RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 D'une pierre deux coups

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: D'une pierre deux coups   Mer 15 Avr - 23:30

Le choix du véhicule était discutable. Soit cette vaste limousine de marque cadillac pouvait contenir toute l'équipe. D'un autre coté ce modèle rétro se distinguait un peu trop facilement.

Que voulez-vous Two Face avait hérité d'une partie des goûts de Harvey malgré le dégoût, qu'il lui provoquait.

Connaissant la valeur des mots, l'ancien homme de loi était demeuré d'abord silencieux jusqu'à ce qu'il soit en vue de l'objectif.

"Ils sont en place ?"
Demanda-t-il froidement à l'homme assis à sa droite.

Son subordonné après un coup d’œil sur son portable répondit par un hochement de tête positif.

"Bien allons-y."

Two Face n'eut pas à ajouter davantage. La pièce avait été suffisamment étudiée. Chacun y connaissait son rôle.

La voiture se gara devant l'établissement baptisé Janus. Il s'agissait d'une banque en apparence modeste surtout comparé à la banque centrale de Gotham située dans le même district. Pourtant elle faisait discrètement son petit bonhomme de chemin du moins jusqu'à présent.

Le chauffeur de la limousine attendit avec un complice. Les quatre autres hommes pénétrèrent dans la banque munit de masque de carnaval à la moitié brûlée. Certains tiennent à laisser leurs empreintes. Et Two Face était de cela.

Sûr de lui il retourna la pancarte Open alors que ses subalternes se déployèrent soigneusement avec leurs mitraillettes. Ils eurent la tâche facile. Il s'agissait de l'heure creuse du début d'après-midi.

Un seul d'entre eux suffit à tenir les quelques clients en respect. Deux localisèrent et menacèrent le pauvre gardien armé d'un simple pistolet, qui n'insista pas.

Le dernier s'assura que les employés derrière leurs guichets gardent bien les mains en évidence et ainsi n'activent pas l'alarme. Les malheureux ne sachant pas si la vitre de protection restait efficace contre ce type d'arme, préférèrent ne pas prendre le risque.

Tous les acteurs étant à leur place Two Face décida d'amorcer son monologue tout en se rapprochant des guichets.

"Citoyens de Gotham, nous ne sommes pas venus ici seulement pour vous défaire de votre argent, mais aussi de vos illusions. Car les richesses sont éphémères. Et vous allez avoir la démonstration sous vos yeux qu'un bien change facilement de main."

Alors qu'il parlait de sa voix puissante, l'un des surveillants du vigile quitta son poste au profit de la porte donnant accès à la partie interne de la banque.

Karl ne faisait pas dans la finesse mais connaissait son travail. Une petite giclée d'acide vint rapidement à bout de la serrure. Two Face pénétra alors à l'intérieur.

La peur des employés redoubla autant à cause physique du nouveau venu que sa réputation. Two Face désigna l'un d'entre eux du bout de son 45, et lui ordonna de le conduire au coffre.

Qui aurait dit non dans une telle situation ?

Le quadragénaire auquel la tâche était incombé conserva un peu de sang-froid.

Une fois l'objet désigné au fond d'une pièce, il s'écarta afin de laisser "travailler" Karl. C'est du moins ce qu'il essaya de faire avant que Two Face lui bloque le passage.

Il plongea alors sa main libre dans sa poche sous le regard intrigué de l'employé de banque. C'est alors qu'apparu le maitre à penser de Two Face.

La pièce tournoya un court instant, qui parut être une éternité pour l'employé.

Une fois rattrapé Two Face l'examina calmement avant de prononcer le verdict.

"T'es en veine. Si tu dispenses Karl de forcer ce coffre, tu vivras."

Une fois encore l'employé ne se fit pas prier surtout qu'il connaissait le code.

Il le tapa nerveusement, trop nerveusement. La poignée refusa de se tourner. A la troisième tentative le coffre était censé se bloquer.

L'employé respira profondément, et tenta d'oublier le regard glacial de Two Face. Puis le miracle se produisit.

Encore un peu de patience et ces intrus ne se seraient qu'un mauvais souvenir.

Alors que Karl engouffrait les billets dans un sac, l'alarme retentit enlevant au passage l'espoir d'une conclusion rapide chez l'employé. Il se tourna rapidement vers Two Face craignant sa réaction.

Curieusement celui-ci demeura serein. Comme si c'était prévu au programme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: D'une pierre deux coups   Jeu 16 Avr - 21:09

Les débuts d'après midi sont plutôt calme à la BlackStorm Industries. Ce n'est certainement pas le moment que choisirait un criminel pour agir, en tout cas pas logiquement. Nick Flame, dans son exosquelette, accompagné de l'escadron Shark, la première de ses trois factions composés d'une dizaine d'hommes, arpentait surtout les alentours pour inspirer la confiance chez les civils. La nuit, les factions Snake et Wolf sont les plus sollicités, car ils demandent de la furtivité et non de l'attaque pour démanteler un gang ou un quartier général d'un criminel très connu de Gotham. Les Shark rentraient dans le tas, notamment lors d'une guerre de gang ou d'un conflit contre le GCPD. Seul problème pour les anciens Marines : côté territoire, Black Mask avait fait de Gotham un lourd empire du crime avec l'aide de Carmine Falcone. Le Pingouin était dans le coma suite à une mystérieuse attaque, le Joker semblait abandonner son gang de manière sanglante, et Double Face avait été arrêté.

Il comprit à quel point il avait tord lorsqu'une alarme résonna dans ses oreilles. Les autres paraissaient aussi surpris que lui car, généralement, presque aucune attaque ne se profilait le jour, la nuit étant logiquement le moment de prédilection des criminels. Personne n'était assez fou pour attaquer de jour. Enfin, en plein No Man's Land, tout est permis.

" A toute les unités, la banque Janus, situé juste en face du centre commercial, est cambriolée. Que l'unité la plus proche s'occupe du problème. Terminé. "

Quand la voix parlait d'unité, elle voulait bien évidemment parler au GCPD. Bien malheureusement, celui-ci avait connu un génocide quelques moi plus tôt et était grandement affaibli. Nick avait piraté toute les donnés possibles pour la BlackStorm Industries. La ligne du GCPD en faisait partie, avec accord du gouvernement.

" Harvey Dent. "

Les autres le regardèrent en silence tout en s'activant. Ils étaient les seuls en mouvement, les autres se reposant dans le complexe à Old Gotham arriveraient trop tard.

" Mais Harvey Dent à été arrêté du temps ou Nygma était commissaire de la ville au début de ce carnage. Il n'a pas pu ... "

" Ce n'est pas une coïncidence. Quelqu'un de normal aurait attaqué le Diamonds Exchange, pendant que les flics se démerdaient pour défendre le lieu à cinq. Janus est le dieux des portes et des choix. Ce n'est pas un hasard. Il a réussit à se faire la malle. Et il est de retour. C'est une bonne raison pour l'arrêter et le mettre à Arkham. Ou dans notre prison sous terraine. Notre réputation n'en sera que plus grande. "

Ses camarades ne répliquèrent pas et arrivèrent bientôt devant le lieu. Grenades fumigènes, armes derniers cri, exosquelettes et sérum plein : ils étaient prêt à mettre Double Face derrière les barreaux. Mais c'était bien connu : Double Face avait toujours un deuxième plan. Il regarda ses coéquipiers et hocha de la tête. L'alarme hurlait dans le bâtiment. Le souffle haletant, il donna un violent coup de pied dans la porte entrouverte, et analysa très rapidement la situation. Un membre du gang avait regroupé les clients à un coin de la pièce et s'il ne faisait rien, ils risquaient de tous mourir une fois les forfaits de Dent terminés. A l'aide de son exosquelette, il se propulsa vers le sbire de l'homme aux deux visages, et empoigna sa mitraillette. Celui-ci appuya par réflexe sur la gâchette, ce qui brisa les vitres du guichet. Puis, Nick lui tordit le bras, empoigna ses cheveux et le frappa plusieurs fois contre le mur. Le sbire s'écroula ensuite, inconscient. Mais sans se préoccuper le moins du monde de son sort, il se tourna rapidement vers la salle du coffre et interne de la banque Janus.

Quatre de ses hommes l'avaient rejoins : ils étaient au nombre de cinq désormais, les six autres surveillant les alentours à l'extérieur au cas où des civils curieux s'approcheraient de trop près ou des renforts arriveraient. Fixant toujours l'intérieur de la banque, il se mit à avancer de ce côté, mais craignit soudain que Dent ait des otages.

" Double Face ! Sort, rend toi et il ne te sera fait aucun mal. Relâche les otages. C'est fini, tu ne peut plus t'enfuir. Abandonne, songe aux conséquences de tes actes ! "

Le moment décisif où il s'approcha de la porte arriva enfin ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: D'une pierre deux coups   Sam 18 Avr - 19:50

Les réactions divergèrent dans la chambre-forte à la déclaration du vigilante.
Karl conserva plus ou moins son calme. Après tout c’était inclus dans le plan. Il regarda tout de même son chef afin de se rassurer.

L’employé de banque lui se souvenait des consignes. Une fois cernés comme dans le cas présent les braqueurs finissaient par se rendre. Seulement pouvait-on attendre à une action raisonnable de la part de cinglé défigurée.

Two Face de son côté esquissa un sourire. Ses connaissances lui permirent de comprendre la situation de son ensemble contrairement aux deux autres. Cet imprévu l’amusait d’une certaine manière. Ce n’était pas une raison pour se relâcher.

Il s’empara du pauvre employé tentant de se faire le plus petit possible, puis apposa le canon de son pistolet sur sa tempe.

« Tu es trop vif pour être de police. Ces veaux s’encombrent de maintes précautions et de protocoles. » Déclara-t-il au travers de la porte à son interlocuteur. « Et tu n’es pas assez silencieux pour être Batman. Tu es donc un nouveau justicier. Un de ces idiots croyant ramener de l’ordre dans un monde, qui n’en aura jamais. »

L’auteur du discourt plaça son otage devant lui, et s’approcha lentement de la porte. Le malheureux en question sentant en liquide glisser sur ses jambes. Ça ne pouvait quel mal finir.

« Partez. » Trouva-t-il la force de crier ou plutôt de supplier l’adresse de Flame.

Comprenant la présence d’un accroc Karl s’inquiéta lui aussi. Mais on ne devenait pas un expert en chimie et explosif sans un minimum de rigueur. Il se tint en retrait laissant son chef agir.

Au-dessus les autre protagonistes de cette histoire eurent également droit à leur lot de surprise. Two Face n’avait pas laissé un homme derrière lui mais trois.
Les deux restants dissimulés préalablement firent parler la poudre simultanément avec en renfort les occupants de la limousine.

Sous le bruit de la fusillade Two Face eut l’espace d’un instant une réaction rationnelle.

« Derrière moi. » Ordonna-t-il à Karl.

Ensuite il enfonça la porte et apparu dans toute sa folie : une démonstration théâtrale tout en usant d’un pauvre bureaucrate innocent comme bouclier.

« Entends ce que je fais de ton ordre. »

Il marqua une pose sans doute destinée à mieux marquer son entrée et à observer.

Two Face comprit d’après le positionnement de ses adversaires, qui était le meneur et par conséquent son interlocuteur en exo-squelette.

« Le chevalier a revêtu son armure à ce que je vois. » Ajouta-t-il méprisant.

En haut la fusillade se tut laissant place au silence et à l’incertitude.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: D'une pierre deux coups   Dim 26 Avr - 10:40

[HRP : Désolé encore du retard ^^' ]

Nick était dans la position du perdant. Il était en apparence plus fort en nombre et en armement que Double Face, mais ce dernier avait l'otage. Nick était le justicier à la solde du gouvernement et ne pouvait malheureusement pas risquer une vie humaine pour enfermer l'ancien procureur. La position du justicier est toujours plus contraignante et Nick l'avait déjà appris à ses dépends.

Il écouta Harvey Dent deviner qui il était, rayant une par une les probabilités. Il comprit ingénieusement que le PDG de BlackStorm Industries était nouveau en ville et qu'il comptait bien y laisser son empreinte. Cependant, l'homme aux deux visages ne sembla pas du tout le prendre au sérieux. Et il avait raison après l'erreur qu'il avait commise de ne pas vérifier ses arrières. Une petite erreur, mais lourde de ses conséquences.

Quelques secondes après avoir entendu les supplications de l'employé de banque et avoir rapidement fait un choix, deux sbires de Double Face se levèrent comme un seul homme. Ces derniers avaient joués au morts et attendu le moment propice pour attaquer, et avait excellemment bien choisis. Tout les soldats en exosquelettes étaient concentrés vers la porte derrière laquelle se trouvaient leurs cibles. S'étaient des soldats et faisaient confiance jusqu'à leurs morts à leurs collègues. Seulement leurs collègues ne pouvaient pas tout surveiller, et donc pas l'intérieur de la banque. Les hommes de Flame avaient le nombre.

Ceux de Dent avaient la surprise.

Il sortirent donc de leurs trous et tirèrent. Ils n'étaient ni surentraînés, ni exceptionnels, mais ils tiraient avec un minimum de précision, et la courte distance leur permis de faire de nombreux blessés. Deux furent touchés dans le dos, expulsés contre le mur. Malgré leurs gilet pare balles, les balles de plombs avaient grandement dégradés les exosquelettes. Ils préférèrent ne pas bouger pendant un moment, car les défaillances de l'exo pouvaient provoquer du bruit et des mouvements inattendus. Il n'en faudrait pas plus pour persuader les hommes de Dent leur mettre une balle dans la tête.

L'un des hommes de Nick fut heureusement plus réactif. Il évita un massacre sur les civils en faisant barrages, ce qui lui valu plusieurs balles dans le bas ventre, le rendant inconscient pour un long moment. Il n'étaient désormais plus que deux, mais avaient compris la ruse de leur ennemis. Ils se précipitèrent derrière un bureau. Les hommes de Dent se trouvaient derrière un comptoir, ce qui leur permettaient de ne pas être atteint par l'exosquelette sans réagir rapidement. L'équipe Snake et Wolf auraient été plus réactive et plus apte à agir contre une telle situation, mais il fallait se débrouiller avec des Shark offensifs. Si la fusillade avait cessée à l'intérieur, dehors était un carnage. Les six soldats surentraînés faisaient face aux renforts de la limousine. L'un des hommes de Double Face parvint à rentrer, couvert par ses coéquipiers, mais fut immédiatement visé et maîtrisé par le coéquipier de Nick. Ce dernier changea de bureau et tira sur l'un des deux hommes de Dent, l'autre répliquant et ne cessant de se cacher. Nick songea qu'à la fin du conflit, le gérant de la banque devrait changer de déco.

Puis, Double Face apparu, lâchant quelques répliques bien senties et une remarque idiote sur Flame, faisant référence à son armure de combat. Les combats continuaient et Nick se demanda sérieusement comment il devait gérer la situation. Il eut une petite solution, mais il pensa que cela n'allait rien donner. Mais autant essayer, il n'avait rien à perdre. Il avait lu par cœur le dossier Double Face. Désormais, il comprit que cela allait lui être plus qu'utile.

" Harvey, je sais que tu est là. Ferait tu du mal aux citoyens que tu as toujours servit ? Ne laisse pas gagner Double Face. Tu peut le vaincre avec ta volonté ! "

Dehors, les combats faisaient rage. Les soldats de la factions Shark, à l'abri, sur les toits, attendaient les renforts de l'intérieur et maintenaient les hommes de Dent en respect. Double Face en otage ou tout simplement le restant des hommes seraient un atout non négligeables. Les drones et avions de combats étaient trop loin pour être acheminés jusqu'à la banque Janus. Mais Nick ne se faisait pas de soucis. Il réussiraient la mission, quoi qu'il advienne.

" Quant à toi, Double Face, je ne suis peut être ni le Batman ni Gordon. Mais je serais celui qui t'enfermera une bonne fois pour toute dans une cellule où tu passera le reste de tes jours. Harvey te vaincra alors et redeviendra l'homme qu'il étais. En attendant je dois le sauver de toi "

Il rentra dans son jeu, fit comme ci Dent avait deux personnalités enfouis en lui - bien qu'il n'y crût pas une seule seconde - et profita de l'effet de surprise en se mettant à découvert, s'élançant dans les airs plus haut que la normale à l'aide de son exosquelette, son poing en avant vers la tête de Double Face. Dans la même seconde, son collègues usa de la même technique au sol et arriva à une vitesse surprenante vers le comptoir pour abattre le sbire d'Harvey. Tout se déroula à la même seconde.

Quels étaient les résultats ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: D'une pierre deux coups   Lun 27 Avr - 22:23

Curieusement au milieu de ce déferlement de violence se furent pourtant les quelques mots de Flame, qui se révélèrent être les plus efficace.

En effet le district attorney était juste enfoui, pas disparu. L’entourage de Two Face se limitait à ses hommes peu désireux de voir resurgir l’ancienne personnalité de leur supérieur. Par conséquent ils n’y faisaient jamais la moindre allusion.

La simple mention devenu inhabituelle du prénom « Harvey » ne suffit évidemment pas à son retour. Toutefois il parvint à troubler son alter-ego. Cela ne dura que quelques instants pendant lesquels Flame attaqua.

Son adversaire décontenancé ne réalisa la situation qu’une fois à terre et maitrisé.

Au-dessus l’affrontement tourna également en la faveur des vigilantes. La recrue de Two Face  collait parfaitement à l’adage : dur à cuire. Ce braqueur au palmarès impressionnant en avait vu des choses. Malheureusement pour lui les exo-squelettes n’entraient pas dans la liste.

Surpris par l’assaut il se retrouva également neutralisé.

Dehors la suite des évènements étaient tout aussi défavorables à l’équipe des « mauvais ». Même les meilleurs des malfaiteurs demeurent formés sur le tas. Rien à voir avec les soldats convenablement entrainés de Blackstorm.

Malgré une opposition respectable les occupants de la voiture se retrouvèrent vite acculer, ne tirant juste que pour retarder l’inévitable.

Karl n’était pas un véritable homme de main, plutôt un technicien. C’est pour lui qui remonta au score.

L’otage de Two Face une fois libéré se rua vers ses sauveurs. Ce court instant permit à Karl de brandir la bombe destinée au départ au coffre-fort.

Quelle était la portée de l’explosif ? A vrai dire les membres de Blackstorm redoutaient une réponse immédiate. Ils se contentèrent de brandir leurs armes faute de mieux.

Il ne fallait pas compter non plus sur Karl pour briser l’impasse. Dos au mur il s’était reporté instinctivement à son arme favorite sans penser à la suite.

Parallèlement Two Face entra d’abord une rage démentielle causée par cet infime réveil de Harvey. Le genre de rage qui pouvait balayer même un type du gabarit de Flame à condition, qu’il ne dispose pas d’une armure de combat.

Puis cet état s’atténua au profit d’une défaite quasi-certaine. Sauf que même si dans la foulée il l’avait oublié, il subsistait un deuxième plan. Celui-ci se rappela alors à son auteur par le biais d’une sirène.

« Tu entends ça justicier. » Parvint à dire Two Face malgré la masse l’écrasant. « Ce sont des pompiers venus éteindre l’incendie d’un immeuble d’habitation à quelques pâtés de maison d’ici. Ces pauvres soldats du feu ne pourront sauver personne. Car des hommes armés vont les empêcher d’accomplir leur devoir. Mes hommes. Alors que vas-tu choisir ? Les innocents ou le criminel ? »

La mise en place de ce choix cornélien était destinée à la base à la police. Il ferait peut-être aussi bien l’affaire avec les vigilantes.

De toute manière Two Face était redevenu lui-même toujours à prévoir une issue de secours. La victoire de Blackstorm n’était pas encore à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: D'une pierre deux coups   Jeu 30 Avr - 12:21

En décochant un coup de poing dans la face brûlée de son ennemi, il pu le maîtriser en quelques secondes sans que celui ci n'oppose une trop grande résistance. Sa recrue se retrouva dans le même état quelques secondes plus tard. Les deux cibles étaient maîtrisées, mais il en manquait une. Karl, le technicien devant ouvrir le coffre fort. Ce dernier brandissait la bombe qui servait à la base à faire exploser le coffre. Mais il comprit rapidement, lorsque les hommes en exosquelettes, le genou sur la tête de leur cible et l'arme braqué sur lui, qu'il ne s'en sortirait pas vivant et qu'une peine de prison en plein No Man's Land valait surement mieux qu'une balle dans la tête. Il se décida donc à déposer la bombe et à se tourner dos au mur.

Puis, une sirène, au loin, retentit. En règle générale, la plupart des pompiers avait désertés ou étaient restés près de leur famille pour les protéger, mais d'autres avaient, tout comme Nick, le sens du devoir. Ils tentaient de maintenir la ville dans un état stable alors que tout semblait s'effondrer.

Les paroles de Double-Face le rendirent nerveux. Il savait que laisser Double Face prendre le butin reviendrait à donner sa démission au gouvernement. Il ne le permettrait pas, mais devait prendre une décision rapidement.

" Comme tu l'a dis, je ne suis pas du GCPD. J'ai bien plus de pouvoir qu'eux. Une balle perdue est si vite arrivée, de toute façon ... "

Il tira deux fois sur le sbire de Double Face, prenant soin de viser des points non vitaux. Pour le mettre au tapis, comprenant sa stratégie, son équipier tira également dans sur Karl, en adoptant la même technique que son supérieur. Dans la salle, il ne restait plus que Nick, Harvey et l'autre homme en exosquelette. Ce dernier prit la bombe avec laquelle Karl avait menacé l'équipe et la rangea après avoir vérifié que celle-ci ne s'activait pas à distance et bénéficiait, comme la plupart des bombes utilisées pour les hold up, d'un compte à rebours qui n'avait pas été activée par Karl par manque de temps.

Malgré ses pulsions meurtrières, Le PDG de la BlackStorm Industries ne pouvaient pas laisser de vies en danger sans rien faire. Il réveilla l'un de ses hommes et lui intima l'ordre de surveiller Harvey Dent. Mais celui-ci avait toujours un autre plan. Même si il ne pouvait plus prendre l'argent de Janus, il pouvait toujours s'enfuir, et même si il aurait réduit le nombre de victimes à 0, il ne se pardonnerait jamais si Harvey Dent trouvait le moyen de fuir. Il plaça alors un traceur en sortant de la banque sous la limousine afin de suivre Harvey à tout moment si il décidait de ne pas abandonner la splendide voiture.

Les Shark étaient descendus des toits, à présent, et se rapprochaient de plus en plus des hommes de Dent sous un feu nourrit. La banque était sécurisé, mais avec uniquement un soldat de BlackStorm qui surveillait Dent, le sort de Double Face n'était pas encore scellé. Se rapprochant avec son collègue du bâtiment en flamme et en direction du son des sirènes, Les deux acolytes arrivèrent à destination en quelques secondes. Si son collègue avait le sérum qui faisait de lui un super soldat, son patron était bien plus entraîné et pouvait faire face furtivement à plusieurs criminels. A découvert en revanche, il ne ferait pas face à trois hommes armés.

Les pompiers s'était déjà aventurés dans le hall de l'immeuble. Nick n'avait pas eu le temps de les alerter avec le temps qu'il avait perdu. Il décida de se propulser directement au premier étage à l'aide de l'exosquelette afin de les prendre à revers, suivi de son coéquipier. La chaleur des flammes était étouffante, et les tirs commençaient à faire du bruit, tenant les pompiers en respect. Si ils ne se dépêchaient pas, des innocents risquaient de rendre l'âme cet après midi.

Soudain, alors qu'il se ruait vers les escaliers, tentant tant bien que mal à éviter le feu et les braises, il comprit qu'il venait de faire une lourde erreur. Double Face était obsédé par le chiffre deux. Il avait attaqué la banque de Janus, le dieu des portes et des choix, mais Flame aurait également dû prévoir qu'il attaquerait deux établissements. Ce manque d'analyse couterait peut être la vie de civils s'il ne se dépêchait pas.




Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: D'une pierre deux coups   Sam 2 Mai - 8:34

Malgré sa rigidité liée à sa prétendue mission divine il arrivait à Two Face de ressentir parfois un peu d’amusement. Et la réaction de son adversaire provoqua cela.

Two Face appréciait tout particulièrement l’ambiguïté de Flame n’hésitant pas à blesser des ennemis désarmés. Soit il s’agissait de ses hommes. Et alors ? Ne savaient-ils pas ce qu’ils risquaient ?

L’ancien homme de loi fut tout de même rassuré, lorsque le PDG de Blackstorm se comporta d’une manière plus conventionnelle et partit secourir les victimes de l’incendie.

Décidément la partie était serrée. Probablement qu’avec le GCPD les choses seraient déroulées différemment.

En réaction à ses déboires Two Face se montra particulièrement attentif. Il examina méticuleusement son gardien. Ce dernier ne le quittait pas des yeux, et gardait la pose sans manifester le moindre tremblement, un vrai professionnel.

Sachant quel effet cela produisait Two Face le fixa dans les yeux. Était-ce sa laideur ou la folie enfoui dans le regard ? En tous cas ce procédé troublait toujours. Même si chez le soldat l’effet se limita à un instant, ce fut suffisant.

Au milieu de l’affrontement on avait quelque peu oublié le 44 de Two Face. Même lui n’avait songé à le récupérer discrètement qu’une fois mis à terre.

Il profita du mince temps mort pour d’abord arroser sa cible. Sans doute sa tenue la protégea du pire. Hélas Two Face en bon méticuleux rajouta quelques balles en pleine tête.

Même si le criminel venait de jouer gros, il ne pouvait pas se permettre une pause. Il s’empara du fusil de sa victime et le pointa vers l’escalier. Personne ne vint. Le chemin était libre.

« Patron. »
Parvint à geindre Karl.

Il regretta très vite cet appel à l’aide instinctif, quand Two Face s’approcha de lui tout en lançant sa pièce en l’air.

Par sadisme Two Face regarda lentement le résultat avant de tendre la main à son subordonné en sueur.

Un fusil dans une main, un sac d’argent sur l’épaule, et un bras soutenant Karl, c’est ainsi que Two Face remonta à l’accueil de la banque pour constater le carnage.

Même si dans son cas il avait déjà connu l’échec, la saveur en demeurait désagréable. Par conséquent il n’avait qu’une envie : laisser tout cette histoire derrière lui.

La limousine fonctionnait encore malgré les dommages inhérents à la fusillade. Two Face y vit un coup de chance. Il y ignorait quel piège venait de se refermer sur lui.

Karl allongé sur la banquette arrière tentait de rester conscient par crainte de ne pas se réveiller. Il se remémora ses études inachevées d’ingénieur, ses combines sans gloire, ses premières vraies réussites au service de Two Face….

Son chef lui était plus terre à terre. Il démarra brutalement tout en songeant au chemin de retour. Sous l’effet de l’orgueil il tenait à s’en tenir au plan initial. Après tout sa stratégie l’avait tout de même tiré d’affaire… pour le moment.

Comme une sorte d’écho les hommes de Two Face sur les lieux de l’incendie reproduisirent son attitude.

Avec leurs fusils à longues portées et postés sur les toits, les trois hommes après avoir « taquiner » les pompiers, s’apprêtaient à s’en prendre aux policiers usés du GCPD. Or débarquèrent ces guerriers hightech avec leurs armures et leurs bonds de cabri.

Face à la surprise les tireurs surent tout de même s’en tenir au plan. A croire que Two Face était omniprésent. Donc ils effectuèrent quelques coups de feu croisés afin de déstabiliser les nouveaux venus. Ensuite ils se rejoignirent dans une petite ruelle où une camionnette les attendait.

L’intervention de Flame et de ses hommes auraient dû les inquiéter. Sauf que ce trio bénéficiait d’un chauffeur d’exception pour leur fuite.

Will n’était pas un as du volant à proprement parler. Avant de connaitre les affres de la prison il était une sorte de saboteur dans l’immobilier. Il n’avait pas son pareil pour rendre un immeuble insalubre et en faire fuir les occupants.

D’ailleurs Will était l’auteur de l’incendie actuel. Pour les besoins de son « travail », il avait acquis une parfaite connaissance de Gotham, les voies de circulation comprise. Par conséquent il savait instinctivement où passer et à quel moment. Une conduite fluide, discrète, sans esbroufe, voilà ce que Will offrait.

Grâce à ce précieux talent cette équipe rejoindrait Two Face au point de rendez-vous (le sous-sol d’un immeuble de bureaux abandonné) sans encombre.

C’était du moins ce qui était prévu. Et le "prévu" semblait passer de mode dernièrement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: D'une pierre deux coups   Lun 25 Mai - 16:46

[HRP : Mille fois désolé du retard, encore une fois ]

Nick et son coéquipier allèrent donc sur le toit de l'immeuble, en feu, afin de neutraliser les sniper. Ceux-ci, comprenant qu'ils étaient poursuivit, effectuèrent quelques tirs de couvertures, à l'aveuglette, afin de pouvoir partir en toute sécurité. Le duo répliqua, sans pour autant parvenir à toucher qui que ce soit. Ils étaient bien entraînés, mais si ils n'avaient pas leurs cibles en visuel ils ne pouvaient rien faire. Ils attendirent donc que tout se calme, jusqu'à entendre les pas qui s'éloignèrent. Ils se mirent alors à courir à découvert, tentant de les pourchasser. En arrivant en bas de l'immeuble, il découvrirent la voiture qui filait. Nick se précipita vers la voiture à grands bonds à l'aide de son exosquelette et y déposa un traceur au moment où la voiture doubla la vitesse et qu'il ne pu la rattraper. Il s'écroula au sol, se contorsionnant sous la douleur. Il était en train de faire une nouvelle crise. Mais, dans la poche arrière de son jean, il sortit une seringue, ôta le bouchon et se la planta vivement dans le bras. Alors, le temps de deux spasmes, plusieurs veines de son corps ressortirent en jaune, prête à exploser, puis cela se calma, et Nick se releva. Son coéquipier alla lui prêter main forte. Il s'assit quelques minutes, afin de reprendre ses forces et ses esprits. La voiture venait de filer à cause de sa crise et cela n'était pas normal. Il aurait dû l'arrêter. Soudain, son téléphone sonna : c'était le chef du groupe Shark

" Mr. Flame ? Le gang à réussi à se barrer, sans l'argent fort heureusement. Par contre ... Ils ont tués Bryan "

Le sang lui monta aux joues. Il était certes nouveau à Gotham, mais il fallait qu'il montre de quoi il se chauffait. Le gang de l'homme au deux visages était nombreux, mais il fallait qu'il montre qu'il n'en resterait pas là. De la meilleure des façon.

" Appelle l'ambulance. Je veux qu'il soit salué en héros. Retournez à la base. Je n'en ai pas pour très longtemps. "

Il demanda à son collègue de rejoindre les autres, que la mission était terminé. Bryan. Il le connaissait depuis bien longtemps. Il l'avait remonté sur le droit chemin après que celui-ci, devenu chef de gang et mercenaire, ait choisi le mauvais chemin. Il l'avait remis sur les rails. Pendant tout le trajet jusqu'à la voiture de Will, où Nick avait placé le traceur, il se remémora les bons moments en la compagnie de son défunt ami. Il serait vengé. Il n'avait pas détruit la voiture et envoyé la moitié du gang en prison. En revanche, le véhicule aurait au moins le mérite de le conduire à son ennemi. La journée était terminée pour les employés de BlackStorm, mais pour le nouveau justicier, elle ne faisait que commencer. Il se retrouva dans un entrepôt désaffecté, qui ne semblait pas avoir été utilisé depuis des mois. Il regarda son téléphone, connecté au traceur. Il sourit sarcastiquement, en songeant à la tête que ferait Harvey Dent en le voyant. Il était au rez-de-chaussée, et selon le téléphone, la voiture de Will était soit au dessous, soit au dessus. Entendant des voix vers le tunnel qui menait en dessous, il comprit que toute la clique était au sous sol. Il sorti de sa ceinture une bombe à impulsion, en forme de cercle, au sol. Puis, à l'aide de son exosquelette, se propulsa au plafond et s'y accrocha avec ses gants adhérant. Il ne fallait pas qu'il perde de temps, aussi, il sorti son arme à feu et tira dans la bombe à impulsion, qui, d'un coup, explosa.

Le sol s'écroula, formant un trou béant, et Nick n'hésita pas à se propulser. Il sorti de sa main libre un couteau, prêt à s'en servir si il y avait trop de résistance. Il fit une roulade pour amortir le choc, et visa la tête de Double Face. Il ne le raterai pas si les sous fifres tentait quelque chose. Mais l'éboulement avait touché la plupart d'entre eux et les autres, un peu perdus, ne semblaient pas savoir quoi faire.

" Je ne suis pas silencieux comme le Batman. Ce n'est pas ma came. Et je ne m'entoure pas d'autant de règle que peut le faire Gordon. Je vais t'apprendre à me respecter. Tu as tué Bryan et aujourd'hui tu va le payer. Mais pas de la façon dont tu le crois. Batman fait peur à l'aide d'un symbole, mais moi, je fais peur par mes actes. Je suis nouveau à Gotham mais tu va apprendre à sentir le goût de ma semelle sur ta sale gueule "

Tranquillement, l'air serein, il marcha vers Dent. Malgré les mitraillettes plantés sur lui, il était gagnant. Ils avaient le nombre, lui le talent.

" Je n'ai pas besoin du noir pour me cacher. Tu ne saura pas d'où viendra le coup. "


Prenant son couteau par la lame, il la lança sur le sbire le plus proche, fit une nouvelle roulade tout en prenant une grenade fumigène, qu'il dégoupilla. Les tirs l'allumèrent, et deux balles se logèrent dans son exosquelette, qui ne s'endommagea que très peu, contrairement à l'équipement de Bryan, qui lui avait mortellement fait défaut. Mais la brume envahi bientôt tout le sous sol, et les sbires de Double Face se frappaient presque entre eux. Il se reçut même un ou deux coups dans la figure, puis tira vers d'où venait les coups de poing. Il réussit à récupérer son poignard, puis se dirigea vers Double Face, tentant de se repérer dans la brume. Ce dernier n'était pas loin, mais hors de porté du nuage gris, profitant du spectacle de cris et de coups. Mais la fumée allait vite se dissiper, il fallait se dépêcher. Il n'était pas assez équipé pour éliminer le criminel fou. Il le rejoignit, découvrant les deux sbires à ses côtés, qu'il élimina de deux balles dans la tête.

" Ca, c'est pour Bryan, espèce d'enfoiré. "

La prochaine balle serait pour lui, si il ne trouvait pas tout de suite une solution ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: D'une pierre deux coups   Dim 31 Mai - 11:48

Si ce n'était pas à ses dépends la différence entre les deux groupes au moment de leurs retrouvailles, aurait amusé Two Face.

En effet le groupe de la banque ne ramenait que deux membres dont un blessé. Alors que celui chargé de la diversion revenait au grand complet et indemne.

Bien que tous soient encore sous l'effet de l'imprévu incarné par blackstorm, leur chef refusa une pause immédiate. Il obtint la confirmation que les autres complices avaient dû également faire face aux mystérieux hommes en armure.

Puis la tension se relâcha un peu. Soit les dégâts étaient importants. Mais cela était derrière eux.

C'est alors que Nick Flame décida de casser l'ambiance.

Surpris, épuisés, et nettement moins équipés, les truands opposèrent une résistance peu efficace.

Quant à Two Face il était complètement dépassé. Non qu'il ait peur. Pour cela il aurait fallu que l'existence humaine la sienne comprise, ait de l'importance à ses yeux.

En fait ce qui l'handicapait, était son rôle dans l'histoire.

Habituellement il incarnait l'agresseur, le perturbateur.... Et voilà qu'il endossait l'habit du gibier. Sans oublier qu'il était totalement étranger au chaos ambiant. Un comble !

Puis l'approche de son adversaire le réveilla. Il faut dire qu'il venait de tuer deux personnes à ses cotés.

Two Face n'était pas qu'un organisateur. Il savait aussi improviser. Par conséquent il agrippa l'un des cadavres, et l'utilisa comme bouclier juste à temps.

Un accès de rage prit de nouveau naissance en lui sans pour autant le dominer complètement.

Il effectua une série de tirs dans la direction approximative de son agresseur sans se soucier de ses subordonnés.

En parallèle de son attaque aléatoire Two Face s'extirpa du nuage de fumée.

Cette sortie symbolique de l'emprise de Nick Flame, lui permit de trouver enfin une parade.

Jamais son colt 45 ne viendrait à bout de l'équipement de son ennemi. Toutefois une alternative subsistait.

Le risque était élevé comme Two Face les aimait. Il se précipita vers une camionnette garée dans l'angle. Sauf que comme on pouvait s'y attendre, il ne se dirigea pas vers le volant, mais préféra l'arrière du véhicule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: D'une pierre deux coups   Lun 15 Juin - 12:08

Double Face ne se laissait pas approcher facilement, ses tirs de couvertures le prouvaient. Il restait peu de gadgets à Nick, et alors qu'il se demandait comment faire pour régler la situation, il se dit qu'il serait mieux de partir, non sans laisser un souvenir mémorable à l'homme aux deux visages. Jamais il ne pourrait l'enfermer en ayant éliminé deux de ses hommes. Enfin si, il le pourrait, mais il serait vu par les médias comme un justicier expéditif. C'était tout sauf ce qu'il voulait. Devenir justicier, oui, afin de rendre la vie un peu plus douce dans la ville. Etre reconnu ? Non, pas sous cette forme. Il voulait que son entreprise soit reconnue, gravir les échelons jusqu'à être une super puissance à lui seul. Gotham n'était qu'une étape, mais serait la plus dure, ou il changerait sans conteste. Il apprendrait plus à Gotham en un ou deux ans qu'à Chicago en une vingtaine d'année. Les criminels, aux pensées diverses et variées, ne manquent pas à Gotham, Double Face en est la preuve vivante devant Flame. Ce meurtrier n'avait plus toute sa tête, pensant que deux personnes habitaient son corps, il pense que le seul moyen de décider ou de faire " pencher la balance " en faveur d'Harvey ou de son côté sombre est de lancer une pièce. Autant de meurtres, autant de défauts de surveillances à Arkham n'est pas acceptable.

Pourtant, Nick ne doit pas tuer Dent. S'il en fait ainsi, il est certain qu'il sera mal vu de la population. Il avait mit si longtemps à créer des liens avec celle ci, à avoir leur confiance, il était inimaginable que ce lien se rompe. Il devait en apprendre plus, savoir si les habitants étaient dérangés par la mort d'un criminel. Il devait en apprendre bien plus sur cette ville. Il devait se contenter de faire passer un message.

Soudain, Harvey sembla comprendre qu'il ne pouvait pas endommager un exosquelette avec un semble revolver et se dirigea vers l'arrière d'une camionnette. Nick comprit tout de suite le problème : Double Face était loin d'être saint d'esprit, mais aussi loin d'être idiot, il devait se douter qu'une fuite n'était pas envisageable face à la rapidité de l'exosquelette. Il devait avoir une puissance de feu autrement plus importante qu'un petit flingue. Et Nick comptait bien mettre un terme à la longue vie de ces armes.

L'ultime gadget qui lui restait était une grenade IEM. Celle ci détruisait tout les systèmes électriques ou électromagnétiques à plusieurs centaines de mètres à la ronde. Idéal pour rendre un sous sol ... particulièrement obscur.

Lançant sa grenade vers ses ennemi et son couteau en plein dans l'épaule de Double Face, tout ce qui pouvait faire office de lumière s'éteignit avec un bruit caractéristique. La douleur qu'avait subie Double Face avec le couteau ne devait pas être si grande, il avait du en voir de pire. La douleur de l'orgueil et de la fierté devait être dix fois plus douloureuse encore. Etre mit à mal comme cela devait être chose impardonnable pour lui. Malheureusement, je n'en avait pas encore terminé avec lui. Et lui non plus, après s'être pris une aussi grande gifle. Un drone de chasse aurait été tellement plus simple ...

Le trou béant causé par la grenade silencieuse donnait une faible lumière, permettant une médiocre visibilité à chacun. Heureusement, mes entraînement me permettaient de mieux me repérer. Je découvre un ennemi effrayé par la tournure des évènements. J'attrape vivement sa tête, la cogne contre le mur et l'expulse dans le noir. Afin de ne pas me faire repérer, je me dissimule sous une camionnette, celle là même ou était Harvey Dent quelques instant plus tôt. Mon exo ne me permettait pas d'être discret et silencieux, aussi fallait il que je me dépêche de délivrer mon message.

" Tu va dire qui je suis à toute la pègre, tout tes amis tarés. Tu leur dira que je ne suis pas comme les autres, que malgré tout ce que tu fera tu sera la proie et moi le chasseur. Tu leur dira que même les barreaux d'Arkham ne les retiendra pas de la balle que je leur logerai dans la gueule. Mais je vais être clément. Avant 23H, si je les attrape avec mon équipe, mon commando, vous serez amenés dans les sous sols de BlackStorm où vous purgerez votre peine. Au delà vous verrez scintiller les anges. Et c'est à quelqu'un d'autre que vous demanderez inlassablement pardon avant qu'il vous foute en enfer à coup de pied là ou je le pense. "

J'étais démasqué et avait révélé ma cachette. A l'aide de mon exo je repoussais la camionnette sur le côté et m'en faisais un abri contre les mitraillettes. Je courrais alors autour de mes ennemis avec une rapidité déconcertantes, puis, avec un bond prodigieux, attrapait le rebord du trou que j'avais fait quelques instants plus tôt.

" Oh bien sûr, comme Batman tu mettra un contrat sur ma tête. Sauf que tu connais mon visage et mon identité. Mais je les attends de pied ferme. "


Laissant les malfrat derrière eux, je m'aggripais de toits en toits et reprenait ma course vers BlackStorm Industries. Avec ce message, les criminels apprendraient à me craindre.

Désormais, Double Face avait le choix : essuyer une défaite plus que pesante, ou me poursuivre avec acharnement et rage. Prendrait il le chemin de la sagesse, ou de l'orgueil ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: D'une pierre deux coups   

Revenir en haut Aller en bas
 

D'une pierre deux coups

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amalia Petridis - D'une pierre deux coups
» Combien ont coûté à Haiti les deux coups d'état contre Aristide ?
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Midtown/Diamonds :: Centre commercial Killinger-