RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 L'égout et les couleurs...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drury Walker/Killer Moth

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 25/07/2014
Nombre de Messages : 103
Autres Comptes : Lonnie Machin/Anarky
Vous à Gotham : L'infâme mite du mal!
Citations : Je serais bientôt mythique hin hin hin!

MessageSujet: L'égout et les couleurs...   Mer 18 Mai - 22:32

Sitôt le moth-gang réuni, tout redevint comme avant, les projets s'étaient entassés dans les corbeilles à idées mais toutes se heurtaient à la terrible réalité: le moth-gang n'avait plus aucune existence réelle autant aux yeux de Gotham que de sa faune criminelle bouleversée. Le fragile équilibre des forces avait été chamboulé et toute la ville, si l'on exceptait le moth-gang, se demandait de quoi demain serait fait. Il fallait donc que l'organisation refasse surface en beauté! Et Killer Moth avait arrêté son choix sur l'Opération Cocon, une formidable entreprise de reconstruction méthodique de ses forces à l’abri de tout soupçon.

La présentation qu'il avait fait dans la moth-cave était claire: réaggréger les forces vives des anciennes alliances. Après environ trois heures d'intenses réflexions, un seul nom avait été couché sur la liste des alliés avec lesquels "reprendre contact" : Killer Croc, le terrible.

Voilà pourquoi les cinq membres du moth-gang pataugeaient au sein des égouts de Gotham. Fièrement arnachés d'un équipement de spéléologue amateur repeint aux couleurs du moth-gang, corde orange, piolets verts, casques à lampe violets avec une touche de jaune, tous équipés de torches haute-puissance très discrètes et dirigé par un chef armé d'un lance-grappin de son invention, ceux-ci progressaient grâce aux indications que le moth préposé à la carte leur fournissait à grand renfort de froissements de papier.

Le groupe ne savait pas vraiment par où commencer et ne savait pas plus de quel côté il devait aller pour trouver Killer Croc, aussi avait-il entrepris un ratissage en bonne et due forme du réseau d'égouts de Gotham. La tâche aurait pu leur prendre facilement une vie, mais heureusement, Drury avait fait appel à une "heuristique décisionnelle d'ordre un", ce qui en d'autre terme signifiait qu'il avait cherché sur le net des témoignages sur le "Crocodile Humain" qui traînerait dans les égouts de Gotham pour converger sur une communauté de clochards qu'il avait achetée pour une poignée de dollars et qui lui avaient conseillé d'aller chercher dans cette zone précise. Cela formait une zone d'une dizaine de bouches d'égouts et le dédale malodorant s'étendait sur à peine quelques kilomètres, ce qui réduisait intelligemment la difficulté de l'opération.

- Chef, on pourrait crier son nom, proposa un moth qui regardait un étron chevauché par un rat flotter à la surface des eaux croupies.

- Non, il nous faut de la discrétion et puis, avec l'écho, aucune chance pour qu'il nous retrouve si on hurle trop, expliqua le chef qui commençait à ne plus trop savoir où il était à force de tour et de détour.

Soudain, un large fleuve rendu marécageux par les piètres service de nettoyage de la ville s'étendait devant eux.

- Faut encore aller tout droit chef , fit le guide.

- Ouais, mais tout droit, compléta un autre, y'a rien d'autre que... ben... de la merde.

- J'avais prévu ce genre d'inconvénient mes chers moth, fit le chef avec emphase. Admirez plutôt!

Il posa un genoux à terre, cala son arme et tira. L'engin fit un joli bruit. Le grappin fendit l'air et se planta... au plafond. Ne restait plus qu'à viser correctement.

- Euh chef...

- N'aies pas d'inquiétude, larve de mon empire, observes plutôt mon génie. J'avais prévu que ce genre de problème pouvait intervenir, aussi ai-je prévu une fonction "rembobinage"!

Ses hommes l'applaudirent chaleureusement alors qu'il présentait un bouton dans une pose de vendeur télé. Il appuya dessus avec conviction et fut immédiatement projeté avec son équipement vers le plafond, le grappin ne s'étant pas résolu à quitter son logement de brique. La mite vola avec la grâce d'une fusée d'artifice, s'écrasa au plafond, lâcha son arme et tomba comme un moustique frappé en plein vol. La douleur de son épaule et de sa tête rendue bourdonnante l'empêchèrent de profiter des claquements frénétiques de sa cape tendit qu'il chutait vers la tourbe putréfiée.

SPROTCH!


Les éclaboussures de limon noirâtre furent impressionnantes et la tâche colorée qu'était Drury commençait à se débattre.

- Une... une corde! ordonna-t-il tandis que ses bottes s’emplissaient de pleines bolées de glaire non identifiée.

Sa cape s'imbibait lentement d'un coloris de feuille morte tandis que son torse était lentement avalé à grand renfort de bruit de succion.

Ses moths paniquèrent, le préposé à la carte la laissa tomber sur le sol recouvert de flétrissures, un autre détacha son sac trop près du bord et le laissa choir dans l'eau stagnante, le troisième fouillait dans le sac du quatrième qui, en pleine crise d'angoisse, pointait sa lumière sur leur chef qui finit par être littéralement aveuglé. Tout ce beau monde hurlait, gesticulait, beuglait, pleurait... le moth-gang était de nouveau opérationnel!
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6621-drury-walker-killer-moth
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2796
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Jeu 26 Mai - 20:36

Une silhouette observait en silence la scène pitoyable qui se déroulait à quelques dizaines de mètres devant elle. Cette petite silhouette se trouvait derrière les Moths, et était tapie dans l'ombre, et se cachait derrière le coin d'une petite allée perpendiculaire à celle où se trouvaient les Moths, seule sa tête dépassait afin qu'elle puisse observer la scène. Cela faisait quelques minutes qu'elle les suivait en silence et de loin, après avoir entendu leur tapage : il faut dire qu'ils n'étaient pas très discrets.

Lorsque celui qui avait l'air d'être le chef s'envola grâce à son Jet-Pack, la jeune fille écarquilla les yeux, impressionnée dans un premier temps. Puis elle eut une petite grimace de douleur compatissante lorsqu'elle vit l'homme, éclairé par les torches de ses hommes de main, se fracasser contre le plafond avant de tomber dans le liquide répugnant. Et enfin, bien qu'on ne pouvait le voir dans l'obscurité qui régnait en ces lieux, un sourire se dessina sur ses lèvres. Lorsqu'elle vit les hommes de main se précipiter vers leur chef pour essayer de le sortir de là maladroitement, en paniquant et en s'affolant, elle ne put réprimer un petit rire, qu'elle essaya aussitôt de stopper en mettant sa main devant sa bouche. Trop tard ! Malgré l'état de panique dans lequel se trouvait le Moth-Gang en cet instant, l'un d'entre eux avait entendu le petit rire enfantin de la jeune fille qui avait résonné dans l'obscurité, comme s'ils étaient dans un vrai film d'horreur. Aussitôt, il tourna sa torche dans la direction du bruit, et put entrevoir ce qui semblait être une tête chevelue, dont les cheveux, autrefois blonds, s'étaient assombris à cause de la crasse qui régnait par ici, se cacher derrière le coin où elle se trouvait. Aussitôt, ils purent entendre des bruits de pas humides et précipités. La fille de 16 ans, qui portait simplement une jupe et un débardeur sales et troués et qui courait pieds nus dans les flaques verdâtres, bifurqua à droite puis à gauche, encore à droite, s'engouffrant dans le dédale que représentait les égouts. Elle grimpa dans un tuyau étroit dans lequel elle marcha à quatre pattes, et continua d'avancer dans divers embranchements, en sachant exactement là où elle allait.

Elle termina sa course en sautant d'un tuyau, et se retrouva dans une grande pièce carrée. Le sol était jonché d'ossements, qui formaient un tas un peu plus loin, juste contre le mur. Si l'on excluait les tuyaux, un peu trop étroits pour la plupart des hommes adultes, un seul chemin conduisait à cette pièce un peu isolée : un long couloir, qui donnait sur un large fleuve perpendiculaire au couloir.
A côté du tas d'os et de crânes, aussi bien humains qu'animaliers, une bête énorme à la peau couverte d'écailles était allongée, recroquevillée contre le mur et endormie. C'était un homme gigantesque qui... Bon, vous le connaissez, c'était Killer Croc, voilà.
La jeune fille s'approcha de lui en évitant tant bien que mal de marcher sur des os pour ne pas se faire mal aux pieds. Heureusement pour elle et à l'instar du monstre cannibale, sa vue s'était habituée à l'obscurité à force de vivre ici, ce qui lui permettait de distinguer les formes des obstacles qui se trouvaient sur son chemin, ainsi que les murs et les chemins, malgré le grand manque de lumière.
Dés qu'elle fut arrivée à proximité de Killer Croc, elle s'accroupit à côté de lui, et le poussa un peu en posant sa main sur son épaule.


"Waylon ?... Hé, Waylon ! Réveille-toi, espèce de gros paresseux !"

Peu de personnes étaient capables de parler ainsi au redoutable Killer Croc sans y laisser des plumes. Mais la jeune Sophie savait qu'elle n'avait rien à craindre de lui, ou tout du moins, elle en était persuadée. Ils s'étaient rencontrés durant le No Man's Land, à une période où Croc avait de gros doutes sur lui-même, sur ses capacités, ses motivations, ses objectifs, et tout le reste. A cette époque, il venait de recouvrer la mémoire, et devait diriger sa défaite face à l'homme le plus fort de la ville : Bane. Ayant perdu toute combativité, toute volonté de se battre et ayant même perdu goût à la vie, il errait hasardeusement dans les égouts, quand il était tombé sur cette fille, agressée par deux hommes que le contexte du No Man's Land avaient rendu fous, et qui cherchaient le groupe de la fille afin de leur voler leurs vivres. Il lui avait sauvé la vie, sans vraiment savoir pourquoi sur le moment. Cette fille l'avait considéré comme un être humain, malgré sa maladie de peau, chose que peu de personnes avaient faites tout au long de sa vie. Depuis lors, ils étaient devenus amis. Après la fin du No Man's Land, la plupart des gens du groupe de Sophie avaient pu retrouver une vie normale. Mais la jeune adolescente n'avait pas eu cette chance : ses parents s'étaient fait tuer quand Gotham City était transformée en jungle, elle était déjà orpheline au moment où elle avait rencontré Croc. Elle n'avait plus aucune famille. Des gens de son groupe avaient proposé de l'adopter mais... elle avait préféré rester ici, en compagnie de Waylon. C'était un peu lui, sa famille, maintenant.
Croc continuait donc de la nourrir et Sophie, influencée par le criminel qui lui servait de tuteur, devint de moins en moins humaine. Le fait que Waylon tue des gens pour se nourrir ou les protéger était devenu banal, pour elle, elle ne voyait même plus en quoi c'était mal ou immoral. Elle avait même fini par devenir une cannibale, tout comme lui. Mais malgré la mauvaise influence que Croc avait sur elle, Sophie avait une bonne influence sur lui : depuis qu'il l'avait rencontrée, il ne tuait que pour se nourrir ou quand il sentait un danger pour lui, ou pour elle. Il avait abandonné sa carrière de criminel, il ne voulait plus l'argent, ni le pouvoir. Tout ce qui comptait pour lui désormais, c'était de s'occuper d'elle.

Il ouvrit lentement les yeux, puis s'étira en poussant un grognement au réveil.


"Allez, debout !" s'exclama la fille sur un ton enjoué.

Croc s'étira longuement, puis se releva péniblement tout en se frottant les yeux.

"Qu'est-ce qu'y a...?" marmonna t-il, dans le gaz.

"J'ai vu des types traîner pas loin d'ici !... Au début, je pensais que c'était des flics alors j'les ai suivis, mais en fait... Ils ont pas l'air très doués et ils ont des costumes bizarres !"

"....Ah."

"Tu veux pas te les farcir ?! Ça va être marrant !"

Il soupira.

"Chuis un peu crevé, là, j'dormais bien..."

Sophie baissa la tête, déçue de la réponse.

"Oh... Mais... Et s'ils trouvent notre cachette secrète ?"

"Pffff.... T'as raison... J'peux pas les laisser v'nir ici. J'm'en occupe."

"Super ! Je peux venir avec toi ?"

"Nan, trop dangereux."

"Oh allez, s'il te plait ! Il m'arrivera rien, je te le promets ! Ils ont vraiment pas l'air doués ces types ! En plus, tu ne sais même pas où ils sont alors que moi, si, t'auras besoin de moi pour les trouver !"

"Bon... Ok... Mais tu resteras cachée derrière moi quand on les aura trouvés."

"Okay !"

Puis Waylon la souleva pour la poser sur son épaule droite, avant de s'engouffrer dans le couloir donnant sur le fleuve.
Ils longèrent ensuite le fleuve en marchant sur le rebord large de 2 mètres, et finirent par entendre des voix et des cris au loin. Croc s'arrêta, et posa la fille derrière lui.


"Reste là, j'vais jeter un œil." murmura t-il.

Puis il se laissa glisser silencieusement dans l'eau avant de disparaître presque totalement dans le liquide noirâtre : seul ses yeux et le sommet de son crâne sortait de la surface de l'eau. Il nagea discrètement de sorte à s'approcher du groupe et mieux les observer...

_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drury Walker/Killer Moth

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 25/07/2014
Nombre de Messages : 103
Autres Comptes : Lonnie Machin/Anarky
Vous à Gotham : L'infâme mite du mal!
Citations : Je serais bientôt mythique hin hin hin!

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Sam 28 Mai - 17:48

Drury s'imbibait lentement tandis que ses sbires de seconde main tentaient de mettre de l'ordre dans leur début chaotique de sauvetage. Autour de lui, l'eau émettait des bruits organiques. Lui, le fier insecte du mal, absorbé lentement par la fange du monde moderne, triste allégorie de la lutte de l'homme contre une modernité ravageuse. Le pétale de son existence lentement se flétrissait, enduit par le suc vénéneux de ce que Gotham cachait dans ses entrailles. Il était né de sa violence, il disparaîtrait de son indifférente crasse. Ainsi avait vécu Killer M...

Mais son épitaphe pre-mortem fut interrompue par le violent fouetté d'une corde de secours lancée à grand renfort de cris de détresses. Laissant de coté ses envolées lyriques dignes d'un auteur au stade terminal pour ne plus laisser parler que l'instinct de survie, il s'agrippa maladroitement à ce bout d'espoir payé 15 dollars. Ses gants glissaient et il manqua à plusieurs reprise de lâcher le cordon que deux moths tiraient de toute leur force. L'amalgame spongieux dans lequel baignait le chef de gang semblait mû par une volonté malsaine, retenant comme une ventouse sa proie. Mais Drury tenait bon! Ce n'était pas un limon brunâtre qui allait avoir sa peau! Il serrait sa prise comme jadis il avait serré la main de sa grande-tante Stacy alors qu'il découvrait avec horreur les salons de coiffure! (la vieille femme avait failli perdre deux doigts). Il s'était arrêté de respirer de crainte d'utiliser inutilement de l'énergie. La chaleur lui montait au visage et ses dents se serraient. L'effort se peignait avec une égale intensité chez les moths qui désespéraient de pouvoir sortir leur chef de ce mauvais pas: phalanges blanchies, gorge serrée, lèvres pincées. Leurs chaussures peinturlurées glissaient régulièrement mais aucun ne pouvait se résigner à abandonner leur maître!

A côté de cela, l'un de ceux qui ne faisaient rien tournait le dos à la scène, tétanisé par le spectacle qui s'était offert à lui quelques instants plus tôt. Le dernier, lui, terminait d'achever sa crise d'asthme en respirant dans son sac en papier frappé d'une mite verte qui gonflait et crevait à intervalle régulier.

Les bruit répugnants de la fange bourbeuse ne furent cependant pas assez coriaces pour cacher les rires estompées d'une enfant. Les deux moths arrêtèrent instantanément de tirer, Killer Moth releva la tête, l'asthmatique reprit de plus belle et le dernier se rapprocha de ses collègues.

- Vous avez entendu? murmura-t-il à l'un d'entre eux, celui précisément qui ne regardait plus la corde qui lui glissait des mains.

Alors que le bord était presque à portée, Drury recommença à s'enfoncer.

- Mais qu'est-ce que vous fichez bande d'incapables! hurla-t-il.

A ce moment, un nouvel écho de rire d'enfant leur parvint. Visiblement ébranlés, les moths n'en tirèrent pas moins leur chef le plus rapidement possible, comme si ça présence à leur côté serait d'une aide inestimable. Après tout, il était la matière grise de cette joyeuse bande!

Killer Moth se jeta sur le rebord comme un chat jeté dans une bassine d'eau froide. Ses sbires le hissèrent avec une légère répugnance. L'odeur couplée aux bruits ignobles qu'il faisait obligea l'un d'eux à lâcher prise pour aller vomir plus loin. Le "sprotch" que fit Drury lors de cette nouvelle chute fut plus discret mais accompagné par un chapelet non-liturgique de jurons.

La seconde opération d'extraction fut corsé par sa colère. Il gigotait, grognait et manqua plusieurs fois les mains que lui tendaient ses malheureux moths qui se confondaient en excuses misérables. Lorsqu'enfin il fut extirpé de son bourbier, l'un d'entre eux soupira d'aise.

- Eh ben, commenta-t-il, quelle merde.

Drury lui jeta un regard noir que son masque ne laissa pas percer, mais son geste sec de la nuque lui arracha de plates excuses. Killer Moth, maintenant sur une surface solide, s'autorisa à enlever ses bottes qui vomirent chacune un flot nauséabond.

- Bon, fit-il en tordant l'une de ses chaussettes vertes devenue noire, il faut toujours qu'on traverse et...

Il regarda autour de lui, ses hommes ne l'écoutaient qu'à moitié.

- Mais vous osez m'ignorer larve de mon empire! se récria-t-il.

Sitôt ses hommes se concentrèrent sur lui, l'air peu rassurés.

- Qu'est-ce qui vous prend?

- Ben chef... vous savez, les rires.

Les rires, il les avait complètement oubliés. Ce simple souvenir lui glaça le sang.

- J'ai.... j'ai vu.... une petite fille! bégaya un moth poura rajouter au tableau.

Un frisson parcouru l'assistance férue de film d'horreur à petit budget. Killer Moth se refusait cependant à paraître effrayé face à ce qui vraisemblablement n'avait été qu'une vision, enfin, il l'espérait, que pouvait-ce être d'autre? Ha ha... après tout, que ferait une petite fille dans les égouts... enfin... ce n'était sans doute rien... au pas grand chose... ou... un... non.

- Une.... petite fille? fit le ciron du mal avec un courage en grève. Comment ça?

- Ben, petite, peau blanche ou presque, cheveux noirs plein de trucs dedans... je crois même qu'ils bougeaient tous seuls.

Le groupe se resserra instinctivement autour du chef qui terminait de remettre ses bottes. Les lampes s'allumèrent pour balayer les ténèbres.

- Et... et par où elle est partie? demanda un autre moth.

Un doigt tremblant pointa une direction.

- Qu'est-ce qu'on fait chef? On doit toujours rechercher Killer Croc?

A l'entente du nom de son compère, Drury bondit hors du groupe qui se précipita à sa suite.

- OUI! Plus que jamais mes nobles moths! Et ce fantôme doit sans doute savoir des choses! Il nous faut le suivre!

- Fantôme?

- Oui, expliqua un moth avant que le chef n'ait eu le temps d'en placer une. C'est sans doute une petite fille morte lors du no Man's Land, noyée dans les égouts alors qu'elle cherchait à fuir ses parents qui voulaient la manger vivante! C'est un esprit qui cherche la vengeance!

L'histoire glauquissime tint un temps l'auditoire coi. Ce fut Drury qui se décida à compléter ces sinistres extrapolations.

- Et il doit connaître bon nombre de secrets de l'au-delà! fit-il en étant soudainement devenu un parapsychologue de talent. Il suffira de le questionner!

- Mais Croc est pas mort chef alors pourquoi un specrre qui connaît l'aù-delà pourrait...

- Il suffit, coupa le chef qui sentait que la conversation allait lui échapper, mon verbe est votre ordre et mon verbe est... ben... enfin... oui bon, avec une phrase autour du verbe ça donne:  "On suit ce fantôme et plus vite que ça!" Et puis, vous n'avez rien à craindre sous ma protection!

L'affirmation eut un accueil mitigé et pour mieux ponctuer la douce ambiance, le sac que le moth avait laissé choir dans le fleuve ignoble remonta à la surface avec un bruit humide répugnant, provoquant un bon prodigieux de la part du chef qui s'écria:

- Ne m'approche pas spectre sanglant!

Il y eut un blanc lorsque le groupe regarda le sac flotter paisiblement et suivre le cours de l'eau.

- Hum, se reprit Killer Moth. Bon, on va pas y passer la journée, en avant!

Et le groupe progressa à la vitesse d'un limaçon pétri d'angoisse. La fil qu'ils formaient, mené par un chef à la cape graisseuse, se compactait lorsque ce dernier s'inquiétait et s'arrêtait pour ensuite s'étirer lorsqu'il redémarrait. Tout était objet à circonspection: les chutes inopinées d'eau, les rats qui grouillaient, les déchets qui flottaient en surface avec des formes que l'esprit apeuré du moth-gang rendaient humanoïdes, les parois dont les aspérités étaient autant de menaces; il y avait des échos, des bruits de pas, des éclaboussures, des couinements; dans l'étrange brouhaha lointain des chutes, les sons les plus vifs étaient étouffés. Les distances et le temps se déformaient tant et si bien qu'abandonnés à leurs propres sens terrifiés, les criminels parvinrent à se perdre tout à fait.

Leurs ombres se déformaient sur les murs convexes des galeries de briques souillées. Enfin cependant une porte apparut devant eux. C'était une porte étrange; dans un lieu à l'humidité aussi malsaine, la rouille semblait la fuir, elle ainsi que son panneau "DANGER!". Dans l'esprit du chatoyant criminel, une telle porte ne pouvait qu'être providentielle.

- Enfin, s'écria Drury qui fit sursauter tous ses hommes, voici le repaire secret du grand Killer Croc! Après tant d'années séparés nous allons reformer un groupe du tonnerre! Un véritable Killer Gang, ou le fabuleux groupe des double "K", les K-K! Hum... non, peut-être pas, on verra plus tard! Voyez mes chers moths nos recherches ne furent pas vaines!

Aucun des moths n'étaient persuadés de trouver le saurien vaurien* mais leur chef était tellement enthousiaste qu'ils étaient prêts à le suivre jusque dans la mort - une destination pas si lointaine. Il fit un geste à l'un de ses hommes pour qu'il aille ouvrir la porte**.

Ce que Drury ne savait pas c'est que lors du No Man's Land, certains gangs de mafieux avaient utilisé les égouts comme base de replie et continuaient encore de les utiliser. Parmi les plus fameux restent les "Ukranian's Rats", un gang qui arborait des cadavres de rats sur leurs tenues, qui revendaient parmi les drogues les plus durs de la ville, qui adoraient l'armement lourd et, naturellement, qui préféraient depuis le No Man's Land la viande humaine.

- Vous allez bientôt admirer notre futur allié dans notre lutte pour la reconnaissance et la gloire! lança Killer Moth avec des intonations qui se voulaient graves et solennelles.

Le seul hic était que de l'autre côté se trouvait précisément une cellule des Ukranian's Rats, qu'elle était affamée et très en colère d'avoir été précédemment attaquée par une bande rivale. Le moth posa une main sur la poignée.

* Oui, elle a déjà été faite, mais elle est tellement savoureuse.  

** En réalité, et en accord avec la codification "presque" militaire qu'il avait mise au point lors de son exil, le geste signifiait précisément "Change de chaîne" mais les moths savaient parfaitement interpréter les divins ordres de leur chef bien-aimé.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6621-drury-walker-killer-moth
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2796
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Dim 29 Mai - 17:41

Alors que Croc s'approchait silencieusement du Mothgang par la voie sous-marine, leur chef venait tout juste de sortir du bourbier. Lui et ses hommes discutèrent quelques minutes, mais Croc ne parvenait pas à comprendre ce qu'ils disaient à cette distance. Après une courte discussion, ils s'éloignèrent du fleuve pour s'enfoncer dans un couloir.

Croc s'approcha donc du bord du fleuve et en sortit avec une aisance qui rendrait jaloux Killer Moth vu comme ce dernier avait eu du mal à s'en extirper. La jeune fille avait suivi silencieusement le cannibale en longeant le fleuve par son rebord, et le géant lui fit un signe de tête pour lui dire de le suivre.

Ils marchèrent sur plusieurs dizaines de mètres avant de se retrouver à l'endroit exact où le Mothgang avait fait une petite halte le temps que leur chef prenne un bain dans ce fleuve au parfum si exotique. Les hommes costumés avaient désormais disparus en errant dans les nombreux couloirs du système d'évacuation de la ville, Croc et la fille marchèrent vers la direction où le géant les avait vus partir, puis s'arrêtèrent au premier embranchement.
Sophie pointa du doigt un couloir sur le côté.


"C'est par là que j'ai fui ! S'ils m'ont suivi, ils ont dû aller par-là eux aussi."

L'homme à la peau de crocodile renifla à plusieurs reprises. Grâce à son odorat extrêmement développé, il était capable de différencier toutes les différentes particules odorantes qui flottaient dans l'air ambiant, et ainsi de distinguer les odeurs habituelles d'excréments et de produits divers que l'humanité rejetaient ici, des odeurs inhabituelles telles que celles des êtres humains, de la peinture, des armes, bref de toutes choses qu'on ne trouvait pas forcément partout dans les égouts, même à Gotham. Mais non seulement capable de distinguer toutes ces différentes odeurs les unes des autres et de les reconnaître, il pouvait également savoir dans quelle direction ces différentes odeurs étaient plus intenses, et donc trouver leur provenance.
Après avoir inspiré longuement les différentes particules odorantes qui émanaient des hommes du Mothgang, de leurs costumes et de leurs équipements, et qu'ils avaient laissé derrière eux tout le long du trajet comme une trace que l'on pouvait pister, il affirma d'une voix calme :


"T'as raison. Ils sont passés par là."

Ils reprirent leur route, et suivirent la piste odorante qui les poussa à prendre exactement le même chemin que Killer Moth.

*C'est bizarre... Parmi toutes ces odeurs, il y en a certaines qui me rappellent quelqu'un... Où est-ce que j'ai déjà senti ça ?*

Chaque être humain avait une odeur différente, et Croc n'avait beau pas être très intelligent dans le sens où sa capacité de réflexion était très limitée, il avait tout de même une très bonne mémoire olfactive. Il se souvenait qu'il avait déjà senti cette odeur à plusieurs reprises, c'était quelqu'un qu'il connaissait bien. Mais c'était aussi quelqu'un qu'il n'avait pas rencontré depuis longtemps, ce fut la raison pour laquelle il était incapable de retrouver exactement de qui il s'agissait.

Au fur et à mesure qu'ils suivaient leur trace, Waylon commença à avoir une mauvaise appréhension.


*On s'approche du territoire des ruskov... C'est eux qu'j'ai senti ? J'crois pas qu'ils avaient ce genre d'odeurs pourtant.*

En dehors du fait que Croc confondait les Russes et les Ukrainiens (en fait, pour lui, c'était du pareil au même), il commençait à avoir des doutes. Est-ce qu'il était en train de suivre la piste des Ukranian's Rats depuis le début ? Cela ne ressemblait pas à leurs odeurs mais il n'en était pas sûr, et puis personne n'était assez fou pour s'approcher de leur zone. Il devait en avoir le cœur net. Mais s'approcher du territoire des Ukrainiens était trop dangereux pour Sophie. Il lui fit face et se pencha vers elle.

"Ecoute, par là, c'est la zone que* t'as pas l'droit d'aller. C'est trop dangereux pour toi, j'veux qu'tu rentres au repaire, d'accord ?"

Sophie hésita un moment puis elle finit par acquiescer d'un air résigné.

"D'accord..."

Elle savait que Croc ne plaisantait pas quand il s'agissait de sa protection. Il avait déjà été très furieux envers elle une fois, quand elle s'était mise en danger en lui désobéissant, et elle ne voulait pas le voir s'énerver à nouveau. Ce fut la raison pour laquelle elle décida d'obéir, et retourna sur ses pas.

Le cannibale géant continua sa traque et entendit de nouveau les voix, qui se faisaient de plus en plus proche.


*Cette voix me dit aussi quelque chose... Et c'est carrément pas un ruskov ! Ça serait quand même pas...?*

Il bifurqua au bout d'un couloir, et put enfin voir le Mothgang en chair et en os, à une vingtaine de mètres devant lui. Ils étaient juste devant la porte d'une cellule des Ukranian's Rats, que Croc connaissait assez bien. Les quatre hommes de main étaient trop occupés à écouter leur chef, qui lui-même était trop occupé à leur vendre du rêve par l'un de ses nombreux discours pleins d'espoir, pour faire attention à sa présence tapie dans l'obscurité.

*Et bah si... C'est lui.*

Croc avait bien évidemment reconnu son ancien allié Killer Moth ! Quand bien même la dernière fois qu'ils s'étaient retrouvés, Waylon ne se souvenait pas de lui à cause d'un trouble de la mémoire, il avait retrouvé la mémoire depuis et se souvenait donc parfaitement de tout ce qu'ils avaient faits ensemble. Il se souvenait que Killer Moth était un allié sur qui on pouvait compter, avec d'énormes moyens financiers. Il n'était pas toujours des plus adroits mais il avait prouvé à plusieurs reprises que Croc pouvait avoir confiance en lui.
Malgré cela, Waylon ne saurait dire s'il était heureux de le revoir ou pas. Il avait disparu durant le No Man's Land, et Croc n'avait pas vraiment cherché après non plus. Que venait-il faire ici ? Pourquoi venait-il demander de l'aide aux Ukranian's Rats ? Croc n'avait pas entendu le discours de Moth, il avait juste entendu sa voix sans comprendre de quoi il parlant, entendant juste quelques bribes de conversation par-ci par-là. Il ne savait donc pas que c'était pour lui qu'il était venu.


*Y a un truc qui colle pas... Moth et ces types n'ont rien en commun. J'les imagine mal s'associer avec un type comme Moth.*

Il était en train de penser cela, au moment où un homme de main de Drury vint poser sa main sur la poignée de la porte. Ce fut à ce moment là que Croc, dans sa grande stupidité, eut comme un éclair de génie. Comme si Dieu lui-même lui avait soufflé la bonne réponse à l'oreille.

*Non... C'est pas pour les ruskov qu'il est venu !... C'est pour moi !*

Killer Croc se rendit alors compte du danger de la situation : si le Moth ouvrait cette porte, ils allaient se faire trucider ! Killer Moth était l'un de ses anciens alliés, l'un de ses seuls alliés, et même si cela faisait longtemps qu'il n'avait plus rien fait ensemble, il ne pouvait pas le laisser se faire tuer comme ça.
Alors que le Moth baissa la poignée, Croc s'élança à toute vitesse vers lui, et au moment où l'homme de main commença à entrouvrir la porte, le reptile humanoïde, dans sa lancée, l'attrapa pour l'éloigner de la porte, puis le plaqua contre le mur, sous les cris de stupeur des autres Moths qui n'avaient rien vu venir !

Aussitôt, Croc tourna la tête vers le reste du Mothgang, tout en continuant de plaquer celui qui allait ouvrir la porte, contre le mur, en appuyant légèrement sur son torse avec son avant-bras droit mais en se retenant de lui faire mal.


"Fermez cette putain d'porte tout d'suite !" s'exclama t-il dans un murmure, essayant de parler le moins fort possible tout en ayant l'air suffisamment énervé pour qu'ils comprennent le danger de la situation.

Mais c'était trop tard, les cris des Moths avaient alerté les Ukrainiens qui se trouvaient à l'intérieur. On les entendit parler dans un dialecte incompréhensible pour Waylon, et s'équiper en armement.


*Merde !*

Trop tard pour la discrétion, ils avaient de toutes façons été entendus. Comment devaient-ils la jouer ? Tenter de fuir en espérant être plus rapides que leurs sulfateuses ? Se battre et risquer la mort de tout le Mothgang et de Croc lui-même ? Et par conséquent celle de Sophie... Que faire ? Que faire ?!

Trop tard, Croc n'avait pas eu le temps de prendre une décision, il ne réfléchissait pas assez rapidement. L'un des Ukraniens ouvrit la porte qui avait été légèrement entrouverte, et pointa un fusil d'assaut vers la sortie. Aussitôt, Croc relâcha le Moth, et se positionna devant la porte d'entrée, faisant face à l'homme armé qui écarquilla des yeux.


"Cloc ?!" fit-il avec un accent d'europe de l'est.

Le chef du groupe d'Ukrainien passa devant le reste du groupe, en faisant signe à celui qui pointait son arme vers Croc de s'écarter sur le côté. Tous les Ukrainiens avaient leurs armes rivées sur le géant.


"Cloc, qué toi faile ici ? Nous avoil conclu un malché ! Toi pas mêler affaile à nous, et nous laisser toi et ta fille vivle !"

Les égouts étaient grands, suffisamment pour que les différents criminels puissent avoir chacun leur petit territoire sans empiéter sur les autres. Ratcatcher avait ses quartiers, Killer Croc les siens, les Ukranian's Rats et leurs rivaux avaient également les leurs. Quand Killer Croc avait rencontré pour la première fois les Ukranian's Rats, ça ne s'était pas très bien passé... mais ils étaient finalement parvenus à un accord, autour d'un bon festin entre cannibales. Les Ukrainiens connaissaient suffisamment Killer Croc pour savoir que même s'il était tout seul, il valait mieux ne pas l'avoir sur le dos, car même s'ils parvenaient à le tuer, il ferait de gros dégâts dans leurs rangs avant qu'ils ne parviennent à le tuer. Croc, quant à lui, ne voulait pas d'ennuis, surtout qu'il avait quelqu'un à protéger désormais. C'était donc dans leurs intérêts communs de trouver un accord. Croc les laissait tranquille, il ne les mangeait pas et les laissait faire leurs affaires. En échange, ils ne cherchaient pas à le tuer, ni lui, ni Sophie. Mais pour que l'accord tienne, il fallait que Croc reste sur son territoire, et inversement les Ukrainiens ne devaient pas s'approcher de son repaire.

"... J'suis pas v'nu vous emmerder. Mon pote me cherchait et s'est perdu, c'est tout. On va r'partir bien sagement."

"Quoi ?! Toi avoil fait venil ami à toi ici ?! Tu lui montles cachette seclète à nous ?!"

Croc brandit les paumes de main devant lui en signe de paix.

"Nan, nan, t'as pas complis, heu, j'veux dire : 'compris'. J'ai amené personne ici, j'l'ai suivi, c'est tout. Lui être perdu, ok ?"

"Toi avoil lompu accold ! Mais nous pouvoil allanger ça. Nous affamés. Donne-nous un seul pote à toi à manger, et nous quittes."

Croc baissa les bras et soupira en levant les yeux. Le chef des Ukrainiens voulait que Croc lui offre l'un des cinq types qui se trouvaient derrière lui à manger, pour qu'il considère qu'ils soient quittes. Waylon tourna la tête vers son vieil ami Killer Moth, puis haussa les épaules.

"Ca a l'air correct. Il veut un d'tes gars, et il nous laissera partir en échange. Un volontaire ?"

Contrairement à Killer Moth, Croc se fichait bien de ses hommes de main. Qu'ils soient trois ou quatre, ça ne changerait pas grand chose, alors sacrifier l'un d'entre eux pour qu'ils puissent tous s'en sortir lui semblait être la meilleure solution. Mais qu'allait en penser son ancien allié revenu d'outre-tombe (ou pas loin) ?

*remplacer "où" par "que" est une faute volontaire pour souligner le manque d'éducation scolaire de Waylon.

_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drury Walker/Killer Moth

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 25/07/2014
Nombre de Messages : 103
Autres Comptes : Lonnie Machin/Anarky
Vous à Gotham : L'infâme mite du mal!
Citations : Je serais bientôt mythique hin hin hin!

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Mar 31 Mai - 18:54

Enfin une opération qui se déroulait sans accroc notoire! Heureux comme un charançon dans une planche de bois tendre, Drury avait prit une pose de vainqueur: deux poings fermement ancrés sur ses hanches. Rien ne pourrait ternir son triomphe maintenant qu'il était si proche! Son homme s'apprêtait à abaisser la poignée lorsqu'un coup de vent verdâtre et humide vint le happer. Ce fut aussitôt le branle-bas de combat dans le moth-gang qui réagit comme une fourmilière au contact de son membre le plus excité. Les moths hurlèrent, Killer Moth sortit son arme de poing de sa ceinture et hurla de plus belle, ce fut un miracle qu'aucun d'entre eux ne tomba dans l'eau.

Puis, lorsque le tyroglyphe du mal reconnu son allié, il se calma et voulut l'accueillir comme il se le devait, mais ce dernier leur intima de "fermer cette putain d'porte". Évidemment, ils arrivaient à l'improviste et leur camarade devait avoir laissé une pagaïe indescriptible dans sa planque (vaisselle sale, vêtements usagés, etc.) autant de choses qui pouvaient nuire à une solide réputation, que dirait-on si l'on découvrait les caleçons maculés de Black Mask dans une photo de journal? Drury allait protéger l'intimité de son collègue lorsque la porte s'ouvrit. Comment? Leur avait-il caché quelques secrètes concomitances criminelles? Aurait-il d'autres alliés de polichinelles?

L'homme dont la tête surgit de l'entrebâillement était atroce. Crâne rasé, dents cariées (la simple vue d'une sucrerie devait le faire souffrir atrocement), tatouages excessifs et franchement pas beau, une vraie caricature de mafieux et Drury s'y connaissait rayon caricature. Croc lâcha aussitôt le moth qu'il avait fermement tenu pour s'aboucher avec l'intrus. Le moth ne se fit pas prier pour clopiner jusqu'à son chef qui observait la scène avec attention. Le mafieux parlait avec un accent à couper au couteau et quelques cliquetis d'armes en arrière fond n'inspiraient guère confiance. Croc paraissait même sur... la défensive? Comment ces gougnafiers osaient mettre un tel colosse dans une posture pareille? Comment osaient-ils le menacer et négocier avec lui, il était la terreur des égouts, le maître incontesté de la faune subterranéenne? Il y avait du vilain là dessous à n'en pas douter! Ces bandits avaient sûrement trouvé un terrible moyen de pression pour que le saurien soit aussi conciliant à leur égard!

Et ce qui n'avait été que supposition et hypothèse devint réalité lorsque le criminel reptilien se tourna vers lui pour lui transmettre les résultats des rapides mais efficaces pourparlers.

Killer Moth resta un temps interdit, abasourdit par cette proposition ubuesque. Son cerveau mit une bonne seconde à reprendre son rythme de croisière. Il se pencha vers le mafieux pour lui tenir ce langage:

- Oune Momento père favor, je dois abla avec mi amigo et je reviendo aussitôt.*

Puis il invita Waylon à le suivre un peu plus loin où il tint conseil avec ses troupes.

- Mais... mais qu'est-ce qui t'arrive Killer Croc? fit-il dans un couinement. Tu es la terreur de Gotham, tu pourrais ravager la Gotham Plaza d'une seule main, ne faire qu'une bouchée de cette bande de mauviettes espagnoles!

- Et euh ben, on a pas trop envie d'être laissé auprès de ces types en fait, fit piteusement un moth qui cherchait à se faire tout petit.

- Et puis ça se fait pas, renchérit Killer Moth. On est le moth-gang, on troque pas des hommes comme ça avec n'importe qui! On est une grande famille et c'est pour ça qu'on est là mon grand! On vient te proposer de reformer le groupe! Mais une chose à la fois! D'abord tes caricatures hispaniques, on verra pour le reste après! Admire comment le moth-gang négocie!

Drury bomba le torse et s'avança près du mafieux le plus loquace. Il pointa son arme bariolée vers lui. Vraisemblablement il était tétanisé de peur car ni lui ni ses hommes ne réagirent, normal, avoir un révolver peint en violet et vert et frappé du symbole du moth-gang pouvait tétaniser même un paraplégique... enfin... peu importait! Il appuya sur la détente qui émit un pet disgracieux. Une giclée de liquide non-identifié jaillit du canon et un ressort s'offrit une croisière au grand large en sautant d'un côté de l'arme. Le mafieux eut le visage recouvert de... cambouis? Le chargeur amélioré de l'arme s'éjecta ensuite dans un bruit de tiroir caisse, Killer Moth soupira.

Aussitôt deux mains jaillirent de l'encadrement pour saisir ce qu'ils appelaient "le guignol" et paraissaient remercier Croc pour le... "repas"?

- Quoi?! hurla Drury alors qu'il se repassait mentalement la phrase du croquignolesque brigand chauve. Qu'est-ce que vous entendez par "Melci poul le lepas!"? OOOoooOOh ça ne se passera pas ainsi, je suis l'indigeste enfant du malin m'entendez-vous?!

Alors que les mains commençaient à s'agiter autour de la mite malfaisante, cette dernière parvint à se libérer un bras et à l'abattre sur une poche de sa légendaire ceinture. Puis elle comprit que la bonne commande se trouvait de l'autre côté... La poche frappée commença à mousser dangereusement puis éclata. Le bouton qui la maintenait frappa un homme de main qui perdit un œil sur le coup. La mousse, glissante à souhait se répandit le long de la jambe du criminel et s'étala piteusement sur le sol. C'était sa réserve de moth-bombe-glissante, une invention de son cru pour empêcher les véhicules et les piétons un peu trop sportifs de les poursuivre, mais mélangée avec les déchets qui s'étaient infiltrés lors de sa baignade, celle-ci semblait avoir gagner une teinte et une odeur peu naturelle.

Les bandits s'étaient lentement éloignés de leur repas, de quoi laisser à Drury l'occasion de prendre l'avantage. Il décrocha une grenade de ses lanières et ne put s'empêcher de faire un speech.

- Vous rêviez d'un bon repas et bien je vous offre une fourmidable indigestion! Hin hin hin! fourmidable! hin hin hin!

Autour de lui, les mafieux s'armaient et les cris fusaient, certains dans leur langue méditerranéenne, d'autre encore cherchaient à articuler des semi-phrase en américain.

- Cloc nous a menti! Il paiela!

- Maudite Melde!


Drury dégoupilla la grenade et la jeta au hasard, de toute manière il était encerclé et une direction en valait une autre.

Au dehors de la pièce, les moths étaient circonspects, le rire de leur patron résonnait dans la pièce où des bruits d'armes et de cris ennemis sortaient, c'était signe que les choses allaient mal...

La grenade à l'acide formique de la conception du moth-gang explosa au lieu de se contenter de simplement enfumer les alentours. L'alliage métallique vola, blessant un mafieux malchanceux tandis qu'un nuage verdâtre en engloba deux autres qui bientôt se feraient agresser par des démangeaisons atroces. Killer Moth voulut alors se planquer car tout effet de surprise à ses limites, surtout face à des ennemis armés jusqu'au dent. Les balles commencèrent à fuser. La mite du mal fit un pas, glissa dans son propre produit piégé et se fracassa contre une table rayée de coups de hachoirs rendue poisseuse par le sang séché.

La salle était assez grande pour accueillir une dizaine de personnes et était aménagée chichement, quelques tables, des caisses et beaucoup de râteliers, des armes ça et là, des battes et des chaînes, tout pour un bon gang comme on en faisait plus.

Une rafale empêcha le très estimé chef du moth-gang de détailler plus en avant les lieux. Une balle ricocha et troua sa cape, les enfants de cloporte! Il sauta par dessus la table qu'il renversa avec son habileté naturelle et atterrit sur un coccyx solidifié par l'expérience. Il mit une demi-seconde à se rendre comte qu'il était juste à côté d'un membre des Ukranian's Rats qui s'était abaissé pour échapper à une rafale. Instinctivement il se jeta sur l'arme que son adversaire avait entre les mains.

- Mais lâche moi petit con! crâcha son ennemi.

- Donne-moi ça misérable paltoquet! Foutriquet andalou!

Il posa une botte contre le visage de son adversaire et tirait à présent des deux mains sur l'arme semi-automatique. Leurs mains faisaient des arcs de cercle et l'arme tirait régulièrement des rafales qui augmentaient le chaos ambiant. Killer Moth était bel et bien de retour!

* Oui, pour Drury être polyglotte signifiait avoir un mal de gorge.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6621-drury-walker-killer-moth
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2796
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Mar 31 Mai - 22:28

Mais qu'était-il arrivé à Killer Croc ?!
Il était tout à fait légitime que son vieil allié se pose cette question. Il fut un temps où le monstre cannibale n'aurait jamais laissé quelqu'un pointer son arme dans sa direction. Il fut un temps où il n'aurait jamais tenté de négocier, et quand bien même cela serait arrivé, jamais il n'aurait été sur la défensive. Auparavant, c'était lui qui menaçait les autres, lui qui dictait ce que les autres devaient faire, il ne se laissait pas marcher sur les pieds. Il fut une époque où Killer Croc était persuadé de pouvoir devenir un caïd à Gotham City, régner en maître sur la criminalité de la ville, devenir le numéro uno.
Mais cette époque était révolue. Le redoutable Killer Croc, celui que le Fool surnommait le "colosse de l'ombre", n'était désormais plus que l'ombre de lui-même. Il n'avait plus aucun espoir de régner sur la ville, plus aucun rêve de conquête ou de pouvoir. Il avait changé. Tout comme Gotham durant le No Man's Land, il avait été brisé, et ses morceaux n'étaient pas encore complétement recollés. Le fait de se souvenir de sa défaite contre Bane avait eu un impact psychologique terrible sur lui. Pour la première fois de son existence, il s'était senti faible, extrêmement vulnérable. Suite à cela, il avait perdu toute combativité, toute confiance en lui, il était en proie aux doutes, non pas seulement sur ses capacités physiques, mais sur le sens de son existence toute entière, sur ses motivations, ses objectifs. Tout ce qu'il avait entrepris depuis son arrivée à Gotham n'avait été qu'échecs. Pourtant, cela avait bien commencé, avec le Fool et Killer Moth, ils avaient eu de belles victoires. Puis, d'un coup, du jour au lendemain, tout était parti en vrille. Il s'était disputé avec le Fool, puis il avait tout perdu. Travailler pour Killer Moth n'avait pas été une réussite et son fameux plan de Colère de la Mite avait été un fiasco complet. En fait, Croc ne s'était jamais réellement remis de sa dispute avec le Fool, il n'était pas parvenu à se redresser. Il avait ensuite perdu contre Bane, ce qui lui avait valu de perdre la mémoire, puis s'était fait enfermer à Arkham. Il s'était évadé pour retrouver une ville totalement dévastée par le No Man's Land, où il n'avait fait que survivre et partir à la recherche de son passé décomposé. L'attaque du Pingouin en compagnie du Joker et du Fool avait également été un échec. Et l'attaque de la Cour des Hiboux avait été encore pire, puisque c'était à ce moment là qu'il avait retrouvé la mémoire, qu'il s'était rappelé de son combat contre Bane et avait perdu toute volonté.

Et puis, il y avait eu ce rayon de soleil, cette lueur qui l'avait poussé à ne pas abandonner la vie et qui lui avait donné un but. C'était ce qui avait terminé sa métamorphose. Pour prendre une image qui plairait certainement à ce cher Drury Walker, disons simplement que la chenille qui traînait avec le Fool, et qui était devenue un cocon après sa défaite contre Bane, était enfin devenue un papillon. Waylon ne se battait plus pour lui-même. Il ne se battait plus pour le pouvoir ou l'argent, ni pour son ego, ni pour prouver sa valeur aux yeux des autres. Il se battait pour elle, pour la protéger. Cette lueur d'espoir dans sa vie entière de désespoir et de tristesse, c'était Sophie. Sa rencontre avec elle, à un moment où il doutait de lui-même, lui avait permis de trouver un sens à sa vie, et donc, de changer. Il n'était plus le Killer Croc que Drury avait connu. Il ne l'était déjà plus lors de leur dernière rencontre, parce qu'il avait perdu la mémoire. Mais désormais, et bien qu'il était en pleine possession de ses souvenirs et parfaitement conscient de sa relation passée avec Killer Moth, Croc était encore plus éloigné des souvenirs que l'entomologiste avait de lui.

Et pourtant, la question de son ancien allié, et son discours à propos des capacités physiques surhumaines du crocodile humanoïde, poussèrent ce dernier à s'interroger une fois de plus sur lui-même. Alors que Drury se fit attirer à l'intérieur de la pièce avant de se faire malmener par le gang, Waylon se perdit dans ses pensées suite à ces paroles. Dans un sens, Drury avait raison. Où était passé le grand, redoutable et dangereux prédateur qu'il était autrefois ? Pourquoi ces types armés jusqu'aux dents ne le craignaient-ils pas, alors qu'il était sur son territoire ?
En réalité, si, ils le craignaient. Suffisamment pour passer un marché avec, en tout cas. Si les Ukranian's Rats n'avaient pas peur de Killer Croc, ils l'auraient tué sans hésiter. Mais, connaissant la bête, ils savaient à quel point c'était dangereux, car même en parvenant à le tuer, il aurait le temps de tuer plusieurs d'entre eux avant de pousser son dernier soupir. Et pourtant, malgré cette crainte qu'ils avaient de lui, ils avaient mené les négociations avec une très grande assurance, prêts à menacer Croc et à lui donner des ordres. Et lui n'avait pas d'autres choix que de se laisser faire. C'était parce qu'ils connaissaient le point faible du reptile, ils l'avaient vu. Waylon n'en avait rien à faire de son corps ni même de sa propre vie. La seule chose qui comptait vraiment pour lui, désormais, c'était de protéger Sophie. Néanmoins, il savait que s'il mourait, elle mourrait, il ne pouvait donc pas se permettre de se mettre lui-même en danger inutilement. Et c'était pour cette raison que les Ukranian's Rats avaient pris l'avantage dans ces négociations. Il fallait croire que Waylon tenait plus à son amie, que les Ukranian's à leurs propres vies. Dans une telle situation, c'était ceux qui avaient le moins à perdre qui avaient l'avantage.

Alors, que devait-il faire ? Il regardait passivement la scène qui se déroulait sous ses yeux, le chef du Mothgang se faisant malmener par les européens qui voulaient le manger. Croc s'interrogeait, hésitait. Devait-il intervenir ? Moth était un ancien allié, et même s'ils ne s'étaient plus vus ces derniers temps, il était revenu pour lui. Voulait-il simplement se servir de lui comme tous les autres, ou bien avait-il réellement de la considération pour lui ? Est-ce qu'il le traitait comme un ami, ou comme un outil ? Waylon aurait bien voulu le considérer comme un ami, comme autrefois, mais beaucoup de temps s'était écoulé et les choses n'étaient plus les mêmes. Il n'était pas totalement certain que Killer Moth en valait la peine. L'aider, et donc aller à l'encontre des Ukranian's Rats, c'était mettre la vie de Sophie en danger, indirectement.

Et tandis que Drury parvint à se débattre et à menacer ses agresseurs avec une grenade, leurs cris et insultes parvinrent jusqu'aux oreilles du géant. Ils pensaient qu'il les avait trahis, et le traitèrent de tous les noms. Ils ne lui feraient plus jamais confiance, l'accord était définitivement rompu. Ce qui ne signifiait qu'une seule chose : sa protégée était en danger.

Arrivant à cette conclusion, la fureur et la folie meurtrière s'emparèrent de tout son corps. Puisqu'il ne pouvait plus négocier avec eux et qu'ils mettraient la vie de Sophie en danger, il allait être obligé de les tuer. Il s'engouffra donc à l'intérieur de la pièce en grognant, puis courut en direction des ennemis, sans même chercher à se protéger ou à se mettre à couvert. Essuyant une rafale de balles qui transpercèrent son épaisse peau verte, il prit la tête du chef des Ukranian's Rats dans sa main droite, et l'écrasa contre la paroi froide d'un mur. Le crâne de l'être humain se brisa en morceaux tout en creusant un petit cratère dans le mur et des bouts de cervelle vinrent repeindre la paroi. Puis Croc bondit sur deux autres types, les plaquant tous deux contre le sol en poussant leurs torses avec ses mains simultanément, puis les éventra l'un après l'autre après qu'ils furent tombés. Il prit l'un des cadavres gisant à ses pieds, et l'envoya valser sur celui qui se chamaillait avec Killer Moth pour garder son arme à feu, alors qu'ils venaient de tirer dans sa direction et qu'une balle s'était plantée dans son bras. Puis, toujours en grognant, il fonça sur d'autres gangsters qui le prirent pour cible en priorité et tirèrent dessus. Les balles transpercèrent sa cuirasse d'écailles et s'enfoncèrent dans sa chair, mais ça ne l'arrêta pas. Arrivant près d'eux, il griffa, trancha, décapita, brisa des os, des nuques, arracha des membres, éventra encore et encore tous les Ukranian's qui se trouvaient dans les parages, sans se préoccuper des balles qui le trouaient de partout.
La bête était lâchée.

***

Le calme revint quelques minutes plus tard. Il y avait des membres un peu partout, le mur et le sol avaient été repeints, et le silence était de retour. Killer Croc saignait abondamment, transpercé par les balles à une vingtaine d'endroits sur tout le corps, la plupart étaient restées logées en lui et aucune n'avait atteint de points vitaux, grandement ralenties par sa carapace d'écailles. Mais ça faisait quand même atrocement mal.
Il s'assit contre un mur, reprenant sa respiration, puis tourna un regard accusateur envers Drury. Mais après quelques secondes, il finit par sourire nerveusement.


"La vache... T'es de retour que depuis 5 minutes, et j'viens d'me prendre plus de bastos que tout c'que j'me suis pris en un an... Ça m'avait pas manqué !"

Waylon en voulait à Killer Moth, car à cause de lui, il s'était disputé avec les Ukranian's Rats, et Sophie était donc en danger. Il y avait d'autres cellules du gang comme celle-ci, et il allait être obligé de toutes les trouver et de toutes les éradiquer maintenant.
Mais vu tout ce qu'il venait de se prendre, il était un peu trop épuisé pour le moment pour vraiment s'énerver après lui, surtout qu'il venait de se défouler et donc d'évacuer une grande partie de sa colère.

_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drury Walker/Killer Moth

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 25/07/2014
Nombre de Messages : 103
Autres Comptes : Lonnie Machin/Anarky
Vous à Gotham : L'infâme mite du mal!
Citations : Je serais bientôt mythique hin hin hin!

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Mer 1 Juin - 12:50

La sueur perlait sur le front de Drury tandis qu'il cherchait à s'approprier l'arme de son voisin. Il avait hélas beau faire, son adversaire tenait bon et prenait même un léger avantage. Autour de lui, les bruits étaient devenus féroces avant de lentement mourir. Le second couteau qui lui tenait tête décolla d'un seul coup et vola à travers la pièce.

Drury passa la tête par dessus la table pour voir son camarade de lutte en pleine transe meurtrière, c'était un ballet exquis de sang et de tripes. Les membres volaient dans les coins, rebondissaient joyeusement sur les visages terrifiés des brigands. Les armes à feu éclairaient sporadiquement de leurs éclats jaune la tenue de Croc qui tournoyait, griffes et canines sorties, c'était un spectacle de toute beauté. Euphorique, Killer Moth ramassa une arme qui traînait près d'une main solitaire et il faucha un ennemi avant d'être déstabilisé par le recul. Mais il ne s'avoua pas vaincu et se releva pour tirer dans une armoire, une table, détruire une caisse innocente pleine de rien et pulvériser le genoux d'un fuyard, un beau carton.

Bientôt cependant, le calme revint. Killer Croc avait été touché, une épaisse fumée de poudre cachait le plafond tandis que le carmin des murs donnaient à penser que la scène avait été supervisée par Tarantino. Le géant s'adressa enfin à son allié. L'amertume et la pointe de colère qui ponctuait son discours glissa sur la chitine du maître du mal qui ricana.

- Oui hein? ça fait du bien d'être de retour parmi les vivants! lança-t-il. Mais ne t'inquiète pas, Firmin est un pro pour extraire les balles sans douleur excessive, un talent indispensable pour nos opérations courantes!

Le ciron fit rapidement le tour de la pièce du regard.

- Heureux de constater que tu as toujours la forme! J'ai eu peur un instant que ces bouseux ne t'aient domestiqué! Mais non, tu as la fierté de la liberté! Une fois qu'on a goûté à elle, rien ne peut plus nous arrêter hein? Hin hin hin, mieux vaut être loup famélique que chien dodu comme on dit! Il soupira d'aise. Bon allez, c'est pas tout ça mais tu saignes quant même un peu. Retournons donc à la moth-cave! Là-bas on pourra te soigner, et discuter autour d'un bon repas! Qu'est-ce qui est prévu déjà? Fernand?

- Euh, ben deux gigots accompagnés avec des pommes de terre rissolées et des flageolets chef. En entrée on a des sauterelles grillées et en dessert on a fait un cheese-cake. Pour le vin par contre, j'ai trouvé que du Chateau-Neuf du pape et un Sauterne, ça devrait le faire.

- Il faudra racheter un peu de vin, nota tout haut Drury. On ne peut pas indéfiniment accueillir nos amis avec de la piquette. J'espère que tu accepteras tout de même l'invitation!

Le seul problème restait le fait suivant: le moth-gang était complètement paumé. Si Croc refusait l'invitation, ils devraient se débrouiller tous seuls pour rentrer et causer sans aucun doute de dangereux dommage au fragile équilibre des forces dans les égouts, mais leur enthousiasme aurait leur peau bien avant. Drury cependant admirait toujours l'œuvre de son collaborateur.

- Par contre, avant de partir, il faut tout ranger! Aller mes moths, virez-moi tous ces cadavres dans la flotte.

Il se tourna vers Croc pour lui expliquer.

- Oui, on était venu incognito à la base, si on pouvait laisser le moins de trace de notre passage ce serait chouette.

Avec beaucoup de dégoût, les moths entreprirent de pousser les cadavres dans l'eau et de nettoyer au maximum les trace de sang, c'était un travail laborieux qui laissa au maître des mites l'occasion de tailler un bavette à Killer Croc.

- Ils sont plutôt mal famés ces égouts, difficile de pouvoir entreprendre de grands projets avec un voisinage aussi barbare, commenta-t-il. Heureusement pour toi, nous t'avons retrouvé et ensemble, je te le garantis, nous allons refaire de cet endroit ton domaine à toi, unique et immaculé (après un bon coup de javel). Les bandits peuvent croire qu'un temps ils pouvaient marcher sur tes plates-bandes mais c'est finito! Hin hin hin, tu vas voir la guerre qu'on va leur faire! Comme disait César: "Veni, Vidi, Vici"!* Ils regretteront le jour où ils ont cru que les égouts étaient à conquérir!

Il accompagna son discours de grands gestes, il s'y voyait déjà, son esprit stratégie uni avec l'esprit tactique du saurien des profondeurs! Et ils auraient les moyens de toutes leurs folies, de toutes leurs envies! Il voyait des drapeaux et des oriflammes claquer sur les parois des égouts et le bruit des carnages, le son des dents qui claquent de peur! Ce serait absolument merveilleux!

- Alors, qu'est-ce que t'en dis mon vieux?

* Aucun véritable rapport avec ses propos, mais une phrase latine c'était toujours classe.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6621-drury-walker-killer-moth
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2796
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Jeu 2 Juin - 18:43

Après cet échange particulièrement musclé, Drury vint près de lui. Comme à son habitude, il ne semblait pas du tout affolé de la situation, comme si ce qui venait de leur arriver, le massacre qu'ils avaient occasionné, n'était qu'une bagatelle. Au moment où Drury lui proposa de l'amener au Mothgang et demanda le repas à son allié, Croc s'empressa de lancer, entre deux quintes de toux et entrecoupé d'un crachat sanglant :

"Nan... Attends..."

Mais le chef des insectes sembla ne pas l'écouter, trop occupé à penser à acheter du vin. Il ordonna ensuite à ses hommes de main de tout ranger et de tout nettoyer pour ne laisser aucune trace. Est-ce que ça suffirait ? Est-ce que ça permettrait de cacher aux autres Ukranian's Rats que c'était Croc à l'origine du massacre ? Rien n'était moins sûr. Bien sûr, cette cellule des Ukranians aurait pu se faire attaquer par une bande rivale, mais si cela avait été le cas, leurs rivaux n'auraient pas cherché à nettoyer la scène de crime et à faire disparaître les corps, car ils n'avaient pas besoin de cacher leurs méfaits, au contraire ils les affichaient en signe de provocation et pour les effrayer. Mais bon, au moins, le fait de ne pas retrouver les membres arrachés de leurs compagnons permettrait sans doute de ne pas les amener trop tôt sur la piste de Croc, même s'ils finiraient forcément par le soupçonner.

Killer Moth parla ensuite de conquérir les égouts en chassant toutes les autres bandes qui y avaient trouvé refuge. Waylon tenta de se relever en prenant appuie sur une caisse se tenant à côté de lui, mais, maintenant que l'adrénaline du combat était passée, la douleur était devenue insupportable. Il se laissa retomber en position assise contre le mur, finalement incapable de se redresser.


"Nan... Je... J'peux pas."

Drury aurait probablement une expression particulièrement étonnée derrière son casque aux couleurs vives, et Waylon pouvait même deviner son regard interrogateur. Comment pouvait-il décemment refuser une telle proposition ?
Il s'expliqua aussitôt sans attendre que son interlocuteur lui demanda la raison de cette décision.


"Ecoute, Drury*... J'peux plus faire tout ça, comme avant... J'suis plus l'même homme."

Malgré son apparence et son caractère bestial, il se considérait toujours comme un homme. Il ne savait pas vraiment comment aborder le sujet, et afin de protéger son amie, il avait toujours évité de parler d'elle aux autres. Mais Drury avait été son ami, Waylon avait assez confiance en lui, et il savait qu'il pouvait l'aider là-dessus. Ce fut la raison pour laquelle il décida d'être honnête avec lui.
Il baissa les yeux et regarda une flaque de sang devant lui.


"J'ai... J'ai une amie, qui traîne quelque part, dans les égouts... Je dois la protéger. J'peux pas quitter cet endroit comme ça, et venir dans ta Mothcave sans elle. Mais dans cet état... J'arrive même pas à m'lever là, faut que j'me repose quelques minutes. Tu crois... Tu crois qu'tu pourrais aller la chercher et la ramener dans ta Mothcave ? Elle sera plus en sécurité là-bas qu'ici. Elle doit être à mon repaire, si t'as une carte, j'peux t'montrer où c'est."

Il attendit la réponse de son ancien ami. Il n'aimait pas trop l'idée de confier la sécurité de Sophie à quelqu'un d'autre, mais dans son état actuel il ne pouvait pas la protéger, ni même aller la chercher. Et avec ce qu'ils venaient de faire aux Ukranian's Rats, Sophie ne pouvait plus rester ici, c'était devenu trop dangereux. Drury était son seul espoir. Il espérait juste que le roi des insectes, connu également pour être le roi des gaffes, ferait très attention à elle.


*Ils avaient probablement dû échanger leurs prénoms lors des jours passés ensembles à préparer des plans machiavéliques, même si cela n'a pas forcément été écrit en RP.

_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drury Walker/Killer Moth

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 25/07/2014
Nombre de Messages : 103
Autres Comptes : Lonnie Machin/Anarky
Vous à Gotham : L'infâme mite du mal!
Citations : Je serais bientôt mythique hin hin hin!

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Ven 3 Juin - 20:53

La première réponse de Killer Croc s'était effectivement noyée dans le flot des pensées du moth-gang mais la seconde fut un terrible choc pour l'ineffable criminel qu'était Killer Moth. Son cerveau fut immédiatement court-circuité. Hein... que... quoi? Un refus? Comment pouvait-il décemment refuser une telle proposition ?* Et avant que ses synapses insectoïdes ne puissent s'être remises en marche, son camarade de lutte ou plutôt futur-ex, lui asséna qu'il n'était plus le même homme. Sottises! Sornettes! Et même en y regardant deux fois, Drury voyait toujours le même type, balèze, costaud, un peu plus sanguinolent qu'à l'accoutumée certes, mais verdoyant de santé et vivant au cœur des égouts.

C'était l'époque qui devait vouloir ceci, fichue mode de hypster, il devait sans doute croire que tout était mieux avant, que le monde tournait plus facilement et patati et patata... Le monde était toujours le même, un globe légèrement écrasé à ses pôles, point barre! Il était inutile de chercher dans le passé le réponses à demain! L'avenir, voilà ce qui alimentait le moth-gang, pas le passé (sinon il crèverait de honte). Ce qui manquait à son compagnon s'était une vision splendide du futur! Killer Moth se refusait à le laisser broyer du noir comme un ado gothique qui venait de mâchouiller une bombe de peinture noire! Que nenni! Il allait lui... enfin... que pouvait-il dire? Pour la première fois, son cerveau retors pédalait dans la semoule pour trouver quoi rajouter à une telle déclaration d'impuissance. Et cette voix caverneuse... Oui bon, il avait toujours eu une voix caverneuse, mais cette fois elle semblait teintée de tristesse!

Après un silence, Killer Croc parla d'une... enfin... d'"une amie". Drury était surpris que l'on puisse mettre au féminin ce mot, n'ayant été lui-même pas un brillant utilisateur de cette tournure. Killer Moth, Drury Walker et Cameron Van Cleer en étaient tous au même point: un individu féminin restait une créature dont l'appareil reproducteur se nichait dans les entrailles.** Et si sa mère et sa grand-mère maternelle étaient toutes deux mortes, leurs leçons de vies avaient marqué son comportement comme un bétail au fer rouge: la gent féminine devait être approchée avec circonspection et une protection adéquate.

La tournure que prenait la conversation perdait tout à fait Killer Moth. Mais de quoi parlait-on au juste? Une amie? Dans les égouts, avec lui? Prenant son courage à deux mains et fouillant dans son esprit à la recherche d'une citation de circonstance parmi les multiples nanards qu'il avait dévoré, il se décida à ouvrir la bouche.

- Je comprend, mentit-il avec une voix lointaine.

En fait il n'y comprenait pas grand chose, même plus rien, mais ce qu'il avait saisi se résumait aux éléments suivants: Killer Croc avait finalement besoin de son plus fidèle compagnon d'arme et le Moth-gang ne laissait personne dans la panade! Et que cette aide soit réclamée suite à ses maladresses ne lui causait aucun problème.

- La moth-cave, fit-il avec un entrain retrouvé, est ouverte à tous nos alliés et aux amis de nos alliés, où que puissent se trouver leurs organ... quels qu'ils puissent être! Tu verras, on va te la retrouver en deux temps trois mouvements et avant que tu n'aies eu le temps de dire "Vermillon" nous serons de retour! Hin hin hin! Tu vas voir ce que tu vas voir et après, hop, un bon repas!  Ah oui, Firmiin restera avec toi, c'est lui qui a la trousse de soin. Allez, qui a la carte?

La demande fut accompagnée d'un blanc palpable.

- Barnabé?

- Euh, j'ai laissé tomber la carte tout à l'heure chef.

- Par les ocelles du petit satyre des bois! Mais à quoi pensais-tu donc?! s'énerva-t-il.

- Au fantôme chef!

- C'est vrai oui... Une sinistre affaire, souffla-t-il à Killer Croc. Bon, Hippolyte? Tu as la copie?

- Euh oui chef,se précipita le moth bien-nommé qui farfouilla dans son sac pour en extirper une boule de papier froissée.

Drury lui demanda sévèrement (ou du mieux qu'il put le mimer) ce que c'était que ça. Piteux, le moth expliqua qu'il avait dû faire son sac à la va-vite et qu'il avait fourré ladite carte du mieux qu'il le pouvait avant d'accuser Firmin de l'avoir pressé. La discussion failli tourner au pugilat si le chef n'avait pas arraché la carte des mains de son sous-fifre en réclamant le calme. Il déplia le plus soigneusement possible l'amalgame informe en déchirant uniquement les endroits les plus énervants. La carte était lisible malgré des tâches de gras titanesques causées par l'adoration presque maladive du moth pour la mayonnaise.  

- Par contre, il nous faudrait un peu plus de détail sur qui on doit chercher, parce que là, on pourrait te ramener n'importe qui si on part comme ça, lança intelligemment Killer Moth. Est-ce qu'elle a un signe distinctif, une bague de fiançailles par exemple?

- Je vous ferais un bon gâteau, ajouta un moth pour faire bonne mesure.

Le moth-gang adorait les gâteaux de son cuisinier en chef, il avait un don - et comme tous les membres du moth-gang, ce don n'avait rien à voir avec le monde criminel.

Drury était finalement content pour son camarade, trouver l'âme sœur, disait un certain nombre d'ouvrages modernes de psychologie pour les ménagères de cinquante ans et qui avait hélas bercé son adolescence, était le premier pas vers l'accomplissement personnel. Killer Moth se souvenait à présent de ces magazines, tout y était si simple, trois catégories, triangle, rond et carré pour deviner qui vous étiez, ce que vous ressentiez, c'était très rassurant et franchement pratique, si seulement les rencontres se faisaient ainsi, simplement remplir un formulaire et attendre un pourcentage de correspondance. Mais le crime n'offrait que peu l'occasion de rencontrer des femmes extraordinaires, aussi son ami avait eu raison de garder celle qui avait miraculeusement croisée sa route, le brave Waylon, il le méritait, ça Drury en était persuadé.

* Oui, croc avait de l'instinct.

** L'entomologie et le romantisme ne font pas bon ménage.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6621-drury-walker-killer-moth
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2796
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Mer 8 Juin - 20:45

[HRP : dsl pour le temps de réponse, pas trop d'inspi pour ce poste-là donc plutôt que d'attendre encore, je préfère faire un petit poste pas terrible pour m'en débarrasser, et avoir plus d'inspi sur le prochain. ]

Après une hésitation assez longue, Killer Moth finit par répondre par l'affirmative. Il demanda la carte à l'un de ses hommes de main mais ce dernier l'avait faite tomber, fort heureusement un autre avait gardé une copie, toute chiffonnée, qu'il donna à son chef, qui la déplia et la mit sous les yeux du cannibale.

Waylon regarda attentivement la carte éclairée par une lampe torche d'un Moth, et essaya de retrouver des points de repère. C'était beaucoup plus difficile quand il n'y avait pas de flèche "vous êtes ici". Pendant ce temps, Drury lui demanda plus de détails sur la cible à sauver. Croc fut surpris lorsque son ami parla de bague de fiançailles.


"Hein, quoi ? Nan, rien d'tout ça, t'es malade ! Elle est beaucoup trop jeune, elle doit avoir... 15 ou 16 ans, j'crois."

A la réaction étrange de certains Moths, il s'empressa de rajouter :

"Nan mais c'est pas du tout c'que vous croyez, vous m'prenez pour qui, tas d'cons ?! C'est encore qu'une gamine, donc j'la protège, c'est tout."

Il s'était senti obligé de préciser la nature exacte de leur relation afin qu'il n'y ait aucun malentendu. Il ne voulait pas que ces types croient qu'il était en couple avec elle alors que ça n'avait rien à voir.

Il retourna à la carte qu'il observa attentivement en se grattant le menton.


"Hmmm... Ah, voilà. Je crois qu'on est ici." fit-il en désignant un endroit de la carte avec son index.

Il dû faire un gros effort mental pour faire correspondre la carte (en vue du dessus) avec sa propre perception de l'environnement, car, bien qu'il connaissait cette zone par cœur à force de la parcourir en long, en large et en travers, il n'avait encore jamais cartographié la zone. Mais en suivant, avec le bout de son index, le chemin inverse à celui qu'il avait fait pour venir jusqu'ici depuis son repaire, il parvint à trouver la position de son repaire sur la carte.


"Ouais, je crois que c'est mon repaire, ici. La fille s'appelle Sophie, peau blanche, cheveux longs et gras, des yeux noirs. Elle porte une robe. De toutes façons, les filles sont plutôt rares dans les égouts alors vous pourrez pas vous tromper. Normalement, elle m'attend à mon repaire."

***

Quelques minutes plus tard, Killer Moth et la majeure partie de son gang étaient donc partis à la recherche de cette fille mystérieuse...
Pendant ce temps, Firmin était en train de rafistoler Croc en extirpant les balles les unes après les autres et en recouvrant les plaies de bandages grâce à son kit de soin (un peu crasseux et pas forcément stérile étant donné leur escapade dans les égouts). Heureusement pour le colosse, les années passées à vivre dans les égouts (et avant ça dans les marécages de Floride) l'avaient rendu extrêmement résistant aux maladies et aux infections en tout genre (un humain normal mourrait probablement très rapidement de maladies diverses rien qu'en pataugeant dans le liquide vaseux et nauséabond).

Mais soudain, surgit non pas face au vent mais face à l'entrée de la pièce, le vrai héros de tous les temps : ou plutôt, deux vrais héros, sauf que ce n'était pas des héros mais des criminels de l'Ukranian's Rats. Ils étaient partis faire un petit tour avant que Killer Moth n'arrive sur le lieux, et étaient donc absents durant le massacre que les Killers avaient occasionné, mais les voilà qui revenaient de leur petite promenade. Ils écarquillèrent les yeux en voyant l'intérieur de la pièce pratiquement vide (où diable avaient-pu passer leurs camarades, se demandaient-ils), mais ils furent encore plus surpris lorsqu'ils pointèrent leurs torches sur Killer Croc, assis contre un mur au milieu d'une flaque de sang, en train d'être soigné par un mystérieux inconnu.

En réexaminant la pièce à l'aide de leur lampe torche, et en voyant certaines traces de sang pas encore totalement nettoyées sur certaines parois, ils comprirent l'irréfutable vérité :


"Cloc ?! Tu nous as tlahis !!!"

Aussitôt, ils brandirent armes et torches en direction de Waylon et Firmin, prêts à faire feu. Croc était trop mal en point pour se ruer sur eux et les fracasser, son seul espoir était donc entre les mains du sous-fifre de Killer Moth... Comment allait-il bien pouvoir retourner la situation à son avantage ?


[HRP : j'ai pris la liberté de dire que ton perso partait à la recherche de la fille sur la fin, c'est pour avancer un peu plus vite mais si ça te dérange (ce que je comprendrais tout à fait), je peux supprimer cette partie (après le *** ), dis le moi par MP dans ce cas. ]

_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drury Walker/Killer Moth

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 25/07/2014
Nombre de Messages : 103
Autres Comptes : Lonnie Machin/Anarky
Vous à Gotham : L'infâme mite du mal!
Citations : Je serais bientôt mythique hin hin hin!

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Jeu 9 Juin - 18:52

[HRP] Aucun problème, ça nous arrive à tous! Il n'y a aucun souci avec ta réponse. [/HRP]

En fait ce qu'il avait cru n'était rien, dommage pour le gâteau. Visiblement Croc défendait une jeune fille adolescente, c'était un cœur en or, le brave type par excellence, Drury n'en avait jamais douté et il se piquait de savoir percer la psychologie d'un individu rien qu'en le regardant or Waylon, malgré les apparences défavorables était un chic type, du genre à qui on pouvait confier ses économies. Killer Moth était fier de se savoir ami avec un homme fait dans les plus nobles matières de l'Humanité: l'humilité, la gentillesse et un sens criminel honorable et beau.

Bien rapidement cependant il fallut se remettre au travail, pas le moment de flâner, une jeune demoiselle en détresse attendait leur venue. Tous penchés sur la carte, tous paumés à l'exception de Killer Croc qui semblait savoir exactement où il était et où les autres devaient aller, ils observaient les mouvements du saurien en cherchant à retenir au mieux le trajet qu'il faisait. Leur chef prit alors l'initiative de tracer au marqueur le chemin à suivre. L'un des moths sortit une boussole qui indiquait le Nord comme une girouette en pleine tempête, les murs devaient sans doute contenir des matériaux métalliques.

Comme un inspecteur en pleine enquête, Drury notait les quelques éléments que lui fournissait son allié. Sophie... peau blanche... cheveux longuement gras... yeux noirs. Il n'osa pas demander un rapide portrait, son ami avait des idées bien arrêtées sur la quantité de jeunes femmes trouvables dans les égouts. Il paraissait avoir de solides connaissances de la gente féminine.

- Bien! s'écria Drury en faisant sursauter ses compagnons, nous avons un cap! Allons donc chercher Sonia!

- Sophie chef, corrigea l'un de ses sbires.

- Hein, ah oui, bien sur, Sophie! C'était au cas où de vils gredins nous épiaient, une fausse piste
, se rattrapa-t-il en tapotant son casque.

- Vous êtes vraiment le meilleur chef
, fit un autre moth avec une pointe de respect véritable dans la voix.

- N'aies crainte Killer Croc, nous te ramènerons ta protégée!

Vaillant comme Ulysse partant pour la guerre de Troie, Drury sortit de la pièce suivit par sa ribambelle de glorieux moths. Depuis la pièce, le départ donna.

- Euh, chef, faut aller à gauche.


- Mais je le sais bande de lithobies emplâtrées, s'énerva-t-il, il faut juste brouiller les pistes!

- Désolé chef.

- C'est pour ça que je suis le chef.


Et les voix lentement s'éteignirent dans les ténèbres boueux des égouts. Le silence qui suivit laissa à réfléchir...

Killer Moth suivait les indications du cartographe qui indiquait avec la régularité du métronome les virages à prendre ou à ne pas prendre. C'était comme une course d'orientation souterraine. Tout de même, songeait le ciron malveillant en regardant autour de lui, qu'avait donc besoin une ville pour faire des galeries souterraines aussi larges et hautes? C'était surprenant l'énergie que l'on devait avoir perdu rien que pour faire des choses aussi minablement grandioses. Personne ne pouvait techniquement les voir ou les regarder, les admirer ou les visiter...

Lorsque soudainement, le moth-gang se trouva nez-à-nez avec une bande de trois adolescents et deux adultes. Eux aussi en tenu de spéléologues amateurs, ils parurent aussi surpris que Killer Moth.

- 'tain, trop la loose quoi, gémit ou meugla, c'était au choix, le modèle médian de l'adolescent assaillit par l'acné. 'sont fringués comme des tantouzes quoi!

L'insulte glissa sur la cape de Drury qui ne savait de toute façon pas quelle signification donner au mot "tantouzecoa". Le père de famille parut un peu plus prudent que sa progéniture et se glissa lentement entre les deux groupes.

- Ha ha... oui, on ne va pas trop vous déranger, fit-il avec un rictus gêné.

Un moth balaya la groupe de sa lampe torche, causant une plainte de la part d'une des deux adolescente restant.

- 'tain, ils pourraient pas braquer son truc ailleurs l'autre?


- Celle-là on dirait qu'elle a les cheveux "longuement gras" chef, lança joyeusement un moth.

Aussitôt, l'esprit de Drury se mit en marche: peau blanche, yeux noirs, c'était elle, ils l'enlevaient les fourbes! Ah, fine ruse que de se faire passer pour une famille en excursion, mais qui serait assez débile pour se promener dans les égouts... Hin hin hin, ils n'auraient pas Killer Moth si facilement!

La jambe de savateur professionnel de Killer Moth jaillit et percuta le père de famille en plein dans le sernum. Il allait geindre, se plaindre, mais avant que ses larmoyants mensonges ne puissant jaillir, la botte de Drury lui déchaussa une dent et l'envoya dans les choux. Une mère aux abois se jeta sur son époux en l'appelant à l'aide, la plus jeune fille se mit à pleurer en voyant l'agression de son père et le fils vomit un borborygme fait de "'tain", "chier", "merde", autant dire qu'il avait sa place dans les égouts. La prétendue Sophie quant à elle paraissait tétanisée par cette soudaine violence.

- Misérables kidnappeurs, vous osez chercher querelles au Moth-gang! Vous osez toucher la protégée de notre très estimé Killer Croc? Et bien il vous en cuira hin hin hin!

D'un solide coup de coude, la mère fut maîtrisée, l'enfant de dix ans accusa un solide genoux et le fils qui cherchait à fuir eut le droit à un placage. Mais il se débattait le bougre. Les moths observaient leur chef qui tentaient de maîtriser l'adolescent qui tricotait des jambes. Le garçon se releva mais la mite était coriace et attrapa l'un de ses pieds, le déséquilibra et le fit tomber dans l'eau. Son juron fut accompagné d'une bonne goulée de fange. Le jeune homme tenta désespérément de se rattraper sur le bord. Deux bons coups de semelles le firent lâcher prise. Voilà comment le moth-gang réglait ses affaires.

- Balancez les autre avec! Les égouts charrieront leurs dépouilles comme autant de mises en gardes! Nul ne doit chercher à doubler Killer Moth!

- Pitié non! fit la jeune Sophie visiblement ébranlée et traumatisée à vie.

Hélas, le moth-gang n'avait pas l'oreille pour elle et ils poussèrent les corps assommés dans l'eau. Déboussolée, elle tenta de rattraper son plus petit frère mais un moth l'en empêcha.

- Calmez-vous Sophie, on est là de la part de Killer Croc, fit-il de façon rassurante. Je crois qu'elle fait un Stockholm chef.

- Je veux pas être mangée pitié! Mais.... attendez... je... je m'appelle Stéphanie.

- Hein? demanda Drury. Comment ça? Vous êtes pas la petite Sophie 16 ans?

- Mais... non, je suis Stéphanie Grandfort j'ai 17 ans.


- Sacrebleu, jura Killer Moth.

Il regarda un temps les flots dans lesquels s'enfonçaient la famille Grandfort. Il ordonna à son moth de la laisser plonger, ce qu'elle semblait ne pas vouloir mais avec leur manie d'obéir aveuglément à leur chef, ils la poussèrent de bon cœur pour que l'ordre devienne réalité.

- Bon aller, on continue, fit Drury. On a encore une Sophie à sauver!

Et le groupe atteignit bientôt une porte griffée à la poignée, pleine de reste de sang avec quelques ossements aux alentours.

- On doit y être.

Killer Moth ouvrit la porte pour découvrir la sacro-sainte planque de son ami au cuir si dur. Mais personne n'était en vue.

- Vous croyez quelle se cache chef?

- Évidemment, elle ne peut pas avoir confiance, tu as vu comme les égouts sont mal famés? C'est pas tout mais, autant aller au plus simple! Sooooooooophie!


Et ils hurlèrent ensemble le prénom.

- On vient de la part de Killer Croc, mon bon vieux camarade Waylon! ajouta Drury. Il veut que l'on t'emmène en lieu sûr!

- Soooooophie!

- N'aies pas peur, on est des amis de ton ami
, surenchérit un autre moth.

****

De son côté, Firmin fredonnait doucement tandis qu'il manipulait avec l'habitude du geste (hélas), les pinces, bandages, seringues d'antibiotique et autre scotch pour faire tenir le tout. Il ne parlait pas beaucoup, trop occupé à se concentrer pour ne pas avoir trop peur face au saurien anthropophage. Certes leur chef bien-aimé admirait et recommandait chaudement l'individu à leur bon soin, mais ça restait un milliardaire qui se déguisait en mite dans la ville de Gotham et survivait plus par miracle que par véritable instinct. Il souriait nerveusement, sentant venir une crampe qu'il lui serait délicat de cacher ou de faire partir discrètement.

Alors qu'il achevait de couper un peu d'adhésif pour le dernier pansement, la porte la plus éloignée s'ouvrit et deux têtes mafieuses (reconnaissables comme les précédentes) surgirent. Malheureusement, elles étaient accompagnées de bras et de jambes armées ou protégées. Leur lampes parcoururent un temps l'ensemble des locaux. Un court-métrage (certaines personnes n'ont pas de quoi faire plus) des moments marquants de la vie de Firmin passa devant ses yeux, étonnement il était essentiellement composé de moment passés dans le moth-gang, signe évident d'échec social absolu. Il se doutait que les deux olibrius à l'accent américain douteux seraient agressifs. Ce fut confirmé par leur cri et le mouvement de leurs armes.

Tout membre du moth-gang devait impérativement lire les trente-deux ouvrages officiels de Killer Moth, rédigés par ses soins et indexés selon ses codifications farfelues (mais constantes), parmi ceux-ci, l'Art de l'Improvisation Criminelle et ses Dix Exercices Pratiques, étonnement ce n'était que le cinquième livre à lire dans la liste et heureusement, Firmin l'avait dévoré. La marche à suivre B-67 dans les conditions suivantes: "Mort quasi-imminente, danger certains de rafales courtes, situations ne permettant que de placer trois mots avant de trépasser." était claire, elle consistait à:

1 - Crier "Attendez, ce n'est pas ce que vous croyez!" ou des déclinaisons sur le thème "Attendez! Vous n'y êtes pas!" voire "Attendez! Ce n'est pas nous",
2 - Soyez un criminel inventif, trouver un coupable en lieu et place de vous-mêmes, c'est d'autant plus facile si ce n'est réellement pas de votre faute.
3 - Balancez sans vergogne le nom du coupable que vous aurez jugé pertinent, un bon criminel n'a de parole que pour ses alliés.
4 - Réécrivez la vérité en mettant le coupable aux moments adéquats,
5 - Si vous vous sentez écouté et/ou en veine, chargez la barque au maximum.

Or donc, Frimin s'écria.

- Attendez! Ce n'est pas nous que vous croyez!! Enfin... non, c'est pas ce que vous avez cru que l'on croirait enfin... mer...diantre! C'est pas nous! C'est.... Ratcatcher! OUI! C'est ça, Ratcatcher!


Sentant qu'il devait être plus démonstratif, Firmin laissa aller le flot de sa piètre imagination.

- Oui, alors que l'on se promenait, Croc et moi...dans...les...égouts... onavuunehordederats...hum... attaquer enfin, la pièce quoi! Y'en avait partout et Ratcacther... ben il était là et... bah... On a voulu l'arrêter parce que enfin, ça se fait pas d'attaquer lâchement des mecs dans les égouts et Croc ben... il savait que... vous seriez des hommes de... paroles... alors... on est intervenu mais... ben... Croc s'est prit des... balles...perdues... Les armes se redressèrent un peu. MalheureusementRatcachters'estenfuit! Ses rats ont emportés les cadavres et des types sont partis à sa poursuite...

Il laissa une petite seconde le temps que son histoire fasse son petit bonhomme de chemin.

- Et c'est tout.

Ah oui et la marche à suivre B-67 indiquait en dernier point:
6 - Adresser une prière à votre dieu tutélaire ne peut-être qu'un plus.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6621-drury-walker-killer-moth
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2796
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Lun 13 Juin - 20:10

Dans le repaire de Killer Croc...

Sophie avait entendu les voix qui l'appelaient, et elle était plutôt étonnée. Comment connaissaient-ils son nom ? Pourquoi Waylon n'était pas avec eux ? Que s'était-il passé là-bas ? Elle resta cachée à l'intérieur d'un tube juste assez large pour qu'elle puisse y passer à quatre pattes, et qui était perpendiculaire à l'allée donnant sur le repaire de Croc, tout au fond de celui-ci, de sorte à ne pas être vue par les inconnus.


"Où... Où est Waylon... ?" demanda t-elle d'une voix tremblante.

========================================================
Dans le repaire des Ukranian's Rats...

Au moment où les deux membres des Ukranian's Rats firent irruption dans leur repaire et accusèrent le cannibale reptilien de les avoir trahis, ce dernier chercha une solution. Son instinct bestial lui disait de se lever, de bondir sur eux et de les éventrer. Mais son corps l'en empêchait, la douleur était encore trop présente, et la perte de sang l'avait grandement affaibli malgré son endurance surhumaine. La meilleure solution semblait de leur balancer quelque chose pour les perturber, et ensuite... et bien improviser et compter sur Firmin.
Il chercha donc quelque chose à proximité, un objet suffisamment grand et lourd qu'il pourrait leur lancer à la figure pour dévier leurs armes voire les faire tomber. Mais il n'y avait rien d'autre autour de lui, les hommes de Moth avaient tout de même bien fait le ménage : plus de cadavres ni même d'armes. Il y avait bien une caisse d'armement à proximité, mais elle restait trop loin pour qu'il puisse l'attraper sans effectuer un déplacement lent et douloureux de son corps. Non, en fait, la seule chose qu'il pouvait balancer sur ses ennemis, c'était... Firmin, lui-même. Il était suffisamment grand pour faire tomber les deux ennemis, si Croc le balançait sur eux avec assez de force. Ce n'était pas très sympa envers celui qui venait de le rafistoler, mais tant pis : mieux valait que ça soit Firmin qui y passe, plutôt que lui-même. Il s'apprêta donc à l'agripper par la cheville, mais interrompit son geste lorsque le Moth commença à parler.

Il décida alors d'écouter Firmin baratiner, et tenter d'inventer une histoire pour embrouiller les deux types et s'en sortir.


*Pfff... Ça marchera jamais...* pensa t-il.

Mais contre toute attente, les deux membres des Ukranians l'écoutèrent, et finirent même par baisser légèrement leurs canons, sous le regard étonné de Waylon. Ce dernier se mit alors à faire des signes d'acquiescement pour soutenir la version de Firmin, puis il se permit même d'ajouter :


"Ouais ! Il dit la vérité, j'étais là ! J'vous ai pas trahis, j'ai essayé de sauver les culs de vos potes !"

"La felme !... Si des lats vous ont attaqué... Comment tu t'es plis des balles ?!"

"Parce que les rats avaient des fusils, abruti !"
s'exclama Croc dans la foulée, sans même réfléchir.

Les deux types s'échangèrent des regards suspicieux et Croc se rendit compte que sa réponse était complétement insensée. Il tenta de se rattraper :


"Heu... J'ai dit les rats, je voulais dire... Les Ukranian's Rats ! Ils ont tiré dans l'tas pour tuer les vrais rats, et j'me suis retrouvé dans leur ligne de... Comment on dit, déjà ? Ligne de mire ?"

Les deux types baissèrent complétement leurs armes.

"Où sont-ils paltis ?"

"Heu... Vers le repaire du Ratcatcher !... C'est sous Park Row."

Aussitôt, les deux étrangers quittèrent la pièce précipitamment et se mirent à courir en direction de la zone située sous Park Row.
Quelques dizaines de secondes plus tard, quand leurs bruits de pas furent trop lointains pour être entendus, le colosse tourna la tête vers Firmin, et sourit :


"Bordel, on a eu chaud ! J'pensais pas qu'ça allait marcher ! Au fait, merci pour le coup de main et le rafistolage. C'est quoi le plan maintenant ?"

_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drury Walker/Killer Moth

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 25/07/2014
Nombre de Messages : 103
Autres Comptes : Lonnie Machin/Anarky
Vous à Gotham : L'infâme mite du mal!
Citations : Je serais bientôt mythique hin hin hin!

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Lun 20 Juin - 18:57

[HRP]Désolé pour le temps de réponse.[/HRP]

Piétinant le sol souillé du repaire de Killer Croc, le pauvre Drury se demandait comment son ami pouvait décemment vivre dans un tel endroit sans même un diffuseur de parfum d'ambiance. Lorsque soudainement, une petite voix fantomatique fit trembler l'air ambiant. C'était le timbre frêle d'une petite fille mais que l'ambiance humide et poisseuse rendait tremblotant et gélatineux.

- Chef, murmura un moth qui se rapprochait doucement. C'est.... c'est la voix du fantôme.

Killer Moth et à plus forte raison Drury était un esprit fort, rompu à résister dès son plus jeune âge à la méchanceté puérile de ses camarades d'écoles, ingénieur sans grand talent qui refusait certaines règles de la logique malgré toute la force (parfois mortelle) qu'elles mettaient à se rappeler à son souvenir, persuadé qu'être criminel était honorable et romantique, il avait la force de résister à des pressions qui en auraient fait craquer plus d'un, mais pas face au paranormal.

Tout autre criminel aurait tué son sous-fifre pour une telle ânerie, cependant, aux tréfonds de son âme d'enfant, Drury restait persuadé que les fantômes, spectres et autre créatures que la science refusait d'accepter étaient réels. Et puis Drury était à la base un ingénieur donc voilà pour la fiabilité de l'univers scientifique. Mais en tant que chef de gang, il ne pouvait montrer une telle faiblesse. Que Killer Croc se soit entiché d'un spectre n'enlevait pas du reste que le ciron du mal avait donné sa parole. Spectre ou pas il allait la raccompagner jusqu'à lui! Après une seconde de silence de trop, il se ressaisit pour faire montre de son courage au reste de son équipée sauvage.

Il donna un coup sec à l'arrière du crâne de son moth apeuré.

- Arrêtes un peu, ce doit être Sarah.

- Sophie chef.

- Peu importe son nom! brailla-t-il. Waylon nous a demandé de l'escorter alors: on-va-l-es-cor-ter!

- Mais chef... gémit le froussard.

- Si elle est éthérée, devina Drury, on avisera et sa protection sera facile.

- Mais chef...

- Quoi encore!?

- Si on peut pas la voir?


Il y eut un silence collectif de réflexion intense. Drury tourna un instant sur lui-même pour observer les alentours, des fois que le spectre aurait eu la bonne idée d'apparaître, mais rien. Cela faisait maintenant cinq bonnes minutes que la petite fille avait parlé, sans doute était-il le temps de lui répondre, mais ce dernier point devait d'abord trouver résolution.

- Bon, vous avez du talc dans vos sacs normalement, lança Drury.

- Ah bon? lança le moth le plus téméraire.

- Mais... mais oui bandes d'ineptes scolopendres! Vous n'avez pas vérifié?

- C'était pas la farine pour les sandwich?

- De la... hein? C'est la dernière fois que tu t'occuperas de faire la nourriture pour l'excur... la mission, fustigea Drury. Il en reste au moins?

- Bah ouais, fit avec surprise un moth qui avait ouvert son paquetage pour en tirer un bocal scellé.

- Parfait, ricana Killer Moth, à présent, vous en versez partout dans la pièce, s'il y a un spectre les particules devraient ralentir à son contact voir s'agglomérer autour de lui*.

Tous eurent un "ho" de crétins impressionnés. L'opération de saupoudrage commença tandis que Drury mettait ses mains en porte-voix.

- Esprit de Sophie... enfin... Sophie, se reprit-il en songeant qu'elle n'acceptait peut-être pas sa condition de morte, Waylon n'a pas pu venir avec nous, il... bah, il s'est fait tirer dessus par des méchants un peu plus loin, des gens qui nous ont voulu du mal! Du coup l'un des nôtres le soigne et il nous a demandé de venir te chercher pour le raccompagner à lui, ensuite on va aller dans un endroit super, c'est notre QG, notre moth-cave! Peut-être t'a-t-il déjà parlé de nous? On est le moth-gang, je suis Killer Moth!

Puis il songea que se serait cool d'avoir une moth-cave hantée, une sorte de nouveau chapitre exaltant de l'histoire du gang.

-------------

Retour du côté de Croc où Firmin achevait de serrer ses sphincters tandis que s'éloignaient les brigands qui les avaient surpris. Le compliment de Killer Croc le soulagea et il sourit faiblement, son visage blême ne devait sûrement pas laisser grand doute quant à sa véritable force intérieure. Puis la fatidique question tomba, que fallait-il faire?

Diantre.

Il n'en avait aucune idée. Les idées étaient le privilège exclusive du chef de gang, lui il obéissait et ne faisait montre d'imagination qu'au moment de dessiner un bonhomme rigolo sur les pansements des autres moths. Certes il avait fait usage d'un filon inexploité d'improvisation deux minutes plus tôt mais l'adrénaline qui avait réveillé son esprit encroûté d'ouvrier du crime s'était tiré et ne restait plus que fatigue, sueur froide, un goût amer dans la bouche, une vessie en mode barrage hydraulique dans un film de Mickaël Bay et un voile noir devant les yeux.

- De rien monsieur Killer Croc, et bahhhhh, coassa-t-il en cherchant quelque chose d'intelligent à rajouter, le mieux doit sans doute être d'attendre le retour du chef, mais les deux types risquent de revenir.

Parler seul était une qualité indispensable et partagée par presque tout le moth-gang, surtout au moment de relire les plans et de s'interroger (la complexité de ceux-ci étaient trop importante pour être contenue dans leur boîte crânienne).

- Faudrait peut-être mieux que l'on se casse d'ici... euh pardon, que l'on déguerpisse, se reprit-il, oubliant que Killer Moth n'était pas là pour le punir, et que l'on rejoigne les autres pour être en sécurité mais, s'ils prennent un autre chemin? Si on se perd? Si on croise d'autres criminels comme eux? Honnnn.... J'aimerais que Killer Moth soit là, il saurait quoi faire.

Puis il regarda le sol piteusement, honteux d'avoir dit cela à voix haute.

- Vous qui connaissez les égouts comme votre poche y'aurait pas un endroit à proximité qui soit pas contrôlé par ces types pour qu'on attende les autres? Au fait, c'est qui les gugusses qui se planquaient là? Des types qui envahissent vos égouts?

* Voir Destination Spectrale 4 des Studios Pannessa.

[HRP]Si tu veux, pour faire avancer la situation avec Croc, tu peux faire bouger/parler Firmin voir le faire mourir si ta narration l'exige, même si après une aventure ça fait une courte vie au pauvre PNJ Razz[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6621-drury-walker-killer-moth
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2796
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Mer 22 Juin - 16:09

[HRP : Pas de soucis !]

Bien que Sophie ne les voyait pas et qu'ils ne la voyaient pas non plus, cachée dans son tube duquel s'écoulait un liquide vaseux, elle pouvait entendre toute leur conversation. Elle reconnut à leurs voix et façons de parler qu'il s'agissait du petit groupe qu'elle avait rencontré un peu plus tôt et que Waylon était parti chercher.
Il y eut un long silence après le discours de Killer Moth, puis la voix de Sophie, sur un ton plus glacial et plus sombre qu'auparavant, brisa le silence une fois de plus :


"Vous mentez."

Elle marqua une petite pause, le temps pour elle de sortir le couteau à cran d'arrêt qu'elle gardait toujours sur elle, juste au cas où, puis reprit :

"Waylon est invincible, rien ne peut le blesser. Et il ne m'a jamais parlé de vous."

Et si tout cela n'était qu'un piège ? Si c'était eux qui avaient blessé son ami reptilien, voire pire ? S'ils voulaient attirer la confiance de la jeune fille simplement dans le but de la faire sortir de sa cachette pour la violer et la tuer sauvagement ? A force de vivre en recluse en compagnie du colosse, elle avait perdu toute confiance en les inconnus.
Non, Waylon n'avait pas pu se faire avoir, elle le savait. Elle l'avait déjà vu être blessé mais il s'en sortait toujours et rien ne pouvait l'arrêter définitivement. Ces types avaient probablement dû lui échapper et voulaient sûrement la capturer pour faire du chantage à Waylon.


"Vous feriez mieux de partir, car il va bientôt revenir, et je n'aimerais pas être à votre place quand ça arrivera. Il ne supporte pas qu'on entre dans son repaire."

Elle bluffait à moitié, car elle n'était elle-même qu'à moitié convaincue de ses paroles. Même si ce qu'elle disait était vrai : elle était la seule personne à pouvoir entrer impunément dans son repaire. Bien entendu, cette règle était valable avant que Croc ne demande lui-même à Drury d'y aller.

Elle se mit alors à chantonner :


"Il va vous trouuuuver ♪
Et vous déchiiiiiqueter ♪
Puis vous désoooosser ♪
Et vous dévooooorer ♪
Ha ha ha ha ha ha !"


Une chose était certaine : elle n'allait pas être facile à convaincre !

=======================================================

De l'autre côté, Firmin semblait complétement perdu sans son patron. Après une longue réflexion à voix haute, il finit par demander à Waylon s'il connaissait pas un autre coin tranquille puis demanda qui étaient ces gusses.


"J'en sais rien... J'les ai rencontrés y a plusieurs semaines. J'allais les tuer, mais j'étais avec la gamine, et ils étaient armés jusqu'aux dents. C'était trop risqué : ils pouvaient tuer la gamine, mais s'ils faisaient ça, j'les aurais tous démembrés ! Alors, on a un peu discuté, ça a pas été simple et c'était assez tendu, mais on est arrivé à un arrangement : chacun reste dans son coin sans se mêler des affaires des autres. Je leur foutais la paix tant qu'ils venaient pas près de mon repaire, et vice-versa. Mais bon, grâce à vous, le contrat est un peu foutu maintenant. Il va falloir tous les buter, sinon, ils me lâcheront jamais."


Il réfléchit ensuite à un endroit où aller. Le problème c'est que Drury ne les retrouverait probablement pas s'ils changeaient d'endroit. Mais en même temps, les deux autres types pouvaient revenir en se rendant compte de la supercherie.
En plus, Croc aurait du mal à marcher tout seul sans s'appuyer sur une épaule aidante.


"Nan, faut rester là. Sinon, Moth nous retrouvera jamais, et puis j'vais avoir trop de mal à m'déplacer. Si on croise ces deux connards dans un couloir, dans mon état, on sera foutus. Le mieux, c'est d'se préparer à leur retour, les attendre, et les buter dés qu'ils reviendront."

Il fixa une caisse appartenant aux Ukranian's Rats.

"Y a quoi dans cette caisse là-bas ? P'tet des armes ?"

C'était vraisemblablement soit des armes, soit de la drogue.

"Si tu trouves une arme, t'auras qu'à la brandir vers l'entrée et tirer sur tout c'qui bouge. Moi, j'vais m'mettre à côté de la porte, j'pourrais au moins les faire tomber quand ils entreront."

Il se hissa alors avec difficultés vers l'entrée, en longeant le mur contre lequel il s'appuyait, puis s'assit à côté de l'entrée.
Finalement, le plan consistait à ne pas en avoir vraiment et à improviser si jamais les ennemis revenaient.


_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drury Walker/Killer Moth

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 25/07/2014
Nombre de Messages : 103
Autres Comptes : Lonnie Machin/Anarky
Vous à Gotham : L'infâme mite du mal!
Citations : Je serais bientôt mythique hin hin hin!

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Mer 22 Juin - 19:04

Alors qu'un nuage de talc commençait à envahir le moindre recoin de la pièce dans la quête désespérée d'un ectoplasme inexistant, Drury tendait l'oreille à la réponse que l’au-delà daignerait lui envoyer. Il ne fut pas déçu! Lui, un menteur! Ouh, la sordide jézabel! La misérable! Comment osait-elle remettre en question la force morale du plus grand criminel de cette ville!

Et il fut blessé d'apprendre que son ancien allié n'avait pipé mot de leur grande amitié. Sans doute avait-il eu quelques pudeurs à parler tristement de cette époque de gloire, de richesse et d'opulence. Puis la voix résonnante reprit de plus belle sur l'invincibilité de Waylon. C'est vrai que le bougre était coriace mais il n'avait plus l'air que d'être la moitié de lui-même ces temps-ci. Et puis, nul n'était réellement imperméable aux balles.

Puis une mise en garde. Killer Moth ne les comptait plus. Entre la police, les justiciers, ses conseillers financiers qui lui recommandaient des chaussures de ville, il s'était résolu à ne plus les écouter, surtout lorsqu'elle impliquait la menace de l'arrivée d'un allié blessé.

La chanson par contre c'était nouveau pour Drury. La voix fluette modulée par l'architecture de la pièce rendait sa petite comptine macabre encore plus terrifiante. Et ce rire.... ce RIRE! Il semblait bondir et jaillir de partout à la fois. Ses moths se regroupèrent autour de lui tandis que des volutes de talc formaient ça et là des formes dans lesquelles les esprits apeurés croyaient reconnaître de vagues silhouettes humanoïdes. Là un bras, là une serre démoniaque. Les cœurs se serraient, les gorges se nouaient, à croire que le talc était made in épouvantail.

Déglutissant pour retrouver de quoi faire vibrer ses cordes vocales, tandis que ses hommes de mains restaient attentifs au moindre détail qui trahirait une quelconque présence, Killer Moth reprit.

- Bon ça... ça... ça commence à bien faire ces histoires! s'emporta-t-il en s'écartant de ses hommes, pestant dans le vide. Je viens dans les égouts pour retrouver mon vieil ami Killer Croc et reformer un duo d'enfer! Je soudoie des mendiants, j'explore des égouts dégueulasses, j'affronte un gang débile de mecs à l'accent impossible qui ont voulu me bouffer j'ai tabassé une famille moyenne américaine et maintenant j'ai trouvé la planque de Waylon grâce à ses indications alors que vraisemblablement le ménage n'a pas été fait depuis des semaines et tout ça pour quoi? HEIN? Vous pouvez me le dire vous bandes de Parasemia plantaginis dénués de dimorphisme sexuel?

Ses moths restèrent cois.

- Pour rester planté devant une voix surgit de je-ne-sais-quel plan d'existence qui doute de nous! J'en ai marre, c'était pas compliqué pourtant non? On avait un plan, une vague indication certes, mais un plan, et là encore, paf, tout fout le camp! Est-ce que je suis un mauvais chef?


Nouveau blanc.

- Est-ce que je suis un mauvais allié?

Blanc gêné.

- J'ai toujours tout fait pour être un bon criminel, un type bien comme il faut dans cette faune débile et absurde de crétins en collants! Tout ce que je voulais c'était retrouver Waylon alors rien à faire de sa pupille ou de son fantôme ou de sa protégée! Si elle préfère rester planquée qu'elle y reste! Qu'est-ce qu'on peut y faire hein?

Puis il s'assit rageusement sur une chaise/caisse/truc relativement plat en posant fermement sa tête casquée sur ses poings. Le silence gêné dura le temps qu'un moth se racle la gorge.

- On... on continue pas les recherches? demanda-t-il doucement.

Drury l'observa avec une furieuse envie de meurtre (et d'infusion à la camomille).

- Vous devriez respirez chef, vous calmez, tenta un autre, oubliant la première règle concernant la conduite à tenir face à un excès de colère: ne surtout pas lui dire de se calmer.

Heureusement, Killer Moth savait écouter un bon conseil lorsqu'il en avait envie et la colère venait de décroître. Il prit une profonde inspiration et se leva doucement.

- Bien, fantôme ou pas, vous me la trouvez, ordonna-t-il. Qu'importe que vous renversiez tout, de toute façon une fois qu'il sera installé dans la moth-cave, nous l'aiderons à reconquérir ses égouts et il aura une planque mille fois meilleure que celle-ci! Agitez votre chitine! Nous avons un empire à reconstituer et plus vite on commencera les choses sérieuses mieux elles iront.

Puis il regarda le plafond en criant, il ajouta.

- Prend garde à toi! Personne n'arrête le moth-gang!

Commença un formidable remue-ménage d'une bande insectoïde en pleine quête, véritable avant-garde myrmécéenne en quête de sucre. Drury, lui, observait les hauteurs pour chercher la moindre trace de voie d'aération.

-------------


Firmin avait écouté avec l'attention polie que tous ses amis lui connaissaient, sourcils froncés et bras ballants, l'explication de Killer Croc. Finalement, il était content d'avoir posé sa question car le criminel lui montrait là une facette humaine qui le rassurait. Il n'était après tout qu'un autre homme que la vie avait très durement frappé. Il était un peu navré de savoir que le moth-gang avait fait irruption dans une vie qu'il avait tenté de régler au mieux pour au final, tout dérégler.

- Ne vous inquiétez pas monsieur Waylon, Killer Moth a un plan et lorsque le chef à un plan, tout ne peut que bien se passer! Vous verrez, vous ne regretterez pas qu'il soit revenu vers vous! "Le moth-gang est de retour!"*

Le pire était que Firmin croyait chaque mot qu'il venait de prononcer.

Puis Killer Croc prit les devant, achevant de rassurer le moth à l'esprit si ténu. Obéissant aveuglément et suivant les indications sans critique ni remarque, il s'attela à ouvrir quelques caisses. Là de la farine ou du talc (qui pouvait savoir, c'était peut-être un agrément à la mode), là rien, là encore rien et dans la caisse la plus éloignée, enfin une arme. Mais franchement moche. Noire, luisante, avec des pièces en bois poli; ça manquait furieusement de couleurs. Mais bon, c'était la vie, parfois il fallait faire des sacrifices. Il saisit l'arme qui pesait le poids d'un homme mort (il pouvait faire la comparaison) et vérifia le chargeur. C'était une AK-47 basique avec un chargeur visiblement amélioré et un canon plus lourd que de coutume (pendant les premiers jours du No Man's Land, c'était l'une des seules armes encore en circulation).

Il disposa un siège face à l'entrée, reversa soigneusement une table et s'installa derrière, conformément aux règles de protection qu'il avait acquise durant cette sombre époque. Puis une idée lui traversa l'esprit.

- Vous avez faim monsieur Jones? demanda-t-il. J'ai des sandwich dans mon sac si vous voulez.

Soudain, des bruits de pas retentirent de l'autre côté de la porte. Firmin se souvint qu'il n'avait jamais su viser correctement. Ses mains moites suintaient sur l'arme, son cœur accéléra, son champs de vision rétrécit, premier signe d'un échec imminent.

La porte s'ouvrit sur deux types plutôt bien habillés. Coiffures impeccables, munis de bottes et de sacs de sport vides, ils devaient être des revendeurs. Frimin n'analysa pas la scène et balança une solide et bruyante salve. L'arme parti vers le plafond, il tenta de la faire revenir au sol, du béton vola, des douilles nappèrent le sol. Puis il lâcha la détente. Deux cadavres expulsés hors de la pièce gisaient désormais sur un promontoire des égouts de Gotham. Le moth-gang venait de juguler une partie du trafic de drogue de Chinatown...

- C'était pas des amis hein monsieur Jones?


* Oui, c'était un leitmotiv que Killer Moth avait imposé à ses hommes de mains pour faire la publicité de son retour de façon subtile et pénétrante.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6621-drury-walker-killer-moth
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2796
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Dim 26 Juin - 18:01

Sophie écouta le monologue du chef de gang lorsque ce dernier sembla perdre patience. Sa colère avait l'air sincère. Et s'il disait vrai ? S'il était véritablement venu ici sur ordre de Croc pour venir la chercher ? Qu'est-ce qui avait bien pu se passer entre le moment où elle avait laissé Waylon seul, et le moment où ces types étaient arrivés ici ?
Toutes ces questions tournaient en boucle dans sa tête. Peut-être qu'ils avaient raison, mais peut-être qu'ils essayaient aussi de la manipuler. Elle ne savait pas quoi faire, elle était livrée à elle-même et personne n'était là pour la guider, pas même Waylon. Que pouvait-elle bien faire ?

Soudain, les hommes du Moth-gang activèrent de nouveau leurs recherches. Une lampe-torche passa devant le tuyau dans lequel elle se cachait, et la lumière vive l'éblouit. Le Moth qui tenait la lampe torche, en voyant la silhouette de la jeune fille, s'exclama aussitôt :


"Elle est dans ce tuyau, chef !"

Aussitôt, il engouffra son bras libre dans le tuyau large d'une soixantaine de centimètres de diamètre et attrapa la cheville de la fille avant de la tirer vers lui.

"Lâchez-moi !!!"
s'exclama férocement l'adolescente avant de crier et de planter son couteau dans la main du sbire pour le forcer à la lâcher.

"Aaaah ! Elle m'a plantée un couteau dans la main, chef ! Je vais mourir !"

"Laisse-moi essayer !" fit un autre Moth qui fut soudainement pris d'un incompréhensible élan de courage.

Il engouffra le haut de son corps dans le tuyau et se débattit plusieurs minutes avec la fille avant de parvenir à lui attraper les poignets, puis la tira brutalement vers lui. Il parvint ainsi à la faire sortir de force et tenta de la maîtriser, la fille se débattait de toutes ses forces en gigotant dans tous les sens, en criant et en les insultant, elle était agressive mais elle n'était pas très forte physiquement.

=====================================================

Croc était plutôt perplexe quand Firmin, extrêmement optimiste, vanta les qualités de Killer Moth en tant que chef de gang et planificateur. Il se souvint des opérations qu'il avait faites à ses côtés. Les batailles à Amusement Miles et Little Italy avaient été de francs succès, Moth n'avait pas lésiné sur les moyens à cette époque et il avait fait ses preuves. Mais le plan suivant, la Colère de la Mite, avait été une vraie catastrophe même si cela avait bien démarré. Peut-être Drury avait-il été trop ambitieux ? Il se dit que Firmin devait sûrement avoir raison, même si Killer Moth était en grande partie entouré par une équipe de bras cassés, il était toujours parvenu à s'en sortir. Pourtant, quand Croc l'avait rencontré pour la première fois, il s'était dit que Moth ne survivrait pas longtemps à Gotham City. Et pourtant, quelques années plus tard, personne n'était encore parvenu à tuer ce bougre de Killer Moth !

Au moment où Firmin lui proposa des sandwichs, des bruits de pas s'approchèrent. La porte s'ouvrit, et Firmin tira une longue rafale en direction de la porte d'entrée. Un peu effrayé à l'idée de se retrouver malgré lui dans la ligne de mire (Firmin n'avait pas l'air très à l'aise avec l'arme à feu), Croc se pencha sur le côté et mit sa tête entre ses bras pour se protéger, juste au cas où.

Lorsque le calme revint, le colosse soupira, rassuré de constater que Firmin avait bien visé et n'avait pas tiré sur lui. Il demanda si les types sur qui il avait tirés n'étaient pas des amis. Waylon jeta un coup d'oeil à l'extérieur de la pièce en passant sa tête dans l'encadrement de la porte et remarqua qu'il ne connaissait pas ces types-là, mais que ce n'était pas non plus des Ukranian's Rats. Il haussa des épaules.


"Pas les miens, en tout cas. Beau tir au fait !... Allez, file-moi un sandwich."

Il attrapa le sandwich que Firmin lui jeta et le dévora rapidement.

"Hm, pas mal. Au fait, arrête avec tes 'monsieur Jones'. Appelle-moi Croc, pigé ? Ah, et tu devrais p'tet ramener ces cadavres à l'intérieur, comme ça personne pourra les voir avant d'entrer dans la pièce."

[HRP : je te propose de faire se retrouver tous les persos au même endroit dans ton prochain poste]

_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drury Walker/Killer Moth

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 25/07/2014
Nombre de Messages : 103
Autres Comptes : Lonnie Machin/Anarky
Vous à Gotham : L'infâme mite du mal!
Citations : Je serais bientôt mythique hin hin hin!

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Lun 27 Juin - 14:40

La pêche fut bonne, songea Drury lorsque ses sbires commencèrent à s'agiter et hurler autour d'un boyau malpropre. Les cris étaient indistincts et bientôt une voix féminine se greffa au chorus. Lorsqu'il arriva, un homme pleurait une main transpercée, un autre se débattait avec une jeune femme hystérique et un autre tenta d'immobiliser ses jambes qui tricotaient furieusement dans le vide.

- Ah, mais elle arrête pas de bouger! se plaignit le plus doué des trois.

- Chef, je... je vais me vider de mon sang... pleura le premier kidnappeur raté.

- Mais elle va arrêter de hurler, grogna un autre, elle va me percer les tympans.

Killer Moth se posa en vainqueur, ils avaient récupéré la gamine, elle était sale, les cheveux gras et noirs, la peau blanchâtre. Impeccable. L'approbation viendrait sans doute plus tard.

- Allez, on l'embarque, je suis sûr que Killer Croc sera ravi de la revoir, lança-t-il sans même essayer d'ouvrir les pourparlers avec la jeune fille. Toi, fais plutôt un bandage avant que ça s'infecte au lieu de pleurer, Firmin s'occupera de toi plus tard, vous deux vous la ligotez bien, je ne veux pas qu'elle s'enfuit avant qu'on ait retrouvé Waylon, c'est clair?

Il se sentait de nouveau l'âme d'un chef. Son précédent coup de sang l'avait expurgé de bien des envies de meurtre et désormais que la jeune femme était dans les mandibules du moth-gang, il était certain que tout irait bien mieux.

Alors que l'un de ses sbires plaquait la fille qui tentait de mordre et griffer comme une harpie laissant le temps à un autre de sortir une corde initialement prévue pour l'escalade, le dernier pleurait toujours en s'entourant maladroitement sa main sanguinolente. Un instant (fugace), Drury eut de la peine pour son gang. Était-ce là tout ce dont il était capable? Se blesser pathétiquement en capturant une fillette... Il faudrait remédier à tout cela et enfin entreprendre des projets digne de ses ambitions.

- Bon allez, plus vite que ça larve de mon empire!

Aussitôt les moths se dépêchèrent de bâcler leurs différentes tâches. Les double-nœuds qu'il faudrait couper avec un couteau furent accumulés avec vélocité et le bandage comprima plus qu'il ne jugula la plaie. Drury exigea ensuite la carte et conduisit fièrement son équipée en manque d'entraînement. Mais bien évidemment, songea Drury en prenant une mauvaise direction, ils manquaient tous d'entraînement, le No Man's Land et les difficiles séparations avaient été autant de causes de leur ramollissement pathétique, ils étaient retournés au stade larvaire. Ses fidèles d'entre les fidèles n'étaient plus que l'ombre de leur chrysalide de jadis. Après cinq minutes de directions hasardeuses à songer au bien que leur referait un peu de braquages de banque à l'ancienne et d'enlèvements sournois, il se retrouva en terrain connu: la planque de Killer Croc, talquée comme de juste. Il lui fallait réagir.

- Bien, vous avez vérifié que personne ne nous suivait j'espère! lança-t-il comme si tout ce qui se produisait était le fruit d'un plan préétablit parfait.

Le silence qui suivit lui offrit l'opportunité de déchaîner sa mauvaise foi.

- Faut-il tout reprendre depuis le début sbires éruciformes! Heureusement pour vous j'ai veillé! Bien, reprenons le bon chemin à présent!

Cependant, trois rats se dressaient devant leur troupe malhabile et leur prisonnière beuglante qu'un moth était en train de faire taire avec un morceau de tissu gigotait de plus belle. Ils semblaient visiblement regarder de près le groupe et ne s'enfuirent pas lorsque Killer Moth avança vers eux. Curieux. Haussant ostensiblement les épaules, le ciron démoniaque donna un solide coup de pied qui envoya les trois indésirables directement dans les eaux sales de Gotham. Qu'est-ce que ça pouvait être débile un rat, ajouta-t-il en son for intérieur.

Malgré un ou deux détours maladroit, le groupe retomba sur des traces de bagarre et d'évidentes preuves humides sur les bords que l'on avait tenté de remonter à la surface. A cet instant, deux faisceaux lumineux jaillirent un peu plus loin avec des voix clairement identifiables. Une jeune fille visiblement traumatisée qui s'adressait à deux policiers.

- C'était par là, indiquait la voix terrifiée.

- Vous êtes sûre? Écoutez, je ne veux pas paraître insensible ma p'tite dame mais s'ils sont tombés là dedans ils doivent avoir été bouffés par Killer Croc à l'heure qu'il est.

- Ouais, ou Ratcatcher, compléta une seconde voix masculine.

Le moth-gang s'écrasa contre un mur pour ne pas être directement vu. Les policiers semblaient ne pas vouloir aller plus loin et leurs intonations cachaient mal leur malaise. Les égouts de Gotham avait une géopolitique très basique que la flicaille semblait ne jamais véritablement vouloir affronter (en tout cas pas juste avec des lampe-torches et deux pistolets de service).

Hélas les deux policiers étaient proches et ils balayaient l'onde verdâtre des flots de leurs lumières, derrière eux, Drury reconnut la jeune péronnelle qui avait tenté de sauver sa pathétique petite famille. Tsaaa! Il sortit son pistolet à fléchette préféré, il fallait montrer la détermination de la mite du mal, mais aussi supprimer tous les témoins! Moins les gens savaient qu'il était de retour et plus l'effet de surprise sera grand pour l'opération Mite Myrmécomorphe!

Il s'extirpa de sa cachette sans prévenir ses hommes de mains qui furent aussi surpris que les policiers et la jeune femme qui hurla à la mort. Complétant le tableau de l'étonnement, le hurlement fit dévier instinctivement le bras du premier tueur de Gotham, lequel tira pile dans la gorge de la jeune femme, faisant mourir le cri dans un premier temps et elle ensuite. Les policiers dégainèrent aussi vite qu'ils le purent mais une autre fléchettes se planta dans un torse et une autre dans une casquette, beaucoup trop haut. Les jurons de policiers fusèrent. Celui qui avait été touché vacilla dans la pâle copie du fleuve Léthé. Conscient qu'il n'avait que peu de temps, Drury fonça dans le ventre du dernier homme encore debout. Un beau plaquage avec ravalement de coccyx comme on en faisait peu dans les égouts.

Le policier lâcha son arme, Drury aussi. Un bon coup de casque sonna les deux combattants qui tentèrent de très intéressantes mais futiles manœuvres de frappes et d'évitements. Un coup de coude souffla Drury, un doigt tenta de transpercer l'œil du policier, le genou des forces de l'ordre voulut priver Drury d'une quelconque descendance, mais le ciron frappa les deux oreilles de son adversaire avec ses paumes pour le déstabiliser puis enchaîna avec un crochet bien placé. Il bondit ensuite vers son arme de prédilection et tira trois fléchettes qui terrassèrent le policier.

Il se releva essoufflé mais heureux. De tels combats lui avaient manqué depuis... oh, facilement trente minutes.

Il rappela sa mauvaise troupe pour qu'ils poussent les cadavres dans les voraces boyaux de béton puis ils reprirent enfin leur marche. Lorsqu'ils arrivèrent à la planque des Ukranian's Rat, ils virent Firmin en train de tirer des cadavres dans la pièce.

- Mais qu'est-ce que tu fais? s'enquit son chef.

- Je nettoie pour pas laisser de trace, j'ai tué deux mecs qui ont tenté de venir tué Croc, annonça Firmin fièrement.

Drury ne releva pas le langage grossier du médecin du groupe et préféra lui dire que l'un de ses collègues avait besoin de soin. Victorieux et heureux, il pénétra dans les lieux comme un vainqueur revenu d'une dure campagne. A la manière d'un empereur romain, il fit entrer la jeune femme saucissonnée et bâillonnée.

- Bon, elle a pas vraiment voulu nous suivre alors on a du improviser un peu, admit-il, mais ta-da! La voilà, saine et sauve! Et toi, ça va mieux?
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6621-drury-walker-killer-moth
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2796
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Mar 28 Juin - 18:18

Alors que Firmin était en train de tirer les cadavres à l'intérieur de la pièce conformément au conseil de Croc, une voix familière se fit entendre, demandant à Firmin ce qu'il était en train de faire. Waylon reconnut la voix de son vieux camarade qui fit irruption dans la pièce. Le cannibale sourit, ravi de voir qu'il avait mené sa mission avec succès. Puis Drury fit entrer Sophie dans la pièce. En la voyant saucissonnée et bâillonnée comme une vulgaire otage, Croc écarquilla d'abord les yeux avec stupeur. Puis il fronça des sourcils, et se releva brusquement tout en grognant. Son mouvement lui fit ressentir de virulentes douleurs aux endroits où il s'était baissé, mais cela ne l'arrêta pas pour autant.

"Putain !!! C'est quoi ça ?! Qui vous a permis de la ligoter, bande de connards ?!?!" ragea t-il tout en s'approchant d'elle.

Il lui arracha les cordes avec ses griffes et retira le chiffon dans sa bouche. Aussitôt, la fille plongea dans ses bras.


"Waylon !"

"Aie... Doucement, ça fait mal... Hé, ça va Sophie ?"

Elle acquiesça d'un signe de tête.
Il la déposa devant lui, puis lança un regard accusateur à Moth et ses Moths, avant de demander à sa protégée :


"Dis-moi, ils t'ont pas fait de mal, j'espère ?!"

Elle réfléchit quelques instants en regardant les hommes du Moth-gang les uns après les autres. En cet instant, elle savait qu'elle avait le pouvoir de vie ou de mort sur ces types, par le biais de Croc. En effet, il suffisait à Sophie de dire que l'un d'eux lui avait fait du mal pour que le colosse l'étripe sur le champ sans chercher à réfléchir ni à poser de questions. Cela faisait naître en elle un certain sentiment de puissance, un peu comme si elle braquait un flingue sur eux. Elle les regarda attentivement, les uns après les autres. D'un côté, ils n'avaient pas menti. Ils étaient bel et bien des amis de Croc et l'avaient conduite jusqu'à lui. Donc elle n'avait aucune raison de leur vouloir du mal.
Néanmoins, elle n'avait pas apprécié du tout la façon dont ils l'avaient traitée. Ils auraient dû être plus convaincants, selon elle, et apporter de vraies preuves, plutôt que d'utiliser la force brute. Elle avait vraiment cru avoir à faire à des gens qui lui voulaient du mal, des types qui s'en prenaient à elle directement pour toucher Croc.

Après plusieurs secondes, elle pointa son index vers l'un des Moths. C'était celui qui l'avait tirée hors du tuyau et qui l'avait maîtrisée, celui qui parlait en bleu.


"Lui, il m'a fait mal." affirma t-elle en lançant un regard noir au Moth le plus débrouillard du lot.

Aussitôt, Croc s'avança vers lui en grognant, puis il l'attrapa à la gorge, le souleva et le plaqua contre un mur brutalement.


"J'vous avais juste demandé de la ramener, bon sang !!! Toi, tu vas regretter de lui avoir fait mal !!! Je vais te démembrer !!!" s'exclama t-il furieusement.

_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drury Walker/Killer Moth

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 25/07/2014
Nombre de Messages : 103
Autres Comptes : Lonnie Machin/Anarky
Vous à Gotham : L'infâme mite du mal!
Citations : Je serais bientôt mythique hin hin hin!

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Mar 28 Juin - 19:04

Drury s'était attendu à des félicitations, des remerciements, au lieu de cela, il fut accueilli comme un moins que rien, on lui avait hurlé dessus et pire, son allié menaçait à présent l'un de ses hommes. Bon, le premier grognement aurait dû le mettre sur la défensive, mais l'apparente joie des retrouvailles aurait dû a contrario tout effacer. Killer Moth était un fieffé gredin qui avait connu bien des situations dramatiques, mais aucune envers un collègue. Il se sentait - encore - dépassé par les évènements. Il agit donc avec l'aide de son instinct détraqué. Il tendit les bras en avant et entreprit de s'expliquer.

- Elle a poignardé l'un de mes sbires et le temps nous était compté! couina-t-il. Si on avait mis trop de temps pour la ramener qui sait dans quel état nous t'aurions retrouvé!

Le moth qui parlait généralement en bleu ne pouvait plus émettre que des points de suspensions étouffés tandis qu'il se découvrait des pouvoirs de lévitation. Les couleurs de la vie lentement quittaient son visage, ce qui paniqua d'avantage son supérieur.

- Elle ne voulait pas croire que l'on puisse avoir été emmené par toi, faut dire que l'on avait pas beaucoup d'argument à lui soumettre! continua Drury avec précipitation en sautant d'un pied sur l'autre. Mais elle ne voulait pas nous suivre alors on a été au plus simple et surtout au moins douloureux! Elle n'a pas souffert, je t'en donne ma parole de criminel! Mais s'il te plaît, lâches mon homme de main! N'oublies pas que l'on doit encore rejoindre la moth-cave!

Killer Moth savait que son fidèle d'entre les fidèles ne survivrait pas longtemps à l'étreinte colérique du saurien, il savait aussi que la petite avait sans doute une parole plus infaillible aux oreilles squameuses que la sienne, mais il ne désespérait pas que son ami se calme. Venait maintenant la partie peu amusante de l'intelligence: prévoir le pire. Si son homme de main périssait, alors l'irrémédiable serait commis. Primo Croc n'aurait pas eu confiance en son allié, secundo il aurait violenté et tué un homme du moth-gang, deux crimes qui ne pouvaient signifier que la guerre entre les deux criminels. Drury n'en avait pas envie, mais un meurtre même passionnel restait un meurtre et les codifications rigoureuses des criminels imposaient une vengeance en bonne et due forme. Il décida donc de quitter l'esprit embrumé de colère de son camarade pour essayer de raisonner la petite.

- Tu n'es peut-être pas content tu sors que l'on t'a réservé, commença-t-il en lui pointant un index inquisiteur, mais ça ne t'autorise pas à mentir pour mettre la vie de mes hommes en dangers! Si tu avais eu un peu plus confiance, on en serait pas là! Alors je te conseille de dire la vérité ou les conséquences seront bien pire que la mort de l'un de mes hommes! N'oublies pas que j'ai la preuve que tu as poignardé la main de l'un de mes hommes! Et la vie de Croc était en jeu tout autant que la tienne!

Et si cette petite pimbêche persistait dans ses mensonges éhontés, l'on ne pourrait pas dire qu'il n'avait prévenu personne. C'en serait terminé du gentil moth et ils n'allaient pas aimer le méchant! Sur le coup il reculerait, les laisserait sauf, mais il était du genre patient (ainsi que résilient aux échecs) et il saurait frapper fort! C'était l'apanage des adolescents victimisés, il savait reculer, céder du terrain pour mieux frapper là où ça faisait mal (généralement à l'entre-jambe mais là il allait devoir improviser un peu).

La situation était au comble de la nervosité, Drury, Croc et la jeune fille étaient en cœur de l'attention du reste du moth-gang qui était tétanisé, n'osant même pas respirer (d'autant plus pour le moth dont le larynx était gentiment broyé).

Quelques couloirs plus loin, une bande de mafieux ukrainiens accompagnés par quelques rats dociles progressaient, fous de rage vers leur position. Finalement, la situation n'était pas aussi désespérée qu'elle pouvait le devenir.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6621-drury-walker-killer-moth
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2796
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Mar 28 Juin - 21:06

Killer Croc n'était pas quelqu'un avec qui l'on pouvait facilement discuter, ni quelqu'un que l'on pouvait facilement raisonner. Il n'en avait pas toujours l'air, et on avait parfois tendance à l'oublier, mais à l'instar des autres pensionnaires habituels d'Arkham, il avait un grave problème psychologique. Ce n'était pas seulement l'énorme complexe à propos de son apparence, la paranoïa dont il faisait souvent preuve, ou encore le fait qu'il n'accordait aucune importance à la vie humaine, même si ces trois raisons suffisaient à elles seules pour l'enfermer dans un asile de fous. Il y avait autre chose qui permettait à cet individu de remettre toujours les pieds à Arkham, et d'y être interné probablement jusqu'à la fin de sa vie sans aucun espoir de guérison ou de réinsertion dans la société. Il était psychologiquement instable.

Qu'est-ce que ces deux mots mis côte à côte pouvaient-ils bien signifier ? Et bien, c'était tout simple. Il pouvait être dans un état parfaitement calme et se sentir de bonne humeur une journée entière. Mais, d'un coup, en l'espace d'une seule seconde, et pour une raison qui pourrait sembler insignifiante pour n'importe quel être humain normal, il passait dans un état d'extrême fureur totalement inexplicable, qui pouvait le pousser à tuer en quelques secondes un type qu'il considérerait comme son meilleur ami. Personne n'était à l'abri de ses crises de colère passagères et parfois sans raisons valables, ni Sophie, ni Drury, ni personne d'autre. Il pourrait très bien les tuer sur un coup de tête, animé par la colère, et le regretter dans les minutes qui suivraient. C'était pour cette raison qu'il était très dangereux d'être ami avec lui. Il n'avait pas la volonté de faire du mal à ses amis, mais il en était capable sans s'en rendre compte, et il le savait très bien.

Ce que Drury pouvait prendre pour de l'ingratitude, c'était en réalité la conséquence de la maladie psychologique qui animait le géant. On ne pouvait tout simplement pas raisonner avec lui comme avec n'importe quelle personne saine d'esprit. Et c'était la raison pour laquelle les paroles du maître des mites semblaient n'avoir aucun effet sur l'état d'esprit actuel de Croc. Ou plutôt, elles semblaient avoir l'effet opposé : alimenter sa colère.


"Tu mens !!!" répondit-il férocement après que Killer Moth ait essayé d'expliquer ce qu'il s'était réellement passé.

"T'étais mon ami !!! J'te faisais confiance !!!!! T'aurais dû lui donner l'ordre de la détacher !!! La traiter avec respect comme t'aurais fait avec moi !!! T'es aussi responsable que lui, Killer Moth !!! JE VAIS TOUS VOUS TUER !!!!!"

La pression de Waylon sur la gorge du Moth se fit encore plus forte. Dans sa folie, Waylon se sentait trahi, et la trahison d'un être qu'il considérait comme un ami était ce qui l'énervait le plus. Il était devenu totalement incontrôlable, et seul le temps pourrait le calmer.

Sophie regardait Waylon avec terreur. Elle tremblait et était tétanisée. Elle l'avait rarement vu dans cet état, et elle n'avait pas pensé qu'il serait autant furieux. Tout ce qu'elle voulait, c'était se venger du type qui l'avait ligotée. Mais maintenant, elle regrettait ses paroles. Dans cet état, Croc ne la reconnaissait même plus et était capable de lui faire du mal, elle le savait. Quand ces crises arrivaient, tout ce qu'elle pouvait faire de mieux, c'était se cacher et se faire oublier jusqu'à ce qu'il se calme. Mais il lui faisait toujours peur, quand il était comme ça.

Elle tourna la tête vers Killer Moth qui finissait de la convaincre de dire la vérité pour calmer le colosse, une larme coulait sur la joue de la fille tandis qu'elle acquiesça d'un signe de tête.


"Je suis désolée... Je ne pensais pas qu'il s'énerverait autant !... Il ne se contrôle plus, même moi, je ne peux pas le calmer... Ce qu'on peut faire de mieux, c'est partir nous cacher et attendre qu'il se calme ! C'est trop tard pour votre ami !" s'exclama t-elle à l'attention de Killer Moth en sanglotant.

Mais Killer Moth ne laisserait jamais une de ses larves dans un danger de mort imminente. Après plusieurs dizaines de secondes d'hésitation, Sophie décida d'intervenir. C'était à cause d'elle que Croc avait plongé dans cette folie meurtrière, elle avait cru pouvoir l'utiliser comme une arme, mais son instabilité psychologique avait fait réagir Croc beaucoup plus excessivement que ce à quoi elle s'était attendue. Alors, elle devait réparer son erreur. Non pas pour ce pauvre Moth dont la vie ne tenait plus qu'à un fil, elle s'en fichait éperdument de lui, mais pour Croc tout simplement. Car elle savait qu'il ne voulait pas vraiment le tuer et que si elle le laissait faire, sa relation amicale avec Killer Moth serait brisée à jamais.

Elle s'approcha donc de l'homme-reptile et s'écria :


"Way... Waylon !... Arrête !... Je... J'ai menti !... Il ne m'a pas fait de mal ! Relâche-le s'il te plait !"

Elle s'agrippa à son bras libre pour tenter de le faire réagir, mais le monstre l'envoya valser à l'autre bout de la pièce d'un violent coup de bras.

"Dégage !!!!"

Sophie percuta violemment un mur à l'autre bout de la pièce et perdit connaissance aussitôt. La situation semblait désespérée et rien ne semblait pouvoir empêcher Croc de commettre l'irréparable. En fait, plus personne dans la pièce n'était en mesure de dire si le Moth maintenu par Croc était toujours en vie ou non, même Croc était incapable de savoir s'il l'avait déjà tué ou pas, trop enragé et aveuglé par sa folie.
Et ce fut à ce moment-là que le groupe des Ukranians Rats entra dans la pièce, armés jusqu'aux dents. Les deux types que Firmin et Waylon avaient embobiné plus tôt étaient revenus, avec un renfort non négligeable.


"Espèces de salauds ! Ratcatcher n'a lien fait du tout ! Vous avez menti ! On va tous vous buter !"

Et ce fut à ce moment là que tout parti en cacahuète... une fois encore.

_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drury Walker/Killer Moth

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 25/07/2014
Nombre de Messages : 103
Autres Comptes : Lonnie Machin/Anarky
Vous à Gotham : L'infâme mite du mal!
Citations : Je serais bientôt mythique hin hin hin!

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Mer 29 Juin - 18:55

[HRP]Navré pour la courte réponse, je ne savais que trop dire de plus, mieux vaut avancer maintenant que la tension est à son comble![/HRP]

Il était malaisé de comprendre pourquoi Drury était devenu un criminel, il répugnait à la violence gratuite (sauf émanent de ses plans tordus), ornait l'univers du crime d'une sorte de moralité rose bonbon, ne pouvait cracher des jurons plus terribles que "saperlotte" ou "palsambleu" et visiblement, ne pouvait s'empêcher de vouloir toujours plus de logique dans les agissements de son entourage. La colère de Croc le dépassait totalement et son étalage de violence gratuite le rendait impuissant. Les arguments les plus simples ne parvenaient pas à percer la carapace de colère qu'il s'était forgée.

- Calmes-toi enfin! tenta-t-il désespérément sans y croire lui-même.

Même la gamine semblait prise de panique. Elle tenta de réparer son erreur et avant que Drury, dans un élan de lucidité, ne la prenne par le bras pour l'éloigner, elle volait dans les airs. Le bruit que fit sa tête fendit le cœur sensible du tyroglyphe qui hésita un temps à accourir à son aide, mais d'un autre côté, son moth étouffait! Que devait-il.... Il dégaina son arme de poing, suivit par ses moths qui ne savaient pas réellement pourquoi ils agissaient ainsi, même si les menaces de mort de Croc étaient une raison suffisante à quiconque avait deux grammes de bon sens. Drury ne voulait mais alors ne voulait vraiment pas en arriver là mais...

Déboulèrent, impromptus, les résidus d'abrutis hispaniques de tantôt, vociférant d'abracadabrantesques bêtises. C'en fut trop. Sans même réfléchir, s'étant trop préparé au combat, Drury tira sur la tête de pont. La fléchette transperça l'œil du mafieux et son hurlement n'eut pour seul écho que de nouvelles rafales d'armes à feu. L'homme s'effondra, la bouche écumant une salive brunâtre. Les moths se dispersèrent dans la pièce pour tenter de trouver des abris précaires.

Drury plongea derrière la table de fer qu'avait renversé Firmin plus tôt, les balles ricochèrent puis il vit le corps inanimé de la jeune fille plus loin. Ne pouvant se résoudre à abandonner une jeune fille ainsi, il plongea pour la tirer à couvert. Derrière eux, le moth qui avait eu la bêtise d'être trop malin était mort entre les griffes de Killer Croc. Adieu Barnabé, sans doute aurait-il mieux valut pour tous que tu restes dans ton usine de retraitement des déchets...

Les moths canardaient la porte d'entrée, dégommant les quelques mafieux qui n'avaient pas encore compris l'erreur d'un tel assaut. Quelques rats tentèrent de rentrer mais Firmin, à la différence de ses camarades savait à quoi s'en tenir avec eux. Il les faucha d'une rafale maladroite mais efficace.

- Faut pas laisser les rats! hurla-t-il ensuite aux autres qui obéirent sans chercher plus d'explication.

Des bruits de courses se firent entendre de l'autre côté de la pièce et une grille d'aération sauta pour y déverser ses flots de ratus norvegicus écumants d'une rage sourde. D'un geste désespéré Drury jeta une grenade aveuglante. Ses hommes se cachèrent les yeux. Un grand éclat de lumière désorienta les quelques rats qui, malgré leur cécité naturelle, furent pris par surprise, de même que les quelques mafieux qui cherchaient à estimer les forces adverses. Quelques tirs mal ajustés et deux trois coups de bottes suffirent pour faire battre en retraite la vermine. Drury porta la jeune adolescente. Ils avaient gagné un court répit qu'ils allaient devoir mettre à profit. Ne restait plus qu'à avoir un plan et espérer que Waylon se soit calmé sinon ils devraient fuir par la case cimetière...
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6621-drury-walker-killer-moth
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2796
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Mer 29 Juin - 21:35

[HRP : Franchement je la trouve bien assez longue, pour moi une réponse courte c'est moins de 10 lignes. xD
De toutes façons c'est pas la longueur des postes qui est importante, c'est la qualité de l'histoire globale créée au fur et à mesure de ces postes. Smile ]

Lorsque les Ukranian's Rats entrèrent dans la pièce, Killer Croc se retourna vers eux, sentant un danger de mort imminente, sans pour autant lâcher ce bon vieux Barnabé. Ils les menaçaient de tous les tuer, Waylon eut soudainement l'impression d'être plagié. Killer Moth fut le premier à tirer, une fléchette qui se planta directement dans l’œil de celui qui venait de parler. S'ensuivit alors une violente fusillade entre les deux camps, c'était le jeu de celui qui trouvait la meilleure planque de fortune en premier, ou qui tuait ceux qui le visaient avant de mourir.

Contrairement à Killer Moth et à son gang, le premier réflexe de Croc ne fut pas de se mettre à l'abri. Il était encore dans son état de fureur incontrôlable, et ces intrus n'avaient fait que l'énerver d'avantage. Sa réaction instinctive et primitive fut de foncer sur les ukrainiens qui leur tiraient dessus, en utilisant le corps de Barnabé comme d'un bouclier humain pour protéger sa tête et son torse, tout en poussant un hurlement bestial à faire frémir Wolverine.


"GRAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!"

Arrivant près de la porte d'entrée, il balança le cadavre de Barnabé sur deux mafieux afin de les faire tomber en arrière, puis bondit sur eux pour leur arracher la gorge avec ses griffes. Un autre mafieux tomba à côté de lui, le corps transpercé de plusieurs balles de Moths. Waylon se releva brusquement et s'apprêta à bondir sur un autre mafieux qui le visait depuis l'encadrement de la porte, mais une forte douleur au niveau de ses blessures précédentes interrompit son mouvement. L'Ukrainien ne perdit pas une seconde pour tirer une salve sur Croc qui recula en grognant de plus belle, lorsque soudain toute la pièce fut envahie par une violente lumière blanche aveuglante.

"AAAARGH !!!"

Killer Croc se frotta aussitôt les yeux, puis tapa dans le vide autour de lui instinctivement. Il entendit des cris de rats, et en écrasa un sans même s'en rendre compte, se déplaçant à l'aveugle dans la pièce.
Il recouvra sa vue après quelques dizaines de seconde, mais se rendit compte qu'elle devenait de plus en plus flou. Son corps était en train de se vider de son sang, ses mouvements brusques avaient déchiré les bandages déposés par Firmin un peu plus tôt et avaient relancé les saignements des précédentes blessures, mais en plus de cela il venait d'encaisser de nouveaux tirs. Il se sentait extrêmement faible et, alors qu'il se dirigeait vers la porte d'entrée avec la ferme intention de partir à la poursuite du reste des Ukranians pour les tuer les uns après les autres, il vacilla et tomba lourdement en avant.

Il rouvrit les yeux lentement, sa vision alternant entre flou et net au fil des secondes. Il put distinguer la silhouette de Killer Moth transportant le corps de Sophie en lieu sûr.


*Merde... J'me suis laissé emporter... Drury... Sophie... mes amis... J'allais les buter...*

La bonne nouvelle, c'était que l'état d'épuisement dans lequel il se trouvait lui avait permis de retrouver la raison.
Il tenta de se relever, mais plus aucun de ses muscles ne voulaient bouger. L'épuisement empêchait complétement tout mouvement et le maintenait cloué au sol tandis qu'une marre de sang se répandait sous son corps extrêmement lourd.


*Peux plus... bouger... Chuis trop... crevé............ Non !... Lève-toi ! Tu dois les aider, putain !... Relève-toi ! Lève ton gros cul de ce putain de sol !*

Avec une énorme force de volonté et une grande détermination, il parvint à soulever et plier son bras droit et à poser la main droite paume contre le sol. Puis il poussa dessus de toutes ses forces pour soulever son énorme masse musculaire et se hisser jusqu'à se mettre à quatre pattes.

*Allez... Encore... Un petit... effort...*

Si Croc avait été seul au monde, il se serait sans doute laissé aller, laissé tomber dans l'inconscience. Peut-être même qu'il serait mort suite à ses blessures.
Mais il n'était pas seul, plus maintenant. Il avait des amis qui comptaient sur lui, et qui comptaient pour lui. Il devait protéger Sophie. Et Killer Moth était revenu pour lui ! Ils ne l'avaient pas abandonné. Alors il ne devait pas non plus les abandonner ! Si Croc parvenait à trouver la force de se relever, c'était grâce à eux. Grâce au pouvoir de l'amitié ! (shonen spotted)

Il parvint à se mettre à genoux, et tourna lentement la tête vers Drury qui venait de se mettre à couvert avec la fille. D'une voix très faible, il prononça ces quelques mots :


"Killer... Moth.... Dé... Désolé... pour ton pote..."

Il n'avait pas pour habitude de s'excuser pour ses actes, mais ces excuses-là étaient sincères. Il n'avait pas eu la volonté de tuer Barnabé, mais il avait senti une soudaine fureur incontrôlable monter en lui. C'était comme si toute la haine qu'il éprouvait pour l'humanité avait ressurgit d'un coup et qu'il devait punir toutes les personnes à proximité pour se sentir apaisé. Il avait eu un flot d'énergie négative et de pensées noires, qui l'avaient poussé à agir de la sorte et à dire des trucs qu'il ne pensait pas réellement.

Après le flash de lumière, les sbires de Killer Moth qui s'étaient cachés les yeux avaient ensuite pu tirer sur les derniers mafieux à proximité de la porte d'entrée pendant qu'ils étaient aveuglés. Les autres mafieux étaient restés en retrait, dans le couloir, car ils avaient remarqué qu'ils se faisaient tirer dessus comme des lapins à chaque fois qu'ils passaient la porte d'entrée, à cause des sbires de Killer Moth postés à différents endroits de la pièce et tenant leurs armes braquées vers la seule entrée pour les humains.


"Vous pouvez pas lester cachés dedans toute votle vie !" s'exclama une voix dans le couloir.

Cela signifiait que les Ukranian's Rats les attendaient dans le couloir, et dés que le Moth-gang sortirait, ce serait eux qui se feraient tirer dessus comme des lapins. Ils n'avaient plus qu'à attendre désormais... et ils savaient que les rats du Ratcatcher, qui pouvaient entrer par des conduits trop étroits pour les humains, pousseraient le Moth-gang à quitter la pièce bien assez tôt.
D'ailleurs, ces derniers ne tardèrent pas à ressurgir des différents conduits sous la forme d'un véritable torrent de boules de poils.


"Faut... boucher... les conduits..."

Les boules de poils foncèrent en surnombre sur chaque individu présent dans la pièce, pour les griffes et les mordre. Pas de doutes, il ne faudrait pas longtemps pour que tout le Moth-gang ne se décide à quitter la pièce. Soit ils mourraient dévoré par les rats, soit ils mourraient sous les tirs ennemis.
De nombreux rats grimpèrent sur Croc qui tenta de se débattre contre eux tant bien que mal, en agitant ses bras pour les projeter au loin ou les écrabouiller.


*On peut pas rester ici... On va tous se faire bouffer par ces putains de rats ou choper des saloperies !... Mais si on sort, on se fera fusiller... Pfff... Y a pas 36 milles solutions.*

Tout en agrippant les rats les plus gênants et en les balançant contre les murs les uns après les autres, il se traîna jusqu'à un cadavre de mafieux.

"Bon écoutez... On va sortir d'ici... J'passe en premier... J'servirai de bouclier... Vous me suivrez... et vous tirerez devant moi... à l'aveugle... tout en restant planqués... derrière moi."

Au point où il en était, quelques balles de plus ne changeraient pas grand chose. Et il était le seul qui avait une infime chance de résister aux feux ennemis.
Après un effort incommensurable, il parvint à se relever tout en agrippant deux cadavres d'Ukrainiens, un dans chaque main, pour s'en servir de boucliers. Puis il se tourna vers Killer Moth.


"L'un de vous.... doit emmener Sophie... Prêts ?"


_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drury Walker/Killer Moth

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 25/07/2014
Nombre de Messages : 103
Autres Comptes : Lonnie Machin/Anarky
Vous à Gotham : L'infâme mite du mal!
Citations : Je serais bientôt mythique hin hin hin!

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Ven 1 Juil - 13:28


Une étrange sensation de déjà-vu enveloppa l'esprit dopé à l'adrénaline de Drury, des cris, de la rage, du massacre en règle, des gerbes et des giclées de sang, des tirs qui se raréfiaient bientôt et le silence d'une bataille dont la conclusion se différait. Le ciron malveillant observa par intermittence la danse macabre à laquelle s'adonnait Killer Croc. Sa fureur et sa rage semblaient un temps l'immuniser à la douleur, mais la Nature avait toujours une fâcheuse tendance à rappeler les âmes et les êtres à leur condition de mortel. Le colosse s'était finalement affaissé après la retraite de leurs assaillants.

Killer Moth quitta son abris précaire prudemment en laissant la jeune fille à l'abri derrière la table, elle respirait doucement. Barnabé n'était plus qu'un tas de chairs sanguinolentes. Les excuses, articulées à l'article d'une douleur incommensurable arracha une larme au criminel qui fut bien content d'avoir un casque pour cacher sa douleur, son regret mais aussi son pardon. C'était donc ainsi. De toutes les malédictions qui frappaient la ville, Killer Croc était devenu un avatar de colère et de haine, un véritable enfant avec une force herculéenne, capable d'arracher la tête d'un de ses camarades de jeu pour une broutille mais qui regrettait son geste dix secondes plus tard.

L'heure hélas n'était pas encore aux réconciliations larmoyantes, les mafieux étaient toujours en grand nombre et déterminés, sans parler de ses saloperies de rats. Drury se jura de régler son compte au joueur de fifre lorsque tout ceci se serait calmé un peu. Les autres moths avaient fait un cercle autour de la dépouille de Barnabé, ils ne cachaient pas leur tristesse et leur chef n'osa pas les reprendre à l'ordre. Drury écouta les conseils de son ami, il fallait effectivement agir vite.

- Bon aller les gars! fit-il à l'adresse de ses troupes pour les motiver un minimum malgré sa gorge serrée. Il ne faut pas baisser les bras maintenant, sinon.... sinon la mort de Barnabé aura été vaine! Je lis dans vos yeux la même peur qui pourrait saisir mon cœur! Oui, il arrivera un temps où le courage du moth-gang faillira, oui il arrivera un temps où le moth-gang s'anéantira, un temps où les moths et les chenilles s'entredévoreront, mais ce jour n'est pas arrivé! Ce sera l'heure des rats et des mafieux lorsque le moth-gang s'effondrera! Mais ce jour n'est pas arrivé! Aujourd'hui, pour Barnabé, pour ce qui nous est cher dans notre bonne vieille Gotham, nous combattrons! Tenons mes amis et hauts les cœurs, la vengeance nous appelle! Et cette vengeance sera ferme, forte, puissante et sans appel! Les mafieux mourront, les rats seront exterminés et, victorieux, le moth-gang et ses alliés triompheront!

Ses hommes, les yeux en larmes l'applaudirent de bon cœur.

- Mais chef, Barnabé... ben... c'est pas vraiment les mafieux qui ben...

- Oui, une tragédie, admit Drury. Mais...

Il se tourna vers Killer Croc.

- Il faut parfois savoir avoir la force du chêne et la souplesse du roseau, philosopha-t-il. Je te pardonne Waylon, on a tous fait des choses que l'on a regretté.

Puis il se planta devant ses hommes.

- Si nous étions exemptes de défaut et d'erreur, sans doute les choses seraient différentes, mais ce n'est pas la cas, allez, on va colmater les ouvertures de la pièce et on avisera.

Ses hommes hochèrent religieusement la tête avant de se mettre au travail. Mais les rats passèrent à l'attaque. Le moth-gang s'activa, ils tentèrent de colmater les issues, certains moths furent submergés et ils durent parfois se mettre à deux pour éviter de finir grignoté. Waylon prit les devants et proposa un plan digne du moth-gang.

- Attendez, s'écria Firmin, la table là elle pourra nous servir à couvrir nos arrières!

Deux moths entreprirent de la soulever et ligotèrent, sur l'ordre de leur chef, le cadavre d'un ennemi à celle-ci, comme un totem de mauvais augure (et le côté théâtral). Drury confia la jeune Sophie à Fernand qui était réputé comme le plus mauvais tireur du gang. Drury s'équipa d'une arme qu'il vola dans une caisse et distribua des munitions.

Alors que Waylon attendait près de la sortie, les estomacs se nouèrent et les cœurs firent ensemble un air de Wagner. C'était le moment où jamais de voir ce que leur association avait dans le ventre!

- Prêt, déclara Drury.

L'enfer se déchaîna. Waylon sortit suivit par une chenille de crétins colorés, carnaval sous acide qui déboulait dans les égouts. Derrière eux, des rats qui couinaient; de part et d'autre du couloir, des tirs et des hurlements, des ordres, des contre-ordres et des rafales. Les lumières des armes hachaient menus la scène autant que les rafales. Les Ukrainian's Rats tombaient, les giclées de sang couvraient les murs et les costumes pourtant déjà bariolés du moth-gang. Fernand tenait fermement la jeune fille, suivant de près le colosse, Drury canardait désespérément les silhouettes qui apparaissaient, croyant presque faire un rail-shooter dément sous acide. Firmin tenait la table qui couvrait l'arrière, écrasant par moment des rats, manquant souvent de glisser et de choir, tandis que Hippolyte faisait de son mieux pour tirer et reculer.

Hélas, une rafale lui faucha les jambes et il s'écroula avant d'être dévoré par une nuée de rats. Ses hurlements longtemps hanteront le moth-gang. Les couloirs défilaient, des gerbes d'eaux croupies éclataient ça et là, les insultes pleuvaient, le sol glissant offrait quelques résistances dans les virages. Leurs ennemis étaient déterminés, mais les cadavres tombaient et les planques manquaient furieusement une fois la course-poursuite engagée. Drury balança une grenade fumigène derrière lui afin de ralentir leurs ennemis et soulager leur arrière. Bientôt les armes se turent, les ennemis fuyaient, désespérés de leurs pertes. Les Ukrainian's Rats semblaient avoir perdu cette bataille, mais la guerre ferait sans doute long feu. Drury continuait malgré tout de regarder autour de lui. Quelques rats tentèrent de continuer mais furent aisément fauchés.

- Bon, maintenant, direction la moth-cave! ordonna-t-il. Moins on restera dans les parages et mieux on ira!

Drury sortit sa carte, observa les alentours, Firmin lâcha sa table et sortit son arme, pour faire bonne mesure, quant à Fernand, il tremblait comme une feuille mais ne lâchait pas Sophie.

Le groupe put alors se déplacer plus lentement et prudemment. Ils avaient heureusement pris une bonne direction. L'entrée de la moth-cave n'était plus très loin, mais l'état de son camarde inquiétait Killer Moth. Killer Croc avait beau être fort, il n'était pas sorti en très bonne forme de la pièce et après cette traversée épique, il devait sans doute être à l'article de la mort.

- Besoin d'aide ? lui demanda-t-il.

L'entrée de la moth-cave enfin fut en vue. Drury grimpa l'échelle qui y menait et entra un code qui enclencha la bande sonore de faux-verrous. L'entrée s'ouvrit, découvrant enfin la sacro-sainte moth-cave! Le groupe déboula dans l'aire circulaire centrale qui servait de grande pièce à vivre. Fernand déposa la jeune femme sur un canapé, Firmin se précipita dans le coin infirmerie et Killer Moth accompagna Killer Croc jusqu'à un lourd fauteuil qu'il avait commandé spécialement pour lui. Le groupe était encore en état d'urgence, paniqué et affairé, mais sitôt cet état achevé, l'heure serait aux explications et pire que tout aux remémorations. Deux moths perdus pour une opération, c'était un coup dur pour le gang.

Killer Moth se mit alors à rire nerveusement. Il y avait eu des morts, des pertes, inutiles pourrions-nous dire, mais c'était le lot des criminels songeait-il. La tension nerveuse n'était plus là, aussi tout semblait se relâcher et rire l'aidait à tenir.

- Et dire que la mission est un succès, ricana-t-il pour lui même.

A cette idée, les autres membres du gang se mirent également à rire comme des benêts. Ils avaient réussi leur premier coup!
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6621-drury-walker-killer-moth
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2796
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   Dim 3 Juil - 16:20

Dés que le signal fut lancé, Killer Croc s'élança dans le couloir, brandissant devant lui les deux cadavres des Ukrainiens pour protéger son visage et son torse, ainsi que pour élargir le bouclier qu'ils formaient afin de protéger le Moth-gang situé derrière lui.

Les balles fusèrent durant la charge furieuse de la chenille qu'ils formaient en formation serrée, la plupart d'entre elles finirent leurs courses dans les cadavres des Ukrainiens avec lesquels Croc se protéger, certaines se plantaient dans les murs sur les côtés en ratant leurs cibles. Quelques balles parvinrent tout de même à passer entre les membres des deux boucliers humains brandis devant lui, et se plantèrent dans sa chair, le faisant pousser un grognement bestial terrifiant.


"GRAAAAAAAAAAAAAAAAHRGH !!!! VOUS SAVEZ QUI J'SUIS, BANDE D'ABRUTIS ?!?! JE SUIS KILLER CROC !!! VOS BALLES M'ARRETERONT PAS, JE SUIS INVINCIBLE !!!"

Ses paroles enragées eurent pour effet de semer la terreur dans les troupes ennemies. Ils commençaient à douter de leur victoire malgré leur surnombre, ils se disaient qu'ils avaient sous-estimé Killer Croc malgré toutes les rumeurs qu'on entendait à son sujet. Et le fait que le gang continuait de charger vers eux malgré leurs tirs alimentait également cette terreur. Certains commencèrent à fuir en les voyant s'approcher, et finalement le Moth-gang parvint à forcer le barrage d'hommes armés qu'ils avaient formé.

A partir de ce moment-là, il n'y eut plus beaucoup de dangers devant eux, les derniers Ukrainiens encore combattifs se trouvant derrière, tirant sur la table maintenue par Firmin et arrosé par Hyppolite, jusqu'à ce que ce dernier finisse par tomber et se faire dévorer par les rats. Waylon entendit ses cris de souffrance derrière lui, mais il savait qu'il ne pouvait pas s'arrêter pour lui venir en aide. Il fallait continuer d'avancer rapidement pour fuir les tirs, s'il s'arrêtait maintenant, il mettrait la vie de tous les autres en danger.
Lorsqu'ils bifurquèrent dans un couloir plus large, Waylon jeta les boucliers humains sur le côté pour s'en débarrasser et ainsi dépenser moins d'énergie. Finalement, les fusillades cessèrent, les Ukrainiens avaient abandonné. C'était une bataille de plus de gagnée contre eux.

Waylon prit alors appuie sur un mur avec ses mains et repris son souffle. Il était habituellement endurant, mais l'était beaucoup moins avec tout le sang qu'il avait perdu, et son corps entier était endolori. Lorsque Killer Moth lui demanda s'il avait besoin d'aide, il ravala sa fierté et acquiesça d'un signe de tête, et s'appuyant sur lui en mettant un bras autour de ses épaules pour qu'il l'aide à se déplacer.

Après un long voyage où ils avaient été contraints de se déplacer très lentement, ils arrivèrent finalement à la Moth-cave. La vision de Croc était de plus en plus floue et il avait la tête qui tournait, il se sentait extrêmement faible et fatigué. Alors que Moth l'accompagnait en direction d'un fauteuil, le colosse s'effondra lourdement sur le sol avant même de l'atteindre, sombrant dans l'inconscience.

Il avait perdu beaucoup trop de sang, et avait besoin d'une bonne grosse perfusion pour survivre. Seul petit bémol : personne ne connaissait le groupe sanguin de ce monstre.



[HRP : Je te laisse faire une petite ellipse de plusieurs jours si tu le veux bien, le temps que Croc soit remis sur pieds puisque là il n'est plus en état de répondre.
On peut éventuellement changer de sujet aussi, c'est comme tu le sens.]

_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: L'égout et les couleurs...   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'égout et les couleurs...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» 2 ti bonhommes qui ont pris des couleurs
» Haradrims, schéma de couleurs orientales
» taches de couleurs
» Une mère et son bébé sortent indemnes d'un égout...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Gotham Depths :: Egouts de Gotham City-