RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]   Sam 15 Fév - 22:07

Les cris des mouettes rieuses résonnaient dans les falaises, à l'est de Gotham la débauchée, requiem volatiles pour les profondeurs abyssales et les écailleux de l'océan. Tandis que ces blancs oiseaux retournaient peu à peu se lover dans leur nid, le soleil achevait sa descente quotidienne, jetant des ombres de sang sur les pierres tombales du grand cimetière. Restait uniquement un couple, très joli, soit dit en passant, de lièvres bondissants.
Alors que le jour allait passer le flambeau à son amante maudite, une silhouette franchit le portail d'un pas lent. Cette silhouette semblait glisser entre les allées, fantôme parmi les morts, spectre du désir absolu des cadavres de revenir parmi les vivants.
La triste ombre avançait, voûtée, la tête penchée comme si tout le poids du monde reposait sur ses épaules. Un grand manteau brouillait les formes de cet être désincarné, et une épaisseur grisonnante de cheveux recouvrait son crâne battu par le vent. Pourtant, sous ses pas, les graviers crissaient, la poussière se soulevait, preuves de sa matérialité. Il ne s'arrêta pas tout à fait, mais se mit à ralentir devant quelques pierres funéraires de policier, tombés au combat. Puis, il reprit sa route, pour s'orienter vers une autre section du cimetière, qu'il n'avait visité qu'une seule et unique fois, il y a maintenant bien des années.
Enfin, il se stoppa face à une des nombreuses dents de marbre surgissant de la terre. Sur cette plaque, il y était gravé:

Stacey Brisbane-MacHoward
Eleanore Brisbane


L'Inspecteur Johan Brisbane, une bouteille à la main, se laissa tomber contre la pierre, au-dessus des cercueils de sa famille. Il ne se retint pas, et émit un soupir douloureux en sentant son dos heurter le marbre.
Les feuilles voletaient au-dessus de lui, morceaux de vie des arbres anciens de Gotham, et venaient se poser sur son visage, et sur le sol alentour, formant un épais tapis doré. L'ancien masqué y jeta un œil, avant de porter avec vigueur le culot de la bouteille à sa bouche, et de boire goulûment. De par sa grande expérience des alcools, le flic réussit à avaler la moitié du whisky avant de reprendre son souffle. Les yeux embués, il essuya ses lèvres. Puis, il se mit à pleurer. D'abord doucement, sans bruit, avant que ses gémissements ne viennent emplir le silence. Il se laissa aller, se recueillant comme il le pouvait dans la boisson.
Les minutes, puis les heures passèrent, et la lune emplit peu à peu la voûte étoilée. Ce soir là, elle était pleine, et particulièrement brillante, semblable à un disque d'argent sur son écrin d'ébène. Endormi depuis longtemps, assommé par l'alcool, Brisbane grogna et se redressa, la barbe complètement en broussaille, les yeux à moitié fermés. Ses vêtements, froissés, laissaient apercevoir un ventre dissident. L'Inspecteur semblait mal en point, comme il était, mais les premières gouttes d'une pluie qui s'annonçait violente suffirent à le réveiller. Il se leva ridiculement, prenant appui contre la pierre tombale de sa famille, déposa un baiser maladroit sur le marbre froid, et tituba dans les jardins à l'anglaise, essayant de suivre scrupuleusement les chemins, qui vibraient au rythme de l'alcool dans le cerveau imbibé du policier. Un pas après l'autre, il progressait comme il le pouvait dans la sombre solitude de ce début de soirée gothamite.

Il souffrait depuis quelques temps de ne plus pouvoir endosser son costume de Bloody Gun. Il souffrait d'avoir vu ses camarades flics mourir jeunes, alors que lui, tenait le coup. Il souffrait, il endurait, mais il était. Et il se rendit compte, qu'après tout ce temps, il devait travailler au-delà de la loi. Se protéger, oui, avec son métier d'Inspecteur, qui ne voulait plus dire grand chose, d'ailleurs, mais pour réussir là où tout le monde échouait, il fallait son costume.
Les images défilaient dans son crâne, à vive allure. Ces réminiscences de mort, de douleur, de joies aussi, s'infiltraient partout où elles le pouvaient, remplaçant l'alcool, fort heureusement, et procurant une détermination sans faille en vue de la quête future.
S'appuyant contre le muret du cimetière, il put retrouver la sortie, et en jetant un dernier regard derrière lui, en direction d'où il reposerait une fois son travail terminé, il heurta la grille, et s'effondra au sol, toujours conscient, et douloureusement conscient...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]   Dim 16 Fév - 12:35

Les grands hommes meurent deux fois, une fois comme hommes, et une fois comme grands - Paul Valéry

Saviez vous que le noir, le véritable noir, n'existe pas dans la nature ? De toute son existence, l'homme n'a jamais, ô grand jamais, perçu cette couleur qu'il arrive pourtant à créer et appliquer sur son environnement. En vérité, même dans la plus sombre des nuits, sous la plus dense des ombres, l'homme ne perçoit que du gris très très très foncé. Une nuance de gris très dense, qui ressemble à du noir, mais qui n'en est pas. Qui n'en sera jamais. Même dans les arcanes les plus denses, il restait encore de la lumière, une lumière invisible mais toujours présente, quelque part. Cette couleur, la dernière visible par l'humain entre le gris et un noir complet impossible, avait pour nom l'eingengrau. Et jamais ce nom n'avait été aussi approprié que pour définir une nuit à Gotham. Eigengrau. Cassandra, assise, les jambes dans le vide, au faît d'un bâtiment, caressait cette idée, et cette dernière semblait ronronner sous ses mains, comme un chat. L'idée d'un monde très obscur mais jamais totalement désespéré, jamais totalement dénué d'une nuance claire, avait de quoi rassurer. Il était important pour elle, pour avancer, de se souvenir à chaque instant que, même si les pies continuaient à voler, les vautours tourner autour des cadavres, et les corbeaux à attaquer tout ce qui bouge, il restait toujours un cygne, au loin, à l'horizon, pour adoucir le tableau. Eigengrau. Elle eut un petit sourire en se rendant compte, les yeux dans les nuages, qu'à Gotham, le cygne était une chauve souris et que c'était elle qui l'incarnait.

Cette ville n'arrivait décidément pas à s'inscrire dans les plus élémentaires des normes. Elle voulait toujours être originale, comme une adolescente dépressive qui s'essayait à l'attitude emo et se meutrissait de piercings et de tatouages pour prouver sa maturité. Cassandra soupira, jeta ses jambes dans le vide pour les délier, et se releva d'un bond, avant de réajuster sa queue de cheval et de se lancer à l'assaut d'un autre bâtiment, sur lequel elle grimpa en quelques impulsions, puis sauta sur un autre, et encore, avant de se glisser entre deux grattes ciels et de rejoindre une ruelle abandonnée derrière une église de quartier, d'où elle atteignit un bâtiment d'entretien, rempli de graffitis qu'elle ne se fatigua pas à lire. Elle usa de son grappin pour rejoindre le bâtiment cible autour duquel elle tournait depuis le début de sa patrouille et jeta un regard circulaire sur le territoire qui s'étendait à ses pieds.

Le cimetière de Gotham. Repaire traditionnel de violeurs de sépultures, de tueurs névrosés, d'adorateurs d'esprits païens ou de Belzebuth et Satan, Satanas et Diabolo, ou que savait elle encore. Pratiquement toutes les patrouilles de la Batfamily avaient un point de passage par cette abîme de l'humanité, ce compost des racines du mal qui résidaient dans Gotham. Et les BOPs y avaient presque un QG, tant la mafia avait un temps utilisé les différents cimetières comme des plaques tournantes de leur trafics en tout genre. Evidemment, les pontes de la criminalité Gothamite avaient généralement quelques intelligences et tant que leurs capacités cognitives étaient intactes, ils ne mettaient pas un pied au cimetière. Cela n'empêchait pas Cassandra d'étendre particulièrement ses sens lorsqu'elle s'y promenait. Et en cette soirée "eingengrau", cela fut une excellente idée. Alors qu'elle s'approchait du portail de fer brisé par les années et les lourdes mains des êtres venus verser une dernère libation et donner un dernier hommage à leurs proches décédés, elle avisa une bande de vautours, comme ceux dont elle avait rêvé sous les nuages, qui tournaient autour d'un corps allongé à terre. Aux spasmes et au grain de peau étrange de la victime, elle réduisit rapidement la liste des conclusions à deux possibilités : un début de coma ethyllique, une inconscience ou... dans le pire des cas, une méningite foudroyante. Elle devait agir rapidement.

Avant que les voyous ne dépossèdent le pauvre homme, Cassandra enfila son masque, jeta un trio de batarangs qui frappèrent simultanément deux des nuques ciblées et rata son troisième de peu. Mais cela n'avait aucune importance. Elle s'était déjà jetée sur ses proies, et leur eigengrau personnel venait de se froncer très significativement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]   Dim 16 Fév - 14:58

Le ciel tournait sur lui-même en une folle gigue, entraînante comme pas deux. Des flashs lumineux déchiraient le ciel, rouges, bleus, jaunes, verts. Des symboles s'imprimaient sur la voûte sombre dépourvue de nuages lactés. Johan, étendu au sol, se laissa aller, observant ce spectacle psychédélique avec une attention toute particulière... les paupières fermées. Toutes ces couleurs s'entremêlant, ces explosions joyeuses et vivantes n'étaient visibles que par lui seul, par sa seule sensibilité. Malgré la vivacité des visions, l'Inspecteur avait encore l'esprit embrumé, et sa tentative de se relever s'acheva en une chute supplémentaire.
Au delà de l'alcool, le choc contre la grille d'acier devait lui avoir causé une commotion, ou un de ces autres contrecoups typiques, assez embêtants soit dit en passant. Avec un grognement, le flic bourru roula sur le ventre, histoire de faciliter ses mouvements. Il rampa d'abord lamentablement vers la sortie, pensant mettre des heures et des heures pour y parvenir. Sa perception du temps n'était pas si éloignée de la vérité, puisqu'il ne mit que... deux longues minutes à atteindre la sortie. Mais ce qu'il n'avait pas vu (eh oui, difficile de jeter un œil autour de soi quand on a la tête dans l'herbe), c'était le petit groupe de malfrats "banal" à Gotham, celui qui rackettait les grand-mères en sortie d'épicerie, ou qui tabassait les clochards pour une raison connue de lui seul. Un regard de travers, sans doute, ou une poussée irraisonnée de testostérone. Quoi qu'il en soit, il semblerait que leur cible actuelle était Johan Brisbane, Inspecteur d'un GCPD en ruines.

Ils n'étaient pas armés, à proprement parler. Une chaîne pour l'un d'eux, un pied de biche pour un autre, ses poings pour le dernier, le plus costaud. Ils riaient bien en voyant le pauvre homme au sol. Ils voyaient en lui un bon paquet de billet, sans aucun doute, et l'insigne de policier devait les exciter davantage.
Ils l'entourèrent avec lenteur, conscients de leur chance inouïe. Des invectives jaillirent, insultantes, vives comme des vipères assassines.

- Hé connard, c'est qui qui dirige Gotham, maintenant ? Les poulets sont finis, tu le sais, hein ? Non ? Bah quand on en aura terminé avec toi, tes poteaux du cimetière pourront te le dire en face, hein les gars !!!

Nouvel éclat de rire général. Le plus costaud se pencha sur le corps, et le saisit. Il le retourna. Et il le frappa avec un plaisir non dissimulé. Il devait avoir pris de la drogue, car ses pupilles étaient dilatées, et sa respiration rauque et rapide.

- Bon, t'as quoi sur toi ? Du fric ? Une arme ? Laisse tomber, on va te fouiller et te crever, t'es trop bourré pour parler.

L'Inspecteur sourit, et cracha un glaire ensanglanté en plein visage de son tourmenteur. Ce n'était pas ce qu'il y avait de plus conseillé dans ces moments, mais la fierté resurgissait souvent quand il ne le fallait pas. L'haleine sentant l'alcool et le sang, il essaya de mettre un coup de tête, mais il se retrouva plaqué au sol avec force. En temps normal, il n'aurait pas eu trop de mal à maîtriser la situation, mais là... il suffisait de lui souffler dessus pour le renverser, c'est pour vous dire.
Johan se prépara à souffrir, mais il ne se rendrait pas sans combattre. Comme il le pouvait, certes, mais c'était toujours mieux que rien. Les yeux grand ouverts, il regarda son agresseur, le chef du trio, rugir en se redressant, et lever son poing haut dans le ciel, prêt à l'abattre dans la face usée de sa victime.
Et le bandit s'effondra sur Brisbane, qui en eut le souffle coupé. Pour ne pas finir étouffé, l'ancien Bloody Gun poussa comme un fou le corps épais qui l'écrasait. Il le fit basculer sur le côté, et en profita pour lui administrer un violent coup de poing. Il avait beau avoir de l'alcool dans le sang, frapper restait ce qu'il savait mieux le faire, et il ne se gênait pas pour le montrer. L'effort le laissa pantois, et alors qu'il se essayait de se relever, il reçut un vilain coup de pied dans les côtes, ce qui l'envoya de nouveau au sol avec un grognement.
Il tomba littéralement le nez sur un batarang. Et il comprit que quelqu'un arrivait pour l'aider. Avec un sourire ensanglanté, il commença à bander ses muscles pour maintenir un effort constant, mobilisant ainsi tous ceux qu'ils pouvaient, dans le but relativement simple de se mettre sur ses jambes. Et par un miracle de la volonté, et surtout parce que les autres malfrats étaient occupés ailleurs, il se tint à peu près droit, avant de recommencer à vaciller. Puis, il se tourna vers ses assaillants, pas convaincu de ce qu'il allait faire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]   Sam 1 Mar - 11:27

Ce n'était pas un pauvre hère ivre. Ou alors, c'était le roi des pauvres hères ivres, et il avait l'habitude d'endormir son organisme et de noyer son cerveau sous l'alcool pour ensuite mettre à terre des bandits musclés dans la force de leur jeunesse, et se relever pour dessiner une garde certes brouillonne mais travaillée, cette armure défensive, cette position de représailles stratégique, c'était un vêtement qui s'acquérait au fil et à l'aiguille de l'expérience, et qui se lacait seulement avec de la maîtrise et du talent. Aucun pillier de barre ivre, même le plus bagarreur d'entre tous, n'aurait l'idée d'imiter la garde offensive que l'armée américaine et les forces de police enseignaient de Phoenix à la BosWash. L'identité de la victime était donc à creuser plus profondément, mais la menace restait toujours aussi pressante. Malgré l'assaut plutôt méthodique de Cassandra, les pilleurs de tombe d'un nouveau genre restaient pour la grande majorité plantés sur les deux jambes qui caractérisaient leur espèce et prêt à utliser leurs poings et les abdominaux qui caractérisaient leur sous-classification de "décébrés inintéressants violents". Ils semblaient prêt à en découdre et l'arrivée d'une jeune fille en costume de cuir moulant ne semblait pas avoir endigué leur soif d'adrénaline. Cassandra allait avoir besoin d'autres arguments. Mais avant tout, il fallait mettre monsieur R.I.P.D à l'abri. Ce dernier ne semblait en effet que peu capable de subir des assauts répétés, et c'était, malgré son expérience et le mystère de sa semi-conscience, qu'un civil. Or, la règle 44 de Cassandra disait que les civils n'avaient pas leur place sur un champ de bataille. Et Cassandra, tout comme la Batfamily, aimait mettre des règles partout. Autant les suivre, donc.

Avant que les jeunes gens ne reprennent leurs assauts, elle coupa court aux "Batman ?!" et aux " Quoi une bat-minette ?" en décorant le portail du cimetière d'une bombe fumigène et lacrymogène d'une bombe qui lui tenait bien au teint, et attrapa Johan, qu'elle poussa quelques mètres plus loin, et le posa sur le sol, en position assise, consciente qu'il pourrait lui même se mettre en position latérale de sécurité s'il lui prenait l'envie. Mais fait étrange, qu'elle nota dans un coin de sa tête, l'homme ne dégageait qu'une faible odeur d'alcool, et ce dernier était loin des digestifs atroces dont elle avait fait l'hypothèse. Quelque chose d'autre avait accéléré la dégénéresence de son corps. Et ce n'était pas son âge. Cette journée était pour lui exceptionelle, il n'allait pas s'effondrer dans des cimetières tous les soirs. Un nouveau mystère à élucider pour la fille de Lady Shiva, qui s'en retourna pour scruter les mouvements de ses adversaires. Deux d'entre eux s'étaient fendus d'un cri martial et couraient vers Cassandra, tasers et machettes en main. Ils ne rigolaient plus. Dans le lointain, sous la fumée évanescente, l'un d'entre eux avait allumé son appareil portable et prenait la scène en vidéo. Un réflexe générationnel. Le retour de Batgirl à Gotham allait encore faire le tour des réseaux sociaux et des réseaux criminels. Sans plus regarder Johan, elle laissa le premier des criminels arriver vers elle, abattre son poing armé dans le vide, et se glissa derrière lui en attrapant son cou, avant d'organiser une rencontre rapide entre sa tête et le sol. Sans perdre de temps, elle tourna sur elle même et son pied balaya les appuis de son second adverse, dont la course provoqua le déséquilibre. Avant qu'il ne touche le sol, elle attrapa également son cou et le fit tourner autour d'elle avant d'arrêter cette progression en le heurtant avec son autre bras, ce qui le fit effectivement tomber. Iriminage. Encore une technique simple que ce genre de voyous ne prenait pas la peine d'étudier. Elle mit l'homme hors de danger d'un atemi dans le plexus et se tourna vers son troisième adversaire.

Qui la pointait avec une arme. Un Smith et Wesson calibre 22, au canon très eigengrau....
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]   Sam 1 Mar - 22:07

Lorsqu'il se retourna, Johan découvrit ses adversaires et parallèlement ceux de son alliée noyés dans un nuage de fumée blanche, semblable à celui d'une grenade de type fumigène. Il connaissait l'usage de ce type d'armement, pour l'avoir lui-même utilisé à une époque, dans sa jeunesse... Conscient que cette agitation allait pouvoir lui laisser un peu de temps pour s'enfuir, le policier posa un pied devant lui, difficilement, avant qu'une forme sombre ne se pose à côté de lui. D'abord déterminé à se battre, l'Inspecteur comprit vite que ce n'était autre que celle qui l'avait protégé. Batgirl, une justicière d'un acabit supérieur à celui de Bloody Gun. Décidant alors de se laisser faire, il se laissa emmener à l'abri, comme un pantin de bois, derrière un monument mortuaire usé par le temps.
Assis, le dos contre le marbre d'antan, Brisbane n'eut pas d'autre choix que de regarder sa sauveuse affronter les lâches pilleurs de tombe.

Il se maudissait d'être tombé si bas. S'être vieilli mentalement au point de sombrer dans une folle dépression, accompagné par la boisson du diable, la tueuse d'esprit, cela le répugnait, désormais. Il se sentait bien, sur le moment, seul dans sa tristesse, mais ce n'était pas ce qu'il était. La ville entière, dans toutes ses teintes, ses zones d'ombres et ses rares lumières devaient avoir déteint sur lui, le jetant à genoux.
Non. Non. Non. Johan disait non, maintenant. Cela risquait de faire un cliché, celui du héros qui vainc ses dépendances pour remonter sur en selle, mais n'était-ce pas ce qu'avait l'habitude de faire les cowboys ? Gotham, ce noir étalon, fougueux, indompté, avait projeté au sol son cavalier, son dresseur. Il était temps pour ce dernier de reprendre le combat.
Fort de sa volonté, la seule chose qui restait à l'homme quand il avait tout perdu, avec la culture, l'Inspecteur se remit sur ses jambes, adossé contre la paroi blanche. Il en profita pour observer le combat qui se déroulait face à lui. La jeune femme se débrouillait extrêmement bien, seule. Sans même utiliser de techniques de combat avancées, elle se débarrassait aisément des connards qui rôdaient il y a quelques minutes à peine en ce lieu de recueillement.

Mais il y avait toujours une part d'inattendu dans ce genre de situations. Clovis ne s'était pas attendu à ce qu'on lui refuse le vase de Soissons. Fernand de Magellan ne pensait pas mourir sur l’îlot de Mactan, avec ses meilleurs hommes face à de "simples indigènes". Ce que l'un a su faire, et pas l'autre, c'est réagir. Mais plutôt que d'être dans la position favorable du Roi des Francs, muni de toutes ses innombrables possibilités, Batgirl se retrouvait dans celle du célèbre explorateur face au danger des "sauvages". Une flèche empoisonnée avait mis fin aux jours de Magellan, et c'était un revolver de type Smith et Wesson calibre 22 qui jouait le rôle funeste, brandi par le bras d'un de ces salauds de bandits.
Sauf qu'une différence importante marquait cet événement là: Johan Brisbane. Il était là, et pouvait agir.

C'était un tout ou rien. Soit il réussissait à stopper l'enchaînement d'actions qui allait résulter de ce coup de feu, soit pas. Mais il ne pouvait pas, il ne devait pas, même, ne pas essayer.
Alors, mobilisant sa lucidité, il se soutint seul, souffla, et se mit à courir pour percuter sa cible. Il avait un de ses revolvers de Bloody Gun, mais au vu de sa vision... nous dirons peu sûre, il préférait ne pas se reposer dessus. Toutefois, pour se rassurer, il le dégaina.
Une seconde passa, puis une autre. Le malfrat semblait se réjouir quelques peu de son futur trophée. Son doigt glissa vers la gâchette, et... BANG !!! La balle partit trouer une des tombes, tandis que l'Inspecteur Brisbane renversait son adversaire en un plongeon peu conventionnel, mais efficace. Une fois au sol, il asséna comme il put un coup de crosse, puis deux, puis trois avec son arme, faisant d'abord couler des gémissements de la bouche de l'assassin, puis du sang de son arcade. Enfin, il le frappa une dernière fois, l'assommant tout à fait.
Cela suffit à dessaouler complètement le policier justicier, qui ressentait maintenant une grande fatigue, tant nerveuse que physique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]   Ven 7 Mar - 13:18

Les vieux barbus ivres aux alentours des cimetières n'étaient décidément plus ce qu'ils étaient. On vit dans une drôle d'époque, ma petite chauve souris. Sous l'impulsion d'un sursaut d'orgeuil, ou d'une sorte de retour d'acide ou de rage éthyllico-psychologique, le sosie de Jeff Bridges s'était soulevé dès que l'attention de Cassandra s'en était retourné aux truands qui tentaient, une minute plus tôt, de le dépouiller, et avait fait feu, trouant à la fois le silence du cimetière, l'obscurité dûe à l'heure tardive, et une tombe anonyme qui se trouvait à proximité. L'odeur de souffre, montant au nez des jeunes enragés, ne leur fit pas peur pour autant, et ils redoublèrent d'effort pour imposer à Cassandra et son "de moins en moins" protégé leur virilité musclée, surmontée de casquettes et de sweats à capuche assurément swags. Cassandra, qui, malgré son entraînement d'enquêtrice, n'avait pas assez d'informations sur les tenants et les aboutissants pour démêler tous les fils de cette mystérieuse agression, décida de continuer à repousser cette menace claire et multiple, en surveillant la victime, pour être sûre qu'elle ne lui tire pas dans le dos. Fort heureusement, toute l'énergie consumée pour assommer son adversaire semblait l'avoir fortement diminué, et il n'était plus vraiment en état d'appuyer sur une gâchette. Mais, sachant que le vieil homme avait dèjà fait montre de ressources extraordinaires, et tout pouvait encore arriver d'un côté comme de l'autre.

Devant le peu d'intérêt de ces pilleurs adolescent incapables, elle préféra couper court au combat, et leur éviter quelques jours de rétablissement, sachant pertinemment que la douleur ne leur ferait en aucun cas réfléchir sur les agissements et qu'ils rôderaient à nouveau dans le cimetière la semaine prochaine. Sa priorité était la santé des victimes. Après avoir balayé les appuis de l'un de ses adversaires, elle le poussa contre ses compères et détacha de sa ceinture une petite sphère noire, ornée d'un bouton sur lequel elle appuya avant de la lancer aux pieds des profanateurs de sépultures n'ayant probablement jamais vu leur film éponyme et au titre si mal traduit. La sphère implosa, libérant, après un flash intense mais étonnamment long d'une seconde, auquel Cassandra s'était préparée, une fumée lacrymogène inoffensive, mais irritante qui allait leur bloquer la vision et probablement les faire fuir. Pendant ce temps, elle attrapa le mystérieux amateur d'alcool et de virée nocturne macabre par l'épaulette, avant de le tirer, grâce à son lance-grappin, vers le toit d'un immeuble environnant, celui duquel elle avait observé la scène quelques temps plus tôt, juste avant d'intervenir.

Elle laissa le vieil homme tomber doucement à terre, et lui accorda quelques instants de récupération, ou d'adaptation au vertige s'il en était sujet. Il pouvait ainsi se purger de tout ce qui empêcherait la discussion. Lorsqu'elle le sentit prêt, la jeune femme lui intima de la regarder et lui demanda qui il était réellement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]   Sam 8 Mar - 16:16

Le combat continua sans Johan, qui commençait à fatiguer un peu. L'alcool n'avait plus grand effet sur son cerveau, mais son corps, lui, subissait les assauts insistants de l'éthanol. L'Inspecteur savait qu'il se passait des choses autour de lui, mais étonnamment, il les percevait de manière lointaine, comme si un filtre avait été posé entre lui et la réalité ambiante. Ainsi, il ne vit pas Batgirl mettre fin à l'affrontement face aux sales petits branleurs, comme les aurait appelé Brisbane. Il ne vit pas non plus la grenade de gaz lacrymogène chuter au sol, et complètement perturber le groupe adverse. Il ne vit pas non plus sa sauveuse s'approcher de lui pour l'agripper et l'emmener à l'abri. Enfin, si, il le vit, mais de manière floue, distante. Sans conscience.
Toutefois, il reprit cette dernière au moment où il se sentit emporté dans les airs, sans soutien hormis le bras fin de cette Batgirl tout vêtue d'eigengrau. Le vent frais fouettant son visage sous l'effet de la vitesse lui fit le plus grand bien, et c'est uniquement à ce moment là qu'il se rendit compte que son estomac grondait avec ferveur, Etna de chair prêt à exploser.

Après quelques aériennes secondes qui semblèrent des heures à Johan Brisbane, il se retrouva à quatre pattes, au bord d'un immeuble, la gorge en feu, et la bouche pleine. Ces remontées acides n'aidaient pas le pauvre homme à se sentir mieux. Néanmoins, il savait que c'était une étape obligatoire avant l'illumination. Par respect ou par aspect pratique, la chauve-souris de cuir le laissa se vider de tout ce qui aurait pu être un frein à une probable discussion.
Malgré le sensible abimé du presque quinquagénaire, son esprit tournait encore relativement bien. Et la justicière allait vouloir parler. C'était sûr. Dans le cas inverse, elle l'aurait laissé sur place, et serait partie en quête d'un nouveau pauvre hère comme lui à sauver. Un boulot comme un autre, diraient certains...
Un nombre indéfini de minutes défilèrent, tissant une trame de silence entre les combattants de la justice. Ce fin tissu sur fond de ville fut ciselé par la sombre jeune femme. Avec une autorité naturelle, elle le fit la regarder, et lui demanda de décliner son identité. Avec un grognement et un début de sourire à moitié amusé, l'Inspecteur se leva et s'exécuta difficilement:

- Je te dois au moins ça... Kof kof kof !!! Rrrr... Ah, Inspecteur Johan Brisbane. Briscard du GCPD et alcoolique notoire... quoique, moins maintenant...

Et très machinalement, il porta la main à sa ceinture, où pendait d'ordinaire sa flasque. Mais, conscient de ce geste, il le stoppa à mi-chemin, préférant le conduire vers une de ses poches, dans le but de saisir un cigare. Cependant, l'ancien Bloody Gun voulait aussi éviter de gêner le phénix des hôtes de ces toits de sa fumée épaisse. Loin d'être le Renard de la farce, il était plein de gratitude envers cette inconnue masquée, cette chauve-souris aux allures de cygne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]   Lun 10 Mar - 14:59

Un fantôme du G.C.P.D, qui avait encore de la chair et des os. Une espèce en voie de disparition. En des temps aussi durs pour les forces de l'ordre, et après les attentats terroristes qui avaient isolé Gotham et coûté la vie de la plupart des policiers, elle s'attendait à ce que les derniers briscards de la maudite fraction d'agents de l'état se terrent dans les sous-sols et les abris anti-atomiques où aillent se cacher en Gagaouzie en espérant que les criminels omnipotents de Gotham ne les retrouvent pas. Et pourtant, certains continuaient à déambuler dans les ruelles de Gotham/Maleborgia, et se défendaient lorsque les agents leucocytes du monstre gothamite, à savoir les petits truands illétrés, leur cherchaient des noises. Un véritable exemple de courage, qui ne faisait qu'accroître la curiosité de la justicière, à qui les notions de dangers, et de puissance supérieure étaient étrangers, mais commençaient à s'inviter dans sa vie depuis l'intrusion de Rose Wilson, et le développement des métas humains de plus en plus puissants, aux mutations toujours plus incroyables. Elle avait presque tout vu. Mais un policier du G.C.P.D à la retraite qui continue à traîner son trench coat dans les rues de la ville, c'était un évenement qui avait de quoi forcer le respect.

Sans répondre à l'explication de son interlocuteur, elle se baissa, détacha sa gourde alcoolisé de sa ceinture et la considéra brièvement. Evidemment, ce n'était pas du cidre. C'était même plutôt de l'alcool fort, du digestif de qualité discutable. Le genre de boisson sponsorisée par les auteurs de polars noirs où le héros a perdu sa famille après avoir sauvé trente six fois sa fille otage d'un fou psychotique et passe sa vie à poursuivre des tueurs en série en attirant les vamps par la seule force de son minois dépressif. Le genre de boisson qu'on débouchonne pour oublier, pour se forcer à faire quelque chose. Il y avait une histoire derrière cette gourde. Cassandra la ferma, hésita à vider son contenu dans la rue quelques dizaines de mètres plus bas et la laissa retomber aux côtés de Brisbane, comme un défi. Sa deuxième phrase de la soirée fut une deuxième question.

- Que faisiez vous au Cimetière cette nuit ? Et que faites vous seul en cette étrange époque ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]   Lun 10 Mar - 22:30

Il ne bougea même pas quand Batgirl se saisit de la flasque. Il savait que c'était mieux ainsi. Il pensait que sa sauveuse allait la jeter dans la rue, et ça aurait été logique. Mais elle la laissa retomber, juste à côté du pied de l'ancien Bloody Gun. Sans la regarde, il serra les poings, et frappa dans le contenant, expulsant ainsi symboliquement, et par analogie, le contenu. Le tout vola et disparut plus bas, dans la rue. L'Inspecteur ne répondit pas, dans un premier temps. Il restait droit, face à la jeune femme vêtue telle un chiroptère. Le vent tombait peu à peu, de la même manière que la criminalité avait laissé s'abattre sa grosse main sur la loyauté et l’honnêteté: lourdement et brutalement. L'air s'était alourdit sensiblement sur Gotham à l'approche des chauds rayons du soleil. Il restait au moins deux heures avant l'aube, mais la nuit se préparait déjà à accueillir la renaissance du jour. Il se passait quelque chose de similaire en Johan Brisbane. La lumière après la nuit.
Et il espérait que Gotham le sentirait aussi. Bientôt.
Le quasi quinquagénaire regarda la ville autour de lui, d'abord décidé à ne rien dire à la justicière. C'était son intimité, sa vie personnelle. Elle comprendrait, de toutes façons. On était en Amérique, où chacun est libre de dire, faire, et penser ce qui lui convient. Mais en croisant le regard de Batgirl, où il put voir - et ce n'était pas bien difficile à ce moment là - une curiosité envers sa personne, un véritable intérêt pour lui. Avec une ébauche de sourire, plus proche de l'esquisse que du tableau de maître, Johan planta ses yeux dans ceux son interlocutrice peu loquace, et répondit:

- Je suis allé sur la tombe de ma femme et de ma fille. C'était la première fois en plus d'une décennie. J'ai bu. Je me suis endormi. La suite, tu la connais...

Puis, l'Inspecteur s'avança d'un pas vers Cassandra Cain, non pas pour imposer sa force ou sa volonté, il n'en avait plus depuis quelques temps. Non, c'était pour livrer son message. Un message de solitude, et d'une certaine manière, de liberté. Le message d'un Justicier légal à un Justicier illégal. Le message d'un Justicier inutile à un Justicier efficace.

- J'ai sans doute l'air vieux. Je suis mal rasé, mal habillé, débraillé, même. Je parais branlant, une véritable antiquité, plus à sa place dans un fauteuil, avec une ou deux médailles sur le torse. Vétéran, vieillard sénile qui vote aux extrêmes pour revenir au bon vieux temps... Et ceux qui pensent ça n'ont pas tort. Je n'ai pas grand chose. Plus de famille. Plus d'amis...

Johan marqua un silence avant de reprendre:

- Mais il me reste une chose: la lutte. Lutte pour Gotham, lutte pour la vie. L'un allant avec l'autre, évidemment. C'est ce qu'on m'a enseigné au début de ma carrière de flic. C'est bien bateau de dire ça, mais vivez le, ça fait moins sourire... Au final, il ne me reste que Gotham et les Justiciers... enfin, les rares que j'ai rencontré...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]   Ven 14 Mar - 15:39

Il n'existe aucun moyen de vérifier quelle décision est la bonne car il n'existe aucune comparaison. Tout est vécu tout de suite pour la première fois et sans préparation. Comme si un acteur entrait en scène sans avoir jamais répété. Mais que peut valoir la vie, si la première répétition de la vie est la vie même? C'est ce qui fait que la vie ressemble toujours à une esquisse. Mais même "esquisse" n'est pas le mot juste, car une esquisse est toujours l'ébauche de quelque chose, la préparation d'un tableau, tandis que l'esquisse qu'est notre vie est une esquisse de rien, une ébauche sans tableau. - Milan Kundera

Devant les paroles de son interlocuteur - Johan Brisbane si ce qu'il lui avait dit contenait la plus mince vérité -, Cassandra ne put réprimer un sourire et avisa sans crante le vieil homme assis à côté d'elle, coincé sur le faît d'un bâtiment résidentel, entre l'effervescence des buildings de Gotham d'un côté, et le vide qui s'étendait sous ses jambes de l'autre. Outre le fait qu'il paraisse bien philosophe et moraliste juste après avoir enduré une agression et s'être fait transporté à plusieurs dizaines de mètres de hauteur, Johan semblait plutôt revigoré et les effets de l'alcool appartenaient déjà en grande partie au passé. Il délivrait à la justicière un message d'espoir, celui que les politiciens aiment à tenir régulièrement à chaque élection. Le genre de discours pour lequel les justiciers avaient signé, mais voilà longtemps qu'ils ne se battaient plus selon ces principes idéaux.

Beaucoup ne se battaient pas pour que le monde soit heureux, mais pour que le monde survive. Toujours est il que Johan semblait prêt à lutter, malgré son âge avancé et son amitié avec l'éthanol. Et c'est ce qui poussait Cassandra à sourire. Parce qu'elle n'avait plus entendu cela depuis longtemps, et que ce genre de discours était désormais tabou entre les vigilants, qui avaient compris depuis bien longtemps. Elle laissa quelques secondes se faire la malle, et emporter dans leurs bagages la solennité du moment, puis elle répondit, les yeux dans le vide, puis dans ceux de l'inspecteur Brisbane.

- Tout cela être bien beau, monsieur Brisbane. Mais à Goham, cela ne veut rien dire. Seuls les actes avoir une signification. Tout le reste être plaisanterie. La justice, l'ordre, la police. Tout cela être plaisanterie. Le seul effet de toutes vos luttes, c'est qu'elles font rire le Joker.

Vous avez sûrement dèjà agi, et etayé discours à vous par des actes. Je le vois dans yeux vous. Mais.. il est inutile de ressasser de telles idées alors que la lie de Gotham être en bas, en train de cambrioler la banque sur laquelle nous assis ou d'agresser la mère d'un enfant. La seule façon de lutter, ça être de descendre en bas, et de les empêcher de nuire. Provisoirement. Jusqu'à espoir libération devenir vrai. Mais ça... personne plus y croire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]   Dim 23 Mar - 17:48

D'abord étonné par l'accent et la difficulté de la jeune femme à parler, Johan suivit cependant ce qu'elle disait avec une attention toute particulière. Elle disait des choses vraies. Des choses irréfutables. Qu'il fallait arrêter de porter uniquement des idées, et les déposer pour se servir efficacement de ses mains. C'était vrai... Mais malgré ces fortes paroles, elle teintait sa pensée d'un voile de pessimisme, de ceux qui nuit au moral, qui pousse à réfléchir les sombres nuits d'hiver, et à se donner la mort quand tout va mal. La foi n'existait plus, ou bien elle était désormais infime, comme la lumière de l'eigengrau. Et ça, Johan n'était pas d'accord avec. Il ne fallait pas laisser mourir l'espoir. Il fallait le tenir dans sa main droite, posée sur le coeur, et se battre de l'autre, avec toute sa hargne et sa rage. Il fallait de l'idéal. Et il fallait le montrer. Pas l'arborer à la manière des criminels, par la violence, la mort, le vol, mais plutôt par la liaison des actes et des paroles. C'est pour cela qu'après avoir médité les mots de son interlocutrice, sa sauveuse, Johan observa quelques instants les rues de la cité du crime, et répondit:

- Effectivement, parler, c'est bien, et agir, c'est mieux. Se plonger dans le mal pour se battre sans cesse, jusqu'à notre mort... Mais je ne suis pas d'accord. Il ne faut jamais cesser de ressasser ses idées, fussent-elles inadéquates, ou lointaines. Parce que sans elles, je n'aurai plus rien. Rien que la face vérolée d'une ville plongée dans le noir.

L'Inspecteur Brisbane se tut, laissant quelques secondes passer. Il avait du mal à être sérieux et complet, et puis c'était son côté professeur d'histoire qui ressortait avec les restes d'alcool. Trop de morale et de philosophie... Puis, il se reprit avec un petit pouffement et un sourire un peu triste:

- Mais je dois avouer que... je commence à avoir du mal, surtout depuis l'attaque du G.C.P.D. Il me devient difficile d'associer ce que je dis et ce que je fais. C'est con, je trouve. Dites, vous sauriez pas où je peux trouver quelqu'un de sérieux qui puisse faire rajeunir de 15 ans ? Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]   Mar 1 Avr - 19:32

Cassandra n'avait jamais sut rire. Jamais réussi en tout cas. C'est dommage : un de ces rires cristallins, à la Marilyn Monroe, un rire innocent mais lucide, au sommet d'un building surplombant le cimetière, en pleine nuit, aurait été parfait. Il aurait désamorcé toute la tension, et fait comprendre au vieil homme des choses qu'il serait pour Cassandra très difficile à expliquer par la parole. Sa seule faiblesse. Elle ne pouvait ni rire - il lui fallait l'apprendre -, ni parler correctement, aussi décida elle de rester silencieuse. Devant le regard interrogateur de celui qui allait prochainement devenir le nouvel équilibriste s'essayant sur le dangereux fil de la mairie de Gotham, elle releva le menton et perdit son regard dans l'horizon eigengrau. Elle aurait aimé avoir un regard blanc pour percer ses gros nuages noirs, avec leurs fenêtres, leurs bureaux et leurs gothamites vicieux, elle aurait aimé voir apparaître un Gandalf pour illuminer cette nuit permanente, et guider les justiciers divisés derrière le Batman, mais il n'y en avait pas. Et elle était loin de se douter que le magicien barbu envoyé des Valar, c'était peut être le barbu à l'haleine alcoolisé assis à ses pieds, les jambes dans le vide.

Tant de prédateurs, si peu de proies. Ils étaient obligés de se manger entre eux.

Incapable d'exprimer sa pensée, elle détacha de sa ceinture un batarang stylisé, sur le côté duquel était inscrit le pseudonyme de Blackbat ainsi que celui de Kasumi, puis le laissa tomber des dizaines de mètres plus bas, à côté de l'entrée du bâtiment sur lequel ils se trouvaient. Puis, après avoir jeté un dernier coup d'oeil à Brisbane, elle lui murmura avec gravité qu'il saurait où la trouver et le jeta sans prévenir du haut de l'immeuble. Avant qu'il ne bascule, elle l'enserra de son grappin et le fit descendre en semi rappel, histoire d'exorciser le démon de l'alcool qui l'avait habité durant cette fin de journée et de réveiller son coeur lourd.

Dans les jours qui allaient suivre, elle s'attendait à trouver le Bat-signal dans le ciel...

[ HRPG : Désolée de la taille et de la qualité, j'ai dû refaire le post entièrement ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour à l'anormal [PV Cassandra Cain]
» Cassandra Cain // Batgirl III
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Old Gotham :: Cimetière de Gotham City-