RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Les fantômes sont silencieux, ils se promènent deux par deux...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Les fantômes sont silencieux, ils se promènent deux par deux...   Jeu 23 Oct - 15:02

Une sortie comme une autre dans les rues de Gotham, utilisant la nuit pour terroriser les criminels. J’avais mis la main sur un petit receleur quelques jours plutôt et grâce à mes aptitudes pour l’hypnose, le truand était devenu ma porte d’entrée dans le repaire de son fournisseur, un homme de main au service de la famille Maroni. Éliminer les problèmes à la source, couper une partie des revenus de la mafia, liquider leurs sbires, voilà qui était un travail pour Spook. D’après mon pantin, une grande quantité d’œuvres d’arts obtenus illégalement allait transigé par le repaire la nuit suivante, j’aurais amplement le temps de me préparer pour mettre un terme à ce petit business.

Mon équipement classique, ainsi que quelques petites machines de ma création allaient m’être fort utiles pour réduire au silence de façon permanente les hommes de Maroni. La peur s’insinuerait parmi la racaille, le fantôme frapperait à nouveau. J’étais arrivé au point de rendez-vous à la tombée de la nuit. L’endroit, une buanderie, rien de mieux pour le recel et blanchir de l’argent, était plus surveillé qu’à l’habitude, mais rien que je ne pouvais affronter. J’attends patiemment que la cargaison arrive avant de mettre en œuvre mon plan. M’approchant par le toit de l’immeuble voisin, j’installe un grappin contre le toit, un solide fil transparent m’aidant à descendre, créant l’illusion que je flottais dans le vide. Mon objectif, l’entrée électrique située sur le mur de la buanderie.

Une ronde composée de deux hommes approchant, je sors discrètement mes pistolets munis de silencieux. Mon costume s’illumine d’un blanc verdâtre, les gardes sont surpris d’apercevoir cette forme fantomatique flottant près d’eux, sursautant, l’un d’eux pousse un cri, avant d’être réduit au silence par une balle placée entre les deux yeux. Terrifier son collège tente de braquer son arme contre moi, sans grand succès, trouvant lui aussi le trépas de ma main. Toutefois, je me dois d’agir rapidement, le cri du premier homme ayant très certainement attiré l’attention de ses autres collègues. Deux autres tirs précis, l’alimentation en électricité est hors service. À peine ai-je terminé cette phase que trois hommes armés tournent le coin de l’édifice.

Un fumigène de ma création est lancé au sol, enveloppant l’endroit dans un épais brouillard. L’illumination de mon costume cesse, un second dispositif étant lancé au sol tandis que je remonte lentement sur le toit d’où j’étais venu, observant en silence la scène en contrebas. Les hommes entrent dans le brouillard causé par mon fumigène, approchant lentement de mon second dispositif. Ma main tient le bouton activant celui-ci tandis qu’un sourire apparaît sur mon visage encapuchonné. Ils y sont presque. Une légère pression de mon pouce active la machine holographique, propulsant l’image spectrale devant les criminels. J’entends leurs cris de terreur puis des coups de feu. Quel gaspillage de balle, celle-ci passant aisément au travers de l’image projetée par ma création. Une seconde pression de mon pouce sur le bouton situé dans ma main et une puissante décharge électrique émerge du gadget, détruisant celui-ci et électrocutant les deux hommes situés le plus près s’écroulant au sol tandis que le spectre disparaît. Le troisième homme fuit vers l’entrée de la buanderie. Il crie, je reconnais l’italien, souriant.


« Fanstasma! Fantasma! »

Je récupère mon grappin et ma corde, l’effet de peur étant acquis il est temps pour moi de mettre un terme à cette opération criminelle. Certes, ils seront sur leurs gardes, même si l’idée d’un fantôme en fera certainement rire plusieurs, mais cela n’a jamais été un problème. En bas, le brouillard est presque dissous laissant les quatre corps inertes à la vue, ainsi que quelques éclats métalliques laissés par l’explosion du projecteur holographique. Aidé de mes ventouses, je descends de mon perchoir, approchant la buanderie par la ruelle située derrière celle-ci. On s’agite. Observant le chaos environnant je remarque que l’on se dirige vers l’autre côté de l’édifice. Étrange. Lentement je progresse dans cette direction, entendant à nouveau crier.

« Fanstasma! »

Étrange, je ne croyais pas avoir fait autant d’effet, surtout d’un côté de l’édifice où je n’avais pas encore opéré…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les fantômes sont silencieux, ils se promènent deux par deux...   Sam 25 Oct - 12:57



Les fantômes sont silencieux, ils se promènent deux par deux

Val Kaliban/The Spook & Andrea Beaumont/Phantasm



L'East End était plutôt calme ce soir. Beaucoup trop calme même. La silhouette fantomatique du Phantasm était à peine perceptible, accroupie sur une imposante gargouille de pierre grimaçante, la pluie battante s'écoulant le long de sa capuche cendré et de son masque de métal, sa cape flottant mollement dans la brise du soir. Ses lunettes à infrarouge fixait un bâtiment juste en contrebas et le fantôme observait les allés et venus des hommes de Maroni. Cela faisait trois nuits de suite qu'Andrea les avaient suivi de prêt, se dissimulant au milieu de ses fumigènes et dans l'obscurité de la ville. Et enfin, elle avait trouvé l'endroit où ils blanchissaient de l'argent pour leur compte, quelque chose qui lui rappelait le destin funeste de son propre père. La corruption semblait être monnaie courante dans cette ville, sans mauvais jeu de mot... et la meilleure manière d'y mettre un terme était de les réduire au silence éternel.
Le moment était arrivé, les gardes avaient stoppé leurs rondes pour une raison inconnue. Andrea regarda un instant le ciel tumultueux avant de se redresser, récupérer son grappin qu'elle accrocha à la gargouille et s'en servit pour descendre rapidement vers le sol, atterrissant à genoux sur le parvis humide de pluie. Elle rangea son grappin derrière son dos et enclencha son système à fumigène qui émit un chuintement caractéristique avant de l'envelopper dans un nuage de fumée afin de la dissimuler habilement. Elle s'approcha du bâtiment et fut surprise d'entendre des coups de feu et de l'agitation de l'autre côté de la buanderie. Etrange. Batman était il déjà arrivé ? Cela serait étonnant car elle avait fait tout son possible pour être la plus discrète possible. Il y eut quelques cris lointain et le Phantasm vit les lumières s'éteindre à l'intérieur. Qu'importait qui avait créé cette diversion mais cela facilitait les choses pour elle.
La silhouette masculine à tête de mort atteignit une porte dont le système de sécurité avait été désactivé et fit sauter le cadenas avec sa lame acérée. Elle entra et avec elle, la fumée envahit bientôt l'intérieur du bâtiment dans l'obscurité. Pourtant, elle voyait nettement d'autres fumigènes qui n'étaient pas de son fait envahir le bâtiment de l'autre côté. Encore une fois, c'était bien étrange. Cette personne qui avait décidé d'intervenir en même temps qu'elle avait bien choisi son heure. Alors qu'elle avançait au milieu des piles de linges entassés, elle tomba nez à nez avec un garde. Il hurla et pointa son arme sur le Phantasm. Visiblement, il était déjà paniqué et apeuré. Décidément, on lui volait la vedette.

- Fantasma !

Andrea n'attendit pas plus longtemps et trancha le canon du revolver de son ennemi qui se retrouva perplexe, incapable de faire feu. Il regarda le fantôme masqué avec terreur et commença à reculer, tremblant, alors que la créature sous ses yeux lui faisait signe de se taire en plaçant un doigt devant son masque. L'homme ouvrit la bouche pour crier mais la lame de ce dernier fut plus rapide et, la gorge tranchée, il s'effondra sur le sol. Des bruits de pas se firent très vite entendre, on venait dans sa direction. Andrea sauta et escalada habilement une pile de caisse afin d'atteindre les hauteurs. Les autres hommes de main de Maroni trouvèrent bien vite le cadavre de leur compagnon d'infortune et commencèrent à paniquer, se tenant dos à dos afin de couvrir leurs arrières. Comme c'était délectable de les voir se trémousser comme des vers de terre afin de survivre à la douce mort qui les guettait dans l'obscurité.
Le Phantasm remarqua du mouvement non loin et se retourna. Elle croyait halluciner mais elle était persuadée d'avoir clairement vu une silhouette fantomatique quasi luminescente, engoncée dans une grande cape vert-de-gris évoluer dans les hauteurs, pas si loin d'elle. Elle fronça les sourcils. Décidément, il se passait quelque chose d'étrange ici. Les paroles d'un des sbires lui fit retourner son attention sur le peloton.

- Che diavolo sta succedendo qui?
- Calmati, branco di idioti! I fantasmi non esistono!


Oh, c'était amusant, et le parfait timing pour le Phantasm. Elle allait leur faire regretter ces mots. Elle augmenta le volume de son appareil à fumigène qui cracha encore plus de fumée, descendant lentement vers les hommes de main terrifiés. Ensuite, elle fit résonner sa voix masculine lancinante dans un écho monstrueux et terrifiant.

- L'ange de la mort vous attends, messieurs...
- Che...?!


Toussant et maugréant, les sbires se mirent à tirer dans le vide pour atteindre ce fantôme inaccessible. Andrea en profita pour descendre lentement le long des caisses afin d'apparaître juste derrière eux. Quand l'un des italiens réalisa qu'une ombre le surplombait, il voulu se retourner et sentit la froide morsure de la lame du Phantasm. Il s'écroula et les autres voulurent tirer sur le fantôme en hurlant, mais ce dernier disparu dans la brume qui l'avait fait naître, semblant s'évaporer, esquivant les balles. En vérité, Andrea se déplaça rapidement derrière les autres et en tua deux autres avant de disparaître à nouveau, comme une valse meurtrière qui recommençait encore et encore. Il ne restait plus que deux gardes quand elle remonta sur son perchoir afin d'éviter de se faire blesser par leurs balles.
Un bruit retentit non loin du Phantasm et ce dernier se retourna, cherchant l'origine. Était-ce encore ce fantôme qu'elle avait vu tout à l'heure ? Elle n'eut pas le temps de déterminer si c'était le cas car une balle venait de frôler son bras gauche, dans un espace non protégée par son armure. Elle poussa un grognement de sa voix modifiée et se dissimula derrière une caisse afin de voir l'étendu des dégâts. Rien de très grave, la balle avait juste ouvert la chair et l'avait brûlée, mais bon sang que ça faisait un mal de chien. Elle grommela quelques jurons et récupéra un nécessaire de premier soin afin de stopper l’hémorragie. Le fantôme fit rapidement le tour de son bras avec un bandage avant de l'arracher sèchement et ranger le reste dans sa ceinture. C'est alors qu'elle réalisa que les cris et les coups de feu avaient cessés pour le moment. Elle remonta sur le haut de la pile de caisse et remarqua que les deux gardes restant avaient été tués. Que se passait-il ici ?

- Montre toi. Je sais que tu es là... ordonna le Phantasm de sa voix caverneuse en se mettant debout afin de chercher le responsable.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les fantômes sont silencieux, ils se promènent deux par deux...   Mar 28 Oct - 16:46

J’avais poursuivi ma progression vers l’autre côté du bâtiment m’approchant de l’entrée de la buanderie. À ma grande surprise celle-ci était déjà ouverte, des traces d’entrer par effraction étant plus qu’évidente, on avait fait sauter la serrure. Lentement, mon regard se plonge vers l’intérieur, mes lunettes, projetant deux yeux luminescents bleus, me permettant d’y voir parfaitement les formes humanoïdes présentes par la chaleur qu’elles émettent. À mon grand étonnement, je remarque également une forte concentration de fumée, on utilise des méthodes similaires aux miennes, confirmant que je ne suis pas le seul à en vouloir aux hommes de main du parrain de la mafia.

Les hommes de Maroni, je pouvais les entendre parler, traumatisé par une présence qui n’était pas la mienne. Ils étaient groupés près d’un cadavre encore chaud, sûrement l’un des leurs. C’est là que j’aperçus la forme fantomatique responsable de leur déboire. Figure imposante à la voix caverneuse. Elle s’amuse avec eux, procurant terreur comme je sais moi-même si bien le faire. Je ne peux m’empêcher de sourire à cette ressemblance de nos alter ego, profitant de cette diversion pour gagner les hauteurs, j’observe cet autre justicier à l’œuvre. Il préfère les contacts au corps à corps, utilisant d’une lame. Les coups de feu retentissent, sans réel danger pour ce « collègue ». En peu de temps, trois sbires se retrouvent terrassés par ses coups, une justice comme je l’aime.

M’approchant un peu plus, alors que le spectre regagne les hauteurs afin d’éviter les balles des Italiens encore sous le choc, mes pieds cognent contre une caisse, attirant un bref moment le regard du justicier. Malheureusement pour lui, les hommes de Maroni l’ont aussi aperçu et ouvrent le feu. Je le vois disparaître, se mettant à couvert derrière une caisse, il était temps pour Spook de terminer le travail. Me laissant tomber aussi discrètement que possible au sol, mon garrot me sert pour liquider l’un des hommes, mon costume s’illuminant à nouveau. Son confrère ne comprenant pas ce qui se passe, ayant vu le fantôme devant lui il y a quelques secondes, se retourne pour voir son partenaire s’écrouler à ses pieds. La terreur l’emporte, il recule, abandonnant son arme. Mon pistolet muni d’un silencieux se lève et sa pauvre existence est réduite à néant.

La lueur verdâtre de mon costume se dissipe à nouveau  alors que je regagne les hauteurs intriguées par cet autre fantôme. Il faut croire que je n’étais pas le seul à vouloir en savoir plus, car à peine ais-je atteins le sommet des caisses que sa voix se fait entendre, brisant le silence de mort que nous avons installé. Prenant position devant lui, l’espace d’un couloir séparant nos emplacements réciproques, je redonne la lueur à mon costume, illuminant au même moment mes « yeux ». La luminescence, révélant ma position j’observe cet autre spectre, son masque figé, se posant sur moi.

D’après mon décompte, la majorité des gardes devaient être liquidées, le reste des hommes de Maroni devant être au sous-sol, sécurisant leurs œuvres d’art volé avant de les revendre au plus offrant. Nous étions donc calmes pour le moment, autant en profité.


–Intéressant. Moi qui croyais être le seul justicier fantomatique de Gotham. Je dois avouer que je suis agréablement surpris. Justice expéditive. Mais bon où sont passé mes bonnes manières. On me surnomme Spook. Ceci dit, j’incline légèrement ma tête en guise de salut.

–Nos buts semblent commun dans cette affaire, pourquoi ne pas coopérer pour mettre un terme à ce business, les hommes restant de Maroni doivent être au sous-sol, ils n’auront certainement rien entendu avec l’épaisseur du plancher de béton nous séparant de leur petit repaire secret. L’entrée est située derrière l’une des machines de nettoyage industrielle.


Je pointais dans la direction de l’entrée secrète, souriant du fond de ma capuche. Nul besoin de dévoiler mes sources pour cette information, ne connaissant pas encore suffisamment cet autre justicier. En plus, j’ai toujours l’habitude de garder un as caché dans ma manche, juste au cas. Mes aptitudes en hypnose pouvant peut-être m’être utiles si les choses tournaient mal avec ce « collègue ». Il ne restait plus qu’à attendre une réponse de sa part, en espérant que la confrontation ne soit pas son option, car je détestais faire couler le sang d’un innocent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les fantômes sont silencieux, ils se promènent deux par deux...   Sam 1 Nov - 23:20



Les fantômes sont silencieux, ils se promènent deux par deux

Val Kaliban/The Spook & Andrea Beaumont/Phantasm



Pendant un instant, le Phantasm se surprit à espérer que personne ne répondrait à son appel. Et pourtant, une silhouette apparut de l'autre côté du ravin, sur la pile de caisse qui lui faisait face : un individu masculin à première vue et adulte portant une grande cape sombre aux teintes légèrement vertes luminescentes. Son visage était indécelable, tout ce qu'on pouvait voir c'était l'éclat fantomatique de ses yeux qui restait fixé sur ceux de son acolyte fantasmagorique. Un silence régna pendant quelques seconde dans la buanderie avant que la fantôme ne prenne la parole. Il se présenta poliement, comme si il s'était s'agit de deux vieux amis qui se retrouvaient dans un bar pour une bonne cuite. Cette pensée fit sourire Andrea sous son masque alors qu'elle prenait une profonde inspiration afin de lui répondre de sa voix sombre et rauque. Elle aurait voulu parler plus avant à ce Spook mais malheureusement elle avait un rôle à tenir et le Phantasm était loin d'être aussi bavard que son alter égo féminin.

- Spook. Je suis le Phantasm. Et je te remercie pour ton aide, même si elle n'était pas nécessaire.

Ce dernier lui parla alors des autres individus restant, et Phantasm suivit du regard l'endroit qu'il indiquait pour s'y rendre. Une coopération avec un compère fantôme ? Andrea n'aimait pas s'allier à d'autres, ayant toujours crainte d'être trahie. Mais après tout, pourquoi pas ? Il était efficace, et si jamais il tentait de la doubler, elle lui ferait vite comprendre son erreur.

- Je vois. Et qui me dit que ce n'est pas un piège savamment orchestré? Tu sembles savoir y faire avec les effets spéciaux...

Le Phantasm actionna sa fumée avant de sauter avec agilité jusqu'en bas des caisses, observant un instant sa blessure à l'épaule. Rien de grave, et le bandage faisait son effet. Il faudrait juste recoudre tout ça en rentrant. En attendant, il fallait essayer de savoir exactement où étaient les hommes de Maroni restant. Et surtout est-ce que les indications de ce soit disant vigilante étaient véridiques. Le Phantasm se dirigea de son pas lent et altier jusqu'aux machines de nettoyage industriel, cherchant le passage dont il avait parlé.

- Admettons que je te fasse confiance, Spook. Si jamais c'est un piège, tu le regretteras.

Levant son bras, le fantôme masque fendit une des machines en deux pour découvrir un simple mur tout ce qu'il y a de plus banal. Il fallut l'intervention de son homologue fantôme pour qu'ils trouvent le passage et le Phantasm ne fit aucun commentaire là dessus, se contentant de lui faire signe de passer devant, les enveloppant dans sa fumée compact avant de s'engouffrer à sa suite dans le passage. Les escaliers étaient étroits et sombres, uniquement éclairés par des néons grésillant mais ils entendirent bientôt des voix venant d'une sale bien plus bas. Cela parlait italien visiblement. Spook n'avait donc pas menti pour le moment. Andrea le surveillait à travers son masque, la vision thermique lui révélant à peine la chaleur corporel de cet homme. Il avait pris beaucoup de soin à dissimuler sa présence et elle ignorait ces méthodes. Les découvrir pourrait être un atout de choix pour améliorer son costume.

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les fantômes sont silencieux, ils se promènent deux par deux...   Mar 4 Nov - 17:18

Ainsi ce collègue fantomatique s’appelait le Phantasm. Un nom judicieux. Mon « collègue » demeurait sur ses gardes du moins ses propos suggéraient qu’il ne me faisait pas entièrement confiance. Comment pourrais-je lui en vouloir, Gotham était une ville de taré sanguinaire après tout et encore plus en ce moment. Chacun pour soi, la règle d’or de cette ville et pourtant, la collaboration avait également quelque chose de bien. Laissant Phantasm se glisser au sol en premier j’observe ce fantôme se diriger vers les machines industrielles, utilisant de sa force pour tenter de trouver l’entrée dissimulée. Un bel essai.

Toutefois, rien de comparable aux connaissances que j’avais acquises grâce à l’hypnose. Rejoignant ce collègue du moment, j’utilise mes acquis, offert par une cible plus ou moins coopérative afin de trouver le levier permettant l’accès à l’escalier menant au repaire des hommes de Maroni. Les receleurs auraient droit à une belle surprise. La fumée produite par le dispositif de Phantasm envahit rapidement l’étroit corridor menant au sous-sol.

Je souris alors que peu à peu le discours des Italiens se fait de plus en plus clair. Nous approchons de notre but. Ma progression s’arrête, glissant une main dans mon costume, j’en ressors deux dispositifs avant de me retourner vers l’autre spectre. Il ne reste plus qu’une dizaine de marches pour atteindre la pièce où sont très probablement cachés les mafieux. Mon discours très faible, la discrétion étant de mise.


-Une petite surprise pour nos compagnons en bas. Ça nous permettra d’entrer dans la salle sans être vus. Je tournerais la tête deux secondes par contre.

Lançant la première boule, elle frappe violemment contre le sol, projette une lumière vive au reflet vert.

-Maintenant!

Sans attendre le Phantasm, je me précipite en bas des escaliers franchissant rapidement l’espace me permettant d’atteindre la pièce inférieure. Une fois sur place je repère un coin inoccupé derrière une armoire avant de lancer le second dispositif situé dans ma main. Un épais brouillard envahit la pièce. La dizaine de mafieux aveugles par mon dispositif lumineux retrouve peu à peu la vue pour se retrouver dans une pièce plongée dans le brouillard. Ne comprenant pas ce qui se passe, ils sortent leurs armes et lancent de futiles menaces. L’un d’eux s’approche lentement de l’escalier, n’y voyant pratiquement rien, cherchant à fuir. Mon pistolet stoppe sa progression. Son corps s’écroulant au sol terrorise ses collègues. Je souris.

Un nouveau gadget quitte ma main pour rouler au sol derrière le groupe de mafieux. Activant le dispositif, il émet un son semblable à la plainte d’un fantôme. Les hommes de Maroni se retournent, cherchant l’origine de ce bruit. La parfaite distraction pour une seconde offensive contre ces hommes ne sachant pas ce qui les attend. Je vois mon homologue se déplacer, il entre en scène. Autant lui laisser le champ libre, les affrontements au corps à corps n’étant pas ma principale force. Je m’assurerai de couvrir ses arrières en cas de danger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les fantômes sont silencieux, ils se promènent deux par deux...   Dim 9 Nov - 19:49



Les fantômes sont silencieux, ils se promènent deux par deux

Val Kaliban/The Spook & Andrea Beaumont/Phantasm



Le collègue éphémère du Phantasm avait descendu les marches à ses côtés avant de lancer une étrange boule qui avait provoqué une puissante lumière, aveuglant leurs cibles. Andrea ne pouvait qu'être remarquablement surprise par de tels gadgets. Il fallait vraiment qu'elle pense à refaire le plein dés qu'elle le pourrait. Et d'ailleurs, si son acolyte pouvait lui fournir quelques uns, ça ne serait pas de refus. Il fallait juste trouver de quoi sceller leur alliance. Bah, elle verrait en temps voulu. Inutile de se précipiter alors qu'il y avait encore des mafieux à éliminer.
Son acolyte s'engouffra dans la salle souterraine afin de se jeter sur leurs cibles. Pendant un court instant, le Phantasm observa la technique de Spook. Ses techniques sont définitivement très similaires à celle de la jeune femme à quelques détails prêt. Andrea n'aimait pas vraiment les armes à feu. Les balles étaient bien réelles et pouvaient permettre aux policiers de remonter jusqu'à l'arme du crime et bientôt jusqu'au tireur. Mais vu les talents de ce fantôme là, il était évident qu'il avait du trouver un moyen de palier au problème. Dans son cas, Andrea aurait préférer emprunter l'arme d'un autre afin de faire croire qu'il y avait eu règlement de compte. Le brouillage de piste. Rien de plus idéal pour semer le doute parmi les agents du GCPD.
A la fumée de Spook s'ajouta celle brumeuse du Phantasm qui s'avança dans la pièce silencieusement, semblant flotter. Les hommes avaient été déroutés par un autre gadget qui les avaient fait se retourner vers l'autre côté de la pièce. Parfait donc pour les prendre à revers. Le Phantasm trancha la gorge de l'un sèchement avant de s'esquiver sur le côté afin d'éviter les potentiels assauts de ses ennemis qui paniquaient en voyant un cadavre de plus autour d'eux. Elle se réfugia donc au milieu de sa fumée avant de remarquer un panneau de commande. Un rapide coup d'oeil lui permis d'en déduire qu'il contrôlait la lumière de cette pièce. Elle abaissa le levier, et ils se retrouvèrent dans le noir le plus complet. Les lunettes infrarouges du Phantasm par contre lui permettaient de voir parfaitement ses victimes terrifiées.

- L'ange de la mort vous attend...

Le Phantasm se rua au milieu des hommes pour les désarmer avant de les achever avec l'aide de son nouvel acolyte. Des coups précis, chirurgicaux presque, afin de réduire aux silences ces criminels.
Un silence de plomb retomba sur la pièce alors que la vigilante scannait habilement pour vérifier que toutes les cibles étaient décédés. Puis, elle tourna ses yeux étincelants vers Spook, comme attendant quelque chose de lui.

- Je te remercie pour ton aide, Spook.

La silhouette imposante et masculine s'inclina très légèrement avant de rallumer la lumière de la pièce et se mettre à inspecter les lieux. Il y avait une table au centre de la pièce qui avait été renversée et la jeune femme avait bien l'intention d'analyser la paperasse et tout ce qui pouvait être un indice pour poursuivre sa quête de justice. Et si Spook voulait continuer à l'aider, il était le bienvenu.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Les fantômes sont silencieux, ils se promènent deux par deux...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les fantômes sont silencieux, ils se promènent deux par deux...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Inscriptions partie 58: Deux par deux rassemblés
» Quelle sont les ressources Naturelles d'Haiti?
» Deux loups, deux Feuilles
» Deux nains, deux humains, une hobbit et une change-peau sont dans un bateau ...
» Une femme aurait accouché d’un poisson...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: East End :: Little Italy-