RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.



Le Deal du moment : -31%
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour ...
Voir le deal
90 €

Partagez
 

 Lire l'avenir dans le café (PV Bullock)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
Anonymous


Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) Empty
MessageSujet: Lire l'avenir dans le café (PV Bullock)   Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) EmptySam 21 Jan - 22:28

Les photographes trouvaient Shreck photogénique et très vintage, les rédacteurs parfaitement odieux et arrogant au possible et la population le trouvait malgré tout attachant ce cinquantenaire, ce self-made-man toujours souriant et tiré à quatre épingles. Shreck savait user au mieux de son image et c'était rapidement aperçut que mieux qu'une panoplie complète d'avocat l'image était une assurance pour l'avenir. Et il allait en ce moment même agir pour son image.

Il épousseta son blazer pendant que l'ascenseur montait et que le serveur du restaurant avait les yeux rivés sur les étages. Il tira légèrement sur les bords de son noeud papillon argenté et passa une main gantée à la surface de sa coiffure. Il vérifia l'élément qu'il trouvait le plus indispensable à quiconque cherchait à être distingué: ses guêtres. Depuis longtemps révolue la mode des guêtres était restée caractéristique chez lui et il ne supportait pas de sortir sans une paire propre de chez lui, même pour aller faire une promenade.

Les portes s'ouvrirent sur l'intérieur du Gratte-Ciel, tables impeccables, lumière diffuse soigneusement dosée, discussions à volume acceptable, gazouillement des couverts sur les coupes en cristal, l'horloge de la salle sonna les quatre heure de l'après-midi. On le conduisit à la table qu'il avait réservé et indiqua au serveur le nom de ses deux invités qui arriveraient, à n'en pas douter ensemble. Il s'installa devant la baie vitrée et observa un temps la silhouette de Gotham et le mur du complexe pénitencier qui se profilait au loin. Il pencha les deux cigares qui logeaient dans la poche de sa veste afin qu'ils ne le gênent plus et replia soigneusement les bords de sa chemise à col cassé.

On vint lui proposer la carte des desserts, mais il demanda à ce qu'elle lui soit apporté à l'arrivée de ses convives. Bullock et Makenzie étaient deux pions avec lesquels l'avenir de Gotham devrait compter et Shreck l'avait parfaitement compris. Sa nouvelle charge d'intendant le rendait peu apprécié par les policiers et ses initiatives étaient dures et intransigeantes, il ne comptait pas aller dans un sens différent tant que des résultats se feraient sentir. La police était une organisation publique et en cela était peu rentable. Elle représentait le seul bras armé que la société se permettait d'avoir en échange du désarmement des autres citoyens et de l'assurance de leurs droits. Maximilien ne poussait pas son raisonnement jusqu'à cette justification sociale, mais il entendait rendre à cette organisation une rentabilité optimale. Les coûts étaient exorbitants et son organisation représentait une honte pour quiconque vivait continuellement dans un besoin d'efficacité. Des inspecteurs faisaient des rapports parallèlement à des enquêtes, n'annotaient rien, les preuves étaient dans un local et l'informatisation des services était faite, mais les habitude n'étaient pas adaptés à l'utilisation de toutes leurs ressources.

Lorsqu'on lui avait présenté pour la première fois les comptes du GCPD et sa gestion, il avait immédiatement cru être tombé dans une autre dimension. Si la police de Gotham pensait avant tout à l'arrestation des criminels, elle ne pensait absolument pas aux à-côté tels que les rapports, les archives et surtout les dossiers que la Justice devait ensuite suivre, même les douanes avaient des compte-rendu d'incarcération mieux fournit. Il y a des tâches qu'il fallait impérativement revoir, mais l'après-midi ne serait pas employé à cette fin, il fallait remettre certaines choses au clair, notamment de Bullock et de son procès mais aussi et surtout d'Arkham City et son avenir.

Shreck regarda sa montre, 16h05.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
Anonymous


Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) Empty
MessageSujet: Re: Lire l'avenir dans le café (PV Bullock)   Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) EmptyDim 22 Jan - 21:14

Si Bullock se trouvait bien dans cet ascenseur c'est que Mackenzie l'avait harcelé depuis plusieurs heures pour qu'ils rencontrent Shreck.

Mais qu'est-ce qu'il foutait là, non de Dieu ? Il n'était plus Commissaire, enfin presque plus... Shreck avait eu son cadeau pour avoir financé le vieux porcelet babillard et il s'en foutait complètement de ce qu'il allait lui dire.

Au bout d'une longue discussion, Mackenzie lui envoya une phrase qui eut l'effet d'une claque : « De toute façons vous avez toujours cherché à saboter le GCPD, vous n'avez pas changé ! » Bullock avait eu deux choix : en coller une à Mackenzie et se barrer ou le suivre au Gratte-ciel et lui démontrer le contraire... En y réfléchissant bien, il ne savait pas pourquoi il avait pris cette option, mais il était las maintenant, peut-être que toute cette histoire finirait calmement. Il avait trop bossé ces temps-ci, il lui fallait faire une pause et s'il faisait le bon chien-chien il ne se ferais peut-être pas descendre par Sharp...

« Bon, Bullock je compte sur vous. »

Pfff... Il lui parlait comme à un gamin de 10 ans qui allait voir sa grand-mère...

Les deux hommes s'approchèrent de l'accueil du restaurant.

« Bonjour. Mrs. Mackenzie et Bullock, nous sommes à la table de Mr Shreck. »

« Humm... » dit le smoking, l'air pincé et jetant un regard interrogateur sur Bullock. « Je vous vois bien dans le registre mais une tenue correcte est obligatoire et je craint que Mr. Shreck ne reç... »

Bullock qui savait bien que cette remarque s'adressait à lui, lui coupa la parole.
« Écoute bien mon bonhomme on est de la police et si tu ne veut pas te retrouver avec une inspection au... »
« Allons, allons calmez-vous... Vous allez faire une petite entorse à votre règlement, n'est-ce pas ? » dit Mackenzie en tirant Bullock en direction des tables des convives.

« Bon maintenant on ne s'est pas où se trouve Mr. Shreck. Olala, si vous ne nous aviez pas mis autant en retard... »

« Déstresses, sinon je vais passer une après-midi encore plus désagréable. »
« Tiens, ton collègue, il est là bas. »

Bullock montra du doigt Shreck qui attendait en observant la vue sur Gotham.

« Ce n'est pas mon collègue. » dit Mackenzie en avançant prestement.

« Bonjour Mr. Shreck. Désolé pour le retard, mais vous pouvez me féliciter pour avoir réussi à vous amener Mr. Bullock, très peu enchanté à l'idée de vous rencontrer. »

« Bonjour. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
Anonymous


Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) Empty
MessageSujet: Re: Lire l'avenir dans le café (PV Bullock)   Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) EmptyJeu 26 Jan - 23:43

Mackenzie était un policier intègre et respecté d'une grande partie de ses collègues, mais Shreck persistait à croire que ce n'était qu'un fonctionnaire amélioré et compétent, quelqu'un d'utile, mais de non respectable en soit. Il y avait fort à parier pour qu'il n'aime pas Shreck en retour, mais le businessman n'était pas du genre à s'arrêter à ce genre de détails. Les appréciations ne devaient jamais transparaître durant les négociations. Mais le GCPD était à l'agonie et Mackenzie n'était pas du genre à agir en conséquence, c'était à croire que tous agissaient pour le mettre dans l'embarras. Qu'importait la Justice, il fallait des résultats et cette réunion allait en apporter.

-J'aurais préféré pouvoir vous féliciter pour quelques arrestations, mais nous nous contenterons de monsieur Bullock dans un premier temps, même contre son gré, commença-t-il. Je vous en prie, asseyez-vous messieurs et commandez ce qu'il vous plaira, je vous invite.

D'un geste simple il appela un serveur pour faire déposer les cartes, il n'ouvrit pas la sienne et entra directement dans le vif du sujet. Il croisa naturellement ses mains gantées au dessus de la carte plastifiée et entreprit d'exposer les raisons de son invitation.

-Vous n'êtes pas sans savoir, monsieur Bullock, que vous allez bientôt comparaître devant un tribunal à huis clos pour vous défendre face aux accusations qui ont été portées contre vous; en l'occurrence monsieur Mackenzie et moi-même participerons à ce procès et devront si ce n'est assurer votre défense, faire un état de vos services auprès de la commission d'enquête. J'aimerais donc que vous nous parlions en premier lieu entre nous d'une éventuelle stratégie qui pourrait vous ramener à réintégrer votre rôle au sein du GCPD.
"Mais il y a surtout un autre point que j'aurais aimé aborder avec vous aujourd'hui: la mise en place d'une équipe d'intervention armée au sein d'Arkham City. Nous savons tous trois que la loi est claire, tant que vous serez sous le joug d'une suspension et d'une enquête, vous ne pourrez parvenir à récupérer votre poste de commissaire, cependant, il serait dommage de laisser un élément aussi...compétent que vous moisir dans Gotham inutilement. C'est pourquoi et j'aimerais également avoir l'opinion de monsieur Mackenzie, j'aimerais vous proposer de prendre une voie parallèle qui vous permettrait de faire votre travail durant le temps de l'enquête interne, c'est-à-dire un travail au sein des Douanes qui consisterait à accompagner cette fameuse brigade au sein de l'établissement pénitentiaire, vous permettant de travailler avec la police tout en attendant votre réintégration dans les services du GCPD.


Shreck fit une pause et un serveur arriva à cet instant. Il prit son habituel café noir et tendit sans un regard pour le serveur, comme toujours, le menu. Maximilien était conscient qu'il ne prenait pas de pincettes, et savait également que Bullock n'était pas le genre d'individu suffisamment subtil pour s'adonner aux perversités du langage des affaires et que Mackenzie, quoiqu'il cherche à montrer n'était pas un négociateur né. Les deux hommes qui lui faisaient face étaient de bons flics si l'on ne lisait pas les débuts de l'ex-commissaire mais ne savaient pas ce qu'ils devaient faire pour être plus efficace parce que pour cela ils devaient jouer à un jeu auquel l'école de police ne préparait pas : la politique. Arkham City était un tremplin pour la renommé à quiconque ferait les bons choix, Hurt et lui-même allaient les mettre en application, mais il fallait une structure solide pour les mener à terme et pour cela, des hommes sur lesquels la masse populaire saurait compter: Bullock était l'un d'eux.

-La police n'a que trop été écartée de la gestion de ce complexe et il est temps d'y mettre un terme, cependant il paraît délicat dans l'état actuel des choses et pour que monsieur Sharp l'accepte que les interventions policière ne se fassent pas sans une sorte de surveillance des forces douanières, après, rien ne nous empêche de donner à la police une plus grande marge de manœuvre, mais chaque chose en son temps.
"Cette fameuse Brigade aurait pour but d'assurer, sous la protection supplémentaires des forces armées de Arkham City, la suppression de toute forme de crime dans les rues du complexe, cela passerait naturellement par des perquisitions chez les grands criminels, rafles d'armes, de drogues ou autres. Nous ne pouvons nous permettre de laisser proliférer d'avantage la vermine dans ce qui doit être une prison modèle. Je pense que sur ce point nous sommes d'accords.


L'homme d'affaire fixa le bedonnant fonctionnaire qui lui rappelait feu son premier associé et lui infligeait la même présence désagréable. Il émanait de Bullock un je-ne-sais-quoi d'écœurant qui donnait envie de se passer le visage et les mains à 'leau fraîche. L'homme d'affaire tira sur les bords de son blazer et croisa les jambes en attendant la première réaction de ses interlocuteurs qui ne serait normalement pas à son goût.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
Anonymous


Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) Empty
MessageSujet: Re: Lire l'avenir dans le café (PV Bullock)   Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) EmptyLun 6 Fév - 20:59

[HRP : Je suis sincèrement désolé, j'ai eu une période de mou suite à un changement de situation. Je me remet donc doucement dans le bain et avec le plaisir de relire tes pirouettes verbales Very Happy ]


- J'aurais préféré pouvoir vous féliciter pour quelques arrestations, mais nous nous contenterons de monsieur Bullock dans un premier temps, même contre son gré. Siffla le millionnaire.
- Je vous en prie, asseyez-vous messieurs et commandez ce qu'il vous plaira, je vous invite.

C'est ça mon bonhomme, étale nous ton oseille. Mais qu'est-ce qu'il foutait ici ?! C'était drôle, pour une rare fois où il allait dans un restaurant il n'avait aucunement faim, ce qui était tout autant rare d'ailleurs...

Mais, Shreck ne perdis pas une seconde pour rentrer dans le vif du sujet, tant mieux :

- Vous n'êtes pas sans savoir, monsieur Bullock, que vous allez bientôt comparaître devant un tribunal à huis clos pour vous défendre face aux accusations qui ont été portées contre vous; en l'occurrence monsieur Mackenzie et moi-même participerons à ce procès et devront si ce n'est assurer votre défense, faire un état de vos services auprès de la commission d'enquête.

Cet individu avait toujours su utiliser les bon mots et le bon ton pour cracher du venin avec brio. Un orateur, un politicien... comme détestais Bullock au plus au point.
Il ne commenta pas ses propos. Il voulait juste entendre ce qu'il avait à lui dire, refuser et partir en laissant soin à Mackenzie de jouer la serviette de table...

- J'aimerais donc que nous parlions en premier lieu entre nous d'une éventuelle stratégie qui pourrait vous ramener à réintégrer votre rôle au sein du GCPD.


Il tenait tant que ça à lui ? Qu'est-ce que c'était encore que ce coup fourré... Sa réputation de flic corrompu le suivrait donc jusqu'à sa mort ?

- Mais il y a surtout un autre point que j'aurais aimé aborder avec vous aujourd'hui: la mise en place d'une équipe d'intervention armée au sein d'Arkham City.
Nous savons tous trois que la loi est claire, tant que vous serez sous le joug d'une suspension et d'une enquête, vous ne pourrez parvenir à récupérer votre poste de commissaire, cependant, il serait dommage de laisser un élément aussi...compétent que vous moisir dans Gotham inutilement. C'est pourquoi et j'aimerais également avoir l'opinion de monsieur Mackenzie, j'aimerais vous proposer de prendre une voie parallèle qui vous permettrait de faire votre travail durant le temps de l'enquête interne, c'est-à-dire un travail au sein des Douanes qui consisterait à accompagner cette fameuse brigade au sein de l'établissement pénitentiaire, vous permettant de travailler avec la police tout en attendant votre réintégration dans les services du GCPD.


Voilà ! Voilà qui éclaircissait ce brouillard verbal. Shreck avait de nouveaux projets pour Arkham City. Il espérait donc vraiment que Sharp tienne le coup ?!
Ou peut-être pas... Il désirait juste réduire la casse et poursuivre ce projet foireux.
Cela semblait logique. Il avait investis beaucoup d'argent d'après la presse et voulait agir encore d'avantage, reprendre les choses en main, malgré le dernier scénario catastrophique qui avait épouvanté tout Gotham.


Un serveur arriva et déposa trois cafés sur la table avant de repartir aussi sec.

Shrck repris :

- La police n'a que trop été écartée de la gestion de ce complexe et il est temps d'y mettre un terme, cependant il paraît délicat dans l'état actuel des choses et pour que monsieur Sharp l'accepte que les interventions policière ne se fassent pas sans une sorte de surveillance des forces douanières, après, rien ne nous empêche de donner à la police une plus grande marge de manœuvre, mais chaque chose en son temps.
Cette fameuse Brigade aurait pour but d'assurer, sous la protection supplémentaires des forces armées de Arkham City, la suppression de toute forme de crime dans les rues du complexe, cela passerait naturellement par des perquisitions chez les grands criminels, rafles d'armes, de drogues ou autres. Nous ne pouvons nous permettre de laisser proliférer d'avantage la vermine dans ce qui doit être une prison modèle. Je pense que sur ce point nous sommes d'accords.


Bullock répondit immédiatement au long monologue de l'homme d'affaire afin de ne pas lui accorder trop de faux espoirs :

« Vous voulez envoyer des flics au casse-pipe ?
Je vous rappel que les prisonniers sont équipés de fusils, de bombes, de lance-roquette !! Et vous voulez envoyer des troupes d'officiers confisquer gentiment tout cela à des criminels qui connaissent parfaitement leur territoire de guerre !? Et tout cela sous la direction de vos Douanes !!!! »


« C'est une blague ! »

« Calmez vous Bullock ! » Dit Mackenzie en posant la main sur son épaule.
« Cependant, il a raison. Nous ne doutons pas de la capacité du GCPD à entreprendre de telles actions déjà effectuées dans Gotham au sein du milieu de la Pègre, mais ce n'est pas là le rôle de notre institutions publique. Cette mesure indispensable aurait dû être prise depuis des mois par les forces armés du Docteur Strange au service de Quincy Sharp. Son incompétence et telle que l'on demande maintenant l’appuie de la police ? Arkham City est une institution privée où le GCPD n'a aucune légitimité à agir depuis sa création. Les Tyger One, l'armée régulière, l'unité Deadlight, les miliciens des Douanes, tout ces hommes ne suffisent donc pas pour contrôler la masse criminelle livrée à elle même, selon la bonne idée de notre ancien maire par intérim ?... »

Entre temps, Bullock avala d'un trait son café.

« De beaux mots tout ça. Vos miliciens n'ont pas été glorieux durant l'attaque des Douanes. Nous savons tout les trois que de nombreuses plaintes ont été déposées ! N'est-ce pas Mr Shreck ? Et revenons-en aux armes... Comment se sont-ils procurés celles-ci ?! Ne devrions nous pas nous occuper des très nombreuses fuites ou pire, des actes de corruptions qui agissent au sein de vos Douanes ! »

Mackenzie souris légèrement tandis que Bullock claqua des doigts en direction d'un serveur pour commander un second café.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
Anonymous


Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) Empty
MessageSujet: Re: Lire l'avenir dans le café (PV Bullock)   Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) EmptyMar 7 Fév - 14:51

[HRP]Pas de soucis, ravi de voir un Bullock au plus haut de sa forme Very Happy[/HRP]

Harvey Bullock, imposant et rapide, si seulement c'était à son esprit que l'on puisse mettre ces adjectifs. Shreck porta à ses lèvres sa tasse de café et prit une gorgée en entendant le duo de bouffons que formaient Mackenzie et Bullock, l'un était impulsif, l'autre réfléchit, et ils se partageaient un cerveau avec bien des difficultés. La tasse émit un petit tintement lorsqu'elle toucha sa coupelle. L'ex-commissaire méritait sa réputation de taureau qui fonçait et s'apercevait peut-être un peu tardivement qu'une épée était fichée dans son flanc.

-Monsieur Bullock, je pense être plus à même que vous de considérer l'étendu de l'armement des criminels qui sévissent de l'autre côté du mur et je suis, je pense plus habitué que vous à étudier les risques d'une entreprise. Même si monsieur Strange a laissé libre cours à l'armement interne de l'édifice, la nouvelle politique d'Arkham City réclame l'intervention de la force publique afin de rassurer la population de Gotham City. Que cela soit bien clair, la police n'interviendrait que sous la protection des services des douanes et en réalité, cette opération n'aurait pour but que de redoré le blason de la police, renforcer les liens entre les deux édifices, assurer à la population un changement drastique de politique et naturellement, d'assurer, le cas échéant que la police connaisse la situation exacte d'Arkham City pour intervenir au cas où cette dernière viendrait à être démantelée.
"Je comprends parfaitement que vous soyez réticent, mais je vous demande de considérer ce qui vous attends après votre décision. Si vous acceptez, vous retrouverez un salaire et un travail temporaire qui permettra d'autant plus de présenter dans l'enquête un atout de votre détermination et de votre...


Il hésita un temps sur le mot et le jaugea et se reculant dans son siège.

-...innocence, si vous refusez, le tribunal à huis-clos pourrait décider de votre incarcération dans Arkham City, ce que ni Mackenzie ni moi-même n'aimerions voir.

Shreck reprit une gorgée de café en se remémorant les dernières et insultantes paroles de Bullock sur les services qu'il avait laissé entre de mauvaises mains.

-Je ne goûte pas vraiment vos allusions Bullock, tenez-vous à faire au sein des douanes ce que vous avez été incapable de faire au sein du GCPD? commença-t-il avec une pointe d'acrimonie. Sachez que les derniers responsables qui m'ont représenté pendant ces quelques mois aux douanes ont été licenciés comme il se doit et les effectif inquiétés dans de sinistres affaires ont été prié de quitter nos services, certains sont d'ailleurs maintenant résidents d'Arkham City. J'ai reprit les rennes de cette institution qui avaient été laissées trop lâches et les choses changent Bullock, je ne laisserais pas le GCPD rester ancré dans son état de délabrement actuel.

Shreck avait été dur, il n'avait pas l'intention de se laisser faire par un peu fonctionnaire sous-payé maintenant en disgrâce, qu'il le veuille ou non, où il travaillait pour Arkham City, soit il finirait entre ses murs après la farce qui servirait probablement de jugement à huis-clos. Il prit une nouvelle gorgée.

-Une enquête est en cours pour vérifier la provenance de l'armement qui circule dans l'enceinte de l'établissement pénitentiaire mais nul doute que monsieur Strange sera inquiété dans ce débordement ainsi que les anciens responsables de la gestion des milices privées.

Shreck tira sur le bord de ses gants, il était en face d'un homme avec qui il se "partageait" le pouvoir du GCPD et un autre homme qui résumait à lui seul tout ce qu'il pouvait détester dans le genre humain, aucune considération, malappris et avec une bouche qui était plus rapide que ses pensées. Un serveur fut choqué des manières de Bullock et il ne s'approcha qu'après un petit geste de la tête de Shreck qui signifiait que l'on ne pouvait rien pour le pauvre homme et qu'un pourboire prolifique servirait de réparation. Il était temps de voir si ces individus voyaient les opérations dans leur ensemble où s'ils s'entravaient de scrupules.

-Monsieur Bullock, la situation de Gotham n'est que la suite logique d'un laxisme et d'un manque de moyen flagrant. Aujourd'hui nous disposons des moyens et pouvons supprimer toute forme d'indulgence dans nos procédures. Nous pouvons régler les problèmes liés à la corruption et au crime dans cette ville et savez-vous quels sont désormais les plus grands obstacles sur cette voie? Les idoles du passés, voulant revenir à la situation anarchique qui sévissait dans notre ville. Vous avez été inquiété pour corruption, mieux que vous pouvez comprendre les tenant et les aboutissant de telles pratiques. Vos accusation peuvent vous être retourner dans tous les sens du termes. Comment donc la pègre s'est-elle immiscer dans notre cité? Pourquoi la police a-t-elle perdue sa virulence et sa force?
"Vous me répondrez la même chose que la presse aime rabâcher, complot ou je ne sait quel petit jeu d'intérêt bancal à peine logique et sans preuve. La vérité est ailleurs, elle est simplement que personne n'a jamais osé prendre les décisions qu'il fallait pour que la police soit efficace, Arkham City est l'outil et la décision la plus aboutie en matière de lutte contre la criminalité de Gotham, aujourd'hui nous offrons la possibilité d'insérer dans les démarches d'assainissement la police de Gotham, de la mettre en avant et de frapper coup double, d'un côté la police agit et elle agira d'une façon qui nécessairement va redorée son image auprès de la population.


Le serveur rapporta le café de Bullock.

-Je prendrais également un autre café je vous pris, avec un assortiment de biscuits pour trois personnes, lui fit-il, passant du coq à l'âne avec un talent déconcertant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
Anonymous


Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) Empty
MessageSujet: Re: Lire l'avenir dans le café (PV Bullock)   Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) EmptyDim 12 Fév - 17:23

« Monsieur Bullock, je pense être plus à même que vous de considérer l'étendu de l'armement des criminels qui sévissent de l'autre côté du mur et je suis, je pense plus habitué que vous à étudier les risques d'une entreprise. Même si monsieur Strange a laissé libre cours à l'armement interne de l'édifice, la nouvelle politique d'Arkham City réclame l'intervention de la force publique afin de rassurer la population de Gotham City. »

Tout ça pour le bon peuple ? Quel homme bienveillant ce Shreck !
Bullock ne voulait pas argumenter avec cet individu malsain. Il ne savait pas parler ainsi de toute façon, c'était le boulot de Mackenzie, le roi des beaux mots. Qu'est-ce qu'il foutait ici ?

« Que cela soit bien clair, la police n'interviendrait que sous la protection des services des douanes et en réalité, cette opération n'aurait pour but que de redoré le blason de la police, renforcer les liens entre les deux édifices, assurer à la population un changement drastique de politique et naturellement, d'assurer, le cas échéant que la police connaisse la situation exacte d'Arkham City pour intervenir au cas où cette dernière viendrait à être démantelée. »

Démantelé ?
Il s'apprêtait donc à ce que Sharp échoue et que le Gouverneur se bouge enfin... Était-il au courant des réunions officieuses des grandes instances au sujet d'Arkham City ?...
Le sale type ! Bien sûre qu'il est au courant de tout, pas comme cet abrutis de Sharp. Il ne faut pas qu'il arrive à s'en sortir ! Sharp va tomber, Strange et Shreck doivent le suivre pour que Gotham soit enfin débarrasser de ces faux jetons. Bullock s'en mordrait les doigts de le voir encore s'en sortir blanc comme neige. Depuis des dizaines d'années il avait toujours sentis qu'il collaborer dans des actes criminels sans jamais pouvoir l'inculper. Cette fois-ci devait être la bonne !


« Je comprends parfaitement que vous soyez réticent, mais je vous demande de considérer ce qui vous attends après votre décision. Si vous acceptez, vous retrouverez un salaire et un travail temporaire qui permettra d'autant plus de présenter dans l'enquête un atout de votre détermination et de votre...
...innocence, si vous refusez, le tribunal à huis-clos pourrait décider de votre incarcération dans Arkham City, ce que ni Mackenzie ni moi-même n'aimerions voir. »


C'est ça, c'est ça...
Plutôt crever que de se faire corrompre.

Bullock jeta un coup d'œil à Mackenzie.
Non, il ne flanchera pas non plus... enfin espérons. L'influence de Gordon avait sauver tant de flics, Bullock et Mackenzie en faisaient partis. Il ne fallait pas que tout cela se brise à cause de cette connerie d'intendance.

« Je ne goûte pas vraiment vos allusions Bullock, tenez-vous à faire au sein des douanes ce que vous avez été incapable de faire au sein du GCPD ? »

Tiens, tiens, on me trouve compétent et on veut me réintégrer puis on me traite ensuite d'incapable...

« Sachez que les derniers responsables qui m'ont représenté pendant ces quelques mois aux douanes ont été licenciés comme il se doit et les effectif inquiétés dans de sinistres affaires ont été prié de quitter nos services, certains sont d'ailleurs maintenant résidents d'Arkham City. J'ai reprit les rennes de cette institution qui avaient été laissées trop lâches et les choses changent Bullock, je ne laisserais pas le GCPD rester ancré dans son état de délabrement actuel. »

Shreck bus une nouvelle gorgée.

« Une enquête est en cours pour vérifier la provenance de l'armement qui circule dans l'enceinte de l'établissement pénitentiaire mais nul doute que monsieur Strange sera inquiété dans ce débordement ainsi que les anciens responsables de la gestion des milices privées. »

Sacrifier Strange ? Au moins une bonne chose...

« Monsieur Bullock, la situation de Gotham n'est que la suite logique d'un laxisme et d'un manque de moyen flagrant. Aujourd'hui nous disposons des moyens et pouvons supprimer toute forme d'indulgence dans nos procédures. Nous pouvons régler les problèmes liés à la corruption et au crime dans cette ville et savez-vous quels sont désormais les plus grands obstacles sur cette voie? Les idoles du passés, voulant revenir à la situation anarchique qui sévissait dans notre ville. Vous avez été inquiété pour corruption, mieux que vous pouvez comprendre les tenant et les aboutissant de telles pratiques. Vos accusation peuvent vous être retourner dans tous les sens du termes. Comment donc la pègre s'est-elle immiscer dans notre cité? Pourquoi la police a-t-elle perdue sa virulence et sa force? »
« Vous me répondrez la même chose que la presse aime rabâcher, complot ou je ne sait quel petit jeu d'intérêt bancal à peine logique et sans preuve. La vérité est ailleurs, elle est simplement que personne n'a jamais osé prendre les décisions qu'il fallait pour que la police soit efficace, Arkham City est l'outil et la décision la plus aboutie en matière de lutte contre la criminalité de Gotham, aujourd'hui nous offrons la possibilité d'insérer dans les démarches d'assainissement la police de Gotham, de la mettre en avant et de frapper coup double, d'un côté la police agit et elle agira d'une façon qui nécessairement va redorée son image auprès de la population. »


Quel flot de belles paroles. Bullock n'arrivait pas à tout comprendre malgré ses années d'expérience et ça l'énervait, d'autant plus que Shreck avait une fois de plus évoqué son passé douteux...

Le serveur apporta un second café à Bullock, qui s'empressa de le boire.
Il ne voulait pas entrer dans le jeu de Shreck, il ne voulait pas parler avec cet homme détestable une minute de plus. Il lui fallait prendre enfin la bonne décision, même s'il allait passer encore une fois pour un abrutis...

«Je prendrais également un autre café je vous pris, avec un assortiment de biscuits pour trois personnes. »

« Vos biscuits vous pouvez-vous les mettre où je pense. JAMAIS je ne bosserais pour vous Shreck, même si vous avez de bonnes idées. Vous êtes un pourris et vous finirez à Arkham City, et MOI je vous y attendrais. »

Sur ceux, il partis à grands pas. Bousculant tout individus ayant le malheureux hasard de ce trouver sur son chemin.

« Et bien, Bullock est un imbécile mais au moins vous n'avez pas à vous fatiguer d'avantage pour le convaincre. C'est un excellent homme de terrain mais je peut vous avouer sans secrets que je n'arrive pas à comprendre comment il a bien pu obtenir la fonction de Commissaire. »

« Je vais être franc Mr Shreck. Plusieurs choses me déplaisent aussi mais votre proposition d'intégrer le GCPD aux activités militaires d'Arkham City me semble en partis intéressante, à condition que vous n'ayez pas d'intentions cachées... »
« Cependant je vous donne ma condition pour que nous agissions de paire et que je fasse ce choix sereinement. Il faut que Quincy Sharp rende les pouvoirs, qu'il s'est approprié arbitrairement, au maire légitime, c'est à dire James Gordon. Cette situation est aberrante, vous ne trouvez pas ? »


[HRP Bullock n'est pas très éloquent et n'a plus d'espoirs de s'en sortir. Je m'accorde donc le droit de ne pas en répondre à ta si belle argumentation.
Si tu veux continuer ton plaidoyer, seul Mackenzie est à convaincre, mais il n'est pas pour autant plus flexible.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
Anonymous


Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) Empty
MessageSujet: Re: Lire l'avenir dans le café (PV Bullock)   Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) EmptySam 25 Fév - 15:21

[HRP]Navré du retard[/HRP]

Bullock, ou plus précisément, Bulldozer aux vues de ses réactions violentes, se leva, braqua l'intégralité des regards désapprobateurs de la clientèle du restaurant et partit, pas comme un prince au vue de l'individu, mais comme le bouffon du roi qui avait cru faire de l'esprit en étant désagréable, qu'on l'on aime pas l'individu avec lequel on parlait était une chose, qu'on l'insulte ouvertement en était une autre. Si le policier eut cherché à insinué des accusations face à Shreck, il aurait encaissé, c'était après tout de bonne guerre, mais d'entendre tant d'erreurs de jugements et de vindicte, cela le dépassait.

Mackenzie, comme à l'accoutumée, fut plus conciliant bien qu'encore soupçonneux. Il voulait voir Sharp disparaître, était-il vraiment temps? Sharp avait beaucoup agit seul et la marionnette coupait ses fils, oui, le pantin avait fait son temps, mais pouvait-on le destituer si facilement, la population l'appréciait encore, il faudrait un énorme faux pas pour le voir tomber et Shreck ne perdrait pas son temps à le rattraper en cas de gros débordement c'était certains. La promesse que Sharp soit destitué n'appartenait qu'à la Cours Suprême, il fallait monter un dossier pour le congrès qui jugerait de l'autorité la plus compétente, Sharp avait outrepasser tous les articles de la constitutions. Tomberait-il? Si oui, ce dossier serait une assurance et une preuve de la bonne foi de Shreck, si non, l'accusation pourrait lui coûter cher. Shreck avait Hurt aux douanes et Silberman malgré tout le suivrait si l'on poussait cette demande, Bock Mackenzie saluerait cette initiative et la presse serait trop heureuse d'en faire les chaude-bouche.

-Je n'aime pas porter de tels jugements sur les hommes monsieur Mackenzie, commença Shreck en prenant un gâteau d'un assortiment qui venait d'être déposé, mais je suis entièrement d'accord avec vous, Bullock n'a rien à faire à cette place qui nécessite, si ce n'est du calme, de la compréhension et de quoi défendre ses intérêts. Il faut impérativement qu'il retrouve un poste de terrain comme vous le dites si bien. Je ne comprend pas pourquoi un homme comme vous, organisé et compétent n'avez pas été nommé à ce poste.

"Pour revenir à ma proposition, elle n'a rien de caché par rapport à mes arguments. Arkham City entre dans une phase d'ouverture et de transparence dans ses actions, nous avons écarter les journalistes et les médecins volontaires pour éviter tout dommage collatéral lors des opérations de désarmements. Je comprend qu'il soit étrange de réclamer l'aide de la police pour effectuer ces rafles, mais la police incarne un pouvoir qui n'a pas été créé par Sharp et représente l'état et la loi. Les unités déployées dans Arkham City sont des unités avec pour but la pacification et la garantie de l'ordre. Si la police vient à s'insérer dans cette démarche, nous aurions une édifice qui fonctionnerait en synergie avec le GCPD et le département de Justice qui pourrait enregistrer les armes saisis et mettre en avant l'efficacité des nouvelles démarches, mais aussi le laissé-allé que Strange et Sharp ont laissé dans cette institution qui se relève tout juste.

"Votre condition m'apparaît aujourd'hui inévitable monsieur Mackenzie, Sharp qui avait toujours agit pour le bien public est incapable de réparer d'énormes erreurs, l'économie de Gotham devient branlante et la population est plus effrayée qu'avant, malgré mon inimitié avec Gordon, comme vous le dites, il a été élu et par là même plébiscité. Je vous propose donc que nous rédigions ensemble et avec le soutient du département du district attorney un dossier d'inculpation envers Sharp visant à le renvoyer de ses fonctions, dossier que nous transmettrions dans les plus brefs délais au Congrès afin qu'il décide ou non de son passage devant le Cours Suprême.


Cette simple déclaration était un résumé des méthodes de Shreck, comme l'on jette une cartouche d'encre lorsque son stylo plume en a bu tout le contenu, l'on se débarrasse d'un individu qui nous a donné tout ce qu'il pouvait et qui maintenant était une gêne improductive. Oui, il poignardait cet homme, oui il était d'une froideur calculatrice, oui la vie n'était rien d'autre qu'une forme rendant un objet utile, oui, il tournait le dos à tout ceci par intérêt et passerait malgré tout pour un saint, ne restait plus qu'à donner à Mackenzie, un témoin que tout le monde croirait, l'ultime preuve d'une bonne volonté fabriquée de toute pièce.

-Cela va s'en dire, sitôt Sharp destitué et Gordon remis à sa place légitime, je dissoudrais l'intendance du GCPD puisque cette organisation n'aurait plus de sens et abandonnerais mes pouvoirs en son sein. Le commissariat n'aura, après tout, plus besoin d'être protégé des velléité de Sharp. Cela semble tout naturel n'est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
Anonymous


Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) Empty
MessageSujet: Re: Lire l'avenir dans le café (PV Bullock)   Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) EmptyDim 4 Mar - 18:07

[HRP Moi même vois-tu je ne suis guère rapide mais ça permet de conserver ce sujet dans l'actualité]


''Je n'aime pas porter de tels jugements sur les hommes monsieur Mackenzie, mais je suis entièrement d'accord avec vous, Bullock n'a rien à faire à cette place qui nécessite, si ce n'est du calme, de la compréhension et de quoi défendre ses intérêts. Il faut impérativement qu'il retrouve un poste de terrain comme vous le dites si bien. Je ne comprend pas pourquoi un homme comme vous, organisé et compétent n'avez pas été nommé à ce poste.''

Shreck s’engouffrait bien évidement dans la porte ouverte par Mackenzie pour achever Bullock, une dernière fois, au sujet de son incompétence. Ça lui importait peu ; Mackenzie n'avait jamais apprécié le flic grossier et méprisant même si à force de l'avoir côtoyé des années et des années, sa disparition au GCPD le touchait quelque peu. Pourtant son manque d'empathie était sa principale qualité comme Chef de Police. A Gotham il ne fallait pas s'attacher à la vie humaine et avoir des responsabilités sur celles-ci en même temps, la tentation était vouée à l'échec et la folie.

« Mr Shreck, ma fonction de Chef de Police est un poste que je détiens depuis si longtemps que je ne saurais m'en destituer et après tout j'ai autant d'autorité que le Commissaire. Nous-nous partageons simplement les tâches. »

"Pour revenir à ma proposition, elle n'a rien de caché par rapport à mes arguments. Arkham City entre dans une phase d'ouverture et de transparence dans ses actions, nous avons écarter les journalistes et les médecins volontaires pour éviter tout dommage collatéral lors des opérations de désarmements. Je comprend qu'il soit étrange de réclamer l'aide de la police pour effectuer ces rafles, mais la police incarne un pouvoir qui n'a pas été créé par Sharp et représente l'état et la loi. Les unités déployées dans Arkham City sont des unités avec pour but la pacification et la garantie de l'ordre. Si la police vient à s'insérer dans cette démarche, nous aurions une édifice qui fonctionnerait en synergie avec le GCPD et le département de Justice qui pourrait enregistrer les armes saisis et mettre en avant l'efficacité des nouvelles démarches, mais aussi le laissé-allé que Strange et Sharp ont laissé dans cette institution qui se relève tout juste. ''

"Votre condition m'apparaît aujourd'hui inévitable monsieur Mackenzie, Sharp qui avait toujours agit pour le bien public est incapable de réparer d'énormes erreurs, l'économie de Gotham devient branlante et la population est plus effrayée qu'avant, malgré mon inimitié avec Gordon, comme vous le dites, il a été élu et par là même plébiscité. Je vous propose donc que nous rédigions ensemble et avec le soutient du département du district attorney un dossier d'inculpation envers Sharp visant à le renvoyer de ses fonctions, dossier que nous transmettrions dans les plus brefs délais au Congrès afin qu'il décide ou non de son passage devant le Cours Suprême.''


Poignarder Sharp après qu'il lui ai accordé tout pouvoir à Arkham et à Gotham ? Shreck en était disposé à ce genre d'acte ?
Le monde des affaires avant tout. Mackenzie se retint le temps que l'Intendant termine.

''Cela va s'en dire, sitôt Sharp destitué et Gordon remis à sa place légitime, je dissoudrais l'intendance du GCPD puisque cette organisation n'aurait plus de sens et abandonnerais mes pouvoirs en son sein. Le commissariat n'aura, après tout, plus besoin d'être protégé des velléité de Sharp. Cela semble tout naturel n'est-ce pas ?''

Shreck voulait rendre ses pouvoirs. Mackenzie était légèrement abasourdis par ces révélations. Il but son café durant quelques secondes pour réfléchir à ce qu'il pouvait bien réponde...

« Attaquez Sharp si vous le désirez Mr Shreck mais ne me mêlait pas à cela. Vous n'êtes surement pas le seul à avoir tenté de contacter les instances gouvernementales. Arkham City, la prise de pouvoir de Sharp, même votre Intendance sont des actes qui ne respectent pas, à mon avis, la Constitution. Mais je ne suis pas Procureur et je ne peut affirmer cela. »

« Retrouver Gordon doit être notre priorité pour le moment. Sharp ne peut pas être arrêté sans qu'il ait un successeur approuvé, capable de reprendre les choses en main rapidement. Je suis content de savoir que vous vous retirez une fois le poste de Commissaire réhabilité, c'est tout naturel en effet. Vous vous doutez bien que Bullock et d'autres gradés, dont je ne citerais pas les noms, sont largement méfiants au sujet de vos intentions envers Arkham et Gotham même si vous n'avez jamais été inquiété par la Justice dans le passé. Je dois moi même prendre en considération ces inquiétudes c'est pourquoi je vais collaborer avec vous une fois ma condition réalisée ; lorsque Gordon sera maire. »


Mackenzie se sentait mal à l'aise devant l'Intendant, ses propos étaient incohérents. Il voulait que Quincy Sharp disparaisse mais il refusait de s'allier aux actions de Shreck pour réussir cela. Cet homme ne lui inspirait pas confiance, peut-être à tord, mais il n'avait pas l'habitude de s'entretenir avec un chef d'entreprise, et il n'approuvait pas du tout ses projets vis à vis du GCPD.
L'idée de se rendre à Arkham et d'envoyer des collègues là bas lui semblait folle. Il espérait seulement que Gordon, devenu maire, refusera en bloc les projets de Shreck. Il pouvait bien augmenter l’effectif de ses mercenaires d'autant qu'il le voulait même avec des individus corruptibles et incompétents, mais Arkham lui faisait trop peur. Ils avaient perdus tellement d'hommes durant l'attaque des Douanes, en envoyer dans Arkham, c'était les condamner à mort.
Mais il y avait un point sur lequel Mackenzie ne voulait pas se pencher : si Gordon avait définitivement disparu. Si Sharp l'avait assassiné pour ne jamais rendre ses pouvoirs. De nombreux flics en parlaient ouvertement, Mackenzie ne voulait pas les entendre...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) Empty
MessageSujet: Re: Lire l'avenir dans le café (PV Bullock)   Lire l'avenir dans le café (PV Bullock) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Lire l'avenir dans le café (PV Bullock)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
- Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite

 Sujets similaires

-
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Midtown/Diamonds :: The Skyscrapper restaurant-
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser