RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 TCOO Acte 1 - Le Verdict

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: TCOO Acte 1 - Le Verdict   Dim 7 Oct - 19:25

HRP:Sujet posté en accord avec Alexander Knox.:HRP

Tac, tac, tac...

Le bruit des touches de la machine à écrire résonnait dans le bureau qu'Alexander Knox avait loué.

"Le plus grand mystère de la ville, encore plus que l'identité du chevalier noir. Imaginez que des notables importants de la ville soient membre d'une société secrète centenaire dont le seul indice de son existence serait une comptine pour enfants..."

Knox s'arrêta, relu ce qu'il avait écrit, arracha la page et la jeta en boule dans la corbeille à papier qui était à côté du bureau. C'était mauvais. Aucun style, aucune ambiance, aucun effet.

Cela faisait plusieurs mois qu'il enquêtait sur des affaires singulières qui semblaient n'avoir rien en commun. Néanmoins, à force de poser des questions et d'interroger des témoins très secondaires, une idée germa dans sa tête, une perspective nouvelle, audacieuse, étayée par aucune preuve et terriblement terrifiante germa dans sa tête. Ces cas, des meurtres et des affaires de gros sous pouvaient être liées si l'on admettait l'hypothèse de l'existence d'une société secrète mentionnée dans une comptine pour enfant.
Au début, il avait lui même trouvé cette idée ô combien ridicule, mais malgré tout il n'avait réussit à s'en défaire et au contraire dans ses moments de doutes quant à aux dénouements des affaires, elle revenait naturellement.
En premier lieu, il se mit à poser quelques questions pour se prouver que cette idée était stupide, mais aussi bizarrement que cela pouvait paraître, elle entraîna quelques résultats encourageants.
De nouveaux témoins pouvaient être consultés, quelques pistes s'ouvraient devant lui. Seul problème ... les preuves. Parmi tout ce qu'il découvrait, rien ne ressemblait ne serait-ce qu'à l'ombre d'un début hypothétique de preuve. Les faits prenaient peu à peu sens, mais rien ne permettait de le prouver. En quelque sorte ce n'était qu'une idée confortable pour expliquer ces mystères, mais cela revenait à expliquer la physique par la foi : une position confortable car elle donnait du sens à tout, tout en s'épargnant les contraintes d'un raisonnement scientifique.
C'est la raison pour laquelle le journaliste avait décider d'opter sur l'effet théâtral pour son article. S'il ne pouvait fournir de preuves à ce qu'il avançait, peut être pourrait il rendre ce sentiment de crainte qu'il éprouvait et qui lui serrait la gorge tout en creusant une boule d'anxiété dans son ventre, créer un scoop en quelque sorte.

Knox se leva et se dirigea vers une table sur laquelle trônaient une bouteille de whisky bon marché - qu'il regarda avec avidité- deux verres sales et une cafetière pleine d'un liquide dégueulasse. Il opta pour ce cliché plutôt que celui alcoolisé. Il avait loué ce bureau et installé cette ambiance de vieux polar pour se mettre directement dans l'atmosphère et nourrir son inspiration.
Il devait choisir chaque mot avec attention pour retranscrire ses émotions, de la peur en particulier et ce décor l'y aidait.
Après avoir bu son infect breuvage il retourna s'asseoir derrière sa machine. Et dans un pastiche de film de série B, détacha sa cravate, ouvrit son col et passa ses mains sur son visage orné d'une barbe revêche. Ce petit manège semblait faire effet, son inspiration revenait et il s'apprêtait à reprendre l'écriture lorsqu'on tapa à la porte.

Le journaliste se leva, non sans une certaine appréhension. Personne ne savait qu'il avait loué ce bureau et s'y trouvait. Personne ne savait sur quoi il travaillait. Mais il y avait des résidents dans ce bâtiment et l'un d'entre eux pouvait avoir besoin de quelque chose.
Il alla donc ouvrir la porte avec méfiance, qui s'accrut lorsqu'il reconnu ce Visage. Il ne s'attendait pas du tout à voir cette personne en ce lieu à pareil moment.
Néanmoins, il s'écarta pour la laisser entrer.

" Et bien Alexander, vous ne lésinez pas sur les moyens.
- Je suis un incorrigible amateur de théâtre.
- Huhuhu. Alors sur quoi travaillez vous en ce moment ?
- La rubrique des chats écrasés. répondit-il du tac-ot-tac pour éluder la question.

Le Visage sourit avec amusement avant de reprendre.

" Allons, allons Alexander. Tout un mausolée au polar sordide pour un simple article de pacotille* Vous me décevez. Ne pourriez vous pas m'en dire plus* Je suis très curieux à ce sujet.
-Ce serait mal connaître mon amour pour les secrets et les mystères alors."

L'invité s'attarda devant la bouteille de whisky et l'apporta devant le bureau, s'y installa et servit deux verres. Knox pendant ce temps s'était installé lui aussi et jetait de temps à autre un coup d'oeil furtif à son papier sur la machine à écrire.

" Je me suis laissé entendre que vous posiez certaines questions à certaines personnes à propos d'une comptine pour enfant." asserta la personne sur un ton neutre.
Knox blémit légèrement. "Comment diable cette personne pouvait-elle être au courant ?
" Puis je vous demander d'arrêter cette enquête stérile* dans votre propre intérêt?
- Ce serait mal me connaître."
La personne but une gorgée de whisky, imité par Knox qui voulait se donner un air de confiance en soi.
"- C'est regrettable. Néanmoins, je suis venu pour vous demander de bien vouloir publier cet article à la une de l'édition de demain matin. ce ne devrait être l'affaire que d'un fax et d'un coup de fil."

La personne fouilla dans son attaché-case et en sortit un article qu'elle tendit au journaliste.
Ce dernier blémit franchement à sa lecture qui titrait en gros " Alexander Knox, assassiné." Le reste de l'article racontait en détail la façon dont il avait été tué. C'était glauque, une véritable torture sadique. Le journaliste leva les yeux pour les poser sur son interlocuteur qui affichait désormais un masque de hiboux.

"V-vous! bégaya-t-il terrifié.
-Moi."

Le cerveau de Knox s'activa. Il allait y passer s'il ne la jouait pas habilement. Son premier réflexe avorté fût de sortir le revolver qu'il gardait dans le tiroir de son bureau. Mais un tel geste signerait son arrêt de mort illico-presto. Non, il lui fallait négocier.

" Y aurait-il une chance que nous en revenions à votre première offre ? Je pourrais tout arrêter et oublier l'affaire.
- Comme vous l'avez si bien dit, ce serait mal vous connaître Alexander."

Le journaliste déglutit à grand peine. Tout cela ne sentait pas bon. Il lui fallait gagner du temps.

" Pourquoi alors ? Pourquoi me tuer?
- Le scoop mon ami, le scoop. Tout doit coller parfaitement aux faits présentés dans l'article et être spectaculaire. Un journaliste tel que vous devrait le savoir."

La panique céda. Knox ouvrit son tiroir à la volée et se saisit de son pistolet. Mais la personne assise demeurait étrangement calme. Quelques secondes après, dans une crise fulgurante, Knox fut prit de vertiges, chancela et retomba sur son siège en lâchant son arme. Son regard était terrifié et plein de question.

" Le whisky. J'y ai versé un poison qui a touché votre système nerveux. Vous ne pouvez plus bouger, mais je suis désolé... il n'est pas anesthésiant, vous ressentirez tout."

La personne se leva arracha la feuille de la machine à écrire et déposa l'article de la mort du journaliste sur le bureau de Knox. Un homme cagoulé entra dans la pièce et l'invité au masque commença à partir.

"Je suis désolé mon ami, mais le scoop avant tout ..."

L'homme cagoulé s'approcha d'un Knox tétanisé et s'attacha à appliquer chacun des sévices décrit dans l'article.
Knox avait souffert le martyre lorsque la vie quitta son corps. Il avait subit des actes de barbarie inimaginable.
La Cour des Hiboux l'avait jugé et l'avait condamné à mort.
La sentence avait été exécutée.
Alexander Knox était mort.
Revenir en haut Aller en bas
 

TCOO Acte 1 - Le Verdict

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» TCOO Acte 2 - Lulla Brogan/Victor Zsasz
» TCOO Acte 2 - Pandora/Nightwing
» A quand le verdict du tribunal administratif (CSC/CA) ?
» Fin de l'acte et passage en beta
» [non respect verdict]Xdark_kennyx(25/02/1459) [Coupable]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Old Gotham :: "Gotham Globe" Bureaux-