les sourcils d’un air malicieux, ma jambe rencontrant la sienne dans un geste discret et léger.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
Anonymous


Tête à tête [Selina] Empty
MessageSujet: Re: Tête à tête [Selina]   Tête à tête [Selina] EmptyDim 15 Juil - 19:35

Wending sembla tressaillir légèrement quand je parlai du justicier masqué, le Batman. C’était presque imperceptible mais je le remarquai quand même. Et puis elle me livra un sourire franc, ce qui changeait de notre conversation précédente à propos de Max Schreck. Le maire de Gotham ne prêtait pas à la sincérité de mes interlocuteurs. Schreck semblait mouiller dans des combines douteuses, mais qui ne trempaient pas dans des magouilles dans ce bas-monde et surtout, dans cette ville ? Gotham semblait attirer les requins de tout poil : l’odeur du sang, sans doute. moi-même, j’en étais un, de requin. Prêt à dévorer mes congénères bien sûr. Mais ça viendrait en temps et en heure. Anne semblait avoir beaucoup de sympathie pour Batman. Elle n’était pas la seule Gothamite à avoir un faible pour lui. Pour beaucoup, il représentait la sécurité, un redresseur de torts dans une ville cernée par le péché. On se s’aurait cru dans un patelin du Texas profond. Pour qui prenaient-ils ce malade déguisé en chauve-souris ? Leur sauveur ? Vraiment, je n’arrivai pas bien à comprendre Gotham parfois. Heureusement Anne évoqua le fait qu’il serait mieux pour Gotham que Batman ne soit plus là. Elle espérait sans doute que je redresse la situation de la ville. Jallais m’y atteler.

J’avalais d’une traite mon verre de cognac. Anne avait eut la bonne idée de me resservir. Brave gosse. Nous trinquâmes aux affaires. Elle trempa ses lèvres dans son propre verre, mais je remarquai qu’elle n’en but que quelques gouttes. Je lui fis signe de ne pas se gêner pour boire. Nous avions quelque chose à célébrer, et si ça n’était pas le cas, nous créerons une occasion spéciale… Le repas s’enchaîna ensuite, et durant le repas, j’attardais de plus en plus mon regard sur le décolleté de ma partenaire, n’hésitant pas à jouer franc jeu en montrant mon désir pour elle. Elle semblait se montrer réceptive et n’arrêta pas de sourire tout le long du repas. Je n’avais qu’une envie, que ce dernier s’achève pour que je puisse enfin profiter de la jeune femme à ma guise. Comme je le souhaitais, je remarquais que Anne buvait et buvait encore et encore, soutenant mon rythme de croisière. Déjà, là voilà rougissant à cause de l’alcool, qui n’était pas de la petite piquette. Au dessert, elle était même un peu pompette. Moi-même, je sentais un certain étourdissement m’envahir. C’était une sensation agréable qui se couplait à mon désir. Il était temps.

Je repensais au toast que nous avions porté au début du repas.

« Il semblerait que les affaires nous aient quelque peu étourdis. »

Anne ria de bon cœur. Elle était à point. Enfin, elle finit par dire les mots magiques :

« Que pensez-vous de continuer la soirée monsieur ? Puis-je vous appeler Maximilian ? »

Je fis une mine étonnée et jouai les effarouchés. Bien sûr, c’était ce que j’avais derrière la tête depuis le début de la soirée. J’étais surpris que ce soit elle qui me fasse cette proposition, mais ça ne me déplaisait pas. Je finis par éclater de rire.

« Avec plaisir, Anne. Et vous pouvez m’appeler Maximilian, bien sûr. Mais pas Maxie. Je déteste ce surnom. »

Je sentis la jambe de ma secrétaire venir caresser la mienne sous la table. Mon sourire n’en fut que renforcé. Enfin, nous passions aux choses sérieuses, elle et moi ! Je lui pris doucement la main et fis signe à un serveur de nous apporter l’addition. Je réglai la note et laissai même un pourboire, emporté dans un élan de générosité.

« Allons chez-moi, voulez-vous ? J’aimerai vous montrer ma collection de tableaux. J’ai un authentique Rembrandt, vous savez. »

Le Rembrandt en question m’avait coûté un bras. Mais ça n’était rien en comparaison aux yeux des femmes à qui je le faisais découvrir, qui s’écarquillaient devant sa beauté.

Nous quittâmes notre table, bras dessus, bras dessous, sous le regard des autres clients du restaurant. Quelques minutes plus tard, nous étions en bas de l’immeuble et ma limousine nous y attendait. J’entrais le premier, suivi de près par Wending qui n’arrêtait pas de sourire. Bon sang, qu’elle était belle ! Et que je la désirai. N’y pouvant plus tenir, je me penchai vers elle pour l’embrasser. Mes mains se perdirent dans sa chevelure, son parfum sombre et mystérieux m’entêta et rendit mon esprit encore plus confus qu’il ne l’était. Notre baiser terminé, je me tournai vers mon chauffeur, séparé de nous par une vitre.

« A la maison, James. »
[A toi de choisir si tu veux qu'on poursuive notre rp ici ou bien ouvrir un nouveau sujet Wink. Au fait, je ne suis pas là jusqu'à la fin du mois !]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Tête à tête [Selina] Empty
MessageSujet: Re: Tête à tête [Selina]   Tête à tête [Selina] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Tête à tête [Selina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
- Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Midtown/Diamonds :: The Skyscrapper restaurant-
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser