RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Harley Quinn

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 12/03/2016
Nombre de Messages : 137
Vous à Gotham : La Princesse Clown du Crime
Citations : Il sera le cinglé et je serais la folle.

MessageSujet: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Dim 24 Avr - 13:09

Ah, le casino Falcone. Un regroupement de mafieux jouant aux cartes et bavant devant le derrière pulpeux de quelques danseuses en petite tenue mais surtout un des plus gros coffres-forts de Gotham avec ses bandits manchots remplit de billets et des tonnes d'argent encore plus blanchies que son poussin qui aurait mis de la crème éclaircissante. Si Harley pouvait voler tout cet argent et le rapporter pour "elle" ce serait un bon moyen de s'attirer ses faveurs et de comparer sa réaction à celle du vrai Joker. Aussi, l'arlequin savait que cette nuit serait la bonne car le faucon de la mafia, Carmin, n'était pas présent cette fois. Elle avait tout prévu à l'avance et c'était armée d'une multitude de gadget camouflé tel un banc de piranhas prêts à sauter d'une boîte. Il ne lui restait plus qu'une seule chose à régler, le pistolet qu'on pointait sur son crâne.


-Donnes moi une seule raison de ne pas te faire exploser la cervelle?! Chaque fois que je suis rentré dans ton jeu Quinn, ma boîte finissait détruite!


-Justement, cette fois ce sera pas dans ta boîte, Boxy.


-Là, je me dis juste que te tirer dans la tête servirait à rien vu que t'as l'air de n'avoir aucun cerveau.

-Et si je te dis, tonnes et tonnes d'argents?

-Tu m'intéresses.


-Oh, et dans quel sens? RRrrr!...


-Pas celui-là! Je préfère mon porte-monnaie rempli à ta poitrine qui l'est aussi. Alors c'est quoi le plan?

-Ennuyeux... Tu connais des gars au casino Caligula, non?

-Le casino de Falcone?! T'es malade!


- Exactement!


Boxy Bennett en petit patron de la mafia de Gotham usa de ses affinités avec certains employés de Caligula pour accueillir ce soir "Le grelot d'Atella", une étoile montante du Burlesque italien. Il était assis sur une des tables avec deux de ses plus fidèles gardes du corps tandis que d'autres de ses truands étaient dispersés dans la grande salle du casino dessinée tel un mini Colisée où les lions bavaient devant des gladiateurs en bikinis. Harley était côté Jardin tandis qu'un spartiate, côté Cour, la draguait en profitant que le rideau ne s'était pas encore levé. L'arlequin fit signe au spartiate de se rapprocher en mimant des baisées avec ses lèvres pulpeuses. Ce dernier se rapprocha les yeux fermés en tendant les bras, lorsqu'il ouvrit les yeux, il se rendit compte qu'il était en slip devant la salle entière explosant de rire et l'affublant de ronronnements et de "Quelle beauté!". Il partit en courant puis les lumières s'éteignirent avec le début du thème de la "Panthère Rose" jouant. Harley était vêtu de ses gants et son bustier habituels descendant sur un short en dentelles noires et rubans rouges attachés par des lanières à deux jambières rouges et noires se terminant sur de sublimes chevilles dénudées surmontant deux escarpins rouges et noirs dont la boucle est l'emblème de l'arlequin. Son cou s'ornait d'une collerette en éventail faîtes de cartes à jouer. Ses cheveux, en chignon torsadé, se paraient d'une multitude pierres précieuses inconnues en forme de losanges et son visage se couvrait d'un loup vénitien noir. La cerise de ce chez d'œuvre mouvant était une gigantesque plume rouge dont la base en serre-tête l'entourait de grelots.  


Lorsque les deux rideaux se séparèrent, apparut devant l'assemblée mafieuse un mystérieux arlequin accompagné de deux hyènes en tenue de polichinelle. Elle se mit à se trémousser et se déhancher autour de la barre de pole dance levant ses jambes à chaque fois qu'une de ses hyènes tournait dans le sens inverse provoquant l'excitation du public, descendant à quatre pattes de la scène, elle fit deux roues/saute-moutons au-dessus de ses hyènes pour atterrir sur la table d'un des hommes les plus dangereux dans la pièce. La danseuse mit en avant sa poitrine d'où pendaient deux minuscules pacotilles en queue de cheval, l'homme mordit la pacotille qui se détacha du bustier. Harley réitéra le geste avec un autre mafieux pouvant représentait un gros danger aussi, les deux hommes riaient alors qu'une fumée verte sortait d'une des pacotilles tandis que de l'autre émanait une fumée orange. Harley tapa ingénument du doigt sur le panneau "interdit de fumer" ce qui fit s'esclaffer le public pendant que les fontaines à eaux du plafond s'actionnèrent. Les mafieux continuaient à rire ignorant que la fumée se mélangeant à l'eau coulant du plafond était soit du gaz hilarant soit celui de l'épouvantail. Harley disparut derrière les rideaux avec ses hyènes en attendant que les fontaines se stoppèrent, une partie de l'assemblée se mit à partir dans un fou rire avant de tomber au sol avec un sourire figé sur le visage en opposition de l'autre qui était pris de panique et sortit des pistolets pour tirer autour. Boxy et sa bande suivirent ceux qui n'avaient pas été touchés par les toxines qui se réfugiaient ou partaient en courant. Lorsque l'eau s'arrêta, Bennett et ses hommes de main foncèrent sur les mafieux et leur interrogèrent sur le moyen d'accéder à la chambre où l'on blanchissait de l'argent. Harley sauta sur une des tables avec deux pistolets de détresses triturés pour tirer des feux d'artifice et un lot de bouts de métal. Elle pointa l'un des deux pistolets sur la tête du mafieux qui avait une pacotille terrifiante dans la bouche et qui leva ses bras en couinant.


-Pitié madame la maîtresse! Je vais rendre mon devoir demain!

-Maîtresse? C'est la première fois qu'on m'appelle comme ça dans ce sens-là... Donnes moi les codes de la chambre forte où on fait du blanchiment d'argent ou le médecin légiste devra faire le théorème de Pythagore pour déterminer la taille de ton cerveau!


-D'accord! D'accord... C'est... "Pan!"

-Oh! C'est pas vrai! Vous auriez pu faire un effort et lui tirer dans la jambe!



Les mafieux sous l'emprise de la toxine de Crane continuèrent à tirer dans tous les sens. Harley cria et se réfugia sous la table avec ses deux hyènes, se tourna vers le corps du mafieux et lui caressa la joue.


-Maîtresse hein? RRrrr!...


Ses hyènes étaient consternées.


-Quoi, faut bien que je passe le temps! "Pan!" Ahh! Hé, pour une fois qu'un homme est capable de m'écouter, vous allez pas gâcher ça!

HRP:
 

_________________________________
Photos cochonnes:
 


Dernière édition par Harley Quinn le Dim 1 Mai - 12:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6603-harley-quinn http://etredifferentsexyharleyquinn.blog4ever.com/
Shadow (Amy Williams)

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 17/04/2016
Nombre de Messages : 29

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Dim 24 Avr - 15:31

Dire qu’Amy passait une mauvaise soirée était un euphémisme. Entre la musique qui lui donnait un léger mal de crâne, les odeurs d’alcool et de sueur et les danseurs à moitié nus dansant devant une foule de personnes sûrement pour la plupart déjà à leur cinquième verre de la soirée, la brunette avait un peu plus envie de quitter le Casino de seconde en seconde. En fait, si ces même personnes n’avaient pas pour beaucoup d’entre eux les poches pleines de billets verts prêts à être dépensés dans les jeux ou autres cocktails, elle n’aurait sans doute jamais mit les pieds ici, elle qui préférait le silence et le calme à toute cette agitation. Mais une soirée au Casino Falcone était apparemment le prix à payer pour qu’elle puisse manger.

En règle générale, elle se contentait de voler les boutiques, isolées de préférence, tuant au passage son propriétaire s’il la surprenait, ce qui arrivait rarement. Mais lorsqu’elle avait entendu par hasard que Carmin Falcone ne serait pas là cette fois, elle s’était dit qu’elle avait peut-être une occasion de gagner un peu plus avec un peu moins d’efforts. Grave erreur, tout compte fait elle préférait largement sa manière habituelle, même si elle reconnaissait que passer inaperçu ici était bien plus simple. La plupart des lumières étant concentrées sur la scène, une bonne partie de la salle était plongée dans la pénombre, ce qui convenait parfaitement à Shadow, évidemment.

Se laissant finalement tomber sur une chaise dans le fond de la salle qui était à peine éclairé, Amy laissa un petit soupir traverser ses lèvres rouges. Oh, elle n’avait pas finit de travailler, évidemment. Elle ne faisait pas autant d’efforts sans partir en sachant qu’elle avait largement gagné sa soirée. Mais, puisque cette dernière s’annonçait longue, elle avait décidé de faire une petite pause. Croisant les jambes, vérifiant la présence de son masque et de son butin dans la poche de sa veste – elle n’était peut-être pas la seule voleuse ici, autant être prudente – elle leva les yeux vers la scène, où une nouvelle danseuse entourée de deux hyènes entrait pendant que la musique changeait pour celle de… La Panthère rose, sérieusement ? La soirée allait effectivement être longue… Elle passa un regard ennuyé sur la blonde habillée en noir et rouge, tandis qu’elle jouait avec les mafieux. Levant les yeux au ciel lorsque le public s’esclaffa, Amy trouvait tout cela de plus en plus ridicule. Bien-sûr, c’était dû en grande partie à son éducation. Si on lui avait dit plusieurs années avant ça qu’elle se retrouverait ici un jour, elle aurait probablement rit.

Perdue dans ses pensées, elle releva soudainement la tête lorsqu’elle sentit quelques gouttes d’eau ramper sur sa peau pâle. Pensant de suite à un incendie, voyant la fumée commencer à se répandre dans la salle et n’assimilant pas de suite le fait qu’elle soit un mélange d’orange et de vert, Shadow arriva en quelques secondes hors de portée de l’eau et de la fumée, dans un coin sombre de la pièce. En peu de temps, elle vit la moitié du public tomber à terre alors que l’autre commençait à pousser des cris de terreur et à bouger en tout sens. La fumée, sans doute ? La brunette avait déjà entendu parler de ce genre de gaz. C’aurait pu être comique si certains d’entre eux n’avaient pas rapidement sortit leurs armes de leurs poches et commencé à tirer n’importe où.

Et, comme si ça ne suffisait pas, dès que la fumée eu entièrement disparue la danseuse et ses hyènes accompagnées d’une bande d’hommes armés revinrent dans la salle. Alors que la blonde parlait aux mafieux, pas assez fort cependant pour qu’Amy comprenne ce qu’elle disait, les hommes commencèrent à attraper les personnes qui avaient échappé à la fumée. Personnes dont elle faisait donc partit. Sortant rapidement son masque de sa poche et l’attachant de sorte à ce qu’il encadre ses yeux, elle roula jusqu’à sous une table en prenant soin de rester dans l’ombre. Tout ce qu’elle voulait maintenant était passé suffisamment inaperçu jusqu’à trouver une ouverture et s’enfuir. Non pas que la situation ne l’intéressait pas, un hold-up par de plus grands criminels était assez excitant, mais cela voulait sans doute dire que les forces de l’ordre allaient répliquer rapidement. Et la brunette, avec ses poches remplies d’argent volé, ne pouvait pas prétendre être une riche civile sans carte d’identité ou quoi que ce soit d’autre. Enfin, elle finit par avoir une bonne ouverture jusqu’à une fenêtre du casino, vers laquelle elle se dirigea discrètement. Il ne manquait que quelques mètres…

- Aaaaah !

Amy retint un petit cri lorsqu’un des mafieux la percuta en criant, la faisant perdre l’équilibre alors qu’il continuait sa route. Un peu sonnée, se frottant brièvement le front, elle sentit une main se poser sur ses lèvres, juste en dessous de son masque. D’abord prise par surprise, son premier réflexe fut de mordre son agresseur, qui la lâcha avec un petit gémissement. Elle y était allée plutôt fort, comme le témoignait la goutte de sang au coin de sa lèvre qu’elle effaça d’un mouvement de la main. Le sang ne la dérangeait pas, mais elle n’était pas un vampire pour autant. Se retournant, elle jeta un regard glacé à l’homme qui secouait légèrement sa main gauche, qui saignait effectivement un peu. L’un des criminels venus avec la blonde, manquait plus que ça...

Passant sa langue sur ses lèvres tandis qu’elle et l’homme se dévisageaient, Shadow réfléchit à ses options. Donc, un idiot l’avait fait repérer, et maintenant elle avait mordu au sang un des hommes de main des voleurs. Amy passa un doigt sur le couteau caché dans sa manche. Pour résumer, elle était mal.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6611-shadow-amy-williams
Harley Quinn

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 12/03/2016
Nombre de Messages : 137
Vous à Gotham : La Princesse Clown du Crime
Citations : Il sera le cinglé et je serais la folle.

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Dim 1 Mai - 17:46

Harley serrait les dents et agrippait le tricorne de ses hyènes, transpirant en voyant le flingue pointé sur son visage, espérant qu'il tirerait à côté ou que l'arme n'était même pas chargée. Elle ferma instinctivement les yeux quand elle entendit soudainement "Bang!".

-Zut! Tiens voilà tes 10 dollars!

L'une de ses deux hyènes prit dans sa mâchoire la liasse de billets que leur maîtresse tendait agacée. Pour passer le temps, Harley, Bud et Lou restaient cachées sous une table en pariant sur qui allait se faire tirer dessus. Tout d'un coup, elle remarqua un mafieux éloigné des autres sans un pistolet, de plus il était d'une corpulence plutôt "laissé aller" et pourrait ne pas être très dangereux. Elle siffla et ses deux hyènes entourèrent l'homme tandis que l'arlequin le prit par le col et lui ordonna de lui donner les codes de la chambre forte, ce dernier s'agita terrifié et ne répondait que par du charabia lui perçant les tympans. Une ampoule s'alluma au-dessus de la tête d'Harley, qui avait trouvé une idée, mais la lampe surchauffa et l'ampoule explosa envoyant des bouts de verre sur le visage du mafieux qui cria de douleur. La blonde fit mine de balayer d'un geste de la main les bouts de verre que l'homme, sous l'emprise de la toxine, confondait pour des vers de terres et celui-ci se pensant sauvé, sourit ce qui enfonça plus profondément les débris de verre dans sa peau. Harley lâcha un petit couinement et redemanda les codes, le truand réfléchit pendant un moment et puis ouvrit la bouche et poussa un cri épouvantable. L'arlequin se souvint de son idée pour reconcentrer le mafieux et, de ses deux mains, écarta son bustier des deux côtés découvrant sa poitrine à l'homme qui devint silencieux et scruta le haut dénudé. Il hurla de toutes ses forces et sauta au travers d'une fenêtre, ou du moins l'hallucination qui était en vérité un tableau peint sur les murs du casino. La blonde écarta les yeux en voyant que le poids de l'homme fit tomber une porte cachée sur la paroi du casino, révélant ainsi une entrée secrète vers la chambre forte. Ravie, elle se retourna en entendant Boxy et quelques de ses hommes s'approchaient. Le petit patron avançait fière de lui en ignorant qu'il était en caleçon.

-Harl'! Bonne nouvelle, un des hommes de Falcone a craché les codes de la chambre forte

-J'imagine que pour le faire parler tu as dû être très gentil...


-Hein? De quoi?! Non!... Hé, t'as trouvé l'entrée de la chambre en plus? J'imagine que je devrais te remercier à ma manière... Dégage!

-Hé?! Ca va pas de me pousser comme ça? On devait se faire moitié moitié!

-Désolé ma belle mais en argent, Boxy Bennett ne partage rien, et j'vais pas entrer dans ton jeu encore une fois. Allez les gars c'est parti!


Boxy tapa sur un boîtier le code ce qui déclencha la porte en titane à proximité qui s'ouvrit et lui et ses sous-fifres foncèrent dedans. Dès qu'ils furent partis, Harley se releva, referma la porte et la bloqua avec une lance romaine qu'elle coinça grâce aux deux murs étroits du couloir sur la poignée de porte qui se poussait depuis l'intérieur de la chambre forte. La blonde colla son oreille à la porte et écouta le kazoo de sulfateuses, d'arbalète et autres pièges disposés pour protéger l'argent blanchi de ses assaillants. Soudain, Boxy tapa de son poing de l'autre côté de la porte.

-Toc toc toc, qui est là?

-Arrête de faire l'idiote et ouvre-moi! Il y a des lasers et même de vrais faucons à l'intérieur de ce truc!... Très bien, j'entre dans ton jeu Quinn, c'est Don.

-Don quoi?

-Par Don.


-Oh, moi je m'attendais à Don, donnes moi les codes de la chambre forte et 99% de l'argent sinon rien.

-QUOI?! "Ki-Ki-Ki!" D'accord, c'est 2X07 et je te donne 90% de l'argent et rien de plus, tu m'ouvres?


-J'avais dit 99% sinon rien, alors... Bye bye!

L'arlequin laissa Boxy dans l'autre pièce et regarda encore une fois dans la grande salle, peut-être qu'il restait encore quelque chose d'utile. La pièce était remplie de gens riant et criant mais peut-être par hasard ou en suivant son instinct, Harley tendit l'oreille à deux cris simultanés qui suivirent à un léger gémissement. Elle ne put s'empêcher de tourner la tête et observer la scène se déroulant non loin d'elle. Un des hommes de Bennett grognait contre la mystérieuse inconnue dont les mouvements et le masque lui donnaient un air presque éthéré, une nouvelle criminelle. La blonde gémit d'enthousiasme et fût interrompu par le mafieux "ampoule" de tout à l'heure. Dans un état second, il l'avertit qu'il était interdit de faire entrer des animaux sales dans l'établissement. Harley redécouvrit sa poitrine devant le mafieux qui se jeta à travers la fenêtre se trouvant derrière la brune. La maîtresse fit signe à ses bébés d'attaquer l'assaillant, elles se jetèrent sur lui et déchirèrent sa chemise et l'homme de main retira son attention de l'étrangère. L'arlequin décrocha sa plume serre-tête à grelot et s'en servit pour chatouiller le truand qui pouffa de rire malgré lui. Au bord des larmes, il s'interrompit lorsque la lame, dissimulée dans la plume, le transperça de toute part. L'arlequin retira l'épée et le laissa tomber à terre. Harley fit une pirouette sur elle-même tandis que ses bébés faisaient une roulade arrière, terminant par une révérence. Elle se releva et lança un grand sourire à la demoiselle masquée.

-Ma plume est rouge et ton masque est violet, l'arlequin se bouge voyant une possible amitié. Enchanté de faire ta connaissance, je suis Harley Quinn, et toi?

_________________________________
Photos cochonnes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6603-harley-quinn http://etredifferentsexyharleyquinn.blog4ever.com/
Shadow (Amy Williams)

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 17/04/2016
Nombre de Messages : 29

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Dim 8 Mai - 15:58

Ca faisait maintenant deux bonnes minutes que Shadow et l’homme se dévisageaient, semblant tous deux attendre que l’autre fasse un mouvement. La brune avait beau réfléchir à une façon de sortir de là, elle était certaine que la police ne tarderait plus maintenant, et bien qu’elle puisse facilement s’occuper de son assaillant, le reste des criminels dans la pièce était sûrement armé jusqu’aux dents, hold-up oblige, et c’est pourquoi faire quelque chose d’impulsif maintenant serait bien la dernière chose qu’elle ferait. Alors quoi d’autre ? Se faire attraper par la GCPD avant même d’être devenue une criminelle reconnue ? Dans ce cas là, peut-être qu’une mort immédiate serait plus intéressante…  

Poussant un petit soupir silencieux, Amy tendit l’oreille alors que la criminelle blonde, qui commençait à rappeler brièvement quelqu’un à la brune, avec sa couleur de cheveux et son accoutrement, semblait avoir enfermé la plupart des hommes l’accompagnant et s’attaquait maintenant à un mafieux un peu trop téméraire…

Ce qui eu pour effet de détourner l’attention de l’homme en face d’elle, qui tourna son regard vers la blonde. Amy l’imita, ne sachant comment réagir alors que la criminelle sautait sur l’homme et commençait à le chatouiller avec la plume de son serre-tête. Plume qui, dans un bref reflet métallique, finit par transpercer l’homme que la blonde abandonna sur le sol avant de se tourner vers elle dans une acrobatie puis de faire la révérence. Tandis qu’elle se relevait, Shadow haussa un sourcil, l’air méfiante, se demandant si la blonde comptait la tuer elle aussi, et essayant toujours de trouver pourquoi la criminelle lui semblait légèrement familière.

- Ma plume est rouge et ton masque est violet, commença-t-elle avec un grand sourire, l'arlequin se bouge voyant une possible amitié. Enchanté de faire ta connaissance, je suis Harley Quinn, et toi ?

Amy ne put s’empêcher de se traiter mentalement d’idiote. Voilà qui lui rappelait la blonde. Elle avait déjà vu, comme tout le monde à Gotham, la criminelle passer sur les chaînes de télé ou encore dans le journal. Voilà qui rendait cette soirée un peu plus intéressante. D’accord, elle pensait attendre encore un peu avant de rencontrer d’autres criminels, surtout un de ceux-là, mais après tout pourquoi pas.

Après quelques secondes encore à observer Harley – au moins pouvait-elle désormais mettre un nom sous ce masque de loup, parce-que l’appeler blonde ou criminelle commençait à être ennuyeux – la brune sourit finalement. Pas un aussi grand sourire qu’Harley, mais un sourire tout de même.

- Shadow, répondit-elle en tendant la main à son interlocutrice.

Etait-ce commun chez les criminels de se serrer la main ? Bah, peu importait, Amy, même sous son masque, tenait à ses manières. La jeune fille était quelqu’un qu’on pouvait sans doute facilement qualifier de superficielle, mais pour ce qu’elle en avait à faire…

Alors la brune garda la main tendue, attendant un mouvement de la part d’Harley – parce-que rien ne l’assurait que la criminelle n’allait pas l’embrocher, il ne fallait pas l’oublier. Et bien, si Harley Quinn voyait effectivement une possible amitié avec elle, Shadow se dit qu’une soirée bruyante et imbibée d’alcool pouvait finalement être utile.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6611-shadow-amy-williams
Harvey Bullock

Police
Police
avatar

Date d'Inscription : 07/02/2013
Nombre de Messages : 146
Autres Comptes : Ra's Al Ghul & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Juste un flic qui fait son boulot.
Citations : Les choses ne sont jamais intégralement blanches ou noires. Parfois, tu dois vivre dans le gris.

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Sam 21 Mai - 18:14

''Sergent ? Sergent Bullock !''

Levant la tête suite à l'appel du serveur du café, Harvey détourna les yeux de la pin-up dessinée sur le menu plastifié de l'établissement et plongea son regard fatigué dans celui de l'employé. Jeune, en pleine forme et portant l'arrogance de la jeunesse telle un étendard, Bullock pensa un instant qu'il venait de trouver son contraire, au moins niveau physique.

''Hum ? Ouais ?''

''Votre commande, Sergent, avec les compliments de la maison comme toujours.''

Empoignant le sac plastique qui contenait deux menus complets, le Sergent Donuts en extirpa rapidement ladite pâtisserie qu'il dévora en deux coups de dents. La journée avait été rude, et la soirée s'annonçait encore pire : si le No Man's Land avait eu le mérite de passer un sérieux coup de balai à Gotham, il avait aussi créée des vides à combler, des places à saisir, des territoires à prendre. Si les conflits au niveau du crime organisé restaient pour le moment cantonné aux gangs de rue, rendant cela encore contrôlable, il ne suffisait que d'une étincelle pour mettre le feu aux poudres et impliquer les plus puissantes organisations mafieuses dans ce prélude à une guerre sanglante. Encore en sous-effectif, le GCPD peinait à suivre, et ce à cause de la corruption galopante qui gangrenait toujours les services. Néanmoins, la plupart des nouvelles recrues s'avérait de confiance, équilibrant ainsi les forces au sein de l'institution.

''Y'a pas d'quoi, gamin. A la prochaine.''

Harvey termina son café d'un geste puis extirpa de ses poches deux billets crasseux qu'il fourra dans les mains du gosse avant de quitter le café-restaurant. Direction la bagnole. Suite à la disparition prématurée (ou trop attendue) du Dark Knight, Gotham City avait officieusement portée pendant quelques mois un panneau ''Ville à prendre !'', donnant ainsi à la Mairie une excuse pour conférer de plus grands pouvoirs à ses officiers de police et alléger leurs obligations. Si le Maire Hady n'avait pas ré-instauré le corps des Marshalls ou celui des Justiciers d'Etat, il voulait cependant des résultats rapides, à savoir une baisse drastique de la criminalité costumée dans les rues, et remettre en route la grosse machine si bien huilée qui fonctionnait parfaitement avant l'arrivée de Batman, celle qui marchait à l'essence ''Corruption & Mafias Cie'' et qui dézinguait les freaks avant même qu'ils ne puissent sauver une vieille ou empoisonner les réserves d'eau. De toutes ces mesures et changements, Bullock ne retenait que le permis de tirer pour tuer, surtout et en priorité avec les cinglés, et l'augmentation du délai pour rédiger les rapports de police (ça, c'était génial).

A peine installé dans sa voiture, son portable se mit à sonner, suivi de son bipeur. Éteignant le second d'un geste rageur, Harv' décrocha et d'un ton sec, annonça la couleur dès le début :

''Bullock. Y'a un problème ? J'suis censé reprendre que dans vingt minutes, bordel !''

''Ouais, j'sais ça. Mais c'est comme qui dirait un cas de force majeur, fit Dan Foley, l'officier de police chargé avec Stacy de l'accueil, communication et logistique au sein de la Major Crimes Unit, y'a eu un braquage au casino de Falcone. Du lourd, en somme.''

Et merde. Y'a qu'un de ces salopards d'aliénés pour avoir les couilles de braquer le Romain. Apparemment, et c'est un bon point, le vieux Falcone ne semble pas être sur place. Sinon les rues se seraient déjà teintées de rouge mais ça ne veut pas dire qu'il n'y a que le personnel et les clients.

''Selon les gars sur place, ce serait Harley Quinn et quelques sbires qui seraient à l'origine de ce bazar. La mauvaise nouvelle, c'est que les inspecteurs Wise et Cavallo ont sautés sur l'affaire et sont sur place avec le SWAT. Et tu sais comme moi comment ça va finir...''

Marcus Wise, Roman Cavallo, les deux pourris de la MCU et les seuls par ailleurs. Toujours suspectés, jamais condamnés. Bossant avec les gangs et les diverses mafias gothamites, ils sont également payés par ces dernières pour protéger leurs intérêts et les couvrir en cas de problème. Ici, avec le SWAT au casino et le permis de tirer pour tuer, Falcone en aura pour son argent. Le seul moyen d'empêcher un massacre était de foncer, de faire gémir l'accélérateur pour arriver avant l'intervention.

''Okay, bien vu. Mais pourquoi moi ? Et j'ai combien de temps ?''

''Tout vient du bureau du dessus. T'étais le plus prêt du casino et le plus qualifié pour ça, j'pense. Si tu t'arrêtes pas en route pour fumer tes burgers, tu auras un quart d'heure avant l'intervention.''

''Va te faire, Foley.''

Raccrochant en fulminant contre ce pote boiteux qui lui pourrissait sa soirée, le Sergent Bullock se demanda pour qui il faisait ça. Pour Falcone et ses ripoux ? Ha, la blague ! Pour Harley et son cul de mannequin ? Mmmh... Non, y'a des limites quand même. Pour les dommages collatéraux, disons. Tous les membres du personnel du casino n'avait pas eu le choix niveau boulot. Et si la brigade d'intervention faisait son job, même sans bavures (peu probable avec les phénomènes qu'il y avait), la simple présence de la groupie du Joker annonçait une nuit merdique pour l'intégralité des techniciens qui éplucheraient la scène de crime après l'assaut. Comme pour lui par ailleurs, puisqu'on l'avait élu responsable de ce bordel (dédicace au commissaire ou chef de la MCU), son grade de sergent-détective passait au dessus de celui des deux nazes, ce qui couperait court à toute récrimination. Lui n'était peut-être pas payé par Falcone pour protéger ses petites affaires, mais il était sergent et pouvait donc les envoyer se faire voir en toute légalité. Le règlement a ses bons côtés au fond, même si ça reste assez rare.

Pédale au plancher, non respect de la signalisation et doigt d'honneur à l'intégralité des feux rouges croisés formèrent la combinaison gagnante. Bullock arriva au casino Caligula pile cinq minutes avant le délai indiqué par son interlocuteur et fit rugir son moteur pour se frayer un chemin dans la foule amassée autour du cordon de sécurité formé par les quelques troufions en uniforme sur place. A croire que ces curieux n'avaient rien de mieux à faire que de mater un braquage à la sauce hémoglobine. Sortant de sa guimbarde tel l'archange Gabriel descendant des cieux, Bullock confia à l'un des officiers ses clefs et la tâche de garer sa voiture ''le plus prêt possible sans l'abîmer, car on l'attendait plus loin'', le tout en lui dérobant son mégaphone au passage (le seul truc qu'il ait oublié au commissariat). Toujours avec majesté (d'ou la comparaison religieuse plus haut), le sergent Bullock signala aimablement aux badauds que quitter les lieux vite fait était conseillé, une pluie de balles ayant été annoncée malgré le temps plutôt clément. Le mégaphone au volume maximum s'avéra toutefois plus efficace que ce discours poli et protecteur, comme quoi on obtient plus de résultats en faisant chier les gens qu'en leur parlant gentiment.

''... 'gardez qui voilà, le toutou de Gordon...''

''Bullock.''

''Salut, vieux.''

''... et merde...''

En coupant à travers l'escadron du SWAT, Bullock put constater que les avis à son sujet étaient mitigés, mais décidant qu'il s'en foutait pas mal, il continua son chemin vers Wise, Cavallo et le leader de l'équipe d'intervention. Là, l'ours du GCPD eut plusieurs mauvaises surprises : d'une, Jerry Hennely, professionnel et qualifié lieutenant du SWAT, n'était pas là. Les rumeurs au sujet de sa mauvaise grippe s'avéraient donc vraies. L'officier Gilpatrick le remplaçait temporairement, malgré son dégoût connu pour les costumés, qu'ils soient justiciers ou évadés d'Arkham. Pour lui, aucune différence, ils étaient juste une cible possédant un point rouge sur le cœur ou au milieu du front.

Deuxièmement, plusieurs types en civil étaient présents avec les inspecteurs et Gilpatrick. Grâce à ses connaissances sur le crime organisé à Gotham, et aux nuits passées sur les trombinoscopes des truands, il remit instantanément le flambeur brun qui discutait avec les trois flics, James Falcone, placé par le Romain au poste de directeur du casino et chargé de son bon fonctionnement. Les quatre types derrière lui et réduits au statut de muets avec des flingues devaient être ses gardes du corps, ses sbires ou les deux.

''... Je m'en contrefous ! Si vous ne flinguez pas cette débile le plus vite possible, je m'en charge ! Huit de mes gars sont en route avec leur matos et je peux vous garantir qu'eux auront les couilles d'y aller, puis laissez moi vous dire que si vous ne faites pas votre boulot, je vous jure que vous pourrez vous asseoir sur votre commission !''

Woah. Harvey était épaté qu'un type aussi furax parle aussi silencieusement, le tout en se faisant parfaitement comprendre par des ripoux aussi embarrassés que sous pression. 'Faut dire qu'il y avait encore des flics non pourris autour. Le plus marrant était qu'aucun d'entre eux ne l'avait vu, tout absorbés qu'ils étaient par cette discussion des plus importantes. Et comme il l'avait prédit, la tête qu'afficha le quatuor ripoux-James Falcone lorsqu'ils le virent valut largement le détour :

''... Bullock ? Mais qu'est-ce que vous foutez-là ?!''

Avec un grand sourire, le Sergent Donuts ne se fit pas prier et lâcha la bombe :

''Les gars, je prends le commandement des opérations, ordre venu d'en haut. On est ou, là ? Des infos, monsieur le directeur du casino ?''

Comptant une vingtaine de jurons silencieux à sa plus grande joie, il prit pleinement le contrôle en lâchant ses directives, ces dernières étant appuyées par son insigne de sergent-détective bien visible à sa ceinture. Les quatre gorilles de James Falcone furent repoussés derrière le cordon de sécurité. Ce dernier, de par son statut de directeur du casino, y échappa mais resta en arrière avec deux policiers à ses côtés. Wise et Cavallo, la mort dans l'âme, secondèrent Bullock dans l'organisation de l'assaut. Quand à l'officier Gilpatrick, il fut forcé d'ordonner à ses hommes de ne pas tirer pour tuer, suite aux ordres du sergent.
_________________________________________
Midtown/ Diamonds, casino Caligula, dix minutes plus tard...

''Tout le monde en place ! Ne tirez que lorsque j'en donnerais l'ordre !''

La voix puissante du massacreur de donuts retentit ensuite dans le mégaphone, à l'attention d'Harley et ses complices :

''Hé, la cinglée ! T'as deux minutes exactement pour sortir d'ici les mains sur la tête avec tes complices !''

D'un signe de tête, il ordonna silencieusement à la première équipe du SWAT de se tenir prête.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 12/03/2016
Nombre de Messages : 137
Vous à Gotham : La Princesse Clown du Crime
Citations : Il sera le cinglé et je serais la folle.

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Mar 24 Mai - 0:47

Bud et Lou surveillaient respectivement l'entrée principale du casino et celle de la chambre forte tandis que leur maîtresse était ravie d'une nouvelle accointance. Si la salle n'était pas remplie de gens hurlant et agonisant, les deux criminelles pourraient passer pour un duo de libertines. C'était une nouvelle bien sûr mais elle semblait avoir cette énergie en ressort en elle qui ne demandait qu'à sortir, et elle était polie en plus!... Le nombre de truands qui s'était contentés de reluquer la poitrine d'Harley en guise d'accueil. La blonde serra chaleureusement de ses deux mains celle de la brune avant de mimer l'électrocution et de repartir dans un petit fou rire.

-Bzzz Bzzz! Haha! Désolé, c'est le genre de truc que mon poussin adorait faire... Oh, mon poussin... Harley recommençait à divaguer alors que ses yeux commençaient à scintiller mais elle remaîtrisa son intention envers la demoiselle de cuir bien vite. Shadow tu dis? Je donne des surnoms à chacun de mes amis alors disons que je vais t'appeler... Sasha? Chat d'eau... Poisson-chat! Dit, tu préfères comme surnom Sasha ou poisson-chat? D'ailleurs en parlant de surnom, pour une ombre t'as une poitrine bien voluptueuse, j'taurais bien appelé la tueuse voluptueuse si c'était pas déjà pris par Ivy. Rrrrrr! D'ailleurs ça me fait penser, que penserais-tu de voler la chambre forte de Falcone? Tu prends 90% et moi 10%, ça te dit?

Falcone était riche, alors une partie du pactole serait déjà assez satisfaisante et puis si c'était pour son puddin' à la nitroglycérine se serait plus motivant, mais là ce n'était plus pour... son puddin'. Cette Shadow c'était Harley quand elle arriva à Gotham, perdue et à la recherche de la moindre opportunité pour s'en sortir. Sauf qu'elle, elle ne s'était pas encore fait avoir par cette si belle illusion qu'est l'amour. Harleen voulait au moins être certaine que Shadow n'aurait pas besoin d'un homme ou d'une femme ou encore de ces trucs bizarres de couples à plusieurs sectaires. Soudainement, des sirènes de police la sortirent de sa rêverie ce qui fit que la blonde se rendit compte qu'elle était en train de caresser tendrement la main de la brune et que son visage songeur laisser de ses lèvres rosées un ruisseau salivaire couler ses les doigts de la super-vilaine en devenir. Harley s'excusa d'un rire et rinça les mains de sa camarade en les frottant sur son bustier. Elle jeta un coup d'œil par la fenêtre que voulait emprunter sa nouvelle amie et aperçut Bullock l'ours YMCA du GCPD, James Falcone le poussin de la mafia entouré de ses quatre mamans poules et quelques officiers ressortant un peu du poulailler. Réfléchissant pendant un bref instant, son intelligence incomparable avait trouvé: une lance romaine, un arc d'amazone, de l'alcool et une bande d'idiots en uniforme dehors. Dans ce genre de moment, la folie d'Harley fusionne avec l'ingéniosité d'Harleen, conduisant au mode "Harley super-hyperactive puissance 30".

-2 minutes. Prendre l'arc, la lance, les bouteilles et... et... Ouvrir la porte. Poisson Sasha! Tu sais te servir d'un arc avec une lance? Génial! Harley fonça et tapa le code de la chambre forte s'ouvrant sur Boxy qui s'effondra au sol. Boxynounet, je suis désolé tu veux bien me pardonner et te mettre à quatre pattes?

-Quoi?! Qu'est-ce qui te fait penser que... Harley met en avant sa poitrine. Je t'ai déjà dit que ça ne me faisait rien. Harley pointe un de ses pistolets sur son crâne. J'espère que ton régime marche bien.

L'arlequin finit d'enrouler sa collerette autour de la pointe de la lance et de l'imbiber d'alcools en guise de dernier préparatif. Se tenant devant l'entrée du casino, elle lança un regard envers Shadow.

-Si je ne reviens pas ou dès que tu te doutes de quelque chose. Fonce dans la chambre forte et prend autant que tu peux... Le code c'est 2X07. Oh et surtout n'oublie pas, garde le sourire et la poitrine gigantesque!

Les portes du casino s'ouvrirent et comme une réminiscence du "Grelot d'Atella", se révéla Harley à califourchon sur Boxy Bennett, cette dernière avait les cheveux lâchés en arrière et était nue comme un ver, mais un ver très sensuel. Ainsi apparu devant l'amas des forces de l'ordre, une Lady Godiva de carnaval étreignant de son long bras sa poitrine dont la main se perdait entre ses cheveux dorés. Officiellement c'était une révolte dénudée, une réalité déshabillée et naturelle du monde misogyne et réducteur des hommes qui compriment la femme en un cliché de blondasse écervelée qui dans le cas du casino lui a servi à assouvir un besoin et non sa vénalité. Officieusement c'était une raison de plus de se mettre à poil.

-Bonjour monsieur les policiers, est-ce que je dois toujours mettre les mains sur la tête?

_________________________________
Photos cochonnes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6603-harley-quinn http://etredifferentsexyharleyquinn.blog4ever.com/
Shadow (Amy Williams)

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 17/04/2016
Nombre de Messages : 29

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Dim 5 Juin - 20:59

Après une seconde, la blonde serra finalement la main de Shadow. Elle mima ensuite l'électrocution, accompagnant son jeu de petits "Bizzzz" avant de se mettre à rire.

- Désolé, c'est le genre de truc que mon poussin adorait faire... Oh, mon poussin... lança-t-elle en prenant un air nostalgique, qui ne dura pourtant qu'un instant.

La brune n'était peut-être pas d'ici, néanmoins elle connaissait certaines choses à propos de l'histoire de Gotham et sa criminalité, aussi ce n'était pas bien compliqué de deviner à qui Harley pensait. Tout le monde dans la ville finissait par entendre l'histoire du Joker et d'Harley Quinn.

- Shadow tu dis ? Je donne des surnoms à chacun de mes amis alors disons que je vais t'appeler... Sasha ? Chat d'eau... Poisson-chat ! Dit, tu préfères comme surnom Sasha ou poisson-chat ?

L'intéressée haussa un sourcil, se demandant l'espace d'un instant si la blonde plaisantait. Ce qui était une question idiote, puisque la plaisanterie était une des choses pour lesquelles la criminelle était connue. Cependant, sérieuse ou pas, Shadow ne comptait pas laisser Harley ce genre de surnom idiot.

- Je ne... commença Amy.

-  D'ailleurs en parlant de surnom, pour une ombre t'as une poitrine bien voluptueuse, j't'aurais bien appelé la tueuse voluptueuse si c'était pas déjà pris par Ivy. Rrrrrr!

La blonde, ne semblant pas remarquer qu'elle venait de couper Amy, qui de son côté avait prit une  légère teinte rosée, peu habituée à ce genre de réflexion, laissa quelques secondes sa langue rouler les R, puis continua :

- D'ailleurs ça me fait penser, que penserais-tu de voler la chambre forte de Falcone ? Tu prends 90% et moi 10%, ça te dit ?

Shadow manqua s'étouffer avec sa salive, mais réussi à éviter ce qui aurait pu être un moment honteux. Est-ce que Harley Quinn venait bien de lui proposer de voler Falcone avec elle, et de garder 90% de la recette ? Néanmoins, la brunette resta méfiante. Il y avait forcément une faille, non ? Parce-que là, on ne parlait pas d'une petite somme. En fait, même les 10% que la blonde proposait de garder seraient suffisant pour apporter une bien meilleure situation à Amy. Et la jeune criminelle ne croyait pas en autant de chance.

Et elle n'avait pas tord, parce-que, même si le problème ne vint pas du côté d'Harley, des sirènes de police se firent finalement entendre à l'extérieur du bâtiment, sortant la brunette de ses pensées. Et la blonde aussi, d'ailleurs, puisque cette dernière remarqua en même temps que Shadow qu'elle était en train de lui baver dessus. Alors qu'Amy luttait pour ne pas grimacer, Harley s'excusa et lui essuya les doigts sur son bustier, ce qui ne fit que redoubler la gêne de la brune. Mais elle se reprit vite, réfléchissant déjà à un moyen de sortir d'ici rapidement. Si la GCPD s'en mêlait, pas question de tenter quelque chose ce soir. C'était au mieux de la folie, au pire de la stupidité.

Perdue dans ses pensées, Shadow mit quelques temps à se concentrer de nouveau sur Harley, qui avait reprit la parole.

- Poisson Sasha ! Tu sais te servir d'un arc avec une lance?

Le naturel reprenant le dessus malgré la situation - oui, la jeune fille était plutôt narcissique, d'accord - la brune ne put s'empêcher de ricaner. Si elle le savait ? Lorsqu'on lui donnait un arc, elle pouvait tirer n'importe quoi n'importe où.

- Evidemment.

- Génial ! s'exclama Harley avant de quitter Amy puis de se tourner de nouveau vers elle. Si je ne reviens pas ou dès que tu te doutes de quelque chose. Fonce dans la chambre forte et prend autant que tu peux... Le code c'est 2X07. Oh et surtout n'oublie pas, garde le sourire et la poitrine gigantesque!

Puis elle l'abandonna là, ouvrant les portes du casino, sur le dos de l'homme avec qui elle venait de dialoguer et aussi... Complètement nue. Décidément, les gens n'exagéraient pas lorsqu'ils parlaient de la blonde. Shadow eut un sourire. C'était le genre de gens que ses parents auraient détesté. Aussi, elle décida qu'elle l'aimait bien. De plus, Harley venait de lui donner les codes de la chambre forte. Elle n'avait donc plus qu'à voler le plus possible avant de s'enfuir.

La brunette arriva devant la porte de la chambre forte, tendant la main pour taper le code. Le 2, le X... Soudainement, elle retint son geste, hésitante. Aider Harley était de la folie. C'était une mauvaise idée, non ? Shadow appuya sur le 0. Plus qu'une touche... Mais aurait-elle deux fois l'opportunité de faire un hold-up avec une criminelle comme la blonde ? Soudain, Amy eut une pensée qui la décida. Qu'est-ce que ses parents auraient fait ? Ils auraient sans aucun doute prit l'argent puis la fuite. Et s'il y a bien une chose que Shadow refusait, c'était d'être comme ses parents.

Se retournant, elle repensa au parole d'Harley. Si elle savait tirer avec un arc... Puis elle baissa les yeux et tomba sur son arme de prédilection. Elle remarqua la lance un peu plus loin, entortillée et luisante d'alcool, et elle comprit. Ses lèvres s'étirant légèrement, elle se dépêcha d'attraper les deux objets, puis arma l'arc avant de viser. Il suffisait que la lance atteigne la mêlée derrière la blonde, donc c'était une cible bien simple par rapport aux capacités de la brune. Il ne manquerait plus que de quoi enflammer l'alcool, mais Harley avait dû y penser. Retenant sa respiration, Shadow lâcha finalement la corde.

Il ne restait plus qu'à faire en sorte qu'elle ait prit la bonne décision.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6611-shadow-amy-williams
Harvey Bullock

Police
Police
avatar

Date d'Inscription : 07/02/2013
Nombre de Messages : 146
Autres Comptes : Ra's Al Ghul & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Juste un flic qui fait son boulot.
Citations : Les choses ne sont jamais intégralement blanches ou noires. Parfois, tu dois vivre dans le gris.

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Lun 27 Juin - 19:24

Harvey ne se redressa qu'avec peine, ses tympans hurlant de douleur contre cette explosion imprévisible. Ce n'était pas une roquette qui avait frappée la voiture de police derrière lui et l'officier Gilpatrick, ni un coup de mortier. Non, la créativité dégoulinante de folie d'Harley avait jugé bon d'envoyer une lance enflammée dans une voiture de patrouille du GCPD, plus précisément dans son réservoir. Comme quoi l'acolyte de la groupie du Joker savait y faire niveau tir à l'arc, même avec des instruments improvisés. Inconnue aux yeux de Bullock, il ne l'aperçut qu'une poignée de secondes avant de se retourner pour évaluer les dégâts.

A quelques mètres, outrepassant ses ordres, Wise et Cavallo avait ouvert le feu, de même que les artistes du SWAT en direction de l'entrée principale. Cette pétarade générale provoqua le brutal rappel d'un souvenir précédant l'explosion. Ce n'était pas si ancien que ça, à peine deux minutes, mais on se s'habitue jamais à être soufflé par une explosion, surtout quant elle survient après juste après avoir vu une ex-psychiatre à la plastique parfaite, habillée de ses seuls problèmes mentaux et chevauchant un petit mafieux notoire qui, au vu de sa mine pitoyable, avait compris qu'il faudrait des années avant que le Milieu n'oublie ce coup foireux. Et comme complément de ce menu corsé, Harley avait assaisonnée le tout avec une poignée de feux d'artifices qui tournoyaient avant d'éclater au dessus de leurs têtes et du casino.

Il ne fallait pas porter un badge d'inspecteur pour en déduire que cette soirée de merde ne pouvait qu'empirer, surtout avec deux officiers de police à terre, gravement blessés par ce coup en traître. Sans compter les civils atteints par des projections dues à l'explosion de la voiture. Si lui même en avait réchappé avec seulement des écorchures et contusions, c'était grâce à son gilet pare-balles et l'onde de choc elle-même, qui l'avait envoyée boulé derrière l'un des deux fourgons du SWAT. Gilpatrick s'en tirait également sans trop de dommage, caparaçonné de la tête aux pieds comme il l'était. Les méchants avaient portés le premier coup, à eux de répliquer désormais. Si le Sergent Donuts était arrivé avec comme objectif de minimiser les dommages des deux côtés, ce n'était plus le cas à présent : deux flics étaient à terre, une bagnole avait sautée et son imper était à mettre à la benne.

''Gilpatrick, donnez ce putain d'assaut !''

Les types du SWAT n'attendaient que ça, ce signal qui leur procurait à la fois cette puissante montée d'adrénaline tant attendue et leur salaire tant officiel qu'officieux à la fin du mois. Alors vingt flics en armure se ruèrent alors vers l'établissement des Falcone, se scindant en quatre groupes de cinq : le premier passerait par l'arrière, le second par le toit, et les troisième et quatrième par l'entrée principale, directement à la poursuite d'Harley. Pour symboliser la renaissance du GCPD et son efficacité, il la leur faudrait vivante. Vivante puis emprisonnée à Arkham. Voyant arriver les secours qui prendraient en charge les blessés, Bullock espérait seulement que Gilpatrick ait compris le message, ainsi que ses hommes. Et bientôt, les premiers coups de feu retentirent à l'intérieur de la propriété du Romain.

Lentement, Harvey sortit son briquet et alluma une cigarette. La nuit serait longue, et à moins qu'un justicier ne vienne s'en mêler, il restait plus qu'à attendre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 12/03/2016
Nombre de Messages : 137
Vous à Gotham : La Princesse Clown du Crime
Citations : Il sera le cinglé et je serais la folle.

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Jeu 30 Juin - 17:01

La blonde ne put s'empêcher de trépigner d'exultation en voyant la lance arrivant à son niveau. D'ailleurs elle faillit manquer son tir, mais heureusement la balle toucha la lance et provoqua rapidement des étincelles qui, en atteignant une voiturette de poulets, explosèrent en une aurore boréale enflammée. Harley était sur un petit nuage, son plan avait fonctionné et en plus elle avait rencontré une nouvelle amie! Cependant, un bout de ferraille s'envola et retomba sur la tête de l'arlequin, l'envoyant valser dans les étoiles. Ainsi, Boxy voulait en profiter pour la descendre alors qu'elle était à terre. Par bonheur, Bud et Lou accoururent pour remorquer leur maîtresse, dans le casino, par les cheveux et trainer Bennett par les "Ouch!". Par conséquent, le mafieux hurla de toutes ses forces alors que la porte à deux battants se refermait sur lui. Ce n'est qu'après avoir perdu son pistolet, sa dignité et son portefeuille, que le petit patron fût autorisé de partir. Les hyènes poussèrent un ricanement qui leur était propre, en observant leur victime poussant un brancard et son passager au sol avant d'aplatir le genou d'un policier blessé qui était sur son trajet. Ce dernier fonça vers Bullock, qui profitait d'une bonne cigarette, et sauta dans ses bras en implorant de prendre perpette plutôt que sept minutes de plus à Harley Land.

Quant à elle, la blonde était encore déboussolée et perdue dans des hallucinations d'oiseaux virevoltant autour de sa tête, elle qui était habituée aux nids de coucous. Heureusement, elle se relevât bien vite en sentant les léchouilles de ses bébés. D'autre part, c'était aussi la joie de voir poisson Sasha, l'arc encore en main. La blonde ne put s'empêcher de faire un câlin à la brune et de lui embrasser les deux joues de multiples fois, avant de danser son très étrange "Harley Shake". Cependant, ses mouvements de bassins furent interrompus par le vacarme d'un troupeau de poulets fonçant vers l'entrée principale. Bien qu'elle et ses hyènes perçussent aussi du tintamarre sur le toit et vers l'arrière, il fallait d'abord barricader les grandes portes du casino. Aussi, l'arlequin coinça sa plume épée entre les deux poignées de tirage de la porte. Puis, elle et ses bébés poussèrent une statue de soldat romain devant l'entrée pour obstruer le passage. Et la cerise sur le gâteau fût une bannière, fabriquée à partir d'une toge décorative, étendue et accrochée sur deux colonnes du vestibule. Lorsqu'Harley eût fini de peindre dessus, grâce à un mélange d'alcool et de jus de cadavre (merci Dollmaker pour la recette), on pouvait y lire "Gilpatrick l'étoile de mer et Bullock l'éponge, vous êtes grillés!!!". Même si elle n'avait aucune idée de qui était Gilpatrick, l'arlequin se doutait que par rapport aux hurlements de Bullock, il devait être un subordonné du remplaçant de Gordon.

Une fois de plus, les réjouissances de la blonde furent coupées par le boucan de la meute du GCPD se rapprochant dangereusement du duo de criminelles. Heureusement, une infime portion du groupe de Boxy était encore là et bien sûr il restait aussi des mafieux, victimes de la toxine hybride. Assurément, les truands de Bennett oublièrent bien vite leur patron lorsque l'arlequin leur proposa de gagner une part de leur butin et une nuit avec la blonde s'ils capturaient Bullock. Bien sûr, ils n'avaient aucune chance et Harley avait croisé les doigts derrière son dos. Pareillement, elle avait aussi une idée pour les mafieux sous l'emprise du gaz de Crane. Ainsi, la blonde prit son amie l'archère par le bras et la guida devant la foule de bandits apeurés par leurs hallucinations. Ensuite, elle dévoila son second bras de sa poitrine et la dénuda face aux regards horrifiés des malfaiteurs qui piaillèrent de terreur. De plus, Harley mima aussi à Shadow qu'elle devrait faire la même chose afin d'agrandir leur frénésie. Ceux-ci, pris d'angoisses, se ruèrent vers la sortie à l'arrière et le toit pour fuir. En outre, certains dans la cohue avaient encore leur pistolet chargé et tiraient dans tous les sens. Tandis que la bande amaigrie de Bennett attendait le groupe de Bullock, l'arlequin s'éloigna d'eux. Puisqu'elle avait constaté que l'agitation, qu'elle avait causée, provoqua le déversement d'alcool sur les murs et le sol du casino, donc un brasier potentiel au moindre coup de feu. De même, Harley guida sa nouvelle camarade vers l'entrée secrète de la chambre forte de Falcone et surtout à l'écart de l'éventuelle Pompéi. De ce fait, après avoir tapé le code, elles arrivèrent toutes deux, derrière la porte en titane, accompagnées de Bud et Lou.

-Ouf! Tant qu'on avance pas plus loin, les pièges ne devraient pas s'activer... Oh, c'est vrai je suis toute nue! Hahaha! La blonde continua de parler nonchalamment avec son amie. Alors comment ça se passe à Gotham poisson Sasha? Je trouve que tu as du cran pour voler un casino appartenant à la mafia, mais pour dévaliser le blanchiment d'argent de Falcone il faut être folle à lier!... Et mais c'est moi qui ai organisé tout ça... Ahhh! Ca veut dire que c'est moi la cinglée, ouais, maintenant ça a du sens... Ou pas... Qui sait?... J'aime beaucoup tes chaussures et ta poitrine!... Ah quelle merveilleuse soirée... Oh c'est vrai! On est en train de voler le casino, j'avais oublié! La blonde était maintenant costumée de sa tenue habituelle plutôt que celle d'une danseuse burlesque. Bon, il va falloir traverser des lasers, des scies coupantes, des sulfateuses, un singe et deux faucons tout en veillant à ne pas se faire attraper par les flics... Ca a l'air amusant! Alors, tu veux y aller en premier Lady Shadok? Si tu veux, on y va en même temps ou alors on décide de qui passe en tête par Pierre-feuille-ciseaux?

Spoiler:
 

_________________________________
Photos cochonnes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6603-harley-quinn http://etredifferentsexyharleyquinn.blog4ever.com/
Shadow (Amy Williams)

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 17/04/2016
Nombre de Messages : 29

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Jeu 30 Juin - 19:55

Les yeux fixés sur la foule à l’extérieur du casino, Shadow ne put retenir un petit rire à la fois nerveux et soulagé lorsque l’une des voitures de police explosa, mêlant bruit assourdissant et rayon couleur flamme, bientôt suivit par quelques étincelles allant du rouge au bleu en passant par du vert. Apparemment, Harley avait même pensé à accompagner le spectacle de feux d’artifices…

Mais Amy perdit rapidement son sourire, ses yeux croisant l’espace d’un instant ceux d’un membre de la GCPD, qui n’avait pas vraiment l’air d’avoir apprécié la surprise. Ce qui était plutôt logique, en fait. Mais ça promettait surtout pas mal de problèmes dans le cas où les deux criminelles se feraient prendre. Maintenant qu’elle y pensait, la brune se dit qu’elle avait déjà vu le visage de l’homme, sans doute dans le journal ou quelque chose de ce genre, seulement elle était incapable de se souvenir de son nom ou de qui il était. Et, après tout, ça importait vraiment peu pour le moment.

Ce fut le moment que choisit Harley pour réapparaitre à côté d’elle, l’air ravi…. Et toujours totalement nue. Ce qui ne sembla pas déranger la blonde plus que ça lorsqu’elle la prit dans ses bras avant de commencer à danser, sous le regard gênée de la brune qui se sentit rougir pour la énième fois de la soirée. Heureusement, ce moment sans aucun sens prit fin lorsque les forces de l’ordre se décidèrent à bouger, Harley les bloquant comme elle pouvait avant de tendre une bannière – Amy se demandait comment elle faisait pour avoir toujours ce qu’il lui fallait à portée de main – dont l’inscription fit brièvement glousser la jeune fille. D’accord, si l’humour de la criminelle pouvait être gênant, on ne pouvait pas nier qu’il avait un côté amusant. Enfin, c’est ce que la brunette se dit jusqu’à ce que Harley lui demande silencieusement de dévoiler sa poitrine devant les mafieux encore sous l’effet du gaz répandu plus tôt. Amusant, hein ? Voilà qui lui apprendra à penser trop vite…

Néanmoins, l’idée de la blonde était compréhensible et plutôt bonne, et se répétant que le principal était de sortir de là sans se faire prendre, Amy finit par relever son haut noir, soupirant au passage. C’est donc rouge pivoine et serrant les dents qu’Amy Williams, alias Shadow, ex petite princesse bourgeoise et petite nouvelle dans la criminalité de Gotham, se retrouva la poitrine dénudée, aux côtés d’une Harley Quinn pour sa part déshabillée des pieds à la tête, devant un groupe de mafieux criant comme une bande de gamines de dix ans devant le dernier Saw. Et si de l’extérieur la scène devait être comique, la seule chose que la brune arriva à penser à ce moment précis fut un « Pourquoi moi » désespéré.

Enfin, histoire de se consoler comme elle pouvait, Amy se dit que ça avait au moins la chance d’avoir fonctionné. Terrifiés, les mafieux avaient commencé à tirer en tous sens, courant un peu partout dans la salle. Le premier réflexe de la brune fut de reculer, désireuse d’en finir au plus vite et  peu enchantée à l’idée de se prendre une possible balle perdue entre les deux yeux. Bientôt rejointe par Harley, les deux criminelles se retrouvèrent rapidement aux portes de la chambre forte.

- Ouf ! Tant qu'on avance pas plus loin, les pièges ne devraient pas s'activer... Oh, c'est vrai je suis toute nue ! Hahaha !

Tout ce que la brune trouva à faire fut hausser un sourcil, tandis que la blonde entreprit de se rhabiller, le tout en continuant évidemment de parler.

- Alors comment ça se passe à Gotham poisson Sasha ? reprit donc la blonde sans lui laisser pour autant le temps de répondre. Je trouve que tu as du cran pour voler un casino appartenant à la mafia, mais pour dévaliser le blanchiment d'argent de Falcone il faut être folle à lier !

Shadow faillit lui faire remarquer que, sans elle, elle n’aurait pas eut cette idée, mais Harley fut plus rapide et reprit le dialogue, qui était plus un monologue d’ailleurs puisqu’elle parlait toute seule. Se reprenant finalement, elle s’adressa de nouveau à Amy.

- Bon, il va falloir traverser des lasers, des scies coupantes, des sulfateuses, un singe et deux faucons tout en veillant à ne pas se faire attraper par les flics... Ca a l'air amusant ! Alors, tu veux y aller en premier Lady Shadok ? Si tu veux, on y va en même temps ou alors on décide de qui passe en tête par Pierre-feuille-ciseaux ?

La brune eut un petit sourire qu’elle tenta de camoufler, sans succès, au nouveau surnom de la brune. Autant tous ses surnoms précédents étaient totalement ridicules, autant celui-ci sonnait plutôt bien. Quoiqu’il en soit, Shadow se retrouva face à un dilemme. Passer en première et se retrouver seule face aux pièges de Falcone sonnait légèrement comme du suicide, mais d’un autre côté Amy se dit qu’elle s’était suffisamment ridiculisée pour ce soir. Et en même temps, tous ces risques valaient-ils vraiment le coup ?

- Je vais le faire. Y aller d’abord, je veux dire.

Foutue fierté. Se tournant vers la chambre, la brune retint son souffle. Elle n’avait plus le choix de toute manière, pas maintenant qu’elle avait dit qu’elle passerait en première. Avec un dernier regard derrière elle, vers la GCPD et les mafieux, elle fit un pas, puis deux. Poussant un soupir, elle se mit à avancer un peu plus vite. Ne voyant rien arriver, elle fronça les sourcils… Et évita de peu le laser qui passa à quelques centimètres de sa tête.

Comme une invitation à se réveiller aux autres pièges mortels, la brune dut bientôt esquiver comme elle le pouvait ce qui lui tombait dessus. S’arrêtant finalement à un tiers du parcours, Amy se retourna avec un petit sourire vers Harley. Sourire qui se changea en petit cri lorsqu’une scie un peu en retard arriva derrière elle, et qui malgré le mouvement sur le côté de la brune réussit à lui érafler l’épaule, lui coupant une mèche de cheveux au passage. Passant un doigt sur la plaie, Shadow soupira. Celle-ci n’était pas profonde, mais elle allait devoir être plus prudente si elle voulait en éviter d’autres.

Jetant un nouveau regard vers la blonde, mais restant cette fois un minimum en alerte, la brune se mordit la lèvre. La nuit était loin d’être finie.        

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6611-shadow-amy-williams
Harvey Bullock

Police
Police
avatar

Date d'Inscription : 07/02/2013
Nombre de Messages : 146
Autres Comptes : Ra's Al Ghul & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Juste un flic qui fait son boulot.
Citations : Les choses ne sont jamais intégralement blanches ou noires. Parfois, tu dois vivre dans le gris.

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Ven 29 Juil - 19:51

Bullock avait à peine rangé son briquet et tiré sur sa clope que tout repartait déjà en cacahuètes. Un Boxy Bennett malmené à souhait par les deux monstres puants d'Harley vint achever la pire soirée de sa vie dans les bras du Sgt Donuts après un bond de plusieurs mètres. Stupéfait, Harvey assista aux suppliques du mafieux concernant cette tarée d'Harley, avant de se débarrasser de ce foutu fardeau. Décidément, cette soirée virait au cartoon le plus grotesque, et en voyant les trognes que tiraient Wise, Cavallo et James Falcone, le gras policier se dit qu'il n'était sûrement pas le seul à penser ça.

Après avoir confié Boxy à un agent, l'éventreur de malbouffe s'empara de son talkie-walkie comme de ses deux maxi-burger qu'il attaqua aussitôt. Alors aux parasites du talkie de Gilpatrick répondirent les postillons sauce barbecue :

''Unité un ?''

''On est à l'arrière et prêts à rentrer. Rien à signaler sauf un bordel monstre à l'intérieur.''

''Okay, unité deux ?''

''On vient juste de se farcir la façade ouest, Sergent, et on est dedans dans même pas deux minutes.''

''Bon, unité trois et quatre ?''

''Bah vous nous voyez de là ou vous êtes, Bullock. Ces deux dingues ont barricadées la porte principale mais ça reste un obstacle à la noix, on en viendra à bout en un claquement de doigt.''

Une courte pause sur les ondes permit aux différents commandos de pénétrer dans le casino du Romain et à Bullock de s'en prendre à ses frites. Sauf que le père Destin, qui passait par là en compagnie de la mère Hasard, se dit que prendre un flic bedonnant comme favori ne favoriserait pas son image. Aussi il prit une Harley à poil comme championne digne de ses faveurs de vieux cochon : alors les frites de Bullock devinrent froides et dégueulasses, les unités policières du toit et de l'arrière du casino virent avec horreur une meute de mafieux se ruer vers eux en total état de panique et avec des flingues, sinon c'est pas drôle. Gilpatrick et son escouade furent, quant à eux, trollés dès leur entrée dans le bâtiment par une immense banderole bricolée avec amour par les fugitives. Il en résulta un passage de l'état ''furieux mais on fait notre taff'' à l'état ''bordel, on a trop les glandes'' (surtout pour Bullock qui cracha une bouillie infâme par terre sous le regard écœuré de Jimmy ''Bô Gosse'' Falcone).

Les mafieux en descente d'acid avec des flingues furent proprement neutralisés parce que quand même faut pas déconner (surtout si on a des fusils d'assaut) mais trois membres du SWAT tombèrent, touchés par des tirs improbables provoqués par le gaz Joker-pouvantail, ce qui poussa les unités Un et Deux à rester sur leur position au niveau du toit et de l'arrière du casino. Les unités Trois et Quatre, dirigées par Gilpatrick, poursuivirent prudemment et silencieusement leur progression après être venus à bout de la barricade comme du choc psychologique causé par la banderole Made in Quinn. Sauf que père Destin n'avait pas fini de jouer avec leurs nerfs et qu'il leur envoya la bande à Bennett. Ces derniers, entendant des bruits de pas feutrés, pensèrent à tort que Bullock et les flics étaient rentrés (j'avoue, ils pensaient surtout à la nuit qu'ils allaient chacun passer avec la blonde sur un matelas de dollars bien verts) puis se retournèrent brusquement pour tomber nez à nez avec dix gus du SWAT armés jusqu'aux dents et qui ne rêvaient plus que d'aller enfin se coucher (ou se payer leur cuite, au choix). Et BAM ! Impasse mexicaine dans une salle ruisselante de bibine pas chère totalement inflammable. Merci père Destin.

Ce dernier, après avoir regardé sa montre et bien reluqué comme la situation l'exigeait, décida qu'il était temps de prendre congé mais supportant Shadow & Harl' jusqu'au bout, choisit d'organiser une vilaine dispute entre le singe et les faucons. Une histoire de graines volées apparemment. Aux deux nanas d'en tirer avantage. Vous avez déjà vu un singe headshoter un faucon à coup de crachat ? Moi non plus et encore moins le duo de faucons (jusqu'à maintenant hein). Comme quoi, un véritable périple attendait la team Shadow-Harley dans leur quête du magot des Falcone. Et ce qui commençait avec des scies enragées ne s'arrêterait certainement pas avec des sulfateuses ou un trio animal out of control.  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 12/03/2016
Nombre de Messages : 137
Vous à Gotham : La Princesse Clown du Crime
Citations : Il sera le cinglé et je serais la folle.

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Lun 1 Aoû - 1:31

Harley ne put se retenir de glousser à l'idée qu'elle et Shadow jouent aux ciseaux. Cependant, celle-ci préféra se lancer en première. L'esprit tordu de la blonde revint lorsqu'elle se dit que la phrase "Des galipettes et une épilation au laser" correspondait bien à la situation ou à un titre de film porno. En effet, même si la brune avait évité des lasers telle une vraie acrobate, une scie frôla  ses cheveux et lui blessa légèrement l'épaule. Bien que l'éraflure n'était pas fatale, l'arlequin arracha immédiatement son long gant noir et se décida à foncer vers Poisson Sasha. Néanmoins, Commedia dell'aliéné oblige, Harley ramassa un petit bout de mur et le lança droit devant elle. Ainsi, le caillou tomba au fond du couloir ce à quoi Harley souffla une petite plainte avant de se ruer les yeux fermés.  

C'est dans une idée d'une marelle piégée par la mafia, qu'Harley avança à cloche-pied au travers du Laser Tag et en détruit quelques-uns avec ses flingues, au passage. Lorsqu'elle arriva devant les scies, elle vida un de ces deux pistolets de détresse sur le métal tournant, ce qui fût sans succès puisque les scies battent le feu d'artifice. Toutefois, elle se remémora le jeu de bille tout en observant le décor. Soudain, elle aperçut au-dessus d'elle des scies circulaires tenues par des bras robotiques. Par conséquent, elle enleva tous ses vêtements, sauta sur l'un des bras tout en évitant de se tronçonner les orteils et se balança dans les airs en chantonnant "I came in like an electric saw!". Tout d'un coup, elle empoigna de ses deux cuisses un tuyau accroché au plafond, alors que ses bras retenaient le bras-scie. Au moment où un autre bras mécanique arriva juste en face de celui de l'arlequin, celle-ci lâcha ses deux prises et retomba au sol. De ce fait, les deux bras se percutèrent ce qui fît valser une des scies circulaires qui tamponna et écrasa celles se trouvant en bas. Les chocs entre les scies se suivaient  par un effet domino, à un point que la blonde dût éviter de la ferraille volant vers elle. Ses hyènes lui rapportèrent son costume et elle se rhabilla nonchalamment avant de sortir son passe-coude qu'elle rafistola en bandage de fortune et l'enroula autour de la plaie de Lady Shadok. Nous voici alors avec notre duo de criminelles ayant encore à passer le faucon et la sulfateuse.  

-Wouh! On peut dire que c'est la première fois que je SAW ça! Haha! Tu t'es vraiment bien débrouillé hein. T'as secoué tes hanches comme une acrobate! J'espère que ça va aller ta blessure, j'y vais en avant pour que tu te reposes un peu. Ah oui, mes bébés, Bud et Lou restent avec toi pour te surveiller, si tu vois un truc louche tu n'as qu'à hurler "ALLEZ CROQUER CE POULET!!!" et ils iront croquer ce poulet... Hey regarde! Le bras de robot se balance contre cette sulfateuse et la démolit, je suis un génie! La sulfateuse éclata et propulsa le bras robotique vers la porte en titane ce qui signala à la GCPD leur présence. Non mais quelle blondasse... Changement de plan, Lady Shadok, tu fonces avec Bud et Lou vers la chambre forte et moi je retarde la flicaille. Souviens-toi Poisson Sasha, ne pas se faire toucher par les sulfateuses c'est comme le Paintball, sauf que si tu te fais toucher ça sera pas de la peinture rouge et que ça doit faire très très très mal. L'arlequin assista à une certaine distance à la confrontation entre le SWAT et les truands de Bennett. Ouch! Ouais vas-y, coup de poing dans la face! Oh ça doit faire mal. Allez, vise le service trois-pièces! Ouais on a gagné!... Hey mes bébés, nos gars c'est bien ceux qui ont des fusils d'assaut et qui portent des gilets pare-balles avec SWAT marqué dessus? Ses deux hyènes s'arrêtèrent consternées et hochèrent de la tête pour lui dire que non. Oh... Heureusement, les lasers sont toujours de notre côté. On peut dire que c'est okay avec des lasers Co2, HahahahaaAAHHhhh! La blonde se fît attaquer par un singe et deux faucons. Ainsi, elle courut, hystérique, dans tous les sens car la paire de faucons lui mordait les mains avec le singe lui tirant les joues pour la faire sourire.  

-T'en fais pas Lady Shadok, on va atteindre la fin de cette marelle mafieuse. Tu sais pourquoi? Parce que ça va être facile d'atteindre la case ciel puisque je me sens pousser des ailes! Harley montra les deux faucons mâchouillant ses bras. HahahahaaaAHHhh! Ils ont le bec désagréable ces faucons dis donc. Harley boita, tel un canard qui se fait attaquer par un singe et deux faucons, vers son pistolet tombé au sol et arriva à le tenir avec ses deux mains. On ne vous cache pas que les faucons poussèrent un caquètement curieux lorsqu'ils sentirent les mains d'Harley les agripper depuis l'intérieur. L'arlequin essaya tant bien que mal de viser l'alcool parsemé le long du casino lorsqu'elle tira vers la GCPD et particulièrement Bullock, elle n'eut pourtant pas le temps de voir si elle avait bien ciblé puisque le singe la retourna et la guida vers les sulfateuses. Ok, qu'est-ce qui ne va pas? Primo, je suis harcelé par le SWAT. Autrement dit la vie de tous les jours. Secundo, j'ai un sens du goût vestimentaire extrêmement développé et ses flics sont affreusement habillés. Que quelqu'un appelle la fashion police!

_________________________________
Photos cochonnes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6603-harley-quinn http://etredifferentsexyharleyquinn.blog4ever.com/
Shadow (Amy Williams)

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 17/04/2016
Nombre de Messages : 29

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Ven 5 Aoû - 16:43

Depuis le début de la soirée, Amy et un sombre coin de son esprit qui correspondait sans doute à son âme d’enfant - qu’elle avait cessé d’écouter depuis un bon moment – pariaient sur le temps qu’il faudrait à la blonde avant de se dénuder à nouveau, vu son étrange manie à s’exposer nue dès qu’elle le pouvait. C’est ainsi que, alors que Harley se déshabilla dans une étrange imitation de Miley Cirus, la brune leva les yeux au ciel face à la victoire de la petite voix en elle. Au moins, la plupart des pièges venaient d’être mis hors-jeu par la criminelle, qui ne tarda pas à retrouver ses vêtements avant d’improviser un bandage que Shadow ne put qu’accepter avec un sourire reconnaissant pour la blonde. La déchirure sur sa veste lui arracha une brève grimace, mais elle se reprit rapidement. Après tout, si les deux criminelles réussissaient leur coup, elle aurait suffisamment pour se payer une dizaine de vestes comme celle-là.

- Wouh ! On peut dire que c'est la première fois que je SAW ça ! rit finalement la blonde. Tu t'es vraiment bien débrouillé hein. T'as secoué tes hanches comme une acrobate ! J'espère que ça va aller ta blessure, j'y vais en avant pour que tu te reposes un peu.

Honnêtement, une pose était la dernière chose dont Shadow avait besoin. Bien que rien au monde ne le lui ferait avouer, une partie de la brune ne rêvait que de s’enfuir sans un regard en arrière et avec en poche l’argent qu’elle avait volé plus tôt. Et lui laisser le temps d’y réfléchir n’était pas la meilleure des idées.

- Ah oui, mes bébés, Bud et Lou restent avec toi pour te surveiller, si tu vois un truc louche tu n'as qu'à hurler "ALLEZ CROQUER CE POULET !!!" et ils iront croquer ce poulet... Hey regarde ! Le bras de robot se balance contre cette sulfateuse et la démolit, je suis un génie !

"Génie" n’était pas exactement le mot qu’Amy aurait utilisé pour définir la blonde, mais peu importe. Elle n’eut de toute façon pas vraiment le temps d’ouvrir la bouche pour répondre, une des sulfateuses explosant, propulsant un des bras robotiques avec une telle force qu’il s’écrasa à l’entrée de la chambre forte avec un bruit sourd, attirant ainsi tout naturellement l’attention. Oups.

Le plan changea donc rapidement, mais fut une seconde fois contrecarré lorsque trois formes mouvantes que Shadow ne put identifier sur le moment décidèrent de s’en prendre à Harley au moment où la brune allait se mettre en route vers le trésor. La blonde se mit à courir en tous sens, manquant de peu Amy qui s’écarta juste à temps alors qu’elle fonçait sans regarder où elle allait. En même temps, c’était un peu la réaction universelle lorsque deux faucons et un singe furieux vous tombaient dessus. Maintenant que la blonde était plus près d’elle, la voleuse pouvait finalement reconnaître les bêtes.

- T'en fais pas Lady Shadok, on va atteindre la fin de cette marelle mafieuse. Tu sais pourquoi ? Parce que ça va être facile d'atteindre la case ciel puisque je me sens pousser des ailes !

Résistant à l’envie de lever les yeux au ciel, Amy se contenta d’un haussement de sourcil alors que Harley ne semblait pas prête à perdre son sens de l’humour, même avec deux oiseaux picorant ses mains. Oiseaux dont elle finit néanmoins par se débarrasser, pas de la manière la plus conventionnelle certes, avant de tirer avec son arme fraîchement récupérée vers la GCPD. Malheureusement, le tout se passa si vite que Shadow, toujours bloquée sur la blonde, ne vit pas où la balle avait atterrie. Elle avait pour le moment quelque chose de bien plus important à régler, à savoir ce maudit singe qui traînait Harley vers les sulfateuses. Amy n’écouta que d’une oreille le monologue de la blonde, n’assimilant pas toute la tirade. « Secundo, j'ai un sens du goût vestimentaire extrêmement développé et ses flics sont affreusement habillés. » fut tout ce qu’elle retenu.

- Au moins eux le restent, habillés, murmura Shadow, plus à elle-même qu’autre chose.

La brune sortit un des couteaux cachés dans sa veste. Le levant vers l’animal, elle se stoppa soudain, hésitante.

Amy savait qu’elle ne manquerait normalement pas sa cible. Autant elle était vraiment maladroite lorsqu’elle tirait avec une arme à feu, autant ses couteaux et son arc lui étaient de plus en plus accessibles, surtout maintenant qu’elle avait une chance croissante de viser des cibles en mouvement. Mais imaginons l’espace d’un instant qu’elle fasse mine de rater ? Voler le coffre seule, s’en sortir seule ? Prendre le risque de se faire attraper seule également, c’est vrai, mais l’option restait tout de même tentante. Resserrant sa prise sur la lame, la brune grimaça… Et lança le couteau qui vint se plonger entre les deux yeux de la bête. Code des voleurs, nouvelle amitié avec une criminelle connue dans tout Gotham... Plus de pour que de contre. Elle visait l’œil gauche, mais pour ce que ça changeait…

Se dirigeant vers Harley, Amy risqua un regard derrière elle. Quoique la balle de la blonde ai percuté ou non, tous les ennemis n’étaient pas encore hors d’état de nuire, comme put le constater la brune avec un petit soupir. Se tournant de nouveau vers Harley, elle lança :

- Et maintenant ? Mieux vaudrait se dépêcher, tu leur as pas mal mâché le travail, lança Shadow avec un regard vers les pièges mis hors-jeu par la blonde plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6611-shadow-amy-williams
Harvey Bullock

Police
Police
avatar

Date d'Inscription : 07/02/2013
Nombre de Messages : 146
Autres Comptes : Ra's Al Ghul & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Juste un flic qui fait son boulot.
Citations : Les choses ne sont jamais intégralement blanches ou noires. Parfois, tu dois vivre dans le gris.

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Jeu 11 Aoû - 21:22

Le piège se refermait lentement sur Harley et Shadow : un cordon de policiers en uniforme entourait l'établissement tandis que, retranchés à l'arrière et au niveau du toit, les unités Un et Deux bloquaient ces accès afin de boucler le duo de voleuses. Trois et Quatre iraient suivre leur trace au cœur du casino, histoire de les déloger de leur cachette et d'en finir une bonne fois pour toutes. Après tout, Don Falcone payait bien, (mieux que le GCPD en tout cas) et mieux valait ne pas s'attirer ses foudres pour ''incompétence''. Si les deux femmes réussissaient à s'emparer du contenu du coffre-fort, elles ne pourraient de toute façon pas quitter le casino. Du moins en théorie.

''Rassurez-moi, Falcone.''

Bullock se campa en face du directeur et le fusilla du regard. Ce dernier le regarda avec un air interrogateur mais le sergent pouvait facilement lire la peur et le défi dans ses yeux.

''Je n'ai pas envoyé une escouade du SWAT là dedans pour rien ? Il n'existe pas une sortie autre que celles dont vous nous avez parlé et qui sont en ce moment sous notre contrôle ?''

James Falcone resta muet pendant que dans son crâne, ses pensées s'enchaînaient à une vitesse folle. Parler à l'un des gars de James Gordon de l'issue par laquelle ils faisaient sortir le pognon ? Prendre le risque de tout perdre ? Accepter un total conséquent de pertes financières et ne pas tomber dans les griffes de Bullock pour mieux subir le courroux du doyen des Falcone ? La prison ou la colère du parrain ? Finalement, il fit son choix :

''Non, Sergent Bullock. Il n'existe aucune autre issue que vous ne contrôlez pas.''

La loi du silence. Ne pas parler, ne pas mêler les flics aux affaires de la famiglia. Harvey le comprit avant même que le mafieux ait ouvert la bouche pour cracher son mensonge. Falcone puait la peur mais il ne l'ouvrirait jamais, même s'il devait en crever. Bordel. Le Sergent Donuts renfonça son chapeau sur sa tête et laissa le troufion du vieux Falcone à ses funestes pensées. Plusieurs coups de feu résonnèrent soudain à l'intérieur et quelques secondes plus tard, la voix familière de Gilpatrick parvint aux oreilles de Bullock :

''Des types nous attendaient, les gars de Boxy j'pense. On a réglé le problème, aucune perte de notre côté. On a localisé les gonzesses, elles sont dans le coffre de Falcone et nous ont ouverts la voie. On rentre dans le coffre maintenant.''

''Parfait, déclara le sergent, faites gaffe. Et y'a certainement un passage secret pour sortir de ce putain de casino mais j'ignore ou. Ne les lâchez pas d'une semelle, c'est clair ?''

''Foutez-vous de ma gueule, sergent. Y'a qu'une entrée pour ce coffre, elles sortent, on les embarquent. Elles résistent, on les plombent. A dix contre deux, elles ont aucune chance.''

''C'est ce que vous disiez à propos de Batman, je crois. Juste avant qu'il ne vous défonce tous à ses débuts. Si vous merdez, Gilpatrick, vous en prendrez pour vot'grade.''

Coupant la communication avant de pouvoir entendre la brillante répartie du leader des SWAT, Harvey se posa La question : peut-on avoir cette fêlée sans avoir besoin de Batman et sa clique ? Peut-on avoir un peu de bol pour une fois et la renvoyer à Arkham sans bavure, ni bêtise des corrompus qui tenteraient de protéger d'autres intérêts que ceux du GCPD ?

*Ne ternissez pas l'insigne, les gars, pensa le gras policier, faites votre boulot et rien d'autre.*

Au niveau de la porte blindée, les unités Trois et Quatre se préparaient à entrer et canarder tout ce qui bouge après avoir lancé la sommation d'usage puis attendu dix secondes :

''Sortez d'ici les mains sur la tête, les tarées ou on vous flingue !''

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 12/03/2016
Nombre de Messages : 137
Vous à Gotham : La Princesse Clown du Crime
Citations : Il sera le cinglé et je serais la folle.

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Ven 12 Aoû - 17:13

Harley tomba à la renverse en même temps que le macaque, qui dans ses dernières forces lui cracha dans les cheveux. Voyant le singe mort, l'arlequin le prit en se disant qu'avec ce qui leur tombait dessus, un cadavre de singe pouilleux pouvait être utile. Le simien accroché à sa ceinture, la blonde remercia la brune encore une fois et fonça au travers d'un rideau en perles, dernier rempart avant le gros-lot. Dans son empressement, le rideau se transforma en des tentacules qui étranglèrent Harley, celle-ci se débattit en se disant qu'elle s'était fait avoir par le seul piège du casino qui n'était pas censé être un piège. Ses hyènes griffèrent quelques fils et libérèrent leur si gauche maîtresse. Chutant une deuxième fois, elle releva la tête et sourit pleinement en admirant les montagnes d'argent montant jusqu'au plafond. Prise par le plaisir, elle sauta dans le fric et y nagea telle dans une piscine. Elle voulait profiter au paroxysme de cette merveille, faire des anges dans les billets, dormir sur un hamac de pognon ou même s'injecter de l'oseille. Harley revint sur Terre et analysa la situation. Elles étaient dans un coffre-fort, dont l'unique sortie et entrée était un long couloir infesté par la GCPD. Les armes à leur disposition étaient des couteaux, deux hyènes, un pistolet vide, le butin de Falcone, un singe mort, un rideau de perles tentaculaire, les connaissances de merchandising et psychologiques de Quinzel, le combat au corps-à-corps et leur beauté.

-Je sais! Je me sers de mon expérience dans le business pour convaincre la GCPD d'échanger leurs armes et gilets pare-balles contre l'argent, les perles et le singe mort. Puis tandis qu'ils profitent de leur gain, on tire sur eux avec leurs propres armes et on se casse du casino! Ses hyènes tournèrent leur tête lassées. Ok mauvaise idée... Ah je sais! Je force Boxy Bennett à se mettre à quatre pattes, puis je sors du casino en Lady Godiva avec un flingue caché dans ma chevelure et toi tu tires une flèche imbibée d'alcool sur la police pour que je puisse tirer dessus ce qui nous permet de nous enfuir!... Ah on a déjà fait ça. Hm, réfléchis réfléchis...  Bon déjà le singe mort on l'utilisera pour plus tard, si t'as du poison ou une arme toxique ce serait une bonne idée d'en glisser un peu dans son cadavre pour en faire une armée camouflée. Pour le rideau de perles on peut en arracher quelques fils, ils peuvent servir de lasso et en tournoyant de bouclier de fortune. Maintenant pour le butin, il va falloir en prendre un maximum. Tu peux prendre mon sac si tu veux. L'arlequin sortit d'une de ses deux cuissardes un sac avec un signe dollar dessus et le donna à Lady Shadok.  

-Avec tout ce que j'ai enlevé aujourd'hui, j'ai l'impression d'avoir accouché d'une armurerie... Une seconde... Mais oui! Shadow, il faut que je te fasse tomber enceinte! Enfin, bien sûr naturellement se seras un peu compliqué mais, regarde! L'arlequin prit le sac, le remplit d'argent avant de serrer le cordon et le glisser sous le ventre de Poisson Sasha. A mon avis, la GCPD ne t'a vu que brièvement et en plus je leur ai tellement surchauffé l'artichaut qu'ils ne doivent pas trop réfléchir. Si je te fais passer pour une otage enceinte, ils nous laisseront passer. Mais je réserve une surprise à Bullock, hihi! Bud et Lou nous serviront de gardes du corps jusqu'à la sortie. D'ailleurs je me dis que s'il y a une entrée secrète il doit y avoir une sortie secrète, je vais leur demander plus tard pour être sûre... Oh et je vais devoir te menacer avec un pistolet, mais il est vide t'en fait pas. Regarde, j'te le prouve. La blonde pointa son flingue contre sa tête et appuya sur la détente plusieurs fois. Rien, rien, rien... Une dernière munition s'échappa de son arme à feu et manqua de lui ouvrir la cervelle. Ahhh! Ca devait être la dernière. Tu sais faire la victime innocente hein? T'auras le temps de te préparer le temps qu'on amasse le plus d'argent blanchi. Hmm,  brandade de hareng...

Ainsi, l'arlequin récolta autant d'argent qu'elle le pouvait par exemple autour de sa ceinture ou des élastiques de ses queues-de-cheval et même dans son sillon intermammaire, encore une fois. Elle enfonça même des billets au fond du canon de son pistolet. La blonde laissa la brune avec le sac à billets et quand elle eut fini retourna vers elle en s'assurant que son apparence de femme enceinte était assez réaliste. Brusquement, l'arlequin poussa Poisson Sasha en avant juste après s'être excusée de cela et l'attrapa par la hanche tandis que son autre bras braquait son arme sur sa tempe. Harley arriva facilement à se donner un air de psychopathe avec ses deux bébés, le collier garnit de pognons, ouvrant le chemin. Dix membres du SWAT, y a pire.

-Ecoutez-moi bien bandes de poulet! Faites un pas de plus et je descends mon acolyte. Oh d'ailleurs vous devez vous demander qui est-elle? Elle s'appelle Bonnie Collins, bibliothécaire le jour et cambrioleuse la nuit. Cherchez dans vos bases de données, je suis sûre que vous la trouverez. Vous voyez, Bonnie a osé voler mes lunettes Groucho et donc j'ai décidé de me venger en menaçant sa famille si elle ne m'aidait pas à vider les caisses du casino de Falcone. Oh, d'ailleurs FALCONEEE? Oh il n'est pas là... Si personne ne me dit où est l'issue secrète je fais exploser le coffre et tout l'argent qu'il contient. Et je n'ai pas encore fini, je veux un hélicoptère, une robe rose et qu'on me rende mon bébé! Oops, oubliez la dernière partie c'était dans ma telenovela préférée. Oh mais oui, j'exige de voir Bullock l'éponge et Gilpatrick l'étoile de mer, immédiatement!

_________________________________
Photos cochonnes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6603-harley-quinn http://etredifferentsexyharleyquinn.blog4ever.com/
Shadow (Amy Williams)

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 17/04/2016
Nombre de Messages : 29

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Ven 12 Aoû - 19:47

Des tentacules, sérieusement ? Des faucons, des singes, et maintenant des tentacules ? A ce stade, Shadow ne serait pas étonnée de découvrir un ours devant le trésor de Falcon. Heureusement, lorsqu’elle passa l’ex-rideau de perles à la suite d’Harley, elle ne put que sourire devant la motivation de la soirée. 90% de ce qu’elle et la blonde allaient pourvoir récupérer de ça ? Elle avait beau ne pas croire en Dieu, la pensée que cette nuit était un signe du Tout-Puissant ne pu que l’effleurer. L’espace d’une seconde seulement, d’accord, mais tout de même. Elle qui attendait de faire son entrée dans la cour des grands, une chance pareille ne pouvait être qu’un signe du destin. Il ne leur restait plus qu’à sortir et…

- Sortez d'ici les mains sur la tête, les tarées ou on vous flingue !

Oh, c’est vrai, la GCPD. Voilà qui compliquait légèrement les choses. Jetant un bref regard aux alentours, la brune se mordille les lèvres, constatant l’absence de sortie autour d’elle. Excepté l’entrée de la chambre forte, évidemment. Qui était en ce moment même infestée de flics armés, contrairement aux deux criminelles. Amy avaient bien encore ses couteaux, mais contre ne serait-ce qu’une douzaine de canons braqués sur elle, disons que les chances de s’en sortir vivante et libre étaient minces. Et les premières idées d’Harley ne semblaient pas plus concluantes.

Toujours en train de réfléchir à voix haute à une solution, la blonde émit l’idée de faire du singe une arme toxique – ce qui éclaira enfin la brune sur ce pourquoi elle avait gardé le cadavre de la bête, ce qui semblait plutôt bizarre et répugnant au départ – avec du poison ou une arme. La main d’Amy se posa automatiquement du côté gauche de sa veste, derrière le cuir étant dissimulée une dague empoisonnée dans une poche cachée. Normalement. Appuyant légèrement plus fort, ne sentant rien, Shadow fronça les sourcils avant de faire mine de saisir l’arme. Sauf qu’elle ne saisit que de l’air à la place. La lame avait du tombé, sûrement pendant qu’elle évitait les pièges à l’entrée de la salle. La brune garda donc la bouche fermée, gardant la dague dans un coin de la tête au cas où elle aurait l’occasion de la récupérer plus tard. Puis elle se concentra de nouveau sur Harley, qui lui tendait maintenant un sac orné d’un signe dollar, sans pour autant arrêter de parler.

- Avec tout ce que j'ai enlevé aujourd'hui, j'ai l'impression d'avoir accouché d'une armurerie... Une seconde... Mais oui ! Shadow, il faut que je te fasse tomber enceinte !

La bouche de l’intéressée s’ouvrit d’elle-même, la mâchoire tombante dans une imitation involontaire d’un personnage de dessin animé. Pendant un instant, la brune cru presque qu’Harley plaisantait encore une fois, mais à voir son expression, elle était clairement sérieuse. Amy lui lança donc un regard qui voulait dire « Attends, quoi ?! » tandis que la blonde s’expliquait maladroitement.

- Enfin, bien sûr naturellement se seras un peu compliqué mais, regarde !  

Puis elle reprit son sac que Shadow ne tenait de toute façon plus vraiment, trop abasourdie par les propos de la criminelle, et le remplit avant de le glisser sous son haut.

- A mon avis, la GCPD ne t'a vu que brièvement et en plus je leur ai tellement surchauffé l'artichaut qu'ils ne doivent pas trop réfléchir. Si je te fais passer pour une otage enceinte, ils nous laisseront passer. Mais je réserve une surprise à Bullock, hihi ! Bud et Lou nous serviront de gardes du corps jusqu'à la sortie. D'ailleurs je me dis que s'il y a une entrée secrète il doit y avoir une sortie secrète, je vais leur demander plus tard pour être sûre... Oh et je vais devoir te menacer avec un pistolet, mais il est vide t'en fait pas. Regarde, j'te le prouve.

Et elle lui prouva effectivement, en manquant de s’exploser elle-même la tête. Très rassurant. M’enfin, au moins maintenant la brune était certaine que tout ça n’était pas une idée de la blonde pour éliminer à la fois Shadow et la GCPD. Bah, on n’était jamais trop prudent, non ? D’ailleurs, que la brune pense ça était assez ironique, alors qu’elle avait de son côté hésité deux fois à trahir Harley.

Quoiqu’il en soit, même si Harley avait l’air de croire en son plan à 200%, Shadow ne pouvait pas en dire autant. Les flics n’étaient peut-être pas les personnes les plus intelligentes sur Terre, mais de là à se faire avoir par une ruse comme celle-là ? Et puis, il fallait qu’elle l’admette, l’idée ne plaisait également pas beaucoup à la brune niveau image. Jouer les femmes enceintes, très peu pour elle. Mais le fait était qu’elle n’avait pas vraiment le choix. A moins qu’une porte donnant sur l’extérieur n’apparaisse subitement contre un mur, il fallait tenter le tout pour le tout.  

Sortant une nouvelle fois de ses pensées, Amy profita des quelques temps qu’elles avaient avant de se jeter dans la gueule du loup pour attraper encore un peu d’argent qu’elle glissa dans les poches de sa veste avec les billets des mafieux volés plus tôt et pour recoiffer correctement ses cheveux à l’aide de la lame d’un couteau. Oh, et elle défit également le bandage qu’elle portait au bras, utilisant le couteau pour faire saigner la plaie de nouveau. Si elle devait être otage, otage elle serait, et si elle pouvait inspirer un peu la pitié en même temps, elle n’allait pas cracher dessus. A peine eut-elle rangé l’arme que la blonde la retourna avant de la pousser vers le SWAT, canon contre la tempe. Se mordant la lèvre, Shadow fit de son mieux pour se donner un air effrayé. Ce n’était pas la première fois qu’elle jouait la comédie, mais il y avait généralement moins en jeu.

- Ecoutez-moi bien bandes de poulet ! Faites un pas de plus et je descends mon acolyte. Oh d'ailleurs vous devez vous demander qui est-elle ? Elle s'appelle Bonnie Collins, bibliothécaire le jour et cambrioleuse la nuit. Cherchez dans vos bases de données, je suis sûre que vous la trouverez.

Ca, la brune en doutait sérieusement, mais elle fit de son mieux pour faire apparaitre quelques larmes dans ses yeux, avant de cligner de sorte que deux d’entre elles puissent couler librement sur ses joues pâles. Son mascara allait en prendre un coup, mais au point où elle en était…

Harley poursuivit sa tirade, qu’elle termina en réclamant les deux personnes dont elle avait écrit le nom plus tôt sur la banderole aux portes du casino. Qu’ils arrivent ou pas, Shadow ne pouvait évidemment pas en être sûre, puisqu’elle n’avait aucune idée d’à quoi ressemblaient les deux hommes. De plus, elle avait un léger problème qui pourrait facilement se transformer en très gros problème, et qui se trouvait juste sous son haut noir corbeau. Tournant la tête vers la blonde, elle tenta comme elle pouvait de capter son regard tout en essayant de continuer à jouer la pauvre femme morte de peur.

Tout ce qu’elle espérait, c’était qu’Harley se rende rapidement compte que sa prise sur sa hanche avait réussit à faire légèrement glisser le sac qui lui servait de déguisement, et qu’il ne fallait plus qu’un mouvement mal calculé pour provoquer la chute de ce qui était pour le moment leur meilleur chance de sortir d’ici.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6611-shadow-amy-williams
Harvey Bullock

Police
Police
avatar

Date d'Inscription : 07/02/2013
Nombre de Messages : 146
Autres Comptes : Ra's Al Ghul & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Juste un flic qui fait son boulot.
Citations : Les choses ne sont jamais intégralement blanches ou noires. Parfois, tu dois vivre dans le gris.

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Ven 23 Sep - 18:20

Harvey balança son talkie-walkie sur le siège avant de la bagnole dont il avait fait son QG. Décidément, tout partait en vrille ce soir. Si l'on prenait en compte ce que venait de lui rapporter Gilpatrick, Harley avait pris en otage son alliée, braqueuse contre sa volonté, demandait un hélico comme la localisation d'une potentielle issue secrète et menaçait de foutre en l'air le pognon du vieux Falcone. Ha oui, cette tarée exigeait aussi de le voir en personne, lui et Gilpatrick. Génial, quelle cadeau cette soirée... Se retournant vers l'un des flics à proximité, le sergent ordonna à ce dernier de contacter le central et de choper le plus de renseignements possibles sur cette ''Bonnie Collins''.

Le Sgt Donuts vérifia rapidement son flingue avant de le remettre dans son holster puis passa au calibre de secours. Parfait. D'un signe de tête, il invita Wise et Cavallo à le suivre puis jeta un coup d'œil au directeur, James Falcone. Disparu. Harvey sentit soudain un frisson glacé lui glisser le long de la colonne et chercha du regard ses sbires dans la foule. Envolés également. Dire que la situation puait un maximum serait un putain d'euphémisme et d'un seul coup, Bullock se sentit beaucoup moins à l'aise avec l'idée de se retrouver seul dans le casino d'un mafieux assumé avec la présence certaine de ses gorilles et d'une myriade de flics pourris jusqu'à la moelle.

D'un pas lent et prudent, le trio pénétra dans le casino avec Bullock à sa tête. Direction la salle des coffres. Harvey écrasa nerveusement la fin de sa cigarette avant de rentrer à l'intérieur. Désormais, il était tout seul :

''Alors Gilpatrick, on en est ou de ce merdier ? J'ai le sentiment qu'on en verra jamais la fin !''

''Vous le savez, Bullock. On les a coincés toutes les deux et vous avez juste à nous donner le feu vert pour les choper vivantes ou non.''

''Mortes, ça arrangerait le vieux Falcone, pas vrai ? Combien il a casqué pour que ces deux cambrioleuses à la manque ne sortent pas d'ici sur leurs deux pieds ?''

''Suffisamment pour que vous puissiez toucher votre part, sergent, déclara James Falcone en se frayant un chemin à travers les SWAT, ce qui veut dire un mois de salaire en une soirée.''

Les yeux étincelants de rage, Harvey Bullock se planta en face du mafieux, prêt à lui faire ravaler sa proposition quand une main se posa sur son épaule, tandis qu'une voie doucereuse lui chuchota :

''Sergent, détendez-vous voyons... C'est pas des manières tout ça, faut bien rendre service aux citoyens de cette ville. C'est notre boulot, après tout.''

Wise et son discours mielleux à en gerber. Bullock détourna le regard un instant et vit Cavallo passa une main dans sa veste pendant que plusieurs membres du SWAT sortaient, tentant de ne pas croiser le regard d'Harvey. Et merde...

''Vous pouvez être fier de vous les mecs, l'honneur de la police est sauf avec des flics comme vous, lâcha Bullock, empli de dégoût à l'encontre de ces fumiers qui portaient l'insigne.''

''Ne rendez pas les choses plus difficiles qu'elles ne le sont, sergent, rétorqua James Falcone, ma proposition tient toujours mais je ne la reformulerais qu'une fois : votre réponse ?''

''Tu t'es fourré dans un sacré merdier, Harv.'' C'est ce que lui dirait Montoya si elle avait été là. En même temps, si Renée avait été ici, les choses n'auraient sûrement pas aussi mal tournées pour lui. Harley et sa copine sont toujours coincées dans ce foutu coffre. Restent Wise, Cavallo, Gilpatrick et quelques SWAT, ainsi que Falcone et ses gars. Il sera impossible de les coller devant un juge mais on pouvait toujours s'amuser avec eux. Les ''collègues'', quelle blague... 'Plus qu'à savoir de quelle côté penchait leur allégeance, quoique pour Wise et Cavallo, tout était décidé. Les types restants du SWAT étaient pris eux aussi dans ce foutu dilemme : aider Bullock et dire adieu au pognon, ou empocher le fric, buter les gonzesses voire Bullock si problème... Mais on ne tue pas un Bullock comme ça, c'est des coups à se mettre ses nombreux potes à dos, sans compter Gordon...

Le Sergent Donuts inspira profondément. C'était une question d'instinct au fond. On le sens ou on le sens pas. Et là ? On voulait lui faire trahir le boss, le gars qui était peut-être l'un de ses seuls vrais amis ? Qu'ils aillent crever.

''Hé Bullock, vous dormez ou quoi ? Je vous ai p...''

Un craquement se fit soudainement entendre en même temps qu'un cri. James Falcone tomba à genoux, les deux mains sur son nez pendant que ses sbires se ruaient sur le gras policier. Incapables de choisir un camp et faire face aux conséquences, les derniers membres du SWAT présents se retirèrent rapidement après avoir choisi la passivité et l'inaction.

Du fin fond de leur abri, Harley et Shadow devaient sûrement se sentir un peu dépassées par les évènements mais la chance ne les avait pas abandonnées. Sur les 10 flics qui gardaient la seule sortie possible pour elles, il n'en restait qu'un et il était plutôt occupé à rester en vie face à trois mafieux et deux ripoux furieux.

Un violent coup de poing s'écrasa sur sa nuque et Harvey glissa au sol, cherchant des yeux son arme, poussée quelques secondes plus tôt sous un meuble par l'inspecteur Wise, et vit James Falcone qui quittait la pièce, soutenu par son garde du corps. Parfait. Attrapant son calibre de secours d'une main leste, il parvint à donner un puissant coup de crosse dans le genou d'un des mafieux, le faisant s'écrouler à terre puis son direct en étala un second :

''Ça suffit ! Bordel, Bullock, vous réalisez que vous nous avez tous foutus dans la merde ?''

Les inspecteurs Wise et Cavallo avaient finis par sortir leurs flingues et c'était lui qui faisait risette aux deux gueules noires des canons. Harvey s'autorisa un dernier uppercut mais la balle partit aussi sec, perforant le mur à vingt centimètres de sa tête alors que le dernier sbire de Falcone tombait à terre avec une dent en moins.

''Fini de jouer, sergent.''

Les deux fumiers le mirent en joue, prêts à appuyer sur la détente... Bullock espérait seulement qu'après lui, ce serait le tour de Shadow et Quinn. Marrant ça, que leurs vies dépendent de lui et vice-versa. L'ex-partenaire de Montoya espérait seulement ne pas mourir sur cette dernière pensée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 12/03/2016
Nombre de Messages : 137
Vous à Gotham : La Princesse Clown du Crime
Citations : Il sera le cinglé et je serais la folle.

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Dim 2 Oct - 11:49

Aussi fou que ça puisse l'être, Harley doutait de son plan, entre le faux nom qu'elle avait sorti au hasard et sa main curieuse qui tâtait la hanche de sa partenaire et manquant à tout instant de faire chuter le sac d'argent et faire passer Poisson Sasha pour une poule aux œufs verts. Par bonheur son regard se croisa avec celui de sa compagne et elle comprit, sa première idée fût que la brune voulait éprouver son toucher un plus bas, sa seconde était que la blonde devait essayait de retenir le sac un peu mieux. Ce fût celle-ci qui semblait la plus logique. Evitant une catastrophe, l'arlequin se soucier encore de l'identité inventée de son acolyte et espérait que les ordinateurs du GCPD auraient des bugs à cause de l'afflux de citoyens sur les sites érotiques à cette heure-là. Ainsi, ses yeux s'étincelèrent de réjouissances en apercevant le duo de flics et leur mascotte mafieuse accompagnés d'autres policiers avec beaucoup moins de... charisme. 
 
-Bullock! Content de te recroiser. Toujours gros, bedonnant et ventru à ce que je vois! 

Bien que le groupe était arrivé synchro comme une troupe de mannequin suédoise dans un ralenti comparable à Alerte à Malibu, l'équipe partit vite dans une chamaillerie burlesque implorant le thème de Benny Hill. Malgré sa carrure, Bullock se débrouillait plutôt bien à se démener face à ses attaquants et il flanqua un bon coup à James Falcone.  

-Dans le coin gauche, ils sont détestables, avides jusqu'aux cernes et ils n'aiment pas se laver les cheveux, les Ripoux! Dans le coin droit, il est fier, accroc à la malbouffe et pèse 44,1 kilos, Bullock l'éponge!... Voici le premier round, oh c'est un coup bas, très bas, en dessous de la ceinture, un mafieux à terre! Les deux flics fadasses sortent leur flingue vers lui. Suspense! Harley, prise par le catch de Bullock, avait lâché Shadow, ce qui fît tomber le sac à terre. Huh... On a besoin d'une anesthésie! L'arlequin prit le sac et le balança sur l'un des flics ce qui l'assomma, puis elle sauta sur les épaules de l'autre et le mit à terre en levant ses cuisses autour de son cou avant de le jeter au sol. Ensuite, elle fît un câlin à Bullock comme on le fait avec un ours en peluche. Bullock l'éponge! Ca fait longtemps qu'on s'était pas vu. Ah, je me rappelle de notre dernière fois, j'étais complètement nue et toi tu portais un gilet pare-balles. Oh mais c'était aujourd'hui! Hahaha! La blonde fit un geste gracieux vers Lady Shadok. Laisses-moi te présenter mon acolyte, Robin Desboire! Cherche dans ta base de données, je suis sûre que tu ne la trouveras pas. Bon, et si on passait aux choses sérieuses? Harley sortit son arme et la pointa vers Bullock. Soudainement, un membre du SWAT arriva. 

-J'ai changé d'avis, j'arrive pour vous sauver Sergent Bullock!... Oh. 

-Hm, un flic qui me menace, un autre à mes genoux et deux autres allongés derrière moi. Cela fait un négociant à part, deux criminels et trois otages. Donc, une personne de ce trio doit dégager. Harley appuya le canon de son flingue sur la joue rebondie d'Harvey. Bye bye inspecteur Javert Bullock. *Click*. Ah, je me disais bien qu'il était vide, j'voulais juste en être certaine! 

-Huh? Ca veut dire que j'aurais pu te tirer dessus depuis le début sans courir le risque que tu troues le Sergent?! 

-C'est à peu près ça ouais. L'arlequin frappa le policier avec son pistolet. Ca nous fait trois nouvelles armes rien que pour nous! Tu peux garder ta pétoire Harvey, ça fait depuis longtemps que personne à part toi ne l'est touchée. Robin, tu prends l'espèce de carabine du SWAT et moi je prends la paire de pistolets des deux poulets. Oh pauvre Bullock, son équipe ne lui a pas obéi... Tu sais quoi, tu nous laisses nous enfuir et en échange je t'aide à te venger et en plus si t'as besoin de moi plus tard tu n'auras qu'à hurler mon nom. J'ai envie de m'amuser, je vais m'occuper de ces deux ripoux pour te prouver que tu peux me faire confiance! Surveille-le en attendant Robin! L'arlequin porta le membre du SWAT avant de le déposer devant le rideau en perle tandis que ses bébés trainaient les deux flics corrompus à l'intérieur. Ainsi, la blonde chuchota à l'oreille de l'agent assoupi ce qui le réveilla avant qu'elle ne l'assomme à nouveau avec un tuyau, elle déposa ensuite "l'arme du crime" dans la main d'un des deux flics vénales et en profita pour se remplir le décolleté de billets tout en s'assurant que ses deux victimes en avaient plein dans les poches aussi. Puis elle accourut vers Bullock et lui glissa une liasse dans la braguette.  

-Tu la gardes ou pas, c'est comme tu veux. Et pour ton ami dans les vapes ne t'en fait pas, je n'ai pas frappé trop fort... Alors qu'en dis-tu de ma proposition? Après tout on y gagne tous dans l'histoire, on démantèle le blanchiment d'argent de Falcone, deux flics corrompus sont condamnés pour leur crime et ne me dis pas qu'un jour tu n'aurais pas besoin d'une tarée à tes côtés dans une ville dont certains de ses habitants sont bien plus cinglés? Aller Harvey, Gordon avait Batman, tu peux m'avoir et j'ai une batte de baseball. Et puis au fond je ne te demande même pas de m'aider, tu peux même laisser Robin s'échapper, je saurais me débrouiller... Alors, marché conclut? Harley retira son gant et tendit la main à Bullock en espérant qu'il accepterait. Tout d'un coup, son autre main prit la forme d'un canard et s'approcha du tympan du Sergent, avec une voix enrouée. C'est une offre que vous ne pouvez pas refuser... Hahaha! Ahh, désolé.

_________________________________
Photos cochonnes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6603-harley-quinn http://etredifferentsexyharleyquinn.blog4ever.com/
Shadow (Amy Williams)

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 17/04/2016
Nombre de Messages : 29

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Lun 3 Oct - 18:46

La brune observait la scène devant elle sans un mot, prête à bondir une lame à la main au moindre problème. Il venait de se passer pas mal de choses en quelques minutes, et la situation actuelle laissait facilement deviner que c’était loin d’être terminé. Harley avait maintenant ce qu’elle voulait, c’est-à-dire l’homme qu’Amy pouvait maintenant identifier comme étant Bullock en face d’elle, et elle avait même son flingue pointé vers lui, dissuadant quiconque – enfin, pour le moment surtout le flic qui semblait avoir subitement décidé de jouer les héros – de faire un geste de trop. D’accord, ça semblait un peu gagner d’avance pour les deux criminelles, dit comme ça. Si l’on ajoute que le chargeur de la blonde était en fait totalement vide, c’est mieux ?

- Harley... commença la brune au moment même où celle-ci appuya sur la détente.

- Ah, je me disais bien qu'il était vide, j'voulais juste en être certaine !

Pour la énième fois de la soirée, Shadow ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel. D’un sens, la folie d’Harley avait résolut plusieurs problèmes depuis le début de ce hold-up interminable, mais d’un autre, c’était plus ou moins elle qui les avaient créé, alors… M’enfin, puisque le dit flic se retrouva très rapidement par terre, ça n’avait sans doute pas d’importance pour le moment.

- Robin, tu prends l'espèce de carabine du SWAT et moi je prends la paire de pistolets des deux poulets.

C’est à partir de là que Shadow recommença à suivre la conversation, le nouveau nom qu’Harley lui avait choisit la sortant de ses pensées.

- Oh pauvre Bullock, son équipe ne lui a pas obéi... Tu sais quoi, tu nous laisses nous enfuir et en échange je t'aide à te venger et en plus si t'as besoin de moi plus tard tu n'auras qu'à hurler mon nom. J'ai envie de m'amuser, je vais m'occuper de ces deux ripoux pour te prouver que tu peux me faire confiance ! Surveille-le en attendant Robin !

Ramassant donc l’arme du SWAT, la brune l’observa longuement. Puis elle la jeta par-dessus son épaule. Les armes à feu, très peu pour elle. Elle n’avait jamais vraiment su pourquoi, mais ça ne passait tout simplement pas. Pas comme lorsqu’elle tenait un arc ou une dague, en tout cas.

Revenant de nouveau au moment présent, Amy se contenta de fixer Bullock, l’analysant du regard. Derrière son apparence et sa situation actuelle, il dégageait tout de même un certain charisme, et bizarrement ça n’étonnait pas Shadow le moins du monde qu’il soit flic. Qu’il soit flic dans une ville comme Gotham, ça par contre, beaucoup plus. Gotham n’était décidément pas une ville pour les gens biens, il n’y avait qu’à voir les idiots qui l’accompagnaient pour s’en rendre compte.

Détournant finalement le regard de Bullock, la brune ne mit pas longtemps à s’arrêter sur autre chose. Sa dague empoisonnée était juste là, au milieu du désordre monumental qui régnait désormais dans la chambre forte. Alors, lorsque la blonde revint tourmenter un peu plus le pauvre flic, Shadow en profita pour aller chercher sa lame avant de s’adosser au mur le plus proche, assez près pour entendre ce qui se disait mais sans attirer l’attention sur elle. Honnêtement, à cet instant, la seule chose que cherchait Amy était le bon moment pour sortir d’ici en douce, si possible avec le sac qui était maintenant à terre, près de l’homme qu’il avait glorieusement assommé dans sa chute. Parce-que, de ce que la brune avait vu de Bullock pour le moment, elle doutait sérieusement du fait qu’il puisse accepter la proposition d’Harley.

Les yeux survolant tour à tour la pièce, les deux silhouettes étant peut-être bien les seules encore debout et le sac, Shadow attendit donc la réponse du sergent, s’apprêtant déjà à tenter de s’enfuir aussi discrètement que possible.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6611-shadow-amy-williams
Harvey Bullock

Police
Police
avatar

Date d'Inscription : 07/02/2013
Nombre de Messages : 146
Autres Comptes : Ra's Al Ghul & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Juste un flic qui fait son boulot.
Citations : Les choses ne sont jamais intégralement blanches ou noires. Parfois, tu dois vivre dans le gris.

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Mer 26 Oct - 22:19

Harvey se releva lentement, sans faire de gestes brusques pour ne pas paniquer les voleuses. Bon sang, ça le sciait de voir ces deux saloperies de ripoux mis au tapis par la cinglée qu'ils étaient censés arrêter, cependant c'était pas pour ça qu'il allait lui refourguer une foutue médaille. Et son bavardage incessant qui continuait... Bullock eut soudain la curieuse pensée que c'était ça, son arme la plus impitoyable, perdre ses ennemis dans les méandres de son illogisme simplement en leur parlant. Arraché à ses pensées par la présentation de son acolyte par la blonde, le corpulent policier espéra qu'elle laisse fuiter un renseignement concernant cette dernière... Bah en fait non, loupé, Quinn restant fermement dans son rôle de cinglée braqueuse amateure. Mais là ou le Sergent Bullock se sentit encore plus concerné par la situation présente, c'est quand la groupie du Joker le mit en joue avec son flingue.

*Quelle journée pourrie, pensa Harvey, la prochaine fois que Foley m'appelle pour me refiler pareil tas de merde, je lui fais bouffer son bureau...*

Puis le miracle arriva : pris de remords face au lâche abandon du sergent par son équipe, un des types du SWAT avait choisi de faire demi-tour. Le regard empli d'espoir, Bullock déchanta rapidement face à la riposte d'Harley qui neutralisa plus que facilement le flic. Ce jour semblait réellement sans fin, et l'inquiétude commençait déjà à céder la place à une profonde lassitude dans le crâne du ventripotent agent de police. Puis... Quoi ?! En moins de temps qu'il n'en faut pour écrire cette phrase, Harvey avait saisi son flingue puisque c'était si gentiment permis. Mais l'ex-psychiatre n'avait pas terminé et sa proposition sidéra le Sergent Donuts : une alliance ? Après le bordel qu'elle avait foutue ici et le merdier dans lequel elle l'avait fourré, elle osait lui faire ce coup-là, usé jusqu'à la corde ?

''...Oh pauvre Bullock, son équipe ne lui a pas obéi... Tu sais quoi, tu nous laisses nous enfuir et en échange je t'aide à te venger et en plus si t'as besoin de moi plus tard tu n'auras qu'à hurler mon nom. J'ai envie de m'amuser, je vais m'occuper de ces deux ripoux pour te prouver que tu peux me faire confiance! Surveille-le en attendant Robin !''

''Attends deux secondes, Quinn, tu crois sérieusement que je peux accepter un truc pareil ? Même si on s'est mutuellement sauvé le cul, je suis flic et toi t'es une cinglée en vadrouille qui a rien trouvée de mieux que braquer le casino d'un des pires fumiers de Gotham !''

Quoique... Cela pourrait lui permettre de sortir vivant d'ici, tout comme elles et de minimiser la casse. Malgré tout, Harley, bien qu'apparement animée par de bonnes intentions, restait incontrôlable. En revanche, sa complice paraissait plus calme, juste carrément moins folle en fait. Le genre de nana qui reste là parce qu'elle ne peut pas faire autrement, car elle n'a pas encore d'occasion pour se tirer de ce guêpier. En attendant, l'inconnue ne bougeait pas de sa place et lui renvoya son regard scrutateur. Quant à la copine du clown, ben... Disons qu'elle prenait réellement à cœur cette proposition d'alliance et montrait sa bonne volonté tout en restant elle-même : Wise et Cavallo se retrouvèrent dans le coffre, les poches pleines du fric de Falcone, avec eux ''l'objet du crime'' qui avait servi à assommer le crétin du SWAT, lui aussi à leur côté.

Tout en maintenant en respect le duo de cambrioleuses avec son revolver, le Sergent ne put s'empêcher de se pincer l'arête du nez, signe du blasé ultime qui en a pleinement conscience. Aaaaaah, s'allumer un bon cigare, se goinfrer une pile de sandwichs, enfoncé dans son vieux fauteuil avec ses chats sur les genoux... Tiré violemment de sa rêverie par l'agression sauvage subie par sa braguette, Bullock regarda d'un air ahuri la liasse de billets qui dépassait de cette dernière. Bon okay, elle abusait sérieusement, la mère Quinn. Y'a des trucs qui passent, d'accord mais pas ça. Il était plus que temps de reprendre la situation en main.

''...Alors qu'en dis-tu de ma proposition? Après tout on y gagne tous dans l'histoire, on démantèle le blanchiment d'argent de Falcone, deux flics corrompus sont condamnés pour leur crime et ne me dis pas qu'un jour tu n'aurais pas besoin d'une tarée à tes côtés dans une ville dont certains de ses habitants sont bien plus cinglés? Allez Harvey, Gordon avait Batman, tu peux m'avoir et j'ai une batte de baseball. Et puis au fond je ne te demande même pas de m'aider, tu peux même laisser Robin s'échapper, je saurais me débrouiller... Alors, marché conclu ?''

Arrachant les biffetons de son froc, le sergent en fit une boule à la splendide couleur verte qu'il balança sur le crâne blond de la folle :

''Hé là, écoute-moi bien, la dingue : on est coincés dans ce foutu casino par des abrutis à la solde de Falcone, armés jusqu'aux dents et qui n'hésiteront pas à nous descendre pour toucher leur pognon. J'veux pas vous liquider, même si j'en meurs d'envie à ton sujet Harley, juste vous foutre en taule pour m'avoir pourri allègrement ma soirée. Mais t'as raison, je te l'accorde : on va devoir faire bosser ensemble pour sortir de ce trou. Bon dieu, j'arrive pas à croire que j'ai dit un truc pareil !''

Le plus insupportable flic du GCPD serra donc la fine paluche de l'Arlequinne, esquissant un sourire de circonstances face à son dernier gag. Soudain, la main de Miss Frappadingue 2016 se trouva prisonnière de la poigne de fer du policier, tandis qu'un ''clic'' de mauvais augure se faisait entendre. Souriant de toutes ses dents, exhalant par la même occasion une haleine chargée de sucre et de nicotine, Harvey souleva son poignet à hauteur de visage, démontrant ainsi à Harley que son sort était désormais lié au sien par une paire de menottes inoxydables.

''J'avais pas menti sur le fait de faire équipe ensemble, Quinn mais j'peux pas prendre de risques avec une gonzesse complètement fêlée comme toi. Maintenant, on va sortir à ma façon, et j'vous promets qu'on va tous s'en tirer. Toi, la brune; fit Bullock en pointant Shadow du canon de son arme; avance-toi par ici et dis moi qui t'es. Et si tu me fais pas de crasse sur le chemin de la sortie, le juge sera sûrement vachement sympa avec toi, tout dépendra de ce que je devrais lui dire à ton sujet.''

C'était le moment "ou ça passe, ou alors ça casse".

*Le pire, songea Bullock, c'est que je peux pas m'en tirer sans ces deux nanas, et qu'elles peuvent pas non plus dégager d'ici sans moi, ou alors les gars dehors les plomberaient direct. Va falloir surveiller Harley de très près, tout en gardant à l'œil sa copine. Bordel, je déteste quand ils sont trop silencieux comme elle, on a toujours l'impression qu'ils préparent un sale coup...*

''Bon.''

Harvey prit une grande inspiration puis se lança, improvisant au fur et à mesure son plan :

''Mes gars ont encerclés tout le secteur sur trois pâtés de maison, et y'a encore une dizaine de lascars du SWAT sur le chemin de la sortie. Y'a aucun moyen de savoir s'ils ont décidés de tout faire pour palper leur enveloppe ou si j'peux leur faire confiance. 'Va donc falloir trouver un autre chemin, un que ces crétins connaissent pas. Pour ça, j'propose de faire parler un de ces types, déclara fièrement Bullock en désignant du menton le trio de mafieux étalé sur le dallage froid, ils doivent sûrement savoir un truc utile.''

Harv' chopa le sbire de Falcone le plus proche de lui par le col, entraînant Harley Quinn dans son fougueux élan, et le secoua comme un prunier pour lui faire reprendre connaissance comme pour le faire parler :

''OU EST LA TRAPPE, SALOPERIE D'ORDURE, OU EST CE FOUTU PASSAGE SECRET !''
___________________________________

Hé toi là, la lectrice ! Ou le lecteur, bien sûr ! Essaye de te mettre au moins soixante secondes à la place de ce pauvre membre du crime organisé, juste pour voir. D'abord, imagine toi réveillé par les postillons et les beuglements assourdissants d'un bouledogue bouffi de partout, secoué dans tous les sens par ce fou furieux, avec tes pieds qui touchent même plus le sol. Le tout devant une brune et une blonde, de vrais canons de Navarone. Bien sûr, tu te sens rempli de panique à en fuir par tous les trous, après seulement, après la peur, tu te sens con, tu te dis : ''Merde, j'aurais jamais dû accepter de remplacer Vittorio au casino ce soir. J'lui ferais payer à c'bâtard...''

Mais après la prise de conscience de ta totale humiliation, le mafieux en costard que tu es se voit à nouveau confronté aux sueurs froides, et à ces infâmes frissons glacés qui te glissent le long de la colonne vertébrale, tout ça à cause d'une phrase :

''Sérieux t'as intérêt à parler, le rital, sinon c'est la timbrée en rouge et noir qui te fera causer.''


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 12/03/2016
Nombre de Messages : 137
Vous à Gotham : La Princesse Clown du Crime
Citations : Il sera le cinglé et je serais la folle.

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Ven 28 Oct - 15:56

Harley hochait la tête avec un grand sourire comme une idiote à chaque remarque et insultes de Bullock envers l'état de sa santé mentale. De même, dès que le Sergent énonçait les raisons contre l'idée de la blonde, elle faisait non de la tête avec une moue, et quand il arriva à la partie où il devrait la mettre en prison, elle reproduisit le célèbre cri de Maman j'ai raté l'avion. Perdue dans son jeu, elle s'étonna un peu en apercevant les menottes unissant elle et Harvey. Pourtant, elle reprit bien vite son tempérament et lança un regard aguicheur à Harvey. A l'inverse, ses hyènes grognaient et s'approchèrent pour le mordre mais elles avaient malheureusement un très bon odorat et en reniflant le parfum de junk food fermentée avec la transpiration, elles fuirent vite se cacher derrière leur maîtresse.  

-Vous savez monsieur l'ourson, je veux bien rester menottée avec vous si le prochain endroit où on va c'est votre lit. "I've been there all night. I've been there all day. And boy, got me walkin' side to side"! Hihihi!... Fais-nous un p'tit rap la nouvelle! Montre Shadow du doigt. Hahaha, je l'aime cette fille. D'ailleurs elle ne peut pas te répondre Bullock. C'est pour ça que je l'ai engagée, muette comme un mime, ça va tellement avec mon thème de criminel clownesque! Et pour être honnête, même moi je ne connais pas sa vraie identité... La blonde écouta le plan d'Harvey.

-C'est génial Bullock! Je te ferais bien un câlin pour te récompenser mais j'aurais peur qu'à cause des menottes je puisse te tordre le bras... Se laissant traîner par le policier où il voulait, l'arlequin se contentait de ricaner en observant le mafieux, terrifié, qu'avait attrapé Bullock. Vous devriez lui répondre, je l'ai déjà vu mordre et dévorer ses captifs, si c'était des humains ou des donuts je m'en souviens pas mais voilà... Sérieusement tu devrais lui dire où se trouve cette sortie secrète. 

-D'accord d'accord mais ne laissez pas cette folle m'approcher. Regarde Poisson Sasha. C'est toujours les plus silencieux qui sont les plus pervers! Dans une salle proche de nous, se trouve une trappe métallique sous un tapis dans le bureau du directeur. Prenez-la et vous être libres! Se délivre tant bien que mal de l'étreinte du flic et tente de partir en courant mais Harley lui fit un croche-patte. 

-Wow wow! Tu viens avec nous. Arrive à l'attraper par le col. Si tu nous as dit la vérité et qu'on s'en sort tout ira bien pour toi. Mais si tu nous as menti... Tourne la tête du truand vers la brune. 

-AHHHHH! C'est d'accord! Va à côté de Bullock et câline son bras libre dans l'espoir qu'il le protège de Shadow. 

-Ahh. Plus on est de fous, plus on rit pas vrai Harvey? Bon tout ce qu'on a à faire c'est faire un petit détour vers le bureau du directeur et éviter de se faire descendre par le colossal nombre de gens présents dans le reste du casino. Et le meilleur moyen pour ça c'est d'y aller au moment où ils seront le plus surpris. C'est-à-dire MAINTENANT! 

En un flash, une Harley hypersonique s'entoura d'un bras de Lady Shadok autour de sa taille, tira le Sergent Donuts avec son mafieux et souleva son flingue volé pour canarder tous les poulets se trouvant sur leur chemin. Courant et tirant à une vitesse-record, l'arlequin fermait les yeux pour ne pas se décourager face à la foule qui voulait l'arrêter. Elle si disait que si cette scène était dans un film, ce serait dans un ralenti avec un zoom sur chacun des visages des fuyards dont celui du bandit qui manquait d'étouffer Bullock car il le serrait de toutes ses forces et pleurait de peur. Cela avait l'air de bien se passer, puisque l'arlequin ne paniquait pas énormément et ignorait les balles l'effleurant. Cependant, elle ignorait où elle posait les pieds puisqu'elle réussit à se prendre les pieds et tomber en avant sur le Harvey et entraina tous ceux à côté d'elle en une sorte de boule de bowling géante.

Heureusement, ils se tenaient assez proches du bureau du directeur et roulaient droit sur la porte censée les empêcher de passer. Le pauvre garde en ouvrant la porte, se sentit comme Indiana Jones face à un rocher fonçant vers lui et fût paralysé alors qu'il fût écrasé par la masse de personnes tombant sur lui. Par bonheur, il ne s'en souviendra que comme un vilain torticolis et perdit connaissance tandis qu'Harley réussit à s'extirper, à fermer la porte et pauvrement bloquer le passage avec une étagère. Et la situation entière se fit en tournant le bras de Bullock dans tous les sens. Impatiente de sortir, elle retira d'un mur la tapisserie sous laquelle devait être la sortie secrète, et ne trouva rien. 

-Menteur! Tire dans la jambe du mafieux. 

-Ahhh! J'avais pas dit sous une tapisserie mais sous un tapis! Harley enlève le tapis et voit une trappe. 

-Oh, désolé. Essayant d'ouvrir la trappe, la blonde remarqua un clavier avec au-dessus une inscription sur le métal. Dans une position de penseur, elle essaya de se concentrer malgré les rires de ses hyènes qui ne voulaient pas se partager la jambe du mafieux. Faites moins de bruit mes bébés! L'un peut prendre la jambe et l'autre le bras. Leur involontaire casse-croûte se releva et courut en cercle autour des autres pour ne pas se faire bouffer. Hé les gars! Dans la chanson des Rolling Stones Laugh, I Nearly Died, quel est le nom de la ville qui a été visitée avec la Grèce?

_________________________________
Photos cochonnes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6603-harley-quinn http://etredifferentsexyharleyquinn.blog4ever.com/
Shadow (Amy Williams)

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 17/04/2016
Nombre de Messages : 29

MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   Sam 29 Oct - 17:56

Comme s’y attendait Amy, Bullock n’avait pas accepté la proposition d’Harley. Enfin, si, il l’avait accepté, mais seulement sous ses conditions, qui leur garantissaient peut-être de sortir d’ici vivantes mais également un aller simple en prison. Et, bien évidemment, il était hors de question pour Shadow d’aller en prison. Même si elle ne le voulait pas spécialement au départ, peut-être qu’elle aurait finalement à tuer Harvey. Gardant cette pensée dans un coin de sa tête, elle ne montra en revanche rien d’autre que de la pure indifférence pour le moment.

La brune jeta un regard ennuyé au canon de l’arme que le flic pointait désormais vers elle, avant de fixer de nouveau son propriétaire. Elle ne bougea pas d’un millimètre et ne prononça aucun mot. Chose qu’Harley exploita très vite en la présentant comme muette, ce qui au final aurait très bien pu être vrai, vu le peu de fois où la jeune criminelle prenait la parole. L’idée donna un petit sourire à la brune, qui passa une main sur sa bouche comme pour faire glisser une fermeture imaginaire.  

En l’espace d’une minute, Bullock et la pauvre Harley qui était désormais liée avec lui par le mar… Hum, pardon, par une paire de menottes, était auprès d’un des mafieux, le flic le secouant pour le faire parler.

- OU EST LA TRAPPE, SALOPERIE D'ORDURE, OU EST CE FOUTU PASSAGE SECRET !

Mais visiblement, ce n’était pas le sergent ni même la blonde mais bien Shadow qui effrayait le pauvre gars. Cette dernière ayant enfin trouvé un possible moment propice pour planter une dague dans le dos du flic ou essayer de se sortir de là toute seule – ce qui était tout bien réfléchi une idée stupide – puisque Bullock ne la regardait pas et n’avait plus son flingue braqué sur elle, lança donc un regard noir au mafieux qui venait de la replacer au centre de l’attention. Ce simple geste le fit blêmir encore plus, si toutefois c'était possible.

Bon, au moins avaient-ils le lieu de la fameuse trappe secrète, qu’ils rejoignirent sans doute un peu trop rapidement grâce à la blonde. Se relevant tant bien que mal, Shadow repoussa les quelques mèches de cheveux qui avaient échappé à son élastique durant la traversé du casino. Un coup de feu lui fit reprendre ses esprits : le mafieux venait de se faire tirer dessus. Et, tandis que le pauvre commençait à courir en tous sens dans le but d’échapper aux hyènes d’Harley, la criminelle blonde avait de son côté trouvé la trappe. Ne restait plus qu’à s’occuper de ce sur quoi l’arlequin se penchait désormais.

- Hé les gars ! Dans la chanson des Rolling Stones Laugh, I Nearly Died, quel est le nom de la ville qui a été visitée avec la Grèce ?

- Rome.

Cela avait échappé à Shadow, qui avait oublié qu’elle était censée être muette l'espace d'un instant, trop occupée à étaler ses connaissances. En même temps, on parlait de groupe, de Rock, tout ça… On la prenait par les sentiments, qu’est-ce qu’elle pouvait faire ? De toute façon, elle ne voulait pas finir à Blackgate, alors elle allait devoir tuer le flic ou lui filer entre les doigts quoiqu’il arrive. Qu’il pense qu’elle soit muette ou non, au final, ne changeait pas grand-chose.

- Miracle, j’ai retrouvé ma voix, lança-t-elle alors avec un petit sourire pour Bullock.

Puis, sans rien ajouter, Amy reporta son attention sur Harley - en gardant toujours un oeil sur Bullock quand même, sait-on jamais - et attendit. Elle avait l'air toujours aussi calme mais intérieurement son cerveau tournait à plein régime. Elle était trop près de la sortie pour commettre une erreur fatale ou quoique ce soit d'autre qui pourrait empêcher la fin de cette interminable nuit.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6611-shadow-amy-williams
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Coeurs, piques et flics [Pv: Shadow/Bullock]
» Recherche open : Fire & Shadow
» Shaiya Shadow
» Mystic Shadow'
» Sorties - Livres épiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Midtown/Diamonds :: Casino Caligula-