RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   Sam 20 Oct - 18:07

"BIENVENUE AU CIRQUE !"


Un cri tonitruant résonne autour d'eux et les réveille immédiatement. Comme si quelqu'un avait hurlé dans leurs oreilles, comme si des baffles avaient été placées juste à côté d'eux, ils sont précipités hors de l'inconscience avec une brutalité rare.
Le choc est rude, violent. Leurs oreilles bourdonnent, et leurs crânes les font souffrir. Ils ne savent pas ce qu'ils font là, ils ne savent pas ce qu'il se passe - mais ils voient où ils sont. Et aucun d'entre eux ne peut aimer cela.

Ils sont au premier rang d'un chapiteau de cirque vide. Rempli de chaises blanches immobiles, d'éléments classiques en ce lieu et d'une piste principale munie de deux poteaux et d'un fil pour les relier. Un filet de sécurité repose sur le sol mais n'est pas tendu... il a été abandonné là depuis longtemps, vu la poussière dessus.



Ce n'est cependant pas ce qui attire immédiatement l'attention de Richard "Nightwing" Grayson, qui ne se souvient pas comment il a pu arriver là. Son premier réflexe doit être de se lever, mais il est cloué au sol, assis, par d'épaisses chaînes en métal qui saucissonnent ses jambes et ses bras. Incapable de bouger, il doit certainement user de ses talents d'observateur pour trouver des indices, mais d'épaisses lumières blanches et noires l'empêchent de bien voir - il a comme l'impression d'être dans un film en noir et blanc.
Malgré cela, il parvient quand même à noter quelque chose sous le filet de sécurité... quelque chose qui doit lui glacer le sang. Deux formes. Deux formes humaines. Vêtues, selon ses souvenirs, comme ses parents lors d'une soirée qu'il veut certainement oublier depuis plus de dix ans. Deux formes allongées sur le sol, pathétiquement, comme si elles étaient tombées et que personne ne les avait ramassées.



Même si la présence de ces formes est choquante, ce n'est certainement pas ça qui attire l'attention de Jennifer "Pandora" Willis. Elle aussi autant attachée et bloquée que Nightwing, elle a pu observer les alentours de ce cirque étonnant et terriblement vide, même si les étranges bruits de vent et les rires enfantins ont dû la troubler.
Cependant, c'est certainement la présence d'affiches, d'images, de coupures de journaux et de tags juste en face d'elle qui doit plus agresser son esprit. Des extraits d'articles sur les ravages de ses anciennes alliées, des extraits d'informations sur son ancien repaire, des photographies détaillées des corps massacrés par la Biosyn lors de l'attaque de Sonatine, des analyses brutales et directes de ses victimes, dévorées par elle quand elle ne parvenait pas encore à se contrôler. Sur tout le pan du chapiteau en face d'elle, les souvenirs de ses tortures et de sa vie passée lui font face.

Tous deux sont placés l'un à côté de l'autre, mais un épais mur sombre les sépare et les empêche de se découvrir l'un l'autre.
Les prisonniers sont néanmoins tirés de leurs observations par le son caractéristique de chaussures marchant sur du bois. Ensemble, sans avoir jamais remarqué la présence de l'autre, ils fixent alors un nouvel arrivant dans ce paysage désolé et terrifiant - un Monsieur Loyal sombre et sale, idéal pour une telle ambiance.



"L'élève et la protégée.
Le fils prodigue et l'enfant-monstre.
Deux héritiers du Batman, deux destins contraires, deux visions du monde - deux visions du mentor. Un seul survivra au Cirque, un seul surmontera les épreuves, un seul obtiendra la Vérité sur son origine et son futur. Un seul dépassera le poids de son passé, et un seul sera digne de faire face au Tribunal des Chouettes. La Cour des Hiboux vous a condamné à mort - distrayez-nous, et l'un y échappera."

Sa voix est douce, posée, calme. Les bras croisés, il fixe d'un regard morne la piste devant lui, ne semblant être aucunement intéressé par les deux prisonniers. Cependant, ceux-ci n'ont guère l'occasion de réagir à ses paroles : à peine Monsieur Loyal a-t-il terminé qu'une vive explosion coupe son corps en deux et propulse ses entrailles autour de la piste, à quelques mètres de Pandora et Nightwing.
Il portait une bombe dans son ventre et vient de se faire exploser. Des bouts entiers de son cadavre roulent encore sur le sol sale et poussiéreux du chapiteau. Le pire est encore à venir.

Devant Pandora, devant Nightwing, le mur qui les séparait se rétracte dans le sol, et leur permet de se découvrir l'un l'autre. Ils se connaissent, se sont déjà croisés, en combat ou plus récemment lors d'une réunion du Réseau. Ils se connaissent - mais ne se sont jamais vus ainsi.
Richard Grayson est vêtu d'une tenue sombre directement reprise sur le cadavre d'un membre de la Confrérie d'Hécate, quand Sonatine a tenté de dominer Gotham City. Pire encore, son visage a été maquillé pour ressembler grossièrement à celui de Sonatine lui-même, ce monstre abattu par les actions croisées de Pandora et Azrael.
Jennifer Willis est vêtue du costume original de Robin, petits chansons et collants intégrés. Ses cheveux ont été coiffés pour ressembler grossièrement à la coupe originale du premier Robin, tandis qu'un masque a été peint sur son visage et que la combinaison est suffisamment grande pour cacher sa féminité naissante. Evidemment, la ceinture d'accessoires a été enlevée.

Alors que chacun fait face à un souvenir douloureux, de nouveaux sons agressent leurs oreilles. Moins forts, ils n'en sont pas moins agressifs : en alternance passent ainsi en boucle un bulletin d'information indiquant la mort des Flying Grayson et des phrases de Sonatine lorsqu'il insultait et rabaissait Pandora, enregistrées durant son attaque de la ville.

La Cour des Hiboux frappe donc fort l'ancien élève de Batman et sa nouvelle protégée. A voir si ceux-ci réussiront à mettre leurs psychoses et problèmes de côté pour survivre - ou s'ils céderont encore à leurs mauvais penchants dans une telle ambiance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   Dim 21 Oct - 13:29

Un bruit insupportable me tire d’un sommeil de plomb, sans rêve. Le son est long, violent, et me fait littéralement saigner des oreilles. Je sens le sang couler le long de mes joues. Dans ma tête, mes neurones font de féroces loopings et j’ai dû mal à recouvrer la réalité tant mon esprit est encore dans les vapes. C’est dur de garder les yeux ouverts tant je me sens divaguer, mais le cri qui résonne dans mon crâne ne me laisse pas le choix et me force à revenir sur terre. Je secoue la tête, au prix d’un effort incroyable, puis me lève mes mains pour boucher mes oreilles. Sauf qu’une force inconnue m’empêche tout mouvement. Je suis comme paralysé et ne peux même pas bouger ne serait-ce que le petit doigt. Seul ma tête est libre de se mouvoir. Le cri perçant finit par s’arrêter et je jette un coup d’œil autour de moi. Je commence par baisser la tête pour savoir ce qui m’empêche de bouger. J’ai la surprise de découvrir que je suis ligoté par d’épaisses chaines en fer, du type qui ne se casse pas à la première contraction musculaire. Bordel de merde, qu’est-ce qui se passe ici ? Je relève la tête et découvre devant moi un lieu que je connais bien, que je connais très bien, même. Je suis sous le chapiteau d’un cirque, à quelques mètres de la piste. Pas n’importe quel cirque : le Haley’s circus, celui où j’ai grandi, où j’ai fais mes premiers pas en tant qu’acrobate, où mes parents, les célèbres Flying Graysons ont vécu et ont trouvé la mort. Une lumière puissante m’empêche de distinguer les couleurs, c’est comme si je me trouvais spectateur d’un film en noir et blanc. Quelque chose me dit que je ne vais pas tarder à en être l’acteur. Car il y a quelque chose qui n’échappe pas à mon regard. Malgré la fatigue, malgré le mal chronique qui assaille mon crâne, je distingue très bien ce qui se trouve au milieu de la piste, à quelques mètres de moi. Deux formes sont étendues, inertes, et il s’agit de mes parents. John et Mary Grayson sont là, raides mort, devant moi, une scène que je pensais ne jamais revoir. Une scène qui me remplit de colère et de haine.

Je me rappelle maintenant de ce qui s’est passé avant mon grand sommeil. Je traquais le Saint Samaritain pour me venger de ce qu’il m’avait fait, mais j’ai renoncé à ma vengeance au dernier moment, l’enseignement de Batman et mes restes d’humanité m’empêchant de lui porter le coup fatal. Peu après, j’ai été assommé et des policiers sont arrivés pour m’arrêter. Quelqu’un avait tué le Saint Samaritain et m’avait fait porter le chapeau. Alors que le fourgon de police m’emmenait au commissariat et que la detective Lulla Brogan m’interrogeait, quelque chose a percuté le véhicule. Après l’accident, j’ai été de nouveau assommé par un type dont je n’ai pu distinguer les traits. Me voilà maintenant dans un endroit que je connais bien, car il se trouve dans mon cerveau même, mais je suis dans la réalité, pas dans un rêve. La conspiration qui a voulu me faire tomber pour le meurtre du Saint Samaritain continue son petit jeu avec moi, mais je sens qu’elle est passé au stade supérieur. Elle est entrée dans mon cerveau et elle a appris des informations me concernant que j’étais le seul à connaître. Ces types sont bons, très bons, et… tout cela me fait peur.

Je dois garder mon calme. Ne pas perdre les pédales une nouvelle fois.

D’autant qu’un nouveau personnage fait son apparition. Une sorte de Monsieur Loyal grimé en clown blanc apparaît sur la piste et, sans même me fixer, déclare d’une voix monotone un monologue qui me condamne, moi et quelqu’un d’autre, à mort. Une certaine Cour des hiboux dont je n’ai jamais entendu parlé nous laisse le temps de la « divertir » avant que nous soyons tués. Loyal précise que l’un de nous deux survivra. Mais qui est l’autre dont il parle ? Et pourquoi parle-t-il de Batman ? Encore un qui connait mon secret…

« Espèce de… » commencé-je, mais une violent explosion m’interrompt.

Monsieur Loyal vient… de voler en éclats. Sous mes yeux. Une bombe devait être caché sur lui et il s’est fait -ou quelqu’un l’a fait- explosé ! Son corps est dispersé dans tout le chapiteau et un haut-le-cœur me submerge. Nom de Dieu, mais qu’est-ce qui se passe ici ? Qu’est-ce que cette Cour des hiboux me veut ?!

Un mur que je n’avais pas remarqué à ma droite se rétracte soudain, laissant apparaître la deuxième concernée par l’annonce de Monsieur Loyal, l’autre personne condamnée à mort, et il se trouve que c’est… Moi. Ou plutôt un jeune homme grimé en moi, dans mon ancien costume de Robin. La coupe de cheveux, le masque, le costume, la ressemblance avec le Dick Grayson des débuts est frappante. Mais des détails me montrent qu’il s’agit d’une mise en scène grotesque. Le masque est en fait peint sur le visage du garçon, et le costume est lui aussi grossier.

Je veux lui adresser la parole mais de nouveaux sons agressent mes oreilles. S’ils sont moins forts, ils n’en sont pas moins brutaux. Il s’agit d’un bulletin d’information que je connais bien, et pour cause : il s’agit de l’annonce radiophonique de la mort de mes parents. Le bulletin se répète et se répète encore, me submergeant comme une vague de douleur, me tirant des larmes et une rage infinie. Cette Cour des hiboux envoie un message très clair : elle veut me rendre fou, me pousser à bout, comme jamais aucun de mes ennemis ne l’a fait auparavant. Je suis face à mon plus terrifiant ennemi et je ne sais rien de lui. Quelle est cette Cour mystérieuse qui me punit ainsi sans que je ne lui ai rien fait ? Est-ce qu’elle veut, à travers moi et le gamin grimé en Robin, atteindre Batman ? Est-ce que toute cette histoire est de sa faute ? Si c’est le cas, il me le paiera. Mais pour l’heure, je dois subir la torture psychologique qu’on m’a réservé.

Je fais un choix. Ne pas tenir compte de ma colère et tenter de garder mon calme. Je sais très bien que seul mon sang-froid me sauvera. Si je n’en ai pas fait beaucoup preuve ces derniers temps, il est l’heure de m’y mettre et de ne pas péter les plombs. La Cour veut me mettre en colère, me détruire psychologiquement, mais elle n’y arrivera pas. Mon visage et crispé, ma mâchoire serrée à outrance, tout comme mes poings, mais je ne profère pas un mot. Je regarde le gamin qui subit lui aussi une torture psychologique avec des insultes qui lui sont adressés. Je le reconnais alors. Ce n’est pas un garçon mais une fille. Pandora, la rescapée de la Biosyn.

« Jennifer, il faut absolument résister ! Ils veulent nous faire péter les plombs mais ça n’arrivera pas, d’accord ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   Dim 21 Oct - 22:35

Mais merde, comment avais je atterrie ici? Quel était cet endroit à la fois antre de l'amusement et tanière de la terreur? Il n'était pas difficile de remarquer que cela était un chapiteau. Celui d'un cirque, conviendrons nous. La lumière me brule les yeux et mes membres me font si mal. J'éprouve la plus atroce des difficultés à me déplacer et je comprends vite pourquoi en voyant mes différentes entraves aux poignes.

*Bordel*

Ma tête résonne comme un tambour. Je sens encore la douleur de l'impact à la tête et cette foutue migraine est atroce et on ne rajoutera pas l’arrêt cardiaque que j'ai failli faire entendant Mr le Corbeau hurler sa réplique à mon encontre. Il me faisait penser à un gothique mal fagoté en Mr Loyal qui me regardait avec un air presque neutre. Sa présence me fait oublier les quelques événements d'avant mon arrivée. Je me rappelle que je traquais les agents de la Biosyn en ville. J'avais atteint la limite de Gramercy Row en ayant obtenue des renseignements durement arrachés à quelques gardes, avant que je ne leur arrache la tête et que j'y enfonce leur propre grenade, punissant ces monstres à ma manière. Puis plus rien. Je me rappelle seulement d'un cri, un rire, puis un flash blanc et plus rien....pour me retrouver ici.
Mes vêtements avaient étés changés.....le dispositif avait disparu, enlevé de mon bras, ce qui expliquait pourquoi je ne ressentais plus cette douleur à laquelle je m'étais habituée. Le pistolet grappin et mes armes à feu m'avaient été prises pour me rendre plus vulnérable, plus facile à abattre. Mais mes kidnappeurs voulaient me voir en vie, sinon, je ne serais pas ici. J'aurais bien dit quelques mots à l’espèce de clown infernal en face de moi, mais sans que je ne puisse lui adresser la moindre menace, le moindre mot, ce dernier vole en éclat. Son corps et ses entrailles volent en morceaux et s'éparpillent un peu partout sur le chapiteau....et sur ma propre personne.
Putain, ca y'est, je panique. Je commence à me sentir mal en voyant les morceaux de chairs atterrir devant moi. Je ne dis pas cela parce que je ne suis pas habituée, loin de là, mais parce que je sais ce qu'il risque de se passer quand on me fout de la chair fraiche sous le nez. J'ai beau avoir réussie à m'en passer durant ces derniers mois, le virus qui vit en moi continue d'en réclamer, malgré le substitut que Bruce m'a offert. En me débattant, je vois le mur sur le coté et je ne peux m’empêcher d'exprimer un regard de terreur.

Mon passé.....mon karma m'est revenu. Ma vie, mon présent, ma malédiction...mes actes ici et maintenant étaient sous mes yeux. Tout ce que j'ai fait depuis mon arrivée à Gotham, à Arkham City....Le type avait parlé de Cour des Hiboux, mais la vérité, je la connaissais. Je savais qui se cachait derrière ce masque, cette fable dont je n'avais entendu que de stupides échos. Ce type me condamnait, moi et un autre pour mon passé et mes actes. Il me jugeait et me mettait à l'épreuve tout se servant de mes pires peurs pour me briser...Tout ce qui s'était passé à Gotham...tout ce qui était arrivé depuis que j'y avais mise les pieds....la malédiction que j'y avais apportée....mon histoire était là, devant moi et me confirmaient mes pires peurs: Ils m'avaient à nouveau eue. Le jeu recommençait....Non, jamais....JAMAIS. Je ne pourrais pas le supporter une nouvelle fois. J'ai vécue 20 ans dans la terreur et encore aujourd'hui. J'ai fuie, me suis cachée, jusqu'à ramper devant les pires scélérats. Ma vie a été brisée, falsifiée, manipulée et ces monstres allaient continuer jusqu'à ce que je demande grâce.

Je sens les tremblements m'envahir et l'angoisse se diffuse lentement en moi. Je ne peux refréner cette envie d'hurler qu'au dernier moment. C'est un cadeau que je ne leur ferais pas. Je sais ce que j'ai fait, je le regrette. J'ai conscience du mal que j'ai apportée sur cette ville et la peine que j'ai infligée à ses habitantes. Je vous en prie, arrêtez de me le rappeler. Cessez de me harceler de ce passé dont je ne veux point. Je suis une abomination, et j'en ai conscience. Merde, et cette faim.....l'odeur de la chair et du sang est parvenue jusqu'à moi et je commence déjà à sentir le changement. Je comprends mieux pourquoi il s'est fait explosé....Ils ne veulent pas simplement me briser...C'est bien pire que cela: Ils veulent que je redevienne celle que j'étais, l'ignoble monstre affamée de chair et de sang crainte de toutes et de tous: mère de l'apocalypse, porteuse des maux et destruction ardente.

Seigneur, je n'arrive pas à la contrôler.....la faim recommence à venir, cela mêlée à la frustration, la honte, la peine et la colère. J'ai envie de tuer, de mettre en pièces ceux responsables de cette foutue mascarade. Ils payeront, tout comme.......SONATINE? LUI? ICI? Mais qu'est ce que cela veut dire? Pourquoi est il là, dans ce lieu, avec moi? Ca y'est, je deviens folle, alors que mon regard s'écarquille encore plus sous l'effet de la surprise.
Non, je refuse de le croire....ce n'est pas toi....CA NE PEUT ÊTRE TOI. JE T'AI TUE DE MES MAINS. J'ai tranchée ta tête lors de ce terrible jour, celui qui a failli voir la fin d'une ville entière. J'ai mis fin à ton existence en t'envoyant près de Minos...TU NE PEUX PAS ETRE EN VIE....ET EN PLUS, TU OSES ME PARLER? Tes fautes, tes grandes phrases résonnent dans cet endroit et j’essaye de tirer sur mes chaines pour t'atteindre, le regard plein de haine, mais je ne peux rien faire. Je suis si bien entravée que je ne peux que me débattre en hurlant une bien sombre malédiction à l'égard de nos geôliers. Ma colère m'aveugle et fausse mon jugement. La panique pourrait me pousser à l'erreur, me faire faire une idiotie regrettable, mais pourtant, il est là, en face de moi, le meurtrier de mes parents, puni à la même manière que moi. La seule chose qui m'échappe sont les corps au milieu de la piste, mais ils m'importent peu.....Seul importait ma vengeance, quitte à ce que je mette à mort une seconde fois ce salaud en face de moi. Avec la Biosyn, il fallait s'attendre à tout et ils m'ont montré de quoi ils étaient capable...comme ressusciter les morts, un spectacle que je n'aie que trop vue lors de mon séjour à Mallet Island.

"SONATINE......SALE CHIEN GALEUX.....JE VAIS T'ARRACHER LA TÊTE UNE SECONDE FOIS..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   Mar 23 Oct - 18:36

Le chapiteau est immobile, encore rongé par les annonces vocales terrifiantes. Au bulletin d'information sur les Grayson succède les citations de Sonatine, qui ont emporté le peu de conscience et de contrôle de Pandora. Alors que Nightwing essaye, vainement, de la ramener à la raison et de l'empêcher de céder à la tentation de la folie et de la violence, la femme-enfant a déjà perdu la bataille, et provoque une certaine déception chez les membres de la Cour des Hiboux qui observent, en silence et en sécurité, la scène.

Pendant de longues secondes, l'endroit où les deux élèves de Batman sont emprisonnés ne change pas, n'évolue pas - mais cela ne peut durer.
Sans prévenir, des bruits aigus font leur apparition, rapidement plus forts et plus inquiétants que les enregistrements vocaux qui harcèlent Jennifer et Richard. Par réflexe, ceux-ci ne peuvent que regarder vers le haut du chapiteau... et sa toile percée par des projectiles.

A un rythme régulier, et de plus en plus fort, des projectiles ronds tombent du ciel sur le chapiteau, dont la toile ne supporte bientôt plus le poids. Les éléments chutent alors, roulent sur la piste principale à quelques mètres d'eux, ce qui leur permet de voir, de découvrir ce que c'est - et de regretter immédiatement.
Des têtes. Des têtes humaines viennent de tomber du plafond, et semblent encore fraîches vu leur état de conservation et l'épais liquide rouge qui coule encore de leurs nuques.

Une bonne vingtaine de crânes humains frais roulent ainsi aux pieds de Pandora et Nightwing, alors même que la femme-enfant lutte contre ses pulsions cannibales depuis plusieurs semaines. Une telle situation, un tel matraquage de son passé et de ses souvenirs difficiles, n'a pu que faire réapparaître ces besoins de chair, et de tels "présents" de la part de la Cour des Hiboux ne doivent qu'empirer la situation.

Tout comme la balle tirée de l'autre côté du chapiteau, et qui effleure la joue de Nightwing - la plaie est faible, mais suffisamment mal placée pour déchaîner un flot important de sang, le genre même qui attise l'appétit de Pandora.
Tout comme les chaînes qui sont soudainement attirées par le sol, libérant en quelques secondes les deux prisonniers de leurs entraves - et les livrant l'un à l'autre.

Richard Grayson est seul face à une vingtaine de crânes humains frais, saigne de la joue et est à quelques centimètres d'une femme-enfant rongée par les épreuves que la Cour des Hiboux lui rappelle, et qui doit lutter contre son cannibalisme et ses besoins.
Les citations vocales de Sonatine deviennent soudainement plus fortes, et des cris de femme prononçant le nom de "Jennifer" comme s'il s'agissait d'une mère craignant pour sa fille se font entendre.

La Cour des Hiboux veut tester deux élèves de Batman.
Et le niveau est bien haut - peut-être même trop pour eux, ou au moins pour leur survie commune.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   Mer 24 Oct - 19:33

Alors que je vois bien que Jennifer est en train de faire tout le contraire de ce que je lui dis, à savoir devenir complètement barge à cause des sons qui agressent ses oreilles, Un bruit de déchirure se fait entendre. Je lève les yeux au ciel, ou plutôt vers l’armature du chapiteau : la toile a craqué sous l’impact de projectiles qui sont en train de tomber sur la piste et sur nous, qui sommes juste à côté. Tout se passe très vite. Les projectiles nous atteignent en quelques secondes alors que je tente de les éviter… sans grand succès, l’un d’eux s’écrase sur ma jambe. J’ai l’horreur de découvrir qu’il s’agit d’une tête, la tête d’un homme fraîchement tué. On bascule dans le macabre le plus effrayant. Un crâne atteint aussi Jennifer, qui, après m’avoir pris pour son ennemi juré, cela du sans doute aux vêtements que je porte et qui lui rappellent cet adversaire, se met littéralement à bouillonner. Tout ce sang et cette chair fraîche ont l’air de lui donner de l’appétit, et ça n’est pas pou me rassurer. J’ai lu le dossier de la jeune femme, et ça n’est pas pour me rassurer. Batman s’est alliée avec une créature bien atypique. Rejeton de la Biosyn, ce conglomérat maléfique qui souhaite anéantir Gotham et mène des expériences nauséabondes sur des êtres humains, Jennifer a été torturée, molestée, et pire encore. La liste des sévices qu’elle a subi est longue comme le bras. La gamine a appris a devenir une vraie machine à tuer pour le compte de ses maîtres. Et elle est devenue cannibale, entre autres. Finalement, elle s’est rebellée contre le système et s’est rangée aux côtés de Batman dans le but de détruire la Biosyn. Bruce a toujours su choisir finement ses alliés… Azrael. Pandora. Si je sais que mon mentor a essayé de m’aider et de m’éviter de tomber dans le piège que m’a tendu la Cour des hiboux, je lui en veux toujours de son attitude, et surtout, je le soupçonne d’être la VRAIE cible de cette attaque. Après tout, Jennifer et moi-même sommes les « protégés » du chevalier noir.

Jennifer continue à me prendre pour Sonatine, une autre créature de la Biosyn qu’elle révère, responsable de beaucoup de souffrances. Je tente de me justifier, de la ramener à la raison, mais rien n’y fait. Pandora est comme en transe. Toute cette chair humaine qui l’entoure l’excite et lui fait perdre la tête. A ses yeux, je ne suis plus que son ennemi, le système reprend le dessus sur son esprit. Elle est déjà ailleurs. Je n’ai de toute manière pas le temps de la calmer plus que ça, puisqu’une balle venue de nulle part me frôle la joue. Du sang gicle de la plaie. Celle-ci est superficielle et à peine douloureuse, mais le sang coule beaucoup. Je comprends la stratégie de la Cour : me blesser pour que le Jennifer soit attirée par l’odeur de mon sang, ce qui la rendra complètement folle et la forcera à l’attaquer. Ces enfoirés ont très bien cerné nos points faibles, à Pandora et moi; J’ai l’impression d’être une marionnette, rien de plus qu’un jouet, et j’enrage à cette idée.

Les chaînes qui me retiennent disparaissent alors, me laissant libre de mes mouvements. Que se passe-t-il ? Je me lève d’un bon et plaque ma main contre ma joue. La sang coule toujours abondamment, même si je sais que dans quelques minutes, une croûte se sera déjà formée. Ça laisse du temps à Jennifer pour m’attaquer. Car elle aussi est maintenant libre de ses mouvements. Ses chaînes ont disparues. Je sais qu’elle va me sauter dessus. Nous sommes dans une arène. Nous devons nous entretuer pour le plaisir de nos maîtres. J’efface du revers de la main le maquillage qui me pollue le visage. J’aimerai aussi retirer les habits qui me font ressembler à l’ennemi mortel de Pandora, mais me livrer corps nu à une cannibale n’est peut être pas la meilleure idée. Je tente une dernière fois de la raisonner :

« Jennifer. C’est moi, Dick. Le premier Robin. Je t’en prie, reviens ! REVIENS ! Je ne suis pas Sonatine. Les vrais responsables de ce truc là sont en train de nous regarder : la Cour des hiboux ! »

Je serre les poings et me prépare à affronter Pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   Ven 2 Nov - 14:12

Hpj: Excusez moi pour ce retard



Libre....Libre, et ces voix qui me harcèlent. L'écho de mes fautes passées, présentes et futures me rappellent à quel point un être maudit de mon espèce ne saura que ce qu'on lui intimera d'être. Pitié, assez, je refuse de n'être qu'un pion dans vos manigances les plus sadiques. Vous n'avez pas idée des efforts que j'ai due faire pour ne plus être ce que vous souhaitez.
Je suis libre de décider de ma vie, libre de choisir ma destinée, libre de partir si l'envie m'en prends...et libre de vous tuer si mon cœur vous réclame. Ce que mon cœur désire, c'est vous, mes ombres communes. Je suis là où la fatalité du destin m'entraine mais cela ne veut pas dire que le futur est écrit pour chacun d'entre nous....cela ne veut pas dire que je tuerais cet homme en face de moi. Son image, son apparence, me rappelle ma haine de mon passé, mais il n'est au final qu'une image vers laquelle je ne peux que m'avancer d'un pas lourd et difficile.

Seigneur, que suis je en train de faire...? Ta voix, ta panique...cette jeunesse et ce timbre de voix....Nightwing.....Dick, je sais que c'est toi, mais je ne parviens pas à m’arrêter. La faim et l'envie de tuer me dominent à chaque seconde alors l'odeur de la chair et du sang est plus forte que jamais. Les têtes ne m’intéressent pas et la terreur me prends lorsque je comprends que l'envie de dévorer vit en moi à nouveau. Elle s'est emparé de mon âme et de mon cœur noir, une fois de plus et m'indique celui qui satisfera la démone, ma "Voyageuse noire". Toute ma vie, j'avais peur d'elle, peur qu'en fermant les yeux, je ne les rouvre plus jamais, pour laisser le contrôle à cette monstruosité. Je sais ce qu'elle est, ce qu'elle demande. Elle n'est pas seulement le fruit de mon imagination, mais fais partie intégrante de mon être. Elle est ma damnation, ma sombre malédiction.....mais je refuse de lui obéir.

"......Dick.........recule.............contrôle plus......."

Les mots sont difficiles à aligner et je perds lentement la clarté de mon esprit. Je sens la chaleur de l'écume perler le long des recoins de mes lèvres, puis doucement sous ma bouche. J'ai bien trop faim maintenant pour reculer...et bien trop affamée pour reculer. Dévorer est ma seule chance de calmer cette voix qui hurle, cette pulsion qui m'anime et risque de me faire commettre l'irréparable. Non, pitié.....JE NE VEUX PAS.....et malheureusement, je ne peux plus rien contrôler.
Un cri, un geste, et notre ballet de la mort peut enfin commencer......ou pas....Je ne suis plus qu'à quelques pas de lui et pourtant, je me suis arrêtée, tremblant de tout mon être. Il y'a encore une part de moi qui lutte en refusant cette folie. Assez.......ASSEZ. Je peux tenir....Je dois tenir. J'ai mal, si mal et si faim, mais je n'ai pas le droit de commettre à nouveau un tel acte. En vertu de ma promesse, ma vengeance, il m'est interdit de redevenir ce que j'ai été. Je me le suis jurée.
J'en tombe à genoux face à lui, tremblant de part et d'autres. Je dois contrôler ma faim...ne pas jouer leur jeu, ne ce ferait-ce que pour Bruce qui a placé de nombreux espoirs en moi....pour lui et tous les autres, dont toi, Dick.
Mon hurlement déchire cet endroit, couvrant presque les paroles diffusées quelques part via des hauts parleurs. J'y déverse ma haine, ma frustration et ma colère, vis à vis de moi mais aussi de ceux qui jouent avec nous. Si je dois dévorer quelqu'un, cela sera l'un d'entre vous, immondes bâtards. Je résisterais quitte à crever de faim si vous refusez de vous montrer, mais je ne ferais jamais de mal à cet homme....pas tant que ma raison me poussera à résister, peu importe le douloureux souvenir qu'il me rappelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   Ven 2 Nov - 16:19

Et soudain, tout se fige.

Les annonces audio, alternant entre le bulletin d'information sur la mort des Grayson et les citations de Sonatine, disparaissent. Le silence s'abat sur le chapiteau, et nul bruit, nul mouvement ne vient le troubler.
Aussi rapidement et brutalement qu'auparavant, la nouvelle manoeuvre de la Cour des Hiboux doit certainement prendre de cours les deux combattants qui étaient sur le point de se combattre. Les têtes ne roulent plus sur le sol, et chacun doit attendre la prochaine attaque, la prochaine arme envoyée contre l'un ou l'autre. Qu'ils se rassurent : elle arrive.

Si Jennifer Willis a été la cible essentielle des précédents mouvements de la Cour, une certaine idée de l'égalité commande que Richard Grayson soit le prochain. Et si ce dernier est concentré sur sa future défense contre les attaques de Pandora, son attention sera certainement attirée par la chute, du plafond encore, d'un petit objet, qui s'écrase à quelques mètres d'eux.

Une main - humaine. Fraîchement coupée, elle aussi.
Richard n'aura certainement pas besoin de l'apprentissage de Batman pour l'observer, et découvrir à l'annulaire de cette main droite un énorme anneau doré, doté d'un symbole en forme de chapiteau dessus. Richard devra certainement se pincer ou cligner des yeux pour se rassurer, mais son esprit aura déjà compris : cette main, grosse, forte, puissante... il la connaît.
Elle est passée des années durant dans ses cheveux, lui a passé des outils ou lui a tenu l'épaule. Elle a été le synonyme de la puissance, de la sécurité, du pouvoir... et elle est maintenant tranchée.

Cette main est celle de C.C. Haly, propriétaire et fondateur du Cirque Haly, là où les Grayson vivaient avant qu'un ennemi de Haly ne les fasse tuer.
Cette main est celle de ce que Richard Grayson a eu de plus proche d'un grand-père. Et elle vient d'être tranchée.

Cependant, Nightwing n'a pas le temps de réagir : une immense traînée d'eau est expulsée d'un des murs en toile du chapiteau, et propulse Pandora contre un autre flanc de la structure. La femme-enfant est écrasée contre une zone plus dure qu'on ne pouvait le penser, et doit certainement souffrir de cette agression. Pire encore, juste au-dessus d'elle s'ouvre une trappe, qui va bientôt libérer quelque chose - mais Jennifer ne peut la voir.
Poussée encore et toujours par le jet d'eau, elle doit certainement se débattre, avant d'accueillir sûrement avec plaisir la fin de l'agression. Le jet disparaît comme il est venu, mais la trappe au-dessus libère cinq litres d'un épais liquide rouge qui passe par un trou formé par une tête auparavant et tombe juste sur Pandora... du sang, évidemment.

Pandora est recouverte de sang humain.
Nightwing fait face à la main fraîchement coupée de C.C. Haly.

Et une forme sombre et agile se découpe juste en face du héros, apparaissant rapidement dans les lumières blanches et noires en exhibant des lames recouvertes de sang - et tenant également la montre en or préférée de C.C. Haly.



Nul mot ne franchit ses lèvres, nulle remarque n'est fait, nul mouvement n'est accompli. A cinq mètres de Richard, l'inconnu s'arrête et se tient en position pour combattre.
A Nightwing de décider maintenant quoi faire, quelle crise régler - et quelle facette écouter. Le coeur ou la raison ? La vengeance ou l'intelligence ? Lui ou elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   Sam 3 Nov - 18:43

Le son s’est tu brutalement. Ce n’est soudain plus que silence, alors que nos oreilles étaient agressées sans cesse par des messages radiophoniques nous rappelant, à Jennifer et à moi, les pires moments de nos vies respectives. Même elle qui quelques minutes plus tôt tentait de se maîtriser pour ne pas se jeter sur moi et me mettre en pièce, semble surprise par ce nouvel état de faits. Que l’on ne s’illusionne pas. Je suis persuadé que la Cour prépare une nouvelle attaque contre nous. De quelle cruauté cette mystérieuse organisation est-elle encore capable ? Je m’attends au pire. J’ai compris que ce qu’elle cherchait à faire était de nous déstabiliser, de nous faire devenir fou, pour ensuite utiliser notre « folie » contre Batman, Bruce Wayne, notre mentor. Je pense que c’est lui qui est visé par cette attaque et ce kidnapping. Je n’arrive pas à voir Bruce comme une victime… Oui, il est victime d’une machination, ça semble évident, mais le rôle qu’on m’a attribué dans cette mascarade ne me plait guère. Je déteste être de nouveau sous l’emprise du Batman, même indirectement, résumé à être son élève, celui qu’on capture pour le faire sortir de sa cachette… un faire-valoir. Cette fois, Bruce ne sortira pas de sa cachette. Je le sais. C’est à moi et à Pandora de faire preuve d’intelligence pour survivre. Seule notre propre volonté nous permettra d’échapper à la mort que la Cour nous a promis.

Quelque chose tombe alors du ciel. J’ai à peine le temps de lever les yeux au ciel pour voir ce dont il s’agit. La chose tombe à mes pieds, s’écrase dans un bruit mou et désagréable. Cette chose, c’est une main, j’ai l’horreur de le découvrir. La Cour joue encore avec des cadavres pour exciter Pandora ! Ces salauds veulent la faire sortir de ses gonds, la faire redevenir la cannibale qu’elle était… le monstre de la Biosyn. Mais à y regarder de plus près, cette main semble familière. Oui, cette main me dit quelque chose. A l’annulaire, se trouve une bague dorée, une sorte de chevalière sur laquelle est gravée un signe que je connais bien. Le symbole représente un chapiteau et j’ai peur de comprendre à qui appartient cette main. Monsieur Haly. Le propriétaire du cirque dans lequel mes parents ont travaillé, le lieu où j’ai grandis, appris, joué… Ma famille. Cet homme est… était comme mon grand-père. Et sa main git à quelques mètres de moi. La main de mon ami. D’un homme en qui j’avais confiance, qui me faisait rire, qui savait me réconforter, et ce, bien avant que l’ombre de la chauve-souris ne survole ma vie.

Je déglutis difficilement. La Cour a probablement tué Haly, et avec lui meurt l’essence même de mon enfance, le symbole d’une enfance encore heureuse jusqu’à ce que le drame arrive. La cour pervertit mes souvenirs, ma mémoire. Elle veut me briser en exhibant la main d’un individu que j’ai aimé comme trophée. Ma mâchoire se crispe. Il ne faut pas qu’elle réussisse son funeste projet. Ne pas repenser au vieil homme, ni à Raya, surtout pas à Raya. Est-elle vivante ? Lui ont-ils fait du mal ? Cette idée m’est insupportable.

Soudain, un bruit violent me ramène à l’endroit où je suis. Un torrent d’eau vient de se déverser à l’intérieur du chapiteau, craquant l’un des murs en toile pour venir percuter avec violence Pandora, la bloquant sous un amas d’eau, une véritable masse liquide qui la noie tout en la plaquant contre un mur. Au dessus d’elle, une trappe s’ouvre pour déverser un liquide rouge… du sang.

« Merde… »

Je compte me précipiter pour l’aider, pour la sauver, mais une forme apparaît juste en face de moi. Un individu en juste-au-corps vert et noir, doté de griffes aiguisées au bout de ses poings, me fait face. Son visage est entièrement masqué… et il ne semble pas franchement pacifique. D’autant qu’il tient au bout de ses griffes la montre de monsieur Haly, trempée de son sang… Cette fois plus de doute, la Cour a tué mon ami. Et il semble que ce soit ce type qui ait exécuté leur horrible sentence. Cet être abjecte qui me fait face, la personnification de la Cour, enfin un ennemi tangible et solide en face de moi, quelqu’un que je peux toucher… que je peux frapper et faire souffrir.

Mes poings se serrent mais je refuse de céder à l’emportement. Je regarde autour de moi pour découvrir quelque chose qui me permettrait de jouer à jeu égal avec lui… un tabouret ? Ce sera suffisant. Mon objectif n’est pas d’affronter ce type, ou tout du moins pas maintenant. C’est surtout de sauver Pandora. Aussi attrapé-je le tabouret et le lançé-je de toutes mes forces en direction de l’assassin, tout en me ruant vers Jennifer pour l’aider.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   Ven 16 Nov - 22:50

(HJ/ Un mot rapide pour vous prévenir qu'il ne reste que trois tours maximum. Choisissez bien ! /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   Dim 18 Nov - 13:08

Mauvaises surprises, faiblesse et énergie de la vie....le fluide de la vie. Il est partout, à la fois en moi et sur moi. Son odeur me rends folle à lier. Ce qu'ils me font me rends folle. Ce type, cette chose aux apparats de métal suinte d'une odeur de chair appétissante. Mais je résiste. Je le sais car j'arrive encore à penser, à avoir des idées cohérentes, bien que je sois troublée. Ce n'est pas la Biosyn, non....ce ne sont pas eux. Tout à l'heure, Dick a parlé de quelque chose comme la "Cours des Hiboux". Ne pas être de Gotham n’empêche pas de s'instruire. Erebius est un monstrueux adversaire. Il est manipulateur, vicieux, menteur, mégalomane mais il n'a pas besoin de se draper d'un voile de mystère en se servant d'une comptine pour me piéger et me martyriser. Je le connais assez pour dire qu'il n'y prendrais aucun plaisir. Il n'hésitera pas, voire jamais, à attaquer de face pour me faire du mal. Je le connais.

Mais ce sang...j'en ai bue....j'si faim, si mal. Le jet d'eau m'a broyée les os, paralysée et je ne parviens plus à bouger. Tout ce que je peux offrir à cette "Cours", n'est qu'un regard de défi à leur égard. Qui qu'ils soient, ce qu'ils représentent ou disent représenter, ne les rends au final qu'identique à ces abominations mutantes que je combats depuis des années. Ce qui me surprends, c'est le fait qu'ils semblent si bien me connaitre. Les stratagèmes utilisés pour me faire fléchir le montrent bien. Et voulez vous savoir le pire? C'est que ca commençait à fonctionner et au plus profond de moi, ma voyageuse sombre commencait à hurler. Chaque seconde j'entendais cette maudite voix qui me disait de les tuer, tous les deux. Les dévorer pour satisfaire cette faim que refoule depuis des jours. J'essaye de hurler, mais de ma voix rauque et hallettante, il n'ya que des murmures, de simples chuchotement, comme si je n'étais plus capable de dire ou de faire autre chose. Les tremblements parcourent l'ensemble de ma personne, remontant et redescendant le long de mon échine lorsque je pose à nouveau mon regard sur Dick et l'homme aux griffes.
Ce type suintait l'odeur de mal. Maléfice et malédiction, son aspect m'effrayait mais surtout, son mutisme désarmant m’empêchait de comprendre ce qu'il était, ce qui le motivait. Je ne savais qu'une seule chose à son sujet, c'est que sans mes armes, il me serait impossible de le vaincre et peut-être le savait il aussi, ce dernier focalisant son attention sur Dick. Mais je ne vois qu'en partie.


*.......Tout ce sang*

Nightwing a du répondant, il réplique avec les moyens du bord et se rue sur moi, incapable de faire le moindre geste, de dire le moindre mot. Des années de souffrances repassent en face de moi. Des sons, des images me reviennent et sans pouvoir m'en apercevoir, je ne fais qu'offrir à Dick un regard de misérable. Ce n'est plus seulement la faim et la haine qui m'habitent à cette seconde exact, mais la terreur qui se drape autour de moi et à l'intérieur. J'ai peur de cette cours, peur car incapable de répliquer de manière efficace, peur....de m'en prendre à Dick qui vient pour m'aider.
Non, va t'en en, laisse moi. Je n'en vaux pas la peine. Sauve ta peau avant que je ne commette l'irréparable...avant que je ne m'en prenne à toi. Je refuse de te faire du mal, mais elle est en moi...elle me controlera bientôt...Dick, je t'en conjure....Je supplie mais je ne suis que silence et mon mutisme sera la réponse de tout, une finalité à notre destin commun de martyrs.
Mais lui, il savait encore se défendre. Il le savait parce qu'il le devait...parce qu'il était Nightwing...parce que c'était son devoir....et parce qu'il était ton fils, Bruce.


*.....si faim.*
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   Lun 26 Nov - 17:59

[Hibou, y es-tu ?]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   Sam 1 Déc - 23:39

(HJ/ Bonsoir vous deux.
En premier, je m'excuse pour ce retard : mes obligations professionnelles ont pris le pas sur mon RP, et j'ai refusé de livrer un "petit post" pour ce sujet qui me plaît et me tient à coeur. En second, je vous signale que cette histoire va bientôt s'achever : après ce post, seuls deux tours seront encore réalisés, sachant que, selon vos messages, je raccourcirai encore le délai. A bientôt ! /HJ)

Richard Grayson est un héros.

Même s'il ne le veut plus, même s'il veut épouser un autre chemin, il continue de se comporter comme quelqu'un de bien. Face à l'ennemi, face à la preuve que quelqu'un de proche a été maltraité, il se précipite pour aider ce que beaucoup considérait comme un monstre.
La femme-enfant, qui a subi toutes les horreurs, qui a commise toutes les horreurs, doit lutter contre ses besoins, contre ses pulsions. Ca ne fonctionne pas, pour l'instant - et la Cour des Hiboux ne veut évidemment pas que ça change. Tout fait partie d'un plan, tout a été prévu, et le pire est à venir.

Le mystérieux et silencieux adversaire de Nightwing a assisté, calmement, à la scène. Ses armes tranchantes ont brisé le tabouret vainement lancé contre lui, et les verres jaunes de son masque sont fixés sur la maigre tentative du jeune homme de secourir l'autre protégée du Batman. D'ici quelques instants, la femme-enfant va perdre la lutte contre ses plus bas instincts, et son allié du moment devra gérer cette crise.

Il peut le faire - il va le faire. C'est un héros, il s'en sort toujours.
Mais pas aujourd'hui.

L'inconnu se propulse, court vers les deux prisonniers de la Cour des Hiboux et s'arrête à un mètre à peine des protagonistes. Se remettant en position de combat, il lève ses armes comme pour appâter, provoquer son adversaire. Au bout de quelques secondes, une voix lente, monotone, s'échappe du masque pour s'adresser directement à sa future victime.

"Il a crié - comme un porc. Et pleuré, beaucoup. Il a demandé pitié, il a prié tous les saints et a tout révélé sur ce qu'il croyait savoir. Il espérait que les quelques pistes qu'il avait sur ta véritable identité l'épargnerait. J'ai aimé le voir se vider de son sang."

L'assassin ne dit rien d'autre - il sait qu'il n'en a pas besoin.
Dans l'état de Nightwing, la possibilité qu'il garde son calme et ne laisse pas ses émotions l'emporter est faible, et la Cour des Hiboux compte dessus. Cependant, Richard Grayson doit faire face à ce nouvel ennemi, et au danger présenté par Pandora - mais tout est prévu.

Sur la droite de Jennifer Willis, à cinq mètres environ du petit-groupe, un nouveau participant fait son apparition. Ses pas claquent sur le sol vaguement recouvert de sable, et ses bottes sont les seuls éléments qui se démarquent de l'immense robe de moine violette qui recouvre tout son corps. Son crâne penché en avant, les bras emmitouflés dans les manches, il reste silencieux et immobile pendant de longues secondes.

Puis, sans prévenir, ses mains gantées s'échappent de ses manches et repoussent légèrement sur son crâne la capuche. Sa tête est encore dans l'ombre, protégée, mais les formes générales du visage sont visibles - et reconnues par la femme-enfant.

"Bonsoir, Jennifer. Cela faisait longtemps."

Pandora le connaissait. Elle l'avait déjà vu, elle l'avait déjà rencontré, combattu et même tué.
Devant elle, dans la robe, s'affichait Yuri Sonatine, l'homme qu'elle et Azrael avaient vaincu plusieurs mois plus tôt, apparemment ressorti de l'enfer par la Cour des Hiboux.



Le pire était venu.
A eux deux d'y faire définitivement face.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   Dim 2 Déc - 20:17

L’assassin de Haley s’interpose entre moi et Jennifer. Dans sa combinaison, sous son masque, il est d’un monolithisme terrifiant. La froideur même. Et c’est avec la même froideur qu’il raconte comment il a tué celui qui fut comme un grand-père pour moi, et un père pour mes parents. Il évoque avec une concision chirurgicale la manière dont Haley a crié, et à supplier son adversaire de l’épargner. Ce chien est là, devant moi, un meurtrier au service d’un Cour peuplée d’oiseaux de proie, cette même cour qui s’en ait pris à Bruce et que Batman traque. J’ai envie de rendre la justice devant cette cour de guignols, qui me manipule dans l’ombre et fait ressurgir mon passé en me confrontant avec mes pires souvenirs. La cour appuie là où ça fait mal, en s’en prenant à ceux que j’aime, pour espérer me faire flancher, me faire devenir une bête, me faire quitter ma carapace de héros. Elle veut me réduire à néant, m’humilier, me faire supplier. Elle se trompe. Elle échouera. Je ne suis plus un héros. Je ne suis plus que Dick Grayson. J’ai des préceptes moraux, mais si la cour pense faire sortir Nightwing de ses gonds, elle se trompe : Nightwing est mort quand j’ai tabassé le Saint Samaritain avec une rare violence. Je ne suis plus que moi désormais. Et j’ai follement envie de tuer l’homme qui se trouve en face de moi.

La Cour pense sûrement que je ne suis pas en mesure de vaincre son assassin. Elle pense que la colère me fera commettre de nombreuses erreurs en me rendant vulnérable. Si, comme je le pense, elle tente de me torturer pour se venger de Batman, si elle pense détruire Bruce en me détruisant, c’est mal me connaître, et mal connaître Bruce. Jennifer et moi ne sommes pas des faire-valoir, des pantins à qui l’ont peut dicter sa loi, que l’on peut agiter en espérant faire venir le chevalier noir. Il ne viendra pas nous sauver, je le sais très bien. Il est loin le temps où Batman volait au secours de Robin lorsqu’un super vilain l’avait capturé. Cette époque est révolue depuis longtemps, Bruce sait que c’est un piège, et ne viendra donc pas. Gotham a besoin de lui, il a besoin de sauver cette ville, et il me laissera mourir plutôt que de se dérober à sa mission.

Si la Cour veut du spectacle, elle va en avoir. Mais le vainqueur de leur jeu morbide ne sera pas celui qu’elle croit.

Je m’élance contre mon adversaire. Je ne suis que haine, et, contrairement à ce que la Cour s’imagine, ma haine ne me rend pas faible. Elle décuple mes forces, me rend plus vif, plus rusé, plus violent. Je dois envoyer un message à la Cour, leur faire comprendre que je ne suis pas une victime, leur victime. La rage qui écume de mes lèvres n’est pas leur création, mais la mienne. Je ne suis pas leur jouet, ni celui de personne. Je vais tuer l’assassin qu’ils m’ont envoyé pour m’humilier et me battre et après cela, c’est eux que je tuerai.

Mes coups pleuvent sur le corps de mon adversaire. Je n’ai jamais été aussi efficace en combat. J’enchaine feinte sur feinte, puis coup sur coup. Je frappe pour casser, pour détruire. Je reçois moi aussi quelques coups mais c’est comme si je ne sentais pas la douleur. Je suis en transe. Quelque chose en moi semble s’être réveillé. C’est comme lorsque je tabassais le Saint Samaritain…

Oh…

Le Saint Samaritain que j’ai presque tué. Le Saint Samaritain que la Cour a assassiné parce que je n’ai pas voulu le faire. Je comprends tout. La Cour, cette même cour qui a envoyé ce type que je suis en train de frapper à mort, m’a déjà manipulé pour que je tue le Saint Samaritain, pour que je bascule dans la folie meurtrière. Et elle recommence. Ce n’est pas Batman, sa cible. C’est moi !

Je m’arrête brusquement. Mes poings sont couverts de sang. L’assassin de Haley git à terre, inconscient. Je m’approche de son corps en espérant qu’il n’est pas trop tard, que je ne l’ai pas tué. Puis je retire son masque d’un coup sec…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   Mar 1 Jan - 22:56

Pensez vous qu'un cauchemar ne peut être pire que ce qu'il est déjà? Vous feriez une grande erreur en pensant une telle chose. Un amalgame d'images et de sons distordus se melent dans mon esprit, et je sens doucement l'écume me monter au lèvres. Non merde, je peux pas faire cela, pas maintenant. Je refuse d'être un monstre, de redevenir une démone. J'ai tournée le dos à mon passé de martyr. J'en suis arrivée là car je croyais à un mince espoir, une lueur que Bruce m'avait montré, en me jurant que plus jamais mes démons d'autrefois ne pourrait avoir de prise sur moi.
J'avais tort, car mon fantôme m'avait rattrapé et me faisait maintenant face....Non, pas mon fantome, mais l'un d'eux, et certainement l'un des pires en soi.
Qu'ai je fait pour mériter de tels malheurs? Suis je donc condamnée à revivre encore et toujours cette éternelle agonie? Suis je donc enfermée à tout jamais dans une spirale de terreur pure avec pour punition la ressurection impie de mes nemesis les plus damnées.
Une telle démonstration de mes peurs est une honte...elles sont indignes d'une humaine, car je considérais cela comme la marque d'une personnalité aberrante prenant forme de manière intangible et pourtant, en ayant l'air si réelle, comme ce que je voyais en face de moi.......Sonatine

Je n'ose point bouger, ne trouvant pas les mots pour exprimer ce que je ressentais....Je ne pouvais même pas trouver de mot pour me défendre contre mon esprit qui s'évertuait, sous l'effet de la faim, à me jouer des tours. Je sais que ce que je vois est impossible. Ca ne peut être réel. Sonatine est mort.....Le meurtrier de ma famille ne peut être car j'ai moi-même tranché la tête de cet immondice. J'ai transpercé son coeur, nivelé son âme et liberé la noirceur de son âme pour m'en nourrir. J'ai immiscé la peur et la douleur en son être avant de le renvoyer dans les flammes ardents du cercle infernal. Je ferme alors les yeux et je prie pour que tout cela ne soit qu'un rêve et pourtant, je suis presque sure sur l'instant, de l'entendre rire sous cape et lorsque je les réouvre, il se trouve toujours en face de moi, m'observant de son regard ardant.

Est ce encore une nouvelle épreuve d'Erebius? Un nouveau petit tour sadique de sa part? Je commence à me le dire car cela ressemble bien à ses petits plans tordus. Sonatine est là, et je suis face à lui. Les lignes sont tracées dans le sable...Le grand plan gravé dans la pierre et le destin attends que l'un de nous deux bouge alors que je peux détacher mon regard de ce monstre qui m'a tout volé. J'ai si envie de le tuer, de lui faire du mal sans poser de questions et j'en tremble d'envie. J'ai tellement envie de lui infliger milles violences et de transformer son corps et carte de la douleur
la violence est elle un aimant? Une fatalité à laquelle je ne peux échapper?
La violence nous attire car elle exige un public, des participants et des victimes. D'une façon ou d'une autre, nous jouons tous un rôle sur mesure que nous devons accepter. La violence crée les mourants. Elle amene les victimes, les morts...et les martyrs. Des êtres comme moi et Sonatine sommes nés dans la rage. Nous avons été entrainés à être des monstres. Nous avons été formés à tuer par la volonté du mal. Si la volonté du ma est un aimant, alors je suis comme une barre enfer....mais cela ne veut pas dire que je l'accepte.


"Tu n'est pas Sonatine.......Je l'ai tué.........Tu n'est pas Sonatine........TU N'EST PAS SONATINE"

J'hurle comme pour recouvrer mes esprits, pour me persuader que je ne suis pas folle et peut-être, pour prier que tout cela ne soit qu'un rêve. J'ai tellement de mal à me retenir. La violence vient à moi, resserrant son emprise sur moi. Je dois lui montrer que je suis plus forte, peu importe la souffrance endurée. Ceci est ma croix...ceci est mon fardeau.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing   

Revenir en haut Aller en bas
 

TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing
» TCOO Acte 2 - Lulla Brogan/Victor Zsasz
» RECRUTEMENT : Le royaume de Pandora
» Yume No Pandora ~
» Fin de l'acte et passage en beta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Old Gotham :: Labyrinthe de la Cour des Hiboux-