RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 We might fall - Talia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: We might fall - Talia   Jeu 28 Fév - 19:11

Chasser sous la pluie est une chose énervante, cela rappelle le froid, la solitude et l'abandon. Heureusement, Jason Todd avait trop d'adrénalines dans les vines pour se concentrer face à cela. Le chien noir, véritable monstre de barbarie, qu'il imaginait parfois en son âme, aboyait à tout rompre dans les méandres de son esprit: c'était l'heure de l'hallali.
Depuis plusieurs heures déjà, l'homme avait traqué l'assassin pour lui faire enfin rencontrer le destin qui devait être le sien. Justice, vengeance, on parvenait parfois peu à différencier les deux, dans la grisaille de la ville. Jason faisait ce pour quoi on l'avait formé, avec les méthodes qu'il jugeait les plus efficaces. Il avait confiance du prix que cela lui faisait payer: intégrité, humanité, mais ne trouvait rien pour lui permettre de remettre ses choix en cause. Le jeune homme assumait ce qu'il était, du moins le pensait-il, ayant appris à faire le deuil d'une vie déjà terminée. Il savait les dangers du monde, de même que les secrets que pouvait avoir un coeur.

La pluie s'écrasait sur sa silhouette informe depuis les ténèbres d'une rue. Juste une bruine tenace, rien d'un orage apocalyptique, cela faisait simplement ressortir un peu plus les odeurs de détritus et de pourriture que l'on trouvait parfois. Il avait connu ce type de choses une bonne partie de son enfance, lui le gamin des rues, à présent ces odeurs ne signifiaient presque rien. Il n'y avait que la mort qui comptait encore, celle que Jason infligeait aux autres. Batman se trompait, il ne se faisait ni juge, ni juré dans son combat contre le crime. Red Hood était la mort pourpre, pareille au conte de Poe.
Red Hood était le bourreau.

Le nom de la proie qu'il traquait ainsi? Ca n'avait pas d'importance. L'homme arriva alors, essoufflé, depuis une rue adjacente. Il jeta un regard terrorisé aux ombres derrière lui, sans savoir que le Red Hood se tenait à ses côtés, proche, trop proche. Jason vit l'éclat d'une montre à son poignet, il pensa au tic tac des secondes, des minutes et des heures, à l'écho du minuteur d'une bombe dans sa tête, au cri d'un corbeau en un "nevermore" funèbre... La vie, une salope fragile, trop fragile. Facile de la prendre, hein? Cette enflure avait tué, Hood le savait. Hors de question en ce cas qu'il le laisse s'en tirer à si bon compte... Le cimetière était proche, l'y assassiner serait lui accorder une classe et un charisme que l'autre ne méritai pas. Hood voulait faire cela rapidement, une exécution rien de plus. Rien de plus, mais tout un monde aussi...
Batman ne tuait pas, et ainsi devait-il en être de Robin. Pourtant Jason avait encore dans le creux de l'estomac l'écho du cri de Garzonas alors que le violeur chutait une mort violente. Il aurait mérité pire, cent fois pire, mille fois pire...
Des choses dont il n'avait jamais véritablement parlé et qui pourtant le construisait, d'une certaine manière Jason s'était condamné seul, jusqu'à emprunter le chemin tracé par le Joker. Hé, quitte à être une erreur, autant l'être jusqu'au bout, pas vrai?
Cela lui manquait parfois, des bouts de soleil, des bouts de compliments mais trop d'années avaient désormais passé pour qu'il puisse véritablement en ravoir à nouveau. Il était l'une des ombres vicieuses de Gotham, quelqu'un qui un jour mourrait à son tour, qu'importe si cela était une seconde fois, comme un chien parce que que non, Jason Todd ne serait jamais un héros.

Alors comme un chien il se battait. La pluie ne s'intensifia pas, toujours cette même bruine juste bonne à rendre les pavés glissants, ici c'était la vraie vie, pas une pantomime trop mélodramatique pour être crédible. Ici, on chutait, on se désespérait, point final. Rien de plus, des poings levés peut être mais et alors? Bien trop souvent les poings se levaient pour de mauvaises raisons.
Sa victime tomba à genoux, fauchée par un mauvais coup. Il ne supplia pas son agresseur, se contentant de l'injurier, Jason en avait juste rien à foutre. Il distribua ses coups avec l'efficacité d'un robot, véritable machine à tuer, enfant perdu dans un corps d'adulte qui décide de tout de suite passer au pire pour ne lus souffrir. Ca marchait pas comme méthode, ça marchait jamais...

Il s'apprêtait à donner enfin le coup de grâce, l'assassin étendu face contre terre, apposant le canon d'un pistolet contre une nuque déjà bien meurtrie, quand les ténèbres s'intensifièrent alors. Une figure de style, rien de plus, mais Jason comprit qu'un danger était là, trop proche, qu'on l'avait observé et que maintenant, il pouvait avoir à défendre sa peau. Un grognement, le chien dans sa gorge, toujours, déchira sa voix. Le casque rouge cachait son visage, sa jeunesse -oh non quand on est mort une fois, on ne peut plus être jeune-, mais pas sa hargne. Boule de colère, boule de haine, la nuit était encore bien trop longue pour que tout s'arrête.

"Allez y, montrez vous sales rats...."

L'ombre du cimetière derrière le mur de la rue, comme autant de fantômes pour lui tendre les bras. Il frissonna, glacé soudain, perdu et esseulé. Quelle autre chute venait-on lui apporter?

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: We might fall - Talia   Jeu 28 Fév - 21:00

La pluie s'accordait toujours magnifiquement à Gotham. Et comme la ville était en harmonie avec Talia, la pluie s'accordait aussi toujours avec son esprit saturé de tiraillements intérieurs. Les démons de la Démone. Ce soir, tout particulièrement, elle était passablement en colère, et c'est avec violence que les innombrables gouttelettes tombaient sur ses cheveux protégés par un châle oriental et sur ses épaules. Accessoirement aussi, l'averse inondait le corps à moitié torse nu d'Ubu et le très étrange chapeau de l'Hérétique. Elle n'avait pas emmené avec elle de ninjas superflus, ne destinant sa sortie qu'à une mission particulière qu'elle voulait rapide et sans fioritures. Pour tout dire, il s'agissait en réalité d'une chasse à l'homme. Bien sûr, pour ce genre d'occasion, elle ne se déplaçait jamais elle même et préférait envoyer l'un de ses hommes, formés et conditionnés pour ça. Mais dans ce cas précis, c'était plus qu'une simple chasse : un réglement de comptes. Et puis, il fallait avouer qu'elle avait envie de se dégourdir les cimeterres. Voilà quelques mois qu'elle observait passivement les évènements qui secouaient Gotham et s'était assombrie au coeur des appartements du Démon, ruminant vengeance et destruction. Ses entraînements quotidiens et un passage rapide à Nanda Parbat lui permettaient de garder sa condition physique au plus haut, mais elle n'avait plus versé de sang à Gotham depuis longtemps. La ville avait pourtant eu son dû avec l'attaque de la Biosyn et de la Cour des Hiboux. Mais elle tenait encore. Et ce n'était pas ce que les plans de la Ligue prévoyaient.

Drapée donc dans son courroux et son désir de repasser à l'action, l'héritière du Démon se déplaçaient dans les ruelles aussi furtivement que ses deux comparses. Le clone de son fils marchait à sa droite, quant à Ubu, il fermait la marche, surveillant le trio, un long jô passé dans le dos. La pluie ne semblait pas les gêner. De toute façon, rien ne gênait Ubu, une avalanche aurait pu lui tomber sur le coin du crâne qu'il n'en aurait eu cure. Talia quant à elle, avait d'autres chats à fouetter. Elle menait la marche, le pas léger. Tous trois, malgré la carrure des deux représentants de la classe virile, se coulaient entre les bâtiments, ombres parmi les ombres nocturnes, se faufilaient entre les gouttes et n'échangèrent durant tout ce trajet pas la moindre parole. En effet, ils avaient la bouche sèche tant la soif de l'acier les avaient pris au corps. La soif du combat, réprimée durant tout ce temps. La soif du Démon, encore et toujours nourrie par la promesse d'un monde nouveau sous les décombres de l'ancien, même si le principal prophète qui avait le premier eu cette fois n'était plus en état de la maintenir. La responsabilité de son oeuvre, la Ligue, était donc sur les épaules de Talia et elle s'en voulait de n'avoir pas bougé son démoniaque petit doigt depuis quelques temps. L'air frais et chargé d'humidité lui faisait du bien, et, après des mois passés près des égoûts, il fallait avouer que cette pluie avait un petit côté curatif et purificateur. Elle purifiait sa colère et l'air, et les deux se confondaient aux yeux de la mère du dernier Robin.

Ils ne trouvèrent la proie qu'après plusieurs minutes de traque dans les rues de Gotham. L'un des ninjas de la Ligue le suivait - avec la discrétion traditionnelle de ses semblabes - et s'éclipsa lorsque ses supérieurs arrivèrent. Talia ne le regarda pas partir, outil anonyme dans sa conquête de la ville, mais se concentra sur sa proie. Et il fut très rapidement clair que quelque chose clochait. Au lieu de se balader aux alentours du cimetière sans se sentir observé le moins du monde, le malfrat de seconde zone courait aussi vite qu'il le pouvait, ses lointaines orbites blanches remplies d'une terreur sans nom. On aurait dit qu'un quelconque monstre cosmique, une horreur atroce sortie tout droit de l'imagination de Lovecraft le poursuivait, et cela n'avait probablement rien à voir avec la Ligue. Les sourcils froncés, Ubu grogna. Conscient que la chasse s'annonçait plus difficile s'ils ne pouvaient plus surprendre personne, l'Hérétique ne se posa pas plus de questions et tira un carreau dans son arbalète. Talia, elle continua son évolution dans la ruelle attenante aux exploits athlétiques de la surprenante proie. Elle était bien déterminée à régler ses comptes et, soudain, curieuse de savoir ce qui pouvait bien rendre le malin qui avait osé défier la Ligue si effrayé. C'est exactement ce qui lui avait manqué durant sa prostration spirituelle : l'aventure urbaine et l'éternelle source de surprises qu'était Gotham City. Malgré les assertions à la prudence du clone de son fils et de son arbalète menaçante, Talia avait dèjà épousé l'ombre lorsque le Red Hood tomba sur le cadavre en gestation. Elle en émergeait lorsque ce dernier remarqua sa présence.

Rage destructrice, concentration du tueur, haine du parasite qui venait de le déranger : la voix de Hood était un vrai cocktail molotov lorsque sa phrase cingla aux oreilles de l'héritière du Démon. Elle ne la reconnut pas tout de suite, à cause de la lourde pluie, et dut faire quelques pas en avant, obéissante, pour qu'enfin l'information se fasse un chemin dans son cerveau : elle venait de retrouver l'arme la plus aiguisée qu'elle n'ait jamais lancée contre Batman. La plus aiguisée et la plus indépendante, celle qui s'était retournée contre elle et qui ne manquait jamais de tranchant. Le casque rouge ne permettait aucun doute : si un nouveau Red Hood avait remplacé le second Robin, même dans son cocon au fin fond de Gotham, Talia l'aurait appris. Silencieuse, elle considéra le tueur un moment, puis posa les yeux sur sa proie et laissa ses émotions ronger un instant son masque. Un court instant. Très court. Le temps de se reprendre :

- Nous ne sommes pas des rats, Jason. Nous essayons de mettre fin à ce genre de fléau, mais tu étais promis au rat lorsque mon père t'a retrouvé.

Elle sentit derrière elle Ubu qui dégainait, conscient du caractère très vindicatif de Jason. Il lui sembla que la pluie portait l'odeur rance du sang et des souvenirs. Pour elle, c'était à peu près la même chose. Et ils lui tombaient tout les dessus en ce moment. Après un léger temps vacant, elle jeta un regard aux traits d'eaux puis laissa son regard s'accrocher aux gouttes qui brillaient sur le casque unique de l'apprenti de son amant.

- Qu'es tu devenu, Jason ? Qui es tu ce soir ? Un rat mouillé ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: We might fall - Talia   Jeu 28 Fév - 23:52

Trop de colère, l'enfant et l'immortelle...qu'étaient-ils? La voix, sa voix, comme un souvenir embrumé à travers bien des souffrances, Jason ne savait pas s'il en aimait le son ou bien au contraire le craignait. Un long frisson le secoua alors, celui du chien qui se couche pour crever, celui du cheval qui s'écroule de s'être trop cabré: il pliait.
Les armes furent rengainées, cela n'était même pas une complainte, un requiem. Les gestes lents, le coeur amer, Jason enleva le casque du Red Hood, désormais seulement dissimulé par le domino d'un masque. Mais à quoi servait-il de cacher encore cette identité lorsque lui-même ne pouvait se regarder dans une glace sans vraiment comprendre qui il était?
Mort jeune, Robin -non, Hood-, était revenu de la vallée des ombres, à peine adolescent. A présent il se tenait devant eux, adulte en pleine possession de sa force et de ses moyens, avec une rage au corps que rien ne saurait jamais apaiser. Il aurait pu choisir tellement de choses, le combat, la colère face à cette femme sans humanité depuis trop longtemps. Au lieu de cela, Jason s'approcha, le masque à terre. Il fit face à Talia sans amour, sans amitié, mais il y avait derrière le masque un respect qui brûlait malgré tout, comme une énième boule de haine, eux qui étaient voués à tomber.
Et la pluie tombait sur lui, sur elle, sur eux tous, bons comme mauvais, alors qu'importe Gotham et ses faux espoirs, qu'importe le ciel trop sombre, trop gris pour les envelopper? La vie n'était pas un conte, personne n'y survivait.
Il la dépassait, Talia la trop dangereuse, et pourtant devant elle Jason avait peine à se rappeler qu'il était un adulte désormais, non plus un quelconque spectre d'enfance.

"Ce que je suis? A peine un souvenir, tu le sais... Un rat peut-être, aussi, une colère sûrement."

Le monde autour d'eux se fit trop coupant, trop épais, comme des milliers de lames prêtes à les écorcher. Le parfum des cheveux de Talia, semblable au parfum de ces blessures dont on ne guérit pas... Lentement, Jason tourna la tête vers la silhouette agonisante toujours à terre, avant de revenir vers Talia et le secret de son âme.

"Ta proie?"

Il était un chien, un prédateur... Et comme un bâtard fatigué d'avoir trop chassé, il baissait la tête devant le loup venu lui disputer sa proie. De l'amour propre? Oh, plus de place en son coeur pour cela. Alors les mots de la jeune femme ne l'atteignaient pas, du moins le pensait-il, le pensait-on. Jason Todd recula, et son ombre s'effaça de celle de la fille du Démon. Il savait qu'on l'observait, qu'à la moindre menace on l'attaquerait.... Un sourire cynique tordit alors son visage, le déformant pour une énième souffrance.
Etaient-ils fous, tous, et que restaient-ils d'eux? Jason sentit alors les profondeurs du puit de Lazare l'attraper depuis quelques recoins trop secrets de son esprit. Le fantôme d'une peur toute enfantine parut le recouvrir alors, quelque chose en lui de trop jeune, de trop fou, mais que faire?

Il se souvenait, il ne se souvenait plus...

"Personne ne m'a sauvé" Un rire, un désespoir. "Ni sauvé, ni condamné"

Il y a quelques années, son poing aurait eu tout ce qu'il fallait de force et d'innocence pour conquérir l'univers, mais à présent Jason s'abandonnait à la colère, en deuil d'un monde qu'il ne pouvait apprécier.
Le jeune homme n'avait même plus d'ennemis concrets à affronter, Batman semblait accepter désormais la route qu'il avait prise et le Joker...
Le Joker, Jason avait appris à s'en tenir éloigné. Alors il se tenait là, redressé soudain, imposant sa taille et sa prestance de douleur devant Talia, monstre de ténèbres sans noms, rat peut être mais là, bien là, vivant.

"Ce que je suis? Une erreur..."

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: We might fall - Talia   Ven 1 Mar - 14:02

Talia travaillait avec le clone de son fils tous les jours, partageant sang et énergie en repoussant chaque jour plus loin ses limites. Elle avait toujours encouragé ce genre de cohésion chez les ninjas, tout en rappelant sans cesse la primeur que devait avoir la culture de la solitude. Tuer est un art solitaire, la formation de meutes n'a jamais été très adjuvante. Mais Talia avait toujours tout fait pour qu'une cohésion, plus que ça une harmonie totale, se forme entre ses ninjas, leur permettant lors de combats groupés un combat solidaire et ordonné. Seuls, ils étaient capables de beaucoup de choses. A plusieurs, ils devaient être imbattables. Les différents membres parfaitement accordés d'un même corps qu'elle voulait invincible, ils étaient le corps du Démon, son poing, et ils allaient frapper Gotham sans rencontrer de résistance. C'est en tout cas ce que Ra's Al Ghul avait mis des siècles à planifier, et ce que Talia tentait de magnifier. Grâce aux gênes de son "frère d'éprouvette", L'Hérétique était censé être plus doué que les autres dans son analyse des situations et son sens de la cohésion. C'est pourquoi il baissa son arbalète dès que Jason eut prononcé ses derniers mots, en accord avec la légère perte de concentration qu'il avait senti en sa maîtresse. Ubu, lui, n'avait pas bougé durant tout le début de la conversation et ne quittait des yeux aucun des mouvements du jeune homme démasqué. Ainsi surveillée, Talia avait tout le loisir de réfléchir et de tendre son attention aux mots que lui lançait le justicier tueur. Portés par une rage formidable de jeunesse et une certaine puissance, ces derniers traversaient la pluie battante avec aisance et elle n'en perdit donc pas une miette. D'autant plus que Jason s'était rapproché, quasiment relevé et qu'il avait ôté son.. visage. Depuis quelques temps, depuis sa résurrection en fait, toute la ville ne pensait à lui que paré du fameux casque rouge, et de par le monde, on le le connaissait que par une paraphrase caractérisant ce dernier : Red Hood. Pour tout le monde, et sûrement aussi pour lui même, il était le vengeur masqué, le Punisher de la côte est. Le voir ainsi enlever son attirail revêtait donc une certaine signification, et Talia en était bien consciente. Elle était d'ailleurs, pensait-elle, une des dernières à l'avoir connu sans masque, même si le Jason qu'elle avait ramassé avait trop de cicatrices sur le visage pour qu'il puisse s'identifier au jeune brun vif et vigoureux sur lequel Batman s'était appuyé. Depuis, il n'avait pas beaucoup changé, physiquement en tout cas. Une mèche blanche contrastait avec ses cheveux noirs coupés assez courts pour permettre le port du masque, ses traits étaient taillés, burinés par la dureté de sa vie et la variété de ses combats, et ce soir, ses yeux étaient chargés d'un maelstrôm d'émotion que Talia sentit indéchiffrable. Elle se demanda un instant ce qu'elle contemplait, à travers cet exceptionnel instant de "bas les masques". Le visage d'une victime ou celui d'un bourreau ? Contemplait elle son arme, celle du Joker, ou un Robin comme les autres, modelé puis repoussé par Batman ?

Après tout, Jason représentait tout ce que le Détective avait à offrir à Gotham, mais il avait dépassé cette maladie de la pitié et de la fausse sagesse qui poussait la chauve souris à laisser la vie aux crapules. Elle se demanda ce qui se serait passé, si Ra's Al'Ghul avait préféré choisir Jason pour les plans du Démon. Aurait il tué Bane ? Aurait il accepté la purification totale et.. Elle se rendit compte que ses pensées étaient mal placées. Elle ne pouvait changer le passé et Jason, comme Batman, n'aurait pas accepté, parce qu'au contraire de Bruce, il n'avait pas aimé Talia et qu'il n'avait pas l'intention de s'en prendre aux innocents. Il n'avait peut être pas cette conviction propre à Ra's selon laquelle le mal était chez tous les êtres et qu'il fallait tous les purger pour rebâtir un royaume digne de sa gouvernance. Elle quitta ses acrobaties mentales inutiles pour revenir sur la terre ferme, et mouillée. Comme Jason s'était démasqué, elle enleva le châle qui retenait une partie de ses cheveux et les laissa au contact d'une eau de plus en plus combative. Elle n'arborait toujours aucune émotion lorsque sa réponse tomba, portée par le silence d'Ubu et le grognement de l'Heretic, aux lunettes de vision nocturne trempées.

- Une erreur ? Oui, Jason, c'est certain. Tu es une erreur dans le plan de Bruce qui voulait faire de toi un acolyte coloré et le remplacer dans ses vieux jours. Une erreur dans le plan du Joker, qui voulait se servir de toi pour atteindre Bruce, encore lui.

Elle se pencha légèrement en avant, l'une de ses mains posées sur un shamshir à sa taille.

- Une erreur dans mon plan, qui souhaitait me servir de toi pour ouvrir les yeux de Bruce sur la nécessité de la mort de ses ennemis. Tu n'as jamais fait ce qu'on attendait de toi, tu n'as jamais été ce qu'on te conditionnait pour être. C'est ce qui t'a tué, et c'est aussi ce qui t'a transformé en Eidolon.

Elle referma les lêvres, et un mouvement de la tête en direction d'Ubu fit bouger ce dernier. La montagne vivante s'avança jusqu'à la proie commune de Jason et de la Ligue, qui tentait de s'enfuir malgré ses blessures, l'attrapa au cou et la souleva au dessus de son crâne rasé. Profitant du silence, l'éternel garde du corps prit la parole pour la première fois de la soirée - et sembla il aux oreilles de Talia du mois - afin d'expliquer à l'homme ce que le Démon avait décidé pour lui.

- Tu as offensé la Ligue et sa maîtresse, pour cela, nous te condamnons à la mort. C'est le seule remède au chancre que ton existence compose.

Il y eut un crac, et les deux groupes de chasseurs se retrouvèrent soudain sans niveau inférieur dans la chaîne de la prédation. Ils étaient seulement entre eux, séparés par quelques pas et des mois, des années sans se voir. Reliés par des souvenirs, et par le mystérieux lien de la vie. Talia ne pouvait s'empêcher d'être fière de ce qu'elle voyait. Ses soins appliqués à Jason avaient réussis, elle l'avait tiré de la mort, et le puits l'avait transformé à jamais. D'une certaine manière, même s'il n'avait pas appartenu à la Batfamille de son fils et de son amant, Talia était liée à Jason par le secret de la résurrection. Et elle n'avait rien trouvé de plus solide dans la vie que le fait d'échapper à la mort. Alors que le corps de l'insignifiant malfrat retombait à terre, elle quitta des yeux Jason une poignée de secondes. Son regard s'embruma, se perdit dans l'obscurité humide et son esprit suivit. Elle murmura :

- Il paraît qu'il a compris. Il paraît qu'il a tué le Joker, et franchi la ligne. Si c'est vrai, cela ouvre le champ des possibles.. Mais cela pose de nouvelles questions à ton propos. Je me trompes ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: We might fall - Talia   Ven 1 Mar - 16:46

Quelque chose dans ses yeux s'assombrit un peu plus alors que Talia parlait, le cajolant de ses mots sans la moindre affection pourtant. Jason n'avait jamais été doué pour obéir aux ordres, c'était exact. A chaque instant de sa vie, le jeune homme se révélait électron libre que rien n'attachait vraiment à une quelconque réalité. Perdu, bloqué entre ce qui avait été sa mort et ce que ne serait jamais sa vie, il errait alors comme un triste fantôme, cachant dans son silence et sa rage tout ce qui ne s'apaiserait jamais.
A présent que le malfrat n'était plus, il pouvait se révéler proie à son tour, cela dépendait du bon vouloir de Talia.

"Quand as tu fait seulement autre chose que te tromper, Femme?"

Une amertume, encore ce grognement de loup blessé. Le Joker était vivant et le resterait, véritable monstre immortel parmi les croques mitaines. D'un seul coup Jason redevint ce petit garçon aux portes de la mort, qui refusait de parler, qui refusait de hurler malgré sa respiration sifflante et la douleur qui le paralysait...
Simplement pour faire plaisir à Batman lorsque celui ci viendrait le rechercher, qu'il n'ait pas honte.

Batman n'était jamais venu.

Le puits de Lazare l'avait enchaîné aux cris muets des bords de l'agonie, ceux qui ne cesseraient de le hanter. Tout ça parce qu'il avait été trop fier pour pleurer, conneries.... Talia avait enlevé son châle, comme une confidence, une intimité, mais y avait-il seulement le moindre respect entre eux? Après tout, Jason n'était qu'un pion entre le piège de ses doigts. L'homme se permit alors d'être enfant encore un peu, et tant pis si cela était sacrilège, car déjà il levait la main pour effleurer les boucles de Talia ainsi que le ferait un garçonnet des cheveux de sa mère. Pas de sensualité, pas de désir, juste une douloureuse innocence de cet enfant coincé dans un corps d'adulte.

"Des questions? Oh Talia..." Un rire entre tristesse et condescendance le secoua alors, comme une pointe de pitié pour la fille de Ra's al Ghul."Quand bien même cela serait le cas, tu ne fais plus partie de cette histoire, de la mienne."

Un rejet, il la repoussait. Ses doigts glissèrent une dernière fois sur les boucles brunes, comme un dernier regret, mais il était trop tard pour se rattacher à des fantômes d'amours infortunées. Bateau ivre au coeur de la tourmente, Jason se laissait aller au gré des couleurs, trop loin des mots et des hommes pour son repos.

Ses pieds lourds s'arrachèrent à la poussière du sol. il recula bien qu'aucune ténèbres ne voulaient de lui. Il recula pourtant, alors qu'il ne savait comment avancer. La nuit se montrait à l'image d leurs coeurs, Jason espérait pourtant la lumière, un peu d'étoiles, quelque chose...
Mendiant d'amour, rien ne l'attendait de l'autre côté du soleil, et ses épaules tâchaient de ne pas trembler sous un poids invisible.

"Et maintenant? "

Trop de questions dans sa voix, plus assez d'étoiles. Et maintenant....

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: We might fall - Talia   Ven 1 Mar - 19:49

HRP : - Excuse moi, je n'aime pas ce que j'ai écrit ^^ Je n'ai pas vraiment d'excuses, désolée, mais je me rattraperais, promis ! -

Ubu était plus tendu pendant que Jason touchait les cheveux de Talia que les pilotes de l'Enola Gay ne l'était au terme du projet Manhattan. Lui et toute sa famille avaient été conditionnés depuis leur naissance à servir les Al'Ghul, et cela durait depuis très longtemps, aors que Ra's n'avait même pas encore échappé une première fois à la mort. Autant dire que si Talia était blessé par sa faute, la montagne de poche aurait perdu toute raison de vivre. Mais il n'en fut rien. Red Hood se contenta d'une attaque verbale et d'un rabaissement misogyne. Autant dire rien du tout par rapport à ce dont il était capable. Talia, elle, n'avait pas bougé. Bien sûr, personne ne l'avait touchée, autrement que par le bout d'un fleuret, shamshir, et autres lames d'entraînement depuis longtemps, mais elle avait avec Jason une relation particulière. Lorsqu'elle l'avait sauvé, elle n'avait pas demandé à une des nourrices arabes a qui elle avait confié l'éducation de Damian, ni à aucune ninja experte en médecine la prise en charge du corps du macchabé. Elle s'en était chargée elle même. Après lui avoir donné le souffle du Lazare en lieu et place du souffle de Dieu, elle s'était occupé de son corps martyrisé par le Joker. Ce dernier avait, pour une fois qu'il participait, fait fort. Le pied de biche avait entamé la chair, découpé les tendons, et les pertes hémorragiques n'étaient pas arrivées toutes seules : de nombreux trous ne demandaient qu'à être recousus. En bref, Talia connaissait probablement mieux le corps de Jason que ce dernier, et que Batman, même si elle ne lui avait rien appris que la colère et la vengeance. Un contact n'avait donc pas la même saveur qu'entre deux inconnus. Au niveau ds saveurs, Talia en était à celle du sang. Ce dernier l'appelait depuis quelques jours dèjâ et elle le sentait partout. En Jason, il était bouillonnant. Cela se sentait dans ses paroles. Il savait pertinemment ce qu'il devait à Talia, et il savait pertinemment qu'elle ne s'était pas trompée sur certaines choses. Mais même si cela lui était très anecdotique, elle se sentit obligée de mettre les points sur les i. Son but principal était de réparer l'Erreur Humaine mais, ayant l'éternité devant elle, elle pouvait bien s'arrêter réparer les erreurs personelles. Depuis quelques temps, ce n'était plus un secret : Talia prenait le pas sur le Démon et le mélange des deux personnalités, de ses sentiments et de son machiavélisme famillial donnait quelque chose de détonnant. Et même si pour le Démon, Jason était une arme émoussée, pour Talia, il était plus que cela. En lui redonnant la vie, elle avait ressenti un peu la même chose qu'en la donnant à Damian.

Talia ouvrit la bouche et se rendit compte en même temps de quelque chose. La pluie. Elle se calmait. Même l'Heretic sembla en être heureux, et il rangea son arbalète puisque Jason s'était approché mais, comme un fumeur qui ne peut avoir les mains vides, s'équipa d'un naginata, son arme préférée. Celle avec lequel il avait été le plus efficace pour la Ligue. Fait étonnant, son clone, le vrai Damian, ne s'en servait pas beaucoup et n'avait jamais vraiment épousé et pris de plaisir au naginatajutsu lors des longs entraînements de son enfance. Cela aussi appartenait au passé. Décidémment, cette conversation avait des allures de Janus, tournée vers le passé mais, comme le prouvait la dernière question de Jason, tournée aussi vers l'avenir. Pour la seconde fois donc, Talia ouvrit la bouche, et son visage était aussi fermé qu'au début de la conversation, même si retrouver le Red Hood lui faisait quelque chose et même si l'eau qui foulait entre ses cheveux et son costume lui donnait des frissons. Etrange comme l'immortalité n'altère pas les sensations.

- C'est toi qui te trompes. Chacun de tes gestes, chacune des parties de ton histoire fait parti de la mienne. Parce que chacun de ces mouvements, tu les dois à la Ligue, et que la Ligue, c'est moi. Ne le perds pas de vue.

Elle s'était faite plus dure, plus sombre avec le temps. Gotham avait modelé le Démon, et les récents évenements l'avait affamé, le rendant plus vindicatif encore qu'autrefois. Talia ne comptait pas subir la conversation et s'arrêter devant les manoeuvres linguistiques du justicier sans combattre.

- Et maintenant ? Et maintenant, assez des questions justement. Je vais apporter des réponses. Erreur ou pas, tu as eu un rôle à jouer en tant que Robin, et un autre autrement plus important en tant que Red Hood. Mais tout ça n'était rien. Qui es tu maintenant, si tu n'as plus d'ennemis à combattre ?

Jason, La Ligue va se soulever. Les plans de mon père vont devenir réalité. Tu as toujours plus ou moins pensé comme nous. Admets le, tu auras encore un rôle à jouer pour le bien de la ville, pour le bien de tout le monde. Sinon..

Elle se tut. Le temps pour Ubu de revenir à ses côtés, et pour l'Hérétique de constater que le corps de la proie de Jason avait disparu, sûrement replié sur lui même de l'autre côté du mur qui séparait le cimetière et la ruelle.

- Et maintenant ? Il va être temps de chosir enfin, ta voie, Jason.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: We might fall - Talia   Ven 1 Mar - 22:41

"Contrairement à toi, je sais reconnaître lorsque je me trompe. Corriger mes erreurs, peut-être pas, mais les reconnaître, oui..."

L'enfant d'os et de poussière mordait, trépignait: sur quel chemin voulait-on le mener encore?! Oh il en avait assez d'errer, de se désespérer... Le loup en lui continuait de tourner en rond, attendant la prochaine gorge à déchiqueter. En paix? Jamais, sur terre comme au ciel jamais... Il secoua la tête alors, et ses cheveux humides lui redonnaient pour un instant l'apparence de cette fausse jeunesse que personne, pas même Bruce, ne lui avait un jour rendu.

Les mots de Talia, assez de venin pour y succomber, tomber à genoux devant sa perfection ténébreuse et accepter tout du mal qu'elle voulait pour royaume. La jeune femme savait comment le manipuler, l'attirer, le tenter... Il était un égaré, quelqu'un sans attache, sans famille et surtout sans amis. Alors, comme la plus délicieuse des vipères, elle tendait la main pour lui offrir une place dans son nid, son armée mais la suivre, Jason le pouvait-il?
L'image de Bruce s'imposa dans son esprit, l'homme perdu dans ses secrets qui pourtant lui avait demandé de l'aide récemment. Alors, vers quel maître le chien pouvait-il se tourner?

"Aucun choix ne peut être le bon, c'est ce que tu m'as appris. Pourquoi t'inquiéter du chemin que je veux prendre? Je n lèverai pas les armes contre toi, je te dois trop."

Parce qu'elle était la déesse de son monde, lorsque mort, vie et maternité se confondent. Parce qu'elle continuait de le hanter malgré tout depuis sa solitude, lorsque l'écho de son parfum lui rappelait cette ombre trop différente du Batman à suivre pour apprendre à vivre à nouveau.
L'air possédait à présent cette humidité poisseuse d'après pluie, celle qui prenait à la gorge comme une mauvaise envie de vomir. Un instant, Jason se demanda s'il n'allait pas être malade. l aurait pu reculer encore un peu, mais quelque chose le retenait malgré tout...
Sa dernière rencontre avec Bruce, l'homme l'avait fait venir dans la bat-cave pour lui expliquer son plan, ses intentions, et l'avait regarder s'effondrer à terre, en larmes, vaincu par trop de choses à la fois. On le disait lui, Jason Todd, méchant, monstrueux et sans sentiments, ne voyaient ils pas tous que le problème était au contraire qu'il en possédait trop?!
Des traumatismes, encore et toujours. Il doutait de Talia, il doutait de Batman aussi et savait très bien tout ce que le monde avait d'horrible à offrir. Pas d'espoir, pas pour eux, il ne manquerait plus que cela...

"Ma voie, c'est celle du monstre: je rôde, je tue, j'exécute. Ce sera ça, jusqu'à ce que quelqu'un ou quelque chose d'autre me tue à mon tour. Toi peut être? Je sais pas, je suis pas devin. e fais le boulot dont personne ne veut, trouve-toi de meilleurs chevaliers."

Mais il y avait trop de douceur dans sa voix soudain, plus assez de colère, alors comment faire? Il y eut un silence, la boule dans sa gorge grossissait, il n'avait aucune main pour se poser sur son épaule, chienne de vie.

"Il y a quelques jours, j'ai...dû secourir un enfant. Un combat de rues, j'ai pensé, il était amoché mais bien vivant et surtout bien emmerdant. Je l'ai soigné, il portait le manteau de la Ligue mais n'avait rien d'un élève. Trop de confiance en soi, autre chose aussi... Il disait n'avoir aucun senseï et surtout, il connaissait mon nom. Jason Todd, Red Hood, l'homme sous le masque, tout cela il le savait. Je suppose que tu n'es pas innocente à tout ça?"

Damian Wayne, ce qu'il savait ou ne savais pas du gosse, il le taisait Etait-il au courant de la paternité de l'enfant, du but de Talia? Sus le masque, ses yeux restaient invisibles, il avait ses secrets mais refusait de les partager.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: We might fall - Talia   Sam 2 Mar - 19:01

Dommage. Jason était définitivement perdu, et c'était son choix. Elle n'en était pas surprise le moins du monde. Jason était partie trop loin, avait trop souffert de ses chaînes. Il n'était pas homme à choisir un camp, il ne l'avait jamais été. Dès que le regard du Joker l'avait croisé, Batman et Talia avaient tous deux perdus leurs chances de se trouver un allié, et leurs efforts avaient été vains. La fille du Démon s'en était rendue compte et n'avait essayé que par volonté de le sauver. Mais il était trop tard pour lui, depuis longtemps. Peut être le savait elle dêja lorsqu'elle l'avait plongé dans son puits, durant une autre vie. La guerre n'avait alors pas encore commencé, elle avait avec ses ennemis des ennemis communs, et elle travaillait aux côtés de son père. Mais elle avait vu la mort rouge dans ses yeux, et si elle avait rééduqué son corps, son âme était à jamais vagabonde. Elle n'avait pas trouvé le fût pour la faire grandir comme elle le voulait, et s'était refusée à utiliser ses talents scientifiques pour faire de l'ancien Robin un des cavaliers de son apocalypse. C'était dommage. Pour lui, comme pour elle. Elle se refusait pour l'instant à le voir comme un vrai ennemi,et encore moins comme un " cadavre nécessaire" et laissa le rideau de la pluie masquer ses pensées alors qu'elle écoutait Jason Todd refuser le dernier espoir qui aurait pu le maintenir en vie. Près de Talia. Il était perdu, se remémora elle. Perdu depuis longtemps. Tant pis. Il fallait désormais faire attention à ce que le chien ne la mord pas. Elle ne pensait pas que Jason ait pour volonté de nuire à la Ligue actuellement, mais bientôt, il n'aurait plus le choix. Elle devait prendre ses précautions. Bien sûr, elle aurait pu utiliser la méthode radicale immédiatemment. Elle avait décidé de donner la vie à Jason, elle pouvait très bien décider de la lui retirer. Après, c'était un cadeau qu'elle lui avait fait, et elle devait désormais le reprendre pour avancer. Mais elle n'en fit rien. Pas encore. Elle devait être totalement prête, Gotham devait être entre les main du Démon avant que ce dernier ne décide de la broyer une bonne fois pour toute. La patience est un art que les Al'Ghul avaient appris à dominer. Jason avait préféré réorienter la conversation afin probablement de montrer que son choix était fait, affirmé et que son cap était marqué. Mais elle se demanda s'il était vraiment au gouvernail.

*J'espère vraiment que tu te trouveras une lumière pour te guider, jeune rouge-gorge. Car bientôt, il fera nuit. Et à l'aube, je ne laisserais se relever que ceux qui l'ont mérité*

Jason avait la voie usée. Presque brisée. Mais elle l'entendit tout de même, alors que la pluie battante tombait encore en rideaux d'acier silencieux, et innocents. Que Gotham brûle, fume, se noie dans le sang ou profite enfin d'une tranquilité bien méritée sous la coupe du Démon, elle tombait et tomberait, sur les criminels comme sur les plus innocents citoyens, diluait le sang, épurait les égoûts, mouillait les cheveux de l'anonyme du coin de la rue comme de la maîtresse de la plus grande organisation paramillitaire internationale. Talia laissa les gouttes floues la séparer de l'arme vivante, et recula de deux pas, histoire de consommer le schisme. C'était désormais clair : Jason ne faisait plus parti des plans de Talia, il était électron libre, seul, et il devait le savoir. Dans son coin, l'Heretic se mit à frapper le sol avec son naginata à deux reprises. Intriguée, Talia se pencha vers lui et il lui glissa quelques mots à l'oreille. Elle plissa les yeux, perplexe. Il allait peut être falloir écourter les retrouvailles. Elle écouta les derniers mots de Jason et une gamme de visages apparut devant ses yeux fatigués. La Ligue employait plusieurs très jeunes hommes, pour la plupart fils d'assassins. Elle n'avait pas eu vent de la défaite d'un d'entre eux durant leurs missions, mais, sauf Damian, les enfants étaient encore trop immatures et trop faibles pour faire quelque chose de dangereux. Elle ne connaissait probablement pas le respacé tombé dans les bras de Jason. La symbolique de son geste était par contre très profonde, et elle allait lui en parler, peut être le narguer à ce propos lorsque le souvenir du Cricket vint émerger de la vague nostalgique que la vue de Jason avait provoqué. La Bat-family laissa la place à la bouille de l'assassin aux t-shirs en 8 ans, le "petit bout de chou" qui avait réussi à retrouver et infliger une sévère défaite à l'intouchable Cassandra Cain. Le Cricket pouvait il vraiment perdre ? Elle ne se rappelait plus d'où il avait été envoyé, mais elle était étonnée qu'il soit peut être à Gotham, et surtout, qu'il se laisse aider par un homme comme le Red Hood.

C'est alors que la dernière et la plus simple des solutions illumina son esprit. Se pouvait il.. ? Talia se sentit soudain atrocement seule, et la ruelle croulant sous les assauts aqueux se transforma à ses yeux en désert aride. Dangereux. Si près pourtant de son oasis. Il lui suffisait peut être de quelques mots, de tendre la main pour récupérer ce qu'elle avait perdu. Mais Damian, si c'était bien lui, était désormais un ami. Elle devait le voir.. elle devait savoir. Tout de suite. Sa vision de Jason changea du tout au tout, la soif du Démon la dévora alors qu'elle posait une main encore gantée sur son shamshir, le souffle coupé. Elle ne savait pas exactement que faire, c'était trop beau. Trop rapide. Comment cela pouvait il.. ?

Le feulement d'une arme de récupération au loin. l'odeur de la bière, plus proche encore. Des pulsations humaines, sans aucun doute. Un désordre dans l'arrangement de la nuit, son domaine. Elle sentait les dérangements dans la nuit comme une femme qui rentre chez elle et constate que quelqu'un a bougé les meubles. Talia ne pouvait se retourner, ses yeux ancrés à Jason au travers duquel elle voyait désormais un lien vers son fils, Mais Ubu avait deux globes oculaires de rechange pour elle, et il énuméra les intrus avec la même gravité qu'un fumeur de quatre vingt ans et la même indifférence que s'il avait annoncé que le livreur de pizzas était arrivé.

- Sept.

Un de plus que ce que lui avait murmuré l'Heretic, mais toujours rien. Chacun d'entre eux quatre aurait pu se sortir de cette situation sans se mettre en danger, Même en s'amusant, sauf pour Ubu bien sûr, qui ne s'amusait jamais, et Jason, qui n'avait plus le temps de s'amuser, tant sa mission punissive était importante et devait être réalisée avant la fin de sa vie. Fin qu'il semblait savoir proche et repousser un peu plus chaque jour. Fin que Talia avait elle même appelée en créant un début. Mais ce soir, aucun d'entre eux n'allait s'amuser. Talia était agacée par cette intrusion imprévue au pire des moments et elle savait que la mort rouge allait probablement trouver cette occasion parfaite pour repartir aboyer et égorger les passants, à jamais sans maître, sans laisses et sans fin à son but. Mais ils ne pouvaient pas continuer à se regarder sans bouger, ce genre de malfrats très urbain avait souvent des armes de portée, et fille du Démon ou pas, Talia ne pouvait survivre à une balle mal placée.

- Dites les chinois là, ou les arabes, c'est pas votre quartier par ici. C'est pas votre territoire, m'voyez ?

Surveiller Jason.
Ne pas faire d'erreurs stupides.
Penser à autre chose qu'à Damian.
Vite, ma grande.

Talia s'était mise en mouvement et Ubu et Heretic étaient dèja redevenus des ombres anonymes et meurtrières lorsque le plus lent des bandits de seconde zone avait fini par jeter sa bière pour se libérer les mains.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: We might fall - Talia   Dim 3 Mar - 14:41

Talia lui avait appris bien des choses, remplissant ce pauvre cœur vierge et saigné à blanc par des sentiments que Jason n’avait pourtant jamais possédé. Parmi eux, la cruauté, aussi était-ce cette même cruauté qui lui fit percevoir le désarroi de la jeune femme, alors que la beauté restait de glace. Il avait abattu la carte de l’enfant mystère au hasard, acceptant presque de se mettre en danger par cela sous de possibles moqueries de son aînée. L’enfant était important, Jason n’avait plus qu’à rappeler à Talia les grands yeux perdus de Damian, qui ne comprenait pas pourquoi il saignait, ou bien même à quoi servaient les boîtes de soin, pour l’amener dans des territoires de malaises qui n’étaient pas siens. Des bouts de phrase, des bouts de venins pour ainsi faire plier la jeune femme devant lui, et il le pouvait oh bien sûr qu’il le pouvait….
Sauf que des petites frappes entraient en jeu, bien décidées à se battre. Ainsi soit-il ?
Jason ne quitta pas Talia des yeux, soudain enfin adulte devant elle. Il remit le casque dans un murmure, la voix sûre, inébranlable.

« Nous reparlerons de cela plus tard. »

Un ordre sous jacent, peu importe que la femme près de lui refuse de le prendre au sérieux, le Red Hood n’était pas du genre à lâcher ses proies sans raison. Cruauté, désert sans oasis, regard sans âme.
Avec nonchalance, il s’approcha des voyous, en reconnaissant quelques uns. Certains d’entre eux dealaient et servaient d’informateurs à l’occasion, le genre de merdeux incapable de véritablement jurer allégeance et crachant tout pour sauver sa vie.
Un frémissement de peur lorsqu’un homme recula, essayant vainement d’entraîner un de ses compagnons avec lui. L’autre le rejeta dans une insulte, il tomba dans la boue et s’aplatit alors contre le mur le plus proche, refusant de prendre les armes.
Différent de Batman, Hood s’imposait malgré tout en seigneur dans le secret des ruelles les plus sombres et glauques de Gotham, lorsque le sang paye le sang et la mort, l’affront. S’il avait abandonné l’assassin à la Ligue, reconnaissant qu’ils prévalaient dans l’ordre de justice, cela était SA ville, son purgatoire. Il s’y imposait avec sa propre idée de justice et, encore plus territorial qu’un vieux loup, refusait que l’on piétine ses plate bandes.

La pluie continuait de tomber, plus forte à présent mais jamais assez pour nettoyer les péchés et la laideur du monde. Deux hommes s’avancèrent alors, sur ordre de leur chef . Ils avaient des armes, l’honneur n’était pas pour cette racaille là, mais Red Hood s’en fichait un peu. L’homme n’avait personne à protéger, que Talia le fasse elle-même et tant pis pour les balles perdues. Si le chien acceptait encore de se faire approcher par son ancien maître, il continuait également de refuser le collier.

Il bougea alors, mortel, létal, se mouvant comme seules le font les ombres sans corps, sans cœurs, que rien ne retient sur Terre. Mais Jason restait humain également, imparfait et chaque chemin que l’on prend mène à une tombe prête à nous accueillir un jour. Il pouvait mourir ce soir, survivre une nuit de plus, quelle importance ?
Les deux corps tombèrent à terre : l’un survivrait peut-être, l’autre non. Un chien déchiquetant des gorges, voilà ce qu’était Jason, ce qui marquait son ombre, ses pas, et il combattait pour la mort, rapide, entre grâce et brutalité.
Quiconque s’interposerait entre lui et ses proies –que ce soit Talia ou ses sbires-, deviendrait proie à son tour.
Le sang appelle le sang…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: We might fall - Talia   Dim 3 Mar - 16:28


Réflexe humain. Par sa corpulence et la place qu'il occupait, Ubu était une cible évidente, qui attirait les regards autant que les balles et autres coups. Cela faisait partie de sa légendaire efficacité de garde du corps et expliquait la raison pour laquelle les Al'Ghul devaient fréquemment changer d'Ubu. Il est vrai que la montagne de muscles, une fois trouée et inerte, ne servait plus à grand chose. Mais ce soir, Talia ne comptait pas encore perdre son gardien attitré. Pourtant, elle décida de se concentrer sur Jason, qu'elle ne désirait voir disparaître pour rien au monde et laissa Ubu se débrouiller avec son syndrome de la cible facile. Le viril combattant ne déshonora pas sa famille, gérant comme il le devait l'assaut de ces malfrats de seconde zone, écumes rougeoyantes mais timorées qui s'écrasèrent sur lui sans causer de dégats. Malgré son poids, Ubu faisait parti des assassins, et par conséquent, se déplaçait aussi silencieusement que toutes les ombres plus filiformes que comptait la Ligue. Un ninja éléphant, en somme. Talia elle, n'avait fait que se tourner vers les intrus, suivant la course meurtrière du Red Hood. Arc rouge et noire brutal et tremblant, le trajet du tueur laissa sur son passage deux cadavres, plus ou moins terminés, plus ou moins violemment exécutés, plus ou moins encore rattachés mais tous deux lancés sur la même voie, celle qu'arpentait Jason tous les jours et qu'eux redoutaient tous les matins : la mort. Inéluctable. Talia aussi la connaissait, depuis sa plus tendre enfance. Plusieurs fois dêja, elle l'avait testée, elle l'avait approchée, entre les bras de Nyssa Raatko, accrochée à celui de son père ou seule, avec l'intention de se vider l'esprit. Elle avait senti ses caresses froides, acceuilli ses assauts douloureux, au delà de l'imaginable. Mais malgré tout, elle n'avait aucune pitié pour les tas de viandes qui tombaient devant ses yeux. Ils étaient le chancre que son père et elle avaient promis à l'humanité de laver une bonne fois pour toute, les mauvaises germes dont la masse populaire essayait de se soigner tous les jours et en raison de laquelle elle se tournait vers la Ligue. Hélas, ce genre d'imbéciles inutiles et dangereux pullulait à Gotham, et plus l'action du Démon prenait du retard, plus Gotham tombait bas. Mais c'était la faute à Batman, qui empêchait la Purge et la refusait depuis trop longtemps.

La jeune immortelle inspira et expira calmement. Au moins, si donner une seconde chance à l'existence de Jason n'avait pas eu l'effet escompté, ce dernier avait compris ce que ce genre de personnes méritaient et il faisait peu ou prou le même travail que Talia, à son échelle. Raison de plus de ne pas le perdre de vue. L'Heretic, quant à lui, faisait honneur à son clone et à sa famille. Il se choisit une proie et, sans concessions, sans fioritures, sans artificies, il tua, tout simplement. Quant à la victime, elle mourrut tout aussi simplement, et l'on put constater plus tard que la cause du décés était imputable à un épée mi-courte enfoncée dans le dos, tournée dans la plaie, puis remontée sur toute la colonne vertébrale en déchirant les poumons et les aortes. L'Herétic avait la précision, et la force. Mais il n'avait pas la rage de Jason et il avait plus à perdre. Les criminels de pantomine eux, avaient tout perdus lorsqu'ils avaient décidés de devenir ce qu'ils étaient, un changement qui s'était probablement opéré dans l'adolescence. Ou peut être étaient ils nés idiots, nés poids pour l'humanité ? Sans doute. Dans tous les cas, ils ne méritaient aucune attention.

L'ancien protégé de Batman, bouillonnait, s'était dèja mis en chasse d'une troisième proie, tandis qu'Ubu avait fait ses propres ravages, à coup de Naginata. La pluie s'étaît mêlée de rouge, mais la rue semblait s'être purifiée, avec ces cadavres qui la jonchaient. Comme si la preuve que de tels branches mortes avaient été cassées rassurait Talia, et apaisait sa conscience de fille du Démon. Aujourd'hui, Gotham avait légérement grignoté ce qui l'infectait. Ce n'était que sept corps, mais c'était dèjà ça de gagné pour la ville, pour les familles des victimes, pour les victimes elle-même et pour la Ligue. Talia se mouva en dernière, claquant ses talons mouillés sur le béton du même acabit. La cible qu'elle avait choisi, l'homme qui lui avait demandé de dégager, n'était pas assez proche de Jason pour être tuée en mêlée par la Mort Rouge, était dans un angle mort où Ubu ne pouvait frapper et considérablement trop loin de l'Heretic. En d'autres mots, il était à elle. Avec une certaine douceur, elle évita la balle qu'on essaya de lui administrer entre les yeux, attrapa le canon de l'arme et tordit le bras avec le léger plaisir conféré par le manque et les mois de néant, puis ramena vers elle le criminel en marcel.

- Faux. C'est notre territoire. C'est mon territoire. Gotham est à moi, le monde entier est à moi. On me l'a donné à la naissance, et tu sais quoi ? Mon monde n'a pas besoin de toi.


Elle n'avait pas envie de salir son shamshir et acheva donc l'homme avec sa propre arme à feu. Plus le temps de nettoyer la rue désormais, mais beaucoup d'autres personnes pouvaient encore arriver. Le cimetière était souvent occupé dans cette ville. Elle devait se dépêcher de soutirer à Jason ce qu'elle voulait. Avant même qu'Ubu et Heretic n'aient repris leurs positions, elle se tourna vers le jeune homme et craqua :

- Jason, cet enfant, comment s'apelle il ? Sais tu comment il est, qui il est vraiment ?

Trop d'émotion, trop de Talia, pas assez de Démon. Elle s'en voulut juste après les avoir prononcés, mais il était trop tard. Et l'attente de la réponse lui brûlait toutes les cellules de son corps de mère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: We might fall - Talia   Dim 3 Mar - 19:44

La mort avait frappé, mais s’en était-elle réellement allée ? Jason se redressa d’un énième cadavre, le casque tâché de sang, rouge contre rouge, boule dans la gorge, nausée, violence. Ebloui par la vie, dévoré par la nuit, il avait entendu les quelques mots de Talia à sa propre victime. Cela était une occasion trop belle pour a manquer, voir jusqu’où il pouvait craqueler l’armure de la fille du Démon !

« Tu te justifies devant ces rats ? Je croyais qu’il n’y avait que les personnes qui doutent, pour faire cela. Tu doutes, Talia, de ton but, de tout ça ? Quelqu’un est sur ta route, alors tue-le. Tu sais pourquoi tu fais ça, c’est tout ce qui compte. »

Silence de la pluie, aucun d’entre eux ne tremblait, pas de froid pas de peur pour les damnés de la terre. Les yeux du Red Hood étaient à présent fichés dans ceux de Talia : elle craquait, il y avait trop d’humanité derrière ses mots. Femme, faible femme…
Quel triste sire, du haut d’une quelconque divinité, avait donc décidé de lui accorder un cœur de mère malgré tous ses poisons et maléfices ? Le jeune homme retint un rire, acceptant de répondre. Il n’était pas celui qui se sentait menacé, en cet instant…

« Un enfant, neuf ou dix ans pas plus, assez trapu, des muscles de combattant. Un regard de petit prince qui se croit tout permis, le genre auquel tu veux foutre des baffes… Je l’ai récupéré couvert de sang, c’est triste… Il n’avait pas de maman à appeler, tu crois ? »

Un ricanement, la pique était cruelle, mais qu’importe ? Le mouvement d’ombres lui apprit qu’Ubu et le colosse se tenaient à nouveau près d’eux. Jason garda son masque, refusant désormais son visage à la nuit et aux ténèbres. Il puait le sang et la mort, une odeur qui ne partait jamais complètement. Croque-mitaine de Gotham, bourreau, monstre, Red Hood avait pourtant sauvé un enfant, cela était vrai. L’ironie de la chose tenait alors au fait que celui-ci se révéla être un assassin en culottes courtes. Pauvre gosse, hein ?

« Dis-moi son nom, je ne te demande pas son père. Je ne suis pas idiot… Tu vas le perdre, Talia, cette ville bouffe les gosses. Il mourra, peu importe ses capacités. C’est la ville, elle fait ça, tu le sais aussi bien que moi. Même si c’est un soldat, un assassin, la ville le tuera. Parce que c’est aussi un gosse, un putain de gosse… ca te fais quoi, de savoir ça, « maman » ? Tu t’inquiètes pas ? »


La pousser à bout, l’énerver…Le mioche était capable, plus que capable même de survivre, mais jusque quand ? Talia ne l’avait-elle lâché que pour mieux le sacrifier ? Les mères qui abandonnent et trahissent leurs enfants, il connaissait bien. Jason en avait eu une après tout….
La nuit sembla s’épaissir, débordant de leurs cœurs pour couvrir le monde : combien de deuils encore ? Il se faisait corbeau de tempêtes, annonciateur de mauvais présages, lui qui pourtant détestait que l’on s’en prenne à des enfants.
Talia pouvait très bien décider de le tuer pour ce qu’il savait, pour ce qu’il osait, et Jason comprit alors qu’il l’affronterait finalement, chien fou, chien enragé. Les traits tendus derrière le casque, il attendait….
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: We might fall - Talia   Lun 4 Mar - 16:16

Talia s'en voulait. Elle n'en voulait pas à Jason. C'était dans sa nature, et il avait tellement de venin à cracher à propos de Talia. Elle en était consciente. Par contre, elle s'en voulait d'avoir laissé parlé son instinct maternel. Elle croyait pourtant avoir réussi à le découper, le jeter aux chiens du fin fond de son âme et l'avoir consommé à jamais. Mais les récents évènements avaient prouvé le contraire. Quelques mots, le fantôme d'une piste, un lien entre un jeune homme issu de son passé et son fils et elle avait craqué. Elle se détesta, s'abhorra aussitôt. Mais elle n'en laissa rien transparaître sur son visage et surtout, évita la joie de savourer cet écart à Red Hood qui ne s'était pas privé d'amorcer une critique de la fille du Démon, trop heureux de la voir enfin faire un pas de travers. Elle resta de marbre durant son intervention, et, à cause de son casque, dut réprimer fortement son envie de lui servir une claque bien méritée. Bien retentissante. Mais cela n'aurait rien changé à son erreur, et cela n'aurait rien appris à Jason. C'était un chien sauvage, qui avait échappé à l'ancestrale domestication de ses semblables. Il ne savait que trop ce que pensait l'héritière immortelle. Elle sentait presque ses mains rouges de sang et noires des suies de la misère fouiller dans son esprit. Beaucoup, beaucoup de portes lui étaient encore cachées, comme au reste de l'humanité, mais il se faisait plaisir avec celle qu'il avait si facilement enfoncée à coups de pieds brutaux.

La tueuse se mit à frôler du bout de sa pensée les différentes possibilités qui s'offraient à elle. Jason avait choisi de rester pour la provoquer, et tout talentueux qu'il était, elle le considérait en son pouvoir. En effet, si elle décidait de le capturer pour prendre le temps de lui demander tout ce qu'il savait sur son fils et sa position, il devrait échapper ou vaincre l'Heretic, sans adversaire à sa mesure, Ubu, plus simple mais tout de même compliqué, et Talia elle même. La tentation était donc bien sûr grande. Elle pouvait aussi essayer de lui extorquer ses informations autrement, une archéologie verbale dans laquelle elle était experte en tant que politicienne. Mais elle risquait alors de mettre des coups de pioches mal placés qui feraient s'effondrer la caverne du savoir sur elle et la priverait à jamais de ce qu'elle cherchait. Qui pouvait dire quels métaux dangereux constituaient les profondeurs de l'âme d'un mort ? Et pas n'importe quel mort, un mort qui s'était au réveil accroché à la robe noire de la faucheuse et qui s'en était recouvert, pour frapper lui même ceux qui ne méritaient plus la vie.

Talia réfléchit rapidement. Quelle solution choisir ? Le doute lui était de plus en plus lointain : Cricket n'était effectivement pas à Gotham, aucun costume de la Ligue pour enfant n'était commercialisé, ni transporté hors de la forteresse du Démon et de ses nombreux quartiers généraux, et elle ne pensait pas que Jason bluffait. Il ne pouvait pas être au courant qu'elle avait un fils : Bruce lui même ne l'était pas. Baman. Pense à lui comme à Batman, le justicier qui t'empêche de mettre en route un monde meilleur. C'était donc probablement Damian que Jason avait récupéré et elle se demanda s'il s'était dèjà rendu compte que le bout d'homme était irrécupérable. Ses arguments étaient en fait invalides puisque techniquement, elle avait entaîné et fait entraîner Damian pour qu'il égale Jason et les autres Robins, et éspérait même qu'il les surpassent. Il devait être le meilleur, car il avait été façonné pour que le monde s'agenouille devant lui. Elle ne savait pas par comment il avait pu être blessé, mais il allait probablement envoyer Jason valser lorsqu'il aurait repris contenance. Elle connaissait son fils. Que faire donc ?

Avant tout, elle allait pouvoir contrer Jason, insouciant de certaines verités sur son fils. Et dans un second temps, elle allait devoir faire un choix.

- Tu n'as vu que ce que tes yeux de chien perdu n'ont su voir. S'il s'agit vraiment de lui, il n'est pas en ville pour qu'elle le digère. Il est là pour la mettre à genoux. Ce n'est pas un gosse comme les autres Jason. Tu as été assez intelligent pour savoir d'où il vient, crois tu vraiment que Gotham lui fait peur. Il n'est pas comme toi. Il n'est pas assez faible pour le Joker et ses consorts. Je ne sais pas ce qui l'a fait tomber à tes pieds, mais si tu as permis son envol, j'ai peur que plus rien ne puisse l'arrêter. Tu as sûrement remarqué qu'il avait du caractère.

Elle s'arrêta de parler, et ses yeux se chargèrent de la noir résolution qu'elle avait mis des mois à forger. En cet instant, elle avait les yeux de son père, des yeux qui avaient longtemps observé le monde et qui se tenaient au sommet de l'Himalaya lorsque, bébé, elle avait été brandie vers le ciel et qu'on lui avait appris que tout ce qu'elle voyait, et tout ce qui se trouvait au delà, tout cela était son royaume. Le silence se chargea de la même volonté conquérante, loin désormais de la mère bouleversée que Jason avait pointé du doigt.

- Je crois qu'il veut rencontrer son père. Que lui as tu fait ? Vers où l'as tu guidé ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: We might fall - Talia   Mar 5 Mar - 22:57

"Et toi tu ne veux voir qu’avec tes yeux de mère, triste n’est-ce pas ? Plus tu tentes de te ressaisir, plus tu t’effondres …"

Les mots de Talia, autant de fissures dans un palais de verre et de glace. Il souriait à présent, chassant sans colère les accusations de faiblesse de la jeune femme. Son royaume était de pourriture et de rouille, à l’image de Gotham, mais quelle importance ? Jason était le fils maudit de cette ville prostituée, lié à son destin par des chemins plus ou moins noueux. Il était le tigre dont on rêvait la nuit pour des espoirs de massacre, la bête des bas-fonds, l’assassin.

"Je l’ai vu doué, c’est vrai, mais surtout blessé. Nul enfant n’est immortel, femme, pas même le tiens. La ville a d’autres monstres que le Joker pour l’occuper, et les justiciers d’Etat rôdent,  que feras tu s’ils lui tirent dessus ?"

Peu lui importait que Talia le traite de faible ou au contraire glorifie les qualités de Damian face aux siennes, Jason n'avait jamais eu l'habitude des compliments. Soldat brisé, enfant immonde, il maudissait jusqu'au propre jour de sa naissance et personnes assez pieuses pour lui appendre le don d'amour, celui que personne ne lui retournait. Derrière le masque, derrière le casque, les yeux brûlaient d'un feu trop noir, différent de celui de Talia. Gotham, il la connaissait sous trop de visages: celui de son enfance, celui enseigné par Batman, un autre lui venant de Talia et puis son propre rêve de ville à lui. Parfois s'entrechoquaient également les visions de Tim ou même Dick, eux les trois reliquats d'enfance. Une connaissance restait commune cependant: une balle reste une balle et lorsqu'elle touche, c'est pour brûler le corps et déchirer les chairs. Alors, peu importe que l'on soit guerrier de légende ou monstre de nuit, la vie ne tient plus qu'à un fil....

"Il ne sait rien de la vie ou du monde, peu importe tout ce que tu as pu lui foutre dans le crâne. Comment veux-tu qu'il règne sur quoi que ce soit s'il ne peut pas comprendre? Si toutes les mains qu'il voit sont celles d'ennemis?"

Pourquoi disait-il ça? S'intéresser à ce gosse ne lui apportait rien sinon un coup d'avance sur Bruce et un moyen plus ou moins efficace de tourmenter Talia. Cependant Jason ne pouvait savoir exactement contre qui il menait guerre à présent, alors peu importe les tambours et les trompettes, ne restait que le vide.
Son regard se fit plus dur, feu dans la pierre, lumière cachée, le casque continuait de n'en rien révéler.

"Oh Talia...."

Une douceur dans la voix, comme une souffrance. Et peu importe si jamais la jeune femme décide de le capturer, de le torturer, elle savait tout aussi bien que lui que Jason était un prédateur. A l'image du renard pris au piège, il n'hésiterai pas à se ronger un membre pour se libérer, quitte à en crever plutôt que de capituler.
Batman l'avait fort bien entraîné pour cela...

"Je l'ai guidé vers son père, mais il s'y brisera les ailes. Batman a déjà un Robin, que ferait-il d'un fils? Qui plus est d'un assassin... Il n'y trouvera rien là bas, et quand bien même la Chauve Souris lui ouvrirait ses ailes, il y aurait trop d'ombres à ses pieds pour correctement avancer."

Pas forcément celle de Grayson, l'homme était indépendant et s'il restait le premier fils, Batman avait appris à ne plus saigner de cette blessure. Mais il restait Drake, parfait à sa manière lui aussi, jeune, intelligent, le môme dont Jason ne pouvait guérir. Et puis lui-même, le Robin violent, déchu, qui ne signifiait plus rien.... La voie à ne pas suivre, la méchante teigne auquel on pourrait le comparer au moindre écart....

Mais Damian n'était pas Robin. Jason savait pertinemment qu'il ne pourrait rien prévoir des réactions de Bruce, cependant nul besoin d'être un génie pour comprendre tous les obstacles qui se dressaient déjà devant Damian.

"Et qu'en veut-il réellement, de ce père, tu le sais?"

Une autre blessure. On pouvait être jeune et plein de haine, jusqu'à en crever. Damian chercherait-il le combat ou l'approbation de cette figure toute puissante? D'un seul coup, Jason sentit comme un lien tordu de compassion le relier au gamin, mon dieu combien de temps durerait-il celui là?
Il ne reprit pas la parole, ne révélant rien à Talia des mots qu'il avait eu pour l'enfant. Parce qu'il avait accepté que Damian revienne vers lui s'il se retrouvait blessé à nouveau.

"Tu ne controles rien, il e faudra bientôt payer pour ton arrogance."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: We might fall - Talia   Jeu 7 Mar - 18:55

Elle n'en tirerait plus rien.
Talia laissa le silence se repaître de ses doutes et de ses espoirs, les yeux toujours ancrés au large de l'esprit de Jason. Elle se demandait s'il lui cachait quelque chose, s'il ne lui avait pas tout dit. Il en était bien capable. Après tout, il la connaisait mieux que beaucoup de monde. Il lui avait dèja caché des choses, et elle même l'avait autant baigné dans l'univers du mensonge que dans son puits de Lazare. Elle savait d'ailleurs à l'époque que cela pouvait se retourner contre elle. Toutes les armes qu'elle avait faites avaient un côté tranchant qui pouvait découper ses ennemis ou bien la blesser elle-même. C'était donc à elle de bien savoir la manier, et de connaître tous ses secrets. Pour Jason, cela s'était révélé impossible. Et aujourd'hui, elle en subissait les conséquences. Les paroles du jeune homme brisé n'étaient pas seulement bouillantes de la rage de la jeunesse mais aussi aiguisées par la forge de l'expérience. Elles avaient un but, une histoire, il les avaient sûrement dirigées consciemment. Il y avait un but derrière ces paroles. Mais était-ce le but de la tromper ou le but de la contrer et de la battre avec la verité ? Jason était après tout un justicier. Voilà quelque chose qu'on ne pouvait, et qu'on ne lui avait jamais enlevé. Quelque chose de plus tenace que sa vie, donc.

Le silence commençait à durcir, et à s'assombrir, nourri à la fois par la colère du démon, l'ire divine de la pluie et celle de Jason. La tension du combat n'était jamais vraiment montée au vu ds victimes mais le goût de la mort était encore tenace, et ceux qui l'avaient donnés étaient encore les vaisseaux d'une forte adrénaline. Talia avait beaucoup à penser, et entendre parler de son fils après l'avoir laissé et déchaîné voilà des mois l'avait légérement déviée de la trajectoire toute tracée du Démon : une route qui passait au delà de celle des hommes et était donc intouchable, indifférente aux défauts de leurs parcours. Elle respira doucement, immobile. D'un geste, elle pouvait empêcher Jason de partir - essayer en tout cas - et lui soutirer tout ce qu'il savait. Ou bien, elle pouvait le laisser partir, le croire, et laisser Damian échouer aux pieds de son père, Atila de la justice, peut être intégrerait il la Batfamily, source ininterruptible de désolation et de déception. Berceau de Cassandra Cain, la femme qui lui avait volé la Ligue, et de Batman, l'homme qui avait gêné son père jusqu'à sa mort. Bientôt, le Joker s'intéresserait à lui et Damian, tout imbattable qu'il était, serait aux prises avec l'esprit le plus fou que la famille imortelle n'avait jamais rencontré. Et elle, sa mère qui l'avait élevé et entraîné, n'aurait pas levé le petit doigt pour empêcher ça.

Mais après tout, n'était ce pas entièrement son choix ? Il n'avait qu'a rester, accompagner la Ligue et soumettre la ville pour sa mère, comme le bon petit Alexandre dont elle avait rêvé. Soudain, le jeune Jason brisé disparut devant ses yeux et la vérité emergea : Jason avait grandi, il avait connu plus de choses encore que Batman lorsqu'elle l'avait rencontré et il en avait raté beaucoup d'autres, que son mentor ne lui avait pas laissé prendre et que sa nouvelle vie empêchait : famille, amour, vrais amis, soutien politique, policier. Elle se rappella que, comme la cause de la Ligue, celle de Jason était juste et sa vengeance aussi. Elle ne se sentit pas coupable le moins du monde pour l'avoir manipulé et n'avoir vu en lui qu'une arme, c'est en tout cas ce qu'elle pensa, mais elle décida qu'il n'était pas nécssaaire d'aggraver les choses.

Jason était peut être, parmi toute la population qu'elle avait pu rencontrer, l'une des pires menaces mais c'était celui qui se rapprochait le moins d'un ennemi. Et après tout, ils visaient la même chose. Talia recula, et s'aperçut qu'il ne pleuvait quasiment plus. Ubu se rapprocha de Jason, mais l'Heretic suivit sa maîtresse et demi-mère, docile. Elle était toujours tournée vers le tueur et choisit de répondre à toutes ses allégations par un sourire, le même qu'elle lui avait servi lorsqu'au bout de sa rééducation, il avait été prêt pour retrouver le don des Mânes. Et pour se battre à nouveau afin de le faire perdurer. Un sourire qui n'avait rien de démoniaque, et rien de maternel, un sourire venu de Talia, fille de Melisande plus que de Ra's al Ghul.

- Damian a choisi sa voie, je ne l'ai pas envoyé. Nous savons tous deux ce qu'il trouvera s'il atteint son père, mais il semble évident que, si tu l'a perdu, je ne peu plus agir. Ce n'est donc plus mon souçi.

Cette fois, elle se retourna complètement, et rangea ses armes. La rue était toujours aussi silencieuse, malgré l'affluence qutidienne des cimetières bien remplis de Gotham. Les deux assassins massifs disparurent et redevinrent anges gardiens discrets et mortels.

- Cette nuit aura au moins permis de constater que tu n'as pas changé Jason. Tu marches toujours seul loin de toutes les routes qu'on a prévu pour toi. Je sais que tu t'es dèjâ perdu mais fais attention quand même : tous les chemins ont une conclusion, même s'ils n'ont jamais été empruntés. Le Démon y veillera pour toutes les âmes corrompues.

Elle s'était dèja mise en route lorsqu'elle avait commencé à parler mais elle avait disparu à la fin de sa phrase, chargée d'une nouvelle volonté, et prête à ressurgir de l'Ombre. Gotham allait devoir à nouveau acceuillir la Ligue, et peut être cette fois, cette dernière avait en mains les clefs pour tout purger.

( HRP : Fini pour moi, encore merci Very Happy )

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: We might fall - Talia   

Revenir en haut Aller en bas
 

We might fall - Talia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» Talia Erae [Sartglin]
» Let the Sky fall on you • Heaven Angel [VALIDE]
» « why do we fall ? » ◊ ANGEL.
» Fall Out Boy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Old Gotham :: Cimetière de Gotham City-