RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Marchandage pour la santé (PV Double-Face)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Marchandage pour la santé (PV Double-Face)   Lun 31 Mar - 23:40

La soirée était à son comble. L'Iceberg Casino, qui avait été inauguré deux jours plus tôt, était rempli de clients de diverses sociétés, bien que ce soient les plus aisées qui peuvent en profiter pleinement. Le dernier ferry avait attiré une bonne centaine de nouveaux clients que Oswald en personne avait accueillit. Dans le tas, divers personnes issue du gratin de la ville : Kenneth Harris, le responsable de la prison de Blackgate, Rolando Grimack, un haut juge de la ville et un très bon ami du Pingouin, et même Rolland Dagget, patron de Dagget Industries. Il salua les trois notables d'une poignée de main, fit un petit discours de bienvenue à la foule qui les suivaient et invita tout le monde à pénétrer dans son magnifique bâtiment en forme d'Iceberg, illuminé par plusieurs spots de lumières et projecteurs. Oswald était ravi du bon fonctionnement de son Hôtel Casino, chaque jour rentabiliser ses énormes dépenses pour sa construction. La période crue que la ville traversait faisait courir les gens dans ce lieu de divertissement, et les gens se trouvaient bien plus protégés par l’armada du Pingouin que par la police.

Ceux pour qui la visite du Casino était la première ne se cachèrent pas de leur stupéfaction. S'ils faisaient un peu froid malgré ces périodes de chaleurs qui revenaient doucement dans la ville avec la fin de l’hiver, les couleurs, les décors et la gaieté que transpirait le casino impressionna tout le monde. Il invita les trois VIP à chercher les clefs de leurs chambres à la réception situé un peu plus loin, et aux autres à prendre part aux différentes activités pour le client. Il indiqua également l'heure du spectacle des manchots et des phoques qui se dérouleraient au centre du casino, dans le bassin qui était en train d'être préparé. Son spectacle, il venait juste d'être mis en place et ça sera la première représentation depuis l'ouverture du Casino. Pingouin était très fier de la manière dont se déroulait son nouveau business. Les clients se séparèrent donc et profitèrent de leur soirée, tandis que le Pingouin les observait depuis l'étage supérieur. Sa secrétaire, Alysha Taylor, fraîchement recruté par le Pingouin, s'approcha de lui et lui informa de la situation :

« Monsieur Cobblepot, nous avons reçu une réponse de monsieur Dent concernant votre invitation. Il a accepté de venir, et ce dès ce soir.

Ce soir ? Cobblepot n'attendait pas cette enflure de Double-Face dès ce soir. Il avait d'autre chose à s'occuper. Ce soir serait la première représentation de son spectacle, et il entendait d'être là pour recevoir les réactions des gens en direct. Il ne pouvait pas non plus confier la réunion avec l'ancien procureur de Gotham à son second Ogilvy, ce dernier était encore trop jeune et trop impétueux pour s'occuper d'un taré comme Dent. Oswald sortit sa montre à gousset de sa veste et observa l'heure. Il était près de 21h, le spectacle allait commençait d'ici trente minutes. Il tenta de cacher son énervement passager et sortit une cigarette de son paquet, la plaça dans son porte cigarette et la tendit vers Alysha. Celle-ci n'hésita pas une seconde et sortit un briquet pour l'allumer. Une bonne petite. Il avait bien fait de la recruté. Il prit une bouffé de son précieux tabac et se tourna vers la secrétaire.

« Vous savez dans combien de temps il arrive ? Demanda le Pingouin.

« En fait, il est déjà là. Enfin, il est de l'autre côté de la rive, côté Midtown. Il a douze hommes de mains avec lui, ils ont demandé qu'on leur apporte le Pingouin Plongeur.

Le Pingouin Plongeur était le bateau que Oswald réservait aux invités disons... peu recommandable. Ceux qui étaient recherché par la police. Ceux-ci, après bien entendu une fouille ainsi qu'un passage aux détecteurs de métaux entraient à l'arrière du Casino, loin de la vue des clients, et entrait directement par les étages inférieur, dans la partie émergé de l'Iceberg. C'était comme ça qu'on pouvait voir le Pingouin en toute sécurité et en toute discrétion. Il n'avait pas encore expérimenté le système, le Casino étant encore beaucoup trop jeune, mais il allait donc être testé ce soir. Oswald avait des invités importants et hauts placés dans le domaine de la justice, notamment le juge Grimack et le responsable de Blackgate, Harris. Il ne fallait donc pas que les choses se passent mal, pour la réputation de l'établissement et surtout pour celle du Pingouin. Dans le pire des cas, il pouvait directement envoyé Harvey à Blackgate en passant par un jugement rapide... mais ce n'était pas dans ces intentions, par pour le moment.

« Hurmf. Cela ne tombe pas au bon moment, mais s'il est déjà là... Envoyez leur le Pingouin Plongeur et dites lui d'entrer uniquement avec trois hommes de mains...

« Mais, monsieur, vous savez qu'il déteste prendre les chiffres impaires.

« Il a fallu qu'il vienne avec ses gorilles dans mon établissement le jour de l'inauguration du spectacle. Il m'a frustré, je lui rend la pareille. Qu'ils viennent désarmé, ceux qui ne viennent pas restent dans le bateau, avec leurs armes s'ils le souhaitent. S'ils tentent quoi que ce soit, je détruit leur patron, et si ils ne le revoient pas, ils détruisent mon bateau et font fuir mes clients, c'est un bon deal. Dites également à Ogilvy de s'occuper de me remplacer pour le spectacle, qu'il s'occupe de nos VIP comme si c'était ses plus proches parents, enfin façon de parler vu qu'il est orphelin. Ils ne doivent manquer de rien, c'est comprit ? Vous m'accompagnerez, ainsi que Lark.

« Bien patron. Je m'occupe de ça.

Elle sortit son téléphone portable et s'éloigna un peu. Pingouin reprit une bouffée de sa cigarette, et regardait les gens du spectacles finir de préparer le bassin et apporter les animaux. Ses délicieux manchots. Il n'avait pas encore de véritable pingouins dans son spectacle, mais ça viendra un jour ou l'autre. Les clients s'amusaient, jouaient aux différents jeux du casino et dépensaient sans compter leur argent qui allait directement dans les caisses du Pingouin. Il était vraiment fâché de ne pas voir l'effet que son spectacle aurait sur ses clients et donc sur ses caisses. Tout les jeux étaient décoré avec des pingouins, donnant un genre de thème au casino. Il utilisait son nom, cet horrible nom qu'on lui conférait lorsqu'il était petit pour se moquer de son apparence, comme marque pour gagner de l'argent. Il était en train de remporter la victoire sur son enfance. Sur son père. Sur ses frères. Sur ses camarades de classes. Sur les filles. Et sur Batman. Cette horrible chauve-souris qui le prenait pour un perdant, le dernier en ville qui osait encore se moquer du Pingouin.

Lark, qui avait sans aucun doute été prévenu par sa secrétaire via le coup de téléphone, arriva près du Pingouin. La jeune femme aux allures sombres, à la coiffures punk, au décolleté provocateur et à la loyauté sans faille observa son patron, et lui fit un rapide rapport sur la façon dont se passer les choses du côté de la sécurité. Les caméras n'avaient rien révélés de très probants, les choses se passaient globalement bien, seul un tricheur avait été repéré, arrêté par les gardes du casino et envoyé dans une salle hermétiquement fermés et froide dans le sous-sol, gardé par deux gorilles en chemises noirs et lunettes de même couleurs. Il s'occuperait se son cas plus tard dans la soirée. Les tricheurs étaient des voleurs, et on ne volait pas le Pingouin en gardant tous les doigts de sa main. Oswald n'était pas du genre a demandé l'aide de la police et préférait largement se faire justice lui-même. C'était plus cruel, plus marrant et beaucoup plus efficace. La cruauté, c'était un peu comme un sport, il fallait l'entretenir pour rester au niveau.

« Allez vient Lark, on reçoit un invité ce soir. Il est temps pour moi et Dent d'avoir une petite conversation. Mes petits oisillons m'ont informé qu'il avait acquis un bien précieux, le remède du choléra. Il va falloir que l'on négocie durement. Prépare-toi au pire, il est un peu versatile... Et surtout très taré.

Les deux oiseaux (Lark étant le mot anglais pour Allouette) se dirigèrent vers la partie émergé de l'Iceberg. Au contraire des couleurs et lumière qu'on pouvait trouvé à l'étage, le lieux était beaucoup plus sobre, froid, gris. Ils entrèrent dans la salle de réunion et Pingouin prit place au bout de la table, Lark debout derrière lui, arme près à agir en cas de surprise mal convenu. Ils attendaient désormais l'arrivé de Harvey Dent, qui n'allait plus tardé. C'était la secrétaire qui était censée l'amené jusqu'ici, suivit de bien entendu quelques gardes du corps du Pingouin, même s'il pensait que Double-Face n'allait rien lui faire. L'heure du spectacle allait bientôt commencer et Oswald pestait d'autant plus. Mais il y avait des priorités dans la vie et dans le crime, celle-ci en était une.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Marchandage pour la santé (PV Double-Face)   Dim 6 Avr - 13:19

Rico était rentré dans le pingouin plongeur en compagnie de trois hommes de mains de Double-Face. Celui-ci, qui avait tout simplement jugé qu'il ne pouvait pas rentrer avec trois sbires, avait envoyé Scott à sa place. Le détecteur de métaux n'était pas très perfectionné, mais avait tout de même réagis à la combinaison de Scott, dépourvue d'électricité : il fut prié d'enlever son manteau, mais il refusa tout net, car jamais il ne s'en séparait. De toute façon, ils n'avaient pas le choix : soit ils vivent grâce à ce qu'il avait dans la main, soit ils mourraient, de façon idiote, par une simple épidémie de choléra. Lorsque Scott leurs en parla de façon sarcastique, ils n'avaient eu d'autres choix que d'obéir. C'est Double-Face qui menait la danse, quoi qu'en pense le pingouin.

Double-Face, lui, était resté sur la terre ferme, et n'avait pas daigné rentrer dans le bateau, il n'aura même pas à y rentrer si il voulait y créer du grabuge. Ce qu'il réservait au pingouin ne lui plairait pas, mais il aurait soit tout à y gagner ... Soit tout à y perdre. Harvey Dent voulait faire profil bas, mais il voulais mettre les choses au clair avec Cobblepot. Si tout ce passais comme prévu, alors il n'y aurait pas de meurtres, pas d'idioties de faites. Mais il fallait s'attendre à tout. En pensant à cela, Dent sortit une petite télécommande. Oui, à tout.

Ce n'est donc pas Dent qui entra, à la surprise d'Oswald Cobblepot et de Lark, mais bien Scott, son lieutenant, le visage caché par un masque blanc que l'on voit lorsque l'on rentre dans certains théâtre ou opéra. Un foulard orange protégeait son cou, et il était vêtu d'un manteau bleu. Celui-ci faisait émaner de l'électricité, et si quelqu'un le touchait, il tomberait à terre, quelques volt dans le crâne. Ses gants produisaient également de l'électricité. Il arriva dans la pièce, sobre, et se posa à quelques pas du pingouin, s'assis sans en recevoir l'autorisation. Le bateau sous-marin l'avait emmené dans la partie immergée de l'iceberg, sous l'eau, et du coup la pression se faisait ressentir. Le corps entier de Scott grésillait à cause des éclairs.

" Bonsoir, Mr Cobblepot" lança t'il.

Sans attendre la réaction du pingouin, Scott continua.

" Mr Dent souhaiterai deux millions pour les médicaments. Vous avez bien entendu, deux millions. Un million pour la suivie de votre personne, et un million pour la survie de vos hommes. C'est correct, et vraiment gentil, si je puis me permettre. Il aurait pu, disons, vous oublier. Aussi, si vous décidez de faire le con, sachez que j'ai une bombe sous mon manteau. Dent me fera sauter si vous décidez de prendre les médicaments de force sans me laisser repartir. Il y a même une petite bombe dans la valise. Donc, voyez vous, Monsieur Cobblepot, on ne vous laisse pas un grand choix. Une fois cela fait, nous désirerions parlez ... Territoire. "

En ayant parlé ainsi, il était certain d'avoir eu toute l'attention de l'homme qu'il méprisait. En ayant passé les systèmes de sécurité, personne ne s'était demandé pourquoi une plaque de C4 faisait partit de son équipement, ou peut être l'appareil n'était il pas assez sophistiqué. Pareil pour la valise. Le Pingouin n'avait d'ailleurs que très peu d'option : se voir mourir en même temps que son bateau avec, en plus, un Dent en très bonne santé, ou obéir. Scott optait pour la dernière option, d'ailleurs, que pouvait faire d'autres Cobblepot ?

" Bien, Monsieur Cobblepot, je n'ai pas toute la nuit, si vous pouviez me dire votre réponse ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Marchandage pour la santé (PV Double-Face)   Dim 6 Avr - 14:37

Oswald resta stoïque quelques instants. Son visage, qui n'affichait pourtant aucune émotion, était déformé par les rides et le surplus de graisse. Il ne savait pas s'il devait le prendre à la plaisanterie, s'il devait rire, ou s'il on se moquait de lui ouvertement. Les gens se moquaient souvent de lui. Parce qu'il était petit. Parce qu'il était gros. Parce qu'il avait un grand et large nez. Parce qu'il était quelques peu déformés. Parce qu'il n'était pas comme les autres. Au fur et à mesure que le temps avançait, il avait appris à se faire craindre et respecter. Que ce soit dans le milieu criminel, ou dans le milieu social. Les gens avaient peur de celui qu'on surnommait le Pingouin. Les gens avaient peur, parce qu'ils savaient que Cobblepot avait les moyens de détruire leur vie, qu'ils soient riches ou pauvres, seuls où avec un famille nombreuse. Mais, en ce moment précis, quelqu'un avait pourtant semblé l'oublier. Cette personne était pourtant dans le milieu depuis longtemps, était lui-même craint depuis longtemps. Cette personne, c'était l'ancien procureur de la ville, désormais principal concurrent de Oswald Chesterfield Cobblepot. C'était Harvey Dent, celui qu'on surnommait Double-Face.

Double-Face était un taré comme les autres, s'aimait souvent à penser le Pingouin. Il avait une fortune limitée, car il n'avait rien en dehors du crime pour gagner de l'argent. Il avait une mauvaise réputation, à tuer ses propres hommes sur un simple lancé de pièce. Il n'était pas très doué à la stratégie ou la tactique, il n'était pas un des meilleurs meneurs d'hommes. Il avait un grand charisme, qu'il avait hérité bien sûr du temps où il se projetait d'entrer à la mairie. Les hommes le suivaient parce qu'il était Double-Face. Et comme tout les tarés de la ville, ils sous-estimaient beaucoup les gens qui étaient pourtant à la tête de la ville. Les vrais barons du crime. Il y avait des règles dans le milieu. Il fallait respecter ses adversaires. Oswald pensait que Harvey ne les avaient pas oublié. Apparemment, si. Il avait oublié de respecté Oswald Cobblepot, sur son propre territoire qui plus est. Il avait envoyé un sous-fifre, un bambin discuter avec Oswald. Pour qui le prenait-il ? Pour un trafiquant de drogue ? Pour sa tante Germaine ? Pour une catin qui allait se laisser intimider par ses méthodes insultantes sans réagir ?

Oswald croisa un regard avec Lark, la chef de sa sécurité personnel, qui était elle aussi sur le qui-vive. Puis il se mit à rire. Il se leva, bien entendu.

« Me prenez vous pour un idiot ? Vous pensez que vous êtes le premier à entrer chez moi et à me menacer ? Vous êtes sur mon territoire, triple idiot. Personne ne me menace impunément.  Lark, abat-les tous, sauf monsieur le kamikaze.

Lark sortit rapidement son pistolet et tira rapidement sur les hommes qui accompagnaient celui à la bombe. Elle le garda néanmoins en joue, près à tirer au moindre geste brusque. Oswald tira son propre parapluie et sortit un couteau long et fin. S'approcha de son interlocuteur et pointa le parapluie contre la gorge de ce dernier. Pingouin fit signe à deux de ses propres hommes de lui retirer sa veste et le reste de ses vêtements. Il voulait voir cet homme à poil, sans contrefaçon. Sans dignité. Il l'avait refusé dès qu'il était entrer chez le Pingouin et qu'il l'a menacé.

« Lorsque j'ai créé ce bunker, j'ai demandé à ce qu'il soit fait pour résister à une bombe atomique. C'est le lieu le plus sûr de Gotham, et savez vous pourquoi ? Parce que les menaces, c'est moi qui les fais. Retourne voir ton patron, dis lui que tant qu'il restera dehors, les ondes qui sont censé donné le signal à tes bombes d'exploser ne les atteindront pas. Elles se perdent dans les mur de bétons et surtout de plomb. Et que s'il veut éviter de mourir dans MON quartier par des balles de sniper perdu, il a intérêt à se pointer, et en personne ! Ah oui, et je garde aussi la valise. Lark, emmène moi ça dans une salle plus sûr. Notre cher Harvey serait capable de vouloir les faire péter une fois dans mon Iceberg. Il a voulu joué selon ses règles. Je donne l'ordre de l’abattre sur le champ s'il ne vient pas me voir, et sans entourloupe, me suis-je bien fait comprendre ?

Deux hommes du Pingouin agrippèrent le lieutenant de Double-Face par les épaules et le menèrent à la sortie. Oswald fit amener de nouveaux hommes pour faire retirer les corps et nettoyer le sang. Pendant ce temps, le spectacle avait sans doute du commencer. Et ça, ça énervait le Pingouin.
Revenir en haut Aller en bas
She Joker

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 23/12/2011
Nombre de Messages : 255
Vous à Gotham : Joker, prince(sse) clown du crime.
Citations : Vous pensez vraiment pouvoir tuer le Batman ? Batman et moi sommes tous deux... ATEMPORELS !

MessageSujet: Re: Marchandage pour la santé (PV Double-Face)   Dim 6 Avr - 14:55

Le scooter de Violette Weever filait dans les rues sombres et pluvieuses de Gotham City. La journaliste roulait à vive allure, peut-être même un peu trop. Ce soir, c'était l'ouverture du plus grand Casino et espace de jeux de Gotham City, tenu par l'un des plus grands ex-gangsters de la ville. Un sacré scoop que le Gotham Globe se devait de couvrir, d'après Vicky Vales. Et pour une fois, elle y allait seule, la petite Violette. Sans personne pour l'empêcher de faire son travail. Autant dire que c'était une occasion en or pour dénoncer ce qu'il se passait dans ces lieux de luxure outrancière. Son appareil photographique autour du cou, son trépied dans le dos, sa carte de presse coincée dans le panama qu'elle mit après avoir enlevé son casque, la photographe s'avança vers le tout nouveau casino. Les gorilles présents la laissèrent rentrer avec son matériel lorsqu'ils aperçurent la carte de presse de la jeune femme.

Dés ses premiers pas dans les couloirs blancs du Casino, la jeune anarchiste remarqua la présence notable d'un des juges de Gotham City, Rolando Grimack. Sans attendre, elle prit une photo de l'individu, ainsi que des deux autres personnes « VIP » de la soirée qu'étaient Kenneth Harris et Roland Dagget.

« Dagget... », pensa-t-elle, «  c'est pas le président véreux de la Dagget Industries, l'entreprise pharmaceutique ? Intéressant... Il me semble qu'il était également devenu propriétaire d'Axis Chemicals à un moment. »

Son regard s'assombrit à cette pensée. Axis Chemicals était le parfait exemple de ce qui clochait dans notre société, et Dagget Industries était tout aussi méprisable. Cependant, elle sortit de ses profondes réflexions lorsque le Grand Patron, le chef, le maître des lieux fît son apparition. Oswald Chesterfield Cobblepot, tristement surnommé Le Pingouin, salua de manière personnelle ses trois plus grands invités, avant de leur indiquer leurs chambres. Violette braqua son appareil photographique sur l'aristocrate et fit feu, l'emprisonnant à jamais sur la pellicule.

L'homme aux parapluies s'effaça alors dans la foule, et la photographe reprit son reportage. Elle l'interviewerait probablement plus tard. S'attardant dans les couloirs, elle prit soin de photographier les caméras de surveillance présentes dans les coins. Une fois son petit tour de reconnaissance terminé, elle se mit à mitrailler les machines à sous, les tables de jeu et, par dessus-tout, le bassin dans lequel il devait y avoir le spectacle destiné à amuser ceux qui jetaient leur argent au casino.

Ayant terminé de photographier les lieux, la journaliste se dirigea vers le bureau du maître des lieux. Elle s'approcha du gorille qui gardait l'entrée, et lui montra sa carte de journaliste.

« Violette Weever, photographe. Pourrais-je parler à monsieur Cobblepot ? »

_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t6493-trois-ans-plus-tot http://n.bernier.free.fr/fade/index.php
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Marchandage pour la santé (PV Double-Face)   Dim 6 Avr - 16:25

Mis à nu, Scott Trownley n'avais plus aucune raison de vivre. Il fut emmené vers le bateau qui l'avait emmené jusqu'ici. Mais au moment de franchir la porte, il donna le meilleur coup de boule qu'il lui avait été donné de faire dans sa vie, avant de frapper d'un grand coup le dernier qui avait posé la main sur son épaule. Avant que les gorilles qui n'avaient été appelés ne nettoient les corps, il se précipita sur le pantalon de l'un d'entre eux et en sortit une petite télécommande, sous les yeux effarés de Cobblepot et des autres. Que gagnerait il, en sortant d'ici ? De la honte, de la pitié, et le mépris de l'ancien procureur ? Autant mourir avec dignité, et avec la fierté de son gang. En effet, Double-Face avait muni l'un de ses acolytes d'une petite télécommande, au cas où la sienne ne fonctionnerait pas. Il appuya sur le bouton, faisant exploser la valise qui contenait les médicaments. Ainsi que la plus grosse bombe de sa combinaison, juste à côté de lui. Sa jambe fut brûlé. Au moins, Le Pingouin n'aurait pas les médicaments, et il pourrait crever pour les avoir. Il se tourna, dans un ultime saut désespéré, vers le gorille qu'il avait frappé, afin de prendre son arme. Mais son collègue tira dans sa direction, et il ne put esquiver une balle, qui traversa ses deux tempes, le réduisant au silence et à l'impuissance.

Scott Growson, véritable lieutenant de Double-Face, s'impatientait. Il avait prêté à sa faction son blouson, dans un saut de gentillesse, Afin qu'ils ne se fasse passer par lui. Ils avaient relativement peur, mais Double-Face ne les en avait pas blâmer : quoi de mieux que se retrouver dans la même salle que le Pingouin, qui avait réussi à torturer Mister Freeze ? Il avait donc troqué son manteau contre l'habit normal des sbires de Double Face. L'ancien procureur se releva soudain de son muret. Au loin, si l'on observait un peu plus loin de la mer, on pouvait apercevoir l'Iceberg Casino.

- Le cœur de Trownley ne répond plus. Il lui est arrivé quelques chose.

Il appuya fermement sur le bouton rouge, bouton qui commandait l'explosion des médicaments. Mais aucun bip ne se passa. Soit l'explosion n'agissait pas, soit ils avaient déjà explosés. Mais la dernière option était peu probable.

- C'est grave, Mr Dent ! Si Cobblepot s'empare des médicaments ...

- Ce n'est pas le problème. En faites, je m'en contrefiche. Ce sont tous des faux, si il en prend un seul, les effets du doliprane arrêterons son mal de tête. Je doute que cela ne fasse quelques choses contre le choléra.

- Mais alors ... ?

- Je n'ai jamais fais confiance au Pingouin. Si jamais il m'aurait donné les deux millions, je les lui aurait donnés par la suite. Heureusement que je n'ai pas été dans son antre. Si il veux une guerre de gang, il l'aura, sauf que moi, je me referai du fric avec les médocs, et de l'argent. Et quand il voudra m'attaquer ? Il aura mes anciens camarades d'Arkham contre lui. Car malgré je n'aime pas spécialement mes anciens colocataires, je suis certains qu'ils n'hésiterai pas entre attaquer un riche qui se la pète tranquillement dans son bureau en fumant des pipes plutôt qu'une ancienne personne qui avait mangé à leurs côtés et qui était frappé de la même maladie qu'eux. Je me trompe néanmoins lourdement.

- Ce n'est pas ce que vous disiez au Sphinx, il y a quelques jours, sur " Les idiots d'Arkham "

Double-Face le toisa d'un regard noir.

- C'était sous le coup de la colère. Certes, je ne les aime pas du tout, mais je ne peut renier ce que j'ai vécu avec eux, à Arkham. Malgré que je déteste cet endroit.

Il cracha par terre, pour se calmer. Il regarda ensuite le large, avant de regarder ses hommes, qui portaient tous des masques de cochons. Deathstroke l'avait contacté, il y a peu, afin qu'il ne se fasse pas remarquer et crée des tensions entre les fous et autres personnes qui pourrait nuire à son plan. Il avait prévu d'envoyer ceux là chez d'autres fous ou de les envoyer ailleurs, ou attendre une offensive. Mais ses sbires serviraient plus vite que prévu.

- De toute façon, lorsqu'il se décidera à prendre les vrai médicaments, ils seront déjà distribués et consommés. Je prévois d'en envoyer à toute les Mercenary, de me remplir de fric et d'hommes. J'ai bien dit que je resterai dans l'ombre, et personne ne saura que cette attaque vient de Double-Face puisque demain, j'aurai autant d'effectifs, voir plus, et encore plus d'argent. Demain, les effets du choléra se feront ressentir. Demain, les hommes du Pingouin mourront, ainsi que ceux d'autres gang ennemis. Ce soir, il n'y aura plus de médicaments, j'ai chargé Rico de les distribués à certains malfrats afin qu'ils nous rejoignent, et à certains petits chefs de gang afin de ne pas me les mettre à dos et à prix bas. J'ai chargé Antonella de les envoyer à toute la Mercenary, et beaucoup plus à Deathstroke, afin qu'il donne le reste à Black Mask lorsqu'il le retrouvera.

Fasciné par le plan de son patron, Scott le regarda avec joie. Il était fier d'avoir Double-Face pour patron, un génie du crime et qui respectait la cause anarchiste.

- Quand seront prêt les avions ? Je veux retenir Cobblepot pour que l'idée ne lui vienne pas de m'attaquer et d'attaquer mes territoires. Quand le plan sera mit en marche, j'aurai une grosse partie de la ville à ma botte.

- Prêt dans quelques minutes, patron. Cobblepot ne fera pas le lien entre vous et l'attaque, nous avons tout prévu.

Restait plus qu'à attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Marchandage pour la santé (PV Double-Face)   Lun 14 Avr - 16:43

Le Pingouin n'attendit pas des heures la venue de Double-Face. Manifestement, il ne viendra pas. Pingouin n'était pas dupe, et il connaissait l'asticot. En clair, il y avait à peu près une chance sur deux pour qu'il vienne, et l'autre pour qu'il se mette dans un colère incontrôlable. Mais Oswald n'avait pas grand chose à faire. Il avait d'autre choses en tête que les plans diaboliques de Harvey Dent. Celui-ci pensait qu'il pouvait prendre la ville par la force, et cela faisait des années qu'il le pensait. C'était un petit chien dans le milieu du crime, à courir après tous les nonos qui se présentait à lui. Il avait du charisme, de l'argent et des hommes, mais aucune véritable connaissance du milieu. C'était un procureur, pas un baron du crime. Il était dangereux, certes, Pingouin ne le sous-estimait pas. Au contraire, dans cette ville, les fous étaient pour la plupart à ne pas sous-estimer. Mais encore une fois, il savait que Double-Face ne l'attendait pas là où il sera. Il n'avait pas l'esprit assez loin. Pingouin aurait aimé mettre la main sur les médicaments. Peut-être les avait-ils, d'ailleurs, si Harvey était vraiment un imbécile. Après avoir fait passer une équipe de déminage sur cette valise, il ferait vérifier la composition des médicaments, il ne tenait pas à être empoisonné.

Lark était revenu dans la salle, informant le Pingouin que Harvey ne comptait apparemment pas revenir. Et qu'il était demandé par une photographe du Gotham Globe. Ça, c'était une rencontre qui serait beaucoup plus intéressante pour le Pingouin. Les journalistes, il y avait bien longtemps qu'il ne les avait pas côtoyé. Il fallait dire, avec la réputation qu'il avait glané a travers les années, ce n'était jamais évident pour un journaliste d'oser l'approcher. Ils avaient souvent peur que leur famille se retrouvent tous accidentés en cas d'article de mauvais augure. Les méthodes dites du Pingouin. Il se leva, récupéra son parapluie qu'il avait posé sur la table, et se dirigea vers la partie supérieure de l'Iceberg Casino. Il demanda à Lark de la diriger vers la dites journaliste. Elle avait sans doute un peu attendu, mais le Pingouin avait de toute façon un emploie du temps chargé. A l'approche de la photographe, il retira son chapeau en guise de salue.

« Bien le bonjour et bienvenue dans l'Iceberg Casino, mademoiselle... (Lark lui chuchota dans l'oreille) mademoiselle Weever. C'est toujours un plaisir de recevoir le Gotham Globe chez moi. Peut-être voulez vous me parler dans un lieu où nous serons plus posé. Voulez vous me parlez dans mon bureau, ou bien autour d'une table de mon restaurant ?

Pingouin, dans l'attente d'une réponse de son interlocutrice, fit appeler sa secrétaire pour lui demandé de s'occuper des affaires courantes avec l'aide d'Ogilvy pendant qu'il serait en discussion avec la journaliste du Gohtam Globe. Il avait hâte de recevoir les avis sur le spectacle qui avait eu lieu pour la première fois ce soir, mais il désirait encore plus savoir ce que lui voulait la jeune photographe. Autour d'un verre de vin, c'était bien entendu toujours beaucoup plus conviviale. Surtout qu'après sa rencontre avec les hommes de Harvey Dent, il avait besoin d'un peu plus de classe.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Marchandage pour la santé (PV Double-Face)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Marchandage pour la santé (PV Double-Face)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'alcool c'est mauvais pour la santé !
» Le jus de citrouille n'est pas bon pour la santé - Ft Louna
» Le rhum n'est pas bon pour la santé...de ceux qui ne le boivent pas =)
» Sylas, le visage à double face
» La double face de la justice - Fini !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Midtown/Diamonds :: Iceberg Casino-