RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Mar 26 Aoû - 16:59

Un soir comme un autre, dans les tréfonds de Park Row. Des odeurs des plus désagréables pour accentuer l'ambiance glauque des ruelles. Des lampadaires à la lumière jaune, dégueulasses. Il n'était que 20h à peine, et les rues n'allaient cesser de se remplir durant la nuit. D'ici une heure, il y aurai des types louches partout. Et surement quelque uns au My Alibi.
Ce soir là, la gérante du bar malfamé s'était accordé un peu de repos, et avait décidé de passer la soirée chez elle, au calme. Son programme de la soirée ? Prendre un bain moussant et larver devant la télé en dévorant des cookies fait maisons de la part de Countess. A défaut de poulet, ça pouvait le faire.
Deux semaines s'étaient écoulés depuis les retrouvailles avec Black Mask, et durant ces quinze jours, la femme-fatale avait effectué la part de son "contrat" : les quatre mallettes avaient été vendues sans problèmes, et l'argent était bien là, en sécurité dans son appartement. Depuis les différents incidents survenus au bar, et malgré ses coups de chance, la sombre étoile ne pouvait pas se permettre de prendre de nouveaux risques. Aussi, bien que l'homme au masque et la brune incendiaire entretenaient une excellente relation des plus ambiguës, perdre cet argent serait une erreur fatale et stupide pour la jeune femme.
De plus, durant ce laps de temps, le petit Daryll qui avait osé provoquer leurs colère, trouva la mort quelques jours après que le tortionnaire sadique ai délibérément livré le jeune homme à Stella. Comme Marvin, il mourut dans les flammes, sous les yeux de la femme qu'il avait tenté d'approcher d'une bien minable façon.

Pourtant ce soir là, toute cette histoire n'était qu'un lointain souvenir pour l'américano-italienne, debout face à la baie de Gotham, sur le balcon de son salon. Terminant sa cigarette, elle n'éprouvait aucun regret et avait bien l'intention de profiter de sa soirée. La direction du bar ce soir était aux mains d'Otto et HolyKate, ça devrait aller. Un peu de bon temps en tête à tête avec soi-même après tout, ça ne pouvait pas faire de mal de temps en temps.
Malheureusement pour Miss Black, son envie d'aller à la salle de bain fût coupée nette par la sonnette. De la visite à cette heure ? Qui ça pouvait être ? La voisine du dessous qui avait encore perdu son sale matou ? Encore un de ces religieux aux messages des plus débilisants ? Et pourquoi pas Countess avec une autre fournée de cookies ? Rien de tout cela !
En ouvrant la porte, la femme-fatale reconnue bien vite John, l'un des sbires du Black Mask rencontré la dernière fois. Il était accompagné d'un autre gars, occupant visiblement la même fonction que lui. Inconnu au bataillon celui-là par contre.

" Madame Black ? Monsieur Sionis souhaiterai s'entretenir avec vous dans ses appartements de la Black Tower. Tout de suite. "

Bordel.
Stella leva un sourcil surpris, et alla écraser son mégot dans le cendrier, sur la table basse. Décidément, le criminel aimait surprendre; mais jamais deux sans trois après tout. Les deux hommes entrèrent derrière elle, et fermèrent la porte.
Cette invitation n'était pas du tout dans ses plans, mais elle ne pouvait pas dire non. Ça devait être important; surement voulait-il récupérer son argent des ventes ?
La sombre étoile se regarda quelques instants dans la baie vitrée. Habillée de son treillis tâché et d'un débardeur semblant être passé sous une moissonneuse-batteuse, il était évident qu'elle ne pouvais pas y aller dans cette tenue.

" Laissez-moi juste le temps de me changer, et de prendre l'argent. " déclara simplement la brune, sans attendre de réponse.

Elle s'engouffra dans sa chambre et s'y enferma, le temps de quelques minutes. Cette sensation d'être comme mise au pied du mur était quelque chose qu'elle détestait particulièrement.
Un peu furax, elle se déshabilla et jeta sans délicatesse ses vêtements sales sur le lit. Puis,  sans même regarder, elle pris la première chose de son armoire qui lui passait sous la main : une robe moulante beige imprimée peau de serpent. Eh merde, d'où es-ce que ça sortait ça ? Ah oui. Un cadeau de Countess l'année dernière pour son anniversaire. La poisse...
Même si les robes avantageait beaucoup la gérante du My Alibi, elle n'en mettait jamais. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'elle en avait marre de distribuer des droites à tous les abrutis qui la reluquait dans la rue, et qu'en plus de ça, en cas de baston, c'était pas pratique.
Malgré elle car faute de temps, elle enfila la robe. Une chance, elle allait encore. Par contre, c'était un peu court... A l'essayage l'année dernière, ça arrivait tout juste au dessus des genoux, tandis que là, ça s'était relevé jusqu'à mi-cuisse. Putain, sans parler du décolleté plongeant, c'était pas du tout le genre de fringues que Stella mettait habituellement. Enfin bon pour une fois, ça allait pas la tuer, et puis elle n'était pas frileuse.
Ne voulant pas vraiment faire attendre Roman Sionis, la femme-fatale grogna, et enfila ses éternelles rangers à défaut de talons qui auraient été cent fois plus assortis à la robe. Pas le temps, et encore moins l'envie de se prendre la tête.
Prenant le soin de prendre un grand sac de sport noir avant de quitter la chambre, elle pénétra dans sa salle de bain, sans dire un mot aux deux sbires qui attendaient dans le salon. La sombre étoile s'accroupi face à sa baignoire, et releva la serviette posée sur le bord. Caché dessous, une petite porte utilisée pour la plomberie en cas de problème. Une planque de fortune que peu de gens auraient pu soupçonné. Toutefois, en ouvrant la petite porte, l'américano-italienne se disait qu'il était préférable de trouver autre chose de moins précaire. Enfin, sous ses yeux, l'argent destiné au tortionnaire sadique, emballé dans de simples sachets de congélation avec zips. Six cents mille dollars pour l'homme au masque, soit six milles billets à l'effigie de Benjamin Franklin, c'était plutôt correct. Le reste ? Déjà sur l'un des comptes de Stella. Après tout, elle n'allait pas cracher sur sa part.
Sans prendre la peine de d'enlever les billets de leur emballage plutôt rustique, elle les mit dans le sac à la hâte. Au bout de deux minutes, les quarante sachets de billets furent dedans.
La femme-fatale se redressa et sorti de la salle d'eau. Les deux hommes du criminel avaient très bien vu la scène, et John se décida à la débarrasser de son chargement.

" Nous pouvons y aller ? "
" Ouais, j'vous suis. "

Les deux hommes sortirent dans le couloir, visiblement attentif au moindre bruit, au moindre mouvement. Après tout, avec tout le fric qu'ils avaient entre leurs mains, c'était normal. Et vu leur patron, ça l'était d'autant plus.
La jeune femme enfila son perfecto et quitta son appartement, prenant au passage le premier chapeau qui lui venait sur le porte manteau. Elle s'attendait à son habituelle casquette militaire, mais au lieu de ça, elle enfila sur sa tête un borsalino noir entouré d'un galon noir satiné. Finalement, malgré son manque d'intérêt pour la mode, son look était un mélange subtil entre femme-fatale de polar, et gangster des années trente. Ça la changeait pas mal mais n'enlevait rien à son charme brut.
Ils quittèrent rapidement l'immeuble, et se retrouvèrent dans une ruelle adjacente, ou attendait une luxueuse limousine noire aux vitres teintées.
Vraiment, tout ce luxe la mettait à la fois mal à l'aise, mais l'excitait aussi beaucoup d'une certaine façon. Qui disait "luxe", signifiait inévitablement "argent à foison". La gérante du My Alibi ne regrettait décidément pas cette collaboration avec le tortionnaire sadique.
On lui ouvrit la porte, et elle monta.

Le trajet en limousine se déroula dans un silence d'église. De Park Row à Midtown, ça faisait un sacré bout de chemin quand même. John conduisait tandis que l'autre sbire était assis à côté d'elle, aussi expressif qu'un chien écrasé. Durant leur déambulation nocturne, Stella regardait les lumières de la ville s'intensifier et la misère disparaître au fur et à mesure qu'ils entraient dans le coeur de la ville du Crime. C'était dingue quand même de passer du coq à l'âne comme ça...
Elle semblait complètement perdue dans sa contemplation. Pourtant, en passant dans les rues d'Otisburg, près du Knight's Dome, le regard de vipère de la femme-fatale s'assombrit, passant d'une expression complètement neutre à une expression de haine implacable. Tellement haineuse qu'elle s'en mordit l'intérieur des joues avec force. Oui, ce quartier lui rappelait des souvenirs, certainement les pires de sa vie. Mais aussi, son premier "brasier". Son terrible secret que personne d'autre qu'elle ne connait. Une pure vengeance, monstrueuse et cruelle, que jamais elle ne regrettera malgré le dégoût que pouvait inspirer son acte. Marvin et Daryll à côté, ce n'était rien. Si c'était une chose à refaire, elle le referai sans la moindre hésitation, sans la moindre once de compassion. Juste de la haine, à forte dose concentrée, irradiant ses veines.
Une fois ce quartier dépassé, son regard brûla de mépris jusqu'à Robinson Park, et rien ne réussi à éteindre cette flamme de rage. La sombre étoile se calmait toujours seule, murée dans le silence.

Enfin, ils arrivèrent à la fameuse Black Tower, au coeur du quartier économique de Gotham. Encore une fois.
John s'arrêta devant l'imposante tour, et on fit descendre l'associée de Black Mask. Les deux sbires de chaque côtés (dont l'un d'eux tenait le sac rempli d'argent), l'américano-italienne pénétra dans l'immeuble, sous le regard d'autres vigiles, notamment ceux à l'entrée, au niveau des portiques sécurisés réservés aux salariés. L'immeuble était bien sûr vide de toute personne lambda, mais la visite de Stella n'échappa nullement à certains pingouins. Une femme revenir à la Black Tower ? C'était bien la première fois depuis longtemps. Ils n'étaient pas dupes, et se doutaient bien que cette créature étaient "spéciale" aux yeux de leur patron. Était-elle seulement de passage cette fois-ci ou allait-elle encore repartir de lendemain aux alentours de midi, comme il y a quinze jours ? Même la femme-fatale se posait cette question.
Comme la fois précédente, ils empruntèrent le quatrième ascenseur, réservé aux VIP. Le seul ayant pour particularité d'aller jusqu'aux appartements de privés de Roman Sionis.
Alors qu'elle défiait la gravité en continuant son ascension jusqu'au cent-unième étage, la jeune femme fronça les sourcils, un peu angoissée, mais aussi agacée par ce goût de sang dans la bouche que lui avait laissé sa morsure impulsive. Que cachait cette invitation surprise ? Elle n'était pas naïve, et se doutait bien qu'il serai question d'autre chose. Que ce soit nouvelle collaboration, d'autres projets, voir même un peu de bon temps. L'un comme l'autre, elle ne dirait pas non, parce qu'il était ce tortionnaire sadique qu'elle savait apprécier. Son "Mister Black", comme elle se plaisait à l’appeler affectueusement....
Lorsque les portes de l'ascenseur s'ouvrirent, Stella chassa ses pensées grivoises dans un battement de cils, et préféra afficher son sourire hautain habituel, en passant une main dans sa luxuriante crinière brune, attendant de se faire conduire au bureau du criminel, qui n'était plus très loin désormais.

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Jeu 28 Aoû - 2:46

Roman Sionis était dans ses appartement privés, regardant la baie vitrée d'un œil vague. Il n'aurait désormais qu'une ou deux nuits de repos. La suite des évènements s'annonçait riche en action, en business et en frisson. Le complot " Congélation " n'allait pas tarder à frapper, et tout allait être millimétrés. Une bonne partie de ses hommes serait un peu partout, et cela, ça le mettait hors de lui. Il n'aimait pas du tout que ses hommes se dispersent. Mais il devait faire avec. La gloire était au bout. Lorsque tout se passerait, Roman serait le plus riche, le plus influençable et le plus craint. Il voulait obtenir et mériter ses titres. Il le désirait de tout son âme. Assis sur son lit, les mains croisés devant sa bouche, il se leva brusquement, fixant la vue magnifique que lui offrait Midtown. Il dominait tout ce quartier. Le Pingouin était mourant. Bientôt, avec l'aide du complot et du Romain, il serait le maître de Gotham. Il se le devait.

Plus tôt, l'homme au masque noir avait déposé deux verres sur la longue table et avait servi, pour son invitée et lui même, un excellent whisky. Il fallait qu'elle se sente à l'aise, car avec ce qu'il allait lui annoncer, il faudrait que Stella soit tranquille. Black Mask ne voyait pas la brune incendiaire s'emporter mais elle aurait sans doute un choc. Très bien, petit récapitulatif. Si tout se passait comme prévu, dans les trois prochains jours, Roman aurait récupérer sa banque, ainsi que son aciérie, ainsi qu'un bon paquet de fric. Génial. Mais après ? Sa tâche ne serait pas fini, puisqu'il devra aider Carmine à récupérer l'Est End. Roman haussa les épaules. Tout cet action le décontracterait. Ca faisait un bail qu'il n'avait pas torturé. Et la seule proie qu'il avait, à savoir un jeune motard débile, il l'a laissé à Stella, pour se faire bien voir. Il aurait dû lui arracher la langue, avant de la lui remettre. En parlant du jeune Daryll, on aurait retrouvé son corps carbonisé. Le masque noir n'y avait pas prêté une grande attention, mais il savait très bien qui était le pyromane. Ou plutôt, la pyromane. C'est d'ailleurs une facette de Stella qu'il aimait tout particulièrement. Plus qu'une alliée, c'était son alter égo féminin.

La porte s'ouvrit soudain sur John et sa jeune invitée.

" Miss Black est arrivée, Monsieur. "

Puis il referma la porte sur Stella.

C'est vrai que la semaine allait être mouvementée. La mort du clown prince du crime. La mort du boucher de Gotham. Roman adorait rêver de ce genre de chose. Le sourire affreux du Joker, son regard vide semblant parcourir le ciel, le rejoignant ... Et laissant tout le monde tranquille ! Mais au faites, le grincement de porte ... Qui le rejoignait ? Miss Black ? Un coup d'œil distrait vers la porte et Stella le sortit instantanément de sa rêverie, et c'est avec des yeux surpris qu'il se tourna vers la sombre étoile.

" Stella ! Sers toi, je t'en prie. "

Il marcha vers la table et lança un sourire à Stella.

" Nous avons à parler. Mais assis toi, ils vont nous servir à manger. J'espère que tu n'a pas encore dîner. Moi, j'ai faim."

Il prit son verre et le bu lentement et calmement. Il le reposa alors qu'il n'en avait bu que la moitié. Il fallait tout de même se montrer correct envers ses invités.

" Beaucoup d'évènement vont s'enchaîner très vite, j'ai donc - tu as bien pensé à prendre mon fric en venant ? - quelques questions à te poser et, par mesure de précaution, tu va rester quelques temps à la Black Tower, si ça ne te pose pas de problèmes. La vente des armes s'est bien passée ? Tu n'a pas rencontrée de justiciers ou de tarés dans le bar ? Aucun de gang - putain, jamais là quand on à besoin de lui, merde ! - ne sévit à Park Row ? Je vais t'expliquer pourquoi il est nécessaire que tu reste quelques temps ici, mais d'abord, profite un peu du repas, d'accord ? "

Le Black comptait bien avoir des réponses à ses questions. Il prit son téléphone et appela John, pestant intérieurement contre lui pour être parti sans en avoir demandé l'autorisation et s'insulta lui même pour avoir parlé si vite du fait d'être resté à la Black Tower. Enfin bon, il allait lui expliquer. Mais une nouvelle fois, il comptait bien ne pas avoir à ramener Stella chez elle, ce soir ...

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Ven 29 Aoû - 12:59

A peine entrée dans la pièce que John annonça l'arrivée de la jeune femme, avant de partir aussi vite qu'il était venu. Avec le fric ? Plutôt bizarre comme attitude. Son boss n'allait sûrement pas manquer l'occasion de lui remettre les pendules à l'heure.
Bien vite, la sombre étoile remarqua Roman, debout face à une grande baie vitrée, et visiblement perdu dans les lumières de la ville. Il fallait dire que la vue sur la ville du Crime était imprenable, elle le savait puisqu'il y a deux semaines, elle avait eu l'occasion de l'admirer. Elle remarqua aussi une longue table, sur laquelle était déjà dressé deux verres de whisky. Effectivement, Sionis l'attendait, et visiblement c'était pour non seulement parler affaire, mais aussi passer un peu de bon temps autour d'un verre. Une nouvelle habitude entre eux on dirait, et c'était bien loin de déplaire à Stella.
C'est avec une expression de surprise que le criminel accueillit sa complice, et l'invita à se servir à boire dans un sourire. Chose qu'elle fit bien entendu après avoir jeté son chapeau de manière désinvolte sur le lit. Alors, voyons ce crû... Vu la bouteille, c'était un très bon whisky. C'est qu'il ne se moquait pas d'elle ce soir dis donc, ça s'annonçait bien.

" Nous avons à parler. Mais assis toi, ils vont nous servir à manger. J'espère que tu n'a pas encore dîner. Moi, j'ai faim."

Encore un dîner ? Eh bien, en voilà un excellent programme ! C'est avec un petit sourire enthousiaste que l'américano-italienne prit place sur l'un des fauteuils, jambes croisées avec son verre à la main. Putain de merde, cette foutue robe moulante ne faisait que remonter sur ses cuisses. Oh certes ça lui faisait des jambes de rêve, mais la femme-fatale était plutôt mal à l'aise avec cet accoutrement. Elle cacha ce malaise en reprenant son expression neutre habituelle alors que Sionis buvait la moitié de son verre.

" Beaucoup d’événements vont s'enchaîner très vite, j'ai donc quelques questions à te poser et, par mesure de précautions, tu va rester quelques temps à la Black Tower, si ça ne te pose pas de problèmes. La vente des armes s'est bien passée ? Tu n'a pas rencontrée de justiciers ou de tarés dans le bar ? Aucun de gang ne sévit à Park Row ? Je vais t'expliquer pourquoi il est nécessaire que tu reste quelques temps ici, mais d'abord, profite un peu du repas, d'accord ? "

Wow wow wow; quelques questions ? La bonne blague, ça ressemblait limite un interrogatoire. Mais bon, vu la paranoïa du tortionnaire, ça se comprenait.
Alors que son interlocuteur prenait son téléphone, Stella fronça les sourcils alors que son sourire disparaissait progressivement. Rester ici ? C'était quoi ce plan ?
L'homme au masque paraissait calme, mais la femme-fatale commençait à bien le connaitre, et sentait très bien qu'il était plutôt... stressé ? Énervé ? Angoissé ? Autant de synonymes pour le même état d'esprit, et elle n'aimait pas trop ça. C'était aussi contrariant que cette foutue robe, si bien que la jeune femme n'osait pas décroiser les jambes. Elle prit la parole après une gorgée. Finalement la tirade de Roman avait réussi à la stresser elle aussi, mais n'en laissa rien paraître dans la voix, prenant un air faussement détendu.

" Tout s'est bien passé, et à part un petit gang de gamin en culotte courtes qui vends de la coke bas de gamme, il se passe rien... d'ailleurs je sais pas ce qu'il fout ton guignol mais il a embarqué le fric. Je crois. Et sinon ouais, j'crève la dalle. "

Elle marqua une pause, retenant l'envie de se trémousser sur le fauteuil. Non elle pouvait décidément pas rester assise. Elle n'y arrivait pas. Elle aurait mieux fait de se raviser et d'enfiler un pantalon au dernier moment. Si ça ne tenait qu'à elle, elle aurait déjà envoyé baladé la robe pour se mettre à l'aise, et tant pis si elle devait s'entretenir avec l'homme au masque en sous-vêtements et veste en cuir. De plus, cette ambiance tendue naissante... ça ne la rassurait pas, et ça, Stella eu du mal à le cacher. Ça aussi, elle n'y tenait plus finalement.
Dans un soupir elle se leva, posant son verre sur la table. Finalement avec ce maudit bout de tissu, elle était mieux debout. Après avoir tiré le bas de sa robe avec insistance, la femme-fatale se posa contre le bord de la table. Ah punaise, c'était cent fois plus confortable...
Anxieuse, Miss Black planta ses yeux émeraudes dans ceux de Roman. Ils brillaient clairement d'interrogation et d'inquiétude au milieu de la pénombre. Dans quel genre d'affaire es-ce qu'il pouvait être en ce moment pour lui demander tout ça ? Étrangement, elle s'inquiétait non seulement pour elle, mais surtout pour lui, et c'était bien une des rares fois que l'on pouvait voir cette expression sur son visage. Parce que oui, jusqu'à maintenant, les seules personnes pour qui la sombre étoile témoignaient un réel intérêt étaient Countess et Otto. Depuis quelques temps déjà, le business-man s'était ajouté à cette liste, avec une place toute particulière, sauf que la brune, trop fière, préférait nier l'évidence.

" Roman, qu'es-ce qui se passe... ? " souffla Stella d'un ton qui trahissait son état d'esprit. " Des ennuis...? Pour que tu me demande de rester c'est que quelque chose se prépare je me trompe ? "

En attendant des réponses et la suite du récit du tortionnaire sadique, elle se surpris intérieurement mais un peu tard, à avoir appelé pour la première fois l'homme en face d'elle par son prénom. Un simple "mot" qui disait ô combien elle s'était attaché au Black Mask.

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Mar 2 Sep - 15:40

Roman commençait à s'impatienter, se demandant pourquoi ce con était partit avec la mallette. Surement pour mettre le fric en lieu sûr, mais dans quelques temps, il allait signer un gros contrat qui marquerai un tournant dans sa carrière et triompher du clown prince du crime. Dans le même temps, il vit que Stella n'était pas à l'aise, et n'en découvrit la raison que quelques minutes plus tard, non sans avoir regardé avec insistance les jambes de rêves de son invitée. D'ailleurs, le masque faillit éclater de rire. Stella avec une robe ? Ben voyons. Cet évènement était aussi plausible que de voir le Joker en costard cravate et parlant affaire à la mafia sans sourire une seule fois. Enfin bon, il n'y avait plus rien qui étonnait Black Mask. Et John qui ne répondait toujours pas.

"Bien sûr, ne répond surtout pas " marmonna t'il.

Car oui, malgré tout ce qu'on aurait pu penser, Black Mask ne se fichait pas de ses hommes et les connaissaient sur le bout des doigt. Plus tôt dans la soirée, Le Black Mask avait demandé de torturer un homme d'un gang mineur qui lui avait fait de la concurrence au niveau des armes. D'ailleurs, ces armes n'étaient pas de très bonne qualité, mais étaient beaucoup moins chères, ce qui faisait de l'ombre au leader de la pègre de Gotham. Avant que le coup de Freeze ne se mette en route, Roman avait prévu d'éliminer ce gang, nommé les Skeleton Red, et de prendre tout leurs armements. Ainsi, il serait le seul et l'unique à faire du trafic d'arme, et son trafic de drogue et humain marchait à merveille avec le vieux Falcone. D'ailleurs tout allait pour le mieux. Dans moins de deux jours, il serait le plus grand de Gotham.

En le torturant, John était sensé faire parler le gars du gang, et ce silence lui prouva qu'il n'avait pas terminé le boulot. Et quand Sionis lui demanderait des explications, alors il lui annoncerait, comme à son habitude, qu'il avait perdu son téléphone. Si il ne lui avait toujours pas donné de bonne leçon, c'est que John était fidèle à la False Face Society. Mais là, Roman était beaucoup trop stressé, et il n'allait pas tarder à bouillir de fureur.

" Tout s'est bien passé, et à part un petit gang de gamin en culotte courtes qui vends de la coke bas de gamme, il se passe rien... d'ailleurs je sais pas ce qu'il fout ton guignol mais il a embarqué le fric. Je crois. Et sinon ouais, j'crève la dalle."

La femme fatale se leva, visiblement gênée et pas très à l'aise dans sa robe. Elle avait dû faire ça à la va-vite. Il regarda un instant Stella et resta planté un moment devant une telle beauté. De toute les femmes qu'il avait vu, presque aucune ne lui arrivait à la cheville. Et il fallait qu'il déniche une femme aussi belle dans Park Row, alors que toute les bourges de Midtown rêvaient d'être l'élue du Black Mask.

" Roman, qu'es-ce qui se passe... ? Des ennuis...? Pour que tu me demande de rester c'est que quelque chose se prépare je me trompe ? "

C'était la première fois qu'elle ne l'appelait pas " Mister Black " lorsqu'ils se parlaient en tête à tête. Décidément, si elle devait passer quelques jours ici, il devait lui dire la vérité.

" Attends, accorde moi deux secondes, s'il te plaît. "

Il fallait qu'il passe ses nerfs sur quelque chose avant que sa tête n'explose. Un Sionis stressé, c'est l'équivalent d'un Sionis énervé et en furie. Il rappela John, mais cette fois-ci, il ne raccrocha pas au répondeur.

" John, tu laisse tomber l'autre con et tu me ramène la mallette. SI JE NE L'AI PAS DANS DEUX MINUTES, JE TE VIRE. ET COMME CHEZ BLACK MASK, ON NE VIRE PAS, JE T'ENVOIS BOSSER A L'ACIERIE. TU SAIS QUI IL Y AS, DANS L'ACIERIE ? DEUX MINUTES. "

Il raccrocha enfin, un peu avant que sa voix ne déraille, puis il souffla un grand coup, regardant enfin Stella dans les yeux. Il était plus calme et plus posé, tout à coup. Espérons que cela dure jusqu'à la fin de la soirée. Malgré tout, il ne put s'empêcher de jeter quelques regards furtifs dans les coins de la pièce à la recherche de micros. C'était absurde, il était plus en sécurité chez lui que dans un commissariat, dans une cellule surveillée par plusieurs gardes, mais il était certain qu'on l'épiait tout le temps, et même qu'un mercenaire tentait de lui tirer dessus, au sniper, de l'extérieur.

" Excuse moi pour ce petit imprévu. En effet, il va se passer quelque chose. Freeze va lancer une sorte de bombe qui gèlera tout Gotham. Il compte assassiner Batman avec l'aide de Bane et de Poison Ivy. Moi, il veux que je sois le plus grand de la pègre en échange de financement pour ses recherches, afin de sauver sa femme Nora. "

Il marqua un instant de pause, pour que Stella mesure l'ampleur de la situation. Une fois son petit effet passé, il tenta de parler mais la porte s'ouvrit à la volée sur un John livide, mallette en main.

" Euh, désolé, boss, j'avais perdu mon téléphone. Vous pensiez pas ce que vous disiez, pas vrai ? "

" Pose ça devant la porte et tire toi. Je m'occuperais de l'autre con moi même après avoir parlé à Ste... mon invitée. "

Franchement, ce mec était le roi des cons. Non seulement il se barrait avec le fric de Roman, mais en plus il le coupait dans une conversation plus qu'importante. Après un petit blanc où le Black Mask s'autorisa un soupir, il continua

" Tu comprends certainement ce que ça signifie ? Gotham sera congelée. Tu ne sera en sécurité qu'ici. Je ne suis même pas sûr que ton bar tienne le choc. Si tu as des questions, n'hésite pas. "

Attendant le moindre signe, la moindre crainte ou question de la femme fatale, Roman bu un peu de son whisky. Le plat arriva enfin, et on servit deux grosses côtes de bœufs et des pommes de terres. C'était pas très gastronomiques, mais c'est ce qu'avait demandé Roman. Au moins, avec ça, il n'aurait plus fin après. Voyons ce que dirait Stella du cuisinier qui travaillait deux fois par semaines au Ritz.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Mer 3 Sep - 2:52

Attendant que le tortionnaire sadique se calme, Stella l'observait, toujours en proie à ses nombreuses questions. Qu'es-ce qui pouvait bien se tramer pour que le Black Mask soit aussi énervé ? L'américano-italienne ignorait ses affaires avec Falcone et l'autre bande rivale, mais n'était pas née de la dernière pluie. Pour qu'il passe ses nerfs sur quelqu'un, c'est que la situation n'était pas au beau fixe. Le pauvre John à l'autre bout du fil avait bien intérêt à se dépêcher. Tiens d'ailleurs, qu'es-ce qui pouvait bien y avoir d'intéressant à l'Aciérie ? Hum, du sale boulot ? Sans doute.
Roman raccrocha d'un coup, véritablement au bord de la crise de nerfs. Il avait l'air calmé. Enfin un peu. Les regards égarés de Sionis dans le décor n'échappèrent nullement à Stella, qui osa s'en amuser. Mais fallait pas abuser non plus, car même si leurs rapports étaient au beau fixe, la susceptibilité de l'homme au masque risquait de provoquer un orage. En le voyant méfiant même chez lui, la femme fatale lâcha un léger rire, se retenant d'être trop acerbe.

" C'est qui 'l'autre con' ? " demanda t-elle gentiment en lui lançant un regard taquin " Un invité surprise qui se cacherai sous ton lit ? "

Gardant pour elle ses allusions au croque-mitaines, elle le laisser parler et plongea ses yeux d'émeraudes dans ceux du tortionnaire.

" Excuse moi pour ce petit imprévu. " repris le criminel de sa voix macabre. " En effet, il va se passer quelque chose. Freeze va lancer une sorte de bombe qui gèlera tout Gotham. Il compte assassiner Batman avec l'aide de Bane et de Poison Ivy. Moi, il veux que je sois le plus grand de la pègre en échange de financement pour ses recherches, afin de sauver sa femme Nora. "

Black Mask collaborer avec cet eskimo de science-fiction romantique et cette écologique fanatique bonne pour le lance-flamme ? C'était très... surprenant. Décidemment, l'homme en face d'elle ne manquait pas de cartes dans ses manches. Toutefois, après réflexion, mieux valait parfois accepter de collaborer avec les tarés dans cette ville pour rester en vie, et obtenir ce que l'on veux. Mais geler une ville entière pour éliminer une bête volante, ce n'était pas un peu trop ? Dans un pincement de lèvres, la femme-fatale pensa aux centaines d'innocents qui allaient faire les frais de cette folie, dont ses propres amis. Peut-être parviendra t-elle à les prévenir et à les protéger de cette vague de froid volontaire. Et en prime, au plus profond d'elle-même, la gothamite ne pouvait s'empêcher d'angoisser pour la vie de son collaborateur. Un seul faux pas, et les deux anciens pensionnaires d'Arkham lui faisait la peau.
Son interlocuteur semblait vouloir poursuivre, lorsque soudain, John intervint, arrivant dans la pièce comme un cheveu sur la soupe. Putain qu'es-ce que Stella pouvait avoir envie de l'étrangler à ce moment là... L'échange entre les deux hommes fût bref, et ponctué de colère de la part de l'homme au masque, chose compréhensible. Comme un bon toutou bien obéissant, le sbire déposa l'argent et quitta les lieux aussi vite qu'il était venu. Par ailleurs, la gérante du My Alibi avait très bien entendu Roman se rattraper pour désigner la jeune femme, afin de ne pas montrer l'attachement particulier qu'il éprouvait pour elle. Intérieurement, elle ne pût s'empêcher de sourire à cette attention.
Enfin, après un soupir, le criminel repris son discours.

" Tu comprends certainement ce que ça signifie ? Gotham sera congelée. Tu ne sera en sécurité qu'ici. Je ne suis même pas sûr que ton bar tienne le choc. Si tu as des questions, n'hésite pas. "

Merde.
Putain de merde.
Elle n'y avait pas pensé.
Cette tirade assomma Stella. Véritablement.
Là tout de suite, c'était elle qui ne tenait pas le choc.
Si l'américano-italienne était du genre à ne jamais montrer ses émotions, lorsqu'elle les laissait s'exprimer, elle venaient du plus profond de ses tripes. Rares étaient les fois où elle était dans cet état. Avec Otto, cela avait dû lui arriver 3-4 fois. Dans ces moments là, soit elle explosait de rage en frappant tout ce qui pouvait lui passer sous la main, ou alors elle s'abandonnait aux larmes.
Le visage figé, tête baissée, elle était anéantie par le constat qu'il venait de faire. Alors qu'on ramenait sur la table les plats plutôt copieux, la sombre étoile venait de perdre son éclat, se laissant tomber sur sa chaise, l'air complètement absent, et profondément triste. Elle en avait oublié la robe et s'était tout naturellement assise en serrant les cuisses. Nerveusement, les mains dans les poches, elle serrait aussi les poings, ne sachant pas comment réagir.
Ce bar, c'était toute sa vie. Son enfance, ses souvenirs, ses employés, ses amis, mais surtout, c'était un lieu à jamais associé à l'image de l'homme qui l'avait élevé : son grand-père le major Black. Le seul père qu'elle ai eu. Cet endroit, c'était en son honneur qu'elle l'avait racheté et rénové comme il était lorsqu'elle l'a connu gamine. Elle était complètement déprimée à l'idée de retourner à la case départ. Sa vie sans le bar, c'était l'Enfer, et toutes les scènes qu'elle avait vécue étaient encore bien nettes dans sa mémoire.
Perdue dans ses sombres pensées, ni l'odeur de la viande saignante, ni le regard de Sionis ne sembla la ramener parmi les vivants.
Malgré cet instant de faiblesse, Miss Black entrevit la lumière au bout de l'obscur tunnel de sa vie et laissa un sourire s'afficher sur son visage en relevant. Un sourire triste mais un sourire quand même. Devant le tortionnaire sadique, mieux valait se calmer non, et elle refusait de se laisser aller à la déprime devant lui. Il n'avait pas tord en disant qu'elle serai en sécurité ici. Les vitres blindées de la Black Tower était largement plus résistantes que le vulgaire double-vitrage de son appartement à Park Row. Il fallait qu'elle prévienne Otto, Countess, et cette vieille roulure de Spaulding. Jamais elle ne tolérerai qu'ils soient victimes du plan de Freeze. Pour le My Alibi, mieux valait prétexter une fermeture exceptionnelle, quelque chose comme ça. Et ensuite, pour une énième fois, son tripot renaîtrait de ses cendres... au prix de l'ascension de Black Mask dans le monde de la pègre. Cela en valait peut être la chandelle.

" J'aurai au moins un prétexte pour faire refaire cette plomberie d'après-guerre." ricana d'un ton faussement réjouit la femme-fatale. " Heureusement que le business rapporte. "

Le temps de digérer encore un peu la nouvelle, elle s'installa face aux assiettes plus ou moins de manière confortable en grognant. Pourquoi ? Parce que cette putain de robe recommençait à remonter au moindre mouvement. Elle n'avait qu'une hâte : l'enlever ! Ou qu'on lui enlève, n'es-ce pas ?
Dans le soupir d'une colère contenue, la sombre étoile fit glisser sa veste en cuir sur ses épaules, et la laissa contre le dossier de sa chaise. Peut-être que manger la détendrai un peu.
Le cuisinier laissa les deux associés à leur dîner, peu de temps après les avoir servi chacun leur tour. Étrangement, les sachant de nouveau seuls, Stella se sentit mieux. Un autre sourire, cette fois, tout aussi franc et chaleureux que celui décoché au bureau du My Alibi.

" Merci... c'est gentil, de m'offrir ton hospitalité. "

Stella parlait le plus sincèrement du monde en le regardant tendrement dans les yeux. L'homme assis en face d'elle avait beau être considéré comme maître de la torture, ce n'était pas la première chose qu'elle voyait. En premier lieu, elle voyait un homme terriblement intéressant, complexe, mais aussi très attirant, de façon presque inévitable. C'était un jeu dangereux, mais elle aimait ça.
Les jambes croisées sous la table, elle osa prendre ses aises. Elle sortit ses pieds hors de ses rangers mal attachées et commença à faire glisser l'un d'eux sur la cuisse de Black Mask, le regard intense et son sourire devenant plus taquin. La dernière fois, elle ne s'était pas permis ce genre de chose, mais après tout avec le temps, elle pouvait commencer à se le permettre non ? Buvant une nouvelle gorgée de son whisky, la brune incendiaire ne le quittait pas du regard, ses yeux de vipère avides et perçants.

" Et... quand débute cette ère glacière ? " demanda t-elle de sa voix rauque et sexy en le dévorant des yeux. " Pour combien de temps ? J'aimerai prévenir mes employés de tout ça, tout en restant discrète bien sûr... je n'aimerai pas jeter un froid entre nous... "

Au fur et à mesure qu'elle parlait, la gérante du bar remontait doucement mais surement son pied jusqu'à la cuisse de son interlocuteur. Ça avait beau parler de froid polaire, la chaleur commençait à grimper d'un cran dans la pièce. Malgré ces quelques couacs, il était sans doute mieux de profiter de la soirée.
Reposant son verre tout en continuant à lui faire du pied, elle prit ses couverts. Cette côte de boeuf avaient vraiment l'air délicieuse, et elle espérait que l'après-repas le soit tout autant... Se délectant d'avance de la réponse de Roman, elle commença à couper sa viande, imaginant très bien le criminel faire de même avec le foutu bout de tissu qui l'habillait.

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Jeu 4 Sep - 15:35

La femme fatale avait l'air réellement sous le choc. Elle eut beaucoup de mal à encaisser le coup. Mais Roman avait la certitude que c'était plus profond que cela. Des bars, ça se rachète, on a juste à enlever les meubles en vitesse. Enfin, on se débrouille. Mais la sombre étoile ne pouvait retenir la tristesse qui l'envahissait. Elle était forcément attachée ou liée d'une certaine manière au My Alibi. Seulement, le Black Mask n'en connaissait pas du tout la raison. Mais peut être n'allait il pas tarder à l'avoir.

Soudain, Stella sourit, mais Sionis avait déjà compris qu'elle n'allait pas bien. Il la regarda avec indifférence, comme à son habitude, et ne fit aucun commentaire. Cependant, si la femme fatale le connaissait bien, elle aurait pu y lire de la compréhension.

" J'aurai au moins un prétexte pour faire refaire cette plomberie d'après-guerre. Heureusement que le business rapporte. "

Roman lui sourit à la fin de sa phrase. Pas à cause de sa petite blague mais plutôt pour détendre l'atmosphère. Elle enleva sa veste en cuir, signe qu'elle se décidait enfin à manger, avant de décocher un autre sourire. Le même qu'elle lui avait lancé au My Alibi. Roman se sentait terriblement gêné. C'était la seconde fois qu'on lui offrait un tel sourire, le premier venant de la même personne. Il avait prit l'habitude de considérer que tout le monde portait des masques. Pas Stella. Elle avait une franchise désarmante, et bien qu'elle trempait dans des affaires louches, tout le monde le savait et elle ne disait pas le contraire. En fin de compte, il l'aimait vraiment. Mais il ne voulait pas l'avouer. Si il se l'avouait, elle serait en danger. Si il y pensait, elle serait en danger. Si ça se concrétisait, elle était morte.

" Merci... c'est gentil, de m'offrir ton hospitalité. "

A partir de ce moment, elle le regarda tendrement sans le quitter des yeux, et le masque noir pu sentir son pied monter jusqu'à ses cuisses. Le jeu de séduction recommençais, et il compris au même moment où allait se terminer la soirée.

" Et... quand débute cette ère glacière ? Pour combien de temps ? J'aimerai prévenir mes employés de tout ça, tout en restant discrète bien sûr... je n'aimerai pas jeter un froid entre nous... "

Elle s'attaqua à sa viande, continuant à lui faire du pied. Enfin, Roman ne s'en plaindrait pas. Il attendit un peu avant de répondre, histoire de faire grimper la chaleur dans la pièce.

" Dans deux ou trois jours, tout au plus. Pas maintenant, en tout cas. Et c'est normal que je t'offre un toit. Tu est ma plus fidèle et ma plus charmante associée. "

Après avoir lâché un regard mystérieux à son invitée, il tourna sa tête vers la fenêtre. C'était agréable, d'avoir une telle vue.


" L'autre con, c'est une enflure d'un gang mineur qui me fait de la concurrence. Un gars à liquider, en outre. Et ça m'est déjà arrivé qu'un gars m'attende ici dans l'intention de me descendre. Je l'ai renvoyé, je ne l'avait pas convié. Par cette fenêtre, bien entendu, je n'avais pas envie de descendre pour le ramener à la porte, et il ne devait pas connaitre le chemin, puisqu'il s'est retrouvé ici. D'ailleurs, je crois que je vais devoir m'occuper de ce petit gars, mais occupons nous d'abord du dîner pour le moment. Au fait, j'ai remarqué que ce bar comptais beaucoup pour toi. Tu n'aurai pas été aussi déboussolée si tu l'avais simplement acheté. Tu m'aurais certainement demandé de l'argent, j'imagine. Mais tu n'a pas pensée une seule seconde à t'en séparer. Pourquoi est-ce qu'il compte tant pour toi ? "


Alors qu'il parlait, il se surpris à caresser la jambe de la femme fatale. Il eut un léger mouvement de recul, mais continua tout de même. Il n'allait pas se priver, le grand jour était pour bientôt. Quand il pensait qu'il allait faire fortune d'un seul coup et grâce à des alliés plus que puissant, une énergie du diable montait en lui. En plus, Batman pourrait peut être avoir Bane, Freeze ou Poison Ivy, mais il n'aurait pas le Black Mask. Le combat serait inégal, certes, mais Roman Sionis était tout simplement intouchable. Jamais il ne l'aurait. Sa seule faiblesse était Stella. Elle était loin d'être fragile, mais elle ne tiendrait pas longtemps face au clown ou au chevalier noir. Il le savait, le mieux était de l'exécuter dès maintenant, sans autre forme de procès, mais il en était tout bonnement incapable, à cause des deux sourires qui resteraient gravés à jamais dans sa mémoire. Sans cela, la sombre étoile n'existerais sans doute plus. A moins qu'elle ne soit la favorite du masque noire. Mais, en ce moment, le masque éprouvait de réels sentiments envers Stella. Et il n'arrivait pas à s'en détacher. Ca l'énervait. Quelque chose qui le dépassait parvenais presque à avoir le dessus sur lui.

" Merde "

Ce fût le dernier mot qu'il pensa avant la réponse de son invitée.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Sam 6 Sep - 1:37

Miss Black commença à dévorer son repas, contrairement à Roman qui semblait attendre un peu avant de manger. Putain, es-ce qu'il sais au moins ce qu'il rate ? La viande était tendre à souhait, tout comme les pommes de terres, fondantes en bouche. C'était un repas digne du Ritz, et elle ne croyait pas si bien dre. Comme le disais si bien Countess, c'était "le petit Jésus en culotte de velours cette nourriture", mais cette expression, peu appropriée à la brune incendiaire, pouvait aisément se remplacer par "bordel sa mère la pute, comment ça claque une bifle !". Enfin pour ce soir, mieux valait retenir sa vulgarité aussi longtemps que possible.
Se délectant de son plat, elle écouta la réponse de son associé.

" Dans deux ou trois jours, tout au plus. Pas maintenant, en tout cas. Et c'est normal que je t'offre un toit. Tu es ma plus fidèle et ma plus charmante associée. "

Au moins ça lui laissait le temps de prévenir ses employés et de préparer ses affaires.
A ces mots, l'homme au masque lança un regard à son interlocutrice, que cette dernière interpréta bien vite comme une envie de lui sauter dessus. En fait, on pourrait croire qu'il la déshabillait du regard, et cette idée était bien loin de déplaire à la sombre étoile. La bretelle de la robe moulante qui commençait à glisser sur son épaule devait sûrement aider...
Puis, il tourna la tête vers la baie vitrée et poursuivit, contemplant la superbe vue sur la ville.

" L'autre con, c'est une enflure d'un gang mineur qui me fait de la concurrence. Un gars à liquider, en outre. Et ça m'est déjà arrivé qu'un gars m'attende ici dans l'intention de me descendre. Je l'ai renvoyé, je ne l'avait pas convié. Par cette fenêtre, bien entendu, je n'avais pas envie de descendre pour le ramener à la porte, et il ne devait pas connaitre le chemin, puisqu'il s'est retrouvé ici. D'ailleurs, je crois que je vais devoir m'occuper de ce petit gars, mais occupons nous d'abord du dîner pour le moment. "

Un gang rival ? Bizarre qu'elle n'en ai pas eu connaissance... en tout cas, il avait l'air de préférer la compagnie de la femme-fatale plutôt que d'aller torturer un pauvre type sans intérêt, c'était bon signe.
Silencieusement, l'américano-italienne buvait ses paroles, en sentant le Black Mask caresser sa jambe aussi, semblant se prêter au jeu pour faire grimper la température. Et ça marchait puisqu'elle sentait un frisson indescriptible la parcourir jusqu'au bout de ses pieds nus.

" Au fait, j'ai remarqué que ce bar comptais beaucoup pour toi. Tu n'aurai pas été aussi déboussolée si tu l'avais simplement acheté. Tu m'aurais certainement demandé de l'argent, j'imagine. Mais tu n'a pas pensée une seule seconde à t'en séparer. Pourquoi est-ce qu'il compte tant pour toi ? "

A cette question, dans un premier temps surprise, Stella esquissa progressivement un petit sourire en coin, visiblement nostalgique. Elle était étonnée de voir que le criminel puisse s'intéresser à elle, à sa vie. Oui, c'était vraiment un homme intéressant, qui lui plaisait. Voilà que la soirée prenait une tournure intime des plus surprenantes, et ça lui faisait plutôt plaisir. Mais ce genre de choses, la brune incendiaire n'en avait pas l'habitude, car souvent, en petit comité, elle refusait d'aborder le sujet de son passé, et du deuil que jamais elle ne parviendrait à faire. Parler de son grand-père la rendait à la fois profondément malheureuse, mais aussi extrêmement fière. C'était paradoxal. Toutefois, prenant son courage à deux mains, elle se décida à répondre avant de mettre en bouche un autre morceau de viande. Après tout, elle était en général très à l'aise avec Roman, et le lien qu'ils entretenait n'était pas étranger à la chose.

" Disons que j'ai grandi dans ce tripot. "

Tout en mâchant, elle baissa les yeux et posa ses couverts sur le bord de son assiette entamée au quart. Elle savait que lui raconter le pourquoi du comment serai dur, tant les confidences de la sombre étoile étaient rares, mais elle ne voulait pas rester silencieuse avec lui. Puis, avalant sa viande, elle commença son récit, ce sourire mélancolique gravé sur ses lèvres.

" Mon grand-père était Major dans l'armée de terre; il m'a tout appris, c'est lui qui m'a élevé. Un vrai tyran. " ricana la jeune femme en repensant à son éducation militaire. " Il adorait passer ses soirées au My Alibi à jouer au poker, draguer des filles... C'était pas vraiment le genre d'endroit pour une gamine, mais il ne me maltraitait pas, et il ne me mêlait pas à ses excès. On y était tout le temps et on connaissait tout le monde. On a vraiment passé de bons moments là-bas. "

L'américano-italienne marqua une pause, le temps de prendre son verre de whisky. Elle semblait détendue malgré ce sourire, mais en regardant mieux ses yeux d'émeraudes, on pouvait clairement y voir une tristesse sans limites au fur et à mesure qu'elle parlait. La suite de l'histoire, n'importe qui en face d'elle pouvait la connaitre par ce simple regard, lourd de sens.
Comme pour se préparer à affronter une fois encore la nouvelle comme le jour-j, elle termina d'une traite son whisky, et reposa son verre, le visage grave. Cette fois, son sourire faux avait complètement disparu, et son pied sur la jambe de Sionis avait glissé, retrouvant contact avec le sol. Intérieurement, elle explosait de tristesse, et sentait la colère bouillir dans ses veines. Ce n'était vraiment pas le moment de craquer.

" C'est en sa mémoire que j'ai racheté le bar. "reprit-elle d'un ton sec, complètement braquée. " Il est mort il y a 7 ans. "

C'était franc, net et sans détours. Il n'y avait pas besoin d'en dire plus, et de toute façon, suite à ces mots douloureux l'invitée du masque resta muette un bon moment. C'était clair comme de l'eau de roche : l'établissement qu'elle tenait avait véritablement une valeur sentimentale pour la femme-fatale, et la perte du seul Père qu'elle n'ai jamais eut lui avait laissé une douleur incommensurable au fond d'elle. C'était sa corde sensible. Elle revoyait le visage de l'agresseur du Major, les devis des frais d'obsèques, l'enterrement, les hommages militaires. Tant d'images terribles défilaient dans sa tête...
A croire que le froid s'était installé avant l'heure, sans l'aide de Freeze.
Suite à cette seule confidence, l'atmosphère était devenue pesante, et la sombre étoile fixait la bouteille de whisky, à nouveau perdue dans les bas-fonds de son passé. Si elle était seule, nul doute qu'elle l'aurai vidé durant la nuit. "Boire pour oublier", comme disait le dicton.
Mais ce soir, elle était en compagnie, et pas des plus mauvaises, bien au contraire. Elle devait se ressaisir. Se retenant de prendre la bouteille à quelques centimètres de son verre vide, la complice de Sionis préféra reprendre ses couverts pour continuer de manger. Toutefois, Stella était tellement déstabilisée qu'elle serrait nerveusement son couteau et sa fourchette, les tenant complètement perpendiculaires sur la table. Elle les serrait si fort que ses poings en tremblaient. Le tortionnaire sadique dinait en tête à tête avec une femme brisée ce soir. Le masque de femme forte était bien fissuré, et rares étaient les fois où jusque là, cette facette de Miss Black se dévoilait.

" On peux parler d'autre chose...? S'il te plaît... " demanda-t-elle simplement, la voix cassée et basse, ce qui traduisait totalement son malaise.

Sourcils froncés, ses yeux de vipères s'egarèrent derrière la baie vitrée. Elle n'osait pas regarder Roman, honteuse de s'être mise à nue de la sorte devant lui, mais la sombre étoile faisait face tant bien que mal en attendant une réponse. C'était un miracle d'ailleurs si elle était encore dans la pièce. On aurai dit qu'elle se retenait de laisser éclater sa colère. C'était ni le lieu, ni le moment.
Ce qu'elle ne disait pas, c'est qu'elle refusait de faire passer une mauvaise soirée à un homme qui visiblement, lui témoignait un profond intérêt. Mais qu'en était-il maintenant ? Après tout ce qu'elle venait de dire, il allait sûrement la prendre pour une stupide femme blessée, sans aucune force avant de la chasser des lieux et de son business.
C'était (peut-être?) mal connaitre l'homme au masque noir...

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Lun 8 Sep - 19:06

L'invitée du masque esquissa un sourire à peine dissimulée, semblant se remémorer des évènements de son passé. C'est certainement ce qu'elle faisait d'ailleurs, mais elle semblait garder une contenance, pour ne pas devoir perdre ses moyens devant Roman.

" Disons que j'ai grandi dans ce tripot. "

Elle s'arrêta quelques secondes de manger, semblant réfléchir à ce qu'elle devait faire. Raconter son histoire à quelqu'un qu'elle ne connaissait que très peu, ou bien vexer le parrain de la mafia de Gotham City ? Finalement, elle ne mit pas vraiment longtemps à se décider puis continua.

" Mon grand-père était Major dans l'armée de terre; il m'a tout appris, c'est lui qui m'a élevé. Un vrai tyran.  Il adorait passer ses soirées au My Alibi à jouer au poker, draguer des filles... C'était pas vraiment le genre d'endroit pour une gamine, mais il ne me maltraitait pas, et il ne me mêlait pas à ses excès. On y était tout le temps et on connaissait tout le monde. On a vraiment passé de bons moments là-bas. "

Son visage était emplit de tristesse d'avoir perdu son grand père mais également de la fierté de l'avoir connu. Peut être qu'il aurait fait un très bon allié, si Roman était né à son époque. A cette pensée, Roman ne pu que se demander ce qui se serait passer si il avait vécu quelques temps plus tôt. Il n'y aurait pas eu cette grosse enflure de Wayne, ses parents seraient si riches qu'ils n'auraient pas eu besoin de faire les faux culs, il aurait eu sa gloire avant Falcone ... Tant de choses qui aurait pu faire de lui le roi de Gotham. Sans alliés, sans ennemis à sa taille. Gotham aurait été à lui. Pour de bon. On peut dire que ce n'est pas la chance qui est rentré en premier dans la vie du Black Mask. Elle enleva également son pied de ses cuisses, ce qui laissa la main de Roman en l'air un moment, sans comprendre ce qui se passe. Enfin, il pensa qu'il avait peut être commis une bourde.

" C'est en sa mémoire que j'ai racheté le bar.  Il est mort il y a 7 ans. "

Sept ans ? Il est peut être pas si vieux que ça alors. Mais son ton était presque sec et froid. Mieux valait ne plus en parler, donc, mais le masque n'était pas du genre à abandonner la partie. Du moins, pas avec ses hommes de mains. Là, il était en compagnie d'une invitée à la Black Tower, une femme qui plus est, et il fallait se montrer galant. Même si Stella n'avait pas dû en voir beaucoup, des hommes galants, dans sa vie.

" On peux parler d'autre chose...? S'il te plaît... "

Elle était mal à l'aise, et Sionis décida qu'il était mieux de respecter son choix. Elle regarda quelques instant la baie vitré, semblant retenir ses larmes. Si ça aurait été l'un de ses hommes, il l'aurait rétrogradé, humilié et peut être envoyé au clown ou au Pingouin. Mais il voyait la femme fatale d'un tout autre œil. Elle était blessé de l'intérieur, mais faisait penser le reste de l'extérieur. En quelques sortes, elle faisait face d'une belle manière à la vie. D'une manière complètement différente que celle du Black Mask. Lui, voulait être riche, en demandait toujours plus. Si il souhaite quelque chose, il l'a, ou sinon, il se le procure. Elle, était pénard dans son bar, elle faisait ce qui lui plaisait sans forcément avoir besoin d'argent. Elle voudrait presque se remplir les poches par simple plaisir. Peut être qu'il se trompait, mais en tout cas, il l'admirait presque autant que Stella l'admirait lui. Ils étaient fait pour s'entendre. Et après qu'elle lui ait dit une telle chose, il voulait lui rendre la pareille. Mais il ne parlerait pas de Circé, ça casserait définitivement l'ambiance.

" Quand j'étais plus jeune, il y a eut un incendie. Mes parents sont morts. "

Était-ce une bonne idée, que de dévoiler tout ça ? Peut être devait il laisser couler. Mais il ressentait le besoin de se confier, rien qu'un peut. Il ne pouvait se confier à personne. Ce monde était rempli de personnes qui porte des masques qui cachent leurs hypocrisie. Il n'avait même pas d'amis. Seulement des associés, des alliés. Les seuls qui étaient sincères avec lui, en fin de compte, c'était ses ennemis. Alors lâcher un bout de phrase lui ferait surement du bien.

" C'a ne m'a fait ni chaud ni froid. Pour cause, ils me dégoûtaient. C'est moi qui ait foutu le feu. Je les ait enfermés dans la cave. Je les ait regarder crever. J'était content, débarrassé d'un lourd fardeau. "

Dévoiler enfin ce qu'il ressentait devant Stella, même un bout de phrase, était un immense effort pour lui. Il se mit enfin à manger, sans même regarder la sombre étoile. Il finit enfin son verre de whisky après l'avoir fait tourner un peu dans son verre, puis regarda Stella d'un vif coup d'œil.

" Tu est la seule à le savoir. "

Cette simple phrase était lourde de sens. Malgré sa très grande paranoïa, il lui faisait confiance, elle venait presque de devenir comme une confidente. Si elle le trahissait, elle le ferait couler. Mais elle n'aurait aucun intérêt à faire ça. Si elle le faisait, elle mourrait à l'instant même ou elle entrait en contact avec Gordon ou Batman. Il avait fait cela pour que leurs relations s'améliorent. Il mangea avec appétit, attendant patiemment la réaction de Stella, jusqu'à ce que son téléphone ne sonne à nouveau. Bordel de merde, ils ne pouvait pas se débrouiller tout seul ? Il raccrocha à la première sonnerie, signe qu'il ne fallait plus le déranger. Après le dessert, il n'aurait d'autre choix que de s'occuper du petit con qui empiétait sur ses affaires.

Peut être que la réaction de la sombre étoile le calmerait ou, au contraire, l'énerverait encore plus ?

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Dim 14 Sep - 3:00

Rapidement, Roman brisa le silence qui commençait à s'installer, d'une façon bien surprenante il fallait le dire.

" Quand j'étais plus jeune, il y a eut un incendie. Mes parents sont morts. "

Ne comprenant pas quelle mouche avait piqué l'homme au masque, la femme-fatale haussa un sourcil en posant à nouveau ses couverts, non sans mal puisqu'à cause de sa nervosité passagère, ses mains étaient complètement crispées. Il comptait vraiment poursuivre cette conversation ? Où voulait-il en venir ? Toujours un peu anxieuse, car n'aimant pas vraiment qu'on s'éternise sur les morts, Stella laissa son interlocuteur continuer. Après tout, il lui parlait pour la première fois de lui, mieux ne valait pas le couper dans son récit.

" Ça ne m'a fait ni chaud ni froid. Pour cause, ils me dégoûtaient. C'est moi qui ai foutu le feu. Je les ait enfermés dans la cave. Je les ai regardé crever. J'étais content, débarrassé d'un lourd fardeau. Tu es la seule à le savoir. " termina le tortionnaire sadique après avoir terminé son whisky, le regard plein de sous-entendu.

Ce regard par ailleurs ne la surpris guère, comprenant très bien qu'elle était privilégiée. Elle n'était pas stupide, le tortionnaire n'était pas du genre à faire des confidences à n'importe qui. Elle était une collaboratrice de choix, efficace et sans artifices, ce qu'il semblait apprécier. La brune incendiaire n'avait certes, pas peur de Sionis, mais anticipait pleinement ses compétences dans le domaine de la torture en cas de trahison. Elle n'était toutefois pas assez folle pour le trahir, et de toute façon elle n'en avait pas envie.
En revanche, ce qu'il venait de dire l'avait vraiment bouleversé, en plus d'éveiller sa curiosité. Elle ne s'attendait pas à ça. A croire que les masques tombaient ce soir. Soit. Elle allait laisser tomber le sien ce soir.
Après que le criminel ai raccroché au nez d'un de ses sbires, ne voulant visiblement pas être dérangé, la sombre étoile se redressa sur sa chaise, pour se servir un autre verre de whisky. C'était le moment idéal pour reprendre la discussion.

" Puisque l'heure est aux confidences, c'est mon tour. " déclara la brune incendiaire en lui jetant un regard complice. " On sera a égalité comme ça. "

Dans un petit ricanement, elle servit également son interlocuteur, se faisant un peu plus sérieuse. Tout comme lui, après la confession qu'il venait de faire, l'américano-italienne se sentait capable de lui parler d'elle, sans détour. Ils avaient franchis un autre cap tous les deux, et ça, l'un comme l'autre le savaient.

" Mon père était un alcoolique fini, qui passait son temps à fuir le centre de désintox'. Il était tellement dépendant qu'il en avait oublié que j'existais. C'est pour ça que depuis que je suis gamine, j'ai été confiée à mon grand-père. "

Avant de poursuivre, le ton de plus en plus froid, la gérante du My Alibi sorti de son décolleté son fameux zippo, étrangement sans être suivit par son paquet de cigarette. De sa main libre, la gérante du My Alibi bu une gorgée de whisky, sans véritablement de déguster. Jamais elle n'avait confié à quiconque ce qui allait suivre, et un peu nerveuse, elle décida de poursuivre. Le briquet métallique dans sa main ne faisait que s'ouvrir, puis se refermer entre ses doigts, signe de son agacement le plus profond à l'évocation de son géniteur. Elle n'avait vraiment pas l'habitude, et remuer le passé ne faisait que raviver les braises de sa colère si profondément enfouie.

" Il y a 7 ans, il avait pû sortir, soi-disant guéri, mais le soir même, il était bourré comme un coing. On était pas au My Alibi ce soir là. Le hasard a fait que mon grand-père et lui se sont battus, et il a décidé que je perdais ce qui m'était de plus cher.  Alors je l'ai retrouvé, et je l'ai tué. "

Enfin, son secret si bien gardé n'en était plus un.
Pour la première fois de sa vie, elle confiait son acte terrible à quelqu'un.
Le visage fermé, après avoir fait claquer sa langue d'un ton haineux, la femme-fatale planta son regard de vipère dans le blanc des yeux de Roman. Un concentré de rage et de haine à faire froid dans le dos. C'était le même regard que ce jour là, lors de son premier brasier. Elle ne dirigeait pas sa rage contre lui bien sûr mais à chaque fois qu'elle revoyait la scène dans sa mémoire, c'était plus fort qu'elle.
Stella n'était pas une mauvaise personne, mais quand il s'agissait de vengeance personnelle, elle était capable d'être dangereuse. Elle avait tué froidement un membre de sa famille, son propre père.
Cette mise à mort était parfaitement gravée dans son esprit. Elle se souvenait de tout, même de l'heure. Une heure et demi du matin, au beau milieu d'une impasse délabrée dans le quartier d'Otisburg, avec une vue lointaine sur le Knight's Dome.  La Gothamite revoyait ce cinquantenaire au visage tiré, assis par terre au milieu de sacs-poubelle éventrés, avec une flasque de whisky. Il était brun, avec un imperméable marron. Lorsqu'elle le vit, sa fille ne lui lança aucun regard de compassion. Il n'était rien pour elle, et il ne l'avait jamais été.
Sans le moindre mot, habitée par sa pulsion meurtrière, elle lui avait arraché sa flasque des mains, pour en vider la moitié du contenu sur l'assassin de son grand-père, le poussant dans les ordures. Il ne comprenait absolument rien et riait d'un rire gras, croyant à une farce. Ce n'est que lorsque la jeune femme alluma une cigarette qu'il compris qu'il allait mourir, et en croisant son regard. La flamme arriva droit sur lui, sans le moindre bruit, ni la moindre explication. Il prit rapidement feu, les nombreux détritus autour de lui aidant. Il se débattait et hurlait de douleur en regardant son bourreau immobile à quelques mètres seulement. En tendant la main, les dernières choses que vit Timothy Black avant de mourir, c'était un regard semblable à celui de sa défunte femme en colère, et sa précieuse flasque de whisky encore à moitié pleine arriver à ses pieds, ravivant le feu. Dans un éclair de lucidité, le visage pétrifié de peur alors qu'il agonisait dans les flammes, il avait reconnu la chair de sa chair, l'enfant qu'il avait sans cesse délaissé. Mais c'était trop tard.  Sa fille ne lui accorderai jamais son pardon.

Et ce soir, devant Roman Sionis, le regard de la femme-fatale était toujours autant animé par cette implacable rancoeur. Dans sa main, le briquet était ouvert, et la flamme s'affolait doucement dans l'air. L'homme au masque pouvait aisément deviner qu'elle était sérieuse, et que toute cette histoire n'était pas du flan. Ses deux yeux verts, semblable à des crochets de venin déchiraient véritablement la pénombre. Il l'avait déjà vu en colère la dernière fois au bar, mais jamais il ne l'avait vu ainsi. Cette colère là n'était pas comparable, et cela devait sûrement le surprendre. Lui faire peur peut-être ? Ou alors comprendrait-il le sentiment qui habitait la femme en face de lui ?
Après ce silence d'église digne de l'enterrement du Major, Miss Black repris la parole d'un ton grave et sincère. lâchant le regard du criminel pour se détendre un peu. Puis, elle referma son zippo, comme pour éteindre elle aussi la flamme qui la consumait de l'intérieur.

" Il a flambé comme une botte de foin. Je l'ai regardé mourir jusqu'à ce que les sirènes résonnent au loin. Quand les flics sont arrivés il était trop tard de toute façon. Je n'ai éprouvé que de la haine, parce que je savais que ça ne ramènerai pas le seul vrai père que j'ai eu. Je voulais qu'il meure, un point c'est tout. Il fallait qu'il paye. Une vie pour une vie, ce n'est que justice ! Si c'était à refaire, je le referai sans hésiter. "

La brune incendiaire posa son zippo à côté de son verre, en soupirant de soulagement. Se confier au moins une fois l'avait libéré de ce fardeau que jamais elle n'avait osé poser aux pieds de qui que ce soit.  Jamais elle n'avait été aussi sincère avec quelqu'un, pas même avec Otto. Cela en était déconcertant... Mais la jeune femme devait se reprendre, et rien de mieux qu'une gorgée de whisky pour cela. Buvant dans un sourire qui se voulait plus calme, l'invitée du Mask repris ses couverts en se détendant.

" Toi aussi tu es le seul à savoir... "

Attendant une réaction de la part du Black Mask, Stella lui adressa un sourire taquin mais désolé, tout en reposant son pied nu sur sa cuisse. L'allusion aux derniers mots du criminel était plus qu'évidente.
Au fond d'elle, elle se trouvait bien impétueuse d'avoir agit de la sorte. Elle était forte pour supporter tout ça, mais elle était avant tout une femme, avec les épaules moins larges que celles d'un homme. Parler lui avait fait un bien terrible, et cela se voyait sur son visage. Toutefois, elle garda pour elle-même le fait que l'affaire avait été étouffée par les soins d'Interpol. L'homme au masque ne pouvait rien prouver si l'envie soudaine lui prenait de balancer son associée. L'américano-italienne savait que son associé était ce qu'on appelait communément un psychopathe et pourtant, suite à cette révélation, elle ne s'était jamais sentie aussi proche de lui, et savait qu'il ne tenterai rien qui pourrait lui nuire. Il l'avait prévenu du plan de Freeze et souhaitait la protéger; c'était là une preuve suffisante. Certes, la femme-fatale était une pièce majeure de ses nouveaux trafics, mais elle était maintenant certaine que son interlocuteur voyait en elle un alter-ego, une confidente, et peut-être même une amie capable de le comprendre, d'écouter ses moindres secrets sans jamais les divulguer.
Jusqu'à ce soir, alors que la brune piquait calmement sa fourchette dans ses pommes de terre, elle était bien loin de s'imaginer que tous les deux puissent avoir ce genre de point commun, et surtout, que le tortionnaire commençait à nourrir de réels sentiments à son encontre...

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Mar 23 Sep - 0:41

Légèrement anxieuse, la brune incendiaire semblait être à l'écoute. En se servant un autre verre de whisky, elle eut un regard bien étrange, elle ne devait pas s'attendre à ce que le masque noir ne lui dévoile son secret le mieux gardé.

" Puisque l'heure est aux confidences, c'est mon tour. On sera a égalité comme ça. "

Voilà, exactement ce qu'il attendait. Elle allait certainement révéler la vérité sur la mort de son grand père. Il y avait de la haine en elle, de la haine envers une personne. Cette personne ne pouvait être que deux sortes d'homme : quelqu'un qui l'avait trompé ou l'assassin d'un être cher. Or, Stella n'était pas du genre à débuter des relations sérieuses comme ça, d'un claquement de doigt. Ne restais plus que la seconde option. Si elle lui disait ce qu'elle cachait au plus profond d'elle même, alors c'est qu'il serait vraiment quelqu'un pour la femme fatale, et non un simple associé. Elle ne le balancerai pas comme ça aux flics. Elle lui servit un verre, après avoir ricanée gentiment. Sous la table, Roman pouvait admirer discrètement les jambes de rêve de son invitée. Il essayait de regarder avec une certaine discrétion, mais de toute façon, si elle le voyait, il s'en fichait éperdument.

" Mon père était un alcoolique fini, qui passait son temps à fuir le centre de désintox'. Il était tellement dépendant qu'il en avait oublié que j'existais. C'est pour ça que depuis que je suis gamine, j'ai été confiée à mon grand-père. "

Elle parlait d'une voix froide. Il découvrait en elle une autre sorte de colère, pas pire mais différente de la fois où Daryll avait voulu couché avec elle. C'était une colère contenue, une colère qui lui faisait remonter des souvenirs cachés à la surface.

" Il y a 7 ans, il avait pû sortir, soi-disant guéri, mais le soir même, il était bourré comme un coing. On était pas au My Alibi ce soir là. Le hasard a fait que mon grand-père et lui se sont battus, et il a décidé que je perdais ce qui m'était de plus cher. Alors je l'ai retrouvé, et je l'ai tué. "

Voilà. La sombre étoile s'était confiée à lui. Elle ne lui mentait pas, il le voyait dans son regard. Avec ces révélations profondes et poignantes, il était certain qu'elle ne le trahirait pas. Il pouvait et devait lui faire confiance. Elle regarda Roman d'un regard haineux, mais le mafieux compris bien vite que ce regard ne lui était pas destiné. Elle se revoyait certainement quelques années plus tôt à passer à l'acte. Nerveusement, l'homme au masque noir laissa apparaître un sourire en coin. Il ne se fichait pas d'elle, mais il était content. Content qu'elle se confie à lui, sans avoir peur de passer pour une fragile. Il pu ainsi voir tout ses tics lorsqu'elle était habité par cette rage, cette haine qui la consumait. Ses claquements de langues, son Zippo. Il en apprenait sur elle chaque jours. Il n'était pas spécialement surpris, c'était comme plusieurs face cachées de la personnalité qui se dévoile un peu plus chaque jour. Il apprenaient tout deux à se connaître, au fur et à mesure. Ce soir, Black Mask n'en dirait pas plus sur lui. Le fait qu'il parle de ses parents était déjà un fait exceptionnel, il n'allait pas parler de son ancienne petite amie, Circé. C'était le meilleur moyen de gâcher la soirée.

" Il a flambé comme une botte de foin. Je l'ai regardé mourir jusqu'à ce que les sirènes résonnent au loin. Quand les flics sont arrivés il était trop tard de toute façon. Je n'ai éprouvé que de la haine, parce que je savais que ça ne ramènerai pas le seul vrai père que j'ai eu. Je voulais qu'il meure, un point c'est tout. Il fallait qu'il paye. Une vie pour une vie, ce n'est que justice ! Si c'était à refaire, je le referai sans hésiter. Toi aussi tu es le seul à savoir... "

Stella venait de prononcer les dernière paroles de son petit discours, et cette fois, elle adoptait un visage plus serein. Elle était soulagé de se débarrasser d'un lourd fardeau. Un peu comme Sionis, mais celui ci laissait paraître moins de sentiments. Il appréciait vraiment la femme fatale, commençait à l'adorer même. Au fond de lui, il ne le voulait pas, de peur de trop s'attacher, et de se rabaisser pour la récupérer si on l'enlevais. Jamais il ne ferait ça, bien entendu, mais ça lui briserait tout de même le cœur si quelque chose comme ça devait se produire. Sentant le pied nu de son invitée de nouveau sur sa jambe, il la caressa légèrement.

" C'est courageux de me révéler ça "

Il l'avait presque murmuré, et lui avait lancé un sourire taquin pour détendre l'atmosphère. Son téléphone sonna une nouvelle fois. C'était inadmissible. Même pas capable de s'occuper d'un putain de bleu d'un gang. Il devrait les torturer , eux aussi. Pour le coup, ce n'est pas en forgeant que l'on devient forgeron, mais en se faisant forger ! Soudain, il regarda un instant Stella. Ils avaient du temps avant que le dessert n'arrive, alors pourquoi ne pas faire un tour et l'avaler après. Si elle était comme lui, après de telle révélation, elle devait être à fleur de peau, les nerfs à vifs. C'était le meilleur moment pour se défouler sur quelqu'un. Mais c'est vrai que c'est vraiment pas intelligent de s'en prendre après avoir mangé le plat de résistance. Fallait peut être y réfléchir avant.

" Au faites, qu'est ce que tu dirais de visiter le sous sol de la Black Tower ? On m'appelle en bas, mais je ne voudrais pas te laisser ici ... Seule. "

Alors, il lui fit le sourire qu'elle ne lui avait lancée que deux fois, un sourire sincère, qui pouvait aussi se lire dans ses yeux. Il se leva, finissant son verre de whisky, sans lâcher le regard de la sombre étoile. Il parti vers l'extérieur, puis s'autorisa quelques secondes sans regarder la brune incendiaire pour regarder qui l'appelait. Un numéro masqué, ben voyons, comme ça il ne connaissait pas le coupable, et comme il n'était ni le Pingouin, ni Harvey Dent, et qu'il ne tuait pas ses sbires, pas moyen de savoir qui était en train de le harceler. Exaspéré, il ouvrit la porte.

" On y va ? "



_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Mer 8 Oct - 15:56

Visiblement il prenait bien cette confidence, et c'est avec un sourire plutôt soulagé que Stella le laissa saluer sa franchise, tout en sentant l'homme en face d'elle lui caresser la jambe. Bizarrement, elle se sentait bien mieux, et sa rancoeur retombait comme un soufflé, la présence du tortionnaire sadique aidant. Elle avait très bien conscience que l'homme en face d'elle était dangereux, mais à ses côtés, elle ne se sentait pas menacée. N'importe qui pourrait dire qu'ils étaient fous tous les deux. A croire que pour les affaires et le reste, ils s'étaient bien trouvés...
Toutefois, leur moment privilégié fut interrompu par une nouvelle sonnerie de téléphone, ce qui sembla agacer le criminel. Il ne le disait pas, mais à force de le solliciter, la sombre étoile commençait à deviner ses troubles, presque à la moindre mimique malgré le masque qu'il portait. Et de plus, elle l'avait déjà vu sans son masque, dans l'intimité. Putain quel homme ! Peut-être qu'elle allait encore revoir ce beau brun ce soir qui sait ?
Puis, Sionis regarda son invité avant de prendre la parole.

" Au fait, qu'es-ce que tu dirais de visiter le sous-sol de la Black Tower ? On m'appelle en bas, mais je ne voudrais pas te laisser ici ... Seule. "

L'américano haussa un sourcil surpris en poussant son assiette, ne comprenant pas vraiment pourquoi il avait insister sur le fait qu'elle serai seule. Après tout, elle aurai pû attendre tranquillement, le jacuzzi et le whisky auraient bien fait l'affaire. Mais le regard que lui lança l'homme au masque la fit changer d'avis. Derrière ces yeux là, et derrière le masque noir, elle devinait un sourire unique, qu'il n'avait certainement jamais adressé à quelqu'un d'autre. Et puis, elle était plutôt curieuse : cela l'étonnait beaucoup de ne pas avoir encore vu d'objets de torture comme elle en avait entendu parler, alors sans doute ce fameux sous-sol serai la planque idéale pour s'adonner à ce plaisir malsain. Dans un certain sens, cela lui rappelait son job au "Pink Club", où elle voyait des chefs d'entreprise venir exprès pour assouvir leur fantasmes. Certains aimaient se faire fouetter, d'autre tournaient complètement de l'oeil sous les brûlures de cigarettes... Ah qu'elle était loin cette époque...
Alors qu'il se levait en terminant son verre de whisky, la femme-fatale fit de même, remettant au passage sa veste et ses rangers sans les attacher. Se tenant enfin sur ses longues jambes digne des plus grands mannequins, elle rabaissa le bas de sa robe en grognant et leva les yeux vers le plafond, totalement agacée par cet habit qu'elle détestait.
Finalement, elle suivit Black Mask à l'extérieur de ses appartements, prenant à ses côtés la direction de l'ascenseur VIP.
Tandis qu'ils prenaient place dans la cabine spacieuse, elle sentait Mister Black tendu, plutôt énervé. Elle attendit la fermeture des portes pour tenter une approche. Ne supportant pas qu'un silence puisse régner trop longtemps entre eux, et craignant un peu que ce qui allait suivre allait gâcher la soirée, la gérante du My Alibi osa se rapprocher de Roman, passant derrière lui pour entourer son cou de ses bras avec un sourire en coin. Ce sourire qui laissait clairement entendre qu'elle n'était pas insensible à son charme macabre, mais aussi désireuse de pouvoir lui apporter un peu de bien être avant la possible tempête. Sûrement "l'autre con" auquel il faisait allusion peu après son arrivée qui refusait de parler... quel fils de pute.

" J'espère que cet imbécile ne sera pas un frein à notre soirée, ça commençait si bien... " soupira d'une voix sensuelle la brune incendiaire en massant doucement les épaules du criminel sadique. " Oh bien sûr cette petite escapade risque d'être très intéressante mais... j'ai terriblement envie de dessert... "

Ces derniers mots furent prononcé de manière un peu plus rauque, alors que Stella se détachait du tortionnaire, préférant prendre place contre le mur de l'ascenseur, près des boutons permettant de descendre dans les profondeurs de la Black Tower. Si ça ne tenait vraiment qu'à elle, et qu'il n'y avait pas ce petit crétin à faire parler, nul doute qu'elle se serai laissée aller à ses pulsions, dans cet ascenseur grand certes, mais assez petit pour susciter l'imagination de la femme-fatale. Un peu de patience, la soirée n'était pas terminée, et si elle restait dans cette tour pendant les prochains jours, Miss Black comptait bien en profiter...

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Jeu 9 Oct - 23:29

Finissant son whisky, le sourire aux lèvres, la sombre étoile se leva, puis rejoignit Sionis. Il voyait bien que ça ne lui aurait pas déplu de profiter de la suite en son absence. Mais entre ces abrutis de sous fifres qui pour le moment ne servaient à que dalle et l'enflure qui refusait de parler, il commençait à s'énerver. Mais alors, profondément. Il se demandait même si ce que faisait les autres chefs de gangs, à savoir éliminer les plus faibles, ne portait pas ses fruits. Il tiendrait environs cinq minute sans péter un câble seul. Avec Stella, il tiendrait certainement six minutes.

Roman appuya sur le bouton le faisant descendre dans les sous sols de la Black Tower. La descente commença. L'ascenseur de verre leur permettaient de voir le quartier le plus riche de Gotham à leurs pied. Le parrain de la pègre l'avait fait exprès, pour lui rappeler à chaque fois qu'il était dans son repère qu'il contrôlerait la ville du crime un jour. Et ce jour approchait à grand pas. Avec l'attaque de Freeze, il serait le chef incontesté de la ville. Alors pourquoi s'énervait il autant à l'approche de ce jour ? Personne ne lui mettrait des bâtons dans les roues. Le bonhomme de neige n'avait aucune raison de le liquider, et Bane encore moins. Carmine Falcone était l'un de ses plus puissants alliés également, ils avaient chacun besoin l'un de l'autre. Et Poison Ivy avait autre chose à foutre que de détruire son marché noir. Bientôt, il aurait tout ce qu'il désirait : le pouvoir, l'argent, la mort de la chauve souris, Stella, la tête coupée du clown ... Le tout sur un plateau. Car rien ne se serait fait sans le complot. Alors il fallait qu'il se calme. Il n'avait rien à craindre.

Il regarda Stella droit dans les yeux lorsque celle-ci lui mit un bras autour de son épaule.

" J'espère que cet imbécile ne sera pas un frein à notre soirée, ça commençait si bien... Oh bien sûr cette petite escapade risque d'être très intéressante mais... j'ai terriblement envie de dessert... "

Le Black Mask tourna la tête vers Gotham. Il prenait beaucoup sur lui pour ne pas lui sauter carrément dessus, et l'ascenseur large ne suffisait pas à lui enlever des images pas très catholiques de sa tête. Sentant qu'elle enlevait son bras, il planta de nouveau son regard dans le sien.

" Un frein ? Voyons, comment veut tu qu'un minable soit un frein ? Ils ne sont juste tout simplement pas foutu de l'interroger. Ils ont trop peur de le tuer, c'est des gros durs mais ils ne savent absolument rien faire dans la subtilité. Je ne sais même pas si ils connaissent ce mot. Enfin bref, je dois descendre pour avoir les informations, je me demande pourquoi je les paye. C'est pas bien compliquer, de faire monter la pression et de montrer qu'on rigole pas. Je veut juste le nombre d'homme et la marchandise qu'ils vendent ... Et c'est trop difficile. Je vais leur montrer comment il faut faire. T'inquiète pas, je te laisserai les morceaux "

Le parrain de la pègre avait dit cette dernière phrase sur un ton sarcastique, mais sans moquerie. Il sorti ensuite son téléphone et lança l'application qu'il s'était installé pour découvrir les menus. Car oui, les plats étaient vraiment une copie parfaite du Ritz, et ils changeaient à chaque fois.

" Banana split ... " dit il en se parlant presque à lui même. " Ce soir, c'est banana split. Tu sais, le dessert avec une banane et de la chantilly dessus, avec deux grosse boules de vanille au milieu ? "

Il continua de regarder la sombre étoile, un sourire imperceptible sur son visage, lorsqu'il entendit que l'ascenseur s'arrêtait au rée de chaussée. Roman appuya une seconde fois sur le bouton menant aux étages du sous sols. L'ascenseur mit deux secondes à descendre, le temps que l'analyse digitale reconnaisse le doigt du propriétaire des lieux. Les deux complices s'engouffrèrent alors dans les ténèbres de la tour noire. Ils passèrent dans une première salle, devant des caisses et des caisses d'armes, puis dans la secondes, où celle-ci peinait à contenir la drogue et les autres armes dernier cri qui s'y trouvait. Puis ils firent face à une porte. Sionis devant soudain impassible, fit craquer ses doigts, ses mains, puis son coup, rajusta son costard blanc à rayures noires puis ouvrit la porte, rentrant avec Stella dans la salle de torture.

Une dizaine d'homme s'y trouvaient, dont John. Le muet, son meilleur élément, était absent. Evidemment, sinon le masque noir ne serait jamais descendu. Ses hommes ne devaient pas comprendre pourquoi la brune incendiaire était ici. Elle était de toute évidence la seule femme à avoir eu le privilège de visiter les sous sols de la Black Tower. Roman, lui, était bouche bée, mais pour une toute autre raison. Il n'y avait non pas un, non pas deux, mais trois hommes de main du groupe adverse. Il regarda ses hommes tour à tour, ne sachant pas si il devait éclater de rire où lâcher une grenade pour faire sauter tout le monde.

" Vous êtes complètement cons. Y'a pas d'autres options, ce n'est pas possible. Vous comprenez quoi par un otage ? "

Il leva imperceptiblement la main, et John accouru pour lui tendre un cigare et y mettre le feu. Fumant son cigare, il s'approcha de l'un d'eux pour lui souffler la fumée dans la figure.

" Alors comme ça, vous refusez de répondre ? C'est assez comique. J'aurais voulu m'amuser un peu avec vous, mais je suis pressé. Alors je vais être bref. Je veut savoir combien vous êtes, et quel type de marchandise vous avez. Et aussi, où est situé votre QG. Maintenant. "

Il se redressa de tout son long, dominant les trois personnes devant lui. Ils refusaient toujours de parler, malgré la présence du masque noir devant eux. Pathétique. Ils ne savaient vraiment pas à qui ils avaient à faire. Pourtant, tout le monde dans cette putain de ville connaissaient le nom de Roman Sionis, et encore plus de personnes connaissaient le nom de Black Mask. John prit l'une des chaises où était ficelés et saucissonnés les hommes et le déplaça. Sur la plus grande table de la salle se trouve une pince étincelante. Sionis s'en servait souvent pour enlever les dents sans anesthésie. Il y avait également toute une panoplie, comme les outils nécessaire pour insuffler une décharge de plusieurs volt dans le crâne, un marteau pour provoquer un traumatisme crânien, un tuyaux plein d'eau bouillante pour faire péter le bide ... Mais il voulait voir de quoi Stella était capable. Il la regarda d'un regard complice puis montra à l'un de ses hommes un bidon d'essence. L'un d'eux aspergea l'homme que John avait éloigné des autres, mais que ceux-ci pouvaient toujours voir. Qui était il pour eux ? Un ami, un parent, un frère ? Roman demanda le briquet que lui avait donné John pour qu'il puisse fumer et le donna à Stella.

" Finalement, je te laisse ouvrir la danse. Bonne chance. "

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Dim 12 Oct - 17:21

La tension qui régnait dans cet ascenseur était électrique, mais pas du moins désagréable. Black Mask avait beau garder son sang-froid et parler comme si rien n'était, Stella le sentait : ils crevaient d'envie de l'un et l'autre, mais les affaires avant tout. Quel dommage. Miss Black n'aurai vraiment pas dis non pour une mise en bouche ici-même, mais peut-être qu'après avoir obtenu les informations qu'il désirait, l'homme au masque serai sûrement plus d'humeur à se laisser aller à la détente. Et à ses pensées les plus grivoises. D'ailleurs, en parlant de ce type de pensées, cela ne s'arrangea pas du côté de la gérante du bar malfamé, qui à la simple évocation du dessert dont il était officiellement question, retint un fou rire nerveux en comparant le banana-split à l'anatomie masculine. Vous savez, les boules, la chantilly, la banane... c'était bien évocateur.
A la place, elle se contenta d'un sourire en coin et d'un regard presque pervers, qu'elle effaça bien vite lorsque les portes de l’ascenseur s'ouvrirent. Les deux complices traversèrent une salle, puis une autre, avant d'arriver devant une porte, vraisemblablement là où ils devaient se rendre.
" Lui laisser les morceaux " qu'il disait hein ? Elle ne s'attendait pas à autant d'attention de sa part, mais après tout, pourquoi pas.
La femme-fatale entra avec Roman dans la salle de torture en silence, comprenant très bien le fait qu'il se donne plus de prestance devant ses hommes. Elle aussi devait mettre ses pulsions de côté.
Il y avait une dizaine de sbires, et pas un seul capable de faire cracher les vers du nez à un pauvre abruti ? Mais à y regarder de plus près, il n'y avait pas un, mais bien trois otages attachés séparément à des chaises. Trois pauvres cloches, donc trois fois plus de raisons pour le criminel sadique d'être contrarié.

" Vous êtes complètement cons. " grogna le tortionnaire d'une voix autoritaire. " Y'a pas d'autres options, ce n'est pas possible. Vous comprenez quoi par un otage ? "

Alors que le pauvre John allumait un cigare pour son boss, Stella ne pouvait intérieurement qu'approuver ses paroles, car elle n'en pensait pas moins. Ses yeux de vipère se perdirent dans le décor tandis que l'homme au masque proférait ses menaces. Son oreille entendit parfaitement ses propos, mais elle observait en détails les lieux, qui il fallait l'avouer, foutait un peu les pétoches. Pourtant, elle ne pu s'empêcher de faire un parallèle avec les salons qu'elle avait occupé il y a quelques années déjà, dans le centre de divertissements pour adultes où elle avait travaillé. C'est vrai, il y avait une panoplie de "jouets" tout aussi variée, et surement une très bonne insonorisation... comment ne pas faire le rapprochement ?
La voix de Sionis et le briquet qu'il lui tendit la fit sortir de ses souvenirs.

" Finalement, je te laisse ouvrir la danse. Bonne chance. "

Ah. Ce n'était plus les morceaux là qu'il lui donnait. Etait-ce un test ? Elle ne cramait jamais les personnes qu'elle ne connaissait pas. Pour ça, il fallait qu'elle ai une raison personnelle de le faire, et c'était loin d'être le cas du gusse trempé d'essence. Oh bien sûr, elle n'éprouvait pas de sympathie ni de pitié pour lui, mais pour ôter la vie de quelqu'un, il lui fallait une raison bien plus profonde. Le briquet dans la main, l'américano-italienne fronça les sourcils, hésitante. Elle devait prendre une décision, et vite, car elle était devant Black Mask, et elle savait que lui aussi, avec d'autres projets pour ce soir.
Finalement, même si ce soir un homme de moins pour plomber la soirée ne lui aurai pas fait de mal, elle préféra sortir une cigarette de la poche de son perfecto pour la porter à sa bouche. Elle l'alluma puis lança le briquet à Roman avec un sourire en coin. Elle avait eu une toute autre idée... Les compétences qu'elle avait acquises lors de son premier travail allait lui être bien utiles...

" J'ai pas besoin de ça. " dit-elle dans un premier temps sur un ton moqueur. " Bon, moi aussi j'suis plutôt pressée. " claqua ensuite sèchement la sombre étoile en se tournant vers l'homme trempé." Mon petit Johnny, j'ai besoin d'une ceinture, maintenant. La tienne fera l'affaire. "

Sans rien ajouter, et malgré l'air ahuri des hommes de main, elle enleva sa veste en cuir et la jeta à John en pleine figure, dévoilant ses formes et cette robe effet seconde peau dont elle se serai bien passé. Le perfecto en moins, elle serai plus libre de ses mouvements au niveau des bras, et avec ce qu'elle avait prévu de faire subir à l'un des otages, elle allait en avoir besoin. Ne voyant pas ce qu'elle demandais venir et jettant un coup d'oeil aux instruments de torture, elle grogna en fusillant le sbire du regard, qui avait d'ailleurs toujours sa veste en main. Visiblement il ne la prenait pas au sérieux, et ça l'agaçait.

" On t'a jamais appris les bonnes manières pauvre tâche ? Faut toujours servir une lady ! "

John, visiblement décontenancé semblait hésiter à se plier à cet ordre, même devant son boss. Il n'avait sûrement pas l'habitude d’obéir à une femme, même si elle avait un langage de chartier. C'est donc tout naturellement que la femme fatale arriva vers lui, et en deux secondes montre en main, il se retrouva sans l'objet tant convoité, honteux de se retrouver avec ce pantalon si large. Mais ça, ce n'était plus l'affaire de la complice de son patron, elle avait ce qu'elle voulait.
Cette dernière regardait attentivement ce qu'elle avait en main, à savoir une lanière de cuir d'excellente qualité. Parfait. Elle plia la ceinture en deux et la fit claquer, se dirigeant à nouveau vers l'otage. Ce bruit si familier, voilà bien dix ans qu'elle ne l'avait pas entendu, et ça avait quelque chose de pas désagréable.

" Huumm... ça m'avait manqué... " dit-elle avec un sourire en coin alors qu'elle enroulait une partie de la ceinture autour de son poignet, le ton étrangement sensuel et enjoué. " Alors... on veux toujours pas parler ? "

L'otage fit non de la tête, visiblement peu impressionné. Le sourire de Stella s'élargit. Son bras se leva et dans un mouvement vif, la boucle de ceinture claqua violemment contre la joue de l'homme attaché, qui poussa un cri de douleur avant de recracher une dent un peu plus loin près de la gérante du My Aliby.

" Han tu cries... y'a du progrès. " dit-elle en marchant autour de lui, comme un serpent encerclerait sa proie. " J'suis sûre que t'en redemande. "

Sans laisser de temps au type pour répliquer, un nouveau coup partit, puis un autre, et encore un autre, ponctué par les hurlements de l'otage. Au fur et à mesure que les coups pleuvait, quelques dents venaient joncher le sol, témoignant de la violence des coups et du nombre qu'il encaissait.
Le temps passait, et la sombre étoile fini par le regarder avec mépris, aspirant une bouffée de sa cigarette. Même si torturer cet homme avait quelque chose d'assez excitant, elle devait reconnaître qu'elle n'était pas vraiment d'humeur à faire dans la subtilité, et qu'elle en avait marre. Fronçant les sourcils en remettant sa cigarette à ses lèvres, elle donna un coup de pied dans la chaise, ce qui la fit basculer an arrière, surprenant l'otage qui commençait sérieusement à craindre pour son matricule. La brune incendiaire ne voulait pas en rester là bien évidemment. Elle s’avança encore, si bien et si près qu'elle passa sa jambe par dessus la chaise et lui écrasa son entre-jambe comme si elle écrasait une simple araignée. L'homme eut à peine le temps d'étrangler un cri de douleur intense que Stella enroula la ceinture autour de son cou et tira, commençant à l'étrangler. Elle perdait patience...

" Ecoutez-moi bien la bande de fils de pute ! " vociféra Stella en posant son regard sur les autres otages. " Vous avez dix secondes pour balancer la sauce avant que votre copain s'étouffe avec son vomi ! "

Alors que le ton tranchant de la jeune femme résonnait dans la pièce, le prisonnier commençait petit à petit à étouffer, peinant à se débattre alors que sa tortionnaire renforçait son emprise, aussi bien avec la ceinture qu'avec sa ranger sur sa virilité.

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Mar 14 Oct - 0:47

Avec un sourire en coin, elle fuma une cigarette et rendit à Roman son briquet. Finalement, il s'était trompé, finalement, il n'y aura pas de torche humaine ce soir. Ou peut être que si. En tout cas, Stella avait une tout autre idée en tête. Il haussa un sourcil, un peu surpris, lorsqu'elle demanda à son sbire sa ceinture. Mais il esquissa également un sourire. La suite s'annonçait pour le moins comique. Il resta comme un con dans son coin de la pièce, tenant ce qu'avait balancé la sombre étoile, à savoir une veste en cuir. Elle du le répéter deux fois, mais John n'était visiblement pas prêt d'enlever sa ceinture. Au bout d'un moment, elle perdit patience et parti chercher l'objet elle même. Puis, toujours souriante, elle se mit à fouetter le détenu. Roman se demanda si il devait éclater de rire où si c'était une blague, mais il se ravisa à la seconde même où la brune incendiaire se mit à frapper. La violence de ses coups fit perdre des dents à l'homme attaché. Elle ne se maîtrisait plus, et si ça continuait comme ça, elle finirait par le tuer. Black Mask eut un petit rire admiratif pendant qu'elle tentait de le faire parler. En fin de compte, elle savait très bien ce qu'elle faisait, et à ce rythme, ses potes finiraient par cracher le morceau. Roman comprit qu'elle commençait à en avoir plus qu'assez au bout d'un moment. Elle fit basculer la chaise en arrière, commençant à écraser violemment son entre jambe et serrant la ceinture autour de son coup. Le parrain commença à avoir mal pour lui.

" Ecoutez-moi bien la bande de fils de pute ! " vociféra Stella en posant son regard sur les autres otages. " Vous avez dix secondes pour balancer la sauce avant que votre copain s'étouffe avec son vomi ! "

Elle faisait vraiment bien son boulot. Elle était mieux que les dix incompétents présents dans la salle. Le regard inquisiteur du masque noir se posa sur l'un des prisonniers. Celui-ci répliqua dans la seconde même.

" Laissez le ... On ... On est une quarantaine ... "

Roman se leva. Toute les personnes présentes dans la salle se leva. Le stress que lui procurait l'attaque prochaine de Freeze amplifiait sa colère sur ses victimes. En tant normal, il aurait demandé la suite calmement. Mais aujourd'hui, il allait la jouer court, et être franc. Posant sa main sur l'épaule de son invitée, il lui fit signe de partir un peu plus loin. Puis il regarda de nouveau son interlocuteur, le regard interrogatif. Il n'avait pas besoin de lui parler pour qu'il comprenne. Il n'avait pas répondu à toute les questions, et ça agaçait profondément Roman. Il n'avait pas l'air si résistant, ce type, alors pourquoi ses hommes n'avaient ils pas réussis à le faire parler ?

" Pourquoi je vous parlerai, puisque de toute façon vous allez me tuer ? "

Le tortionnaire regarda l'homme que Stella avait frappée quelques instants plus tôt, puis celui qui venait de parler. En fait, il n'avait qu'une envie : retourner dans sa chambre et passer le reste de la nuit avec la sombre étoile. Mais avant tout, les affaires ... Qu'il fallait clôturer le plus vite possible. Alors autant faire ça rapidement.

" Si tu parle, je te promet de te liquider rapidement. Si tu ne parle pas, je te promet qu'après ce que je te ferai subir, l'enfer ne sera qu'une promenade de santé. Cette femme n'avait rien contre vous, mais moi, je déteste les fouines qui se mettent en travers de mon business. Alors, vous allez me payer ça. Mais je vous donne un moyen d'échapper à mon courroux si vous me donner ce que je veux. Est-ce que je suis assez clair ?"

Pour souligner ses paroles, il rouvrit son briquet et le balança sur le pied du type encore sous le choc des coups de la jolie brune. Celui-ci s'embrasa comme une feuille. Un hurlement déchira la pièce, sous les yeux terrifiés des collègues du martyr. Il s'agitait dans tout les sens, comme un pitoyable vers. Sionis sorti ensuite son pistolet et visa la tête du condamné.

" Quel type de marchandise vendez vous ? Et d'où ça sort ? Les ponts ont été coupés, vous avez surement un revendeur. Réponds, et je le crève. Sinon il en a pour dix minutes à souffrir comme un chien. Si tu ne me le dis pas avant qu'il ne meurt, je te coupe les membres avec une hache. Conscient, ça fait vraiment, mais alors vraiment mal. Réponds tout de suite. REPONDS ! "

Roman comprit aux yeux exorbités de l'homme que l'interrogatoire était sur le point de se terminer. Encore heureux. Il était bien content que ce soit fini. Non pas que tout ça le dégoutait, mais il avait hâte de retourner dans la suite avec son associée. Mais malgré la douleur et la souffrance de son pote, sa bouche ne s'ouvrait décidément pas pour dire les bonnes choses. Dommage pour lui. Le masque noir regarda John en lui faisant un signe de tête. Le sous fifre se saisit d'une pince et se dirigea d'un pas rapide vers le détenu que Roman interrogeait. Il lui prit le pouce avec, puis commença à serrer. Le parrain de la pègre se détourna quelques secondes pour mettre plus de balles dans son arme en entendant le cri infernal de l'homme en même temps, qui venait de perdre l'un de ses doigts.

" Stop ! Arrêtez, je vous en supplie ! On est juste devant votre fonderie, on vend des drogues fortes ! On les à acheter avec tout notre fric chez un dealer qui bosse pour l'Epouvantail, et notre QG est à quelques rues de la fonderie Sionis ! Tiens, d'ailleurs dans deux jours, notre boss va faire une vente dans le terrain vague à deux rue de votre fonderie, et auss ... "

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase que Black Mask lui tira une balle dans la tête, puis acheva la torche humaine ainsi que le gars qui n'avait servi à rien mais qui était aussi terrifié que les autres. Bon, il ne s'attendait pas à cette avalanche d'information, alors il fallait trouver une solution concernant la vente et le QG ... Bah, il n'avait qu'à demander au nouveau mercenaire, là, le serpent, de faire le ménage. Il n'était pas très cher comparé à Slade Wilson ou Floyd Lawton. Il ferait parfaitement l'affaire.

" Appelez Copperhead pour qu'il nettoie tout ça. La transaction se passera pendant l'attaque du bonhomme de neige, il devrait être disponible. Ah, et au faites, vous voyez que c'est pas compliqué. Je l'ai fait parlé en dix minutes, et vous en deux heure la seule chose que vous savez faire, c'est M'APPELER. J'VOUS PAIE POUR QUOI, BORDEL ?! "

Il n'avait plus rien à faire ici, alors autant remonter et profiter de la soirée. Ou pour le moment, du dessert ... Mais qu'avait pensée Stella de l'attitude du masque noir ? C'est ce qu'il se demandait, alors qu'il l'attendait pour remonter dans la suite luxueuse ...



_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Mer 22 Oct - 19:58

Ah, enfin ils se décidaient à parler ? C'était pas trop tôt... Elle en avait plutôt assez, tout comme celui qui l'avait invité à ces étranges festivités.
Instantanément, au contact de Black Mask, la sombre étoile relâcha son emprise sur son otage avec un sourire discret et enleva la ceinture du cou de l'homme déjà bien amoché. Elle était satisfaite de son traitement, qui avait porté plus ou moins ses fruits, et désormais, Sionis savait parfaitement de quoi sa complice était capable. Alors que le prisonnier toussait en recrachant ce qui semblait être son repas du soir, Stella réajusta sa robe moulante et jeta son arme de fortune à son propriétaire -à savoir, John-. D'ailleurs, voyant le sang sur sa jolie boucle argenté, l'homme de main ne la remit pas et afficha un air plutôt dégoutté en essuyant les éclaboussures avec un chiffon, ayant sans doute servi de bâillon pour les autres otages devant eux. Avant de faire quelques pas en arrière comme lui suggérait l'homme au masque, l'américano-italienne ne manqua pas de laisser un autre souvenir à celui qu'elle avait torturé. Un coup de pied dans les côtes, suivit d'un "couille molle" agacé, presque blasé.
La gérante du bar malfamé assista à la démonstration de force du tortionnaire sadique aux côtés de John, et toujours sa moitié de cigarette pendue à ses lèvres.
Oh oui, rien qu'au ton macabre et au paroles de Roman, on le sentait en colère, véritablement ennuyé que ses sbires n'ai pas réussis à avoir les informations souhaitées. Le fait qu'il mit le feu à l'homme torturé quelques minutes plus tôt confirma son idée, et contrairement à John et aux autres hommes de main, la femme-fatale regarda d'un air indifférent le brasier s'agiter sous ses yeux de vipère. Malgré ce visage neutre, les flammes dansaient, brillaient dans son regard émeraude. Elle savait que les cris déchiraient la pièce, que les autres otages passaient un mauvais quart d'heure, mais la beauté du feu emportait véritablement Miss Black dans une contemplation macabre. En entendant l'un prisonnier déblatérer les fameuses informations, elle prêta quand même l'oreille sans quitter des yeux la victime immolée. Elle retint simplement les mots "fonderie", "Épouvantail" et "deux jours".
Soudain, les trois coups de feu tirés par le criminel résonnèrent dans la pièce. Le premier la fit sursauter, le second ayant achevé l'otage enflammé la fit détourner les yeux, et enfin au troisième, ses yeux se posèrent sur le tortionnaire sadique. Oui, sa réputation n'était plus à faire... Le voir en action ne l'effrayait pas contrairement à ce que l'on pouvait penser. Pour elle, c'était tout à fait légitime qu'il fasse cela. Il voulait obtenir des renseignement, et dans ces cas là, chacun ses méthodes. Il n'était pas un de ces criminels de seconde zone qu'il fallait importuner, et une fois encore, Stella se disait qu'elle était bien contente d'avoir sa confiance.  Tout comme lui avait la sienne...
Tandis qu'il parlait, elle regarda le carnage, notamment l'homme avec le pouce en moins, et John avec la pince en sang. On pouvait dire que les soirées avec Black Mask en salle de torture ne manquaient vraiment pas d'animation...
Après avoir réprimandé à nouveau ses hommes de main sur leur incompétences -et il y avait de quoi-, Roman Sionis pris la direction de la sortie d'un pas lent, semblant attendre que son invitée le suive. Cette dernière le remarqua bien vite, et jeta son mégot dans la carcasse calcinée, l'air toujours aussi indifférent. Puis, Stella repris sa veste en cuir préalablement posée sur une table, l'entoura à sa taille et  s’exécuta, car après tout, elle n'allait pas rester ici à faire du bénévolat avec la dizaine de sbire et leur apprendre ses petits secrets de pratique sado-maso. Quand à son lien avec leur patron et ses méthodes, ils pouvaient dire ce qu'ils voulaient, elle n'en avait rien à faire, ce n'étaient que des imbéciles...
Les deux complices retournèrent sur leur pas, parcourant en sens inverse le chemin qu'ils avaient prit une dizaine de minutes auparavant. Ils étaient peut-être seuls, mais la tension avait bien du mal à retomber du côté de Sionis, et l'homme au masque semblait vouloir se détendre après cet entracte indésirable. La sombre étoile allait y veiller.
Alors qu'ils remontèrent enfin dans l'ascenseur, l'américano-italienne resta très proche de lui, et remarqua quelques éclaboussures sur la veste de Roman en posant une main sur son épaule. Du sang, sans aucun doute. Surement à cause du doigt coupé ou du coup de feu qu'il avait tiré dans la tête de l'un des prisonniers.

" Quel dommage, un si beau costume... " souffla t-elle spontanément en faisant la moue, les yeux baissés vers l'endroit maculé de sang et le menton posé sur l'épaule du criminel. " Il va falloir enlever tout ça Mistah Black... " finit-elle par dire dans un léger rire, sous-entendant clairement son idée sur la suite de cette soirée.

La cabine de verre regagnait progressivement les hauteurs de la Black Tower, et Stella essaya de faire oublier à son interlocuteur ce contre-temps qui l'avait fortement agacé en l'entourant de ses bras, posant ses mains sur le torse du tortionnaire, collée contre son dos. Durant l'ascension de presque une vingtaine d'étage, elle resta là contre lui, les yeux clos, et un sourire fin plutôt tranquille étirant ses lèvres. Elle respirait sans rien dire l'odeur de cet homme au charme macabre, dont la démonstration de force ne l'avait pas dégoûté, bien au contraire. Putain quel homme. Elle éprouvait une fascination étrange envers lui, sans pour autant mettre clairement un mot dessus, elle se le refusait malgré cette affection qu'elle lui portait. Savoir qu'elle collaborait avec un homme sans la moindre pitié et sûr de lui lui plaisait énormément, et malgré des affaires professionnelles, c'était bien ces moments seuls tous les deux qu'elle préférait... et ce soir, enfin, elle pouvait espérer qu'ils seraient tranquilles et reprendraient leur tête-à-tête là où ils l'avaient laissés. Si seulement il savait l'envie irrépressible et les sentiments qu'elle gardait au fond d'elle...
L'américano-italienne se ressaisi et se détacha de Roman, sans pour autant laisser son sourire s'effacer de son visage. Elle préféra s'adosser contre la paroi de l’ascenseur et contempler la ville, comme pour se contrôler un minimum en attendant qu'ils arrivent.

" Je sens que je vais me plaire ici... " lâcha sereinement la femme-fatale en perdant son regard émeraude sur les grattes-ciels.

Il est vrai que pendant son séjour, la sombre étoile allait se sentir comme chez elle. Elle n'allait pas dire non à ce luxe, et encore moins à la compagne du tortionnaire sadique. Même ce soir... Et à cette pensée, la gérante du My Aliby posa à nouveau ses yeux brillants sur son associé, avides et pleins de promesses.
A croire que c'était le jeu de séduction qui recommençait malgré lui : qui allait craquer le premier et donc perdre la partie ? A croire aussi que ces deux-là s'attiraient comme des aimants...
Plus que quelques étages encore...

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Lun 27 Oct - 15:32

Black Mask sortit de la salle de torture. Encore la tête dans les affaires, il remarqua à peine Stella jeter ses mégots et le suivre. Elle était tout prêt de lui cependant, et cela le masque noir l'avait bel et bien vu. Il comptait terminer cette soirée en beauté ce soir, et pour ça, il n'y avait rien de mieux que de la finir avec la sombre étoile. Il y passerait toute ses nuits si il en avait l'occasion, mais le travail était tellement prenant qu'il avait besoin de récupérer son sommeil. Sans déconner, comment elle faisait, la chauve souris, pour se balader avec une cape et un grappin toute la nuit à travers Gotham et ne pas devenir un zombie le lendemain ? Si ça se trouve, Batman n'était qu'un clodo en manque de sensation forte. Lui, entre son trafic d'arme, son trafic de drogue, son trafic d'être humain, la paperasse de la Black Tower et de ce qu'il possédait ainsi que les guerres de gangs, il n'avait plus une minute à lui. Les seules choses qui le calmait, en ce moment, c'était de voir Stella et de torturer les gens. Et aussi d'apprendre les nouvelles attaques du terroriste qui l'arrangeait, tiens. Il appuya sur le bouton de l'ascenseur lui permettant de retourner dans sa suite luxueuse quand son invitée posa son menton sur son épaule. Pendant un quart de seconde, le mafieux pensa que la soirée allait se terminer dans l'ascenseur

Quel dommage, un si beau costume... Il va falloir enlever tout ça Mistah Black... "

Elle se colla ainsi à lui, et il pu admirer son ascension. Il adorait monter ainsi les étages, car cela reflétait un peu ce qu'il était. Il était parti d'une famille aisé, avait tout perdu, puis avait gravit les échelons dans la pègre pour se faire un nom qu'aujourd'hui tous connaissait. Personne dans la rue n'ignorait qui était Black Mask, ni même qui était Roman Sionis. Au bout d'une vingtaine d'étage, elle se décolla de lui et s'adossa à l'ascenseur.

" Je sens que je vais me plaire ici... "

Il tourna alors sa tête vers la brune incendiaire. Ses yeux vert émeraude étaient posé sur Gotham. Puis, leurs yeux se rencontrèrent, et il ne pu se résoudre à retirer son regard. Il plissa alors les yeux et eut un petit rire.

" Bientôt, tout Gotham sera à moi. Je contrôlerait la ville entière. Et alors tout ce que j'aurai fait, tout ce que j'aurai entrepris sera récompensé. "

Il entoura alors son bras autour de sa nuque et l'amena à lui. Il la serra contre lui. Le parrain de la pègre ne l'osait se l'avouer, mais sa présence l'apaisait. Il n'aurait jamais pensé que leur relation irait si loin lorsqu'il avait voulu faire d'elle son associé dans son appartement. Il avait juste vu en elle son bar, son physique et l'argent qu'elle lui rapporterait. Mais depuis, il avait vu en elle quelqu'un qui lui ressemblait énormément. Ils avaient plus ou moins vécu les même épreuves. Ils avaient tout les deux perdus des gens qu'ils aimaient profondément et avaient tout deux tués des personnes de leurs propre famille. Les étages qui le séparaient de sa chambre diminuèrent au fur et à mesure de l'ascension, et pourtant Roman n'avait pas la moindre envie de la relâcher. Lorsque la porte s'ouvrit soudain il desserra son étreinte pour la seule raison que la suite des évènements serait plus plaisante. Il laissa passer Stella avant de fermer la porte derrière lui. Il s'avança jusqu'au milieu de la pièce. Le dessert venait d'être servit, et l'homme au masque noir ne put s'empêcher de sourire lorsqu'il vit la banane et la chantilly. Puis, il fit ce qu'il adorait faire chaque soir. Il retira son masque, le contempla un petit moment puis le posa sur le coin de la table. Il posa une nouvelle fois son regard, cette fois ci sans son masque, sur Stella. Ses yeux s'illuminèrent. Il sembla prendre à nouveau vie rien qu'en pensant à ce qui allait se passer dans les secondes qui venait.

" J'ai plus très faim, tout à coup. "

Il n'avait plus envie de jouer plus longtemps. Il se rapprocha à pas lent de Stella. La sombre étoile était la seule personne à qui il pouvait faire confiance. Or, tout ceux à qui il accordait de l'importance étaient morts, mais jamais lui. Lui, personne ne pouvait l'abattre. Il était plus fort que tout le monde. Son seul point faible est ceux et celle qui l'entouraient. Mais jamais il ne laisserait ses ennemis toucher à un seul cheveux de la brune incendiaire. Personne ne la toucherait, sinon ces moins que rien en paierait le prix. Il espérait seulement que la gérante du bar malfamé ne se fichait pas de lui. Alors là, sa colère serait encore plus terrible que celle qu'il avait pu avoir lorsque le Joker lui avait prit tout ce qu'il possédait. Mais avec les révélation qu'elle lui avait fait ce soir, il n'y avait pas de doute qu'elle ne jouait pas la comédie. Il posa ses bras sur ses épaules, l'air plus que serein. Puis il posa ses lèvres sur les siennes, et l'embrassa. Inutile de dire que le parrain de la pègre avait perdu le jeu, mais il n'avait plus envie de jouer. Il avait le reste de la soirée pour se divertir, au milieu de la table et des banana split ...



[ HRP : Voilà, petit post je trouve comme à chaque fois que je termine mes sujets ... Je te laisse finir le rp Wink ]

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   Jeu 13 Nov - 1:13

La soirée s'était terminée sans que rien ne vienne interrompre à nouveau l'homme au masque et la sombre étoile. Après la séance de torture dans les sous-sols de la Black Tower, jusqu'au coeur de la nuit, leur dîner avait pris une toute autre tournure. Entre jeu de séduction et confidences, une troisième nuit encore, tous les deux s'étaient livrés l'un à l'autre, bien plus que de raison cette fois-ci, vous en conviendrez.
Black Mask avait perdu face au charme de son associée, mais au bout du compte, contrairement à ce que l'on pourrait penser,  il n'était pas le seul. Stella aussi avait perdu dans un sens.
Comment l'avait-elle su ? Dès l'instant où le parrain de la pègre l'avait prit dans ses bras dans l’ascenseur. Durant cette longue étreinte jusqu'au sommet de la tour noire, la femme-fatale était restée interdite, le visage perdu contre le col de sa chemise. Elle avait été incapable de bouger, prise d'un frisson indescriptible alors qu'elle avait senti sa propre respiration s'arrêter lorsqu'il l'avait attiré contre lui.
C'était un geste aussi inattendu que spontané, presque surréaliste de la part du tortionnaire sadique, auquel elle ne s'était pas préparé. La gérante du bar malfamé avait très bien compris par cet acte l'affection qu'il lui portait, et ce constat l'avait touché, sans pour autant le montrer concrètement, se contentant de rester immobile contre lui. Elle se savait privilégiée mais à ce point... Tout le long du dîner, et surtout avec tout ce qui avait été dit, elle s'était rendu compte bien sûr de cet attachement particulier, mais jamais elle n'aurai pensé que de lui-même, le criminel se montre sous ce jour. Il portait son masque encore à ce moment là, mais c'est comme si il ne le portait plus en se trahissant volontairement de la sorte.
Une fois le stade de la surprise passé, l'américano-italienne s'était laissée faire, n'essayant pas de se débattre. Elle n'en avait pas envie et ressentait ni peur ni dégoût, bien au contraire. Pour la première fois depuis longtemps, elle se sentait en sécurité sans oser se l'avouer par pure fierté. Elle devait rester une femme forte, qui n'avait besoin de l'aide de personne pour se défendre, elle savait très bien distribuer les droites quand cela était nécessaire. Elle savait aussi que cet homme au charme macabre l'attirait malgré sa réputation... Plus les étages défilaient, et plus Stella sentait une étrange chaleur l'habiter, c'était insoutenable. Evidemment, elle ressentait communément ce que l'on pouvait appeler du désir, mais il y avait maintenant autre chose, quelque chose dont elle n'avait pas l'habitude et qu'elle s'était jurée de ne plus éprouver.
Peut-être fallait-il être folle pour ressentir de tels sentiments...
C'est ce que pensa la brune incendiaire en sentant l'homme au masque la libérer. Remarquant qu'ils étaient arrivés, elle se détacha de lui à contrecoeur, sentant une pointe de frustration la traverser. Décidément, elle se surprenait elle-même.
Entrant la première dans les appartements de Roman, elle jeta sa veste et sa paire de rangers près du lit sur lequel reposait déjà son chapeau, puis remarqua que le dessert avait été servi. Elle manqua d'éclater de rire en voyant les banana-split sur la table mais préféra avancer avec un sourire en coin et plonger son index dans la chantilly. La sombre étoile dégustait si bien l'onctueuse crème qu'elle n'avait pas remarqué le maître des lieux enlever son masque. Ce ne fût que lorsqu'il parla qu'elle leva les yeux pour le regarder. Le dîner était officiellement terminé, mais la soirée était bien loin de l'être. Sans répondre à ses paroles qui voulaient tout dire, la femme-fatale le regarda avancer vers elle dans la pénombre.
Ses hanches calées contre le rebord de la table, les mains crispées, elle savait très bien ce qui allait se passer.
L'absence de son masque signifiait clairement que l'heure n'était plus au jeu. Il avait l'air serein, ayant oublié les contretemps d'il y a quelques minutes à peine. Elle l'avait déjà vu à visage découvert par deux fois, mais comme les fois précédentes, elle se plaisait à le détailler un peu plus, découvrant chaque fois un détail qu'elle n'avait jamais vu auparavant. Tout le monde connaissait le véritable visage de Roman Sionis, elle l'avait déjà vu dans les journaux, mais voir quelqu'un sur un bout de papier et ensuite de chair et d'os, c'était bien différent. De plus, Miss Black savait très bien que rares étaient ceux qui avaient la chance de le revoir, surtout d'aussi près. Pour un homme de quarante ans, le mafieux ne faisait pas son âge malgré les traits légèrement tirés par le poids des soucis que lui ont causés la vie. D'ailleurs en regardant mieux, la brune remarqua quelques rides commencer à apparaître sur le front du tortionnaire sadique, sûrement dues à l'appréhension du plan de Freeze. Oui, la dernière fois il ne les avait pas...
Sans qu'elle ne sache réellement pourquoi, alors que ses yeux se perdaient dans ceux du criminel, elle sentit toutes les sensations éprouvées dans la cabine de verre la submerger à nouveau, à une vitesse incroyable. Chaque pas qu'il faisait vers elle lui donnait chaud, puis froid, les deux sensations thermiques s'alternant à un rythme si frénétique que le feu montait progressivement aux joues de l'américano-italienne.
Sans résister, la gérante du My Alibi se laissa emprisonner encore une fois dans ses bras, et si Sionis était bien attentif, il pouvait la sentir trembler légèrement. Elle n'en pouvait plus... Son regard émeraude d'habitude si dur brillait cette fois d'un éclat qui trahissait ses sentiments à l'encontre du criminel: de la douceur insoupçonnée, une forme de respect certain, cette fascination qu'elle peinait à cacher, et surtout, tout au fond de ses pupilles, ce sentiment qu'elle refusait d'admettre, profondément enfoui.
Sentant à peine les lèvres de Roman posées sur les siennes, la femme-fatale agrippa vivement le mafieux par le col de sa chemise, sachant que ce soir, une fois encore, la nuit leur appartenait...
__________________________________________________

Huit heures quarante-huit.
C'est à cette heure-ci que la Gothamite ouvrit les yeux, réveillée par le bruit d'une porte que l'on claque discrètement.
Allongée sur le dos et complètement nue sous les draps de soie noirs et gris, elle resta un moment à fixer le plafond de la chambre dont les rideaux étaient fermés. Elle n'avait jamais été très matinale, et heureusement qu'elle n'avait pas la gueule de bois, sinon elle aurai été d'humeur massacrante. En général, il y avait véritablement écrit "attention chien méchant" sur son visage au réveil, et valait mieux ne pas la déranger jusqu'à ce qu'elle ai fumé sa cigarette matinale et bu son grand café.
Toute fois ce matin, cette expression mauvaise disparu bien rapidement, laissant plutôt place à un air pensif, presque absent.
Au bout de quelques minutes, le corps encore engourdi, Stella se tourna sur son côté gauche et remarqua Roman encore endormi, et dans la même tenue qu'elle, allongé sur le ventre. Le visage tourné vers elle, il paraissait tranquille dans son sommeil. Il fallait dire que la soirée avait été aussi agréable que mouvementée. Dans un sourire, l'associée (désormais amante?) de l'homme au masque le fixa un moment, glissant ses yeux verts sur le visage de celui avec qui la soirée s'était si bien terminée, puis sur les muscles saillants de ses épaules et de son dos. D'ailleurs à y regarder de plus près, ses bras et certains endroits de son dos portait certaines traces de griffures, témoignant de la nuit qu'il avait passé. Putain quel homme... un leader charismatique, doublé d'un bon coup au lit, que demander de mieux ? Il était bien loin d'être un de ces ploucs que la gérante du bar malfamé avait fréquenté auparavant... ah, mais il ne fallait pas y penser, c'était de l'histoire ancienne, un vrai désastre.
Après un bref soupir de satisfaction, la sombre étoile quitta le lit et songea à se rhabiller, mais une fois debout, au milieu de la pièce plongée dans la pénombre, elle remarqua que sa tenue de la veille n'était plus qu'un vulgaire chiffon déchiré, Sionis s'en étant occupé à sa manière. Eh merde... Bon, ce n'est pas qu'elle y tenait particulièrement car c'était une sorte de cadeau empoisonné, mais la perspective de rentrer à poil ne l'enchantait pas des masses. Son manteau de cuir descendait à peine jusqu'à la taille, ça ne ferai pas l'affaire pour rentrer.
Pestant en silence, l'américano-italienne chercha ses sous-vêtements dans la pièce, mais ne trouva que son tanga, qu'elle s'empressa de mettre. Pas envie de chercher le reste, c'était peut-être perdu qui sait ? Se retenant de râler, elle fouilla dans sa veste de cuir et y sortit de ses poches son paquet de cigarette et son zippo fétiche avant de la jeter à nouveau par terre. Soudain, son regard se posa sur les vêtements du tortionnaire sadique, eux aussi éparpillés sur le sol à quelques centimètres de son perfecto. La voilà la solution !
Ni une ni deux, elle enfila la chemise trop grande du criminel sans l'aboutonner complètement, puis pris le pantalon sous le bras, quittant la pièce le plus discrètement possible, la cigarette pendue à ses lèvres. Dans la chambre, les seuls choses marquant encore sa présence furent son parfum dans les draps, son téléphone portable en vrac dépassant des plis de sa veste, la robe en lambeaux, et un soutien-gorge... juste en dessous de l'oreiller du Black Mask.
Il lui fallu peu de temps pour rejoindre la salle où ils avaient dîné la veille au soir. La lumière baignait la pièce d'une chaleur douce et agréable, et de la grande baie vitrée la vue sur la ville était toujours aussi imprenable. Un lever de soleil avec un tel panorama, ce n'était pas déplaisant dès le matin, ça changeait de la vue minable sur la baie de Gotham dont elle disposait dans son appartement...
Toutefois, ce qui sembla bizarre aux yeux de la brune incendiaire, c'est que tout était impeccable, comme si il ne s'était rien passé. Pourtant quelques heures plus tôt, la femme-fatale se souvenait très bien avoir fait un carnage avec le mafieux dans cette pièce... Les assiettes à dessert avaient volées, quelques chaises aussi... sans parler du reste.
A ces pensées grivoises, la femme fatale esquissa un sourire en coin et s'avança vers la table, où un plateau d'argent venait d'être posé, avec un cendrier, deux grandes tasses de café fumant, un sucrier et le Gotham Globe du jour. A en déduire le bruit l'ayant réveillé et ce qu'il y avait en face d'elle, nul doute qu'un employé de confiance, ou même un sbire était venu ici faire son travail tout en restant discret. John peut-être ? Hum, pas impossible... Il fallait croire que c'était une sorte de rituel sachant que le maître de la Black Tower se levait en général à neuf heures. C'était déjà comme ça la première fois qu'elle avait dîné en ces lieux...
La sombre étoile ne se fit pas prier. De façon désinvolte, elle jeta le pantalon de l'homme au masque sur une chaise et s'installa, croisant ses jambes dénudées de manière détendue. Enfin, elle alluma sa cigarette et prit le journal, pour finalement se plonger dans la lecture des nouvelles, buvant de temps à autre une gorgée de son café. Avec la vue derrière elle, l'ensemble pouvait faire un bien joli tableau.
Patiemment, dans le silence, et le visage serein malgré quelques horreurs racontées sur le papier, elle attendait le réveil de celui qui avait causé bien du trouble en elle, et avec qui elle allait partager les appartements pendant quelques jours...
Sans aucun doute, lorsqu'il apparaîtrait, Stella offrirai un autre sourire sincère... elle qui détestait sembler sentimental, c'était impossible en l'unique présence de Sionis... peut-être le savait-il ?

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]   

Revenir en haut Aller en bas
 

On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Midtown/Diamonds :: The Black Tower-