RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 "J'enseigne à qui veut apprendre" (Ouvert à tous le G.C.P.D)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: "J'enseigne à qui veut apprendre" (Ouvert à tous le G.C.P.D)   Dim 26 Aoû - 17:54

"J'enseigne à qui veut apprendre"
我教誰想要學習



Le Dojo Funakoshi était un dojo principalement, voir quasiment fréquenté par les artistes martiales Japonais. Il va sans dire que lorsqu’un Chinois venait pour enseigner son art, il ne passait pas la porte du Dojo sous peine de sentir ses côtés se fêlées douloureusement. Les Japonais et les Chinois se vouait une haine racial depuis la nuit des temps, bien qu’aujourd’hui elle ne soit pas visible aux yeux de tous par une guerre ouverte. Deux nations plurimillénaires à la culture proche, mais si différentes.

Heureusement, Fei Long jouissait d’une très bonne réputation dans Chinatown grâce à sa carrière d’acteur quand il était petit à Hong-Kong. Surnommé, Lee Sui Long, les gens lui demandaient souvent son autographe. Son oncle, résidait également à Chinatown et sa réputation maintenait la Triade loin de son prodige de neveu. Il eu donc, avec quelques difficultés, l’accès à ce dojo.

Cependant, un tout autre problème bien plus important que les rivalités triviales entre les Japonais et Chinois se présentaient à lui. Le Kung Fu Chinois était un art martial millénaire, jalousement bien gardé par les Sages et Moines Shaolines. S’ils apprenaient que Fei Long divulguait leur secret sur cet art à leurs ennemies, c'est-à-dire les Noirs, les Blancs, etc. Ils deviendraient fous de rage et ordonneraient immédiatement à Fei Long de cesser ses cours. Mais bon, il avait réservé le dojo pour un cours seulement. Le Dragon ne pensait pas que cela arrive jusqu’aux oreilles des maîtres en Chine.

Il tourna la clef, prêté la veille par le responsable du dojo, et entra dans ce lieu culte qui voyait bon nombre d’artistes performer leur style. Les mûr étaient décorée des têtes des plus grands artistes du Karaté et Judo uniquement. Pas de maître Nam, ni de Bodhidharma.

Fei Long posa son sac sur la table situé dans le coin droit de la grande pièce carré recouvert par un Tétris de tatamis. Il l’ouvrit et consulta ses notes personnelles sur ses méthodes de combat. Il avait une petite idée de comment il allait organiser cet entraînement. Restait à savoir qui allait venir à son invitation.
Il sortit quelques matériels, patte d’ours, boucliers, sac de frappe et même équipements de protection. Il fallait savoir que Fei Long avait une vision très atypique des Arts Martiaux. D’ailleurs, l’évènement qui va suivre allait le prouver :

- Le célèbre, Lee Sui Long ! S’éleva une voix provocante. Au dojo de Funakoshi. Un comble, tu ne trouves pas ?

L’homme était assurément un Nippon à en juger par sa tenue du moment : Un kimono blanc arborant fièrement sa ceinture noire 2ème dan.

- En quoi ce serai un comble ? demanda Fei Long en toute neutralité.

- J’ai entendu dire que tu comptais donner un cours à des personnes extérieures de Chinatown ?

- J’enseigne à qui veut apprendre.

- Imbécile ! Je me moque franchement de vos secrets sur votre Kung Fu de pacotille. Ce qui m’importe c’est que la présence de blancs et de noirs font souiller la pureté de ce lieu.

En disant ces mots, l’intrus s’était avancé jusqu’à Fei Long lui permettant de voir toute l’étendu de sa haine envers lui. Son œil tremblait sous la colère. Ses rivalités Chine/Japon épuisaient Fei Long qu’il jugeait absolument grotesque. Il n’avait aucune intention de prouver que tel ou tel style est supérieur à l’autre. Sur le coup, Fei Long lui aurait bien donné une bonne leçon, histoire de calmer ses ardeurs. Il ne fit rien, car la paix fragile entre l’honorable famille Long et celle de la Triade risquait d’être rompue. Répondre aux provocations de ce touriste ne valait pas la peine de sacrifier l’immunité contre la pègre Asiatique de Fei Long. Surtout, s’il s’agissait d’un des fils ou neveu du parrain de la Triade.

Voyant que le Chinois ne répondait pas à ses provocations, il coupa court à la conversation avec comme ponctuation un rictus moqueur.

- La Chine est tombé bien bas, dit-il avant de faire volte-face.

Il quitta le dojo en prenant soin de bien claquer la porte, laissant Fei Long quelque peu contrarié. Il donna un violent coup de pied dans le sac de frappe mal fixé qui se décrocha sous l’impact avant de se plaquer lourdement sur le sol.

WAAAAAAA !! PAM !! TING ! POOM !

Quelque peu calmé, le petit Dragon ramassa le sac et le raccrocha mieux qu’auparavant. Il souffla une ultime fois afin d’expirer cette petite colère et se concentra sur ses notes.
Il était indispensable aussi de connaître le niveau de chacun afin d’adapter ce qu’il allait leurs enseigner. Assis en tailleur sur la table, plongé dans la lecture intense de ses notes, Fei Long attendait ses élèves. C’était la première fois qu’il allait donner des leçons et ne savait pas trop comment cela allait se passer. Mais l’envie d’enseigner et de partager son savoir était très forte en lui.


Les notes de Fei Long sur ses méthodes de combats.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: "J'enseigne à qui veut apprendre" (Ouvert à tous le G.C.P.D)   Dim 26 Aoû - 20:26

Mathéo Sanchez s'arrêta devant le Dojo. Il lui avait été conseillé par un de ses amis flics Wu Han peu de temps avant sa mort. Wu Han était un flic infiltré chinois dans les triades qui a trouvé la mort à cause de Yakuzas complètement tarés.
Mathéo oublia cette triste journée pour se consacrer au moment présent. Il était un excellent tireur mais n'était pas un professionnel en combat rapproché. Il avait quelques notions de boxes et des souvenirs de ses cours de Krav Maga à la CIA. Il devait se perfectionner car il ne voulait pas toujours utiliser son Walther PPS.

Il entra dans la salle principale où il vit ce qui semblait être le tatami pour le cours. Mathéo avait fait un peu de judo dans sa jeunesse mais il avait trouvé ça d'un ennui mortel. Aujourd'hui, il suit le conseil de son défunt ami et se prépare à apprendre le vrai combat.
Le flic aux origines espagnoles remarqua un asiatique relire des notes. Mathéo toussa bruyamment pour signaler sa présence.
" Bonjour monsieur. C'est vous qui vous chargez du cours ? "
Il attendit la réponse et lui tendit la main.
" Je m'appelle Mathéo Sanchez et vous ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: "J'enseigne à qui veut apprendre" (Ouvert à tous le G.C.P.D)   Dim 26 Aoû - 21:46

Bien, encore une journée toujours la musique habituelle au réveil enchainant quelques pas de danse dans sa chambre d’hôtel cette fois-ci ça ne serait pas le costume habituel qu’elle porterait : cheveux détachés un Jean, une chemisette blanches et des converses c’est ainsi qu’elle était vêtue pour aujourd’hui. Un jour on lui avait conseillé de se remettre un peu à faire du sport en salle. Même si elle faisait toujours un jogging à la moindre occasion, écouteurs dans les oreilles et par des chemins tranquilles, elle manquait cruellement de maitrise au combat rapproché et elle savait qu’elle ne pourrait pas toujours compter sur son arme. On lui avait conseillé un Dojo dans Chinatown des cours était apparemment donnés elle n’en savait pas plus, c’est donc là-bas que se passerait sa journée.

Elle voulait apprendre, elle en avait la volonté et pour sa elle ne perdit pas de temps. C’est assez rapidement qu’elle arriva face au dojo les regards des passants qui la dévisageaient ne la mettait en aucun cas à l’aise dans la rue en baissant la tête et sans tarder elle rentra dans le dojo.

Elle contempla les portraits de ceux qui maitrisaient déjà les arts martiaux, c’était peut-être un vieux réflexe qu’elle avait gardé quand elle prenait des cours plus jeune. Ses parents tenaient à ce qu’elle puisse se défendre si elle se faisait agresser un jour. Heureusement que son frère était là car ses cours n’aboutissaient presque jamais à quelque chose de vraiment utile pour elle. C’est pour ça qu’elle passait la majeure partie du temps dans le dojo à lire les noms sur les portraits exposés et à les imaginer pendant qu’ils exerçaient leurs façons de combattre. Au moins ils avaient été utile pour développer son imagination, ensuite elle se tourna vers le centre du dojo elle aperçut un visage familier l’inspecteur Sanchez semblait avoir la même idée qu’elle.


« Ah ! Bonjour Mathéo, ravie de voir que vous êtes ici vous aussi ! » Ensuite elle regarda l’homme en retrait assis sur la table sans doute celui qui donnait les cours pour aujourd’hui… « Bonjour je suis Gabrielle Anderson ! »

Comme elle avait appris et par réflexe elle s’inclina devant lui… Puis elle regarda plus en détail le matériel qui était déjà présent sur les tatamis, sa curiosité on ne pouvait pas lui enlever. Elle s’accroupit et saisit un des objets, elle regarda ensuite Mathéo et imita des gestes qu'elle avait déjà vue à la télé. Dans ses mouvements elle perdit l'équilibre tentant tant bien que mal de rester sur place elle jetait ses bras dans tout les sens pour être de nouveau stable sans réel succès. Elle fit tomber ce qu'elle avait dans la main au sol provoquant un léger bruit puisqu'elle n'était plus sur les tatamis, elle retrouva ensuite son équilibre elle fit de grand pas pour se remettre aux côté de l'inspecteur le plus vite possible, l'homme ne semblait pas avoir remarqué sa maladresse elle se remit bien droite tentant de faire comme si de rien était avec un sourire mal gardé sur ses lèvres prête à éclater de rire comme une enfant... Apparemment sa maladresse était toujours présente elle aussi...

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: "J'enseigne à qui veut apprendre" (Ouvert à tous le G.C.P.D)   Mar 28 Aoû - 21:25

En tant que policier on a de multiples façons de se débarrasser de son adversaire: Coup de feu, coups de tazer, coups de matraque et j'en passe. Mais si toutes ses tecnique on un point commun c'est bien celui d'utiliser a objets, on peut toujours faire valser cet objets pour que l'agent représente un moins grande menace, c'est dans ce genre de situation que l'art martiale devient intéressent, car qu'on se le dise Montoya n'avait aucune compassion pour les criminel blessé ou mort, plus ils sont morts, moins ils sont encombrants...
Après avoir entendu parler de cour d'arts martiaux Renée décida d'aller voir de quoi il en retournait.
En entrant dans la pièce matelassée elle remarqua deux de ses collègues a savoir Mathéo Sanchez et Gabrielle Anderson.
Elle les salua d'un polis:
-Chers collègues...
Elle vit ses vielles connaissance saluer l'impassible asiatique, elle le saluerais quand il auras saluer ses collègues...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: "J'enseigne à qui veut apprendre" (Ouvert à tous le G.C.P.D)   Mer 29 Aoû - 1:06

La contrariété que lui avait transmis le karatéka tantôt s’effaça aussitôt en voyant la petite foule d’individu qui s’était rassemblé pour découvrir son cour. Il rangea ses notes de côté et alla à la rencontre des acolytes.

« Bonjour monsieur. C'est vous qui vous chargez du cours ? "
« Je m'appelle Mathéo Sanchez et vous ? "


- Salut, répondit décontracté Fei Long en lui serrant la main chaleureusement. Je suis Fei Long, mais appel moi Fei.

Mathéo avait un fort accent espagnol qui chantait entre chacun de ses mots. Une jeune femme aux cheveux dégagés se tenait à ses côtés qui devait probablement être une connaissance à lui.

Il se tourna vers elle pour la saluer.

« Bonjour je suis Gabrielle Anderson ! »

Fei Long fut surpris de voir que la jeune femme s’inclina légèrement en le saluant. Une désagréable surprise...

- Oh, fit-il dans un premier temps, gêné. Enchanté Gabrielle. Tu peux m’appeler Fei.

La dernière personne ayant franchit la porte du dojo se dirigea vers le petit troupeau d’élève avide de savoir martiale. C’était une jeune femme un peu plus âgée que Fei Long au corps svelte et musclé.

- Chers collègues..., dit-elle à l’adresse de Mathéo et Gabrielle.

Le petit trio qui s’était rassemblé se connaissaient visiblement assez bien de part leur travail commun. Le bouche à oreille avait bien fonctionné, apparemment. Le groupe, l’esprit d’équipe est une excellente chose car il est moteur dans la vie. Se tenant bien droit face à ses élèves, le sourire aux lèvres, Fei Long pris la parole à l’assemblée :

- Bien le bonjour à tous. Je suis très heureux de vous voir si nombreux pour mon première cours. J’espère sincèrement que vous n’avez eu pas trop de mal à venir jusqu’ici.

Tout le monde devinait que Fei Long faisait référence à la pègre asiatique très présente dans Chinatown. La police ne s’y aventurait plus car la mafia appliquait sa propre règle, sa propre loi. Pour la communauté locale qui rentre dans les clous et baisse la tête ou change de trottoir quand ils sont là, tout va bien. Si vous levez les yeux et convoitait ce qu’ils convoitent, vous brisait un fragile équilibre ainsi que votre nuque.

- Je vous préviens tout de suite que vous n’aurez pas besoins de m’appelez sifu/maître, ni à porter obligatoirement un kimono à mes cours. Instaurer une telle discipline, un tel goût pour le respect de la tradition nuit à l’étude de l’art. De même, que vous ne taperez pas, pendant des heures, dans le vent, droit devant vous, complètement stoïque, à hurler des mots dans une autre langue.

Fei Long parlez calmement, mais il avait la complète attention de tout le monde. Il ne supportait pas le traditionalisme exacerbé dont faisait preuve son pays ou le Japon dans les arts martiaux. A quoi sert qu’on l’appelle Maître ? Il n’est le maître de personne. Il n’est supérieur à personne. Une ceinture jaune ? Noire ou beige ? A quoi bon tous ces codes superflu pour jauger la force d’un individu avec une ceinture ? Fei Long était un pratiquant de Kung Fu très atypique et qui comptait bien montrer au monde entier le vrai visage et les vraies valeurs des Arts Martiaux. Quant aux exercices style « Kata » ou « Tao » (=enchaînement codifié), ils sont complémentaires d’un entraînement intensif, mais ne se substitue pas à un combat réel. C’était un classique d’un enseignement issu du Karaté : donné des coups de poings tordu à un ennemi invisible en comptant en Japonais.

- Un combat n’est pas figé dans le temps comme on peut le voir à la télé ou le héro enchaîne bon nombre de coups sans que l’adversaire ne réplique. Un combat réel est chaotique, constamment en mouvement, ou dans la furie de l’action, rien n’est impossible. Peut être que certain d’entre vous l’on déjà expérimenté.

Dans son monologue, Fei Long s’était promené au milieu de ses acolytes. Il marqua une courte pause au milieu d’entre eux avant de lancer un :

- Bien, si vous voulez bien, commençons par échauffer notre principal outil : notre corps.

Fei Long entama un sprint autour de la très grande salle du Dojo suivit de près par ses élèves. Rien de tel qu’un jogging pour échauffer l’ensemble des muscles sans aucun risque de traumatisme. Fei Long se souvint de ce genre d’échauffement à Hong-Kong avec son vénérable maître Nam. Lui l’appelait maître, car il en était vraiment un. Un des derniers maîtres de l’héritage des premiers moines Shaolin. Il courait exactement comme ici, sauf qu’il était dehors avec -15 degrés car la salle était trop petite pour que les élèves puissent courir à l’intérieur.
Après une demi-heure de course et quelques moulinets des poignets, de la tête, sauts, Fei Long invita aux étudiants de se disperser dans la salle. La respiration soutenue suite à l’effort résonnait dans le dojo tandis que la température grimpait.

- Maintenant que les corps transpirent et les muscles chauffent, nous allons nous défouler sur ce sac de frappe que voici, dit il en en pointant d’un signe de la main un sac de frappe ordinaire sur sa gauche. Vous savez avant d’avoir étudié l’art, pour moi un coup de pied, c’était un coup de pied. Quand j’ai débuté les arts martiaux, on m’à dit qu’un coup de pied n’était pas tout à fait un coup de pied. Aujourd’hui, je peux vous assurer qu’un coup de pied reste un coup de pied et qu’un coup de poing reste un coup de poing.

Il ne voulait pas non plus rentrait trop dans la philosophie de l’art en les amenant trop à réfléchir avec sa vision atypique, mais pour le moins direct, droite, sans fioriture, des arts martiaux. Fei Long connait un nombre incalculable de coup présent dans pas mal de style qui sont complètement impensable dans un combat réel. Soit parce que le coup est trop absurde, trop périphérique, trop long à exécuter, etc.

Il tenait également à avoir un rapide coup d’œil de ses élèves. Lesquels sont adroit avec leurs poings ou leurs pieds. A savoir ou est ce que Fei Long interviendra et à partir de là adapter son cours par rapport à ce qu’il va voir.

Fei Long se plaça devant le sac de frappe de 100 kilos et montra l’exemple au groupe. Il donna un coup de pied latéral bien armé mais à peine appuyé sur le sac qui trembla quelque peu sous le coup. Fei Long ne tenait pas à délivrer toute sa puissance devant ses élèves. Ils craignaient qu’ils applaudissent. Ce qui allait le gêner. Il craignait aussi qu’ils se découragent en voyant ce qu’il pouvait libérer car il avait déjà fait plaquer le sac au plafond en un coup de pied...

Son but n’était pas de les mètrent mal à l’aise, ni de les écraser. Il tenait vraiment à ce que chacun reparte avec un fragment de connaissance qui lui serait utile dans la vie de tous les jours que ce soit au travail, face à la difficulté, l’adversité ou plus directement dans un combat.

- Donnez quelques coups, chacun votre tour. Aux poings ou aux pieds, comme vous voulez.

Fei Long se plaça derrière le sac de frappe et se cramponna à celui-ci en prévision de le retenir si jamais il décollerait un peu trop. La première de la file indienne qu’avaient formée les élèves, était Mao Xing, la voisine de son ridicule petit studio. Il garda à l’œil aussi le petit trio dans la file indienne. Si certains venaient ici pour le sport ou la curiosité d’autres venaient avec un réel besoins, une vraie nécessité d’apprendre à se défendre. C’était l’impression qu’avait Fei Long de ce trio précisément. Leur métier devait présenter des risques.

Fei Long, comme tout bon Chinois qui se respecte, avait un certain flaire pour humer les choses qui sont pour la plupart des gens inodore. Un certain ressentit qui lui permettait de deviner certains éléments. Pas vraiment un don, car des fois un corps exprime beaucoup aussi. Le langage du corps est un dialecte que Fei Long a appris à parfaitement déchiffrer à force de s’entraîner dur.

Mao Xing distribua deux directs et termina par un fouetté sur le sac qui claqua lourdement. Elle repartit en dernière position de la file indienne laissant la place aux autres. C’était au tour de Mathéo de balancer son petit enchaînement...

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: "J'enseigne à qui veut apprendre" (Ouvert à tous le G.C.P.D)   Mer 29 Aoû - 11:14

« Ah ! Bonjour Mathéo, ravie de voir que vous êtes ici vous aussi ! »
Bizarrement, entendre la voix de l'officier Gabrielle Anderson ne surprit pas du tout l'inspecteur Sanchez. Il était aussi très heureux de la voir car il se sentirait un peu moins seul pour ces cours d'arts martiaux.
" Salut Gabrielle. Content de vous voir ici aussi. "

Il avait interrogé leur professeur. Il s'appelait Fei Long et était chinois.
Une autre collègue de Mathéo et Gabrielle entra.
- Chers collègues...
Mathéo lui dit bonjour et se retourna vers Fei Long.

Fei Long entama un discours pour expliquer sa vision atypique de l'art et ce fût le moment des échauffements.
Mathéo courrait derrière Fei Long en sentant la sueur lentement couler le long de son dos. L'inspecteur Sanchez mettait souvent un débardeur sous sa chemise pour ne pas la tremper. Ils s'arrêtèrent pour échauffer le reste du corps. Les poignets, la tête ainsi que les jambes avec des petits sauts.

- Maintenant que les corps transpirent et les muscles chauffent, nous allons nous défouler sur ce sac de frappe que voici
Sanchez prit un mouchoir dans sa poche de pantalon pour essuyer la sueur qui perlait sur son front. Il mit le mouchoir dans sa poche et se retourna vers leur professeur.

- Donnez quelques coups, chacun votre tour. Aux poings ou aux pieds, comme vous voulez.
Fei Long avait envoyé un coup de pied qui avait terriblement secoué le sac. Un autre chinois présenta son enchaînement et puis vint le tour de Mathéo.

Mathéo s'approcha et enchaîna une série de coups de poings vers le sac. On disait de lui qu'il avait une sacrée droite. Il se souvint d'une technique de Krav Maga enseignée aux jeunes agents de la CIA. Il frappa le sac de ses deux pieds en prenant appui sur ses mains. Il n'avait pas fait ça depuis un moment, il perdit donc vite l'équilibre. Il se releva tranquillement et souhaita bonne chance à Gabrielle.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: "J'enseigne à qui veut apprendre" (Ouvert à tous le G.C.P.D)   Jeu 30 Aoû - 12:43

" Salut Gabrielle. Content de vous voir ici aussi. "
Le chinois se présenta ensuite
Enchanté Gabrielle. Tu peux m’appeler Fei
* Fei, ça sonne plutôt bien comme surnom *
Puis l’inspecteur Montoya arriva dans le dojo
Chers collègues...
« Bonjour Inspecteur Montoya. »

Fei commença à se présenter, il semblait vraiment heureux et enthousiaste d’avoir des élèves devant lui. Pas trop de mal à venir jusqu’ici ? Oui effectivement le trajet n’avait pas été si difficile jusqu’à ce qu’elle franchisse les premières rues du quartier de Chinatown avec tous ses visages rivé sur elle d’un air interrogateur, d’autre semblait être prêt à bondir sur Gaby. Heureusement qu’à ce moment elle n’était plus très loin du Dojo car elle ne s’y sentait plus du tout à l’aise enfin la pour le moment elle était à l’intérieur du Dojo, mais elle ne perdra pas de temps pour rentrer chez elle une fois les cours terminés.

Ensuite il apprit aux élèves qu’il ne voulait pas qu’ils l’appellent maitre. Raison pour Gaby de rester normal et à ne plus faire comme elle l’avait appris étant plus jeune. Ensuite viens le moment de l’échauffement pas très différent de son Jogging quotidien, quand ils ont fini Fei se mit devant un sac et donna un coup de pied. Ensuite une autre élève entra en scène et reproduit le coup de pied, viens au tour de Mathéo puis il souhaita bonne chance à Gaby et elle se mit en place elle reproduit également les gestes, les entrainements issus de son frère l’avaient bien aidé et le sac reçu un coup plutôt puissant. Puis elle se retourna et reprit sa place derrière Mathéo.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: "J'enseigne à qui veut apprendre" (Ouvert à tous le G.C.P.D)   

Revenir en haut Aller en bas
 

"J'enseigne à qui veut apprendre" (Ouvert à tous le G.C.P.D)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "J'enseigne à qui veut apprendre" (Ouvert à tous le G.C.P.D)
» Apprendre à Nager [entrainement Nuage de Dalhias !! ]
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Cours de Philosophie (Ouvert à toutes et à tous !)
» ouvert à tous !!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Chinatown :: Dojo Funakoshi-