RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Mar 11 Juin - 2:01

Midtown, Immeuble Heaven's Lies
Appartement d'Andrew Blake
23H19

_________________________________________


C'est à sa demeure qu'on reconnait la valeur d'un homme...C'est ce que beaucoup de torches cul mondains balanceront à ceux vivant dans le plus quartier de Gotham. Si l'ancien soldat entendait cela, nul doute qu'il sortirait de ces gonds comme jamais. Des inepties, rien de plus et c'est certainement pour cela que l'Artiste évitait de frayer avec le commun des mortels.
Oh, bien sur, il avait attiré les regards, suscité des interrogations, mais au final, il n'était qu'un homme ordinaire...et un vieux tueur qui passait le temps à sa manière, mais certainement en évitant toute cette clique d'hypocrites qui noyait le tout en champagne, bravade, hypocrisie et faux-semblants.

Le 32eme étage organisait ce soir une réception en l'honneur de Sir Arthur Sigmund Wellington, un riche homme d'affaire au sang anglais...ou écossais....enfin, difficile à dire mais de ce qu'on savait, sa famille avait fait fortune dans le cuivre lorsqu'elle s'était installé en Amérique à Virginia City, première ville d'Amérique à bénéficier de l’électricité et d'un hôtel à ascenseur. C'est à cette époque que les ruées vers l'or perdirent de la valeur et où le cuivre montait en flèche. Certains prospecteurs avaient été pris de cours et d'autres s'étaient adaptés, comme David Sigmund Wellington, pourtant issu d'une famille aisée et qui avait fondé sa fortune sur la prospection en prenant soin de coter le tout en bourse...Le bougre avait été malin sur ce coup-là. L'histoire ne balançait pas tous les détails mais on pouvait saluer la clairvoyance du monsieur qui avait assuré l'avenir de sa descendance et qu'elle se portait bien.

La question qu'on pouvait se poser, ça serait: Pourquoi venir à Gotham? Pourquoi venir dans une ville gangrenée, sans avenir au destin déjà tracé? Un caprice de riche?? Le rendez vous mondain de tout friqué qui se respecte?
Il ne fallait pas chercher à comprendre. a Gotham, ca marchait de deux manières: Coté Bourg et coté Prolo, si vous voyez le genre. L'existence de quartiers comme Gramercy Row et Park Row appuyaient avec fermeté la thèse d'une malaise social évident, chose qui s'appuyait en plus sur le mépris et les idées reçues de certaines têtes d'affiches de la haute aristocratie de Gotham City.

La présence d'un tueur comme Andrew Blake était un sujet qui revenait souvent sur les langues des habitants de l'immeuble. Certes, il avait l'argent, mais pas le titre. De quel droit s'autorisait il une telle intrusion dans leur univers immaculé, propre et composé de sang pur, ceux qui avait bâti cette ville? Qui était il pour oser venir les ternir?
Mais qui étaient ils, eux, pour juger un homme qui avait défendu leurs droits, leurs principe et ce foutu pays? Ils étaient quoi, eux qui buvaient et festoyaient tranquillement sans se poser de questions? Rien de moins que des trouillards, des enfants pourris à la moelle, gatés et prêt à tous les enfantillages en jouant sur le contexte "La Ville est à nous".
Non, Gotham était à ceux qui construisaient son histoire et ceux qui la faisait vivre, de par toutes les actions possibles et positives.
Andrew Blake était un homme à l'univers ravagé, sombre, différent, souvent terrifiant, mais avec des principes, des règles qu'ils ne pourraient comprendre et qu'ils n'essayeraient pas de décrypter....et à vrai dire, peut-être était-ce mieux ainsi, ne pensez vous pas?

Chacun son monde et les choses continueraient leur petit chemin.

Andrew Blake, alias l'Artiste....Soldat, Veteran...Justicier et nouveau venu dans une ville aux règles si étranges, contrastant avec tout ce qu'il avait connu. Il pensait pourtant avoir tout vu depuis le début de son séjour....il allait vite comprendre qu'une ville comme Gotham pouvait enchainer les surprises à la suite et d'une manière si terrifiante que mêmes vos yeux ne seraient pas la meilleure certitude pour croire ce que vous voyez.

La fête battait encore son plein, quelques étages plus bas. Quelques brouhahas se répercutaient dans les couloirs jusqu'à la chambre du soldat qui ne semblait pas déranger...à moins qu'il évitait simplement de se focaliser dessus. Mais allait il faire l'impasse sur les étranges surtensions de courants, voire, les quelques coupures qui commençaient à devenir franchement lassante?
L'intensité oscillait, perdant de sa puissance pour éclairer presque brusquement, pour finalement perdre de sa puissance....et s'éteindre, avant de revenir....jusqu'à ce que le courant coupe totalement, forçant le bâtiment à passer sur sa réserve de secours, et coupant court à la petite fête, puisque cessant de diffuser ces airs de musiques classiques qui bercait la réunion des Aristocrates de Gotham.
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Blake/L'Artiste

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 29/12/2012
Nombre de Messages : 171
Vous à Gotham : Ancien commissaire de la ville. Possède une double identité en tant que justicier d'Etat sous le nom de l'Artiste et en tant que commissaire sous le nom d'Andrew Blake.
Citations : Chapeau, L'Artiste.

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Mar 11 Juin - 2:37

On ne pouvait pas dire qu'Andrew était quelqu'un de très social à première vue. Il était vrai qu'il pouvait paraître un peu rustre sur les bords, voire totalement cynique et infect envers les personnes qu'il n'appréciait pas mais ça restait quelqu'un auquel la plupart des gens aimait parler. Non pas parce que il était âgé, avait de l'expérience et habitait dans un appartement hors de prix payé en majorité par l'armée mais bien parce que sa vision du monde était intéressante. Déjà à l'armée, nombre de psychologues et fouilles-caboche en herbe essayaient d'avoir ne serait-ce qu'une minute dans une pièce avec ce drôle d'oiseau. Tous ces intellos pensaient que la guerre l'avait rendu fou, qu'on ne pouvait pas enchaîner tant de conflits sans y laisser son âme mais tous se trompèrent. Andrew Blake, le Colonel Andrew Blake était ce qu'on pouvait qualifier d'un taré de la gâchette. Le conflit, c'était son environnement, son eau de vie et la guerre, c'était tout simplement son milieu de prédilection.

Seul derrière les lignes ennemies ou en plein milieu d'un affrontement dans les tranchées entre deux armées, il prenait plaisir à admirer le paysage. Tout était magnifique, les obus faisant éclater des membres, les balles laissant un sifflement de part en part ou même les terribles affrontements à l'arme blanche. Les éclaboussures de sang sur son visage le faisaient sourire, la boue recouvrant ses habits l'inspirait et les cris des agonisants le berçaient. C'était là la vie d'Andrew Blake, semeur de mort au Vietnam et sûrement un des meilleurs soldats qu'il n'ait jamais existé sur cette pauvre planète. Mais l'âge était contraignant, cette saleté l'avait fait passer des plaines dévastées à une ville aussi noire que le charbon et il était là à regarder sa télévision, comme un vieux dans une maison de repos.

Malgré le son assez élevé du téléviseur, il entendait encore les jacassements de la fête en bas. Quelle plaie c'était de devoir supporter cela... Il avait acheté un appartement presque au sommet du bâtiment mais devait encore se farcir les fêtes de ces maudits riches et aristocrates pourris jusqu'à l'os. Certes, il avait reçu une invitation, histoire de bien faire, de la part de l'organisatrice mais il l'avait tout simplement brûlé avec le bout de son cigare. Pas le temps de batifoler avec la merde, ça risquerait de l'éclabousser en plus. Autant regarder le match entre les Gotham Knights et Metropolis, ça s'était amusant.

Le vieux souriait légèrement en profitant de sa belle soirée de printemps, l'air était encore doux et chaud et au travers de ses immenses vitres il admirait encore la cité s'éteindre petit à petit. Il n'irait peut-être pas combattre le crime ce soir au final, il fallait savoir se donner des pauses de temps en temps, sinon on finissait par en crever. Une dernière fois, et sur un coup de nerf, il augmenta de nouveau le son de son appareil pour essayer de cacher le vacarme qu'il y avait en bas. Putain mais ils étaient en train de faire quoi pour avoir des bruits pareils dans le bâtiment ? Un twister entre amis ? Quelle déchéance... Qu'ils s'étouffent avec leur caviar pour la peine !


"À la santé de l'Oncle Sam" fit-il en buvant cul sec son verre de whisky qu'il venait de se verser.

Tout en rebroussant sa manche de peignoir, il en profita pour se servir un deuxième verre et s'allumer un deuxième cigare. Il avait une attitude très spéciale quand il regardait les matchs de football américain... Chaque essai se résultait par soit une gorgée d'alcool ou soit une bouffée de cigare, dans les deux cas il s'empoisonnait et dans les deux cas il n'en avait rien à foutre. C'est ça qui était magnifique quand on avait atteint la soixantaine et qu'on était complètement désabusé par la vie. N'empêche, il se demandait de temps à autre ce qu'il se passait avec la chaîne pour avoir des lignes pareil sur l'écran, ce n'était plus arrivé depuis des années ce truc.

Assez fainéant ce soir-là, il continua à regarder le match malgré les dérangements, ses vieux yeux fatigués essayant tant bien que mal de fixer les actions du Quaterback. Alors qu'il allait marquer un superbe essai contre les "Tigers of Metropolis", sa télévision se coupa brusquement et laissa un noir suspect prendre la place de l'image. Le vieux ronchonna un bon coup avant d'engloutir son alcool et de se décider à se lever pour voir ce qui clochait. Entre deux bouffées de cigare et deux rejets de fumée par les poumons, il tapa frénétiquement sur le haut de l'engin en grognant.


"Me lâche pas maintenant, les vendeurs sont fermés en plus... J'ai pas envie d'aller au lit à cette heure-ci ma chérie... Comprends moi, je suis pas si vieux que ça." dit-il à son engin, comme un drogué à son dealer. Peu de temps après sa sérénade, l'engin de remit en marche brièvement . "Ah ben tu vois que tu veux, c'était pas si dur ?" continua-t-il d'un ton amusé.

Il alla rapidement se rasseoir pour essayer de regarder la fin du match mais à peine son postérieur sur le moelleux du fauteuil, l'engin claqua de nouveau. De rage, Andrew jeta son verre par terre - mais il ne se brisa pas car c'était de la superbe moquette de riche - puis se leva brusquement et essaya d'allumer la lumière de sa pièce. Rien ne se fit. Il tourna des talons et se dirigea vers sa chambre, voyant son réveil mort lui aussi. Quelque chose clochait, ce n'était encore jamais arrivé ici... Brusquement, il ouvra sa porte d'entrée et remarqua que les générateurs de secours étaient en marche, juste assez pour garder les halls éclairés. Frustré et mal luné, le vieux en profita pour gueuler seul dans le couloir :


"C'est pas bientôt fini votre fête de merde ? Vous avez fait péter ma télévision ! J'en veux une nouvelle une fois que vous avez fini de vous entre-lécher le cul à coup de foie-gras à mille dollars, bande de péquenauds !" Puis il claqua la porte derrière lui tout en continuant à ronchonner. "On peut plus être tranquille chez soi, je vous jure..."

Et si seulement il savait ce qu'il allait se produire, la notion de tranquillité n'était même plus à mentionner.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Mar 11 Juin - 2:51

Andrew Blake devrait parfois faire à attention à ce qu'il dit, voire, ce qu'il souhaite car souvent, on finit par l'obtenir et le résultat n'est pas toujours celui escompté. Après avoir ronchonné, hurlé à l'encontre de la masse aristocrate, il avait pris soin de reclaquer avec force la porte de sa chambre sans avoir vu l'ombre étrange qui avait glissé, presque flotté sur les murs du couloir de manière presque surnaturelle. Peut-être l'aurait il vu, cette chose décharnée aux bras difformes, qui passa rapidement après qu'il eut refermé derrière lui. Quoi que ce soit, c'était rapide, vif et à la recherche de quelque chose qu'il n'aurait pas avec le vieux soldat, ce dernier ayant décidé de faire la moue pour le reste de la soirée alors que la bande d'attardés continuait bien gentillement la séance de leche-cultage entre futurs consanguins.

Mais il se fichait bien de cela sur l'instant. Tout ce que le vieux vétéran souhaitait, c'était regarder la fin d'un match qu'il ne verrait jamais. Le silence qui suivit la soufflante du soldat fût presque immédiatement suivie de nombreux cris qui résonnèrent dans tout l'immeuble. Ce qui avait débuté comme une soirée classique venait, en l'espace d'un instant, de prendre une tournure totalement autre. Si les cris venaient principalement de la grande salle, d'autres se mirent à émerger des chambres voisines, et des bruits de verres confirmèrent la chute des résidents dans le vide de Gotham, comme si ils s'étaient jetés à travers...a moins que quelque chose ou quelqu'un ne les y' ait aidés?

Plus encore, quelque chose était en train d'enfoncer, ou du moins, d'essayer d'enfoncer la puissante porte blindée et verrouillée de la chambre du vieil homme. Quoi que ce soit, il y' mettait les formes malgré que cette dernière tenait bon, puisque conçue pour résister à la charge d'un homme.
Mais la question était la suivante: Etait-ce réellement un homme qui souhaitait entrer dans la chambre? Et surtout, quelles étaient ses intentions?
C'était aisé à deviner que celui se trouvant derrière ne venait pas pour partager un moment de fraternité en compagnie du soldat.
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Blake/L'Artiste

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 29/12/2012
Nombre de Messages : 171
Vous à Gotham : Ancien commissaire de la ville. Possède une double identité en tant que justicier d'Etat sous le nom de l'Artiste et en tant que commissaire sous le nom d'Andrew Blake.
Citations : Chapeau, L'Artiste.

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Mar 11 Juin - 3:26

Aussitôt la porte refermée, le vieux se dirigea automatiquement vers le milieu de sa cuisine, ne sachant vraiment que faire pour utiliser son temps libre. Il aurait très bien pu enfiler son armure et partir chasser du malfrat mais quelle plaie... Il y avait des jours comme ça où l’on n’avait vraiment pas envie de se bouger le cul et de rester bien assis dans son divan à siroter un petit alcool accompagné de quelques glaçons. Cependant le vieux sentait qu'il allait devoir se passer de son téléviseur pour le reste de la nuit, ou de la semaine selon son emploi du temps. D'ailleurs cela sentait aussi légèrement le souffre, peut-être des œufs pourris dans le frigo, il devait le vider de toute façon.

Le long silence fut d'abord rompu par le sifflement d'Andrew pour faire passer le temps. Il essaya tant bien que mal de se confectionner un sandwich dans le noir mais avait plutôt du mal à couper le pain correctement. Au final, il fut rapidement dérangé par de nouveaux cris venant du bâtiment. D'abord, Blake crut tout naturellement que c'était encore la bande de zouaves du bas qui s'amusait à l'emmerder. Cela semblait normal que dans les milieux riches, on s'emmerde tellement à ce genre de soirée qu'au final on ne souhaite que faire chier le voisinage. Ah cette bande de crevards, Andrew aurait leur peau.

De nouveaux cris résonnèrent dans l'immeuble, mais pas des cris festifs cette fois-ci. Le vieux se laissa intriguer par le bruit tout en plantant son couteau dans la table en bois où il coupait son pain. Légèrement, il posa sa main sur son téléphone pour voir s’il n'avait pas reçu de messages bizarres ou autre connerie du genre mais rien... Quelque chose clochait et ce n'était pas peu de le dire. Des bruits de verre commencèrent à se faire entendre dans le bâtiment. D'un rapide coup d'œil par la fenêtre, Andrew put voir des silhouettes s'effaçant dans la profondeur de la nuit. Il écarquilla ses yeux à la vue des gens projetés dans le vide, qu'est-ce qu'il était en train de se passer bordel ?

C'était quoi ? Les Galente qui voulaient une revanche ? Les Yakuzas qui venaient se venger ? Ou peut-être un criminel encore inconnu de Gotham qui tentait de faire un coup d'éclat à une soirée noble ? Peu importe ce que c'était, cela allait se rapprocher de l'appartement du vieux. Il se précipita vers sa porte pour aller vérifier rapidement si elle était bien fermée dans tous les sens puis souffla un grand coup en voyant qu'elle était bel et bien scellée. Alors qu'il passait sa main une dernière fois sur la porte, un coup violent la secoua, faisant reculer d'un coup le vétéran qui laissa tomber son cigare dans son réflexe.

Ce n’était pas humain ce qui était en train de défoncer la porte, un humain se serait déboîter l'épaule en faisant ça... Et pourtant, la chose continuait encore et encore à massacrer la porte de coup. Blake aurait très bien pu attendre l'arrivée de secours, la porte tiendrait le choc - elle était prévue pour ça - mais ce n'était pas son état d'esprit. Il ramassa lentement son cigare sur la carpette d'entrée puis retira un bon coup dessus avant d'esquisser un sourire de satisfaction, la soirée n'allait peut-être pas être aussi merdique que ça.


"Pas la peine de s'exciter comme ça, j'arrive dans cinq minutes. Si c'est pour réparer l'électricité, il faut demander à la réception pour information." cria-t-il face à la porte en rigolant.

Ni une ni deux, il se précipita dans sa chambre et ouvrit grand la commode avec ses vêtements civils. Utilisant un déclic derrière la barre, il enleva le faux fond et dévoila tout l'arsenal qu'il possédait, sa merveilleuse armure au milieu du tas. Il s'équipa rapidement de la tête au pied puis se mit à choisir ses armes méticuleusement. Comme d'habitude, il équipa ses deux Beretta dans les étuis puis rangea son couteau dans l'emplacement prévu pour. Il en profita pour attacher quelques grenades à fragmentations sur sa ceinture ainsi que deux paquets de C4 - on ne sait jamais - et en arme principale, prit son SPAS 12 avec quelques boites de munitions.

Le fusil à pompe, c'était toujours efficace dans les combats fermés, surtout dans un immeuble aussi étroit. Il chargea rapidement l'arme puis se dirigea de nouveau vers sa porte, les coups résonnaient de plus en plus fort contre celle-ci. Malgré le fait qu'elle était prévue pour être solide, la chose qui la défonçait semblait ne jamais vouloir s'arrêter et la porte n'en pouvait plus. Les loquets finirent par céder un par un, dévoilant une silhouette noire dans les rares emplacements visibles. Andrew profita des quelques secondes restantes pour prendre une bonne bouffée de fumée de cigare ainsi que pour préparer son premier tir, le fusil à pompe était prêt à flinguer ce qui allait entrer.


"Petit petit, viens voir ce que Papa a dégoté au marché ce matin... Tu vas trouver ça, explosant." dit-il en ricanant.

Ce n’était sûrement pas humain, mais il avait déjà fait face à un homme qui ressemblait à de la boue donc bon... La seule chose qu'il restait à espérer était que cette chose n'était pas insensibles aux balles, elle aussi.


_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Mer 12 Juin - 1:00

Cachée dans l'ombre, se tenant dans l’embrasure de la porte, la "chose" attendait, humait l'air comme à la recherche de quelque chose. Lui qui souhaitait un repas, quelque chose semblait le bloquer dans ses mouvements, comme si il était incapable d'entrer.
En vérité, la créature à la peau bleue et aux crocs surdimensionnés sentait quelque chose d'anormal autour du type: Ni odeur, ni sang, et encore moins la peur mais plus que tout, quelque chose n'allait pas avec ce type et tandis que les hurlements perdaient en intensité, la monstruosité, dans une voix caverneuse, s'adressait au vieux soldat qui le pointait de son arme.

"Pas.....toi.......Pas....repas..."

Ce truc était capable de parler...et si ca pouvait parler, alors ca pouvait penser. C'était inconcevable, mais c'était ainsi dit, ainsi écrit. Ce n'était pas humain, mais une créature à l'apparence aussi difforme, aux ergots monstrueux et au sourire aussi carnassier était déjà assez dangereux pour qu'en plus, ca puisse raisonner. Cela ne la rendrait que doublement dangereux, comme ses semblables qui s'en donnait à coeur joie dans l'immeuble tout entier.


Sans laisser le temps de réagir au vieux soldat, la chose disparut, comme si elle avait pressentie le danger....à moins qu'elle n'ait flairé un repas plus prometteur. La deuxième hypothèse était la bonne et au coin du couloir, un nouveau hurlement, celui d'une femme se fit entendre, suivi presque immédiatement d'un bruit de chair arrachée. Puis plus un bruit, plus rien, excepté le silence. Le calme après le bataille, et un silence de mort avant un autre carnage à venir.

Dorénavant, Andrew était seul, perdu dans cet avant poste de l'enfer. Les choses étaient toujours là, mais elles étaient maintenant tapies quelque part, à attendre que le vieux vétéran daigne se montrer. Ce dernier ne pouvait rester plus longtemps dans son appartement. Il avait eu de la chance que la créature décide de l'épargner en faveur d'un repas plus accessible mais cela n'allait pas durer. Il devait prendre une décision, et vite.

Prendre l’ascenseur, c'était une option rapide mais dangereuse en cas d'attaque. Il y' serait vite acculé, et la cage pourrait être saboté. Les escaliers étaient une option aussi, bien que mal éclairés...Il devait maintenant choisir son chemin.

___________________________________________________
Andrew, tu a maintenant deux choix: Escalier ou Ascenseur.....Au choix. Ce que tu fera déterminera la suite de ce topic.
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Blake/L'Artiste

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 29/12/2012
Nombre de Messages : 171
Vous à Gotham : Ancien commissaire de la ville. Possède une double identité en tant que justicier d'Etat sous le nom de l'Artiste et en tant que commissaire sous le nom d'Andrew Blake.
Citations : Chapeau, L'Artiste.

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Mer 12 Juin - 14:48

On avait souvent qualifié certaines personnes de démons pendant les guerres mais le vieux commençait à peine à se rendre compte de la chose qui essayait de défoncer sa porte. Et puis cette voix, si c'était une blague, elle était vraiment de mauvais goût. Bien qu'Andrew soit vieux, il ne pensait pas avoir attrapé des problèmes auditifs avec l'âge et pourtant les sons sortant de la "chose" semblaient provenir de loin, d'une grotte ou un autre truc où les sons étaient amplifiés. Au final, dans un sourire des plus sordides qui fit sourire l'Artiste en passant, la bête disparut dans un grognement en disant qu'il n'était pas un bon repas, était-ce une insulte ou un compliment ? Et puis merde, pourquoi y'avait un bidule sorti d'un film d'horreur à sa porte ? 

"T'as raison, je suis un trop vieille carcasse pour que tu puisses me bouffer." dit Andrew en s'avançant lentement vers la porte. "Mais j'ai quelque chose dans ma main que tu vas pouvoir bouffer, même te régaler avec." continua-t-il en prenant son fusil à pompe à deux mains. 


Alors qu'une légère tension montait au fur et à mesure qu'il avançait vers sa porte d'entrée, il put brièvement entendre d'autres cris. La voix était pourtant reconnaissable par le vétéran, c'était Catherine qui habitait au même étage que lui. Cette femme devait être vendeuse de produits de beauté aux dernières nouvelles et, en plus, adorait mettre la musique à fond toute la journée quand elle était à son appartement. Certes Andrew avait souhaité plusieurs fois sa mort dans d'atroces souffrances mais si il avait pensé un jour que ça deviendrait réalité, il y aurait réfléchi à deux fois. Dans un soupir, le vieux eut une dernière pensée envers cette grognasse, il espérait au moins que le démon l'ait trouvé belle avant de la dévorer - c'était le minimum quand on vendait des produits comme ça.


Une fois les cris finis, le vieux s'arrêta devant sa porte. D'un rapide regard par l'ouverture, il essaya d'entrevoir quelque chose dans le couloir peu éclairé mais il n'y avait rien hormis quelques traces de sang. Pas de quoi faire peur à un homme donc. Un long silence morbide régnait dans le bâtiment, on aurait dit qu'Andrew était le dernier survivant de cette attaque démoniaque, à son grand plaisir. Méthodiquement, il se prépara à ouvrir sa porte et à se dévoiler une bonne fois pour toute, rester caché n'était vraiment pas un mode de pensée pour le vieil homme. 


Déverrouillant les rares systèmes encore en marche, il finit par finalement laisser sa porte d'entrée vulnérable mais pas pour longtemps. Dans un fracas, il poussa sa porte violemment, la clinche rebondissant brutalement contre le mur et enlevant quelques morceaux de mur au passage - on était plus à ça près de toute façon. Toujours bien déterminé à flinguer la chose qui s'amusait à son étage, il arriva finalement à un virage vers la gauche menant vers ascenseur ou la cage d'escalier. Jetant un rapide coup d’œil histoire de ne pas être pris au dépourvu, Andrew put rapidement voir le cadavre de cette infâme Catherine en plein milieu.


Une fois sûr que tout était sans danger, le vieux se décida à avancer stratégiquement vers le cadavre de la femme. Elle ne ressemblait plus à grand chose pour ainsi dire, son dos était déchiré de toute part et ne parlons même pas du bras qu'il lui manquait. Blake n'eut aucun morceau à la retourner comme un bout de viande pour voir sa figure, après tout il avait vu assez de cadavres de sa vie pour y être habitué. Sa figure avait une largue griffe dessinée dessus, griffe qui en passant avait presque arraché la tête de la bonne femme, triste fin pour quelqu'un qui ne vivait que pour paraître.


Alors qu'il examinait la chose, des grognements se firent autour de lui. Ces choses étaient dans l'ombre, elles guettaient chaque mouvement, chaque geste du vieux. Mais Andrew n'était pas dupe, il vit rapidement un mouvement d'une bestiole dans une chambre d'à côté, ce qui le fit immédiatement se mettre en position défensive au milieu du couloir. Grognement après grognement, il put entendre quelque chose de rapprocher de lui aussi silencieusement qu'une ombre, ça en devenait presque terrifiant - ou amusant. 

"Allez montrez-vous les pas-beaux, je m'impatiente de faire votre connaissance." dit l'Artiste en rigolant en plein milieu du couloir.


Sans avoir le temps de finir sa phrase, un truc noir déboula de la chambre à sa droite et fonça directement sur lui. Le vieux n'eut même pas le temps de tirer sur la chose qu'elle avait déjà sauté sur lui. Même en sol, le vieux tenait toujours son fusil à deux mains et malgré la force de la bête, il lutta de toutes ses forces pour redresser l'arme vers le torse du démon l'écrasant. Il pouvait sentir son haleine horrible sortir de sa mâchoire qui n'avait rien à envier à celle des plus dangereux animaux, haleine qui puait la mort. Le vieux appuya rapidement sur la gâchette du fusil et laissa la balle trouer le torse de la bestiole qui fut propulsée par le choc sur le mur en face d'Andrew. Elle retomba lentement, laissant une coulée de sang noir sur le papier-peint. Malgré le trou béant dans son torse, la bête essayait encore de donner des coups de griffe au vétéran mais elle n'était plus en état de rien. D'un regard moqueur, le vieux sortit un de ses deux Beretta et le pointa vers la tête du démon.

"Dis à Tonton Satan que je viendrai dans sa station balnéaire plus tard."

Le tir fut net et précis, la balle traversant le crâne de la chose pour aller se réceptionner dans le mur. Une fois la bête morte, le vieux put rapidement entendre les autres grognements disparaître petit à petit. Avaient-ils eut peur du vieux ou étaient-ils partis se rassembler plus bas ? Qui le savait ? La seule chose vraiment déterminée pour le moment était que le vieux allait prendre la cage d'escalier, il n'aimait pas la technologie et encore moins les ascenseurs, question de principes. Tout en avançant et toujours soigneux de son style, le vieux remit une munition dans son arme histoire de ne pas être à sec en cas d'attaque, ce soir il avait rendez-vous avec l'Enfer.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Jeu 13 Juin - 20:16

HRP : Le jet de dés te préserve d'une rencontre pour le moment.

__________________________________________________________

L'escalier, bien que sombre, semblait se perdre dans les profondeurs du bâtiment. Pas un bruit, rien qui ne pourrait confirmer la présence d'une des créatures semblable à ce que le vieux soldat avait rencontré à l'instant. Cela n’empêchait pas de voir quelque corps joncher les lieux, en miettes, souvent décapités ou pire, le visage arraché et la peau écorchée. Face au vieil homme se trouvait le corps d'une jeune femme brune, collé contre le mur, les yeux fermés et une grande blessure ouverte au niveau du thorax. A ses cotés jonchait le cadavre d'un nouveau né, dont il ne restait plus grand chose. Le pauvre enfant avait été tué net, d'après la précision du coup bien qu'on pouvait supposer que la mère était visée. Il fallait juste espérer qu'elle n'ait pas souffert, tout comme le type à coté de lui, qui avait eu encore moins de chance puisqu'il était coupé en deux dans le sens vertical, laissant des parties de lui couler le long du sol jusqu'à l'ouverture du vide, ou du sang perlait goutte à goutte de la flaque qui en émanait.


Détail intéressant, l'homme, qui devait avoir dans la quarantaine, avait un petit carnet qui dépassait de sa poche. Un détail qui aurait pu paraître minime si il n'était pas positionné à un endroit bien caché. La reliure noire avait une texture rugueuse, très désagréable au toucher mais ses pages pouvait contenir quelque chose d’intéressant. Dessus, on pouvait y' lire ceci

___________________________________________


23 Mai

Le Maitre d’hôtel a débarqué dans ma chambre pour me demander si tout allait bien. Excepté certains petits bruits étranges, je pense que j'ai pas à me plaindre. Il en a profité pour me donner l'invitation de la soirée à venir. Pourquoi pas, mais devrais je y'aller seul ? Carmen ne semble pas désireuse d'y aller. Je vais la laisser réfléchir.

24 Mai

Alors que je travaillais, j'ai cru entendre quelque chose, comme un murmure derrière moi. J'ai d'abord cru que Carmen me jouait un tour mais lorsque je me suis retourné, il n'y avait personne. Je n'ai pas très bien dormi la nuit d'avant...Je suppose que la fatigue doit me jouer des tours. Me coucher plus tôt devrait résoudre ce problème.

25 Mai

J'ai été invité à venir boire un verre à la réception en compagnie d'un type très étrange. Je ne me rappelle plus très bien de son nom mais je crois qu'il devait s'appeler Adam Vom Homburg....un nom de ce genre. Il m'a plutôt bien accueilli et nous avons parlé longtemps. J'avais beaucoup de mal à soutenir ce regard insistant qu'il avait lorsqu'il posait ses yeux sur moi. Je me sentais presque écrasé par sa simple présence, comme si il tentait de m'intimider. Cette impression a vite cessée mais l'espace d'un instant, il a reussi à me faire peur. Je sais que je suis, de nature, peu à l'aise avec les gens, mais ce type là me terrorisait au point de me donner des sueurs froides.

De ce qu'il m'a raconté, il serait historien et mènerait des recherches sur la culture Sumérienne, avec leurs religions, leurs Dieux et tout ce qui allait avec. Il insinuerait même que Gotham City serait le point culminant à la réunion d’énergies cosmiques.....A vrai dire, je ne comprenais rien à ce qu'il me disait et je ne souhaitait qu'une chose : Que notre entrevue se termine.

26 Mai

Il semblerait que ce type, ce Vom Homburg, ne soit pas venu seul. Je l'ai vu accueillir toute une clique de personnes dont une femme que je soupçonne être sa bien-aimée. Je ne savais pas quoi penser quand j'ai vu le nombre de personnes qu'ils avaient à leur service et les quelques gardes du corps qui ne les lâchaient pas d'une semelle. En même temps, nous sommes à Gotham, donc, devrais je m'étonner ? Question beauté, on pouvait dire que celle que je soupçonne être sa femme, battait tous les records. Pas un instant avant qu'elle ne disparaisse, je n'ai pu décoller mon regard d'elle. N’empêche, plus j'y repense, plus je n'aurais pu penser qu'être historien pouvait aussi bien rapporter.

27 Mai

Ce soir aura lieu la réception donnée par la famille Wellington, des géants du cuivre dont la fortune aurait plus d'un siècle. Notre invitation commune a été validée mais Carmen ne souhaite pas venir, finalement. Elle se dit fatiguée et surtout, ne semble pas motivée. Elle assimile cela à une perte de temps. Tant pis......je m'y rendrais seul. Mais j’espère sincèrement ne pas recroiser Adam....Ce type me file la chair de poule.

_______________________________________________________

La page n'allait pas plus loin, couverte de sang, et surtout, s’arrêtant d'une manière logique. Les autres pages situées avant était inintéressante, blindé de moments de la vie du couple et jugé inutile pour comprendre ce qui arrivait en ce moment. A vrai dire, le petit carnet n'apprenait rien de vraiment utile...ou pas. La présence d'une famille comme les Vom Homburg serait un détail parmi tant d'autres, mais un esprit réfléchi trouverait que leur présence coïnciderait presque avec le carnage qui venait d'avoir lieu....mais peut-être n'était ce qu'une coïncidence et que eux aussi avaient péri, un peu comme le type qui, quelques étages plus bas, venait de pousser son dernier hurlement avant d'être jeté par dessus la rambarde pour chuter 40 étages plus bas. Blake était actuellement au 60éme étage et le hurlement semblait venir du 52éme, là ou se tenait la soirée. Allait il s'y rendre ou préférerait il continuer sa route plus bas?
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Blake/L'Artiste

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 29/12/2012
Nombre de Messages : 171
Vous à Gotham : Ancien commissaire de la ville. Possède une double identité en tant que justicier d'Etat sous le nom de l'Artiste et en tant que commissaire sous le nom d'Andrew Blake.
Citations : Chapeau, L'Artiste.

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Ven 21 Juin - 0:48

La descente de l'escalier pouvait se montrer périlleuse au vu du faible espace disponible mais apparemment la bande à Basile était partie faire la fête ailleurs. Andrew se méfia quand même, le fusil à pompe toujours bien serré entre ses mains. Après tout, qui pouvait savoir dorénavant ce qu'allait faire ces choses ? Ces horreurs sorties tout droit d'un film d'horreur nanar. Tuer des hommes, c'était facile comparé à ces choses-là. L'humain avait des réactions définies, un mode de pensée compréhensible mais personne jusque maintenant n'avait pensé à écrire un bouquin sur "comment tuer des démons.". Ce pauvre Sun Tzu et son art de la guerre pouvait aller se rhabiller sur ce coups-là, ce soir Andrew dînait en enfer.

La décoration de la cage d'escalier laissait à désirer, il fallait même complètement revoir le sujet pour Blake. Ces traces de sang contre le papier peint rendait extrêmement mal, du rouge sur du bleu, c'était vraiment dégueulasse. Et de plus les cadavres à chaque étage rendaient la chose encore plus mauvaise. Qui allait nettoyer toute cette saloperie ? La pauvre petite grosse payer presque rien du tout ? Ah non... Elle devait déjà être morte elle aussi à l'heure qu'il était, triste monde. De temps en temps, on pouvait aussi remarquer un bras ou une jambe traînant dans un coin, non loin de son propriétaire légitime qui ne semblait plus en état de réclamer son dû. Au final, il y avait tellement de macchabées qu'on aurait fait fortune à vendre tous leurs organes au marché noir, pour peu qu'on se fasse pas chopper.

Arrivé vers le soixantième étage, Blake fut confronté à un genre de fresque morbide dans un espace assez restreint. Même les pires peintres n'auraient pas pu imaginer ça. La femme plaquée au mur, le torse bien ouvert. Un couteau des plus tranchant ne serait même pas arrivé au même résultat, c'était dire l'attirail que se trimbalait les démons présents dans l'immeuble. De plus à côté, on pouvait remarquer le pauvre bougre découpé en deux, il n'avait pas eu de bol apparemment. Le cadavre du nouveau-né ne dérangea pas l'Artiste plus que ça, à la guerre seuls les plus forts survivaient et cela n'incluait pas les gamins braillards.

Le vieux s'abaissa rapidement pour regarder l'état du pauvre gars par terre. Dans une petite grimace, Andrew souleva du bout des doigts sa main, qui jouait avec les intestins sortant du buste, puis le jeta sur le côté et découvrit un petit livre dépassant par une des poches ventrales du veston. Agrippant le corps d'une de ses mains, Blake en profita pour arracher le bouquin au cadavre avant de le laisser retomber lourdement dans sa position d'origine. Le vieux recula ensuite pour éviter de marcher dans la mare de sang puis s'assit sur une des marches avoisinantes pour commencer la lecture du bouquin.

Le livre ne montrait rien de spécial à première vue hormis un homme qui semblait avoir des problèmes à faire sortir sa femme. Cela parlait aussi d'un mystérieux bonhomme, un certain Von Homburg, encore un fritz celui-là, qui semblait être sorti de nulle part. La description du bonhomme prêtait à confusion, surtout quand on voyait que qu'il était apparu peu de temps avant le massacre d'aujourd'hui. Certes Andrew était loin d'être un détective hors pair, surtout dans le domaine surnaturel, mais cette preuve suffisait amplement pour commencer un début d'enquête au sujet de l'allemand. Et peut-être en cadeau pourrait-il voir cette fameuse femme qui avait subjugué l'auteur du journal.


"Monsieur Von Homburg, nous devons avoir une petite discussion vous et moi il me semble..." fit l'Artiste tout en refermant le journal et en se relevant de sa marche d'escalier.

À peine fut-il debout qu'un cri résonna dans la cage d'escalier, cri très court de par sa nature. Apparemment les démons s'amusaient à jeter les gens d'endroits élevés, ça devait être leur trip après tout. D'ailleurs le cri semblait venir de la petite fête de cette enflure de Wellington, qui sait peut-être y avait-il encore des résistants parmi la noblesse de Gotham ? Et puis si Wellington était toujours en vie, il pouvait avoir des informations sur ce fameux Von Homburg, entre saligauds ils devaient se connaître. Le vieux se décida donc à continuer sa descente, jetant le journal dans la mare de sang à ses pieds et s'allumant un cigare au passage, c'était peut-être son dernier après tout.

Plus il descendait, plus les cris se faisaient violent. N'importe qui aurait continué sa route pour ne pas aller fourrer son nez dans une telle folie mais apparemment pas Andrew qui semblait apprécier particulièrement la tournure des événements. Il ne s'était pas autant amusé depuis son escapade en Afghanistan où il avait massacré un village de Talibans à coups de mortier, bordel c'était bien marrant ce truc-là. Mais bon, dans un immeuble il était difficile d'utiliser un mortier donc il faudrait se rabattre sur les bonnes vieilles méthodes. Une fois arrivé au cinquante-deuxième étage, Andrew se positionna face à la double porte en métal de la salle de réception puis chargea son fusil tout en prenant une longue bouffée de fumée.

Il souffla rapidement le gaz de ses poumons puis mit un violent coup de pied dans la porte, dévoilant une salle qui ressemblait à un banquet sanglant digne des films de Dracula. Blake, tout en souriant, pointa son fusil droit au milieu de la salle qui semblait encore mal éclairée puis avança lentement, chaque pas comptait.

"Monsieur Wellington, je suis désolé d'arriver en retard à votre réception mais je pense que nous devons parler vous et moi. Et si c'est pas Monsieur Wellington, je vous conseille de foutre le camp avant de manger du plomb dans la gueule, les monstros."

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Ven 21 Juin - 1:14


Mauvaise réponse...Très mauvaise réponse. Effectivement, Mr Wellington était bien là, dans la salle avec ses invités...ou du moins, ce qu'il en restait, c'est à dire, pas grand chose. Corps, bras, organes, têtes siègaient à des endroits divers. Certains cadavres pendouillaient au plafond, tête coupée et peau écorchée, pendus par les pieds. Mais aucune trace des agresseurs...et toujours ce foutu silence qui régnait.
Certains cadavres n'étaient pas encore trop abimés, même si ils trempaient dans une mare de sang entourée de fragments de crânes, de cheveux poisseux et de bouts de chairs. Mais ou étaient passés les responsables de ce foutoir?

Pas difficile de dire qu'ils étaient parti...ou qu'ils étaient en train de lui tendre une foutue embuscade. Déjà que l'odeur de la barbacq fraiche n'était pas agréable mais savoir qu'en plus, on pouvait avoir plusieurs regards sur soi, bien cachés dans les ténèbres de la salle, c'était encore moins rassurant. Ce qui se trouvait devant le vieux soldat n'était ni plus ni moins que la partie émergée d'une boucherie plus atroce encore. La question que l'on pouvait se poser était: Pourquoi avoir choisi un tel endroit? Pourquoi cette fête et pourquoi ce soir?
Des questions, des questions, et encore des questions à des réponses qui viendraient certainement...ou pas.
L'expérience avait appris au vieux combattant qu'il ne fallait jamais provoquer l'adversaire en terrain inconnu et encore moins à découvert mais les conditions de ce soir rendait tout cela bien inutile, dorénavant et les démons n'appréciaient pas d'être insultés délibérement...et encore moins d'être menacés.

Une respiration rauque et montant crescendo brisait maintenant le silence...une respiration qui semblait en amener une autre, moins forte...et qui en appelaient encore d'autre, comme si le tout commençait à entourer le vieux soldat. Certes, certains corps étaient en miettes, mais d'autres étaient encore en un état "potable", et pouvaient tenir. Tous étaient des invités, mais plus un ne pouvait prétendre à ce qu'il étaient autrefois. La plupart étaient d'une blancheur surnaturelle et il émanait d'eux une puanteur, comme une odeur de putréfaction avancée, chose qui était techniquement impossible.
Pourtant, cela était bien le cas...Les morts se relevaient et les grognements émanant d'eux n'avaient clairement plus rien d'humains....

Il y'en avait peut être 8....non, 9......voire plus encore, qui se relevaient avec pour seul et unique but l'idée de base de toute créature infernale et morte-vivante qui se respecte: Manger....manger....et encore manger et leurs regards témoignaient d'une faim fiévreuse à l'encontre du vétéran qui devait bien avouer le coté assez inédit de l’événement.
Certains semblaient encore frais et d'autres n'avaient plus qu'un oeil, ou tout le coté du visage arraché...plutôt dévoré. L'autre orbite de certains n'étaient plus qu'une cavitué suppurante et poisseuse. D'autres semblaient avoir perdus leurs lèvres, comme si leurs traits étaient figés dans un rictus perpétuel, ce qui n'était pas sans rappeler les victimes du gaz Joker. Mais tous égermaient du sol à peine éclairé pour mettre en morceaux Andrew.

HJ: Fais toi plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Blake/L'Artiste

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 29/12/2012
Nombre de Messages : 171
Vous à Gotham : Ancien commissaire de la ville. Possède une double identité en tant que justicier d'Etat sous le nom de l'Artiste et en tant que commissaire sous le nom d'Andrew Blake.
Citations : Chapeau, L'Artiste.

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Ven 21 Juin - 17:20

L'ambiance n'était pas des plus affriolantes dans la salle de réception. Au final, Andrew ne savait pas ce qui le dérangeait le plus dans l'affaire. La lumière clignotante qui créait une atmosphère digne d'un film d’Uwe Boll, les respirations rauques et saccadées des cadavres se relevant ou la puanteur avoisinante. On pouvait aussi remarquer un pauvre gars empalé sur le lampadaire, les tripes sortantes de son ventre décrivant une magnifique banderole morbide. Bref, tout cela n'était pas très ragoutant même pour un vétéran qui avait vu les pires horreurs de la guerre. Mais bon, après l'armée de démons, il fallait évidemment s'attendre à une bande de zombies amateurs de cerveaux. Se tuaient-ils comme dans les films d'horreur avec une balle dans la tête ? Le démon était mort d'un tir bien placé mais il fallait supposer qu'il était "vivant" - supposition bien sûr - tandis que les pourritures marchantes étaient plus mortes que vives.

"Je vois que vous vous refusez à toute conversation Monsieur Wellington !" fit Andrew en pointant son fusil vers un des corps titubant vers lui. "Quand je disais que l'argent et le pouvoir faisait perdre la tête, je n'aurai jamais pensé cela littéralement cependant."

L'adrénaline montait petit à petit dans tout le corps du vétéran, il allait enfin mener un combat digne de ce nom. Son fusil à pompe contenait huit munitions et Andrew n'arrivait même plus à compter le nombre de saloperie se relevant petit à petit. Certes il avait des recharges dans une de ses poches mais recharger son fusil semblait beaucoup trop dangereux dans la situation présente. Il savait qu'à un moment, il n'aurait plus que ses pistolets et son couteau pour le sauver de la marée de mort-vivants affluant vers lui. Un sourire se dessina sur les lèvres du vieil homme, un sourire qui était presque plus malsain que les choses en face de lui mais qui en révélait long sur ce qui allait se produire dans la salle. Le Vietnam allait peu à peu s'effacer de ses pensées et laisser place à une guerre encore plus admirable, une guerre contre des choses surnaturelles, un véritable défi.

Une rotation de coup accompagnée de deux bonnes respirations et l'Artiste était prêt à en découdre avec toutes les saloperies présentes dans la pièce. Environ neuf étaient déjà debout et s'avançaient vers le vétéran qui semblait être un repas de choix pour les choses. Malgré le fait qu'elles étaient de plus en plus proches, le vieux n'appuya pas sur la détente, il savait comment gérer les combats rapprochés après tout. Tout débuta dès que la première chose - habillée dans un costume de marque - fonça, les bras devant et les dents en évidence, sur le justicier pour essayer de le mordre. En l'espace de quelques secondes, la crosse de l'arme alla percuter d'une force exemplaire la mâchoire du décédé, faisant voler ses dents sur le sol et cassant littéralement le cou du pauvre homme. Après le double tour sur elle-même de sa tête, le zombie s'écroula par terre, dévoilant derrière lui ses autres amis tous prêt à déguster l'Artiste cru.

Tout s'enchaîna ensuite très vite, un premier tir résonna dans la pièce. Le canon s'illumina et laissa partir une volée droit vers la tête du gars le plus proche. La munition heurta directement le crâne du mort-vivant et éclata sa boîte crânienne en morceaux. Le cerveau aussi vola dans petits bouts sanglants face à la puissance du tir entraînant en même temps la chute du corps sur le sol, inanimé. Une autre détonation partit droit vers une femme dont la mâchoire pendait, le monstre, étant trop proche de l'Artiste, fut projeté contre un des murs dans un fracas et badigeonna le mur d'une fresque de sang des plus magnifiques. Le bas de la mâchoire se détacha aussi en passant et alla percuter une des portes en métal avant de ricocher sur le sol pour aller finir près de sa propriétaire.

Malgré la boucherie qui était en train de se produire, les zombies ne cessait d'avancer et ne semblait pas ressentir la peur. Une bande d'humains normaux aurait déjà commencé à reculer face à la détermination du vieux mais pas ces choses-là, elles semblaient animées par quelque chose qui les forçait à aller se faire tuer, ou tuer. Sur les neuf qui étaient déjà debout, trois jonchaient déjà le sol dans des mares de sang et de chair. Les six restants continuèrent leur avancée macabre, certains piétinant les cadavres de leurs anciens amis au passage. Andrew en profita pour reprendre une bouffée de son cigare, histoire de se redonner des forces, puis tira une nouvelle fois vers le thorax d'une des choses approchantes. Le zombie se retrouva avec un trou béant à la place de son cœur et s'écroula par terre tout en écrasant son organe manquant. Un autre tir alla percuter un autre homme s'approchant de trop près mais malgré le bras s'envolant avec la décharge, la chose continua d'avancer en grognant. Elle fut achevée par un autre tir trouant le milieu de sa figure, ce qui l'arrêta définitivement.

Alors que cinq choses étaient déjà au sol, deux autres se relevèrent du bout de la salle pour prendre la relève, cela ne semblait jamais vouloir s'arrêter. Il ne restait plus que trois munitions pour six morts-vivants, après il allait devoir s'en sortir à l'ancienne pour en finir avec ces choses. Hormis les deux qui venaient à peine de se relever, quatre autres zombies s'approchaient de façon critique du vétéran qui ne cessait de reculer après chaque tir, laissant une douille fumante rouler au sol après chaque tir. Vint le moment dramatique où l'Artiste se retrouva collé à une porte, bloquant toute retraite possible. Bien décidé à ne pas se laisser dévorer par ces choses, il appuya frénétiquement sur sa gâchette pour libérer de l'espace. Une balle arracha la jambe d'une des quatre abominations en face de lui, la faisant tomber au sol mais ne l'arrêtant cependant pas car elle continuait d'avancer en se servant de ses mains, comme dans les récits d'horreur les plus normaux. Les deux autres balles touchèrent un zombie à deux endroit, l'expulsant inanimé au loin.

Une fois son fusil vidé, l'Artiste le jeta immédiatement au sol pour pouvoir s'emparer de ses pistolets mais il était déjà trop tard. Un des morts l'agrippa sur son épaulette de métal et commença à essayer de la déguster alors que son ami attrapait le bras du justicier, prêt à déguster un avant-bras. Andrew sentant la situation échapper à tout contrôle s'énerva brutalement. Il tira son bras de l'emprise d'un des deux zombies et alla directement chercher son couteau dans son étui pour le planter droit dans la boîte crânienne de l'autre morts-vivant qui plantait ses dents dans la partie métallique de l'armure.

"Ça se saurait si des dents pouvaient bouffer ça, connard." crachat ‘il à la figure du mort tout en enfonçant le plus fort possible son arme dans la tête, l'empalant contre le mur au même moment.

De son autre main, il s'empara de son cigare et alla l'écraser sur l'œil de l'autre zombie qui revenait à la charge. La chose, déjà borgne à l'origine, fut complètement aveuglée par la brûlure sur sa rétine et recula tout en donnant des coups de griffes dans le vide. L'Artiste, fort et fier de sa victoire, reprit son couteau bloqué dans le crâne d'une des choses et le remit immédiatement dans son étui avant de s'emparer de ses deux Beretta. Une balle précise alla heurter la tête du mort aveuglé, ce qui le fit immédiatement s'écrouler par terre. Le dernier gars encore en état de fonctionner proche d'Andrew était celui qui s'était fait arraché une jambe auparavant, il fut achevé d'un écrasement de botte droit sur le visage, broyant littéralement la tête de la pauvre chose. Blake se considérait déjà vainqueur, il ne restait plus que deux choses en "vie" et elle était encore à distance respectable. Elles furent achevée d'un tir dans la tête pour chacune, le combat était enfin fini et non sans mal.

Une véritable boucherie avait eu lieu, dévoilant des cadavres en morceaux et des douilles partout dans la salle. La scène de départ n'était déjà pas fabuleuse alors celle de fin ne donnait rien de mieux.


"Y-a-t ‘il encore des volontaires pour se faire découper ?" cria Andrew dans la pièce tout en récupérant son fusil à pompe, tout en profitant pour le recharger rapidement. "J'ai toute la nuit pour vous, les monstres."

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Sam 22 Juin - 3:37

De vie à mort, pour repasser par la non-vie et la non mort, et finalement plonger définitivement dans les bras de la faucheuse, tel était la destinée des nouvelles victimes d'Andrew Blake, cet homme si marqué pour qui ce monde était au final une gigantesque farce. Il pensait que tout n'était que folie mais cette nuit, il allait apprendre à quel point folie pouvait rimer avec terreur et ténèbres.

Avait il souffert de ce qu'il avait fait? Avait il pris un main plaisir à mettre en morceau, à exploser ses pauvres hères maudits par le destin? Le justicier rescapé, ancien soldat du vietnam était un homme si étrange, si renfermé qu'il était difficile de savoir à quoi il pensait. Mais il avait affronté la mort une fois de plus et lui avait craché à la gueule une nouvelle fois en riant et en se moquant ouvertement d'elle. Tous gisaient sur le sol, comme si ils ne s'étaient jamais relevés et pas un ne tentait quoi que ce soit. A la manière de ces viet-congs qu'il avait massacré au lance-flammes, il n'avait pas hésité à s'en prendre à ces créatures marqués du destin, mais était ce pas simple amusement? Sa haine des riches n'aurait elle pas été un prétexte pour commettre ce massacre? Bien sûr, il était question de protéger sa vie mais la moquerie dont il faisait preuve était peut-être révélatrice.
Au final, tuer ces créatures et tuer des humains n'était il pas semblable dans la tête du vieil homme?? Le combat était ce qu'il était; Violent, sanglant, sans pitié ni concession...mais celui mené l'était sans aucune marque de respect et peu importe l'adversaire en face de soi, le respect lui est du. Peut-être pas pour les démons mais pour leurs victimes, il était de mise.


Celle qui avait tout observée dans son coin le savait. Depuis le début, elle était là, cachée, ses yeux verts luisants observant les moindres faits et gestes du vieil homme. Il avait combattu si vaillement, mais avec tant de haine en lui, tant de colère....Lynn avait supposée qu'il s'agissait de cela, jusqu'à ce qu'elle comprenne réellement ce qui vivant dans le cœur ravagé du vétéran. Tristesse, colère, dégout, cynisme....tant de choses qui lui faisaient mal mais qu'il avait accepté...presque résigné.

"Vous valez mieux que cela, Andrew Blake....Vous n'êtes pas un vulgaire tueur...mais vous refusez de le reconnaitre, vous qui êtes prisonnier d'un rôle, entravé par des chaines que vous vous êtes attaché...Est ce cela que vous souhaitez pour Diana?"

La voix n'était pas moqueuse mais emplie d'une grande tristesse à son égard. Elle trahissait presque de la pitié à son égard. Qui que ce soit, cette voix, qui semblait être celle d'une femme avait parlée, quelque part autour de Blake, mais jamais il n'aura le temps de répondre. Les lumières s'éteignirent, cessant de clignoter...puis elles se rallumèrent brusquement...éclairant la pièce du massacre des démons mais aussi de celui du vieil homme....Lynn n'était plus là mais elle allait garder un oeil sur le vieil homme durant son périple dans la tour infernale. Elle était curieuse de voir comme Andrew allait réagir à l'évocation de sa propre fille.

Parmi les cadavres, on pouvait reconnaitre la presque totalité des richards qui habitaient le Heaven's Lie, mais aucune trace de Vom Homburg et de sa compagne. On pouvait présumer de beaucoup de choses les concernant et vu la manière dont certains avaient été tués, il n'était pas difficile de dire que tous avaient été tués de manières rapide, presque instantanée parmi ceux visés....et ceux ayant pu quand même échapper à la première vague, avaient eu droit à un superbe vol de plus de 50 étages. Donc, techniquement, l'attaque avait été bien menée de manière à ce que personne ne survive...Cela ne rendait que plus suspect encore le couple Vom Homburg qui devait forcément être là.

Un nouveau choix s'offrait à Andrew: Continuer sa route et descendre quelques escaliers plus bas ou rester à l'étage et visiter en espérant y' trouver ce qu'il cherchait et pourquoi pas, mettre la main sur celle qui lui avait parlée de manière si mystérieuse. La salle de réception ne pouvait donner accès qu'à la salle des serveurs et à la cuisine, ce qui ne risquait pas de l'amener très loin...du moins, si il n'y avait pas eu ce bruit de pas....suivi aussitôt de celui des portes qui venait d'être enfoncé, comme si quelqu'un prenait la fuite.

Le coupable?? Ou un survivant apeuré? Blake pourrait très vite le découvrir, à moins que....cela ne soit autre chose. De toute manière, il s'était bloqué de lui-même: Cet accès ne menait nul part donc, il serait forcé de se faire attraper.
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Blake/L'Artiste

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 29/12/2012
Nombre de Messages : 171
Vous à Gotham : Ancien commissaire de la ville. Possède une double identité en tant que justicier d'Etat sous le nom de l'Artiste et en tant que commissaire sous le nom d'Andrew Blake.
Citations : Chapeau, L'Artiste.

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Dim 23 Juin - 22:05

Une fois l'ardeur du combat dissipée, l'Artiste eut quelques instants pour reprendre son souffle. Il en profita au même moment pour se rallumer un cigare, l'autre ayant été utilisé pour la bonne cause - mais gâcher quand même. Une fois le cigare sur ses lèvres, il sentit la fumée - nauséabonde - s'élever dans l'air, emplir la pièce d'une aura toxique et rentrer par tous ses pores. Au diable les écologistes et leur tabagisme, ça faisait tellement de bien ces choses-là... Il emplit ses poumons de fumée avant de laisser le gaz s'échapper de par sa bouche, le tout appuyé sur son fusil de manière à récupérer le plus de force qu'il pouvait, c'était loin d'être terminé. Au moins, si il faisait une autobiographie plus tard, en plus des Viêt-Cong qu'il avait buté, il pouvait maintenant ajouté une armée de zombies bourgeois en costume haut de gamme.

Une voix résonna dans la pièce, une voix féminine. Cela attira l'attention du vieux combattant qui était en train de se reposer dos au mur car personne ne semblait être dans la pièce avec lui, hormis les morts. Cette voix semblait mélancolique, le prenait presque de pitié ! Mais qui était cette catin du démon pour oser traiter un vétéran tel que lui de la sorte ? Qu'elle vienne, il y avait encore assez de balles et d'explosifs pour lui faire danser la java toute la nuit à cette prostituée ! Et en plus elle osait nommer la fille du vieux, une fille qu'il n'avait pas vu depuis des années ! C'était le pompon ça, utiliser la famille pour s'en prendre à un homme, la chose qui parlait n'avait juste pas comprise qu'Andrew n'en avait que faire de sa fille, elle avait fait ses choix tout comme lui. Au moins, il lui avait offerte une éducation digne de ce nom, pas comme les crapules de cette ville.


"Vous ne savez même pas de quoi vous parlez. Ma fille est majeure et vaccinée, elle n'en a plus rien à faire de ce que son père fait car elle est partie des années de cela, alors ne l'utiliser pas contre moi." dit-il d'un ton sérieux. "Et puis, comment osez-vous utiliser la famille, vous venez de perdre tout honneur à mes yeux mes chers démons... Vous ai-je froissé en tuant un de vos amis ? Votre amant ? Celui qui de sa chibre démoniaque vous transperçait la nuit dans les torrides flammes de papa Satan ? Allez montre-toi salope, je vais te montrer de quel bois je me chauffe."

Alors qu'il se relevait du mur auquel il était appuyé que qu'il s'apprêtait à faire le tour des corps, les lampes de la salle s’éteignirent de nouveau. Le vieux eut rapidement ce vieux réflexe de braquer son fusil droit devant lui, ces choses pouvaient sûrement sortir de l'ombre comme des vers du sol. Il ne ressentait pas de peur, pas de pitié, il ne ressentait que la joie de mener pour une fois un combat digne de lui, loin de la racaille populaire de Gotham City. Des ennemis qui ne sentaient par la peur comme lui, des ennemis prêts à se battre jusqu'à la mort comme lui, il n'en fallait pas plus pour rendre un vieil homme heureux. L'attente fut de courte durée car d'un coup, les lumières de l'étage se rallumèrent de façon presque divine, une large scène sanglante se dévoila à lui, non pas pour lui déplaire.

Il commença son tour des cadavres une fois tout danger loin de lui mais il ne trouva rien d'intéressant. Certes, ils étaient tous bourrés de fric mais à quoi bon voler de l'argent quand on était aux portes de l'enfer ? En plus, la plupart des billets étaient recouverts de sang coagulé, difficile de payer avec ce genre de chose sans finir en taule. Andrew rigola cependant en passant à côté de Wellington qui ne semblait plus avoir si bonne mine qu'auparavant, un morceau de sa tête avait volé en éclat ce qui lui donnait ce petit air de tomate écrasée, c'était divin. Du bout de sa botte, l'Artiste jeta le bras de Wellington hors de sa veste et fouilla les poches du costume, il y trouva la liste des invités présents. Von Homburg devait participer à la réception et pourtant aucune trace d'un homme de la sorte dans l'assemblée, ni de sa femme d'ailleurs. Ça ne sentait pas bon du tout.

Un bruit résonna vers la porte des cuisines, une chose venait de défoncer la porte et essayait de s'enfuir apparemment. Blake tourna directement son regard vers l'endroit puis se mit à courir frénétiquement dans le but de trouver le coupable de ces événements surnaturels, peut-être allait-il tomber sur Von Homburg ? Ou sa mignonne ? Empoignant son fusil à pompe d'une façon déterminée, Andrew fonça dans la double porte en métal l'épaule première pour l'ouvrir puis tomba dans la salle des cuisines, elle menait sur un petit couloir à l'arrière, la salle froide où était stockée la viande. Lentement, l'Artiste fit rapidement le tour de la pièce pour vérifier qu'il n'y avait personne dans le local des cuisiniers mais il ne trouva rien hormis des cadavres découpés ainsi qu'un cuistot la tête la première dans un bac de friture, ça donnait faim tout ça.

À l'approche de la salle réfrigérante, Andrew sentit le fond de l'air se glacer peu à peu. Cela aurait été naturel dans des temps normaux mais la température était presque glaciaire, digne de celle qu'il avait dû affronter pendant un hiver au Kazakhstan. Il ouvrit la porte d'une main, le tout lentement. Le crissement métallique laissa place à une penderie où des carcasses d'animaux refroidissaient en attendant d'être préparée, rien de spécial sois dit en passant. Un bruit se fit dans les caisses à l'arrière de la salle, Andrew accourut pour essayer d'attraper sa proie et tira sans sommation dans le tas de cartons amoncelé à l'endroit. Il se décida à aller vérifier si il avait touché quelque chose mais il fut surpris de ne rien voir, pourtant cela avait bougé auparavant... Il avait été piégé et il avait foncé dans le guet-apens comme un bleu, quelle honte.

Il serra son poing si fort qu'il faillit en saigner puis le balança de rage dans le mur en face de lui. Tout en remettant la munition manquante dans son fusil à pompe, il en profita pour rallumer son cigare qui faiblissait de par son trajet dans la salle froide. Dans le local des cuisiniers, la partie menant à la salle de réception était couverte de noire, comme si l'ombre recouvrait même les parties éclairées. De par le sol, des yeux rouges luisaient comme des chats dans la nuit, ils venaient pour lui, ils l'avaient piégé. Cela ne lui était jamais arrivé mais il fallait se rendre à l'évidence, il était foutu, c'était fini, tout était fini.

Le sourire aux lèvres et la main bien posée sur la gâchette de son fusil, il eut un petit rire nerveux pour décompresser. Alors c'était comme cela qu'il allait finir ? Entouré de démons, à se battre jusqu'aux ongles avec eux pour dans un vain espoir survivre ? Peu importe, si il fallait qu'il meurt aujourd'hui, il emporterait le plus de ces saloperies avec lui, il n'allait pas se laisser tuer ainsi. Il s'empara de ses deux parts de C4 qu'il avait dans son armure est les colla sur son ventre, reliant le tour d'un fil explosif de manière à pouvoir se faire sauter au cas où il se faisait submerger. Il avança aussi la position de ses grenades de manières à être plus à portée, c'était le dernier combat d'un vieil homme, le plus fabuleux combat d'un vieil homme.

"Allez venez, j'ai pas toute ma journée. Qu'on en finisse." fit-il en crachant par terre le tabac qui rongeait ses dents, toujours le cigare aux lèvres.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Ven 28 Juin - 16:46

Le piège semblait pourtant si évident, et malgré ce détail, le combattant qu'il était avait accepté en toute conscience d'entrer dans la cuisine, sachant pertinemment ce qui l'attendait. Les créatures observaient, l'écume aux lèvres celui qui allait leur servir, non pas de repas, mais de jouet jusqu'à la lassitude. Guettant dans l'ombre celui qui allait devenir leur souffre douleur-, les créatures feulaient, prêt à bondir et à jouer des crocs et des griffes sans se soucier du C4 sur la poitrine du vieil homme.

Blake se fichait bien de mourir, pourvu qu'il en réexpédiait le plus possible en enfer et une fois de plus, le destin allait se montrer bien capricieux à son égard en lui donnant un coup de pouce inattendu sous la forme d'une ombre gigantesque qui venait de se matérialiser près de lui. Instantanée, drapé du voile de minuit, son visage était enveloppé de ténèbres mais son gabarit laissait supposer que ce type était un géant comme on n'en voyait que peu.
Il n'eut pas un mot, rien de tout cela, et se contenta juste d'attraper Blake par le bras pour le balancer hors de la salle. Sans forme de procès, le vétéran fût soulevé et balancé en direction de la salle où il avait vaincu les zombies sans qu'il ne puisse comprendre. A peine eut il touché le sol de l'autre coté que les portes se refermèrent et derrière elle, les cris des créatures se firent entendre, entre frustration, colère et peur, suivi d'un bruit de casse tonitruant. Qui que ce soit, le géant n'était clairement pas de leur coté et les bruits de batailles confirmèrent qu'il s'en donnait à cœur joie.

Hé non, Blake n'allait pas mourir aujourd'hui...ou du moins, pas maintenant...pas de la main des Annihilateurs qui succombaient aux attaques du mystérieux sauveur. Et comme pour être sur qu'il ne tente rien, la porte fût scellé par une étrange énergie verte qui pulsait, un peu comme un champ de force empêchant toute fuite et toute intrusion. Qui sait, peut-être allait il aussi s'apercevoir qu'il n'était pas seul et qu'une autre personne semblait l'observer, presque amusée par la situation. Sa batte posée à coté d'elle, elle fixait la scène en tenant un étrange chat noir dans les bras qui le regardait avec toute autant d'insistance que la jeune femme brune, cette dernière ne disant pas un mot, attendant certainement une quelconque réaction du vieux combattant.

Le plus étonnant, ce fût quand le chat prit la parole d'une voix douce et féminine...la même voix qui avait parlé de Diana, il y'a quelques minutes, cette voix remplie de tristesse et qui émanait maintenant de ce chat. D'ailleurs, il se laissa doucement échapper des bras de celle qui la tenait pour se placer à ses cotés. On aurait pu croire à un rêve complétement fou ou une plongée dans le pays de la folie, mais tout cela semblait bien réel.


"Ce n'est pas encore votre moment, Andrew...mais c'est à vous qu'incombe la tâche de les tuer. Mais pour cela, vous devez vous réveiller."
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Blake/L'Artiste

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 29/12/2012
Nombre de Messages : 171
Vous à Gotham : Ancien commissaire de la ville. Possède une double identité en tant que justicier d'Etat sous le nom de l'Artiste et en tant que commissaire sous le nom d'Andrew Blake.
Citations : Chapeau, L'Artiste.

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Jeu 4 Juil - 1:57

Ce n'était même pas la peine de penser à un quelconque combat héroïque, tout avait été ruiné en quelques instants. Certes les créatures s'amassaient en face de lui, grognant et sortant leurs crocs comme des animaux mais il fallait croire qu'un "ange" gardien veillait sur le vieux vétéran ce jour-là. Il s'était pourtant résigné à mourir, lui le vieux qui n'avait plus rien à perdre hormis sa vie. Il était rouillé, usé et une mort glorieuse dans un combat sensationnel lui avait semblé être une belle mort. Il avait même eut le sourire en acceptant la chose, ce n'était pas tous les jours qu'on passait de vie à trépas après tout.

Alors qu'il sentait sa dernière heure - ou plutôt minute - approcher, il prit une dernière bouffée de son cigare. C'était amer, cela n'avait plus aucun goût dans sa bouche. Il se sentait libérer de toutes ces saloperie qui avaient pourries son existence, il n'en avait plus besoin là où il irait. D'un geste désabusé, il lança le projectile encore allumé en direction des démons, toujours dans un sourire narquois puis essuya la sueur sur son front, les dernières gouttes qui sortiraient de son corps sûrement. Tous les hommes rêvaient de vivre éternellement, Andrew en faisait partie bien évidemment mais il voulait vivre éternellement pour tuer, pour "s'amuser" à traquer des proies et pour montrer aux humains qu'ils ne sont que des animaux à abattre. Manque de bol, comme dit auparavant, il n'allait pas mourir maintenant.

Une ombre se matérialisa devant lui, plutôt énorme et le visage recouvert d'un long voile noir masquant le visage de la chose. Elle apparût comme cela, d'un coup, rien ne pouvait le présumer. Sa taille grandissime rendait la chose grotesque dans la tête de Blake. Cependant il ne garda pas son sourire bien longtemps quand il sentit les lourdes mains s'abattre sur son corps et le soulever comme une feuille, lui qui pesait son poids. La chose le jeta violemment vers la salle de réception, sans aucune forme d'attention au final. Pendant son vol improvisé, l'Artiste heurta la double porte battante des cuisines de plein fouet pour finalement s'écraser lamentablement au sol. Son corps lui faisait un mal de chien mais il avait encore la force de se relever.

Les portes se fermèrent derrière son passage, un large faisceau vert les recouvrant. Des cris sordides retentirent dans les cuisines, on pouvait entendre des déchirures, des membres arrachés et des murs s'effriter sous les chocs du combat. Qu'est-ce que c'était encore que cette mascarade ? Ne pouvait-on pas lui ficher la paix à ce pauvre vétéran ? Les démons n'étaient pas assez, les zombies non plus, maintenant il fallait rajouter des ombres et des portes magiques version Star Wars. Tout en s'appuyant sur son genou gauche, Andrew se releva tant bien que mal tout en gémissant au fur et à mesure de son redressement, ce n’était pas facile d'être vieux.

Quelle fut sa surprise quand il vit au milieu de la pièce cette femme avec son chat, brune et plutôt belle. Le chat semblait être différent, pas le genre de matou à qui on jette des croquettes et de l'eau dans une mangeoire pour le nourrir mais plutôt le genre monstros. Il y avait un genre d'aura autour de lui, quelque chose qui traversait Andrew sans qu'il sache pourquoi. Mais ce n'était rien comparé à sa surprise quand il entendit le chat prendre la parole, de plus avec la voix qui avait osé parler de sa fille ! Chat de merde va ! Comment osait-il lui sortir un baratin incompréhensible en plus ? Il doit se réveiller, sans blague ça faisait une heure qu'il se croyait dans un rêve mais sa douleur était bien réelle pourtant.

Tandis que le vieux remettait son fusil à pompe sur son dos grâce à la bandoulière, il s'alluma un nouveau cigare - le troisième de la soirée exactement. Il n'était pas mort, espérons que le tabagisme l'achève après tout. Et tout en prenant sa première bouffée de fumée, il s'adressa au chat d'une voix ironique.

"Tu sais ce qui est marrant dans tout ça ? Non pas le fait que tu sois un putain de chat qui parle mais plutôt le fait que tu viennes de sauver la mauvaise personne dans le tas. Il y avait des gens bien dans cet immeuble avant l'arrivée de vos amis, ils auraient accepté sans hésiter de vous aider à tuer ces monstres mais moi, il va me falloir autre chose je pense. D'ailleurs je pense que j'ai ce qu'il vous faut pour vous remonter vous aussi, je vous préviens, ça va être... explosif."

Il rigola franchement avant de poser sa main sur son torse. Ses gros doigts agrippèrent le fil posé sur le C4 et seconde après seconde, comme dans un ralenti, le morceau de fer commença sa lente progression hors des explosifs. Pendant ce temps si minime, si infime, Blake se souvint de toute sa vie, elle défilait sous ses yeux à une vitesse folle. Ses parents, son entrainement militaire, le caporal McKennet qui était une enflure, le Vietnam, toutes ces guerres, sa rencontre avec sa femme, le départ de sa fille, le début de l'Artiste, le meurtre des criminels et pour finir : les démons. Soixante années venaient de défiler dans sa tête en l'espace de trois secondes, même Dieu n'aurait pas fait mieux.

Et puis il y eut le moment final, le tombé du rideau sur la scène. Un tic, une détonation et tout commença à voler en éclat. Andrew se volatilisa dans l'explosion, les murs commencèrent à se démolir sous l'onde de choc et les flammes. Les grenades qu'il avait attaché à sa ceinture suivirent le mouvement et enchaînèrent la danse explosive à leur tour. La conduite de gaz des cuisines fut touchée par la déflagration. Le gaz s'enflamma et commença à lui aussi embraser l'immeuble, toutes les fenêtres sur trois étages volèrent en éclat, ainsi qu'un gros morceau de l'étage où avait eu lieu le centre de l'explosion.

Au final, il ne restait plus que des gravats et trois étages en morceaux. Les flammes avaient tout consumé, les corps présent dans la salle de réception avaient volé par les fenêtres pour retomber dans la rue où se réunissaient les premières patrouilles de flics appelées suite aux cris. Le nuage de fumée noire commença à s'extirper dans le vent froid de la nuit. L'Artiste avait tiré sa dernière carte, il avait enfin trouvé une fin digne de lui. Peut-être que ce chat avait été pulvérisé avec lui, peut-être que non. Après tout, ce n'était plus son affaire, il était mort pour de bon... du moins c'est tout ce qu'il pouvait espérer en faisant ce geste stupide.


_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Jeu 4 Juil - 2:25

Ainsi soit il, le vieux soldat avait choisi sa voie. Dans un dernier geste, peut-être de défi, il avait décidé de se donner la mort pour emporter avec lui un maximum de créature et parallèlement, les deux étrangers et ce mystérieux chat doté de parole. Les flammes avaient consumé les étages, détruits les corps des créatures zombies et certainement pulvérisé les démons qui n'en menaient pas large dans la cuisine.
Mais plus encore, Blake avait peut-être emporté avec lui les deux êtres, le géant et la femme qui avaient souhaité le sauver.

Dans ses derniers moments, le vieil homme avait été persuadé du mauvais choix du trio mystérieux, presque convaincu qu'au final, il ne valait rien par rapport à sa propre vie, ou du moins sa propre estime. Il voulait mourir en combattant, en tuant et en exterminant sachant que toute sa vie n'avait été qu'un long combat et qu'enfin il allait trouver le repos qu'il méritait tant...ou les flammes de l'enfer. Dans le cas d'un homme comme Andrew Blake, sa destination semblait doublement évidente car non content d'avoir pris des centaines de vies dans ce monde, il s'était lui-même ôté la sienne en toute conscience dans un monde ou l'Enfer existait et où le suicide ne pouvait mener qu'à une seule destination.

Durant l'explosion, l'esprit du vieux vétéran semblait figé, ailleurs. Il y'a longtemps, il fût un enfant, puis un homme dont le seul but était de servir, tuer et mourir. Il avait connu tant de choses, et oublié à quel point avant d'être un soldat, il était avant tout un homme...et un humain qui avait aussi droit à sa vie.
Cette vie, il l'avait donné à ces gens qui se fichaient de lui, qui ne le voyaient que comme un outil qu'on jetait après usage. Toute sa vie, on n'avait eu de cesse de lui répéter la même rengaine, aussi bien au camp qu'au bordel.


"Il n'y a pas de place dans ce monde pour les gens non essentiels....et vous n'êtes pas essentiel si vous refusez de vous battre."



Alors il avait fait son choix, en toute liberté, s'était peut -être il dit. En vérité, c'était le choix d'un homme enchainé, sans espoir et sans aucun avenir...celui d'un être remplaçable qui serait vite oublié et à qui on collerait juste un titre, quelques mots, un épitaphe et voire même, un grade à titre posthume.
Voilà l'avenir que l'humanité réservait à Andrew Blake. Le sang, la gloire, puis la solitude, dans une vie fermée, contrôlée, cloitré à jamais dans une destinée qui n'était et qui ne devait pas être la sienne.

Mais ce n'était pas ce destin que Lynn avait choisie pour lui. Le vieil homme n'avait pas le droit de mourir. Pas maintenant car son heure était loin d'avoir sonnée. Blake avait triché avec son destin en jouant une carte qui lui était interdite et le destin ne voulait pas changer, surtout pour un homme bien plus important qu'il ne voulait le croire.


________________________________

La jungle, chaude, les palmiers...la chaleur d'un pays étranger, l'odeur du combat et de la guerre...Seuls quelques cris d'oiseaux brisaient ce calme autour du corps inanimé d'Andrew qui reposait dans la mousse, équipé de ses armes et de sa tenue de guerre, de ce treillis vert si caractéristique qu'il avait autrefois connu. En face de lui trône son arme, un M16 automatique et à ses coté, Lynn attends, ne quittant pas cet homme au destin insoupçonné. Blake pensait avoir tout vu? Jamais il ne pourrait imaginer ce qu'il allait vivre alors que dans un grognement, il commençait à émerger de sa torpeur...ce qui était impossible.
Pourtant, il était là, dans la jungle vietnamienne, au cœur même du conflit viet-cong...revenu dans son passé.


"Réveillez vous, Andrew..." disais le chat, avec un air serein, comme si tout cela semblait normal pour lui...ou pour elle, au vue de sa voix féminine. Les paroles du chat furent suivi d'un silence à peine percé par les coups de vents à travers les feuillages mais aucun bruit de coup de feu, ni d'explosions. Il n'y'aut pas un cri, pas de plainte de soldat blessé ou agonisant sous les tirs ennemis, ni même des cris de douleurs sous la torture.

Non, rien de ça, excepté le vieux soldat au sol qui peinait à se relever et le chat qui émettait un étrange ronronnement qui ne prêtait guère à l situation.


"J'aurais pensée que vous m'auriez emmenée ailleurs."
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Blake/L'Artiste

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 29/12/2012
Nombre de Messages : 171
Vous à Gotham : Ancien commissaire de la ville. Possède une double identité en tant que justicier d'Etat sous le nom de l'Artiste et en tant que commissaire sous le nom d'Andrew Blake.
Citations : Chapeau, L'Artiste.

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Lun 8 Juil - 22:51

Il fallait croire qu'il était plus solide qu'une vieille carne pour survivre à une telle explosion. Ou alors même la mort ne voulait pas d'un abruti comme lui dans son royaume, cela aurait été une réponse plus normale - sachant que la normalité ne tenait plus qu'à un fil avec tous ces événements. L'Artiste sombra pendant quelques instants dans un noir total, un néant. Pour décrire la chose, c'était comme si il dormait éveillé, un sentiment de se régénérer tout en étant conscient. Ce n'était pas déplaisant, la prochaine fois, ils veilleraient quand même à rependre le décor car le noir est très morose.

Au bout d'un certain moment tout pris fin, s'arrêta net sans demander. Andrew eut l'impression d'être brusquement transporté quelque part sans pour autant savoir où. Mais merde, si ça faisait ça à chaque fois que quelqu'un mourrait, ça ne devenait plus marrant de tuer ! Il les ferait plus souffrir avant de les abattre la prochaine fois, au moins il sera sûr que les malfrats comprennent avant de trépasser. Au final, Blake retomba brusquement sur un sol mou. Il ne pouvait pas encore ouvrir les yeux mais il pouvait déjà sentir la température et entendre les bruits, il savait où il était.

Son cerveau s'activa comme dans sa jeunesse, envoya les messages d'alerte dans tout le corps pour qu'il se réveille et après deux minutes d'attente, le vieux ouvrit enfin les yeux pour contempler les vestiges de sa vie. À côté de lui, il y avait toujours ce maudit chat qui ne semblait pas vouloir déguerpir. C'était en partie pour cela qu'il n'avait jamais voulu d'animaux domestiques d'ailleurs, il suffit de les nourrir et ils ne vous lâchent plus ! Et ce ronronnement agaçant n'arrangeait rien à l'affaire, le vieux n'avait qu'une envie qui était de mitrailler ce matou avec sa bonne vieille M16. Mais bon, l'animal venait de survivre à une explosion mortelle, les balles ne seraient d'aucun effet ici.

L'Artiste se releva doucement, admirant autour de lui la faune et la flore environnante. Elle était majestueuse comme dans ses plus lointains souvenirs. Il passa un rapide coup de main sur son habit militaire pour effacer les plis, cela lui mettait du baume au cœur de pouvoir enfin revêtir une dernière fois son costume de l'armée. Le vieux était nostalgique, il vivait presque un rêve éveillé - malheureusement sans la meilleure partie : la guerre. Il toucha du bout des doigts les feuilles d'une fougère et porta la senteur jusqu'à son nez, tous ses souvenirs lui remontaient d'un coup. Mais trêve de plaisanteries, rien de cela n'avait l'air normal. Il aurait dû être désintégré dans l'explosion, il ne devait normalement plus rien rester de lui ! Que s'était-il passé bon sang ?

Le chat semblait être à l'origine de tout ça, même si cela était dur à admettre. Et puis comment pouvait-il tout savoir sur le vétéran ? Sa fille, sa guerre et bientôt ses mensurations ? Et pourquoi s'attardait-il tant avec un homme qui voulait le faire exploser cinq minutes auparavant, les chats étaient vraiment bornés.

"Qu'espériez-vous sincèrement, vous qui connaissez tout de moi ? Une station balnéaire ? Une maison de repos où j'étais en train de me faire torcher mon cul plein de merde par une aide-soignante de vingt piges ? Réveillez-vous, la guerre est la seule chose qui a été importante dans ma vie. Et puis dites-moi qui vous êtes à la fin, le jeu de "je sais tout sur toi", ça a tendance à m'énerver facilement. Par contre cette fois-ci vous m'excuserez, j'ai plus de C4..."

Le vieux esquissa un léger sourire de satisfaction en continuant sa ronde commémorative. Tout semblait si réel, comment cela pouvait-il se produire ? Et en plus, il y avait encore les cigares qu'il foutait dans ses poches à cette époque ! Et même le briquet ! Ni une ni deux, le vieux s'alluma son poison à une vitesse faramineuse et commença à aspirer la fumée comme un drogué en manque. Une fois le tour de ses poumons bien encrassé, il relâcha l'épais nuage dans la chaleur de la jungle tout en admirant doucement le gaz disparaître avec le vent. C'était arrivé si longtemps auparavant et pourtant, cela faisait comme si c'était hier... Il aurait donné sa vie pour revivre le Vietnam.

"Vous devriez travailler l'effet de surprise la prochaine fois... Ça manque de combat ce genre de zone. Je me souviens encore de l'aviation qui les bombardait de napalm et moi qui les regardait cramer à la jumelle. Ou encore des tanks tirant des obus droit sur les bunkers, on voyait même des membres s'envoler des fois. Je vous le dis Madame Chat, on savait s'amuser en ce temps-là ! Et vous, vous avez de quoi m'amuser ? C'est pas tout mais je n'ai même plus la mort devant moi avec vos conneries."


_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Mar 9 Juil - 1:47

La mort? Une illusion? Pourtant, tout cela paraissait si réel que c'en était trompeur. Lynn était toujours aux cotés du vieil homme, amusée en silence par ses paroles exaspérantes mais ne valait il pas mieux répondre par le silence, en règle générale? Après une intoxication tout ce qu'il y'avait de plus réel et des répliques cinglantes, le militaire se tût.
Autour aucun bruit à par les palmiers, la faune et la flore, mais rien de plus. Rien de vraiment inquiétant, mais Lynn avait sa petite idée derrière la tête.


"Vous êtes exaspérant, Blake.....et si désespérant. Votre guerre, comme vous aimez tant en parler, n'a jamais été la vôtre. A elle servie vos interets? N'avez vous jamais regretté certains actes? Oserez vous alors me dire que dans cette poitrine qu'est la votre, il n'y'a aucune conscience que celle d'un vieux tueur désabusée? J'ai bien du mal à vous croire mais si c'est cette facette que vous preferez me montrer, alors soit....."

Et là, comme par enchantement, les bruits de feu lointains se firent entendre. Des bombardements, des hurlements, des cris et autres atrocités telles que la guerre pouvait les décrire. Mais bien avant que tout cela ne puisse parvenir aux oreilles du vieil homme, l'étrange créature féline avait émise un ronronnement bien plus puissant qu'il y'a un instant, comme si sa réaction avait eu pour effet, à la manière d'une cassette, d'enclencher ce film qu'était la vie d'Andrew Blake le mercenaire.....Andrew l'artiste, enfant de la guerre ayant embrassé une cause qu'il ne comprenait même pas.
Et voilà qu'il replongeait, comme il l'avait voulu, dans cette guerre d'autrefois....mais une fois de plus, le vieil homme aurait du faire attention à ce qu'il souhaitait.


"Cette guerre n'a jamais été la vôtre....Elle n'a jamais été votre vœu mais vous avez plié à la volonté d'autrui et écouté l'appel."

Il y'eut alors un silence de sa part, à peine briser par les bombardements lointains. Enfin, la chatte noire reprit la parole, sur un ton un peu plus incisif, plus.....autoritaire.

".....Et quitte à me donner un nom, autant que ce soit le vrai....Je m'appelle Lynn et comme vous pouvez le voir, tout ce qu'il y'a autour de vous est réel.....aussi réel que cela est nécessaire pour aujourd'hui."

Les paroles de la chatte furent brisée par des appels, des voix dans la foret, comme des cris qui se rapprochaient....des voix qui seraient familière à l'Artiste, sans doute....des voix qu'il reconnaitrait comme étant l'ennemi, mais qui semblaient si.....déformées, comme sortant d'un abysse infernal. L'ennemi arrivait mais était il celui que Blake avait connu autrefois? Pourquoi ce viet-cong qui venait d'apparaitre, baionnette à la main, n'avait plus que des orbites vides à la place des yeux? Et ses canines qui semblaient si aiguisées sans parler de son rugissement monstrueux....Pourquoi était il ainsi, comme ses camarades qui apparaissaient, écume aux lèvres, prêt à se jeter sur le soldat.

"La guerre nourrit la guerre. La guerre apporte son lot de souffrance mais plus encore, elle amène ce qu'il y'a de pire en nous tous. Elle fait resurgir nos plus sombres instincts en soi, mais au final, qu'est elle vraiment? Une part de notre sombre nature? Un constant échec? Une volonté extérieure? A vous de me le dire.......et de me le montrer."

Un autre silence se pose entre la créature féline et l'Artiste alors que les monstres semblent se focaliser uniquement sur le vieux soldat.

"Il n'existe qu'une seule réponse et pour la trouver, vous allez devoir affronter vos démons, Andrew......ATTAQUEZ"

L'ordre venait d'être donné, non pas au vieux soldat mais aux créatures qui se se jetaient maintenant vers le vieil homme qui allait devoir en découdre et survivre. Mais à quoi tout cela rimait vraiment? Que voulait vraiment Lynn? Que désirait elle réellement faire comprendre au vieux soldat?


Revenir en haut Aller en bas
Andrew Blake/L'Artiste

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 29/12/2012
Nombre de Messages : 171
Vous à Gotham : Ancien commissaire de la ville. Possède une double identité en tant que justicier d'Etat sous le nom de l'Artiste et en tant que commissaire sous le nom d'Andrew Blake.
Citations : Chapeau, L'Artiste.

MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   Dim 14 Juil - 13:54

La guerre fut demandée et la guerre apparut. Elle était indescriptible tellement elle était grandiose. L'aviation bombardant les positions ennemies, les chars d'assaut tirant des obus sur les tranchées ennemies et les troupes d'infanteries mitraillant comme si leur vie en dépendait. La terre volait dans tous les sens  et le sang en faisait de même. C'était comme vivre un rêve éveillé. Depuis le temps que Blake attendait de pouvoir revivre ce moment magnifique où tout était permis, il était enfin comblé au plus haut point. La nature humaine avait toujours été bestiale et agressive, la guerre n'était que le meilleur moyen de l'exprimer.

"Ne me jugez pas, vous n'êtes pas quelqu'un qui est là pour me juger." renvoya Blake totalement subjugué par le conflit ayant lieu au loin. "Cette guerre a été autant la mienne que de tous ceux qui ont été impliqués dedans, que tous ceux qui sont morts dedans. Elle a fait plus que servir mes intérêts, elle m'a conçu et bâtie brique par brique. Le regret est pour les faibles et les simples d'esprit. Tout ce que j'ai fait, j'en ris encore "Lynn", si cela est réellement votre nom."

Le vieux resta cependant silencieux, il se laissait bercer par les bruits transperçant le silence de la jungle. Bruits qu'il avait entendu maintes et maintes fois par le passé mais qui ne semblait jamais le déranger. Le pire était qu'ils avaient perdu cette saloperie de guerre contre les bridés, si seulement les Etats-Unis avaient eu les couilles d'utiliser des moyens plus radicaux à cette époque... Avoir pitié des races inférieures n'était en aucun cas la façon dont on gagnait un conflit, la loi du plus fort prévaut toujours. C'est la sélection naturelle humaine, les faibles périssent et les forts s'attardent.

Le chat ne semblait pas vraiment cohérent dans sa manière d'agir au final. Andrew ne le contesta pas mais il ne semblait pas vraiment comprendre sa façon de faire, elle était incompréhensible. Pourquoi lui avait-elle permis de revivre si c'était pour encore une fois essayer de le tuer avec une horde de démons Viêt-Cong ? Soit elle aimait voir les gens combattre et mourir, soit elle savait qu'Andrew allait gagner ? Bref, encore un nouveau combat à mener pour le vieux, ça en devenait presque lassant. Son M16 en main, il regarda la troupe de bridés - qui ne l'était plus car ils n'avaient plus d'yeux de toute façon - s'approcher du combattant, la rage consumant leurs corps. Il fuma son cigare de plus belle avant de souffler la fumée par les narines et se mit en joue vers le plus proche.

"La guerre nous forge, elle façonne notre être à la survie et à la lutte pour vivre." répondit-il au chat tout en tirant une première balle qui transperça le milieu du visage du vietnamien, s'écroulant par terre. "La guerre est obligatoire dans le monde des hommes, elle est la façon la plus simple de s'affirmer en tant que nation forte. Il nous était dès lors obligé de la mener jusqu'à la fin." continua-t-il tout en tirant une deuxième et troisième balle qui transpercèrent le torse et le coup du second monstre approchant. "Si vous avez mené autant de guerres que moi, vous savez que vous pouvez faire face à tout grâce à cela, ne dites pas le contraire."

Une balle siffla près de l'oreille de Blake à la fin de sa réponse. Alors ces espèces de monstruosités sans nom savaient comment utiliser leurs armes ? Intéressant, mais savaient-elles se battre dans la jungle ? Question à élucider tout de suite ! Le vieux se dépêcha de s'enfoncer dans les arbres et courut quelques mètres avant de se coller face à un tronc assez épais pour le cacher et le couvrir, comme on lui avait appris quarante années auparavant. Les choses le poursuivant s'empressèrent de le suivre, leur cri résonnant dans la jungle d'une façon terrible. Cependant, c'était le terrain de prédilection de l'Artiste et non des démons, ils n'avaient aucune chance.

Les monstres stoppèrent leur progression rapide pour finalement s'imposer un rythme plus lent, de manière à chasser leur proie comme des prédateurs. La chose la plus navrante était qu'elles étaient devenues des proies et non l'inverse. À un détour, cinq démons s'approchèrent pas à pas de la couverture de Blake, les feuilles crispant sous leur poids. L'Artiste compta lentement les trois secondes avant d'agir puis se retourna brusquement, l'arme rechargée au poing, et tira frénétiquement dans la direction des choses. Ce fut un véritable carnage, elles tombèrent les unes après les autres jusqu'à la fin du chargeur de Blake. Il n'en restait plus qu'un à la fin et il avait une balle dans la jambe.

Le monstre essayait de donner des coups de baïonnette ridicules vers l'avant, il espérait sûrement toucher Andrew mais comment ? L'Artiste se contentait de reculer lentement, le sourire en grand sur ses lèvres et le nouveau chargeur dans la main. Il se contenta de recharger lentement son arme tout en regardant avec amusement la pénible chose qui galérait à l'attraper. Une fois son arme de nouveau prêtre à l'utilisation, il tira une autre balle dans la jambe intacte du monstre, le faisant tomber à genoux par terre. Puis il s'approcha tel un sadique de la chose et enfonça son canon dans sa bouche, écartant les crocs au passage. Après un petit rire, il fit feu et laissa le monstre s'écrouler inanimé par terre, il avait de nouveau gagné.

"Alors Lynn, vous allez encore m'envoyer vos armées impies ou allons-nous enfin discuter de pourquoi je suis là ? Je suis peut-être exaspérant et désespérant mais vous n'êtes pas loin de le devenir à votre tour ma chère." cria-t-il dans le bruit assourdissant des bombardements.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Event Hellgate Gotham] Chapitre 3: Death & Rebirth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» [cherche] roitiflame et clamiral event
» event coupe du monde la semaine prochaine
» Commande Death at Koten
» Cities of Death

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Flash-back / Réalités alternatives-