RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Turrania (PV Spark)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Turrania (PV Spark)   Mer 25 Juin - 19:53

L’Eglise Last Hope.

Quel nom affligeant.

Le bâtiment en lui-même était triste à en pleurer, les gargouilles effritées par les pluies acides et le temps ne garderaient plus rien, les fresques étaient noircies par la pollution, les murs recouverts de tags et les restes éclatés de vitraux jadis somptueux n’était plus visibles désormais. Depuis que l’endroit était devenu la nouvelle prison de Gotham toutes les sorties possibles avaient été barricadées et les membres des forces de l’ordre et de la milice populaire sillonnaient le secteur. Le moindre intrus aurait été trouvé et le moindre lascar essayant de s’échapper aurait été tué. Oui, tué. Dans ces temps troublés, le commissaire n’avait absolument aucune envie de voir ressortir les criminels que lui et les hommes qu’il dirigeait avaient envoyés derrière les barreaux. De plus même avant qu’il donne aux gardes l’autorisation de tirer à balles réelles sur les fuyards on lui avait rapporté plusieurs morts accidentelles. « Mon doigt a glissé » était l’excuse habituelle. Mais c’était ce qu’ils avaient de mieux pour le moment et il n’y avait pas encore eut d’évasion alors pour l’ex-criminel le bilan était positif.

Il montra sa plaque à un des gardes de l’entrée et celui-ci lui ouvrit. Plaque qui n’était toujours pas sortie de son plastique.

Une fois à l’intérieur, il vit qu’une bonne moitié de la chapelle était séparée de l’autre par un mur de parpaing construit à la va vite. Derrière celui-ci et dans les catacombes se trouvaient les cellules. Les détenus n’avaient pas le droit de sortir pour manger ou se promener et les conditions d’hygiènes étaient déplorables. On n’avait là que le pire de la société gothamite. Il n’avait pas besoin d’aller voir pour savoir que les hommes de Double Face étaient toujours là, tout comme pas mal de voleurs, de tueurs, de violeurs… et tous voulaient actuellement sa peau.

Nygma n’aimait vraiment pas cet endroit.
Cependant il n’avait pas le choix, d’après ce qu’il avait compris ils étaient en plein dans quelque chose dont il ne comprendrait la gravité que quelques minutes plus tard. Une femme aux cheveux blonds courts vint l’interpeller avec un regard dur. Visiblement la situation devait être grave.

« Bonsoir commissaire, c’est moi qui vous ai appelé.

Il fit un petit bruit avec sa bouche, agacé.

- Je l’avais compris, je n’ai pas le cerveau lent. Puis-je savoir pourquoi vous avez tenu à me déranger à une heure pareille ?

Elle fut un peu surprise par son ton acide mais ne répliqua pas. Elle se contenta de lui donner un papier. Une déposition apparemment. Il le prit en haussant un sourcil et commença à lire le document. Au fur et à mesure de la lecture son regard s’assombrit. Il se retourna vers l’officier de police, immédiatement plus sérieux.

- Il est en cellule depuis combien de temps ?

- Environ douze heures commissaire.


Donc il leur restait trente six heures avant d’être tenus de le libérer. Il avait tout son temps, enfin c’est ce qu’Edward croyait. Il se tapota le menton une seconde, les yeux vers la voute. Que faire donc ? Bon sang c’était partit pour devenir un sacré bazar si ce que disait l’homme était vrai. Nygma prit sa décision et se dirigea vers une table en métal placée en retrait.

- Sortez le de là et amenez le moi, je vais lui parler et ensuite on avisera.

Il ne se retourna pas mais le bruit de pas précipité qu’il entendit l’informa qu’elle était partie le chercher. Il se tira une chaise et s’assit en relisant le dossier du criminel et sa déposition. En liberté conditionnelle depuis peu, il avait tiré sa peine et s’était présenté à tous ses rendez vous avec sa juge d’application des peines jusqu’au début du No Man’s Land car la juge était morte. Il n’avait pas été réassigné depuis, mais il n’avait pas été pris pour quoi que ce soit non plus. Bon, il possédait probablement une arme à feu mais comme il vivait dans l’East End c’était plus de l’instinct de survie qu’une envie de violer les conditions de sa conditionnelle. Ce n’était certainement pas Nygma qui allait le tenir contre lui.
Il leva la tête au moment où deux officiers firent s’asseoir le deuxième ex-criminel. Le commissaire leur fit signe de partir et commença immédiatement l’interrogatoire.

- Bien, j’ai votre déposition entre les mains donc je ne pense pas avoir à vous rappeler les règles du jeu. Soyez clairs et concis et vous serez peut être dehors avant que le soleil ne soit levé.

Il fouilla dans les papiers pour retrouver la première page de son casier judiciaire.

- Vous êtes bien Alden O’Conaugh, aussi connu sous le nom de Spark, résident dans l’East End et actuellement en liberté conditionnelle depuis six mois ?

Quand il avait été celui à qui l’ont posait ce genre de question il les avait toujours trouvées particulièrement insipides. Cela se voyait probablement.

- Pourriez vous me décrire le plus précisément possible les évènements ayant conduit à votre… arrivée sur les marches de l’Eglise ? Le moindre détail peut être utile, aussi étrange qu’il soit.

Il joignit ses mains et le regarda droit dans les yeux. Parce qu’il s’était préparé, il avait un détecteur de mensonges dans sa manche alors si l’homme mentait il le saurait. Et s’il disait la vérité…

Edward Nygma allait avoir beaucoup, beaucoup de travail.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Turrania (PV Spark)   Mer 25 Juin - 22:46

Douze heures... Douze putain d'heures !!!

Cela faisait maintenant un foutu vol New-York/Pékin qu'Alden se trouvait en détention provisoire dans les catacombes de l'Eglise Last Hope, véritable antichambre des Enfers. Les âmes damnées hurlaient à la mort en ce lieu autrefois consacré, dérangeant sans aucun doute les esprits qui reposaient en ces lieux. Spark, lui, avait été mis dans une cellule à part, à cause de son état: drogué jusqu'aux yeux par les fléchettes tranquillisantes, suintant littéralement l'hébétude, il aurait été dévoré vivant par les monstres enfermés ici.
L'injustement enfermé avait un peu de mal à se souvenir du bout de chemin qu'il avait passé avec la machine du Batman, cela restait très flou, de même que l'arrivée à l'église. C'est environ une heure après qu'il avait pleinement repris conscience. L'horreur avait alors commencé à naître dans le coeur du métahumain. Pourquoi était-il enfermé avec ces monstres ? Pourquoi ? Une bonne question...

L'air était lourd et humide en souterrain, l'écho de gouttes clapotant contre le sol de roche brute se faisait entendre entre deux terrifiants gémissements. L'odeur des lieux laissait à désirer, ce qui renseignait bien sur la propreté de cette prison. Nul doute que les conditions de vie étaient précaires ici, et que le choléra avait toutes ses chances de se développer. Mais il n'y avait pas d'autre moyen pour le moment. Spark l'espérait, en tous cas.

Petit récapitulatif de soirée: sauvetage d'une jeune femme, courte discussion avec le Batman, agression robotique, dépôt en prison, déposition... Et maintenant ça !!! Littéralement une descente aux Enfers. Néanmoins, Alden savait qu'il ne pourrait être retenu que 48 heures en cellule, après quoi il retrouverait sa totale liberté. Ô Bonheur.
Il détestait l'emprisonnement. Seul l'air frais fouettant son visage lui convenait. Ici, derrière les barreaux, il se sentait comme un lion en cage, à tourner virer sur le sol rugueux, à compter les secondes, puis les minutes et les heures. D'après les hurlements qui montaient des divers recoins de ces catacombes, il n'était pas le seul.

- Meeerde... croiser le Batman, quelle saloperie de chance, hein... Tout le monde rêve de voir le Batman. Ooooh, le Batman !!! Il est là !!! Il arrive pour nous sauver !!! Whouhou !!!

Spark avait été choqué et marqué par la réaction du Chevalier Noir. Cela n'allait pas l'arrêter dans ses actes, oh que non. Bien au contraire, maintenant que le métahumain avait marqué le sombre justicier du sceau ineffaçable de l'infamie, il était encore plus prêt à tout qu'avant. Pour stopper ces injustices, pour protéger les vrais innocents. Avec le temps, le Batman était devenu un de ces criminels qu'il pourchassait, ça sautait aux yeux !!! Un monstre d'orgueil et de suffisance avait laissé place à un protecteur vigilant et humble.

Il fallait mettre fin à ça.

- ARRRRRRRRRRRRRRRGH !!! hurla un détenu dans sa cage d'humain.

Divers "Ta gueule" retentirent dans les couloirs, sans que l'on sache si ils étaient les échos d'un seul cri, ou le souhait de plusieurs criminels enfermés. D'ailleurs, étaient-ils tous des criminels ? Spark n'en étant pas un, on pouvait se demander.

Des bruits de bottes se mirent alors à retentir dans les pseudo-couloirs ornés de chaque bords d'une rangée de barreaux. Des policiers arrivaient. Un nouveau détenu ? Ou un nouveau libéré ? Non, rien de tout ça. Deux agents venaient juste chercher le métahumain, pour une raison qui lui était encore inconnue.
Le trio d'Orphées remonta vers la surface, abandonnant eux aussi une Eurydice derrière eux. Les policiers perdaient un peu plus de douceur et de gentillesse à chaque fois, et Spark laissait loin derrière lui son idéalisme. Il l'avait trop vite perdu.
Une poignée de secondes suffit à mener Alden O'Conaugh à la salle d'interrogatoire où attendait le Commissaire Nygma. Étonnant. Pourquoi était-il ici, si tôt, pour un si banal "criminel" ? Cette question allait vite trouver une réponse.

- Bien, j’ai votre déposition entre les mains donc je ne pense pas avoir à vous rappeler les règles du jeu. Soyez clairs et concis et vous serez peut être dehors avant que le soleil ne soit levé.

Oh... intéressant. On allait lui poser des questions. Joie.

- Vous êtes bien Alden O’Conaugh, aussi connu sous le nom de Spark, résident dans l’East End et actuellement en liberté conditionnelle depuis six mois ?

Il fut tenté de répondre qu'il était Superman, et qu'il n'était pas content du tout. Mais il valait mieux ne pas pousser le bouchon trop loin, s'il voulait sortir vite des ténèbres dans lesquelles il s'était emmêlé.
Il approuva d'un hochement de tête, avant de répondre clairement, la voix quelque peu enrouée par le froid:

- Oui Commissaire, je suis Alden O'Conaugh.

Clair, concis, rapide.

Nygma était bien un ancien criminel, ça se voyait au dédain qu'il avait quand il énonçait les questions primaires de la police. Il avait trop connu ça, et devait douter de l'efficacité et des résultats qu'elles apportaient.

- Pourriez vous me décrire le plus précisément possible les évènements ayant conduit à votre… arrivée sur les marches de l’Eglise ? Le moindre détail peut être utile, aussi étrange qu’il soit.

Alden prit sa respiration, posa ses mains lourdement menottées sur la table, et demanda:

- Je pourrais avoir de l'eau ?

Sur un signe de tête du commissaire, l'un des deux agents qui entouraient le métahumain sortit, et revint très vite avec un verre plein du liquide le plus précieux sur terre. Le saisissant avec vigueur, Spark but goulûment, reposa le récipient, et se mit à parler.

- Aaah. Merci. Bon, pour comprendre le tout, je vais vous parler de tout le contexte d'avant cette soirée. Suite à mon retour à la vie civile, je me suis mis en tête d'arrêter les crimes. C'est un peu naïf de dire ça comme ça, mais bref... Enfin, je me suis même mis à aider les gens qui m'entouraient, pas comme un justicier, mais presque. Mon quartier est devenu l'un des plus sûrs, et en conséquence, j'ai essayé d'agrandir mon "territoire".

On pouvait sentir les guillemets dans les paroles de Spark.

- Et donc, ce soir, j'ai protégé une fille d'un groupe de... de violeurs, je crois. Je les ai repoussé facilement, et la fille a pu s'enfuir. C'est alors que je suis tombé sur le Batman. Il m'avait observé, et a directement commencé à me juger. Vous pouvez pas savoir comme j'étais ravi...

Ironie, ô douce ironie.

- Quoi qu'il en soit, on a commencé à parler, sans trop de problèmes. Mais on est tombé en désaccord. Il m'a reproché d'avoir sauvé de cette manière la jeune femme. Trop de puissance utilisée, qu'il m'a dit. Aucune violence ne s'est faite entre nous. On a juste parlé. Et là, il est parti. Comme ça, sans rien dire, en me traitant de novice et de mort en devenir. Je voulais lui coller une mandale. J'ai rien fait, hormis le suivre pour essayer de lui parler. Certes un peu moins gentiment. C'est alors que sa... machine, son robot est tombé du toit, me stoppant net. Il m'a mis une de ces branlées, j'en reviens toujours pas. C'était du véritable matériel de guerre. Lasers, fléchettes tranquillisantes, une force suffisante pour désosser un boeuf sans sourciller... vous voyez ce que je veux dire ?

Alors qu'il racontait, les souvenirs remontaient chez Alden. Les premières esquives, les éclairs, et les fléchettes. Les lasers ne l'avaient pas atteint, heureusement, mais les fléchettes... il avait reçu une dose d'ours !!! Jamais il n'aurait pu faire le poids, c'était sûr.

- Une fois assommé par les drogues, son robot m'a amené devant les portes de votre véritable Enfer souterrain, et vous connaissez la suite.

Son récit terminé, le métahumain s'adossa à son siège, le regard vrillé à celui d'Edward Nygma. Il avait tout dit, tout raconté. Cela lui avait fait autant de bien que de mal. Mais une question était soulevée, maintenant, par tant de mots, et la présence du commissaire: que se passait-il après ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Turrania (PV Spark)   Mer 25 Juin - 23:50

Le commissaire le plus controversé et le plus diplômé de l’histoire de Gotham écouta attentivement l’ex criminel récidiviste, ses épaules s’affaissant au fur et à mesure qu’il parlait. La première raison c’était parce qu’il savait parfaitement ce que l’homme en face de lui ressentait. Se retrouver à répondre questions après questions, toutes plus impertinentes et absurdes les unes que les autres. Les cellules sordides des catacombes qui valaient amplement celles d’Arkham pour ce qui était des hurlements. Et l’ennui, bon sang l’ennui… Il y avait de quoi en devenir fou.

La deuxième raison, c’était parce que la description des drones de Batman n’était vraiment pas de bonne augure. Qui était-ce qui avait supposé que le Batman était un robot ? Killer Croc non ? Et dire qu’au final le lézard était dans le vrai. Le chevalier noir avait donc des droïdes capables de neutraliser un métahumain en quelques secondes. En plus c’était équipé de matériel militaire ? Bon sang, la soirée devenait meilleure à chaque fichue seconde. Réfléchissant, il se rendit compte que pour qu’il ait fondu sur lui en i peu de temps, alors cela voulait soit dire que Batman les contrôlait, soit qu’ils patrouillaient et qu’il y en avait plusieurs.
La troisième raison, c’est parce que l’engin dans sa manche ne s’était pas allumé une seule fois. Une expression de fatigue sur son visage, il retira le gadget de son poignet et le regarda de plus près.  Aucune vibration, rien. Il disait la stricte vérité. O’Conaugh s’était essayé au bon côté de la justice, avait fait de son mieux et tout ce qu’il avait eut en retour c’est une place dans la pire prison du New Jersey. Nygma ne pouvait qu’espérer que la même chose ne lui arriverait pas et faire sortir ce type de là. Il tendit la main pour empoigner les menottes, sortit un matériel de manucure et ouvrit le tout en une trentaine de secondes. C’était plus rapide que d’appeler les officiers pour qu’ils aillent chercher la clé. Il remit alors la petite boîte dans sa veste. Qu’il le croit homosexuel s’il le voulait, mais en garant un truc comme ça avec lui il pouvait désamorcer des bombes, ouvrir des serrures et troubler tout ce qui était électronique.

- Vous êtes libre. A partir de maintenant vous n’êtes plus suspect mais témoin, alors excusez moi de vous empêcher de retourner chez vous tout de suite mais la nuit va être longue.

Déjà il fallait des témoins. Des témoins pour prouver que son histoire était bien vraie parce que le détecteur de mensonge ne pouvait pas marcher comme preuve légale. Il ne lui avait pas demandé son avis pour l’utiliser et ce gadget n’était certainement pas homologué.  Nygma sortit son portable, petit bijou de haute technologie et fit un signe à un des officiers. Quand elle se fut suffisamment approché il lui murmura à l’oreille.

- Allez me chercher les signalements de tous ceux qui ont été appréhendés hier soir. Vite.

Pendant que la blonde courait les lui chercher il commença une recherche sur internet. Le web était rempli de sites où les badauds envoyait des messages de soutient aux supers héros, souvent à l’occasion d’un sauvetage. S’il avait de la chance, il pourrait la retrouver. Tout en cherchant il s’adressa à Spark.

- Posséder ce genre de matériel de guerre est parfaitement illégal. En posséder au moins cinq dans ce genre là peut compter comme une armée privée d’une centaine d’hommes. Et un seul homme contrôlant un armée, dont la première action avec la dite armée est d’utiliser sa puissance pour enfermer quelqu’un juste parce qu’il ne pense pas comme lui… Je ne sais pas vous mais moi j’appelle ça un potentiel fasciste.

Nygma fit une pause et le regarda dans les yeux.

-  D’après ce que j’ai compris il veut aussi fonder une armée de héros. Nous allons avoir besoin de prouver ces faits si nous voulons pouvoir le discréditer. Votre seul témoignage ne peut compter publiquement parce que vous êtes un ancien criminel multirécidiviste. Moi je vous crois mais mon témoignage ne peut compter pour les mêmes raisons, même si je suis le commissaire. Ce qu’il nous faut c’est retrouver cette femme. Si on peut prouver que vous étiez là pour la sauver, on pourra prouver le reste.

Quelques minutes plus tard l’officier revint avec une liasse de feuilles, il les étala immédiatement sur la table.

- Ce sont toutes les personnes arrêtées hier soir, avec les photos et l’endroit où on les a arrêtés. Normalement je ne devrais pas vous les montrer mais il y a urgence. Essayez de retrouver au moins un des violeurs. Si vous ne vous souvenez pas à quoi elle pouvais ressembler, je peux vous assurer qu’eux s’en souviendrons.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Turrania (PV Spark)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Turrania (PV Spark)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Max Spark, rasoir
» Spark-IV et Spark-VII
» SUJET COMMUN N°3 - ALL BEGINS WITH A SPARK
» there's a spark in you You just gotta Ignite the light And let it shine - Médée-
» there's that spark in your eyes .. (kazuya)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Park Row :: Eglise Last Hope-