RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Les tambours de guerre [Black Mask]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Les tambours de guerre [Black Mask]   Sam 24 Jan - 21:53

Un navire s'avance lentement et discrètement dans les eaux sombres et dangereuses du Port Adams. Alors que les ponts ont été coupés et que les transports entre Gotham City et le "reste du monde" sont impossibles, quelques communications sauvages et traversées courageuses parviennent encore à relier la ville à l'agonie et le pays qui a maintenant décidé de lui tourner le dos.

Vivres, nouvelles, médicaments et produits de première nécessité sont ainsi régulièrement ramenés dans la cité perdue, pour permettre aux miséreux qui y vivent encore de survivre quelques jours de plus.
Le navire qui accoste maintenant au Port Adams ne contient pas ce type de cargaison.

Gotham City est une ville coupée du monde, mais ceux qui y vivent cherchent encore le pouvoir et la destruction. Les fléaux qui s'abattent sur elle ne poussent pas ses habitants à collaborer, mais exacerbent les tensions et la violence. Les nombreux criminels qui n'ont pas quitté ses murs cherchent maintenant à en prendre possession, ou à les anéantir pour que leurs rivaux ne parviennent pas à l'emporter.

Roman Sionis fait partie de ce type d'hommes, prêts à tout pour gagner, prêts à tout pour détruire le jeu si la partie ne tourne pas à leur avantage.

Depuis le début de ce que beaucoup appellent le "second No Man's Land", Roman Sionis, Black Mask, a acquis une puissance financière et territoriale importante. Profitant du chaos local, il a augmenté sa puissance pour améliorer sa place dans l'échiquier criminel gothamite, devenant rapidement une des principales menaces que le Batman et ses alliés doivent gérer ici.

Ce soir, Sionis se fait livrer de nouvelles armes, spécifiquement des explosifs. Destinés à nourrir le feu de l'explosion qui doit emporter l'Iceberg Lounge, le repaire du Pingouin, adversaire et concurrent de Roman dans le contrôle de la pègre locale et des nombreux territoires.

Avec cette cargaison, Black Mask veut prendre un coup d'avance encore plus important sur ses ennemis, et ainsi devenir intouchable, inégalable. Ce coup d'éclat lui permettra également de recruter de nouveaux hommes de main, impressionnés par sa maîtrise, et de ce fait constituer une armée qui ne pourra être vaincu.

Ce n'est pas acceptable.
Le Phantom est ici pour l'empêcher.

Caché sur le toit d'un entrepôt donnant directement sur les rives du Port Adams, il attend le bon moment pour frapper. Il a été averti de l'arrivée des explosifs par les réseaux du Batman, qui a accepté sa présence en ville et lui a confié la mission de "gérer" Black Mask. Ce dernier n'est pas encore informé de son existence, mais il va découvrir ce soir que ses plans de domination ont du plomb dans l'aile.

Les marins descendent lentement de leur navire, pour rencontrer les premiers hommes de Sionis. Ce dernier n'a pas encore fait son apparition, laissant à une demi-douzaine de sergents le soin de réceptionner le gros des explosifs ; peut-être viendra-t-il pour le paiement final, peut-être pas.

Ca n'intéressera pas Kit Walker Jr, qui se relève sur son toit et regarde, dégoûté, le déchargement des engins de mort.
Ses doigts nus serrent les crosses de ses deux armes à feu, et il prend une grande inspiration. Il reste silencieux et immobile quelques secondes, avant de courir et de se jeter en avant. Un bond magnifique le propulse dans les airs, et il réalise une jolie figure de style tout en actionnant ses gâchettes. Les balles du pistolet gauche viennent frapper et endommager les boîtes des explosions, tandis que les balles du pistolet droit touchent au moins trois hommes de main, qui s'écroulent ; le premier pistolet a des balles réelles, le second des balles incapacitantes. La ville du Batman, les règles du Batman.

Le Phantom se réceptionne avec grâce, et fixe les hommes devant lui. Sur son visage, nulle expression, nulle vie. Un masque de détermination le recouvre, alors qu'il envisage la suite et la meilleure façon de les arrêter le plus vite possible.

"La vente est annulée."
Revenir en haut Aller en bas
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: Les tambours de guerre [Black Mask]   Dim 25 Jan - 17:49

Il faut toujours que quelqu'un s'en mêle. C'est dans la nature des justiciers, si il y a un absent, un autre viendra te faire chier. Et si il n'y à personne, c'est obligatoirement qu'il y a anguille sous roche. Mais là, Roman est énervé. De la semaine, il n'a reçut aucune visite d'un quelconque taré, prenant des armes à ses contacts, les revendant dix fois plus cher que la normale, livrant les prostitués chez Carmine, marchandant la drogue avec des dealers. Rien, personne pour lui envoyer un batarang dans la tête. Mais au moment où il reçoit une cargaison de la plus haute importance, qui lui permettrait de faire couler le casino flottant du Pingouin, lui permettant de récupérer tout Midtown ainsi que la soixantaine d'homme qu'il se coltine, un gars habillé de blanc et de violet se pointe, mettant au tapis trois de ses hommes avec une aisance déconcertante.

Roman enleva les jumelles de ses yeux. Il était temps de faire quelque chose pour lutter contre ce genre de fléau. Les deux sniper, situés à plusieurs bâtiments de là, questionnaient le masque noir du regard. L'homme était il un novice ? Batman aurait passé tout les bâtiments au peigne fin plusieurs fois. Lui, s'était contenté de regarder du haut d'un bâtiment avant de se lancer dans l'action. Roman ouvrit imperceptiblement la bouche afin de leur demander de tirer, mais il s'interrompit. Arrogant et paranoïaque. Ce sont les deux adjectifs qui qualifient le mieux Roman. Malheureusement pour lui, il à ce soir plus l'humeur de la première solution.

" Je vais aller le trouver. Jim à tout ce qu'il faut ? "

Les hommes hochèrent la tête. Tout était donc prêt pour ce qu'il s'apprêtait à faire ses prochains jours.

" Bien. Remplacez vos balles par ce que nous avons reçu hier. Il va comprendre sa douleur. Demandez aux autres de faire la même chose. Je m'étonne quand même qu'il n'ait pas pensé à cette option. Vérifiez qu'ils sont toujours ... opérationnels "

Black Mask descendit calmement de l'immeuble, sans éprouver la moindre peur. La seule chose terrifiante qui le hantait jour et nuit, c'était le visage effroyable du Joker. Il n'en tenait pas rigueur à l'Epouvantail d'avoir vendu son gaz de terreur au clown prince du crime pour les besoins de ses ventes de drogues, mais il était certain que le Joker avait abusé de son gaz pour le terrifier plus qu'il ne le faudrait. C'est peut être d'ailleurs à cause de ça qu'il faisait encore ce genre de cauchemar. Mais l'heure n'était pas au sommeil, la nuit était loin d'être terminée.

Le masque noir approchait du lieu de rendez vous que déjà il entendit des tirs. Les hommes de Sionis avait certainement prit peur, et avaient tirés dans le tas, mais avec les premiers tirs du justiciers, la troupe s'étaient rassemblé et il était désormais impossible pour ce dernier de revenir une nouvelle fois au charbon. Le Black Mask prit tout son temps pour entrer en scène, ignorant le danger qui le guettait et attendant une attaque du Phantom avec impatience. En effet, il ne doutait pas de sa puissance qui lui avait permis de tenir tête à Batman, bien que le résultat du combat ne fasse aucun doute. Mais Phantom était sans doute moins précis et courageux que la chauve souris, et peut être que Roman avait une chance.

Il arriva finalement indemne au point d'échange. Les sbires terrifiés, qui avaient sans doute déjà eut à faire au Batman, redoutaient une nouvelle attaque du justiciers violet. Il se posa au milieu du point d'échange, sous le regard outré des marins et de ses gardes.

" Bon, bon, je ne suis pas d'humeur à jouer au chat et à la chauve souris. On peut sans doute s'arranger. De toute évidence tu n'est pas de taille à arrêter cette cargaison. Qu'est ce que tu veux ? De l'argent ? Prouver que tu peut entrer dans mon gang ? Si tu est du genre à imiter Batman, sache que tu ne gagnera ni respect, ni popularité. Alors on va arrêter très vite ce petit jeu et se montrer tout de suite. "



_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les tambours de guerre [Black Mask]   Dim 25 Jan - 19:23

Les hommes de Black Mask ont tardé à réagir en apercevant le Phantom, mais ils ne l'ont pas déçu. Par réflexe, par instinct, par bêtise, ils ont lourdement appuyé sur les gâchettes de leurs armes, préférant perdre un nombre impressionnant de balles plutôt que de chercher le tir juste, le tir efficace.

Longuement entraîné par son père et les nombreux formateurs auxquels il fut confié, Kit n'a pas eu de mal à éviter leurs attaques. Quelques sauts, quelques réflexes lui ont permis de survivre, et de se remettre en position de tir.
Accroupi, il a rangé dans son étui son arme à balles réelles, et maintient entre ses deux mains son autre pistolet. Trois tirs supplémentaires suivent, un qui rate, deux qui touchent deux adversaires, mais pas suffisamment pour les immobiliser totalement. Il devra faire mieux - mais plus tard.

Sur le côté, il entrevoit l'arrivée de Black Mask et de quelques-uns de ses hommes. Le Phantom range immédiatement sa seconde arme, et se précipite en arrière pour se ranger derrière d'immenses caisses métalliques, abandonnées sur le Port Adams par de précédents trafiquants. A quelques mètres, les autres hommes de mains de Sionis ont fait de même.

Le maître-criminel décide d'intervenir en personne, directement, et interpelle son nouvel adversaire en montrant les crocs.
Kit ne peut s'empêcher de sourire en entendant Sionis lui parler ainsi. Il est clair que son ennemi veut autant l'intimider que montrer sa puissance et son autorité à ses propres troupes. Il entend décevoir ses espoirs.

"Il n'y a pas de jeu ici. Juste une annonce, et une mise au point."

Walker prend sa voix la plus profonde, la plus autoritaire pour prononcer ces quelques mots. Prenant une grande inspiration, il se détache lentement de sa cachette et avance vers Roman et ses hommes.
Les mains sur les crosses de ses armes encore rangées dans leurs étuis, son regard blanchâtre est fixé sur la silhouette de l'homme au masque noir devant lui. Il marche quelques pas, ses bottes claquant sur le sol sale du Port Adams, avant de s'arrêter à une demi-douzaine de mètres de son ennemi.

"J'annonce le début de la chute de ton empire criminel."

Le jeune homme a bien sûr répété ce type de moment, mais il se prend à apprécier énormément la tension, l'adrénaline, la dynamique et la peur qu'il fait naître chez les hommes de Black Mask. Ce dernier suivra bientôt.

"Et la mise au point est simple : j'en suis responsable."

Il esquisse un petit sourire, avant de sortir ses deux armes et de menacer Sionis et ses hommes. Il va vite, très vite, et parvient à appuyer sur la gâchette de son pistolet à balles réelles pour viser à nouveau les packs remplis d'explosifs. Si ses balles sont réelles, elles sont aussi plus puissantes, plus perforantes que la normale : les caisses ne tardent pas à être percées, ce qu'il avait anticipé - et surtout espéré.

Quelques instants suffisent pour que la réaction chimique et physique s'enclenche.
Une explosion, de petite taille, emporte deux caisses d'explosifs. Mais ces dernières étant très proches du lieu d'échange et de la petite discussion, le souffle propulse au sol ceux qui ne l'avaient pas suffisamment anticipé.

Le Phantom s'y est préparé, mais pas assez. Il parvient à encaisser le gros du choc, mais est quand même envoyé lourdement vers le sol. Il réussit à glisser sur ce dernier pour retourner vers la protection de grandes caisses abandonnées, mais il sait qu'il vient de "gâcher" un avantage.
Maintenant, Roman Sionis sait ce qu'il veut. Maintenant, Roman Sionis vient de perdre la face et une partie de sa cargaison. Maintenant, Roman Sionis a l'occasion de déchaîner sa fureur.
Revenir en haut Aller en bas
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: Les tambours de guerre [Black Mask]   Jeu 29 Jan - 17:50

Le Phantom se montre soudain, attaquant l'homme au masque noir de front, sans précaution. C'est un novice, mais une chose est certaine, il n'a clairement pas envie de rejoindre le gang de Roman. Il le menace en pensant qu'il sera celui qui vaincra son empire, le fera chuter. Il n'a strictement rien comprit à la méthode de Black Mask. Il ne sait pas dans quoi il s'engage, ou bien n'en tient pas compte. Trois solutions donc : très con, très courageux, ou bien très fort. Roman à assez d'expérience pour savoir qu'il ne devrait pas se prononcer maintenant. Et il à bien raison, car dans un geste furtif, il sort ses deux pistolets et, de l'un, tire une seule balle, avec une précision extrême, dans une boite d'explosif. Black Mask n'a pas le temps de répliquer qu'une petite explosion survient. Il ne sait que trop bien ce qui va arriver aux autres. Il n'a que le temps d'ordonner l'ordre de se coucher à ses sbires et d'en faire de même que l'explosion survient. Les malheureux qui n'avaient pas eu la présence d'esprit de se cacher sont expulsés sur quelques mètres, certains son grièvement blessés, car il y avait là de quoi faire sauter la moitié de l'iceberg flottant, le reste étant encore sur le cargo. Mais Roman est plus qu'énervé, car avec les dégâts d'une seule balle, son adversaire a réussit à brûler plusieurs centaines de milliers de dollars. Black Mask pourrait largement compenser cette chute avec ses activités illégales, mais c'était désormais une question de principe, Phantom devait être exposé au grand public nu avec son masque avec une balle dans la tête. Il leva ensuite sa main, donnant un ordre bien précis.

Les snipers que le parrain de la pègre avait quittés quelques instants plus tôt étaient fin prêts à abattre la menace. Ils avaient vu toute la scène et savaient où le justicier était caché. Mais ils avaient abandonnés leurs armes de précisions et c'étaient mit à courir avec deux autres armes étranges et uniques, qu'ils avaient réussi à avoir contre une bien curieuse alliance. Se précipitant derrière une caisse à laquelle s'était caché le Phantom, il tirèrent vite, malgré le bruit qu'ils avaient fait le rayons bleu atteint sa cible : les pieds du justicier, qui sont aussitôt recouvert d'une couche de glace. Mais il n'est pas totalement démuni puisqu'il possède toujours ses deux pistolets. Satisfait bien que terriblement énervé, Roman se relève péniblement et marche vers l'emplacement du Phantom, le gratifiant d'un regard méprisant.

" Veni, Vedi, Vicci "

Il n'avait pas besoin de faire de traduction, car tout le monde ou presque connaissait cette citation. Jules César était venu dans une ville, n'avait fait que la regarder et l'avait vaincu, comme Black Mask du haut de sa Black Tower. La seule différence était que le parrain de la pègre était né dans la ville qu'il avait vaincue.

" Tu as qualifié toi même Gotham comme étant sous la botte de mon empire. "

Ses mots sont lourds, pesant et si le justicier n'était pas armé il en viendrait à craindre pour sa vie. Mais le masque ne compte pas le tuer sans s'amuser un peu.

" Je n'ai pas réussi tout cela en un jour et il t'en faudra beaucoup plus pour me vaincre. M'avoir en arrêtant quelques coups comme celui-ci ne te servira à rien. "

Il donna deux coups de poings dans la figure du justicier, afin de faire bonne figure devant ses hommes et pour humilier son adversaire, puis il pointa le canon de son pistolet vers la tête du justicier. Il connaissait la morale du Batman et si il avait vu juste, Phantom s'était allié à lui. Et si il en était ainsi, jamais il ne tuerait le Black Mask. Or ...

" Allez, tire moi une balle dans la tête. Et ne me loupe pas, car moi je ne ferai aucune erreur. J'en ai marre des justiciers dans votre genre. Vous n'êtes certainement que des clochards qui s'amusent à jouer avec leur vie, alors que moi, j'achète, je suis un businessman, je construit. Vous, vous ne savez que détruire. Je mettrait fin à vos menaces pour toujours. "

Ce que Roman Sionis avait négligé, c'était que le Phantom avait ses deux mains de libre, et que ses snipers s'étaient hâtés si précipitamment qu'ils n'avaient pas rechargés suffisamment leur cryogéniseur. De ce fait, la glace n'était pas si dure, et l'ennemi n'aurait aucun mal à s'en dépêtrer. Mais en avait il seulement conscience ? Certainement, car sa vie ne tenait désormais que sur un fil ...

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les tambours de guerre [Black Mask]   Jeu 29 Jan - 22:01

"Un constructeur qui utilise des explosifs."

La voix du Phantom est lourde, autoritaire. Il est immobile depuis de longues secondes, depuis que Black Mask s'est relevé et a décidé de venir le voir pour le provoquer avant de l'abattre.

"Mais vous n'êtes pas à une contradiction près, Roman Sionis. Un héritier qui se cache finalement derrière un masque, véritable protection contre un monde extérieur qu'il n'accepte pas, qu'il n'arrive pas à comprendre car il a trop peur de grandir."

Quelques instants plus tôt, il était protégé par de nombreuses caisses abandonnées sur le Port Adams, quand il s'est fait prendre par l'étrange attaque des hommes de son adversaire. Lui qui s'attendait à devoir éviter des balles, à faire feu contre des snipers surentraînés et doués n'a pas anticipé l'utilisation d'un pistolet de glace, pourtant fort populaire dans cette ville et ce pays.

"Vous n'êtes pas un businessman, Roman Sionis. Vous êtes un pleurnichard avec un besoin de grandeur et de puissance pour compenser vos faiblesses."

Ses bottes ont été emprisonnées par les tirs de glace, et il se trouve maintenant immobilisé, menacé par le canon de Black Mask, ce malfaiteur accompagné de nombreux acolytes. Plusieurs de ses hommes sont inconscients ou blessés, mais il en a encore suffisamment pour le suivre et assister à sa "victoire".

"De ce fait, vous ne méritez pas une balle dans la tête."

Kit a gardé depuis ces longues minutes ses armes dans ses mains, serrant férocement leurs pommeaux contre ses paumes.
Avec sa vitesse, il donne un coup de tête au revolver de son ennemi, puis lève à nouveau ses pistolets, et utilise celui sans balle réelle pour tirer deux fois sur deux suiveurs de Black Mask. Alors que ses deux hommes s'écroulent, le criminel, certainement dévoré par la colère et les provocations, découvre le canon de l'autre arme, à balles réelles, du Phantom devant lui.

"Mais cela n'implique pas que vous ne méritez pas de balle."

Walker appuie sur la gâchette, et une balle s'échappe de l'arme pour venir pénétrer la chair de son adversaire à la jonction de son épaule et de sa nuque. Une gerbe de sang s'échappe de la blessure, alors que Kit se projette en avant.
Si la glace commence à craquer, il cherche surtout à sortir de ses bottes, et y parvient par une roulade.

Désormais pieds nus, le Phantom roule sur le sol, glisse quelque peu avant de courir vers un entrepôt abandonné, dont il défonce la porte par son épaule. Black Mask blessé, ses hommes affolés, quelques flammes encore sur le Port Adams... si Kit n'était pas sans botte et lui-même rongé par l'affolement, tout pourrait presque aller bien.
Revenir en haut Aller en bas
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: Les tambours de guerre [Black Mask]   Dim 1 Fév - 23:36

" On ne fait pas une omelette sans casser des œufs. "

Le ton de Sionis est tout aussi autoritaire que celle qu'utilise Phantom, et il est très impressionné par le fait que le justicier tente de débattre alors qu'il à un pied dans le gouffre. Il n'en à plus pour longtemps, alors Sionis se détend et s'apprête à débattre avec lui, bien qu'il n'ait pas toute la nuit et qu'il désire le détruire à petit feu. Un tel gars pourrait être un gros potentiel pour contrer Batman, mais au fond de lui Sionis sait qu'il n'a aucun chance pour faire changer ce gars de camp. Il à déjà adopté leurs attitudes, avec sa combinaison rose et blanche débile et ses flingues à balles réelles ou en caoutchouc. Black Mask ne se serait jamais  emmerdé à choisir quelle type de balles il allait prendre, car pour lui c'était plutôt le type d'arme qui importait. Ce dingue qui s'autoproclamait justicier ne pourrait jamais comprendre ce que c'était que se battre pour voir la couleur de l'argent, pour laver son honneur ou régler ses comptes. Il ne se battait que pour son propre amusement, pour l'adrénaline et toute ces petites choses insignifiantes. Le parrain de la pègre est là pour gérer un business, pour être le meilleur de tout les leaders, pour tout contrôler, être invincible et intouchable. En un mot, être une légende.

" Vous avez raison. Je porte un masque, comme mes hommes pour ne pas voir l'hypocrisie des gens. Tout le monde porte un masque pour faire le joli faux cul. N'est ce pas le cas de Batman ? Pourquoi enfile t'il son masque de chauve souris, la nuit ? A t'il peur, fuit t'il sa véritable identité ? Je suis Roman Sionis, et moi je porte mon masque ouvertement. Oui, je ne comprend pas le monde extérieur, alors oui, je vais le remodeler à mon image "

Il commence cependant à perdre ses moyens lorsque Phantom le menace ouvertement devant tout ses hommes. D'ailleurs ces abrutis le regardent bêtement sans prendre la peine de le mettre en joue, alors évidemment l'adversaire du masque noir profite de l'occasion pour tirer sur ses deux sbires. Balles réelles ou arme non létale ? Black Mask ne prend même pas la peine de regarder parce que de toute manière il n'en à pas grand chose à faire. Il s'apprête à tirer dans la tête du justicier de l'ombre afin de le calmer pour de bon lorsque celui-ci attaque le premier. Le choc de la balle le paralyse, et il ne réagit même pas lorsque Phantom s'évade. Ca fait un mal de chien. Roman penche la tête sur le côté, vers sa plaie, en essayant de soulager la douleur, mais rien n'y fait. Il pose sa main afin de retenir le sang du mieux qu'il peut. Evidemment ça ne change pas grand chose, mais Sionis est sur les nerfs. Si il ne retrouve pas ce connard, alors il y passera. Il se tuera, il le jure, si il ne lui fout pas une balle quelque part. Juste pour le voir souffrir. Il a tout de même annulé et détruit une affaire importante pour le masque, et avait osé lui coller une balle. En châtiment il recevra une pluie de plomb dans la tronche. Les hommes du masque, sans attendre la décision de leur patron, foncent vers l'entrepôt. Ils ne connaissent que trop bien le parrain de la pègre, ils savent ce qu'il va dire bien avant qu'il n'ouvre la bouche, bien qu'ils auraient préférés ne jamais entendre ces deux putains de mots ...

" Trouvez le ! "

Les soldats fouillent tout l'entrepôt en vain. Il a des méthodes aussi bonne que le chevalier noir lui même, bien qu'il ne l'égale sans doute pas au niveau physique. Batman est un prédateur. Phantom est pour le moment une proie. Pieds nus, il n'ira pas très loin, et à partir du moment où le masque le retrouverait, il l'éliminerait. Il le découperait de la tête au pied avant de revendre ses organes au marché noir.

" Ou te cache tu ? Viens te battre comme un homme devant moi. Jette ton arme si tu veux un combat singulier, je vais te démolir. As tu peur Phantom ? As tu peur de te mesurer au parrain de la pègre ? Si c'est le cas tes paroles tout à l'heure étaient bien vaines. De toute façon si tu ne veut pas d'un corps à corps je vais bien finir par t'avoir. Mais je ne te tuerai pas tout de suite. Je découperai ta chair, morceaux par morceaux, et je prendrai plaisir à écouter tes cri d'agonie, et quand tu me suppliera d'arrêter, je me souviendrais que tu m'a empêché de mettre un terme à l'ascension de Cobblepot. Sais tu ce que je ferai alors ? J'enquêterai sur toi, je découvrirai qui t'es cher, et si tu n'a personne, je t'ouvrirai le cœur ... Lentement ... "

Placé au milieu de l'entrepôt, le Black Mask regardait tout autour de lui. Son discours visait à faire exploser les nerfs de son ennemi, or il redoutait que ce petit numéro ne marche pas. Vu le ton très calme et très posé dont son adversaire avait parlé, et le courage dont il avait fait preuve, Roman redoutait de devoir attendre longtemps, très longtemps avant de pouvoir lui loger une balle en pleine tête.

" Où te cache tu, petit scarabée ? " murmura t'il pour lui même ...

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les tambours de guerre [Black Mask]   Lun 2 Fév - 15:47

"Plus haut."

La voix du Phantom n'est qu'un souffle, alors qu'il plisse les yeux derrière son masque domino pour mieux observer le ballet des hommes de main de Black Mask sous lui.
Accroché en hauteur, aux nombreuses et sombres poutres métalliques de l'entrepôt abandonné du Port Adams, il essaye de trouver une logique dans les recherches des criminels, un schéma d'ensemble qui lui permettrait de mettre au point une stratégie et de les arrêter définitivement. Cela ne fonctionne pas.

Les troupes de Sionis sont entrées anarchiquement dans l'immense bâtiment, et continuent de chercher sans aucune logique, se marchant quasiment sur les pieds à chaque instant. Ils sont terrifiés, tétanisés par la présence et la colère de leur chef, et tous espèrent trouver rapidement l'objet de leur quête pour apaiser sa rage et surtout revenir dans ses bonnes grâces. Tous savent pertinemment ce qui leur en coûterait d'échouer.

Kit a été entraîné à beaucoup d'épreuves et a différentes stratégies pour différentes situations, mais elles ne résistent que rarement aux difficultés du terrain.
Ici, s'il a rapidement eu l'idée de monter se cacher dans les hauteurs de l'entrepôt, il n'a pu que se maudire d'avoir commis tant d'erreurs quand il a fait l'inventaire de ses armes et de la situation. Il n'a plus qu'un chargeur de balles réelles, qu'il vient d'intégrer à son arme, et deux de balles en caoutchouc, ou plutôt un seul de réserve ; dépossédé de ses bottes, il est moins mobile, moins à l'aise et bien sûr plus vulnérable. Il ne peut plus autant sauter et courir, et offre une cible de choix à ses adversaires.

Pire encore, s'il est pour le moment invisible à eux, ses adversaires lui bloquent toute sortie, et il sera fatalement découvert quand ils se rappelleront qu'ils peuvent aussi regarder un peu en l'air, pour changer.

Walker serre les dents alors qu'il se rend compte que la situation est compromise.
Il déteste ça.

Sous ses pieds, Black Mask continue de mener les opérations, cherchant visiblement sa trace pour l'achever. Ses hommes continuent également leurs activités, tentant de satisfaire leur maître et de calmer leurs peurs ; s'il veut agir, il doit le faire avant que la tension soit trop lourde, avant qu'ils se sentent trop à l'aise dans ce nouveau lieu qu'ils ne vont pas tarder à maîtriser.

Lentement, il s'empare de son arme à balles en caoutchouc, et dépense trois balles pour éteindre les lumières électriques allumées par ses ennemis à l'entrée. Il ne leur laisse pas le temps de réagir, et saute vers le sol, les pieds en avant vers un criminel légèrement abandonné par les autres.

Un choc sourd, un cri sec de douleur, et l'adversaire est vaincu. Mais son équipement a blessé la plante du pied droit du Phantom, qui doit clopiner sur quelques mètres pour se cacher dans un coin sombre de l'entrepôt.
Tout est noir, maintenant. Black Mask et les siens savent qu'ils viennent de perdre l'un des leurs, mais ils savent aussi la zone où se trouve leur cible. La chasse continue - mais les règles vont changer.
Revenir en haut Aller en bas
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: Les tambours de guerre [Black Mask]   Mer 4 Fév - 11:43

Cette nuit était absurde et tenait de l'incroyable. Une simple vente d'explosif qui tournait en partie de cache cache contre un débile en costume moulant. La même chose que Batman, vous me direz. Mais le fait que le nombre de justiciers se multiplie, cela n'arrange pas mes affaires. Et encore moins mon humeur. J'essaie tout de même de garder mon calme. Ces derniers temps, avec ces histoires de No Man's Land, de ponts coupés, de policiers exterminés, tout se passait bien pour le parrain de la pègre, car la chauve souris devait avoir les pensées ailleurs que dans les affaires de la mafia. Un éco terroriste à exterminer n'est pas une mince affaire. Ce que Roman n'avait pas prévu, c'était que le chevalier noir demande de l'aide. Il l'avait toujours vu avec un Robin, mais c'est tout. Même le coup du Red Hood n'avait rien à voir avec la chauve souris. Mais là, apparemment, le Batman avait besoin d'aide, une information importante dont Roman saurait tirer profit. Et le fait qu'il le prenne pour une grande menace à prendre très au sérieux révélait à Roman que le fait que celui-ci gagne de plus en plus de territoire était extrêmement dangereux pour ses ennemis. Si ses gardes n'était pas affolés et que lui même n'était pas blessé, cette journée pourrait être excellente.

Black Mask perd le fil de ses pensées et s'arrête soudain lorsqu'il se dit que la mer n'est qu'à quelques mètres et que Phantom à très bien pu filer de ce côté, à moins qu'il ne veuille se charger de l'autre moitié de la cargaison qui n'a pas été amenée au sol. Ce qui lui serait certainement facile, mais Sionis compte bien changer la donne et donner de quoi réfléchir à l'avenir du justicier. Soudain, plusieurs coups de feu sont tirés sur les ampoules qui illumine la pièce. Cela trahit le Phantom qui cependant ne laisse pas une seule seconde de réflexion au masque noir. Une bruit sourd et un craquement macabre lui font désormais comprendre que son adversaire est passé à l'action. Il déteste être tourné en ridicule et va lui montrer. Le toit, évidemment ! Qui dit ennemi de Batman dit tradition de Batman. Pourquoi changer d'habitude quand la tactique marche si bien ? Le noir était total, et personne n'avait songé à prendre de lampe torche pour les aider dans ces ténèbres. L'obscurité était un réel handicap pour tout le monde, seul Roman arrivait à se concentrer et à discerner les contours. Les autres étaient tellement pétrifiés qu'ils faisait presque semblent de n'avoir pas entendu le bruit.

Il court avec les hommes les plus courageux. vers le cri de son sbire qui a n'en pas douter est certainement vivant, le chevalier noir n'aurait jamais accepter qu'on puisse tuer qui que ce soit. Soudain, il vois ce qui semble être un pied, mais il n'en est pas sûr avec toute cette obscurité. La seule chose qui lui donne raison est le mouvement de ce même pied qui disparaît aussitôt. Un petit rire s'échappe de sa gorge. Il tiens sa proie comme un chat attrape une souris.

" Je te tiens ! "

Il tire, mais loupe sa cible. Être aussi excité ne lui réussit pas. La vision du justicier mort le fait trembler. Non pas de peur ou de tristesse, mais bel et bien de plaisir, aussi tordu que cela puisse paraître. Loin de partir perdant donc, il se lance aux trousses du Phantom.

" Si tu t'arrête, je te promet une mort rapide et sans humiliation. Sinon, je te ferai crever à petit feu ... "

Il le découvre alors en plein milieu de l'allée, certainement en train de fuir. Que pourrait t'il tenter de faire d'autre ? Mes hommes et moi étions tous rassemblés en un même lieu, c'était le moment idéal pour partir. Mais peut être tente t'il autre chose. Il essaye tout de même de discerner dans le noir total, car c'est les ténèbres ambiant qui l'ont fait raté sa cible. Il faut qu'il vise bien, sans difficultés. Il se concentre, vise le Phantom qui n'en a certainement plus pour très longtemps, vise la tête ... Mais l'impatience, la douleur entre son coup et son épaule, lui font une nouvelle fois rater sa cible. Une telle impuissance le met en rogne et, attrapant le pistolet d'un de ses sbires qui vient de le rejoindre, il se met à tirer n'importe comment avec ses deux armes de poings. Si le justicier tentait de faire quelque chose, il en a payé le prix fort, car malgré les tirs qui n'ont pas atteint leurs cible sous le coup de la fureur, deux balles viennent se loger dans le genoux gauche, ainsi qu'au thorax. L'adrénaline peut lui permettre de fuir, mais il n'en à plus pour longtemps si il ne trouve pas de médecin au plus vite. Mais Sionis à trop de fois compté sur le facteur chance. Il s'apprête donc à l'achever d'une balle dans la tête. Mais le justicier, qui avait sans doute préparer quelque chose, devait agir au plus vite, ou bien tenter le tout pour le tout si il voulait échapper à Roman Sionis ... Et ne pas finir sur la chaise de torture ...

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les tambours de guerre [Black Mask]   Sam 7 Fév - 14:55

Le Phantom s'accroupit derrière deux caisses empilées l'une sur l'autre. A quelques centimètres, deux hommes de Black Mask avancent à tâtons, mais passent à côté de lui sans le voir. Il a un répit. Il en a bien besoin.

Il pensait que plonger l'entrepôt abandonné dans le noir lui permettrait de reprendre la main, de compenser la nudité de ses pieds et le manque de munitions ; il pensait qu'il pourrait ainsi l'emporter sur ses adversaires, et briser définitivement Roman Sionis. Il s'est lourdement trompé, et les douleurs qui rongent son torse et son genou tiennent à le lui rappeler.

Alors qu'il a réussi à vaincre l'un des criminels, il a été pris de court par la rapidité d'exécution et de combat de son adversaire.
Roman l'a retrouvé plus vite que prévu, et a usé de sa férocité et de son talent avec les armes pour le toucher. Deux fois. Deux fois de trop.

Le costume du Phantom est doublé et protégé, mais il n'empêche pas les chocs et les blessures ; ce n'est pas une armure, ce n'est pas aussi efficace que les combinaisons fournies par Batman à lui-même et à ses alliés les plus proches. La balle tirée dans le torse a été arrêtée par le kevlar et les protections, mais sa respiration est saccadée et difficile. La peau n'a pas été percée, mais la marque est douloureuse.

Hélas, il n'a pas eu cette chance pour le tir dans le genou. L'articulation a été protégée, mais elle est très marquée, endommagée et la chair saigne ; il mettra quelques jours, au mieux, à s'en remettre et il ne pourra plus courir et sauter dans les airs avant plus longtemps encore.
Une bien mauvaise nouvelle. Encore plus pour son destin à très court-terme, alors que ses ennemis ne cessent de se rapprocher de sa position.

En fait, Kit n'a pas le choix.
Il a un plan, mais son père lui dirait qu'il est stupide. En même temps, son père trouverait déjà que la situation actuelle est stupide, et qu'il est lui-même stupide de s'être plongé là-dedans. Oui, ce plan serait stupide aux yeux de ce mentor si exigeant, mais... il n'est pas là. Il n'a pas à sauver sa vie et à combattre de tels cinglés dans une ville à l'agonie.
Ce plan est stupide. Mais il n'en a pas d'autre.

Il prend une grande inspiration, et range ses deux armes à feu. Il s'empare, à sa ceinture, des trois grenades qu'il conserve au cas où. Ce cas-là est arrivé.

Sans remords, sans hésiter, il lance les trois grenades devant lui, près d'un mur et surtout près des hommes de Black Mask et de ce dernier.
Les trois armes explosent, faisant même trembler la structure-même de l'entrepôt abandonné. Les caisses autour de Walker s'écroulent, et il rassemble ses forces et son courage pour se relever et clopiner vers la sortie.

Le bâtiment est sur le point de s'écrouler, une épaisse fumée règne à l'intérieur et le chaos s'installe. Le moment idéal pour partir.

Oui, c'est une fuite - mais il n'en ressent aucune honte.
Il faut savoir accepter une défaite pour vivre. Il faut vivre pour gagner une guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: Les tambours de guerre [Black Mask]   Jeu 12 Fév - 18:55

On peut facilement dire que quelque chose cloche lorsque quelqu'un range ses armes. En temps normal, on se retourne et on fait face à sa propre mort, en éliminant le plus de personne possibles. Sauf Batman, mais Batman est taré. Roman aurait pensé que le mystérieux justicier aurait voulu vendre sa peau chèrement. Mais non, en rangeant ses armes, cela voulait dire que soit il voulait faire un coup fourré, soit il allait se rendre. Mais si il se rendait, il aurait droit à toute les tortures possibles, même si il proposait au masque noir une alliance, car il avait trop perturbé ses plans pour marchander.  Ces secondes de réflexion l'empêchent de lui tirer une balle dans la tête. Fatale erreur, sachant ce qu'il va suivre. Mais il à remarqué la manœuvre du Phantom, qui plonge les mains dans ses poches.

Black Mask n'a que trop d'expérience pour comprendre ce qui va arriver. Il n'a pas le temps de tirer sur le justicier masqué : il a certainement dégoupillé la grenade et l'abattre ne servirait qu'à perdre de précieuses secondes pour s'échapper. Quelqu'un d'aussi fou qu'Harvey Dent l'aurait pourchassé quitte à mourir avec lui. Roman doit vivre, il doit s'occuper de Gotham maintenant qu'il l'a conquise. Sa vie ne doit pas être mise en danger à cause d'une banale histoire comme celle-ci. De plus sa blessure commence à le faire réellement souffrir.

" Cassez vous ! Grenade ! "

Le parrain de la pègre plonge donc à la vue de l'explosif en arrière, esquivant de peu la déflagration d'une grenade. Elle est néanmoins moins puissantes que celles du Fool à la zone industrielle, ce ne sont donc pas des grenades militaires. Roman prend en note ce détails au cas où il voudrait trouver l'identité de cette homme, il ne doit pas être exceptionnellement riche. Pas comme ... Le Batman. Quelques uns de ses sbires n'ont pas la même chance que lui. Plusieurs sont expulsés contre des caisses bien que la grenade ne leur ait pas fais grand mal. L'un d'eux, cependant, se prend l'une des trois grenade en plein visage. Si elles ne sont pas extrêmement puissantes, elles ont au moins un minimum d'impact et le sbire n'aura pas la chance de continuer à vivre plus longtemps. Les hommes de mains du masque noir ont cependant compris que leur sort serait le même si ils ne s'échappaient pas tout de suite de l'entrepôt désaffecté. Ils se ruent donc à l'extérieur, Roman en fait de même en jurant. Un autre de ses hommes cependant est étalé au sol par une partie du toit c'étant effondré. Bien qu'en vie, il est désormais bloqué, et si la sortie n'est qu'à quelques centimètres. Impossible malgré tout de bouger son pied, il rampe, se tord et pousse comme il peut, mais rien à faire. Au loin, un mystérieux individu en masque noir ne loupe pas une seconde de la scène, prenant plusieurs clichés. Finalement, le reste du toit se déverse sur son corps, laissant cependant sa tête à l'extérieur du complexe. Roman se penche au dessus de lui, redoutant une perte. Et c'en est bien une.

Il ne prononce pas un mot, tout comme ses hommes de mains. Ils sont vraiment très nombreux dans le gang de la société de la fausse face, et pourtant deux pertes sont pour le Black Mask énormes. Il n'est pas comme Double Face ou le Joker, il tient à ses hommes, car même si ils les considèrent comme ses homologues chefs de gang de chair à canon, ce sont des personnes en plus pour porter des armes. Et ça, ce n'est pas négligeable.

Aucune trace cependant du justicier. Il s'est fait la malle apparemment. Roman Sionis ne laissera pas cet acte impuni, il retrouvera l'enflure qui a osé attaquer sa propre personne. Ou il l'attendra. Black Mask est un grand paranoïaque. Il pense se faire attaquer tout le temps. Si tout le monde se moque de lui, c'est pourtant ce qui l'a maintenu en vie durant toutes ces années malgré son arrogance, et c'est ce qui le distingue des autres en plus de son symbole. Il n'est donc pas prêt de baisser sa garde et lorsque le Phantom attaquera une seconde fois, il accomplira sa vengeance.

Le mystérieux individu arrive sur les lieux. Il regarde Sionis d'un œil interrogatif.  Celui-ci se penche sur le corps de son sbire tué par ce qu'il pense être un justicier désormais extrémiste à la manière du Red Hood. Il éliminera cette enflure en temps voulu. Le temps n'est pour le moment pas à la vengeance. Il retire donc le masque de son ancien sbire, de manière rapide et innatendu, tout comme la véritable identité de celui-ci, un haut fonctionnaire travaillant à Midtown, connaissance personnelle de Roman Sionis. Si il n'avait aucun sentiment d'amitié pour celui-ci, il aurait pu être un atout, signe que Sionis avait plus d'un tour dans son sac. Le " photographe " fit quelques clichés de celui-ci.

" Qu'est ce que vous allez en faire ?

" Quelque chose qui ne te regarde pas. Ton boulot est d'ailleurs terminé. "

Il enleva rapidement le masque de son sbire et lui tira une balle dans la tête. Il ne faisait pas parti de son gang, sa mort ne l'affectera donc pas. Il prit un cliché de ce dernier, puis de l'entrepôt détruit. Il se tourna ensuite vers ses hommes de mains.

" Très bien. Dans quelques jours, les justiciers ne seront plus. "

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les tambours de guerre [Black Mask]   Dim 15 Fév - 18:22

A quelques mètres, une silhouette fixe la scène de loin. Cachée à l'intérieur d'un appartement abandonné, près du Port Adams, l'homme qui s'est précipité à l'intérieur quelques minutes plus tôt pousse un long soupir et s'écroule sur le sol sale de l'appartement. Quel désastre.

Kit Walker s'est échappé de l'entrepôt où il menait bataille contre Black Mask grâce à ses trois grenades.
Malgré ses pieds nus, il a fait fi de la douleur et du handicap pour filer vers les grands immeubles abandonnés et vétustes qui longent le Port Adams. Il a sollicité la puissance de ses muscles et son entraînement pour éviter d'être entraperçu par les hommes de main de son adversaire, et a écrasé son épaule contre une porte en bois branlante pour parvenir à l'intérieur.

Là, il s'est dégoté un appartement donnant sur l'entrepôt du Port Adams, pour observer la suite des événements.
Là, il a découvert les conséquences de ses actes.

Deux hommes sont morts à cause de l'explosion - de son explosion. Et un autre type a été abattu par Black Mask, sans qu'il puisse entendre pourquoi, mais certainement parce que l'opération a échoué. A cause.

Trois morts.
A cause de lui.

Il ne sait pas si Batman considérerait ça comme un échec, mais lui le fait. Il sait très bien que son héritage le forcera à prendre un jour des vies. Le Phantom n'a pas le même serment que Batman, et ses ancêtres ont accepté l'idée de devoir tuer pour régler certaines situations ; objectivement, il rejoint leur position, mais la mise en pratique est difficile.

Kit arrache son masque domino puis sa cagoule, et retient un sanglot. Des morts... c'est la première fois. C'est dur.

Il pousse un nouveau long soupir, et s'accorde une longue pause. Il dormira ici, ce soir, même s'il restera sur ses gardes.
Demain, il se reprendra. Demain, il reprendra la lutte. Demain, il sera le Phantom.

Là, il ne reste que Kit Walker.
Et c'est beaucoup trop dur pour tenter de faire autre chose.

(HJ/ Merci pour ce bon sujet ! Smile /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Les tambours de guerre [Black Mask]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les tambours de guerre [Black Mask]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les tambours de guerre [Black Mask]
» Jouons au chat et à la souris ! [Black-Mask & Duela Dent]
» Honeypot (Pv Black Mask)
» On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]
» Quête Black Mask: Two Masks One City [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: East End :: Port Adams-