RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ra's Al Ghul

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 03/07/2013
Nombre de Messages : 1340
Autres Comptes : Lock-up & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Maître de la Ligue des Assassins
Citations : L’entraînement est inutile, seul compte la volonté, la volonté d’agir.

MessageSujet: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Lun 24 Fév - 21:18

David s'accroupit puis essuya ses deux dagues sur le corps de sa dernière victime. Un sous-fifre de Double-Face qui avait tenté de s'en prendre à lui lorsque David avait tué ses cinq acolytes. L'assassin personnel du Maître de la Ligue des Assassins se releva et se dirigea vers le Quai n°3, là ou l'attendait le Démon. L'air était particulièrement glacial ce soir là et le brouillard naissant n'arrangeait pas les choses.

En revanche, la Ligue n'avait coupé le système d'éclairage du port et avait même rajouté une dizaine de projecteurs qui seraient tous centrés lorsque leur objectif apparaîtrait. Contrairement aux Dixon Docks, plongés dans l'obscurité par les assassins de Ra's Al Ghul, il n'y avait aucun coin d'ombre à Port Adams et l'on y voyait presque comme en plein jour.

La Ligue n'avait pas lésiné sur les effectifs et l'on pouvait voir plus d'une soixantaine d'hommes portant combinaison noire, sabre et fusils d'assaut parcourir en long et en large le Port et et ses alentours, y compris chacun des différents quais, même si quelques uns étaient invisibles, dissimulés dans l'ombre. Quelques mitrailleuses lourdes avaient été placées à des endroits stratégiques du Port pour soutenir les soldats du Démon en cas d'attaque. Quelques dizaines d'assassins avaient neutralisés définitivement les gardes du port et les douaniers avant de dissimuler les corps dans un camion prévu à cet effet sans oublier de revêtir leurs uniformes et de prendre leurs places.

David se plaça aux côtés de son Maître et l'observa du coin de l'œil muet comme une tombe. L'Algol avait mit sa cape verte habituelle, aux fermoirs dorées, laquelle dissimulait son armure de cuir et le sabre au fil acéré qu'il portait à la ceinture. Les yeux fixant l'horizon, habile aurait été celui de dire à quoi pensait actuellement le Maître de la Ligue des Assassins. David se racla la gorge puis d'une voix monocorde, engagea la conversation :

''Savez-vous quand arrive le cargo, Seigneur ?''

''Il ne devrait plus tarder. Un peu de patience, c'est l'affaire de quelques minutes. Nos hommes ont bien suivis mes instructions, il n'y a aucun survivant, donc aucun souci au niveau du ''Peska''.''

''Bien, bien...Vous avez reçu des nouvelles de Myra ?''

''Oui. Tout s'est déroulé comme prévu. Mais ce n'est pas le moment de baisser la garde. La sécurité a été renforcée d'une vingtaine d'assassins à chaque point.''

L'Immortel se tut tout à coup. David regarda là ou le regard du Démon était braqué et n'eut aucun mal à déterminer la cause de ce mutisme soudain. Le cargo arrivait. Et avec lui, toute une cargaison d'équipements et d'armes estampillées Wayne Enterprises.

Infiltré dès son départ d'Europe par des tueurs à la solde de Ra's Al Ghul, son équipage fut rapidement massacré et le navire fut détourné pour se diriger vers les États-Unis, plus précisément Gotham City, ville du péché.

Le ''Peska'' accosta au Quai n°3, et les tueurs installèrent la passerelle aux pieds de leur Maître. Celui se tourna vers son compagnon et d'un ton sec lui ordonna de veiller sur le Quai pendant qu'il montait à bord vérifier la cargaison, accompagné d'une quinzaine d'assassins.

David opina du chef et et partit à la rencontre de la dizaine de fourgons blindées qui venait d'arriver.

''Timing parfait, pensa l'homme aux dagues, allons voir ça.''

D'un pas énergique, il se dirigea vers le premier fourgon pour lui donner ses instructions.



(HRJ : Ce rp est dans la continuité des autres rps No Man's Land, vous devez donc en suivre la chronologie. Tout le monde peut y participer, criminels comme justiciers.

Environ 90 Assassins armés patrouillent dans le port et les différents Quais, certains sont déguisés en gardes ou en douaniers, d'autres sont complètement invisibles. 4 mitrailleuses lourdes ont été placées à des points stratégiques : l'un d'entre elle est à proximité du cargo ''Peska'', deux sont à l'entrée du port qui se situe dans l'East End, et l'emplacement de la dernière sera dévoilé in rp. 11 fourgons blindés patientent sur les quais, attendant d'être chargés. David, l'espion personnel de Ra's dirige les troupes du Port.

http://gotham-city.actifforum.com/t5578-lieutenants-de-ra-s-al-ghul

Le cargo ''Peska'' abrite 30 assassins dont Ra's Al Ghul et quelques tueurs d'élite. 10 sont sur les différentes passerelles du navire, les 20 autres et Ra's Al Ghul sont dans les profondeurs du ''Peska''.

Ce qu'il y a à gagner ? Le contrôle de Port Adams qui est l'un des seuls points d'import/ export de la ville suite à l'explosion des ponts, du matériel Wayne Enterprises, des fourgons blindés et la possibilité d'en savoir un peu plus sur ces mystérieux terroristes qui sévissent à Gotham.

Sauf que, suite au nombre très élevé d'assassins présents, même les chefs de gang les plus puissants actuellement ne feraient pas le poids contre la Ligue des Assassins. Il est donc fortement recommandé de faire des alliances. Ou d'utiliser sa tête. Wink

Bonne chance à tous !)

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t5522-ra-s-al-ghul-is-back
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Mar 25 Fév - 17:58

Le port Adams. Il avait déjà fait un coup, le long de ces quais. L’homme au visage brûlé avait été prévenu par informateur qu’un coup se préparait à l’intérieur, des hommes très forts, puis n’avait eu aucune nouvelle. Il était loin du lieu de débarquement et du cargo. A l’aide d’un sniper, il avait put voir la conversation entre l’homme aux dagues, et un homme assez vieux. Et il ne dénombrait pas moins de 60 hommes de mains, il comptait également les douaniers et les policiers, afin de ne pas être pris au dépourvu. Il aurait put tirer dans la tête de l’homme aux dagues, simplement, il n’était pas un excellent tireur. Le vent aurait pu détourner la balle. Il n’aurait réussi qu’à se faire repéré. Il avait prit les armes qui avait gagné lors de son coup au port : Un lance roquette gardé par Scott, un lance grenade gardé par Rico ainsi qu’une LSAT mitrailleuse de combat qu’il gardait dans ses mains. En l’occurrence, elle était à côté de lui, car il tenait son sniper de ses deux mains. Mais il n’avait pas prévu tout cela. Au mieux, il aurait tué l’homme aux dagues, ses acolytes, avant qu’il n’arrive à se prendre une balle dans la tête. De plus, il doutait que Branden ne puisse faire quelques choses avec les forces du SWAT. Une attaque surprise n’aurait servi à rien. Mais cet homme … Il était imposant. Il avait un pressentiment. Cela faisait un moment qu’il voulait venger Bruce. Il allait devoir passer à l’action … Discrètement. Il sortit un talkie walkie :

- Antonella ? Tu me reçois ?

- Affirmatif. Je suis tout près du port. Je pose les bombes collantes derrière les fourgons.

- Si sa bouge, je te préviens, et tu te casse. Y’a pas moins de quarante de mes hommes qui peuvent débarquer à tout moment. Mitraillettes en mains.

Il coupa la communication. Il aurait dû faire son plan de réunification avant. Il espérait qu’il y aurait d’autres criminels, pas des criminels d’Arkham, des mercenaires, pour l’aider. Il monta dans une voiture pour aller jusqu’au port. Double-Face n’avait que faire du matériel. Personne ne toucherai a ce qu’il y avait dans le cargo, surtout si cela venait de l’entreprise de Bruce. Ce qu’il voulait, c’était de l’influence sur l’Est End, et notamment sur le port Adams. On lui avait également parlé des Dixon Docks, mais il voulait prendre le contrôle de la mer, et sur les affaires malsaines qu’il s’y passait. Alors, si un mercenaire voulait les armes, et le matériel, il s’en fichait sérieusement. Surtout si cela lui permettait de parler avec… Le vieux. Il descendit de son véhicule. Il lui restait quelques mètres. Il patienta un peu dans sa voiture, faisant mine d’attendre quelqu’un. Il était nerveux, extrêmement nerveux. Le gars, le vieux, il était bizarre, froid, et il n’avait pas froid aux yeux de rentrer dans le cargo. Qu’est ce qu’il lui arrivait ? Il parcouru les derniers mètres qui le séparait du port. Il appela ses hommes, ainsi que Rico et Scott, pour se terrer là ou il était certain qu’il n’y avait pas d’hommes. Du regard, il attendit d’être certain qu’il n’y avait personne. Soudain, il vit Antonella arriver furtivement derrière lui. Il ne l’aurait certainement pas vu si elle ne l’avait pas fixé comme elle le faisait si bien. Les trois anarchistes étaient présents. Il parla dans un murmure

- Tu a mit les bombes ?

- Oui, mais pas sur les trois dernières. Y’avait le gars aux poignards. Je l’affronterai personnellement

- Bien. Scott, lorsqu’on aura déclenché les explosifs, tu te mettras en plein milieu et tu tire sur le pont du cargo. La déflagration en butera quelques uns, et malgré leurs temps de réaction, si ils arrivent à te toucher, ton manteau les te protégera des deux, trois balles que tu prendras. Ensuite, tu te planque derrière le container le plus proche. Les quarante gars prendront le relais. J’essairai de filer en douce vers la droite. Essayer donc de vous diriger par la gauche. Antonella et Rico, vous me suivrez. Si le vieux est si intelligent que sa, et il se doutera du mécanisme. Il viendra nous chercher avec son copain. Mais je doute qu’on soit seuls sur le coup. Il y a surement d’autres criminels dans les parages. Je veux qu’ils profitent de mes hommes pour attaquer le cargo. Ils croiront surement qu’ils auront le pognon, ou les armes. Ce que je veux, c’est une part de L’Est End. Grâce au GCPD, j’ai un peu de contrôle au Burnley et un peu sur Park Row grâce au tribunal. Je veux aussi des informations sur cette secte. Et parler au vieux. Mais là, on ne peut pas encore avancer. Je ne sais pas si ils ont des pouvoirs quelconques bien. A mon signal.

Double-Face et ses hommes se postèrent derrière les containers. Il voulait faire un coup de maître, le coup de filet génial. Il leva un bras en l’air. Antonella enclencha le détonateur qui ferait sauter les bombes artisanales. Un bruit assourdissant se fit entendre.

(HRP : Double-Face est muni de la LSAT, Antonella de ses deux katana et Rico d’un lance grenade. Ils se déplaceront en groupe quoi qu’il arrive, et Scott restera sur le champ de bataille pendant les fusillades et après son tir sur le cargo. Merci de ne pas les tuer ^^’. Dix hommes de Double-Face le suivra. Il en reste donc une trentaine avec Scott. )
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Sam 1 Mar - 14:15

Port Adams brillait de mille feux, illuminé par les spots des assassins de la Ligue des Ombres, mais aussi par les présences ce soir là. Les vilains étaient légions sur ce territoire, et ce n'était pas pour rien: un bon nombre de personnes avaient entendu compris que cette zone serait la meilleure à prendre après la coupure des ponts.
Le Joker avait préparé son plan, prêt à bondir sur l'occasion pour ravir ce fabuleux butin, mais il s'était abstenu en voyant ce qui se passait. Des silhouettes sombres prenaient la place des dockers, et du sang jaillissait des corps. Avec un sourire mi-amusé, mi-dépité, le Clown comprit qu'on avait été plus rapide que lui. Mais qu'à cela ne tienne, son nouveau camarade allait être utile. De plus, il avait été informé, par le même informateur que l'ancien procureur Dent, qu'un coup se préparait. Et ce contact avait aussi révélé que ce même procureur allait essayer de se faire arroseur. Ce qui ne pouvait que ravir le Joker. Jouer à l'arroseur arrosé, il n'y avait rien de plus drôle !!!
D'un bond, il se retourna pour faire face à la petite cinquantaine de malfrats maquillés qui lui faisaient face:

- Mes amis, il est l'heure de pêcher le thon par les nageoires !!!

Trente minutes plus tard...

Une multitude de tubas fendaient la surface apaisée de l'eau de Port Adams, quasiment invisibles à l'oeil nu, dissimulés derrière le cargo "Peska". En attente d'un signe, le Joker, parmi ses hommes et son invité, commençait à trouver le temps long. Toutes ses troupes n'étaient pas là, et les cinquante soldats avaient été répartis: certains attendaient sur la terre ferme, prêts à prendre en étau Double-Face et les mystérieux assassins, et les autres, eh bien, ils se mouillaient le maillot !!!
Enfin, une explosion retentit dans l'air, vibrante onde sonore troublant le calme du port. Ce n'était pas prévu, mais pour le Joker, ça signifiait que c'était le moment !!!
Le tuba s'éleva peu à peu hors de l'eau, dévoilant une face pâle comme la mort, au sourire sinistre. Des mèches vertes collaient au front du fou furieux, ses yeux brillaient d'une lueur amusée, et il ordonna à ses hommes de mettre leurs masques. Il longea le cargo, et commença à grimper à l'échelle. Vitesse et coordination, tels étaient les maîtres mots quand on voyait le Prince du Crime bondir de barreau en barreau, pour finalement arriver sur le pont du navire. Ses hommes le rejoignirent vite, et son invité ne tarda pas.

De l'autre côté, sur terre, dans le dos de Double-Face, des clowns funestes attendaient, prêts à jaillir de leurs cachettes comme des diables de leurs boîtes, fiers combattants du Joker. Ils discutaient un peu entre eux, fébriles d'attendre:

- Hé, tu crois que les masques vont servir ?

- Évidemment, crétin. Le Joker prévoit tout. Même ce qui est pas encore arrivé. Donc quand on sort, on met les masques, et on shoote tout le monde. Si ils ne le sont pas déjà...

- Comment ça ? Ah oui !!! Ah ah ah ah ah !!! Marrant !!!

De retour sur le pont, le Joker avait entamé le combat en compagnie de son élite, et de son invité. Il voulait récupérer le matériel, le territoire, et surtout comprendre qui était derrière tout ça à Gotham. Non pas pour le stopper, mais au moins pour le féliciter: quel chaos !!! Entre maîtres du genre, se filer des tuyaux seraient pas mal... même si le Clown du mal n'en avait nullement besoin.
Un assassin vint se rapprocher d'un peu trop près, tandis que le Joker était dans ses pensées. Le sombre guerrier n'eut pas le temps d'abattre sa lame qu'une magnifique balle vint lui trouer le crâne.
D'un mouvement vif, le Seigneur du crime avait dégainé, et tiré en plein visage de l'agresseur.
La bataille allait être rude, mais cet idiot de Double-Face ne faisait qu'aider son génial adversaire à s'emparer du butin.
Quelques grenades de gaz spécial Joker à la bonne senteur de menthe furent lancées pour stopper et mettre fin à la vie de certains combattants. Les masques à gaz que les clowns avaient apportés furent bien utiles, car les toxines volatiles se répandaient facilement. Avec un rire assez effrayant, la Némésis de Batman continua sa progression bon gré mal gré sur le bateau, attendant les réactions de son invité.

[J'espère pas avoir fait un truc trop cheaté, si c'est le cas, dites le moi...^^]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Sam 1 Mar - 19:25

Il avait beau avoir été décrit comme bipolaire par les psychiatres d'Arkham, le docteur Jonathan Crane n'en était pas pour autant le fou hilare portant un entonnoir sur sa tête que l'on présentait dans les bandes dessinées pour enfants. En fait toute personne saine d'esprit n'aurait jamais laissé Crane à porté d'enfants, certainement pas en image et encore moins en chair et en os. Pourtant il évitait de s'en prendre aux enfants. S'il était plutôt dans une soirée "Docteur", il ne les touchait pas pour éviter que la police ne lui en veuille un peu trop. S'il se sentait plus "Epouvantail" alors il n'était pas contre leur faire un câlin. Parce que l'Epouvantail aimait beaucoup les enfants, aussi étonnant que cela puisse paraître. Il commençait à les haïr quand il dépassaient un mètre. Mais bien que le docteur ne soit pas parmi les clowns en cette belle soirée, il n'y avait pas de petites têtes blondes à l'horizon. Et la deuxième, enfin troisième chose que le criminel costumé adorait après la peur et les enfants, c'était massacrer des gens avec sa faux.

C'est pour cela qu'il était au beau milieu d'une rixe et pas au beau milieu de son laboratoire. Oh bien sur il y avait d'autres intérêts en jeu mais c'était principalement ça. Il avait prévu depuis quelques temps de s'allier au Joker pour reconquérir une partie du port aux envahisseurs. Non pas par esprit patriote mais par esprit scientifique. S'il n'avait plus accès au port, il ne pourrait plus se faire acheminer les produits nécessaires à l'élaboration des se différentes toxines. Aussi, la majorité de ses contacts qui travaillaient dans le milieu de la drogue se retrouveraient confrontés au même problème. S'il pouvait dominer le marché de Crown Point, alors il aurait suffisamment d'argent pour s'acheter autant de matière première qu'il en aurait besoin et pourrait mener ses expériences à bien.

Le plan avait été particulièrement bien ficelé. Ils avaient de leur côté l'effet de surprise, puisque les troupes armées étaient déjà au prises avec les hommes de Double Face. Prestement, mais néanmoins discrètement ils s'étaient infiltrés sur le pont. Et là, le Joker commença à rire tandis que l'Epouvantail commença à chanter.

" Ne rit pas quand la Fau-cheuse passe..."

Cette comptine aurait été amusante venant d'une nourrice, mais venant d'un homme habillé en archétype de Jüng qui prenait un plaisir apparent à trancher son chemin à travers ses opposant avec une faux, c'était tout bonnement terrifiant. Les hommes étaient bons, en tout cas meilleurs que les hommes de mains de quartiers. Mais ils n'étaient visiblement pas de taille face aux hommes du Joker. Le clown attirait les malades mentaux et les psychopathes comme un aimant, et cette catégorie de sous-fifres était généralement les meilleurs. Quand ils ne faisaient pas des erreurs grossières, dominés par la peur qu'ils étaient. En parlant de peur, il vit que les malfrats maquillés mettaient enfin leurs masques à gaz. Par politesse, il laissa son hôte lancer en premier sa toxine. Il menait les opérations après tout. Puis, après avoir nettement tranché la tête d'un homme qui l'empêchait de viser, il jeta un aérosol modifié dans la direction opposée à celle où le Smilex se rependait.

L'effet fut splendide.

" Et si toi au-ssi tu tré-passe ?"

Il ne lui était jamais venu à l'idée de mélanger les deux toxines, mais les quelques gardes qui avaient respiré les deux gaz convulsaient désormais sur le sol, la bave au lèvres et les yeux sortant de leur orbites, se fendant d'un son atroce entre un rire et un hurlement. Distrait, il esquiva de peu un coup et dut attendre quelques secondes le temps d'avoir éventré son agresseur pour pouvoir se retourner vers ses victimes. Mais ils ne bougeaient déjà plus. Il s'approcha des cadavres, poussant et tuant tout ce qui le séparait de ses nouveaux sujets. Une fois à quelques de l'un des corps, il lui donna quelques coups de pieds. Aucune réponse. Oui, il étaient définitivement morts. A première vue ils étaient morts d'une crise cardiaque. Mais est-ce que le système nerveux avait lâché en premier où alors l'arrêt avait été simultané? Il savait comment refaire du smilex, c'était moins cher à fabriquer que sa toxine, maintenant il ne restait plus qu'à faire une autopsie des sujets avant de lancer une série de tests.

Sentant quelqu'un derrière lui, il se retourna à vitesse éclair et enfonça la lame de sa faux en travers sa gorge avant de la retirer d'un coup sec, procédant à sa quatrième décapitation ce soir là.

Il étudierait plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Ra's Al Ghul

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 03/07/2013
Nombre de Messages : 1340
Autres Comptes : Lock-up & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Maître de la Ligue des Assassins
Citations : L’entraînement est inutile, seul compte la volonté, la volonté d’agir.

MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Sam 8 Mar - 13:44

''Monsieur, nous avons repérés des criminels s'introduisant dans la zone, ils ont probablement piégés les fourgons et vont nous prendre à tenailles et à revers. Il semblerait qu'il y ait plusieurs bandes rivales, quels sont les ordres ?''

David se tourna vers l'assassin qui venait de l'interpeller, agacé par son intervention :

''Tuez-les tous. Réveillez les mitrailleuses lourdes. Tendez des embuscades. Et je veux la moitié des effectifs pour protéger le ''Peska''. S'ils ont piégés les fourgons, ça n'a pu se faire qu'après mon passage. Avez-vous enlevé les bombes ?''

''Nous sommes en train. La moitié de celles-ci ont déjà été neutralisées et...''

BOOOOOOOOOM

Les deux assassins furent projetés au sol, et aperçurent cinq fourgons s'envoler puis s'écraser dans une gerbe de flammes. Comme si la série d'explosions simultanées constituait un signal, les forces du Joker et de Double-Face passèrent à l'attaque. David se releva instantanément, ses deux dagues en main et empreint d'une fureur indescriptible.

''POUR LA GLOIRE DE L'IMMORTEL !''

Au cri de l'espion de Ra's Al Ghul, les troupes du Démon au sol foncèrent vers leurs ennemis, sabres et fusils d'assaut en main et la bataille commença. David bondit derrière un container pour évaluer la situation. Le Quai n°3 et le pont du cargo étaient la cible d'une attaque préméditée mais non coordonnée, l'homme aux dagues ayant eu le temps de distinguer deux sortes d'adversaires. Les sbires de l'ex-procureur et les clowns de l'Empereur du Rire. David tira de sa ceinture une radio qu'il alluma :

''Ici Uno. Cuatro, Faites-moi marcher ces saloperies de mitrailleuses et renvoyez-moi ces salauds de là ou ils viennent. Dos, prenez-les à revers immédiatement. Tres, tenez le coup pendant encore quelques minutes, essayez de sauver les fourgons. Fini.''

L'assassin changea de fréquence et appela le ''Peska'' :

''Seigneur ? Ici David, nous sommes attaqués. Double-Face et le Joker. Voulez faire le débarquement des caisses comme prévu ? Nous avons perdus la moitié des fourgons et le cargo est lui aussi la cible d'une agression. Avez des instructions à transmettre ?''

La voix sèche du Maître de la Ligue des Assassins se fit aussitôt entendre dans l'écouteur :

''Oui, nous allons commencer le débarquement, comme prévu. Quand à ceux qui osent aborder ce bâtiment, je vais m'occuper personnellement de leur sort. Interdisez-leur la sortie du port grâce aux deux mitrailleuses à l'entrée, et amenez les fourgons restants au Quai n°4. Déplaces une vingtaine d'hommes là-bas. Si nous perdons l'avantage, je ferais faire exploser le cargo. Va maintenant.''

David hocha la tête et quitta sa cachette. Les fréquences qu'il venait d'utiliser étant cryptées, personne n'aurait pu espionner ses échanges avec ses troupes et son Maître. L'ex-inspecteur jeta un coup d'œil au champ de bataille. Il constata que quelques groupes s'étaient isolés, les belligérants se combattant à coup de couteau, de masse ou de sabre plutôt qu'avec des fusils d'assaut ou à pompe. Les fourgons étaient également en train de se rendre au Quai n°4. Il était temps pour lui de se rendre au cœur des combats. Il bondit dans la mêlée la plus proche de lui et distribua coup de dague sur coup sur dague. Des gorges s'ouvraient, des abdomens se vidaient, des membres tombaient... Mais bientôt il aperçut une jeune femme, apparemment épéiste, en train de massacrer l'un de ses équipes chargés de protéger un des bâtiments du Port. David Wiejdvidsky fonça vers elle et sauta sur sa cible en faisant tournoyer ses dagues au bout de ses doigts. Un grand sourire illuminait le visage de l'assassin, joyeux comme un enfant. Enfin quelqu'un qui avait l'air de s'y connaître !
_______________________________________

Sur le pont du ''Peska'', les membres de la Ligue tombaient les uns après les autres, foudroyés par l'effroyable alliance Joker-Épouvantail. Mais heureusement pour les quelques survivants, la relève arrivait. Ra's Al Ghul et sa garde d'élite arrivaient des entrailles du cargo, avertis de la présence du clown maléfique quelques étages plus haut et de l'usage de sa fameuse toxine.  Galvanisés par la rage et l'envie de vaincre qui bouillait en eux, les plus forts guerriers du Démon et l'Immortel lui-même, munis de masques à gaz Wayne Technologies montèrent quatre à quatre les escaliers de fers menant au pont principal.

La porte métallique fut ouverte d'un coup de pied et le groupe put constater le chaos ambiant. Pendant que ses guerriers se précipitaient sur les malfrats du Joker, Ra's dégrafa tranquillement sa cape avant de la laisser choir sur le sol. Il dégaina son sabre dans le même temps et courut vers le premier adversaire à sa portée. L'infortuné perdit littéralement la tête tandis que Ra's bondissait déjà sur un second adversaire. Le Démon porta deux coups de sabre au malfrat déguisé en clown qui s'effondra. Du coin de l'œil, l'Algol apprécia l'efficacité de sa garde tout en repérant un de ses assassin en fâcheuse posture face à l'un des ''supers-criminels'' de Gotham City.

De sa lame acérée, l'Immortel stoppa net la faux tranchante de celui que l'on nommait ''Épouvantail''. D'une bourrade, il rejeta le scientifique fou en arrière avant de s'avancer vers lui, son sabre pointé dans sa direction :

'' Dr Crane, je présume ? Je me suis toujours demandé à quoi ressemblait votre façon de combattre. Et si vous me montriez ?''

(HRJ : Désolé si j'ai fais un post un peu cheaté mais Ra's a horreur qu'on touche à ses affaires. Scarecrow, Two-Face, si vous refusez les duels que je vous propose, mp moi et je modifierai en conséquence.)

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t5522-ra-s-al-ghul-is-back
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Sam 8 Mar - 15:18

Rico progressait en compagnie de Double-Face. Il ramassa une mitraillette. Il doutait que le lance grenade ne lui serve à quelque chose pour l'instant. Son talkie walkie vibra dans la poche de son jeans. Il le sorti pour écouter la voix de Scott grésiller dans l'appareil :

- Rico ? Ca ne sent pas bon. Y'a des gars avec des masques de clown, j'te laisse imaginer qui c'est. On se demande si il n'y a pas un autre taré avec lui. D'ailleurs il lance des grenades, je les ait pas senti, mais nos gars ne pensent pas que sa ... sent la rose, si tu voit ce que je veut dire. Fin de la communication.

Rico ne lui répondit même pas. Lui et son patron étaient juste vers le pont, juste en dessous du Peska. Les fusillades étaient déjà moins bruyantes. Rico lui décrivit la situation.

- Les hommes du Joker foncent droit dans un mur et dans mon piège par la même occasion. Je me fout complètement de la cargaison. Je veut le territoire, et parler au vieux. Je réfléchis depuis tout à l'heure à un plan de sortie.

- Avant de penser à la sortie, patron, il faudrait penser à l'entrée. Et que fout Antonella ?

- Elle a voulu apporter son aide à nos hommes. Et repousser le gars aux dagues si elle le voyait. Quand à l'entrée ... On va y aller façon bourrue. Bien, j'ai une idée. Façon armement, Le Joker et ses copains de tarés ne doivent pas avoir le dessus sur nous. On va faire sauter le bateau. Combien Antonella a t'elle rendu d'explosifs ?

- Quatre. Assez pour le faire sauter si on est prêt du réservoir.

- Bien. Avec quelques coups de lance grenade en partant, cela devrait faire l'affaire. On dégage un peu le pont pour permettre à Scott de passer, On ramène quelques hommes. Suis moi, et ajuste bien ton lance grenade.

Il sorti son téléphone portable, bien évidemment crypté.

- Branden ? Ramène Flass et quelques soldat du GCPD. Et, s'il te plaît, épargne toi de leurs dire qu'ils n'ont aucune chance.

_________________________________________

Antonella tranchait, volait, éventrait et tuait, comme si c'était un art. Les hommes de la ligues comme les hommes du Joker succombaient. Soudain, elle vit l'homme aux dagues courir vers elle, un sourire non dissimulé sur le visage. Enfin, le combat qu'elle attendait. L'élève de Copperhead face à celui qu'elle pensait être le bras droit d'une grande organisation. Elle mit ses katana en forme de croix afin de repousser l'attaque de l'ennemi.

- Bien, on va pouvoir s'amuser.

Elle tournoya et porta quelques coups à son adversaire, sauta sur ses épaules puis essaya de lui trancher le ventre. Mais il en fallait plus pour abattre ce dernier. Il esquiva la feinte, puis tenta de lui porter un coup au visage. Mais Antonella esquiva. Puis frappa. C'était un jeu entre eux. Leurs regards déments semblaient se dire " Qui se fera toucher le premier ? " Les balles ne les touchaient pas. Seul l'homme comptait. Pour le vaincre, il fallait porter toute son attention sur lui. Pour la centième fois, elle s'élança.

_________________________________________________

Scott était en plein dans la bataille. Ses compagnons tombaient. Sous des pluies de balles. Lorsqu'un homme du Joker se posta à côté de lui, il le frappa au visage, lui envoyant quelques volt par la même occasion. Il ne pouvait pas avancer. Il était trop occupé à donner des coups de poings à des sbires de la ligues ou aux clowns. Soudain, il vit une série d'explosion juste devant le Peska. Sous les yeux ébahis de ses acolytes et de lui même, La voix de Rico hurla dans son talkie walkie

- La voie est libre. Fais gaffe au gars du Joker. Double-Face est dans le Peska avec quelques un de ses hommes les plus discrets. Je lui ai ouvert le passage avec mon lance grenade grâce à un hublot. Le SWAT sera là d'une minute à l'autre. Protège ma sœur. Et entrez dans le Peska le plus vite possible. Vous occupez pas des armes, foncez vers celui qui semble être le chef. Vous le reconnaîtrez dès que vous le verrez, normalement. Selon Double-Face, il est plutôt imposant. Si cela ne te suffit pas, il est vieux. On veut le territoire, pas les équipements, ni les armes de Wayne.


( HRP : Désolé si c'est également un peu trop cheaté. J'ai un peu écourté le combat avec David, pour ne pas trop bouger ton PNJ )
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Dim 9 Mar - 18:25

- Bon, les gars, on est prêts ? Mettez les masques, sortez les grenades, et ALLEZ !!!

Alors que les hommes de Double-Face étaient en pleine bataille contre les Assassins de la Ligue des Ombres, devant qui ils peinaient, un signal retentit derrière eux, et avec de furieux cris de rage, les hommes embusqués du Joker jaillirent de leurs cachettes, et lancèrent leurs grenades. Elles explosèrent, libérant à leur tour, à l'instar de celles du Peska, un gaz Smilex du plus bel effet, aux beaux reflets verdâtres, qui se répandit sur le champ de combat.
Narines. Cerveau. Système nerveux. Paralysie des muscles du visage, et coma, voire mort. Tel était le cheminement efficace du gaz dans les corps des adversaires du Clown. Le Joker avait du puisé dans ses réserves pour sortir autant de gaz, et il ne lui restait plus grand chose en stock, dans la zone industrielle. Mais par chance, il était bon marché, et le seul moyen de récupérer de quoi en fabriquer était de prendre le port. Un quitte ou double... face !!! HOU HOU HOU !!!
Puis, une fois cette arme lancée contre les gangsters de l'ancien procureur, les balles des clowns débusqués fendirent l'air pour venir s'enfoncer définitivement dans les chairs molles de leurs adversaires. Certains résistaient aux vapeurs, et il fallait achever l'affaire de la plus belle des manières. Le piège se refermait sur Double-Face, et parallèlement les assassins ninjas. Ces derniers, d'ailleurs, subissaient les affres du gaz, mais moins durement que les simples hommes sans masque qu'ils affrontaient, ce qui leur permettait de les aligner.

Du côté du Peska, sur le navire, le combat continuait. L’Épouvantail, ce cher Épouvantail que le Joker se félicitait d'avoir retrouvé, affrontait le maître de cette bande de terroristes (enfin de vrais poseurs de bombes !!! exultait le Clown machiavélique) en un épique duel en singulier. Le Joker, lui, continuait de se battre, alternant l'utilisation unique de son acide, ses pistolets et ses lames. Ses poings ne serviraient qu'en cas d'ultime nécessité, équipés de jolies surprises, une amélioration d'une de ses anciennes armes. Après chaque exécution, il déclamait une phrase teintée d'un humour douteux, le meilleur !!!
Le Prince du Crime, le Roi Joker selon Crane, se baissa pour esquiver une lame sifflante et brillante, et riposta en enfonçant la sienne dans l'estomac de l'assassin qui l'avait agressé. En se redressant, il colla sa tête contre celle du disciple de Ra's Al Ghul, et lui dit:

- Votre argumentation est un peu faible !!! Laissez moi donc trancher la question !!! HOU HOU HOU !!!

Et au Joker de sortir son long couteau sanguinolent du ventre de sa victime, et de lui trancher la tête dans un grand éclat de rire. D'un grand coup de pied, il envoya le crâne dans la mêlée, un sourire intense gravé sur ses lèvres. Il s'amusait bien, à massacrer des gens, surtout que la récompense était à l'arrivée !!! Certes, il y avait des pertes, mais c'était bien pour ça que le Joker ne donnait aucun salaire à ses hommes, mince !!! Un loyauté sans failles contre le plaisir de servir le plus grand criminel de Gotham !!! Perdu dans ses pensées, il faillit ne pas voir Double-Face et quelques uns de ses hommes, sans masque, se frayer un chemin jusqu'au bateau, puis pénétrer par un quelconque trou causé par les explosions. Puis, se taillant rapidement un chemin jusqu'aux portes internes du Peska, le Clown ordonna à ses hommes:

- Abattez ces masques à gaz en premier !!! Celui qui m'en ramènera le plus aura droit à une prime de Noël !!!

Et il s'engouffra à l'intérieur du navire-cargo contenant les armes et le matériel tant convoités. Seul, il restait plus discret que de nombreuses personnes, et malgré l'idée générale de stopper l'autre Seigneur du crime, le Joker n'avait aucune idée de comment y arriver. Bah, il trouverait bien sur le coup. Il avait ses armes, et surtout sa nouvelle botte secrète.
Suite aux trous faits dans la coque, un léger filet d'eau avait pénétré dans la cale, et formait un fond stagnant. En voyant ce liquide couler du couloir vers le grand espace contenant le matériel WayneTech, celui de son Batou, le Clown eut son idée !!! Une bonne idée, en plus, vous vous rendez compte ??? Mais avant d'arriver là où il le souhaitait, deux ombres se détachèrent du fond ambiant, et vinrent attaquer par le dessus. Comme quoi, il n'y avait pas que le Joker qui avait une araignée au plafond. Ce cargo en avait au moins deux !!! Bloquant un coup de poing avec son bras, il le lui trancha d'un coup de lame bien placé. Le sang éclaboussa le visage d'albâtre, et faillit l'empêcher d'esquiver le sabre de son second agresseur. Mais fort de sa grande agilité, le Clown du Crime l'évita, et alla enfoncer ses doigts gantés dans les yeux de l'assassin. Un rire de dément jaillit de sa gorge, tandis que l'hémoglobine coulait sur ses mains. Ainsi, bien ancré, il brisa une énième nuque, et put continuer son chemin, guilleret.
En arrivant dans l'embrasure métallique de la porte menant à cette salle, Joker lâcha un rire prévenant son arrivée, enleva un de ses gants, appuya sur un bouton et le lança avec une grâce grotesque au sol, en offrande à la joyeuse compagnie de schizophrènes. Sans attendre qu'il atterrisse, la Némésis du Chevalier Noir bondit sur des tuyaux, se mettant à l'abri de l'eau.
Au moment où le contact se fit entre le vêtement et la surface aqueuse, le courant contenu dans le gant se transmit au liquide, envoyant une bonne décharge dans les guiboles de tous ceux se trouvant dans la pièce.
Au vu de l'énergie que retenait le vêtement, la puissance ne fut pas mortelle.
Quoi qu'il en soit, le courant cessa de circuler dans l'eau, et le Joker bondit dans la salle, en étripant une bonne partie des gardes de Double-Face en profitant de leur étonnement et du choc électrique. Ils devaient aussi avoir respiré un peu du gaz Smilhorrorex, combinaison fort sympathique découverte aujourd'hui par Scarecrow et le Joker. Il était impossible d'accéder au navire sans avoir inhalé les toxines.
Affaiblis, paralysés et étourdis, ils faisaient des proies de choix pour le Sourire Sanglant, véritable bouche de mort qui claquait peu à peu les vies des malfrats de l'ancien procureur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Dim 9 Mar - 19:59

Tout en faisant gracieusement tourner sa faux à travers les hommes de mains, l’Epouvantail chantait, hurlait vraiment, sa voix grinçante et désincarnée se mêlant à la cacophonie, sonnant le tempo à grands coups de décapitations et autre mutilations diverses toutes aussi sanglantes. Le tout avec un enthousiasme très naturel.

« ON t’enROULE dans un GRAND drap Blanc ! »

Ooohh il y avait bien longtemps qu’il n’avait pas passé une aussi bonne soirée. Des hurlements à foison, si nombreux et si puissants que même lui, qui était pourtant un très grand amateur de ce son particulier commençait à avoir du mal à les distinguer les uns des autres ! Les cris de terreur, ses favoris, commençaient à s’entrecouper de gargarismes au fur et à mesure des crises cardiaques. Il n’avait pas eut le temps de tester cette toxine là sur suffisamment de cobayes. Il avait juste eut besoin de beaucoup de toxine, très vite. Même si c’était très efficace il était ennuyé que ça ne dure pas longtemps. Mais ça n’était pas important ! Il avait fait une découverte très intéressante qui ponctuait les hurlements de douleurs étranglés d’un son tout nouveau un croisement entre un rire et un hurlement, si puissant qu’il pouvait entendre leurs cordes vocales se briser.

« DePUIS tes pieds JUSQU'A tes DENTS ! »

L’Avatar de la Peur était bel est bien de sortie ce soit là, le docteur Jonathan Crane avait eut droit à une pause bien méritée. Il fallait bien se détendre de temps en temps et ça c’était le boulot du bon vieil Epouvantail qui sautillait d’un groupe de membre de la ligue à l’autre, essayant de compter combien il en massacrait. Après tout ça n’était pas souvent qu’il avait le champ libre pour tuer autant de personne qu’il voulait. Leur peur, leur terreur gorgeait l’air et le rendait ivre, ce qui, mêlé avec son style inspiré du poing ivre le rendait encore plus imprévisible. C’était assez difficile de prédire ce qu’allait faire un malade mental qui fonctionnait entièrement à l’instinct. Et dont l’instinct était gouverné par deux personnalités différentes.

« On t’enFERME dans une TRES GROSSE boîte ! »

Alors qu’il tranchait un crâne comme une citrouille, un son vint troubler son orchestre nocturne. Les cris de rage n’étaient pas durs à identifier. Ils étaient bestiaux, inélégants, inutiles et étouffés. Se retournant il vit une troupe de soldats munis de masques à gaz. Un rire malsain sortit de ses lèvres et il tailla son chemin à travers la foule pour se diriger vers eux. Ceux là dureraient plus longtemps. Leurs masques filtraient suffisamment de poison qu’ils ne meurent pas, mais pas suffisamment pour qu’ils ne ressentent pas les mandibules putride de la peur s’insinuer dans leurs poumons. Il faudrait juste qu’il fasse plus d’efforts…

« On t’RECOUVRE de terre et D’OUATE ! »

Il entendit au loin le rire du Joker. Apparemment lui aussi ces nouvelles troupes le mettaient de bonne humeur. La faux passait au travers des masques avec un grincement d’ongles sur un tableau noir mais ça ne le gênait pas, trop occupé qu’il était à manier sa faux comme une qiang d’une main alors qu’il fouettait les masques des assassins avec son autre main ou avec ses jambes. Du coin de l’œil il en vit un peut plus compétente que les autres. Guilleret il tourna sur lui-même et brisa sa garde d’un coup de talon et allait asséner le coup final pour rythmer le prochain vers quand sa mélodie fut brusquement interrompue par le gémissement de lames, suivit par une bourrade sur son côté. Il se rétablit agilement et reprit sa garde, un bras sur le côté tandis que l’autre pointait la faux vers le sabre de l’homme. Celui-ci était sérieux. Trop calme, trop sur de lui, ce n’était pas un assassin, c’était leur chef.

'' Dr Crane, je présume ? Je me suis toujours demandé à quoi ressemblait votre façon de combattre. Et si vous me montriez ?''

D’une seconde à l’autre le dieu fou de la peur laissa place au rationalisme glacial du professeur. Il savait reconnaitre une demande en duel quand il en voyait une. Le calme de cet homme état au-delà de celui qui n’avait pas peur de la mort. C’était le calme d’un homme qui était déjà mort.

« Maître Al Ghul. Un plaisir. »

Le maître des assassins était plus expérimenté, mais la danse violente était incroyablement imprévisible, létale, rapide, acrobatique et lui-même ne savait pas toujours ce qu’il faisait. Et elle avait été élaborée spécialement pour qu’il puisse se battre contre des hommes de son gabarit. Il balança ses hanches et ses bras sur le rythme sur Zui Mao et fit tourner sa faux en alternant d’une main à l’autre.

Finit de chanter.


[Challenge Accepté !]
Revenir en haut Aller en bas
Ra's Al Ghul

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 03/07/2013
Nombre de Messages : 1340
Autres Comptes : Lock-up & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Maître de la Ligue des Assassins
Citations : L’entraînement est inutile, seul compte la volonté, la volonté d’agir.

MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Ven 14 Mar - 12:12

La Ligue reprenait le dessus face aux hommes de Double-Face et du Joker sur le Port. Ils avaient peut être un bon tiers de leurs effectifs mais les troupes de l'ex-procureur et du clown avaient elles aussi bien diminués. Malgré les nombreux cadavres qui jonchaient le sol ensanglanté du Port, les combats ne baissaient pas en intensité, au contraire. Les sbires des deux criminels allaient perdre, c'était inévitable. Mieux structurés, mieux coordonnés, plus aguerris que leurs ennemis, les assassins les repoussaient petit à petit, même si certains groupes d'assaillants s'avéraient plus coriaces que d'autres. Le gaz Smilex, lui, corsait un peu plus l'affrontement. Les guerriers de l'Immortel y étaient plus résistants que les malfrats de Double-Face mais eux aussi en subissaient les effets au long terme.

L'absence totale de vent n'arrangeait personne sauf peut être les projets morbides du Joker. Les hommes de ce dernier, immunisés contre le gaz, étaient aussi efficaces que les fidèles de Ra's Al Ghul au final.

Une douzaine d'assassins s'était regroupée autour de la mitrailleuse lourde située à proximité du ''Peska'' et commettaient un véritable massacre. Les tirs de l'arme déchiquetaient tout ceux à portée de tirs, laquais de Double-Face et du Joker comme sbires du Démon. Une véritable pluie de balles arrosaient littéralement les combattants qui tombaient tous comme des mouches mais ne put empêcher l'homme aux deux visages de pénétrer dans le cargo suivis de quelque uns de ses alliés.

David suivit tout cela du coin de l'oeil, tout occupé qu'il était à combattre la lieutenant du cinglé qui s'habillait avec un costume bicolore. Jusqu'à présent, ils avaient été relativement épargnés par le Smilex mais cela n'allait pas durer éternellement. En effet, le nuage mortel arrivait vers eux et il ne leur faudrait pas longtemps pour succomber aux effets de la toxine Joker. David repoussa un instant les assauts furieux de son ennemie, ayant aperçu le masque à gaz de l'un des truands au service du Prince du rire par terre, près de du crâne fendu de son ex-propriétaire. L'espion personnel de l'Algol esquiva plusieurs fois les lames de celle qui osait le défier avant de feinter à gauche, à droite, à gauche, à droite, puis de se laisser tomber à terre. L'assassin roula rapidement sur lui même tout en attrapant le masque du clown et de se le plaquer sur le visage. Cette dernière action l'empêcha d'esquiver l'un des katanas de ce dernier qui se planta dans son épaule gauche avant de ripper sur la clavicule.

''Espèce d'enfoirée, tu vas me payer ça, jura intérieurement David en grinçant des dents, essaye d'éviter celui-là.''

L'assassin se dégagea d'un coup, faisant jaillir une gerbe de sang de son épaule, puis sauta littéralement sur son adversaire au mépris de toutes les règles de prudence en évitant habilement ses katanas malgré sa blessure et lança ses deux bras porteurs de dagues vers son ennemie. L'une des dagues visait le cœur, l'autre la gorge. La fille ne pourrait en éviter qu'une, même si elle les déviait toutes deux. Elle serait touchée, c'était inévitable.
________________________________________

Sur le ''Peska'', les choses empiraient. Les assassins diminuaient rapidement tout comme les cinglés du Joker même si ces derniers restaient les plus nombreux. Le gaz stagnait, pénétrant peu à peu les masques des guerriers survivants de l'Immortel. Double-Face avait réussi à pénétrer dans le cargo suivis de quelques hommes au moyen d'explosifs qui faisaient encore tanguer le navire. Le Joker était parti à sa rencontre, seul. Et Ra's Al Ghul affrontait l'un des responsables de ce chaos en duel singulier.

''Alors, Dr Crane, prêt à mourir ?''

Le Maître de la Ligue des Assassins s'élança aussitôt vers son adversaire, son sabre étincelant percutant aussitôt la faux de l'Épouvantail. Les deux duellistes côte à côte pouvaient presque entendre l'autre respirer tellement ils étaient proches l'un de l'autre. Le Démon en profita pour envoyer un puissant coup de poing dans les côtes avant de se dégager. Il vit le scientifique fou repartir à l'attaque malgré le coup dévastateur qu'il avait reçu. Cette fois, c'était le sac de jute qui prenait légèrement le dessus avec ses imprévisibles coups de faux, Ra's ne pouvant pas attaquer, trop occupé à parer la lame de son ennemi. L'Immortel tenta pourtant une attaque par pur fierté mais ne put éviter l'arme du Docteur qui lui entailla la cuisse. Surpris, furieux, blessé dans son orgueil, l'Algol repartit à l'assaut en esquivant adroitement la faux de l'Épouvantail et toucha ce dernier de son sabre à l'abdomen, déchirant ainsi le costume de son adversaire et mettant à nu la peau blafarde du Dr Crane ainsi que la longue balafre sanguinolente venant de lui être infligé.

Le Démon évita une fois de plus un coup de faux maladroit du criminel en le parant d'un revers de son sabre.

''Vous allez regretter de m'avoir défié, Crane, apprêtez-vous à en payer le prix !''

Aussitôt ces quelques mots déclarés, Ra's repartit à l'assaut, avec l'intention de donner le coup mortel. Profitant d'une ouverture, le sabre acéré de l'Immortel fonça vers le cœur de son adversaire.


(HRJ : Double-Face, Scarecrow, si mon post ne vous va pas, dites-le moi. Scarecrow, tu peux éviter le coup mais avertis moi si tu veux toucher Ra's. Double-Face, ta PNJ ne pourra éviter qu'une des dagues de mon PNJ, même si elle les dévie.)

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t5522-ra-s-al-ghul-is-back
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Sam 15 Mar - 15:01

Antonella ne senti pas que son adversaire allait avoir une poussée de rage malgré son attaque à l'épaule. Il s'était élancé. Elle fit ce que lui avait toujours dis Copperhead, elle esquiva en ce contorsionnant, esquivant habilement la dague visant sa gorge, puis frappa d'un coup de coude la dague visant son cœur. Elle crut s'en tirer lorsqu'elle vit les deux dagues dévier, mais ne comprit pas cette douleur soudaine à la côte. David la repoussa d'un coup de pied au ventre. Elle retomba sur le dos. Puis tenta tant bien que mal de se relever. Elle n'était pas en état de combattre plus. Dans quelques heures, l'hémorragie l'emporterait. Dans quelques minutes, voire quelques secondes, se serait le gaz. L'homme au dague avait l'air d'être au courant du danger. Le masque des gars du Joker avait l'air d'immuniser contre le gaz. Il fallait qu'elle trouve une issue.

- On se retrouvera, soit en sûr. Et la prochaine fois, je serai encore plus forte.

Elle lança un katana dans la jambe gauche de son ennemi avant de prendre la fuite.Elle se rapprochait, mais les combats étaient plus violents. Elle ne regardait pas en arrière pour voir si il la poursuivait. Un homme du Joker tenta de lui tirer dessus, mais elle vit alors des gerbes d'éclairs lui parcourir le crâne. Elle vit ensuite Scott, avec l'un des masques du clown, lui en tendre un. Mais il s'inquiéta davantage lorsqu'il vit les filets de sang qui parcourait la bouche de l'épéiste et la flaque au niveau de sa côte. Ayant des sentiments à l'égard de la jeune femme, il pensa à la retirer du combat. Mais Double-Face n'apprécierait pas du tout. Jusqu'à ce que son communicateur ne vibre ...

____________________________________

Double-Face, avant de poser le pied à l'intérieur du bateau, su que quelques choses clochait. Les cadavres des membres de la ligue posés ici et là ne l'interpela pas, avant de se souvenir qu'il avait affaire au Joker et à l'épouvantail. Ce n'est qu'à ce moment qu'il découvrit que les corps n'avaient pas de sang autour d'eux. Il se retira vivement. Il ne pouvait plus rien faire. La partie était terminée pour lui. En venant sans alliance, son destin était resté incertain. Mais combattre une alliance des deux pires tarés qu'Arkham ait jamais porté ...

Il rappela Flass afin de lui dire qu'il était inutile de ramener des hommes. L'orgueil de l'ancien procureur en prenait un sacré coup, mais c'était comme sa. Mais il finirait par élargir son territoire et à prendre possession de Gotham. Il attendrait que celui qui a la possession de cet endroit soit seul, et il frapperait d'un grand coup, avec plus d'hommes, plus d'armes, plus d'équipement. Il serait le maître de la pègre. Il raccrocha puis composa la fréquence de Scott.- Ne rentrez pas dans ce cargo. Il est bondé de gaz toxique. Vous rentrez, vous crevez. On se fait la malle, avec le peu d'homme qu'il doit nous rester. - Antonella est hors de combat. Elle va crever si on ne fait rien. - Dans ce cas, sa tombe bien. J'espère que le vieux est puissant. Il m'évitera d'avoir à me charger des deux tarés.Le cœur énormément lourd, il partit dans une autre direction que celle de ses coéquipiers. Il s'arrêta quelques secondes, puis reparti en rangeant se qu'il avait lancé dans les airs.

Sa pièce, retombée, était brûlée.

( HRP : Joker, à tes prochains post, tu pourra sauter mon tours, car comme vous l'avez vu, je prend la fuite, à cause de mon manque d'effectif ... Il faut savoir perdre héhé ^^' )
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Sam 15 Mar - 19:21

« Alors, Dr Crane, prêt à mourir ? »

Il ne put s’empêcher d’esquisser un sourire ironique en l’entendant. Il avait survécu à plus de tentatives de meurtre avant ses seize ans que Lyndon Johnson durant tout son mandat. Et pourtant il était toujours là, ce qui voulait dire que soit ceux qui voulaient le tuer étaient suprêmement incompétents, soit il avait beaucoup de chance. Il n’eut pas le temps de lui répondre car le maître de la ligue des assassins se jeta sur lui. L’Epouvantail para avec sa faux, mais il avait abattu son dao tel un tigre, de toutes ses forces. Sa puissance musculaire était bien inférieure à celle de son adversaire et il peinait à le contrer. Après s’être suffisamment rapproché il lui donna un grand coup de poing dans les côtes, les deux mains de Crane étant prises pour soutenir son arme. Celui-ci recula sous la force du choc avant de se repositionner en Xu Bu.

C’était mauvais, très mauvais. Ra’s Al Ghul utilisait un mélange de différentes techniques du sud, tout en puissance et en explosion alors que lui utilisait les styles du Nord, gracieux, rapide et acrobatique. D’ordinaire il aurait été avantagé mais sa faux n’était pas une qiang et l’homme en face de lui était un excellent daoshu. Heureusement pour lui affronter le chevalier noir l’avait rendu plus endurant.

Il s’élança sur son adversaire, plus rapide, plus agile, poussant ses muscles à leur maximum. Contrairement au sabre, sa faux était à double tranchant, ce qui lui permettait une plus grande liberté au niveau de ses coups. Le bruit des lames s’entrechoquant était désormais le seul son qu’il pouvait entendre, occultant complètement celui des coups de feu et des cadavres jonchant le sol tel des dominos particulièrement macabres. Sa concentration fut récompensée quand il trouva enfin une ouverture. Le métal mordit la chair de l’immortel et son sang éclaboussa le sol. L’Epouvantail sourit.

Premier sang.

Le visage du stratège fut déformé par la rage et il comprit alors pourquoi on le surnommait « le Démon ». Son adversaire se jeta sur lui en écartant la faux et si cela n’avait été pour une esquive de dernière minute il aurait été coupé en deux. Il y avait déjà survécu, mais il préférait éviter pour ce soir. La balafre était néanmoins douloureuse et était parvenue à briser sa concentration. Sans savoir ce qu’il faisait il l’attaqua maladroitement et sans surprise son coup fut paré.

« Vous allez regretter de m’avoir défié, Crane, apprêtez vous à en payer le prix ! »

Au moment où il vit l’éclat du dao plonger vers son torse il vit qu’il n’aurait pas le choix. Il tourna sur lui-même avant de sauter en l’air et d’abattre violement son poids et sa lame de sa faux contre le dao, brisant les deux contre le métal du pont. Il se rétablit et jeta sa perche improvisée, désormais inutile. Très ironique, il annonça froidement.

« Le plus tard possible, merci. »

A partir de ce moment, celui qui gagnerait serait le meilleur technicien. L’homme était une armée à lui seul, il n’avait aucune chance. Mais son but n’était pas de gagner, seulement de le retenir suffisamment pour que le Roi Joker et ses troupes de bouffons sous amphétamines endommagent les siennes. Juste assez pour le forcer à effectuer un repli stratégique. Comme il n’avait pas la moindre idée de combien de temps il leur faudrait pour arriver à ce résultat, il valait mieux qu’il reste en vie et en forme le plus longtemps possible. Mais sans sa faux il allait pouvoir laisser libre cours à la puissance de ses jambes. Il utilisa la tête de l’immortel comme tremplin pour éviter le coup de poing et se rétablit souplement dans son dos avant de lui donner un coup de coude dans la tempe. Cela aurait suffit pour assommer beaucoup d’hommes mais pas lui. Le docteur peina à éviter les coups mais son originalité lui permit de ne pas se faire toucher tout en assenant quelques claques. Mais il s’essoufflait. Tandis que le maître restait stable, bougeant le moins possible pour que la majorité de son qi soit concentré dans ses bras et son torse. L’idéal aurait été qu’il puisse le frapper au milieu de l’avant bras pour le paralyser mais il n’était pas question qu’il approche ses jambes aussi près de ses poings.

Il avait eut le premier sang mais à ce rythme là il n’aurait pas le dernier.
Tout en se rétablissant après un coup de poing dans la mâchoire il essayant de trouver un nouvel angle d’approche. Il avait enfin comprit ce qui n’allait pas. Il avait sacrifié l’imprévisibilité pour la froideur de son raisonnement, mais l’ennui c’est que le maître de la ligue des ombres était beaucoup plus intelligent que lui. Son calme ne lui donnerait aucun avantage ici et il commençait à peiner. Il combattait depuis bien plus longtemps que l’immortel et si l’adrénaline l’avait poussé auparavant elle commençait à retomber. Il lui fallait garder son raisonnement tout en gardant vivante la flamme, cet éclat de je ne sais quoi pervers et malsain, sortit des livres d’Irving qui lui permettait de survivre envers et contre tout.

Tentant le tout pour le tout, il tourna sur lui-même pour éviter un coup, le poussa avec sa jambe grâce à l’élan. Il ne perdit pas de temps et arracha son masque, le jetant à la mer. Contrairement aux hommes de Double-Face il avait prévu un antidote contre le smilex et se l’était injecté avant l’attaque. L’air était chargé de sang, de sel, de poudre, de l’odeur acide de sa toxine et de… menthe ?
Mais ça n’avait plus d’importance, la peur frémissait déjà sous sa peau comme une maladie. Grouillante, exaltante… Sur d’autres personnes son gaz provoquait vomissements, tremblement, panique, mort. Sur lui ? La peur le rendait plus vif, plus fort, plus malin et infiniment plus fou. L’amygdale ultra-sollicitée, ses pupilles dilatées il se remit en position de … de n’importe quoi !

Ra’s Al Ghul valait toute une armée mais justement l’épouvantail était suffisamment malade pour pervertir toute une armée. Ca devait bien compter pour quelque chose, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Dim 23 Mar - 1:23


- C'est le problème avec l'humour. On se prend toujours des coups par ceux qui en manquent. Comme mon père. Ou Batman.

Le Joker s'amusait véritablement avec ses victimes. Prenant bien son temps, temps qu'il venait de gagner facilement d'ailleurs, il s'asseyait tranquillement sur leurs torses encore frétillants, paralysés par le courant électrique, et racontait sa vie. Il parlait potins, rumeurs, et énonçait même des comptines sanglantes de sa composition. Les premiers hommes de l'ancien procureur, ceux qui tenaient des armes, avaient été vite éliminés, et désormais, pour passer son temps de la plus belle des manières, le Clown démoniaque prenait un risque, comme à son habitude. Le risque simple de voir se relever ces hommes aux ordres d'un schizophrène de service aurait fait peur à plus d'un vigoureux gaillard. Mais qu'est ce que ça l'amusait, lui !!! Légèrement touchés par le gaz de Crane, ces hommes voyaient le Joker comme un monstre aux yeux verts d'émeraude, brillants aussi fort que deux lucioles mortelles.
Une fois son étrange monologue achevé, il tranchait les gorges, séparait les têtes des corps, bref, amenait un peu de joie dans ce monde de brutes !!! Ah la belle rouge, quelle splendide effusion carmin !!! Oh, des morceaux de cervelle !!! Rien de plus agréable que de passer une soirée avec l'avatar de la peur et des gens de si bonne compagnie. Cependant, et il s'en était douté avant de vérifier, ces personnes n'avaient pas le sang bleu. Bonne compagnie, mais pas noble. Dommage, se plaignait le Joker. Et pourtant, leurs têtes tombaient comme sous l'impulsion des guillotines de la Révolution Française, des siècles auparavant. La seule différence étant que c'était là l’œuvre d'un seul homme, et pas des moindres. En bon révolutionnaire, il se posa sur le dernier être vivant de la cale, lui maintint les mâchoires ouvertes de sa grande force, et se mit à parler, en lui passant un couteau sur la gorge, les joues, le front...

- Bim bam bom font les dents en sautant.
Scritch scratch scrotch font les os en cassant.
Splitch splatch splotch fait la peau en cédant.
Plic, plac, ploc fait le sang en coulant !!!
Allons bon, tu as peur ? Mais voyons, tu n'as rien à craindre, je ne suis que tonton Joker... Tu devrais le savoir !!! HOU HOU HOU !!!


Et en croisant le regard épouvanté du dernier homme de main de Double-Face, le Clown d'horreur, vu comme une créature du démon, leva sa lame haut dans les airs et l'abattit. Avec un petit cri, le malfrat ferma les yeux, et les rouvrit. Il n'y avait plus personne sur lui. L'odeur de sang était encore présente dans l'atmosphère, mais le meurtrier psychopathe n'était plus là. Le criminel soupira de satisfaction, laissant l'adrénaline retomber. Les jambes flageolantes, il se releva, et se retrouva, d'un coup, une main sur la gorge, un véritable monstre sous les yeux.
Le Joker était là, encore là, utilisant la toxine de Crane pour instiller les plus grandes peurs dans l'esprit de sa victime. Son sourire s'étendait en une terrible fente sanglante, d'où surgissait des volutes de soufre. Ses dents aiguisées peinaient à empêcher les vapeurs nauséabondes de s'échapper, malgré le fait qu'elles emplissaient complètement la bouche du Joker. Ses yeux, verts comme deux feux sinistres, dansaient devant ceux du bandit. Mais le pire restaient ses traits, déformés par une joie sauvage et farouche, que peu de monde comprenait, mais que le Clown essayait de partager comme il le pouvait. Mais parce qu'il avait du travail, il ne laissa pas languir son invité, et bien vite un autre cadavre vint créer de minuscules embruns de fond de cale.

Au dehors résonnait le bruit de la mitrailleuse lourde maniée avec brio par un des assassins de la Ligue, mais le Joker avait son idée assez... nous dirons explosive pour résoudre le problème. Saisissant au passage un long tube métallique, il suivit le chemin qu'avaient pris les malfrats à la solde de Double-Face. Bien évidemment, il n'y avait personne. Ce couard avait dû fuir... Quoi qu'il en soit, il atteignit bien vite un trou dans le Peska, et put avoir une vue d'ensemble du champ de bataille. Tout se passait bien pour les troupes aux masques colorés: malgré de nombreuses pertes, leurs masques faisaient toute la différence. Mais cette mitrailleuse risquait de vite changer le donne. C'est pour cela que très sérieusement, pour une fois, le Joker posa le tube métallique sur son épaule, ajusta sa cible, et appuya sur la gâchette. Une gerbe de flammes illumina le ciel et l'intérieur du bateau avant de finalement éclater comme un minuscule soleil en atteignant sa cible, laissant sur son sillage une traînée de fumée blanche. Tout le monde devait avoir vu la roquette partir en anéantir l'arme lourde, l'homme l'utilisant et une partie du container.
Satisfait de son tir, le Joker bondit au dehors, atterrissant dans le nuage toxique pour tout autre que lui et Crane. Il jeta alors le lance-roquette dans l'eau, et bondit dans la mêlée, voulant achever cette bataille au plus vite. En voyant leur chef, malgré la crainte qu'ils éprouvaient pour lui, les criminels aux masques de clowns reprirent du poil de la bête, galvanisés, et repartirent à l'assaut, inlassablement. La mitrailleuse neutralisée, tout allait pour le mieux. Puis, seulement maintenant, il se souvint que l’Épouvantail se retrouvait à combattre seul le maître des lieux, Ra's Al Ghul. Car oui, sans voir le maître de la Ligue des Ombres, le Joker avait reconnu les célèbres assassins qu'il avait à plusieurs reprises côtoyé.
Sans se presser, au milieu de la foule grouillante de combattants dédiés à la mort, le Clown se dirigea vers le navire, en sortant son pistolet. Les balles sifflaient autour de lui, mais il n'en avait cure. Encore un jeu avec Thanatos, sans doute, un de ceux qu'il appréciait tant. C'est sans doute pour cela que l'on considérait le Joker comme le Diable. Saviez-vous qu'au moins une fois par an, le Diable, Satan, Lucifer, le Malin, comme vous souhaitez l'appeler, se métamorphosait en oeuf, au milieu de la route, s'exposant ainsi à tous les risques, même à celui de disparaître dans les ténèbres. Il jouait avec les événements, terrorisant la populace de ses exploits atroces. Le Joker jouait dans la même cour, celle des très grands, qui ne craignent plus qu'une chose: mourir de manière idiote. Il faut... du panache pour la fin du Roi Joker, comme le nommait Crane. Il faut un certain standing. Quand on en est à redéfinir les règles du crime simplement par son existence, on mérite mieux que d'avoir marqué comme épitaphe:

"Regretté par les siens, a rejoint le Seigneur d'une balle dans le dos"

Quelle ironie se serait si c'était Barbara Gordon qui la lui collait. Avec un léger pouffement résultant de cette idée, le Clown du crime escalada la paroi du Peska, bondissant quasiment de barreau en barreau. Des balles vinrent percuter la coque métallique autour de lui, mais il parvint en haut sain et sauf. C'est là qu'il vit Ra's et Crane se battre à mains nues, désormais. Alors, sans que personne ne sache pourquoi, le Joker se mit à arpenter la surface du pont, évaluant quelque chose avec une précision étrange. Enfin, alors qu'il devait avoir fait trois tours au bas mot, il se stoppa, satisfait, et attendit de se faire attaquer. Bientôt, un petit tas se forma aux guêtres du Clown déformé, qui s'en servit ensuite comme d'un fauteuil pour apprécier ce qu'il considérait être des festivités, l'arme sortie, abattant quiconque s'approchait de trop près...
Revenir en haut Aller en bas
Ra's Al Ghul

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 03/07/2013
Nombre de Messages : 1340
Autres Comptes : Lock-up & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Maître de la Ligue des Assassins
Citations : L’entraînement est inutile, seul compte la volonté, la volonté d’agir.

MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Dim 30 Mar - 14:54

La fille tituba, une profonde blessure à l'abdomen, juste sous une côte. David sourit. Et l'envoya au sol d'un coup de pied avant de s'avancer vers elle en faisant tournoyer ses deux dagues. Mais au moment de l'exécuter, il fut attaqué par un des larbins du Joker, larbin bien vite renvoyé d'ou il venait : dans la fange, avec un trou au ventre. La jeune femme aux katanas, profitant de la diversion,  en lança un vers sa jambe gauche, coup malhabile qu'il para avec facilité mais qui permit à son ennemie de se relever et de prendre la fuite avec une vitesse qui démentait son importante blessure :

''On se retrouvera, soit en sûr. Et la prochaine fois, je serai encore plus forte.''

''Super, j'ai hâte de voir ça, on s'appelle ?''

David la regarda un instant disparaître parmi la foule de combattants se trouvant sur le quai puis reporta son attention sur les combats en question. Les troupes restantes de Double-Face battaient en retraite, sûrement à cause du peu d'effectifs encore en vie. Ne restait en lice que les assassins de l'Immortel et les clowns de l'Empereur du rire. Les combattants des deux camps avaient diminués de moitié par rapport au début des combats, mais la guerre faisait encore rage à Port Adams. Et elle ne pourrait cesser qu'après l'annihilation totale d'un des deux opposants. Le lieutenant du Démon décida d'aider les assassins présents au Quai n°4 à décharger la cargaison du cargo malgré les balles volant de toute part.
________________________________________

De son côté, Ra's Al Ghul avait fort à faire avec l'Épouvantail. Ce dernier venait d'éviter son coup et de briser son sabre en même temps que sa faux. Désormais, tout allait se jouer au corps à corps. Ça tombait bien, l'Algol avait quelques connaissances dans ce domaine. Ra's engagea la danse mais le scientifique esquiva tout en lui faisant part d'un coup de coude à la tête. Submergé par l'adrénaline, Ra's ne le sentit même pas, et commença à asséner une grêle sur son adversaire. Qui perdait sa vigueur. Et qui n'arrivait plus à éviter toutes les attaques de celui qu'on nommait le Démon. En un mot, il s'épuisait. L'Immortel avait parfaitement compris le rôle que jouait Crane mais il voulait en faire un exemple. On ne s'attaque pas à lui impunément.

Après un coup de poing dans la mâchoire, il vit le savant fou partir en arrière et heurter la barrière les séparant du vide. Profitant de l'occasion, Ra's fonça et tenta de lui porter un coup à la tête. L'autre esquiva une fois de plus et arracha son masque, de façon à ne plus être immunisé aux gaz flottants sur les ponts du cargo. Le Maître de la Ligue des Assassins vit ses pupilles se dilater et son corps frémir sous l'effet de la peur qui l'envahissait puis l'Épouvantail se mit en position de...du héron ? La posture complètement décalée du Dr Jonathan Crane ne fit qu'exacerber sa rage, et la colère de l'Immortel monta d'un cran.

Même sous les effets de son gaz, l'Épouvantail ne ferait pas le poids contre lui et Ra's le démontra à merveille. Courant vers le criminel, il asséna à celui-ci un puissant coup de poing dans le foie qui le fit vaciller. L'Algol enchaîna avec un uppercut, deux directs dévastateurs qui plièrent son adversaire en deux, avant de lui faire don de son genou dans le visage. Quelque chose craqua, et Ra's savait que ce n'était pas son genou. Un sourire cruel vint fleurir sous son masque à gaz, à cet instant précis, le possesseur des puits de Lazare était plus animal qu'humain. Il prit Crane par l'épaule, le releva et lui écrasa son poing sur la tempe avant de lui éclater la pommette gauche. L'Epouvantail le repoussa d'un coup de pied et prit appui sur la barrière de façon à lui porter plusieurs coups qui le touchèrent, mais dans l'état ou il était, Ra's ne les sentit presque pas.

''Déjà fatigué, Dr ?''

Le pied du Démon vint soudain cueillir Scarecrow à l'abdomen, l'envoyant valser contre la balustrade métallique ceinturant le pont. Ra's s'autorisa un léger coup d'œil aux alentours, son ennemi étant en très mauvais état et presque incapable de répliquer. Le Joker était revenu sur le pont et était à présent avachi sur un trône ''fait maison'', un pistolet à la main. Parfait, il serait sa prochaine cible. Ra's Al Ghul sortit un fin stylet d'acier d'un de ses gantelets et s'approcha de l'Épouvantail avec la ferme intention d'en finir avec cet impudent qui avait osé le défier.  

(HRJ : Si mon post ne te va pas, Scarecrow, dis-le moi et je modifierai en conséquence)

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t5522-ra-s-al-ghul-is-back
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Dim 20 Avr - 0:07

- Bon, ça suffit les plaisanteries !!!

Le Joker se redressa vivement, un air indigné sur le visage, le canon de son arme virevoltant dans les airs. La Tête de Démon attaquait sérieusement Crane, son allié son... ami ? Naaan, il ne faut pas exagérer non plus !!! Quoi qu'il en soit, le Clown se remit sur pieds, se baissa pour esquiver une lame d'assassin, riposta en frappant ce dernier d'un coup de crosse dans la nuque, et l'acheva d'une balle en plein crâne. Et tout cela en quelques secondes à peine, soit en moins de temps que vous, lecteur, avez mis pour lire ce passage. Peu à peu, les hommes du plus grand Clown de tous les temps prirent un léger avantage sur les assassins de la Ligue des Ombres, mais rien de bien marqué. Le rire qui résonnait précédemment sur le cargo s'était achevé, ne laissant plus que les hurlements de douleur et de rage pour remplir le silence de la nuit. La bouche d'où s'échappait ce ricanement reconnaissable entre mille s'approchait d'ailleurs du duel qui avait lieu entre Ra's Al Ghul et Scarecrow. Une ferme détermination s'affichait dans le regard du Joker, tandis que devant lui s'ouvrait une haie d'honneur constituée en majeure partie de cadavres de tous types. Tirant dans le tas de manière aléatoire, il abattait amis comme ennemis pour se frayer un chemin afin de porter secours au Docteur Crane. Cet acte n'était pas forcément motivé par la sympathie ou un quelconque sentiment, non. Le Clown avait encore besoin de ses services pour la suite des événements, et il n'était pas prêt à le laisser mourir pour le jeu. Pas encore, en tous cas.

- Je ne supporterai pas de voir ce pauvre Épouvantail maltraité par autre chose que par une chaise, Ra's !!! s'écria alors la Némésis de Batman.

Le Joker avait enfin reconnu cet adversaire meurtrier, originaire d'Asie. Et en réponse aux coups qu'avait porté l'Algol au scientifique boosté à l'Horrorex, le plus grand criminel de Gotham pointa son arme vers le corps de chair de son ennemi, et tira une fois, deux fois, trois fois, sans succès. La Tête de Démon esquivait chaque balle en une danse gracieuse. Mais ce qu'il ne devait pas avoir prévu, c'est que juste après avoir appuyé pour la dernière fois sur la gâchette, le Joker chargea, et abattit son poing en pleine mâchoire du Guerrier de l'ombre. Le coup fit mouche, à la grande surprise des deux parties. Un rire d'étonnement jaillit de la bouche du Clown.

- HOU HOU HOU HOU !!!

Son second coup fut paré et dévié, mais la riposte au stylet fut esquivée avec succès. En effet, le Joker était lui aussi doté de capacités accrues par les toxines, et d'une réflexion rapide et efficace. Cela lui permit de commencer le combat de manière positive devant l'un des plus grands guerriers que portait cette terre.

Pendant ce temps, les hommes aux masques multicolores combattaient farouchement face au groupuscule bio-terroriste qui leur faisait face. Les mitrailleuses lourdes hors-service, il leur était désormais plus facile de progresser et d'abattre leurs adversaires. Les dernières grenades fusèrent en direction des ombres. Elles explosèrent en émettant une vive lumière, dissipant ces assassins de la nuit en de nombreuses petites particules. Peu à peu, les hommes du Joker se mirent à user de stratégie, encerclant les hommes de l'Algol pour mieux les éliminer. La technique fonctionnait, malgré les farouches résistances des assassins.

Le stylet vint érafler l'épaule d'albâtre du Joker, qui fit la grimace en voyant son beau costume se déchirer sous le tranchant de l'arme. Il l'avait fait faire sur mesure par un chinois avant de le coudre sur un tapis, qu'il avait ensuite envoyé au musée de la ville avec un petit billet expliquant cette "nouvelle forme d'art". L'exposition n'eut jamais lieu, au grand dam du Clown.
Mais en ce moment, ce dernier risquait sa vie en pleine bataille, et malgré ce petit aparté spirituel qui le fit grandement sourire, le combat reprit doucement, comme si un ralenti avait figé les mouvements de l'Algol. Le Joker allait devoir compter sur son imprévisibilité pour s'en sortir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Dim 20 Avr - 16:05

Perdu au milieu d’un océan de douleur, le docteur Jonathan Crane peinait ne serait-ce qu’à soir qui il était. Ses oreilles sifflaient, ne faisant parvenir plus aucun bruit vers ses oreilles, sauf quelques insultes murmurées, des croassements, des bruits d’ailes et les hurlements d’une vielle femme, tournant encore et encore dans sa tête en un maelström aussi grotesque que terrifiant. Il pouvait sentir son propre sang couler dans sa gorge, métallique et légèrement rance à cause de la toxine, de tous les produits qu’il testait sur lui-même. Sa conscience glissait, il tombait. Comme un signe qu’il s’endormait. Mais ça n’était pas cela. Sa peau frémissait, tirait, démangeait, comme si quelque chose en dessous voulait sortir. Une sensation alien grandissait dans ses genoux, comme si une graine y avait été laissée et qu’elle choisissait ce moment pour grandir.

Non.

Il ne pouvait pas laisser le contrôle à la bête. Toutes ces années où il était coincé en Géorgie, à l’Université de Gotham à Arkham il n’avait jamais abandonné parce qu’il savait qu’il possédait quelque chose qui faisait de lui plus. Plus qu’un garçon de ferme, qu’un étudiant, qu’un docteur, qu’un criminel. Son génie. Son intelligence était la seule et unique chose qui avait permit à Crane d’en arriver là où il était et Friitawa le lui avait enlevé. Il la tuerait plus tard, mais là il devait reprendre le contrôle.

Il secoua sa tête de droite à gauche, ses paupières papillonnèrent quelques secondes avant qu’il ne puisse ouvrir ses yeux. Il prit une grande bouffée d’air, son râle comme celui d’un mourant mais parvint à regagner un peu de clarté. Il lui fallu une minute pour pouvoir reprendre un semblant de conscience mais à partir de ce moment là les choses s’accélérèrent.

Les corbeaux autour de lui n’étaient pas réels. Il respirait de la toxine, trop. Il commença à bouger de là où il était, ses bras pendus à la balustrade comme un épouvantail sur une palissade. Oui il se souvenait maintenant. Il était sur le pont à combattre le maître de la Ligue des Ombres. Idée stupide. Pourquoi était-il là ? Le Joker. Non c’était avant ça. Crown Point, les importations, il en avait besoin pour sa toxine, besoin du port, il était venu avec le Joker et ils affrontaient les assassins de la Ligue. Puis Ra’s Al Ghul l’avait réduit en miettes, il devait le retenir le temps que ses hommes se fassent anéantir. Voilà pourquoi il était dans cet état là. Regardant autour de lui il vit qu’il avait au moins réussi à faire ça.

Il se laissa tomber sur le sol métallique avant de se relever douloureusement, ses sensations lui revenant, claires comme le jour alors qu’il reprenait ses esprits. Note à lui-même : penser à prendre des doses d’adrénaline améliorée sur lui à l’avenir, ça pouvait toujours servir quand il se retrouvait dans ce genre de situations. Sans réfléchir il arracha un masque à gaz du visage d’un cadavre et le mit sur le sien. Une fois que ses poumons furent remplis d’un air plus pur il put enfin se juger suffisamment solide pour reprendre le combat grâce à l’adrénaline que son cerveau avait envoyé dans ses muscles après qu’il soit assommé. Les assassins n’étaient plus une menace, mais leur maître si, et il ne savait pas si le Joker serait de taille.

En parlant de celui-ci il avait prit sa suite et combattait à son tour l’Algol. Il lui devait probablement d’avoir la vie sauve. Hmm. Et bien ils étaint quitte pour la sombre affaire de la Chaise. Jusqu’à la prochaine fois. L’épouvantail ramassa le manche de sa faux, bien décidé à s’en servir de lance et s’approcha du duo en la faisant tourner.

C’est reparti

Revenir en haut Aller en bas
Ra's Al Ghul

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 03/07/2013
Nombre de Messages : 1340
Autres Comptes : Lock-up & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Maître de la Ligue des Assassins
Citations : L’entraînement est inutile, seul compte la volonté, la volonté d’agir.

MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Mar 6 Mai - 11:16

Le Joker était un adversaire de taille pour Ra's Al Ghul. Celui-ci avait adroitement esquivé chacune des balles du clown mais n'avait pu éviter son poing qui lui heurta violemment la mâchoire à son grand étonnement. L'Immortel bloqua son second coup de poing mais son coup de stylet fut également paré. Le Démon et le Chaos se regardèrent un instant dans les yeux puis le combat reprit de plus belle. L'Algol lançait sans cesse une multitude de coups vers son ennemi, que ce soit des directs, des uppercuts, des coups de pieds circulaires. Certains touchaient leur cible, d'autres non. Mais le Joker n'était pas en reste. Le cinglé était également redoutable au corps à corps, et donnait beaucoup de fil à retordre au Maître de la Ligue des Assassins. L'un avait pour lui une totale imprévisibilité à la limite du grotesque, l'autre une expérience forte de plusieurs siècles, voire de plus d'un demi-millénaire. Puis l'Épouvantail repartit au combat malgré ses nombreuses blessures. Armé du manche de sa faux, il entreprit d'aider l'homme au sourire éternel. A le tuer, lui, Ra's Al Ghul. Crane profitait de chacune des ouvertures qu'il laissait pour attaquer, encore et encore. Les coups pleuvaient sur l'Algol.

La Tête de Démon para, dévia, bloqua, se protégea, mais à deux contre un, même si un membre du duo était sur le point de s'effondrer d'une seconde à l'autre, il reculait fatalement vers une issue plus que certaine. Cette nuit, Ra's connaîtrait la défaite, il en était conscient. Mais il ne se laisserait pas vaincre sans rien faire. C'était bien mal le connaître que de penser cela.

''Joker...''

Le grondement sourd de l'Arabe se mua en un rugissement et tout en expédiant le savant fou sur le sol, il se rua sur le clown ricanant. Les deux surhommes, car ils avaient tout deux dépassés ce stade basique qu'est l'être humain, basculèrent par dessus la rambarde métallique et entamèrent une longue chute vers le pont inférieur, une dizaine de mètres plus bas.
__________________________________________

David resta un instant abasourdi, stupéfait devant la nouvelle qui venait de lui être transmise. Un des derniers soldats de la Ligue combattant sur le ''Peska'' venait de voir leur Maître tomber avec le Joker, d'un pont à un autre.  Ce fut la hauteur qui inquiéta le plus l'espion personnel de l'Immortel. Une dizaine de mètres. Avait-il survécu ? Non, il ne devait pas douter ! Il se tourna vers les assassins qui déchargeaient les caisses par l'une des rares brèches du navire.

''Je veux que la moitié d'entre vous se rende sur le deuxième pont de ce putain de bateau, tout de suite ! Notre Maître est en danger ! Bougez-vous !''

Une dizaine d'assassins se précipitèrent aussitôt vers le cargo. David les regarda courir, anxieux. S'il perdait son mentor, ce serait la fin de tout. Le puits de Lazare le plus proche se trouvait dans le pays d'à côté et ils auraient sûrement beaucoup de mal pour récupérer le corps. Il les avait à peine vu disparaître que déjà un autre problème se profilait à l'horizon. Les hommes du Joker. Une bonne douzaine. Arrivants sur le Quai N°4, ils avaient découverts avec ravissement que des types en noir déchargeaient des caisses du navire. Seulement deux fourgons sur six étaient chargés, le reste de la cargaison patientant paisiblement dans les profondeurs obscures du ''Peska''. David regarda ses sbires puis ceux de l'homme qui rit.

''Continuez à charger, je m'occupe d'eux.''

Les laquais du Joker avaient à peine le temps d'éclater de rire que celui qu'ils considéraient comme un minus était déjà sur eux. Empreint d'une fureur indescriptible, David tranchait, égorgeait, découpait, taillant dans la grossière masse de chair puante qui l'entourait. Les larmes de l'espion se mêlaient aux gerbes de sang de ses ennemis sous les rayons blafards et mélancoliques de la Lune. Le brouillard était parti. Ses dagues, semblables à deux éclairs argentés, faisaient littéralement parties de son être à présent et n'étaient rien d'autre que le prolongement d'une volonté pure et animale. Tuer pour venger.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t5522-ra-s-al-ghul-is-back
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Dim 11 Mai - 16:08

Les hommes du Clown ne pensaient pas avoir affaire à un tel combattant. David Cain tournoyait avec ses dagues, fendant l'air avec rapidité, faisant jaillir le sang en profusion. Un véritable Yellowstone sanglant, peuplé de geysers de chair. Et il continuait, inlassablement, son ballet mortel. Cependant, alors qu'il démembrait littéralement un criminel du Joker en quatre coups, un par articulation, une attaque le prit par surprise, et un couteau vint fissurer le masque à gaz qu'il portait, le laissant sans défenses face aux gaz plus que spéciaux qui parsemaient encore l'air. Smilex et Horrorex ne faisaient pas bon ménage pour l'inhalateur...

- ALLEZ LES GARS, ON Y EST PRESQUE !!! hurla un gaillard épais, torse nu, les muscles saillants.

Ce sbire avait l'air bien plus coriace que les autres, et la position dans laquelle il se mit, celle du Cavalier, selon les Arts martiaux chinois, renforça cette impression. Un sourire menaçant ornait son visage, par-dessous la peinture clownesque qui recouvrait sa face. Puis, il chargea, les bras bandés, prêts à faire souffrir. Et il atteignit son but : visant de prime abord le visage de l'assassin, il feinta et tordit le bras de Cain. Une des dagues tomba au sol, n'en laissant qu'une seule au bras droit du chef de cette opération. Déviant ensuite une attaque précise, le sbire géant frappa le plexus de son ennemi, et le repoussa d'un coup de pied.

- On continue ? s'amusa le combattant coloré.

Il ne faisait nul doute que malgré ses capacités supérieures à celles des simples hommes de main, il ne ferait pas le poids face à l'un des meilleurs guerriers du monde. Mais il devait gagner du temps pour son maître, et empêcher que trop de matériel ne soit perdu. Après tout, il s'était engagé à vie auprès de l'actuel possesseur de l'Aciérie Sionis.
__________________________________________

De son côté, le Joker affrontait Ra's, et au grand étonnement des deux surhommes, il résistait plutôt bien. A une ou deux reprises, par ruse ou sans le vouloir, il parvint même à asséner un bon coup à la Tête de Démon, le faisant reculer. Et quand Jonathan Crane revint dans la danse, le vent de la victoire se mit à souffler dans la direction du duo de Tarés. Ra's Al Ghul faiblissait peu à peu devant les assauts répétés et imprévisibles des deux Arkhamites, et il ne put que reculer devant le déchaînement de folie. Le Clown à l'éternel sourire sortit un couteau, et frappa de nouveau. La lame glissa sur le gantelet de l'Algol, faisant perdre son équilibre au Joker. Tout et rien passait par son esprit: des bribes d'enseignement au combat, de futures blagues, des désirs épars de meurtres et de barbe à papa.
Il entendit alors un craquement net: c'était le pied du Maître de la Ligue qui venait de s'écraser contre le visage de l’Épouvantail. Ce dernier se retrouva propulsé au sol, sonné pour quelques secondes. Ce temps fut suffisant pour que Ra's grogne le nom de la Némésis de Batman, et le charge. Le Joker prit une posture grotesque, prêt à accueillir l'impact. Un rire féroce s'échappa de sa gorge juste avant que les bras puissants de l'Arabe ne le poussent par-dessus bord. Mais dans un dernier mouvement inconscient, le Clown du crime saisit un pan du tissu de son adversaire, et l'entraîna avec lui.

Plus rien ne les liaient au sol. Ils volaient. Le Joker riait aux éclats, à s'en déchirer les cordes vocales. Tout cela lui rappelait ses combats avec le Chevalier Noir, les nombreuses chutes qu'il avait fait. Pourtant, jamais il n'avait ressenti une telle euphorie, c'en était grisant !!! Mais un coup de tête du Guerrier plusieurs fois centenaire le fit taire et revenir au dur monde. En réaction, devant le peu de temps qu'il restait avant l'impact au sol, le Clown se contorsionna dans les airs, et mit le Ghul sous lui, l'utilisant comme matelas pour se recevoir sans trop de dégâts. Fou, oui. Inconscient, non. Il en profita évidemment pour lui glisser un ou deux coups de poing, histoire de faire bonne mesure.
L'assassin ne se laissa pas faire, loin de là, mais le Joker avait été le plus rapide, et ils atteignirent le sol après une chute de quinze mètres de haut. Le choc coupa le souffle au meurtrier psychopathe, qui fut propulsé. Il heurta lui aussi le dock et roula sur lui-même à plusieurs reprises. Au vu de la douleur, il devait avoir une côte cassée, mais qu'importe !!! Il n'en avait cure, seul comptait l'amusement qu'il avait ressenti lors de ce bref vol. Il avait défié la gravité !!! Toussant, crachant ses poumons, il se releva peu à peu, et se mit à parler:

- Je te remercie pour ce vol, le vieux... KOF KOF KOF !!! Tu savais que tu étais très confortable ? Non ? HA HA HA HA HA HA !!!

De sous sa veste jaillit alors une arme au long canon, tenue par la main gantée du Clown meurtrier. Un énorme sourire badigeonné de sang jaillit sur le visage blanc du psychopathe. Ils étaient seuls, sur ce coin du port. L'un en face de l'autre.

- Alors comme ça c'est toi qui est la cause de ce remue-ménage en ville ? Bravo, vraiment bravooo !!! Il se mit à applaudir, l'arme toujours en main. Un travail de maître, je ne peux que le reconnaître. Je n'aurais pas fait mieux. Néanmoins, je crains que la suite de cet enfer ne se déroule sans toi, Ra's...

Le Joker ajusta l'Algol dans sa ligne de mire, le bras secoué par les ricanements sinistres. Il tira la langue de manière comique, pour faire mine de se concentrer, et appuya sur la gâchette.

BANG !!!

Voilà ce qui était marqué sur le petit drapeau qui était sorti du canon du gros pistolet. Cela déclencha un accès de rire terrible de la part du Clown.

- HOU HOU HOU HOU HOU HA HA HA HA HA HA HA HI HI HO HO HO HA HA HA !!!

Il se pencha douloureusement en avant, posant ses mains sur ses genoux, plié en deux de rire. Des larmes coulaient de ses yeux, fait rare, sauf lors des grandes occasions, comme celles ci. Puis, il se redressa, et se calma peu à peu, mais c'était avec grand regret, on pouvait le voir.

- Bon, en fait non, ce sera pas ce soir. Parce que tu m'a amusé et que tu vas en faire voir de toutes les couleurs à Batman, je vais te laisser partir. Mais ce bateau et ce qu'il contient sont à moi.

Malgré la douleur, le Joker prit un air mystérieux, et lança une petite boule au sol, qui déclencha un nuage de fumée. Alors qu'il disparaissait, il lança une dernière pique à l'Algol:

- Au plaisir de se revoir, Shéhérazade...

Pendant l'équivalent d'une semi-minute, la fumée resta épaisse avant de se dissiper, dévoilant... un Joker qui n'avait pas bougé. Il prit un air dépité et maugréa:

- Parce qu'en plus de faire de la fumée, il faut s'enfuir ? Mais c'est complètement pourri !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Lun 19 Mai - 2:15

Bon.

Il était sur le sol.

Encore.

Cette fois ci le coup avait été moins fort et l’avatar de la terreur, bien que très amoché se rendit très vite compte de ce qu’il s’était passé. Le maître de la Ligue des Ombres lui avait donné un grand coup de pied dans la figure pour l’éloigner. Il avait donc désormais un nouveau bleu à l’arrière de sa tête à rajouter à sa collection. Et son nez était probablement cassé. Mais ça n’était pas important pour l’instant. Il se releva agilement, de nouveau prêt à combattre et … fit face au vide. Allons bon. Où est-ce qu’ils avaient bien pu passer ? Cherchant la solution la plus logique il s’approcha de la rambarde.

Comme il le pensait, le Joker et l’Algol étaient en bas. Qui avait jeté qui par-dessus bord il ne le savait pas et il n’en avait cure. D’après ce qu’il voyait son allié était celui qui menait la danse et ça lui suffisait. Ce combat avait été pour le moins vexant. Il savait que pour un homme normal de sa morphologie, sa condition physique était optimale. L’art martial qu’il s’était inventé était parfait pour lui et lui avait permit de tenir face à un homme beaucoup plus fort, enduré et expérimenté que lui. Mais c’était tout de même très vexant pour lui d’avoir eut besoin de l’aide de quelqu’un d’autre dans un duel. Aussi loin qu’il était concerné, cela signifiait que Ra’s Al Ghul avait gagné cette manche.

Enfin, l’important était qu’ils étaient sur le point de gagner. Pas tout a fait gagné puisqu’il restait des assassins, mais ils étaient désormais largement en sous nombre et il put s’accorder une petite pause.

Précautionneusement il tâta son nez ensanglanté et entendit un petit claquement. Hmm. Cassé. Il posa l’extrémité de ses doigts inhumainement longs contre chaque coté de l’os avant de le remettre en place d’un coup sec. Ce n’était pas la première, ni la dernière fois que l’on visait cet os là, ça ne lui faisait donc plus aussi mal. C’était juste gênant de perdre du sang de façon aussi inutile.
Une fois que cela fut fait il s’appuya contre la rambarde et allait regarder les combats sur les quais quand il entendit des bruits de courses.

Oh c’est pas vrai…

Et pourtant si, d’après le « Pour le maître ! » hurlé un peu plus loin il allait encore se faire attaquer. Ces gens là ne possédaient ils donc aucun instinct de survie ? Il savait qu’ils se faisaient laver le cerveau dans ce genre d’organisations mais à ce point cela approchait la démence.

C’est avec un profond sentiment de lassitude qu’il sortit d’une pochette cachée dans sa botte une petite seringue d’adrénaline et se l’enfonça dans la cuisse comptant les secondes, profitant de ses derniers moments de clarté.

3…

Les assassins de la Ligues des ombres apparurent dans son champ de vision, leurs armes reflétant l’éclat de la lune, prêts à en découdre. Ils devaient être une dizaine, peut être plus mais pas de beaucoup.

2…

En à peine une seconde ils avaient traversé les ponts et entouraient désormais l’homme maigre, couvert de sang et de coupures, dont les seuls carrés apparents de peau étaient recouverts d’hématomes dont les couleurs peu ragoutantes en disaient long sur son état.

1…

L’épée brilla un instant dans les airs avant de s’abattre sur le sol, là où l’Epouvantail se trouvait un instant plus tôt. D’une rapidité déconcertante il s’était élevé dans les airs en prenant appui sur la tête de l’épéiste qui s’écrasa à terre avant de faire un salto pour abattre son talon dans la glotte de l’homme derrière lui. S’il n’était pas assez bon pour vaincre leur maître, éliminer ses larbins n’était pas un problème. Il tourna sur lui-même, ce qui les éloigna de lui quand ils évitèrent sa faux. Mais son esprit étant trop embrumé par l’utilisation de tant de drogues en une soirée et fatigué par les changements perpétuels de personnalité il n’évita pas un coup visant son bras. Cependant celui qui lui avait asséné ce coup ne pourrait pas s’en vanter puisqu’il lui avait immédiatement enfoncé son manche en métal dans l’œil.

« Nous irons au bois… »

Son ricanement et son aspect cauchemardesque, comme un monstre imbattable, qui semblait toujours vouloir se relever quoi qu’il lui en coûte, avait fait hésité un combattant à sa gauche et l’épouvantail en profita pour l’approcher, enrouler son bras autour de sa tête comme un serpent et lui briser la nuque tout en laissant son corps désormais sans vie se prendre un coup de lame qui lui était destiné. Il le jeta sur un de ses camarades, trop proche à son goût. Sentant quelqu’un derrière lui il tourna pour l’éviter, attrapa son bras et utilisa son élan pour le jeter par-dessus bord. Il se laissa alors tomber au sol et asséna une puissante savate à ceux autours de lui, en faisant tomber deux. Ne perdant pas de temps il jeta tout son poids dans son bras et enfonça son coude pointu dans la glotte de celui qui était le plus près.

« Ceuillir des ce-rises… »

Il évita in extremis un sabre qui lui entailla l’oreille avant de se planter dans le sol et se releva après une roulade. Ignorant son vertige il frappa sèchement l’avant bras d’un assaillant pour lui faire lâcher son arme avant de le prendre par les cheveux et de lui enfoncer son genou au milieu du front à grande vitesse, l’assommant sur le coup. S’il avait été capable de penser clairement il aurait déploré la perte de sa faux au moment où un poignard s’enfonça dans son épaule, lui arrachant un hurlement. Il donna un puissant coup de pied dans le plexus de son agresseur pour le faire tomber par-dessus bord mais ne fit pas l’erreur de retirer l’arme de là où elle était logée. Cela n’aurait fait qu’accélérer l’écoulement du sang. Par contre il ne se fit pas prier pour éviter l’arme d’un autre et, d’un coup horriblement bas, le mettre à terre en lui enfonçant un de ses doigts crochus dans l’œil avant de le frapper à la gorge. Si ses calculs étaient bons il n’en restait plus qu’un. Il se retourna vers lui, évita de façon tellement maladroite qu’il fut blessé une fois encore et, trop épuisé pour être subtil, lui envoyer un fameux coup de pied entre les jambes avant de l’empoigner et de le jeter par-dessus bord.
Il fit une pause et regarda autour de lui. Tous étaient à terre.

Épuise mentalement, physiquement, à bout de souffle, couvert de nouvelles cicatrices et de bleus, l’épouvantail fit alors la seule chose qui lui venait à l’esprit.

Il s’écroula sur le sol.



[HRP : Merci de ne pas me le tuer, parce que là non, il ne va pas se relever, sauf peut être après la bataille pour faire un constat. Je pense que pour quelqu’un qui n’est pas métahumain, d’avoir tenu jusque là c’était déjà très bien ^^’ ]
Revenir en haut Aller en bas
Ra's Al Ghul

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 03/07/2013
Nombre de Messages : 1340
Autres Comptes : Lock-up & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Maître de la Ligue des Assassins
Citations : L’entraînement est inutile, seul compte la volonté, la volonté d’agir.

MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Dim 15 Juin - 18:53

Il s'était fait botté le cul par un simple sbire du clown. Peut-être un peu plus grand et plus doué que la moyenne, mais la différence s'arrêtait là. David Wiejdvidsky était furieux. L'espion personnel de l'Immortel n'avait plus qu'une dague en main et quatre adversaires dont un sérieux à éliminer. Et ne pas oublier que son masque à gaz était fissuré. Pour l'instant, il ne ressentait pas les effets des gazs du Joker et de l'Épouvantail. Pas encore. Rejeté en arrière par son adversaire, David analysa sa situation actuelle. En bon assassin qu'il était, il obéissait toujours à plusieurs règles. La première, savoir ou l'on mettait les pieds.

Un rapide coup d'œil derrière lui lui apprit que les potes du colosse se trouvaient derrière lui et n'allait pas tarder à essayer de l'encercler. Deuxième règle, toujours la cible la plus faible en premier si l'on est seul. C'était son cas. Il repoussa le type lui faisant face mais se jeta au final sur lui, l'étourdit en le frappant au niveau avec le pommeau de sa dague, le tout en une attaque éclair.

Évitant leurs battes de baseball et leurs machettes, il s'occupa du porteur de flingues en premier. Il balaya les jambes du sbire, s'empara du fusil en le jetant dans sa main libre avec son pied et déchargea les dernières balles du chargeur sur ses deux acolytes qui s'écroulèrent. Mais derrière lui, le type coriace reprenait ses esprits plus vite que prévu. Un puissant coup de pied entre les omoplates propulsa David sur le sol, à côté du sbire à terre.

L'espion du Démon roula sur lui même pour éviter un coup de couteau et se retrouva juste aux pieds de l'ex-possesseur du fusil d'assaut, ce dernier étant muni d'une machette qu'il abattit aussitôt sur l'homme de la Ligue. Qui para avec sa dague restante. Avant de la lui planter dans le sternum et de se servir du corps agonisant du malfrat comme d'un bouclier face à son dernier ennemi. Le colosse voulut biaiser et l'attaquer au niveau des jambes mais David déjoua l'attaque et jeta d'un coup son bouclier improvisé sur l'homme.

Déséquilibré, ce dernier eut à peine le temps de le rejeter que déjà David Wiejdvidsky était sur lui. L'assassin lui sauta littéralement dessus et enroula ses jambes autour de son cou. Là, il planta sa dague dans le crâne du laquais du Joker. L'homme s'écroula, tandis que David se rejetait en arrière et atterrissait debout. L'affrontement n'avait pas duré plus de trois minutes. La classe.

David s'ébouriffa les cheveux après avoir enlevé sa cagoule. Il ne s'était pas trop mal débrouillé sur ce coup-là. L'espion courut aider les serviteurs du seigneur Al Ghul à décharger les caisses après avoir pris un masque à gaz sur l'une de ses victimes. En effet, le boulot était bien loin d'être fini.
____________________________________________

Le Joker et Ra's Al Ghul tombaient. Appréhendant tout deux l'atterrissage, ils tentèrent chacun de se trouver au dessus lorsqu'ils s'écraseraient enfin au sol. Le Joker réussit à conserver l'avantage... Mais seulement pendant un temps. Il ne fallait pas qu'il oublie qu'il avait affaire à l'un des plus grands guerriers de ce monde. Ra's parvint à modifier sa position en collant plusieurs directs bien placés et ils se retournèrent vaguement, exposants tout deux un côté de leur corps au sol goudronné qui se rapprochait d'eux à toute allure.

Et enfin, le choc tant redouté arriva. D'une violence extrême, le contact entre le sol et les deux adversaires n'épargna personne. A part, peut-être, la surface goudronnée du dock. Ra's s'écrasa par terre et roula plusieurs fois sur lui-même avant d'être arrêté par une caisse. Haletant, le souffle court, le Maître de la Ligue des Assassins se releva péniblement, avec l'impression de n'être plus qu'une énorme plaie ouverte. Son bras droit ne lui répondait quasiment pas, était sûrement déboîté et il s'était clairement cassé au moins trois côtes sur le côté droit de son corps.

Le Joker aussi s'était redressé et commença à le remercier pour les conséquences qu'avait produit le début de son œuvre. Ra's savait ou tout cela le mènerait. Il ne s'était pas trompé car le Joker le braqua de son énorme pistolet. L'Algol se prépara à réagir. Toutefois, le drapeau sortant de l'arme déclencha en lui un violent accès de rage qu'il n'avait pas prévu. Les traits de l'Arabe se convulsèrent avant de se détendre quelques secondes plus tard. Il avait retrouvé son calme intérieur. Et une idée derrière la tête. Le clown continuait son petit numéro. Tant mieux pour lui. L'Immortel commença à reculer vers les Docks sans que cela attire l'attention du Joker qui lui ''laissait la vie sauve'' mais revendiquait Port Adams et le ''Peska''. Le Prince du rire balança sur le sol une bille fumigène avant de lui dire au revoir.

Parce qu'en plus de faire de la fumée, il faut s'enfuir ? Mais c'est complètement pourri !!!

Le Joker n'avait pas bougé. Fidèle à lui-même, adepte des blagues vaseuses. Le Joker dans toute sa splendeur. L'Algol lui tourna le dos, signe évident de mépris, et commença à disparaître dans l'ombre des Docks. Il n'avait plus rien à faire avec cet être répugnant, il s'occuperait de son cas et de Crane plus tard.

''David, évacuez la zone. Appliquez le protocole 'Terre Brûlée'.''

''Bien reçu.''

Quelques minutes plus tard, c'est toute une série d'explosions qui secouèrent Port Adams et le ''Peska''. Les assassins et les sbires du Joker présents à proximité du cargo furent balayés par les détonations venant du ventre même du navire. Et ce dernier se mit à couler.

Spoiler:
 

_________________________________


Dernière édition par Ra's Al Ghul le Jeu 3 Juil - 11:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t5522-ra-s-al-ghul-is-back
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Dim 29 Juin - 0:47

Et Boum. Boum. Boum. Boum boum boum... BOUM ???

Hum... bien joué. Oui, pourquoi le Joker s'énerverait ? C'était bien joué. Notez le temps du passé indiquant une action révolue. Et qui dit révolue, dit révolue. Point.

C'était tellement bien joué que le Clown ne pouvait rien y faire. Le Peska coulait inexorablement, et tenter quoi que ce soit pour le sauver aurait été stupide. Un régiment de perdu, mais la bataille était gagnée !!! Un sacrifice nécessaire, diraient beaucoup de monde. Et pour une fois, le Joker faisait parti de ce "tout le monde". Doucement, le Clown s'approcha du bord des docks, et s'assit. Ses pieds pendaient mollement au-dessus de l'eau, caressant la surface troublée de leur pointe.
Le regard vide, les yeux perdus dans le vague, le Clown d'ordinaire fou semblait juste en train de réfléchir, sans méchanceté, sans violence. Il pensait. Rien de plus. Cela changeait de d'habitude, quand tout le monde le voyait exubérant, virevoltant, semblable à une pile électrique.
Non.
Il pensait.
Aucun plan, aucun noir dessein, rien du tout. Juste les questions d'un être qui en savait trop. Un être qui vivait pour lui, et pour un Autre. Pas pour les autres, pour UN Autre. Son Batman. C'était amusant de voir que le premier était obligé de vivre pour que le second vive aussi. Les deux faces d'une même pièce. Amusant.

Un petit rire échappa au Joker, alors que le Peska s'abîmait dans les eaux sombres de la Baie de Gotham. Les corps à l'intérieur nourriraient les poissons, c'était une certitude. L'acier se désintégrerait sur le sable, dans les profondeurs. Le temps suivrait son cours, la vie continuerait d'avancer, et le Clown ne bougera pas. Lui et Batman seront les derniers encore debout dans cette maudite ville.
Enfin, il cilla, et ce simple geste lui fit reprendre conscience de ce qui l'entourait. La lutte ne faisait que commencer !!!
D'un bond, un seul, le Joker se remit debout, sur ses pieds. La douleur était là, lancinante, mais comme à son habitude, il n'en avait cure. Non, ce qui attira l'attention du Clown Blanc fut une chose mille fois plus intéressante. Une créature étrange, probablement dangereuse progressait dans l'eau, au loin. Bah, du moment qu'elle ne s'approchait pas trop...

Laissant de côté cette vision étrange, il se mit à faire marche arrière, pour revenir vers les terres. Sur son chemin, des corps, des corps et encore des corps. Des tranchés, des brûles, des intacts, des éclatés, des écrabouillés, des déchiquetés, des décapités, bref, de tout pour tous les goûts. Et au milieu de tout ça, le Joker se baladait gaiement. Il jetait un regard à l'un, il jetait un regard à l'autre, sans se soucier de qui il était. Cela ne servait plus à rien, il était mort. Y a que la mort qui nous rend tous égaux... et la folie. Très important, la folie. Il ne faut jamais oublier la folie, la folie, elle peut tout changer.
La folie, c'est comme la rencontre fortuite du Joker et Batman. Voilà, on y est !!! La folie est le contraste entre l'ordre absolu et le chaos total. La folie est la confrontation des deux. Encore, et encore. Les deux se heurtent, se blessent, souffrent, mais reviennent toujours. Un équilibre, sommes toutes. Un sacré beau bordel, une fois appliqué. Tant mieux, ça donnait du piment à la vie, à la mort, à tout !!! Le Joker ne connaissait pas plus fabuleux. Le reste du monde trouvait ça monstrueux...
Le Joker torture, c'est atroce. Naaaaan, c'est une forme d'art et d'expression corporelle. Et puis tout le monde sait qu'il a eu une enfance difficile.
Le Joker assassine, c'est contre-nature. Naaaaaaaaaaaaaaan !!! C'est un jeu, une farce. On est formaté pour ne pas tuer. Laissez un enfant sans cet apprentissage, et découper en rondelle son camarade de classe ne sera pas une monstruosité.

Mais bon, à quoi cela sert de débattre avec vos partis pris de lecteur. Vous ne céderez jamais et n'accepterez jamais d'autres opinions que la vôtre... Si ? Intéressant...
Quoi qu'il en soit, le Joker en avait terminé ici. Une fois rentré, il enverrait ses hommes occuper les lieux, sauver ce qu'ils peuvent du Peska et voilà. On ne pouvait pas toujours gagner...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Lun 30 Juin - 2:15

Si l’on se penche sur la version des évènements qui suivirent de Jonathan Crane, cela se résumerait assez vite. Il s’était écroulé à cause de l’épuisement et de ses blessures et n’avait plus bougé. Il s’était réveillé deux jours plus tard dans son lit, au calme. Voir son employée à ses côtés avait été assez étrange, surtout qu’ils ne pouvaient pas se voir en peinture et qu’au minimum il la dégoûtait dans un bon jour. Puis il se souvint qu’il avait combattu les hommes de Ra’s Al ghul, erreur qu’il ne referait pas se si tôt et il comprit. Même s’ils se détestaient cordialement il la payait et la protégeait des Chinois alors elle était obligée de le maintenir en vie. Là où il ne comprenait pas par contre c’est pourquoi il n’avait pas mal. Si sa mémoire était bonne, et après tous les coups qu’il avait prit il était certain qu’elle ne l’était pas, il s’était au minimum fait poignardé et cassé plusieurs os. Or il ne sentait rien, juste une extrême fatigue. Ah et il avait faim aussi.

Il balança ses couvertures et retira son haut pour observer l’étendue des dégâts. Scarlett détourna les yeux avec une moue répugnée. Oui, son dos était tellement recouvert de cicatrices qu’il ne semblait plus humain. Il l’ennuierait avec ça plus tard. Il ne voyait rien d’anormal et justement ça n’était pas normal. Tâtant sa peau, il finit par se rendre compte qu’il avait une nouvelle cicatrice blanchâtre sur le torse là où le sabre de l’Algol l’avait tranché et une autre sur l’épaule où le poignard avait du le toucher. C’est là que la lumière se fit dans son esprit.

Scarebeast.

Furieux et cherchant à comprendre ce qui lui était arrivé il harcela la jeune fille aux cheveux roses mais il ne parvint jamais à recoller tous les morceaux de l’histoire. Comme toujours.

La vérité était tout autre…

Au moment précis où les flammes atteignirent le corps de l’Epouvantail qui gisait sur le navire, un changement se produisit. Quelque chose qui avait été crée des années auparavant, qui se préparait à sortir depuis une bonne demi-heure maintenant et qui utilisa cette occasion pour prendre le contrôle. Ses membres s’allongèrent, ses mains devinrent plus crochues encore qu’elles ne l’étaient déjà et son apparence perdit sa dernière parcelle d’humanité dans un hurlement tout droit sortit d’un livre d’épouvante, peine noyé par l’eau et le bruit de l’explosion. La créature était lourde et perdue mais formidablement adaptable apprit très vite à nager, ou plus précisément à bouger ses membre de façon désordonnée pour aller dans une certaine direction, la direction étant la rive. Ca ne savait pas comment ça savait où était la rive, mais ça n’était pas assez malin pour se demander comment cela était possible.

Quand le monstre sortit de l’eau, se hissant sur ses pattes avant, tous reculèrent, hommes du clown comme assassins et c’est là que l’ont vit les braves. Les hommes de la Ligue des ombres restant se jetèrent sur Scarebeast qui les réduisit en charpie en quelques coups, sans même se fatiguer, tandis que les sbires du Joker s’enfuirent dans toutes les directions, cherchant désespérément à s’éloigner de cette chose qui ne semblait pas être capable de faire la différence entre alliés et ennemis. Puis le calme se fit, seulement brisé pas le bruit rythmique des gouttes de sang qui tombaient de ses griffes sur le bitume. Tous étaient morts, avaient fuit, ou étaient trop malins pour faire le moindre bruit.

Enfin en sécurité son corps se tordit, craqua, rétrécit et à la place de l’être de cauchemar gisait un homme face contre terre.
Revenir en haut Aller en bas
Ra's Al Ghul

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 03/07/2013
Nombre de Messages : 1340
Autres Comptes : Lock-up & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Maître de la Ligue des Assassins
Citations : L’entraînement est inutile, seul compte la volonté, la volonté d’agir.

MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    Jeu 3 Juil - 18:05

Cette opération était un véritable fiasco. Non seulement les guerriers de la Ligue des Assassins n'avaient pas pu s'emparer de toutes les caisses d'équipements que contenait le ''Peska'', mais en plus, ils avaient perdus un peu plus des deux tiers de leurs effectifs au Port. Seule une quarantaine d'assassins étaient encore debout, et la plupart d'entre eux, voire même les trois quarts avaient quittés Port Adams sur l'ordre express de leur Maître qui ne tenait pas à perdre encore des unités pour rien. Les quatre fourgons blindés ayant été chargés avaient déjà quittés la zone, et les deux derniers encore vides recueillaient les blessés légers. Ceux blessés sévèrement avaient déjà été exécutés. Ce qui restait du cargo sombrait petit à petit dans la baie de Gotham et chaque camp pansait ses plaies.

Sur les quatre mitrailleuses lourdes, seul deux d'entre elles avaient été récupérées, l'une d'entre elles ayant été détruite lors de l'explosion du navire tandis que l'autre avait été sabotée par les agents de la Ligue pour éviter qu'elle ne tombe entre les mains de leurs ennemis puis avait été détruite à son tour, par les débiles du Joker parce qu'elle ne marchait plus.

David Wiejdvidsky, l'espion personnel du Démon était resté sur place après les explosions, accompagné par une dizaine d'assassins, pour tenter de retrouver son Maître, mais sans succès. Pour ne pas partir sur une totale défaite, il avait tué quelques hommes du Joker puis avait quitté Port Adams tout en restant aux alentours.

Mais finalement, Ra's était réapparu. Pas en excellente forme, certes, mais en un seul morceau. L'Algol avait été récupéré par un petit groupe d'assassins, avec une épaule déboîtée et deux côtes cassées. Quatre laquais du Joker lui avaient tendu une embuscade mais il s'en était sorti, laissant un quatuor funèbre derrière lui, éliminé à mains nues. L'humeur de l'Immortel étant absolument exécrable malgré ce qu'il avait rapporté, le groupe rentra dans l'Antre du Démon, suivi par David et les deux fourgons contenant les membres de la Ligue restants et les blessés légers.
_________________________________________

Deux jours plus tard, l'ex-inspecteur Wiejdvidsky alla voir le Seigneur Al Ghul. Reposé, soigné, l'Arabe avait retrouvé meilleure mine et était prêt à contre-attaquer. Ses blessures ne nécessitant pas l'utilisation d'un puits de Lazare, il était resté à Gotham pour parfaire son œuvre et prendre sa revanche sur ses ennemis. En tête de liste figuraient le Joker, suivi de peu par Scarecrow et Double-Face. David se racla la gorge puis commença, après avoir salué son Maître :

''Quels sont vos ordres vis à vis de l'opération d'avant-hier, de Port Adams et du fourgon blindé détourné ? Devons-nous agir contre le Joker, Crane et Dent ?''

''Pas pour l'instant.''

La voix sèche et tranchante de l'Algol était encore empreinte d'une certaine colère contenue. C'est donc avec prudence que son interlocuteur reprit la parole :

''Qu'avez-vous prévu ?''

''Surveillez-les tous les trois très attentivement. Mais ne tentez rien. J'ai en tête quelque chose qui devrait les ravir au plus haut point. Sachez juste que leur mort sera infiniment plus douloureuse que si mon plan s'était déroulé à la perfection.

Quand à Port Adams, laissez-leur. Cette zone n'a plus d'intérêt pour nous pour l'instant. Qu'ils en profitent tant qu'ils tiennent encore debout, tant que leur cœur continue de battre. Ce que je vous ai confié a t-il été analysé ? L'antidote est-il en bonne voie ?''


''Nos scientifiques travaillent encore dessus. La toxine de Crane et le Smilex forment un mélange vraiment surprenant...''

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t5522-ra-s-al-ghul-is-back
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.    

Revenir en haut Aller en bas
 

No Man's Land, Chapitre Un : Débarquement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» No Man's Land, Chapitre Deux : Destruction
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» tutorial chariot de guerre sur base de land raider
» land speeder dark eldar
» Plusieurs land raider

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: East End :: Port Adams-