RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 La mite l'accoste is back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drury Walker/Killer Moth

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 25/07/2014
Nombre de Messages : 109
Autres Comptes : Lonnie Machin/Anarky
Vous à Gotham : L'infâme mite du mal!
Citations : Je serais bientôt mythique hin hin hin!

MessageSujet: La mite l'accoste is back   Mer 6 Juil - 22:10

Suite de : L'égout et les couleurs.

Cinq longues journées s'étaient lentement écoulées. Chose paradoxale cependant, tout avait été très rapide et personne n'avait vu passer les heures, mais les journées avaient été longues. La moth-cave était devenue le reflet exact du moth-gang: un festival d'improvisation. On avait déplacé les cloisons amovibles au petit bonheur la chance. L'infirmerie avait débordé sur la salle de réunion pour profiter des prises de courant; la cuisine avait été rognée ainsi que le garage de la moth-mobile pour offrir un minimum d'intimité à la jeune Sophie qui s'était rapidement remise de ses émotions et de ses contusions, les moths avaient rangés leurs affaires pour faire bonne figure et des câbles électriques serpentaient au centre de la pièce pour permettre d'alimenter tous les nouveaux aménagements que Drury avait fait acheter, à savoir le nécessaire pour aménager deux chambres, une pour la jeune fille et une pour Croc sitôt qu'il aurait quitté l'infirmerie.

Soigner le saurien n'avait pas été une mince affaire et sans les moyens financiers de Cameron Van Cleer pour corrompre quelques employés de laboratoires sous un faux nom, ils auraient toujours pu courir pour "rempoter" comme ils disaient dans le jargon médical l'animal. Avoir le sang de Killer Croc avait été un jeu d'enfant, il avait suffit de tenir une éprouvette à côté du géant qui s'était transformé en passoire. Firmin avait fait un travail de maître en matière de pansements. Ils avaient obtenu, faute de sang, des poches de divers nutriments et liquides qu'il fallait injecter pour que l'organisme se remette tout doucement. Heureusement d'ailleurs que le géant avait un bon métabolisme sinon il serait probablement resté sur le carreau.

La nourriture avait été également toute une histoire. Il avait fallu racheter de quoi se ravitailler rapidement pour offrir le meilleur aux nouveaux invités. Tandis que Fernand se sentait une âme de papa poule avec la petite Sophie, que Firmin jouait aux infirmiers avec Croc, Drury, lui, se faisait un sang d'encre. Que se passerait-il si Waylon décédait! Il ne pourrait décemment pas s'en remettre, ce serait l'échec d'une vie! De sa vie de mite du mal! Aussi compulsa-t-il. Il s'occupa de l'espace d'entomologie de la moth-cave comme jamais, dessina plan sur plan pour reconquérir les égouts et, lorsqu'il devait remonter à la surface pour devenir Cameron Van Cleer, il s'était montré intéressé par tout ce que ses conseillers financiers lui avaient bavé, bref, il ne s'offrait pas une minute pour songer à autre chose qu'à un avenir sans Waylon mort.

Les enterrements symboliques des victimes de l'opération avaient été repoussées jusq'au rétablissement de Waylon, peut-être aurait-il aimé prononcer quelques mots pour Barnabé, comme une ultime excuse et quelques paroles sur le courage d'Hypollite. En attendant, ils avaient préparé dans un carton les rubans et guirlandes funéraires (au couleur du gang) et leurs discours attendaient en dessous. De même les deux grands portraits des victimes de la folie humaine (essentiellement la leur) attendaient près de la moth-mobile qui patientait, elle, toujours que certaines pièces lui arrivent pour redevenir parfaitement opérationnelle. Drury ne s'était pas senti le courage de travailler dans le capot de sa voiture tant que les deux portraits l'observeraient avec leur air de joie souriante. Firmin l'avait même un jour retrouvé à pleurnicher en nettoyant le démarreur.

Tout était bon pour qu'il pense à autre chose. Il s'était même mis à inculquer quelques notions de bonnes manières à Sophie lorsqu'ils prenaient leur petit-déjeuné ensemble. C'était peut-être un criminel, se plaisait-il à répéter, mais il fallait avoir de la classe, être smart comme on disait dans les milieux hype*, avant de la bassiner avec des détails insignifiants sur sa vie ou celle d'un autre, parfois il s'embrouillait en mangeant ses œufs. Parler l'aidait à tenir.

Bientôt cependant, Firmin annonça de bonnes nouvelles: le crocodile allait s'en sortir!!!! Le monde se recolora pour Drury. Killer Moth n'avait pas flingué l'un de ses plus précieux amis! (le seul) Ô joie! Ô allégresse! Ô bonheur infini! Dès lors il changea du tout au tout: il s'occupa de l'espace d'entomologie de la moth-cave comme jamais, dessina plan sur plan pour reconquérir les égouts et, lorsqu'il devait remonter à la surface pour devenir Cameron Van Cleer, il n'écoutait absolument plus rien à ce que ses conseillers financiers lui bavaient. La vie reprenait son cour normal.

Hélas, le moth-gang souffrait d'un manque d'effectif pour certains projets, mais chaque chose en son temps, se dit Drury tandis que Firmin lui annonçait que Waylon rouvrait les yeux pour la première fois en étant parfaitement conscient de son environnement. Il clopina de la table du déjeuné où reposait une selle d'agneau fumante et sa sauce pour rejoindre la victime collatérale de sa quête d'amitié suivi par le reste de sa petite troupe.

* Ne lui demandez pas pour ce dernier mot, il n'était encore qu'au dixième chapitre de "Comment devenir un mec chébran", édition argumentée.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6621-drury-walker-killer-moth
Drury Walker/Killer Moth

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 25/07/2014
Nombre de Messages : 109
Autres Comptes : Lonnie Machin/Anarky
Vous à Gotham : L'infâme mite du mal!
Citations : Je serais bientôt mythique hin hin hin!

MessageSujet: Re: La mite l'accoste is back   Sam 23 Juil - 12:47

[HRP]Je me permets de conclure ici notre sujet cher croquinou ^^ j'espère que cette conclusion te plaira Very Happy[/HRP]

Le reste du moth-gang formait un arc-de-cercle devant le lit du convalescent qui avait ouvert les yeux. Killer Croc fronça comme il put la craquante peau qui composait son front, encore sensible à la lumière. Firmin était plutôt fier de son travail et se tenait, les poings sur les hanches, les yeux froncés comme un médecin de film hollywoodien qui vient de sauver une quelconque star américaine appelée "Bob" ou "Mick" d'un rhume carabiné présenté comme dramatique par un montage épileptique et une musique grandiloquente.

D'un seul coup, le géant se redressa, arracha ses perfusions et ses pansements. Il se souleva de son lit et prit Drury entre ses bras, le faisant tournoyer au milieu du gang qui applaudissait joyeusement. La petite Sophie riait et montrait ses quenottes blanches brillantes, elle lui donnait du "trop cool Waylon!" Killer Moth était sur un nuage et riait de bon cœur. Bientôt cependant, le ventre du colosse émit un grognement furieux. L'appétit et l'odeur de la nourriture qui se tenait plus loin avaient réveillé son monstre gémissant. Dans l'euphorie du moment tout le monde en rit.

- Viens donc te sustenter avec nous! l'invita Drury. Sortez le vin! Sortez les restes de la veille! C'est la fête!

Après un vivat enthousiaste, tous se ruèrent sur les chaises et ce fut un grand moment de partage. On sortit une nouvelle vaisselle, on étendit une nappe (parfois même au dessus de certains plats dans la précipitation), le frigo se vida, la cave à vin aussi. Les couverts gazouillèrent, les plats voyagèrent, les sauces se déversèrent par torrent. On se demandait périodiquement le pain, le sel, le poivre, les accompagnements. Les pommes de terre dorées par le beurre, les haricots verts fumants, les petit-pois sucrés, les spaghetti bolognaise, les frites, puis les viandes, cailles croustillantes, poulet fondant, dinde rôtie, les poissons, sabre à la sauce au beurre, bar grillé et légumes fondants, pavé de saumon et sa sauce à l'oseille, puis des coulée de caviar, une rondelle infinie de fromage aux parfums exquis, le tout arrosé de vin rouge, blanc, de bière, et de liqueurs digestives, tout y passa. Les desserts, joyeuse farandole de sucre et de crème pâtissière parachevèrent le tout. Gâteaux, pâtes d'amandes, confitures, viennoiseries, glaces, sorbets. Les plats furent savourés, dévorés, engloutis, les assiettes récurées, les serviettes ruinées, un repas de rois!

En pleine digestion, la joyeuse bande repue se leva et à la demande de Drury, ils se prirent la main et dansèrent en une ronde chatoyante tâchée de graisse. Tous rirent de plus belle. C'était un jour merveilleux, songeait Drury, le plus beau de toute sa vie!

Et tout bascula. Le toit de la moth-cave s'éventra comme une plaie dans la réalité, vomissant des hordes de rats dans les entrailles du cœur saignant du moth-gang. La table se renversa, les murs se lézardèrent, les cris des mafieux hispaniques retentirent. Ce fut un branle-bas de combat général. Les moths coururent vers la moth-mobile suivis de près par Croc et Sophie. Drury fit un crochet par un établi où il récupéra un lance-grenade et tira derrière lui pour retenir ce flot agressif. Il s'installa dans son véhicule à la place du mort, regardant rapidement derrière lui pour observer le visage terrifié de Sophie, de ses hommes et d'un Croc sous le choc.

Le conducteur écrasa la pédale de démarrage, renversant les quelques étagères trop proches. La voiture fit un chassé arrière, aplatissant des rats par dizaines.

- Vas-y!!! Mais vas-y!!!
ordonna Drury dans la plus grande panique.

La voiture bondit hors de son espace de réparation, renversa dans le désordre le plus complet deux mafieux qui furent aussi surpris que le moth-gang. Killer Moth actionna plusieurs boutons du tableau de bord. Cela eut pour effet de démarrer l'ouverture de la sortie "véhicule" de leur planque, mais aussi de lancer l'auto-radio, lequel parlait de la reproduction des coccinelles en Australie, les essuie-glaces (qui ne parlaient pas de coccinelles) et ouvrit le coffre. Ses mains pianotèrent encore un peu histoire de tenter de corriger les manœuvres surnuméraires.

Le conducteur cherchait à stabiliser sa conduite alors que ses sculptures des pneus se remplissaient de sang et de chair gluante de rats. Les tirs commencèrent à mi-chemin de la sortie. Les ennemis qui arrivaient par légions canardèrent le véhicule chatoyant qui glissait plus qu'il ne roulait vers la sortie. Les moths assis à l'arrière tentaient de jeter les rats qui montaient par le coffre à grand renfort de serviette salle et d'une couverture qui traînait là. Croc les aidait en écrasant ceux qui parvenaient à s'infiltrer de ses fortes mains.

La moth-cave, lieu de joie était devenu en moins de trois minutes un camp de bataille bruyant, puant la peur et le rat crevé (littéralement).

Dans un mouvement de soulagement hydraulique, le coffre se ferma lentement. Les balles traversaient les vitres, noyant l'habitacle de morceaux de verre. Les portières se transformait en passoire, les sièges se vidaient de leur mousse. Sans viser, Drury tira une autre grenade dans la masse indistincte d'ennemis. L'explosion réchauffa un instant leurs corps recouverts de sueurs froides, projetant des corps désarticulés dans toutes les direction avec des gerbes de sang rougeoyantes comme accompagnement. Un incendie se déclencha dans le local des produit chimique et la réaction en chaîne fut à la fois tragique et sublime. Les bombonnes de gaz, les produits inflammables, les tonnes de cartons et de papier entreposés pour ses projets grandiloquents prirent feu avant d'exploser, ravageant les assaillant de leur flammes toxiques. Une épaisse fumée envahie les lieux tandis que la sortie se rapprochait. Les ennemis enragés, toussaient, juraient, criaient, fuyaient, tiraient. Drury croisait les doigts tandis qu'une balle fauchait le rétroviseur de sa portière.

Bientôt le véhicule surgit dans les égouts, suivit de près par des panaches de fumées noirâtres. Maladroitement, le conducteur tenta de rouler sur un mur mais échoua, renversant la moth-mobile et ses passagers dans le lit nauséabond d'un conduit.

L'eau s'infiltra par les ouvertures de balles (c'est-à-dire partout) et obligea le groupe à quitter l'embarcation qui se révélait actuellement aussi utile qu'un parpaing. Le courant les emporta les uns après les autres vers une cascade de retraitement. Paniqué, chaque individu tenta de rejoindre un rivage en moulinant de ses membres comme il le pouvait. Drury râcla les bords avec ses gants humides tandis que Sophie s'enfonçait dans les eaux noires. Waylon, pas encore totalement remis peinait à nager contre la force furieuse de la rivière pestilentielle.

- Waylon!!! cria Drury en nageant vers lui.

Les moths grimpaient de leur côté, voyant leur chef se précipiter au devant du danger pour sauver le saurien. Alors que la cascade se rapprochait, Drury attrapa le bras de son ami et s'agrippa fermement à un parapet. Le crocodile fut alors suspendu au dessus du vide, tenu par un Drury qui couinait de douleur alors que son corps luttait entre grandir de quatre centimètres latéralement ou laisser les bras soudés aux omoplates.

- Tiens bon!
ordonna Drury.

- Non Drury, non... lança la voix désespérée de Croc. Tu dois me laisser, tu dois continuer sans moi!

- JAMAIS! Le moth-gang n'abandonne jamais l'un des siens!

- Drury... Ils comptent sur toi, continua-t-il en pointant du menton les moths qui se mordaient les doigts sur le trottoir opposé.

- Il y a tellement de choses que l'on devait faire ensemble! opposa Drurya lors que sa voix s'engorgeait de sanglots.

- Il faut parfois laissé le passé au passé, répliqua le géant en déchirant le gant de Drury.

Il se laissa tomber en regardant la mite bariolée, toujours penchée sur le gouffre.

- NOOOOOOOOOO.......


-......OOONNNNNNNN
, hurla Drury en bondissant, faisant sursauter les trente personnes qui étaient assises autour de la table.

Il regarda autour de lui les visages surpris. Ils étaient tous en tenue élégante et formelle et l'observaient avec une distance polie. La table autour de laquelle ils étaient assis comportaient des carafes d'eau, des verres et des papiers, beaucoup de papiers. A l'autre bout, un homme se tenait silencieux, debout, devant un écran. Sur celui-ci était projeté un plan d'investissement pour fond de pension.

La baie vitrée qui s'étendait à la droite de Killer Moth montrait une Gotham City neuve brillante sous un Soleil de plomb. Toujours tremblants de ses émotions, le ciron du mal de Gotham se rassit paisiblement, démêlant le vrai du faux. Une jeune femme, visiblement dérangée, habillée comme une mite sous acide débarqua dans la réunion et hurla "Monsieur KM!" puis lui sauta dessus.

En sueur, Drury se débattit avec ses draps et s'écroula lamentablement sur le sol de sa chambre, le rejoignit directement sur le crâne son radio-réveil et un cadre photo vide. Lentement, le temps de remettre en ordre les principes de base de l'existence, à savoir distinguer le haut du bas, le nord du sud et le nom du membre qui hurlait de douleur à l'instant présent, Drury s'extirpa de son piège moelleux. Il mit deux minutes à retrouver un équilibre correct, prenant appui sur un mur voisin.

Il regarda l'heure, puis la date du radio-réveil. Diantre. C'était la veille du jour où il avait entreprit de retrouver Waylon... Les évènements se bousculèrent dans sa tête, les égouts, les mafieux, la petite Sophie, le... sauvetage... Tout cela était irréel, un rêve, un délire... Rien... n'était... vrai?

Il se prit la tête dans les mains et pleura, jamais plus il le savait il ne pourrait retrouver son vieux compère. Jamais plus la mite et le crocodile ne seraient réunis pour le crime.

Après quelques minutes de sanglots incontrôlables, il serra le poing, se jura de faire revenir malgré tout le moth-gang à son firmament ponctuant son cri de rage par un coup dans le mur qu'il regretta aussitôt. Il avait peut-être perdu un allié, dans la réalité comme en rêve, mais il n'avait pas perdu le moth-gang! Et il le jurait à l'entité qui là-haut le regardait* que jamais il n'abandonnerait!

* A savoir une mouche qui passait par là par hasard.

[FIN]
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6621-drury-walker-killer-moth
 

La mite l'accoste is back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Bon sang, mais c'est bien sur: Meyssan est antisémite
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Midtown/Diamonds :: Penthouse de Cameron Van Cleer/Moth-Cave-