RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Retour au bercail [PV Dr. Jonathan Crane/Scarecrow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Retour au bercail [PV Dr. Jonathan Crane/Scarecrow]   Dim 13 Avr - 15:56

Malgré ses détracteurs Gotham, au crépuscule, possédait  un paysage incomparable. Certes, d'une façon assez apocalyptique, mais quand même plus poignant que les autres cités américaines. Sauf Blüdhaven après un passage de Chemo.
Les nombreux rayons rougeâtres du soleil mourant, teintaient les nuages et la pluie fine de sang.
Les bâtiments squelettiques, noirs du fait de la pollution et du manque de lumière se dressaient dans les alentours tels une forêt de pierres tombales érigées pour représenter les rêves et aspirations de ceux qui y ont vécu, et qui y sont le plus souvent morts.
Un vent léger, que certains auraient pu appeler doux et printanier avant qu'il n'approche la cité maudite, soufflait , emportant avec lui poussières, maladies et gémissements.
Des silhouettes sombres se traînaient lentement, car ses habitants étaient plus morts que vivants.
Gotham, cité du vice , de la folie de la mort, que certains considèrent comme la bouche des enfers elle même.
Toutefois, tout le monde n'était pas préoccupé par ces élans poétiques. Non, la protagoniste ici présente était en sous vêtements, plus précisément, une parure Victoria's secrets en satin et dentelle noire soixante dix huit dollars en soldes à cinquante pour cent, affalée sur son lit se faisant les ongles et rigolait en regardant les derniers déboires de Brandon et Brenda dans une série télévisée dont elle ne souvenait même plus du nom.
Les derniers jours avaient été éprouvants pour elle.
Tout avait bien commencé, elle était sortie de l'aile basse sécurité de Blackgate, son habitude de ne jamais tuer sans nécessité qui avait fait d'elle la risée des vilains de base avait joué en sa faveur lors de son jugement et sa bonne conduite lui avaient permis de sortir avec une réduction de peine.
Une fois sortie, elle s'était dirigée vers son appartement à Crown Point et contacté une de ses anciennes connaissances pour la tenir au courant des dernières nouvelles. Une fois rentrée, elle avait appris que Jonathan Crane, l'autoproclamé 'dieu de la terreur', le scientifique fou, et apparemment violeur de rousses en série, avait conquis Crown point, contrôlait les 'commerces' et savait tout sur tout le monde. Et il réquisitionnait les habitants du quartier pour bosser pour lui.
Et elle était une métahumaine avec des pouvoirs offrant des tas de possibilités. Et rousse. Et le dealeur l'avait probablement balancée à Crane.
Carla Miller, ou Karla, n'était pas la plus intelligente du lot, mais même elle connaissait l'attitude à prendre dans ce genre de cas.
Elle prit sa carte de crédit et alla faire du shopping.
Après s'être achetée plusieurs flingues, quelques fumigènes et des litres de substances hautement inflammables, elle prit les clefs de son tout nouveau van gris, embarqua la partie la plus récente de sa garde robe avec elle et s'enfuit sur les routes de Gotham. C'est là qu'elle apprit pour le lockdown de la cité.
Il lui aura fallu dépenser mille autres dollars pour se calmer les nerfs et faire le point.

L'épouvantail pourrait ignorer le dealeur, sous prétexte que la petite frappe était probablement stone.
Il y avait des rumeurs selon lesquelles il était tellement bon qu'il arrivait à savoir , à distance, ce que les gens pensaient alors elle avait pris la mesure appropriée : elle ne savait même pas où elle était donc il y avait des chances que lui non plus.
Karla était plus ou moins à l'abri des problèmes de choléra , vu qu'elle augmentait sa température corporelle jusqu'à cent degrés juste après s'être douchée pour un séchage automatique, ce qui tuait à peu près toutes les maladies, maintenant dix fois par jour.
La rousse roula sur son lit une fois ses ongles secs. Tous ces événements lui donnaient la migraine et elle était sure que çà lui gâcherait le teint.
Elle entendit quelqu'un frapper à la porte et se retint de grogner, s'il y avait une race qu'elle méprisait plus que les aliens, c'était les démarcheurs, çà serait quoi cette fois ci, tapis, aspirateurs, proposition d'emploi ?
La personne frappa à nouveau à la porte et, résignée, la vilaine à temps partiel enfila la première chose qui passait, une robe de chambre en satin blanc. Elle attacha la ceinture et pensa cyniquement qu'au moins quelqu'un aurait une vision agréable aujourd'hui alors qu'elle desserrait un peu la ceinture, pour essayer de ne pas accentuer son décolleté .Elle ouvrit la porte d'un air exaspéré et regarda en face d'elle. Et leva la tête. Pour voir un sourire grimaçant sur un masque en toile de jute. Sa paupière inférieure spasma.
C'était tellement cliché, elle espérait qu'il ne pensait pas qu'elle se mettrait à crier. Bon, on ferme la porte, et on se barre en quatrième vitesse.
La rousse douta alors de quoi faire et appliqua la règle universelle du pyromane : dans le doute, fous y le feu.
Elle se saisit du briquet qu'elle gardait toujours à portée, l'alluma et projeta la flamme vers le savant fou.
Karla savait qu'elle aurait du participer à cette bagarre pour le dernier tube de rouge à lèvres à la prison.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour au bercail [PV Dr. Jonathan Crane/Scarecrow]   Dim 13 Avr - 16:00

Les rues de Crown Point n'était jamais sûres, mais depuis le début du No Man's Land Les choses étaient bien pires. Maintenant en plus de risquer de se faire aborder par des prostituées, des dealers, se faire racketter voir violer par le premier truand venu, kidnapper pour servir d'expérience ou de mule, ou bien encore de se faire tuer de la façon la plus répugnante et désagréable qui soit, le seul fait d'être dehors vous donnait envie de vomir et pouvait potentiellement vous tuer. Le problème avec une épidémie de Choléra, c'est qu'une fois la maladie suffisamment répandue, la bactérie est partout et il est très dur de s'en défaire. Fort heureusement ce quartier était la plaque tournante de la drogue à Gotham City, donc utile. Et comme il était utile il jouissait d'un ordre relatif, contrairement à des quartiers comme l'East End où les rues sombraient tous les jours un peu plus dans le chaos le plus total. Cet ordre, c'était le Dr Jonathan Crane qui le maintenait.

Il avait "convaincu" tous les dealers de lui accorder une petite part de ce qu'ils touchaient et en échange il leur avait donné des médicaments pour eux et quelques uns qu'ils pourraient revendre. En échange de leur collaboration il s'assurait qu'il n'y ait aucune autre menace pour leurs affaires que lui même, il les impliquait dans certains de ses plans quand ça pouvait leur rapporter, s'assurait qu'ils puissent continuer de s'approvisionner et il leur laissait les expériences ratées pour qu'ils puissent revendre leurs organes... Ou faire ce qu'ils voulaient avec, après tout ça ne le regardait pas. Le docteur avait évidemment donné des conseils aux habitants du quartier, relayés par Scarlett, pour endiguer l'épidémie. De toute la ville ils étaient les seuls à savoir quoi faire pour l'instant et ça, ça avait plus de valeur que n'importe quel paiement. Les membres de l'économie parallèle du coin étaient assez satisfaits de la situation ou trop terrifiés pour se rebeller, l'Epouvantail aussi, alors tout le monde s'entendait et il n'avait pas de problèmes pour contrôler ce qu'il commençait à assimiler comme SON territoire. Le docteur s'en moquait éperdument, mais pas l'avatar de la terreur qui lui était extrêmement possessif et cela se ressentait sur l'autre facette de sa personnalité. Le monstre qui sommeillait en lui s'était juré d'exterminer tout ce qui pourrait endommager le statu quo, et c'était précisément pour ça qu'il était dehors à une heure pareille.

Il y a peu de temps une femme du nom de Karla était sortie de la prison de Blackgate et avait élu domicile à Crown Point. Jusque là pas de problèmes, elle avait une prénom bizarre et aucun nom de famille mais c'était plutôt commun dans les bas quartiers. Peu de gens donnaient leurs véritables identités, à commencer par Scarlett. Mais là où les choses devenaient un peu plus compliquées c'est qu'elle avait été envoyée à Blackgate pour avoir combattu Aquaman. Avec du feu. Qui ne pouvait être éteint avec de l'eau. Son assistante avait réuni des informations sur les membres du Trio Terrible aquatique et ça n'était pas glorieux mais ses pouvoirs étaient très intéressant Dans une ville comme celle ci où peu de gens jouissaient de capacités métahumaines ça pouvait rapidement devenir dangereux. Alors quand on lui avait rapporté que la dite menace potentielle avait commencé à bouger il l'avait immédiatement faite suivre en attendant qu'il puisse s'en occuper.

Alors qu'il arrivait en vue du van gris où elle était censée vivre selon ses sources il ralentit l'allure, silencieux et discret. Enfin aussi discret qu'il pouvait se le permettre quand ses deux mètres douze d'os et de cicatrices étaient mal camouflés par un long imperméable. Crane savait qu'il serait très mal accueilli mais depuis sa défaite contre Ra's Al Ghul il s'était entraîné sans relâche alors il se sentait plutôt confiant. Etendant un long bras rachitique il frappa à la porte métallique. Après un instant il entendit du mouvement derrière et la porte s'ouvrit. La femme, plutôt petite, leva les yeux... les leva encore... et son regard s'emplit de terreur. Crane sourit.

Une seconde plus tard, elle lui mettait le feu.

L'Epouvantail leva les yeux au ciel.

Bien sur, c'était un scientifique fou maniant des produits chimiques inflammables mais non, il ne lui était jamais venu à l'esprit que la toile de jute brûle facilement. Stoïque, il arracha calmement le tissus en flamme pour le jeter derrière lui. Et oui, il portait un costume ignifugé en dessous. L'empêchant de refermer la porte coulissante il passa ses mains dans l'interstice et ouvrit de force. Le docteur entra dans le véhicule assez lentement, faisant attention à jouer sur la différence de taille entre eux deux, se penchant au dessus d'elle pour bloquer sa vision. Ceci dit il n'avait pas le choix, il était tellement grand que s'il faisait autrement il se cognerait la tête au plafond et ça serait un peu dur de l'intimider dans ces conditions.

" Bien essayé. "

Il remarqua qu'il n'avait pas eut à dire quoi que ce soit. Probablement sa réputation qui le précédait. Surtout ses habitudes avec les rousses, ce que l'affaire Cassie Andrews avait fini de confirmer. Pourtant même si Karla était rouquine elle n'était pas son genre et ne risquait donc rien, mais ça elle ne le savait pas. Si elle avait peur de lui, ils allaient peut être pouvoir trouver un arrangement.

"J'aurais une ... proposition à vous faire."

L'Epouvantail tenait à son autorité sur le quartier, à l'ordre, à l'omerta qu'il avait forcé sur les habitants et n'était vraiment pas prêt à lâcher prise. Les pouvoirs de Karla étaient une menace ... ou un avantage. Se faire des alliés n'était pas aisé, trouver des employés qualifiés l'était encore moins et c'était plus dur de maintenir son influence en étant seul. L'avoir comme partenaire professionnelle cimenterait sa position. Si elle refusait... au vu de sa musculature elle ne se battait pas souvent. Ca ne serait pas un combat mais une exécution.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour au bercail [PV Dr. Jonathan Crane/Scarecrow]   Sam 19 Avr - 22:32

" Bien essayé "
Bizarrement, le Crane des rumeurs, celui de dix mètres de haut, increvable et qui mangeait les enfants était plus effrayant que le Crane à moitié cramé qui sentait le brûlé, était trop grand pour passer dans son van et devait donc se baisser pour éviter de se cogner la tête contre le plafond.
Non pas qu’elle allait lui signaler ce détail de taille alors qu’il était visiblement en mode ‘dieu de la terreur’. Elle avait entendu parler de son combat avec Ra’s al Ghul après tout.
La rousse se saisit par réflexe du premier objet à portée et le brandit devant elle. C'était une salière. Elle jeta le sel au dessus de son épaule et se saisit à tâtons de l'objet à coté d'où elle prit la salière et dut se retenir de lever les yeux au ciel. C'était un escarpin. Etait-ce vraiment le moment de baisser la tension dramatique ? Et qu'est ce qu'il fichait à côté de la salière celui là ? Elle était sure qu'elle l'avait laissé dans la boîte 'hiver dernier'. Aaah mais c'était l'escarpin gauche, elle comprenait mieux. Ca ferait l'affaire, de toute façons, la situation ne pouvait pas franchement empirer!

" J'aurais une...proposition à vous faire. "

Dans un espace restreint, fermé, et elle en petite tenue ? Il était gay c'est çà ? Ou alors c'était un euphémisme pour autre chose ? Rassemblant le peu de dignité qu'elle possédait encore, elle se tordit le cou pour croiser ses yeux -oh mon dieu il était encore plus flippant de près !- et répondit, invoquant le réflexe de combat un peu trop en retard.

" J'écoute ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour au bercail [PV Dr. Jonathan Crane/Scarecrow]   Sam 19 Avr - 22:44

Il n'y a que deux réponses possibles à la peur: la fuite ou le combat. Après des années à étudier les phobies et la psyché humaine le Docteur Crane pouvait deviner du premier coup d'œil comment une personne allait réagir. Karla était une fuyarde typique, mais elle ne pouvait pas fuir puisqu'il bloquait l'accès à la porte et qu'elle n'avait aucun moyen ne serait-ce que de s'éloigner de lui, le van était trop petit. Quand une personne est frustrée dans sa réaction naturelle, les résultats sont toujours intéressants, souvent originaux, parfois comiques. Celle de la rousse appartenait aux deux dernières catégories.

Crane avait vu beaucoup de choses, surtout en travaillant à Arkham, mais c'était bien la première fois qu'on le menaçait avec une salière.

Il pencha un peu plus sa tête pour alterner entre la regarder elle et son arme de fortune, profondément sceptique. Comprenant que ses chances de survie  étaient franchement modérées elle jeta la salière par dessus son épaule et l'intrus nota avec amusement que c'était aussi une façon d'éloigner le mauvais sort. Elle aurait eut plus de chance en lui en jetant dans la figure mais passons. Après quelques secondes de recherche fébrile ce fut avec une chaussure qu'elle le menaça. Il leva un sourcil sous son masque et ne put réprimer un sourire moqueur. De mieux en mieux ! Pour un peu il était tenté de de lui enlever des mains pour voir ce qu'elle allait trouver ensuite. Il n'était pas donné à tout le monde de transformer tout ce qu'ils touchaient en arme comme le Joker.

" J'écoute ?"

Cette fois il ne put retenir une ricanement. Vraiment ? Elle voulait lui faire croire qu'elle maîtrisait la situation ? En robe de chambre ? En le menaçant avec une chaussure ? Ridicule. Sur son ton le plus sadique, grinçant, mauvais, celui qu'il utilisait quand il jouait avec ses sujets, il murmura suffisamment fort pour qu'elle entende.

"Si vous continuez de me menacer avec ... ça, je me verrais dans l'obligation de vous briser la nuque"

Et ça n'était en rien du bluff. Sa musculature et ses capacités au combat étaient extrêmement limitées. Son seul atout était sa pyrokinésie et il y était immunisé pour le moment. Il pouvait la tuer en moins d'une seconde. Si elle travaillait pour lui il allait devoir lui faire subir un entraînement très poussé, pas question qu'un de ses employés soit aussi inapte. Plus calme, il revint dans une humeur plus professionnelle. S'appuyant contre le mur derrière lui il croisa ses bras contre son torse et étendit ses jambes devant lui pour être plus à l'aise. Certain de son avantage, il prit naturellement le ton sec qui faisait pleurer ses élèves à l'université.

"Asseyez vous et écoutez."

Il fit une pause, pour parer à une éventuelle interruption. Comme celle ci ne venait pas il poursuivit.

" Vous n'êtes pas sans savoir que Crown Point est sous MON autorité. Tous me rendent des comptes, espionnent pour moi, m'obéissent. Je suis un homme très occupé. Mes expériences prennent la majorité de mon temps et débarrasser les environs des nuisibles est une tâche tout aussi prenante mais nécessaire. Et c'est là que vous miss, entrez dans l'équation."

Il avait écouté ce qu'on lui avait rapporté et bien qu'il n'ait pas fait les recherches lui même il faisait assez confiance en ses informateurs. Ils avaient bien trop peur pour mentir et il faisait de petites piqures de rappel de temps en temps. Ce qu'il savait d'elle était qu'elle était puissante, raisonnable, discrète, était plus intelligente que la petite frappe lambda et n'avait pas la moindre ambition. Avec un entraînement adéquat elle ferait un parfait second.

" J'aurais besoin d'une ... assistante si vous me permettez l'emploi du terme, afin de pouvoir me concentrer sur mes expériences. Elles avancent à un rythme douloureusement lent à cause de mes autres obligations. Je ne peux me défaire de la majorité d'entre elles mais patrouiller dans les environs est une dont je me passerai volontairement. Votre travail serait de m'aider lorsque je vous le demande, de garder ma planque et de vous occuper des gêneurs quand je n'ai pas le temps de le faire. Bien entendu JE définis ce qu'est un gêneur."

Il sortit de sa poche une clé sur laquelle était attachée l'adresse de la bibliothèque. D'un mouvement souple il la jeta dans sa direction.

" Vous seriez rémunérée bien sur, ainsi que logée et nourrie à mes frais. Vous pouvez continuer vos activités annexes du moment que vous me prévenez lorsque vous serez absente."

Le Rogue avait beau avoir utilisé le conditionnel durant son discours, son ton ne laissait aucune place à l'imagination. Il lui imposait ses conditions. Dans le cas contraire... Et bien il aurait l'occasion de la disséquer. Il se demandait bien comment le feu de ses cheveux pouvait rester vif sous l'eau.

" Des questions ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour au bercail [PV Dr. Jonathan Crane/Scarecrow]   Sam 19 Avr - 23:23

Sur son ton le plus sadique, grinçant, mauvais qu’elle eut jamais le malheur d’écouter, il murmura doucement, n’ayant apparemment aucun besoin de hausser la voix pour se faire entendre.

" Si vous continuez à me menacer avec ... çà, je me verrai dans l'obligation de vous briser la nuque. "

l'espace d'un instant le coté le plus sarcastique de sa personnalité eut envie de lui demander si çà voulait dire qu'elle pouvait le menacer avec l'escarpin droit. Puis elle se souvint que parmi les rumeurs qu'elle avait entendu, il pouvait se transformer en monstre et qu'il avait fallu la moitié de la ligue pour l'arrêter. Ne souhaitant pas tenter le diable décida de lâcher son escarpin -Gucci du printemps dernier taille trente neuf-.

" Asseyez vous, et écoutez. "

Bon, apparemment le viol était pas au menu. Le gazage non plus, ce qui ne laissait qu’une seule alternative. Karla avait envie de pleurer.
Elle s'assit sur le lit, trop nerveuse pour dire quoi que ce soit.

" Vous n'êtes pas sans savoir que Crown Point est sous MON autorité. Tous me rendent des comptes, espionnent pour moi, m'obéissent. Je suis un homme très occupé. Mes expériences prennent la majorité de mon temps et débarrasser les environs des nuisibles est une tâche tout aussi prenante mais nécessaire. »

3 secondes pour que l'information monte au cerveau . Non. Non non non non non !

" Et c'est là que vous miss, entrez dans l'équation."

Non ! Çà n’était pas en train de lui arriver, elle retirait ce qu’elle avait pensé plus tôt ! Elle refusait d’y croire, et normalement d’après la théorie du contrôle de l’esprit sur la matière, elle devrait pouvoir faire partir cette hallucination si elle se concentrait suffisamment. Puis elle se souvint qu’elle n’était pas particulièrement gâtée par la nature dans le département cérébral.


« J'aurais besoin d'une ... assistante si vous me permettez l'emploi du terme »

Lui, qui pourrait la tuer en 10 secondes, lui demandait de protéger son territoire de personnes qui potentiellement plus fortes que lui ? ! Batman- oui parce que pour elle c’était devenu un juron- çà allait prendre plus d'une paire d'escarpins neufs pour oublier çà. Pouvait elle espérer qu'elle avait trop bu et avait des visions, mais aucune vision de Carla Miller qui se respecte ne pouvait être vêtue de vêtements aussi immondes. Elle décida donc avec regrets que ceci était la réalité.

« … afin de pouvoir me concentrer sur mes expériences. Elles avancent à un rythme douloureusement lent à cause de mes autres obligations. Je ne peux me défaire de la majorité d'entre elles mais patrouiller dans les environs est une dont je me passerai volontairement. Votre travail serait de m'aider lorsque je vous le demande, de garder ma planque et de vous occuper des gêneurs quand je n'ai pas le temps de le faire. Bien entendu JE définis ce qu'est un gêneur »

Le psychiatre fou se leva brusquement, manquant de lui arracher un glapissement surpris et sortit de sa poche une clé sur laquelle était attachée l'adresse de la bibliothèque. Il se retourna et la jeta dans sa direction. Évidemment, Karla, dans son état catatonique, n’arriva pas a l’attraper et elle se la prit en pleine figure

" Vous seriez rémunérée bien sur, ainsi que logée et nourrie à mes frais. Vous pouvez continuer vos activités annexes du moment que vous me prévenez lorsque vous serez absente. Des questions ?"

Elle se frotta le nez, le regarda d’un œil mauvais et lui répondit.

« Non, je pense que vous avez été assez clair lorsque vous avez imposé les conditions attachées à mon collet. »

La rousse cligna des yeux horrifiée lorsqu’elle se rendit compte de ce qu’elle avait dit. Elle pensait que son sarcasme était suffisamment bien enfoui ! Bah, quitte à être pendue, autant que çà soit pour avoir volé des Stuart Weitzman- 30,202 dollars- que des tennis !
Karla eut la distincte impression qu’intérieurement, il était pris d’une crise de fou rire et elle croisa les bras, regardant fixement son escarpin au sol. Non, elle ne boudait pas !
Après que l’Épouvantail soit parti, elle soupira, se traîna jusqu’à son frigo et prit sa glace spéculoos – caramel – pépites de chocolat, une cuillère, se vautra sans sa couchette et ralluma la télé.
Elle ne se rendrait compte de ce qui venait de se passer que bien plus tard.
En attendant, la clef, aussi sadique que son maître, s’était cachée sous ladite couchette, causant la panique de la rousse lorsqu’elle se préparait pour aller à son nouveau lieu de travail.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Retour au bercail [PV Dr. Jonathan Crane/Scarecrow]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retour au bercail [PV Dr. Jonathan Crane/Scarecrow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour au bercail
» Retour au bercail
» Retour au bercail...
» Retour au bercail [PV Grenaak]
» .xXx.Retour au bercail.xXx.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Gramercy Row :: Crown Point-