RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Le Retour du Dragon [Batman face à ... Shiva ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Le Retour du Dragon [Batman face à ... Shiva ?]   Mar 29 Juil - 2:09

Une chose étrange, l'argent. Une simple notion qui vous transforme du simple papier en or, et de l'or en breloque, avant de se faire délaisser au moindre coup, pour revenir tout aussi subitement à la charge dès lors que l'on ose vous dit qu'elle sera à nouveau reconnue à sa juste valeur. Une simple histoire de confiance peut vous transformer un ridicule gramme de papier et d'encre en ressource indispensable. Pour certains, en véritable philosophie de vie. Pour d'autres, une subsistance. Sujet passionnant que celui-là, sur lequel Shiva n'avait jusqu'alors que peu réfléchi.

Jusqu'à ce sombre jour où elle se retrouva privée de tout ses atouts, quasiment nue, pour une simple histoire de légalité. Jetée comme une malpropre, tout son argent gelé, pour n'avoir simplement pas été capable de produire une pièce d'identité. Société fabuleuse que celle qui vous laissait mourir parce que vous ne semblez pas être ce que vous êtes. Société fabuleuse que celle-ci, où toute sa force, toutes ses capacités n'aurait pu lui rendre son dû, trop grandement sécurisé dans des réseaux informatiques sur lesquels elle n'avait aucune prise. Société fabuleuse que celle qui laissait sur le banc la grande personnalité qu'elle avait, l'espace d'un instant, au cœur d'un infime espoir, pensé être.

Entre motel miteux et prospection de travail, elle s'était retrouvée là, pour son premier soir, dans un cercle de combat grotesque aménagé au sein même des ruines de l'ancien Westward Bridge, réminiscence surannée d'une époque pas si lointaine, où entre les deux colosses qui avaient soutenu ce pont passaient l'une de ces glorieuses autoroute inter-états à même de soutenir la prospérité déclinante d'une cité en crise. Ce n'était plus qu'un cercle de béton et d'acier aux gradins faits de bric et de brocs, aux cossues bâtisses de bookmakers.

Evidemment, pour qui ne connaissait pas l'endroit, on ne voyait guère autre chose qu'un dôme de décombres que l'on pouvait vraisemblablement penser habité par un gang de plus. Pour l'initié, c'était un lieu de divertissement et de pari dont la déchéance n'avait plus été égalée depuis les plus sublimes heures de la gladiature romaine. Pour Shiva, c'était un lieu de gaspillage. Gaspillage de temps, gaspillage de talent, gaspillage de sang. Heureusement, il résidait pour elle entre ces murs un énorme gain d'argent. Son physique avait pour une fois joué pour elle, et plus que de lui redonner la vigueur de ses vingt ans, le drôle à qui elle s'était vendu comme Lady Shiva lui avait rigolé au nez, n’acquiesçant jamais sans un sourire narquois. Pour lui, et pour tous, Shiva avait disparu, ou était au mieux morte. Une erreur qui montait la cote pour elle à plus de trente pour un.

Elle était pour eux la "Fille de Shiva", euphémisme pour signifier "Dingue qui se prenait pour Shiva".

En face d'elle, on avait mis un énorme bonhomme, qu'on vendait comme étant ce que pouvait offrir de meilleur le taulier du lieu, un joyeu luron qui se faisait appeler "Tribun", affectionnait les toges par-dessus ses costumes trois-pièces et, disait-on, s'adonnait à l'esclavagisme de combat, et même à l'émasculation de ses plus beaux bestiaux. Une époque troublée que celle de cette Gotham isolée, assurément.

Elle pouvait lire sur les livres de l’entraîneur de ce poulain. Il ne lui ferait pas de cadeaux. Elle n'était là que pour l'échauffement. Là pour amuser la galerie par sa seule présence. On avait même insisté pour qu'elle se déshabille et ne se batte qu'en sous-vêtement. On lui disait qu'elle n'en serait que mieux payée. Fou celui qui penserait pouvoir la berner : tout le monde connaissait la réputation des cercles de combat clandestins, ou au moins pouvait-on l'imaginer au gré des médias les entourant. Ce n'était qu'une jungle dont la seule maxime véritable était "tuer ou être tué". Une jungle qui lui appartenait. Ils foulaient maintenant son terrain, et les fous n'avaient qu'à bien se tenir.

Le maître n'avait pas même pris la peine d'enlever son long manteau, qui couvrait son élégant qipao. Dans une poche de sa ceinture, fermement harnaché, son téléphone, et avec lui sa musique. Elle avait passé ses écouteurs par-dessous son haut, et par-dessous même son soutien-gorge, pour éviter les mouvements parasites de ceux-ci. Elle avait même opté chez le vendeur pour une paire intégrale encerclant l'oreille, avec une longueur réglable, dans une volonté certaine de praticité. Il est certes vrai qu'en temps normal, jamais elle ne se serait laissée parasiter par sa musique en combat, mais l'arène était bruyante, et elle n'avait pas eu de combat plus sérieux depuis qu'elle avait affronté sa fille. Elle avait besoin de quelque chose sur lequel se concentrer, et elle n'était pas sûr qu'un sac de frappe à moitié nu ferait l'affaire.

Cela servira au moins de remise dans le bain.

Une rapide introduction par ce "Tribun", une présentation des combattants, avec un bon poulain de quatre-vingt-onze kilos - Jamais plus qu'une trentaine de plus qu'elle. - connu sous le nom de "Thrace" - encore une fantasque référence gréco-romaine, nota-t-elle. -, et le combat s'engagea sur les premières notes d'"Une nuit sur le Mont Chauve" de Moussorgski résonnant dans les oreilles de la guerrière.

Le Thrace chargea, sans concession, et il frappa dans le vide. Encore une fois, et encore une fois. Cette petite bonne femme ne feignait même pas de la provoquer, elle esquivait simplement, le regardait avec des yeux curieux, comme si il n'était qu'un animal. Cela l'énerva, alors il redoubla de force, de vitesse, de hargne. Rien n'y fit. Rien ne changea. Impossible de porter un coup au but. Elle esquivait, encore. Un pas sur le coté. Un pas en arrière. Un petit bond. Une courbure. Elle évitait avec grâce, faisait ressembler ce combat pourtant gagné d'avance à un simulacre de corrida. Le public s'énervait, car voilà que le combat durait déjà depuis plusieurs minutes, mais rien. Rien ne changeait, elle observait toujours, avec ce calme et ses petit yeux vifs, pétillant d'une malice maintenant clairement effrayante.

Et puis elle arrêta de simplement esquiver, elle para. Toujours avec grâce et finesse. Elle ondulait, féline, détournant les frappes de mains et de pieds. Elle se dégageait avec la vivacité d'un serpent de ses tentatives hâtives de prise.

Et puis elle commença à frapper, se heurtant à la garde du colosse. Des coups de tranches, des coups de pieds rapides. Jamais de violence, uniquement de la souplesse, et toujours cette distance, froide et terrifiante. Il n'affrontait pas une humaine, il affrontait un robot. Un automate conçu comme pour répondre à chacun de ses coups au moment même où ceux-ci partaient.

Que faisait le maître réellement ? Il dérouillait les huits trigrammes. Le Ba Gua Zhang. Un style fluide, calme, à la grâce on ne pouvait présumer plus féminine, et pourtant, pour l’œil profane, extrêmement spectaculaire. Il analysait son adversaire, également, et ses yeux ne se contentaient pas de voir les poings, les pieds, ou même les articulations. Ils voyaient au-delà. Ils voyaient l'homme derrière le masque. Le jeune nerveux, plein de fougue mais trop impulsif et peu sûr de lui, qui avait trouvé dans le jiu-jitsu brésilien la seule manière de prouver qu'il n'était pas un raté. Dans la demeure du "Tribun", il avait passé un pacte avec le diable : celui-ci l'avait émasculé, en échange d'un foyer où s'entraîner, d'un public devant lequel se produire, et sûrement de crânes de mauvais payeurs à casser pour se sentir utile. Tout cela, elle pouvait l'avoir déduit aussi bien directement - en frappant en dessous de la ceinture - qu'indirectement - avec la peur qui suintait de ses yeux derrière cette apparente rage et les provocations gamines qu'il éructait. -

Une vie de plus qu'elle achèverait sans même prendre en compte la personnalité ou le passif de son détenteur. Les connaître aussi bien, c'était à chaque fois comme tuer une connaissance intime, un ami proche, un membre de sa propre famille ... Et pourtant, elle en était venue à la conclusion qu'en l'absence de réponse à ses supputations, elle ne pourrait jamais vraiment être sûre de ce qu'elle avançait. Cela avait nécessité pour elle un effort surhumain, mais elle tuait maintenant sans même s'en soucier. Inutile de revenir sur ce qui n'était plus, d'avoir des remords pour ce qui n'était qu'une image qu'elle projetait sur ses adversaires.

Elle le laissa donc s'avancer, une fois de plus, avec sa violence coutumière. Elle esquiva d'un cheveu ce poing furieux, se laissant attraper à la gorge lorsque le Thrace vit qu'il avait qu'à ouvrir la main pour s'en saisir. Elle perçut un soulagement et une joie incommensurable l'espace d'un instant, puis l'incompréhension, et une terreur folle, celle propre à ceux qui ne se sentent pas prêt à mourir.

Elle s'était saisi de cette main, et d'une frappe précise au coude, avait brisé le bras. Tel une grue, avec l'appui d'une jambe unique, elle le repoussa d'un solide coup de genou assisté d'une frappe de la paume sur le bras meurtri, puis avait immédiatement enchaîné d'une deuxième frappe de paume de son autre bras, comme un pas de danse complexe, pour dégager totalement la garde du Thrace. S'avançant, l'artiste fondit comme un oiseau de proie sur le pauvre bougre, prenant une solide impulsion pour venir percuter du creux des mains son menton. La mâchoire fracturée par le coup, il n'eût pas même le temps de se rendre compte de son infortune qu'il était déjà affranchi de la gravité terrestre par un coup de pied direct à la rigueur spartiate.

La grâce des trigrammes avait tiré sa référence en même temps que la mâchoire du jeune cadavre respirant à peine et la liesse du public. Tout était calme maintenant. Rien ne venait plus interrompre la Nuit sur le Mont Chauve.

Elle avait déjà ruiné de nombreux parieurs, ce soir, et tout ce qui la séparait d'un raisonnable pécule était le dernier soupir du gaillard.

Un dernier regard à la foule stupéfaite, à ce Tribun outré et à cette ignorante victime suppliante, et elle n'avait plus qu'à frapper.

Lady Shiva était de retour, dans toute son imperturbable grâce.
Revenir en haut Aller en bas
Batman / Bruce Wayne

Justice
Justice
avatar

Date d'Inscription : 15/10/2013
Nombre de Messages : 260
Autres Comptes : Takeshi Akuma
Vous à Gotham : Le Chevalier Noir, protecteur de Gotham City.

MessageSujet: Re: Le Retour du Dragon [Batman face à ... Shiva ?]   Dim 24 Aoû - 22:25

HRP: Bonsoir Shiva. Comme tu le sais, c'est moi qui vais reprendre ton RP. J’espère que la réponse qui suit te conviendra. Désolé encore de l'attente mais je tenais à faire une bonne entrée en matière.

_______________________________________________________


Gotham n'est plus la même et comme d'habitude, il est difficile de s'habituer à ses nouvelles règles. Ma ville parle un langage que je dois comprendre afin de mieux faire passer mes propres messages. Ce soir, elle me montre à quel point elle a changée, à quel point elle semble vouloir me défier en me susurrant de belles paroles.

La vérité est que je ne reconnais plus ma ville....je ne retrouve plus mes repères car une fois de plus, Gotham s'est une fois de plus transformée. Ses habitudes autrefois si bien ancrées ne sont plus ce qu'elles étaient........et ma ville ne semble plus être ce qu'elle fût autrefois. Par de nombreuses fois, j'ai arpenté ses rues, survolé ses immeubles défiant le ciel mais une fois de plus, Gotham City me montre que je ne la connais pas tant que cela. Peu importe puisque je finis par m'adapter à ses sautes d'humeurs.

Peut-être mon père, feu Thomas Wayne avait raison quand il avançait, non sans un certain humour, que cette ville était bien plus vivante qu'on ne pourrait le croire. Alfred me rappelait à chaque fois les paroles de mon géniteur et plus j'y repense, plus je me dis que cela n'était peut-être pas qu'une simple métaphore.

Ce soir, j'observe d'un point invisible et dissimulé le spectacle qui se déroule sous mes yeux. Depuis maintenant une bonne heure, bookmakers et parieurs se sont réunis ici pour tenter leur chance quand d'autres risquaient leur vie.

Pendant un long moment, j'hésitais entre la Cape ou un déguisement adéquat comme celui de Lester Kurtz, le motard bagarreur bien connu des cercles de combat illégaux. Aux yeux de tous, Lester est un taulard au casier bien chargé, ancien résident d'Arkham City, emprisonné pour violences, harcèlement, braquage et association de malfaiteurs, avec un passage dans une des nombreuses ailes de l'asile d'Arkham...........et ces derniers temps, il avait gagné cinq nouvelles arrestations avec violences sur des civils et des agents, ce qui achevait de convaincre l'ensemble des gens du secteur de la "légitimité" du personnage, au même titre que Matches Malone auprès des mafias locales.

La plupart des bookmakers présents sont des hommes de bandes locales: Demonz, LoBoyz, Hi-Hats et Gramercy Riffs. Pas de grosses têtes connues excepté celle de Daemon Killian, un petit personnage trapu très influent flanqué de plusieurs armoires à glace lourdements armés sur l'apparence bien que je parierais que leurs armes soient vides.....Killian était un malin et savait garder les apparences. C'était pourtant si difficile aujourd'hui de se procurer des munitions, au même titre que de la nourriture. Tout cela avait, dans le No Man's Land, plus de valeur que l'argent lui-même. Devais je voir cela comme une pointe de matérialisme? Une des nombreuses incarnations de l'Avarice?
La vérité était que je ne voulais simplement pas me poser la question. J'étais présent ce soir pour faire cesser une fois pour toute des matchs à mort ineptes organisés par Killian, un manipulateur hors-norme qui savait tirer parti de la misère humaine.

Je l'avais déjà averti une première fois en brisant ses hommes et en lui donnant une chance de cesser ses activités. Malgré mes paroles, il ne semble pas pris au sérieux ce que je lui ai dit. Il est donc temps de passer à la vitesse supérieure et de montrer qui commande dans cette ville.

Au moment où je m’apprête à m'élancer, une apparition me stoppe instantanément. Dans l'arène, deux combattants se font maintenant face: Un homme, robuste, taillé qui est un habitué des combats et des salles de musculation. En face de lui, une jeune femme qui, sur le plan physique, n'aurait aucune chance de le battre.....du moins, c'est ce que je me disais avant de zoomer sur elle et d'écarquiller le regard en reconnaissant cette personne que je n'aurais jamais souhaité revoir à Gotham. Pendant un moment, je me sens presque interdit lorsque je pose mon regard sur l'incarnation d'un pacte faustien oublié.

Lady Shiva, porteuse de mort, elle qui se nourrrit du sang de ses victimes, voulant toujours plus de mort, toujours plus de défis....la mère de Cassandra, l'une de mes plus impitoyables adversaires et par dessus tout, l'une que je crains au même titre que sa fille, non pas à cause de ses talents mais plutôt à cause de ce qu'elle est capable d'en faire.

"Bruce, je rêve..........Shiva? Ici?"

"Il semblerait."

"Tu.....elle.......je la croyais morte."

"La mort ne signifie plus grand chose pour un serviteur de la Ligue, Barbara."

"Veux tu que...."

"Non. Je gère cela seul. Pas un mot à Dick et Tim......et encore moins à Cassandra. Terminé."

A vrai dire, je ne suis pas étonné de revoir ici celle que j'avais si facilement bernée autrefois. Savait elle que j'avais déjoué ses plans, elle qui m'envoya autrefois sept assassins pour me rendre une force, un pouvoir perdu.....mais c'était il y'a si longtemps. Dans un sens, je lui étais redevable...et je ne pouvais que lui rendre service en lui faisant cesser immédiatement ce qu'elle s’apprête à faire. Je me poserais des questions plus tard, et il était temps pour moi d'entrer en scène.

"ASSEZ"

Ma voix est forte et résonne sous le pont et même au delà. J’atterris au milieu de l'arène, juste derrière Shiva en lui saisissant le poing, sous le regard surpris des parieurs et autres curieux. Je ne dois pas lui laisser le temps. Tant pis pour Daemon.....car les priorités viennent de changer. Ma nouvelle armure ne laisse pas les voyous indifférents et beaucoup reculent en se demandant si je suis réellement celui que je prétends. Shiva se rendra bien compte de qui est sous ce masque....et les autres ne pourront que se rappeler cette époque maudite ou, dans un élan de faiblesse, j'avais fait l'erreur de confier la cape à Jean Paul.

Je n'ai pas le choix: Pour comprendre les nouvelles règles, je dois m'adapter, parler un autre langage...et montrer un autre visage.

A peine ai je saisi le poing de Shiva que j'enchaine par un coup de pied puissant au niveau du plexus, de façon à la rejeter en arrière, loin de sa victime potentielle.

"Tu n'en feras pas plus. Et vous autres, quittez ces lieux si vous ne voulez pas mourir."

Un avertissement funeste à leur encontre, une vérité révélée mais ce soir, ce n'est pas seulement moi qu'ils doivent craindre, mais aussi celle qui se trouve en face de moi. Je la connais assez pour savoir qu'elle fera tout pour tuer le combattant, qui recevait justement de l'aide de ses amis, alors que les parieurs commençaient déjà à déserter la zone. Bien, c'est justement ce que je voulais.

"Je pensais t'avoir dit de ne jamais revenir ici, Shiva."

Ma cape m’enveloppe totalement, mais je ne baisse pas ma garde pour autant. Shiva est un maitre assassin, une tueuse redoutable qu'il ne faut absolument pas sous-estimer. Mes muscles sont déjà tendus et je suis prêt à me défendre en cas d'attaque. Si jamais nous devions nous battre, nul doute que notre combat risquait de durer un très long moment...et qu'il se ferait dans le sang.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/f30-fiches-de-presentation-pj-fiches-validees
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Retour du Dragon [Batman face à ... Shiva ?]   Mar 26 Aoû - 14:04

Sang et douleur. Voilà ce qu'il restait, ma sœur, dans cette arène sordide où les candides ont donné une chance de trop au malheur. Car là n'était qu'ordre et beauté. Luxe, calme et volupté.

De la poésie, oui. C'était cela qui s'imposait à l'esprit de la maître, que d'aucuns considéraient comme un monstre, maintenant qu'elle avait terrassée le plus beau bébé que l'élevage avait à lui proposer. De la poésie, car voilà ce qu'elle offrait : le spectacle de son art. Le spectacle d'une danse des sens. Le spectacle du creuset de la vie, là où s'accomplissait la mort et la naissance des âmes méritantes. Le profane y voyait la mort, Shiva y voyait l'espoir. L'espoir pour elle, et l'espoir pour ses adversaires, car chacun de ceux qu'elle terrassait n'était rien de plus qu'un cri du cœur. La diatribe du femme qui n'aspirait qu'à voir un adversaire valeureux s'élever et la combattre. Elle avait rencontré sa fille. Elle l'avait combattu, mais même cela n'avait suffi. Il lui en fallait plus, toujours.

Debout sur le Thrace, prête à frapper, un imperceptible doute vient d'un coup troubler son visage, et retenir son coup. Était-elle devenue une bête sauvage ? Une simple meurtrière de masse ? Est-ce que ses croyances avaient obscurcies sa vue ? Elle le voyait, ce pauvre jeune homme, dans toute sa déchéance. Une déchéance qu'elle avait causé. La ruine d'une vie de plus, qu'elle avait causé. Frapper, ou l'épargner ? Que donnerait raison à ses détracteurs ? Le doute, maintenant, la tétanisait. Le doute, et en quelque sorte, la peur. La peur de se tromper, une peur qu'elle n'avait pas connu depuis des décennies.

Elle l'entendit fondre sur elle. Elle le sentit attraper son poing. Son corps pouvait réagir et se dégager de cet importun, ou du moins le pensait-il, mais son esprit n'en avait que faire. Il était comme pris dans la mélasse, et cela fit qu'elle ne réagit même pas. Pas de surprise, pas de crainte, jusqu'à ce qu'elle voit son agresseur. Tout ce que put voir le Chevalier Noir fut un visage parfaitement neutre. Celui d'une femme que l'on aurait pu croire résigné, alors qu'elle encaissait la force d'un coup terrible avec une sérénité troublante, volant en arrière l'espace d'un instant, ses cheveux flottant au vent, droit devant elle. Un voile de jai ne laissant que le costume du Batman dans son champ de vision, comme si la réponse à ses interrogations résidait sous cette carapace technologique.

Et pourtant, dos au seul, maintenant qu'elle avait atterri et reprenait son souffle, elle ne put s'empêcher de susurrer son nom, pour elle-même, comme si elle était réellement étonnée :

" Bruce ? "

Evidemment que c'était lui. Qui d'autre ? Elle l'avait elle-même remis sur pied. Elle aurait dû savoir qu'il reviendrait se mêler de ses affaires. Ce que l'artiste martiale fut plutôt étonnée de constater, c'était que le Batman l'avait reconnu. Il était le premier, dans ce monde de fous.

C'est heureuse, autant qu'elle autorisait son visage à l'être, soit à peine plus qu'un visage subtilement espiègle, qu'elle se releva, s'époussetant. En tombant sur le dos, c'était son manteau et son pantalon qui avaient côtoyé le sol, laissant son exotique vêtement aussi pur que lorsqu'elle était arrivée. Cela aussi, Shiva lui en était reconnaissante.

Debout, elle reprit une posture de combat, celle du Cheval. Un réflexe. Un signe, pour l’œil attentif. Quand elle était déstabilisée, elle revenait à ses bases, au Wushu et à ses premières passes. Evidemment, le sot pourrait confondre cela avec une faiblesse, ce qui serait une terrible erreur : Ce n'est pas parce que vous troquez votre rapière pour un sabre chinois que vous en devenez subitement moins dangereux. Chez Shiva, c'était les mouvements qui trahissaient les émotions, et la voir utiliser le Wushu, ce style cru par lequel elle avait débuté, c'était équivalent à de la surprise. Une surprise agréable, même.

" Mourir ? " énonça-t-elle distinctement, en regardant le Batman dans ce qu'elle supposait être ses yeux, d'une voix monocorde. " Allons ! "

La guerrière relâcha sa garde, ne sachant de toutes façons pas à quoi s'attendre, ses yeux ne pouvant percer les mouvements de la Chauve-Souris sous son obscur cape, ou à travers ce masque intégral. Oui, assurément, il connaissait sa plus grande faiblesse. Cela n'était qu'un échange de bons procédés, finalement, puisqu'elle connaissait son plus grand secret.

" Je pensais moi-même que tu pourrais tuer, et voilà où les conjectures nous mènent. "

Un simple regard lui permit de constater que tout le monde ne cherchait plus qu'à fuir. Le peu d'argent qui lui restait, qu'elle avait placé dans l'espoir que ce combat lui permettrait de se refaire, devait maintenant battre la campagne. Son adversaire, même, était traîné par une bande de fripons à l'air à peine plus amène. Elle pourrait sans peine leur passer dessus, fut-il armés, mais elle savait qu'elle aurait à passer un gardien bien plus dangereux. L'un des seuls qui puisse se réclamer l'avoir vaincu, fut-ce avec l'aide d'artifices...

" Tu sais quoi ? " demanda-t-elle de manière rhétorique, en enlevant ses écouteurs nonchalamment, " Je te les laisse, si tu te crois en mesure de les tuer. Vas-y. Rend ta justice. "

Elle dégaina un petit revolver dissimulé dans son baudrier, sa main encerclant le corps de l'arme, autour du barillet.

" Vois, je n'aurais même pas à te combattre. Moi aussi, j'ai une "Bat-ceinture". "

D'un geste vif, elle fit jaillir le barillet, avant de jeter son arme disloquée dans l'arène.

" La vérité, c'est que la mort de cet homme m'aurait rendu riche, Batman. Je ne l'aurais pas fait pour le plaisir. "

Elle était toujours droite comme un i, tout autant prête à combattre que lui, et pourtant, elle ne le voulait pas plus que lui.

" Tu m'as ruiné. " souffla-t-elle, amusée, " Tu m'as ruiné, et tu laisses fuir un véritable criminel. "

Elle soupira un grand coup, laissant s'installer le silence, avant de se mettre à sourire, franchement, et elle se mit à rigoler.

" Tu m'as ruiné. " hoqueta la pitoyable guerrière, " Et tu veux connaître la meilleure ? Je n'ai même pas de casier judiciaire, dans ce Gotham-ci ! Si j'avais tué cet homme, j'aurais au moins eu un meurtre sur le dos. J'aurais pu dormir au chaud, derrière des barreaux ! Maintenant ? Ils vont sûrement acquiescer gentiment quand tu me livreras à eux, et ils me balanceront dehors, pour garder enfermés les vrais psychopathes. "

Ce rire, cette voix amusée, c'était un peu son désespoir. Le fond du gouffre. Son dernier palier avant de réellement se briser : là où elle en était, elle aurait pu tout aussi bien se ruer dans les bras de Bruce en pleurant. Elle se sentait seule, comme jamais. Seule, maintenant tous l'avaient abandonnés. Maintenant que même sa fille n'avait pas hésité à la tuer. Elle, sa propre mère, qui l'avait formé. Trop bien formée.

Elle aurait pu l'attaquer, mais avec la rage sourde et absurde qu'elle sentait poindre sous elle, à son corps défendant, elle savait que le peu de chance qu'elle avait fuyait à grands pas. Elle réagissait impulsivement, comme une adolescente, et il avait des protections, des gadgets, et de l'expérience... Son expérience. Il s'en servirait forcément. Elle, elle manquait des deux premiers. Même sa "botte secrète", cet accessoire à poudre ridicule, elle l'avait sortie et méthodiquement désossée devant les yeux de son interlocuteur.

Une fois de plus, elle soupira. Elle s'en voulait à elle-même, d'être aussi faible et impulsive, dans ce "nouveau corps". Elle s'en voulait de tout oublier aussi stupidement, au moment où cela était le plus nécessaire.

" Et dire que j'ai pensé l'espace d'un instant que j'aurais pu m'en sortir tranquillement ... "
Revenir en haut Aller en bas
Batman / Bruce Wayne

Justice
Justice
avatar

Date d'Inscription : 15/10/2013
Nombre de Messages : 260
Autres Comptes : Takeshi Akuma
Vous à Gotham : Le Chevalier Noir, protecteur de Gotham City.

MessageSujet: Re: Le Retour du Dragon [Batman face à ... Shiva ?]   Mar 26 Aoû - 19:11

Une âme désespérée.....voilà ce que je vois aujourd'hui en face de moi, et qui refuse encore d'accepter les règles en plus d'avoir déjà perdue. J'ai combattu Shiva et je l'ai terrassée. Cassandra a vaincue son propre sang et mis fin à sa destinée maudite en me rejoignant. A vrai dire, Shiva n'est plus que l'ombre d'elle même aujourd'hui.

Je l'observe, l'écoute sans l'interrompre et bien vite, elle me sort ce que j'entends si habituellement de sa part jusqu'à ce que je comprenne qu'elle avait définitivement perdue tout honneur.

"Ce n'est pas contre moi que je mettais ces hommes en garde.....mais contre toi."

Combien de temps s'obstinera elle à vouloir faire de moi un tueur? Combien d'années encore? A vrai dire, je ne le sais guère et je doute vouloir connaitre la réponse, tant que je restais maitre de mes propres décisions. Shiva m'a aidé, remis sur pied, entrainé, mais j'ai renié sa philosophie de tueuse, comme je l'ai toujours fait pour certains maitres qui pensaient que la mort était la solution finale. Aussi étrange que cela puisse paraitre, elle me rappelait Henri et Morgan Ducard.

"Je rends la justice à ma manière, Shiva.......Pas la tienne."

Quelque part, dans l'obscurité, plusieurs coups de feu éclatèrent et des cris de panique submergeaient les ténèbres qui encerclaient le vieux pont. Prêt depuis si longtemps, mes Bat-Bots se chargeaient de capturer tout ce beau petit monde, un peu de manière brutale. Ils seront choqués, sonnés mais au moins, ils vivront et c'est tout ce qui importait pour moi. Je perdais juste le plaisir d’arrêter Killian de mes propres mains.

Shiva a toujours été une mercenaire. Les services rendus à la fois à Ra's puis Nyssa Raatko prouvaient qu'au final, Shiva n’obéissait qu'à elle même et à ses propres besoins. De l'argent, de la nourriture et un abri.......voilà ce qu'elle cherchait. La vérité, c'est qu'ici, peu importe ce que nous étions autrefois, ce que nous représentions.....cela n'avait plus de valeur dans la Gotham d'aujourd'hui, ce No Man's Land de béton et de cadavres. Chaque jour, des gens y' mouraient: Famine, épidémie, meurtre, suicide....et acte de désespoir alors qu'ils tentent de fuir par le fleuve avant d'exploser sur une mine. Chaque jour, des gens perdaient la vie à Gotham City.....mais je ne pouvais la laisser agir à sa guise. Cette ville a encore des règles.....mes règles.

Tuer ou commettre un crime était le seul moyen de se faire enfermer dans la ville, d'être nourri et logé au frais de Lyle Bolton et Kgbeast. Bien sûr, cela restait Blackgate mais on ne pouvait y' entrer de cette manière. Nombreux étaient ceux qui avaient manifesté leur mécontentement devant la prison avant d'en être chassés...et je dois avouer que je n'aimais pas les méthodes qu'ils employaient bien que toute aide était la bienvenue.

"Peu importe le visage de Gotham, elle reste ce qu'elle est et ce qu'elle a toujours été, Shiva."

Je peux comprendre son envie de survivre....mais je ne peux accepter ses méthodes. A elle de comprendre si elle ne souhaite pas me voir employer la manière forte. A vrai dire, j'aimerais éviter d'en arriver là.....au moins pour sa fille, qui a déjà assez souffert des actes de ses parents.

"Toi et David avez causés assez de dégâts comme cela. Tu comprends que je ne peux pas te laisser continuer sur ta lancée."

Je m'avance d'un pas vers elle, paisiblement, toujours entouré de ma cape, mon visage parfaitement dissimulée sous le heaume de l'armure X-5. Je ne la quitte pas des yeux une seule seconde, elle qui reste sur ses gardes.

"Il y'a d'autres moyens de s'en sortir........Il y'a toujours d'autres moyens, souvent plus honorables. Ce que tu étais en train de faire était loin d'être digne de ta personne.....et tu le sais aussi bien que moi."

Je marque un leger silence. Malgré ce qu'elle est, je n'ai jamais oublié qu'elle m'a aidée. A sa manière, oui, mais grâce à elle, j'ai pu reprendre ce qui m'avait été dérobé il y'a si longtemps. J'ai une dette envers elle et mon code d'honneur m'oblige à la respecter, peu importe nos divergences.

"Regarde autour de toi.....Vois et observe de tes yeux......et dis moi ce que tu vois."


Les coups de feu et les cris finissent doucement par se perdre dans la nuit. Seuls les bruits des réacteurs des Bat-Bots sont encore perceptibles alors qu'ils décollent avec leurs proies pour une destination connue de moi seul.
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/f30-fiches-de-presentation-pj-fiches-validees
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Retour du Dragon [Batman face à ... Shiva ?]   Mer 27 Aoû - 0:57

Bruce Wayne était fort. Il l'était vraiment. Elle n'eût même pas à exprimer sa désapprobation qu'elle entendait déjà à l'extérieur des coups de feu, des ricochets, des cris, des bruits de combats, des bruits de réacteurs. Shiva n'avait jamais été une technologiste avertie, preuve en était de ses téléphones qu'elle savait à peine configurer ou de ces armes récentes dont elle ne comprenait même plus les mécanismes à double ou triple sécurité, mais elle savait que ce qui rodait dehors était encore le fruit de ses fantaisies de justicier milliardaire. Qu'aurait-elle à répondre à cela ? Elle était une guerrière. Une guerrière talentueuse, la meilleure peut-être, bien que le titre puisse tout autant être porté par sa fille, maintenant. Toute guerrière qu'elle était, pourtant, elle savait que ses pieds et ses poings ne seraient pas d'un grand secours. Elle était dans un monde de chair et de sang. Elle comprenait le langage des os et des muscles, mais l'âge de la fibre optique et des céramiques l'effrayait. Elle se sentait comme un dinosaure voyant venir l’astéroïde, et avec lui l'âge de l'extinction.

Il avait raison, ici. Elle ne pouvait que s'y résoudre. Il ne faisait que confirmer ses soupçons. Elle n'était qu'une bête.

Ce fut la comparaison avec David qui fut le déclic. David Cain. Comment qualifier cette errance ? Elle avait été épargnée juste pour se faire violer, pour intégrer la Ligue, et gagner un "Lady" tout juste honorifique. La créatrice et la destructrice. Avec du recul, comment avait-elle pu sombrer là-dedans ? Comment avait-elle pu laisser un tel monstre lui ôter la vie et faire d'elle son jouet ? Son seul accomplissement d'importance avait été d'engendrer sa propre assassine. Folie que cette période de sa vie. Une folie qu'elle pensait pouvoir oublier ... Il semblerait qu'elle serait toujours pour beaucoup la "Lady Shiva" de la Ligue.

Ah ça, Gotham était plus que jamais la capitale mondiale du stupre et du vice. Voilà bien une chose sur laquelle Ra's ne s'était pas trompé. Ce à quoi elle était réduite n'en était que le témoignage le plus éclatant.

" Laisses David en dehors de ça. Tu ne sais pas ce qu'il m'a fait subir. Tu ne peux pas le comparer à moi. "

Instinctivement, elle baissa la tête. Il avait touché la corde sensible.

" C'était une erreur de jeunesse... " souffla-t-elle faiblement, comme si elle était gênée.

Une seconde avait suffit. Une seconde où elle l'avait lâché des yeux, et il était sur elle. Elle ne s'en formalisa même pas, et se contenta de dégainer calmement un paquet de cigarettes d'où elle tira un cylindre de tabac, sans même lui en proposer. Elle connaissait déjà sa réponse : jamais il n'aurais ôté son masque pour un passe-temps aussi grivois. Il ne fumait pas, d'ailleurs. Elle avait l'impression d'être la seule fumeuse du pays, maintenant que tout le monde s'était ligué contre le tabac comme si c'était l'instrument de Sodome et Gomorrhe, et c'était à nouveau bien seule qu'elle craqua une allumette à sa ceinture.

" Tu veux que je te dise ce que je vois ? " lâcha-t-elle finalement après une bouffée salvatrice, " Je vois un homme qui se fiche de l'"honorable", ou du moins de ma notion de l'honorable. Je vois un homme qui calcule trop pour cela. Je vois un rhétoricien redoutable, aussi. Mais je vois quelqu'un qui se trompe sur son interlocutrice. "

Elle reprit une bouffée de nicotine, en constatant qu'ils n'étaient plus que deux dans cette arène, maintenant que tous avaient fui, ou avaient été capturés. Ce calme était reposant, et en relâchant sa fumée comme un dragon paisible, elle se laissa aller à un sourire. Un sourire franc, maintenant que personne sinon Bruce ne pouvait le voir. Lui savait qu'elle avait des sentiments, et lui pouvait voir derrière sa façade. Une façade en laquelle elle-même ne croyait plus trop, maintenant qu'elle baissait le visage sur son corps.

" Quand je me vois, je vois un fossile. Une pièce de musée... "

La cigarette entre les dents, elle alla à se gratter le menton pensivement, en se retournant vers le masque. Une façade, aussi.

" Je n'ai plus vingt ans, contrairement aux apparences. Je suis trop vieille pour cela, Bruce. Trop vieille pour supporter ta rhétorique, trop vieille pour supporter tes stratagèmes. "

Lasse, elle souffla sa fumée à la gauche du heaume, comme une sorte de marque de respect, là où elle aurait copieusement enfumée n'importe qui d'autre.

" Abrèges ton discours. " entama-t-elle, avant d'achever faussement : " Remercies juste l'amour et le respect que je porte encore à ma fille. C'est bien la seule folie qui me force à t'écouter. "

Evidemment, c'était faux. Elle respectait Bruce Wayne. Elle le respectait profondément. Pour avoir été l'un des seuls individus à l'avoir battu de manière loyale. Pour avoir été un disciple assidu, malgré son dédain pour sa vision du monde. Pour avoir eu le courage de venir la chercher, même, quand tant d'autres avaient été blême à l'idée de juste lui parler, comme si elle était une figure monolithique, avant d'être une femme. En tant qu'homme, finalement, pour la foi qu'il avait en sa cause. Une foi qu'elle ne comprendrait probablement jamais, elle qui s'était abandonné à l'assassin de sa sœur quand elle échoua à le vaincre.
Revenir en haut Aller en bas
Batman / Bruce Wayne

Justice
Justice
avatar

Date d'Inscription : 15/10/2013
Nombre de Messages : 260
Autres Comptes : Takeshi Akuma
Vous à Gotham : Le Chevalier Noir, protecteur de Gotham City.

MessageSujet: Re: Le Retour du Dragon [Batman face à ... Shiva ?]   Sam 6 Sep - 14:11

Je suis surpris de son comportement et à vrai dire dire, j'ai du mal à reconnaitre la tueuse sanguinaire et orgueilleuse qu'elle fût autrefois. Son discours, sa manière de bouger, de s'exprimer.....n'était plus représentatif de ce qu'elle avait été.
Ce que je voyais, ce n'était que l'ombre d'elle-même, une femme perdue, débousollée qui ne semblait plus savoir quoi faire, comment se diriger ou raisonner correctement.

Dans un autre cas, je n'aurais pas tenu rigueur de cela et me serais contenté de la livrer à Blackgate séance tenante.......mais pas aujourd'hui.

Dehors, le calme est revenu. Plus de bruits, ni de cris.....et juste le bruit de l'eau qui brise à peine le mur du silence.

"Shiva......C'est toi qui te trompes......sur tout."

Je sais ce que David lui a fait subir. Je sais ce qu'elle avécue et ce qu'elle a ressentie lorsqu'elle a perdue sa sœur. C'est un point que nous avons en commun: Celui d'avoir perdue une part importante de notre vie, celle d'un être cher...et à ce moment, c'est là que nous sommes les plus vulnérables. David Cain l'avait compris à l'époque et ce qu'il lui a fait.........c'était à vomir.
Il a corrompu son âme, transformée sa personnalité pour en faire la porteuse d'un héritage qui lui a échappée. En quelque sorte, on peut clairement dire qu'il a sacrifié Shiva pour ses propres intérêts....faisant d'elle l'une des plus grandes prédatrices de ce monde.

David a crée Shiva....mais il ne la contrôle pas. Quant à moi, dire que je ne la crains pas est un mensonge car elle peut très facilement rivaliser avec moi....et me vaincre. La dernière fois, je l'avais battue avec de la chance....et je refuse de m'appuyer sur un facteur aussi instable aujourd'hui.

"Je n'ai pas oublié que je te dois une dette...."

Je marque un silence avant de reprendre, sans quitter la jeune femme des yeux dont je m'approche en lui retirant cette cigarette qu'elle porte à la bouche.

"Tu m'a aidé.....Tu m'a rendu ma force......et je ne suis pas un ingrat. C'est pour cela qu'aujourd'hui, je suis prêt à te laisser une nouvelle chance."

Je marque un nouveau silence. Le ton de ma voix n'est aucunement pourvue de pitié ou d'une quelconque agressivité. Je reste parfaitement neutre car je connais assez Sandra pour savoir qu'elle n'accepterait aucune once de pitié de la part de qui que ce soit.

".....Une chance de racheter tes fautes et de retrouver ton honneur mais il y'aurait des conditions."

_________________________________

I'am Vengeance. I'am the Night
I'am Batman


Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/f30-fiches-de-presentation-pj-fiches-validees
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le Retour du Dragon [Batman face à ... Shiva ?]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Retour du Dragon [Batman face à ... Shiva ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Retour du Dragon [Batman face à ... Shiva ?]
» Retour au pays [PV Kanoë]
» Batman Movies
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Gotham Depths :: Ponts de Gotham City-