RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Quête : Army Presents

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ Gotham City


avatar

Date d'Inscription : 18/03/2012
Nombre de Messages : 265
Vous à Gotham : Voix unique de l'équipe modératrice du Forum. Pour toutes questions, avis, réclamations, attentes, etc, sur le Forum, ses joueurs, non-joueurs, et ses modérateurs envoyez lui un MP.
Citations : Je suis le PNJ Gotham. Si vous avez besoin de moi, envoyez un MP.

MessageSujet: Quête : Army Presents   Mer 6 Nov - 0:48


Le Lieutenant Général Coleman n'était pas du tout satisfait des dernière directives du Général Campbell de l'Etat major du New Jersey.
Bien que l'information soit top secrète, entreposer une importante somme d'argent liquide dans le coffre de la base militaire du Sommerset constituait une faute de prudence. La proximité de la ville de Gotham présentait des risques qui ne devait pas être négligées, d'autant plus que certaines organisations criminelles locales disposaient semble-t-il, d'autant d'armement que la base elle même. Ajoutez à cela l'ordre incompréhensible de priver la base d'une partie de ses hommes envoyés pour on ne sait qu'elle raison aux central de Métropolis, le Lieutenant ne pouvait s’ôter l'idée qu'il y avait anguille sous roche. C'était un homme de terrain autant que de direction, il avait acquis au fil des années un flair qui avait payé, malgré le fait qu'il remettait parfois en cause les ordres de ses supérieurs. En faisant profil bas tout en restant maître de la communication, il avait sût gagner galons après galons sans se faire profiler. Ce flair ne le quittait jamais. Et ce soir, comme depuis jeudi, sa vigilance innée ne lui accordait aucun repos.

Malgré un effectif réduit, la base était donc particulièrement surveillée. A l'intérieur du pays, même avec la menace terroriste, cela semblait un excès de zèle, mais aucuns officiers et personnels de soutien n'osaient montrer un relâchement aux yeux du Lieutenant Général. Celui-ci traversait les couloirs à grandes enjambées et grillait cigares cubains sur cigares indonésiens le long des chemins de rondes sans qu'aucun ne sourcille au sujet des mesures d'état de guerre qu'il avait ordonné. La présence de l'argent n'étaient pas connue par tous, mais la salle des coffres était évidemment au sujet de nombreuses conversations. Que pouvait-il y avoir dans ces coffres ? Était-ce simplement de l'argent et si oui, pourquoi ? Pourquoi au millénaire du numérique stockait-on encore des liasses de billets verts ?
Après sa petite ronde Coleman jeta un regard noir à la cravate desserrée d'un informaticien qui s'empressa de réparer cette monstruosité et se présenta devant la porte de son bureau. Elle s’ouvrit une fois qu'il inséra sa carte en tapant un code sur le tableau chiffré.

L'odeur de cèdre de la pièce le soulagea un peu tandis qu'il ouvrit le courrier qu'on venait de lui transmettre. Une étrange missive du Général Campbell qui lui ordonnait de bien veiller sur le médaillon contenu dans le coffre du bureau, rien de plus. C'était bien étrange.
La pierre verte dont la nature échappait complètement au Lieutenant avait évidemment beaucoup de valeur, mais probablement pas autant que l'or immobilisé dans le coffre du sous-sol. Après cette nouvelle il ne put s'empêcher de jeter un nouveau coup d’œil à ce mystérieux objet offert, selon lui, au Général. Il actionna le mécanisme ouvrant la pièce secrète dissimulée derrière un mur du bureau sans aucune originalité et ouvris le coffre en inscrivant un nouveau code. Seul lui et le Général connaissait ce dernier. Divers documents étaient soigneusement rangés ainsi que le médaillon. La pierre chatoyait vivement malgré l'ombre, elle était vraiment envoutante, même pour un homme comme lui qui ne s'était jamais intéressé aux cailloux. Bien du sang pouvait couler pour ces derniers, il l'avait appris en Afrique, un Continent ravagé. Était-ce un émeraude ? C'était le seul mot qui lui venait à l'esprit, mais ça n'avait aucune importance... Il le remis dans le coffre et le referma.

Assis sur sa chaise il visionna à l'aide de son ordinateur, quelques captures faites par les caméra de sécurité de l'extérieur. C'était moins pour veiller sur le caillou que pour repérer un homme qui n'était pas à son poste.
Il alluma son interphone et parla à haute voix bien que c'était tout à fait inutile, juste par habitude :

« Central, est-ce que le Docteur Hernandez peut venir dans mon bureau au plus vite ? »

« Nous lui passons votre demande, Lieutenant Général. »


Le Docteur devait lui éclaircir quelques point sur son dernier rapport concernant le AxG. Cette nouvelle bactérie développée en laboratoire extrêmement virulente et mortelle pour l'homme constituait elle aussi un élément de la Base militaire qui devait être placée sous extrême surveillance. Comme s'il n'y en avait pas assez. Coleman voulait être sûre que le micro-organisme pouvait être neutralisé facilement en cas de fuite malgré le risque infime assuré par les experts. Tout comme dans l'industrie nucléaire, les accidents n'étaient finalement pas rare. L'information n'était pas transmise aux civiles, mais l'erreur humaine continuait de noircir certains tableaux de statistiques. Le rapport demandait donc des éclaircissements...



HRP : Commentaires

Petite intro écrite rapidement, c'est histoire de planter un peu le décors, car après tout dépends de vous et de l’interprétation que vous allez faire de la carte des lieux.

Petites règles :
La carte est votre seule contrainte imaginative. A vous d'inventer les lieux quand vous les découvrez comme vous voulez à conditions de bien prendre le personnel de la base et les dispositifs de sécurité que vous devez neutraliser ou éviter (le MJ pourra vous en ajouter).
A partir du moment ou un joueur a décrit un lieu d'une certaine manière, les joueurs suivants doivent prendre en considération ce qu'il a écrit pour ne pas créer d'incohérences. Il peut évidemment rajouter des éléments.

Tous le personnel de la Base est mortel et peut être relativement contrôlés par les joueurs. Le MJ pourra vous demander correction si vous abusez selon lui de leur manipulation.
Coleman ne peut être contrôlé et tué.
Le décor lui aussi peut être évidement endommagé.

Je rappel que les joueurs peuvent jouer les uns contre les autres ou collaborer s'ils se mettent d'accords à l'intérieur de ce RP pour les gains.
Ils jouent à tour de rôles dans un délais court. Au bout de trois jours, le joueur suivant du joueur ont c'est le tour peut sauter ce tour. Le joueurs sauté peut poster quand il peut.
Le MJ poste une fois que tous les joueurs ont posté ou bien que leur délai est dépassé ; 3j/6 joueurs = 2 semaines. Le mieux étant que le sujet ait du rythme et ne traine pas trop tout en restant plein de rebondissements.
Le MJ devrait poster un total de 5 à 6 fois, ce qui suppose que les joueurs ne postent que 4 à 5 fois ! N'hésitez donc pas à faire beaucoup d'actions ! Le sujet durera au maximum 2 mois.

Les gains seront distribués en fonction de la détermination que met le joueur à tenter des les obtenir même s'il ne sort pas obligatoirement avec ceux-ci au bout de son quatrième post, surtout que le dernier joueur à poster ne peut en faire un avantage inégal en sa faveur.
Ils le seront également en fonction de votre style et votre imagination au goût du MJ.
Amusez-vous avant tout.

L'ordre de RP que j'ai tiré au dé est le suivant :
- Ras Al Ghul
- Victor Fries
- Killer Moth
- Killer Croc
- Catgirl
- The Fool



HRP : Carte

Voici les Cartes :
http://img15.hostingpics.net/pics/466321Dessins017.jpg
http://img15.hostingpics.net/pics/386014Dessins018.jpg

Je vous laisse donc interpréter les lieux comme votre inspiration vous guide.
Les quatre gains : Relique/Armes/Argent/Produits et souches biologiques sont marqués en rouge.

Prenez en compte les obstacles suivants à l'intérieur :
- Des miliaires armés + du personnel quasiment partout.
- Des caméras de sécurité dans presque toutes les pièces.
- Des portes blindées peuvent condamner toutes issues surtout aux espaces SAS.
- Certaines portes demandent l'utilisation d'une carte magnétique ou la connaissance d'un code.
- Il y a également des capteurs de présence sur certains lieux sensibles.

A l'extérieur :
- Il fait nuit.
- Un mur d'enceinte grillagé entoure la base, seul le personnel autorisé peut entrer.
- Une route et une voie ferrée est proche.
PS : J'ai oublié les tunnels d'accès au parking du Sous-Sol présents sur le Parking du RDC.

Vous êtes informés de tout cela et plus grâce à la carte et aux informations que vous a transmis le ''Collectionneur''.
Toutes questions peuvent êtres posées par MP ou sur le sujet de la section Event.
Revenir en haut Aller en bas
Ra's Al Ghul

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 03/07/2013
Nombre de Messages : 1340
Autres Comptes : Lock-up & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Maître de la Ligue des Assassins
Citations : L’entraînement est inutile, seul compte la volonté, la volonté d’agir.

MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   Ven 8 Nov - 22:14

Antre du Démon, 20h28

Ra's Al Ghul se leva lentement de son trône et dévisagea d'un regard froid le commando d'agents amassés devant lui. Vêtu de son armure de cuir aux gantelets partiellement métalliques et équipé de son sabre, l'Immortel ressemblait à un seigneur de guerre des anciens temps. Il portait également une dague courte au côté gauche et un fin poignard dissimulé dans un de ses gantelets d'acier. Il avait en revanche repoussé avec vigueur l'idée détestable de porter une arme à feu.

Ses subordonnés portaient tous une combinaison noire, un fusil d'assaut, une arme de poing, plusieurs chargeurs pour ceux-ci, et une panoplie de poignards et de fumigènes à l'exception de 3 d'entre eux : les deux premiers étaient habillés en civils et le dernier portait des vêtements de chauffeur de maître ainsi qu'un pistolet automatique muni d'un silencieux. Le Démon avait aussi exigé que ses sbires portent sur eux deux pains de C4 et une grenade. Le C4 serait placé à des endroits stratégiques de la base militaire et la grenade servirait à s'immoler si cela s'avérait nécessaire. Il avait fait appel à son duo de bras droit, Myra et Keith pour cette mission importante. Myra resterait dans la cache en soutien et utiliserait ses compétences de hackeur pour les faire entrer dans la base et Keith l'accompagnerait durant cette mission. Son Ubu, Nils, resterait également dans le repaire de l'Immortel et s'occuperait de quelques affaires importantes concernant celui-ci.

Ra's Al Ghul jugea cependant bon de refaire un dernier rappel :

« Nous sommes prêts. Rappelez vous que nous voulons l'AxG et ce que ce pseudo ''Collectionneur'' appelle sottement ''relique''. Nous ne connaissons pas son identité, et il ne peut pas s'agir d'Étienne Guibourg ou du Pingouin. La sécurité n'est pas à prendre à la légère et dispose d'une panoplie considérable de caméras et de détecteurs. Mais même si la base a été privée de certains de ses effectifs, elle n'en reste pas moins densément peuplé. Nous communiquerons par oreillette sur la fréquence cryptée suivante : 275-325. Vous disposez aussi de lunettes à visée nocturne et infrarouge. Vous avez également tous mémorisé le code du coffre renfermant la ''relique'' et votre rôle à jouer. Allons-y. »

Cette phrase sonna la fin de son exposé et tout ses agents se dispersèrent, chacun savant ce qu'il devait faire. Le Maître de la Ligue resta seul dans la pièce vide, songeur l'espace d'un instant puis retourna dans ses appartements d'un pas vif.



Base militaire du Sommerset, 21h54

La Lincoln s'arrêta à la hauteur de la guérite donnant accès au parking extérieur de la base et le chauffeur baissa sa vitre pour parler aux trois soldats gardant l'accès au parking.

« Bonjour messieurs, je conduis le sénateur Chawkes du New Jersey et son assistant au Lieutenant-Général Coleman, voulez-vous vérifier nos laissez-passez et nous garer ? »

A l'intérieur du véhicule, Ra's Al Ghul, Keith Xald et les 7 autres membres du commando retinrent leurs souffles. Deux agents de la Ligue étaient dissimulés dans le coffre, un troisième se trouvait sur le siège passager avant, le reste des représentants de la Ligue se trouvait à l'arrière de la voiture, et deux d'entre étaient la main sur la poignée et l'autre sur leur arme, prêts à sortir de la Lincoln et massacrer toute opposition. L'Algol avait trouvé un moyen d'entrer : le sénateur Chawkes avait demandé à rencontrer le responsable du complexe pour des raisons politiques et avait obtenu une entrevue mais cette dernière devait se dérouler 4 jours plus tard. Les tueurs de l'Immortel avaient dérobés les laissez-passez dès leur envoi au sénateur et exécuté Chawkes juste avant que l'opération ne commence. Myra avait réussi à falsifier les laissez-passez et infiltrer provisoirement et pour une courte durée le réseau de sécurité du complexe. Tout les occupants de la voiture poussèrent un soupir de soulagement, intérieur pour certain, lorsque les soldats autorisèrent le passage avec réticence :

« Attendez une minute, déclara le militaire en contournant la Lincoln. «Excusez moi Sénateur, fit-il en toquant à la vitre arrière teinté, j'ai besoin de vos laissez-passez donnés en main propre. »

Il autorisa le passage en voyant par le mince interstice de la vitre une main lui donner l'objet de sa convoitise et en apercevant subrepticement dans l'obscurité du véhicule une chevelure rousse vif qu'il prit par erreur pour celle de Chawkes, connu pour ses discours à la télévision. La voiture franchit les postes de sécurité et alla doucement se garer sur une des rares places inoccupées du parking, à côté d'une Cherokee. Le Démon ordonna à Myra de mettre hors course le système de caméras sur le champ, ce qu'elle fit avec rapidité et efficacité. Ils disposaient d'une fenêtre temporelle de 7 minutes pour sortir de la Lincoln et s'infiltrer dans le complexe. Tous les agents de la Ligue quittèrent l'habitacle et se préparèrent à l'accomplissement de leur objectif. Ils allaient se diviser en trois groupes : le premier serait composé de deux hommes en civil qui amèneraient la voiture dans le parking souterrain et y resteraient en soutien, le second, commandé par Ra's Al Ghul lui même devrait s'emparer de l'AxG au deuxième sous-sol pendant que le dernier, sous les ordres de Keith Xald, le bras droit du Maître, s'emparerait de l'objet tant convoité par le Collectionneur pour une raison connue de l'Algol seul.

Le groupe de Keith, renommé pour l'occasion commando Gree, s'éloigna rapidement en direction de l'accueil des visiteurs. Parmi le quatuor, l'un d'entre eux possédait des vêtements civils et pourrait ainsi faire diversion. Le groupe de Ra's, portant le nom de code Vador se dirigea lui en revanche vers l'accueil du Personnel, pour accéder au 1er puis 2nd sous-sol, là ou se trouvait le virus.

L'Immortel avait dédaigné l'idée de passer par le parking souterrain, se doutant que ce dernier était sous bonne surveillance. Deux hommes en civil attireraient moins l'attention que six équipés pour une invasion. Ils pénétrèrent rapidement dans le bâtiment, franchissant avec aisance les portes blindées et rencontrèrent un premier problème. Cette section, habituellement inoccupée à cette heure, abritait trois soldats en train de discuter avec un membre du personnel.

Ra's dégaina rapidement son sabre dans un sifflement métallique, et se précipita vers le premier, tel un fauve avide d'hémoglobine, puis d'un mouvement de bras, lui trancha la gorge. Les militaires, effarés par cette apparition, n'eurent pas le temps de réagir que déjà les membres du commando Vador étaient déjà sur eux. Quelques balles furent tirées, quelques coups de poignards furent distribués, mais il n'y eu à compter des victimes que du côté des occupants de la base militaire.

Les sbires du Démon prirent les trois cartes métalliques trouvées sur leurs malheureuses cibles et s'occupèrent de nettoyer ce massacre et de dissimuler les cadavres dans les vestiaires masculins. Ra's Al Ghul, lui, attrapa un curieux objet apporté par ses serviteurs et qui se trouvait jusque là dans un sac à dos, le seul qu'il avait autorisé. Un brouilleur de communication portatif se trouvait à l'intérieur, prêt à l'usage. Le leader du groupe décida de ne pas l'utiliser illico, les ondes émises par l'objet en question et leurs effets pouvant attirer l'attention du personnel du complexe.


Le commando Gree, de son côté, arriva à l'accueil des Visiteurs avec discrétion et s'immobilisa à moins de 30 mètres de l'entrée. En effet, un groupe de soldats en sortit, bruyants mais disciplinés, et se dirigèrent droit vers eux. Les quatre assassins s'aplatirent contre le mur, l'un d'entre eux guettant les caméras qui pouvaient se ré-actionner à tout instant.

« Et merde, pensa Keith, on avait bien besoin de ça. »

Tout ses souvenirs pénibles relatifs à ses années dans l'armée lui revinrent en mémoire et il serra les poings, non pas par colère mais pour faire circuler le sang, la nuit étant encore fraîche à cette époque de l'année. L'âme damné du Maître de la Ligue des Ombres souffla doucement, empoigna son arme et indique son intention et ses ordres à ses compagnons par gestes rapides et saccadés, le bruit de pas de la patrouille se rapprochant de plus en plus...



HJ: Prière de ne pas tuer mon bras droit, Keith, et les deux types se trouvant dans le parking souterrain, sinon je deviendrais très méchant. Bon, si des éléments de mon post ne convienne pas, envoyez moi un mp et je m'en occuperais.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t5522-ra-s-al-ghul-is-back
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   Lun 11 Nov - 22:54


La nuit arrivée, l'absence du soleil refroidissait petit à petit l'atmosphère. Le docteur Fries avait préparé son plan d'attaque sur la base militaire. Un plan qui lui permettrait, si tout se passe bien, de repartir avec la fameuse relique pour laquelle il avait été commandé, disons cela ainsi, mais pas seulement. Le laboratoire militaire contenait également une chose intéressante, une bactérie capable de se multiplier à une vitesse exponentielle, comme une bonne partie des virus connus, certes, mais la particularité de celle-ci était ses effets sur les êtres humains. Le cryogéniste aurait bien voulu avoir cette arme bactériologique à sa portée, avec quelques modifications génétiques, l'effet de ce micro-organisme pourrait avoir des actions plus... rafraîchissantes.

Pour le moment, Mister Freeze se concentra sur ce qu'il devait faire. Il se situait dans un camion de type militaire qui s'approchait de l'entrée de la base. Le chauffeur du véhicule était un soldat de cette structure, un homme qui n'avait pas le même sens de l'honneur que la plupart de ses compagnons. Après une certaine somme d'argent, l'honneur n'était plus qu'un mot pour certain et ce garde préférait l'argent à la loyauté de son pays, comme quoi tout s'achetait dans ce monde...

Le véhicule s'approcha de l'entrée, l'homme qui surveillait les entrées s'approcha du camion et après un examen rapide du regard, il se dirigea vers le conducteur.

" Alors qu'est-ce que tu amènes cette fois-ci ? "

" A ton avis, toujours la même chose, c'est que ça bouffe ici, il faut bien faire le plein de temps en temps. "

Le conducteur, dénommé James Samper, esquissa un bref sourire. La nourriture dans l'enceinte de la base n'était pas la meilleure du monde, en même temps il s'agissait là d'une base militaire et non d'un restaurant cinq étoiles.

Le surveillant restait perplexe, avec une partie des forces à l'extérieur, une quantité de nourriture supplémentaire ne lui paraissait pas nécessaire. Il voulut avoir des explications, mais fut pris de vitesse par son interlocuteur.

" Bon alors, tu te décides, tu veux voir la cargaison ? Dis-le, mais dépêche, je me caille. "

Après ces paroles, le garde abandonna ses soupçons et autorisa le véhicule à se rendre au parking. Il rentra dans son poste de surveillance et activa une manette, cette action eut pour but de lever la barre de sécurité, laissant passer alors le véhicule qui s'engouffra dans le sous-sol de la base militaire.

James gara le véhicule près du sas d'entrée amenant à l'accueil et attendit. Une voix grésilla dans le talkie-walkie posé à ses côtés.

" Il faut attendre l'heure prévue, ne vous faites pas voir, cela ne va pas tarder. "

" Bien, monsieur, comme vous voulez, mais comment allons-nous reconnaître ce moment ? "

" Vous le sentirez quand il arrivera... "

Le plan du Docteur Fries consistait d'une part à s'introduire à l'intérieur du complexe discrètement, pendant ce temps ses hommes devaient créer une diversion pour permettre au glacial savant de se faufiler dans la base avec un minimum de personnel dans les locaux. Cette diversion devaient être des plus spectaculaires de fait...

L'heure tant attendu arriva, le train de 22h07, qui passait près de la base, arrivait à vive allure. Mais il n'allait pas atterrir à Bludhaven comme prévu, des mines avaient été posés par les sbires de Freeze sur les rails, elles avaient été disséminés de telle façon à ce que le train soit éjecté en direction du complexe militaire, ce qui devrait occuper une bonne partie du personnel de la base.

Le train arriva finalement à l'endroit où les bombes étaient posés et elles s'activèrent. Le souffle de l'explosion fit trembler les grilles proches, les wagons se détachèrent. Les premiers d'entre eux éclatèrent, notamment le wagon de tête, les restes s'éparpillèrent sur la route parallèle. Le wagon suivant dérailla complètement, il traversa la route et fit tombé une grande partie du mur d'enceinte de la base militaire pour atterrir dans le parking extérieur. Les autres wagons s'étaient entrechoqués et avaient déraillé partiellement, seul deux d'entre eux s'étaient retournés. Il s'agissait d'un train de marchandise, les seules victimes à déplorer étaient ceux aux commandes de l'appareil.

Après l'explosion un incendie commença à se déclencher sur les derniers wagons. Les soldats commencèrent à courir dans tous les sens, tandis que les systèmes de protection de la base étaient devenus incontrôlable, en tout cas pendant quelques instants.

C'est à ce moment que James sortit du camion et se dirigea vers les portes arrières. Les secousses dûs à l'explosion avaient fait vibrer toute la base, y compris au sous-sol, James comprit que c'était ce fameux signal. Il n'y avait pratiquement plus personne dans cette partie du parking, il en profita pour ouvrir les portes arrières. Freeze apparut dans le véhicule plongé dans le noir, il descendit et s'approcha du corrompu.

" Alors, en ce qui me concerne j'en ai fini, je peux avoir ma seconde moitié maintenant ? A moins que je puisse vous être encore utile, mais il y aura un supplément. "

Freeze saisit rapidement l'homme à la gorge et le leva de quelques centimètres, l'homme ne pouvait plus émettre un son et l'air commençait à lui manquer.

" Non, tu ne m'es plus d'aucune utilité, absolument aucune. "

Sur ce, il broya le cou de son ex-acolyte. Sa tête pendait sur le côté, le savant jeta le cadavre dans le fourgon et le referma. Désormais à découvert, il devait vite trouver un lieu où poursuivre son opération. Après s'être dissimulé dans un coin du parking, il activa trois drônes, ceux-ci s'élevèrent et détectèrent les personnes présentes dans le parking. Sept individus furent détecté, trois d'entre eux était près de l'entrée donnant accès à l'accueil puis aux ascenseurs.

Freeze devait atteindre les ascenseurs, coûte que coûte, et donc sortir de sa cachette. Après avoir localisé avec précision les sept personnes dans le parking, il était temps d'agir, après tout il y a un temps pour réfléchir et un autre pour agir. L'homme de glace tira une première salve vers les trois soldats près de l'entrée. L'un des soldats eut le haut de son corps complètement gelé, quant à son voisin, il eut l'épaule gauche ainsi que le reste de son bras totalement pris dans la glace. Le troisième garde hurla aux autres soldats de tirer pour couvrir les deux blessés congelés, ils s'exécutèrent et firent feu en direction des tirs givrants, toutefois deux d'entre eux, à l'intérieur d'un véhicule ne bougèrent pas. Ils ne semblaient pas s'être rendu compte de l'attaque de la base, à moins qu'ils ne fissent pas partie du personnel...

Le bouclier de Freeze dévia les balles de leurs trajectoires, elles rebondirent sur cet écran protecteur avant de finir sur le mur ou les objets environnants. Le scientifique répliqua et emprisonna dans la glace les deux autres soldats l'attaquant. Il ne restait plus que les deux soldats près du sas d'entrée de la base, étant donné que ceux dans le véhicule ne montrait aucune hostilité. Les soldats s'étaient tus malheureusement, ce silence n'allaient pas les sauver. L'homme de glace activa ses lunettes thermiques et vit sans difficulté les deux hommes rampaient en direction de l'entrée d'accueil de la base.

Pas après pas, les militaires ralentissaient leur allure, de peur de se faire découvrir. Quand Freeze n'était plus qu'à quelques mètres d'eux, les deux soldats se rendirent compte qu'ils étaient découverts, ils ne savaient pas comment, mais leur ennemi fonçait droit sur eux. Le chef du groupe, qui était major, tenta de faire entrer son camarade, au bras totalement gelé, dans le bâtiment afin de le mettre en sécurité.

Avant de poursuivre ces deux soldats, Freeze se retourna vers le véhicule où les deux individus se cachaient, les deux agents du démon. Il givra la carrosserie du véhicule les piégeant à l'intérieur. Leur étrange comportement devait être pris en compte et cette solution était la meilleure. Il en profita également pour créer d'immense plaque de glace au niveau des entrées du parking afin qu'aucun autre transport ne puisse y accéder sans dommage.

Ce souci réglé, Freeze se dirigea vers le lieu où s'était réfugié les deux survivants pour en finir une fois pour toute. Il vit à travers ses lunettes que d'autres soldats les avaient rejoint dans cette salle d'accueil, ils allaient certainement tentés de l'arrêter dès son entrée dans la pièce. Le cryogéniste se prépara à passer à l'action.


HJ : Les entrées du parking souterrain se retrouvent bloquer, mais il est possible de les détruire (avec un explosif ou autre...). Envoyez-moi un message en cas de soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   Lun 18 Nov - 20:49

[HRP]Et le cabotin entre en scène![/HRP]

Prologue:
 

Au jour d'aujourd'hui, le maintenant du présent.

Drury était tout équipé sur le toit du Gotham Express de 22h07 qui passait juste à côté de la base militaire tant aimée. Objet de convoitise depuis trois jours, depuis l'exact moment où la mite du mal avait ouvert cette magnifique lettre volée, cette base nourrissait ses désirs les plus fous, qu'était donc cette relique? Un moustique piégé dans de la résine avec de l'ADN de mite préhistorique? Des recherches génétique pour créer des phalènes géantes? Ou mieux, un appareil ultra-sophistiqué qui permettait de communiquer avec les insectes! Il s'y voyait déjà, fermement accroché au toit du train par ses nouvelles bottes à semelle de ventouse qui fonctionnaient grâce à un système de son cru, lequel générait à l'aide de petits pistons, du vide. Une simple pression sur un boutons de sa ceinture et il était capable de tenir sur n'importe quelle surface.

Pour l'heure, le vent cherchait littéralement à l'arracher de ses appuis et de loin il ressemblait à un roseau par temps de tempête. Il avait laissé sa cape à la remise préférant ses ailes qui pliaient dangereusement dans son dos. Ses joues se gonflaient et se dégonflaient à allure régulière et les lumières des bords de rails passaient tels des fées de la Mort qui l'accueillaient dans l'eau-delà.

Il était seul, la date de cette mission d'un soir semblait avoir été précisément choisie pour être délicate pour le moth-gang puisqu'aucun de ses cocons n'avaient pu se libérer, préparatifs de Noël en famille obligeait. Drury n'avait jamais aimé cette fête, il avait toujours peur de retrouver un costume trois pièces dans ses cadeaux, comme sous chaque sapin qui avaient égayé ses 25 décembre. Maudite engeance. Mais même seul, il se savait capable de bien des choses (hélas) et il s'était préparé avec l'aide de ses fidèles pour ce jour. Ils avaient longtemps tergiversé sur la méthode qu'ils pourraient employer pour rejoindre la zone, et la plus folle fut celle retenue! Dans le dos de la mite, ce n'était pas son fidèle jet-pack habituel qui trônait mais son delta-jet-pack version 0.0.1! Pas encore testée mais pleine de promesse, cette invention allait l'aider à faire le tour de la base en deux temps trois mouvem...

Des explosions retentirent devant lui! Saperlipopette, diantre et autres expressions chagrines, la mite vit la locomotive exploser et se dissoudre dans la nuit tel un papillon qui venait de valser avec un halogène. La panique s'invita dans l'opération comme un témoin de Jéhovah un dimanche après-midi(celui qui met le pied à la fermeture de votre porte lorsque vous lui dites que vous n'êtes pas intéressé). Le bâtiment militaire n'était pas loin et le mur d'enceinte se rapprochait dangereusement. Les passagers du train hurlaient, ça s'entendait depuis une vitre ouverte et Drury lui-même hurla en déployant son delta-jet-pack.

Malheureusement pour lui, ses bottes étaient toujours fermement attachées au toit. L'opération fit gagner au criminel environ 2 centimètre de hauteur avant qu'il n'ait la présence d'esprit d'appuyer sur le bouton de sa ceinture qui décrocha ses bottes alors qu'elles commençaient à se déchirer. Projetée dans les airs comme si Dieu lui avait donné une pichenette capable de détruire un immeuble, la mite versait des larmes de crocodiles sous son casque. Son jet-pack se mit en route tout seul, maudit démarreur! Et la fusée multicolore s'envola dans l'air du soir en faisant de superbes courbes incontrôlées. Le deltaplane vibrait dangereusement.  

Le train continua sa course et défonça le mur d'enceinte. Drury chercha à regagner le contrôle de son engin, posant fermement deux mains incertaines sur la barre de pilotage sur laquelle étaient installés des boutons dont la peinture des noms s'était étalée. Parbleu, fit-il en cherchant à déchiffrer les écritures distordues et mélangées. Il appuya sur l'un d'eux et rien ne se produisit, pas mieux que rien mais presque. Une série de vitre qui donnait sur des rayonnages semblèrent prometteuse, il tira dans tout les sens la barre de direction et l'engin alla grosso-modo dans tous les sens. Un coup de vent nocturne le déstabilisa en cour de route et il traversa de part en part le double vitrage pourtant costaud de la pièce. L'entrée percutante fit un raffut de tous les diables après une soirée bien arrosée.

Le jet-pack agonisa dans le silence d'une mécanique soumise à un effort trop important tandis que le delta-plane qui le composait ressemblait plus à une pelote métallique qu'à une aile superbe et fière. Deux minutes trente d'utilisation, le premier test concluant d'une série qui serait sans doute douloureuse.

La mite s'extirpa de son invention pulvérisée en geignant à intervalle régulier. D'un geste ralentit par la douleur d'une épaule qui avait subit une élongation forcée, Drury sortit sa moth-lampe torche de poche et l'alluma. Autour de lui, des rayonnages de livres renversés indiquaient la zone de son "atterrissage expérimental". Il éclaira le plafond pour y découvrir le béton qui le composait, puis il fit le tour en marchant comme un touriste. Il découvrait les chefs d'œuvres qui trônaient dans la bibliothèque de la base. Mais le bruit d'une porte qui se déverrouille le surprit et il plongea derrière des étagères en éteignant sa lumière. Il y avait des militaires même ici? D'ailleurs qu'est-ce qu'il faisait ici? Il aurait dû arriver sur l'issue de secours et pas dans la bibliothèque!

Qu'importe! Il allait montrer à ces militaires de pacotilles que le grand Drury Walker était un as de l'improvisation et que...

Une lumière l'éblouit et il couina en reculant violemment.

- Mais qu'est-ce... lança l'un des deux  militaires qui patrouillaient.

La mite se cogna contre un rayonnage fragilisé par son arrivée inopinée et manqua de la renverser. Par réflexe il la rattrapa et la tira vers lui. Le pied tordu par un morceau de son delta-plane, l'étagère commença à s'effondrer sur lui et fut retenue par celle qui se tenait de l'autre côté de l'allée. Une véritable pluie de livres s'abattit sur lui et les deux gardes qui avaient cherché à l'interpeller. A chaque ouvrage qui lui tombait dessus la mite poussait des petits "gnii" et des "gnouille", mais mue par son instinct de survie, elle s'extirpa du piège digne d'un temple Maya abandonné et parvint à force de sueur et de couinements à en sortir. Maintenant livré à lui-même et à l'adrénaline du moment, son cerveau se mit en mode veille et laissa les jambes décider.

Mentalement il faisait le compte rendu de ce que contenait sa ceinture:
- Le moth-grappin,
- Le moth-pistolet,
- Une moth-lampe torche actuellement dans la main droite,
- Un moth-paquet de mouchoir,
- Une moth bouteille d'eau,
- Un moth-couteau suisse
- Un moth-appareil à crocheter,
- Un moth-signal de secours,
- Une moth-poche vide,
- Deux moths-pile de rechange,
- Une moth-bombe de peinture verte fluo et un moth-pochoir à son effigie pour marquer les lieux de son larcin.
- Les plans des lieux avec des moths-annotations dessus (made in Drury).

Ses jambes le conduisirent jusque devant la porte de sortie de la pièce et sa main libre se précipita sur la poignée de porte. Il ouvrit sans réfléchir et sorti de la bibliothèque, derrière lui, il entendait les voix des deux gardiens, devant lui il perçut le clignotement caractéristique d'une caméra de sécurité braquée sur lui. Il sentait à présent son cœur battre dans ses tempes alors que la température montait sous son casque. OKAY, DON'T PANIC! se hurla-t-il dans son esprit aussi vide qu'une cathédrale en URSS. JE VAIS ME FAIRE DESCENDRE! Descendre? OUI! L'escalier!

Il fit trois tour sur lui-même et sortit le plan en tremblant comme une feuille. Où était-il? Où était-il?

Il avança dans une direction au hasard pour s'éloigner un peu de sa zone d'atterrissage et fit demi-tour après avoir lu le plan. Il galopa et sortit son arme de poing dont la nouvelle peinture brillait dans l'obscurité (il avait trouvé ça trop classe sur le moment mais il commençait à douter de l'intérêt de l'idée). Il poussa un lourd battant qui menait à des escaliers grisâtres. Ceux-ci s'enfonçaient dans les ténèbres des installations. Drury sentait un air frais rendu glacial par sa sueur. Mais ici régnait le silence. Un silence lourd, annonciateur muet d'un destinée en devenir. Posant un premier pied sur une marche, Drury s'encourageait.

- Derrière un danger connu, devant un danger inconnu...

Il prit une profonde inspiration et hurla de toute ses forces.

- UNE SITUATION POUR KILLER MOTH!

Ce disant, il entama un sprint avant de se cogner le pied droit contre le gauche et d'entamer sa descente vers la gloire...
Revenir en haut Aller en bas
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2803
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   Mar 19 Nov - 0:47

Jochen Palinski vivait à Gotham City depuis sa plus tendre enfance. Grâce à ses trente années d'expérience en tant que conducteur de train, il pouvait se vanter de connaître la région comme sa poche, voyageant sans cesse d'un bout à l'autre de la ville et de ses alentours. Sa vie n'avait pas toujours été simple, notamment à cause du meurtre de son grand-frère par un gang de dealers, mais aussi à cause des nombreuses prises d'otage et détournement de train dont il avait été victime et auxquelles il avait toujours survécu, ce qui était monnaie courante dans cette cité du crime. Il avait toujours été la cible de grands méfaits, et les choses ne s'étaient pas arrangées lorsque, seize ans plus tôt, il avait abandonné les trains de voyage pour conduire exclusivement des trains de marchandises, qui représentaient une cible potentiellement plus intéressante pour tout criminel qui se respecte. Mais malgré ces mésaventures, il avait toujours survécu, et se targuait de n'avoir plus peur de rien. Et pourtant, on ne pouvait pas dire qu'il soit très courageux. Ce n'était pas un hasard s'il s'en était toujours tiré : il s'était toujours contenté de suivre les ordres des criminels qui le prenaient en otage, sans jamais chercher à jouer les héros, et il était toujours tombé sur des bons criminels, à savoir des de ceux qui ne tuent pas les otages lorsque cela est inutile. Il n'en était pas très fier, mais que pouvait-il bien faire d'autre ? S'opposer et se prendre une balle ? Dans une ville régie par le mal, il faut choisir entre coopérer avec les criminels, ou mourir. Et il avait toujours fait le choix qui lui semblait le meilleur, pour lui, et pour sa famille.

C'était d'ailleurs à elle qu'il pensait, et plus particulièrement à ses deux petites filles de 8 et 10 ans qui attendaient son retour avec impatience dans leur lit ce soir là, lorsqu'il sentit une lame froide et courbée lui traverser le bas du dos et ressortir par le nombril avant de remonter lentement vers son torse. Alors qu'il sentait le gout du sang emplir sa bouche et couler le long de ses lèvres, il regardait les rails défiler devant lui, aux commandes de sa locomotive, d'un air stupéfait. Il avait toujours suivi les ordres, avait toujours fait ce qu'il fallait pour survivre et pour ne pas contrarier les criminels et, jusque là, ça avait toujours marché. Sa dernière question, juste avant qu'il ne s'effondre après avoir senti la lame ressortir par son dos, fut de se demander ce qu'il avait mal fait, où avait-il merdé, et qu'allaient devenir ses petites filles ?

Il n'aura jamais la réponse, car il existe des personnes qui ne se posent pas ces questions. Des hommes sans aucune once de pitié ni de compassion, presque sans sentiment. Des tueurs qui ne voient en la vie d'autrui, pas même un bien précieux à voler, simplement quelque chose sans aucune valeur, quelque chose à prendre, et à jeter, comme un vulgaire déchet à la poubelle. C'était le cas de cet homme au bras unique du nom de Ivan Abramovici. Ce géant au torse nu et au crâne rasé planta la lame de sa faucille surdimensionnée contre une paroi intérieure de la locomotive pour l'y accrocher, et prit le talkie-walkie que lui tendait un larbin.


"Faucille à Papa Croco. Je répète, Faucille à Papa Croco. La chenille est sur les rails. En gros, on a pris le contrôle du train. On arrivera dans environ cinq minutes."

A quelques kilomètres de là, et environ vingt mètres plus profond, les ondes sonores émises par le deuxième talkie-walkie firent vibrer le tympan d'un homme grand de plus de deux mètres et souffrant d'une terrible maladie de peau qui rendait son apparence hideuse aux yeux de tous.


"Bien. Préviens quand t'es là, on est presque arrivé."

Celui qui se faisait appeler Killer Croc accrocha son appareil à la ceinture de son pantalon large tâché et déchiré, unique vêtement qu'il portait ce soir là si on oubliait ses larges chaussures marrons toute aussi abîmées. Suivi par deux personnes, dont le deuxième des frères Abramovici, il fit quelques pas en direction d'une large grille métallique circulaire d'environ deux mètres de diamètre, qui était solidement accrochée aux parois des égouts, et sur laquelle on pouvait y lire un panneau : "WARNING - NO TRESPASSING". Il agrippa deux barreaux verticaux de la grille avec ses grandes paluches recouvertes de croûtes, de gerçures et de boutons, et tira dessus de toutes ses forces en poussant un cri bestial qui faisait écho à l'effort physique intense qu'il devait exercer pour arracher les fixations de la grille aux parois solides et humides. Les barreaux se plièrent, la paroi en forme de cercle qui entourant la grille se fissura, puis d'un coup sec et violent, les fixations explosèrent en morceaux et la grille fut totalement détachée de ses gonds. Tout en s'aventurant dans le tunnel qu'il venait de libérer, Croc fit un signe de main à ses deux sous-fifres pour leur dire d'avancer, et déclara :

"On doit plus être très loin."


=========================================================

Quelques heures plus tôt, dans le repaire de Croc à Amusement Miles...

Le colosse monstrueux se trouvait devant quatre des cinq membres de son gang, dont les deux frères Abramovici qui l'avaient rejoint d'ici peu. Ils étaient dans une petite pièce aménagée au sein d'une ancienne attraction abandonnée et qui servait grosso-modo de salle de réunion.


"Bon les gars, on y est. Ce soir, notre gang, les Exilés, va faire sa première grosse mission. Ca sera dangereux, risqué et dur, mais ça en vaut la peine. Comme vous l'savez, ces derniers jours on a entendu une rumeur dans les bas-fonds d'notre cité, à propos d'un collecteur d'objets."

"Heu Boss, c'est pas plutôt collectionneur ?"

"La ferme ! J'ai fait des recherches sur c'type, mais les gars qu'j'ai interrogés n'étaient plus en état d'parler après que... que j'les ai interrogés. Sauf un. Il m'a dit que c'type, le collectionneur, voulait une relique qui s'trouve en c'moment même dans la base militaire de Sommerset. Mais sa relique, on en a rien à foutre. C'qui est intéressant, c'est qu'c'est une base militaire. Donc y a un paquet d'armes et d'explosifs à ramasser là-bas. Et comme la rumeur circule dans l'milieu, ça veut dire que d'autres criminels vont s'y rendre pour cette foutue relique. Ils vont s'mer la pagaille, nous faire une bonne diversion, et on aura juste à aller s'servir."


"Sacré bon plan, chef !"

"Tu r'mercieras Langstrom pour ça."

"A propos, il est où, Man-Bat ?"

"Il a pas pu v'nir. J'crois qu'il a encore du mal à s'contrôler, un truc comme ça. Ca veut dire que pour cette mission, on s'ra que 5. Alors voilà l'plan, on va s'diviser en 2 groupes. Le premier groupe s'ra dirigé par Ivan, et toi, l'gringalet, tu l'accompagneras. D'après Langstrom, un train devrait passer juste à côté d'la base militaire à 22h07. Votre but : prendre le contrôle du train, et l'arrêter juste devant la base pendant quelques minutes. Pendant c'temps là, moi, Sergei et Tyler, on va passer par les égouts. L'type que j'ai tabassé était un informateur du collectionneur, j'lui ai piqué un plan d'la base. En passant par les égouts, on devrait arriver juste au niveau des chiottes du deuxième sous-sol, j'ai vérifié avec MB. Une fois sur place, faudra qu'on s'fasse discret, on file à l'armurerie, on embarque tout c'qu'on peut dans ces gros sacs, et on fonce jusqu'au train. Des questions ?"

"Heu, Croc... J'sais pas conduire un train, moi."

"Bah ouais, moi non plus !"

"Pas grave. Un type vous attendra à la station de Van Buren Street. Un conducteur de train, son nom c'est... Jared ou Jochen, un truc comme ça."

"T'as embauché un type d'une société ferroviaire pour la mission ???"

"Non. J'ai juste menacé sa femme et ses gamines. Vous en faites pas, il fera c'que vous lui d'manderez. Allez, foutez-moi l'camp d'ici et préparez-vous."


========================================================

John Marston était tranquillement en train de vider le contenu de sa vessie dans un urinoir du deuxième sous-sol lorsqu'il entendit un bruit anormal qui attira son attention. Il s'agissait d'un bruit lourd, comme un tapement régulier de quelque chose de dur sur une surface toute aussi dure, et le bruit revenait toutes les trois à cinq secondes. Soudain, il se rendit compte que le mur juste en face de lui, sur lequel était accroché l'urinoir, tremblotait au même rythme que les coups. Il regarda le mur d'un air surpris et approcha son visage pour coller son oreille contre le mur tout en refermant sa braguette.

De l'autre côté, cela faisait quelques minutes que M. Marteau fragilisait la paroi des égouts qui étaient sensée donner directement sur les toilettes, en tapant de toutes ses forces avec son énorme marteau plusieurs fois de suite. Il faisait de son mieux, avec l'incroyable force qu'il possédait dans son bras unique, d'autant plus que le mur était très solide et très épais. Mais il n'était pas suffisamment rapide pour Killer Croc qui commençait à s'impatienter en le regardant faire, adossé contre la paroi opposée, les bras croisés.


"Raaah, ça suffit ! Donne-moi ça !" s'exclama t-il en marchant vers lui d'un pas déterminé et en lui prenant la masse des mains.

Il envoya l'outil de toutes ses forces en direction du mur fragilisé qui explosa en morceaux suite au choc, s'écroulant sur le pauvre militaire qui aurait mieux fait de se retenir quelques minutes de plus. La discrétion était assurée.
Les trois criminels s'engouffrèrent dans le trou béant donnant sur les toilettes du deuxième sous-sol, lorsqu'Ivan les contacta par talkie-walkie.


"Faucille à Papa Croco, je répète..."

"C'est bon, j't'entends, arrête tes conneries."

"On approche, j'vais ralentir le train. Le vieux cheminot m'a montré comment ça marchait avant que j'le - OH MERDE !!!"

On entendit une forte explosion puis de longs grésillements, plus plus rien du tout. Les trois criminels se lancèrent des regards d'incompréhension, lorsqu'ils entendirent un énorme vacarme provenant d'en haut, suivi de plusieurs explosions et secousses, comme si un tremblement de terre avait lieu.


"C'est quoi c'délire ?" demanda Tyler.

"C'est Killer Croc, tu m'entends ? Oh ! Tu m'entends ?!... Pfff, marche pas c'truc."

Soudain, on entendit à nouveau un long grésillement, puis le son devint de plus en plus clair. En fond sonore, on pouvait distinctement entendre le crépitement de flammes ainsi qu'une alarme, toutefois ils pouvaient entendre la même alarme là où ils étaient, qui couvraient le son du talkie-walkie. Croc approcha l'appareil de son oreille pour mieux entendre.


"Hé l'faucheur ! Tu m'entends ?!"

"Ici... Ivan..."

"Bordel mais qu'est-ce qu'il s'est passé ?!"

"... Y a eu... explosion.... Seul survivant.... Gravement... touché..."

Sergei, qui n'avait pas pu entendre les paroles de son frère à cause de l'alarme qui retentissait également dans les toilettes, s'approcha du géant.

"Alors ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ?"

"J'en sais rien, le train a sauté."

"Comment ça sauté ? Comment va mon frère ?"

"J'en sais rien, j'te dis ! Pas grave, on s'en tient au plan."

"Le plan ?! Mais comment on va s'échapper sans train ?!" s'exclama Tyler.

"Il faut d'abord qu'on retrouve Ivan !"

"BORDEL VOUS ALLEZ M'ECOUTER ?!?! Si j'dis 'on va chercher les armes', c'est qu'on va chercher les armes !!! On aura qu'à voler un d'leur fourgon pour s'barrer, ou on r'passera par ici, y aura toujours un moyen !"

"Mais merde c'est mon frère, tu piges ça ? Je peux pas le laisser crever ici comme un chien ! Fais ce que tu veux, mais moi j'pars à sa recherche !"

Sur ces mots, M. Marteau quitta les toilettes précipitamment et courut vers les escaliers centraux dans l'objectif de grimper jusqu'au rez-de-chaussée, où l'explosion avait probablement dû se produire.

"Sergei !!! GGGRRRRAAAAAAHHHH !!!"
s'exclama Croc de fureur tout en tapant du poing contre un mur.

"J'aurais pas dû engager c'connard incapable d'obéir aux ordres !!!"

Tyler, qui était plutôt impressionné par la fureur de son patron, reculait de quelques pas tout en le surveillant. Waylon souffla un coup pour retrouver son calme, et se tourna vers lui.


"Allez suis-moi."

Sur ces mots, il poussa la porte des toilettes pour se retrouver à son tour dans une sorte de hall avec au centre les escaliers qu'avaient emprunté Sergei. Il balaya la salle du regard, et remarqua une caméra de surveillance accrochée au plafond. En regardant vers sa droite, il vit une grande porte sur laquelle était noté "Centrale".

"Y a p'tet moyen de désactiver les trucs électriques en sabotant ça, nan ?"

"Hm ouais ça a l'air pas mal."

Sur ces paroles, il courut vers la porte de la centrale et entra fougueusement à l'intérieur tout en ordonnant à son sbire de monter la garde à l'entrée.





[HRP : Interdiction de tuer les frères Abramovici. Je contrôlerai Sergei. Quant à Ivan, il est inconscient donc sera au pire capturé mais pas tué. ]


_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Unknown

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 18/04/2012
Nombre de Messages : 362
Vous à Gotham : Revenu du monde des morts

MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   Dim 24 Nov - 17:07

La zone industrielle de Gotham... Un retour aux sources. C'est ici que Fool a commencé sa belle carrière de tueur en série, en amenant ses victimes dans un entrepôt non loin pour les découper lentement. Il n'était plus revenu dans cette partie de Gotham depuis l'explosion de cet entrepôt en particulier, qui a coûté de nombreux cercueils chez le GCPD. C'était aussi l'époque où il y avait la plus célèbre entente "Croc & Fool". Mais tout ça c'est du passé, Fool ne s'attarde pas sur le passé. Ni sur le présent d'ailleurs... Et encore moins sur le futur... Enfin, bref, ça faisait quelques temps que Fool avait disparu "des grosses affaires" où il avait fait la une avec ses copains dingos tel que le Joker et Scarface avec la guerre à Amusement Miles et à Little Italy. Et oui, après avoir tiré autant de munitions, il y a bien un moment où les moyens manquent... Et l'argent aussi. De plus, avec le départ de Croc et la moitié de la bande, Fool avait rapidement du aller recruter pour remettre un peu de main d'oeuvre. Mais en temps de crise, la main d'oeuvre, vous mettez un coup de pied dans une poubelle, vous en avez. Même si c'est pour découper des enfants et leur prendre leurs organes afin de les revendre.
Quand Croc est parti, Fool pensait le reste de son temps à faire son trafic, à bricoler de nouvelles inventions meurtrières mais tellement farfelues... Quand il allait chasser, il amenait toujours Dante avec lui au détriment de Catgirl, délaissé... Dante était le seul survivant actif dans le gang du Fool. Tous les autres sont morts. Soit dans leur semi-rébellion soit durant une des deux batailles. Pour le tueur masqué, si ce rital a réussi à s'en sortir, malgré son manque de techniques physiques, c'est parce qu'il en a dans le poireau. Fool est fou mais il sait qu'un jour il se fera descendre par quelqu'un. Qui ? Quand ? Il ne le sait pas. Mais si cela devait arriver, il voulait absolument que quelqu'un porte son masque et continue de semer le chaos derrière lui. Alors que Catgirl était plutôt en pôle position pour cela, Jin voyait plutôt Dante. Son coeur est sali par sa famille et il n'a trouvé refuge que dans la folie qui le ronge de jour en jour, à force de traîner avec Fool, son comportement change, ses habitudes changent, toute sa vision des choses changent avec sa personnalité, devenue plus... Cruelle. Il avait enfin la trempe d'un vrai malade mental de l'Insane Gang, il ne lui manquait plus que d'acquérir quelques techniques pour tuer et ne pas se faire tuer... C'est pourquoi il allait chasser avec le Fool. Prises de Krav'Maga, parkour, tir, ... Fool lui apprenait tout ce qu'il savait, l'imprégnant chaque jour, un peu plus de la marque de la folie.

Mais il y a peu, une lettre atterrit dans les mains du Fool, par l'intermédiaire d'un de ses sbires. Un type se faisant appeler "le Collectionneur" demandait une relique qui se situait dans la base militaire de Gotham. En échange, il offrait une grande somme d'argent. Mais après avoir lu cette lettre, ce "Collectionneur" et ses demandes n'avaient aucune importance pour le tueur masqué. Comment avait-il pu laisser passer un tel endroit, rempli de trésors tel que la base militaire ? Il fallait y aller ! Mais pas pour la relique, non, pour se faire les poches avec leurs nouvelles armes. Il se doutait qu'il irait pas seul, que le Collectionneur a surement demandé à d'autres criminels de la ville. Il va falloir faire avec et se servir d'eux comme appât pour faire les courses et repartir incognito. Un plan s'imposait d'urgence. En effet, malgré sa folie, Jin savait qu'il pénétrait dans un repaire de loups. Une façon d'agir semblable à celle qu'il a eu à Little Italy et c'est la mort assurée. Cela ne le frustrait pas vraiment, les opérations discrètes peuvent aussi être amusantes quand elles sont accompagnés d'un bain de sang. Il n'allait pas prendre tout son gang avec lui. Dante, Amy et un sbire dont Fool avait oublié le nom. Catgirl avait également été sollicitée mais aucune réponse n'était parvenue de sa part...

Il était 22h, un camion de marchandise militaire vide s'était arrêté sur une mince aire de stationnement pour que les conducteurs puissent vider leur vessie et fumer une cigarette. Seul deux jeunes militaires sortaient du camion. Ce sont d'ailleurs les seuls. Ils viennent tout deux de débuter leur carrière, ce sont des amis d'enfance qui ont toujours voulu être ce qu'ils sont aujourd'hui. Ils sont de l'Illinois mais ils ont tous deux été transféré à Gotham sur demande.

-"ça fait du bien de s'en fumer une... " Dit le premier.

-"Faut vite se dépêcher, ça caille tellement que je vois même plus mon fusil."

-"Ha ! Ha ! Ha ! T'en as plus trop besoin de toute façon, Sandra est à plusieurs kilomètres d'ici."

-"Ouais... Elle commence à ..."

Il fût interrompu par un bruit d'une lame qui traverse la chair. Mike, le militaire qui était en train de parler s'immobilisa, le regard vide, à la surprise de son ami Brian qui ne comprenait pas cette interruption. La tête du pauvre Mike finit par tomber alors qu'une cascade sang s'échappait de sa gorge. Ce fût finalement au tour de son corps de s'écrouler sous les yeux de Brian qui n'y comprenait rien, il ne revenait pas de ce qui était en train de se passer.

-"Encore un qui a perdu la tête..." Dit une voix sinistre derrière le cadavre.

Fool avait son sabre déplié et ensanglanté. De toute évidence, il venait de tuer Mike. Devant le masque blanc souriant et l'aura malfaisante que dégageait la présence du tueur, Brian ouvra la bouche pour crier mais aucun son n'en sortit. Une lame venait de lui transpercer le coeur. Et à peine, il eut le temps de baisser la tête pour comprendre ce qui lui arrivait à son tour que la lame se retira et il s'écroula, mort. Derrière lui, un homme avec une capuche, l'air sombre mais sournois à la fois se désignait comme son meurtrier en regardant sa victime d'un air méprisant.

Spoiler:
 

-"C'est bien... Dante."

Le disciple sourit à son maître en guise de remerciement. Aussitôt, Amy et Eddy (le sbire inconnu du Fool) sortirent à leur tour de l'ombre et se précipitèrent sur les corps pour leur prendre leur vêtements militaires... Une fois qu'ils eurent fini, Amy, suivant le plan du Fool, monta dans la voiture accompagné de Eddy, prenant le volant alors que le tueur masqué et le tueur à la capuche montaient à l'arrière, là où ils venaient de déposer leur attirail pour se défendre dans ce trou dangereux qu'était la base militaire. Les corps avaient été soigneusement jeté dans le fossé à côté. Après quelques minutes de route, ils arrivèrent finalement devant l'entrée. Le gardien les stoppa.

-"Bonsoir... D'où venez vous ?"

-"Nous venons juste du dépôt."

-"Quel dépôt ?" Dit le garde apparemment méfiant, vu ses questions et ses sourcils froncés.

Evidemment, tout était de l'improvisation, Amy n'avait aucune idée de quel nom elle pourrait sortir mais en cas de pépin, elle savait qu'elle pouvait compter sur son 9mm silencieux qu'elle tenait fermement, prête à tirer sur le garde avant qu'il ne se rende compte de la supercherie. Puis soudainement, un bruit d'explosion se fît entendre à quelques centaines de mètre d'eux. Le train de 22h07 venait de basculer et d'exploser la barrière et faire de sérieux dégâts. Voilà la chance !
Amy et Eddy firent semblant de descendre du véhicule en catastrophe.

-"Merde ! Vite, faut aller aider les blessés !"

Les deux acteurs se dirigeant vers le lieu de l'accident. Le garde, déstabilisé, ne sachant pas trop quoi faire quitta son poste pour aller les accompagner, accompagné de sa lampe torche. Fool et Dante profitèrent de ce moment pour sortir le plus discrètement possible et pénétrer la base. A l'intérieur, c'était l'affolement général. Des militaires se ruaient dehors pour voir les dégâts malgré l'ordre clair et net de leurs supérieurs de rester là. Peut être avaient-ils peur que des amis aient été pris dans l'accident ? Ou n'est-ce que de la curiosité ? A vrai dire, on s'en fiche et Fool le premier. Armé d'un M16 avec cinq chargeurs, de deux pistolets automatiques et de son épée télescopique non déployé, il descendit rapidement au 1er sous sol... Bloqué par un mur de glace... C'était bien étrange mais il n'y a qu'une personne à Gotham qui puisse faire ça. Et il s'agissait bien entendu de Freeze. Une difficulté à prendre en compte. Mais Fool était équipé pour faire face à ce genre de problème. Du C4 bien entreposé sur le mur de glace, quelques dizaines de mètre de distance et après avoir appuyé sur le bouton... BOUM. L'explosion fît tomber le mur de débris mais pouvait également alerter les militaires qui n'allaient pas tarder à débarquer. Fool saisit son oreillette.

-"Amy, amuse les."

-"Entendu." Répondit la jeune femme, qui avait le sang du garde qui les avait suivit, elle et Eddy, sur son chemisier militaire.

La jeune femme avec Eddy, était retourné au camion où était tout leur attirail. Elle se saisit de son M4v3, une mitraillette sur laquelle elle a mit une longue lunette, et ses grenades qu'elle accrocha à sa ceinture. Eddy, lui, prît le lance-roquette, un RPG-7, fraîchement acheté à prix raisonnable avec trois roquettes. Le reste de C4, accumulé par l'Insane Gang mais jamais utilisé, qui commençait à voir les toiles d'araignées a été laissé dans le camion. Amy remonta à bord, seule cette fois-ci et partit se garder à côté des autres camions dans un coin du parking du rez de chaussé. Amy descendit rapidement du camion et fila à toute vitesse au parking du premier sous-sol. Eddy, lui, venait de charger son lance-roquette et tira sur leur camion, rempli de C4. L'explosion de la roquette mélangé au C4, mélangé à l'essence des camions provoqua une formidable explosion touchant les infrastructures autour. Aussitôt, Eddy suivit la même direction que Fool et Amy...

Fool et Dante rejoignirent le parking du premier sous sol, pour tomber sur des militaires congelé dans des couches de glace. Et en effet, non loin d'eux se trouvaient le fameux Mr.Freeze qui tiraient sur des militaires avec son canon à glace. Mais comment faire ? Amy les rejoint mais ne présentait aucune utilité pour l'instant. Puis Eddy les rejoint à son tour avec le lance-roquette. Enfin, c'était le lance-roquette qui avait une utilité.

-"Ok, machin, tire leur dessus, ça nous laissera le champ libre."

-"C'est Eddy !"

-"J'en ai rien à foutre ! Explose moi les !"

Eddy posa le lance-roquette chargé sur son épaule et tira sur le groupe qui se battait. Il avait eu les soldats et le mur plutôt que Freeze, surement une grave erreur. Les morceaux de soldats explosés retombaient sur le sol autour de l'homme de glace qui avait certainement du remarquer Eddy. Alors que Fool, Dante et Amy en avaient profité pour tirer le grappin sur la façade explosé du bâtiment pour rentrer plus rapidement. Eddy, prit de panique par le glacial scientifique, chargea rapidement son lance-roquette, visa approximativement l'homme de glace et appuya sur la détente.
Du côté de Fool, Amy et Dante, ils venaient de rentrer dans le bureau et de tirer sur la seule caméra de la pièce. Aucun soldat ne gardait cette pièce pour le moment. Ils n'allaient pas tarder à rappliquer vu les dégâts causés.


[HRP/Merci de ne pas tuer Dante & Amy. Vous pouvez disposer librement de Eddy. Si quelque chose ne vous convient pas dans mon post, veuillez me le préciser par MP. Merci Smile]

_________________________________


Fool's thème :

Revenir en haut Aller en bas
PNJ Gotham City


avatar

Date d'Inscription : 18/03/2012
Nombre de Messages : 265
Vous à Gotham : Voix unique de l'équipe modératrice du Forum. Pour toutes questions, avis, réclamations, attentes, etc, sur le Forum, ses joueurs, non-joueurs, et ses modérateurs envoyez lui un MP.
Citations : Je suis le PNJ Gotham. Si vous avez besoin de moi, envoyez un MP.

MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   Lun 25 Nov - 13:00

[HRP : Bravo pour la grande diversion de Freeze et les posts comiques de Moth et Croc Very Happy]


La calme nuit de Novembre se transforma de manière exponentielle en une nuit aussi brûlante qu'un été nucléaire.

_______________________________________

La Ligue des ombres, digne de son nom, investis le complexe avec discrétion et efficacité sur le plan du RdC.

C'était sans compte sur une déversions de taille mis en place par le glaciale Docteur Freeze. Des centaines de tonnes de métal hurlant se jetèrent dans le mur d'enceinte du Complexe militaire et en firent s'écrouler une partie. Aussitôt, la base fut en état d'alerte, accident ou attaque terroriste, les mesures étaient les mêmes.

Les agents de la Ligue du RdC ne passèrent pas inaperçus au petit groupe de soldats dirigés par le Sergent Mac-Kinley. Leur disparition furtive lui mit tout de suite la puce à l'oreille.

« Hey, vous là ! »

L'exposition infernale du train qui eu lieu en fasse lui coupa le sifflet et instinctivement tous les hommes se jetèrent à plat ventre. Les soldats déferlaient dans la cour extérieur pour voir ce qui se passait, prêt à réagir à l'apparition de n'importe quel barbus.
Une seconde explosion eu lieu au Parking des visiteurs situé au Sud du Complexe et certains s'y rendirent pour constater les dégâts.
Mac-Kinley ne resta pas coi bien longtemps et cria à ses hommes

« Nous devons trouver les civils que j'ai vu dans la cour ! N'hésitez pas à faire feu sur tout autre qu'un membre de la Base ! »

Ils se mirent immédiatement en action prêt à abattre tout menace supplémentaire.

La série d'explosion n'échappa pas non plus au Démon et ses guerriers qui s'occupaient de dissimuler les cadavres et de les vider de leurs précieux pass. Malheureusement pour leur entrée discrète, l'ensemble du Complex était maintenant sur le sentier de la guerre et le sol semblait même être sur le point de se dérober sous leurs pieds.

_______________________________________

De son coté Mister Freeze entama les hostilités dans le parking souterrain, les hommes attaqués alertèrent par radio le Central de sécurité, mais ce dernier était saturé d'ondes à cause du chaos provoqué par l'explosion du train. Le Docteur gela les hommes et les murs avant de s'occuper des hommes de la Ligue des ombres.

Mais rapidement, l'Accueil du sous-sol déversa un flot de soldats qui se mirent immédiatement à attaquer Freeze, mais ne purent résister à une roquette apparut de nul part qui provoqua une monstrueuse déflagration dans l'espace confiné entrainant avec elle les voitures garés/ éclata les lumières et commença à faire s'écrouler des morceaux de plafond tandis que la poussière des revêtements levait un brouillard aussi noir que l'obscurité.

_______________________________________

Killer Moth fit également une entrée bruyante, mais qui passa finalement inaperçue par rapport aux explosions qui secouèrent l'installation de toute part. Il sut se débarrasser de la patrouille de la bibliothèque avec talent et eu bien de la chance de ne trouver personne dans le hall d'escalier Nord. Descendant l'escalier après avoir lancé un cris de guerre il se retrouva dans le hall du premier sous-sol ou un groupe de soldat sortant du centre de tir était visiblement prêt à éliminer des cibles autant artificielles que vivantes.

« Vous là, plus un geste !! » Hurla la Caporale Birkins à l'encontre de cet individu dont elle ne pouvait s'imaginer un jour rencontrer, autant dans la réalité que dans ses rêves.

A ce même moment, un second personnage tout aussi improbable apparut montant les escaliers quatre à quatre, venant tout droit du second sous-sol.
« Bon sang, mais c'est quoi se défilé ! Stop !! » Cria un soldat en visant le colosse de son Famas.

Le groupe était constitué d'une dizaine de soldat bien équipé et prêt à faire feu.

_______________________________________


Tandis que le lieutenant de Killer Croc se trouvait devant un mur de soldats, l'homme à la peau d'écaille et son homme de main s'activait au second sous-sol heureusement plus calme et moins fournis en patrouille.
Le criminel reptilien se jeta sur la porte de la Centrale, mais celle-ci était visiblement fermée et renforcée. Nul ne pouvaient entrer dans une telle pièce sans avoir une carte magnétique spéciale.
Les deux hommes ne pouvaient espérer investir les laboratoires et la plupart des pièces de ce sous-sol sans disposer des cartes et codes nécessaires à leurs déverrouillages.

_______________________________________

En même temps qu'il tentait de chercher des noises au Docteur Freeze, le Fool se dirigea avec peine mais assurance dans le parking transformé en No man's land pour se rendre au SAS de l'accueil souterrain avant de s'engouffrer dans l'Accueil puis le Bureau Nord. Le vacarme produit dans le parking avait évidemment alerté le Lieutenant-Général et ses meilleurs hommes qui firent irruption dans la petite pièce par l'intermédiaire d'une porte verrouillée menant au Secrétariat Général après avoir laissé le Docteur Hernandez dans le bureau du Général. Eux, ne faisaient pas dans la dentelle et entamèrent immédiatement une violente fusillade contre les intrus.


Récapitulatif :
Hommes de Ra's en extérieur pris en chasse et encerclés de toutes parts par des militaires affolés par les explosions.
Ra's et ces hommes aux vestiaires ne sont pas menacés du fait de leur discrétion, mais à l'intérieur d'une base en effervescence.
Les deux hommes du Parking le sont également.
_____
Freeze au Parking est assaillis par l'homme de main du Fool et plongé dans le noir en l'absence du lumière et du fait de la poussière.
_____
Killer Moth arrêté par des militaire au hall d'escalier nord 1er sous-sol.
_____
L'un des lieutenant de Croc l'est également au hall d'escalier nord 1er sous-sol.
Croc est dans le hall d'escalier nord du 2nd sous-sol mais sans moyens de passer les sécurités.
_____
Le Fool au bureau de l’accueil du 1er sous-sol est pris dans une fusillade avec les meilleurs hommes de Coleman et lui même (Je rappel que Coleman ne peut être tué).


Pour ce deuxième round, les caméras de sécurité vont à nouveau fonctionner.
Bon courage Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   Sam 30 Nov - 17:53


Le parking avait revêtu des allures frigorifiques, d'immenses plaques de glace apparaissaient sur les murs ainsi que sur une partie du sol également et des statues givrée faisait bonne figure dans ce nouveau décor. Le responsable de ceci n'était autre que le docteur Freeze qui faisait face à une pluie de militaire qui l'assaillirent avec leurs armes, des armes de tout type d'ailleurs, allant d'un simple pistolet au fusil d'assaut en passant par des mitraillettes. Freeze essuyait les tirs de ses adversaires protégé par son bouclier. Rien ne le traversé, en revanche, l'homme de glace lui, tiré des salves glacés, qui, s'il ne faisait pas mouche, gelé instantanément les soldats proches. Cet affrontement n'était rien d'autre qu'un simple ralentissement. Rien ne pouvait empêcher le glacial docteur de s'emparer de la relique et du virus qui l'attendait patiemment à l'étage inférieur.

Malgré tout, Mister Freeze omis un détail, c'était bien ses concurrents à la course de la relique et du pillage de la base militaire, après en avoir mis un en difficulté, les deux agents du démon piégé dans leur véhicule. Un autre fit irruption et grâce à un lance-roquette, il explosa une partie de la base ainsi que les militaires qui attaquaient le scientifique. L'explosion provoqua une pluie de gravas et de membres arrachés. L'explosion fut meurtrière pour ces pauvres soldats, mais grâce à cela, il n'y avait plus un seul défenseur dans cette partie de la base.

La déflagration n'eut pas uniquement pour effet d'éliminer les adversaires de l'homme de glace, il perturba le système de défense de la combinaison du docteur Fries, lui qui était jusqu'ici infaillible, il était à 50% de ses capacités. Autant dire qu'une seconde explosion ne laisserait pas le cryogéniste en un seul morceau. Parlant d'ailleurs de seconde explosion, l'homme qui avait tiré sur les soldats, se prépara à nouveau et cette fois-ci c'est bien Freeze qui en était la cible. Rapidement, le savant pianota sur le clavier inséré dans son bras gauche et l'un des drônes réussit à s'interposer entre lui et la roquette qui explosa. Pour cette seconde explosion, Freeze n'eut pas à en souffrir de trop. L'éclairage était hors service maintenant et le parking, affectés par ces deux explosions, s'était fragilisé, il menaçait de céder à tout moment.

Une fois dans le noir, le scientifique activa ses lunettes thermo-détectrice. Le corps d'Eddy était clairement visible grâce à elle. La seule chose que le pauvre Eddy voyait, c'était deux lumières rouges qui se rapprochaient petit à petit vers lui. Le malfaiteur était apeuré, en plus de cela il était complètement désarmé, la seule chose qu'il pouvait faire était d'appeler au secours, ce qu'il fit, mais ses complices semblaient l'avoir abandonné à son funeste destin. Une fois face à lui, Freeze lui congela le bras droit et le pressa ensuite jusqu'à ce qu'il explose lui aussi. Le manchot hurlait de douleur il ne voyait pas ce qu'il s'était produit, mais avec sa main gauche il tentait de sentir son bras droit, il mit du temps à sentir les lambeaux de chair gelée qui pendait là où auparavant se situer son coude. Un nouveau hurlement suivi suite à cette stupeur, il ne pensait plus à ce moment, il se contentait de gémir et hurler à tous ceux qui voulaient l'entendre le mal et la peur qui le dominait.

Mister Freeze saisit l'homme de main du Fool à la gorge. Eddy tenta de négocier sa vie en disant tout et n'importe quoi, mais il ne pouvait rien apporter de nécessaire à l'homme de glace. Petit à petit, sa vitalité le quitté, à mesure que la main robotique de Freeze se resserrait. Il finit par sombrer dans l'inconscience, l'homme de glace lâcha sa proie. Eddy semblait être encore en vie, mais en bien mauvaise allure. Une fois ceci fait, le scientifique de glace se dirigea vers la brèche crée par l'explosion de la roquette.

A l'intérieur, des militaires faisaient face à un type masqué ainsi que deux autres personnes l'épaulant. Il s'agissait surement probablement du groupe d'Eddy, qu'importe, personne ne dérangerait le docteur Fries durant cette opération. Freeze leva son canon et pressa sur la gâchette en faisant un mouvement circulaire suivant un axe bien déterminé. Grâce à cela, le cryogéniste construisit un mur de glace qui coupa la salle d'accueil en deux parties, mais il n'avait pas pour but de provoquer ceci, en vérité il ne s'agissait pas d'un mur, mais d'un passage. En effet, Freeze avait construit un tunnel de glace qui l'amenait en sécurité jusqu'au mur le menant à un premier bureau. Tandis qu'il le traversait il vit que certains soldats n'avaient pas échappé au rayon réfrigéré et était gelé, enfin en partie pour certain, des membres comme des jambes ou des bras traînait près de la paroi glacée. Les soldats à l'extérieur semblaient attaqués la barrière de glace pour y libérer leurs frères d'arme qui y étaient bloqués, mais elle était plus résistante qu'il n'y paraissait et ils leur faudraient un bon moment avant de percer le tunnel.

Arrivée au bout de ce tunnel, Freeze se trouva bloqué face à un mur, il commença à le givrer pour créer sa propre entré. Une fois le mur affaiblis par la glace, le docteur Fries donna plusieurs coups et le mur vola en éclat, il réussit à s'introduire dans un bureau. Une fois à l'intérieur il bloqua les entrées avec son canon réfrigérant, le laissant seul avec peu de militaire armé comme il le fallait. Il ne fallut peu de temps avant que cette salle aussi soit entièrement recouverte d'immense plaques de glace, les membres du personnel de la base présente était tous transformés en statue de glace. Il vérifia une dernière fois chaque coin de cette salle avant de reprendre sa marche vers la salle suivante, le secrétariat du général. Avant de s'aventurer dans cette salle, il referma le tunnel par lequel il était arrivé, ce qui devrait lui laisser assez de temps pour empêcher ses concurrents et les militaires de se rendre avant lui au coffre où se cachait la relique tant convoité.

En chemin il vit que les caméras s'étaient remises en marche, signe que les perturbations dut à l'explosion du train avait cessé, la base était, de nouveau, opérationnelle. Il fallait donc se dépêcher avant l'arrivée, éventuel, de renfort.
Revenir en haut Aller en bas
Ra's Al Ghul

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 03/07/2013
Nombre de Messages : 1340
Autres Comptes : Lock-up & Carmine Falcone
Vous à Gotham : Maître de la Ligue des Assassins
Citations : L’entraînement est inutile, seul compte la volonté, la volonté d’agir.

MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   Dim 1 Déc - 16:52

Keith ferma les yeux en soufflant calmement. Il fallait faire vite, les militaires complètement perdus parcouraient la zone à leur recherche et ne tarderaient pas à leur tomber dessus. Il dégoupilla prestement deux des grenades fumigènes qu'il portait et les jeta de façon à créer un nuage de fumée puis lança un rapide coup d'œil aux alentours pour voir ou se trouvait ses hommes, éparpillés autour de lui.

''Par ici, on les a trouvés !''

Le hurlement d'un des soldats le poussa à se projeter dans la fumée en lâchant une courte rafale de balles, suivi de près par ses alliés qui firent la même chose. L'artifice utilisé n'étant pas éternel, les agents du Démon décidèrent immédiatement de la tactique à adopter.

''Toi, tu m'accompagnes, vous deux, vous nous couvrez, ordonna le leader du commando Gree, et n'économisez pas vos munitions, le but est de réussir à nous introduire dans le bâtiment.''

Un instant après, alors que le nuage gris disparaissait, ils accomplirent le plan convenu. Keith et son binôme coururent hors de la fumée, couverts par une imposante salve de projectiles tirés par leurs compagnons. Mc Kinley et ses soldats cependant, ne restèrent pas sans rien faire et ripostèrent, blessant sévèrement l'un des sbires de l'Immortel qui s'effondra par terre, inconscient, sans avoir eu le temps de déclencher sa ceinture d'explosifs. Keith et ses deux hommes restants coururent le plus vite possible en direction de l'accueil, abandonnant leur camarade pour ne pas être ralenti, mais le sort s'acharna contre eux et se présenta sous la forme d'une rafale tirées par une mitrailleuse lourde, installée sur le toit, juste au dessus d'eux. Déchiquetés par les balles, les compagnons de Keith s'écroulèrent au sol, morts. Ce dernier s'était jeta à terre dès qu'il avait entendu les premières douilles tomber et n'avait, par miracle, à ne souffrir que de modestes éraflures causées par les projectiles. Les oreilles sifflantes, il se releva avec difficulté et découvrit qu'il était le quasi-seul survivant de son groupe, l'agent qui l'accompagnait étant à l'agonie.

Encerclé par des dizaines de soldats furieux voulant venger la perte de leurs frères, menacé par la gueule noire de leurs canons, il ne vit point d'autre choix que celui de se sacrifier pour l'Immortel. Il avait échoué pour la première fois depuis des décennies, lui, un des plus vieux et fidèles agents. C'était injuste, pourquoi lui, pourquoi maintenant ? Mais au moment ou il voulut offrir sa vie à son Maître, un violent coup de crosse lui heurta le crâne. Le paysage, les soldats, la base militaire, éclatèrent devant ses yeux et tout devint noir...

''Espèce d'enfoiré, souffla le 2nd classe Hawkins, tu croyais tout faire péter ?''

Il se tourna vers Mc Kinley, le visage couvert de sueur :
''Sergent, qu'est ce qu'on en fait ?''
_________________________________________

De son côté, le Démon et ses serviteurs étaient dissimulés dans les douches du vestiaire masculin, faisant leurs derniers préparatifs. Apparemment, selon Myra, les caméras s'étaient remises à fonctionner et le réseau avait été clôturé et mis en mode automatique, de façon à ce que personne ou presque ne puisse y pénétrer. Cette mission était sur le point de devenir un échec. Il avait certes prévu que des criminels puissent être intéressés par la relique mais pas à ce point là. Toute la base était sur le pied de guerre, il avait perdu le contact avec le groupe de Keith et les deux hommes du parking lui avait signalés qu'ils avaient été neutralisés par Freeze qui avait gelé leur véhicule, les empêchant ainsi de sortir.

''Vous êtes sûr de ne pas vouloir de renforts, Seigneur ? Le train qui a explosé avait été détourné et il n'a pas sauté accidentellement. Vous n'êtes pas les seuls ici.''

''Je n'en ai pas besoin pour l'instant, déclara Ra's bien que de violentes explosions vinrent d'ébranler le complexe, nous allons passer au second sous-sol, puis remonter avec le virus et rejoindre le commando Gree, s'il est toujours vivant du moins. Dis à Ubu d'être toutefois prêt à intervenir et continue de surveiller les communications de la base.''

''Compris, c'était quoi ces détonations ? Que se passe t'...Quoi ?''

''Qu'y a t'il encore ?''

''D'après l'échange que je viens de capter, le commando Gree aurait été annihilé, Keith est le seul survivant. Ils l'ont emmenés dans une des armureries et l'y ont emprisonné. Il est sous bonne garde et évanoui. Ils ont l'intention de l'interroger. Ils attendent des ordres qui ne viennent pas.
Vous devriez rentrer, l'endroit n'est plus sûr, les militaires deviennent fous et tirent sur tout ce qui bougent ! A propos du groupe du parking, que deviennent-ils ?''


''Nous irons le chercher si nous le pouvons, c'est à dire dès que la zone sera moins fréquentée. Il a failli à la tâche que je lui ai confié, mais au vu des circonstances...Nous verrons bien. Quand au groupe du parking, qu'ils trouvent eux mêmes un moyen de se dégager. Et quoi qu'il arrive, je récupérerai le virus et cette 'relique'. Le brouilleur sera déclenché dans 1 minute, n'essaye plus de me recontacter.''

''Très bien, bonne chance, vous en aurez besoin.''

Comme prévu, Ra's Al Ghul et l'ensemble de son commando éteignirent leurs oreilletes, et le brouilleur de communications fut activé. Désormais, il n'y aurait plus que des parasites dans les micros des occupants de la base et des criminels s'y étant infiltrer plus ou moins discrètement. Les quatre hommes, l'Algol en tête, sortirent le plus discrètement possible de leur cachette, méritant une fois de plus leur qualificatif d'ombres'. Ils se rendirent silencieusement et rapidement dans une série de bureaux, contournant une patrouille de soldats sur la défensive, puis une seconde et encore une troisième.

Arrivant à l'escalier Sud du Rdc, le groupe fit face à non pas cinq ou six militaires, mais à une bonne quinzaine qui montaient la garde. Au bout du couloir se trouvait encore d'autres soldats, ce qui rendait toute chance de remporter ce combat nulle. Certains militaires, dont une des patrouilles croisées sortaient également de la salle de réunion située juste à côté de leur position. Pour l'instant, personne ne semblait les avoir aperçus, mais cela ne tarderait pas.

''Diversion, grinça Ra's, tout de suite !''

Un des membres du commando hocha la tête et empoigna fermement son fusil d'assaut et la télécommande servant à actionner sa ceinture d'explosifs. Il surgit soudain hors de sa cache et vida la moitié de son chargeur contre leurs adversaires avant de se jeter sur un bataillon de soldats pétrifiés par cette apparition, déclenchant dans le même temps une violente explosion.

Le Démon et ses hommes restants sortirent aussitôt hors de leur abri, avançant précautionneusement vers l'épicentre de l'explosion. Des corps en morceaux jonchant le sol, et une écœurante odeur de sang et de viande grillé commença à se faire sentir. Quelques survivants étaient par terre également, blessés et gémissants ou inconscients du fait de leurs graves blessures, ils ne représentaient plus une menace pour le commando Vador qui les exécuta un par un au poignard.

Malgré tout, leurs confrères pouvaient surgir à tout moment sur les lieux du drame. L'Immortel, accompagné par sa troupe, décida de descendre immédiatement au premier sous-sol. Ils empruntèrent donc un escalier couvert de débris de murs et de fragments de ce qui avait été un jour de dévoués militaires.

Surpris de ne pas voir de soldats montant la garde au pied de celui-ci, ils retinrent leur souffle avant d'entendre une intense fusillade de l'autre côté de la paroi et des ordres criés à la hâte par un commandement dépassé par les événements. Ils descendirent donc rapidement d'un étage, profitant de cette diversion impromptue. Prévoyant, le Maître de la Ligue ordonna toutefois que le groupe soit précédé d'un éclaireur. Celui-ci se présenta sous la forme d'une grenade, suivie de sa jumelle en version incendiaire. Le quatuor de soldats qui montaient la garde en bas fut aussitôt réduit à l'état de cendres et de morceaux de barbaques rôtis à point.

Malheureusement une patrouille proche de leur position arriva sur ces entrefaites et commença à les prendre pour cible, voulant venger la mort violente de leurs collègues. Le commando Vador se réfugia donc dans l'abri le plus proche qui s'avéra être le laboratoire juste en face d'eux. Leur arrivée fut suivi de cris épouvantés du personnel, plus précisément des laborantins qui s'y était calfeutrer, cris qui finirent vite en râles de douleur et en cris d'agonies.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t5522-ra-s-al-ghul-is-back
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2803
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   Jeu 12 Déc - 23:22

Monsieur Marteau grimpait à toute vitesse les escaliers reliant le 2éme sous-sol au premier, lorsqu'il se retrouva face à un type au costume particulièrement ridicule qui ressemblait à Jeff Goldblum dans le film La Mouche mais ayant baigné dans un pot de peinture. Il s'agissait en fait du plus grand allié de Croc (non pas par la taille, mais par l'importance). Toutefois, les frères Abramovicci ne l'avaient jamais rencontré, et Croc l'avait simplement mentionné en de rares occasions sans le décrire, il ne savait donc pas à qui il avait à faire.

Mais cela n'était rien à côté de la dizaine de militaires qui les braquaient tous les deux avec leur armes automatiques. Voilà qui était embêtant, en temps normal Sergei aurait foncé dans le tas et balancé son marteau à tout va pour leur fracasser le crâne (un autre point commun qu'il avait avec son patron), mais contre 10 militaires surentraînés et armés jusqu'aux dents c'était un chouia trop risqué. Il eut une meilleure idée tandis qu'on lui ordonna de poser son arme et de mettre la main en l'air. Sergei obéit et fléchit les jambes pour s'abaisser et poser son marteau doucement sur le sol. Mais au lieu de se redresser tout aussi doucement pour se faire arrêter comme le bon sous-fifre qu'il était, il avait une autre idée en tête. La vie de son frère était en jeu tout de même, il devait impérativement le sauver, il ne pouvait pas se faire arrêter si facilement. Alors, il décida de se servir du type au costume coloré comme d'un bouclier. En se redressant, il enroula son bras autour du cou de Killer Moth, et le plaça devant lui en le collant contre son corps, ainsi il essuierait les rafales de balle à sa place et pourrait se frayer un chemin vers les escaliers montants.

Mais tout ne se passa pas comme prévu. Au moment où son bras s'enroula autour de la gorge de Moth pour le tirer vers lui, il fut comme contaminé par la malchance et la maladresse de ce dernier. En effet, au moment où il se plaça derrière ce criminel haut-en-couleur, son pied glissa sur une flaque d'eau. Apparemment, la femme de ménage avait passé la serpillère quelques minutes plus tôt et le sol n'était pas encore sec. Il glissa en arrière en emportant Moth avec lui, et se retrouvèrent allongés l'un sur l'autre (le plus maigre sur le plus lourd heureusement), au moment où les militaires pressèrent sur les gâchettes de leurs rafales. Finalement, ils eurent de la chance dans leur malchance puisque cette chute leur permirent d'éviter la rafale de balles qui fusaient à quelques dizaines de centimètres au dessus de leur nez, mais il ne fallait pas perdre de temps.

Sergei poussa Killer Moth sur le côté pour le faire rouler comme un tonneau, et se mit à faire des rouler-boulets à son tour en suivant la même direction que Moth emporté par l'élan. Ces roulades successives les dirigèrent tout droit vers les marches descendantes que Sergei venait de monter. Son allié d'infortune arrêta sa roulade juste devant les marches, mais Sergei le repoussa pour le forcer à les descendre en continuant de rouler sur lui-même, et le suivit une fois de plus. Les deux gusses disparurent alors de la vue et de la ligne de mire des militaires, en roulant le long des marches, se cognant contre les rebords à chaque fois qu'ils descendaient douloureusement d'un cran. Le marteau de Sergei était malencontreusement resté en haut.

=========================================================

Pendant ce temps, l'épaule droite de Killer Croc heurta lourdement la porte de la Centrale pour tenter de la défoncer, sans succès.


"Fait chier !!!"

Il abattit ses deux poings contre la porte en espérant un miracle, mais rien ne se produisit. La porte était verrouillée et, pour une fois, la force ne suffisait pas à l'ouvrir.

"Hey Croc regarde !" fit son sbire en lui montrant un lecteur de cartes magnétiques situé à côté de la porte.

"Il faut une carte pour ouvrir cette porte !... Hey, peut-être que le soldat dans les toilettes en avait une sur lui ? J'vais voir !"

Puis son sbire courut en direction des toilettes d'où ils étaient arrivés, avant même que Croc ne puisse répondre quoique ce soit. Bon, il était temps de jeter un oeil à la carte de la base pour voir où ils devaient vraiment aller, car ils avaient suffisamment perdu de temps. Waylon sortit un bout de papier chiffonné et grossièrement replié, de la poche de son pantalon, et la déplia rapidement et négligemment pour la regarder.

*Hmm, bon on est où là...?* se demanda t-il intérieurement en se grattant le sommet du crâne avec son index.

Après plusieurs secondes, il se rendit compte qu'en fait, il la tenait à l'envers. Il la retourna et mit plusieurs secondes supplémentaires pour parvenir à s'y retrouver.


*Ok... Deuxiéme sous-sol... Les armes sont au premier... Bon bah faut monter, j'aurais dû suivre cet enfoiré d'Abrama... Abromi... Enfin, l'autre là.* continua t-il de penser.

Ce fut à ce moment que son sbire sans importance et qui avait, d'un point de vue scénaristique, environ 85% de chances de crever, revint des toilettes.


"T'en as mis du temps."

"Désolé, j'en ai profité pour... Enfin, tu sais quoi. Bref, j'ai fouillé le garde, et j'ai trouvé ça."

Il lui montra une carte magnétique, mais Croc haussa les épaules en ayant l'air de s'en fiche.

"Laisse tomber, ça sert plus à rien. C'est l'bordel partout dans la base, tant pis pour les caméras et la discrétion, maintenant on trace jusqu'aux armes et on s'taille."

"Ah... d'accord."

"Faut monter." ajouta Croc en tendant la carte à son sbire pour qu'il la prenne, et en commençant à marcher en direction des escaliers.

Il entendit des coups de feu juste au dessus, puis vit deux corps débouler depuis l'étage du dessus, dévalant les escaliers en roulant allongés.


"Essaie l'ascenseur la prochaine fois, ça passera mieux." dit Croc en s'adressant à la masse de muscles qu'il avait reconnue comme étant ce bon vieux Sergei qui était parti sans lui obéir, juste avant.

Puis le regard reptilien du criminel se focalisa sur le deuxième corps qui avait roulé dans les escaliers juste devant Sergei, et il écarquilla les yeux en remarquant qu'il s'agissait de...


"Toi ?!?!"

Bien qu'il aurait dû s'exclamer "Killer Moth" au lieu de "toi" pour la bonne compréhension des lecteurs, il n'en demeurait pas moins surpris de le voir ici.

"Qu'est-ce tu fous là, mon pote ?"

"Désolé Croc, mais on a pas vraiment le temps pour la causette." affirma M. Marteau en se relevant péniblement, le corps endoloris par d'innombrables courbatures dues à cette descente peu ordinaire des escaliers.

Au même moment, les militaires apparurent en haut des escaliers.


"Ils sont là !" s'exclama l'un d'entre eux.

Puis, tous les visèrent à nouveau en tirant sans ménagement. Croc et Sergei parvinrent sans mal à plonger vers deux côtés opposés pour se mettre à couvert des coups de feu derrière les murs qui bordaient l'escalier. En revanche, le simple sbire de Croc, qui n'était pas parvenu à prendre une place aussi importante que ce qu'il aurait voulu dans l'histoire, et dont la probabilité de crever grimpait en flèche à 99%,  resta au beau milieu de la ligne de mire, comme paralysé par la peur, en voyant cette dizaine de militaire tirer dans leur direction. Les rafales cessèrent, et tous les militaires furent contraints de recharger leurs armes, ayant tout vidé un peu trop rapidement. Le sous-fifre restait debout au milieu du passage, tandis que le sol autour de lui avait été troué de toute part par les balles. Un miracle s'était produit : il avait survécu ! Étrangement, aucune balle n'était parvenue à le toucher, peut-être parce que les militaires avaient voulu tirer en priorité sur les autres, ou qu'ils avaient trop bus avant, ou qu'ils ne s'étaient pas suffisamment entraînés dans la salle de tir. Bref, c'était un miracle.


"Bande d'incapables !" s'écria la caporale Birkins qui apparu derrière l'escadron de soldats qui s'écartaient pour la laisser passer.

Surplombant la scène, en haut des escaliers, elle sortit un petit pistolet de l'intérieur de sa longue veste de méchante classe, et le pointa en direction du sbire qui s'appelait en fait Tyler. Au même moment, une musique digne des plus belles musiques de Western d'Ennio Morricone se lança :


http://youtu.be/A0ewLwrhKR8?t=1m31s

Un coup de feu retentit, et Tyler se prit une balle dans le foie. Tout en descendant lentement les marches, Birkins tira un nouveau coup de feu et toucha le poumon droit du sous-fifre. Elle appuya une fois de plus sur la gâchette et une balle vint se loger dans la cuisse gauche de Tyler, le faisant tomber lentement à genoux. Puis, une dernière balle termina sa trajectoire au beau milieu du front de Tyler qui s'effondra lourdement en arrière, alors que la caporale venait d'atteindre l'avant-dernière marche du bas.
Au même moment, la musique s'arrêta brusquement, l'un des militaires de l'escadron venait de décrocher son téléphone portable qu'il avait oublié d'éteindre - et en toute autre circonstance, cela lui aurait valu 3 séries de 50 pompes en punition. Il appuya sur le bouton rouge de son téléphone pour rejeter l'appel, et fit d'un air un peu gêné en regardant ses camarades avec un faux sourire :


"Désolé !"

Ce fut alors le moment idéal pour attaquer, car tous les soldats qui venaient de gaspiller leurs munitions devaient recharger et étaient divertis par leur camarade, sauf la Caporale qui était en bas des marches et donc à leur portée. Croc et Sergei se regardèrent mutuellement, et firent chacun un signe de tête à l'autre, un signe d'approbation qui voulait dire "J'ai compris". Mais comme ils avaient tous les deux effectués ce signe en même temps, la communication résultante était "J'ai compris" "J'ai compris", mais aucun des deux n'avait fait un signe particulier pour spécifier ce qu'il y avait à comprendre. Qu'avaient-ils compris ? Nul ne le saura jamais mais l'essentiel est qu'ils s'étaient compris mutuellement. Aussitôt, ils sortirent de leur cachette, Sergei s'occupait de la caporale pendant que Croc fonçait vers leurs ennemis en poussant un cri guerrier, tel Aragorn au commandement de son armée courant épée à la main en direction d'une marée d'orcs de l'armée de Sauron. Il escalada les marches les unes après les autres avec autant de détermination que s'il s'agissait du mont Himalaya à gravir, et plongea au beau milieu des militaires.

De son côté, Sergei venait d'intercepter le bras armé de Birkins pour le tordre et lui faire lâcher l'arme, puis il lui donna ensuite un coup de boule avant de prendre sa tête dans sa main et de la claquer contre la paroi du mur adjacent à plusieurs reprises jusqu'à ce que des traces de sang repeignent une partie du mur. Juste au dessus, on pouvait entendre une douce mélodie à base d'os brisés, de cris de douleur et d'agonie, et de coups brutaux. Croc était en train de faire son travail, le seul pour lequel il était doué. Quelques minutes plus tard, le colosse à la peau abîmée abattit le marteau de son acolyte contre le crâne du dernier militaire encore conscient, pour le lui fendre. En effet, dans sa bataille, il avait pu récupérer cette arme contondante dont il s'était servi pour les mettre hors-course les uns après les autres. Le combat avait été un tel carnage qu'aucun de ceux qui avaient pu recharger leurs armes n'avait osé tirer, de peur de toucher leurs camarades. Et finalement, ils s'étaient tous retrouvés allongés sur le sol avec plusieurs côtes et membres brisés. Waylon lança le marteau en direction de Sergei situé dans les escaliers, pour qu'il l'attrape, puis s'exclama en direction du deuxième sous-sol :


"Moth, amène-toi ! Puisque t'es là, tu vas pouvoir m'aider à voler les armes !"

Il se rendit alors compte qu'il avait laissé la carte des lieux à Tyler, dont le cadavre était en bas. Celle-ci était tombée aux pieds du sous-fifre lorsqu'il s'était fait tirer dessus.

"Pendant qu't'y es, prends la carte, j'sais plus où on doit aller !"

Ensuite, Croc ramassa l'un des famas à ses pieds, car ça pouvait toujours servir. Sur ses 4 hommes de main, 2 étaient déjà morts, et un était gravement blessé et restait introuvable. C'était dommage, mais il n'y avait pas de temps pour pleurer les morts. Le fait qu'il croise son meilleur allié en ces lieux était une aubaine dont il ne fallait pas passer à côté. Et puis, Drury avait sûrement un plan pour sortir d'ici sain et sauf.



[HRP : Killer Moth => Je voulais t'attendre mais j'ai été obligé de prendre les devants pour poster avant le PNJ. J'ai préféré trouver un prétexte pour te sauver la vie plutôt que de te laisser te débrouiller, mais si tu as un problème avec mes actions et que tu veux que je change des choses, n'hésite pas à me contacter par MP pour que j'édite. ]

_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Unknown

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 18/04/2012
Nombre de Messages : 362
Vous à Gotham : Revenu du monde des morts

MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   Sam 14 Déc - 1:56

-"Et merde..." Soupira Dante.

Un commando fît son apparition dans le bureau où se trouvait le groupe ce qui provoqua cette réaction de la part de Dante. En une fraction de seconde, les mitraillettes des deux camps hurlèrent en recrachant les douilles alors que les balles s'encastraient dans les murs et dans les meubles. Fool et sa bande venait de se jeter par terre en tirant sur les soldats qui avaient fait de même en se mettant à couvert derrière tout ce qu'ils pouvaient. Fool s'était saisi de ses deux pistolets mitrailleurs et arrosaient tout sans savoir sur quoi ou sur qui il tirait. Les soldats restaient à couvert attendant que le feu cesse. Cela servait de tir de couverture pour que Dante ait le champ libre pour passer dans la pièce d'en face qui mène à un couloir. Fool et Amy se retrouvèrent alors seuls, ce qui ne déplaisait pas à Amy même si celle-ci préférait se retrouver dans d'autres conditions. Alors que le "clic" des pistolets mitrailleurs se fît entendre, signifiant que l'arrosage était fini, Mister Freeze débarqua dans la pièce... Qu'avait-il pu faire à ce pauvre Eddy ?


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Du côté de Eddy le manchot.

-"Aaaaah... Achevez moi..."

C'était du côté de Eddy le manchot.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Le tueur masquait s'en foutait totalement. Le criminel glacé pouvait constituer sa nouvelle couverture. En effet ce dernier, grâce à son pistolet de glace construit alors un tunnel pour passer entre les tirs sans se soucier de qui que ce soit, il passa son chemin. Les deux criminels désaxés s'étaient reculés jusqu'au mur pour esquiver le rayon de glace. Chose que certains soldats n'ont pas pu faire, retrouvant leur jambe ou leur bras dans le tunnel... Comme Moise qui a séparé la mer en deux, Freeze a séparé les deux camps pour laisser passer sa propre personne.

-"Houla ! On a eu froid !" Dit l'homme qui n'avait aucun humour.

Mais maintenant, les criminels avaient un problème. Ils étaient coincés dans un mince espace entre un mur de glace et le mur... Ce qui ne déplaisait pas à Amy... Mais Fool apercevant les deux dernière grenades de la jeune blonde trouva alors leur chance de sortie. Dans la création de son tunnel, Freeze avait laissé un mince espace entre le "toit" du tunnel et le plafond de la salle. Un mince espace pourtant assez large pour faire passer une...

-"GRENADE !!!!" Hurlèrent les soldats coincés dans la glace.

L'explosion détruit totalement le mur côté soldat du tunnel. Le mur des criminels, n'ayant plus rien pour le tenir, s'écroula au sol, au milieu de gravats, poussières, morceaux de chairs humaine et autre consistance du corps humain. L'explosion avait fait tremblé l'étage (une fois de plus). Le groupe de soldat d'élite qui avait attaqué le Fool & cie était en partie éparpillé sur le sol. Il y avait a noter quelques blessés qui avaient pu se protéger de l'explosion mais étaient complètement sonnés.

Pendant ce temps, Dante venait d'entrer dans le hall juste avant qu'une dizaine de soldats ne passent à la poursuite d'un duo enlacés haut en couleur et en muscle. Profitant de cette magnifique diversion, l'apprenti psychopathe s'avança pour remarquer qu'un marteau avait été laissé par terre. Après s'être frotté les mains, tel un culturiste de compétition, il saisit le marteau à deux mains et peina à la soulever. Le poids de l'arme faisait qu'elle était simplement impossible à manier pour lui, sans avoir soulevé plusieurs haltères avant. Il jeta simplement l'arme dans les escaliers, sans savoir qui était à l'étage en dessous. Il continua sa route, ne sachant où aller, il entra dans le centre de tir. Il en re-sorti bien rapidement, poursuivi par un soldat en tenue de mastodonte qui attendait là, Famas en main. Dans l'allée pour se diriger vers le Chenil, Dante tirait derrière lui sans regarder, gardant son objectif en visuel mais en cherchant à ce que le mastodonte se mette à couvert et le laisse tranquillement trottiner. Mais jamais rien ne se passe comme prévu et il se prit un tir dans le dos, le forçant à s'écrouler au sol.

-"Fool ! Quand j'ai dit qu'il fallait l'aider, je parlais de Dante !" Dit une petite voix derrière le mastodonte et Dante.

Le psychopathe avait un de ses pistolets mitrailleurs, encore braqué vers Dante et une douille à ses pieds. L'idiot venait de tirer sur son disciple.

-"Haaan ! Mais j'savais pas que c'était Dante !"

Le mastodonte, se fichant de la discussion braqua sa Famas vers les deux protagonistes. Amy riposta en braquant elle aussi sa mitraillette et tira sur le mastodonte qui ne semblait pas vraiment affecté par les balles (normal, c'est un mastodonte) et se contentait de reculer en protégeant son visage avec une main. De son autre main armé, il chercha tout de même à tirer sans viser, agitant sa mitraillette de droite à gauche mais les balles n'atteignaient que les murs. Fool avait profité de cette occasion pour sortir son épée télescopique et la planter dans le ventre du mastodonte. La pointe du sabre subit une forte résistance à cause de la combinaison et ne parvint pas à transpercer le soldat. Un petit morceau de la pointe du sabre s'était planté dans le ventre du mastodonte sous sa combinaison. Ce dernier, bien décidé à ne rien abandonner saisit le sabre pour ne pas que son ennemi ne s'échappe et leva lentement son arme de sorte que le canon du Famas se retrouve sur le masque du tueur.
Mais aucun coup de feu. Le mastodonte se mît à avoir de sérieuses convulsions et s'écroula, genoux au sol. De la fumée s'échappait du trou qu'avait fait Fool dans le Kevlar renforcé. Si cette matière arrête les balles, elle n'arrête pas les lames. Et la lame de Fool laisse passer l'électricité. Dommage pour le mastodonte qui s'écroula finalement totalement au sol, aux pieds du débile de psychopathe. Amy se dirigea vers le corps de Dante qui n'avait toujours pas donné signe de vie. Agenouillé, elle chercha de l'oreille un battement de coeur. Mais ce qu'elle entendit fut :

-"Je le buterai, je le buterai, je le buterai..."

La balle n'avait pas pénétré la veste de Dante. Celle-ci était dans la même matière que celle de Fool. Ce dernier l'a confectionné lui même. Le voilà qui s'approcha de Dante, se grattant l'arrière du crâne d'un air désolé, sachant très bien qu'il n'avait pas tué son apprenti.

-"Désolé ! Je t'avais pas reconnu."

-"Je sais."

-"Tu m'en veux ?"

-"Est-ce que tu m'achèves si je te dis que oui ?"

-"Yep."

-"Alors, non."

-"Cool, alors allons chercher nos précieux."

Le groupe se remit d'aplomb et prit les devants pour chercher son du. Amy se mît devant et à l'aide d'un miroir, à l'angle d'un mur qui donnait sur le chenil elle pu voir les soldats dans l'allée où était les armureries. Six soldats étaient postés là et avaient entendu les coups de feu, ils s'attendaient surement à la venue du groupe. C'était raté pour l'attaque surprise. Mais il restait encore une dernière solution. L'explosion. Encore et toujours, elle sauvera chaque criminel de quelque merde dans laquelle il s'est fourré. Pour faire diversion, afin que les soldats ne tirent pas sur le grenade qu'ils vont jeter, qui risquerait alors de leur péter au nez, Amy leur tirera dessus via son miroir. C'est elle qui a la meilleure visée du groupe. Dante, lui, jette un caillou qui sert d'appât et Fool jette la vraie grenade. Aussitôt le plan préparé, aussitôt exécuté. La jeune et jolie blonde plaça son canon vers les soldats et tira en s'aidant de son miroir. L'effet est direct, les soldats courent se mettre à couvert. Dante joue son rôle et lance un caillou sur les soldats. De peur quelques soldats tirent sur le caillou alors que Fool jette à son tour la grenade qui roule devant les soldats... Mais qui n'est pas dégoupillé !

-"Bordel ! Jin !" Hurla Amy, laissant ressortir son exaspération au détriment de son amour.

Dante sortit de sa cachette et tira sans relâcher la gâchette sur les soldats. Deux s'écroulent, criblés de balle. Fool, voulant corriger la situation se jette à son tour dans la gueule du loup et tire sur les soldats avec ses deux pistolets mitrailleurs. Les douilles tombent en cascade à ses pieds pour ne tuer qu'un seul soldat sur lequel il s'est acharné. Sachant même qu'il était mort, il continuait à tirer sur le corps, le regardant d'un air jouissif se déchiqueter. Amy entre alors en action et tue rapidement deux soldats avant qu'ils ne tirent sur ses alliés mais ne pu empêcher l'un deux de tirer sur Fool qui se prit une balle dans l'épaule, s'arrêtant ainsi de tirer. Le tireur qui a touché le boss de L'ISG ne pu fêter cela, Amy l'acheva juste après de cinq balles dans la tête, le laissant inerte sur le sol.

Amy se jeta sur le Fool pour examiner sa blessure. La balle qu'il s'est pris n'est pas une balle de 9mm. Sa veste l'aurait arrêté. Les balles de mitraillettes peuvent passer sa veste qui a toutefois amoindri l'impact. Jin ne râlait pas et se contentait de ricaner bêtement en se tenant l'épaule qui saignait. La plaie faite par la balle n'était pas profonde. En réalité, la balle n'avait même pas traversé son épaule. Lentement, la jeune blonde écarta la plaie pour en extirper assez facilement la balle dans l'épaule qui fît sursauter le psychopathe comme si on venait de lui faire des chatouilles par surprise. A l'écart, Dante regardait Fool d'un sourire sadique, moqueur, satisfait.

*Bien fait !*

-"Tu dois presser la plaie pour que ta plaie arrête de couler."

Une directive qui signifiait que le Fool ne pouvait plus combattre pour le moment. Une directive qui ne plaisait pas du tout au Fool.
Une directive que Fool se souciait autant que du sort de Eddy le manchot.
Il pressa sa plaie quelques secondes en même temps que le groupe avançait dans le hall de l'armurerie. Puis... Enfin ! Une porte ouverte de l'armurerie leur tendait les bras ! Comme pour leur dire de rentrer ! Fool, bien heureux s'avança mais fût immédiatement stopper par Amy qui le tira en arrière, se mettant dans l'angle mort au cas où quelques soldats se trouvaient dans l'armurerie ne les attendaient. Et bien évidemment qu'ils les attendait ! C'était un piège aussi flagrant que la débilité du Fool. Ou que l'homosexualité de Killer Moth. (Quoi comment ça il n'est pas gay ? S'habiller de couleur vive et se rouler dans les bras d'un mec bien viril et musclé, ça signifie quoi alors ?)

-"Des types nous attendent à l'intérieur." Chuchota Amy au Fool. "On doit être prudent. Faut leur tendre un piège."

-"Hmm... Je vois..."

Quelques secondes de silence suivirent...

-"J'ai un plan !" S'exclama le crétin.

-"Doucement !" Chuchota la plus intelligente du groupe.

-"Déballe."

-"Hmm... Je viens de l'oublier..."

Même les soldats à l'intérieur ont soupiré.

-"Et puis merde ! On s'en fout des plans !" Hurla le Fool en brandissant son épée de son bras blessé.

Amy dut l'intercepter de nouveau. Mais dans son plaquage, elle remarqua quelle que chose que personne n'avait fait remarqué. Deux claymores avaient été préalablement été posés sur les murs de chaque côté, reliés par un faisceau lumineux de couleur rouge. Ce fût le déclir pour la jeune tueuse qui trouva un plan. Après avoir ramassé la grenade que Fool n'avait pas dégoupillé, elle chuchota son plan au groupe que tous approuvèrent. Dante saisit le cadavre du soldat qui s'était prit cinq balles dans la tête sous son bras, les deux autres qui n'avaient plus de munition allaient fouillé les soldats qui étaient morts. Un Famas & un Glock pour Fool et Un Famas plus une autre grenade pour Amy. Une fois que tout était prêt, l'action allait recommencer.

Dante jeta le cadavre du soldat dans l'armurerie, faisant biper les claymores qui explosèrent déchirant le cadavre qui était déjà bien entamé. Les bouts de chairs jonchèrent le sol puis soudainement, six soldats se montrèrent pour aller accoster le cadavre du canon de leur arme. Voilà le plan. Faire croire que l'un d'eux avait passé la porte pour les forcer à se montrer. Les six soldats en vue reconnurent avec difficulté leur camarde mais lorsqu'ils remarquèrent la supercherie et levèrent les yeux vers la sortie de l'armurerie, ils virent une jeune blonde avec une mitraillette dans les mains, pointés vers eux. Les tirs raisonnèrent dans le hall et les soldats furent lamentablement fusillés, se faisant déchirer la chair. Un chargeur pour six messieurs qui s'étaient écroulés les uns sur les autres, formant un tas de corps. En réalité, les grenades n'étaient pas dans le plan. Fool avait peur que les explosions n'abîment pas les précieux qu'il cherche.

-"Bien. Allons y !" S'exclama le boss du groupe, content de trouver ses cadeaux.

Il entra le premier dans l'armurerie en sautillant comme une petite fille, mais son enthousiasme redescendit quand une balle vint lui rafler et briser la partie droite au niveau de la mâchoire du masque laissant apparaître un peu de son visage brûlé. Un soldat était resteé à couvert, au cas où et avait plutôt bien fait. Mais il n'était armé que d'un 9mm et même si il avait repoussé la mort, on ne pouvait éviter l'inévitable. Un second coup de feu retentit alors que le soldat, accroupi derrière une table, les bras allongés tenant un magnifique sig saueur qui crachait ses balles sur la veste du Fool. Ce dernier se contentait de s'abaisser légèrement quand les balles venaient le frapper au ventre, même si elles ne le traversaient pas, la douleur y était. Mais il était habitué et avançait lentement vers le soldat, levant brusquement son épée télescopique pour l'abattre sur les mains jointes du soldat. Ses mains étaient désormais séparées des avant-bras.
Alors que le soldat hurlait, le Fool releva son sabre pour fendre le crâne du pleurnichard en deux, tel un fruit.

-"On peut dire qu'il s'est fendu la poire !"

Alors que cette blague ne faisait rire que lui, du sang fuyait de son crâne, laissant quelques morceaux de cervelle tomber sur le sol. Fool dût mettre un coup de pied en même temps qu'il tirait son sabre pour le décoincer du crâne de sa pauvre victime qui gisait au sol dans une mare de sang et de cervelle. Dante s'avança vers l'armurerie pour aller faire les courses sur les nombreuses étagères où était entreposés les armes. Tandis que Amy, plus soucieuse que d'autres soldats n'arrivent, elle décida de faire un piège aux prochains qui allaient ouvrir cette porte. Avant tout, elle tira sur les caméras qui filmaient la scène. Mais pour le piège, elle enroula la goupille de sa grenade à l'aide d'un fil de nylon relié aux extrémités de la porte d'entrée maintenant fermée. Si quelqu'un venait à ouvrir cette porte, le nylon tirera sur la goupille qui dégoupillera donc la grenade, faisant exploser la grenade. Par conséquent, le groupe était enfermé à l'intérieur de l'armurerie. Fool avait trouvé ce qu'il cherchait. Les plans de toutes nouvelles armes de l'armée. Il n'y avait pas que des mitraillettes, mais aussi des plans de drones et autres machines de guerre. Evidemment, tout cela fût soigneusement saisi et mît dans la poche antérieur de la veste du tueur en série.

Le groupe maintenant enfermé, s'équipa des armes présentes, dernière technologie avec les chargeurs qui vont avec, mais maintenant, la question qu'il fallait résoudre était : comment sortir d'ici ? Ils avaient vaguement fait un plan pour y rentrer, mais pas pour en sortir. Fool comptait sur la chance pour ça. Et Amy et Dante comptait sur Fool.


[HRP/Si ma réponse pose souci, merci de me contacter par MP avant dimanche, avant que Gordon ne poste !]

_________________________________


Fool's thème :

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   Mar 17 Déc - 12:00

[HRP]Aucun problème mon cher allié![/HRP]

Killer Moth prit une profonde inspiration sous son masque verdoyant. Il allait enfin montrer que sa valeur n'avait d'égale que sa noirceur et son entraînement dans la moth-cave allait enfin porter ses fruits, oui, il s'y voyait déjà tandis que les cliquetis des crans de sécurités qui sautaient papillonnaient autour de lui. Un coup de pied, une prise de savate, un hurlement terrifiant. Ses antennes se secouaient alors qu'il rêvait des prises formidable que son corps ne pouvait même pas physiquement réalisé, le tout dans une musique de Hans Zimmer avec des étincelles et des "lens effect" du plus bon goût. Oui, il serait une phalène survoltée qui terrasserait les Goliaths surarmés!

Alors pénétrèrent un demi-phénomène de foire soviétique qui empêcha le criminel haut en couleur de faire plus qu'un lever de bras pour commencer un speech sur la puissance de son arsenal et la supériorité de son intellect. L'individu sembla alors vouloir se rendre... le couard, il allait leur montrer quiglfff... Il saisit la mite au cou avant même qu'elle n'eut fini de penser et le plafond défila devant ses yeux.  Une rafale passa au dessus de leur tête. Killer Moth fut digne et trembla à peine avant qu'on ne le jette comme un journal fraîchement lu. Il tournoya et entraperçu grâce à son septième sens aiguisé (le sixième pressentant à l'avance la facture du médecin), l'approche des escaliers. Il freina en étendant comme un ressort trop longtemps comprimé ses bras et ses jambes et soupira de soulagement, les bords des escaliers avaient l'air relativement pointu et par là-même, dangereux. Il voulut relever la tête pour jauger la situation et lancer sa diatribe mais une force le poussa dans les escaliers.

Chaque marche atteinte donnait lieu à un nouveau bruit de douleur. Gni... Mais sur qui était-il donc tombé? gnouille... Qui... aille... était.... ouh....cet impert....ailllaailllouille..inent? Le cerveau de Drury, lui, ballotait lamentablement et riait comme un beau diable, heureux de se retrouver dans une position habituelle et donc parfaitement maitrisable. Lorsqu'il atteint le dernier palier, il réceptionna un morceau du gigantesque colosse qui l'avait bousculé et renversé comme une canette de soda, pour que sa pulpe ne reste pas ne bas sans doute.

Puis retentit un "Toi?!" qui n'augurait pas toujours de bonne chose, l'intonation était celle de la surprise. Comme s'il avait été une blatte écrasée par une chaussure, Killer Moth fit bouger ses bras comme s'il n'avait réussit qu'à impulser un spasme misérable. La voix lui rappelait quelque chose. Son casque se tourna vers le visage familier quoi que peu rassurant dans la lumière artificielle de pauvres néons dans un couloir obscure. La mite tenta de se redresser pour répondre à sa réponse mais fut immédiatement coupé par l'énorme brute qui confondait escalier et toboggan puis par l'arrivée inopinée de soldats qui firent feu. Quelle manie décidément!

Drury tricota des jambes et se gêna lui-même pour finalement s'écrouler hors de la vue des militaires. Les balles firent sauter le revêtements des murs et ricochaient joyeusement un peu partout. Puis un pauvre bougre, resté en arrière subit le feu d'une méchante un peu trop méchante au goût de Drury, on abat pas froidement un pauvre gars comme ça surtout avec un manteau comme le sien, non, c'était trop de méchanceté affirmée. Elle manquait d'une retenue toute druryiesque qu'il se devait de lui rappeler par quelques remarques assez ampoulées pour illuminer le Noël de Gotham.

Tandis que les regards de Croc et de son camarade volaient au dessus de son crâne pour dire qu'ils s'étaient compris, le mite se releva. Autour de lui l'action se produisit comme une fausse note.

- Jamais m'entendez-vous le crime pur et honnête de cette ville sublime et corrompue ne pourra être vaincu ou renversé car...

Le cri de Croc empêcha à quiconque d'entendre le justificatif.

- ....oui, vous m'avez bien entendu!

Les militaires étaient désormais parfaitement renversés et se réorganisaient dans le feu de l'action.

- Je suis la puissance qui nourrit les âmes, la force qui pousse les Hommes à se dépasser, je suis la Muse du crime et rien ne m'amuse plus que la déconfiture de mes adversaires, je suis l'éternel, l'ultime, l'alpha et l'oméga du crime!

Le bras de Birkins fut tordu avec une force brutale dont seul un type munit d'un seul bras avait le secret.

- Le parangon du mal, l'éternité immobile de la perfection maléfique, le nuage noir au dessus de vos plantations de choux, la bourrasque qui déchire les voile de la Justice et arrache son bandeau, je lui le bouclier brillant de la méchanceté faite homme pour parer le bras vengeur de l'Ordre!

Tous ses ennemis s'effondrèrent au sol, le marteau virevolta et enfin il put achever son monologue que seule la poussière avait eu le temps d'écouter.

- Je suis Killer Moth!

Nah, que ça leur serve de leçon! Puis il fut question d'alliance. OUI! HIN HIN HIN, avec deux génies comme Killer Croc et lui personne ne pourra s'opposer à leur marche triomphale. Il pourrait mettre sa cape au travers de sa sublime silhouette et marcher vers les réserves d'armes tel un empereur romain dans toute sa superbe!

- J'ai d'ailleurs une carte toute annotée des indications du mystérieux individu qui avait écrit à Black Mask! Oui messieurs, rajouta la mite pour se faire mousser, j'ai directement volé l'invitation de notre très estimé Black Mask pour venir prendre sa place. Je suis machiavélique gniark gniark!

Victorieusement la mite sortit sa précieuse carte moth-annotée avec soin puis il la déplia à grands renforts de bruits étranges et la fit tournoyer un temps avant de l'immobiliser.

- Là! Nous sommes ici! Il posa un doigt orange sur la carte. Deux portes nous séparent de l'armurererie! Tiens y'a une faute! J'ai mit trop de "re" à l'armurerie. Et oh, on est pas loin non plus du bureau du général de la base! Dis, ça te dit qu'on aille y taguer mon symbole et qu'on signe ton nom dedans! ça serait trop classe! T'imagine la publicité!

Tandis qu'il proposais son second plan formidable, il sautillait d'un pied sur l'autre.

- Enfin, il secoua une main, allons d'abord chercher les armes, après la base ne nous causera plus aucun soucis! Pour sortir nous passerons par les laboratoires! Ceux-ci ont une conduite de sécurité obligatoire (le bâtiment étant classé dans le cadastre comme normalisé 345-78 de la nouvelle loi de protection de l'environnement voté l'année dernière par le sénateur démocrate Henry Lewinston.) Donc, nous allons pouvoir passer par ses conduites et normalement atteindre l'extérieur de la base ou près d'une zone éloignée de la sécurité. Faudra que l'on s'arme au maximum pour passer au second sous-sol. Prenons tous les badges des gardes que nous ... vous avez neutralisé ainsi nous aurons plusieurs niveaux d'habilitation, ça peut toujours être utile! Maintenant, je pense que l'on peut aller s'occuper de l'armurerie.

Killer Moth se hissa sur la pointe des pieds pour regarder au travers des petits carreaux des portes qui séparaient leur hall vers le couloir qui donnait au chenil. Il ne vit personne. Il allait leur montrer l'efficacité du moth-gang. Il se glissa aussi habilement qu'il le put entre les deux portes qu'il poussa sans un bruit, fit quelques pas à demi-accroupi puis tenta de s'arrêter devant la nouvelle double-porte afin de refaire son petit manège discret. Il perdit l'équilibre et s'écrasa le visage contre la porte à double battant qui s'ouvrit sous son poids, l'autre côté, deux gardes qui tournèrent immédiatement leur visage vers lui.

- Plus un geste!

- IIIIIK, hurla la mite en se dépêchant de reculer tant et si bien qu'il se coinça la tête entre les deux portes. Eurgl...

Paniqué comme de coutume, il se releva, repoussa les portes alors que les gardes se rapprochaient et plongea vers les portes qu'il avait tantôt poussée pour s'écraser comme un moustique dessus. Ses bras cherchèrent de quoi se sauver et il sortit son moth pistolet alors que les pas des deux gardes accéléraient. Ils n'avaient pas encore tiré, mais il ne ferait pas de quartier. Il hurla alors une insulte.

- Cuistres!

Et tira dans l'extincteur. Au mieux il fit un trou dans el mur juste à coté et il continua, il entendit les deux gardes arrêtés de courir. Ils allaient entrer et le transformer en passoire. Il avait fait ça dans un jeu vidéo, suffisait d'un bon brouillard et zou! Il tira une nouvelle fois et cette fois-ci il parvint à le transpercer. Il découvrit avec horreur que l'extincteur n'était pas un extincteur à gaz carbonique mais à mousse. Vous savez, cette mousse qui gonfle pour prendre jusqu'à dix fois sa taille pour étouffer le feu. La masse jaunâtre grossit à vue d'œil et la mite ne bougea pas lorsque les gardes ouvrirent la porte et furent ensevelie avec lui dans une masse cotonneuse qui puait. Killer Moth chercha une solution, hurla comme il le put et tira dans un néon qui explosa. Il commença à courir dans une direction qu'il ne savait pas être celle des gardes et en percuta un qui sombra dans la masse jaune dans un râle affreux. Son collègue, avait mieux reculé et Killer Moth tira dans sa direction dans l'espoir qu'il ne fasse pas de même pour lui. La balle ricocha sur une tuyauterie qui aspergea le garde d'eau bouillante. Il hurla en s'écroulant au sol. N'écoutant que son courage en pareille occasion, la mite lui sauta dessus, se brûla le bras avec le jet d'eau et l'assomma avec la crosse violette de son arme. L'eau empêchait apparemment la masse jaunâtre de progresser d'avantage.  

Essoufflé, brûlé, endolori, un succès du Moth-gang.

- Vous pouvez venir, hurla-t-il à ses alliés, faisait fi de toute discrétion.  Il posa alors une main sur la double porte sécurisée qui menait à l'armurerie. Hin hin hin, nous y sommes presque!

[HRP]Si j'en ai trop fait avec les gardes, n'hésitez pas.[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Mary Marvel

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 25/02/2012
Nombre de Messages : 1597
Vous à Gotham : Ancien James Gordon, toujours là pour vous servir :)

MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   Mar 24 Déc - 0:02

(HRP : Je crois que le Fool à confondu le hall d'escalier Sud du premier sous-sol proche du Parking et le menant à l'armurerie avec l'escalier Nord où se trouve Croc et Moth. Je n'ai pas relevé, car il n'y a pas eu confrontation et donc incohérence, mais les mentions Centre de Tir et Chenil sont à ignorer.
Voici la suite Smile


"Le Docteur Fries."

L'impressionnant individu qui entra dans la pièce ne laissa pas de glace le Lieutenant-Générale Coleman qui réagit immédiatement devant le bras levé du scientifique. Alors que la glace jaillissait de son arme, le militaire se jeta dans le bureau à sa gauche pour ne pas se faire geler sur place.
Il comprit ensuite rapidement que le Docteur ne s'attardait pas à éteindre toutes les vies présentes, mais se rendait déterminé au secrétariat pour se rendre à... son bureau ? C'était évident à présent.
Cette lettre du Générale aujourd'hui et cette attaque était liée. Tous ces morts et ces dégâts pour cette pierre précieuse ? Sa valeur ou son pouvoir devait être phénoménale finalement.

Il n'y avait pas de temps à perdre, il devait neutraliser cet homme avant qu'il ne puisse obtenir l'objet, sans pour autant se comporter comme un stupide héros comme auparavant.

"Central, ici le Lieutenant Général Coleman."

"Lieutenant, la situation a empirée."

"Je sais, ne perdez pas de temps à me faire un rapport. Surveillez comme vous pouvez les terroristes et enclenchez les mesures appropriées.
Je veux aussi que vous déconnectiez le Bureau du Générale. Le courant doit être éteint immédiatement pour que la porte ne puisse s'ouvrir. Suis-je clair ?''

''Oui, Lieutenant, nous faisons cela.''


---------------------------------------------------
---------------------------------------------------

Arrivé au second sous-sol, Ra's et ses hommes se trouvait maintenant dans l'un des laboratoires. Heureusement, la porte de ce dernier avait été laissé ouverte, permettant au groupe de se jeter à l'intérieur à la surprise des scientifiques avant qu'elle ne se referme. Ces derniers s'enfuirent de toutes parts, verrouillant les portes derrière eux.
Les guerriers devaient absolument obtenir l'un des pass qu'ils possédaient sinon ils ne pouvaient espérer ouvrir la plupart des portes de ce niveau.
Dans le hall d'escalier Sud, devant la porte fermée, les militaires demandaient le déverrouillage par radio au Central pour investir et abattre les terroristes présents dans la pièce, mais obtenir l'ordre d'évacuer.

---------------------------------------------------
---------------------------------------------------

Killer Moth et Killer Croc à l'étage au dessus, eux, s'apprêtaient à tomber dans le piège tendu par le Fool surarmé.
Cependant la présence du psychopathe dans l'armurerie ne passa pas inaperçue aux détecteurs qui mirent la base plus en alerte que jamais. L'obtention de cet armement avait affolé le Central qui devait déclencher d'autres mesures.
Inutile d'envoyer d'avantage d'hommes se faire tuer par les terroristes barricadés dans la pièce, il fallait faire évacuer le plus de personnel des deux sous-sol et les blessés avant que ces derniers ne soient noyés dans un gaz soporifique à effet très rapide. Cela prendrait effet dans trois minutes en même temps que tous les accès menant au rez de chaussé et au parking souterrain, escaliers, ascenseurs et portes, ne soit fermés par un épais rideau d'acier.



Récapitulatif :

- Freeze se trouve dans le Secrétariat générale du Premier sous-sol. Le courant est éteint dans le Bureau général, bloquant la porte et l'entrée dissimulée menant à la pièce secrète contenant le coffre.

- Ra's est dans un Laboratoire du Second sous-sol. Toutes les portes sont verrouillées et requiert le pass d'un scientifique.

- Fool, Croc et Moth vont se rencontrer dans l'Armurerie du Premier Sous-sol.

Dans environ 3 minutes, les deux sous-sol vont être gazés et l'accès à la surface verrouillés. A vous de vous dépêcher pour sortir ou trouver un autre moyen.

PS : Il n'y a pas de masques à gaz dans l'armurerie What a Face 
Revenir en haut Aller en bas
Snake

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 16/01/2009
Nombre de Messages : 2803
Autres Comptes : Copperhead
Vous à Gotham : Ex-Killer Fucking Croc !
Citations : Je vais te tuer jusqu'à ce que tu sois mort !

MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   Jeu 2 Jan - 21:00

Après que Killer Croc et Sergei Abramovici aient fait le ménage dans le hall de l'escalier nord du premier sous-sol, Killer Moth grimpa les escaliers pour les rejoindre tout en déblatérant un tas de paroles que Croc jugeait inutiles. En fait, c'était surtout qu'il avait du mal à le suivre, rester attentif aux discours et monologues de son premier allié était un exercice cruel et extrêmement difficile auquel il avait toujours échoué. Il retenu principalement l'idée d'aller taguer les bureaux du général (qu'il jeta dans la corbeille de son cerveau pour l'oublier au plus vite), ainsi que celle de sortir par les laboratoires. Voilà qui était intéressant, Drury avait apparemment déjà tout prévu pour les sortir de ce pétrin, et c'était bien l'une des raisons pour lesquelles il restait avec lui : il était à la hauteur de ses espérances quand il s'agissait de réfléchir. Si Croc était les muscles, Drury était le cerveau, et ensemble, ils pouvaient accomplir de grandes choses. Sur les conseils avisés de leur allié au costume d'insecte, le frère Abramovici et le colosse reptilien fouillèrent les corps des militaires pour leur prendre leurs laisser-passers.

Ensuite, Killer Moth eut le courage de passer devant. Lui qui était le champion de la gaffe et de la malchance, Waylon n'aurait su dire s'il s'agissait de courage, de stupidité, ou encore de tentative de suicide subite mais camouflée. Malgré tout, il le laissa faire, après tout, il était temps que le petit Moth-coconfort devienne un véritable Moth-dardargnan. Autrement dit, qu'il devienne un homme, un vrai, un dur, comme Waylon l'était devenu... à douze ans.

Il passa la première double-porte sans difficulté, Waylon et son acolyte mono-bras le suivirent. Le grand corps malade fut rassuré de constater qu'il n'y avait pas de gardes dans cette partie, non pas qu'il craignait pour sa peau pourrie, mais il n'avait pas envie que Moth se fasse tuer.
Puis vint la deuxième double-porte et déjà elle fut un obstacle. Après avoir passé sa tête dans le couloir menant à l'armurerie en trébuchant, il avait reculé et s'était bloqué la tête entre les deux portes. M. Marteau et Croc, restés en arrière, ne purent étouffer leurs rires devant cette scène ridicule. Toutefois, Croc cessa de rire lorsqu'il constata le sérieux de la situation en voyant les deux gardes situés dans le couloir de l'armurerie au moment où Moth avait repoussé la porte pour s'en dégager et retourner dans la petite pièce à droite du chenil. C'est là que l'action se précipita. Killer Moth, qui s'était extirpé du couloir de l'armurerie en plongeant dans les portes, était une fois encore à terre, et tira dans le mur, sous le regard dubitatif du Croc qui se demandait ce qu'il fabriquait. Le géant lança un regard à son bras-droit (qui n'avait pour ainsi dire qu'un seul bras droit, autant dire que l'expression n'avait jamais été autant appropriée qu'à ce moment là), qui le lui renvoya. Tous deux étaient partagés entre l'idée de lui venir en aide, parce que ça restait un pote quand même, et l'idée de le regarder se débrouiller, par simple curiosité, juste pour voir de quoi il était capable. Incapable de faire un choix dans le peu de temps imparti, ils furent contraints d'opter pour la deuxième solution. En effet, un second coup de feu retentit au moment même où les deux gardes s'apprêtaient à rentrer dans la petite pièce. Un extincteur fut touché, et une épaisse mousse jaunâtre s'en extirpa pour noyer Killer Moth et les deux gardes. Croc et Sergei eurent juste le réflexe de reculer pour ne pas être éclaboussé par la mousse, et se collèrent contre le mur situé à l'opposé des portes. Cette fois, c'était trop tard pour venir en aide à son allié qui pataugeait dans la mousse en compagnie des deux gardes. Un troisième coup de feu retentit, un néon fut touché et la pièce fut plongée dans le noir. On entendit ensuite le bruit de deux corps s'entrechoquant puis un autre coup de feu, un bruit de jet d'eau, des cris, des coups... Et puis plus rien, si ce n'est la respiration haletante du vainqueur qui leur dit de venir.

Voilà qui était plutôt impressionnant, pour un gringalet. Enfin, c'était ce que pensait Killer Croc, alors qu'il enjambait les corps des soldats trempés dans la mousse pour rejoindre le couloir menant à l'armurerie, suivi de près par M. Marteau.


"Bon on va pas y passer le réveillon !" s'exclama ce dernier en poussant légèrement Moth sur le côté pour entrer le premier.

"On prend les armes et ensuite on retrouve mon frère !"

Il posa son imposant marteau sur le sol, verticalement (tête vers le bas), et sortit quelques badges qu'il avait piqué aux gardes. Il les testa les uns après les autres, mais aucun ne fonctionna, et le lecteur de cartes persistaient à leur afficher une alerte rouge : "Accès refusé : laisser-passer A38 nécessaire."

"Qu'est-ce que ça dit ?!" fit Croc.

"Il veut un laisser-passer A38."

Croc fouilla dans ses poches de pantalon pour regarder les badges des gardes qu'il avait pris, mais aucun d'entre eux ne portaient la mention A38.


"Nom d'un p'tit bonhomme en mousse ! Y a pas un seul de ces crétins foutus d'avoir ce LAISSER-PASSER A-TRENTE-HUIIIIIIIT !!!!!" hurla t-il avant de taper furieusement son poing contre le mur, ce qui le fit trembler.

"Petit bonhomme en mousse... Mais oui ! La mousse ! Ces deux gardes dans la mousse, ils venaient de l'armurerie, donc ils doivent avoir ce badge non ?!"

Croc resta silencieux quelques secondes en observant son bras-droit d'un air sérieux, avant de rétorquer :

"T'es pas con en fait."

On dirait pas comme ça.
Sur ces mots, Sergei se précipita vers les gardes pour fouiller leurs poches baignant dans la mousse jaune, et après quelques secondes, dénicha la clé du trésor. Aussitôt, il se rua vers l'une des portes de l'armurerie, passa le badge devant le lecteur, et eut une lueur de joie dans les yeux lorsqu'il lut la mention verte :
"Accès autorisé."

"Allons-y !"
s'exclama t-il au moment où la porte sécurisée entama son ouverture.

Sergei Abramovici se rua à l'intérieur et...


BOUUUUUUUUM !!!!!!

"AAAAAAAAAAAARGH !!!!!"

Une explosion retentit juste à l'ouverture ! La porte avait été piégée, et Sergei se l'était prise de plein fouet !
Croc plissa les sourcils d'un air soucieux. C'était pas normal... Pourquoi piéger la porte de l'armurerie ? Cela n'avait aucun sens pour les soldats. A moins que...


"On est pas les premiers." affirma t-il d'une voix grave et d'un ton sombre, à l'attention de Killer Moth.

M. Marteau était allongé sur le sol, hurlant à la mort.


"AAAAAHHH !!! MON BRAAAS !!! MON BRAAAAAAAS !!!!"

Croc jeta un coup d’œil à son lieutenant et soupira longuement avant de lui adresser la parole.

"Abruti, t'as rien du tout ! C'est l'autre côté qui est touché."

En effet, M. Marteau avait été très chanceux. La grenade avait explosé sur son côté gauche, là où justement il n'avait pas de bras. S'il avait encore été siamois à cet instant précis, son frère aurait été tué. Et s'il avait eu un bras gauche, ce dernier aurait été réduit en charpie. Mais fort heureusement, les dégâts étaient réduits par sa malformation. Tout son côté gauche était en sang et partiellement brûlé, et la cicatrice de la séparation avec son frère s'était rouverte... Mais il n'avait pas perdu de membre.

Passablement énervé que quelqu'un soit arrivé ici avant lui, Killer Croc entra à son tour dans la pièce, de façon imprudente mais en pointant malgré tout le fusil d'assaut qu'il avait piqué à un militaire vers l'intérieur de la pièce. Au travers de la fumée encore présente suite à l'explosion, on ne pouvait apercevoir que sa silhouette. Sa large silhouette, si particulière, si unique, reconnaissable entre milles... Et c'était probablement pour cette raison que les gens présents dans la salle ne tirèrent pas tout de suite. Car cette silhouette, ils la connaissaient, et ils la connaissaient même très bien.

Croc fit quelques pas à l'intérieur de la pièce tandis que la fumée finit par disparaître. Il balaya la pièce du regard : le sol était jonché de cadavres, mais il ne s'y attarda pas. En revanche, face à lui, il y avait trois visages, et ces trois visages, il les connaissait. Qu'elle ne fut pas sa surprise en voyant les anciens membres de son gang, planqués derrière des tables et des meubles et pointant leurs armes sur lui. Mais malgré une légère expression d'étonnement qui put se lire dans son regard, le reste de son visage resta plutôt impassible. Pas de sourire sur ses lèvres, pas de colère lisible sur ses traits. Il lança d'abord un regard insistant à Dante, puis tourna la tête vers Amy située de l'autre côté, avant de rester bien évidemment figé sur le Fool. Puis il leva son fusil d'assaut pour poser le canon sur son épaule et ainsi montrer ses intentions pacifistes.


"Tiens donc. Si j'm'attendais à t'voir là..."

Avec le Fool, il fallait rester prudent, on ne savait jamais sur quel pied danser. Même pour Croc, c'était impossible de prévoir ses réactions, de savoir à l'avance ce qu'il allait faire. Il pouvait très bien décider de l'exécuter ici et maintenant... Mais Waylon ne pariait pas trop là-dessus. En fait, il espérait que le Fool ne trouve pas cela suffisamment drôle ni épique pour le faire.

Il fit un signe de tête en direction de Moth pour le présenter à ses anciens camarades, et ajouta :


"Il manqu'rait plus qu'ce bon vieux Ventriloque, et la Dream Team s'rait au grand complet."

Bien que cela pouvait être pris pour de l'humour, Croc restait très sérieux dans sa façon de parler, et son ton était toujours aussi sombre. Sa réplique était bien sûr une référence à l'époque glorieuse de leur bande, et de leurs succès en compagnie de Killer Moth et du Ventriloque, à Amusement Miles puis Little Italy.
Au moment même où il avait dit sa dernière phrase, Waylon s'était rendu compte qu'il s'était trompé : il manquait quelqu'un. Catgirl, où avait-elle bien pu passer ? Était-elle morte ? Avait-elle quitté le Fool comme lui ? Il n'avait plus eu aucune nouvelle d'elle depuis qu'il s'était séparé du Fool, mais il devait probablement y avoir une bonne raison à son absence.

La situation était extrêmement tendue, car ils ne s'étaient pas quitté en bons termes la dernière fois. Malgré tout, l'eau avait coulé sous les ponts, Croc n'en voulait plus autant au Fool, il s'était contenté jusque là de l'ignorer, et il n'avait pas particulièrement envie de le tuer. Mais il savait que ça ne tournait pas rond dans la tête du masqué, et peut-être que ce dernier avait moins bien pris les choses que lui. Croc savait qu'au moindre mot de travers, Fool pourrait avoir envie d'appuyer sur la gâchette. En fait, il savait qu'il n'avait même pas besoin de dire un mot de travers pour cela. Et il savait aussi qu'Amy et Dante le suivraient jusque dans la mort et n'auraient aucune pitié pour leur ancien allié. Raisonner un fou était quelque chose de particulièrement dangereux et hasardeux, et jouer sur les sentiments en lui rappelant la bonne époque serait une perte de temps, puisque le Fool était dépourvu de sentiments.


"Bon... On est bien emmerdé là. Alors... On fait comment ?"

Avant que son allié ne puisse répondre, la radio de l'un des gardes morts et situé non loin de Croc se mit à grésiller, et une voix se fit entendre.

"Alerte Rouge ! Alerte Rouge ! Activation du protocole 106 ! Je répète, activation du protocole 106 !"

*Protocole 106 ? Ils vont sûrement envoyer du renfort !*
pensa Croc.

Il reprit aussitôt la parole :

"En fait, j'vois deux solutions. Killer Moth a un moyen sûr de sortir d'ici sain et sauf, alors... Soit tu t'joins à moi, on vous fait sortir, et tu partages c'qu'il y a ici, façon 50-50. Soit tu partages pas... Et alors on s'entretue, si l'armée qui va venir en renfort d'ici quelques minutes s'en charge pas avant."

Il plongea son regard sombre dans les yeux du Fool qu'il voyait au travers de son masque, le fixant droit dans les yeux, alors que la tension était à son comble. Puis, il descendit lentement son bras droit qui tenait le fusil d'assaut pour pointer directement le canon en direction de son ancien allié et meilleur ami, avant de conclure d'une voix froide, sombre et caverneuse :

"Décide."


[HRP : Je me permets de poster car les 3 jours d'attente pour Ras et Freeze sont écoulés, et Fool m'a donné l'autorisation de poster avant lui. ]

_________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Unknown

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 18/04/2012
Nombre de Messages : 362
Vous à Gotham : Revenu du monde des morts

MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   Sam 18 Jan - 17:23

[Hrp : Ra's a dépassé ses deux jours qu'il nous a demandé. Voici donc mon post.]

En quelques secondes, les trois vaillants malades mentaux s'étaient équipés avec ce que proposait l'armurerie où ils étaient. Et il y avait du choix. Des mitraillettes, lourdes ou légères, des fusils à pompe, des fusils de sniper, des grenades tactiques ou explosives, des revolvers,... Mais avant toute chose, il prirent les lourds sac à dos des soldats morts au combat qu'ils vidèrent pour le remplir une nouvelle fois d'armes en tout genre. Fool avait choisi un fusil à pompe d'assaut. En effet, ce fusil à pompe permet de tirer une dizaine de balle jusqu'à 50 mètres sans recharger, les munitions qui vont avec, un revolver dernier cri dont on ignore totalement le nom et plusieurs grenades tactiques dont des grenades IEM et des grenades flashs. Dante avait choisi la mitraillette légère avec deux pistolets mitrailleurs et plusieurs semtex accompagné de beaucoup d'explosif qu'il mit dans son sac. Amy prit alors la mitrailleuse lourde et deux revolvers. Le sac à dos servait à mettre plusieurs autres armes que seul Fool et Amy savaient détachés pour faciliter l'emplacement dans le sac. Les plans des armes étaient bien cachés dans la veste du tueur masqué pour qu'il puisse les remonter par la suite. Une fois les sacs, pleins, les trois tueurs se devaient de sortir d'ici et d'ignorer le poids du sac.

-"ça fait son poids."

-"Une autre plainte et on te laisse ici !" Dit joyeusement le sociopathe masqué.

-"Je faisais juste une remarque."

-"C'est une plainte que je viens d'entendre ?"

-"Mais..."            BOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOM

L'explosion coupa court à la conversation. Quelqu'un était tombé dans le piège. Dante et Amy braquèrent leurs armes vers la sortie complètement défoncé par l'explosion, laissant échapper un peu de fumée. De là, on entendait un hurlement grave, celui qui était touché surement. Puis une autre voix se fît entendre, à peu près aussi grave... Cette voix lui était familière... Son fusil à pompe sur l'épaule, il s'avança d'un air nonchalant alors que ses deux acolytes étaient restés à l'arrière, fusil à l'épaule, prêt à tirer. Une énorme silhouette fît son apparition dans l'épaisse fumée. Fool leva un bras pour ordonner à ses acolytes de ne pas tirer. Ce n'était pas des soldats. La fumée se dissipa et c'est avec un sourire niais derrière son masque blanc que Jin vit son ancien camarade de combat entrer dans la salle. La dernière fois, ça a failli mal finir, tout cela à cause d'un énième coup de folie de la part du cinglé mélangé au caractère agressif de Croc. Il n'eut pas un mot pendant quelques secondes, seulement le craquement provenant des morceaux de mur et de porte sous le poids du colosse de l'ombre ainsi que du Fool qui faisait craquer sa nuque en penchant sa tête d'un côté et de l'autre.

"Tiens donc. Si j'm'attendais à t'voir là..."

Seul un petit ricanement fût la réaction du cinglé. Apparemment, Croc n'avait plus de colère comme la dernière fois, il affichait une claire indifférence. Le canon sur son épaule, il ne comptait pas faire de fusillade. Fool non plus. Croc ne lui rappelait que de bons souvenirs malgré leur dure séparation. C'est avec lui qu'il a vécu les plus grands délires de sa vie. La fondation du gang ou l'attaque à Amusement Miles et les effusions de sang... C'était un bon souvenir qu'il conservait. Depuis leur séparation, la vie de Fool était devenue un peu plus morne. Certes, il n'avait plus d'argent et devait refaire les caisses, ce qui n'était pas toujours amusant mais avec Croc, c'était autre chose. Croc est clairement l'anti-Fool par excellence, il est son opposé. Sérieux, il sait garder son objectif en tête et fait tout pour y parvenir. Fool, complètement cinglé peut changer d'avis sur un coup de tête. D'un côté l'un complétait l'autre. C'est sans doute pour cela qu'ils formaient un duo formidable.

"Il manqu'rait plus qu'ce bon vieux Ventriloque, et la Dream Team s'rait au grand complet."

-"Aah... Cet enfoiré avec son cheveu sur la langue... On en entend plus parler depuis Little Italy. C'est triste."

C'est peu être triste, mais Fool n'en ressent pas le moindre sentiment. Pour lui, c'est juste un allié qui lui distribuait des armes et qui l'aidait dans ses conquêtes. Qu'il soit parti ou qu'il soit mort, ça revient au même : il s'en fout totalement. Dante et Amy avaient arrêtés de braquer leurs armes en direction de leur ancien chef et se contentait de maintenir le canon en direction du plafond. Croc n'avait pas l'air de savoir comment s'y prendre avec son ancien ami, lui demandant ce qu'ils devaient faire. Et par là, il voulait savoir si ils s'entre-tuaient tous dans cette salle ce qui serait complètement idiot ou alors qu'ils coopéraient, à l'ancienne. Mais avant que Fool ne puisse répondre, une alarme fût donné.

"Alerte Rouge ! Alerte Rouge ! Activation du protocole 106 ! Je répète, activation du protocole 106 !"

-"Oh ooooh..."

"En fait, j'vois deux solutions. Killer Moth a un moyen sûr de sortir d'ici sain et sauf, alors... Soit tu t'joins à moi, on vous fait sortir, et tu partages c'qu'il y a ici, façon 50-50. Soit tu partages pas... Et alors on s'entretue, si l'armée qui va venir en renfort d'ici quelques minutes s'en charge pas avant."

Le regard de Fool se porta alors sur l'énergumène orange et vert. Il était certain de l'avoir déjà vu quelque part mais où ? En fait, Killer Moth l'a aidé dans plusieurs guerre dont celle de Amusement Miles et celle de Little Italy. Il détourna son regard sur les autres hommes de main du Croc, restant totalement absent face à son ancien ami, laissant un petit silence alors qu'il venait de lui donner l'ordre de choisir entre s'entretuer ou de s'entraider. Mais bon, le cerveau du sociopathe ne fonctionnait pas correctement, fallait juste être patient qu'il revienne à la réalité. Après s'être moqué intérieurement de Mr.Marteau qui était blessé du côté où il n'avait pas de bras, il tourna ses yeux vers ceux du Croc.

-"On accepte l'entraide. Mais à une seule condition..."

Il laissa un petit moment de suspens, laissant le temps à tout le monde ce qu'il pouvait demander en plus qu'une voie de sortie de cet enfer.

-"Je veux que vous nous aidiez à sortir d'ici."

C'est exactement la condition que Croc avait posé ! Fool confirmait une fois de plus son surnom. Le con. Ne soyons pas timide à ne pas oser dire de gros mots, son surnom ne veut pas dire "Crétin" mais "Con". Dante baissa les yeux, un peu honteux et s'avança vers son chef en même temps que Amy qui avait gardé un visage sévère devant le canon que pointait Croc sur l'amour de sa vie. Elle s'imaginait déjà en train de vider son chargeur sur l'homme reptile et sa bande si il venait à tirer sur Fool. Ce dernier tourna le dos à son ancien ami et se dirigea vers les armes qu'ils n'avaient pas volé avec lui. Il saisit les armes d'une main et les lança vers le groupe qui venait de s'allier à eux.

-"Allez, hop ! Hop ! Hop ! On a pas le temps de tergiverser, il faut se barrer avant qu'on ne puisse plus sortir d'ici !"

Armés jusqu'aux dents, le groupe de Fool se dirigea vers la sortie et s'y arrêta, le temps d'attendre Croc et sa clique qui s'armaient eux aussi, prêts à en découdre avec ceux qui oseraient lui faire de la résistance, comme il a toujours fait.
Un duo venait de se reformer, peut être juste le moment de sortir d'ici mais au moins, ils partageraient autre chose ensemble. Une fois que Moth, Croc et ses sbires étaient prêts, le groupe sortit de la pièce alors que la sirène sonnait, répétant le protocole 106. Fool tourna la tête vers le criminel coloré.

-"On te suit l'ami."

_________________________________


Fool's thème :

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Quête : Army Presents   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quête : Army Presents

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» army builder(bien foutu en plus)
» Primer jaune army painter à vendre [vendu]
» Army Builder Légal
» SAINT SEIYA TRAD CARD GAME ONLINE ARMY OF THE GODS
» Mauritania: Un Autre Coup d’Etat…Qui Nous Ressemble

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Gotham Outer :: Zone industrielle-