RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Faute de frappe [Pv Théodora Wesson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Faute de frappe [Pv Théodora Wesson]   Lun 1 Oct - 20:17

La nuit, le domaine du crime et du mal. Tandis que la Lune d'argent s'élevait telle une spectatrice majestueuse de l'immense scène de théâtre criminelle de Gotham, la vermine grouillante s'activait à ravir ses reflets. Les entrailles de la cité étaient des circuits nauséabonds où le crime n'était qu'une habitude, un besoin, un suc misérable dont se repaissait à chaque instant les piètres âmes qui s'avilissaient d'heure en heure dans leur putridité. Et tandis que les miasmes de la méchanceté et du vice se répandait dans la moindre interstice balayée par les ténèbres de l'Humanité, le pire fléau s'élançait à une nouvelle bassesse digne de son titre. Lui, Killer Moth, casque brillant réparé, cape flambant neuve claquant au rythme du vent de sa destiné, bottes orangées reflétant l'éclat triste et amer de l'astre observateur toisait cette ville viciée.

Un pied posé sur une caisse, il admirait la mécanique d'un groupe d'élite privé actuellement d'un membre. Il voulu poser un bras sur son genoux élevé et avoir l'air d'un baroudeur émérite qui pouvait sans avoir l'air ridicule enlever son cigare de sa bouche et dire "J'adore qu'un plan se déroule sans accroc". Le craquement de la caisse lui fit comprendre que ce fut une bien mauvaise idée et l'illusion première disparue comme par enchantement lorsque sa jambe traversa la boîte de bois. Le battement de ses bras tandis qu'il cherchait à reprendre son équilibre donnèrent l'impression qu'il voulut voler. Dans la Moth Mobile, au rythme des jérémiades de leurs chefs, s'entassaient les derniers éléments nécessaires au grand projet de Drury. Finit les grandes défaites, l'heure était à l'action pure et dure, à l'activité débordante et cruelle du meilleur ami des insectes.

Extirpant d'un geste rapide sa jambe de sa prison boisée, provoquant un vacarme de tous les diables, Killer Moth ne se sentit plus le coeur à attendre, il lui fallait mettre son plan à exécution.

-En avant mes Moths, aujourd'hui la gloire et demain...le...non...aujourd'hui l'ombre et demain la Gloire! Hin hin hin. En avant mes fidèles, ce soir Gotham....sera...fidèle à elle-même.

Ses hommes hurlèrent en cœur leur cri de guerre. "A Moth! A Moth! A Moth" et s'assirent sur les nouveaux sièges rembourrés de la Moth-Mobile. Les portes se fermèrent dans le plus grands désordre, le chef ayant bloqué sa cape une première fois. Le véhicule fraîchement nettoyé s'éleva dans l'air du soir. Plus précisément, il déboucha sur l'ouverture de la Moth Cave qui donnait sur les égouts. L'affreux véhicule parcourut un instant les canalisation avant de sortir près du port, ce n'est que là qu'il s'éleva dans l'air du soir. La mite colorée prit de l'altitude et non loin de là, un marin resté sur son petit chalutier pour regarder les étoiles jeta à la mer toute sa cargaison d'alcool fort, jurant de ne plus jamais taquiner un goulot de sa vie.

Killer Moth était heureux, son génial plan ne pouvait pas échouer, c'était impossible, il avait planché dessus avec ses quatre derniers Moths, tout en finalisation son projet de repêchage de leur camarade retenu à l'hôpital sous bonne garde de la police. Il sortit son petit carnet de note, tandis qu'il se dandinait d'excitation sur son fauteuil. Il feuilleta ce dernier pour lire ses notes qui devenaient de plus en plus bizarres au fil des mouvements de pages. Il le referma en colère puis d'un bond se retourna vers ses Moths assis derrière.

-Bon les petits malins, qui d'entre vous a dessiné une scène animée par dessus mes notes? s'écria-t-il dans le même mouvement.

Ces hommes s'arrêtèrent dans leurs mouvements, l'un d'eux se curait le nez, l'autre s'arrêta avant d'avoir finit d'ouvrir son paquet de chips et le dernier s'arrêta dans sa lecture attentive de la composition de son eau plate. La cape de son chef avait été très habilement tirée par son propriétaire pour éviter qu'il ne l'arrache (pour une fois qu'il était un minimum prévoyant), mais elle vint directement sur le visage de conducteur qui fit un écart dans le ciel. Une oie sauvage qui rejoignait des terres accueillantes décéda tragiquement d'un contact rapide avec le pare-brise d'une mite géante difforme. Des chips quittèrent hâtivement leur paquet dans le plus grand désordre et tout redevint normal en une seconde, sauf les rythmes cardiaques des occupants.

-Je...je passe l'éponge, reprit leur chef en tirant sa ceinture de sécurité, mais la prochaine fois, je sévis! Et vous n'aimerez pas ça.

Le véhicule sillonna le ciel jusqu'à enfin rejoindre Old Gotham ce terrain désormais maudit par la main de l'homme, ce quartier qui désormais était entre les mains de Drury Walker via son homonyme. Éructant de la masse architecturale gothique des bâtiments séculaires, la tour du Gotham Globe toisait le petit véhicule. Le chef tendit son bras pour montrer l'emplacement d'une petite ruelle adjacente au bâtiment. Une petite ruelle c'était toujours un bon point, surtout pour une action discrète comme la leur. Impensable d'organiser un enlèvement sans petite ruelle.

Le véhicule descendait avec toute la grâce dont il était capable entre les deux murs de pierre taillée. Les étroites fenêtres aux volets clos défilaient devant les yeux des criminels qui se préparaient à leur démonstration de puissance. Ses fidèles et valeureux Moths se saisirent de leurs armes en époussetant les éventuelles chips qui s'étaient retrouvées dessus. Le véhicule toucha enfin le sol pavé. Ricanant comme de coutume, l'impétueux ennemi du Bien posa sa main sur sa poignée de portière et lança un valeureux:

-En avant, que triomphe la Mite!

Suivit d'un bruit qui n'avait rien de glorieux: celui d'une portière qui tape contre un obstacle. Ne se laissant pas démonter, Killer Moth tenta de la rouvrit sans plus de succès, son ouverture ne dépassait pas celle qui permettait habituellement de gagner quelques centimètres pour récupérer un ticket de péage après un arrêt trop loin de la borne. Tout au plus il pouvait espérer passer le début d'un bras entre la porte et le châssis.

-Cloporte ! Sauterelle bigarrée! cria-t-il à l'encontre de son chauffeur. Tu as trop serré à droite!

-Euh chef? proposa timidement un Moth à l'arrière gauche qui n'arrivait pas d'avantage à ouvrir sa porte. Je crois qu'on est trop serré des deux côtés.

-Gn....
retint le bandit.

La montre du chauffeur sonna.

-On est dans les temps chef, on a même un peu d'avance! répliqua-t-il joyeusement.

Avoir de l'avance sur le planning était un point très positif, ça prouvait que l'entraînement payait, enfin c'est ce qu'il avait entendu de la part d'un coatch de 100 mètres à la télé. N'allez pas croire que Drury aimait les programmes sportifs, mais la chaîne qu'il adorait avait cru bon de mettre entre "La vie secrète des coléoptères" et "l'univers des hexapodes", ces deux émissions favorites, un affreux étrons télévisuels "Short Sport Gotham", quinze minutes de souffrances nécessaires pour ne pas rater le début de l'une des deux, le monde était parfois bien cruel.

-Eh bien dans ce cas, s'écria Killer Moth, nous allons passer par le coffre!

Voilà une idée qui plut à ses Moths qui se réjouirent de l'opportunité de faire quelque chose de nouveau. Le chauffeur appuya sur le boutons fatidiques de l'ouverture et l'arrière du véhicule se déploya sur la ruelle sombre qui terminait en cul-de-sac. Cet idiot venait en terme vidéo-ludique de faire un magnifique combo-fail. Le groupe s'extirpa de la voiture comme des chenilles colorées de leurs cocons, à grands renforts de "tu écrases ma main", "je crois que j'ai mis mon genoux sur un paquet de chips", "ma cape scolopandrouille... tu m'étrangle!". Finalement bloqué entre leur véhicule et la fin de la rue, le groupe ferma le coffre unanimement et grimpasur le toit pour repasser devant. "Le sens pratique" disait le penseur "était aussi vain à chercher dans la Nature de l'Homme qu'elle est nécessaire dans le cœur du génie", inutile de chercher plus longtemps dans ce groupe un quelconque atome de bon sens qui aurait pu venir contredire cette théorie.

Lorsqu'ils furent enfin heureux d'atterrir devant leur véhicule, ils se retournèrent satisfaits vers le capot maculé de traces de pas noires. Chacun regarda ses pieds recouvertes d'un limon sombre résultant de la putréfaction de pluie, de déchets divers et de poussières de pierre. Se tournant vivement pour ne plus y penser, Killer Moth brandit son bras pour indiquer la sortie de la ruelle.

-En avant, répéta-t-il, que triomphe la Mite!

-Ouais!!!

Le groupe progressa dans la ruelle éclairée par quelques réverbères stylisés qui projetaient une lumière laiteuse sur les pavés sombres. Les bottes du maîtres du mal se noircissaient au fil de sa marche, donnant au orange éclatant un teint particulièrement vomitif. Enfin la ruelle touchait à son terme. Killer Moth se colla au mur pour observer la rue principale. Bien, au moins ils ne s'étaient pas plantés de ruelle. La devanture du Gotham Globe les attendait à quelques pas d'ici. Bon, le parking à moto ne devait pas être loin. Drury avait choisi d'être perfectionniste sur ce point et avait immédiatement fait filer sa cible par l'un des Moths le plus habile de sa bande, celui qui faisait livreur de journaux pour palier à la déficience de son activité criminels pourtant débordante. La jeune femme était du genre à prendre sa moto d'après ses informations, il fallait donc l'attendre près de celle-ci.

-Photo! demanda le chef en tendant une main gantée.

Elle resta un peu trop longtemps dans le vide sans rien récupérer. Il tourna la tête vers son groupe qui se regardait les pieds.

-Qu'est-ce que vous avez fait? demanda-t-il comme un père à l'adresse de ses enfants après s'être aperçut qu'il manquait un pot de peinture dans le garage.

-Ben, on s'est trompé de tirage chef, on avait oublié d'étiqueter les pochettes de photos.

A l'heure du numérique, le Moth Gang avait une certaine fascination pour les tirages argentiques, points intéressants de leur habitude, cette raison était très simple: l'un des Moths était une sorte d'artiste raté qui considérait l'argentique comme le summum de l'élégance du 8ème Art. Personne n'avait rien trouvé à redire et Killer Moth se moquait des photos comme de sa première chemise, ce qui comptait pour lui s'était que personne n'enflamme les bac de révélateur de leur chambre noire.

-Vous avez pris quelles photos?

-Ben, celles de la journaliste.

-Vous avez photographié la journaliste?

-Elle est mignonne chef, elle fait un bon modèle, regardez celle-là,
fit l'un d'eux en lui montrant une photo particulièrement floue. Y'a une bonne présence dans le floue de mouvement, on sent le modèle derrière!

S'ensuivit LE silence. Le silence était comme le dernier membre du gang, celui qui s'installe dans les moments de flottements conflictuels comme le meilleur ami qui revient en pleine dispute les bras pleins de sorbets en riant et qui lançait de grands "Qui c'est qui veut une glace?"*. Pour l'heure il était tout sourire entre la photo et Killer Moth et lui lançait de grands "C'est vrai qu'elle est jolie cette photo non?". La réponse, s'il y avait du en avoir une aurait été un très froid "non", mais le chef se radoucit face à son subordonné qui voulait, dans le fond (très au fond) être serviable et gentil.

-Elle est très jolie cette photo, reprit-il, mais je voudrais plutôt des renseignements sur la moto de ton "flou de mouvement".

-Facile, fit le Moth chargé de la surveillance, c'est une Triumph Daytona noire.

-Bonne mémoire, bon point pour toi! déclara Killer Moth qui se sentait de nouveau l'âme d'un lion** (tombé dans une cuve de peinture, mais un lion quand même).

Le groupe aux airs de troupes de comédiens ambulants drogués se déplaça jusqu'à l'endroit fatidique et ils découvrirent 'objet de leur convoitise, une moto. Pour Drury, c'était un machin motorisé qui se confondait avec une cuve d'eau lorsque l'on parlait de centimètres-cube, et pour dire que c'était pas n'importe quoi, on avait mis sur toute une mécanique graisseuses un joli châssis aux couleurs infâmes. Il ne s'extasia pas outre devant cet engin, pas comme ces Moths qui sifflèrent.

-Bon, fit-il, on attend la cible, on va se planquer derrière les voitures qui sont à côtés!

-OUAIS!

-Chuuuuuuuuuuut! Moins forts! Sitôt qu'elle arrive, on l'encercle et on l'enlève hin hin hin hin!


-ouais!

Le groupe se réparti alors autour de la moto, caché derrières des voitures, comme convenu, le piège était tendu...

*Rien ne vaut les sorbets pour briser la glace.

** Le lion, réputé comme le roi de la Jungle peut se reproduire, déclare à ce propos une célèbre encyclopédie en ligne, jusqu'à cinquante fois par jour, chaque rapport pouvant durer seulement trente secondes, chaque tentative étant espacée d'une quinzaine de minutes, mais cette information est hors de propos.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Faute de frappe [Pv Théodora Wesson]   Ven 5 Oct - 12:30

Quelle journée de merde, voire quelle semaine de merde. Bard avait été rappelé loin de la ville, et elle se retrouvait maintenant seule avec Tommy. Jusqu'à présent, ça ne lui avait pas posé de problème, et elle avait appris à s'occuper, et surtout à aimer son petit garçon. Sauf qu'entre temps son père était revenu en ville. Il l'avait rencontré, il les avait sauvés tous les deux... et il était mort. Avant son retour, elle enchaînait les jours dans l'espoir qu'il revienne, même si elle n'en était pas certaine. Mais il restait cette porte de sortie. Plus maintenant. Thomas Blake était mort pour les protéger, elle et son fils, ainsi que le reste de la ville. Et elle était seule, à 22 ans, dans un grand appartement à élever le fils de son ex. Le genre de situation qu'on ne voit que dans les séries télé minables.

En plus, elle avait à peine le temps de souffler avec la vague d'attaques qui avaient frappé toute la ville, semant panique et incompréhension chez ses habitants. Les plus hauts dignitaires avaient été pris pour cible par une certaine Cour des Hiboux dont elle n'avait jamais entendu parler. Et ça faisait deux jours qu'elle n'avait plus de nouvelles de Knox, son patron et rédacteur au Gotham Globe. Elle avait fait jouer son réseau d'indics, sillonné la ville à la recherche d'infos mais toujours pas de traces. Il se faisait tard, elle avait à peine dormi ces derniers jours alors elle décida de rentrer s'occuper de Tommy. Lui aussi avait besoin d'elle, et plus que jamais. Elle lui ferait prendre son bain, ils mangeraient devant un dessin animé, elle lui raconterait une histoire puis resterait à le regarder dormir, espérant que ce qu'elle faisait tous les jours, tenter de rétablir la vérité, permettrait à ce petit garçon de grandir correctement. Et elle ferait tout pour ça.

Elle recula sa chaise de bureau de devant son ordinateur et s'étira longuement avant de se frotter les paupières. Elle était vraiment épuisée, et ça ne lui ferait pas de mal de se coucher tôt.Elle sauvegarda son papier en cours, attrapa ses clefs et son blouson, et s'engouffra dans l'ascenceur qui l'amena au parking souterrain. Elle enfila son blouson tout en marchant, son casque sous le bras, et s'approcha de son bolide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Faute de frappe [Pv Théodora Wesson]   Ven 12 Oct - 11:55

Bon, tout se passait comme prévu, pour l'heure le groupe de bras cassés avait terrorisé une femme de ménage, un clochard mais gardait bon moral. Ils devraient pouvoir se contrôler pour les prochaines fausses alertes. Leurs mollets et leurs cuisses commençaient à les tirailler et certains avaient dû étendre leurs jambes pour faire disparaître des crampes, l'un d'entre eux jouait avec son smart-phone, un autre comptait les rayures sur une voiture. La lumière tombait, quelle idée ils avaient eu de venir si tôt, mais "l'apanage du criminel est la ponctualité" avait lancé leur chef, alors soit, ils attendaient. L'ascenseur s'ouvrit, une antenne verte, puis une deuxième se révéla par dessus un capot de voiture.

-C'est elle, souffla Killer Moth comme les précédentes fois, cette fois-ci c'est bel et bien elle!

Les pas résonnèrent, puis des bruits de cuir que l'on enfile...hin hin hin, leur plan allait marcher cette-fois-ci. Trépignant d'impatience, Drury s'assura que sa cape était impeccable pour son saut. Ses mains tremblaient d'excitation. Ses Moths sortirent leurs petites armes de poing. Leur victime n'allait pas tarder à avoir la peur de sa vie. Elle arriva à la bonne position, celle marquée d'un "Y" sur le plan (le "Y" l'avait remporté à 3 voix contre 2 face au "X"). Sautant avec, admettons-le pour une fois, une grâce incroyable, Drury se réceptionna sur le capot arrondi du véhicule qui lui servait de cachette. La substance noirâtre qui s'était confortablement installée sous ses bottes fit son office et il glissa comme un savon. Il y eut trois sons très distincts: "HA!", "aaaaaaaaaaaaaaH", "Aïe...". Les Moths, eux, avaient très sobrement quitté leurs cachettes et entouraient la jeune journaliste.

-Hin...hin hin, reprit la Mite Tueuse en se relevant, tu es faite comme un rat, enfin, une rate! Hin hin hin, tu peux te faire du mauvais sang mouhahahaha, du mauvais sang... c'est... hin hin hin...à...ha ha ha mou...hou hou hou...rir de rire hin hin hin.

Personne ne rit.

-La rate, l'organe quoi, qui aide à faire du sang: rat - rate - sang!

-Ahhhhhhhhh.


Puis ses hommes rirent. Reprenant son "sérieux" Killer Moth brandit son index vers la jeune femme.

-Ne nous résiste pas ou la prochaine fois qu'apparaîtra ton nom dans un journal ce sera à la rubrique des décès.

Une heure d'apprentissage pour celle-là, nette progression.

-Bonne réplique patron, fit l'un de ses fidèles.

-Merci, répliqua-t-il touché, puis il revint à la victime probablement terrorisée par sa performance. C'est un kidnapping! Même si tu n'es plus une enfant, c'est...enfin, un womannapping? Comment on dit déjà?

-Un enlèvement chef?

Pour l'action dramatique, certains mots avaient une force de concision que d'autres n'avaient pas hélas. Déçu, il répéta le mot "enlèvement" dans sa tête (ou il résonna en écho comme vous préférez) avant de ressortir par sa bouche. Enfin le criminel se permit de distinguer les traits de la jeune femme. Elle avait des airs de mante religieuse se surprit-il à songer. Son regard ne donnait pas l'impression que c'était une jeune fille fragile et innocente pour qui la vie avait été un long fleuve tranquille, en même temps, elle était journaliste lui rappela son cerveau - pour les incrédules le cerveau n'est pas toujours proportionnel au potentiel cognitif. Elle était de surcroît reporter au Globe, une sorte de poste à mi-chemin entre l'entretient des cages d'alligators et celui de sondeur de volcan. Mais quelque chose n'allait pas, son sixième sens venait de s'enclencher, celui qui pouvait détecter les petits tracas de la vie de criminel et qui devenaient à proximité du Maître du Mal des débuts d'apocalypse.

-Bon ben, on va vous enlever du coup, fit-il, ne sachant plus quoi rajouter. Inutile de résister...mais je crois que je l'ai déjà dit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Faute de frappe [Pv Théodora Wesson]   Ven 19 Oct - 12:23

Elle sursauta lorsqu'un type surgit de derrière une bagnole pour sauter sur le capot, et le regarda glisser et tomber sans comprendre. Surtout avec son déguisement. C'était qui ce guignol? Elle écarta légèment les jambes pour s'assurer une stabilité, et attrapa son casque par la mentonnière, prête à s'en servir comme d'une arme si le besoin s'en faisait sentir. Et à peine quelques secondes plus tard le clown de service fut rejoint par trois autres larbins, assez pathétiques d'aspect. Mais c'est quoi ces criminels de contrebande? Ils gémissaient comme des fillettes en se redressant lentement.

C'est alors que leur chef surgit à son tour, et elle le reconnut en une seconde. La Mite, cet espèce de parodie de super héros qui risquait plus de faire mourir un criminel à cause d'un fou rire que suite à une attaque efficace. Elle se détendit un peu, se retenant de sourire face à la vanne complètement pourrie de son agresseur. Même ses larbins durent se forcer à se gausser pour flatter l'ego de leur patron ridicule.

Sincèrement... t'es nul en super héros et encore pire en comique... Pense à te reconvertir, la Mite.

Il tenta ensuite de lui faire peur, mais la scène semblait plus sortir d'un cartoon, avec le patron qui essaie d'être méchant, et les autres qui lui lèchent les bottes.Et elle se mit franchement à rire lorsqu'il lui dit qu'ils allaient l'enlever. Un rire nerveux, un fou rire, tellement cet évènement venait clôturer une semaine de merde. Sincèrement, elle était prête à tuer simplement pour pouvoir rentrer chez elle et se glisser sous la couette, alors c'était pas quatre pauvre types en collants qui allaient l'effrayer. Ni même perturber ses plans.

Vraiment? TU penses pouvoir m'enlever? Eh ben tu sais quoi, essaie? Ca fait longtemps que je ne me suis pas entraînée au combat et un peu d'exercice me fera du bien. Alors? Qui commence? Allez je vous attends!

Un premier sbire osa faire un pas vers elle, et avant même qu'il ne l'approche, elle l'avait attrapé par la main et lui avait fait faire un salto avant qu'il ne s'écrase sur le béton poussiéreux du parking. Elle l'acheva ensuite d'un violent coup de pied dans les parties, histoire qu'elle soit tranquille. Elle releva la tête, avec une expression de triomphe amusé, puis fit signe au suivant de venir la rejoindre.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Faute de frappe [Pv Théodora Wesson]   Sam 27 Oct - 17:15

"Ville de merde"

Toute l'opinion soudaine de Killer Moth sur Gotham City venait de se résumer lorsque son Moth fut pris par surprise par cette gratte-papier. A croire que toute la ville était emplit de citoyens retords et parfaitement inaptes à la coopération. Mais cette fois-ci, ça ne se passerait pas comme d'habitude, finit le train-train du perdant, terminé, finito! N'entendant que la voix intérieure bruyante qui avait débuté un nouveau monologue sur l'incarnation solide et invaincue (ou presque) de la criminalité qu'il était, il se souvint du rire nerveux de la jeune femme, oui! Intérieurement elle hurlait de peur, elle se donnait de la constance en tentant une vaine manœuvre belliqueuse. Ah ah! Toutefois elle n'était pas face à un petit groupe d'amateur, elle faisait face au grand, au terrible, au... enfin vous savez déjà... Elle était face à lui!

- Je suis pas un super-héros! Je suis un super-criminel et on veut que je me repentisse de mes crimes et délits hein? commença-t-il. Sache qu'il faudra plus qu'une vie à n'importe quel justicier pour contrebalancer le mal que j'ai déjà engendré! Aujourd'hui tu es seule face à nous! Tu penses que la force brute est seule maîtresse de ce monde? Eh bien tu as tord, l'esprit domine la matière et je vais te le prouver!

Le Moth qui était encore au sol songea un instant que la force brute avait tout de même un sérieux avantage sur l'esprit.

- Découvre ce qui arrive lorsque l'on défie Killer Moth!

Il dégaina son arme à feu et tira sans viser pour se donner un effet de méchant. Le bruit abominable retentit dans tout le parking et la balle traversa deux vitres avant de se loger dans le réservoir d'une voiture. L'essence commença à se déverser sur le revêtement en béton.

- La prochaine sera pour ton joli minois, les vrais criminels ne font jamais de combat à la loyal! Hin hin hin!

Tout du moins il n'en faisait plus. Drury avait eu une mauvaise expérience avec les chinois à ce niveau, aussi désormais avait-il décidé d'appliquer l'une des plus belles maxime du Prince de Machiavel qu'il avait volé à la bibliothèque de Gotham City - emprunter un livre sans le rendre était stricto sensus considéré comme du vol. Cette maxime étant la très célèbre: "La Fin justifie les Moyens". Pour réussir à se faire un nom Killer Moth s'était décidé (après qu'on l'ait convaincu) de passer à une vitesse tout juste supérieure à la précédente.

- Et je ne plaisante pas gamine! Mes moths, mettez-la en joue!

- Euh...c'est déjà le cas chef, répliqua un autre.

- Ah bon? Ah oui eh ben...continuez mes fidèles! ordonna-t-il derechef.

Il rangea son arme et en sortit une autre, son pistolet à filet, dernier cru, tout beau, tout neuf, mais pas encore testé. Il visa la jeune femme.

- Un geste et tu meurs....j'espère que t'es pas cancer hin hin hin...

Il appuya sur la détente fatidique. L'arme en elle même était très spéciale, des réservoirs limités de filets, une crosse étrangement stylisée et l'intérieur était un assemblage fragile de ressorts, de loquet et de billes. L'équilibre interne de l'appareil, auraient dit quelques spécialistes du genre, relevait purement et simplement du miracle et comme tout miracle, il suffisait de se tromper dans l'utilisation pour que la mer de sang qui devait faire peur aux égyptiens devienne une rivière de vin enivrant. De même, le concepteur aurait dû indiquer en peignant en des couleurs plus flashis que celles qui étaient déjà présentes sur l'arme des numéros qui auraient servit d'aide mémoire à:

1) Tirez le loquet 56-U pour équilibrer la pression interne
2) Appuyez sur le bouton marqué "2" afin de sécurisez le transfert des filets
et enfin
3) La gâchette a deux crans, n'allez pas jusqu'au deuxième.

Drury, ou tout du moins son enthousiasme, appuya à fond. Un boulon fonça vers le plafond et creva un néon qui éclata dans une gerbe d'étincelle, le loquet 56-U s'enclencha alors que la pression était trop forte et obligea le piston 4 à appuyer sur les vis 12 et 46 lesquelles éjectèrent la gâchette. Le filet partit dans la bonne direction, quoique trop rapidement et se dirigea à grande vitesse vers sa cible. Le canon de l'arme siffla un instant. Killer Moth eut à peine le temps de lâcher son arme que la crosse se détacha et alla directement frapper le pare-brise dune voiture dont l'alarme se mit immédiatement en route. Le dernier filet fut projeté contre la moto de la journaliste, l'engluant de sa substance surchauffée et les pistons et vis s'éparpillèrent comme des groupies lors d'un concert Disco. Les gerbes des néons qui furent touchés atteignirent l'essence et l'enflammèrent*. La voiture qui se trouvait à l'autre bout du filet d'essence explosa joyeusement.

Lorsqu'un minimum de temps permit à Killer Moth de reprendre le contrôle de sa vue et de se focaliser sur sa cible, il s'aperçut que le premier filet avait échoué et s'était collé à un pilonne non loin d'eux. Profitant de la pagaille, un Moth avait assommé la journaliste qui gisait sur le sol.

-Vite, on l'embarque, fit le chef en sautillant.

Il jeta des regards circulaires pour vérifier que personne ne les avait vu et ils se dirigèrent vers les escaliers qui menaient directement dans le Gotham Globe. L'incongruité de cette stratégie mérite un résumé de l'organisation de l'enlèvement. Killer Moth avait longuement réfléchit à la situation dans sa Moth-Cave et s'était dit qu'il serait de bon goût d'établir un grand coup de publicité, mais comment être sûr que la journaliste les aide? Comment l'empêcher de les trahir sitôt sa parole donnée qu'elle les aiderait? Fort simplement en l'obligeant à rédiger sur le pouce un article élogieux sur lui et le publier dès la prochaine édition! Plan ambitieux qui nécessitait que la journaliste soit enlevée depuis le parking pour la séquestrer dans son propre bureau où, il n'en doutait pas, elle serait extrêmement coopérative.

La ribambelle de crétins en costumes de mites entreprit donc de gravie les escaliers, utilisant le badge de la jeune femme pour déverrouiller au besoin les portes closes. L'opération avait un penchant risible. Deux Moths titubaient en portant maladroitement la jeune femme assommée, un autre boitillait à cause de la victime qui l'avait retourné façon pan-cakes matinal et le dernier marchait tant bien que mal avec les armes de ses camarades entre les bras. Le chef ouvrait la marche, prenant garde à ne rencontrer personne sur le chemin. La joie et la précipitation fut vaincue par la réalité lorsque les mollets peu entraînés entamaient la montée vers le cinquième étage du bâtiment. L'essoufflement commençait à poindre et les bras douloureux des deux porteurs les empêchait de se concentrer sur leurs marches, si bien qu'ils s'empêtraient régulièrement les pieds, manquant généralement de tomber.

-C'est encore loin patron? demanda un Moth alors que le sixième étage s'éloignait d'eux.

-Non, normalement c'est le prochain, articula-t-il entre deux râles respiratoires.

Lorsque le huitième étage béni arriva, le chef ouvrit la porte avec la discrétion dont font montre les nazis dans les films mettant en scène des archéologues aventuriers: un violent coup de pied, l'arme à la main et une tête de méchant (inutile à cause du casque). C'était une bonne alternative à un violent "COUCOU c'est moi!". Il observa les alentours: personne. Le groupe bruyant et fatigué s'élança dans les couloirs, observant maladroitement les bureaux, celui de la jeune femme apparut, une sorte d'open-space. Renversant une plante sur leur chemin, un Moth étala dans un effort de réparer son erreur le terreau sur le tapis, l'autre tapa sans le faire exprès dans une cloison avec une crosse d'arme, laissant un petit trou derrière lui. Un autre mit le pied dans une poubelle de bureau et manqua de tomber, l'opération connaissait les habituels revers des opérations du Moth-Gang, tout était donc normal.

Ils posèrent sans une once de délicatesse la jeune femme sur une chaise de bureau et la scotchèrent.

-Trouvez-moi un verre d'eau, ordonna Killer Moth en s'installant devant la journaliste.

Un moth arriva à la fontaine de l'open-space et tira un petit gobelet qu'il remplit avec soin avant de le ramener à son chef.

- Bien...maintenant que l'un d'entre vous trouve un annuaire, il va être temps de passer aux choses sérieuses.

D'un petit geste il versa le contenu du verre sur le visage de la journaliste pour la réveiller.

- Hin hin hin, ricana-t-il en la voyant reprendre ses esprits.

Se réveiller avec le ricanement de Killer Moth devait être une punition particulièrement atroce aussi ayons une pensée pour cette pauvre journaliste.

- Es-tu enfin prête à coopérer jeune fille? demanda-t-il avec une voix de méchant aux effets particuliers ratés. Si tu acceptes notre proposition, il ne te sera fait aucun mal, sinon...

Il posa sa main sur une agrafeuse de bureau.

- Tu découvriras que la patience de la mite à des...limites hin hin hin... Bien, es-tu prête? J'espère que oui. Moi et mes fidèles Moths avons un grand projet contre Gotham City, ce projet se nomme à très juste titre "Colère de la Mite" et nous aurions besoin d'une couverture médiatique, c'est là que tu entres en jeu. Il ponctua ses paroles en agrafant son gant au bureau La proposition est la suivante: nous te révélons notre plan maintenant et tu en fais un formidable article dans le Gotham Globe qui nous définit comme les plus grands criminels de cette ville. Cet article, tu l'écriras ici, devant nous et en une soirée, nous te donnerons toutes les informations dont tu pourrais avoir besoin, après quoi tu l'enverras directement à ton supérieur et il paraîtra dans la prochaine édition. Le grand geste qui devait ponctuer sa tirades fut gâché par le bruit du gant qui s'arrachait, un morceau orangé agonisant pathétiquement sur le bureau.Ainsi tout Gotham sera face à l'inéluctable puissance du Moth-gang, tout le monde connaîtra mon plan mais personne ne pourra l'empêcher niark niark niark. Es-tu d'accord? En même temps si tu ne l'es pas, on te jette par la fenêtre.

- On va vraiment faire ça boss? demanda un Moth avec une pointe de gaieté dans la voix.

- Oui hin hin hin, mais je te rassure, reprit-il pour la journaliste, tu auras droit à ta dernière volonté si elle n'est pas hors de nos moyens.

Il laissa alors le soin à la journaliste de répondre à sa sublime proposition. Tenterait-elle le diable?

* N'allez pas croire que l'auteur cherche la facilité avec des gags à fortes teneurs explosives comme il en a déjà été question au Dragon impérial, considérez juste que c'est un sadique fan du comique de répétition.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Faute de frappe [Pv Théodora Wesson]   Dim 18 Nov - 20:48

Les mains sur les cuisses, elle luttait toujours contre son fou-rire violent alors que la Mite s’enfonçait dans ses explications idiotes et mégalomanes à propos du mal qu’il aurait engendré, l’impact soit-disant démoniaque sur Gotham.

C’est clair que t’en as traumatisé plus d’un avec tes actions débiles et ton costume ridicule. Sans déconner, le pire que t’aies fait ? C’est abîmer une bagnole ou deux, et te tourner en ridicule. Sauf que c’est pas puni par la loi. Dégage avant tes conneries ne m’amusent plus.

Elle s’occupa ensuite de deux gardes en quelques secondes, et releva la tête fièrement pour faire face à son « agresseur », dominant toujours la situation, et sursautant à peine lorsqu’il tira dans une voiture tout près. Mais elle fit l’erreur de tourner la tête lorsqu’une voiture s’embrasa et explosa. Une seconde fatidique où elle avait baissé sa garde, permettant aux sbires de la Mite de la mettre à terre. A la déloyale.

Elle ouvrit les yeux en sentant quelque chose de frais sur son visage, et grimaça en sentant la douleur ed son attaque à l’arrière de son crâne. Eh merde, elle s’était faite avoir. Ces guignols avaient réussi à l’embarquer dans leur plan foireux. Elle fit un petit check rapide, mais à part son mal de crâne, elle était en un seul morceau, et donc capable de se défendre une fois qu’elle aurait retrouvé ses esprits.

Elle releva la tête et regarda son ravisseur tenter de l’intimider. Ses lèvres s’étirèrent en un sourire au fur et à mesure des mots prononcés par la Mite. Et encore plus par l’objet qu’il avait choisi pour la menacer.

Et tu vas faire quoi ? Me faire attraper le tétanos ? Ca va prendre du temps avant que j’en crève alors ! Mais c’est vrai que vu le sort que tu réserves à ton gant, j’ai de quoi flipper !

Elle ricana quelques secondes, et subit la suite du plan machiavélique du super méchant insecte, sans que rien dans ses paroles ne lui donne matière à le prendre au sérieux.

Je veux bien écrire ton article, mais c’est pas moi qui ait le pouvoir de le faire publier. Mon chef doit donner son aval, et personne d’autre peut le faire à sa place. Je peux pondre le meilleur article du monde, qui va vanter vos qualités d’organisation, votre ambition diabolique, mais si mon chef n’est pas d’accord avec moi, il ne figurera pas dans le Globe !

Elle releva les yeux, et prit un air légèrement désolé, comme si elle souhaitait vraiment collaborer avec son ravisseur. Mais en réalité elle s'étonnait toujours de la stupidité de son adversaire du soir, et comptait se distraire en le faisant marcher un peu et en entrant dans son jeu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Faute de frappe [Pv Théodora Wesson]   Ven 29 Mar - 13:50

[HRP]Suite à une petite discussion, nous reprenons ce cher sujet avec une pointe de nécromancie.[/HRP]

Mais avec quoi nourrissaient-ils leurs journalistes? Ce fut la question qui transperça l'esprit d’emmental de Killer Moth. En tout cas elle devait probablement manger du lion agrémenté par quelque mygales bien juteuses. Elle était sournoise, cruelle et méchante dans ses propos. Heureusement, Drury était protégé par son inaliénable bonne humeur comme un insecte avec sa chitine, il fallait violemment le frapper pour le faire dévier de sa trajectoire. Elle voulait jouer les petites malignes et bien il lui montrerait qu'il savait faire autre chose qu'exploser des voiture et agrafer des journalistes. Les "réflexions" du criminels furent coupées par la révélation de cette dernière. Son génial plan se heurtait à la dure réalité: les articles étaient validés par le rédacteur en chef. Zut. Encore de l'administratif.

Cela lui rappelait l'achat de son penthouse. Diantre, quel affreux souvenir. La vendeuse lui avait réclamé des chèques de banques, Arnaud de Montargique (le gérant de sa fortune) avait insisté pour le faire assurer dans la volée et Cameron Van Cleer, soucieux de la bonne marche de sa vie, avait tout accepté en bloc. Au total, il avait signé assez de kilomètre de papier pour que sa plume de stylo puisse fondre, du moins s'il ne l'avait pas assassiné à grand coup de succion. Sa vie d'utilisateur de stylo à bille ne l'avait jamais préparé à une plume neuve qui a besoin d'un peu de temps pour se gorger d'encre. Drury avait voulu faire remonter le précieux liquide dans sa plume directement avec sa bouche. L'expérience fut un succès, il cracha du bleu nuit pendant au moins une semaine et disposa du sourire le plus coloré qu'on eut vu. La vendeuse du Penthouse poussa d'ailleurs un hurlement lorsqu'il la remercia pour l'achat. Euh, pourquoi pensait-il à ça d'ailleurs?

- Ouais mais chef, fit un Moth devant le petit blanc obèse (du genre que l'on croise à la sortie d'un fast-food) qu'avait laissé son supérieur. Si on arrive à placer l'article pile dans la maquette du journal, on peut s'en sortir. Suffit d'aller chez le pigiste et de changer les titres et les articles!

Sitôt l'explication terminée, la crème du crime (et pas l'inverse) s'imaginait déjà dans un décors chatoyant avec sa casquette d'imprimeur des années 50 en train de commander la Moth-Gazette. Il voyait ses braves petits moths s'activer à écrire ses plus grands exploits et à réécrire les moins grands pour les sublimer tandis qu'il tournait la grosse manivelle de la presse industrielle en plastique ultre-kitsch qu'il s'imaginait pour en sortir une feuille d'or gravée de son nom et de sa gloire. Oh oui...

- ...ce sera merveilleux... déclara tout doucement Killer Moth encore dans sa vision droguée de la réalité.

- Euh chef? demanda un autre moth, ça va?

- Hin hin hin, ricana-t-il. Tu vas donc nous écrire cet article, allume ton ordinateur et met tes méninges en branle! Nous parlions de la Colère de la Mite et... et... ben il est où mon annuaire?

Un moth s'activait derrière eux à fouiller tous les bureaux, il avait pour l'heure renversé deux tiroirs, fait tomber trois écrans plats (maintenant ultra-plats) et avait chipé deux surligneurs roses et violet parce qu'il n'y avait pas ces couleur dans le moth-bureau, mais pas d'annuaire en vue. Las, Killer Moth entreprit d'ouvrir le bureau de la voisine de bureau de Théodora histoire de faire avancer le schmilblick. Le puissant des puissants tenta de toutes ses forces d'ouvrir le premier tiroir. En vain. Il ne remarqua qu'ensuite qu'il était verrouillé. Autour de lui ses fidèles l'observaient, il ne pouvait pas, enfin ne devait pas puisque tout est possible, perdre la face. Il toussota et se retourna de la façon la plus naturelle possible. Autrement dit, il tenta un demi-tour sur la moquette avec une bonne, très bonne première impulsion, pivota avec rapidité sur son pied droit et se cogna avec ardeur sur le coin du bureau métallique. Le cri qui sortit de sa bouche fut autant celui de sa hanche que de lui.

- Ah...ah...hin hin hin....ah .... aille, fit-il désespérément en voulant intercaler un rire maîtrisé au milieu des signaux d'alarme de son corps. Je...donc...oui hin hin... comme vous pouvez le constater, ce tiroir est fermé.

Il fit une pause de vendeur à la sauvette présentant un produit miracle sensé nettoyer les poêles mais qui dissolvait le téflon plus qu'il ne récurait vraiment. Il était légèrement penché puisqu'appuyant tout son poids sur le côté de sa hanche qui ne s'était pas mis en grève et reprit de plus belle comme si tout ce qui s'était passé était ou tout à fait normal ou ne s'était pas produit.

- Je vous ai fait la démonstration de sa sublime fermeture et je vais maintenant vous montrer comment on fait pour crocheter ça.

De l'autre côté de l'Open Space, le moth parti en quête d'un annuaire commençait à pester contre l'imprimante qu'il avait malencontreusement mise en marche. Il voulut alors prendre son élan pour lui donner un formidable coup de pied. Son talon tapa dans une fontaine à eau qui se tenait tranquillement derrière lui avec son magnifique ballon d'eau de 10 litres qui se renversa, lui aussi, tranquillement. La moquette se gorgea alors comme une éponge assoiffée. Ses petites alvéoles crépitèrent alors qu'elles s'humidifiaient. Le moth fit ce qu'il pouvait faire de mieux en pareille circonstance, il fourra ses mains dans ses poches et s'éloigna en sifflotant.

Tous les autres Moths abandonnèrent la surveillance de la journaliste pour se retourner et observer leur chef en train de sortir de sa moth-ceinture un appareil à crocheter les serrures, le modèle haut de gamme acheté sur internet à 568 dollars et 57 cents, il avait, pensait-il, fait une bonne affaire sur ce site de ventes aux enchères. Il avait lu dix fois le manuel d'instruction sans jamais rien comprendre, mais l'occasion était trop belle pour qu'il passe à côté. Il s'agenouilla devant la serrure et montra son bel objet. Le reste du groupe, penché en avant, poussa un "oh" d'émerveillement.

- Qu'est-ce qui se passe les gars? demanda le moth resté en arrière alors qu'il fouillait un autre bureau.

Il arriva en courant comme le petite camarade de la classe qu'on oubliait toujours et fourra sa tête entre les torses de ses camarades pour regarder, dans quelques instants, l'opération allait connaître le revers de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Faute de frappe [Pv Théodora Wesson]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Faute de frappe [Pv Théodora Wesson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Szczepan — “ J'te jure, j'ai pas fait de faute de frappe ! ”
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» On brûle maintenant les houngans. A qui la faute? Au président, bien sûr...
» Vitesse de Frappe :)
» Ne frappe surtout pas le visage, c'est trop visible ! [Valentin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Old Gotham :: "Gotham Globe" Bureaux-