RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Reprise des affaires [ Stella M. Black ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Reprise des affaires [ Stella M. Black ]   Lun 30 Juin - 15:19

Roman Sionis avait beaucoup d'ennemis. Comme toutes personnes ou presque travaillant dans le monde du business. Depuis le début du No Man's Land, il s'était un peu retiré de la pègre, se laissant le temps de réfléchir à ce qu'il pourrait tirer de cette situation des plus imprévues. Le terroriste qui frappait Gotham ne prenait pas de pause : Massacre du GCPD, Destruction des ponts et du Manoir Wayne ... Plus il y pensait, plus il se mettait à aimer ce criminel. L'attaque au GCPD lui permettait de faire circuler son trafic d'armes et de drogues sans trop de complications, le GCPD s'attardant plus sur Double-Face, le Joker et le terroriste, les criminels causant le plus de dommages. L'effondrement des ponts avait isolé la ville, ne fournissant aux gangs aucune issue de secours. Evidemment, cela avait entraîné une sorte de paranoïa chez eux. Ils voulaient plus d'armes pour se défendre en cas d'attaque. Qui allaient ils voir pour ça ? Black Mask et son nouvel entrepôt. Et enfin, le Manoir Wayne qui tombait en cendre avait été la cerise sur le gâteau. Il n'avait même pas eu besoin à se charger de Bruce, son ami d'enfance.

Mais Black Mask en voulait plus, toujours plus, même lorsque son trafic et la False Face Society marchait à merveille, même lorsque son ancien ennemi était présumé mort, et même lorsqu'il n'y avait aucun enquêteur pour venir fouiner dans son business. Il aurait voulu éliminer Double Face, qui prenait trop d'influence à son goût. Il aurait voulu reprendre au Joker ce qui lui appartenait, notamment son Aciérie. Il aurait voulu avoir un pouvoir politique et se la couler douce. Seulement, le maire n'avait pas l'air d'avoir envie de marcher dans la pègre. Et le maire n'avait pas non plus l'air d'avoir affaire au grand Roman Sionis. Johan Brisbane était donc un obstacle qu'il fallait à tout prix éviter. La seule chose pour laquelle Roman Sionis le respectait était que le maire avait arrêté Harvey Dent.

Mais avant de penser à quoi que ce soit sur les ennemis, Roman Sionis repensa à ses anciennes défaites. Celles contre le Batman, celle contre le Joker, celles contre le Red Hood ... Avant de penser qu'il se sentait invincible. Il le pensait tellement que cela lui faisait prendre des risques inconsidérés. Et cela n'était pas prêt de changer. Mais il pouvait remédier à ce problème par autre chose : il pouvait se faire des alliés. Pas forcément les plus forts, mais plutôt les plus influents. Et avant de penser au commissaire Nygma, avant de penser à Bane, avant de penser au Pingouin, son choix s'était posé naturellement sur une tout autre personne.

La limousine noire s'arrêta à quelques mètres du Alibi Bar, devant les yeux effarés de quelques passants. Quel genre d'individu entrait à Park Row en limousine ? Un taré, sans doute. Un gars qui n'avait pas peur qu'on lui prenne sa bagnole, ou alors une personne qui n'avait absolument pas conscience qu'un bandit pourrait surgir d'une rue pour l'agresser. Ca ne pouvait pas être un touriste, presque aucun touriste ne venait à Gotham, et d'ailleurs les ponts empêchait à quiconque de venir et sortir de la ville. Tout ou presque s'expliqua lorsque cinq hommes sortirent du véhicule. Tous étaient en costard noirs sauf un, qui était surement le chef. Celui qui n'était pas habillé comme les autres avait un ... Costard blanc. Il portait des gants, un jeans blanc, mais surtout, il portait un masque. Un masque noir en ébène. Les quatres hommes qui l'entouraient portaient des valises. Lui, s'avançait d'un pas sûr, sans rien tenir, vers le bar à mauvaise réputation que tenait Stella M. Black, qu'il avait rencontré quelques mois plus tôt.

Une serveuse vint à sa rencontre avec un sourire charmeur. Elle pu apercevoir un léger sourire de la part du Black Mask.

" Bonsoir, Miss. Pourriez vous me dire où je pourrais trouver la gérante du bar ? "

" C'est pour quoi ? "

T'occupe. T'a pas l'air de savoir à qui tu parle, toi. J'ai du boulot derrière, je vais pas m'égosiller pendant deux ans à t'expliquer que j'ai des affaires à entretenir avec elle.

Il lui rendit un sourire plus insistant

" Les affaires, Miss, les affaires. Elle me reconnaitra en me voyant.

Comme si quelqu'un ne pouvait pas reconnaître l'homme au masque noir.

" Elle est la bas, aux tables de Poker "

Qu'est ce qu'elle fout aux tables de Poker ? Pas le temps de faire une partie ...

" Merci "

Crève

Les gardes le suivaient de près. Il bouscula quelques personnes qui lui barraient la route. Celles ci allaient répliquer, puis se ravisèrent en voyant son masque. Le baron de la pègre était connu de tous, et de loin le plus respecté. Il s'avança, dépassant les différentes tables de poker, avant de trouver la bonne. Stella M. Black se trouvait à une table. Il se prépara à sourire de nouveau en s'avançant vers elle.

" Bonsoir, Stella "

Sans attendre qu'elle se retourne, il lui annonça :

" Je pense que nous devons parler"  
.
 
[ HRP : Dis moi si quelque chose ne va pas, j'ai certainement perdu un peu la main ... ]

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: Re: Reprise des affaires [ Stella M. Black ]   Mar 1 Juil - 1:14

L' arrivée de Black Mask devant le bar avec ses quatre gardes du corps fit un écho assourdissant dans toutes les rues avoisinant le bar, si bien que Park Row fût désertée au compte-goutte.
Ce soir-là, la sombre étoile était de bonne humeur. L'odeur de tabac, d'alcool et de sueur planait avec insistance dans l'immense pièce alors que le juke-box hurlait "Cowboys from Hell" du mythique groupe Pantera.
Fumant un cigare cubain et ses longues jambes étendues sur le rebord de la table, la maîtresse des lieux jouait au poker avec le gang de motards qu'elle avait pour habitude de fréquenter. Ils avaient beau perdre à chaque fois, les braves gaillards revenaient quand même, histoire de passer un bon moment avec elle, dans l'ambiance crasseuse et bruyante qui régnait au 'My Alibi".
Un petit nouveau dans la bande les avait rejoins, et s'était bien malgré lui engagé dans la partie de cartes, distrait par les longues jambes de la femme-fatale en face de lui. Le short en jean déchiré et les rangers détachées ne l'aidait vraiment pas à rester concentré sur son jeu. Et pour couronner le tout, n'ayant pas d'argent sur lui, le benêt ne trouva rien d'autre à parier que sa voiture, une Cadillac rouge et blanche entièrement retapée. Tremblant un peu, il lança les clefs sur la table, au milieu des pièces et de billets au centre des joueurs et leurs boissons. Ce qu'il ne disait pas, c'est que c'était la voiture de papa-maman. Mais ça, Stella s'en fichait royalement, bien au contraire ! Revendre cette petite merveille allais lui rapporter un bon petit pactol, et elle aimait ça. L'argent, elle n'en avait jamais assez, bien qu'elle ai pour habitude de l'économiser précieusement...
Concentrée sur la partie, elle ne remarqua même pas Roman Sionis passer la porte, contrairement à Otto derrière le bar, qui profitait de l'ambiance tranquille pour manger des tacos avec Countess. Il faut dire, que le blanc, c'était pas très discret et inapproprié à un endroit pareil. Que faisait-il là avec ses gorilles ? La jolie serveuse blonde aux allures de pin-up retint un cri effrayé en voyant le masque d'ébène surplomber la pièce. Ce genre d'image macabre lui faisait terriblement peur. Le parrain de la pègre parlait avec une nouvelle serveuse venue renforcer les effectifs pour l'occasion. Quand elle désigna vaguement les tables, le vigile compris de suite que c'était pour sa patronne qu'il était venu, et même sa collègue, blonde mais pas totalement niaise le devina.
Sans aucune délicatesse, le Black Mask bouscula quelques clients un peu bourrés, et s'avança vers Stella, plongée dans ses cartes.

"Alors les vieilles roulures, vous vous couchez tous ?" grogna l'américano-italienne avec son sourire moqueur au coin des lèvres, le cigare dans une main et ses cartes dans l'autre. "Mon petit Daryll, je crois que tu peux dire bye-bye à ton tacot !"

Le jeune homme, complètement gêné et paniqué allait répondre mais une voix rocailleuse le stoppa net alors que les autres membres de la bande riaient grassement en le voyant aussi perturbé.

" Bonsoir, Stella. Je pense que nous devons parler. "

Cette voix, Stella ne la reconnaissait que trop bien. Voilà bien des mois qu'elle ne l'avait plus entendue... L'espace d'un instant, les images de leur soirée de négociation pour la revente de drogue lui revint en tête. Non, ce n'était pas le moment. Sans se retourner, les yeux grands ouverts, elle savait très bien qui était derrière elle. Putain de merde, c'est limite si elle ne s'étouffait pas avec les vapeurs de cigare restés dans sa gorge. Comme pour se montrer à elle même qu'elle ne rêvait pas, la femme-fatale regarda le reflet du criminel dans son verre posé sur la table. Dans un froncement de sourcil, la flamme d'une colère contenue commença à prendre vie dans ses yeux émeraudes. Elle remarqua sa tenue élégante, mais aussi ses quatre sbires, avec leurs étrange chargement. Ces valises... que pouvaient-elles contenir ? De la drogue ? Des armes ? De l'argent ? Pour la deuxième fois, voilà qu'il osait la trouver sur ses terres. Après son appartement, le bar. Il ne manquait vraiment pas de culot de revenir après ce long silence. Il voulait à nouveau faire affaire suite à la vente de la Red Dust parfaitement réussie ?
Ahuris, les bikers regardaient leur amie, puis Roman, semblant ne pas comprendre. Le petit Daryll serai bien retourné sous les jupes de sa mère d'ailleurs en comprenant qui était l'homme au masque.
La gérante du "My Alibi" se redressa et se leva, toujours sans regarder le visiteur. Si elle ne se retenait pas, elle lui aurait probablement sauté à la gorge. Mais la présence de Countess et des quatre pingouins l'en dissuada. Elle remis son cigare à la bouche, et jeta ses cartes sur la table, l'air dédaigneux. Un full.

" Dans vos gueules, j'vous ai tous niqués bande de bâtards. "

Elle ricana un peu alors que ses amis râlaient, et se pencha sur la table pour ramasser ses gains, l'air ravi. Y'en avait au moins pour cinq-cents dollars, sans compter la jolie voiture qui l'attendait dans une ruelle de Park Row. Elle rempli à ras-bords les poches de son short, même arrières, et glissa pour finir les clefs de sa nouvelle voiture dans son décolleté. Le petit gamin privé de son jouet la supplia de lui rendre la voiture, mais la sombre étoile lui rendit un sourire cruel et agacé, lui faisant clairement comprendre qu'il devait la fermer.
Enfin, elle osa affronter le regard du tortionnaire sadique, et planta instinctivement son regard de vipère dans le sien. Ça ne servait à rien de cacher sa colère, elle n'y arrivait pas. C'est le moment précis qu'Otto choisi pour arriver près de sa patronne et du Black Mask.

" Un problème ? "

Stella fit un signe de la main au colosse, sans quitter son invité surprise du regard. Si il était là, ce n'était sûrement pas pour boire le thé, et mieux valait être tranquille. Sa présence soudaine l'intriguait malgré le venin de la colère enflammant ses veines.

" On va aller dans un endroit plus tranquille. " claqua-t-elle sèchement entre ses dents. " Par ici ".

Froidement, elle détourna le regard et laissa le criminel la suivre. Ils prirent la direction d'une porte au fond du bar. Rapidement, ils traversèrent un couloir agrémenté de nombreuses portes: les fameux show-rooms pour les clients qui voulait s'offrir un peu de compagnie avec les filles et les faire danser pour eux. Countess exclue des divertissements potentiels bien évidemment.
Enfin, au fond du couloir, l'étrange couple et les quatre sbires arrivèrent devant le bureau officieux de Stella. Pourquoi officieux ? Tout simplement pour faire bonne impression alors que toute sa paperasse était chez elle.
La femme-fatale entra la première dans le bureau en soufflant un peu de fumée, et laissa au bon soin les gentils toutous la fermeture de la porte. Décoré de façon vintage et classieuse, la pièce était plongée dans la demie-pénombre, avec pour seule source de lumière, la lampe sur le bureau.
Ne cachant pas son agacement, elle pris place dans son fauteuil et croisa les jambes sur quelques feuilles volantes, fumant à nouveau son cigare en foudroyant le Black Mask debout non loin d'elle. Sans le cacher, elle sorti son zippo et commença à l'ouvrir et à le fermer nerveusement, sans s'en rendre compte.

" Que me vaut votre présence Mister Black ? Un endroit aussi dégueulasse pour quelqu'un de votre condition c'est plutôt comique. Si c'est votre fric que vous voulez je l'ai. "

Au moins c'était direct. Et le ton tranchant de la jeune femme donnait la couleur. L'ambiance était véritablement tendue, voire électrique. Dans le fond, elle ne savait pas vraiment si elle devait redouter cette visite inopinée ou au contraire s'en délecter comme la dernière fois, mais une barrière après tant de temps sans aucune nouvelles semblait nécessaire. Bizarrement, elle se sentait un peu trahie.
Que voulait-il réellement ? Que cherchait-il en venant ici ? C'était les deux seules questions qui trottaient dans la tête de la sombre étoile alors qu'elle fixait toujours aussi intensément Roman, attentive à sa réponse.
Es-ce que Black Mask allait mettre feu aux poudres ?

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: Reprise des affaires [ Stella M. Black ]   Mar 1 Juil - 16:29

Pendant que la femme fatale jouait aux cartes, Roman Sionis soutint son regard sur le reflet. Elle avait l'air en colère. Derrière son masque d'ébène, le maître de la pègre de Gotham haussa un sourcil. Il n'allait pas non plus s'excuser d'avoir été prudent alors que le GCPD accusait la quasi totalité des mafieux d'être le terroriste de Gotham ? C'est assez vrai, d'ailleurs, que le terroriste de Gotham aurait pu être le Black Mask, car tout lui profitait, et le GCPD avait à plusieurs reprises demandé rendez vous avec lui, qu'il avait accepté, non pas pour se faire disculper mais pour donner une bonne image de lui, non seulement à la population mais aussi aux forces de l'ordre de Gotham. Pendant ces quelques mois, il avait dû se faire chier à glander dans son bureau, en regardant chaque soir les infos et les attaques d'Harvey Dent, qui prenait de plus en plus de territoire, comme le Burnley ou encore Otisburg. Et puis il avait assisté à l'arrestation de Double Face depuis son poste de télévision, presque euphorique. On avait évincé l'un de ses rivaux sans qu'il n'ait eu à bouger le petit doigt. C'était le moment de se bouger.

Black Mask était sorti de l'ombre et avait repris son trafic d'arme et ses relations dans la pègre. Son petit business allait très bien, mais un grand de la pègre ne se limitait pas à un petit business. C'était même la raison pour laquelle il était venu dans le bar de Stella M. Black. Et avant même d'entrer dans ce bar, il savait qu'il lui devrait des explications plausible. Sauf qu'aujourd'hui, Black Mask n'avait pas la tête à se réconcilier avec qui que se soit. Sauf qu'il le faudrait bien si il voulait continuer ses relations avec Stella, il le craignait. Il réprima une furieuse envie de se gratter les yeux et de se mordre la lèvre à en saigner. Il n'avait pas que ça à foutre, bordel ...


" Dans vos gueules, j'vous ai tous niqués bande de bâtards. "

Enfin, le spectacle était terminé, ce n'était pas trop tôt. Attendant en tâchant de trouver une patience caché au fond de lui, Sionis ne put tout de même pas empêcher un sourire narquois lorsqu'il vit la tête dépité du plus jeune de la bande, qui avait sans doute perdu les clés de sa voiture. La jeune femme se leva et tourna sa tête vers le parrain de la pègre. Son regard aurait pu lui glacer le sang si il n'en avait pas vu d'autre. Au lieu de ça, il continua de la contempler avec indifférence. C'est le moment précis le petit chien chien à sa mémère se décida à se pointer.

" Un problème ? "

Il retint un rire sadique. Il venait d'imaginer toute une scène dans sa tête. Il se retournerai calmement, sortirait son arme en lui tirant une balle dans la jambe en lui hurlant à la figure " Tu sais qui c'est, mon problème ? " avant de lui coller une balle dans la figure. Au lieu de cela, il laissa Stella le renvoyer lorsqu'elle lui lança :

" On va aller dans un endroit plus tranquille. Par ici ".

Le ton était sec, presque sans appel, mais Black Mask ne broncha pas. Du moins, pas pour l'instant. Il tenterait de la convaincre une fois dans son bureau. Ou de l'envoyer promener de la façon la plus phénoménale qui soit si elle même l'envoyait paître. Après avoir dépassé le fameux couloir, il arrivèrent enfin dans le bureau sombre de la gérante du My Alibi.

" Que me vaut votre présence Mister Black ? Un endroit aussi dégueulasse pour quelqu'un de votre condition c'est plutôt comique. Si c'est votre fric que vous voulez je l'ai. "

Le ton était cassant, et avait détruit le peu d'ambiance qui aurait pu s'installer. Un ton qui pouvait traduire la question en " Qu'est ce que tu foutais tout ce temps ? ". Black Mask fit un petit geste de la main et, sans broncher, les quatres personnes l'accompagnant durent sortir de la salle, en prenant soin de déposer les valise empilés sur le bureau, afin de ne pas les poser par terre.

" Comme je te l'ai dit, je pense que nous devons parler. "

Réfléchissant en même temps à ce qu'il allait dire, il fixa le regard si joli mais pourtant si ténébreux de Stella.

" Avec ces histoires de terrorisme, j'avais les flics au cul pendant trois bons mois. Maintenant, ils se sont calmés, mais si je te contactais, c'est comme si je t'envoyais à l'abattoir. Et je n'ai pas besoin de perdre d'alliés en les temps qui courent. Alors, oui, je veux mon fric. Et maintenant que les flics m'ont lâchés, on peut reprendre nos affaires tranquillement. Alors si tu pense que je t'ai lâché, non, ce n'est pas le cas. "

Black Mask avait parlé d'une voix sec, sans appel. Il était conscient qu'il devait des explications. Il les avait donnés. Point.

Il prit ensuite les valises et les posa sur le bureau, les ouvrant une par une. L'un des valises contenaient plusieurs armes de poing, l'autre de petites mitraillettes, quelques fusils à pompes dans la troisième et enfin un lance grenade dans la dernière, avec quelques C4 et explosifs. Ne prenant pas le temps de regarder la réaction de Stella, il continua :

" J'ai ouvert une fonderie à Otisburg. Il sert aussi de lieu de trafic d'arme. Il est très bien surveillé, et je suis le seul à l'ouvrir grâce à un système de biométrie. Seulement, quelques acheteur potentiels ne peuvent pas venir, comme certains gangs ayant un problème avec les hommes de Double Face, ou encore les contact de White Shark qui préfèrent venir en privée. J'ai besoin que tu leurs vendent tranquillement les armes ici. Pour l'instant, je n'ai eu que quatre acheteur, un pour chaque valise. Le nombre d'acheteur peut augmenter, on aura donc besoin de se voir régulièrement. Pour le partage, on fera comme la dernière fois si cela te convient. Les clients voudront directement te voir, et le mot de passe sera " Renard666 ". C'est à peu près tout. "

Il fixa ensuite Stella. Elle ne pourrait pas refuser une telle offre. Il n'avait même pas prit la peine de se méfier d'elle : elle aimait trop l'argent pour prévenir les flics, recevoir les honneurs et se faire kidnapper, puis torturer avant de se prendre une balle dans la tête au bout d'une semaine en rentrant chez elle. Elle n'était pas assez idiote. Et puis de toute façon, malgré son caractère, le Black Mask savait qu'il pouvait lui faire confiance. Un petit peu. Enfin bon, Roman Sionis était extrêmement prudent, mais en tout cas, il était certain qu'il pouvait compter quelques peu sur elle.

" A toi de voir si tu est prête à faire affaire avec moi quelques semaines. Si tu tiens toujours à te faire du fric assez facilement. "

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: Re: Reprise des affaires [ Stella M. Black ]   Mer 2 Juil - 1:26

Sans grand étonnement et agacée, Stella regarda les hommes de mains quitter le bureau, laissant au passage devant ses pieds les valises qu'ils tenaient. Puis, lorsqu'elle entendit la porte claquer, elle reposa à nouveau son regard de vipère sur son invité, toujours aussi déterminée à entendre ce qu'il avait à dire, et jouant encore avec son zippo. Sa patience commençait à s'enflammer dangereusement.

" Comme je te l'ai dit, je pense que nous devons parler. " déclara le criminel en fixant la femme-fatale dans les yeux.

Leurs regards ne se quittèrent pas l'un l'autre au cours de cette conversation. Il poursuivit après un silence d'une voix sèche, et donna à l'américano-italienne les raisons de son silence. Ce putain de silence que la brune incendiaire avait tellement détesté après s'être offerte à cet homme en toute bonne conscience. Combien de fois l'avait-elle insulté dans sa tête avec de doux noms d'oiseaux en regrettant son marché ? C'est comme si elle avait vendu son âme au diable, malgré l'argent en compensation. Que dirait-il si il apprenait qu'elle avait plus que flirter avec un bridé pour tenter d'oublier sa frustration ? Mais bordel après tout, qu'es-ce qu'elle espérait ? Légèrement perturbée, elle préféra se concentrer sur la voix ténébreuse du masque noir. C'était crédible son discours, car après tout, la GCPD était devenue limite parano avec tout ces événements, et la gérante du "My Alibi" n'avait elle même aucune idée de l'identité du, ou des terroristes. Leur soupçons sur la personne de Roman Sionis se comprenaient de toute façon, étant donné les nombreuses tortures qu'on lui prête sur les femmes. Cette réputation d'ailleurs n'effrayait qu'à moitié la sombre étoile, qui inconsciemment, vouait une admiration macabre envers le criminel malgré le fait qu'il torture des femmes. C'était presque touchant qu'il ne la contacte pas pour la garder près de lui. A cette constatation, un frisson de colère et de satisfaction la traversa un moment.
La franchise du tortionnaire sadique lui arracha même un sourire au coin des lèvres alors qu'elle éteignait son cigare dans le cendrier à pied, à deux pas de son fauteuil. Puis, d'un coup, le bruit signifiant la fermeture de son zippo résonna dans le silence du sombre bureau. Elle était plus ou moins détendue maintenant suite à cette mise au point. Bizarrement avec tout ça, elle était soulagée mais gardait toujours une boule au ventre en repensant à leurs premières négociations.
Dans un battement de cils, elle rangea son briquet fétiche dans son décolleté et reposa ses pieds sur le sol, quittant le regard de son interlocuteur. Assez de pensées appartenant au passé, assez. Cela ne devait plus avoir lieu d'être, même si c'était très tentant de le voir dans cette tenue si élégante...
Puis, Roman s'avança devant le bureau et ouvrit une à une les valises, contenant toutes des armes de toutes sortes. Alors c'était ça le nouveau deal ? Le trafic d'armes ? Hum... ça lui rappelait ô combien elle ne savais pas tenir une arme, et encore moins l'utiliser sans causer de dégâts malheureux. La dernière fois qu'elle avait tenu un flingue dans les mains, c'était avec son grand-père quand elle devait à peine avoir douze ans. Jouant à tirer dans des canettes en guise de cible durant sa formation militaire, l'arme à feu lui avait glissé des mains et la balle avait terminé sa course dans le pied du major... Plus jamais la femme-fatale n'en avait repris entre les mains depuis, et avait développé une certaine aversion pour ces armes. Ça et les poulets en liberté, c'était ses hantises. Mais tout ça, elle le garda pour elle, et afficha un air attentif en l'écoutant parler à nouveau.

" J'ai ouvert une fonderie à Otisburg. Elle sert aussi de lieu de trafic d'armes. Elle est très bien surveillée, et je suis le seul à l'ouvrir grâce à un système de biométrie. Seulement, quelques acheteurs potentiels ne peuvent pas venir, comme certains gangs ayant un problème avec les hommes de Double Face, ou encore les contact de White Shark qui préfèrent venir en privé. J'ai besoin que tu leur vendent tranquillement les armes ici. Pour l'instant, je n'ai eu que quatre acheteurs, un pour chaque valise. Le nombre d'acheteurs peut augmenter, on aura donc besoin de se voir régulièrement. Pour le partage, on fera comme la dernière fois si cela te convient. Les clients voudront directement te voir, et le mot de passe sera " Renard666 ". C'est à peu près tout. "

La sombre étoile esquissa un sourire en assimilant chacune de ces informations. Ses yeux brillaient d'envie en visualisant déjà l'argent dans ses mains, et s'imaginait déjà très bien en train de compter les billets. Oh ça non, elle n'allait pas refuser une telle opportunité. L'idée de le voir plus souvent d'ailleurs la conforta dans sa décision. D'un certain point de vue, ça faisait très entrée dans la mafia, mais Stella se refusait intérieurement une telle affiliation. Jamais quelqu'un ne sera son "boss". Pourtant, puisque c'était lui, elle n'allait pas prendre le risque de le balancer malgré l'appat du gain. Quand bien même, dans le fond, elle en serai surement incapable. Elle savait que le Black Mask était un homme dangereux, et mieux valait rester dans ses bonnes graces pour continuer à respirer sans mal.

" A toi de voir si tu est prête à faire affaire avec moi quelques semaines. Si tu tiens toujours à te faire du fric assez facilement. " ajouta-t-il pour terminer.

La gérante du "My Alibi" laissa son regard d'émeraude se perdre sur les armes, et ricana à ses paroles, légèrement moqueuse. C'était presque une question qui ne se posait pas.

" Evidemment Mister Black. " répondit la femme-fatale sur un ton plus détendu en relevant les yeux vers lui. " J'accepte votre offre. Les affaires sont pas désagréables avec vous. Dites m'en juste plus... des indices sur l'identité des acheteurs? Je sais bien que ça ne sera pas des abrutis de seconde zone, mais j'aime savoir à qui j'ai à faire. La vente se fait à combien par mallette ?"

A ces mots, reprenant un visage sérieux, la jeune femme se leva de sa chaise et se dirigea vers le milieu de la pièce, près d'un tapis. En le soulevant d'un coup de pied, une partie du parquet taillé comme une trappe se dévoila. L'américano-italienne s'accroupit en face, et l'ouvrit. Dans le sol renforcé se trouvaient trois malettes argentées, et contenaient l'argent que Sionis venait chercher. Sans ménagement, elle revint avec et les posa lourdement sur le large bureau, près des malettes d'armes. L'une d'elle s'ouvrit sous le choc, dévoilant son contenu impécablement rangé. Alors qu'elle se tenait debout près de lui, légèrement assise sur le rebord du bureau la maîtresse du bar malfamé ne pû s'empêcher de détailler son invité de la tête au pied. Cette attirance était décidément bien plus forte qu'elle... Bien qu'elle n'essayait de ne pas montrer son trouble, Stella affichait un sourire presque nerveux au coin des lèvres.

" Voilà l'argent de la vente précédente. J'ai déjà pris ma part comme vous pouvez vous en douter. Hésitez pas à recompter si vous avez un doute. "

Après un demi-sérieux clairement affiché sur son visage, la brune incendiaire soupira comme pour se détendre, et poursuivit dans un sourire charmeur, la voix rauque et sensuelle. Après tout, il devait le sentir qu'elle n'était pas insensible à son charme macabre, et puisque ses pingouins n'étaient pas là, autant en profiter un peu, histoire de savoir si le tortionnaire sadique serai aussi réceptif à son jeu de séduction que lorsqu'il était venu chez elle. D'un regard ravivé d'une flamme étrange que lui seul pouvait reconnaître, elle lui montra les chaises face au bureau par un léger mouvement de tête.

" Mettez vous à l'aise, prenez une chaise. J'ai du bon whisky et du rhum pour continuer cette conversation... Je suis ravie de vous revoir quand même Monsieur Sionis... Vous savez que ce costume vous va très bien ?"

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: Reprise des affaires [ Stella M. Black ]   Jeu 3 Juil - 11:16

La gérante du My Alibi Bar semblait s'être tout bonnement calmée. Tant mieux, Sionis n'aurait pas supporté continuer dans d'autre conditions ou plutôt, il ne l'aurait même pas fait, se serait mit en colère et tout aurait dégénéré. Ce qui ne serait pas bon pour son business.

" Evidemment Mister Black. J'accepte votre offre. Les affaires sont pas désagréables avec vous. Dites m'en juste plus... des indices sur l'identité des acheteurs? Je sais bien que ça ne sera pas des abrutis de seconde zone, mais j'aime savoir à qui j'ai à faire. La vente se fait à combien par mallette ?"

Vendre ses armes à des imbéciles de seconde zone ? Pour le bien de son business et pour celui de sa notoriété, non, il n'aurai jamais osé faire une chose pareille. Black Mask allait enfin s'asseoir quelques minutes sur une chaise pour répondre à la jeune femme lorsque celle-ci se leva et marcha vers le tapis. Il ne la quitta pas des yeux pendant qu'elle marchait et réprima une folle envie de lui sauter dessus. C'est vrai que la femme fatale était d'une beauté exceptionnelle. Il tourna sa tête de haut en bas, faisant craquer les os de son cou, pour se donner une contenance. Elle leva le tapis avec son pied, dévoilant la planque qu'elle avait choisie pour cacher l'argent du Black Mask

" Voilà l'argent de la vente précédente. J'ai déjà pris ma part comme vous pouvez vous en douter. Hésitez pas à recompter si vous avez un doute. "

Non, il n'avait aucun doute. Bon, un léger, car connaissant la jeune femme, elle aurait pu très bien garder une petite liasse, le genre de maniaque qui, lorsque les billets ne sont pas en parfaite rangée, prend la liasse qui dépasse. La femme fatale déposa les trois mallettes argentés sur la table et, lorsque l'une d'elle s'ouvrit, le Black Mask laissa échapper un sourire avide qu'il ne remarqua même pas et n'essaya donc pas de cacher. Fermant la première, il ouvrit la deuxième, puis la troisième. Les billets étaient bien là, rangés impeccablement. Cette vente de drogue n'avait pas si mal rapportée, mais cette vente d'arme, en pleine crise de No Man's Land, était encore mieux et presque nécessaire pour un parrain de la mafia aussi haut placé que Roman Sionis.

" Mettez vous à l'aise, prenez une chaise. J'ai du bon whisky et du rhum pour continuer cette conversation... Je suis ravie de vous revoir quand même Monsieur Sionis... Vous savez que ce costume vous va très bien ?"

Les yeux toujours aussi avides, il se tourna vers Stella en tentant tant bien que mal de se calmer et de retrouver son état normal. Oui, cette femme était sublime. D'ailleurs, à en croire ses lèvres pulpeuses qui bougeaient, soit elle était nerveuse, soit elle avait peur de lui ou soit elle n'était pas insensible au charme du masque. La soirée pourrait finir autrement qu'il ne l'avait d'abord imaginé ... Comme lors de leurs première négociations.

Black Mask s'assied sur une chaise. Ce costume blanc à rayures noire était son préféré. C'était le même qu'il avait porté lors de la guerre de gang Pingouin - Double Face et qu'il les avaient surpris en gagnant toujours plus de terrain et en gagnant cette guerre. Le lendemain, le quart de son gang avait été exterminé par Red Hood. Il portait une veste noire à rayures blanches. Il avait jeté le costume à la poubelle. Black Mask était un grand superstitieux.

" Du whisky ? Ca ne serait pas de refus ..."

Et en effet, le Black Mask avait soif. Il faisait de plus en plus chaud, dans cette pièce, et le charme de la femme fatale pouvait très bien y être pour quelque chose, d'ailleurs. Mais qu'est ce qu'il lui arrivait ? D'habitude, lorsqu'il était attiré par une femme, il était indifférent à son charme. D'ailleurs, celle-ci était en règle générale morte de peur. Et il en avait tellement marre qu'il finissait par la liquider. Mais cette Stella n'avait pas peur. Elle en avait bien plus dans le bide. En attendant de se faire servir son verre, Black Mask répondit aux questions de la jeune femme.

" Comme tu le dis, dans un endroit comme le My Alibi Bar, on y voit pas très souvent des hommes en costard qui parlent aux gens comme si ils parlaient à dieu. C'est à ce genre de personne que tu aura affaire. Les trois premiers sont de la famille Maroni tandis que les deux derniers sont des anonymes. Mais ils doivent être aussi bien habillés que les autres. Pour ce qui est des armes, j'ai doublé mes prix depuis la destruction des ponts. Etant le seul ou presque à faire du trafic d'armes, je peut me le permettre, en plus, les miennes sont les plus fiables. Une arme de poing d'occasions - comme celles ci - valent 60 000$. Je les aient donc doublés à 120 000$. J'ai fait la même chose avec toute les autres armes. Ainsi, les mallettes de mitraillettes valent 500 000$, pareil pour les fusils à pompes, et le lance grenade avec C4 vaut 600 000$. Au final, si on renouvelle le tout chaque semaine, on peut se faire un très bon business. "

Roman Sionis attendit avec impatience la réponse de Stella mais surtout, son verre de whisky

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: Re: Reprise des affaires [ Stella M. Black ]   Sam 5 Juil - 19:44

" Du whisky ? Ça ne serait pas de refus ..."

Voilà qui allait délier les langues et détendre plus sympathiquement encore l’atmosphère... Serai-ce un "oui" pour entrer dans le jeu ? A cette pensée la chaleur sembla monter d'un cran dans le sombre bureau. Stella laissa un nouveau sourire nerveux malgré elle étirer ses lèvres, et tourna les talons tandis que Roman répondait à ses questions. Dos à lui, elle écouta attentivement les paroles du criminel tandis qu'elle sortait deux verres à whisky d'un meuble derrière le bureau. Du Maroni dans son bon vieux bar ? Ça s'était une première. Voilà qui promettait d'être intéressant, car le bouche-à-oreille aide beaucoup dans ce genre de business... Deux anonymes encore ? Certainement des mafieux ou des criminels tout aussi influents. La perspective de vendre des armes l'effrayait un peu, car pour la gérante du "My Alibi", n'importe quelle arme était "fiable"; que l'on sache viser ou non, elle causait toujours des dommages collatéraux.
Alors que le Black Mask parlait encore, la sombre étoile repris place face à lui, posant les verres entre les mallettes avec le plus grand soin.
Lorsqu'il fit mention des nouveaux prix et des sommes doublées, ses yeux brillèrent d'une lueur envieuse, presque impatiente. Imaginer tout cet argent en sa possession pouvait presque lui faire tourner la tête, et la perspective de renouveler les opérations toutes les semaines ne fit que l'enchanter d'avantage. Revoir Mister Black et se faire toujours encore plus d'argent, que demander de mieux ?
La femme-fatale offrit un sourire à Sionis un sourire satisfait, qui laissait toujours entendre qu'elle était d'accord pour leur affaire.
Puis, elle baissa les yeux, et tira le premier tiroir de son bureau. Raté; celui là contenait des accessoires de bureau. Elle retenta sa chance avec celui du dessous. Gagné. Ben tiens, il n'y en a qu'une ?
Fronçant les sourcils, elle sorti du tiroir l'unique bouteille restante, celle de whisky justement. Mais elle constata bien vite qu'il ne restait qu'un fond, même pas de quoi faire un verre. Putain de merde. Le visage légèrement décomposé, elle fit une moue en grognant.

" Ow... fait chier... " dit-elle la voix rauque après un soupir agacé. " J'ai oublié que je m'étais mis une mine la semaine dernière... "

Effectivement, la semaine dernière, un soir, n'ayant pas trop le moral, elle n'avait pas trouvé d'autre occupation que de boire jusqu'à l'épuisement, enfermée dans ce bureau qu'elle n'avais jamais pour habitude de squatter. Regretter l'Italie et vouloir oublier la solitude... vouloir oublier Sionis. Un moment éprouvant pour la maîtresse des lieux qui détestait ce genre de coup de blues aussi imprévu que tenace.
Très naturellement, elle termina la boisson devant le criminel sans prendre la peine de boire dans un verre, et se leva à nouveau, prenant au passage la bouteille. Ça plairait peut être pas au tortionnaire sadique, mais tant pis. L'espace d'une seconde, elle se mordilla la lèvre inférieure et y passa rapidement le bout de la langue, comme pour se délecter encore un peu de l'alcool qui l'imprégnait.
Elle se dirigea vers la porte du bureau comme pour sortir, et l'ouvrit avec sa délicatesse habituelle, à savoir avec un grand coup de pied. Pas de chance pour l'un des sbires de Sionis, qui se prit la porte dans l'épaule avec fracas. Un peu sonné, il vacilla contre le mur alors que les trois autres restèrent impassibles, toujours sur leurs gardes.
La sombre étoile tourna la tête sans s'excuser, et remarqua Otto au bout du couloir, juste avant le bar. Lui aussi montait la garde il faut croire. D'ailleurs étrangement, on entendait plus un bruit.
Elle siffla son vigile, ce qui le fit de suite rappliquer. Bon, pas un bon gentil toutou à sa mémère, il fallait avouer que Otto était bien loin d'avoir le gabarit d'un caniche. C'était plus proche du pitbull niveau carrure.

" Tu peux nous ramener un bon whisky ? C'est un peu la dèche ici. " ricana l'américano-italienne accoudée sur le bâti de la porte dos à Sionis en lui donnant la bouteille vide. " Tout le monde est barré ? "
" Avec l'arrivée de Monsieur Sionis les clients ont préféré partir. Par contre, Daryll Smith est toujours là. " répondit le colosse en partant vers le bar.
" Oooh, le pauvre petit chou veux sa revanche, c'est trop mignon. "

Elle éclata de rire, moqueuse alors qu'elle sortit un paquet de cigarette de sa poche, histoire de commencer à s'en griller une en attendant la bouteille. Rapidement, elle sorti de son décolleté son zippo fétiche, et commença à fumer tranquillement. La soirée s'annonçait vraiment pas trop mal, même si elle se douta un instant que son invité-surprise n'aimait pas attendre... Les sbires du criminel sadique ne bougèrent pas d'un pouce, ne sentant aucune hostilité chez la trentenaire. Soudain, le jeune homme ayant perdu sa voiture apparu devant Miss Black, marchant de travers et essayant de se donner de la prestance avec de grand gestes, comme pour la provoquer. Il la pointa du doigt, et osa même la pousser un peu. Surprise et haussant un sourcil, elle recula d'un pas.

" J'veux qu'on r'fasse une partie ! " bafouilla le jeune homme en ayant du mal à se tenir debout. Sans gêne et les yeux embués par l'alcool, il la regarda de haut en bas. "Ou alors j'te la laisse... si... si on couche ensemble... rien qu'tout les deux !"

Stella le fixa, la fureur ravivée dans ses yeux de vipère. Il était évident que ce petit puceau bourré allait subir ses foudres. Comment osait-il demander ça ? Et en plus avec le Black Mask dans les parages ! Le poing serré et le visage fermé, elle lui répondit quand même, la voix méprisante et sèche. Inconsciemment, de sa main libre, son zippo s'affola encore, prêt à faire feu.

" Non sans blague ? Tu voulais inviter ton hamster dans notre p'tite sauterie ? Je tape que dans le haut de gamme minus, alors retourne chez ta mère mater du porno ou je te défonce la gueule. "

Le petit Daryll sembla ne rien comprendre, et ricana bêtement, en continuant de se rapprocher d'elle. Il se rapprocha tellement que la brune incendiaire pû sentir l'haleine du jeune garçon. Putain qu'es-ce qu'il pouvait avoir bien bu pour puer autant ?  Vodka-orange et tequila ? Mouais ça devait être ça.
Puis, il osa encore faire mieux : la prendre par la taille. Quel effronté. L'inconscient ! Pour QUI es-ce qu'il se prenait ?! Le seul homme qui pouvait éventuellement se permettre une telle familiarité ce soir, il se tenait devant son bureau, et elle ne voulait absolument pas que la soirée soit gâchée par un sale microbe.
Les gardes du corps de Roman étaient près à intervenir, mais d'un coup, extrêmement agacée, Stella empoigna les cheveux du jeune homme dans un grognement, et lui donna un coup de genou en plein visage sans ménagement puis le poussa contre le mur. Complètement sonné et le nez visiblement cassé, le jeune homme semblait être K.O. debout.

" Je t'avais prévenu fils de pute !! " hurla t-elle après avoir rangé rapidement son zippo.

Alors que Otto revenait de nouveau avec une bouteille de whisky et un bol de  glaçons dans une de ses grandes mains, la gérante du "My Alibi" bondit comme une tigresse sur le garçon et le roua de coups, à tel point qu'elle le fit tomber à terre, et continua à lui donner des coups de pieds dans les côtes et l'abdomen. Les coups pleuvaient autant que les insultes en italien. La femme-fatale était complètement hors d'elle, comme incontrôlable. Black Mask pouvait voir une femme bien différente de celle qu'il avait eu l'occasion de découvrir lors de leurs négociations torrides chez elle.
Elle souleva le jeune ivrogne en le prenant par le col de sa chemise. Inconscient, il allait encore se prendre une droite lorsque Otto se racla la gorge, comme pour manifester sa présence. La jeune femme revint de suite à la raison, et laissa apparaître un pauvre Daryll au visage refait façon artisanale. L'arrête du nez fracassée, la lèvre fendue, des hématomes au dessus des yeux et des hématomes bien visible... elle ne l'avais pas raté.

" Débarrasse-toi de ce pervers. Fais-en de la pâtée pour chien ou de l'engrais je m'en tape. " repris la jeune femme en poussant le mauvais perdant contre Otto. " Renvoie les filles chez elles. On ferme, mais reste là. Je veux pas qu'on nous dérange."
" A vos ordres patronne. "

Voilà qui était clair. Malgré le sang séché sur ses mains, lle pris la bouteille avec les glaçons, puis retourna dans le bureau en claquant la porte, encore sous l'effet de la fureur.
Elle passa à côté du tortionnaire sadique en soupirant, comme pour expier son agacement et pris à nouveau place près de lui, s'asseyant sur un bord du bureau,  ses longues jambes croisées. Avant de reprendre la parole, elle pris le temps de poser le bac à glaçons et d'éteindre sa cigarette dans le cendrier posé sur le bureau.

" Désolé pour cette perte de temps. " déclara Stella dans un sourire en levant les yeux vers sa tignasse décoiffée par la colère.

Doucement mais sûrement, elle reprenait son calme. Après avoir tenté en vain de remettre sa luxuriante crinière brune en place, la sombre étoile ouvrit la bouteille et commença à les servir, sans oublier les glaçons au préalable. Puis, elle tendis enfin à Roman Sionis son verre et n'oublia pas le sien, sans le quitter des yeux. Le regard qu'elle lui tenait en disait bien long, tout comme la voix suave qui allait suivre... la partie plaisante de la soirée reprenait. Et la chaleur plana à nouveau dans la pièce. C'était presque comme si rien ne s'était passé, bien que ce petit contre-temps ne devait pas avoir échappé au criminel.

" Alors... où en étions-nous Mister Black ? Et si nous trinquions à cette nouvelle collaboration ? Qui j'espère, ne vous décevra pas... Avez-vous d'autres projets pour vous remettre en selle... ?"

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: Reprise des affaires [ Stella M. Black ]   Mar 8 Juil - 2:47

Après avoir terminé ses explications, Black Mask ne cessa pas de contempler le merveilleux visage de la femme fatale. Il ne quitta même pas ses beaux yeux verts lorsqu'elle posa les verres de whisky sur le bureau. Il put même remarquer que ses lèvres bougeaient, ce qui trahissait sa nervosité. Elle ne devait sans doute pas être indifférente au charme du Black Mask. D'ailleurs, elle n'était pas la seule dans ce cas. Plusieurs femmes avaient voulu le conquérir, certaines pour une question de physique, d'autres pour une question de fric, et d'autre pour une question de puissance. Il en avait invités certaines dans sa chambre luxueuse à la Black Tower, et en avait supprimé quelques unes qui s'étaient montrés vulgaires avec lui. Mais curieusement, il avait le sentiment que, même si la gérante du My Alibi Bar se montrait irrespectueuse à son encontre, il ne tenterait rien. En revanche, si une telle situation se produisait, elle aurait affaire au courroux de Roman.

Le parrain de la pègre pu constater que le visage de Stella devenait de plus en plus anxieux au fur et à mesure qu'elle trifouillait dans ses tiroirs, jusqu'à ce qu'elle saisisse une bouteille de whisky déjà entamée.

 
" Ow... fait chier... J'ai oublié que je m'étais mis une mine la semaine dernière... "
 
Alors, d'un seul geste, elle porta le goulot à sa bouche pour finir le contenu de la bouteille. Roman haussa alors un sourcil. Cette femme était incompréhensible. Soit c'était ça faisait parti du charme, soit c'était de la bêtise pure et dure. Elle s'avança vers la porte en y mettant un grand coup de pied, ce qui fit tomber son homme de main, John, sur les fesses, à moitié sonné. Roman Sionis ne put s'empêcher de ricaner un peu.
 
" Tu peux nous ramener un bon whisky ? C'est un peu la dèche ici.  Tout le monde est barré ? "
 
" Avec l'arrivée de Monsieur Sionis les clients ont préféré partir. Par contre, Daryll Smith est toujours là. "
 
L'homme au masque ne pu empêcher un sourire se dessiner sur ses lèvres. Voir et entendre la peur qu'il inspirait lui faisait du bien. Un jour, le Joker, le Fool, Double Face et tout les habitants de Gotham imiteront les clients du My Alibi Bar. Tous se mettraient à genoux et se prosterneraient devant le maître incontesté de Gotham. Tous autant qu'ils sont. Et d'ailleurs, cette période de No Man's Land était la parfaite occasion pour renverser la situation. Il imagina un instant, fantaisiste, la Black Tower surplombant les autres bâtiments en ruines. C'était la meilleure image qui montrait ce qu'il voulait être. Ce qu'il devait être. Ce qu'il allait être.

Soudain, il entendit le jeune Daryll approcher avec une envie subite de coucher avec Miss Black. Roman devint alors extrêmement furieux. Comment se permettait il d'interrompre les affaires du Black Mask, chef de gang et businessman le plus réputé de la ville ? Comment osait il draguer son interlocutrice ? Il était peut être bourré, mais pour lui, pas de traitement de faveur. En s'approchant à quelques mètres du Black Mask avec des intentions néfastes, il avait signé son arrêt de mort. Enfin non. Il se ressaisit. Il ne mourrait peut être pas, mais Roman le ferait souffrir longuement. Dans les sous sols de son QG. Pour lui montrer que personne ne pourrait l'aider. Il lui arracherait les dents sans anesthésie. Il le ferait étouffer en lui mettant une serviette sur la tête pendant que de l'eau lui tomberait dessus. Il aurait pu continuer à fixer son verre les yeux avides si la voix dure et sèche de Stella ne l'avait pas fait revenir à la réalité.

Il se leva, prêt à sortir son arme pour tirer dans les deux genoux du jeune Daryll, lorsque Stella, folle de rage, commença à lui asséner des coups de poings puis, lorsqu'il fut à terre, enchaina des coups de pied. Roman écarquilla grand les yeux. Il n'avait jamais vu la femme fatale sous cet angle. Elle ferait une excellente tortionnaire, elle aussi. Il se demanda soudain si ce n'était pas la femme parfaite. Celle qui remplacerait à tout jamais Circé. Il chassa cette pensée pour le moment. Ce n'était pas le moment de penser à cela. Il continua de regarder la scène, indifférent, jusqu'à ce qu'Otto arrive, bouteille de whisky à la main. A peine Stella ordonna à Otto de le jeter dehors qu'il fit un signe à John, encore un peu sonné, de le filer. Il n'allait pas laisser échapper une si belle proie.

Elle ferma la porte d'un coup sec avant de passer juste à côté du Black Mask. Il se rassit en la laissant se calmer. Il fit ce qu'il aurait aimé qu'on fasse pour lui. Ce n'est qu'à ce moment qu'il remarqua que les deux acolytes était extrêmement proche. Oui, il voulait décidément finir le reste de la soirée avec elle. Et tout se réalise selon la volonté de Black Mask. Il se calla dans son siège, réprimant l'envie furieuse de poser la main sur la cuisse de la femme fatale. Il allait la laisser venir, avant de tenter quoi que ce soit. Et laisser ses sbires dehors ne le gêna pas le moins du monde.

 
" Désolé pour cette perte de temps. Alors... où en étions-nous Mister Black ? Et si nous trinquions à cette nouvelle collaboration ? Qui j'espère, ne vous décevra pas... Avez-vous d'autres projets pour vous remettre en selle... ?" 

Au moins, elle prenait la peine de s'excuser. Il leva son verre vers la jeune femme avec un petit sourire avant de boire un quart de son verre de whisky. Il était impoli de boire d'une traite, même si il l'aurait bien fait. Il réfléchit quelques instants pour sa réponse avant de fixer Stella du regard.

" Elle ne nous décevra pas, j'en suis certain. Pourquoi nous décevrai t'elle, Miss Black ? Quand à mes projets, j'en ai beaucoup, mais la seule chose que je peut vous dire pour le moment, c'est que si ils réussissent, je serai l'homme le plus respecté de tout Gotham. Mais parlons plutôt de vous. Que s'est t'il passé au My Alibi Bar depuis mon retrait des affaires ? Avez vous fait des rencontres intéressantes ? "

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: Re: Reprise des affaires [ Stella M. Black ]   Jeu 10 Juil - 19:07

Note Hors-Jeu:
 

La réponse du criminel ne se fit pas attendre. En même temps que lui, après avoir levé son verre, la femme-fatale dégusta une gorgée de whisky, se retenant de boire cul sec son verre par habitude. D'ailleurs, la chaleur ambiante due à la présence du Black Mask renforça encore plus cette sensation brûlante lorsque l'alcool coula dans sa gorge. Il faisait vraiment trop chaud dans ce bureau, et on ne pouvait même pas dire ouvrir la fenêtre, il n'y en avait tout simplement pas. C'était presque étouffant, mais pas désagréable.

" Elle ne nous décevra pas, j'en suis certain. Pourquoi nous décevrai t-elle, Miss Black ? " demanda t-il de sa voix rocailleuse en fixant la sombre étoile. " Quand à mes projets, j'en ai beaucoup, mais la seule chose que je peux vous dire pour le moment, c'est que si ils réussissent, je serai l'homme le plus respecté de tout Gotham. "

Oh ça, elle n'en doutais absolument pas. Après tout, il avait tous les moyens pour parvenir en haut de l'échelle du crime, ainsi que de la ville : l'argent, les moyens de persuasion...
D'autres projets alors ? Voilà qui était intéressant; et elle espérait bien être tenue au parfum.

" Mais parlons plutôt de vous. Que s'est t'il passé au My Alibi Bar depuis mon retrait des affaires ? Avez vous fait des rencontres intéressantes ? "

Parler d'elle ? Lui, demander ça ? Quelle surprenante idée.
Stella fût si surprise par les mots de Roman qu'elle manqua d'avaler sa nouvelle gorgée de travers. Es-ce qu'il s'intéressait vraiment à ses fréquentations ou était-ce une question par simple politesse ?
Laissant échapper un léger éclat de rire témoignant de sa nervosité toujours présente, elle se pencha en arrière, se mettant plus à l'aise sur son bureau. C'était évidemment, une position tout à fait intentionnelle, pour continuer à faire monter cette insoutenable température planant dans la pièce. C'était un genre de torture que Miss Black maîtrisait parfaitement... Mais il fallait avouer qu'elle se sentait étrangement bien, malgré la personnalité macabre de l'homme en face d'elle. Tournant doucement sa cheville suspendue dans le vide, l'américano-italienne réfléchi un court instant sur ce qu'elle allait dire. Sourcils froncés, elle perdit un peu ses yeux d'émeraude sur son invité, pensive, le dévorant d'un regard lascif.
Les noms de personnes lui venant à l'esprit étaient Masao Murai, Killer Moth, et le duo de justicières qui avait mis en cendres son établissement durant son séjour en Italie. Devait-elle vraiment tout lui dire ? Non, et parler du bridé avec lequel elle s'était envoyé en l'air était de toute évidence, un sujet à exclure. Si le chef de la sécurité du Sinner's Inn avait croisé la route de Stella (et plus puisque affinités), c'était uniquement pour combler le manque crée par le silence de Roman Sionis. Une aventure sans importance pour la gérante du My Alibi, qui avait été déçue par cette expérience sur bien des plans. Ça le dérangerai de savoir tout ça ? Oh et puis merde, après tout, le tortionnaire avait dû lui aussi avoir d'autres aventures non ? Putain mais en fait, c'était quoi toutes ces questions ? Qu'es-ce qu'il pouvait en avoir à foutre de toute façon ?
Dans sa réflexion, qui était plutôt une sorte de dilemme intérieur, elle dégusta une gorgée de son verre déjà à la moitié, puis décida de répondre après s'être passée la langue sur les lèvres, se délectant de la fine couche d'alcool qui les imprégnaient., ne quittant pas le criminel du regard.

" Intéressantes ? Non pas vraiment. Que des cafards. " répondit la brune incendiaire en fronçant les sourcils, le ton plein de mépris et sa cheville se balançant un peu plus frénétiquement. " Un dénommé Killer Moth m'a défoncé une bonne partie du bar en voulant me braquer, et deux justicières ont profité de mon voyage en Italie pour le cramer alors qu'il était en pleine rénovation. Elles je les ai pas vu donc ça peut passer, mais alors ce putain de plouc avec son costume en soldes... ce petit enculé..."

Le sentiment de fureur revint, visible sur le visage de la femme-fatale aux sourcils froncés, et les dents serrées. Ses yeux de vipère brillaient de cette flamme furieuse, la même lorsque le petit Daryll avait eu le malheur de poser sa main sur elle. Le même lorsque Killer Moth avait pris ma fuite. Le même lorsqu'elle avait regardé Marvin avant de le faire flamber. Même sa main tenant le verre se braqua dessus au point de trembler un peu, on aurait dit qu'avec beaucoup plus de force, elle aurai pû le briser. Il était évident que si la Mite remettait les pieds au My Alibi, il allait passer un très mauvais quart d'heure. Strangulation, des coups, et encore des coups, avant de finalement le voir terminer en cendres. Et elle ferai tout ça de ses propres mains, comme si c'était la première fois...
Elle avait également évoqué son voyage, mais sans en dire plus. Après tout, c'était privé, mais si questions il lui posait, réponses il aurait.
La sombre étoile se ressaisit après un grognement, effaçant d'un battement de cils la colère sur son visage, pour adopter une expression neutre plus détendue. Après tout à quoi bon s'énerver ? Ce minable n'était pas là, et la chaleur dans ce bureau ne cessait de monter. Elle sentait très bien les yeux du tortionnaire sadique posé sur elle, et le plaisir de se savoir dévoré des yeux ne fit qu'accentuer son envie de poursuivre le jeu.
Elle posa son verre à moitié vide près de sa hanche, puis poursuivit dans un nouveau jeu de jambes, penchée cette fois en avant près de Roman. Pas sans faire exprès bien sûr. Il pouvait presque avoir une belle vue si quelques mèches de la longue et épaisse crinière de son interlocutrice ne cachait pas en partie son décolleté.

" Mais on ne se débarrasse pas de la mauvaise herbe aussi facilement vous le savez, j'ai connu pire ! " repris la gérante du bar malfamé avec un sourire en coin, traduisant encore un peu sa nervosité.

Stella descendit du bureau, et referma les mallettes une à une devant le Black Mask, à moitié dos à lui. Puis, elle termina la fin de son verre et empoigna deux mallettes d'armes. Pour quoi faire ça maintenant ? Tout simplement parce qu'elle pressentait un besoin urgent de place sur son bureau dans les minutes à venir.
Il faisait trop chaud à rester assise là, à se retenir de le tirer près d'elle par sa cravate... ou carrément s'asseoir sur ses genoux c'était bien tentant... Non, un peu de calme, encore un peu de patience, le temps de tâter encore un peu le terrain.
Qu'es-ce qui pouvait lui plaire chez un homme pareil ? Son fric bien sûr, mais aussi son physique. Après tout, il avait plutôt une bonne carrure, en plus d'un charisme ténébreux qui ne laissait pas indifférent la femme-fatale. Il lui faisait un effet assez inédit et indescriptible...
Le visage indifférent malgré ses nombreuses questions, elle préféra écourter la discussion concernant ces mauvais souvenirs.

" J'aime pas parler de personnes minables. " rétorqua la brune incendiaire en se dirigeant vers la trappe creusée dans le sol. " Surtout avec vous. Elle ne méritent pas votre intérêt. "

Ce que l'américano-italienne venait de dire, elle le pensait réellement. Sa voix n'était ni froide, ni tranchante, sans pour autant être pleine d'entrain. Elle était sincère, point. Avec ces mots, elle avait parfaitement clamé qu'il avait toutes ces chances d'arriver au sommet de la ville du Crime. Un ton bien impartial pour des actes qui laissaient entendre un tout autre son de cloche.
Oh bien sûr suite à son silence, elle avait pensé le trahir et garder l'argent, par pure vengeance et cupidité, mais Stella n'était pas assez folle pour s'attirer les foudres du criminel sadique.
Elle s'accroupit à nouveau et rangea les deux premières mallettes en faisant attention à les placer correctement. C'était une petite planque, alors mieux valait faire ça bien.
Puis, elle retourna auprès de son invité et remarqua le verre de ce dernier bientôt terminé. Quelques centimètres seulement les séparaient, rendant la chaleur encore plus palpable qu'elle ne l'est.
Sans même lui demander si il en re-voulait, elle le servit. Après tout, la réponse à sa question aurait été "oui" n'es-ce pas ?
Une fois encore, lui tendant son verre, Stella planta ses yeux dans le regard de Roman Sionis, se permettant cette fois de se rapprocher et de poser sa main sur son épaule, glissant légèrement son bras autour de la nuque du criminel.

" Vous m'avez manqué Monsieur Sionis... " osa t-elle enfin dire à mi-voix dans un sourire un peu gêné, comme si elle avait dis ça presque malgré elle.

Mettre le feu aux poudres, voilà qui était fait. C'était plus fort qu'elle, jamais elle n'aurai pensé lui dire ça. Et ça venait du plus profond d'elle, le plus sincèrement du monde. Elle avait du mal à se reconnaître mais ce n'était pas si mal. C'est comme si elle s'était débarrassée d'un poids au final. Détournant le regard, la sombre étoile laissa glisser à nouveau son bras, cette fois en se détachant de Roman Sionis, toujours ce même sourire en coin, à la fois perturbée par cet aveu et excitée à l'idée de la tournure possibles des événements. Du moins, ceux dans un avenir très proche...
Attendant une éventuelle réponse à tout son discours, comme pour s'occuper l'esprit après cette déclaration ambiguë, la gérante du My Alibi pris les deux dernières mallettes d'armes restantes pour les ranger, tournant le dos à son interlocuteur.

De son côté, Otto ne remarqua pas la présence du sbire du Black Mask, et embarqua Daryll jusqu'à dehors, dans la ruelle à côté du bar. Le jeune homme encore inconscient semblait être pris d'un délire, et réclamait sa mère. Le colosse fronça les sourcils, agacé et jeta tout simplement le fauteur de troubles dans la poubelle du bar, comme un vulgaire sac. C'était sa façon de garder la viande au chaud, en attendant que la patronne ne lui règle son compte. Définitivement.

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: Reprise des affaires [ Stella M. Black ]   Sam 12 Juil - 19:34

Le sbire de Black Mask se glissa à l'extérieur du bar, suivant Otto qui portait le jeune Daryll. Lorsque celui-ci le jeta dans une poubelle, le criminel ne perdit pas de temps. Attendant quelques instant qu'Otto rentre dans l'établissement, il saisit Daryll à deux mains et le jeta au sol. Il saisit une barre de fer à quelques pas de lui et lui mit un violent coup dans le genou, alors qu'il s'apprêtait à s'enfuir. Hurlant à moitié, il chuta et s'écorcha les mains en se rattrapant. Un deuxième coup dans le dos le fit coucher totalement sur le ventre. Levant une main en l'air, Daryll supplia à son bureau d'arrêter de le frapper.

" Alors mon con. Tu vois Black Mask entrer, et tu viens le faire chier dans ses affaires. C'est bien ça ? "

" Non ... "

Deux coup de barre de fer dans la tronche le fit changer d'avis.

" C'est bien cela ? "

" Vuiiiiiiiiiii ... "

La perte d'une dent avait remarquablement changé sa voix. Le sbire le frappa plusieurs fois avec un regard indifférent, presque comme si de rien n'était. Soudain, Daryll sortit un poignard et le planta dans la main du sbire, celle dans laquelle il tenait la barre. Le colosse poussa un gémissement à peine perceptible, retira sa main et tordit le bras de son adversaire. Il reprit le couteau et le lui enfonça dans la côte, prenant plaisir à l'enfoncer et à le tourner. Lorsqu'il en aurait terminé, un masque sera dessiné sur un mur, que plusieurs personnes pourront contempler. Le GCPD classerait l'affaire en pensant à un acte de vandalisme gratuit. Mais Stella et Otto, en ne trouvant plus Daryll, comprendrait certainement la vérité.

Une fois sa tâche terminé, le sbire retourna voir ses camarades. Ceux-ci se tournaient les pouces, ne sachant pas vraiment comment s'occuper.

" J'espère que le boss va pas se la taper ... Faudrait attendre la toute la nuit ... En plus, la gérante à faire partir les filles à cause de ce con ... "

Pendant ce temps, Black Mask examinait attentivement Stella, son comportement, et prêta beaucoup d'attention à ce que disait Stella. Car ses ennemis allait maintenant devenir les siens. Ils étaient dans le même bateau, à présent, et que la femme fatale je veuille ou non, elle était aussi impliquée que lui à présent dans le monde de la pègre. Elle mentionna d'abord Killer Moth, un gangster sans importance qui se prenait pour le roi de Gotham, avec son accoutrement aussi débile que lui. Les deux justicières retint plus son attention. Qui était ce donc ? Batgirl, Spoiler, Huntress, Batwoman ? Autant de possibilités qui n'avait pas l'air de coller. Pourquoi iraient elles saccager le My Alibi Bar ? Elle n'en avaient aucun intérêt, étant donné qu'il n'avait pas vu sa partenaire depuis plus de quatre mois maintenant.

" Vous m'avez manqué Monsieur Sionis... "

Cette simple phrase fit lever les yeux de Sionis vers ceux de la femme fatale - qui jusque là étaient dans le vide - totalement étonné. Dans cette simple phrase, Stella l'avait désarmé quelques secondes, mais il se reprit enfin. Était-ce vrai ? Avait il finalement manqué à celle-ci ? Peut être bien. Ou peut être pas. Enfin bon, sans mentir, cette phrase n'allait pas lui déplaire. Il décida de rentrer dans son jeu. Il sortit de sa poche un briquet et un cigare, qu'il alluma bien vite. Il regarda Stella ranger les malettes et d'une voix macabre, il lança alors qu'elle était occupée :

" Mais vous aussi, vous m'avez manqué, Miss Black. "

Juste après ces mots il fit craquer ses doigt, ce qui se répercuta dans la salle. Il tapota ensuite son cigare vers le cendrier, puis vida la moitié de son vers de whisky. Après tout, il se fichait d'être saoul, ça lui ferait une belle jambe. Les affaires pourrait attendre un peu. Le lendemain, au moins. Mais devait il faire confiance à la femme fatale ? De toute façon, si il lui révèlerait même la moitié de ses plans, à qui irait elle le vendre ? Au Joker ? Au GCPD ? A Batman ? Black Mask ricana intérieurement. Jamais elle n'oserait faire une chose pareille. Dans le premier cas, on la retrouverai le lendemain, un atroce sourire sur le visage. Et dans les deux derniers cas, on la retrouverai derrière les barreaux. Black Mask est sa seule issue de secours si tout se passe mal, et elle est sa dernière issue de secours si tout part à la catastrophe. Elle, pourrait compter sur la Black Tower si elle voudrait se cacher. Lui, sur le My Alibi. Du moins, c'est ce qu'il espérait. Il ne lui demanderait pas son avis, de toute façon.

" Nous sommes liés, maintenant, Stella. J'espère que vous en avez conscience. Nous devons nous faire confiance. "

Normalement, il n'avait aucune raison de se méfier de la femme en face d'elle. Sauf quand on est constamment angoissé. Paranoïaque. C'est le mot même qui défini Black Mask. C'est ce que disaient ses médecins lorsqu'il prenait des consultation. Mais Roman s'en fichait. Cette paranoïa l'avait sauvé plus d'une fois. Elle aurait même put le sauver face au Joker, mais celui-ci, malgré qu'il fut surpris sur le coup, avait pris le dessus au combat au corps à corps. Il s'en souvenait comme si s'était hier. Black Mask à toujours un coup d'avance. Mais cela ne suffisait pas toujours.

" Puis je vous faire confiance ... Miss Black ? "

Avec ses deux phrases touchantes et la question à laquelle elle ne pouvait pas mentir, Roman était sûr et certain d'avoir fait sensation face à la jeune femme. Il la sondait, la fixait. La moindre chose prouvant le contraire la trahirait, et Roman serait à jamais fixé. Dans le cas contraire, Roman serait toujours aussi méfiant, mais lui ferait tout de même confiance. Il en serait obligé. Il avait bien peu d'alliés en ce moment, mais il avait des alliés en qui il avait confiance, du moins, pour le moment. Quand il aurait récupérer la banque légalement et qu'il aurait récupéré son aciérie, il ferait mettre à mort le Joker, Batman, Red Hood, Robin et tout les abrutis gênants. Et il serait le maître incontesté de la pègre, mais aussi celui de Gotham ! Bon nombre se plieront à genoux devant lui, tandis que les restants seront abattus et torturés sous ses yeux tandis qu'ils prononceront le nom de Black Mask ! Sauf le Joker. Lui, il serait battu puis liquidé directement. Il ne faut pas prendre de risque avec des cinglés comme lui.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: Re: Reprise des affaires [ Stella M. Black ]   Mar 15 Juil - 15:02

Stella rangea les deux dernières mallettes d'armes dans sa planque, tandis que le criminel sadique lui répondait. Lui avait-elle vraiment manqué comme il le prétendais ?
Sa phrase arracha un frisson indescriptible à la femme-fatale, qui n'en laissa toutefois rien transparaître. Après tout, il pouvait très bien dire ça sans réellement le penser, juste pour s'attirer ses bonnes grâces. Mieux valait ne pas relever cette phrase finalement. Au moment où il craqua ses doigts, elle remit le tapis en place et revins vers lui, reprenant place contre son bureau, le bassin adossé contre le rebord en bois. Calmement, elle termina son verre, ne le quittant pas des yeux tandis qu'il parlait encore, cigare à la main. Tiens, en y regardant d'un peu plus près, ça devait être un bon vu la bague.

" Nous sommes liés, maintenant, Stella. J'espère que vous en avez conscience. Nous devons nous faire confiance. Puis je vous faire confiance ... Miss Black ? "

Oh ça oui ils étaient liés, bien plus qu'il n'y paraissait.
Dans un premier temps, à cette question, le visage de la brune incendiaire sembla pris d'une expression de surprise, puis de déception. C'était clairement visible, et cela ne devait pas échapper au regard de l'homme au masque. Haussant un sourcil, elle était en effet étonné d'une telle question et de telles paroles. Toutefois, elle sembla pincer les lèvres et baisser les yeux, le regard visiblement vexé, quittant le regard sombre de Roman. Après une collaboration couronnée de succès il n'avait pas confiance en elle ? Dommage...
M'enfin, suite à une réflexion d'à peine quelques secondes, la femme-fatale laissa un faible sourire étirer ses lèvres. Il était sans nul doute paranoïaque suite à toutes ses précédentes affaires et les derniers événements, donc finalement, cette question était tout à fait compréhensible. La confiance, ça se méritait après tout non ?
Sans un bruit, la sombre étoile plongea à nouveau ses yeux émeraudes dans ceux de Sionis, et se pencha sur lui.  Puis, une fois le visage au niveau de celui du criminel sadique, elle le tira un peu par sa cravate blanche, sans pour autant se montrer brutale. Elle retint d'ailleurs la furieuse envie de s'asseoir sur ses genoux. Plus elle se rapprochait de lui, plus elle sentait la chaleur étouffer. Encore un peu de patience...

" Oui... Et vous... ? Es-ce que je peux vous faire confiance...? Mister Black...? "

La question était tout aussi directe que celle posée par son interlocuteur, alors que la voix de l'américano-italienne était suave, rauque et sensuelle à la fois, entretenant ainsi le jeu de séduction qui s'était installé. Malgré l'accoutrement et les allures rock'n roll qu'elle affichait en permanence, c'était une femme qui savait y faire pour séduire, et le charme sauvage qu'elle possédait était un atout non négligeable. Elle savait très bien comment allais se terminer cette soirée, et elle y comptais bien.
Continuant sur sa lancée, Stella se pencha encore et rapprocha ses lèvres pulpeuses près de l'oreille du Black Mask, sans lâcher son emprise sur la cravate immaculée. Son autre main elle, préféra se poser sur le bras du tortionnaire, caressant le tissu pour remonter jusqu'à la nuque de Roman. Après ces mois de silence, elle ressentait presque le besoin de le toucher, de l'effleurer, rien qu'un instant. Mais si il ne répondait pas à ses avances, elle n'allait surement pas aller plus loin.

" Comment ne pas faire confiance à un homme aussi charmant que vous... ? " murmura la gérante du My Alibi de sa voix la plus sexy sans la moindre ironie et un sourire carnassier au coin des lèvres. " Je vous suivrai quoique vous fassiez... Et entre nous, pour être sincère, je n'ai pas très envie de finir dans votre salle de torture... je préfère les lits aux draps de soie ou les bureaux étroits pour finir une soirée avec vous...  "

Le plus déstabilisant, c'est qu'elle était on ne peux plus sincère malgré ce numéro de charme.
Non seulement elle espérait détendre l'homme en face d'elle, mais aussi lui faire  comprendre qu'il pouvait avoir pleinement confiance en elle. En cas de coup dur, il pouvait aussi bien trouver refuge au My Alibi, mais aussi chez elle, ou encore, vraiment en dernier recours, chez cette raclure de Spaulding, dans sa station essence.
De plus, n'importe quel esprit  averti pouvait comprendre que la femme-fatale faisait subtilement savoir que le mercure grimpait dans la pièce, et que son charme macabre était bien loin de lui déplaire.
Bien sûr, elle continuerai comme d'habitude ses diverses manigances comme le détournement d'argent, ses diverses corruptions, mais jamais elle ne lierai Black Mask à toutes ses affaires. Lui aussi ferai certainement de même pour elle; montrer leurs liens seraient fatal à tous les deux de toute façon.
Soudain, alors que l'américano-italienne se détachait de Roman en plantant un regard charmeur dans les yeux du criminel, le téléphone dans la poche de sa veste vibra. En regardant l'identité de l'appel entrant, elle afficha un sourire étrange en voyant le nom d'Otto s'afficher. Un sourire à la fois satisfait et mauvais, que Sionis n'avais jamais vu. Elle se doutait très bien du pourquoi de son appel.

" Moui...? "
" Daryll est dans la poubelle patronne. "
" Parfait ! " ricana joyeusement la brune incendiaire avec son sourire malsain en s'adossant à nouveau contre son bureau. " Prépare-le moi, je compte bien faire des folies de son corps à l'aube... "
" A vos ordres. "


Elle ricana à nouveau en raccrochant. Un petit éclat de rire qui ne disait vraiment rien qui vaille pour le jeune Daryll... Son projet ? Exécuter le même châtiment que pour Marvin. C'était une facette inconnue de la femme-fatale qui se dévoilait sous les yeux du criminel sadique. Le côté rancunier de Stella qui avait une façon bien à elle de rendre sa justice...
Tout à coup, alors qu'elle s'apprêtait à s'asseoir sur le bureau, son téléphone sonna à nouveau. Sa prise de la communication était immédiate. Otto rappelait, et en général, pour appeler deux fois de suite... c'est qu'il y avait un problème...

" Il a disparu. " déclara Otto de sa voix monocorde.
" QUOI ??! "

Le hurlement de Stella résonna dans toute la pièce et même dans le couloir alors que son poing rencontra avec violence le bureau. Le coup fût si lourd et vif que le verre de la sombre étoile décolla un moment et se renversa sur quelques feuilles de papier. Son regard de vipère déchirai la pénombre, brillant d'une lumière mauvaise. Sourcils froncés et la mâchoire crispée, on voyait clairement qu'il valait mieux ne pas la chercher. Le masque de femme rock'n roll et roublarde tombait devant Sionis, pour dévoiler un visage bien différent, au regard flamboyant d'une haine indescriptible. Vu ses penchants pour la torture, ça ne pouvait que lui plaire. Ivre de colère, elle poursuivit comme si il n'était pas là, sortant nerveusement son zippo de son décolleté.

" COMMENT CA IL A DISPARU ?! "

Tandis qu'Otto semblait se justifier, sa main serrait avec force le téléphone.
Soit disant qu'il avait pris une pause dans sa préparation pour effectuer différents besoins, que sa vessie ne pouvait plus contenir. Ce laps de temps avaot suffit pour le sbire de l'homme au masque pour agir, mais ça, Otto et Stella l'ignoraient.
Le visage sévère, elle jouait avec son briquet fétiche, l'ouvrant et le fermant frénétiquement, sous l'emprise de la fureur. Frustrée de ne pas pouvoir assouvir la pulsion malsaine d'immoler le jeune Daryll, c'était là le seul moyen dont elle disposait pour un temps soit peu se calmer. Mais en vain.

" J'EN AI RIEN A FOUTRE DE TON ENVIE DE PISSER ! RETROUVE-MOI CE PETIT FILS DE PUTE QUE JE LUI CRAME SA GUEULE DE PERVERS DU DIMANCHE ! JE VAIS LUI ARRACHER LES DENTS UNE PART UNE DE MES PROPRES MAINS SANS ANESTHÉSIE, LUI BRISER LES CÔTES, TONDRE SA TIGNASSE DE JEUNE PREMIER, ET LUI COUPER SES PUTAIN DE MAINS BALADEUSES AVANT DE LES ENVOYER A SES PARENTS ! MAGNE-TOI ! EXÉCUTION !! "

Putain mais où es-ce que ce ce petit crétin pouvait être ? Vu son état il devait pas être bien loin merde !
Furieuse, elle raccrocha. Puis, elle rangea fébrilement son téléphone dans la poche de son perfecto, si bien qu'il glissa un peu sur son bras, dévoilant un peu son épaule et accessoirement les bretelle de son débardeur et de son soutien-gorge. Ce qui était drôle à relever, c'était à nouveau sa tignasse brune en pétard.
Il fallait qu'elle se calme, et vite. A défaut de pouvoir passer ses nerfs sur quelque chose, la gérante du My Alibi poussa un grognement de frustration et se servit un nouveau verre de whisky, qu'elle vida d'une traite. Mais ça ne suffisait pas. Agacée par cette mauvaise nouvelle et par le perfecto qui maintenant la gênait pour se resservir, l'américano-italienne enleva sa veste en cuir dans un nouveau grognement et la jeta par terre, comme une vulgaire chaussette. Puis, elle se resservit un verre qui eu à peine 3 secondes d'existence. La chaleur remonta encore d'un cran à cause de la boisson, mais aussi à cause du regard de Sionis, planté sur elle.
Dans un râle satisfait empestant l'alcool, la maîtresse des lieux claqua son verre sur le bureau comme si elle était au comptoir.
La tête commençait un peu à tourner pour la brune incendiaire, qui repris place sur le bureau, ses jambes infinies élégamment croisées. La colère s'était dissipée certes, mais avait fait monter tout l'alcool qu'elle avait ingurgité durant la soirée. Il fallait dire qu'avant l'arrivée du criminel, la bière avait coulé à flot. Et même si Miss Black avait une bonne descente, elle arrivait à ses limites. Encore 2 verres de whisky cul sec, et elle ne se donnait plus beaucoup de temps avant de sombrer dans un profond sommeil.
Plutôt que de finir la soirée ivre morte et pour ne pas fausser compagnie à Roman, elle préféra s'allumer une... Eh merde...
En tâtant la poche de son short, elle constata bien vite qu'elle n'avait plus de quoi fumer. La flemme de se relever pour aller chercher le nouveau paquet dans la poche de sa veste en cuir. Et déjà qu'elle avait mal à la tête, mieux valait éviter de trop bouger. Et puis même en débardeur finalement, elle crevait de chaud maintenant...
Es-ce que ce nouvel excès de rage allait provoquer le désagrément de Sionis, ou au contraire être un nouveau sujet de conversation ? Après tout, la femme-fatale avait totalement montré ses sombres intentions à l'égard du jeune Daryll, et elle n'était pas des plus douces dans la manière de faire. Ça devait certainement plaire à l'homme au masque de voir une femme avec un esprit aussi cruel... du moins quand l'occasion se présentait.
Le jeu allait reprendre sur les chapeaux de roues, qui-sait ?

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: Reprise des affaires [ Stella M. Black ]   Lun 21 Juil - 16:26

Le Black Mask ne regretta pas ses paroles malgré le regard vexé de son interlocutrice. Il l'avait certainement blessée, mais pourtant, il lui faisait une faveur, car il permettait à la jolie brune de dire clairement ce qu'elle pensait de lui, et ainsi voir à travers ses paroles si elle mentait ou non. Car le monde de la pègre est bien mystérieux. On ne laisse personne dire ce qu'il pense de tel ou tel autre personne. Si on ne le sent pas, on le bute. C'est aussi simple que cela. En posant cette question, il permettait à Stella de faire marche arrière. Chose qu'elle n'avait aucunement intention de faire.

" Oui... Et vous... ? Es-ce que je peux vous faire confiance...? Mister Black...? "

La question était aussi directe que celle posée par Black Mask. Cette femme était aussi méfiante qu'intelligente que séductrice. Elle était décidemment la seule et unique femme qui convenait à Black Mask. Mais à cette pensée, Roman plissa des yeux. Il paraissait réfléchir, ce qui était vrai. Une partie de lui voulait remplacer Circé par Stella, et une autre partie, celui du business et des affaires, lui disait qu'elle serait un poids si il se rapprochait trop d'elle. Qu'est ce qui se passerait si tout se passait comme prévu ? Peut être que si Roman arrivait à reprendre l'aciérie au Joker, celui-ci attaquerait la femme fatale ? Et ce n'est pas le gang de bikers merdiques qui la protègerait. A moins qu'il ne la loge à la Black Tower. Black Mask sembla apprécier de plus en plus cette idée, mais rien ne disait que Stella accepterait. Il s'apprêta à répondre à sa question lorsque sa voix sensuelle le coupa.

" Comment ne pas faire confiance à un homme aussi charmant que vous... ? Je vous suivrai quoique vous fassiez... Et entre nous, pour être sincère, je n'ai pas très envie de finir dans votre salle de torture... je préfère les lits aux draps de soie ou les bureaux étroits pour finir une soirée avec vous... "

Décidemment, elle était très intelligente. Et pas dupe du tout. Elle savait ce qui l'attendait si Roman était déçu d'elle. En tout cas, elle n'imaginait pas du tout ce qui se passerait en cas de trahison. Là, on rajouterai des instruments à la salle de torture. Beaucoup de matériel.

Elle lui prit la cravate légèrement et lui toucha le bras. Le Black Mask se laissa faire et, avec le bras que la brune incendiaire ne touchait pas, il lui caressa le long du bras, pensif, les yeux avides. Soudain, son téléphone sonna. Dans un premier temps, elle ricana. Elle avait l'air d'être fier d'elle, et Roman savait de quoi il en retournait. Daryll était dehors, au frais. Il pesta dans sa tête, croyant que son sbire avait faillit à sa tâche. Puis, alors que la femme fatale se rapprochais de lui, le téléphone sonna une deuxième fois. Sauf que cette fois-ci, Stella n'était pas contente du tout. Roman en ricanerait presque, mais l'étonnement l'emporta. Il n'aurait jamais cru que Stella dévoilerait une autre facette de sa personnalité qui ressemblerait tant au parrain de la pègre.

" J'EN AI RIEN A FOUTRE DE TON ENVIE DE PISSER ! RETROUVE-MOI CE PETIT FILS DE PUTE QUE JE LUI CRAME SA GUEULE DE PERVERS DU DIMANCHE ! JE VAIS LUI ARRACHER LES DENTS UNE PART UNE DE MES PROPRES MAINS SANS ANESTHÉSIE, LUI BRISER LES CÔTES, TONDRE SA TIGNASSE DE JEUNE PREMIER, ET LUI COUPER SES PUTAIN DE MAINS BALADEUSES AVANT DE LES ENVOYER A SES PARENTS ! MAGNE-TOI ! EXÉCUTION !! "

Et ce trait de caractère ne fit que conforter Black Mask dans sa décision. La femme fatale poussa un grognement de frustration. Ce qui signifiait que son sbire avait finalement réussit. Si tout se passait comme prévu, Black Mask lui apporterait le lendemain le petit Daryll sur un plateau, en lui disant que ses hommes l'avait retrouvé tout bourré dans les rues. Et si Daryll disait le contraire, il le ferait passer pour un malade mental. De toute façon, est-ce que Stella le contredirait ? Voyant qu'elle cherchait quelque chose après avoir bu cul sec deux verres d'alcools, Roman lui tendit une cigarette, n'ayant plus de cigare. Si elle ressemblait vraiment au chef de gang, alors c'est ce qu'elle cherchait.

Attendant quelques secondes que la femme se soit calmer, il prit enfin la parole :

" Miss Black, je suis certainement l'homme de la ville à qui l'on peut faire le plus confiance. Plus qu'au Pingouin, qui fait toujours des coups fourrés, qu'au nouveau commissaire de la ville, qui à trahi son partenaire, qu'au maire, qui préfère certainement traîner dans ce bar incognito plutôt que de s'occuper de cette ville. Alors, oui, Stella, je pense que vous pouvez me faire confiance. "

Il parti d'un petit rire pour détendre un peu plus l'atmosphère, puis fit mine de regarder sa montre quelques secondes. Son plan devait marcher. Il voulait Stella ce soir. Mais d'abord, lui en mettre plein la vue.

" Mais vous m'avez l'air un peu stressé et énervée. Que diriez vous de diner en ma compagnie à la Black Tower. Il me semble que je vous ai rendu visite chez vous, et aujourd'hui ici, mais je ne vous ai jamais invitée. Et puis, après, il a des lits aux draps de soie, que vous seriez la première à tester. A moins que tu souhaite être accompagné de ce lit ? De plus, l'accès à la Black Tower vous est autorisée. Je m'arrangerai pour que vous soyez une VIP. "

Il fixa un temps les yeux émeraude de la femme fatale, avant de s'approcher d'elle et de lui lancer d'une voix macabre :

" Quand dites vous, Stella ? "

Attendant patiemment la réponse de la merveilleuse femme assise juste devant lui, il se douta qu'elle répondrait par la positive. Elle n'avait qu'à fermer son bar et, si elle voulait être vraiment en compagnie de Roman, alors elle n'hésiterai pas une seconde. Dans le cas contraire, elle vexerait extrêmement Sionis ...



_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Stella M. Black

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 02/09/2012
Nombre de Messages : 173
Vous à Gotham : Gérante du My Alibi Bar ~ Femme-fatale corrompue

MessageSujet: Re: Reprise des affaires [ Stella M. Black ]   Mer 30 Juil - 0:26

A croire qu'il avait lu dans ses pensées; enfin en même temps, vu l'attitude de la femme-fatale, ce n'était pas bien difficile. Sans perdre un instant, presque comme si on lui tendait un verre d'eau en plein désert, elle prit la cigarette que lui offrait Roman et la porta à ses lèvres. Puis, elle sorti comme d'habitude le zippo de son décolleté et alluma sa clope. Dans une profonde aspiration de nicotine, elle repris son calme, et souffla bruyamment une épaisse fumée en l'air, penchée en arrière. Putain ça détendait...
Attendant quelques secondes, l'homme au masque enchaîna afin de répondre à la question de son interlocutrice. Durant tout son discours, la brune aux yeux de vipère ne le quitta pas du regard.

" Miss Black, je suis certainement l'homme de la ville à qui l'on peut faire le plus confiance. Plus qu'au Pingouin, qui fait toujours des coups fourrés, qu'au nouveau commissaire de la ville, qui à trahi son partenaire, qu'au maire, qui préfère certainement traîner dans ce bar incognito plutôt que de s'occuper de cette ville. Alors, oui, Stella, je pense que vous pouvez me faire confiance. "

C'était de bonnes comparaisons. L'idée de savoir éventuellement le maire en incognito en ces lieux lui arracha un sourire en coin alors que l'homme au masque laissa échapper un léger rire.
Stella n'avait jamais aimé les oiseaux, surtout les poules et les poulets. C'était limite phobique. Poulets, pingouins ou n'importe quel volatile, elle préférait les voir morts que vivant. Et ces synonymes faisaient aussi bien allusions aux policiers un peu trop curieux qu'à Oswald Cobblepott, qui effectivement, d'après ses informateurs, semblait être un maître dans l'art de la trahison. Cet homme au physique horrible ne lui inspirait que dégoût et méfiance. Un jugement bien superficiel et pourtant peut-être pas plus mal. Elle avait bien plus confiance en Roman qu'en ces maudits freaks qui courent dans les rues de Gotham. Etrange attitude n'es-ce pas ?

" Mais vous m'avez l'air un peu stressé et énervée. " reprit-il de sa voix ténébreuse. " Que diriez vous de dîner en ma compagnie à la Black Tower ? Il me semble que je vous ai rendu visite chez vous, et aujourd'hui ici, mais je ne vous ai jamais invitée. Et puis, après, il a des lits aux draps de soie, que vous seriez la première à tester. A moins que tu souhaite être accompagné de ce lit ? De plus, l'accès à la Black Tower vous est autorisée. Je m'arrangerai pour que vous soyez une VIP. Qu'en dites vous, Stella ? "

A ces mots, la chaleur grimpa en flèche. Alors qu'il se rapprochait d'elle, Stella haussa les sourcils, prenant un air complètement étonné. Chose rare chez elle. Ses yeux émeraudes se perdirent dans ceux de Roman, comme si elle n'en croyait pas ses oreilles. Et c'était le cas. Une invitation à dîner ? Avec allusions des plus équivoques en prime ? Il avait véritablement pris la jeune femme aux mots. Non vraiment, elle ne s'y attendait pas. Si ça faisait parti du jeu dans le seul but de la surprendre, c'était très réussi. Et ça rendait le climat encore plus fiévreux qu'il ne l'est...
Qu'un homme de sa condition lui fasse une telle proposition, c'était une première. Pourtant elle avait déjà eu des invitations à dîner, mais plutôt du style 'j'te file rencart dans un fast-food pour baiser ensuite dans les chiottes'. Et évidemment, tout ces minables fauchés qui l'avaient abordés dans cette intention, elle leur avait gentiment matraqué la gueule à coup de bouteille cassée.
Cette fois, la sombre étoile s’étouffa de surprise avec la vapeur de nicotine flottant dans sa gorge, et toussa longuement, quittant le regard du criminel malgré elle. Elle s'était penchée en avant et serrait sa cigarette fumante de manière crispée entre ses doigts. A son tour d'être désarmée face à de simples mots.
La quinte de toux une fois passée, elle eu du mal à trouver sa réponse, mais se contenta de ricaner malgré elle, tirant encore un peu sur sa cigarette.

" La vache ! On peux dire que vous êtes surprenant ce soir ! " lâcha t-elle spontanément dans un rire nerveux, plantant un instant ses yeux dans ceux de Sionis mais les fuyant aussitôt. " Pour une fois que c'est pas un looser qui m'invite pour bouffer un cassoulet dans sa caravane. "

En se rappelant de cette anecdote, l'américano-italienne continua de rire un peu, essayant de reprendre son calme quand même. Es-ce que cette invitation l'avait encore plus stressé ou au contraire l'avait-elle détendue. Difficile à dire; un peu les deux en fait. Cette demande lui faisait énormément plaisir en tout cas. Elle en avait pas eu spécialement plein la vue, mais elle était conquise. Elle aurait presque pû rougir si elle ne se maîtrisait pas. Un moment, elle hésita presque à lui demander si il blaguait, mais après quelques secondes de réflexion, elle se doutait bien que le tortionnaire sadique n'était pas un plaisantin, peu importe les circonstances. Une invitation au QG du masque, ce n'était pas donné à tout le monde, mais allait-elle ressortir indemne de cette soirée ? La gérante du My Alibi n'était pas sans se douter qu'un certain nombre de femmes était venu dans les appartement de l'homme au masque avant elle , mais qu'aucune n'étaient sorties. Mais Stella était une collaboratrice de choix, et il n'allait pas se débarrasser d'elle. Du moins pas avant un petit moment qui sais ? C'était un risque qu'elle était prête à prendre.
Et de façon inattendue, elle s'était prise d'affection pour lui, et après ne pas l'avoir vu depuis aussi longtemps, elle cachait ô combien elle était ravie de le voir. Et puis, les images de leurs premières négociations n'étaient pas sans perturber ses pensées...
Mais peut être que Sionis était du genre à se lasser ? C'était le brouillard complet dans sa tête l'espace de quelques secondes... et la chaleur n'arrangeai rien... la voilà partie dans une relation des plus complexes...
Oh et puis merde, au diable toutes ces interrogations ! C'était juste une soirée ! Putain qu'es-ce qu'il faisait chaud...
Se raclant la gorge, elle se décida à répondre par l'affirmatif. De toute façon, il ne voyait aucune raison de refuser, elle n'en avait pas envie. Et même si accepter ce rendez-vous laissait entendre qu'elle changeait de camp, tant pis, ce soir c'était le cadet de ses soucis. La jeune femme écrasa son mégot dans le cendrier et se redressa en décroisant ses jambes. Elle chercha le regard de Roman pour enfin lui répondre. Ses yeux verts brillaient d'une étrange lueur, tels des braises à peine allumées. Ce n'était pas un regard ardent de colère cette fois, mais bien un regard rempli d'un désir à peine dissimulé.

" Ça serai avec plaisir. "

Accompagné d'un ton rauque aussi chaleureux que son regard, un sourire. Un vrai. Rare.
L'expression de mépris sur les lèvres de la femme-fatale avait disparu pour cette seule minute sous les yeux du tortionnaire. Un sourire sincère, avec une certaine douceur, insoupçonnée chez la sombre étoile. Toujours avec ce même timbre de voix et son expression faciale ayant du mal à changer, elle détourna le regard et reprit la parole.

" Bon eh bien... je vois pas ce qu'on pourrai faire d'autre ici... A moins que vous ayez autre chose à dire... "

Le dévorant à nouveau du regard, elle laissa un petit ricanement s'échapper de ses lèvres. Son sourire eu beaucoup de mal à disparaître, mais lorsqu'elle reposa les pieds au sol, à quelques pas de Roman, il s’effaça bien vite. Taux d'alcool élevé additionné avec les effets de la gravité, ça faisait un peu tourner la tête. Si elle ne s'était pas appuyée contre le bureau, il y avait de fortes chances pour qu'elle lui tombe dessus. Stella fronça les sourcils en fermant les yeux, et passa une main dans ses cheveux en grognant, semblant se masser le crâne. Bon, eh bien il allait falloir éviter les gestes brusques maintenant. Déjà que la gueule de bois demain matin s'annonçait terrible... Pas question de faiblir, la soirée s'annonçait des plus agréables.
Pourtant, elle repris son air habituel comme si rien n'était et alla ramasser sa veste en cuir. Elle n'avait pas chaud, mais il y avait toute ses affaires dedans, et puis peut être qu'il faisait frisquet dehors, qui sait ?
Reprenant du poil de la bête, la femme-fatale passa à côté du tortionnaire en roulant des hanches, prenant la direction de la sortie. En marchant, elle ne pu résister à l'envie de le regarder du coin de l'oeil, le regard plein d'envie.

" N'oubliez pas votre fric avant de partir... Ça serai dommage... " dit-elle une dernière fois de sa voix chaude.

Dernière fois car elle allait ouvrir la porte, et pas question de se montrer enjôleuse devant les sbires de l'homme au masque.
Tournant la poignée, elle prit le soin cette fois de ne pas ouvrir la porte comme une brute, et la laissa ouverte, laissant tout le loisir aux gardes du corps d'entrer pour récupérer l'argent. Une fois leur affaire terminer, elle ferma la porte derrière Sionis, et reprit à nouveau les devants, le reconduisant dans la salle principale du "My Alibi". D'ailleurs, en passant dans le couloir, elle regarda rapidement les portes entrouvertes des showrooms et constata bien vite que toutes les filles étaient parties, comme elle avait demandé.
Une fois arrivé dans la grande salle, tout était comme d'habitude: crasseux et mal-odorant, mais la clientèle en moins. Et puis le juke-box arrêté, ça faisait drôle. Toutefois, Stella remarqua son vigile au bar, toujours l'air impassible qu'on lui connaissait. De suite, sa patronne vint vers lui, reprenant sa voix cassée et autoritaire.

" Tu l'a trouvé ? "
" Négatif. "
répondit Otto dans son accent.
" Putain de merde ! " grogna la brune en donnant violemment de façon complètement impulsive un coup de pied dans le socle massif du comptoir.

L'américano-italienne serra les poings et soupira, reprenant son calme en sentant l'alcool monter à nouveau. Et puis assez de stress pour ce soir, elle avait d'autres choses à faire après tout. Alors qu'elle ré-adoptait un comportement plus calme, le colosse fixa froidement Black Mask. A vrai dire, il n'était pas du tout au courant de cette histoire entre son employeur et le criminel, et se méfiait beaucoup. Elle lui cachait des choses, et ça ne lui plaisait pas du tout... La maîtresse des lieux sollicitait tellement peu d'homme que cela lui paru de suite suspect. Mais bien évidemment, Otto resta froid, et détourna le regard en voyant sa patronne se ressaisir. Après tout, si elle parlait aussi librement de ses combines devant Sionis, c'était sûrement parce qu'elle lui faisait confiance. Et c'était vrai.

" Bon... en attendant, va me revendre son carrosse dès demain, ma bécane me suffit quand elle est pas au garage. " repris t-elle en sortant les clefs de son décolleté. " Comme d'hab', tires-en le meilleur prix. Le plus haut ça va sans dire. "
" A vos ordres. " répondit le colosse en rattrapant le trousseau que venait de lui lancer sa patronne. " Ça sera fait demain pour midi. "
" Parfait. Je te laisse fermer le bar. " continua la femme fatale avec un sourire satisfait. " Et continue de chercher ce petit fils de pute quand même. Je me ferai une joie de lui décalquer la gueule en rentrant demain. "

L'ancien soldat hocha la tête par l'affirmative, et laissa la sombre étoile quitter les lieux, accompagnée des sbires du Black Mask, et le criminel en personne.
Une fois dehors, il était facile de deviner que les rues étaient désertée suite à la venue du criminel. Pas un bruit de pas, pas un cri, pas même un chat. Seul le vent soufflait sur les gouttières et faisait voler des papiers journaux à ras du sol. Un orage allait-il pointer le bout de son nez ? Sans doute... d'autant qu'il faisait aussi chaud à l'intérieur du bar dans les rues...
La femme-fatale plongea ses yeux verts dans ceux de Roman, prête à le suivre. C'était à son tour de la guider maintenant, et elle lui faisait pleinement confiance. C'était une soirée des plus improbable, avec certaines conséquences, et Stella ne les redoutait absolument pas...

_________________________________

-
She's like cocaine, heroine,
Alcohol, and vicodine.

Your Addiction.
-
--------------------


Présentation de Stella ~ Personnel du My Alibi, PNJs ~ Fiche RP et Relations

Avatar draw by Nicolas Jamonneau [his site here]

-
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t4477-stella-m-black#62877 http://lennekazama.tumblr.com/
Doubly

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 08/05/2014
Nombre de Messages : 266
Vous à Gotham : Ancien joueur.

MessageSujet: Re: Reprise des affaires [ Stella M. Black ]   Ven 15 Aoû - 15:31

Le Black Mask l'avait surprise et touchée. Il le savait. Il dominait la conversation. Tout allait selon sa volonté, personne ne le faisait chier. Pour une fois. Black Mask profita de l'instant. C'était devenu rare, ces temps-ci, que personne ne le fasse chier. Ses sbires se tenaient tranquille, aucun gang n'avaient eu le culot de l'attaquer dans le bar le plus fréquenté et le plus malfamé de la ville. Il avait une conversation normale sans être inquiété. Alors il fallait bien que la soirée se termine en beauté. Il plongea son regard dans celui de Stella, mais, s'il paraissait se concentrer pour soutenir le regard d'émeraude de la jeune femme, il n'en était rien. Son esprit était ailleurs, comme souvent, lorsqu'il pensait. Il ne sembla revenir à la réalité que lorsque la femme fatale toussota de plus belle. Tirant un peu sur la cigarette, elle ricana, souvent une bonne façon de cacher son malaise. Façon si courante d'ailleurs que tout le monde le savait, surtout le Black Mask. D'ailleurs, pour lui, le business, c'est comme une partie de poker, il faut savoir analyser la personne en face de vous et mettre le paquet quand c'est le bon moment. C'est ce qu'il était en train de faire d'ailleurs en ce moment même, et tout avait fonctionné. Stella était belle et bien étonnée, et tout se passait comme Black Mask l'avait prévu, pour le moment.

" La vache ! On peux dire que vous êtes surprenant ce soir ! Pour une fois que c'est pas un looser qui m'invite pour bouffer un cassoulet dans sa caravane. "

Cette phrase fit sourire le masque noir. Si son but était de repartir avec la gérante du My Alibi, alors il avait gagné.

" Ça serai avec plaisir. "

Puis, elle décocha un sourire. Sourire qui laissa le businessman planté et sans voix quelques instants. Il n'avait vu ce sourire que trop rarement dans sa vie. Même Circé, sa défunte femme, ne lui avait lancé ce regard et ce sourire qu'une seule fois, et c'était le jour de leurs rencontres. Jamais il n'avait vu ses propres parents sourire comme cela non plus. Seulement aux plus riches de Gotham. Les gens de classes inférieurs n'avaient droit qu'à des remarques et même des critiques, même si ils étaient sympathiques ou autre. Même les chef d'entreprise avec qui il parlait ses derniers temps lui faisaient des sourires médiocres et des poignées de mains formelles, même pas chaleureuses. On le craignaient. On lui souriait à cause de la peur qu'il faisait ressentir aux gens. Toujours des sourires de courtoisie. Tous des hypocrites de première classe. Les gens portent des masques pour cacher leurs vrais personnalités et pour cacher se qu'il pensent des autres. Roman Sionis aussi avait décidé d'imiter ses parents qu'il détestait pourtant. Il était devenu un vieil hypocrite, comme les autres. Sauf que lui, il montrait son masque au grand jour.

Alors lorsque Stella décocha ce sourire, il resta véritablement sous le choc, malgré qu'il n'en laissa rien paraître. Du moins, pas vraiment, même si la femme fatale avait dû percevoir le trouble de Black Mask. En y réfléchissant bien, c'est même le seul sourire sincère qu'on lui avait lancé de toute sa vie. Le seul qui s'en rapprochait un peu, s'était celui de Bruce Wayne lorsqu'il avait voulu l'aider à sortir de la merde dans laquelle il était lorsque Janus Cosmetic avait connu un scandale. Et ce jour là, Roman avait cru qu'il se foutait de sa gueule.

" Bon eh bien... je vois pas ce qu'on pourrai faire d'autre ici... A moins que vous ayez autre chose à dire... "

Toujours ce sourire au coin des lèvres. Si Black Mask avait des doutes quand à la laisser en vie ce soir, la réponse était désormais claire : il la laisserait vivre, rien que pour revoir ce sourire si chaleureux. Il repris bien vite ses esprits, lorsque ce sourire disparu. Elle avait des pertes d'équilibre, surement dû à des bouteilles en trop. L'expression du visage de Stella quelques instants plus tôt toujours dans la tête de Roman, il ne chercha même pas à l'aider. On ne peut pas dire que c'était une habitude chez Roman de se laisser aller, mais là s'était presque plus fort que lui.

" N'oubliez pas votre fric avant de partir... Ça serai dommage... "

Elle ouvrit la porte calmement, et Roman ne put s'empêcher que cette fois ci, aucun de ses sbires n'avaient fait l'erreur de se mettre devant la porte. Ils se mirent en ligne et, sans attendre d'ordre, ils rentrèrent prendre les valises. Ils savaient ce qu'ils avaient à faire. Puis, ils partirent vers la salle principale du My Alibi, et y croisèrent Otto. Pendant leur petit dialogue, les sous fifres du masque noir échangèrent un regard éloquent, qu'Otto et Stella ne parurent pas remarquer. Roman, de son côté, toisa Otto. L'allemand parut ne pas l'apprécier, mais sa, il n'en avait rien à faire. Ce qui le dérangeait chez le colosse, c'est qu'il le regardait froidement, alors que les personnes qui le regardaient comme ça, il les faisaient exécuter, peu importe qu'il soit riche ou pas. Comme ça, pas de jaloux.

Mais Otto sembla abandonner la partie de regard avant d'affirmer que le jeune Daryll était introuvable. Roman livrerait le jeune garçon à Stella sur un plateau en lui disant que ses hommes l'avaient retrouvés. Avec un peu de chance, le colosse se prendrait un sacré savon pour incompétence ou se ferait virer. Ils se rendirent dehors, à l'air libre. Sionis inspira un grand coup. Cette ville lui appartenait. Et il le prouverait dans les semaines qui viennent. Il tourna la tête vers son invitée, lui souris avant de partir vers la limousine. L'un de ses sbires plaça les valises pleine d'argent dans le coffre tandis qu'un autre ouvrit les portières afin de laisser passer Stella et Roman. Puis, lorsque tout le monde fut à bord, la limousine roula dans la nuit, direction la Black Tower.


[ HRP : Pour moi le rp est terminé ! Tu peux conclure si tu veux. En gros, pour Roman et Stella, la soirée est loin d'être terminée ... ]

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Reprise des affaires [ Stella M. Black ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Reprise des affaires [ Stella M. Black ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un Bernier nommé ministre des affaires étrangères
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» Le chargé d’Affaires haïtien à la Jamaïque rappelé pour consultation
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Park Row :: My Alibi Bar-