RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)   Jeu 1 Mai - 22:54

Le Sphinx est beaucoup de choses.

Déjà, ce n’est plus le Sphinx, maintenant c’est commissaire Nygma. Même si le titre lui donne des frissons de dégoût qui rampent le long de sa colonne vertébrale. Ce doit être pour ça que les policiers n’hésitent pas à l’appeler ainsi même s’ils lui ont clairement fait savoir qu’ils ne pouvaient pas le supporter. Quand à ceux qui ne se méfient pas de lui, ils se méfient aussi parce qu’ils ont peur de lui. En même temps à quoi pouvait bien s’attendre Brisbane ?  A ça probablement. A fur et à mesure que les jours passaient cette promotion ressemblait de plus en plus à une punition. C’est sur qu’au moins comme ça il était certain de garder l’ex criminel à l’œil, ils attendaient tous qu’il fasse une erreur pour pouvoir le coffrer. Oui enfermer et pas tuer, c’est déjà une bonne chose. Les forces de police avaient arrêté de vouloir en faire des brochettes depuis puisqu’ils avaient de nouveaux des armes, un chef et un quartier général. Certains lui accordaient même un semblant de respect depuis qu’il avait réussi à relancer le réseau intranet de la police et coordonner la centaine de policiers qu’il restait. De toute façon, même si la situation ne plaisait à personne il fallait se rendre à l’évidence : Nygma était le seul assez qualifié (et assez désespéré) pour reprendre le poste de commissaire.

Mais franchement, ce poste était horrible. Il fallait supporter les gens, déjà ça n’était pas une mince affaire puisque généralement il ne faisait l’effort que de supporter sa fille et ses lieutenants. Deux sur les quatre. Il fallait aussi faire la paperasse, et il ne pouvait même pas la laisser à Crowe, refaire le réseau à partir de rien, ce qui n’était pas dur mais horriblement long, diriger le travail de la cellule informatique -bon sang ce qu’ils pouvaient être incompétents ! C’était pourtant simple !- Et un million d’autres choses dont il n’avait pas le temps de penser maintenant.

En bref, être commissaire c’était comme être une nounou : un travail de tous les instants qui était très mal payé.

Pour être honnête l’argent il s’en fichait, il avait des placements qui lui rapportaient beaucoup, surtout depuis le début du No Man’s Land et il pouvait compter les cartes ce qui lui garantissait toujours la victoire dans les casinos. Pas celui de Cobblepot parce qu’il tenait à sa vie mais les autres oui. Mais ça ne l’empêchait pas de râler sur son salaire quand même. Parce que mince, certains aspects étaient beaucoup trop dangereux pour lui. Comme éliminer les menaces potentielles par exemple. Mais vraiment à Gotham QUI, non mais QUI n’était pas une menace potentielle ?? Il y avait de quoi devenir fou. Mais Nygma était débrouillard et intelligent, il en ferait son affaire. Double Face par exemple avait commencé à s’attaquer régulièrement aux forces de police. Probablement parce qu’il en voulait à Nygma. Ca tombait bien il lui en voulait aussi.

Parce que le Sphinx est aussi rancunier qu’une carie.

Alors quand le Maire lui avait demandé de trouver une solution à la menace que présentait Double Face il était plus que prêt. Il avait déjà élaboré toutes les stratégies, les plans de secours, formé des alliances… Il ne lui manquait plus que le bon timing. Dent aussi avait des alliés. Ils étaient puissants et il fallait donc trouver un moment où ils seraient tous occupés ailleurs. C’est pour ça que quand  des officiers de la cellule informatique lui avaient rapporté qu’on avait vu Batman, Deathstroke et Bane au même endroit il avait bondit. Ils étaient tous prêts. Il n’y eut pas de discours parce qu’ils n’en voulaient pas venant de lui. Ils étaient loyaux, professionnels et après la purge qu’il avait effectué il y a peu de temps il était certain que tous ceux qui étaient là étaient excellents.

Et c’est pour ça qu’il était dans les égouts.

La stratégie la plus efficace habituellement, c’était qu’un groupe attaque par devant et que l’autre, plus gros attaque par derrière. Mais les habitudes c’était pour les analphabètes manquant d’originalité. Nygma lui préférait attaquer par en dessous.

Dès que l’ex procureur s’était installé au tribunal il avait volé des plans, soudoyé des traitres pour avoir le plus d’informations possible et  avait trouvé où était l’armurerie. Comme toutes les armureries, elle était dans un sous sol pour être hors d’atteinte d’éventuels voleurs. Sauf que voilà, Nygma avait été un voleur, l’un des meilleurs même. Il avait donc fait faire un trou dans les égouts en dessous et des équipes s’étaient relayées pour creuser juste en dessous. Oui c’était une tactique de taupe, mais non il n’en avait rien à faire, parce que même s’il devait sortir de cette opération avec un nouveau surnom il était totalement impossible que Dent ce soit paré contre ça.

Coincé entre deux agents du SWAT armés jusqu’aux dents, blindés et avides de sang, Nygma détonnait horriblement avec son ordinateur. Ce n’était pas un homme d’action vraiment. Pourquoi il était en première ligne déjà ? Ah oui, il avait besoin d’être près du tribunal pour zapper leurs communications, le système de défense, toute l’électronique et –apparemment- « relever le moral des troupes ». C’est cela. La seule façon dont il pouvait leur relever le moral ça serait en se prenant une balle. Il était nerveux. Atrocement. Horriblement. Au point qu’il avait du faire les gros yeux à ses lieutenants quand ils avaient essayé de le rassurer.

Il n’y avait pas d’horaire mais quand on lui annonça par ligne sécurisée que les troupes étaient en position il lança l’assaut.  Alors que les lances roquette attaquant la façade se faisaient entendre par leurs vrombissements apocalyptiques il se mit à taper frénétiquement sur son clavier. Exactement trente secondes après le début de l’assaut, ce qui serait suffisant pour causer la panique, mais pas assez pour qu’ils réagissent, tout ce qui marchait à l’électricité s’éteignit brutalement. Il fit alors un signe vif aux artificiers et tous reculèrent.

Quelques secondes plus tard, une énorme crevasse se faisait dans le sol de l’armurerie du tribunal et le gros des effectifs envoyés pour l’attaque remonta en rappel, se déversant dans la pièce. L’attaque les avait tous surpris et les hommes de Double Face n’offrirent que peu de résistance. Nygma ne se doutait pas que les choses allaient vite se corser mais pour l’instant les choses se passaient bien. Enfin bien… Ca définition de « bien » ça n’était pas se battre pour sa vie avec un pistolet et une cane transformée en taser pour l’occasion alors que les derniers policiers sortaient de l’armurerie en courant.

Alors qu’il évitait in extremis un coup de couteau et tirait dans la jambe de son attaquant une autre explosion fit trembler le bâtiment. Comme prévu les derniers avaient fait exploser l’armurerie pour qu’ils n’aient plus accès à leurs armes. L’ennui c’est que ça coupait aussi l’accès au tunnel.

Alors que ses oreilles sonnaient et que Goodson à ses côtés assommait proprement un criminel qui s’était approché un peu trop près Nygma eut une réflexion très importante.

Il n’était vraiment pas assez payé pour ces idioties.


[ordre de passage: Moi, James Adams, Oswald Cobblepot, Harvey Dent. Bonne chance Doubly !]


Dernière édition par Edward Nygma/Le Sphinx le Ven 2 Mai - 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)   Ven 2 Mai - 9:15

Lorsque James Adams monta dans le car qui contenait les membres S.W.A.T, il s'était préparé. Ils allaient attaquer l'un des criminels les plus puissant de tout Gotham. Assis dans le car a coter d'une dizaine de membre du S.W.A.T il remuait dans sa tête tout les risque de leur mission. Même si ils étaient bien préparés il y avait toujours un risque. si il mourrait et qu'il n'arriver pas a venger sa femme? il secoua sa tête pour arrêter de penser a sa.

Il regarda ses hommes autour de lui. Beaucoup portait des lances roquettes. Lui et son groupe faisait partie du groupe qui attaquer par l'extérieur. James les avait divisés en deux. un groupe qui encerclait le tribunal et toutes ses issues éxtérieur. L'autre s'occupait d'envoyer un paquet de lance roquette sur l'avant du bâtiment pour distraire, blessé et tuer un maximum d'homme de Harvey Denth. Il réfléchissait toujours quand le car du SWAT s'arréta brutalement.

James Adams fut le premier a se lever dans le car. Il ouvrit la porte et descendit dehors. James se posta devant les voitures banalisés et sortit son calibre. Il enleva le cran de sureté. Il se tourna avec apréhension devant le bâtiment et attendit le signal du Sphinx. James Adams attendait déjà depuis plusieurs minutes quand son Smartphone vibra dans sa poche. Et il le sortit. Sur l'écran on voyait inscrit le texto du Sphinx qui disait «feu». James Adams se retourna et cria:
-Go!!!  

James adams s'accroupit pendant que les roquettes passait au dessus de sa tête. Elles explosérent contre le bâtiment dans un vacarme assourdissant. Le bruit était tellement fort que James dut se mettre les mains sur les oreilles. Pendant que des débrits tombait un peu partout autour des explosions les premiers coups de feu retentirent. Ceux qui passait par les égouts étaient entrés et ils ne faisaient qu'une bouchée des hommes de Denth. Des cris se firent entendre et des qu'on voyait les hommes de Denth passer devant les fenêtres James Adams et ses hommes faisait feu et criblé de balles le bâtiment.  

Les soldats au abords des fenêtres semblait tous mort ou hors service car les tirs cessèrent presque tous. La deuxieme partie du plan venait juste de débuter. James regarda autour de lui. Les soldats qui n'avaient pas de lance roquette avaient encerclés le bâtiment et il y avait une arme pointée sur chaque sortie possible. James rassuré fit signe aux hommes restés derrière lui. Ils abandonnèrent leurs roquettes, sortirent des M40 et enlevérent le cran de sureté. Ils se postèrent tous derrière james Adams prêt au combat. Celui-ci rassuré enleva son prorpre cran de sureté et s'élança vers la porte écroulée.  

Ils courirent le plus vite possible vers la porte de peur de se prendre une balle perdue. Arrivés devant james enjamba les parties écroulée, bientôt suivit de ses hommes. Une partie d'entre eux montèrent vers le haut du bâtiment et l'autre resta derrière lui. James et son groupe avançèrent en rang serré, l'arme au point. Ils continuèrent leur marche silencieuse pendant quelque minute quand les premiers signe de vie des hommes de Denth se firent entendre. Apparament ils étaient en retraite  face aux hommes du Pinguin et du Sphinx. James ordonna a ses hommes de prendre place parmi les décombres. Lorsqu'un chacun fut placé ils entendirent crier:


-On est en alerte!! Ils ont pris le bas du tribunal!!!! La voix s'interrompit brisé par des bruits de pas. Les portes s'ouvrirent soudain et une dizaine d'homme de Denth débarquérent sans se douter de la position de James et de ses hommes. James attendit que les hommes de Denth soit suffisament prêt pour ordonner l'attaque. Les militaires entrainés du SWAT firent feu. Les balles volèrent dans tout les sens pendant que les hommes de Denth s'écroulaient battus par tant d'ennemis. James se leva l'arme au poing et fit feu lui aussi. Il toucha deux hommes a l'abdomen avant de ses baisser.

Pour l'instant la bataille n'était pas dure, heureusement car James aurait une question a poser a Cobblepot.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)   Ven 2 Mai - 15:59

« En tuer un pour en terrifier un millier. »
Sun Tzu

La ville de Gotham, depuis plusieurs jours, étaient en proie au chaos. Du haut de son Iceberg Casino, le lieu le plus sûr de la ville, Oswald Cobblepot avait bien compris que des gens mal intentionné essayait, tant bien que mal, de lui voler sa ville. Les gens oubliaient, par moment, ce qu'il en coûtait de s'en prendre au Pingouin. Ses plans n'étaient pas tout à fait prêt, à vrai dire. Il avait envoyé son Second Ogilvy effectuait quelques basses besogne à moindre coups, et cela allait bientôt renforcé son armée, sa puissance et donc sa domination sur la ville. Mais Harvey Dent, lui, lui mettait des bâtons dans les roues. Il faisait tout explosé sur son passage, s'emparait de tout avec violence et acharnement. Cela ne pouvait plus durer, la ville était en proie au feu et au sang, les gens craignaient Double-Face, la police et les justiciers se mobilisaient de toute part contre la pègre destructrice. Et les gens oubliait le Pingouin. Cela n'était pas acceptable. Après tout ce qu'il avait fait, ce qu'il avait endurer pour qu'on le craigne, pour qu'on l'accepte en tant que puissance numero un de la criminalité en ville ! Il avait des associés qui se posaient des questions, qui se demandaient si le palmipède glacé était encore en mesure de les protéger et de protéger leur argent. Après tout, Harvey n'avait pas tenté d'attaquer l'Iceberg avec des manteaux et des valises piégés ? Et les coffres qui contenaient l'argent de ses associés étaient-ils encore en sécurité dans ce cas là ? C'était désormais à Cobblepot lui-même de rassurer tout ces gens, et il devait agir, et vite.

La veille de l'attaque, le Pingouin était en train de siroter un bon verre de vin. Le doux et délicat parfum de ce crue exacerbait ses sens. Pendant ce temps là, il réfléchissait encore. Il réfléchissait à la proposition d'Edward Nygma, le Sphinx, le nouveau commissaire en ville, de déloger Harvey Dent de ses positions au tribunal Solomon Wayne. Wayne. Un nom que Cobblepot détestait plus que tout. Lancer en son nom une attaque contre ce bâtiment était un symbole fort, de la lutte entre les grandes familles de Gotham. Avec un peu de chance, les dégâts faits au bâtiment centenaire serait suffisant pour qu'une reconstruction soit entamé, et qu'il le renomme le Tribunal Warren Cobblepot, du nom d'un de ses illustres ancêtre qui avait fait une carrière de juge. Certes moins brillante que le grand Solomon Wayne, mais tout de même notable. C'était une doux utopie, bien sûr. Son objectif principal resterait une attaque personnel contre Harvey Dent. Cette enflure. Quel plan allait-il choisir ? Nygma et son GCPD avait le leur. Pingouin avait rapidement élaborer quelques choses, qu'il était encore de paufiner. Demain, c'est lui, personnellement, qui se chargerait d'être sur le terrain. Il voulait la tête de Harvey Dent. Il la voulait pour lui, et pas pour le maire ou le GCPD. Il la voulait pour montrer aux yeux de Gotham que personne à Gotham ne se moque impunément du Pingouin. PERSONNE.

La secrétaire du Pingouin, Alysha Taylor, entra dans le bureau. C'était une très grande femme, très belle, aux cheveux de feu, à la poitrine provocante, aux longues jambes sexy, comme Oswald les aimait. Il arrivait bien sûr à ce que le vieux Pingouin couche avec, ça faisait parti du contrat. Mais pas ce soir. Enfin, pas tout de suite. Pour le moment, il l'avait fait venir pour une tout autre raison.

« Est-il là ? Demanda le Pingouin.

« Comme vous l'avez demandez, patron. Il a apporté son matériel, et a refusé de le laisser à l'entrée du Casino. Dois-je faire venir mademoiselle Lark ?

« Non, Lark est occupée. Tu peux le faire entré, poulette.

L'homme entra. Grand d'au moins deux mètres de haut, il était très costaud, bien plus que la moyenne. Le pantalon kaki, le marcel blanc, ses longues bottes de sûreté et sa coiffure au ras faisait pensé à un militaire. Un ex-militaire. Il avait des tatouages noirs sur les bras, sans véritable forme, évoquant un caractère violent. Il était là. Lyle Blanco, le Soldat. L'homme de la situation. Demain, ce sera la guerre, et Oswald avait besoin parmi ses hommes des meilleurs. Lyle Blanco était le meilleurs. Il faisait parti des forces spécials armés dans le désert Irakien. A son retour, il avait subit un grand trouble psychologique meurtrier, et est devenu un serial killer. Il avait tué une trentaine de personne avant que la police ne puisse l'arrêter. Oswald l'avait fait sortir de prison, pour le récupérer sous ses ordres. Il avait formé quelques uns de ses hommes, et le Pingouin l'avait réservé lui et quelques troupes d'élites qu'il lui confiait pour ce genre de mission. Le Pingouin se leva, avança vers le militaire, qui ne bougeait plus depuis son entrée, et l'observa. Il était parfait, le Soldat. Oswald eut un léger sourire narquois. Double-Face était perdu. Avec un homme pareil à ses côtés, il ne pouvait pas perdre face à l'ex-procureur. Mais il devait l'attraper tout de même avant les forces de police, et là était la mission de Lyle Blanco.

« Soldat. Tu sais pourquoi je t'ai fait venir ici. Pour savoir si toi et tes hommes êtes prêt. Demain, ça sera la guerre, la vraie, celle que tu as attendu durant des années. Je vais enfin te libérer de tes entrailles. Mais il faut que tu me ramènes Harvey Dent, est-ce bien clair ? Vois-tu, il m'a insulté, et il doit payer cet affront. Tue tous ses hommes, je ne veux pas de quartier.

Le Soldat échangea un regard satisfait avec son patron. On pouvait lire de la rage dans ses yeux. Il était prêt. Oswald le laissa alors partir se préparer, lui et ses hommes, à l'intervention de demain. Tout avait l'air parfait.  Si Double-Face, par malheur, n'était pas dans ce foutu tribunal de Solomon Wayne, il porterait néanmoins un gros coups à ses forces et à son moral, et forcerait ainsi l'ex-procureur à aller se terrer quelques parts en silence, essayant de se faire oublier du Pingouin. Mais ce dernier avait bonne mémoire, très bonne mémoire. Il n'oubliait pas les affronts, et nombreux sont ceux qui en ont payé le prix. L'heure de la douce vengeance avait sonné. Demain, il serait en route pour vaincre. Ogilvy restera au Casino pour le surveillait, bien sûr. Il ne voulait pas subir une mauvaise contre-attaque, même si de toute façon l'Iceberg n'était pas un bâtiment qui était si aisé à prendre. Lark, elle, serait aux côtés du Pingouin pour le protéger pendant le chaos de la bataille. Il avait confiance en elle, relativement. En ses capacités, au moins. C'était une excellente combattante, une bonne tireuse et avait de bon réflexe pour courir protéger le Pingouin. De toute façon, il avait son parapluie gadget qui pouvait dévier quelques balles perdues.

Il regarda Alysha Taylor, qui était restée en retrait. L'heure du réconfort avait sonné. Il lui ordonna de se diriger dans sa chambre, ce qu'elle fit, sans hésitation. Le Pingouin patienta encore un peu dans son bureau, finit la dernière gorgée qui restait dans son verre de vin, et finit par la suivre. La rouquine était déjà complètement nue dans son lit. Oswald sourit. Le pouvoir et l'argent pouvait décidément tout acheté, même les filles les plus belles de la ville, dont Alysha faisait partie. Il se ventait à l'idée d'être le seul, lui, le petit gros et moche, à pouvoir en profiter. Et demain, une autre nuit de réconfort l'attendrait. Une nuit de douce vengeance... Harvey allait payer.


***


La nuit suivante, le Pingouin regardait le spectacle qui s'offrait à lui de sa place de choix. Légèrement surélevé, sur le toit plat d'un bâtiment situé non loin du Tribunal, il voyait les explosions provoquées par les lance-roquettes du SWAT. Un beau feu d'artifice. Cigarettes à la bouche, champagne à la main, il était décidément ravi des opérations de la soirée. Nygma était sans doute déjà en train de détruire les stocks d'armes de Dent. Un beau gâchis, beaucoup d'argent du trafique qui parfait en fumée. Oswald aurait pu récupéré tout ça, mais c'était le prix du sacrifice qu'il était prêt à faire ce soir. Lark était à ses côtés, armés d'un fusil sniper, prêt à tirer sur tout ce qui projetait de s'en prendre à son patron. Deux autres de ses hommes étaient avec lui, les autres étant en bas, prêt à agir. Ses forces spéciales, conduit par Lyle Blanco, n'allait pas tardé à entrer dans le tribunal. Le bâtiment, très ancien, n'était pas muni d'énormément d'entrée. La statue de la justice, posté au dessus de la porte, aveugle, portant deux énorme balance de béton, semblait être impuissante face à l'assaut du SWAT.

Lyle Blanco avait quant à lui prévu d'entrée en force par derrière, pour prendre Harvey en tenaille. Le SWAT d'un côté, les forces du Pingouin de l'autre, tout semblait parfait d'ici. Le Pingouin avait droit à un spectacle de choix. Il interviendrait lui-même, peut-être, quand les choses seront moins chaotique, et moins dangereuse. De toute façon, les généraux ne devaient pas risquer leur vie pour de la simple chaire à canon. Pingouin bu une gorgé de son champagne. Le SWAT entrait. Il ne voyait pas les forces de Blanco ici, mais il avait posté des guetteurs à l'arrière pour l'informer de tout mouvement. Tout devait bien se passer. Le courant du bâtiment était coupé, mais les portables étaient cependant encore utilisable, et il était possible que Harvey Dent tente d'en utilisé. Avec l'aide de ses ingénieurs, Pingouin avait placé un brouilleur, sur le toit du bâtiment où il se trouvait, pour intercepter tout les messages possibles. Il avait des hommes postait sur les toits des rues environnante, qui avait ordre de tirer sur tout renfort possible de Harvey Dent. Le procureur était bloqué. Il n'avait aucune porte de sortie. Le Pingouin avait déjà gagné.

« Échec et mat, Harvey ! Et Santé ! S'écria-t-il.


***


Lyle Blanco

L'ex-militaire était prêt, lui et ses hommes. Tous d'ancien militaire également, certains venaient des forces spéciales comme lui. Ils avaient tous été en Irak. Là bas, ils avaient tous vu de choses horribles, tous tuer des hommes, tous massacrer des innocents, tous violer des femmes. C'était des tueurs, les meilleurs que Blanco connaissait. Il ne faisait pas tout ça pour le Pingouin, il n'en avait rien à faire de la volaille. Ce dernier l'avait juste permis d'échapper à la prison, mais la prison ne l'aurait pas déranger. C'était une forme de guerre que d'être en prison. Mais le palmipède permettait à Blanco d'être constamment en état de guerre déclarer. La guerre le stimulait, il ne connaissait plus que ça. Le sang, la violence, le chaos. Contre qui il se battait déjà ? Il ne savait plus. Il avait reçu l'ordre d'éliminer tout le monde. Il attendait juste le signal pour débutait les opérations. Il devait s'occuper de la porte de derrière. L'enfoncer, et tout détruire sur son passage. C'était ça, être ssoldat. Et il était Le Soldat.

Les explosions commençait. Le sol tremblait. La bataille avait commencé. Lui et ses troupes s'avancèrent vers la porte de derrière, complètement verrouillé de l'intérieur. Lyle Blanco fit signe à son ingénieur de la faire péter. Ce dernier posa du C4, les troupes s'éloignèrent. La vieille porte de l'antique bâtiment explosa. Et ils purent pénétrer dans le bâtiments.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)   Lun 5 Mai - 17:17

Harvey Dent avait pu entendre les bruits d'explosions. Il se trouvait dans son bureau, au deuxième étage du bâtiment. Rico était prêt de lui, lance roquette en main, ainsi qu'une dizaine d'hommes armés de lourdes mitraillettes. Ils avaient tous ordres de déambuler ainsi, dans le tribunal. Car Double-Face était avant tout quelqu'un de paranoïaque. Déjà, il était persuadé que les hommes de Black Mask et du Pingouin l'attendaient dehors. Il s'attendait même à voir Firefly ou Killer Croc le brûler ou bien le manger. Alors quand il avait vu que les hommes de Nygma arrivaient et que ses hommes se jetaient par les fenêtres, ça le mettait hors de lui. Un homme ouvrit la porte du bureau et la referma derrière lui sans faire de bruit. Leurs ennemis ne savaient pas où se situait le bureau, il ne l'avait répété qu'à Rico et aux hommes de confiances qui se trouvaient ici.

" L'armurerie à sautée, et les troupes du commissaire Nygma sont venu de par les égouts. Il y a des snipers sur le toit du tribunal qui tente d'éloigner les hommes du GCPD mais ... "

" Park Row et le tribunal sont foutus. On doit se barrer. Si le Pingouin aide les hommes du GCPD, ils doivent avoir des brouilleurs, mais bizarrement, j'ai encore du réseau. Rico, tu reste ici. Si c'est le GCPD, ils ne devraient pas te tuer. Des armes et du territoire, ça se reprend. Nygma est mort. J'avais pensé qu'il ne fouinerait plus dans mes affaires après son coup bas, mais le voilà qu'il revient. Puisque personne ne l'a trouvé assez énervant pour le descendre, je m'en chargerais plus tard. Appelez tout les effectifs de Park Row. Descendez les TOUS "

L'homme qui était remonté souffla un grand coup, puis repartit au pas de course, sortant un téléphone de sa poche. Rico se posta à la fenêtre lorsque Double-Face monta à l'échelle accompagné de la dizaine d'hommes qu'il avait convoqué. Sur le haut du tribunal Solomon Wayne, les quatres sniper qui, d'habitude, surveillaient le nord et le sud du bâtiment, étaient agglutinés devant le nord, tentant tant bien que mal de tirer sur les effectifs de police.

" On change de tactique. Canardez les immeubles d'en face. "

Au moment où l'un d'eux allais faire remarquer que le GCPD approchais de plus en plus et qu'il fallait l'arrêter, la roquette de Rico atteignit la première voiture de police, une série d'explosion s'en suivit. Tout ceux qui étaient restés dans les voitures ne comprirent pas ce qu'il se passait qu'ils s'enflammèrent. Dommage, ils n'aurait rien sentis. Telle une chaîne de domino, les voitures volèrent les unes après les autres, fauchant les policiers qui tentaient d'entrer dans le tribunal. Quand aux sniper sur le toit du tribunal, il tirèrent également, touchant environ quatre tête. L'un d'eux tira dans le bras d'un cinquième, qui ne put arrêter son mouvement et tomba dans le vide avec son arme. Une deuxième roquette toucha cette fois-ci la porte du tribunal, éliminant les hommes du pingouin et les policiers qui tentaient de passer. Mais cette fois-ci, il y eu moins de victime étant donner le réflexe de se planquer à l'intérieur du bâtiment. Puis vinrent les voitures, peintes en blanc et noir. Ils y en avaient au moins une bonne dizaine, tandis que les renforts arrivèrent dans les rues. Quelques uns tombèrent, mais ils étaient trop nombreux pour le peu de sniper restant du Pingouin. Plusieurs d'entre eux franchirent le tribunal, essayant tant bien que mal de ralentir les policiers qui tentaient de gravir le premier étage, alors que d'autres se postèrent plus loin, dans leurs voitures et stationnés de façon à ne pas prendre les balles des hommes du pingouin.

Pendant ce temps, Double-Face, accompagné de sa dizaine d'homme, avait emprunté ce qu'il appelait la sortie de secours. Le peu de sniper restant, bien cachés, tentaient d'éliminer les renforts dans les voitures, les autres étant rentrés dans le bâtiment, et les élites du GCPD se débattaient avec les hommes d'Harvey Dent. Personne ne s'occupa donc du long escalier de fer en spirale, à l'arrière du tribunal. L'homme au deux visage sortit deux Desert Eagle équipés de silencieux de sa poche arrière.

" J'ai oublié ma LSAT dans l'armurerie. Vous avez appelés les hélicos, j'imagine ? "

" Non, patron, le temps qu'ils arrivent, on se sera fait coffrer. "

Et il n'avait pas tord. Un second coup de roquette se fit entendre, mais cette fois, Double-Face eut l'impression que ce fut à l'intérieur du tribunal. Rico avait dû abandonner son poste d'observation et emprunter un chemin différent pour rejoindre le champs de bataille au premier étage. Il espérait que le Sphinx, devenu commissaire, soit mitraillé comme un petit lapin et que le reste de la soupe qu'était son crâne soit jeté dehors comme un malpropre. Mais le Sphinx était plus intelligent que cela. Il se croyait plus intelligent que cela.

Le petit groupe emprunta plusieurs petites rues, jusqu'à s'éloigner du champs de bataille. Le Sphinx n'avait pas pu venir en repérage, à part dans les égouts, étant donné que Double-Face lui vouait une haine incurable depuis le coup de Star Labs. La zone était peut être quadrillé dans les rues. Aussi, il sortit la tête, et il pu constater que les policiers laissaient passer les gothamites sortant de Park Row. Il fit demi tour, emprunta une autre ruelle avec, toujours, sa dizaine d'homme, et découvrit une étrange voiture très classe garé, avec un conducteur qui le fixait. Peut être pourrait il le soudoyer pour le prendre ?


[HRP : Le tribunal contient deux étages, Rico envoi des roquettes depuis le premier. Pour accéder au toit, il faut automatiquement passer par mon bureau ... Bonne chance, les gars ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)   Lun 5 Mai - 21:59

Enigma sourit.

Tout au long de sa vie elle avait été sous estimée par un très grand nombre de personnes. Sa mère, ses profs, ses camarades de classe, les types qu’elle rencontrait sur internet, les types du gang, les Marks, les associés de son père… Tôt ou tard ça revenait toujours leur mordre le derrière. Elle s’était enfuie de chez sa mère, avait fait croire à ses profs qu’elle était une gentille petite fille alors qu’en vérité c’était déjà une délinquante, avait arnaqué les pédophiles de la toile, laissé tomber le gang quand ça sentait le roussi et pour les associés de son père ? Double Face avait cru qu’elle était uniquement une ado que le Sphinx trimbalait avec lui. C’est vrai qu’avec ses grands yeux en amandes, des courbes douces, ses boucles blondes et sa bouille ronde on la pensait adorable, angélique même.
Dent avait eut tord. Ils avaient tous eut tord. Seul son père avait compris instantanément qu’elle n’avait rien d’un ange.

Et alors que l’ex procureur courait à travers les ruelles, Elizabeth l’observait depuis son château d’eau en hauteur, impressionnée par les prévisions de son père.
La veille il lui avait fait voir un documentaire sur les taupes. Au départ elle n’avait pas compris. Puis quand l’écran avait montré deux taupes enserrant la zone alors qu’une troisième creusait par-dessous ce fut comme si une lampe s’était allumée au dessus de sa tête. Tout comme les vers qui remontaient à la surface, Double Face et quelques uns de ses hommes sortiraient par le toit. Ils avaient étudié les clichés pris en reconnaissance par Enigma et ils connaissaient le terrain comme leur poche. Très vite son père avait par où ils passeraient quand la situation tournerait au vinaigre et comment leur porter le coup fatal alors qu’ils quitteraient le navire. La seule chose qu’il n’avait pas prévu c’était la vitesse du combat. L’ancien procureur avait prit la fuite bien plus tôt que prévu.

C’est ça qui la faisait sourire. Sous ses dehors de Capitaine féroce, de Barbe Noire viril et sanguinaire qui préférerait sombrer avec son bâtiment après un dernier baroud d’honneur, c’était juste un rat de plus.

Tel un rongeur infesté de puces, il s’était cru à l’abri dans les rues. Mais c’était justement là qu’elle entrait dans la danse. Il ne croyait tout de même pas que Nygma n’inclurait pas sa fille dans ses plans ?

La jeune fille leva son fusil sniper en l’air et lança une grenade spéciale dans l’air.

Trois secondes avant l’impact.

Son fusil sniper n’avait que des balles en caoutchouc, mais avec cette puissance si elle lui tirait une balle dans la tête, ça le tuerait. Plus de problèmes. Zéro risque de vengeance. Elle mit la tête à moitié brûlé de Dent dans son viseur.

Deux secondes avant l’impact.

Une blessure par balle en pleine tête, de face ça n’était pas impressionnant. Juste un point rouge. Mais derrière ? C’est comme si on explosait une orange sanguine. Presque la même couleur. Elle se souvenait de son premier meurtre. Il y avait du sang partout. Les gouttes et des morceaux de chair sur le mur et une immense flaque vermillon sous ses pieds. Trois litres de sang c’est fou ce que ça tâche.

Une seconde avant l’impact.

Elle baissa un peu son canon et lui tira entre les omoplates. Elle se doutait bien qu’il portait un gilet par balles, mais ça devrait l’assommer. Au même moment la grenade tombait sur eux et rependait dans la ruelle suffisamment d’anesthésique pour assommer un troupeau de vaches. Par précaution elle les garda dans sa ligne de mire jusqu’à ce que la fumée se dissipe, les révélant étalés sur le sol. Son sourire s’agrandit et elle sortit une grenade éclairante. Elle la lança dans la direction du tribunal et la regarda traverser le ciel noir de Gotham comme une étoile filante chimique. Maintenant les policiers savaient que Double Face était à terre. En vie, mais à terre. Et il valait mieux pour lui que ce soit elle qui les ramène aux cellules du théâtre en attendant de savoir ce qui leur arriverait. Alors que la jeune fille fermait les portes de la camionnette blindée après les avoir tous foutu à poil et enrubannés dans du scotch –pas fait par elle mais par le conducteur, merci bien- elle se rendit compte d’une chose.

Il lui devait d’avoir la vie sauve.

Elizabeth fut prise d’un fou rire depuis son siège mais parvint à se reprendre tant bien que mal.

« La tête qu’il va faire quand je lui dirais ! »


--------------


Dans le tribunal Salomon Wayne la bataille faisait rage, l’air était chargé de poudre alors que les policiers anéantissaient les hommes de Double Face. Il était rare que les forces de l’ordre gagnent dans une telle ville, mais c’était bien ce qui semblait se passer. Les trois lieutenants du Sphinx pouvaient aisément s’en rendre compte. Après tout ils en avaient vu d’autres, ce genre de conflits ils s’en sortaient au petit déjeuner. Une broutille. Mais pour Edward Nygma c’était loin d’être la même chose. Ses oreilles sifflaient, ses côtes lui faisaient mal après qu’une balle ai réussi à le toucher et à s’enfoncer dans son gilet, il suait et essayait tant bien que mal de rester en vie. Somme toute, c’était l’enfer. Plus jamais il ne mettait les pieds dans un conflit comme ça ! Même s’ils avaient besoin de son expertise technique ils pourraient aller se faire voir ! D’autant plus que, souhaitant sauver sa peau, il était resté près de Goodson. Problème ? Son homme de main le plus compétant était un homme d’action, et il s’amusait beaucoup trop pour rester en arrière. Résultat, le commissaire s’était malencontreusement retrouvé en première ligne. Exactement là où il voulait être tiens.

De façon assez surprenante il s’en sortait bien, ce qui fit hausser un sourcil à plus d’un officier. Il avait abandonné sa cane après l’avoir fracassée contre le crâne d’un attaquant et désormais il tirait tout ce qui n’était pas bleu avec un fusil d’assaut qu’il avait ramassé… Bonne question tiens, où il l’avait trouvé ?

Il fut tiré de ses pensées par un coup de vent au dessus de sa tête. Ca n’était pas le moment visiblement. Il abattit un homme à sa gauche et se rapprocha un peu de l’endroit où se trouvait son bras droit. Alors qu’il tirait dans le tas aussi précisément qu’il le pouvait il vit du coin de l’œil un de ses lieutenants agir de façon étrange. Il alternait entre regarder la fenêtre, où l’on pouvait voir les voitures flamber comme des chandelles romaines sous des tirs de roquettes et le plafond. Simple. Inintéressant.

« Toi mon cochon tu peux dire adieu à tes couilles ! »

« Quoi ?! »

Sans lui répondre Goodson tira une salve dans le plafond. Nygma était peut être très peu aguerri mais il n’en était pas moins intelligent alors il comprit très vite. Le porteur du lance roquette était juste au dessus d’eux ! Il leva à son tour son fusil d’assaut et joignit ses efforts une seconde plus tard et après un instant le sol céda, révélant un des hommes de main de Double Face, les jambes et le bas ventre criblés de balles. Il s’écrasa sur le sol du rez de chaussée et Nygma eut à peine le temps de reconnaître Rico San Diego avant que Goodson ne l’envoi dans les vapes d’un coup de pied dans la figure.

Très vite, les troupes ennemies recouvrirent le sol. Alors que les membres du SWAT survivants avançaient vers le premier étage, tous les autres obstacles ayant étés éliminés, Nygma se permit un regard par la fenêtre. Ce qu’il vit le rempli d’exaltation, au point qu’il en perdit ses manières et donna un coup de coude dans le flanc de Glenn. Celui-ci se retourna et sourit à son tour avant de hurler.

L’étincelle d’Enigma.

« DENT EST A TERRE ! JE REPETE, DOUBLE FACE EST TOMBE ! ON A VOTRE CHEF LES CHIEURS ! »

Ils hurlèrent en cœur, plus remontés que jamais et se ruèrent dans les escaliers. Edward au contraire se permit de ralentir. Après tout son travail se limitait à arrêter Double Face, le maire n’avait rien précisé pour ses hommes. Alors qu’il rebroussait le chemin, très satisfait de lui-même, il sentit deux bras entourer les siens. Paniqué, il se débattit, mais arrêta quand il vit que c’était en fait Goodson et Holden il arrêta pour leur demander, acide.

« Je peux savoir ce que vous faites ? »

« Ben on vous ramène en première ligne ! »

Il fut abasourdi pendant un instant. Ils ne pensaient pas … ? Ils n’oseraient pas… ? Complètement aveugles à l’étonnement de leur chef, les deux anciens militaires le trainèrent vers les escaliers du premier étage, souriant comme deux gamins un matin de noël alors qu’il commençait à hurler des insanités.

Fallait bien lui faire son baptême du sang !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)   Mer 7 Mai - 17:58

James était assis contre quelques briques écrasés. Il avait d'abord cru que la bataille se déroulerait comme un simple raid de police mais il n'en était rien. Les balles ricochaient dans tout les recoins du tribunal et James n'avait pas eu l'occasion de lever la tête depuis au moins une minute tellement le risque était élevé. Soudain l'intensité de la bataille se releva d'un rang. Une roquette éclata a une vingtaine de mètres, projetant James sur le côté et tuant quelque soldat du SWAT.il essaye de se relever mais l'onde de choc l'avait sonné et il se prit une balle dans le torse. Le souffle coupé il tomba derrière la barricade juste a côté du cadavre d'un homme de Dent qui avait eu moins de chance que lui. Il fallait terminer cet bataille au plus vite, tuer des hommes n'est pas une façons de faire régner la justice et ce n'est pas la façons qu'utilise le GCPD.

James se releva et lança une dizaine de balle qui touchèrent quelqu'un. Juste un cri lui permit de le savoir. Les soldat de Dent reculèrent en arrière, ils avaient compris qu'ils perdaient la bataille. La plupart étaient touchés avant d'avoir pu s'en aller. James n'était pas quelqu'un de nature tendre, mais là il trouvait cela injuste. Ils n'avaient même pas le temps de se rendre. Il regarda de côté et aperçut le Sphinx. Il s'était replié derrière une palissade et n'avait pas du tout l'air d'aimer ce qu'il voyait. Il était blessé et en mauvaise forme. D'ailleurs que faisait il en premier rang? Pensa James. Soudain alors qu'une balle de plus ricochait contre les briques éclatées du bâtiment, celui qui leur lançai des roquettes depuis au moins une heure tomba avec un cri pitoyable sur le sol du bâtiment.

Pour James et les membres du GCPD ce fut comme un signal. James se leva et monta l'escalier accompagner d'une dizaine de soldat du SWAT. Ils ne rencontrèrent aucune résistance. Les hommes de Dent s'enfuyaient ou alors ils étaient mort. D'ailleurs l'un d'entre eux trébuchait devant eux. Il avait la jambe en charpie. De la ou se tenait James on pouvait apercevoir son os brillant au milieu de la chair. Il se trainait sur le sol avec la force du désespoir. James détourna la tête de ce triste spectacle et continua son avancée avec les membres du SWAT. Ils arrivèrent enfin a une espèce de bureau. Il était vide et pourtant l'intérieur semblait remplis de vie. Comme si on l'avait quitté précipitament. James jura en tapant contre le mur du bureau, ils venaient de passer a côté d'un des plus grands criminels de Gotham. Alors que tout les membres du GCPD relachés leur concentration tout autour de lui le cri jubilatoire du comissaire Nygma résonna dans l'escalier:
-DENT EST A TERRE ! JE REPETE, DOUBLE FACE EST TOMBE ! ON A VOTRE CHEF LES CHIEURS ! »

James cria rapidement aux membres du SWAT encore vivants:
-Suivez moi tous! Nous allons essayer d'arrêter Dent!!
Sitôt dit, Sitôt fait, Il se jeta dans l'escalier accompagné du reste du GCPD. Dans l'escalier il vit d'ailleurs une scène très étrange. Le comissaire tenus par deux de ses hommes était emmené au premier étage. James décida de ne pas y prêter attention et courut en dehors du bâtiment. Dehors c'était le chaos. Des voitures banalisées carbonisées trainés un peu partout et les cadavres eux aussi carbonisés jonchés le sol de toutes parts. Plus loin il aperçut une bande de fumée qui barrait la rue. Il s'approcha et cria a ses hommes:
-Dent est très probablement la dedans, encerclés le par les côtés pendant que moi et (james désigna trois de ses hommes) vous allons le prendre par devant.
Ils foncèrent guidés par la perspective de pouvoir arrêter Dent. Ils traversèrent la fumée et n'aperçurent que de la brume est une camionette qui roulait au loin.


Les hommes du GCPD étaient découragés et James les comprenaient. certains d'entre eux était mort et ils étaient récompensés par la camionette (certainement celle de Dent) qui prenait la poudre d'escampette. Mais James avait quelque chose de plus important a faire pour lui. il se retourna et se dirigea dans le sens inverse de là ou il venait. Il fallait maintenant qu'il parle a Cobblepot.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)   Mar 13 Mai - 17:53

L'assaut du GCPD se déroulait plutôt bien, jusqu'à ce qu'une anomalie ne leur arrive dessus. Un rocket, tiré de l'intérieur du tribunal. Un cadeau de Harvey Dent. Lark eut le bon réflexe de sauter sur Oswald pour le projeter à terre. L'explosion tué les deux autres hommes qui les accompagnait, et blessa Lark au bras. Mais le Pingouin n'avait rien eu. Une chance que sa garde du corps personnelle fut compétente. Elle aurait une prime pour ça. Une grosse prime. Encore un peu, et s'en était finit du Pingouin. La fumée s'élevait du bâtiment. Le Pingouin descendit de ce dernier à l'aide de son parapluie, en planant doucement jusqu'au sol. Lark le rejoindrait bientôt, en dévalant les escaliers de secours. Les choses avaient l'air de bien se passer. Au bout de plusieurs minutes, le Soldat sortit par la porte de devant, plusieurs têtes des hommes de Double-Face accrocha à sa ceinture. Il s'en était donné à cœur joie. Mais où était Harvey Dent. Le Soldat signifia à Oswald que ce dernier était déjà parti du Tribunal quand il était arrivé.

C'est là qu'un faucon se dirigea vers eux. Ce dernier prit place sur le bras de Pingouin, et effectua quelques crie. Pour le remercier de son message, Oswald lui donna un peu de viande pour le nourrir. Il se tourna vers Lark et le Soldat.

« Nygma a attraper Double-Face. La mission est une réussite. Nous n'avons pas beaucoup de perte, Double-Face, hormis les gens de son Tribunal, non plus. Lark, fait passer le message à tous les hommes de Double-Face. S'ils veulent éviter la prison ou la mort, comme leur boss, qu'ils rejoignent mes rangs. Ils seront grassement récompensé.

Lark acquiesça, et s'en alla. Le Soldat la suivit, il n'avait pas très envie de passer beaucoup plus de temps avec le Pingouin.Ce dernier retourna dans sa limousine et se dirigea vers son Iceberg Casino. Il n'avait plus rien à faire ici. Blackgate et Arkham étant tombé, Nygma lui livrerait sans doute Harvey Dent pour que Oswald lui trouve une place dans ses cellules. Parfait. Qu'à cela ne tienne. De toute façon, le Pingouin avait eu se qu'il voulait, sa vengeance sur Double-Face, et de nouvelle rentabilité pour son propre gang. Le reste importait peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)   Dim 18 Mai - 19:48

CRACK

-AAhh !

-Rohlala ce que vous pouvez être douillet !

Douillet ? DOUILLET ? C’est lui qui venait de lui recasser les côtes sans anesthésie ! A quoi il s’attendait, à ce qu’il lui chante la table des éléments !? Saleté de médecin de pacotille, oh il ferait moins le malin s’il avait eut la possibilité de se venger. Il voyait ça d’ici, un grand labyrinthe rempli de pièges, avec des étaux, les grilles électrifiées et des murs qui se rapprocheraient, lui écraseraient les épaules et les côtes et …

Edward, non. Un commissaire ne tue pas les innocents s’il ne veut pas se faire taper dessus par Batman et par le maire.

Ne pouvant pas réaliser ses plans néfastes à l’encontre de l’ambulancier, il se contenta de lui lancer un regard noir empli de malice. L’homme en blouse blanche se contenta de hausser un sourcil et laissa son doigt immobilisé vers la cage thoracique bleuie de son patient. Nygma analysa les choses un instant, puis soupira et regarda ailleurs, admettant sa défaite. Il valait mieux ne jamais énerver la personne qui vous faisait vos bandages.

Pour essayer de penser à autre chose qu’au meurtre violent du médecin il regarda autour de lui. L’attaque avait été un succès retentissant. La destruction de l’armurerie de Dent avait laissé ses hommes complètement désarmés, sauf pour sa garde personnelle. Bien sur ceux-ci avaient fait des dégâts mais ça n’était rien comparé à ce que les troupes du GCPD leur avait fait subir. Une fois que le premier étage fut prit, le reste avait été simple. Beaucoup s’étaient rendus, ce qui était la chose la plus intelligente à faire. Ils n’avaient pas d’armes et le SWAT avait tranché à travers la foule d’hommes de mains comme un couteau dans une motte de beurre.

Ca avait probablement aidé que, dans un moment de colère comme il lui arrivait d’en avoir uniquement quand il ne prenait pas ses médicaments, il ait frappé un criminel à mort avec un tuyau. Il avait fallu que Goodson le tire en arrière pour que Nygma se rende compte qu’il avait éclaté son crane et rependu sa cervelle sur les murs. Le point positif, c’est que ça l’avait calmé. Le point négatif c’est que bien que les policiers pensent désormais qu’il faisait un excellent stratège, il avait aussi fini de les convaincre qu’il était fou à lier. Tssk.

Au final, les trois quarts des criminels présents au début du raid étaient morts ou blessés, le reste s’était rendu et était étalé face contre terre un peu plus loin tandis que quelques policiers les tenaient en joue le temps de leur passer les menottes et de les faire rentrer un à un dans les fourgons blindés. La suite il la connaissait déjà pour l’avoir vécue plusieurs fois. Ils passeraient un peu de temps en détention provisoire dans les cellules du théâtre avant qu’on les enferme sans jugement soit dans le tribunal, qui serait réaménagé, soit ailleurs. Le « ailleurs » allait devoir être vu avec le maire. La seule personne qui y échapperait serait Double Face. Trouver un allié qui serait capable de les aider à combattre Dent avait été dur, et dans le contexte actuel il avait fallu utiliser des moyens discutables pour le faire coopérer. Alors bien que cela devait briser tous les traités sur la guerre, le traitement des détenus et la Déclaration Universelle des droits de l’homme, Harvey Dent serait remit à Oswald Chesterfield Cobblepot pour qu’il en fasse ce qu’il voulait.

A la réflexion, il s’en voulait un peu. Et ça allait probablement revenir lui mordre la figure un de ces jours, mais objectivement il n’avait pas eut le choix. Le Sphinx regrettait rarement ses actions, mais celle là lui faisait se poser beaucoup de questions.

Et il avait la désagréable impression que plus longtemps il serait commissaire et plus il se poserait de questions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)   Lun 2 Juin - 21:13

Johan avait passé une journée très, très lassante. Entre les bureaucrates qui faisaient tout pour lui mettre des bâtons dans les roues, les invectives de la population qui voulait sortir de cette crise, et le stress de l'assaut du Tribunal, le Maire n'était absolument pas aidé. Les seules petites lueurs de calme, ces havres de paix étaient les moments passés avec le jeune chat errant qu'il venait d'adopter, et étonnamment les réflexions qu'il se faisait envers Edward Nygma.
Oh oui il ne l'aimait que peu.
Oh oui c'était un criminel.
Et oh oui il l'exaspérait souvent.
Mais Brisbane avait foi en son choix, et par conséquent confiance en son commissaire. Les capacités étaient ce qui primaient en ces temps obscurs, pas le passé des gens. C'est pour cela qu'une fois l'annonce de la prise du Tribunal transmise à la Mairie, Johan avait tout plaqué - papiers, rendez-vous, visites - pour se jeter sur sa moto ( http://classybikes.com/image.php?image_id=641867 ) et ainsi se diriger à grand renfort d'accélérations vers le lieu de la confrontation.

Il ne mit que peu de temps tant la ville était vide de monde. Même les criminels semblaient s'être réfugiés dans leurs planques respectives, profitant de ce moment de calme pour se reposer. Le Maire, lui, avait d'autres préoccupations en tête. Une victoire, nom de Dieu !!! Une contre Double-Face, qui semblait pourtant inatteignable il y a peu. C'était superbe. Enfin, dans un tonitruant vacarme, il se stoppa non loin des voitures et camions de police, coupa le moteur en quatrième vitesse, et alla à la rencontre des combattants. Il les salua tous, les remercia, en pris quelques uns dans ses bras, et s'arrêta une petite minute devant les morts. De bons soldats.
Cela chagrinait grandement Brisbane, qui avait déjà vu des gens mourir, qui pensait aux proches des décédés, et par dessus tout qui comprenait cette situation. Terrible situation... Mais aujourd'hui, c'était un mal nécessaire, et ces hommes s'étaient battus pour la vie des autres. Ils seraient honorés, encensés même.
Cependant, malgré la nécessité de cet acte, d'un point de vue purement stratégique, la situation ne s'arrangeait pas. La Mairie et le néo-GCPD manquait d'hommes. C'était un fait. Et la seule solution qu'entrevoyait Johan était... extrême. Peut-être un peu trop d'ailleurs, mais ce n'était pas à lui d'en décider, pas tout seul.

L'instant d'après, pour trouver Edward Nygma, on lui désigna l'ambulance. D'un pas vif et déterminé, le Maire se dirigea à son encontre. Ils avaient à parler, tous les deux. Monter un téléphone rouge... hum, idée à creuser...
Quoi qu'il en soit, Brisbane se posa contre la porte ouverte du véhicule, et congédia d'une parole l'infirmier qui s'occupait de Nygma. Moins d'oreilles indiscrètes il y avait, mieux ce serait.

- Blessures de guerre. Vous le savez sans doute, mais vous guérirez... comme les criminels que vous avez arrêté.

Mais, se rendant compte de l'ambigüité de sa phrase, il reprit doucement:

- Je ne vous mets évidemment pas dans le même panier, Nygma. En tous cas, si je me suis déplacé si vite, c'était d'abord pour vous féliciter, monsieur le Commissaire. Bravo pour cette réussite. Peu de personnes peuvent se vanter d'avoir arrêté Double-Face.

Johan se tut le temps de réfléchir, et continua:

- Mais malgré votre exploit et la difficulté que cela a représenté, il faudra frapper plus fort encore la prochaine fois. Vous comprenez ? Cette attaque était un test. L'échelle de Richter sur laquelle nos futurs adversaires pourront jauger, tâter, comparer. C'est dans cette optique fichtrement inquiétante que je voulais vous parler d'une idée...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)   Mar 3 Juin - 19:40

Le poseur d’énigme officiel de Gotham, qui avait pour le moment mis en pause cette dernière activité, n’avait décidément pas un instant de répit. Avant il lui avait fallu mettre au point un plan pour voler Luthor, rouler Double Face et faire exploser le GCPD dans les mêmes vingt quatre heures. Ca n’avait pas été aisé, mais ça allait. Puis il avait été frappé, nommé commissaire, avait du relever ce qui restait du GCPD et on lui avait ordonné de se débarrasser de Dent une bonne fois pour toutes avec le peu qu’il avait. Peu qu’il avait qui ne pouvait pas le voir en peinture encore en plus. Ca augmentait tout de suite le niveau de difficulté.  Il y était parvenu, à grand renfort de coups bas, d’alliances dangereuses et de d’audace, mais il s’était blessé. Rien de grave mais c’était désagréable, surtout quand sa seule récompense était un nouveau sobriquet : Nygmataupe. Et pour venir couronner le tout le maire venait d’arriver, tout frais et les joues roses sur sa moto rutilante et après avoir serré quelques mains –l’occupation principale de tout bon maire Gothamite qui se respecte- il vint s’asseoir à côté de Nygma et s’exprima en ces termes :

- Blessures de guerre.

Non, blessure par balle. Nygma avait passé suffisamment de temps des deux côtés pour savoir qu’il n’y avait pas de « guerre » à proprement parler, juste une bande de gamins attardés se jetant des pierres. Ils avaient juste plus que des pierres à disposition.

- Vous le savez sans doute, mais vous guérirez... comme les criminels que vous avez arrêté.

Le regard que le « commissaire » lui lança fut suffisant pour refroidir tout le quartier. Ca, ça allait se payer. Brisbane, s’en rendant probablement compte, tenta de modérer ses propos.

- Je ne vous mets évidemment pas dans le même panier, Nygma.

Nooon… Absolument pas ! Tout comme il ne l’avait absolument pas engagé pour servir de fusible et faire la sale boulot à sa place. Être commissaire était vraiment un travail ingrat. Il faudrait qu’il pense à envoyer des fleurs à Gordon. Sans carte.

- En tous cas, si je me suis déplacé si vite, c'était d'abord pour vous féliciter, monsieur le Commissaire. Bravo pour cette réussite. Peu de personnes peuvent se vanter d'avoir arrêté Double-Face.

Seulement la moitié des justiciers de cette ville.

Edward leva les yeux au ciel un instant, mais quand il les redescendit son regard noir était toujours aussi intense.  Quoi qu’il fasse il était commissaire,  c’est à Brisbane que reviendraient les honneurs. Il ne se plaindrait pas parce qu’il y gagnait un casier judiciaire vide et l’assurance de ne plus jamais retourner à Arkham, mais si jamais le « maire de guerre » ne tenait pas sa part du marché Gotham s’en mordrait les doigts. Il avait eut tout le temps de ruminer sa vengeance au cas où. Le Sphinx ne plaçait aucune confiance dans les promesses d’un politicien, il était bien trop malin.

- Mais malgré votre exploit et la difficulté que cela a représenté, il faudra frapper plus fort encore la prochaine fois. Vous comprenez ? Cette attaque était un test. L'échelle de Richter sur laquelle nos futurs adversaires pourront jauger, tâter, comparer. C'est dans cette optique fichtrement inquiétante que je voulais vous parler d'une idée...

Sentant venir la pause dramatique pour l’avoir utilisée trop de fois auparavant le Sphinx le coupa, son accent de Brooklyn et sa fatigue plus présents que jamais dans sa voix.

- Brisbane faites moi plaisir : venez en au fait ou allez vous faire voir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)   Mer 4 Juin - 21:54

- Une milice.

Rien. Aucune colère, aucun énervement. Il y avait plusieurs raisons pour lesquelles Johan ne fit pas part de tout cela. En voici quelques unes: une connaissance plus précise du sacré personnage qu'était Edward Nygma, le fait que ce dernier se démerdait plutôt bien pour un travail forcé, et surtout la soirée qu'il venait de passer. Tout cela faisait que le Maire ne réagissait nullement à la réponse violente que lui balança le Commissaire. Sauf que Brisbane ne savait pas forcément que le Sphinx était TOUJOURS comme ça. Il l'apprendrait trop très vite. Mais quoi qu'il en soit, il passa sur les mots, canalisa ses sentiments et préféra se concentrer sur l'essentiel.

- Une milice populaire, donc. Un groupuscule dépendant de la mairie et du commissariat et ouverte à toutes les personnes voulant s'y inscrire. Suite à un bilan de santé, évidemment. Vu les pertes et le peu d'hommes que nous avons, il est nécessaire de mobiliser la population, ne pensez-vous pas ?

Puis, il serra les poings, sentit sa mâchoire se crisper. Bon, allez Johan.

- Oh et Nygma, je n'ai pas forcément l'habitude de faire ça, mais je voulais m'excuser pour... pour ce que j'ai pu vous faire subir. Du coup de poing aux nuits blanches. J'avais besoin de quelqu'un de doué pour m'aider, et vous vous êtes présenté juste au bon, au mauvais pour vous, moment. Si jamais vous aviez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à m'en parler.

Raaah !!! Comme c'était frustrant de s'excuser, d'être gentil... En campagne, puis au GCPD, on lui avait appris à être rude pour survivre. Trop de gentillesse était une faiblesse inexcusable. C'est comme ça qu'il le voyait. Le devoir était la seule finalité. Très stoïcien comme conception des choses. Mais depuis peu, le Maire se découvrait un autre aspect. Quelque chose de plus fragile, de plus léger. De doux. Il l'avait remarqué le lendemain du jour où il avait récupéré son chat.
Depuis, il essayait d'écrire. Des petits textes, des poèmes, des choses, quoi. Rien de bien folichon, ou de très travaillé. Mais il se passait quelque chose. Et ça lui faisait du bien. Sans cela, il n'aurait jamais adressé la moindre excuse à son Commissaire.

- Enfin bref, excusez moi pour ce larmoiement, je commence à vieillir.

Brisbane lança un faible sourire à Nygma. Puis, il secoua légèrement la tête, et se racla la gorge avant de reprendre ce qu'il disait:

- Hum hum !!! Revenons à nos affaires, maintenant. Je vous parlais donc de cette milice. J'estime que cela pourrait apporter un renfort d'hommes et de femmes vaillants, prêts à combattre pour les idéaux démocratiques et blablabla et blablabla. Je dois vous avouer que ce qui m'importe en ce moment, c'est la survie de la ville. Trop d'idéal bloquait déjà Gotham avant le No Man's Land, je ne vous dis pas maintenant. Mais ça, vous le savez déjà...
Enfin, je venais juste solliciter votre avis. Vous avez un rôle important, désormais. Oh et méfiance: vous risquez d'y prendre goût.


Johan termina par un clin d'oeil.
Oh que non, il n'en voulait pas à Edward Nygma. Ou alors, il jouait extrêmement bien la comédie...
Au Commissaire de voir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)   Jeu 5 Juin - 14:05

Face à l’humeur absolument exécrable de son commissaire, le maire décida de laissait tomber les simagrées et de passer directement à ce qu’il y avait d’important. Ce dont Nygma lui fut reconnaissant du fond de son tout petit cœur froid et dur de narcissique, mais alors bien au fond, tellement profondément en fait qu’il ne s’en rendit même pas compte. A la place il se focalisa plutôt sur l’idée de Brisbane. D’ordinaire il aurait été plutôt contre. Parce que déjà que les policiers étaient incompétents, qu’est-ce que ça pourrait être avec des amateurs. Sauf que voilà, après avoir passé suffisamment de temps à être poursuivi par les forces e l’ordre il savait qu’ils étaient bien plus efficaces en bande. Or si avec plusieurs milliers d’agents effectifs les criminels pouvaient toujours commettre leurs petits méfaits, avec seulement une centaine d’abrutis en bleus, le côté obscur de la force se fichait des policiers comme un pot de margarine s’inquiéterait de la reproduction des mouches de Patagonie par temps de brouillard.

Bref ils avaient besoin de plus de monde, et vite.

L’ennui c’est que si leurs hommes étaient actuellement absolument incorruptibles, recruter en masse des civils après des tests très sommaires donnerait l’occasion à toute la pègre de Gotham de placer des espions dans leurs nouvelles troupes. C’est ce que lui ferait et bien qu’il l’oublie souvent, il savait que les autres joueurs de cette partie à échelle humaine n’étaient pas des idiots non plus. Ils ne le feraient peut être pas tous, mais il y en aurait au moins un pour y penser. Ca serait suffisent pour que la nouvelle brigade soit remplie de taupes.

Mais alors qu’il allait faire part de cette pensée à Brisbane ce dernier fit quelque chose qui l’horrifia au plus haut point.

- … Je voulais m'excuser pour... pour ce que j'ai pu vous faire subir. Du coup de poing aux nuits blanches. J'avais besoin de quelqu'un de doué pour m'aider, et vous vous êtes présenté juste au bon, au mauvais pour vous, moment.

Edward Nygma parvint à retenir la grimace qui menaçait de s’étendre sur son visage, mais il ne put s’empêcher de poser un bras sur son bandage et de s’éloigner d’un bon mètre tout en restant assis. Généralement quand les gens étaient polis avec lui, c’était soit pour lui faire avaler des produits ayant des chances d’avoir des effets étranges –le Docteur Crane avait toujours été extrêmement courtois quand il travaillait à Arkham- soit pour mieux cacher le poignard dans leur dos. Il était déjà blessé et fatigué, il n’avait pas du tout envie d’empirer son état. Mais la suite se révéla encore pire.

-Si jamais vous aviez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à m'en parler.

Un frisson d’une émotion assez particulière, un mélange alien de dégoût, de peur et d‘appréhension remonta e long de sa colonne vertébrale et fit se dresser ses cheveux sur sa tête. Il comptait déjà surveiller le maire avant, mais là tous ses sens étaient en alerte maximale. D’après sa très longue expérience, il ne pouvait pas lui arriver quelque chose de bien sans que quelque chose de mauvais après. La proposition ne fut même pas considérée ne serait-ce qu’un seul instant. Edward était un épouvantable individualiste qui était convaincu que si on voulait que les choses soient bien faites il fallait les faire soi même, ça n’était pas près de changer. Réflexe de Pavlov oblige, il mit son deuxième bras devant son bandage, se disant que décidément il ne pouvait pas avoir un instant de répit.

- Vous avez un rôle important, désormais. Oh et méfiance: vous risquez d'y prendre goût.

Le Sphinx ne put réprimer sa grimace horrifiée en voyant son clin d’œil, les épaules en arrières, essayant de mettre le plus de distance possible entre le vieil homme et lui. Non mais c’était quoi ça ? Brisbane devenait sénile. Oui voilà ça devait être ça. Ayant résolu le problème, il reprit contenance. Ceci dit, il ne bougea pas ses bras pour autant et garda une distance de sécurité d’un mètre.

- C’est ça… Hum, pour en revenir à votre idée. Je ne vais pas dire qu’elle est bonne, mais de toute façon nous n’avons pas bien le choix. Ce n’est pas à cent contre dix mille que nous allons nous sortir de cette crise. Mais là où il va y avoir des problèmes et pas des moindres, c’est que notre centaine de maca… de policiers est indéfectiblement loyale. Je doute que ça soit la même chose pour des civils. De plus il sera ridiculement facile pour n’importe quel criminel possédant un tant soit peu de jugeote de nous envoyer des taupes.

Il releva un de ses bras pour poser deux doigts contre son menton alors qu’il levait la tête en l’air, ce qu’il faisait quand il réfléchissait. Une seconde plus tard il sortit un petit gadget de sa poche et l’alluma, déclencha un grésillement horriblement désagréable. Un brouilleur très particulier qui détruirait tout appareil d’écoute à proximité et ferait suffisamment de bruit pour qu’ils puissent parler en paix. Cette discussion devenait trop importante pour prendre de risques.

- Ce qu’il faudrait donc faire c’est s’assurer que cette « milice » comme vous le dîtes n’ait jamais accès aux plans. Voir que les taupes quand nous les trouverons, ou plus précisément quand je les trouverais, tombent par hasard sur de faux plans. Mais ils doivent rester réalistes et assez proches de la vérité, sinon ils comprendront la supercherie et ça deviendra inutile. Après j’ai une technique pour les documents secrets donc ils ne risquent pas de trouver quoi que ce soit mais mieux vaut rester sur nos gardes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)   Dim 29 Juin - 23:39

Parfois, Johan ne comprenait pas les personnes qui l'entouraient. Il y a longtemps, fort longtemps, quand il pouvait encore se projeter dans le futur, alors que sa famille était encore en vie, il lui arrivait de ne pas saisir certaines réactions de sa femme, par exemple. Stacey Brisbane, anciennement MacHoward, était pourtant quelqu'un de très équilibré, sans trouble mental ou problème quelconque. Et pourtant, Johan ne comprenait pas certaines de ses manières, certains de ces actes. Peut-être était-ce la différence de sexe, ou bien le lien affectif qui, comme l'adage le dit si bien, rendait aveugle l'Inspecteur de police. Il n'y croyait pas. Mais alors pas du tout.
Ainsi, au cours de toutes ces années, il s'était rendu d'une chose: les gens étaient étranges. Tous. Lui aussi, d'ailleurs. Et cette étrangeté faisait que parfois il ne pouvait pas saisir les réactions de ses interlocuteurs. Johan se retrouva avec cette perplexité quand il vit Nygma réagir de la sorte. Une gestuelle de protection alors qu'une proposition amicale avait été lancée. Cela refroidit considérablement le Maire, qui se promit de ne plus parler de cela à l'avenir. La prochaine fois, qui pouvait savoir comment le prendrait Nygma ? Enfin, ils étaient là pour discuter sérieusement, et il n'y avait nulle place et nul temps pour le jugement.

Brisbane écouta attentivement ce qu'avait à dire le Commissaire, avant de hocher la tête et de répondre pensivement tout en se frottant la barbe:

- Hum oui...


Devant le probable regard blasé du Sphinx, Johan continua:

- Oui. Il est évident que les taupes seront LE problème de cette milice. Mais à vrai dire, j'y avais déjà pensé un peu, et voilà comment nous pourrions fonctionner: la milice sera sous les ordres directs du néo-GCPD, donc vos ordres. Elle n'agira que lorsque vous le direz, où vous le direz, et c'est tout. Rien que cela limitera grandement les possibilités d'accéder aux plans que nous pourrions établir.
Et si cela ne suffit pas, il est possible d'instaurer un accès restreint aux bâtiments de police.


Bien que la Milice soit quelque chose de totalement différent d'un département policier, il fallait de l'ordre, il fallait une hiérarchie. Et encore une fois, Brisbane faisait confiance au Sphinx en le plaçant à la tête de ce groupuscule légal et létal. Peut-être que ce génial bougre d'imbécile parviendrait à faire confiance à son vieux tortionnaire, un jour, au lieu de se crisper dès qu'il se montrait un tant soit peu amical. Sans doute que Nygma n'avait jamais été habitué à la gentillesse, à l'amitié, au contact social, même.
Ou peut-être que si, et il était aussi taré et asocial qu'on le disait, que le Batman le disait ? Personne ne le savait vraiment. Même pas le concerné.

- Autrement, nous pourrions aussi réquisitionner les armes qui restent aux armuriers, s'il leur en reste, pour armer les personnes de la milice qui ne le seront pas. Non pas que la torche et la fourche me déplaisent, mais bon, si on peut avoir mieux en stock...

Derrière Brisbane, le feu des combats s'estompait peu à peu. Les flammes si vivantes, si violentes n'étaient plus que des cendres encore rougeoyantes, vague souvenir d'un plan savamment orchestré. Les gémissements des blessés s'éloignaient avec les crissements des pneus des véhicules qui les conduisaient à l'abri, là où ils allaient pouvoir être soignés. Les cliquetis des chaînes passés aux chevilles et aux poignets des criminels étaient le dernier instrument du long opéra joué ce soir au Tribunal Solomon Wayne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Assaut du GCPD (PV Double-Face, James Adams, Oswald Cobblepot)
» Sylas, le visage à double face
» La double face de la justice - Fini !
» Double face /PV\
» Fiche de Double Face

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Park Row :: Tribunal Solomon Wayne-