RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 [Event Hellgate Gotham] Chapitre 5: Bird, Monsters & Madness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 5: Bird, Monsters & Madness   Ven 21 Juin - 2:43

Iceberg Lounge
21H00
24H00 après l'attaque de l'aciérie

__________________________________

Le Lounge, restaurant et musée bien connus de la ville, à la fois lieu public, fief et forteresse du richissime Oswald Cobblepot, issu d'une des trois grandes familles ayant contribuées à la construction de la majestueuse Gotham City. Comme chaque soir, le Lounge ouvrait ses portes aux plus riches et fortunés de cette ville pécheresse en prenant soin de sélectionner uniquement ceux pouvant contribuer à la réputation de ce lieu étroitement surveillé par le G.C.P.D et le Bat-Clan.
N'importe qui connaissant assez bien Oswald Cobblepot, savait d'avance de quoi le bonhomme était capable: Gestionnaire de musée, dirigeant d'un restaurant 5 étoiles, il était aussi un des criminels les plus avisés et des plus prudents, sa gardant bien de déployer ses plumes alors que le personnel était présent.
En règle générale, l'influent homme d'affaire se faisait présent à ses propres soirée, histoire de calmer le feu de la criminalité et surtout, pour calmer le Batman et sa clique qui commençaient sérieusement à lui courir sur les nerfs.

Mais ces derniers temps, les affaires marchaient plutôt bien, aussi bien dans un sens que dans un autre, et Oswald confiait, en homme avisé, certaines petites missions à ses deux seuls hommes de mains à qui il faisait confiance...Enfin, à l'homme et à la femme....plus connu sous les surnoms de Bossworth et Lark, son chauffeur qui était une femme plutôt douée pour le combat et le maniement des armes à feu.
En parlant d'armes à feu, on pouvait dire qu'Oswald avait dernièrement fait une belle affaire avec un groupe d’extrémistes qui flottaient maintenant dans les courants froids de la ville. Ils avaient de la marchandise intéressante, et des idées séduisantes mais l'oiseau de proie avait vite compris qu'une étrange entourloupe à son égard se préparait. D'un point à un autre, il avait finalement mené l'affaire à sa manière et avait empoché le beurre et l'argent du beurre....En soit, cela avait été une très bonne semaine pour lui.

On pouvait aujourd'hui dire qu'en cas de soucis, Cobblepot était paré pour la guerre car ses armes se comptaient par centaines dans les salles de stockages: Glocks à gogo, AA12 automatiques, quelques AK47 flambants neufs sans oublier les nouveaux modèles de fusils à pompe, des Saiga-12 destructeurs capable de passer des gilets pare-balles sans problèmes. A cela se rajoutait l'attirail des armes qu'il possédait déjà: MP5, Beretta 9mm, son lance-grenade personnel RG-6 à barillet pour des tirs multiples.
Sa plus belle pièce, c'était quand même cette sublime Gatling qui trônait au milieu de tout cela. Véritable bijou de mort, cette arme chromé de type M-134 était le genre de joujou capable de décimer un bataillon entier entre des mains expertes.

Mais ce soir, Cobblepot avait plus intéressant à faire. Il avait donc confié la surveillance des troupes à Bossworth, ce dernier devant impérativement l'appeler en cas de léger soucis. Pour le moment, il allait se mêler aux invités et profiter de la performance musicale de son invitée, Miss Gloria Rivers, qui avait acceptée de venir chanter dans le luxueux établissement d'Oswald....Une semaine parfaite, comme il aimerait en vivre plus souvent.


________________________________
Arrière du Lounge
Au même moment


Davy en avait marre de se geler les couilles dans ce foutu froid. Pour un mois d'été, cette vague de froid était clairement la malvenue et tout de suite, son attention venait de se porter sur Victor Fries, le glacial savant. Dans sa tête, il ne pouvait y'avoir que lui pour influer sur le temps et mettre le boxon à Gotham d'une telle manière.
Il aurait aimé être de garde à l'intérieur, mais Bossworth avait décidé de le foutre ici, là ou personne ne venait jamais. Il se demandait pourquoi le Pingouin avait eu cette idée de con à transmettre à l'autre tordu en costume de serviteur, mais bon....c'était mieux que de se faire flinguer, se disait il.

Enfin, au moins, il n'était pas seul ce soir. Rico, Isaac et Gabe étaient assignés avec lui. Au moins, il ne se gelait pas les couilles tout seul.
Comme chaque demi-heure, il faisait un rapport à son patron et à Bossworth pour signaler que tout allait bien. D'ailleurs, c'est ce qu'il fit alors qu'il attrapait son talkie pour parler sur la fréquence numéro 12, celle qui arrivait à la fois au bureau du Pingouin mais aussi au talkie du géant à la peau d'ébène.


"Unité 6, rien à signaler. Tout est calme. Terminé."

Oui....tout était calme...pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 5: Bird, Monsters & Madness   Dim 23 Juin - 17:53

C'est donc après cette semaine particulièrement fructueuse que Cobblepot se détendait avec ses invités dans son Lounge. Evidemment, en vérité, il travaillait, feignant la courtoisie pour s'attirer les bonnes grâces des personnages importants à qui il versait quelques généreux pots-de-vin. Rester amical pendant les affaires permettait de mieux digérer la corruption et d'oublier presque que ce que l'on faisait était immoral. Oswald n'essayait pas de se convaincre lui-même, mais plutôt ses clients, qui étaient donc plus enclins à rentrer dans ce système illégal.


Chesterfield travaillait, certes, mais toute cette mascarade, cette mise en scène, ce masque qu'il affichait, étaient devenus un jeu pour lui. Il adorait plus que tout voir à quel point les gens étaient manipulables, les regarder, derrière leurs principes et leur morale à deux balles, soudainement perdre la mémoire lorsque la magie des billets s'offrait à eux. Le Pingouin avait déjà réussi à se mettre deux nouveau flics dans la poche, un juge de la cours suprême et trois investisseurs étrangers. 


Personne ne faisait ce travail mieux que lui, arriver à maquiller le diable pour en faire un ange. Aucun de ses invités ne pouvait se douter de ce qu'il se passait réellement dans le musée : le fait que les salles de tortures étaient pleines dans les sous-sols, cachant les hurlements derrière des murs insonorisant, le fait que les caves d'Oswald cachaient un arsenal capable de fournir une armée entière, le fait qu'un monstre zombie gigantesque était enfermé juste sous leurs pieds, caché par l'immense iceberg qui émergeait du milieu de la salle, rendant l'ambiance du Lounge encore plus unique. 


Solomon Grundy s'était tînt silencieux depuis plus de deux ans maintenant, tout simplement parce qu'il était mort. Ne supportant plus le boucan qu'il causait et qui faisait fuir les clients, Cobblepot avait trouvé une solution des plus radicales : il avait privé la créature d'énergie jusqu'à ce qu'elle ne succombe, telle une pile à plat. Mais Chesterfield ne se serait pas séparer d'un si précieux élément de la sorte et c'est pourquoi il tenait toujours dans une poche de son manteau, une télécommande. S'il pressait le bouton, la centrale électrique qui se situait juste en dessous du Lounge s'activerait et donnerait un coup de jus fantastique au vieux Frankenstein pour le tirer de son sommeil. Une arme telle que lui pouvait s'avérer être un argument de poids lors de négociations et de concours de menaces. 


Ainsi, la soirée, bien que seulement entamée, avançait rapidement. Elle était particulièrement pour Oswald, car le nombre d'invité de marque présent était très important. C'était d'ailleurs pour cette occasion qu'il avait fait venir Miss Gloria Rivers, histoire de rendre l'ambiance de l'établissement un peu plus exceptionnelle. Toute cette activité l'empêchait de prendre en main la surveillance militaire (oui, c'était bien le mot adéquat) du musée. Etant donné que le musée avait fermé ses portes, une très grande partie des troupes du Pingouin y montaient la garde, patrouillant dans les différents couloirs. 


Les autres "soldats" en activité surveillaient soit le Lounge, déguisés en membres du personnel, une arme sous la serviette, soit les alentours du repaire de Cobblepot, postés à des endroits stratégiques (toit compris) pour que chaque parcelle de terrain soit surveillée. Chacun pouvait, à tout moment, prévenir Bossworth d'un quelconque problème et ce dernier informerait ensuite Oswald. Lark, quant à elle, restait à proximité de Chesterfield, assurant sa sécurité rapprochée. Ces deux personnes étaient les deux seuls êtres humains en qui il avait placé sa totale confiance, autant qu'envers ses animaux de compagnie.


A cause de toute cette activité, le Pingouin n'avait pas le temps d'identifier un goût qui se cachait dans un coin de sa bouche : un mauvais pressentiment... La semaine ne s'était-elle pas "trop" bien passée, cela pouvait-il n'être que le calme avant la tempête? Mais Oswald n'avait pas une seconde à lui pour réfléchir ou même prendre connaissance de cette idée et c'est le sourire au visage qu'il accueillait toujours plus de monde.


Monsieur le maire! Venez donc vous joindre à nous, la soirée s'annonce être des plus fantastiques!


Jamais, de toute sa vie, il n'avait eût autant raison...
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 5: Bird, Monsters & Madness   Lun 24 Juin - 19:13

Oh oui, la soirée s’annonçait vraiment fantastique. Mr le Maire, Hamilton Hill, était de la partie ce soir. Dans le cas de ce ventripotent personnage au physique et à la graisse si semblable à celle de l'homme d'affaire, on pouvait clairement parler de pourri corrompu qui avait roulé sa bosse grâce à Rupert Thorne. Mais il y'avait une éminence grise derrière tout cela et bientôt, les gens découvriraient que Hill n'était qu'un pion comme un autre, à la manière du mafieux et de nombreux autres qui se disaient maitres de leur destinée.

"Haa, mon cher Oswald, c'est une bien charmante soirée comme je les apprécie toujours lorsque je me rends chez vous."

Serrant la main au gérant du Lounge, il s'approcha doucement de son oreille pour lui murmurer une autre phrase, à peine audible, mais qui serait le grand secret des deux hommes.

"La somme a bien été versée sur votre compte, comme convenu. C'est toujours un plaisir de faire des affaires avec vous."

De quoi parlaient ils? Personne ne le saurait mais de près comme de loin, ils semblaient se comporter, non pas comme des hommes d'affaires mais plutôt comme des amis. Bien sûr, la bonne ambiance du moment pouvait fausser le jugement mais comment en vouloir à la populace qui frayait dans ce lieu de luxe?

Pour tous, y' compris les employés, voir Cobblepot de bonne humeur était réconfortant et au moins, il pensait bien moins à les envoyer en bas avec Grundy, comme il faisait un peu trop souvent, comme à l'époque d'Arkham City, qui avait aussi existé dans cet univers.
De toute manière, la guerre était terminée et la fois où le propriétaire du Lounge avait envoyé un employé faire un tour en bas, c'était le jour où Grisby, un type âgé de la quarantaine, rouquin aux cheveux longs, avait vendu des informations à la "catin" du Joker. Inutile de vous dire de qui il s'agissait. C'était le même jour où un autre type imposant, un certain Lester Kurtz avait fait son apparition. Baraque musclée au look de motard, sa première mission avait été un semi-échec. Pourtant simple, il devait mettre la main sur une cargaison d'arme des Tygers mais avait jugé bon de la faire sauter pour sauver les employés de Cobblepot et ainsi, éviter au Joker un avantage.
Ce qu'on pouvait dire, c'est que Kurtz avait évité de justesse la visite de Grundy et avait eu la présence d'esprit de se tirer le soir même après avoir sonné 3 hommes lourdement armés et équipés de kevlar.

Bien sûr, nous savions tous de qui il s'agissait, mais le Pingouin ne le sut jamais.

Le maire en profita pour présenter une vieille amie, selon ses dires, une bien belle jeune femme brune aux cheveux court, égérie et dirigeante d'une ligne de mode, dont le visage n'était pas inconnu. Évidemment, à son apparition, de nombreux visages se tournèrent en sa direction, et même Gloria, en train de chanter, ne pût s’empêcher de porter son regard sur la beauté de celle venant d'apparaitre dans une magnifique robe noire....Cassandra Raven, dirigeante de Strega Entreprise, spécialisée dans la mode, et ayant reprise la firme après la mort de Sir Richard Spencer 3, décédé à l'âge de 78 ans.
La jeune femme à la beauté immortelle était une énigme pour beaucoup. On ne savait presque rien de son passé mais elle était apparue il y'a un peu plus de 15 ans et avait débutée comme égérie, du moins, c'est ce qu'on disait d'elle. Puis, elle a rapidement gravis les échelons, monter les grades pour finalement obtenir la place de Lord Spencer qui lui avait confié sur son testament, la direction de Strega Enterprise. Lors de sa reprise, la jeune femme était parvenue à multiplier le chiffre d'affaire par 3 en à peine quelques semaines et s'était imposé dans le monde de la mode en écrasant médiatiquement et financièrement tous ses rivaux, jusqu'à devenir la seule et unique fournisseuse parmi l'élite.


"Oswald, mon cher, je crois que vous connaissez déjà Miss Raven"
"Mr Cobblepot, c'est un plaisir de vous connaitre. Hamilton m'a beaucoup parlé de vous."


_____________________________________________
Pendant ce temps, dehors.

"Ouais, t'a vu ça.?? T'a vu cette bombe?"
"Ouais, tu m'étonnes. Un vrai canon, malgré les années."
"On dit que le temps ne semble pas l'affecter."
"Mon cul, ouais, la chirurgie esthetique, ca fait des miracles."
"Ou t'a vu qu'elle avait été retouchée, pignouf. Ces obus, c'est du 100% naturel"
"C'est sur que toi, niveau obus, t'en connais un rayon, hein?"
"Pas comme toi qui passe tes journées à te tirer sur l'elastique, mon gars."


Ce qu'on pouvait dire, c'est que l'arrivée de Cassandra Raven n'était pas passée inaperçue parmi les gardes de Cobblepot. Gardes du corps, sublime limousine et surtout, corps de rêve pour cette jeune femme, on pouvait dire qu'elle attisait les désirs des hommes et aussi des femmes de Gotham. Une beauté interdite aux profanes, destinée à une seule race: Celle de l'élite.
Parmi les hommes de Cobblepot, jalousie et désirs se mélangeaient mais tous aboutissaient au même rêve inaccessible.

Un bruit attira soudain l'attention d'un des hommes de la ruelle Est qui se signala à tous les autres via la radio.


"Ici Kraven.....J'ai entendu du bruit dans la ruelle. Je vais avec 2 hommes voir de quoi il s'agit. Terminé."

Le message avait été entendu à la fois par les hommes de Cobblepot mais aussi par ceux à l'intérieur ainsi que par Lark et Bossworth, ce dernier gardant un oeil sur les caméras, tranquillement et paisiblement. On pouvait clairement parler de self-control quand on voyait ce gugusse qui en imposait aussi.
Arme à la main, Kraven se mit à avancer en direction du bruit qui l'avait tant intrigué. Peut-être que ca ne serait rien, mais il valait mieux s'en assurer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 5: Bird, Monsters & Madness   Mer 26 Juin - 17:17

Cobblepot fut satisfait de voir que le maire lui rendait son salut, appuyant chacun de ses mots comme pour prouver sa loyauté. Oswald ne pouvait s'empêcher de voir cette petite chose comme un être ridicule, pourtant si proche de sa propre personne. A la seule différence qu'il était celui qui payait, tandis que Chesterfield encaissait, ce qui, d'après le Pingouin, le mettait en position de faiblesse : devoir de l'argent à quelqu'un, c'est laisser son propre sort entre les mains de cette personne. Et lorsque quelqu'un devait de l'argent à Cobblepot, ce sort pouvait s'avérer bien vite fatal.

Le visage du Pingouin s'élargit lorsqu'il entendit les murmures du maire. Ce n'était pas très discret d'en parler en plein milieu des invité, même aussi bas, mais l'idée de cette somme suffisait largement à satisfaire Oswald. De toute façon, les seuls journalistes qui étaient présents (et ils étaient nombreux) travaillaient pour des journaux appartenant partiellement ou complètement à Chesterfield. Une grande partie de leur salaire variait en fonction de la satisfaction du Pingouin, ainsi préféraient-ils lui faire des éloges plutôt que dire la vérité.

C'est d'ailleurs en grande partie grâce à ces journalistes que Cobblepot avait réussi à étouffer ses crimes durant Arkham City. Cela avait été sa première action : racheter des maisons d'édition et se mettre un maximum de journalistes et de dirigeants des médias dans la poche. Lui qui avait été le monarque sans pitié d'Arkham, maître d'un réseau de marché noir immense, responsable de guerres de gangs sans pitié et de massacres sans nom. Les médias avaient mis l'accent sur sa victoire sur le Joker, affichant Oswald comme celui qui l'avait momentanément neutralisé, pour le bien commun. Ils avaient expliqué que sans sa gouvernance, la ville prison aurait été un enfer, que les murs n'auraient pas suffis à contenir les criminels qui se seraient déversés dans la ville, plus meurtriers que jamais. Son marché noir avait été décrit comme un apport gratuit de provisions pour les plus démunis, qui avaient d'ailleurs été hébergés dans sa forteresse. Enfin, il avait fait figure de martyr grâce à sa blessure de tesson de bouteille au visage, infligée par Freeze. Oswald tendait presque à devenir le seul et unique héros d'Arkham City.


Magnifique! Dit-il en réponse au maire. Venez donc vous installer, une table vous attends sur la terrasse avec une vue imprenable sur l'iceberg.

Cette même terrasse sur laquelle il avait attendu Batman, du temps d'Arkham, le fusil de Freeze entre les mains, deux flics otages à ses pieds. Le chevalier noir l'avait d'ailleurs envoyer s'écraser sur l'étage du dessous d'un monstrueux uppercut. Cobblepot n'en revenait toujours pas qu'il l'ai balancé d'aussi haut, une chute qui aurait pu dû lui coûter la vie si une table ne l'avait pas réceptionné. Depuis ce combat, le Pingouin craignait un peu plus le Batman, car il était persuadé que ce dernier n'avait pas calculé la table plus bas et avait souhaité le voir s'éclater le crâne sur le sol de marbre (ou finir en légume).

Alors que Cobblepot invitait le maire à le suivre, ce dernier s'écarta pour laisser place à la déesse même de la beauté. Tous les regards se tournèrent vers elle, masculins comme féminins, ébahis par cette grâce physique et cette conception parfaite. Heureusement que le monocle de Chesterfield était soudé à sa peau, parce que sinon, il l'aurait laissé tomber, étirant son visage sous la stupéfaction. Miss Raven était présente, en face de lui! Bien qu'il ait souvent entendu parlé d'elle par le monde des affaires, c'était la première fois qu'il la rencontrait, cette femme qu'il avait tant maudit pour lui avoir volé le marché du luxe.

C'est lorsqu'il entendit la voix enchanteresse de Raven qu'Oswald reprit ses esprits et baisa la main de son invité (cette dernière dut d'ailleurs se pencher en avant pour permettre cettte action au Pingouin...)


Le plaisir est mien, Miss Raven. Permettez-moi de me joindre à vous pour une partie de la soirée. J'adorerais discuter affaire avec l'élite du marché du luxe, que j'ai si souvent tenter de conquérir.

Et il accompagna le maire, ses proches et Miss Raven jusqu'à la terrasse pour s'asseoir à côté de cette dernière. Au diable les affaire, il ne voulait plus que passer la soirée à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 5: Bird, Monsters & Madness   Jeu 4 Juil - 13:15

Lorsqu'une déesse entre dans un temple, il n'y en a plus que pour elle, et c'est parfaitement légitime. Malgré les chants de Gloria et les brouhahas incessants entre les gens, bruit habituels de ce lieu, tous observaient avec une pointe de jalousie le trio Raven-Cobblepot-Hill qui commençaient à discuter affaire. En règle générale, la directrice de Strega Enterprise était très secrete sur les affaires qu'elle menait mais exceptionnellement, le succès de sa nouvelle ligne "Ephemera" avait été un succès total. Un choix de nom paradoxal sachant que cela faisait plus de 6 mois que les affaires marchaient bien pour elle. En fait, chose aussi rare que pour Oswald, la jeune femme était en soi, de bonne humeur...à moins que cela ne vienne des 3 vierges qu'elle avait vidé en partie de leur sang avant de les rebalancer dans son harem personnel, le tout sous la surveillance de quelques démons.

Mais la vérité était ailleurs: Cassandra avait été intriguée par ce petit être qui se disait maitre et sauveur de la ville. Sa colère avait hurlée à son égard avant d'imaginer un petit jeu pervers dont elle ne pouvait que ressortir gagnante et pour cela, mettre une stratégie permettant d'approcher le Pingouin devait être nécessaire. Pourtant si discrète, cette créature millénaire avait commencée à se livrer aux journalistes, à passer quelques appels pour mieux tenir en laisse ces idiots. Enfin, il a suffit de quelques petits tours de passe-passe pour qu'en quelques jours, tous ne parlent que de la grande et belle Cassandra Raven, Hamilton Hill le premier, après un petit traitement.....local. En soi, Cobblepot ne le savait pas mais le maire de Gotham City était bien mort depuis un moment....mort et pourtant, il lui parlait ce soir, comme si de rien n'était. Être une goule avait ses avantages comme ses inconvénients mais jusqu'à aujourd'hui, on ne pouvait pas dire que Hill avait déçu la reine des Vampires. Loin de là, il avait gagné en intelligence, en perversité et en sagacité, en plus de gagner sur le plan physique. Ne plus revoir la lumière du jour était un détail moindre.
En clair, tous les détails avait été mis au point pour pouvoir infiltrer cette partie de l'élite de Gotham et faire de Cobblepot son esclave à vie...Oh non, elle ne lui viderait pas toute les veines. Le petit homme trapu ami des oiseaux serait son esclave qui lui servirait d'escabeau, ayant pour seul droit de se nourrir du sang des rats errants. Le sang humain était bien trop bon pour qu'il soit autorisé à en boire. Mieux encore, il lécherait les crottes sur ses bottines et comme il serait son nouveau chien.....son nouveau nom serait "Lèche-Botte"


"J'imagine, Mr Cobblepot que vous avez donc suivi la montée de mon entreprise après les premières ventes records de notre nouvelle ligne de vêtements."

L'hypnose....encore une chose bien pratique pour convaincre certains concurrents de s'écarter sans être obligé de tuer soi-même. Mieux encore, l'un d'entre eux, un des plus influent, avait eu l'étrange idée de monter sur un toit de son immeuble pour y' exécuter une nouvelle variante du saut de l'ange...ou saut de la foi. Si la prestation avait été des plus réussie sur le début, sa finition avait clairement manquée de grâce, comme le confirmait le corps empalé de son PDG sur une hampe de drapeau, le visage tourné à jamais vers le ciel. Ainsi s'était fini la vie de Gabriel Miller, directeur de la prestigieuse entreprise "Abercombie & co", spécialisée dans les lignes de vêtements de luxe. Ainsi s'éteignait le numéro 1 qui avait laissé sa place à l'entreprise de la belle vampire, dont les ventes explosaient. Au bout d'un mois après le décès, on ne parlait plus que de Cassandra Raven, encore et encore, son nom revenant sur les ondes radios et télés. Outre le fait d'être, ce qui semblerait, une directrice des plus efficace, elle était l'incarnation de ces beauté inaccessible qui faisait fantasmer aussi bien hommes et femmes. Elle ne tarda pas à s'afficher avec une autre jeune femme à ses cotés, toute aussi jeune qu'elle dont le silence et le mutisme pouvaient paraitre des plus inquiétant. Beaucoup la prirent pour sa secrétaire personnelle. D'autre la voyaient comme une suivante ou même, une garde du corps. Les vérités se mélangeaient mais aucun comportement de leur part ne pût décrire avec exactitude le lien qui les unissaient....jusqu'à ce qu'elle commence à s'afficher aux cotés d'Hamilton Hill, ce qui fit grimper sa coté de popularité.

Fantasme des hommes, fierté de la gente féminine....Cassandra Raven était devenue une nouvelle égérie de Gotham City et ce soir, Cobblepot profitait de sa présence sans se douter de l'ignoble vérité.


___________________________________
Pendant ce temps, dehors

10 minutes avaient passées depuis le dernier contact radio de Kraven et ses hommes, dont un bruit intriguant dans une ruelle avoisinante avait attiré leur attention. Pour le moment, les autres unités restaient en position, attendant des ordres à moins que les choses se mettent à bouger. En général, on ne pouvait pas dire que ca se bousculait du coté du Lounge, car personne n'aurait la folie d'attaquer ce lieu.

Personne? C'était vite dit alors que le silence radio fût brisé par des cris et des coups de feu. La voix de Kraven se fit entendre, bien qu'on pouvait parler de hurlements de terreur. Une unité voisine prit sur elle de foncer vers l'origine des coups de feu, motivés par les cris de leurs amis qui semblaient en mauvaise posture.
Seul un silence des plus inquiétant les attendit au détour de la ruelle. A peine arrivé, les hurlements et les tirs cessèrent et tous braquèrent leurs armes équipées de lampes-torches, histoire de comprendre ce qui était en train de se passer.

Ce qui sortit de l'ombre fût comme une nué, des êtres drapés du voile de minuit, rapides, enragés et dont les yeux luminescents trahissaient leur inhumanité. L'unité de Kraven avait été exterminé mais pire encore.....c'était lui et ses hommes qui attaquaient, crocs et ergots sortis, les autres gardes, suivis de monstres à l'apparence décharnées, rugissants comme jamais

Il y'eut à nouveau une nouvelle salve....puis des cris....et ce phénomène commençait à s'étendre un peu partout autour du Lounge, sauf devant l'entrée principale. Bossworth avait entendu les échanges de coups de feu et plus encore, les caméras des gardes avaient renvoyées des images troublantes, incompréhensibles. Certes, il avait vu Kraven attaquer sans hésitation ses camarades, comme si......il buvait leur sang, à la manière d'un foutu charognard.

Ni une, ni deux, il prit soin de contacter immédiatement Lark et Cobblepot pour leur faire part de l'attaque en cours. La soirée risquait fort de s'écourter.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 5: Bird, Monsters & Madness   Mer 17 Juil - 14:50

Oswald admirait la poitr... l'intelligence de son invitée, sa grâce, sa vivacité. Le trio se plongeait dans différentes conversations, chacun énonçant une thèse qui serait ensuite améliorée, soutenue ou écartée par un autre participant. Chesterfield était très bon à ce jeu, son éducation lui ayant permis de manier les mots et la philosophie avec finesse (même si ses principales occupations n'en laissaient rien apparaître). Pourtant, Cassandra faisait grandement concurrence et le Pingouin comprenait que chacun des mots qu'il sortait devait être soigneusement sélectionné s'il voulait gagné la partie.

Quelques détails le troublèrent cependant. Tout d'abord, il ne se rappelait pas avoir jamais vu un maire aussi vif et compétitif dans ces différentes parties. Ils avaient déjà joué à ce jeu plusieurs fois, mais Oswald l'avait toujours battu à plat de couture, écrasant ses propos enfantins par une morale déstabilisante mais correcte digne du criminel qu'il était. Or, ce soir, plusieurs victoires lui revenaient et, même s'il n'avait pas la tête, il restait un adversaire de taille. Mais le Pingouin s'amusa encore plus, enfin heureux de rencontrer des adversaires de ce calibre.

Autre fait troublant, même s'il ne pouvait le prouver par aucune parole, aucun geste, aucun regard, Chesterfield avait l'impression qu'une certaine complicité régnait entre le maire et Raven. Certes, c'était ce dernier qui avait présenté cette magnifique créature à Oswald, car elle était une amie du maire. Mais malgré cela, Cobblepot ressentait une connexion entre eux sans pouvoir l'expliquer. Ce gros connard de politicien se tapait-il la sublime Raven? Cette pensé le fit détester le maire encore un peu plus.

Enfin, encore plus troublant, au plus profond de ses tripes, le Pingouin se sentait proie, sur le point de se faire dévorer par le prédateur. Mais l'homme d'affaire conclut que c'était l'effet provoqué par le charme si particulier de la belle Cassandra. Ils continuèrent donc à jouer quelques parties, puis décidèrent de rentrer dans une conversation d'affaire. C'est donc Cassandra, en posant une question au Pingouin, qui décida que l'on devait parler d'elle.


Bien sûr, très chère! N'oubliez pas que j'ai aussi cherché à me faire une place dans le luxe et la mode en créant une filière nommée Antarctic Style. Même si elle attire chaque année plusieurs milliers de participants, elle ne rivalise en rien avec votre empire. Mais en tant qu'homme d'affaire, je me devais de connaître le CV de chacun de mes concurrents.

Votre parcours est des plus surprenant, vous êtes une perle rare très chère et maudits soient vos opposants tels que moi.


Il l'avait longtemps détestée pour lui avoir volé le marché du luxe. Mais sa compagnie était si agréable que l'oiseau de Gotham ne pouvait ressentir le moindre sentiment négatif à l'égard de Raven. Il se plaisait à participer à ce bras de fer qui se fait pourtant en toute courtoisie, un autre jeu dans le but de se divertir. Cobblepot ralluma une énième clope qu'il fixa sur son porte cigarette de luxe, savourant sa première bouffée presque autant qu'en posant son regard sur le visage de son invitée. Il resta silencieux quelques secondes avant de se lancer :

Que diriez-vous de mettre en place un partenariat pour allier nos deux empires? Cela vous permettrait de vous diversifier et ainsi d'étendre votre marché.

Il était si bon dans ce domaine : tellement de concurrents s'étaient fait avoir lors de signatures de paperasses pourtant si alléchantes. Cette manoeuvre n'avait que pour but d'arnaquer sournoisement la belle Raven et lui soustraire le contrôle de l'oeuvre de sa vie. Mais une femme de cette envergure ne se laisserait pas avoir si facilement et le Pingouin devrait mettre en place un plan aussi cruel qu'intelligent pour la berner. Même la créature la plus belle du monde ne pouvait détourner le pire criminel financier de son objectif : le profit.

Je pense que nous aurions tout deux intérêt à...

C'est alors qu'il entendit Lark derrière lui. Il ne l'avait même pas sentit arriver, cette femme absolument magnifique et pourtant si discrète. Respectant parfaitement l'ambiance du Lounge comme Oswald lui avait demandé, le chauffeur/garde du corps s'était rapprochée calmement, la posture élégante d'un membre du personnel, vers son patron avant de lui murmurer son message à l'oreille.

-Monsieur Cobblepot, il y a du mouvement dehors. L'unité qui surveillait la porte de secours a été décimée et l'unité voisine, venue en renfort, a elle aussi été massacrée. On n'a pas pu identifier l'attaquant, mais Bossworth paraissait inquiet-

Les sourcils d'Oswald se froncèrent, qui osait le déranger pendant une de ses soirées mondaines? Cela faisait bien longtemps que le Pingouin avait prouvé que l'attaquer à cette heure était suicidaire et même la plus puissante pègre de Gotham n'osait s'en prendre à lui. Black Mask ne tenterait pas une action si stupide qui lui ferait perdre énormément de ses hommes, Double-Face ou Scareface non plus. Les justiciers étaient aussi à écarter, sachant que s'attaquer au Pingouin avec autant d'invités leur ferait perdre toute crédibilité. Qui alors?

Veillez m'excuser, il semblerait qu'un de mes fournisseurs ait un besoin urgent de me parler. Vous connaissez probablement le sens des affaires chinois...

Mais je vous en prie, continuer à festoyer sans moi.


Oswald prit ainsi congé du maire et de Raven avant de rejoindre le musée, accompagné de Lark qui lui transmit les dernières informations. Des hommes de main qui s'étaient retournés contre leurs collègues... pour les dévorer? Qu'est-ce que c'était encore que ce bordel? Tout cela ressemblait à une mise en scène de Gueule d'Argile qui cherchait pour la énième fois à reproduire un film d'horreur. Mais depuis quand arrivait-il à se diviser pour copier plusieurs personnes en même temps?

Bordel de merde! Combien de fois va-t-il falloir que je massacre ces tarés pour qu'ils comprennent que je suis un trop gros poisson pour eux?!

Une fois dans la salle de contrôle, où Bossworth l'attendait, la colère du Pingouin était à son paroxysme. On avait osé l'interrompre lors d'une affaire qui aurait enfin pu lui faire conquérir tout le secteur du luxe mondial! Le petit homme s'adressa immédiatement à l'homme à la mâchoire de fer.

Explique-toi!

Pour simple réponse, le garde du corps pointa du doigt le moniteur qui diffusait les images de l'attaque en boucle. Cobblepot regarda la vidéo une seule fois puis sentit son visage devenir livide.

Qu'est-ce que...

Les images repassèrent de nouveau et cette fois, il vit clairement le regard surnaturel d'une des créatures et sentit son coeur manquer un battement.

Alerte maximale. Barricadez le musée ainsi que le Lounge et équipez chacune de nos troupes pour défendre la totalité du bâtiment. Tant pis si le service au Lounge laissera à désirer, il ne faut surtout pas que nos invités soient au courant. Justifiez la fermeture des portes par le fait que quelques casseurs tentent de s'incruster mais que nos hommes contrôlent.

Et les hommes encore dehors?

Sans importance, le gros de nos effectifs sont toujours à l'intérieur. Qu'ils se battent jusqu'à leur dernier souffle!

Très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 5: Bird, Monsters & Madness   Dim 8 Sep - 16:32

Hélàs, deux fois hélas, les invités furent vite au courant de ce qui était en train d'arriver...du moins ils allaient vite l'être. Si Cobblepot avait l'intention de mener sa petite résistance face à l'ennemi inconnu, il comprendrait vite que seul, ses chances de victoires seraient faibles.....très faibles. La porte de la salle où il se trouvait venait de voler en éclat à son tour dévoilant le flot monstrueux de créatures qui se jetèrent sur lui et ses hommes.....Des coups de feu, des hurlements.....et une tentetive de se défendre vouée à l'échec. Plus aucun invité ne reverra de la soirée Oswald Cobblepot....et pas un autre ne verra l'aube se lever alors que dans la grande salle, la grande vitre du plafond venait d'exploser sous le poids d'une masse hurlante, sifflant et tombant sur les têtes des invités de la salle qui eurent des cris de terreurs, leurs regards s'écarquillant en voyant les monstruosités qui apparaissaient dans la salle. D'autres encore avaient mis en pièce l'accès principale et se ruèrent aussi, prenant un invité d'un coté, mordant un autre jusqu'à le vider.

Bien sûr, les gardes se défendaient comme ils le pouvaient, mais que faire face à ce qu'on ne pouvait tuer? Quel espoir pour ceux qui seraient maudits à tout jamais, condamnés à errer entre deux mondes, entre la vie et la mort, à devoir se nourrir de sang pour l'éternité.

Tous ne se relèveraient pas, mais beaucoup accompagneraient à jamais l'armée de tueurs surnaturels. Dans les rues de la ville, les coups de feu furent entendus à plusieurs mètres à la ronde et les hurlements furent vite couverts par les bruits des tirs....une chose habituelle dans le secteur du Pingouin.

Le lendemain matin, personne ne trouverait la moindre trace des agresseurs du Lounge, qui auront tous disparu aussi mystérieusement qu'ils étaient apparu. Ce qui attendrait la police à l'intérieur serait un spectacle aussi insoutenable que réel selon beaucoup.
Oswald Cobblepot serait retrouvé en vie, en étant de choc, incapable d'expliquer ce qui a pu arriver. Lark et Bossworth, quant à eux, seront aussi admis en soins, leurs corps présentants des lacérations à plusieurs endroits. Les archives vidéos, elles, montreraient simplement un spectacle qu'on ne pouvait interpréter: Celle de convives attaqués par une force invisibles, des blessures apparaissant seules et des corps se mettant à quitter le sol pour s'écraser dans le décor.

Une affaire qui serait vite classée sans suite, et une terrible nuit en enfer pour le gérant du Lounge qui n'oublierais jamais ce qu'il a vécu.


---------------------------

Topic bouclé pour cause de départ de l'ancien Pingouin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 5: Bird, Monsters & Madness   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Event Hellgate Gotham] Chapitre 5: Bird, Monsters & Madness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» [cherche] roitiflame et clamiral event
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Flash-back / Réalités alternatives-