RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Du bon côté de la Justice (PV Sphinx)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Du bon côté de la Justice (PV Sphinx)   Mar 1 Avr - 1:09

L'Iceberg Casino, comme depuis plusieurs jours maintenant, éblouissait Gotham part ses lumières et ses couleurs. Seul véritable endroit de divertissement et d'amusement, les derniers jours affreux qu'avait vécu la ville ne faisait qu'amplifier les chiffres faramineux du nouveau business modèle du Pingouin. Entre la destruction des ponts, l'attaque du port et du GCPD, la prise du Tribunal et d'autres événements tout aussi malheureux, les gothamites avaient la peur au ventre, et seul l'alcool, la luxure et les jeux d'argents pouvaient les faire oublier. Les habitants n'avaient plus rien à perdre, ils risquaient leurs vies de jour en jour. Ils pouvaient mourir d'une seconde à l'autre, l'argent n'avait donc plus beaucoup d'intérêt et ils regardaient moins à leur dépense. Il y avait toujours des profiteurs de guerre. Oswald Cobblepot en était un. Il était malin, et ces nouvelles vannes dans ses caisses totalement légale ne faisait que renforcé sa puissance criminelle dans la ville. Chaque jour, il était plus riche, plus fort. Et ses ennemis s’entre-tuaient, alors que lui, terré dans son imprenable Casino, était tranquille et bien au frais de l'Iceberg.

Il était en réunion avec tous ses lieutenants, et faisait les différents comptes du marché noir illégale qu'il tenait. Les armes se vendaient comme du petit pain bien entendu. Même les personnes habituellement peu regardante de ce côté de ce marché commençait à se tourner vers les hommes du Pingouin. Il fallait dire qu'il avait ordonné la destruction de tous les marchands d'armes légaux des environs, profitant du chaos ambiant pour que cela passe inaperçu. Les gens voulaient à tout prix se protéger de Ra's Al Ghul, de la police corrompus, des gangs de Double-Face et compagnie et donc devait s'armer. Les gangs eux-même, avec l'accès à l'extérieur plus ou moins coupé, devaient se tourner vers des sources sûres pour s'armer, et donc vers le Pingouin. Des rentrées d'argent supplémentaire. Cela donnait un large sourire au Pingouin. Secteurs florissants, et le Pingouin avait eu le nez creux. Dès la destruction des ponts, il avait senti le coup fourré et avait ordonné qu'on lui commande par bateau des caisses et des caisses d'armes venu de toute part. Ils savaient que celui qui avait attaqué les ponts n'allaient pas tardé à s'attaquer au second moyen d'arriver en ville, les ports. Et il avait vu juste.

Pendant que ses lieutenants continuaient à lui donner les chiffres qui lui faisaient plaisir, on parlait également du frein des justiciers et des policiers. Ses hommes travaillaient dans la plus grande des tranquillités depuis l'attaque de Ra's Al Ghul. Certains soupçonnaient même Batman d'être mort. Une aubaine pour lui. L'attaque du GCPD par Double-Face avait également diminué les moyens de la police et encore une fois, cela servait ses affaires. Cependant, on lui annonça que le nouveau auto-proclamé maire et son retour sur la loi Shreck, concernant les justiciers d'états, n'allaient pas arrangé leurs affaires. Oswald n'avait pas trop de soucis de ce niveau là. Justement, ce soir, il recevait un nouveau justicier d'état nouvellement nommé, et un de ses anciens associés, Edward Nygma. Une fois la réunion finie, il irait directement lui parler. Il devait déjà d'ailleurs être là, en train de profiter du bar, de l'hôtel ou du casino. D'ailleurs, c'était le dernier point de cette réunion, et Oswald remercia ses lieutenants et se retira, laissant le soin à son second Ignatius Ogilvy de leurs donnés leurs instructions pour la semaine à venir. Le gang le mieux organiser de la ville était en marche.

Le Pingouin, marchant doucement en s'appuyant sur son parapluie au pommeau à tête de Pingouin, cigarette à la bouche, se dirigeait désormais vers l'étage supérieur, le casino. De là, il demanda à sa secrétaire Alysha Taylor de lui chercher Edward Nygma et de l'apporter jusqu'à lui. Il prit place vers son balcon personnel qui lui permettait d'être à la vue de tous ses clients du casino. Il prit un micro, et les divers grands écrans disséminés dans tout le bâtiment, que ce soit l'hôtel, le restaurant, le bar ou la boîte de nuit, afficha le Pingouin. Il avait un discours à faire.

« Mes chers amis ! Tout d'abord, je vous remercie une fois de plus d'être venue nombreux pour cette soirée à l'Iceberg Casino ! Les chiffres laissent à espérer que nous devenions rapidement le premier casino de la région, et j'espère sincèrement qu'ils deviennent le premier du pays ! Et ce grâce à vous. Mais je suis le patron, et un patron à un devoir de transparence vis à vis de ses clients. Je ne suis pas sans ignorer la réputation que j'ai à Gotham City. La réputation d'être un truand, un baron du crime ! Je n'ai pas un historique parfait, loin de là, mais nombres sont les preuves de la rédemption. Ce soir, je veux vous en présenter une nouvelle. Un ami de longue date, en qui j'ai toujours cru que sa vision du monde et son intelligence serait au service de ses citoyens. Je veux vous présenter mes chers amis, le tout nouveau justicier d'état de notre maire, Johan Brisbane, j'ai nommé Edward Nygma !

Tout le monde, enfin à peu près tout le monde, applaudit. Pingouin savait que beaucoup d'entre eux étaient mal à l'aise d'avoir parmi eux un ancien pensionnaire d'Arkham. Les cameras de l'Iceberg se dirigèrent vers l'homme en vert, situé au milieu de la foule. L’assistante du Pingouin près de lui, elle lui indiqua qu'il devait se diriger vers le Pingouin. Ce dernier lui fit un geste amicale, tout en applaudissant lui-même à l'annonce de son invité d'honneur de la soirée. Cobblepot avait à cœur de redorer son blason aux yeux du monde, la venue de Nygma et la confiance que lui portait le maire allait lui servir à cela. De la poudre aux yeux bien entendu, bien qu'il avait entendu que le Sphinx c'était vraiment rangé du côté des flics. Peu importait vraiment à Cobblepot. Cela ne changeait pas grand chose.

« Comme vous le savez, les justiciers d'état ont à charge d'éliminer la vermine qui pourrit la ville de jour en jour, tout en représentant le bon côté de la justice de la ville et respectant les vœux de notre maire bien aimé. Je suis heureux de compter un de ces nouveaux héros parmi mes invités et surtout un de mes amis les plus intime. Peut-être voulez vous profiter de voir le peuple de Gotham pour faire un discours, Edward ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Du bon côté de la Justice (PV Sphinx)   Dim 6 Avr - 18:48

Le Sphinx tira légèrement sur son col, mal à l’aise.

Accepter une invitation de Cobblepot était toujours extrêmement risqué. L’oiseau avait toujours un plan sous son chapeau et bien qu’ils aient été associés par le passé et que cela se soit bien passé pour les deux il savait des choses sur les affaires moins légales du Pingouin. Et ça, maintenant qu’il était autant que possible du bon côté de la loi, c’était très mauvais. Il avait quelques petits accords sous la tables dont personne ne savait rien mais il avait tout de même attaqué un rival d’Oswald. A l’époque la guerre entre Double Face et le Pingouin n’était pas encore déclarée et en l’état actuel des choses il n’avait pas la moindre idée de comment il le prendrait. Il pouvait tout aussi bien être satisfait qu’une des bases de son ennemi ait été détruites qu’être agacé qu’il l’ait attaqué en premier. Le problème c’est que refuser l’invitation était encore plus dangereux parce que là il était certain que Cobblepot serait offensé. Et il préférait avoir une tête sur laquelle mettre son chapeau alors il était venu. Il n’était jamais une bonne idée d’agacé un des grands pontes de la mafia Gothamite, particulièrement quand il était dans une situation aussi délicate. Il était donc venu sans ses hommes et sans renfort de prévu, seule Elizabeth était avec lui. Après tout c’était sa fille, son héritière et ses compétences en combat avaient beau être bonnes, elles étaient très loin de celles de ses lieutenant ou de ceux du Pingouin, il ne se sentirait pas menacé. Bien entendu il avait plusieurs plans au cas où les choses tourneraient mal mais il était tout de même plus subtil que ça.

Dans ces conditions sa gêne était compréhensible. D’ordinaire il aurait été ravi de l’attention que lui portaient les autres convives de la soirée mais il y avait trop de variables à prendre en compte ici. Elizabeth à un bras et sa cane dans l’autre main il tentait de tenir une conversation polie avec un gros chat de la finance qui n’aurait pas tenu cinq secondes dans un de ses casses têtes à taille humaine. Non pas que les autres auraient duré plus longtemps mais celui-ci n’y serait même pas entré en fait. Il lui aurait tranché la gorge après le premier coup d’œil dans le décolleté d’Enigma. Les déboires du « bon » côté de la justice. Il devait être poli avec les gens, à commencer par ses employés. Bon, il avait toujours été plus que correct –par rapport aux autres criminels- avec ses lieutenants mais maintenant il allait devoir retenir leurs noms. Pour l’instant il se bornait à Goodson et Holden, les deux autres il envisagerait  s’ils se rachetaient à ses yeux mais ça n’était pas à l’ordre du jour.

Il acquiesça distraitement à ce que disait l’homme. Il avait écouté les trente premières secondes mais il avait vite compris que seules des inepties s’échappaient de sa bouche alors il n’allait pas perdre son temps à l’écouter. A la place il regardait à travers la foule, identifiant les gens. Il y avait là l’humanité dans sa version la plus fausse. Mais malgré le satin, les diamants et les verres de champagnes au liserait d’or il voyait la réalité. Les gagnants, les perdants, les tricheurs, les maris trompés, les trompeurs, les croqueuses d’hommes récidivistes, les ecorts girls… Tous avaient des habitudes qui les trahissaient. Les mains tremblantes des alcooliques, les sourires trop larges des escrocs… Tous des menteurs.

« Le monde entier est un théâtre,
Et tous les hommes et les femmes seulement des acteurs;
Ils ont leurs entrées et leurs sorties,
Et un homme dans le cours de sa vie joue différents rôles... »

Mais de tout ces acteurs il se savait le meilleur. Et dire qu’il y a à peine quelques semaines il les aurait volontiers tué et maintenant ils l’acceptaient parmi eux comme l’attraction de la soirée. Leur stupidité était risible. Sans s’en rendre compte son regard se fit sombre et Elizabeth du serrer son bras un peu plus fort pour le rappeler à la réalité. Son expression changea alors du tout au tout, de nouveau guilleret. Il supporta le quinquagénaire en face de lui quelques minutes de plus avant de voir la secrétaire rousse de Cobblepot se diriger vers lui grâce à sa vision périphérique. Il ne pu s’empêcher de ressentir un élan de sympathie envers le jeune femme pour le sortir des grosses pattes poisseuses du financier.

« Excusez moi Mr Nygma mais Mr Cobblepot souhaiterait s’entretenir avec vous. »

« Je vous suis. »

Trop content de partir il lui fallu une seconde pour commencer à calculer. C’est là que la soirée commençait réellement. Avec le Pingouin il fallait toujours s’attendre à quelque chose. Qu’est-ce que ça serait cette fois ? Chantage ? Vol de données ? Alliance ? Menace ? Tentative de meurtre, d’enlèvement, d’intimidation ? Il s’était préparé et espérait qu’il serait capable de pallier à toutes les éventualités. Il avait fait de son mieux pour ne pas l’insulter par mégarde, n’amenant pas d’armes avec lui, ordonnant à Elizabeth de faire de même et avait plusieurs plans pour s’échapper. Tout reposait sur lui et le Pingouin maintenant. Ils s’approchèrent, désormais au milieu de la foule alors que leur hôte commençait son discours depuis un balcon, retransmit à de nombreuses caméras.

« Mes chers amis ! Tout d'abord, je vous remercie une fois de plus d'être venue nombreux pour cette soirée à l'Iceberg Casino ! Les chiffres laissent à espérer que nous devenions rapidement le premier casino de la région, et j'espère sincèrement qu'ils deviennent le premier du pays ! Et ce grâce à vous. Mais je suis le patron, et un patron à un devoir de transparence vis à vis de ses clients. Je ne suis pas sans ignorer la réputation que j'ai à Gotham City. La réputation d'être un truand, un baron du crime ! Je n'ai pas un historique parfait, loin de là, mais nombres sont les preuves de la rédemption. Ce soir, je veux vous en présenter une nouvelle. Un ami de longue date, en qui j'ai toujours cru que sa vision du monde et son intelligence serait au service de ses citoyens. Je veux vous présenter mes chers amis, le tout nouveau justicier d'état de notre maire, Johan Brisbane, j'ai nommé Edward Nygma ! »

Soudainement ce fut son visage qu’il vit sur les écrans et la secrétaire de Cobblepot lui fit signe de le rejoindre.Mais qu’est ce donc qu’il avait prévu ? Redorer son image et celle de son Casino, ça c’était une certitude. Mais quoi d’autre ? Il y avait là bien trop de compliments pour que le Pingouin n’ait pas quelque chose derrière la tête. Il avait déjà fait part de ses appréhensions à sa fille et elle lui avait dit qu’il était parano. Elle apprendrait suffisamment vite que quand on traitait avec des gens pareils, ça n’était pas de la paranoïa mais de l’instinct de survie, domaine où le Sphinx excellait.

« Comme vous le savez, les justiciers d'état ont à charge d'éliminer la vermine qui pourrit la ville de jour en jour, tout en représentant le bon côté de la justice de la ville et respectant les vœux de notre maire bien aimé. Je suis heureux de compter un de ces nouveaux héros parmi mes invités et surtout un de mes amis les plus intime. Peut-être voulez vous profiter de voir le peuple de Gotham pour faire un discours, Edward ? »

Il lâcha le bras d’Enigma avant de se tenir à côté du Pingouin, l’un avec son parapluie, l’autre avec sa cane, les deux piégées. Il avait retiré ses gants en venant et lui serra chaleureusement la main ainsi comme l’ami de longue date que Cobblepot décrivait. Il est vrai qu’ils avaient eut de bon rapport mais tous les deux savaient de quoi l’autre était capable alors ça n’importait pas vraiment mais pour l’instant il jouerait la comédie. Il prit le micro en remerciant son hôte d’un signe de tête et commença à parler. Ou, plus exactement, mentir par omission.

« Et bien que dire si ce n’est remercier Oswald de m’avoir invité avec ma fille et de son très chaleureux accueil ? »

C’est sur que l’accueil risquait d’être extrêmement chaleureux s’il commençait à lui tirer dessus.

« Je ne suis après tout qu’un citoyen ordinaire essayant de racheter ses très nombreuses erreurs. Je n’ai rien d’un héros et tente seulement de faire mon devoir civique. »

Tout dépendait de la notion de « devoir civique ». L’abstraction avait du bon.

« Mais je tiens particulièrement à tous vous féliciter pour avoir eut le courage de ne pas fuir la ville et l’abnégation de continuer à mener vos vies aussi normalement que possible. C’est une victoire en soit. »

Félicitations, vous êtes une bande de crétins dotés du QI d’une mitochondrie atteinte d’Alzheimer, pour cela vous méritez une médaille aux jeux olympiques des crétins du terroir.

« Encore une fois, je remercie Oswald pour garder ouvert ce magnifique établissement et nous permettre de nous distraire en ces temps troublés. »

Que le lieu était magnifique, ça au moins c’était sincère.

Il rendit son micro à Cobblepot avec un léger sourire, lui demandant silencieusement si son discours lui allait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Du bon côté de la Justice (PV Sphinx)   Lun 21 Avr - 14:27

Oswald écouta attentivement le discours qu'improvisait doucement Edward Nygma. Cobblepot l'avait sans doute pris au dépourvu, même s'il savait que le Sphinx était du genre à rapidement s'adapter à une situation, voir même à les anticiper. Mais l'aspect soudain du discours allait lui permettre deux choses, montrer aux gens que le maire à confiance en un homme avec qui le Pingouin était ami, et ensuite tenter de savoir si le renouveau de Nygma du bon côté de la loi était un fait factice ou une véritable décision. Si le Sphinx paraissait sincère dans son discours, le Pingouin savait aussi que c'était un formidable baratineur. Peut-être l'un des meilleurs chez les tarés d'Arkham. Avec le Joker, qui était également très doué, d'une façon dont Oswald ignorait, pour faire avaler toutes sortes de couleuvre aux gens. A la fin du petit discours du Sphinx, Pingouin prit de nouveau la parole, son visage étant de nouveau sur les écrans géants. Il posa sa canne contre sa jambe pour pouvoir applaudir, encourageant ainsi les gens à faire de même. Une fois encore, ce geste n'était pas anodin. Il fallait également savoir qui auprès de ses clients n'aimaient pas les criminels de la rédemption, ceux-ci allait s'abstenir d'applaudir, ou le faire sans convictions. Après sa petite analyse générale, il continua :

« Nous pouvons remercier Edward Nygma pour sa petite intervention. A présent, je vous laisse à vos occupations. Bonne chance !

Enfin, pas tellement non plus. La chance, dans un casino, c'était pire que le sida. Mais cela faisait également parti du business, et le Pingouin l'avait accepté. En revanche, la triche... il ne valait mieux pas être trouvé en train de tricher dans l'Iceberg Casino. Ceci dit, Oswald se tourna vers Nygma et sa fille, apparemment, Enigma. Le Pingouin en avait vaguement entendu parlé. Elle était très mignonne, le genre de fille qui ne laisserait sans doute aucune chance aux hommes dans les années à venir. Peut-être encore un peu jeune, elle avait pourtant déjà beaucoup d'argument à faire valoir. Nygma, quant à lui, n'avait pas changé. Le même costume vert, cravate violette, chapeau muni d'un point d'interrogation, et canne en forme de cette même ponctuation. Le Pingouin s'approcha de la jeune fille de Nygma et lui prit doucement la main, tout en inclinant légèrement le menton vers le bas d'un signe poli du véritablement gentleman. Le Pingouin avait de toute façon de très bonne manière, ça il ne fallait pas en douté. Peut-être un peu trop guindé et snob, mais ce n'était pas un problème pour lui.

« Enchanté, mademoiselle. Je ne crois pas avoir eu le plaisir de déjà faire votre connaissance. Il faut dire, les jeunes de nos jours ne fréquente pas ce genre d'établissement. Malgré tout, sachez qu'il y a une boîte de nuit au fond du Casino, et des tas de playboy pleins aux as s'y rendent pour pimenté un peu leur soirée, ainsi que des jeunes filles de votre âge. Si vous le désirez, vous y avez un accès illimité, sauf pour le bar alcoolisé, bien entendu.

Pingouin disait tout ça par politesse, mais il savait que de toute façon Edward Nygma ne laisserait peut-être pas cette fille se faire fréquenté par de jeunes fils de riches ivres d'alcool, de jeux d'argent et de jeune fille qu'ils avaient déjà escaladé plus tôt dans la soirée. C'était d'ailleurs souvent la seule véritable distraction de ses gardes lorsqu'ils avaient la lourde tâche d'observer les cameras de surveillances. Cela évitait au Pingouin de leur payer des heures supplémentaires. Oswald se tourna cependant cette fois-ci vers le Sphinx, le nouvel allié du maire Brisbane, pour une raison pour le moment inconnu. Après avoir fait explosé le GCPD et provoqué des dizaines de morts, le maire a décidé de lui faire confiance, en apparence seulement. Pingouin c'est renseigné auprès de ses contacts à la police. L'ex inspecteur était plutôt du genre incorruptible. Comment Nygma a réussi son coup ? Ça, Pingouin l'ignorait, mais il comptait bien le savoir. De toute façon, il fallait qu'il discute avec lui. Après l'affront de Harvey Dent au Casino il y a quelques jours, Oswald avait besoin de formé de nouvelles alliances, de forgé de nouveaux plans, de montrer au monde qu'il était toujours là, mais qu'il agissait différemment.

« Edward, je suis ravi que tu es accepté mon invitation. En les temps qui courts, nombreux sont les amis qui ont la mémoire courte. J'ai faillit croisé Harvey la semaine dernière, savais-tu, mais il a préféré m'insulter et me menacer. Je suis ravi que tu n'es pas choisi cette option. En tout cas, peut-être préférerais-tu que l'on discute dans un lieu plus approprié. Mon restaurant sert de merveilleux plats, et c'est la maison qui invite. Je vais demander à ce qu'on nous serve une table, pour trois ? Mademoiselle Nygma sera également la bienvenue.

Il échangea un regard entendu avec mademoiselle Taylor, sa secrétaire, qui allait s'occuper de prévenir l'Iceberg Restaurant de l'arrivé du boss et de son invité de marque. Pingouin récupéra son parapluie et fit signe à ses invités de le suivre. Il fallait désormais passé aux choses sérieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Du bon côté de la Justice (PV Sphinx)   Jeu 1 Mai - 17:33

Avec Cobblepot tout était dans la subtilité. Une façon spéciale de serrer une main, un regard,  une inclinaison particulière de son parapluie… Nygma aimait à comparer ses manières au langage de l’éventail. Le moindre mouvement, le moindre centimètre d’ouverture, une inflexion du poignet et le message devenait complètement différent. C’en devenait fascinant de le voir bouger. Comme le fin manipulateur qu’il était il parcouru la salle du regard pour observer ceux qui  n’applaudissaient pas et les garder en mémoire. Naturellement, le Sphinx faisait la même. Après tout c’était de sa peau qu’il s’agissait et il y tenait particulièrement. Bien  que la situation où il se trouvait soit précaire s’il faisait attention il pourrait peut être espérer s’en sortir en suffisamment bon état pour prendre sa retraite.  Dans les îles, probablement. Lesquelles il ne savait pas encore mais il se voyait bien avec une chemise hawaïenne, un cocktail à l’ananas et deux beautés à moitié nues avec lui. D’ailleurs maintenant qu’il y pensait ça faisait un moment qu’il n’avait pas revu Query et Echo.

Quand Cobblepot se mit à parler de chance sur son ton mielleux il dut se retenir un sourire moqueur. Il était peut être doué pour tordre la vérité mais le Pingouin ne se gênait pas pour leur sortir les pires mensonges. Ceci dit il avait un avantage certain, Nygma lui-même ne pouvait pas mentir. En y repensant, c’était probablement pour ça que Brisbane n’avait pas insisté pour qu’il prenne des médicaments. Une fois que les caméras pointèrent ailleurs leur hôte se tourna vers Elizabeth et lui fit un baisemain poli. Une chose qui changeait agréablement des autres Rogues, c’est qu’Oswald Cobblepot était très poli la majeure partie du temps. C’était pour ça qu’il travaillait plus souvent avec lui qu’avec les criminels plus bourrus tels que… Et bien tous.

« Enchanté, mademoiselle. Je ne crois pas avoir eu le plaisir de déjà faire votre connaissance. Il faut dire, les jeunes de nos jours ne fréquente pas ce genre d'établissement. Malgré tout, sachez qu'il y a une boîte de nuit au fond du Casino, et des tas de playboy pleins aux as s'y rendent pour pimenté un peu leur soirée, ainsi que des jeunes filles de votre âge. Si vous le désirez, vous y avez un accès illimité, sauf pour le bar alcoolisé, bien entendu.

Il lança à Elizabeth un regard entendu.  Laisser sa fille avec une bande d’analphabètes primaires et alcooliques déguisés en enfants de chœur ? Mais très certainement ! S’il avait eut le droit de lui laisser un pistolet et un garde du corps –de préférence méchant et sadique avec un regard de psychopathe- c’eut été négociable mais dans l’état actuel des choses il n’en était pas question. Enigma le connaissait bien alors elle n’eut même pas besoin de lui jeter un coup d’œil avant de faire une légère référence pour le remercier mais refuser poliment. C’est bien, elle commençait à apprendre.

Le Pingouin se retourna alors vers le commissaire fraichement élu, une mine sérieuse sur le visage. Ah, ils allaient donc laisser tomber les politesses assez vite.

« Edward, je suis ravi que tu es accepté mon invitation. En les temps qui courts, nombreux sont les amis qui ont la mémoire courte. J'ai faillit croisé Harvey la semaine dernière, savais-tu, mais il a préféré m'insulter et me menacer. Je suis ravi que tu n'es pas choisi cette option. En tout cas, peut-être préférerais-tu que l'on discute dans un lieu plus approprié. Mon restaurant sert de merveilleux plats, et c'est la maison qui invite. Je vais demander à ce qu'on nous serve une table, pour trois ? Mademoiselle Nygma sera également la bienvenue.

«  Mais avec grand plaisir Oswald, je te remercie de ta générosité. »


Elizabeth passa son bras autour du sien et l’assemblée se dirigea vers le restaurant du casino. Alors que sa fille faisait semblant d’admirer le décor il trouva que le moment était bon pour parler de l’un de ses plus gros « problèmes ».

«  J’ai revu Harvey moi aussi, pour un petit partenariat. Figure toi qu’il nous a traités  ‘d’idiots de l’asile’. Tu me connais je me suis vengé. »

Il n’eut pas besoin de rajouter qu’il lui en voulait encore parce qu’il était aussi rancunier qu’une carie, c’était sous entendu.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Du bon côté de la Justice (PV Sphinx)   Lun 26 Mai - 17:21

Edward Nygma et sa fille avaient acceptés l'invitation du Pingouin à manger au restaurant du Casino. Le commissaire nouvellement élu informa à Oswald qu'il avait également revu Harvey et que ce dernier n'avait pas non plus été très amicale avec lui. Cet abruti de schizophrène ne perdait rien pour attendre, ça c'était certain. Le Pingouin préparait déjà une douce vengeance envers son principal concurrent du moment, même s'il savait que cela allait lui demander du temps, de l'argent et des hommes. Mais ce coup pouvait également lui rapporter une grosse part. La partie ouest de l'île centrale de la ville, le quartier de Burnley, était entre les mains de Double-Face, et la zone comportait un grand intérêt pour Oswald. Proche de Midtown, et notamment de son musée, il fallait absolument enrayé l'avancé de l'ex-procureur avant qu'il ne s'attaque à lui personnellement. Il ne pouvait pas non plus se permettre d'être la risée de la ville, lui qui était considéré comme l'homme le plus puissant de Gotham.

Le Pingouin s'installa à sa table personnelle et invita ses deux invités à faire de même. Situé dans un coin à part du restaurant, la table était assez longue, suffisante pour attabler sans doute une dizaine de personne. Les serveur apportèrent immédiatement le menu, sans se faire attendre.

« Harvey ne perd rien pour attendre, sois-en sûr. J'ai récemment recruté dans mes rangs un malade mentale, un ancien de la guerre, le Soldat. Il prépare mes hommes pour la guerre à venir. La ville est en train de tombé, mais je ne me laisserais pas faire et me battrait avec elle.

Raven, la serveuse officielle du Pingouin, intervint pour prendre les commandes. Le Pingouin commanda une dinde, il raffolait de la volaille, et laissa ses invités choisir à leurs guises. Il alluma une nouvelle cigarette, ne se souciant pas de savoir s'il les gênait réellement. De toute façon la table était assez éloigné pour qu'il puisse se le permettre. Oswald n'allait pas tarder à entrer dans le vif du sujet avec son invité, il était las de ses longues conversations courtoises. Il avait des choses à lui demander, qui allait sans doute influencer ses propres choix stratégiques vis à vis de la nouvelle politique de la ville. Devait-il se faire du nouveau maire auto-proclamé un ennemi ou un ami ? Après tout, si Nygma avait réussi à le corrompre au point de devenir maire, il n'aurait lui-même aucun mal à le faire, lui qui était bien plus habitué à négocier avec les politiciens.

« Dis-moi maintenant ce qui te vaut tes nouvelles fonctions de commissaire. Comment diable avec tout ce qui s'est passé et ce que tu as fait tu as pu obtenir un tel poste ? Le maire serait-il aussi mauvais qu'on le dit ?

Oswald savait l'aspect maladif qu'avait Nygma a toujours se vanter de ses réussites. Il n'allait peut-être pas tout révéler à Oswald lorsqu'il répondrait à ses questions, mais il allait sans doute beaucoup l'éclairer sur la manière dont il fallait aborder Johan Brisbane. Ceci dit, Raven servit un verre de vin au Pingouin, en proposa aux invités puis s'en retourna une nouvelle fois. Oswald ne bu pas tout de suite, guettant tout type de réaction de Nygma, personnage très complexe s'il en est, et très paranoïaque. Puis il prit une gorgée de son délicieux cru personnel. En espérant que son vis à vis serait constructif dans ses propos.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Du bon côté de la Justice (PV Sphinx)   Mar 27 Mai - 14:16

« Dis-moi maintenant ce qui te vaut tes nouvelles fonctions de commissaire. Comment diable avec tout ce qui s'est passé et ce que tu as fait tu as pu obtenir un tel poste ? Le maire serait-il aussi mauvais qu'on le dit ?

Alors ça, lui-même n’était pas tout à fait sur. Devait il tout dire à Cobblepot ou non? Bien sur il comprenait tout à fait pourquoi il lui demandait cela. Oswald avait, et ce depuis toujours, contribué aux "campagnes" de nombreux candidats. Tandis qu’il cherchait ses arguments, un petit sourire apparu sur les lèvres d’Elizabeth.

- Et bien disons qu’un nombre à sept chiffres est entré dans l’équation, à … transférer sur le compte de son choix c’est ça ?

Il hocha la tête. Ceci dit ça ne voulait pas forcément dire que Brisbane allait s’en servir pour lui-même. Mentalement, Edward ajouta « hacker le ou les comptes en banque de Johan Brisbane » à sa liste de chose à faire quand il aurait du temps libre. Liste qui semblait hélas s’allonger de jours en jours.

- Oui et non. Je lui ai donné de l’argent et lui ai laissé le théâtre du Monarque pour que mon casier judiciaire et celui de mes lieutenants soit effacé. Je ne perds pas vraiment au change, Brisbane n’a pas la moindre idée de l’étendue de mes ressources financières légales et je ne voulais plus du théâtre de toute façon. Je l’avais pris juste après l’explosion des ponts, Batman rôde souvent par là. Tu me connais, je l’ai remplis de pièges et j’ai attendu que la grosse brute morde à l’hameçon mais sa majesté des rongeurs à décidé que nous n’étions plus digne de sa présence apparemment. Disparu sans laisser de traces !

Il ne put s’empêcher de laisser son agacement transparaître. On était un (ex) Rogue psychotique ou on ne l’était pas. Discrètement, Lizzie lui envoya un coup de pied dans la cheville sous la table au moment où il allait partir dans une de ses célèbres diatribes sur Batman. Pour en avoir subi plus que quiconque, elle connaissait les signes annonciateurs : les doigts qui bougeaient trop vite, une certaine inclinaison de sa bouche et l’œil gauche qui spasmait légèrement. Elle espérait que la soirée se finirait normalement, parce que c’était vraiment désagréable de courir sur talons. Le Sphinx s’éclaircit la gorge pour reprendre contenance.

- Mais passons, ce n’est pas le sujet.

Il continua alors que la serveuse amenait leurs plats, deux doigts sur son menton et un de ses bras soutenant son coude, le nez en l’air.

- Pour être très honnête, je n’avais aucune envie de me voir dessiner une telle cible dans le dos.

Le point d’interrogation fluo était amplement suffisant, merci.

- Après pourquoi Brisbane m’a imposé ce travail, j’ai plusieurs théories.

Et ses théories étaient souvent justes mais ça il ne le rajouta pas parce que son interlocuteur semblait vouloir en venir aux faits.

-Premièrement, je dirais que c’est parce que je suis tout simplement le mieux qualifié. Je connais le crime comme personne, j’ai prouvé maintes fois que je suis un excellent détective, et je peux être un assez bon stratège quand je m’y mets.

- Tu as oublié « plus rancunier qu’une carie ».

- J’y venais chérie. Brisbane et moi avons un ennemi commun qui est Double face, je me suis vengé en faisant exploser le GCPD avec tous ses hommes à l’intérieur en plus des policiers pourris. Et oui je sais ils nous étaient utiles à tous, mais ils étaient sur mon chemin. Ceci dit beaucoup de policiers sont cachés chez eux. Impossible de les en sortir, c’est effarant. Mais l’avantage c’est que ce qui reste à peur de moi, alors ils m’obéissent . Après, peut être qu’il souhaite avoir quelqu’un pour faire le sale boulot à sa place. Je le vois très mal dîner avec Falcone et s’en sortir entier.

Et ensuite venaient les théories les moins agréables pour sa personne.

- Nous savons tout deux à quel point le poste de commissaire est délicat. Je le soupçonne très fort de me voir comme un fusible idéal, qu’il pourrait faire sauter à loisir. Ou alors il m’a juste mis là pour me surveiller et parce qu’il ne m’aime pas.

Oui, parce que c’était bien plus une punition qu’une promotion. Mais le Sphinx était loin d’être idiot et très bientôt le réduire à l’état de simple fusible serait totalement impossible pour le maire. Brisbane serait obligé travailler avec lui. Et puis, ça faisait plutôt bien dans un CV de super criminel de pouvoir dire qu’il s’était débrouillé pour devenir commissaire, ça agaçait tout le monde, ça lui permettait d’obtenir de quoi faire chanter beaucoup de gens, ça enquiquinait Brisbane à qui il en voulait toujours pour le poing dans la figure et ça mettrait Batman hors de lui.

Nygma appréciait tout particulièrement le dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Du bon côté de la Justice (PV Sphinx)   Mar 3 Juin - 13:53

Edward Nygma lui confia ses doux secrets concernant la corruption de Johan Brisbane. Le nouveau maire était connu pour être un flic assez honnête, mais apparemment la politique pouvait corrompre l'esprit de n'importe quel homme. Cela fit sourire le Pingouin. Le Sphinx n'assura cependant pas que le maire utilise lui-même l'argent confié par Nygma, mais Oswald n'était pas tellement persuadé qu'un homme quel qu'il soit refuse d'utiliser une telle fortune. Le palmipède était juste curieux de savoir à quoi lui servirait autant d'argent. Décemment, dans des conditions tel que celle que vive les gothamite aujourd'hui avec le No Man's Land qui se profile, le maire Brisbane ne pouvait décemment pas s'offrir une belle villa ou une grosse voiture. Sa légitimité en tant que maire était déjà remise en question... Il risquait peut-être sa tête en faisant cela.

« S'il est sensible à l'argent, il n'est pas un danger pour moi. Tu sais Nygma, je peux être très généreux quand les gens le mérite. Je doute que ce maire l'est réellement. Les forces de police sont au plus mal, la ville est la proie a toute les folies, les petites frappes et les faux chefs de gangs sans ambition qui profite de la situation pour s'enrichir. Sa seule chance d'obtenir un semblant d'ordre, c'est de laisser la ville aux mains des poignes de fer, comme la poigne du Pingouin. Il doit savoir que peu importe ce qu'il fera, il ne pourra jamais éliminer la criminalité. Il faut donc choisir la moins dangereuse pour lui.

Les plans du Pingouin à propos du maire se mettait en place. Avec les forces de police amoindris, Oswald n'aurait aucun mal à effrayer le maire entrant Brisbane, et voir même à lui proposer son aide contre un peu de sympathie. La force du Pingouin, contrairement à ce qu'on pourrait penser, ne croît pas forcément avec les mesures de No Man's Land. D'autres concurrent, moins fort, viennent et restent tout aussi impunis que lui, moins en vue également, et lui parasite son réseaux. Oswald devait donc trouver la meilleurs manière pour se renforcer, et la corruption du maire Birsbane, ou du moins son amitié, était requise. Nygma pouvait être une aide, mais le Pingouin se méfiait tout de même de lui, qui ne désirait que montrer à Batman qu'il était le meilleurs.

« Falcone... Il va revenir peu à peu celui là. Le Fool ne l'a pas détruit, les mafieux ne sont pas à prendre à la légère. Cependant, il est prévisible. Et les ennemis prévisibles sont les meilleurs. J'ignore pourquoi Brisbane t'a nommé commissaire, Nygma. Tu devrais profiter de ta nouvelle position pour prendre sa place, ou y mettre quelqu'un qui t'obéira. Ce vieux flics n'est pas un fou, ni un inconscient. Il a des plans te concernant. Tu as une grande tendance à sous-estimer tes adversaires. Peut-être profite-t-il juste de toi pour se renforcer et éviter de se faire des ennemis dans le milieu du crime. Le jour où la police sera renforcer, que les justiciers d'états seront efficace, et que l'armée pourra intervenir, tu seras la tête à faire tomber. Ça m'étonne même que Batman ne te juge pas comme étant prioritaire. Mais il t'a peut-être dit ça en connaissance du plan de Brisbane te concernant.

Nygma partageait son point de vue. Sa position de fusible était en effet idéal. Ne pas faire tomber des James Gordon, ou d'autre commissaire respectable, pour pouvoir atteindre des criminels très compétent. C'était très malin et très inattendu.

« Mais le commissaire n'est pas le seul à être sur un fusible. Il va falloir penser à ce maire s'il se trouve trop dérangeant. Surtout que n'étant pas légitime, ce sera encore plus facile pour nous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Du bon côté de la Justice (PV Sphinx)   Mar 3 Juin - 21:59

Nygma écouta attentivement Cobblepot. Très, très attentivement. Ses lèvres s’étaient inclinées, ses sourcils tressautaient, se fronçaient imperceptiblement, son regard s’obscurcissait. Quand le mafieux prenait cet air là d’ordinaire, cela voulait dire qu’ils passaient aux choses sérieuses. C’est pourquoi il attendit patiemment qu’il ait finit de parler, à la fois concentré tout en restant poli. Lui-même doutait que Brisbane soit sensible à l’argent. Il avait juste eut besoin de la somme à un certain moment. Pourquoi il ne le savait pas encore mais il s’appliquerait à trouver. Le corrompre ne marcherait pas.

Le discréditer par contre, ça pourrait marcher. Brisbane n’était effectivement pas très connu par la populace et certains le voyaient même comme un dictateur. Il y avait un moyen et Edward Nygma le voyait se dessiner au fur et à mesure que Cobblepot parlait. Du coin de l’œil il aperçu sa fille adoptive, les sourcils froncés. Elizabeth était captivée, mais elle ne voyait pas encore comment faire, les défauts de son plan. Mieux valait maintenant que plus tard. L’heure était venue pour une petite leçon de politique.

Quand son hôte lui fit part de la situation dans le monde de la mafia, Nygma vit une omission, flagrante celle-ci. Lady. La femme avait organisé une fête il y a quelques temps, alors qu’il était encore en bons termes avec Double Face. C’est dire si cela remontait à loin. Mais il n’avait pas oublié qu’elle était intelligente, avait des troupes et des moyens. Enfin, le Fool avait fait des siennes et pourtant le bâtiment était toujours debout par la suite, cela voulait donc dire qu’elle devait avoir de très bons arguments. Il la connaissait forcément, l’invitation avait été publique. S’il la connaissait mais ne la mentionnait pas, il travaillait donc avec elle. Oui, il avait tendance à sous estimer ses ennemis, mais, voilà, il apprenait avec l’expérience. Brisbane avait un plan pour lui, mais Oswald Cobblepot aussi. Et même si le maire lui avait mit son poing dans la figure, son vieil associé restait, de très loin, le plus dangereux.

Une fois le silence régnant de nouveau à table, le nouveau commissaire choisit soigneusement ses mots avant de répondre.

« Je comprends par le « nous » que tu souhaite que je me joigne à toi pour faire tomber Brisbane. »

Il poussa un profond soupir. Nygma ne voulait pas avouer ça et Cobblepot n’apprécierait pas.

« Je ne peux pas. Il m’a fait jurer de faire de mon mieux pour Gotham et le bien des habitants jusqu’à la reconstruction des ponts. Il n’y a plus de médicaments pour mes… problèmes en ville alors je ne peux pas m’esquiver. »

Ca c’était la partie théorique. Heureusement, Nygma vivait avec ses désordres mentaux, il savait donc comment mentir sans mentir et contourner les promesses ennuyeuses.

« Mais je peux te dire ceci : tout ton argent ne suffira pas à séduire Johan Brisbane, ça ne ferait que te donner une très mauvaise image à ses yeux. Cependant les citoyens de Gotham sont perdus et le seront bien plus quand la situation aura empiré. Les maladies pestilentielles reviendront. Les cadavres joncheront les rues, la ville sera au plus mal et là ils accepteront n’importe qui comme le messie. Ne gaspille pas tes dons sur le maire. Laisse-les aux habitants. »

Il croisa ses bras. Naturellement tout cela n’était que des conseils. Lui-même avait son propre agenda.

« Il se pourrait que je puisse fureter dans les comptes des politiciens, pour le bien de la ville bien entendu, et s’il se trouvait que l’argent n’allait pas où il devrait il serait fort probable qu’Anarky le sache aussi. C’est un hacker, il est possible qu’il aille aux mêmes endroits que moi. Et Anarky connait les plus démunis, ils l’aiment. Or bientôt tout Gotham sera dans cette situation. Il faudrait faire attention à lui aussi. »

Brisbane était un colosse aux pieds d’argiles. Ses bases s’effriteraient à mesure que la situation empirerait.

« Dans ce cas là, si les citoyens ne soutiennent plus le conseil d’urgence de la mairie, je pourrais agir … pour le bien de la ville. »

Comprendre : à sa guise.

Pour le moment Nygma restait sage, il avait gagné un semblant de liberté ainsi. Mais bien évidemment il avait des plans pour se venger si jamais le Maire osait trahir sa promesse. Et celui-ci n’était que le premier. Avec celui là, ça faisait quatre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Du bon côté de la Justice (PV Sphinx)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Du bon côté de la Justice (PV Sphinx)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La justice de Raphael [Terminé]
» HAITI-Justice : Un Système Judiciaire Qui Pirouette.
» Les oubliés de la Justice haitienne...
» Haïti : La justice américaine émet un mandat international contre l’ex-président
» VOTE DE CENSURE POUR JEA !HAUTE COUR DE JUSTICE POUR RENE PREVAL !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Midtown/Diamonds :: Iceberg Casino-