RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Witness (Privé "La Charpentière")

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Takeshi Akuma/ Ashtar

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 30/11/2012
Nombre de Messages : 226
Vous à Gotham : Leader de La Lignée / Gérant du Sinner's Inn
Citations : Mon pouvoir sert le Ciel et les Esprits!!! Mon Poing droit est au service de mon règne! Mon Poing gauche instaure la Terreur chez mes ennemis! Ceux qui tomberont face à moi deviendront une part de ma Légende!

MessageSujet: Witness (Privé "La Charpentière")   Sam 16 Fév - 7:01

Bludhaven, ville de crime et de péché, fief des criminels et proie de l'oiseau de nuit. Une tanière parmi tant d'autre dans laquelle beaucoup viennent chercher refuge en s'imaginant être protégé des attaques des justiciers. L'histoire de cet endroit est longue aussi allons nous condenser le tout pour dire simplement qu'elle n'est autre qu'une zone de non-loi ou tout était permis. Drogue, vol, prostitution, meurtres, braquages et pillages étaient le lot commun de cette petite ville à l'écart de Gotham City ou Nightwing tentait tant bien que mal de faire respecter la loi. De ce qu'on sait, le chômage et la corruption sont endémiques et la police ne semble plus préoccupée par l'idée d'y faire la loi après la tentative ratée de relancer l'économie de cette ville. A y' réfléchir, Bludhaven aurait pu faire une parfaite Arkham City car les criminels s'y rendaient sans sourciller en grand nombres.

Quelle ironie, vous ne croyez pas ?

A une époque, Blockbuster y' faisait la loi. Auto-proclamé roi des criminels, sa carrière dans le crime avait plutôt bien décollée mais il avait omis un tout petit détail qui lui avait finalement coûté la vie....un détail qui lui avait toutefois mis du plomb dans la tête. Il allait y' repenser encore longtemps, en enfer victime de la morsure d'une tarentule qui ne faisait pas partie de l'équation.
Puis le temps a passé, et les choses ne se sont pas améliorées. Même si le gros des troupes préférait rester tranquillement à Gotham pour se frictionner avec le plus ténébreux des justiciers, les petites frappes ou les jeunes en manque de sensation forte venaient trouver leur compte à Bludhaven, que ce soit pour les frissons du grand soir lors des rodéos urbains, les drogues ou encore, la prostitution et le marché du sexe, un domaine qui prospérait dans cet antre du crime dès que la nuit tombait.

Pour Harold Lott, la vraie vie commençait à Bludhaven, après les affaires du jour qu'il vérifiait en passant chez lui, après le travail alors que les affaires du jours lui repassaient encore en tête. Aujourd'hui, il avait du traiter deux cas de divorces difficile, l'emprisonnement d'un homme d'affaire véreux de Shreck Industry et comme souvent, des bandes de jeunes loubards incapables de ressentir le moindre remord en rejetant la responsabilité de leur malheur sur la société qui ne faisait pas attention à eux. Bien sur, Lott n'était pas le genre à se laisser apitoyer par de vulgaires pleurs qui sonnaient comme des bourdonnements de mouches à ses oreilles. Ces actes là, il les vomissait rien qu'à y penser et refusait de les entendre et de s'en laisser conter.
C'était idiot, absurde, irresponsable mais surtout idiot, à la manière de ces crétins qui croyait à Dieu, certainement par peur de leur propre vacuité, en essayant de se chercher une ancre, voire, une raison à leur présence sur terre, alors qu'il était bien simple de vivre, tout simplement.
Après une rapide vérification de son courrier, Harold avait brièvement consulté son portable pour ses messages et comme un soir sur deux, un sms lui indiquait que « Tout était prêt » et qu'il n'avait plus qu'à venir assister au spectacle. Sa voiture avait donc prise la direction de la vieille ville du crime pour son petit plaisir du soir. Après tout, la semaine avait été dure pour lui et il ressentait ce besoin urgent de décompresser. En général, lorsqu'il ne passait pas ses soirées à Bludhaven, le juge Lott les passait dans son salon, seul en s'arrangeant pour que la femme de ménage ou voire, sa propre femme, ne traînent pas dans les parages.
Chaque soir, c'était le même rituel avant de revenir à des activités plus « saines ». Il se servait toujours son petit whisky avec deux glaçons puis se dirigeait vers un petit meuble de rangement dans lequel se trouvait une large rangée de dvd copiés.
C'est là qu'on se disait que la loi ne semblait pas vraiment s'appliquer au Juge Lott, mais c'est aussi dans ce genre de moments qu'on pouvait parler des goûts cinématographiques de certains. La femme du juge aimait les comédies simples, sans prise de tête, mais avec un scénario un tant soi peu travaillé. Elle avait eue la chance de découvrir certaines comédies françaises et s'était faite avec le temps, une assez jolie collection qui trônait dans son propre bureau.
Les gouts du Juge Lott étaient plus particuliers.....plus sélectifs. Mais au fur et à mesure du temps, les vidéos ne lui suffisaient plus et n'arrivaient plus à effacer la routine pesante du tribunal, les pressions et mensonges des criminels en tout genre. Malgré les nouvelles acquisitions, il ne pouvait plus oublier....et en voulait toujours plus. Son cercle de contact lui a donc proposé, pour un prix bien sur plus onéreux, une séance en direct, toujours en tant que spectateur, ce qui constituait les plus belles pièces de sa collection car il repartait souvent avec une copie qu'il rangeait dans sa collection en attendant la prochaine fois.
La qualité vidéo était bonne, mais pour le son, c'était une autre question, mais c'était largement regardable....et bien meilleur encore lorsqu'il assistait pour son propre plaisir pervers à la scène. La plupart du temps, les gosses ne devaient pas avoir plus de 10 ans et c'est assis dans un fauteuil de cuir qu'il assistait à la scène, comme il regardait les dvd chez lui, dans le confort et la chaleur de sa maison...Après 5 minutes, les choses sérieuses commençaient. C'était si simple, si facile que ça en devenait presque routinier et c'était si bien dissimulé, si bien couvert par quelques flics pourris du secteur que jamais la combine ne devait être découverte.

Mais si c'était le cas, alors pourquoi ? Pourquoi était il en train de courir en ce moment même pour sauver sa vie ? Que s'était il donc passé pour qu'il se retrouve en train d'essayer de sauver sa foutue carcasse d'une mort imminente ? Bien sur, il avait tenté la plus vieille excuse du monde en prétextant l'infiltration et le repérage, mais il est difficile de croire que vous êtes en train de quêter pour la croix rouge alors que vous avez le membre à l'air en train de baver devant une scène immonde ? La soirée avait pourtant si bien commencé dans cette petite maison près de Maeltide Park, en partie éclairé alors que Lott tentait de se rendre vers une zone où il pourrait peut-être échapper à ses assaillants. De ce qu'il avait entendu, deux d'entre eux étaient des femmes. Cagoulées, masquées, il aurait juré entendre l'une d'entre elle pleurer lorsqu'elle vit les deux enfants nus sur le lit. Puis il y'avait eu un autre type, tout aussi cagoulé que les deux femmes....et peut-être 9 à 10 autres personnes qui jouaient les vigilantes. Ce n'était pas banal à Bludhaven de voir des pseudos-justiciers vouloir faire la loi à leur manière. Nightwing en avait inspiré plus d'un et c'était angoissé que Harold Lott se voyait déjà en première page du Gotham Globe, mêlé à une sombre et sordide histoire de réseau pédophile. Enfin, il s'était dit cela, il y'a quelques minutes avant que, après avoir fait sortir les enfants, les mystérieux attaquants ne commencent à exécuter certaines des « connaissances » du juge parmi lesquels quelques petits criminels, certainement des organisateurs. Mais ce n'était pas le genre d’exécution qui s'était faite dans la poudre et les détonations habituelles du secteur. On faisait dans l'originalité ce soir et les lames étaient de sorties, non pas pour décapiter ou démembrer mais pour émasculer dans la peine, le sang et la douleur. Dans tout ce bordel, Harold avait tout de même réussi à s'échapper en sortant une arme à feu, un steyr-M semi automatique qui sema la panique l'espace d'un instant dans le groupe de tueurs qui semblaient plus préoccupé à protéger les enfants qu'à rattraper le juge pédophile qui prit rapidement la tangente, enfonçant à la volée la porte de la maison pour se précipiter en direction du parc tout en gardant un œil sur ce qui pouvait arriver derrière lui.

Oh oui, il entendait cette voix furieuse, cette voix de femme démoniaque. Ha pourquoi, pourquoi fallait il qu'une espèce de roturière justicière vienne s'en mêler avec une bande de taré. Bon sang, j'avais rien demandé à personne, se disait Lott. Je foutais la paix aux gens. On est des centaines de milliers, alors pourquoi fallait il que ca me tombe sur le râble ? Ils savent au moins qui je suis ?
Je le ferais coffrer, puis je leur collerais ca sur le dos, bande de misérables vermines. Je suis Harold Lott, juge respectable de cette ville. La loi, c'est moi et l'ordre.
Lott pouvait penser ce qu'il voulait, ca n’empêcherait pas les mystérieux tueurs de se lancer à sa poursuite. Ils étaient apparemment fermement décidé à le tuer. C'était obligé, ce qui voulait dire que quelqu'un avait parlé ou découvert le pot au rose.
Mais c'était impossible. Une telle intrusion dans son petit monde sécurisé ne pouvait avoir lieu, alors quel était donc ce coup de tonnerre qui s'était abattu sur lui ?
Lott panique, court à s'en détacher le cœur, ce dernier battant à tout rompre. L’adrénaline se repends dans tout son être et son corps s'est abandonné à un des instincts les plus primitifs : La survie.
Il les entends, partout et autour de lui. Il n'étaient pas que 10, ces salopards. Non, c'est pire, ils sont bien plus nombreux. Ils le traquent, reniflant dans les fourrés comme des chiens à la saison de la chasse, aidé en partie par la pleine lune qui brille de son plus beau feu ce soir. Harold a du mal à croire à ses propres halètements et il se dit qu'ils doivent l'entendre à des milliers de centaines de mètres à la ronde. Il en vient à tituber et à tomber dans les fourrés, lâchant son arme, ce qui le fait paniquer bien plus. Non, non, il doit la retrouver. C'est son moyen de défense face à cette bande de clébards enragés. Ca ne pouvait pas se finir ainsi, lynché et tué dans Bludhaven par une bande de psychopathes armés de sabres et de couteaux.
Il retrouve pourtant l'arme, tombée face à lui. Il doit bien lui rester 9 ou 10 balles dans le magasins. Totalement insuffisant pour tous les tuer si il le faut sans compter qu'il ne voyait rien dans le noir.
L'un d'entre eux venait d'approcher et c'est avec deux tirs qu'Harold lui répondit, le ratant vraiment de peu, alors que l'ombre se jeta derrière un arbre pour se couvrir.
Stupide petit homme joufflu, tu pouvais courir à t'en arracher la mâchoire, mais la Lignée finirait par t'avoir.
1, 2, nous te couperons en deux.......mais ce n'est pas un jeu. L'homme qui s'était caché hurle au loin, disant l'avoir trouvé. Ses cris rameutent d'autres tueurs et les bruits dans les feuilles se font plus intense.

« Merde, ils se rapprochent. Moi, je me tire »se disait le juge corrompu alors qu'il dévalait une petite pente du parc qui allait le ramener non loin de la rivière et du chalet des enfants, là où autrefois, les classes venaient faire des piques-niques certains jours. Harold s'en rappelle bien car il avait passé beaucoup de temps à voguer à cet endroit en observant quelle proie pourrait satisfaire ses plus bas instincts. Il avait juste à dire laquelle et ses « amis » se chargeaient du reste.
Il ne peut plus fuir réellement, il le sait bien, maintenant. Son seul espoir est de se cacher, quelque part dans les feuillages et d'attendre l'aube.....Mais ils finiraient quand même par le trouver car au son de ce qui l'entourait de plus en plus, l'homme de peu de justice était sur d'entendre au moins entre 100 et 150 individus.
« Bon sang, autant de personnes ? Mais merde, je suis qu'un petit juge de rien du tout. Ok, je suis juste un homme doté de goûts « spéciaux », mais merde, je méritais pas ça. »se disait il alors que cœur tambourinait dans sa poitrine. Son regard s'embrumait et sa respiration se fit plus difficile encore. L'antique instinct de survie le rendait plus rapide, mais certainement pas plus agile, surtout lorsque son pied gauche rencontra le vide. Son élan l'avait propulsé en avant pour le faire finalement tomber dans la rivière, à coté d'un chemin de goudron. Malgré la chute et la douleur, le juge Lott était encore de ce monde et pouvait se targuer d'être solide. Mais un nouveau soucis vint se greffer lorsque, tentant de se relever, il sentit une douleur vive et incendiaire lui parcourir la jambe gauche......Dans sa chute, Harold avait rencontré une rocaille dans l'eau. Pas assez grande pour le blesser grièvement, mais assez pour lui donner un handicap dans cette course poursuite, qui, à vrai dire, était maintenant terminée pour lui. Dans deux petites minutes, ces tueurs allaient mettre la main sur lui et il allait passer le pire moment de sa vie. Merde, à y' réfléchir, il aurait plutôt préféré crever dans la chute. Mais pensez vous, ça lui aurait fait un bel échappatoire à ce minable pourceau, et il était hors de question qu'il s'en sorte ainsi.
Ils approchaient, rapidement. Au loin sur le chemin de goudron, une lumière intense se profile, suivi d'un ronronnement d'un moteur.....une moto, certainement le genre moto de course.

Quelle chance, se disait il. Il était probable que ce soit un de ces jeunes qui participaient au rodeos urbains du secteur. Il en venait souvent par ici. L'un d'eux avait même failli le tamponner, il y'a un peu plus d'un mois. Il était passé à fond de cale avec une Skyline GT-R chromée qui avait finie à la fourrière le lendemain. Le Juge n'avait pas apprécié l'idée même d'avoir pu finir comme une éventuelle crêpe sur le macadam. Encore une preuve que la justice savait avoir le bras long.
La moto ralentit et Lott se dit qu'il est sauvé......jusqu'à ce que son regard se glace de terreur à la vue du conducteur qui portait un casque mais dont les habits ne pouvaient laisser aucun doute sur son identité. Non, non......pas l'un d'eux....non.....et pire, c'était une des deux femmes qui avait hurlé à la mort contre lui. Rampant pour échapper à l'inéluctable, la douleur lui avait fait oublier qu'il avait une arme sur lui. Son esprit était si confus qu'il ne semblait plus capable de penser de manière correcte, couinant presque comme une petite fille alors que la tueuse posa de manière brutale ses mains sur ses épaules, le tirant hors de la rivière alors qu'il se débattait. Elle n'eut pas d'autre chose que de l'immobiliser avec un violent coup à la tempe, renvoyant le corps au sol, dans l'inconscience.
La jeune femme eut un grognement nerveux lorsqu'elle enleva son casque dévoilant le visage d'une belle asiatique dont la colère était visible sur son visage. Elle mit alors la main dans sa poche pour en extraire un petit telephone portable sur lequel elle composa un numéro...et la réponse ne se fit pas attendre.

« C'est moi..............je viens d'attraper ce pourceau. Je suis près de la rivière, à coté du refuge. »

Puis, elle raccrocha. Dans moins de 5 minutes, tout le monde serait là pour les festivités. Oh crois le, Lott, sale étron puant, la Lignée était loin d'en avoir finie avec toi. Tu allais avoir l'immense honneur de faire face à l'empereur avant d'y passer. Peu ont cette chance et crois le, tu a vraiment du l'énerver comme tu a énervé la jeune femme qui te surveille, bien que tu sembles ailleurs.

15 minutes plus tard, plusieurs personnes s'étaient rassemblées près du refuge. Parmi eux, des tueurs au visage dissimulé sous des combinaisons des forces spéciales, certainement volées ou prise à des personnes qui n'en auraient plus besoin. La plupart semblaient assez vieilles, comme sortant d'un vieux dépôt militaire pour ceux n'ayant pas les moyens de s'offrir des fringues correctes dans cette ville. La jeune asiatique à la moto était là aussi et fixait d'un œil mauvais la rangée de prisonniers qu'ils avaient fait lors de la descente. Bien sur, tous n'étaient plus en vie, mais en garder quelques uns était une nécessité et à l'ordre du jour, comme l'avait souhaité l'empereur qui ne tarderait pas à se montrer. Comme l'avait si bien pensé Lott, il devait bien y'avoir une bonne centaine d'individus, dont la jeune femme qui semblait maintenant affairé à dissimuler son visage sous une écharpe en tissu, ne laissant apparaître que son regard. Porter constamment un casque de moto est gênant et bloquait les mouvements, et pire encore, cela l’empêchait de bien respirer. Sans oublier la visière qui assombrissait sa vue. Merci, il faisait déjà assez sombre comme ça, et ce n'était pas une raison pour en rajouter. Après avoir fait tout ça, la jeune femme se dirigea vers le corps inanimé du juge pour lui jeter ce qui semblait être le contenu d'une gourde d'eau dont le contenu frais avait été pris dans la rivière même. L'effet fût direct et réveilla le ventripotent personnage qui réalisa rapidement avec horreur dans quel enfer il se trouvait actuellement.

« Tu est encore en vie, si c'est ce que tu te demandes. L'Empereur veut te parler. »

L'énonciation de « L'Empereur » ne disait rien au pauvre personnage, mais l'évocation même de ce nom ne le rassurait pas. Les tarés, ca manquait pas à Gotham pour peu que quelque chose les attirait à la manière des mouches. La plupart aimaient foutre le boxon, et d'autres étaient ici à cause de Batman....et d'autres encore étaient ici pour jouer les justiciers timbrés au delà de la loi. Qui que ce soit, cet homme devait être puissant pour avoir mobilisé autant de personne, mais aussi pour avoir oser s'en prendre à un des juges les plus influents de Gotham City. Bien sur, malgré le nombre, le pourceau en costume cravate se permit un moment de bravade en défiant en vaines paroles la jeune femme.

« Vous savez qui je suis ? Vous savez ce qui va vous arriver si vous me faites quoi que ce soit.. Je suis Harold Lott et vous allez mal finir, vous tous...... Vous ne me faites pas peur.»
« LA FERME. »

Le hurlement exaspéré de la jeune asiatique, qui était plus chinoise que japonaise retentit alors dans le parc et se conflua par un violent coup de poing dans la figure de l'homme de justice qui s'écroula sur le sol. Il pouvait dire et penser ce qu'il voulait, mais il sentait la peur à plein nez. Ses paroles n'étaient que du flan et ses jambes flageolaient tant qu'elles semblaient incapables de le tenir sur ses genoux même. Lott n'eut pas le temps de lever sa tête qu'une lame vint se placer sous sa gorge alors qu'une main le tenait par sa magnifique coiffure grisonnante, lui extirpant un autre cri de douleur. Qui que ce soit, la jeune femme y'allait fort et semblait décidée à faire morfler le type.

« Sale enfoiré. Je vais te travailler à la pince, au chalumeau et au fer à souder. EST CE QUE TU M'A ENTENDU ?...........Espèce de porc, on est loin d'en avoir fini avec toi. On va te la jouer à la flamme bien moyenâgeuse. »

La jeune femme venait de conclure sa phrase par un nouveau coup dans la figure du juge retors qui s'écroula sur le sol en sanglotant, oubliant sur le moment toute envie de bravade pour laisser les émotions reprendre le dessus, tremblant comme jamais alors que son regard se posait maintenant sur la rangée de prisonniers dont certains n'étaient pas à la soirée de la débauche. Non, pire, il les reconnaissait tous.....tous complices, et beaucoup de haut placés : Mason Trent, banquier à la prestigieuse banque de Gotham. Marc Miller, assistant adjoint du maire en place, soit Mr Shreck. Vint ensuite Irene Decourt, directrice d'une école privée qui ne semblait pas en mener large vu qu'elle avait eu droit à ligotage plus épais. On pouvait supposer qu'elle avait du tenter de s'échapper et que la jeune asiatique n'avait pas appréciée. Le couple Blackney, Reginald et Sophie étaient aussi là, aussi terrorisé que les autres, sans oublier Slayton, Jilly, Hargreaves.....en fait, tout le monde, tout les complices, y' compris certains petits malfrats qui revendaient les cassettes et les dvd aux intéressés, soit les intermédiaires. On devait bien monter à 23....24 prisonniers en comptant Lott lui-même.
C'est dans ce genre de moment qu'Harold souhaiterait avoir un petit coup de pouce, comme l'arrivée inopinée d'un justicier qui viendrait remettre de l'ordre dans tout ca. Ensuite, il lui resterait plus qu'à inventer une jolie histoire pour s'en tirer et au final, il reprendrait ses petites activités....mais fallait pas rêver. Personne ne viendrait et personne n'aurait le cran d'affronter autant de gugusses armés jusqu'au dents. Si certaines avaient des sabres et des armes blanches, d'autres possédaient des automatiques en tout genre et quelques revolvers à leur ceinture....M'ouais, même si il pouvait encore courir, il se ferait abattre immédiatement...et vu l'état de sa jambe...
Ça lui fait mal. Le moindre mouvement est une torture et il se retient de hurler afin de ne pas pousser les tarés à bout. Il sait qu'il doit s'attendre à prendre cher ce soir, mais si il peut gagner un peu de temps sur la douleur, c'est une bonne chose. Mais il y'avait ces foutus lumières des différents véhicules qui lui éclataient la rétine....à moins que ça ne soit les quelques chocs reçus au crane qui lui faisaient perdre pied.

Ce qu'il savait, c'est que ce soir, la facture allait lui tomber dessus, et pour ne pas mentir, elle allait être d'un acabit des plus.....douloureux. La jeune femme ne lâchait pas l'affaire alors qu'elle le chopa à la tête une nouvelle fois en le forçant à le regarder en face. Ok, si elle voulait lui faire peur, c'était gagné car il était sur le point de se pisser dessus.

"Harold Lott, juge de Gotham City, a réglé plus de 700 affaires différentes depuis sa nomination. A été juge lors d'affaire concernant des criminels notoires comme Black Mask, le Pingouin, Firefly, Le Sphinx et même Double-Face, alias Harvey Dent......Joli pedigree, monsieur le juge....ou devrais je t’appeler "Phallus sur patte", espèce d'immonde salopard. Je dois t'avouer que j'ai du mal à me retenir de te planter une lame entre tes couilles."
"Dame Blade......L'Empereur...il a demandé à ce qu'il soit...."
"Merci, je sais.........je vais pas le tuer, mais c'est pas l'envie qui me manque, soldat. Et toi.....alors dis moi, tu prends ton pied à mater des gosses? C'est quoi ton foutu problème? Les nanas veulent pas de toi? Tu te fais même jeter par les mecs alors faut que tu combles sur des pauvres gosses? Crois moi, tu va regretter quand l'Empereur va s'occuper de toi. Il a personnellement décidé de venir regler ton cas et t'a du sacrement l’exaspérer pour que ce soit lui qui vienne."

Mais aucun mot ne sortait de la bouche d'Harold, tétanisé au point de s'oublier, laissant à ses pieds une flaque chaude et odorante qui laissait suggérer de l'état psychologique du personnage. L'effet fût immédiat sur la chinoise qui ordonna qu'on balance le type à la flotte histoire de le nettoyer un peu. Après tout, il était déjà trempé suite à sa chute alors une fois de plus ou de moins, ca n'allait pas changer grand chose. L'immonde personnage fût trainé jusqu'à la rivière, passant à coté du refuge et fut finalement balancé à la flotte. Il n'y avait pas franchement de profondeur, mais l'eau lui montait quand même jusqu'au torse et il en recracha un peu, de par le fait que sa tête s'était retrouvée immergée le temps d'un instant. Cela allait atténuer l'odeur et le nettoyer un peu. Par contre, on pouvait dire que son costume venait officiellement de rendre l'âme, décrépi, déchiré et délavé, recouvert d'eau suintante et d'un peu de vase. Une fois cela fait, il fût à nouveau ramené aux pieds de celle qu'on nommait "Blade" et fût jeté avec violence sur l'herbe du parc.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Witness (Privé "La Charpentière")   Dim 24 Fév - 20:01

La peur… il y avait bien longtemps que Jenna Duffy n’avait plus éprouvé ce sentiment, du moins pas à un tel degré. Et pourtant, alors qu’elle se retrouvait ligotée au milieu d’autres malfrats, elle pouvait la ressentir sur la moindre parcelle de sa peau. Tout était allé tellement vite qu’elle avait encore du mal à se remémorer la scène…

Tout débuta lorsqu’elle se rendit à Blüdhaven sur ordre du Chapelier, qui lui avait remis une somme d’argent. Il lui avait simplement indiqué où trouver les personnes à qui transmettre les billets, et à lui rapporter en main propre ce qu’elle aurait reçu en échange. L’endroit de la transaction se trouvait non loin de Maeltide Park.
La Charpentière n’eut pas le temps d’arriver sur les lieux, qu’elle entendait déjà des cris et des détonations. Un homme détalait à quelques mètres, comme pris de panique. Elle aurait dû suivre son exemple en fuyant à l’instant même, et le regretta amèrement par la suite. Mais la curiosité fut la plus forte. S’approchant lentement (et bien trop près) , la jeune femme finit par distinguer des silhouettes armées non pas de revolvers ou de mitraillettes, mais de sabres. La suite tourna ensuite dans l’horreur. Ces derniers, vêtus de cagoules, firent sortir les occupants de la maison, et les exécutèrent les uns après les autres, n’en épargnant qu’une poignée.


J’en ai assez vu comme ça. Mieux ne vaut pas traîner dans le coin.

Mais alors que Jenna s’apprêtait à filer en douce, elle tomba presque nez à nez avec certains des assaillants qui s’étaient certainement lancés à la poursuite du fuyard. Malheureusement, l’un d’entre eux l’aperçut malgré l’obscurité et dévia de sa course pour se ruer dans sa direction. Ni une ni deux, elle détala sans demander son reste.

"Il y en a une autre qui s’échappe ! Par ici !"

Elle courut à perdre haleine mais ne parvenait pas à les distancer. De vraies teignes, qui ne la lâchaient pas d'une semelle. La chance n'était pas au rendez-vous cette nuit-là. Et comme si ça ne suffisait pas, après quelques minutes de course poursuite acharnée, la Charpentière finit par se prendre les pieds dans une racine et à se cogner la tête contre une pierre. Puis le trou noir…

« LA FERME. »

Jenna reprenait peu à peu connaissance. Une douleur lancinante lui vrillait les tempes. Et cette voix de femme en colère n'arrangeait pas les choses.
La Charpentière se releva discrètement, analysant la situation. Ils devaient être à peu près une vingtaine dans le même cas, surveillés de près par des personnes cagoulée armées jusqu'aux dents. Les mains liées dans le dos, impossible de leur fausser compagnie pour le moment ; elle ne réussirait qu'à se faire tirer dessus comme un lapin. Et de toute façon, elle ignorait totalement où ils se trouvaient.


« EST CE QUE TU M'A ENTENDU ?...........Espèce de porc, on est loin d'en avoir fini avec toi. On va te la jouer à la flamme bien moyenâgeuse. »

Elle tourna la tête en direction des cris et reconnut immédiatement l'infortuné qui subissait les foudres de cette femme aux traits asiatiques. Rien de moins qu’Harold Lott, le juge qui l’avait condamné à être enfermée à l’asile d’Arkham. Ce dernier n’en menait pas large, il tremblait de peur à tel point qu’il en vint à mouiller son pantalon. Vraiment pathétique…

"Allez me nettoyer cet immonde salopard et ramenez-le moi."

La dénommée Blade s'approcha ensuite de Jenna, avec sur son visage l'expression de quelqu'un qu'il ne fallait surtout pas provoquer.
"Réalises-tu maintenant dans quel merdier le Chapelier vient de t'envoyer, Charpentière ? Ou devrais-je dire Jenna Duffy. Nous connaissons tout du pseudo Wonderland Gang dont tu fais partie. Tu ne mourras pas ce soir, l'Empereur a d'autres projets en ce qui te concerne. Sache seulement qu'une fois face à lui, tu maudiras mille fois le jour où tu est venue au monde."

C'est suite à ces paroles que Jenna sentit la peur l'envahir. Qui était cet Empereur que Blade venait de mentionner ? Tout cela n'annonçait rien de bon, et la jeune femme commençait à se demander si la mort n'aurait pas été un sort plus préférable.

Blade se désintéressa de la Charpentière pour s'adresser à l'ensemble du groupe.
"L'Empereur ne tardera plus à présent, et saura choisir avec soin le sort que vous méritez tous. Vous pouvez être certains que ce sera long et douloureux ; il n'a aucune pitié pour les gens de votre espèce, et encore moins pour les bourreaux d'enfants."



Revenir en haut Aller en bas
Takeshi Akuma/ Ashtar

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 30/11/2012
Nombre de Messages : 226
Vous à Gotham : Leader de La Lignée / Gérant du Sinner's Inn
Citations : Mon pouvoir sert le Ciel et les Esprits!!! Mon Poing droit est au service de mon règne! Mon Poing gauche instaure la Terreur chez mes ennemis! Ceux qui tomberont face à moi deviendront une part de ma Légende!

MessageSujet: Re: Witness (Privé "La Charpentière")   Ven 8 Mar - 0:07

La peur, un grand pouvoir entre les mains d'un groupe sachant l'utiliser à bon escient. Si Blade savait se montrer sans pitié envers les bourreau d'enfant, elle savait faire preuve d'une grande humanité envers les innocents et ces enfants qui étaient marqués à tout jamais. Lorsqu'elle eut détournée le regard, elle vit la plupart d'entre eux, amenés par les gardes dont une petite fille qui pleurait. La plupart était terrorisés par ce qui se passait et par ces êtres sortis de nul part qui les avaient arrachés à un enfer sans nom.

"Dame Blade, que faisons nous des enfants?"
"Emmenez les et soignez les à notre refuge. Qu'ils soient traités avec soin et respect. Donnez leur des vetements, de la nourriture........Confiez les aux Soeurs Angelus ensuite. Elles sauront s'en occuper. Mais je ne veux pas qu'ils voient ce qui va se passer ici."
"Bien, madame"

La voix emplie de monstruosité de la jeune femme avait parue bien plus apaisée lorsqu'il avait été question des gosses. Parmi eux, beaucoup semblaient encore se raccrocher à quelque chose, mais d'autres étaient déjà perdus à jamais. Au fond d'elle, la jeune asiatique était intimement persuadée qu'elle finirait par revoir certains visages et dans des circonstances différentes. Serrant le poing, Li Mei semblait sur le point d'exploser et chaque seconde en compagnie de ces.....porcs immondes, la rendait plus malade, plus furieuse encore. Comment pouvait on.......C'était insupportable, sans parler du regard condescend de ce fumier de juge. Ca la rendait malade de voir ces monstres encore en vie, presque en train de la narguer, alors que la plupart ne disaient rien, mais s'amusaient à balancer des sourires moqueurs, comme un sombre et funeste avertissement à l'encontre du groupe.

Et puis, ca explose. Comme des années de rage qui se relâchaient après des années, comme un barrage qui venait d'exploser sous la pression de l'eau. Le poing de Blade frappe le visage de Lott en pleine tempe, une fois que les enfants sont hors de portée de tout cela. Un nouveau coup de pied le balance au sol alors qu'il hurle comme un porc. La chinoise ne lui laisse pas le temps de répliquer un seul mot, un seul cri qu'elle se positionne au dessus de lui et commence à le matraquer de coup en hurlant toutes les obscénités et les pires insultes qui lui passaient par la tête. L'un des gardes tente vainement de la stopper, la maitriser mais elle lui envoie un violent coup de tête par derrière. Trois autres gardes s'en mêlent, souhaitant empêcher la jeune femme de transgresser les ordres de l'empereur, mais rien à faire, et la jeune femme semble prête à se retourner contre eux en souhaitant punir elle-même Harold. Plus encore que de la rage, il y'avait toute la tristesse de ces enfants qui semblait la rendre bien plus forte encore. Deux des gardes sont projetés en arrière par un violent coup de pied de la part de la jeune femme, et le troisième, qui avait été jeté au sol, était sur le point de connaitre un sort peu enviable car Blade semblait enclin à le punir aussi avant de s'en prendre de nouveau au juge pédophile.....et au moment où son poing allait s'écraser sur son visage.

"CA SUFFIT"


Une voix forte....puissante et sortant de l'obscurité venait de se faire entendre, ce qui mit fin à l'affrontement. Tous se tournèrent vers l'origine de la voix.....et tous le virent alors. Son regard se posait sur la scène alors que l'ensemble des hommes s'étaient écarté afin de lui laisser le champ libre. La Lune et les quelques lampadaires du parc reflétaient les courbures d'acier de ses bracelets métalliques et sa cape pourpre flottait doucement au gré des quelques coups de vent de la bise nocturne. Tous firent silence à son apparition alors qu'il s'approchait de la jeune femme, prête à porter un coup fatal au garde qui s'était placé devant le juge Lott. Tous comprenaient la jeune femme, l'empereur y' compris mais personne ne pouvait la laisser faire. C'était les ordres, c'était ainsi que ca fonctionnait et on ne pouvait permettre de laisser des années d'organisation partir au gré des envies de ses membres.
Cela n’empêchait pas l'homme en armure de samouraï d'avoir un élan de compassion lorsqu'il se positionna face à la jeune femme en posant doucement sa main sur son visage au bord des larmes.

"Voilà pourquoi je ne voulais pas que tu viennes ce soir."
"..............Je......Ashtar....je...."
"Rentre au Temple. Occupe toi de ceux qui ont besoin de toi. Et quant à ces chiens galeux...."



Son regard se tourna alors vers Lott et ses acolytes, qui n'en menaient pas large depuis l'arrivée du colosse en armure qui leur envoyait son plus noir regard à travers le casque qu'il portait et qui dissimulait le reste de son visage. Oh oui, la souffrance allait être intense pour eux."

"......Je te promets que je vais leur offrir une souffrance dont ils n'ont pas idée."
"Mais......."
"......T'ai je déjà menti?."
".....je............Non.......A tes ordres. Ordonne et j’obéis.
"


Se tournant ensuite vers plusieurs des gardes, l'imposant combattant et leader ordonna à plusieurs gardes de ramener la jeune femme en veillant à bien prendre soin d'elle. Les 5 hommes obéirent alors et la jeune chinoise fût emmenée, loin de ce qui allait devenir ce soir, l'enfer sur terre, alors que son regard ne se posa pas sur le bedonnant petit avocat, mais sur la jeune femme du Wonderland Gang. Un air étonné s'afficha sur le visage de l'empereur qui vint se poser face à elle.
Oui, il la connaissait....pas intimement mais assez pour savoir qu'elle faisait parti d'un groupe pas franchement reluisant. Mais c'était encore une gosse, une jeune fille qui semblait perdue et qui devait avoir été influencée. D'autres ne diraient pas de telles choses mais pourquoi ne pas avoir ce qu'elle en pensait?

"Pourquoi? Pourquoi être avec un monstre comme Jervis Tetch, jeune femme? Quelle est ta récompense pour tout cela? Quelle satisfaction en tire tu? Est ce un choix? Le tien.....ou le sien?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Witness (Privé "La Charpentière")   Mer 27 Mar - 0:00

Bourreaux d’enfants ? Qu’est ce que cela signifiait ? Jenna eut la réponse à sa question quand elle vit débarquer un groupe d’enfants terrorisés et apeurés.
Ainsi donc, voilà la raison pour laquelle ils se trouvaient tous ici ce soir ; connaissant les penchants de Tetch pour les petites filles, elle aurait du s’en douter. Venir ici avait été une mauvaise idée, la Charpentière aurait du refuser dès le départ. Mais pouvait-on se soustraire aux ordres du Chapelier Fou ?
Puis la situation dégénéra quelque peu ; la femme qui s’était adressée à elle quelques instants auparavant ne put en supporter davantage et laissa exploser sa rage en s’en prenant au juge Lott, ainsi qu’à ses compagnons d’armes venus y mettre un terme. Blade fut sur le point de lever à nouveau la main quand soudain …


« CA SUFFIT »

Le silence se fit aussitôt, et tous les regards se dirigèrent alors vers cette voix sortie des ténèbres. Sans ne l’avoir jamais vu, Jenna sut de suite qu’il s’agissait de l’Empereur. Il faut dire qu'il en imposait de toute sa stature, vêtu tel un samouraï. Après avoir donné ses ordres pour que Blade soit éloignée, il reporta son attention sur elle et malgré son casque, la jeune femme eut la nette impression de sentir son regard la transpercer de part et d’autre.

"Pourquoi? Pourquoi être avec un monstre comme Jervis Tetch, jeune femme? Quelle est ta récompense pour tout cela? Quelle satisfaction en tire tu? Est ce un choix? Le tien.....ou le sien?

Elle redressa la tête alors qu'il s'adressait à elle, fixant les fentes du casque en acier. Jouer la carte de l'honnêteté paraissait la meilleure solution, si elle voulait avoir une chance, même infime, de s'en sortir. Cet Empereur n'était certainement pas le dernier des imbéciles et Jenna y perdrait si elle se mettait à jouer les idiotes ou les têtes brûlées.

"Le Chapelier, un monstre ? Ce n'est pas le terme que j'emploierais. Il est vrai que son ... attirance pour d'aussi jeunes enfants est à déplorer, je plussoie, mais ce serait plutôt à mettre sur le compte de sa folie. Et il se trouve que mes délires rejoignent les siens. Quant à en tirer satisfaction, disons que j'ai parfois l'honneur d'être conviée à l'une de ses Tea Party, ce qui reste - et ce n'est que mon humble avis - un moment fort convivial. En ce qui concerne ma présence ici ce soir, je dois bien vous avouer que j'ignorais la nature de leurs activités, Mr Tetch ne m'ayant pas renseigné à ce propos. Il connait d'ailleurs mon profond désaccord pour ce genre de passe-temps."

La Charpentière était on ne peut plus sincère dans ses paroles, et elle espérait que son interlocuteur s'en apercevrait et en tiendrait compte lorsqu'il statuerait de son sort. Car elle n'en sortirait pas indemne, de cela elle en était persuadée.
Revenir en haut Aller en bas
Takeshi Akuma/ Ashtar

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 30/11/2012
Nombre de Messages : 226
Vous à Gotham : Leader de La Lignée / Gérant du Sinner's Inn
Citations : Mon pouvoir sert le Ciel et les Esprits!!! Mon Poing droit est au service de mon règne! Mon Poing gauche instaure la Terreur chez mes ennemis! Ceux qui tomberont face à moi deviendront une part de ma Légende!

MessageSujet: Re: Witness (Privé "La Charpentière")   Mer 24 Avr - 15:50

"IDIOTE"

Le hurlement de l'Empereur résonne dans le parc et sonne comme un terrible coup de gong pour ses hommes qui étaient témoins de la scène. Lott et ses sbires tremblaient bien plus encore lors de la montée de colère de l'asiatique au casque de samouraï mais plus encore, ils se mirent à hurler lorsqu'il décocha un revers violent à la Charpentière qui se retrouva au sol sans comprendre réellement ce qui venait de lui arriver. Le bruit du métal rencontrant la chair émets un bruit d'écrasement et envoie la jeune femme rouler dans l'herbe. Quelle idiotie de dire un tel mensonge...Quelle absurdité de vouloir faire prendre des vessies pour des lanternes au leader de la Lignée, furieux d'avoir entendu une telle imbécilité.

"Tetch ne t'a pas renseignée? Cela m'étonne que tu sois aussi ignorante au vue de sa triste réputation et de celle......de ces porcs"

Son regard se portait maintenant sur le juge et ses sbires qui n'en menaient pas large. Quant à Jenna, 'elle était relevée séance tenante pour être mise à genoux devant l'imposant combattant qui lui avait fait une belle plaie ouverte à la joue droite. Une simple ouverture qui aurait pu être pire si la lame du gantelet de l'empereur avait rencontré sa peau. Qu'elle ne s'attende pas à être ménagée car d'une manière ou d'une autre, Jenna Duffy était coupable et complice. Pas au même degré que les sacs de fientes qui attendaient leur jugement mais assez pour subir une belle bastonnade

"Ton profond désaccord? Crois tu qu'il se soucie de ton désaccord, pauvre idiote? Crois tu qu'il se souciera si je te tue comme ces sacs à merdes qui ne méritent pas mieux? Je me sens malade à l'idée de devoir toucher ces.....immondices."

Son ton se faisait plus agressif, plus mauvais et l'écho provoqué par son casque le rendait plus effrayant encore mais ce n'est pas à Jenna qu'il s'en prit cette fois mais à Peter Hargreaves, un homme d'une trentaine d'années complétement décoiffé et le visage couvert de boue et de sang coagulé. Un influent avocat du barreau de Gotham, au gouts particuliers lui aussi. Sa femme avait finie par le quitter, soit disant pour une affaire de biens immobiliers mais Peter savait, lui.....il connaissait la vérité et les actes dont il avait fait preuve sur son fils de 4 ans. Il savait à quel point il avait penétré en profondeur dans son âme et pervertit son innocence. A l'époque, il n'en avait cure tant sa soif devait être étanchée...et aujourd'hui, il faisait face à sa punition et dieu oui, il regrettait ce qu'il avait fait.....il le regrettait amèrement mais c'était trop tard.
L'Empereur avait fait signe à plusieurs hommes d'emmener les enfants qui restait dans un lieu où il serait maintenant à l'abri. Ils étaient déjà assez détruits comme ça et ils n'avaient pas besoin de voir la suite. Une fois sur que les petits étaient hors de portée, Le démon en armure attrapa brusquement Hargreaves par la gorge d'une seule main et le souleva à sa hauteur en laissant éclater sa colère.

"JE HAIS LES GENS COMME VOUS. JE HAIS LE GROUPE QUE VOUS COMPOSEZ....ET JE HAIS LE MONDE QUE VOUS AVEZ CRÉER. CE ZOO, CE BOURBIER, PEU IMPORTE LE NOM QUE VOUS LUI DONNEZ...........Je sens votre pestilence, votre ignominie et je vous avoue que j'ai moi-même peur d'être infecté tant que votre félonie est palpable.....Vous me dégoutez....."

Hargreaves pleurait toutes les larmes de son corps mais ne pouvait dire un seul mot tant la pression subie était forte. Aucune loi, même corrompue ne pourrait le sauver ce soir. Il le savait et ne pouvait plus rien y' faire. Bien sûr, les autres suppliaient, hurlaient à s'en arracher la machoire, mais rien à faire. L'Empereur était un être impitoyable pour qui le pardon n'existait pas après que vous ayez commis de tels actes. La pression sur la gorge que Hargreaves subissait n'était encore rien. Ce qui était encore plus terrible, c'était cette douleur au niveau de l'entrejambe, une brulure atroce qui se transformait en enfer au fur et à mesure des secondes alors que les lames du gantelet du leader de la Lignée s’enfonçaient dans sa chair, tournant et malaxant chaque parcelle, arrachant dans un ignoble bruit les moindres morceaux de sa peau sur laquelle il tirait. Le cri de l'avocat était horrible, empli de cette douleur qu'on vous infligeait lorsque vous étiez victime de l'enfer....C'était le genre de cri inhumain, déformé mais dont on se souviendrait pour le reste de sa vie tant il allait nous hanter.....et il y'eut un dernier râle.....une dernière montée du hurlement lorsque l'Empereur le priva de ses atouts de manière définitive avant de le jeter aux pieds de ses camarades. Il eût encore quelques spasmes, semblant garder les yeux ouverts mais il était déjà mort.....et ensuite, il n'y eut plus rien.....Plus de mouvement, plus de cri, juste un silence de mort alors que l'homme à l'armure se dirigea vers la petite rivière pour se débarrasser du sang qui couvrait l'intégralité de sa main droite. Quelques uns de ses hommes eurent des petits rires discrets et l'un d'eux se permit une pique à l'égard de Jenna et des autres.

"Hé, si j'étais vous, je commencerais sérieusement à chier dans mon froc."


Il se passa deux bonnes minutes pendant lesquelles il était à genoux devant la petite rivière, sa main plongée dans la fraicheur de l'eau, comme si il semblait profiter de cet instant de calme après l'enfer. Peut être était ce pour lui le moyen de calmer le feu ardent de la mort qui brulaient en sa personne. Pas un n'osa lui parler ou même aller le voir. Tous savaient qu'ils devaient le laisser tranquille à ce moment précis. Ce fût le moment où Jilly, la femme de Hargreaves, tenta de s'échapper. Elle avait prise soin de délier ses liens en silence sans rien dire, sans parler et elle avait attendue le bon moment.......du moins, c'est ce qu'elle croyait car à peine debout, une lance sortie de nul part la transperça de part en part pour la clouer sur place.......une mort rapide, immédiate, mais dans la douleur alors que son coeur arrachée se trouvait au bout de la lance, planté dans le metal et la terre froide et humide de ce lieu.......et il y'eut une voix féminine qui s’éleva des ténèbres....une voix forte, cachant sa colère alors que sa forme se détachait de l'ombre.....une longue chevelure argenté, vétue d'une armure légère en cuir, son regard observateur et moqueur s'attarda sur la plupart des hommes qui avaient baissé leur garde.

"Imbéciles......Père ne vous emploie pas pour que vous laissiez échapper les prisonniers."

Elle était différente de Dame Blade, moins agressive sur l'instant, mais son regard trahissait la folie furieuse qui l'habitait. Pourtant, Akasha semblait encore calme alors qu'elle extirpait son arme du corps de Jilly sans dire un mot, en accordant à peine un regard à la jeune fille. Elle attendit que l'Empereur arrive à son niveau pour s'adresser à lui.

"Ma mission est accomplie"
"Et qu'en est il du Joker?"
"Il....ne devrait plus nous poser de problèmes."
"Bien......Reste dans les environs....Je pourrais avoir besoin de toi."
"Oui, père."





Sans un mot, elle prit une certaine distance par rapport à la scène, sans vraiment quitter la zone. Pas question qu'elle rate le spectacle qui allait suivre. Cela allait être des plus instructif. D'ailleurs, Akasha était curieuse de voir ce que l'Empereur allait réserver à la petite blondasse du gang du Wonderland. Elle n'allait pas mourir ce soir, mais pourquoi allait on lui dire? Autant l'effrayer un peu, histoire qu'elle se fasse dessus, ça serait bien plus drôle dans l'esprit de la lieutenante qui eut un sourire pervers en y' pensant. D'ailleurs, l'imposant combattant en armure se focalisait à nouveau sur la petite Duffy qui eut droit au même numéro que Hargreaves, soulevée par la gorge, en partie étranglée.

"Et toi........Quel sort vais je bien pouvoir te réserver? Il y'a de nombreuses manières d'expérimenter la souffrance et je suis sur que tu ne manques pas d'idées en la matière."

_________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Witness (Privé "La Charpentière")   Mar 7 Mai - 16:30

Le coup arriva, brutal, et sans qu’elle l’eut vu venir, qui la propulsa au sol. Puis vint la douleur cuisante sur sa joue, pendant qu'on la relevait sans ménagement face à l'Empereur. Jenna pouvait sentir le sang couler sur son visage pour tomber goutte à goutte sur l'herbe. De toute évidence, sa réponse ne lui avait pas plu, et elle luttait à présent pour ne pas se laisser submerger par la terreur. Ce qui fut d'autant plus difficile lorsque l'un des prisonniers eut à subir la colère du Samouraï. Dès les premières minutes, elle baissa la tête pour ne pas en voir plus, mais la jeune femme ne pouvait se soustraire aux hurlements du malheureux, dont l'intensité en disait long sur sa souffrance. Puis le silence, interrompu cependant par le bruit mat d'un corps qu'on jette au sol.

Quand elle s'autorisa enfin à lever les yeux, l'Empereur s'était éloigné et une femme en profita pour tenter sa chance. Mal lui en prit ; elle eut à peine le temps d'esquisser un mouvement qu'elle finit empalée par une lance, le cœur arraché. En voyant cela, la peur que ressentait la Charpentière ne fit que s'intensifier. Qu'allait t'ils bien lui réserver comme sort ? Dans tous les cas, elle semblait très mal partie et redoutait le pire. La suite des évènements lui donna d'ailleurs raison. L'attention de l'Empereur se porta à nouveau sur elle, une attention dont elle se serait fort bien passée. L'homme en armure la saisit à la gorge, la soulevant de terre de façon à lui faire face. Ses doigts se resserraient de plus en plus autour de son cou, et elle ne tarda pas à manquer d'air.

N'ayant plus la force de se débattre, elle réussit toutefois à lâcher ces quelques mots dans un souffle :
"Je n'ai jamais ... voulu ça ... pour ces enfants."

Allait t'il continuer jusqu'à ce qu'elle en meure ? Elle qui s'attendait à une mort des plus atroces, cette fin lui semblait plus enviable par rapport à ce qu'elle avait pu voir jusque ici. En espérant que ce soit vraiment la fin... Au bord de l'asphyxie, sa vision devint de plus en plus floue, et la Charpentière finit par sombrer à nouveau dans l'inconscience. Malheureusement pour elle, ce n'était que le début de son calvaire. Les gardes armés se chargèrent de la réveiller en lui maintenant la tête dans la rivière, avant de la ramener à l'Empereur.

"Crois-le, tes souffrances sont loin d'être terminées. Ashtar n'en a pas fini avec toi".

A bout de souffle, elle se résignait peu à peu au pire. Et malgré la terreur qui continuait de se resserrer autour de son corps tel un étau, la jeune femme se refusait à se lancer dans des supplications pour qu'on lui laisse la vie sauve. Ce n'était pas dans son tempérament de se rabaisser ainsi. Jenna leva la tête, soutenant ainsi le regard de l'Empereur.

"J'en conclus donc que ce cher Chapelier devra se trouver une autre Charpentière. Pourriez-vous au moins me renseigner sur ce qui m'attend ? Je n'aime guère les surprises. "
Revenir en haut Aller en bas
Takeshi Akuma/ Ashtar

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 30/11/2012
Nombre de Messages : 226
Vous à Gotham : Leader de La Lignée / Gérant du Sinner's Inn
Citations : Mon pouvoir sert le Ciel et les Esprits!!! Mon Poing droit est au service de mon règne! Mon Poing gauche instaure la Terreur chez mes ennemis! Ceux qui tomberont face à moi deviendront une part de ma Légende!

MessageSujet: Re: Witness (Privé "La Charpentière")   Mer 15 Mai - 20:41

"....."


Pas un mot ne sortit de la bouche du mystérieux leader de la Confrérie mais ce qui importait dorénavant, c'était l'étrange installation qui se mettait en place. Les hommes de la Lignée disposaient plusieurs cailloux et autres pierres en formant un carré parfait de 5 mètres sur 5. Au milieu furent jetés buches, brindilles et autres objets en tout genre: Plastique, polystyrène et autre choses qui se consumaient, car oui, ce qui allait attendre les victimes de la Lignée serait une mort affreuse, atroce comme ils n'en avaient jamais vu.

"Ce qu'il adviendra de toi? Vois et apprends, jeune idiote."


La voix rauque et ténébreuse de l'Empereur avait rompu un silence de mort à peine rythmé, de temps à autre, par un gémissement des prisonniers qui n'osaient plus rien dire. Ces derniers devaient commencer à comprendre ce qui les attendaient, mais cela serait encore pire....bien pire. Après avoir disposé les pierres et les quelques objets qui serviraient à faire brûler le tout, ce fût de l’essence et autres substances inflammables qui furent jetés au milieu du carré, sur l'ensemble du bois et des objets pendant que d'autres s'affairaient à fixer à chaque extrémité du carré, ce qui semblait être des piliers de soutiens pour maintenant quelque chose. Sortant alors des bois, des hommes amenaient plusieurs ensembles de planches métalliques qu'ils s'affairaient ensuite à assembler au dessus du futur bucher...un bucher infernal qui serait très différent de ce que tous connaissaient.
L'assemblage mit quelques minutes, environ 40 minutes, afin d'être sur que le tout allait tenir. Soudures et autres fixations seraient de mise pour empêcher l'assemblage de s'effondrer mais il fallait simplement imaginer le principe de la gazinière, en modèle grandeur nature, avec, pour ingrédients à cuire, les pauvres hères pédophiles. C'est là qu'ils comprirent et que l'un d'eux fût pris d'une envie de s'échapper, à son tour malgré l'impossibilité évidente d'un acte vain empli de désespoir. Mal lui en a pris car Akasha ne lui laissa pas le temps de filer. Elle donna l'ordre d'abattre l'homme sur le champ mais l'homme fit mieux encore, en braquant une mitrailleuse lourde pour vider la totalité du chargeur, arrachant bras, chair et jambes dans un immonde concerto de sang et de hurlements, en prenant soin de ne pas viser la partie centrale du corps. N'ayant plus de moyen de fuir et condamné à mourir, le type en était réduit à gémir sur le sol en se vidant, n'ayant plus que de vulgaires moignons de chair détruite au bout de chaque membre. Celui-ci allait crever d'une longue agonie, du moins, c'est ce qu'il pensait alors qu'Akasha s'était levée pour se diriger dans sa direction en ayant emprunté une arme à un des sbires, un 44.Colt Python chargé qu'elle vida presque immédiatement sur la tête du type, la faisant exploser en morceau, répandant un à un les bouts d'os et de cervelle sur le sol humide du parc, maintenant teinté de rouge.....du sang des coupables.

"Pauvre petite merde.....J'aurais tellement aimé te voir bouger ton cul sur l'autel des suppliciés."


Une voix amusée, presque enfantine de la part de la dirigeante de la Garde D'Acier se laissait porter par le vent en direction des autres visiteurs nocturnes, alors qu'elle éjectait les douilles du barillet, pour finalement cracher sur son cadavre, avec toute la haine qu'elle portait à ce genre de monstre. C'était déconcertant de voir un tel spectacle bien qu'elle restait calme en toute circonstance, repassant à coté du soldat pour lui rendre son arme, sans dire un mot de plus, et sans réprimande de la part de l'homme samurai qui approuvait silencieusement.
Les flammes venaient maintenant d'envahir le carré tracé par la Lignée, déversant lumière et chaleur sur le parc de Bludhaven. Aussi réconfortant qu'il aurait pu être, il brillait d'une manière sinistre et les craquements des buches de bois n'arrangeraient rien.

"J'ai de nombreux noms pour cela: La Danse du Feu, le Bucher des Infidèles...ou encore, la purification des pêcheurs....."


Une fois de plus, ce fût rapide, douloureux et presque instantané. Jenna pouvait sentir la pression qui la tirait en arrière par ses cheveux, suivi de deux violents coups à l'arrières de ses deux genoux, qui la mirent aussitôt au sol. L'Empereur n'avait clairement pas l'intention de la ménager. Qu'elle sache ou pas, elle restait coupable, ni plus, ni moins.

"QUE LES TÉMOINS PRENNENT ACTE. AMENEZ LE PREMIER SUPPLICIE. QU'IL MONTE ET SUBISSE LA DANSE DES FLAMMES."


Et devinez qui fût le premier amené? Ce brave et bedonnant juge Lott qui fût presque poussé en direction de l'assemblage, forcé à monter sur la grande plaque en métal qui chauffait à une grande vitesse. A peine dessus, il commençait à ressentir les premières brulures aux pieds, forcé de pratiquer l'acte dans sa tenue la plus simple possible: Celle de sa naissance, comme nous tous....Venu sans rien, il allait repartir sans rien ce soir.
Bien sûr, il sautillait sur place, essayant de se préserver au maximum de la chaleur....enfin, du moins, il le pensait, mais chaque sautillement était pire que le précédant. Il tentait à chaque fois de se rapprocher des bords en pensant pouvoir se jeter sur l'herbe mais les gardes l'en empêchait, le renvoyant à chaque fois en arrière. Chaque seconde qui passait, sa chair commençait comme à fondre, chauffée au rouge, consumée sur sa propre personne et certaines zones de son corps noircissaient rapidement, atteignant déjà les jambes alors qu'il hurlait encore sous l'effet de la douleur.

Il y'eut alors un bruit sourd, comme un coup de vent violent, une sorte d'onde sonore qui précéda la suite de son supplice, alors qu'il prit feu soudainement, sur tout le corps. La chair ne pouvait plus encaisser...Trop brulée, tuméfiée, détruite,, craquelé, sa chair à vif, chaque nerf lui infligeait une douleur atroce alors qu'il venait de tomber à même le sol de la plaque métallique., roulant sur lui-même en pensant pouvoir éteindre le feu.

"Voilà ce qui t'attends...Regarde....REGARDE LE BIEN. JE T'INTERDIS DE FERMER LES YEUX, JEUNE FEMME"


Le ton de l'empereur avait été légèrement haussé alors qu'il maintenait la tête de Jenna, la forçant à rester conscience et à observer dans les moindres détails tout ce qui se passait. Lott suppliait que cela s’arrête, que ça prenne fin immédiatement, mais il semblait encore lutter, rampant sur la plaque en tendant le bras vers l'Empereur et la jeune Charpentière, cette dernière sans doute terrifiée à la vision de ce qui l'attendait. Puis les cris baissèrent d'intensités, pour n'être plus que des râles, jusqu'à ce que toute vie quitte le corps de l'ex-juge, dont il ne resterait plus rien dans quelques minutes.

"Poussière, tu est...Et poussière, tu redeviendra"
venait de dire l'Empereur, sur un ton presque amusé et sadique, trahissant le sourire qu'il esquissait sous son casque. La nuit ne faisait que commencer et il allait prendre son temps pour tous les tuer. Ensuite, cela serait le tour de Jenna.

_________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Witness (Privé "La Charpentière")   Sam 8 Juin - 1:20

Seule ! Elle se retrouvait toute seule face à celui qui se faisait appeler l'Empereur et à ses hommes. Appeler à l'aide ? Elle était bien bonne, celle-là ! Personne ne viendrait, et on se chargerait vite de la faire taire. Quant à s'enfuir ... ce n'était même pas la peine d'y songer. Le samouraï la maintenait d'une poigne de fer, la forçant à regarder le supplice d'Harold Lott, puis des autres prisonniers. La peur se répandit par vagues dans tout son corps alors que les cris des suppliciés se faisaient entendre, se muant en hurlements qui en disaient long sur leurs souffrances. Et comme avec le juge pédophile, ils prirent soudainement feu avant de s'écrouler, leurs hurlements laissant place à des râles d'agonie. Puis plus rien. Rien d'autre qu'un silence d'outre tombe, ponctué cependant par les rires de leurs bourreaux.

Jenna était maintenant parcourue de tremblements alors que les corps se consumaient, devenant cendres qui furent emportées par le vent. Elle les observa un moment s'éloigner au loin. Allait t'on lui réserver le même sort à elle aussi ? Ses craintes furent confirmées lorsque deux des gardes la saisirent chacun par un bras et l'emmenèrent vers la grande plaque en métal qui servait de bûcher. La terreur ressentie jusqu'alors atteint son paroxysme, et à la pensée de ce qu'il allait lui être infligé, elle ne put en supporter davantage. Se dégageant d'un mouvement brusque, elle alla se jeter aux pieds de l'Empereur. Peu lui importait à présent de se rabaisser ainsi, et de s'humilier aux yeux de tous. En tant que criminelle, elle avait vu bien des choses, mais là ... ce à quoi elle venait d'assister avait franchi la limite du supportable.


"Je n'ai rien fait qui mérite un tel châtiment. Si vous voulez ma mort, tuez moi tout de suite, mais je vous supplie de m'épargner ce sort !"

Ses supplications furent vaines, et ne firent que redoubler les rires de la garde rapprochée de l'homme en armure. Elle fut relevée sans ménagement pour être ramenée vers l'autel. Et la torture commença ... Comme les prisonniers avant elle, la chaleur se répandit d'abord dans ses pieds, la faisant sautiller sur place. Mais cela restait inutile, et la douleur ne tarda pas à remonter lentement, se diffusant dans tous ses membres. Une douleur qui s'intensifiait au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient, des secondes qui lui paraissaient interminables, tant la souffrance devenait indescriptible. La Charpentière entendit un hurlement au loin, sans se rendre compte qu'elle en était la cause, alors que les flammes commencèrent à lui pourlécher les jambes. Dans une tentative désespérée, elle se jeta hors de la plate forme, bousculant au passage l'un des gardes. Son corps ne supporta pas davantage ce supplice, et ses genoux cédèrent alors qu'elle atterrissait dans l'herbe. Un voile noir recouvrit ses yeux, avant qu'elle ne s'effondre. Puis plus rien ...
Revenir en haut Aller en bas
Takeshi Akuma/ Ashtar

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 30/11/2012
Nombre de Messages : 226
Vous à Gotham : Leader de La Lignée / Gérant du Sinner's Inn
Citations : Mon pouvoir sert le Ciel et les Esprits!!! Mon Poing droit est au service de mon règne! Mon Poing gauche instaure la Terreur chez mes ennemis! Ceux qui tomberont face à moi deviendront une part de ma Légende!

MessageSujet: Re: Witness (Privé "La Charpentière")   Jeu 4 Juil - 3:04

Le feu, l’élément purificateur, celui qui nettoie de toute impureté, qui vous lave de vos péché dans la douleur. Lui qui avait brulé ardemment autour de ces êtres vils et abject, ne caressera jamais la peau de la jeune Jenna qui avait su passer à travers les mailles du filets, résistant de toute ses forces avant de se jeter hors du bucher, hors de la zone de la punition en bousculant un des gardes avec l'énergie du désespoir sous le regard d'un Empereur surpris. C'était une chose rare qu'il le soit et souvent, c'était de manière franchement désagréable, d'ou le fait qu'il n'aimait pas expérimenter cette sensation.

Le Garde Tengu se relevait en attrapant sa lance rubis alors que les autres se dépêchèrent d'encercler la petite maintenant inconsciente, la peau des jambes brulée au second degré, peut-être. Difficile à dire en pleine nuit et malgré les élans de lumières du bucher. Akasha avait elle-même dégainée son arme pour la planter dans la gorge de cette petite présomptueuse, non sans cacher sa colère à l'égard des gardes mais aussi envers la jeune femme qui refusait obstinément de crever comme il lui était demandé. Le corps de la jeune femme tremblait encore, en état de choc malgré son inconscience évidente. Des réflexes musculaires sans doute dont la cause étaient en toute logique, les brulures infligées par cette torture.
Prête à frapper, Akasha était sur le point d'abattre sa lance dans la gorge de sa victime lorsque le cri de l'Empereur se fit entendre, une fois de plus. Un cri puissant, déterminé, brisant l'audace de sa fille adoptive qui avait prise sur elle l'idée de la tuer sans même attendre un ordre ou un quelconque mot du mystérieux samouraï.


"ASSEZ. Pose ton arme, ma fille."
"Père, elle doit..."
"J'ai dit ASSEZ...Serais tu en train de contester mes ordres, Akasha?"


Un silence gêné s'installa entre les deux protagonistes. Si Ashtar observait avec férocité sa fille, cette dernière baissa rapidement les yeux avant de se confondre en excuse, comme souvent. Akasha était loin d'être un mauvais élément et elle n'avait rien d'une perturbatrice. Elle n'agissait que pour le bien de celui qui l'avait sauvée des griffes du culte de la Rose Noire, il y'a si longtemps. Chaque jour, elle se levait en repensant à tout ce qu'elle avait autrefois subie: Les brimades, insultes, les viols et l'endoctrinement d'un fou furieux religieux adepte d'un dieu de la Lune qui n'existait que dans son esprit déchiré et mégalomane, persuadé que la jeune femme était une martyr élue par le culte.

Jamais elle n'aurait crue qu'un jour, son sauveur se manifesterait...et jamais elle n'oublierait le réconfort que ce dernier lui avait apporté alors qu'il la tenait dans ses bras, ému de son sort.

Et pour cela, pour tout ce qu'il avait fait pour elle, jamais Akasha ne pourrait oser, ou du moins, ne penserait un seul instant à lui tenir tête. Cette homme qui lui avait tout donné, offert un toit, des soins, une nouvelle vie...et la vengeance.


".......Pardon, mon empereur. Je ne voulais pas vous offenser."
"...Oublions cela. Tu a crue bien faire et j'en suis honoré...mais cette fille..."


L'agressivité avait vite disparue pour laisser place à un timbre de voix plus calme, comme tout à l'heure. Lentement, ses pas lourds sur l'herbe mouillée s’approchèrent dans un léger bruit d'éclaboussement de la charpentière. Il prit quelques secondes de réflexion où pas un n'osa l'interrompre....et enfin il prit sa décision.

"Soignez la, et reveillez là...Je veux lui parler."
"L'execution est terminée?"
"Oui ma fille....L'Execution est teminée."
"Bien. J'obeis."


Akasha donnait maintenant ses ordres aux gardes. Tout d'abord, éteindre le feu et refroidir la plaque en y' versant de l'eau de la rivière. Ensuite, apporter quelques médicaments et baumes à base de plantes dont l'Empereur avait le secret. Jenna fût transporté sur un des bancs séance tenante pour y' être soignée, comme convenu. Bien sûr, cela ne serait pas suffisant et elle risquait de devoir finir son mois à l'hopital mais ca la maintiendrait en vie, le temps nécessaire à ce que le mystérieux combattant en armure puisse lui parler, comme souhaité.

Si Jenna était aussi innocente qu'elle le disait, alors la Lignée pourrait avoir commise une grande erreur, à la même manière que lors de l’événement du Plaza, qui avait couté la vie à de nombreux innocents, malgré la mort évidente de Troy Carter et son gang de racistes exécuteurs.



_________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Witness (Privé "La Charpentière")   Dim 7 Juil - 23:59

La Charpentière émergea lentement de l'état d'inconscience dans lequel elle avait été plongée. Un moment désorientée, elle ne sut pas de suite où elle se trouvait, jusqu'à ce que de vives douleurs aux jambes lui firent revenir les récents évènements en mémoire. Elle se redressa brusquement, regardant avec effarement autour d'elle. Non loin, le bûcher venait d'être éteint, mais l'odeur de la chair brûlée persistait dans l'air et vint jusqu'au nez de Jenna, qui dut retenir un haut-le-cœur. Un des gardes vint à elle, et sans un regard, appliqua sur ses jambes un baume destiné à la soigner. Elle sentit la douleur diminuer et soupira d'apaisement, mais les images de corps calcinés eurent tôt fait de la ramener à la réalité. Elle ne comprenait plus grand-chose à la situation ; il y a quelques instants, on avait voulu la tuer, et voilà que maintenant, ses bourreaux prenaient la peine de la soigner. Soudain, elle craqua.

" NE ME TOUCHEZ PAS ! "

Jenna tenta de s'enfuir, mais ses jambes furent incapables de supporter son poids, et elle s'écroula dans l'herbe en gémissant de douleur. Une voix dédaigneuse se fit alors entendre, qu'elle reconnut comme étant celle la fille de l'Empereur.

"Tu n'iras pas loin, dans cet état."

La criminelle se releva à grand peine et se résigna à retourner sur le banc qu'elle venait  de quitter. La jeune femme avait raison, elle ne ferait pas deux mètres, avec de telles séquelles. Mieux valait les laisser la soigner, elle pourrait toujours tenter le coup une fois qu'elle irait mieux. S'ils la laissaient en vie jusque-là, bien entendu ...
Akasha fit un signe de tête à l'adresse du garde, qui reprit ses soins. Jenna se laissa faire sans dire un mot pendant que la jeune femme la toisait de haut avant de se rapprocher de façon à ce que leurs visages soient face à face.

"Tu deviens raisonnable, cela vaut mieux pour toi. Si ça ne tenait qu'à moi, il y a belle lurette que tu giserais clouée au sol, le coeur arraché comme la chienne que tu es."

La Charpentière n'y tint plus et lui cracha au visage. Ultime geste de rébellion, dont Akasha répondit en la giflant violemment, avant de la saisir par les cheveux et de lui plaquer un couteau sous la gorge.

"Tu te crois sortie d'affaire ? Ne crie pas victoire trop tôt ! J'ignore pourquoi l'Empereur t'a épargné, mais nul doute qu'il a sûrement d'autres projets en ce qui te concerne. A ta place, je continuerais de trembler."

En guise de réponse, Jenna éclata de rire. Une réaction nerveuse, qu'elle ne pouvait retenir, tant la tension accumulée au cours de la nuit devenait trop grande. Sans aucun doute, sa réaction entraînerait des conséquences, mais au point où elle en était, peu lui en importait, à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Takeshi Akuma/ Ashtar

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 30/11/2012
Nombre de Messages : 226
Vous à Gotham : Leader de La Lignée / Gérant du Sinner's Inn
Citations : Mon pouvoir sert le Ciel et les Esprits!!! Mon Poing droit est au service de mon règne! Mon Poing gauche instaure la Terreur chez mes ennemis! Ceux qui tomberont face à moi deviendront une part de ma Légende!

MessageSujet: Re: Witness (Privé "La Charpentière")   Jeu 29 Aoû - 17:10

"CA SUFFIT!!!"

La voix emplie de colère de l'Empereur avait résonné une nouvelle fois. Il y'a un instant, il avait vu cette jeune femme se relever, se jeter hors de la plaque pour survivre. Combien de victimes avaient demandée qu'on leur laisse la vie sauve autrefois? Combien avaient supplié? Il avait cessé de compter depuis bien longtemps....

Qu'est ce qui l'avait poussé à épargner la jeune femme? Etait ce dans l'idée d'être magnanime pour une seule et unique fois? Souhaitais il l'utiliser pour une basse besogne ou pourquoi pas, lui proposer de les rejoindre.
Dans son esprit, l'Empereur était admiratif de vouloir en cette jeune femme une telle volonté de vivre. Beaucoup suppliaient mais pas un n'avait souhaité se jeter hors du bucher comme elle l'avait fait. Peut-être souhaitaient ils réellement la mort, au final, et être punis pour leur actes.
Peut-être le ne savait elle pas, mais la jeune femme possédait un instinct de survie bien plus développé que certains et cela serait triste de gâcher un tel potentiel. Pour le moment, l'Empereur avait besoin de s'entretenir seul à seul avec la jeune femme et il fit signe aux gardes de s'écarter, sans pour autant quitter le secteur. Il n'eut qu'à faire un seul geste et sans sourciller Akasha et les autres disparurent très vite, laissant dans un bruit de vent et de feuilles mortes l'homme en armure et la jeune membre du gang du Wonderland.

Sur l'instant, on pouvait le sentir moins agressif, plus interrogatif en ce qui concernait la jeune femme. Cette dernière devait se douter que s'enfuir ne servirait à rien mais qu'elle avait une chance...même infime. Ses blessures l'handicapaient, ce qui lui rendrait la tâche plus difficile si elle voulait tenter sa chance. Pourtant, elle allait repartir en vie, ce soir....une exception qui ne se répéterait pas.


"Pourquoi?"

Un nouveau silence séparait les deux protagonistes. Au loin, les bruits de circulation de Gotham se résorbaient, disparaissaient jusqu'à se fondre totalement dans le néant. Le combattant géant, ne quittait pas des yeux Jenna.

"Sais tu pourquoi vais je te laisser vivre?

Il avait déjà son idée sur la question mais il était curieux de voir ce que la Charpentière allait lui répondre. Il y'avait une chance pour qu'elle trouve, certes, mais elle n'avait plus à craindre pour sa vie....pour l'instant.

_________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Witness (Privé "La Charpentière")   Lun 9 Sep - 18:30

Le rire de Jenna cessa net dès lors que se fit entendre la voix de l'Empereur teintée de colère. Akasha ôta aussitôt son couteau de la gorge de la jeune femme et s'éloigna en compagnie des autres gardes, non sans lui avoir adressé un dernier regard lourd de haine et de menaces. Elle se retrouvait désormais seule face à l'homme en armure, qui se contentait de l'observer sans dire un mot. La Charpentière restait muette elle aussi, gardant les yeux baissés, incapable de soutenir son regard implacable. Puis il brisa enfin le silence qui s'était emparé des lieux.

" Pourquoi ? - Il se tut un moment avant de reprendre : " Sais tu pourquoi vais je te laisser vivre ? "

Jenna releva la tête en entendant ces paroles, des traits d'étonnement mêlés de suspicion affichés sur son visage. Etait t'il sincère dans ce qu'il disait, ou n'était-ce qu'une ruse pour lui donner de faux espoirs de survivre à cette nuit ? Ou peut-être que son sort dépendrait de la réponse qu'elle lui fournirait ? Toute velléité de résistance avait disparu et un nouveau silence s'installa durant lequel elle réfléchit longuement à sa question avant de lui répondre.

" Ce n'est qu'une supposition mais ... je dirais qu'en m'épargnant, vous espérez en même temps mettre en garde les autres criminels sur ce qui les attendent ... si jamais ils croisaient votre chemin. Une sorte de témoin, je me trompe ? Je ne vois pas d'autre raison ... "

La Charpentière baissa à nouveau les yeux et resta immobile. La présence de l'Empereur continuait de la terrifier, et elle préférait renoncer à toute tentative de fuite, de peur que ce dernier revienne sur sa décision et ne lui inflige des tortures plus atroces encore de ce qu'elle venait de subir. Une infime lueur d'espoir commençait à renaître dans son esprit, et elle retint son souffle en attendant la réponse du Samouraï.
Revenir en haut Aller en bas
Takeshi Akuma/ Ashtar

Crime
Crime
avatar

Date d'Inscription : 30/11/2012
Nombre de Messages : 226
Vous à Gotham : Leader de La Lignée / Gérant du Sinner's Inn
Citations : Mon pouvoir sert le Ciel et les Esprits!!! Mon Poing droit est au service de mon règne! Mon Poing gauche instaure la Terreur chez mes ennemis! Ceux qui tomberont face à moi deviendront une part de ma Légende!

MessageSujet: Re: Witness (Privé "La Charpentière")   Mar 1 Oct - 0:12

Le comportement, le changement de tempérament, autant de choses dont la jeune femme ne pouvait être témoin tant la plaque de métal du casque du samouraï cachait toute expression. Une chose toutefois facile à deviner quand 150 kilos de muscles vous soulèvent d'une main par la gorge pour insinuer plus profondément les graines de la terreur. En silence, il observe avec attention la jeune femme quelques petites secondes qui doivent lui paraitre une éternité avant, dans un soupir, de la lâcher une fois de plus.

Elle retombe sans soucis sur l'herbe mouillée, fatiguée, secouée, brulée, harassée, effrayée, mais en vie. Le puissant combattant lui fait toujours face, ne montrant rien de plus qu'un air froid et déterminé sans la quitter des yeux.


"C'est exact."

La voix caverneuse du samouraï est plus terrifiante que tout à l'heure. Il semble mettre le ton sur l'aspect guttural histoire d'en rajouter une couche...et il sait que ca marche. ll n'y a qu'à voir comment cette petite est terrorisée. Des plus durs de caractères avaient pliés devant l'impassibilité et la sauvagerie de la Lignée. Des chefs de clans, des Yakuzas.......et des sous merdes corrompues. Tous avaient pliés, pleurés, suppliés jusqu'à en mourir sur place....et ainsi, la Lignée avait forgée sa légende de groupe fantôme. On parlait d'eux comme une foutue légende urbaine, d'ombres insaisissables et d'esprits vengeurs revenus de la tombe pour se venger. La vérité était bien pire que cela et l'inhumanité du leader de la Lignée avait gagnée en réputation tant sa sauvagerie pouvait atteindre des sommets de boucherie.

"Tu va passer un message. Je veux que tu dises à tous que l'ombre de notre clan va fondre sur eux. Je veux que tu leur dises que je me suis mis en marche. Je veux qu'ils sachent que la mort va s'abattre sur eux. Je veux qu'ils tremblent en sachant que la mort m'accompagne. Dis leur que j'arrive et que je vais tous les tuer jusqu'au dernier. Ensuite, je récupérerais ce que vous m'a été volé"

Kusanagi, épée des légendes, foulant la terre des Etats-Unis, joyau et trésor d'un clan aujourd'hui détruit. L'un de ses derniers représentants faisait face à la jeune femme. Chaque parcelle de l'être réclamait à la fois vengeance et justice. Il hurlait à la mise à mort, désirant plus que jamais une purge qui n'avait que trop tardée. Gotham était un nid du mal, un cloaque à monstre et il devait absolument être nettoyé en profondeur, peu importe les concessions à faire.

"Lève toi.......Pars d'ici.....Pars loin....Quitte Gotham une fois ta mission accomplie......et ne reviens jamais plus.....ou je te tuerais de mes mains à ton tour, comme j'ai tué les autres."

_________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Witness (Privé "La Charpentière")   

Revenir en haut Aller en bas
 

Witness (Privé "La Charpentière")

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Entraînement chasse ! (privé Nuage de Corbeau)
» Le combat des Alphas [Privé] [Lexy vs Blackmist]
» Ed, Détective privé
» La patte dans le sac [privé Tempêtes de feuilles et Etoile d'argent]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Gotham Outer :: Blüdhaven-