RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 D'une pierre deux coups [ Emery ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: D'une pierre deux coups [ Emery ]   Mer 23 Avr - 22:58

Le quartier du Midtown était étroitement surveillé à cause de la venue des terroristes à Gotham City. Le pire restait la banque nationale de Gotham. Le peu de GCPD restant protégeaient le lieu une journée entière avant de se relayer, sans compter le personnel. Malgré tout, le Diamonds Exchange ne faisait pas exception à la sécurité qui s'était installé. Les grognements et les frottements de mains témoignaient du froid. Dans la nuit, une vingtaine d'homme du GCPD parlaient avec animation. Et pour cause ! La sécurité avaient augmentée car un long camion, transportant plusieurs équipements signé Wayne Tech avançait dans les rues de Midtown. En effet, le convoi se dirigeaient vers la plus grande bijouterie de Gotham.

Et cela, ça n'avait pas échappé à l'homme aux deux visages. Soucieux de ne plus se faire remarquer avant le commencement du plan du meilleur mercenaire du monde, il avait chargé Scott et Rico de faire main basse sur le camion, accompagné de trois hommes. Seulement, en plus de cela, il aurait également voulu braquer la bijouterie, qui contenaient des bijoux de valeur inestimables ou, du moins, hors de prix, comme le trésors des océans, un collier en or avec, au milieu, un cœur de saphir. Conscient que le coup était bien trop gros, il a demandé les services d'une mercenaire, Emery, de la braquer pour lui sans rien laisser. Le mode de paiement serait à voir avec elle ... Mais Double-Face imaginait néanmoins qu'elle voudrait sa part du gateau. Rico descendit du véhicule fourgon, accompagné de deux sbires. L'un des hommes de mains gardaient le véhicule de fuite, où seraient mit tout les bijoux.

" Merde, il fait froid. A croire que Freeze est de retour. "

La phrase était sorti de la bouche de Scott, mais Rico était certain que plusieurs Gothamites avaient laissé échapper cette phrase de leurs bouches. C'est vrai, à croire qu'il faisait aussi froid que dans le repaire du bonhomme de neige. Les sbires de Double-Face se dirigèrent vers l'arrière du bâtiment, là ou devait être donnée la marchandise. Dans le même temps, ils vérifièrent leurs pistole et les équipèrent de silencieux. Une arme qui fait autant de dégât qu'un fusil à pompe mais qui a pourtant la maniabilité d'un pistolet. Pratique, lorsqu'on veut faire les choses vites. Et même si il n'y avait aucun survivant, les autorités du GCPD ne pourrait rien faire. Abandonner la banque nationale de Gotham, en sachant peut être que c'est un coup monté pour attaquer la plus grosse banque de la ville, le Ritz Hôtel alors qu'on pourrait faire une prise d'otage alors que le Killer Moth en avait organisé un il y avait peu de temps ?

" Le convoi devrait arriver dans une dizaine de minutes. Faut faire gaffe avec ses tarés de Joke, de Dent et de Crane. "

Ainsi donc on s'attendait à la venue de Double-Face. Le policier tapa amicalement l'épaule de son ami et parti d'un rire sans joie. Les effectifs du GCPD, de ses amis, de ses coéquipiers avaient été réduit à un quart après que le terroriste avait fait un carnage, que le patron ai pris d'assaut leurs QG et que le Sphinx termine le boulot. Ils s'avancèrent vers les policiers. Afin que le gang de Double-Face ne soit pas impliqué dans l'affaire, ils avaient retirés les masque qu'ils portaient d'habitude. L'un des gardes leva son arme vers eux. Autant dire qu'ils n'avaient aucune chance de vaincre la zone à eux quatre. Ils étaient donc partis un peu plus loin, où six hommes du GCPD parlaient avec animation.

" Messieurs, la zone est protégée. Nous vous demandons donc de partir tout de suite. "

" Oh, on se calme on vient juste vous buter. "

D'un seul coup, les quatre hommes plantèrent leurs couteaux qu'il sortirent de leurs poches pour les planter dans la tête. Rico pris ensuite les deux autres et leurs serra la gorge si fort qu'ils furent assommés dans les quelques secondes qui suivirent. Ils échangèrent ensuite de vêtements malgré le froid, ce qui faillit les congeler sur place. Une sensation de bonheur intense vint pourtant leurs remonter le moral une fois que les équipements de leurs victimes, plus chaud, furent mit. Ils partirent ensuite a la rencontre des policiers. La cargaison de Wayne Tech n'allait pas tarder a arriver ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: D'une pierre deux coups [ Emery ]   Jeu 1 Mai - 9:49

Tout en me frottant énergiquement les mains dans l'espoir de les réchauffer, je tentais de ne pas m'énerver trop rapidement. En effet, Enry se montrait des plus insupportables. La colère montant petit à petit, vicieuse et tentatrice, alors que je le suppliai encore intérieurement de se taire. Mais rien n'y fit; il continua à m'exposer ses théories sur l'effet du gel sur le nez et les oreilles, ainsi que ses jeux de mots plus que pitoyables.  

" Mais ferme-là, bon Dieu! " finis-je par crier, seule dans le silence, alors qu'un vieux clochard dardait sur moi un regard légèrement surpris, avant de réprimer un petit cri, sûrement dû à mon apparence.

En effet, je portais un uniforme de garde de nuit, absolument identique à celui que portaient les gardes de la bijouterie. Les poches diverses et variées cachant mes diverses armes et outils étaient placées à des endroits différents qu'habituellement, mais j'avais réussi à m'y retrouver, depuis. Je m'étais en effet entraînée des jours à l'avance, ne dormant presque pas et me shootant au café afin de pouvoir enfin m'introduire dans la bijouterie. Et quelle bijouterie! Capteurs de mouvements, de chaleur... Tout y était. De plus, les gardes étaient invulnérables car toutes les vingt minutes, ils devaient entrer un code, sans quoi l'alarme était donnée au GCPD. J'avais d'abord cru pouvoir les neutraliser et ressortir avant vingt minutes, mais m'étais rendu compte que non, ce ne serait pas possible. Aussi avais-je prévu un tout autre plan. J'étais parée. Mes cheveux, regroupés en une tresse couronne, ne risquaient pas de me déranger et, dans le cas où il me faudrait éviter des faisceaux de laser, d'activer l'alarme, chose qui m'énervait au plus haut point, la plupart du temps.Le tout allait être difficile. Mais j'allais y arriver; j'y arrivais toujours. [i]Nous[i] y arrivions toujours. Peu importaient les méthodes, c'étaient les résultats qui comptaient.

En général, les cambriolages étaient surtout faits sur les petites entreprises, parfois pour voler des plans ou des projets. Mais cette fois, tout était difficile. La bijouterie allait être totalement dévalisée. Et je comptais bien demander ma part sur les récoltes. J'avais pris deux sacs de toile fin mais résistant, que j'avais réussi à fourrer dans une de mes poches.

Je finis par arriver au point de rendez-vous avec le hacker que j'avais contacté. Il devrait déjà être là, normalement, mais visiblement il n'était pas très à cheval sur les horaires. Je sortis les plans de l'immeuble une dernière fois et étudié encore une fois le chemin jusqu'à la salle de contrôle des caméras. Il y avait deux gardes à l'intérieur. Mais, pour que mon plan puisse marcher, il me fallait encore au moins un homme supplémentaire. D'après ce que je savais, deux hommes de mon patron devaient m'aider dans mon entreprise.

Il arriva enfin. Je ne savais rien de lui, outre ses compétences. Je lui offris mon sourire le plus sincère possible, sans qu'il ne paraisse commercial. Il me rendit la pareille. Lui aussi avait revêtu l'uniforme de garde dont je l'avais affublé. La casquette lui allait à merveille. Je sortis mon grappin, alors que nous arrivions derrière la bijouterie. Il s'accrocha à ma taille, et nous montâmes sur le toit du bâtiment par intermédiaire de plusieurs autres bâtiments moins hauts, entre autres. Là, nous attendîmes la venue des deux autres. Je ne savais pas exactement quand ils allaient arriver,mais je leur avais bien signalé le lieu de notre rendez-vous. J'attendis encore un moment, me frictionnant énergiquement les mains, quand je les vis enfin. Ils étaient eux aussi habillés en tenue de garde de nuit. Je leur fis un léger signe de tête, auquel ils répondirent de manière légèrement crispée. 


- Parfait, on va pouvoir commencer. Bon, nous allons nous introduire via les conduits d'aération dans le bâtiment. Nous allons sortir au niveau de la salle de contrôle des caméras. Là, nous désactiverons les capteurs de mouvement et de chaleur. L'un d'entre vous restera vers eux et garantiront leur... tranquillité. Toutes les vingt minutes, ils devront entrer un code. Faites en sorte qu'ils mettent le bon. Le deuxième, le hacker et moi iront jusqu'à la salle du coffre. Les gardes ne doivent pas être tués. Toujours à cause du code. Jusque là, tout est clair?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: D'une pierre deux coups [ Emery ]   Dim 4 Mai - 11:35

Le camion de la Wayne Tech s'approchait à grand pas du Diamonds Exchange, escorté par deux voitures du néo GCPD. Dans une dizaine de minutes, tout au plus, il se serait posé devant Rico et Scott. Ceux-ci devrait prendre le convoi d'assaut. Mais bien évidemment, à cinq contre trente, c'était peine perdue.

" Tu trouve pas qu'il fait froid ? "

Le chauffeur, employé de Wayne Tech, avait prononcé cette phrase sans penser une seule seconde que l'homme assis au siège passager allait lui répondre. Fidèle à son comportement habituel, Jay essayait de rendre le trajet plus sympathique avec son collègue, mais Rogue, lui aussi, n'ouvrait pas la bouche. Toujours silencieux, ou en train de parler dans sa barbe. C'était le genre d'homme que Jay haïssait au plus au point lorsqu'il était chez lui, à raconter ses mésaventures à sa femme, et dont il avait pitié lorsqu'il se retrouvait avec l'un d'eux en face à face. C'est exactement le genre de truc qu'il venait de lui arriver. Il n'avait jamais eu le temps de travailler avec Rogue. Aujourd'hui, il découvrait ce que cela faisait. Soudain, la voiture de police devant eux s'arrêta brusquement. Le conducteur en descendit, puis même les policiers derrière eux sortirent du véhicule.

" Merde, il se passe quelque chose de pas normal ! "

Jay ne savait pas quoi faire. Alors qu'il prenait peur, son collègue somnolait à moitié, le laissant seul face à une possible menace.

" Ben fais ce que tu veux, moi, je vais voir ! "

Jay descendit de sa voiture, et ne se réjouis de voir un homme affalé sur le sol, et non un gang avec des masques de clown. Il en éprouva un profond soulagement.
Il commença à remonter dans le camion, lorsque, soudain, une dizaine d'hommes, armés de petits pistolets silencieux et d'autres pistolets bizarres au bout jaune, se manifestèrent. L'homme allongé au sol sortit lui aussi un pistolet jaune et tira au cœur de celui qui, quelques minutes plus tôt, lui demandais encore s'il allait bien. Le policier s'affala sur le sol, parcouru de spasmes, bougeant ses membres et même son corps comme une poupée inarticulée. Un gang mineur, très certainement, pour user de pistolet silencieux ou paralysant. Les policiers, eux, ripostèrent bien vite. Ayant perdus leurs sang froid, ce n'était ni les bras, ni les jambes qu'ils visaient, mais bien le ventre, afin de toucher le thorax, ce qu'ils firent avec brio. Mais même couchés, les hommes ne s'arrêtaient pas. Si c'était un si petit gang, qui leurs avaient fournis les pares balles ? Soudain, l'homme qui avait bloqué la circulation du convoi changea d'armes et abrégea les efforts des hommes du GCPD : les quatre hommes qui tentaient d'en contenir le double s'affalèrent sur le sol.

Stanley, le chef du petit groupe de cinq criminels, monta dans le camion Wayne Tech et y grimpa, jetant Jay et Rogue. Il pointa l'arme du Beretta juste devant eux.

" Vous avez vu quelque chose ? "

" No ... Non, monsieur ... Laissez moi tranquille, j'ai une femme ! Et même des enfants ! Je ne dirai rien. "

Il se tourna ensuite vers Rogue. Celui-ci le regardait fixement, puis articula bien ses mots.

" Je suis sûr et certain que vous allez nous tuer ! Vous ne voulez pas de risque ! "

Le criminel le regarda. Peut être avait il des enfants, lui aussi ? Engagés par Double-Face, le chef de gang, le plus redouté après Le Joker et Black Mask, avait clairement dit qu'il ne devait pas y avoir de meurtres inutiles. Pourtant, peut être que les deux hommes, inoffensifs, allaient le balancer ?

" Ok. On a besoin de vous pour conduire le camion jusqu'au Diamonds Exchange, ni vu ni connu. On oubli mille et une choses tout les jours. Si jamais je vois un seul geste, je vous flingue. Vous deux. Et ensuite, j'irai éliminer ta petite famille. Me suis je bien fait comprendre ? "

Après un " Oui, oui " assez vague, Stanley et les six hommes survivants partirent se changer en homme du GCPD. Cela ne fut pas compliqué. Sur les dix, six étaient morts, ils se contentèrent donc de déshabiller les hommes défunts et planquèrent les vivants. L'un d'eux, toujours habillé en civil, alla ranger la voiture du GCPD dans un petit parking, que Double-Face réservait aux voitures volés, au cas où il se ferait attaquer. Oh, des petites bagnoles prêtes pour la casse, mais qui en avaient assez dans le moteur pour pouvoir percuter avec violence.

Rogue et Jay se remirent donc en route, une voiture du GCPD sur les talons, suivis de six hommes, faiblement armés, mais profitants au moins de l'effet de surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: D'une pierre deux coups [ Emery ]   Lun 5 Mai - 18:28

Après avoir entrepris de nous glisser peu à peu vers la salle de contrôle, silencieusement, nous arrivâmes enfin à destination. Je sortis quelque outils que j'utilisai pour ouvrir sans un bruit la grille. Puis, je sautai silencieusement à terre et visai les deux hommes de mon arme. Les deux hommes qui m'accompagnaient, ainsi que le hacker, firent de même.

- Messieurs, retournez-vous sans un bruit. Au moindre mouvement suspect, nous tirons. Bien. L'un de ces messieurs va rester avec vous et vous obéirez à chacun de ses ordres. Il n'aura aucun scrupule à vous éliminer. Hm, maintenant que les formalités sont faites, ce serait vraiment gentil de votre part si vous pouviez désactiver toutes les alarmes et toute autre petite... surprise. Sans tentative héroïque, évidemment.

Je ne savais pas parler d'une manière à terroriser tout en restant "cool". Aussi avais-je tenté de paraître le plus claire possible tout en restant polie, de manière à leur montrer que je n'étais pas complètement stupide, et que je savais ce que je faisais. J'étais déterminée et je voulais réussir. Pas question d'échouer. Il n'y avait d'ailleurs aucune raison que cela n'arrive.

Les deux gardes s'activèrent et bientôt je fus sûre de pouvoir sortir sans aucun danger. Ces hommes avaient une famille, des amis, un avenir et des envies. Ils n'allaient pas mourir juste pour pouvoir empêcher un vol. Il n'y avait que les acteurs qui faisaient ça. Mais ici, c'était la vraie vie.

J'étudiai les caméras, regardant bien où étaient disposés les gardes. Ils entrèrent bientôt un code, et je pressai les deux d'en faire autant. Bien, nous avions exactement vingt minutes. Timing parfait. Le hacker, le deuxième homme et moi-même sortîmes dans le couloir et nous dirigeâmes tranquillement vers la bonne salle, en tenue de gardes de nuit, tranquillement, sans aucun stress. J'avais regroupé mes cheveux sous ma casquette. Nous tournions, suivant le plan que j'avais mémorisé. Bientôt, nous arrivâmes à destination. Là, nous accostâmes les deux gardes de faction. L'homme de Double-Face s'adressa à lui.


- On prend la relève. Rentrez, les gars.

Il avait parlé tout à fait normalement, et nous souriions, le hacker et moi. Ils haussèrent les épaules. Après tout, quelles raisons auraient-ils eue de ne pas nous croire? Ils s'en furent et nous gardâmes quelque minutes notre poste, au cas où ils reviendraient. Puis, le hacker se mit au travail afin d'ouvrir la porte qui était bloquée par un code. Rapidement, cependant, ce fut chose faite. J'entrai avec lui tandis que l'autre restait à la porte. Là, ce fut au tour du hacker de jouer. Comme nous avions vu le code à travers les caméras, il n'y avait aucun soucis à se faire de ce côté-ci. L'autre était là pour cela. Le hacker fut immédiatement dans son élément. Pour ma part, je restai à la porte, attendant patiemment qu'il ait fini. Après quelque minutes, il grogna, mais se concentra de plus belle. Je ne me mêlais de rien, sachant parfaitement qu'une intervention de ma part ne ferait que le déconcentrer, et ce n'était sûrement pas ce que je voulais.

Tu es bien sûre que ce n'est pas une mauvaise idée, d'avoir fait partir les deux gardes? Si ça se trouve, les codes changent...

Je tentai de rassurer Enry, mais au fond, je n'en était pas sûre moi-même. Je n'avais que l'information qu'ils devaient entrer un code toutes les trente minutes. Après, si ce code changeait, je ne savais pas, bien que cela m'eut étonnée que les gardes dussent se souvenir d'autant de codes en une soirée. Alors, il n'y avait probablement aucun soucis à se faire de ce côté-ci.

Par contre, je commençais à douter du fait que le hacker réussisse à ouvrir ce maudit coffre. Et s'il n'y arrivait pas, alors tout était foutu. Désormais de plus en plus inquiète, je tentais de me calmer. Cet homme était compétent. Je me devais de lui faire confiance. J'ouvris silencieusement la porte et regardai en direction du "garde". Rien n'avait bougé. Tout se passait exactement comme prévu. Il n'y avait aucune raison que cela ne tourne mal.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: D'une pierre deux coups [ Emery ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

D'une pierre deux coups [ Emery ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amalia Petridis - D'une pierre deux coups
» Combien ont coûté à Haiti les deux coups d'état contre Aristide ?
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Midtown/Diamonds :: Diamonds exchange-