RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Le Far West vingt mille lieues sous les mers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Le Far West vingt mille lieues sous les mers   Mer 26 Fév - 17:08

La ville de Gotham, toujours aussi sombre et sordide. La ville était de plus en plus ravagé par le chaos et le crime. Il semblait impossible de se diriger vers un lieu qui ne soit pas corrompu ou encore dévasté par un quelconque baron du crime ou leader d'une secte méconnue mais non moins dangereuse. East End en était le parfait exemple. Non loin pourtant du commissariat centrale de la ville, à Burnley, elle restait pourtant le lieu de combat féroce entre diverse mafia asiatique, italienne et des gangs plus « spéciaux » tels que celui du Ventriloque. East End était en plus le centre portuaire de la ville, et par conséquent des milliers de tonnes de marchandises passaient par là, marchandises légales ou pas d'ailleurs.

L'un des plus grands contrebandiers de cette ville, Tiger Shark, était d'ailleurs de retour aux affaires en vendant des armes secrètement. Bien évidemment, le truand était d'autant plus difficile a appréhender qu'il utilisait un sous-marin pour se mouvoir. Il pouvait donc agir en toute discrétion autant qu'il le désirait. Il ne sortait jamais, n'utilisant que ses hommes de mains pour vendre ses armes aux divers gangs de Gotham. Ces mêmes hommes de mains disparaissait sous la mer à l'intérieur de petites navettes sous-marines. Ils rejoignaient ensuite leur vaisseau-mère de façon discrète et indétectable, sans appareil adéquat du moins. Ils agissaient un peu comme des pirates modernes d'ailleurs, et c'était sans doute ce qu'ils représentaient.

Black Canary travaillait sur ce trafic depuis des semaines. Utilisant tantôt sa couverture, en tant que soit disant homme de main du Pingouin, pour tenter de monter jusqu'au réseau de Tiger Shark, tantôt en tant que justicière pour obtenir diverses informations par une manière beaucoup plus brutales... Elle sentait pourtant qu'elle touchait au but, mais le poisson n'allait pas attraper l'hameçon sans se défendre, et une seule erreur de sa part pouvait suffire à ruiner toutes ces semaines de travail. Mais le plus dur restait à venir. Infiltrer l'une des navettes pour pénétrer dans le sous-marin de Tiger Shark, sans nul doute situé à plusieurs kilomètre des côtes de Gotham. Et une fois à l'intérieur, réussir à trouver le Requin, le capturer et le ramener sur la terre-ferme. Tout cela paraissait compliquer en théorie, alors je vous laisse imaginer ce que cela donne en pratique.

Une nouvelle livraison du réseau du Tiger Shark était d'ailleurs prévue pour ce soir, et la justicière était désormais fin prête à mettre son plan à exécution. En espérant que tout marche pour le mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Far West vingt mille lieues sous les mers   Ven 28 Fév - 21:51

Gotham, lieu de débauche et d'obscurité, plaie suintante de l'Amérique. Port Adams, lieu où se traitaient les pires affaires de Gotham.
Une nuit d'encre, aux reflets de carbone toxique et de rires démoniaques chutait peu à peu. Et ce soir là, en cet endroit abandonné par une police diminuée, se tramait quelque chose. Cela se sentait, à des kilomètres à la ronde. Mais quoi ? Il y avait toujours du louche dans cette partie de la ville !!! Sauf que cette fois ci, Tiger Shark refaisait surface. Par l'intermédiaire de ses associés qui venaient livrer et faire affaire, il posait sa domination sur cette zone importante du commerce légal, et surtout illégal, de Gotham.


Alors que l'eau bouillonnait, signe avant-coureur de l'arrivée des bathyscaphes, un homme, sans doute le premier client, s'avança prudemment jusqu'au bord de la jetée, en attente de récupérer, il l'espérait sans doute, une dose de coke, sans savoir vraiment quel trafic menait Tiger Shark. Habillé de manière assez ridicule, un tantinet débraillé, il paraissait hagard. Toutefois, en prévision, il sortit une liasse de billets de sa poche, assez conséquente pour faire réfléchir n'importe quel vendeur.
Le temps passait. Le débraillé commençait à s'impatienter, à trépigner même, sous l'effet du manque, et enfin, une forme fendit les flots noirs du port. Avec un soupir de soulagement, et une face réjouie, il s'avança encore un peu, attentif aux hommes armés qui débarquaient peu à peu, amenant avec eux une cargaison précieuse. Des armes.

Voyant cela, quasi désespéré, le junkie s'approcha des hommes. Des gémissements s'échappaient de sa bouche, entrouverte, et d'abord inquiets, les hommes de main au brassard gris rayé de noir, signe d'appartenance au Requin Tigre, se mirent à rire, habitués à voir des pauvres hères se complaire dans leur fange. Il accéléra le pas, titubant misérablement, et s'affala sur un garde armé, de ceux qui ne déchargeaient pas.
Alors que l'homme en question maugréait un peu de voir une espèce de clochard lui rentrer dedans, mais lorgnant quand même sur les billets dans sa main droite, il attendit le moment propice pour les saisir.
Il n'en eu jamais l'occasion.
D'un mouvement agile du bras, le drogué dévia le canon de l'arme à feu, frappa son adversaire étonné au plexus, lui coupant le souffle, et arracha de ses mains molles l'instrument de mort. De sous son espèce de châle, il dégaina un revolver, et posa le pointa droit vers les autres malfrats. Les balles partirent, fortes de précision, pour se loger dans les corps nerveux des gardes. Mais devant le nombre, et surtout devant son bouclier humain qui commençait à ne plus pouvoir contenir de plomb, Johan Brisbane bondit à l'abri, derrière une pente en béton, histoire de reprendre son souffle, et de continuer le combat.
Il avait commis une bourde, il s'en rendait compte maintenant. Mais peu à peu, il abattait ces ennemis du bien. Il en restait cependant trop pour que soit il réussisse sa mission, soit s'en sorte vivant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Far West vingt mille lieues sous les mers   Lun 3 Mar - 17:25

Les choses ne se déroulaient pas vraiment comme Black Canary l'avait prévu.

La vie de justicier était faite de beaucoup d'imprévu. Il arrivait parfois, lorsqu'il travaillait sur une affaire depuis quelques temps, qu'il tente d'élaborer un plan millimétrée, ou il prenait en compte différent paramètre de débordement et quelque plan de secours. Mais tous ne s'appelait pas Batman et tous ne pensait évidemment pas à tout. Et ce soir, Dinah n'avait pas pensé à tout, notamment à ce manifeste combattant solitaire qui avait décidé d'abattre tout seul les hommes de main de Tiger Shark. Cela étant, les choses allaient rapidement tourner vinaigre pour ce vieil homme qui voyait rapidement le rapport de force s'inverser. Il avait été obligé de se mettre à couvert, et bientôt il finirait encercler par les hommes du Requin avant même d'avoir eu le temps de recharger son revolver.

C'est à ce moment que Dinah décida de sortir de sa cachette. Elle attrapa un des trafiquants isolé derrière ses compagnons, par l'arrière, pendant que ses alliés posté devant lui étaient occupé à tirer à vue sur la cachette de leur assaillant, et serra le coup pour provoquer un étouffement silencieux puis un évanouissement au bout de quelques secondes. Elle le posa discrètement au sol. Les autres étant trop proche, elle ne pouvait pas répéter cette action et devait par conséquent agir différemment. Elle faucha avec un geste ample ses trois de les adversaires qui tombèrent directement au sol sans comprendre véritablement ce qu'il se passait. La bagarre était lancé. Trop proche pour pouvoir utiliser leurs armes à feu, ceux encore debout tentèrent de se mesurer à elle, sans trop de succès, pendant que leur premier ennemi continuer de leur tirer dessus de l'autre côté.

Même si elle s'en sortait pas mal, les choses étaient plutôt mal embarquer et elle voulait éviter d'autres victimes de l'autre taré, et ne pas risquer non plus de se faire avoir par une balle perdue. Elle utilisa alors son arme secrète, toujours efficace dans ce genre de situation, le Canary Cry.



Un énorme crie strident et inhumain sortit de sa bouche, et avec lui de puissante ondes sonores qui mit à terre tous les hommes se trouvant en face d'elle. Ce qui était trop loin pour être propulser était trop occuper à se boucher les oreilles pour se protéger vainement contre ce cri mortel. Elle dû néanmoins s'arrêter si elle ne voulait pas mettre leur cerveau en bouillit et profita de la panique ambiante pour finir d'achever ceux qui restait. Elle était déjà quelque peu épuiser par l'effort demander pour provoquer le Canary Cry. Avant que l'autre homme ne sorte de sa cachette, où il était sans doute en train de se protéger contre l'horrible arme de Black Canary, celle-ci se précipita vers le mur de béton et le sortit de là. Black Canary n'y alla pas par quatre chemin, et tout en se mettant en garde contre un éventuel tir du revolver à son encontre, elle lui demanda :

« Je ne sais pas qui vous êtes, mais je vous laisse une chance de vous expliquer. Qui êtes vous et que faites-vous ici ? Qu'avez vous contre le gang de Tiger Shark ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Far West vingt mille lieues sous les mers   Lun 3 Mar - 19:09

La situation s'enlisait, comme un pied s'enfonçait dans la boue. Johan, à intervalles réguliers, délivrait ses cadeaux chemisés. Il évitait de tirer mortellement, par principe, mais par malchance, certains bandits ne se relevaient pas. Tant mieux, certains diraient, ça éviterait de faire payer les contribuables, ou même de voir se reproduire de probables récidives. Cependant, depuis son retour du cimetière, l'Inspecteur avait changé, et ne voulait plus être un requiem ambulant.
Après avoir vidé son chargeur, le presque cinquantenaire se planqua de nouveau, et remplit son barillet de balles. Le temps qu'il se redresse pour recommencer à tirer, une forme souple et féline aux cheveux blonds était arrivée sur le champ de bataille, et éliminait peu à peu les criminels de Tiger Shark. Agile, elle comptait sur la discrétion pour s'en sortir. Cependant, la disposition des adversaires ne permettait pas de tous les éliminer ainsi. Elle se retrouva donc vite en position de difficulté, malgré ses talents de combattante. Le policier déguisé allait sortir, en dépit du danger, pour aller la seconder.
C'est alors qu'elle cria.
Cette onde surpuissante, vrillant oreilles et cerveaux de ses sonorités aigües, jeta à terre un bon nombre de ces gangsters, pour ceux qui n'étaient pas immobilisés par la douleur. Johan eut davantage de chance: protégé par le béton et par ses mains, il put éviter d'être trop endolori par ce cri étrange et fascinant.

Le Justicier policier avait souvenir d'avoir lu quelque chose, un rapport, sur un des héros de Gotham, à la spécialité très vocale. Mais cela remontait, et ces souvenirs étaient aujourd'hui très brumeux. Ainsi dans ses pensées, il remarqua un peu tard que l'héroïne se dirigeait vivement vers lui. Elle semblait fatiguée, mais sa poigne restait ferme, quand elle le saisit au col. D'un geste ferme, l'ancien Bloody Gun se dégagea. Cependant, la jeune femme blonde n'avait pas forcé, et Johan Brisbane se doutait bien qu'il aurait eu beaucoup plus de mal à la faire lâcher.
En signe de bonne volonté, et de paix, le revolver regagna son holster, bien à l'abri sous les vêtements, et l'oreille tendue, le policier écouta la question sur son identité, avant d'y répondre:

- Je m'appelle Johan Brisbane, Inspecteur au GCPD. Je filais les membres du gang de Tiger Shark pour intercepter la cargaison d'armes. Ce que j'ai contre eux ? Bah ce sont des criminels, de un. De deux, je suis policier, ça ne suffit pas ? Bon, d'accord, officiellement, il n'y a plus de vrai flic qui ne soit corrompu, mais je pense faire partie des derniers "purs".

Johan souligna son dernier mot par des gestes de guillemets avec les mains.

- Je pourrais tout autant vous retourner la question, mademoiselle la Crieuse.

L'air sérieux détruit par ses cheveux ébouriffés, Brisbane était encore sur les nerfs, l'adrénaline coulant à flot dans ses veines. Il ne se voulait pas agressif, mais sa profonde nature, celle de la survie, l'y forçait.
Droit comme un i, face à la justicière, l'infiltré pensait à des fins: une entraide pour mettre un terme à la puissance redoutable de Tiger Shark. Cela pacifierait concrètement cette zone délaissée de l'East End, livrée d'ordinaire aux drogués, voleurs et assassins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Far West vingt mille lieues sous les mers   Lun 3 Mar - 23:26

Finalement, le vieux barbu au style des anciens briscards texans était un flic de Gotham. Un inspecteur de police, même. Black Canary ne cacha aucunement sa surprise, et lâcha l'inspecteur Brisbane, non sans rester sur ses gardes, à l'affût du moindre geste brusque. Ce n'est pas parce qu'il affirmait être un policier qu'il en était un. Bien que, à Gotham, on n'était pas souvent fier d'affirmer être un flic. Corrompus, presque aussi pourri et malfaisant que les criminels... Mis à part James Gordon et quelques autres de ses fidèles, on pouvait rarement se fier véritablement à un policier. Celui-ci affirmait qu'il faisait parti des rares honnêtes de la ville. Black Canary était disposée à le croire, non sans rester sur la défensive. Surtout qu'elle était recherchée par la police pour homicide.

En tout cas, honnête ou non, l'inspecteur Brisbane comptait bel et bien en finir avec le trafic d'arme des pirates de Tiger Shark. La violente fusillade qui vient d'avoir lieu était une preuve plus que satisfaisante pour Black Canary pour au moins croire au fait qu'il en voulait au criminel des mers. Qu'est-ce qu'elle devait faire ? L'obliger à rester à quai ? Elle n'avait ni le droit ni l'envie véritable de le faire, et à moins de l’assommer et l'attacher, et risquer d'empirer sa situation vis à vis de la police, elle n'avait pas tellement le choix que de lui proposer une association, même si elle n'aimait pas trop ça. Cependant, elle avait travaillait pour une organisation gouvernementale, avec des militaires, et avait l'habitude de travailler dans une équipe.

« Vous pouvez toujours me retourner la question, mais je ne serais pas aussi franche que vous. Si vous voulez un nom, vous pouvez m'appeler Black Canary, et c'est tout ce que vous aurez. L'identité est chose précieuse dans cette ville lorsque l'on veut être préserver.

Black Canary. Un surnom hérité de sa mère, première Black Canary du nom, qui combattait le crime aux côtés de ses amis de la Société de Justice d'Amérique, avec Wildcat, Flash, Green Lantern... Mais à cette époque, les justiciers étaient beaucoup moins médiatisé qu'aujourd'hui. Ou alors ils étaient plus discret, au choix... C'était bien plus des légendes urbaines qu'autre chose. L'arrivé de Batman a bien entendu tout changé. Black Canary, quant à elle, bien que présente à Gotham City depuis presque aussi longtemps que Batman, était bien moins connu, surtout célèbre grâce à son Canary Cry, ses cheveux blonds et d'autres atouts bien plus attractifs... pour la plupart des hommes.

« Mais je veux autant Shark que vous, le mal qu'il fait à la ville a assez durer. Tous les jours, il vend des armes à des gamins qui n'ont même pas l'âge requis pour avoir le permis de conduire, et aide également les chefs de gang à se renforcer. Le hasard a voulu que l'on combatte le même criminel le même soir. Nous n'avons pas tellement le choix, nous devons nous associer pour arriver à faire sortir Tiger Shark de son trou maritime. Nous ne connaissons pas sa position exacte, mais je suis sûr qu'un de ses hommes de mains pas trop dans les vapes pourra nous répondre avec la pression nécessaire. Ces genres de pirates ne sont pas trop connu pour leur loyauté sans faille...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Far West vingt mille lieues sous les mers   Mar 4 Mar - 20:58

Eh bien, il avait enfin un nom à mettre sur ces courb... sur cette justicière !!! Black Canary. Le surnom correspondait plutôt à la personne, et le cri apportait... disons une touche d'authenticité supplémentaire. Hochant une fois la tête en signe d'approbation, l'Inspecteur se retourna pour guetter le moindre mouvement d'un quelconque malfrat. Il n'eut pas à attendre très longtemps: des gémissements se faisaient entendre, et il ne fut pas bien difficile de localiser leur source. Avec un sourire satisfait et annonciateur de futures douleurs, Johan attrapa férocement l'homme de Tiger Shark, avant de le tirer vers Black Canary.
Malgré sa jambe cassée, le bandit se débattait avec fougue, et seul un poing placé en plein milieu de son visage le calma. Puis, soulevé au-dessus du sol, il se retrouva nez à nez avec le presque cinquantenaire qui avait entamé la fusillade quelques minutes auparavant. D'abord assez goguenard, l'homme de main souriait, mais très vite, avec une ou deux dents en moins et un ou deux hématomes en plus, le sourire se mit vite à ressembler à une affreuse grimace. Johan, quant à lui, ne lâchait pas prise, et commença doucement son interrogatoire:

- Bon, fils de pute, je vais pas y aller par quatre chemins. Je suis flic, et je peux t'assurer une immunité si tu nous conduis à ton boss. Personne ne saura que tu as parlé, tu pourras repartir tranquillement, et si tu arrêtes tes conneries, tu ne seras plus jamais dérangé.

- Et sinon, poulet, il m'arrive quoi ?


Avec un haussement d'épaule accompagné d'un sourire amusé, l'Inspecteur désigna Black Canary d'un mouvement de tête, et répondit à la question sur un ton désintéressé:

- Bah, je te laisse entre les pattes de la dame, qui se fera un plaisir de te refaire le portrait, plus que moi, jusqu'à ce que tu craches le morceau. Puis, tu finiras en taule, où tu passeras sans doute un mauvais quart d'heure. Je te laisse donc faire ton choix, mon ami. Choisis bien.

Le choix semblait émerger logiquement du sens des phrases de l'infiltré. Puis, sans signe avant-coureur de réaction, Brisbane acheva sa proposition d'une gifle du revers de la main, en concluant oralement:

- Oh, et on dit monsieur le policier, connard.

Cette fois-ci, le criminel se tut, et se mit sans aucun doute à réfléchir aux propositions, à peser le pour et le contre. D'un côté, les flics avaient de moins en moins de pouvoir sur Gotham, mais rarement un de ces officiers arrivait à agir avec autant de couilles, comme on disait dans le milieu. De l'autre, la donzelle blonde avait l'air un peu agressive, et puis bon, quand on fait chier une fille, elle crie. Celle-là, le bandit avait pas envie de l'entendre s'égosiller à nouveau, c'était sûr.
Johan vit vite dans les yeux de son prisonnier que la décision était prise, et il le laissa alors parler devant les deux justiciers, histoire d'avoir une idée précise d'où se trouvait le sous-marin de ce foutu Tiger Shark. Avec une gentillesse et un savoir-vivre très très très relatifs, il le secoua un peu pour le presser:

- Allez, crache le morceau, confesses toi, tu iras mieux après.

L'Inspecteur Brisbane avait comme idée d'emmener son invité avec eux, dans le bathyscaphe, histoire de ne pas être menés dans un piège. Les enflures de ce type étaient capables de tout, et finir noyé dans les profondeurs ne faisait pas parti des envies immédiates de l'ancien Bloody Gun.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Far West vingt mille lieues sous les mers   Ven 7 Mar - 0:31

L'inspecteur Brisbane était en plein « interrogatoire » sur un des hommes de mains de Tiger Shark qui était plus ou moins encore conscient. Evidemment, la stratégie employé était vieille comme le monde. Faire assez peur au type pour qu'il avoue tout et n'importe quoi. Brisbane utilisa la prestation intimidante de Black Canary, quelques instants plus tôt, pour promettre une nouvelle raclée s'il ne leur disait pas exactement ce qu'ils voulaient savoir. Dinah garda son air inquiétant, le visage dur et les sourcils froncés, malgré le fait qu'intérieurement elle était en train de rire de la situation. Les criminels, qui aimaient jouer au dur, ressemblaient tous à des enfants apeuré une fois qu'on les mettait à terre. Rien de finalement très drôle, mais suffisant pour que Black Canary n'ait envie de lâcher un sourire.

Une fois que les intimidations eurent leur petit effet, le criminel finit par répondre attentivement à leur question.

« Ok... le boss fait croire à tout le monde qu'il utilise un sous-marin, mais ça c'est pour brouiller les pistes. En fait, il a construit sa base sur un vieux bateau qui c'est échoué à plusieurs milles des côtes de Gotham. La police a eu beau cherché le sous-marin, il n'existe pas... On utilise un bateau pour rejoindre la bonne position, de là ils nous envoient des véhicules sous-marins, des sortes de petites navette, de vieux projets militaires russe achetés sur le marché noir. On les utilise pas directement depuis le port car ça se remarquerait trop... l'idée étant de toujours brouillé les pistes quoi.

Le type était étrangement bavard. Certes, c'était le but d'un interrogatoire, mais malgré ça l'instinct de Black Canary lui fit remarquer qu'il avait délié sa langue et donné toute la stratégie de son patron, pourtant bien ficelé à en croire ces dires, sous le moindre coup de pression. Cela sentait étrangement le coup fourré. Mais ils n'avaient pas trop le choix.

« Vous comprenez pas ? Vous n'avez aucune chance de rentrer tant que le grand Tiger Shark ne vous y invite pas. C'est une forteresse imprenable. Vous pouvez pas y entrer sans emprunter une navette, et ils ne vous laisseront pas les prendre. Et si vous vous attaquez à eux, ils auront vite fait de torpiller votre bateau... vous êtes coincés haha.

Black Canary l’assomma de nouveau à l'aide d'un coup de genou en pleine figure. Elle n'aimait pas trop qu'on se moque d'elle de cette façon. Malgré tout, il n'avait pas tord. Black Canary n'avait pas prévu cette petite déconvenue. Il leur serait plus difficile de pénétrer dans la base de Tiger Shark qu'elle ne l'aurait penser.

« Qu'est-ce que vous en dites inspecteur ? Vous croyez qu'on peut se confier à lui ? Même avec ça, il va falloir contourner leur système de défense si on veut avoir une chance de rentrer. On ne sait même pas combien ils sont dans leur quartier général, ni avec quels armements...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Far West vingt mille lieues sous les mers   Sam 8 Mar - 19:07

Après l'avoir interrogé, l'Inspecteur Johan Brisbane avait relâché le bandit pour lui laisser toute disposition à parler. Et il parla. Il raconta la ruse de son boss Tiger Shark, celle de faire croire qu'il était dans un sous-marin, alors que sa planque se trouvait ailleurs, à un point précis, sur un navire échoué. Il s'octroya même le droit d'un sursaut d'orgueil en narguant les deux Justiciers. C'est une forteresse imprenable patati, ils vont nous torpiller patata... Ridicule, se disait l'ancien Bloody Gun. Avec de la volonté, on arrive à tout. Même à pénétrer dans un repaire perdu au milieu des eaux sombres, plein de malfrats armés jusqu'aux dents, où réside l'un des principaux vendeurs d'armes de l'est de Gotham. Un jeu d'enfant.
Au delà de tout ça, la vitesse à laquelle le vaurien avait tout raconté paraissait louche. C'était trop beau. Si les malfrats étaient réputés pour dire la vérité, le monde serait beaucoup plus calme... Mais au pire, dans l'esprit de Johan, il allait suffire d'emmener cette balance dans le sous-marin pour passer sans problème. C'est alors que Black Canary, dans un élan, sans doute de colère, assomma avec force le petit malin qui se moquait aveuglément. Brisbane ne réagit pas sur le moment, mais petit à petit, une étincelle d'énervement s'alluma et grossit. Alors que la Justicière blonde soumettait un choix l'Inspecteur, ce dernier expulsa ce qu'il pensait.

Sous la forme d'un applaudissement.

- Bravo... bravo... On ferme le coffre à double tour et on jette la clef... Voyez-vous, miss, c'est un peu ce que vous venez de faire... Le mettre KO, c'est nous assurer de ne pas avoir un flux d'info sous pression. Si on le prenait avec nous, dans le sous-marin, je vous parie combien que soit il aurait fait dans son froc et nous aurait confirmé ou infirmé ses dires, soit il aurait pu nous faire passer sans problèmes, un flingue sur la tempe. Au lieu de ça, on est au point mort, avec un putain de choix cornélien entre le cancer et le choléra. Pas la peste, non. La peste, on peut la guérir...

Et à Brisbane de cracher au sol, sur un des criminels préalablement assommé. Il ne servait plus à rien de s'énerver de toutes façons. Et puis, Black Canary pouvait faire ce qu'elle voulait de l'Inspecteur. Il était nettement moins bien entraîné qu'elle. Tiens, idée: se faire coacher par un Justicier... Pas mal pour se dérouiller les lombaires.

- Bon, ce qui est fait est fait, et il va maintenant falloir se démerder avec. Je sais me battre, bonne nouvelle. Et plutôt bien. Relativement bien, conviendrait mieux. Quoi qu'il en soit, m'infiltrer comme vous pourriez le faire, je n'ai ni le matériel, ni les capacités pour. Donc je suis pour essayer de chercher ce navire, c'est au moins une piste, de voir si il y a vraiment Tiger Shark, et d'aviser en circonstance. Et vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Far West vingt mille lieues sous les mers   Mar 25 Mar - 15:52

L'inspecteur Brisbane commençait à critiquer les méthodes de Black Canary, lorsque celle-ci assomma leur informateur. Il trouvait sans doute qu'un informateur réveillé était plus utile que dans les vapes. Cependant, il ignorait beaucoup de chose sur le quotidien des justiciers. Dinah avait appris à la dure comment il fallait fonctionner avec les criminels. Savoir quand il fallait les faire parler, quand il fallait les croire, quand il fallait leur faire confiance. Et la réponse était bien sûr quasiment jamais. Oh, leur paroles peuvent sonner vraies. La pression peut faire avouer quelques parcelles de vérités. Mais jusqu'où ? Les moyens de vérifier leurs dire étaient le plus souvent de se jeter dans la gueule du loup. Là en l’occurrence, un loup était une pâle figure par rapport à un requin tigre.

« Parce que vous pensez que c'est de nous qu'il a peur inspecteur ? Savez vous ce que lui réserve Tiger Shark ? Réputé comme étant l'un des plus cruels pirates ? Tout ceux qui sont ici, que nous avons assommés ou blessés, préfèrent aller en prison que de retourner voir leur patron après un tel échec. La meilleurs chance de survie que notre « informateur » avait, c'était de nous conduire droit dans un piège. Et s'il avait le choix entre la vérité ou la balle de votre revolver, détrompez vous. Le vrai choix qu'il avait c'était d'horrible torture ou une mort rapide. N'importe qui peut choisir à sa place, vous ne croyez pas ? Nous n'avons plus besoin de lui. Plus vite on s'en débarrasse, moins de temps il a pour réfléchir a de possible coups fourrés.

Black Canary sortit une tablette dont une partie de la base de donnée était reliée à celle de Oracle. Elle fouilla dans des archives de la base de donnée pour y trouver une information capitale sur la position de Tiger Shark. Pendant que son appareil était à la recherche des mots clefs, elle tenta de repérer l'ancien hangar des Birds of Prey, qui disposait de plusieurs appareils, marins ou sous-marins. Dinah avait travaillé pour une équipe d'élite du gouvernement autrefois, la Team 7. Elle avait pu récupérer quelques appareils qui avait été touché au combat et les a retapé pour son équipe de justicière, les Birds of Prey, avec l'aide de Oracle, qui était malgré son handicape une très bonne bricoleuse. Mais il y avait longtemps qu'ils n'avaient pas servi, et Dinah espérait qu'il allait encore fonctionner.

« Il y a des années, lors des débuts de Tiger Shark à Gotham, ce dernier est tombé sur un os et a combattu un justicier que l'on nomme encore aujourd'hui Batman. Le pirate était un peu plus classique et utilisait un bateau de haute technologie qu'il avait volé aux marines, un prototype. Leur affrontement à fait couler le bateau, à plusieurs kilomètres des côtes. Cela correspond à la description de notre informateur. Cela ne m'étonnerait pas que Tiger Shark utilise la carcasse de son ancien navire comme nouvelle base secrète. Je pense avoir repéré la position du bateau avant qu'il ne coule, et il ne doit pas être tombé très loin. On peut s'en servir comme début de piste. Nous ne pouvons pas utilisé leurs propres sous-marin, à mon avis ils doivent être facilement repérable et je ne pense pas que Tiger Shark nous laisse s'approcher de lui. Je pense avoir l'appareil qu'il faut. Alors maintenant, si vous préférez suivre la piste de ces types là, libre à vous inspecteur, libre à vous. Je ne vous force pas la main. Mais si vous pensez pensez qu'il est plus sage de suivre une piste que vous avez découvert par vos moyens plutôt que par les leurs, vous pouvez me suivre.

Dinah se dirigea vers la position du hangar des Birds of Prey. Elle espérait cette fois que l'inspecteur ne la suivrait pas, mais elle en doutait beaucoup. Elle n'aimait pas trop travailler avec des gens qu'elle n'avait pas étudier au préalable. Elle ne savait pas si elle pouvait véritablement faire confiance à ce flic. Désormais, maintenant qu'ils approchaient du hangar des Birds, il lui restait une chose à dire à l'inspecteur Brisbane. Enfin plutôt à faire.

« Excusez-moi inspecteur.

Avant qu'il ait le temps de comprendre le pourquoi du comment, elle l’assomma d'un vif coup de pied sur la tempe. Il ne dormirait pas longtemps, mais ce n'était pas ce qu'elle voulait. Quoique, on ne sait jamais, avec les vieux hommes... Elle le traîna sur quelques mètres, ouvrit la porte secrète de son hangar et le plaça, non sans mal, dans le véhicule sous-marin, qui baignait déjà dans un bassin. Ils allaient directement rejoindre un tunnel sous-marin pour en ressortir à deux kilomètres du ports. De là, elle allait chercher les coordonnés de l'ancien navire de Tiger Shark. Son véhicule était trop petit pour être rapidement repéré par les radars, ils avaient quelques temps devant eux avant que le pirate ne les repère. Brisbane se réveillerait sans doute bientôt, se demandant ce qui se passe. Leur chasse, ou plutôt pêche, au requin avait de toute façon commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le Far West vingt mille lieues sous les mers   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Far West vingt mille lieues sous les mers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 20 000 LIEUES SOUS LES MERS (films)
» [Ecume] Vingt mille lieues jusqu'au centre de la terre, part 1.
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» L'automne en mille morceaux!
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: East End :: Port Adams-