RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Lun 12 Mar - 16:22

===> Bat-Prison - sous la maison de James Gordon

Participants:

-Pingouin
-Biosyn
-Pandora
-Batman
________________________________________________



Tes pas lents vibrent au rythme de ton coeur. Tu est inquiète, non pas pour toi mais pour le futur de chacun. Depuis maintenant quelques minutes, tu est enfin réapparue à Arkham City et la rumeur s'est très vite transformée en nouvelle officielle. Mais tu étais seule dans ces petites rues alors que tous t'observaient marcher en direction de la mort personnifiée sous les traits d'Oswald Cobblepot.
Pourtant, ce soir, tu n'a plus peur, car tu marches confiante dans la vallée des ténèbres, sans peur et sans crainte car même si il n'est pas à coté de toi, obligé de rester loin pour ne pas risquer la vie d'autrui, tu le sens à tes cotés, sa présence ayant quelque chose de réconfortant comme celle d'un ange gardien veillant sur toi.
Tu le devines caché, quelque part dans les ombres, t'observant faire chaque pas vers la tanière de ton ennemi. Tu le sens t'observer, analysant chaque détail de la scène actuelle et certainement de celles à venir...Ce détail te réconforte et t'aide a t'aventurer sur le territoire ennemi, car quoi qu'il arrive, il sera là pour toi. Il ne t'abandonnera pas et ne te laissera plus jamais dérivée comme tu l'a faite ces derniers mois.

Tu marches maintenant dans la dernière rue, non loin de l'ancien métro et déjà, les hommes du Pingouin commencent à se profiler, les armes te pointant de loin mais aucun ne se risque à tirer. Ils te reconnaissent et la nouvelle fait vite le tour du quartier jusqu'à atteindre le bureau d'Oswald qui doit être en train de peaufiner les derniers détails de son coté.
Fort bien. Qu'il profite de ces derniers moments de liberté car bientôt, il ne tarderait pas à rejoindre une des cellules de la bat-cave en sa compagnie.

Tu ne peux plus fuir, tu ne le veux plus. Te cacher est bien futile et tu l'a compris malgré ton cœur qui tambourine dans ta poitrine alors que des tréfonds des ruelles voisines, insultes et sombres malédictions fusent en ta direction. Sois maudite, hurlaient certains. Meurs, disaient d'autres car tous t'accusaient de leur tourments. Moqueries insultes et défis sont ton lot alors que le bâtiment se profile enfin à ta vue....mais aucun n'ose lever la main sur toi.
Ce soir, tu est uniquement à Oswald Cobblepot et à personne d'autre. Tu est la proie du nouveau roi d'Arkham.
Absurdité foncière et peur primaire, ce soir, tout allait disparaitre, alors que tu fais maintenant face aux gardes de la porte du bâtiment, ayant prise soin de cacher de ta cape les couleurs de ton allié, ne laissant qu'un long drap noir couvrir tes formes et ton visage.


"Dites à votre maitre que Lady Pandora a répondue à son appel...."
crache tu doucement aux gardes qui ne rient point ta vue. Ils pourraient se le permettre, mais ta réputation de tueuse sanguinaire et sans coeur t'a suivie. Le monstre que tu était vivait encore dans l'esprit de chacun dans Arkham et personne n'oserait s'opposer à la monstruosité que tu étais autrefois. Tu devais garder cet effet de surprise pour toi.

Tout devait prendre fin cette nuit. Le cauchemar devait se terminer. Pour toi, pour ta famille, tes frères et sœurs tombés au combat, et pour tous les autres. Cela n'était pas une vengeance, ni une punition. Tu ne devais plus laisser tes émotions te guider, pourfendre le peu d'humanité qu'il te restait. La déesse destructrice devait maintenant laisser place à la seule et véritable solution: Justice.
Plus jamais tu n'aurais à souffrir et plus jamais quiconque souffrirais par ta faute. A toi de tout réparer. A toi de tout arrêter...


*Alicia....Aurora.....j'arrive. Je vais en finir une fois pour toute avec vous.*
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Mer 28 Mar - 22:32

Cobblepot faisait les cent pas dans son bureau, il était beaucoup trop nerveux pour pouvoir se détendre et apprécier le moment présent. Il venait de faire exploser un troisième bâtiment, un orphelinat, dans le but de faire réagir Gotham et de lui rappeler qu'elle n'avait plus beaucoup de temps avant l'explosion des douanes et de toutes les bombes en général. Mais Oswald n'aimait vraiment pas cette situation, il savait que tous les projecteurs étaient braqués sur lui et que, d'un instant à l'autre, un justicier pouvait débarquer et réduire à néant son organisation, son commerce, ce pourquoi il avait tant travaillé depuis son incarcération dans Arkham City. Il n'était pas dupe, même s'il se débarrassait de Pandora ce soir, la Biosyn le laisserait tomber (si elle ne l'assassinait pas) et Cobblepot prendrait de plein fouet les représailles de Gotham. Il ne pouvait pas se tenir contre la ville entière et ses justiciers et criminels confondus. Sa tête devait être mise à un prix très élevé.

De plus, si Pandora venait, un combat acharné ce produirait. Il n'avait pas peur sur ce point, mais il ne la sous-estimait pas et il savait que ce ne serait pas une victoire facile. Il espérait que tout était en place et que le plan se déroule comme prévu. Et si elle ne se présentait pas? Il serait obligé de mettre ses menaces à exécution et, en plus de prendre des représailles de Gotham encore plus violentes, il aurait aussi la Biosyn sur le dos. Bref, il serait un homme mort. Pouvait-il se blâmer pour ce qu'il avait fait? Pas vraiment, la Biosyn ne lui avait jamais laissé le choix, et sans elle, la montée au pouvoir n'aurait pas été aussi simple. Bref, il ne regrettait pas mais aurait tant voulu pouvoir s'éclipser sans payer sa dette à l'organisation. Mais s'il coulait, la Biosyn coulerait avec lui, c'était une promesse intérieure qu'il s'était fait depuis le commencement des opérations.

Alors qu'il entamait sa quinzième cigarette, on toqua à sa porte. Il fit entrer l'homme de main et remarqua que celui-ci était surexcité. Chesterfield comprit immédiatement que le manège allait pouvoir commencer.


Parfait, vous savez quoi faire, escortez-la jusqu'à la Fosse et attendez-moi avant de lâcher les détenus.

Il n'avait besoin que de quelques minutes, juste le temps de se préparer. Il revêtit le Suit of Sorrow, prit son parapluie le plus mortel et sophistiqué, puis il demanda à Bossworth de prendre le Freeze gun pour lui. Il ne se dirigea pas tout de suite vers la fosse, il devait tout d'abord faire un léger détour vers la salle de torture...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Mer 28 Mar - 23:47

Aucun cri. Pas un mot et encore moins un murmure de ta part. Les moqueries restent à leur place et les hommes du Pingouin te font signe de les suivre. Tu parviens à cache habillement la Bat-Suit sous tes haillons et garde ainsi l'effet de surprise pour toi. Qu'en diront ils? Qu'en penseront ils? La seule chose que tu sais, est qu'ils ne s'attendent pas à voir débarquer une ersatz de Batgirl. Tu est bien pire que la justicière dont tu refuses d'usurper et d'entacher le titre. Tu est Lady Pandora, porteuses des maux et des malheures, destructrice ardente, mère de l'apocalypse et ce soir, tu allais honorer une dernière fois ces titres avant de disparaître à jamais avec ton du: Nora et Victor Fries.

Les couloirs sombres du musée reflètent à tes yeux sa gloire passé et sa déchéance. Les escaliers te mènent devant les différentes vitrines dont certaines brisées ne contenaient plus que des restes, des ossements. Dans l'un d'entre eux, le cadavre d'un garde Tyger y' repose à tout jamais. Dans l'autre, une réplique fidèle de la poupée d'Arnold Wesker, leader mafieux ventriloque connu sous le sobriquet de Scarface, dont la terrible legende raconte qu'il a été taillé dans le bois d'une "veuve", lui confèrent une aura surnaturelle et maléfique. La plupart des autres vitrines sont plutôt quelconque mais l'une d'elle attire ton regard, alors que tu cesses ta marche. Malgré l'ordre intimé par les hommes de te suivre, ton regard parvient à les convaincre de se taire et de ne rien tenter alors que tu observes maintenant la prisonnière. Cheveux longs, plutôt jeune et dépourvue de son équipement, son style vestimentaire te rappelle celui des tueurs de l'ombres, les assassins qu'on nomme "Ninja". Ta capacité de reflexion te fait vite comprendre que cette femme servait la famille Al Ghul, soit ton père adoptif, Ra's, celui qui t'avait également soigné et protegée durant tant de temps.
Bien sûr, tu n'oublies pas l'aide du justicier, mais celle de Ra's ne peut faire l'objet d'une table rase. Sans lui, peut-être aurait tu perdue la vie? A chacun tu leur dois tant et tu te sens déchirée par ce dilemme qui s'offre à toi.
Vers qui te tourner....qui ne sera pas l'élu de la malchance et du choix d'une femme tourmentée.

La jeune femme te regarde à ton tour. Elle ne semble pas connaitre la peur et ses yeux sont rempli d'une grande confiance en soi. Un seule geste de la tête de sa part te fait comprendre qu'elle n'a pas besoin de ton aide, qu'elle la refuse. Elle sait qui tu est, ce que tu est, et refuse que tu risques ta vie pour elle. Intérieurement, tu jures que tu la délivrera une fois Oswald mis à terre, tout comme tu libereras toutes ses autres victimes.

Les deux hommes attendent, alors que tu reprends doucement ta route en leur compagnie. Tu marches désormais confiante dans la vallée car tu ne crains plus les Ténèbres. Elles sont désormais tes alliées et à tes cotés.
Au loin, une étrange cacophonie résonne alors que tu prends un embranchement sur la gauche, jusqu'à ce que le bruit que tu entendes se fasse plus distinct, plus précis. Il est malheureusement trop tard lorsque tu réalises dans quel piège tu viens de tomber.
Le lieu est gigantesque, ouvert et des dizaines de prisonniers hurlent à s'en décrocher la machoire. L'espace d'un instant, tu laisses échapper un petit cri à peine audible, alors que la grille se referme derrière toi. Et ourtant, tu ne dis rien, pas un mot. Ou est il? Devrait elle tuer à nouveau pour atteindre son objectif? Il en était hors de question....Plus jamais cela.


"Oswald Cobblepot.........OSWALD COBBLEPOT, JE SUIS LA. MONTRE TON VISAGE, SALE CHIEN GALEUX." hurle tu devant une assemblée médusée. N'importe qui mourrait de peur devant un tel spectacle. N'importe quel faible d'esprit ou de corps tenterait de s'enfuir ou s'évanouirait devant une telle menace. Mais pas toi. Ce que tu vois n'est rien en comparaison des monstruosités dont tu a été témoin, victime et bourreau. Ce soir, Cobblepot allait devoir rendre des compte, et ce, devant la jeune Asura qui avait déjà eu beaucoup de cran pour venir seule. La cape dissimule encore ton visage de la tête au pied et le Bat-Suit est encore invisible à un oeil non averti, parfaitement camouflé sous les hailles dont tu est pourvues. Ce monstre allait avoir une grande surprise et l'enfant esperait bien voir un autre visage apparaitre.

"......AURORA...ALICIA, JE SAIS QUE VOUS ETES LA. MONTREZ VOUS."
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Jeu 29 Mar - 0:11



"Que de bruits, petite putain. Tu n'a pas changée, depuis tout ce temps."


La voix autoritaire et dépourvue d'humanité venait de se faire entendre dans le silence de l’arène. Sur le balcon, une jeune femme, âgée certainement de la vingtaine, et accompagnée de 3 hommes lourdement armés et équipés d'armure de combat venaient de se matérialiser au nez et à la barbe de l'assemblée.
La jeune femme était elle-même équipé d'un bustier de combat et de deux révolvers fixés à sa ceinture. Le reste de ses apparats se résumaient à une longue tenue de cuir la recouvrant de la tête aux pieds. Son regard empli de haine se posait maintenant sur l'enfant, qui la regardait, alors qu'elle tentait de dissimuler vainement ses peurs. Peut-être pensait elle retourner dans son laboratoire, au fond d'une cage puant la pisse, le sang et la mort. Oui, cela serait le cas, mais pas tout de suite, et pas dans les laboratoires de la Biosyn même. Cette petite vermine ne le savait pas encore mais elle venait d'être promue à un grand avenir chez Shreck, malgré les réticences d'Aurora.

Avant même qu'elle ne tente un seul geste, une seule parole, les armes des mercenaires se braquèrent déjà sur elle, prêt à la tuer si la jeune prodige de la Biosyn en donnait l'ordre. Pourtant, elle fit calmement signe de baisser les armes, tout comme elle fit signe au prisonniers derrières les barreaux de ne plus murmurer le moindre bruit. Dans le cas contraire, Mr Calibre se chargerait de renvoyer l'écho, si vous saisissez la métaphore.

La voix dépourvue d'humanité de la scientifique résonna une fois de plus dans l’arène de la mort, fixant du regard la tueuse mutante, cette dernière ne semblant pas être capable de faire le moindre mouvement...à moins qu'elle ne le voulait pas.

"Je pourrais te tuer sur le champ, sale garce. Tu nous a posée beaucoup de problèmes....Beaucoup trop. Et vois tu, tu en a causés à une personne en particulier, qui souhaiterait te dire quelques mots, avant que je ne te ramasse à la cuillère. Bien sur, tu pourrais me tuer de là ou je suis. Ca serait facile pour toi, mais mes gardes Tech/Com se chargeraient de te réduire en charpie à l'instant même. Toutefois, je tiens à te remercier pour la mort de Sonatine. Je reconnais que cela est la seule chose pour laquelle tu a été utile, car maintenant, j'occupe sa place, et crois moi, je ne vais pas me priver pour te réserver un sort bien pire que celui qu'il te réservait.....Mais pour le moment.....Mr Cobblepot souhaite s'entretenir avec toi....mais dit moi, quel est donc ce regard que tu me caches...Et pourquoi ne dis tu rien?? D'habitude, tu n'hésites pas à m'affliger de milles malédictions."

Il était maintenant temps que le propriétaire du musée fasse son apparition.


Dernière édition par P.N.J Biosyn le Dim 1 Avr - 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Dim 1 Avr - 15:52

Le Pingouin n'apprécia pas que Miss White se permette la première entrée alors qu'elle était dans la propriété de Cobblpot. Cette garce avait vraiment un comportement intolérable, il faudrait la remettre à sa place un de ces jours, la faire passer par la salle de torture et lui apprendre un peu la façon dont Oswald voyait la vie. Il pourrait tirer un bon prix de ses prothèses métalliques, et le corps charcuté et démembré de la jeune femme ferait une très belle pièce d'exposition et de dissuasion dans le musée de Chesterfield. Enfin, pour l'instant, il fallait se charger de Pandora, c'était la priorité. Le Pingouin jubilait à l'idée que Sigma se présenterait sûrement, et qu'il lui serait livré à la fin de la bataille. Il ne doutait pas des compétences de la Biosyn corporation, et n'envisageait pas qu'elle perde face à la créature.

Une fois le discours de White terminé, Cobblepot fit son entrée. Il avait, comme à son habitude, pris soin de s'habiller de manière raffinée et élégante. Il portait son noeud papillon, un long manteau de fourrure noir, des gants et un haut de forme de la même couleur, aussi sombres qu'un corbeau. Son tesson occupait toujours une partie de son visage, et son mythique parapluie lui servait de canne. Ses cheveux étaient lissés vers l'arrière et reflétaient exagérément la lumière. Mais malgré ce physique très soigné, on sentait que quelque chose avait changé dans le visage d'Oswald. Celui-ci était gorgé d'une folie meurtrière, capable d'exploser à tout instant. Il avait revêtu le Suit of Sorrow depuis bien trop longtemps, et ses effets secondaires se manifestaient de plus en plus. Le problème, c'était que Chesterfield n'avait aucune idée du caractère néfaste du costume. Mais si on l'en avait informé, l'aurait-il retiré? Il en était devenu accro, comme à une drogue, et ne pouvait pas supporter de s'en séparer trop longtemps. Il était obligé de se coucher avec s'il espérait pouvoir fermer les yeux dans la nuit.


Tiens, tiens. Mais qui voilà? Enfin nous nous rencontrons, Miss Pandora. Sachez que j'ai bien reçu votre présent au Lounge, ainsi que votre lettre. J'espère d'ailleurs que vous avez reçu la mienne, ainsi que mon "cadeau" que j'avais conçu à votre intention. C'est Humpty Dumpy qu'il faut remercier pour cette oeuvre d'art qu'est "l'arbre de noël".

En effet, les deux vainqueurs du Joker ne s'étaient jamais rencontré en face. Le Pingouin avait organisé une réunion avec tous les grands de la ville pour former une alliance contre Pandora. Celle-ci l'avait menacé avec une lettre et un colis répugnant, et Cobblepot lui avait répondu par quelque chose d'encore plus immonde encore. C'est ainsi que tout avait commencé, et depuis ce jour, la morveuse avait occupé une place importante dans la liste noire de Chesterfield. En réalité, l'évènement que la Biosyn avait incité le Pingouin à réaliser n'était pas que nocif à son image. Il avait tellement hâte de pouvoir dépecer Pandora et en faire le nouveau drapeau de son gang. Une touche barbare, certes, mais tellement symbolique et efficace pour prouver la domination totale de Oswald sur Arkham. Son porte cigarette entre les dents, Cobblepot souriait cruellement à la jeune fille encapuchonnée qui se trouvait dans la fosse.

Cela ne sera pas une partie de plaisir pour toi, ce soir, et tu le sais. Pourquoi te cacher derrière ces immondes vêtements. Tu n'as pas à avoir honte de ce que tu es, gamine. Regarde, voilà quelqu'un que tu connais bien, je crois. Peut-être que sa présence te mettra à l'aise.

Sur sa gauche, Abramovici apparut, montagne de muscles sanguinaire, les hommes à côtés du Pingouin ne purent s'empêcher de reculer un peu, Bossworth exclus. Il tenait dans son unique bras une chose méconnaissable. Quiconque n'aurait pas pu reconnaître le savant immédiatement, tellement son corps était tuméfié, déchiré, brûlé. Son bras gauche avait été arraché au niveau de l'épaule, et la plaie, non soignée, arborait une couleur immonde de sang séché et de peau pourrie. A la place de son oeil droit, un gros trou irrégulier avait été creusé, aux contours carbonisés. On voyait là la marque du fer à soudé que le Pingouin avait violemment enfoncé dans le visage de Freeze. Cette arme, d'ailleurs, avait été utilisée à maintes reprises sur le corps, où d'horribles traces de brûlures marquaient le torse et le ventre du savant. Il semblait à peine conscient et ne pouvait faire le moindre mouvement, le fait que le Russe le soulevait du sol par le cou n'arrangeait rien à la chose. Il semblait impossible qu'il ne succombe pas à ses blessures, Pandora devait même se demander si le corps qui lui était présenté était un cadavre ou un mourant.

Je pensais bien que tu serais heureuse de le revoir, ces dernières semaines n'ont pas été très faciles pour lui, tu sais? De plus, il doit se sentir très mal à l'aise d'être aussi peu présentable. Ne t'inquiète pas, bientôt, il aura une autre personne dans la même situation que lui, et je pense qu'il se sentira beaucoup mieux. Pourquoi ne pas te laisser faire pour simplifier les choses? Non? Tu as raison, ce serait trop facile et il faut bien que je me divertisse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Dim 1 Avr - 18:45

La surprise te tétanise, bloque tout tes mouvements. Si l'apparition de cette catin d'Alicia te laisse de marbre, le corps mutilé de celui qui fût un de tes protecteurs déforme tes traits et manque de te faire étouffer, alors que tu ravales péniblement le cri que tu t'appretais à hurler devant l'assemblée. Aurora en profite pour apparaître à son tour, plus silencieuse et cérémoniale que la tueuse cybernétique. La présence de ces deux chiennes ensemble ne présageait rien de bon, et le fait d'exhiber fièrement le corps du savant ne pouvait réveiller la tueuse qui dormait en toi.
Tu tentes vainement de te contrôler, de ne pas dire un mot mais tes émotions te contrôlent, prennent le dessus et ne peuvent que te pousser à menacer ouvertement ceux qui se trouvent en hauteur. L'envie de massacrer ces imbéciles se fait plus impérieuse à chaque minute et ce sont des années de rage qui sont sur le point d'exploser alors que les deus femmes te toisent du regard, prête à te voir en découdre avec les meilleurs homme du marchand d'Arkham City.


".....Victor................." souffle tu avec une voix à peine audible. Empathique, tu ressens toute l'horreur de sa vie, et de sa situation. Tu te sens coupable de ce qui lui arrive, voire, tu est directement responsable. Tu avais commencée cette guerre, et entrainé le savant dans ton sillage meurtrier. Au final, chaque victoire commencait à t'exploser à la figure, et nombre d'innocents finissaient par en payer le prix fort. Tu tremblais, non as de peur mais par honte de ce que tu avais causée. Tu t'étais cherchée des excuses, inventés des motifs valable pour te lancer dans une vendetta sans fin, par peur de la réalité, par peur de ta propre vérité, et ce, afin de ne pas te sentir responsable.
La vérité, c'est que tu étais aussi haissable que ceux que tu haissais, seulement une épave qui essayait de trouver sa voie, en essayant de faire de son mieux....mais ton "mieux" pendant toute ces années, ne valait rien.
Vois l'enfer que tu a déchainée sur cette ville. Admire la souffrance que tu a offert à des gens comme Victor Fries et sa femme. Admire à quel point ta colère, tes mensonges et ton obsession ont mis sur le carreau de pauvres habitants, alors que tu tentais vainement de regler tes problèmes, de te délivrer de tes démons.
Oui, c'était leur faute...mais tu étais responsable aussi....Vous l'étiez tous. Après tout, pouvais tu te targuer de citer une vie qui n'avait pas mal tournée par ta faute? Une bataille gagnée qui ne t'aie pas explosée à la figure? Tes petites histoires avaient même entrainé la famille Valley dans une mort certaine, une mort que tu te reprocherais toute ta vie et qui te hanterais jusqu'à la fin de ton existence.

Tous pouvaient ensuite s'imaginer que jouer les âmes vengeresses serait facile, que tu n'aurais aucun remords. Mais être une tueuse, ce n'était pas se vautrer dans la facilité.
Que devais tu faire, alors? Peut-être revoir ton sens des priorité, en choisissant un camp....le bon camp, comme te l'a fait comprendre le Batman.
Attaquer, battre en retraite, réevaluer...tout, sauf se rendre et devenir pire que celles qui te regardent avec un air de défi.
Plus jamais tu ne serais une esclave du passé...Plus jamais tu ne serais une esclave des circonstance

Il n'y avait plus qu'un seul moyen, alors que tu arraches les haillons, dévoilant ainsi l'intégralité de ton bat-costume, de la cape noire et de la ceinture, devant l'étonnement général. La combinaison épouse parfaitement tes formes et revele même une atrophie musculaire que tu ne ressentais pas, comme si quelque chose te rendait plus forte, plus confiante envers toi-même. Tu affiches clairement ton camp, celui à qui tu est liée, et sans aucune honte. La Chrysalide venait de s'ouvrir, revelant un nouvel être, une nouvelle personne, qui allait mettre un terme à sa terreur et à celle instaurée par les démons du passé.


"Ce soir......Tout fini ce soir...ALICIA, AURORA, OSWALD......JE VAIS VOUS VAINCRE, ET LIBÉRER VOS VICTIMES...VOUS ALLEZ PAYER POUR VICTOR....ET POUR TOUS LES AUTRES."
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Dim 1 Avr - 19:03

"Tais toi, Alicia.....ce n'est pas toi qui dirige les festivités" venait d'ajouter Miss Blue, avec ce calme inquiétant qui la caractérisait depuis quelques minutes, sous les soupirs de la jeune femme cybernétique, qui prefera se reculer et laisser faire les festivités, disparaissant dans un halo électrique, après le petit speech de la mutante qui en étonnait plus d'un. De toute manière, elle ne comptait pas s'attarder dans le secteur.

De son coté, Miss Blue observait avec grand intérêt la scène, dans le plus grand silence et sans troubler le gérant du Lounge, qui en venait à présenter les faits. Si le corps de Victor Fries venait de mettre le feu aux poudres, la surprise qu'Aurora gardait sous le coude finirait d'achever. Oswald avait bien travaillé la mise en scène et l'utilisation de Victor Fries qui, malgré des blessures importantes, était encore en vie, d'après l'analyseur cérébral qu'elle portait en elle. Les relevés des blessures indiquaient d'importantes pertes de sang, ainsi qu'un grand nombres d'os brisé, sans parler de l'amputation et de l'orbite vide. Mr Cobblepot avait prouvé qu'il était un orfèvre en matière de tortures et son talent n'avait d'égal que sa cruauté lorsqu'il passait à l'acte. A vrai dire, cet homme avait sa place toute trouvée à la Biosyn...et si il survivait à ce jour, il deviendrait un allié important de la multinationale démoniaque.

Mais la surprise changea vite de camp lorsque l'enfant dévoila sa véritable apparence: Combinaison noire, ceinture étrange, cape noir et....le symbole....Son symbole. Le visage si impassible de Miss Blue mua instantanément sous l'effet de la surprise, alors qu'elle tourna son regard vers le propriétaire du Lounge, avant de se focaliser à nouveau vers l'enfant, visiblement très en colère et prête à ne faire aucun quartier de son coté. Le combat de ce soir allait s'averer des plus intéressant. Malgré la force du "Suit of Sorrow", il fallait parier sur la possibilité que l'enfant portait un équivalent. Le scanner rétinien de la savante détectait par ailleurs un étrange système qu'elle ne parvenait pas à identifier au sein même de la combinaison qui n'avait rien d'un simple vêtement.
Ainsi donc, Batman avait décidé de l'aider? Tiens donc...a croire qu'elle devait lui avoir raconté une bien belle histoire pour se le mettre aussi facilement dans la poche...à moins que son aide ait été volontaire...ou pire, qu'elle se soit effectivement et définitivement rangée de son coté. Mais peu importe car ce qu'elle portait allait peut-être l'aider à faire la différence, et peut-être, à vaincre. Et peu importe les paroles de l'enfant, qui n'étaient que vaines menaces, car la jeune femme n'y répondrait pas. Ce soir, Cobblepot était le seul maitre de cérémonie et c'était à lui de gérer cela du mieux qu'il le pouvait.

"Mr Cobblepot...l'analyse de mon scanner rétinien m'indique que ce qu'elle porte n'a rien d'un simple vêtement. Quoi que ce soit, ce n'est pas à prendre à la légère et c'est très sophistiqué."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Sam 7 Avr - 16:06

L'arrivée de Victor avait fait son effet. Miss White avait raison, cette petite avait des sentiments et elle s'était attachée à celui qui s'était occupé d'elle, qui s'était sacrifié pour la laisser partir, lui, un homme qui n'avait jamais été rien d'autre qu'égoïste. Cobblepot pouvait sentir la rage de la petite depuis son perchoir, et il se délectait de cette haine. La morveuse avait joué pendant si longtemps, se prenant pour la reine de la ville, seulement, l'on n'était pas dans un bac à sable, nos parent ne venaient pas nous chercher à la fin de la journée pour rentrer à la maison. On était à Arkham City, un des lieux les plus violents du monde, où l'espérance de vie était pathétique. Personne ne venait nous chercher pour que l'on sorte d'ici et que tout soit oublié, quoi qu'on ait fait. On moisissait dans cette prison et chacune de nos erreur nous rattrapait petit à petit.

Quel sentiment cela te fait-il de savoir que Freeze est dans cet état par ta faute? Sans toi, il se serait probablement échappé du commissariat.

En vérité, vu les moyens que Cobblepot avait investi dans cette bataille, il aurait été très peu probable qu'il s'en sorte. Mais il voulait faire culpabiliser au maximum la gamine.

Par ta faute, il ne reverra jamais sa femme, il t'aura juste vu s'enfuir en le laissant derrière toi... entre mes mains. Quoi que tu fasses, il mourra, il a beaucoup trop subi et ne tiendra pas deux jours de plus. Mais je compte bien en profiter pour lui arracher la dernière parcelle d'humanité qui lui reste!

Pandora arracha son manteau pour dévoiler ses véritables habits, et le Pingouin crut voir en face de lui une autre personne. Elle n'était pas la petit fille hideuse et psychopathe qu'il avait fait venir, elle était une combattante, digne et prête à combattre jusqu'au bout dans les règles de la justice. Malgré le fait que cette transformation avait quelque chose de profondément ridicule, cela ne fit pas sourire le gérant du Lounge. Oswald contempla la jeune fille d'un regard neutre, inexpressif (mise à part son air naturellement hautain). Il n'aimait vraiment pas le symbole qu'elle arborait, cela démontrait bien que Chesterifled était allé trop loin et qu'il en payerait le prix fort. Batman, l'avait-il réellement aidé? Comment avait-il pu se rabaisser à cela? Elle était une psychopathe au moins aussi dangereuse que Zsasz, c'est comme s'il avait donné sa propre tenu à ce dernier pour qu'il aille faire ses carnages dans les rues de Gotham.

Miss Blue, qui avait débarqué un peu plus tôt, ne semblait pas apprécier non plus cet imprévu. Elle expliqua à Cobblepot qu'il devait se méfier, car ce costume n'était pas un vêtement banal. Une sorte de jumeau du Suit of Sorrow? Serait-ce les caractéristiques de cette tenu légendaire? Oswald ne le voyait pas pour la première fois, et pratiquement à chaque fois qu'il l'avait croisé, il en avait payé le prix cher. D'une voix totalement neutre, n'exprimant ni joie ni colère, Cobblepot s'adressa à Blue sans quitter le costume des yeux. On aurait pu croire qu'il parlait à lui-même.


Ce costume me rappel de douloureux souvenirs. Celles qui le portaient ont presque toujours fait preuve d'incroyables capacités. Cependant, je ne m'étais jamais douté que cela pourrait venir du costume lui-même.

Puis, il regarda Miss Blue cette fois.

Il est temps de commencer, finissons-en rapidement.

Il fit un signe de tête à l'un de ses hommes et celui-ci activa les grilles. Avant même qu'elles n'aient franchi le quart de la trajet, les détenus commençaient à ramper pour pouvoir être les premiers à massacrer la petite. La première vague arrivait, et alors que les hurlements de rage des détenus s'amplifiaient, la voix cruelle de Cobblepot raisonna dans la vaste salle alors qu'il faisait un geste théâtral.

Bienvenue en enfer, chère Pandora, Wahahahahahak!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Dim 8 Avr - 2:40



Ainsi soit il. Les portes de l'enfer déversaient leurs démons sur toi, mon enfant. Mais en ex-démone que tu étais, de ressources, tu ne manquais point, alors qu'une de tes mains lache sur le sol une grenade fumigène fournie avec les gadgets que la chauve souris a acceptée de te fournir. Ils sont vite perdus, commençant à se demander ce qui se passe. Tu ne bénéficies pas d'une vision amplifiée, mais tu parviens à les reperer au son, et alors qu'un prisonnier maladroit vient à frapper un de ses camarades, tu en profites pour lui lancer un batarang en pleine figure. Bien sûr, tu ne le lances pas avec autant d'adresse que son créateur, mais tu parviens à faire mouche, et le type, touché à la tempe s'écroule sur le sol.
2 de moins, et encore des dizaines. Un troisième parvient à traverser l'écran de fumée, et à te trouver, mais tu esquives son coup lourd, puis encore un autre, avant de lui lancer un autre batarang dans la figure. Les armes dont tu servais étaient simples d'utilisation et de conception personnes, mais restaient efficace en tout état de cause. Le combat reste simple alors que tu envoie un 3eme adversaire au sol, laissant la place à un 4eme, puis un 5eme, alors que l'écran de fumée commence à se dissiper, dévoilant lentement ta position. Malgré ton incertitude, tu lis l'inquiétude dans le regard de ceux étant le moins sur sur la décision à prendre. L'un d'entre eux n'hésite pas et te charge à pleine vitesse, une arme contondante à la main.
Il court vite, bien, mais son arme ralentit ses mouvements et il est vite emporté par l'élan de son arme alors que tu l'évites en te décalant d'un simple pas, et lui partant s’électrocuter de son propre chef sur les grilles électriques de l'arène. C'était trop facile pour le moment, et tu parierais presque que les deux membres de la Biosyn.
Assez jouée défensif. Il fallait passer offensive, alors que c'est maintenant ton tour de charger l'un des hommes de Cobblepot. Le type est fort, assez bien bati physiquement et alors qu'il est sur le point de te placer le coup de poing de ta vie, tu positionnes tes deux mains bien en face de façon a arrêter le coup. Tu le fais sans vraiment y' croire, comme mue par un instinct autrefois enfoui, un reflexe de ton passé, un souvenir, une resurgence de ce que tu étais, de ce que tu avais vécue autrefois, et tu te rappelles alors les mots de ton mentor. Sa voix résonne dans ton esprit, il vit en toi, et avec toi et grâce à lui, et à d'autre, aujourd'hui, tu n'a plus peur.

Le combattant de Cobblepot était sidéré, éberlué de voir que son puissant coup venait d'être arrêté par cette enfant si frêle et si fragile que tu est. Il voit le sourire sadique qui se profile sur ton visage, alors que tu sens confiante...


"A mon tour"lui dit tu, alors que tu tires sur son bras avec une force qui n'est pas la tienne, envoyant le colosse au sol devant l'assemblée avant de lui coller ton pied en pleine figure. Le coup est violent, percutant, et ses os craquent sous l'impact, lui expulsant quelques dents dans une magnifique gerbe de sang rouge rubis brillant à la manière d'un rubicon au fond d'un gouffre de ténèbres. Ta force déchire la nuit de Gotham, s'impose à la vue de tous.
Tu est Pandora, mère de l'Apocalypse, démone Asura, enfant déchue des dieux et aujourd'hui, tu faisais étalage de ta puissance naissante.
Ce que tu venais de faire venait de convaincre cette bande d'idiots de te foncer ensemble dessus, te forcant à adopter une technique de combat autre, basée sur l'esquive. Il était improbable que tu gagnes en tentant de frapper de face ou même en te servant....Mais oui, ca pourrait marcher. Il suffisait juste d'y croire.
Ils sont forts, mais idiots et se rentrent tous dedans alors que tu parviens à te glisser entre leur jambes, touchant au passage l'un d'entre eux dans ses parties les plus intimes, en prenant soin de l'émasculer avec un morceau de verre qui trainait sur le sol. Celui ci ne pourrait plus jamais courir la gueuse. L'impact du groupe avait été d'une grande violence et s'était produit dans un boucan infernal sous ton regard presque amusée. Tu pourrais te moquer d'eux, les exasperer jusqu'à l'énervement...mais tu devais rester concentrer, ne pas dire un mot et ne penser qu'à une seule chose: Survivre.
Pour le moment, tu les ridiculise, les fait tourner en bourrique sans dire un seul mot. Tu dois continuer ainsi.

Tu dégaines un autre objet dans la ceinture, un cylindre bleu dont "il" t'a expliqué l'utilisation et qui tombait à point. Ils étaient en groupe, tous en train de se relever en s'insultant. C'était le moment idéal pour employer ce petit gadget qui allait mettre un terme à cette première vague d'idiots en chaleur. L'objet est lancé avec force vers le groupe et à l'instant précis, tu te camoufles les yeux avec la cape du costume, comme pour te proteger de ce qui allait suivre. L'objet venait d'emettre un leger "bang" suivi d'un flash blanc et d'un halo bleu qui parcourait le groupe par vague....une grenade électrique, non létale mais assez puissante pour les mettre à terre.
L'effet fût immédiat, percutant et tous tomberent à terre, inconscients, mais en vie.


"C'EST TOUT CE QUE TU A, OSWALD? DESCENDS TE BATTRE, ESPECE DE LACHE. JE VAIS TE MONTRER QUE LADY PANDORA NE FUIT JAMAIS." lui hurle tu avec toute ta colère, sans même lui accorder un regard alors que tu te retournes vers un autre homme, pistolet grappin à la main, en tirant vers sa main gauche, dans le but de faire tien cet immonde idiot qui essaye maintenant de se depetrer mais que tu tires d'un coup sec vers toi afin de t'agripper à lui et plus précisement à son visage pour commencer à le frapper de plusieurs coups au niveau du coup, puis d'un coup de ta propre tête contre la sien. Une fois de plus, l'entrochoquement d'os et de peau est violent et tu en viens à te blesser à l'arcade gauche. Le sort de ton adversaire est pire car il est totalement défiguré, le nez enfoncée, et plusieurs dents cassées, alors qu'il s'écroule au sol. Une fois assurée qu'il ne se relèvera plus, tu te mets à nouveau debout, relachant ton emprise sur l'homme pour finalement faire face à Oswald, brave petit toutou obéissant et ses deux maîtresses.

"Ainsi, tu est réduit à obéir à ces deux garces, Oswald...Tu oses me blamer d'avoir abandonné Victor....Tu oses insinuer que j'avais peur...Oui, j'avais peur...PEUR DE NE PAS POUVOIR TUER SONATINE DE MES PROPRES MAINS....Victor m'a permise de partir affronter celui qui commandait les deux garces à tes cotés. Regarde toi...Réduit à cela, tu est pitoyable. Tu ne vaux pas mieux que l’excrément d'un chien dans un caniveau. Et pour ce que tu a fait à Victor et sa femme, sache que je t'infligerais un enfer dont tu me supplieras de sortir. D'ABORD TOI, PUIS ENSUITE ELLES. DESCENDEZ, JE VOUS L'ORDONNE. OSEZ M'AFFRONTER, ENFANTS DE PUTAIN. J'ai tuée Sonatine....MAINTENANT, C'EST VOTRE TOUR D'ETRE PUNIS."
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Dim 8 Avr - 3:04

"Alors là, je dis "Bravo"....Efficace, vos hommes...vraiment. Ils viendraient pas de Bludhaven, vos crétins, par le plus grand des hasards?"
"Boucle là, Alicia. Cette petite pute est en train de tricher."
"Tricher? Tricher comme "Ca devait pas se passer comme ca?"
"TAIS TOI. N’éprouve pas ma patience, putain cybernétique."
"En attendant, je veux pas donner l'air de jouer ma chieuse mais elle a ridiculisée les hommes de Mr Cobblepot...Bon, allez, je m'en occu..."
"RESTE OU TU EST. C'EST UN ORDRE. Sois plus intelligente que ca. Elle grille ses petits jouets trop rapidement. Bientôt, elle sera à cours et donc, en état de faiblesse."
"J'en serais pas aussi sure. Elle nous a apprise que malgré les apparences, elle avait plus d'un tour dans son sac. Silberman l'a bien formée."
"Et il a payé le prix fort pour nous avoir résistés, tout comme cette petite saleté courte sur patte va souffrir"

Les deux femmes commençaient à se renvoyer la balle quant à la culpabilité de l'une et de l'autre dans ce plan qui commençait déjà à foirer à très grande puissance. C'était limite si elle n'allait pas se mettre dessus, tandis que chacune d'entre elles se regardaient droit dans les yeux. Si Alicia avait gardée un coté moqueur il y'a une heure, son visage affichait clairement de l'agressivité à l'égard de sa rivale qui lui rendait bien. C'était rare qu'Alicia, alias Miss White, perde patience et peu pouvaient se targuer de pouvoir le raconter.
Aurora reconnaissait que sa rivale n'avait pas tort: Pandora avait presque jouée avec les hommes de Cobblepot, à la manière d'une petite fille avec ses poupées, tout comme elle ordonnait maintenant aux commanditaires de la soirée de venir lui faire face. Hé bé, pas farouche pour un sou, la petite dame, et sacrement vorace, surtout ce soir. A croire que la vision de Victor Fries, dont l'un des gémissement attira rapidement le regard de Miss White, lui avait permise de trouver le courage nécessaire pour se battre....Enfin, déjà pour accepter une invitation dans l'arène d'Oswald, il fallait reconnaitre qu'il fallait un sacré cran. Malgré sa haine pour la petite, Alicia respectait ce courage, ce qui n'était pas le cas d'Aurora qui voulait vaincre à tout prix, laisser tout sentiments et toute règles de coté, quitte à passer pour une lâche.
Lorsque la petite eut fini de balancer ses pitoyables menaces à outrance, ce fût à Miss Blue de prendre la parole avec une voix agressive et presque désincarnée, dont l'effet fût immédiat sur Miss White qui recula de quelques pas. Quand Aurora prenait cette voix de cadavereuse (Ce qui était déjà assez surprenant pour elle, et encore plus sur le fait qu'on se demandait en réalité si elle était encore humaine), on savait qu'il ne fallait pas rester à ses cotés.

"Dis moi, espece de putain, depuis quand lèches tu les bottes du Batman? A il fallu que tu cèdes jusqu'à partager ta propre couche pour qu'il consente à t'aider? A tu du le supplier à genoux et t'humilier en face de lui pour obtenir ses faveurs? J'en suis quasiment persuadée, sale petite pleureuse. Il y'a 17 ans, tu a détruit le peloton "Night Echo" a toi seule. Tu a détruit le laboratoire Ark 3, tuées nos meilleurs membres, et par dessus tout, tu a tentée de manipuler la population d'Arkham City pour nous avoir. Nous t'avions tout donnée...TOUT, et tu nous a remerciée ainsi....Tu va mourir, une fois pour toute, Pandora.....Mr Cobblepot, envoyez la suite de votre programme, je vous prie."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Sam 14 Avr - 22:50

La gamine avait commencé le combat, elle retourna les hommes de Cobblepot avec une facilité exemplaire. Certes, elle était plus puissante que prévue car elle avait un costume similaire à celui de Oswald, mais cela ne posait, pour l'instant, aucun problème, tout se déroulait comme le Pingouin l'avait prévu. Il regarda avec un large sourire Pandora détruire ses combattants et il appréciait le spectacle. Il se sentait tel César, pour qui les gens se battaient à mort dans une fosse similaire, il ne manquait plus que les lions... à moins que Chesterfield ne garde d'autres secrets dans les profondeurs de son musée? Quoi qu'il en soit, le Pingouin se délecta de voir la panique qui commençait à monter dans les Miss Blue et White. Il était celui qui dominait tout pour une fois.

Mesdames, détendez-vous et continuez à regarder le spectacle. La scène une de l'acte un est terminée, commençons donc la deuxième, voulez-vous?

Il fit un geste de la main élégant et les grilles se rouvrirent. Cette fois, ce ne furent pas des détenus qui déferlèrent dans la salle, ce ne furent même pas des êtres humains. Dix tigres, cinq lions, deux panthères et un guépard affamés entrèrent, bavant de faim et de rage, leurs yeux avides de viande rivés sur la gamine. Ils se mirent à tourner autour de leur futur dîner, attendant le bon moment pour passer à l'attaque. Certes, ils n'avaient qu'une seule envie : déchirer la chaire de Pandora avec leurs dents le plus vite possible, mais leur instinct leur rappelait de rester prudent et de le faire dans les normes. Dressés pour tuer, ils savaient comment combattre en groupe sans se gêner mutuellement, ils ne fonceraient pas tous sur la proie comme des bêtes idiotes.

De belles bêtes, n'est-ce pas? Cela faisait tellement longtemps quelles s'ennuyaient dans les cachots de mon musée. Ces minous n'avaient aucune autre activité que de déchiqueter mes mauvais payeurs et autres prisonniers, donc un match tel que celui-ci est parfait pour qu'ils se défoulent. De plus, je n'ai plus toute ma tête depuis quelque temps et j'oublie de les nourrir, aussi, sois clémente et laisse-toi faire.

En effet, tout cela ne faisait que commencer, disons que la première vague avait été une mise en bouche avant l'entrée, le plat et le dessert avec le gâteau final. Pour montrer son prestige, le Pingouin comptait bien étaler sur la table toutes les cartes qu'il avait en main, en les dévoilant petit à petit de manière théâtrale. Mais toute cette mise en scène était un jeu qu'il ne voulait pas perdre, c'était pourquoi des snipers étaient installés en hauteur, au cas où la gamine terminait l'acte final et s'en sortait. Disons que Pandora ne se battait pas pour survivre, mais pour mourir en montant le plus possible dans l'estime de Chesterfield. Après une minute de regard menaçant, un des tigres commença à charger, suivi d'une panthère qui attaquerait en deuxième salve et d'un lion en troisième.


Dernière édition par Le Pingouin le Dim 13 Mai - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Lun 16 Avr - 13:26

*Ignoble fils de....*
manque tu de penser à voix haute alors que le premier fauve suivi de deux autres décident de faire de toi leur repas du jour. Chair et os, tu constitues, et dévorée, tu ne sera jamais alors que tu évites de justesse la première attaque. Ils semblent si rapides, si véloces et tu est prise au dépourvue, non pas parce qu'ils sont ce qu'ils sont, mais parce que jusqu'à aujourd'hui, tu avais toujours refusée de porter la main sur un animal, quelle que soit sa nature.Un autre fonce toutes griffes dehors et manque de t'emporter, ne rencontrant que le contact douloureux du grillage et goûtant sa terrible punition divine, le courroux de Zeus qui avait envahi la zone. Ils semblaient assommées, en parti hagard mais les créatures tenaient encore debout, et il en faudrait plus pour les faire tomber. Tu étais forte, très forte, et tu cachais un potentiel en toi qui pouvait te permettre de survivre à cette terrible nuit, mais jamais tu ne tiendrais face à ces terribles fauves alors que ton agilité te permets d'en éviter un autre.

Tu réalises bien vite ton erreur. Le Fantôme et les Ténèbres dominent ce combat et les bêtes ne cherchent pas uniquement à te tuer. Elles travaillent en coordination, jouent avec toi et bientôt, tu prends un premier coup de patte dans le dos qui t'envoie vers un des autres fauve. Lui-même te renvoie un coup de patte avant, levé sur ses pattes arrières en poussant le plus puissant rugissement de sa vie. Tu te rétablis péniblement mais un nouveau coup te renvoie au sol. Tu venais de sous-estimer des ennemis plus malins, dirigé par un instinct malsain de chasse, motivés non pas seulement par la faim, mais par la folie engendrée par le manque de nourriture.
Réalises tu, mon enfant, qu'elle ne sont pas uniquement là pour te dévorer? Comprends tu que tu venais de devenir leur jouet? Leur poupée de chair et de sang? Un nouveau coup de face te renvoie à terre dans un cri de douleur qui devait les faire exhulter. Le combat avait pris une nouvelle tournure et ne te laissait pas le temps de porter la main à la ceinture pour y' trouver un objet qui te permettrait de t'en sortir. A peine tentes tu un geste que tu est trainée sur le sol, le jambe maintenue par une formidable pression qui ne parvient pas à pénétrer les filaments les plus solides de la combinaison. Tu ne peux lutter et tu sens le contact froid du sol s'évanouir pour rencontrer celui du vent...et finir contre le grillage électrique.

La combinaison ne te protège pas totalement et l'électricité parcourt ton corps, arrachant à toi chaque parcelle de ta douleur. Tu hurles à la manière des damnées et toute ta rage ne parvient pas à te faire oublier l'intensité de la douleur. Ton corps est agité des plus violents soubresauts que tu aie ressenties de ta vie, te renvoyant à tes propres stigmates, ton passé, résurgence, douleur, colère, haine, tout ce qui avait de toi la monstruosité que tu étais devenue aujourd'hui. Les images défilent, s’imbriquent et se mélangeant dans un amalgame d'images prenant forme et vie dans ton esprit. Les démons du passé te parlent, hurlent....mais le cauchemar s'estompe et bien vite, tu touches nouveau terre, essoufflée, violentée mais en vie, alors que les fauves te font à nouveau face.
A tous te voyant, ils ne voient plus que les traits de la mort se dessinant sur ton visage. Petit à petit, ton apparence de mutante reprends le dessus. Ton sang bouillonne du héraut de la guerre, ton regard rouge sang brille au delà des mondes. La douleur réveille l'entité qui dormait en toi et la dévoreuse des mondes impose maintenant sa présence à tous. Entité des Enfer, Antéchrist, Princesse des Limbes, Amante du Démon, tu portes de nombreux titre et tu est celle qui va maintenant combattre ce soir...à sa place.
Les fauves chantent le changement et se retiennent de toute attaque, excepté un seul....Un vieux tigre balafré, un vieux combattant certainement qui sentait venir sa dernière heure. Lui n'en avait plus rien à faire et quitte à mourir, autant saisir la chance qui allait se présenter à lui: Celle de mourir en combattant. C'était un vieux male, qui savait exactement ce qu'il faisait, ce qu'il pourrait arriver, alors qu'il venait de s'avancer, laissant les autres fauves en arrière. Il était celui qui menait la meute et qui allait déterminer l'issue de ce combat.

Vos regards se croisent l'espace d'un instant et sa respiration est presque sur toi. Les autres ressentent la peur face à toi, mais lui est résigné à la mort alors qu'il te charge. Tu esquives sa première attaque, ce qui te permets de fouiller dans ta ceinture. Le félin géant se remets sur ses 4 pattes, te tournant autour. Cette fois, plus question de jouer: Le vieux chasseur faisait face à la démone, et un seul des deux allait survivre, ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Sam 21 Avr - 21:16

Le Pingouin admira son oeuvre. Dès la seconde où les bêtes étaient entrées dans la fosse, il avait compris qu'il venait de trouver le premier talon d'Achille de la jeune fille. D'après sa réaction et son regard de haine, elle n'était absolument pas à l'aise à l'idée de se battre et de tuer des animaux, si affamés et cruels soient-ils. Si le Pingouin avait correctement déchiffré l'esprit de Pandora, alors la suite de "l'Acte 1" de son plan serait suffisante pour en finir avec elle. Oswald en était presque déçu, il avait espéré qu'elle tienne jusqu'au bout de cette pièce magnifique et qu'elle mourrait lors de l'acte final. Malgré cela, la perspective d'une victoire aussi rapide et parfaite lui convenait largement.

Alors que la morveuse se faisait lacérer dans tous les sens par les félins, Cobblepot savourait avant tout la démonstration de force et d'intelligence qu'il était en train d'exercer sur les Miss Blue et White. Elles qui paniquaient une seconde plus tôt voyaient à présent leur cible se faire tirer vers les portes de la mort sans pouvoir réagir. Il était bien que la Biosyn commence à comprendre que le Pingouin n'était pas un pion, mais un égal, et que la moindre menace supplémentaire pourrait leur coûter très cher. Avec les effets secondaires du costume, Chesterfield était devenu encore plus sanguinaire que d'habitude, pouvant écarteler quelqu'un et toute sa famille pour un oui ou pour un non.

Depuis que Oswald sentait la victoire à portée de main contre la gamine, une nouvelle idée commençait à germer en lui. Pourquoi ne pas devenir un membre de la Biosyn? Un égal de Miss Blue ou Miss White? Cependant, il refuserait tout autre surnom que le Pingouin, il ne voulait pas devenir quelqu'un d'anonyme qui ne se souvient plus de son nom ou prénom. De plus, il avait fini par décider qu'il n'accepterait pas de se mettre à la disposition d'un groupe tel que la Biosyn, il ne supporterait pas d'avoir un chef. Dans ce cas, pourquoi ne pas devenir ce chef? Lui, prenant le contrôle d'une organisation aux moyens illimités et la remodelant à son bon vouloir! Il en ferait une organisation criminelle intouchable qui l'aiderait à gagner plus de pouvoir. On ne parlait plus à l'échelle de Gotham, on allait bien plus loin! Il deviendrait capable de se mettre à la place d'un dirigeant d'un Etat tout entier, le poste de président des Etats-Unis lui devenait accessible!

Cobblepot n'avait jamais pu assouvir complètement sa soif de pouvoir, celle-ci devenait de plus en plus grande et avec la folie qui grandissait en lui à cause du costume, elle devenait totalement sans limites. La Biosyn se chargerait de balayer son passé criminel et, grâce à ses moyens illimités, elle réduirait au silence les opposants de son régime et trafiquerait les résultats des urnes si nécessaire. Mais son passé était trop lourd pour pouvoir simplement tourner la page, Gotham entière témoignerait contre lui. Il faudrait que la ville disparaisse pour que le passé criminel du Pingouin soit enterré. Mais était-ce si impossible que cela? Rayer Gotham de la carte! La Biosyn n'avait-elle pas menacer d'éradiquer la ville à l'aide d'ogives si elle refusait de coopérer? Il suffisait d'appuyer sur le bouton et de faire porter le chapeau à quelqu'un d'autre! Tout semblait soudainement si simple dans un esprit si dérangé.

Le Pingouin était si profondément plongé dans ses réflexion qu'il faillit louper la confrontation entre Pandora et le vieux tigre, le plus puissant des félins présents. S'il venait à périr, les autres bêtes seraient totalement désorganisées et ne pourraient plus mettre en oeuvre leur coordination si dévastatrice. Curieux et impatient, Cobblepot rangea ses plans de conquêtes dans une partie de son cerveau et attendit que l'assaut ne soit lancé. Lorsque les deux monstres foncèrent l'un sur l'autre, l'aristocrate serra les dents d'excitation, dans un large sourire cruel et un regard dément
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Jeu 10 Mai - 4:46

HRP: Je suis désolée de vous avoir fait attendre tous les deux.

Les autres bêtes ne réagissent pas. Alpha contre Oméga. Roi contre Démone, c'est l'inéluctabilité d'un combat à mort,une bataille meurtrière qui ne se terminera que dans le sang. Un nouvel assaut est évité de justesse alors qu'une roulade te permets d'y réchapper. Le félin n'est pas rapide, mais attaque vicieusement, au moment où tu t'y attends le moins.
Tu trésailles à l'idée de ce qui pourrait t'arriver si tu cessais pendant une seule minute de penser à la seule essentiel de ce combat: Survivre.
Le coup suivant t'envoie à terre, t'extirpant un nouveau cri de douleur et arrachant la cape du costume.  Le vieux Lion est décidé, et toi, tu ne l'est pas. C'est ce qui fera la différence. Il ne te laisse pas le temps de te relever et t’expédie un nouveau coup de patte violent au visage, rouvrant une de tes anciennes blessures.
Les autres sentent le sang et se retiennent de te sauter dessus. L'instinct les gouverne, mais la loi du plus fort les tient à distance, pour le moment. Le vieux fauve rugit un funeste avertissement à leur encontre. Il est alors vulnérable et tu en profites pour lancer un des fumigènes que tu a pu sortir en hâte de la ceinture. Le petit objet sphérique roule jusqu'à ses pattes, produisant un épais voile de fumée opaque. L'idée est de créer un élan de panique, un événement que les bêtes n'arriveraient pas à gérer correctement.
Oui, mon enfant, ton plan semble fonctionner avec les plus jeunes qui semblent désemparés, rugissant à qui souhaitait l'entendre. Mais lui ne se laisse pas avoir par un piège aussi grossier, émergeant de la fumée pour te porter un nouveau coup te renvoyant au tapis. Ce qu'il ne voit pas, c'est l'étrange objet tranchant dans ton autre main, que tu dissimules habilement.....Une lame laissée au sol par un des prisonniers à qui tu avais réglé son compte. L'objet n'était pas bien long, mais assez pointu et acère pour pénétrer la chair d'un être vivant....et assez pointu pour percer l'os jusqu'au cerveau.

Le vieux combattant est décidé, tu ne l'est point et tu n'a plus le choix. Sa prochaine attaque sera la dernière et tu tueras si tu ne fais rien contre lui. La douleur d'un passé enfoui resurgit alors et tu tente de chasser ces images de ton esprit. Le vieux lion te ramene bien vite à la réalité alors qu'il décide une fois pour toute de passer à l'attaque, déployant ses dernières onces d'énergie. Tu sais ce qu'il te reste à faire, le cœur lourd et plein de reproches envers toi-même, un cœur débordant de haine à l'égard de ceux responsables de tout cela. Ta haine brûle à nouveau pour ceux qui ne savent que jouer avec la vie des gens, et la tienne. Tu te jures, d'une manière où d'une autre, de leur faire payer, peu importe les moyens.
Le félin à la fin de l'âge est presque sur toi et tu peux sentir le souffle de son haleine sur toi alors qu'il se dresse maintenant fièrement sur ces deux pattes, prêt à frapper. Son ouverture est breve, courte mais elle te suffit pour employer l'objet pointu, la dague qui trainait sur le sol. Le bruit immonde de la chair transpercé se répercute dans ton esprit, le mouvement accompli t'inonde du sang de l'adversaire et l'espace d'un moment, le vieux lion reste pétrifié sur place, comme tentant de comprendre ce qui lui arrivait alors que l'objet avait atteint une partie de son cerveau, ne le transpercant pas de part en part, mais le blessant mortellement. Vos regards se croisent l'espace d'un instant alors que tu ne peux plus contenir ces quelques larmes qui commencent à couler. Tout envie meurtrière, tout sentiments belliqueux semble avoir disparu du regard de cet ancien roi maintenant déchu alors qu'il tombe lourdement au sol.


« Pardon...........Pardon........Je suis désolée......je..........suis désolée » murmure tu difficilement alors qu'encore en vie, le vieux lion pousse ses derniers soupirs, respirant lentement et difficilement. Les autres fauves reculent, évitent de croiser ton regard. Il te savent dangereuse, destructrice et pressentent l'aura destructrice autour de toi. Eux craignaient la mort car tu étais sa légatrice, mais le vieux lion, lui s'était résigné à accueillir la mort. Le vieux félin respirait encore, mais son rythme se faisait plus faible à chaque seconde.
Agenouillée face à lui, tu décides de rester à ses cotés jusqu'à ce qu'il parte une fois pour toute. Les autre fauves te craignent et ne tenteront plus rien. C'était la loi de la jungle, qu'elle soit naturelle ou urbaine. Les lois restaient inchangées, immortelles et inviolables
Ta main passe doucement sur sa crinière. Il n'est pas seul et tu l'accompagnes jusqu'au bout dans la mort, comme une reine enterrant son mari. Le Lion était un être noble, digne et seulement guidé par son instinct de survie. Il ne combat pas ou ne tue pas pour le plaisir mais pour la survie. Te pardonne il dans son esprit ? Comprends il que tu n'avais pas eu le choix et qu'il en était de même pour lui ? Et lui ? Va tu lui pardonner pour ce qu'il ta fait vivre ?

Le vieux lion rends enfin son dernier soupir et ses paupières se ferment enfin, donnant l'air d'être seulement paisiblement endormi. Les derniers instants, ton regard de démone avait fait place à celui de la petite fille apeurée, celle qui, comme lui, était une bête emplie de peurs, de craintes et qui connaissait la loi des prisons. Vous étiez deux gladiateurs destinés à combattre pour le plaisir sadiques des puissants et empereurs et tu devais maintenant de faire face à ces empereurs sadiques.
Ton regard de démone resurgit alors que tu observes, toujours plus emplie de destruction, le trio cauchemardesque composé du Pingouin, de Miss White et Miss Blue.


« Pourquoi.......POURQUOI FAITES VOUS CELA ? Qu'est ce que vous me voulez ? » leur aboie tu, prête à en finir avec eux, alors que tu extirpes la dague de la tete du vieux félin. L'objet tranchant était une douleur de plus que tu allais redistribuer. Une victime de plus des machinations de la Biosyn, des fous d'Arkham. Peu importe la manière, car la douleur serait rendue.
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Jeu 10 Mai - 5:21

Pitoyable, risible, ridicule, stupide.....faible. Ces mots définissaient si bien cette petite gamine qui pleurait pour un oui ou un non. D'accord, elle avait quand même réussie à se faire le le vieux lion, mais seulement par chance, et parce que ce vieux matou était déjà sur le point d'y passer. Seulement, les autres fauves dépendaient de lui et maintenant, plus aucun ne daignait attaquer. Ce qui se devait être une démonstration de force de la part d'Oswald Cobblepot et de la Biosyn, se transformait en un spectacle pitoyable et tout bonnement risible, comme dit avant. Aurora semblait fulminer à chaque seconde alors qu'Alicia gardait un calme incroyable, malgré un visage affichant des traits plus sérieux. La Semi-Cyborg commençait certainement à réviser son jugement par rapport à cette petite qui se montrait pleine de surprise mais qui refusait d'utiliser pleinement son potentiel destructeur. Alicia restait tranquillement face à l’arène, les bras croisée en soupirant brièvement alors qu'Aurora, les bras fixés à la rambarde du balcon observait avec toujours plus de dédain, la gamine mutante.

"Pourquoi?? C'est une très bonne question? Et toi?? Pourquoi nous résiste tu ? Pourquoi nous combattre alors que tu étais des nôtres. Père t'avait tout donné, plus qu'il ne m'aurait donné à moi. Tu est mal placée pour les reproches, Pandora."
"Pourquoi n'entre elle pas en mode Génocide?"
"Parce que c'est une nullité et UNE DÉGONFLÉE"
"Attention, ne la sous-estime pas, Aurora. Il y'a quelque chose qui cloche avec elle et je le sens mal."
"Ce qui cloche, c'est qu'elle est A CHIER, tout simplement......Oh, regardez moi ca. Ca pleure pour un misérable petit lionceau."
"...."


Alicia ne souhaitait plus répondre quoi que ce soit, elle, qui, d'habitude, trouvait toujours une réplique cinglante à balancer à l'égard d'Aurora, ne trouvait plus rien à redire. Pas qu'elle trouvait que la situation allait trop loin, mais parce qu'elle pressentait que ce petit jeu auquel Aurora se livrait pourrait avoir des répercussions désastreuses. Depuis un moment, les instincts sanguinaires de la gamine resurgissaient par latence courtes mais elles étaient là, et rendaient la gosse plus forte mais aussi incontrôlable. Le fait qu'elle soit en plus équipée des gadget de Batman ne rendaient pas les choses plus rassurantes. En fait, pour dire la vérité, l'appréhension commençait à envahir la semi-cyborg qui ne souhaitait qu'une chose: Qu'on en finisse tout de suite avec la gosse avant qu'elle n'en finisse avec eux.
Alicia souhaitait tout autant la mort de la petite, pour des raisons qui ne regardaient qu'elle, mais elle détestait ce genre de petit jeu pervers auxquels elle était obligée de se livrer parce que cela en était décidé ainsi. L'envie de vengeance était légitime, mais face à une telle adversaire, transformer cela en jeu était très risqué. Un affrontement, le jeu de la mort, c'était l'un contre l'autre, face à face dans un combat à mort comme Pandora venait de le démontrer à l'instant, face au Lion. Dans un sens, elle était montée d'un cran dans l'estime d'Alicia, qui la considérait maintenant comme une adversaire qu'il ne fallait pas sous-estimer. Mais si la Bio-puce s'activait, alors Alicia ne donnait pa cher de l'ensemble des protagonistes de l’arène. Si cela devait arriver et qu'elle parviendrait à s'en sortir, elle n'hésiterait pas à le faire payer chèrement à Aurora, qui affrontait maintenant la mutante du regard.
Alicia eut juste pour réaction de s'adresser calmement à Oswald en lui accordant à peine un regard.


"..........Mr Cobblepot......La suite, s'il vous plait. Il faut en finir rapidement."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Dim 13 Mai - 21:54

Le spectacle qui se déroulait sous les yeux du Pingouin lui permettait enfin de se détendre et d'oublier tous ses soucies. Pandora se faisait violemment maltraiter par ce magnifique lion qui avait tant coûté à Oswald. La jeune fille ne semblait pas capable de passer à l'attaque, livrant une lutte intérieure pour savoir ce qui était le mieux, tuer ou être tuée. Chesterfield n'aurait pas pu trouver un moyen plus efficace pour forcer la fillette à replonger dans une folie meurtrière, il en était clairement conscient. A présent, il attendait avec impatience de voir ce que choisirait la morveuse. Pour l'instant, il semblait clair qu'elle allait perdre ce combat, elle avait encaissé beaucoup de coups de griffes et était méconnaissable.

En réalité, les autres félins n'étaient d'aucune utilité. Ils respectaient trop leur aîné pour oser l'accaparer durant son combat et n'oseraient pas passer à l'attaque si celui-ci passait l'arme à gauche. Leur seul rôle était décoratif, car ils ne pourraient même pas goûter à la gamine une fois celle-ci vaincue, ce morceau de viande ne reviendrait qu'au roi de la jungle. Soudainement, la morveuse sembla se ressaisir et commença à éviter plus habilement les coups de la bête. Avait-elle changé d'avis? Mais le lion ne comptait pas se laisser impressionner et il l'envoya encore au sol. Le Pingouin le savait, la fillette avait pris sa décision, il ne restait plus qu'à voir si elle comptait se laisser mourir et gagner à tout prix. La réponse fut rapide et violente, lorsque l'arme pointue de la jeune fille se planta dans le crâne de l'animal, qui ne compris que bien trop tard ce qui lui arrivait.

Quel retournement de situation spectaculaire! Cobblepot en aurait presque applaudi. Certes, Pandora avait l'emporté sur le monstre, mais en réalité, c'était une terrible défaite pour elle qui avait fait coulé le sang et avait pris la vie d'un autre. En un sens, la victoire de ce round revenait à Oswald qui, en plus d'avoir obligé la fillette d'aller à l'encontre de ses principes, verrait le spectacle durer plus longtemps. De plus, le changement d'attitude des deux partisanes de la Biosyn lui procurait un bonheur malsain. Il commença à comprendre qu'il était le seul décontracté dans cette pièce. Lui seul savait ce qui allait suivre. Alors qu'il comptait passer à la suite, Alicia lui coupa la parole. Il la regarda d'un air glacial et hautain, faisant bien comprendre qu'il était inapproprié d'intervenir ainsi.


Ainsi donc, il est temps de passer de l'acte un à l'acte deux. Changeons donc le décor de la scène pour rendre la pièce encore plus... réaliste.

Il sortit de son manteau un télécommande qu'il pressa avec son pouce. De petits "bip" étouffés, presque imperceptibles, résonnèrent dans la fosse, comme s'ils provenaient de derrière un mur ou de quelque chose de mou. Les félins ne comprenaient rien, car ce bruit provenait de leur estomac. Les animaux explosèrent presque tous en même temps, répandant tripes, sang et viscères sur les murs et le sol. Ils n'eurent même pas le temps de gémir que chacun repeignait déjà la salle. Etant donné que les bêtes étaient recroquevillées contre les murs, les détonations n'atteignirent pas Pandora, mais on ne pouvait pas dire de même pour ce qui était des organes et de la chair des félins. Cependant, le lion qui était à ses pieds avait lui aussi explosé, or, il était beaucoup plus proche d'elle. Le rire de Cobblepot résonna dans la salle, insupportable tellement la cruauté en émanait.

Je me dois de te présenter mes excuse car je t'ai menti tout à l'heure en te disant que je ne les avais pas nourris. Je n'avais plus de viande mais un gros stock de bombes, alors pourquoi les laisser mourir de faim? Quoi qu'il en soit, le résultat est époustouflant!

Ouvrant les bras d'un air théâtral, il introduisit la suite du spectacle.

Ainsi s'achève le premier acte de cette pièce des plus sanglantes! Il est maintenant temps de commencer la scène une de l'acte deux. Crois-moi, tu risques d'y laisser des plumes...

Un bruit de grille rouillée qui s'ouvre se fit entendre. Tous levèrent la tête et se rendirent compte que cela provenait du plafond de la pièce. On remarqua avec stupéfaction que, derrière la grille gigantesque, la masse noire qui cachait le plafond était en fait des centaines d'oiseaux de couleur sombre qui observaient de leurs yeux inquisiteurs la scène qui se déroulait en dessous d'eux. Ils étaient là depuis le début, silencieux et immobiles, séparés de la fosse par cette large grille. Mais maintenant que celle-ci était ouverte, il commencèrent à s'agiter, à battre des ailes nerveusement et à croasser. Plus rien ne les séparait de leur futur proie, mais ils attendaient l'ordre de leur maître avant de passer à l'attaque. Celui-ci leva son parapluie et le pointa sur Pandora, un cruel sourire aux lèvres.

Volez de vos ailes, piquez de vos becs et griffez de vos pattes, mes chéris! Et surtout, ne laissez rien derrière vous!!

Tel un courant marin déchaîné, la masse de plume plongea dans la fosse et se mit à tournoyer, plongeant vers la cible pour la piquer d'un bec acéré ou la lacérer de leurs griffes crochues. Alors que la fillette avait disparu derrière cette masse d'oiseaux affamés, Oswald regarda les deux Miss d'un oeil fou. Un seul ordre et les oiseaux pouvaient changer de cible et leur arracher la chair, leur crever les yeux, leur picorer les tripes. Il ne voyait pas comment Pandora pouvait s'en tirer, mais il devait attendre que celle-ci ne soit un ramassis d'os pour ordonner à ses petits chéris de se débarrasser de ces deux salopes qui se croyaient au dessus de tout. Pour ne pas paraître trop suspect en les fixant du regard, il reporta son attention vers la fosse et attendit que les volatiles ne fassent leur travail.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Lun 14 Mai - 10:49

Les murmures des ombres, les hurlements des esprits du mal....Ton visage brûle, tes mains ont froids et tremblent. Ce qui te recouvre de la tête est pied ne peut être réel. La monstruosité de l'humanité n'a elle donc aucune limite? Est tu condamnée, encore et toujours à revivre le même cauchemar incessant?
Ne peux tu donc plus détourner le regard de l'atroce spectacle qui se déroule sous tes yeux, alors que tu est maintenant recouverte de la tête au pied de ce qui furent, à une époque, des créatures nobles et respectables?
Depuis si longtemps, tu sentais la pression monter chaque jour, l'haleine des loups sur ta nuque, le regard des démons sur toi et tu étais sur le point de craquer, déjà et bien avant de venir ici, ce soir, te confronter à tes propres démons.
Par dessus tout, tu recherchais la vengeance, mais aussi le contrôle sur ta vie et tu te disais qu'en venant ici, ce soir pour faire face à ton passé, celui-ci abandonnerait peut-être ses noirs desseins te concernant.

Tu fus folle de penser une telle chose, mon enfant. De la haut, les puissants t'observent, se moquent de la petite chose insignifiante que tu est à leurs yeux. Pour eux, te contrôler n'est plus leur priorité et seul un acte gratuit de haute cruauté saurait les amuser, les divertir, en jouissant de ta propre douleur.
Qu'en est il des règles, de ce qu'"il" t'a appris, ce qu'il t'a demandé de respecter?
Mais comment pourrais tu croire en quelque chose quand un tel enfer venait s'imposer à toi? Comment croire qu'il existant une moindre once de bienveillance dans le cœur des humains quand chacun était capable de telles monstruosités? Il y' avait bien cette part en toi qui voulait y' croire, penser qu'il existait un espoir, une possibilité de rédemption pour ceux ayant péchés dans leur vie et tu avais daignée écouter cette partie de toi. Tu avais acceptée de te tourner vers cette idée pré-conçue dans le seul but de te rassurer envers toi-même et ce qui t'entourait....Mais tu fus folle de croire à cela.
Pourquoi tout cela? Pour l'accomplissement d'un plan soi-disant mystique que les gens ne peuvent comprendre? Tu maudis les gens de la Biosyn et toi-même pour avoir eu l'outrecuidance de croire à un vulgaire espoir. Tu maudis cet enfer qui produit ce mal que tu ne peux plus supporter. Tu est vulnérable, admets le. Impuissante, à la merci de la volonté de cette humanité pervertie alors que, comme beaucoup et depuis l'aube des temps, tu avais suppliée en levant la tête, demandée à ce qu'on te délivre du mal, mais le ciel avait fait la sourde oreille. Pourquoi serait-ce différent, cette fois?
Mais il y' avait autre chose, quelque chose en toi qui était dénué de scrupules comme de mesures, une voix rauque à l'intérieur de toi qui te demande de ne laisser personne se mettre en travers de ta route, de ne laisser aucun ennemi marcher sur tes rêves.

L'heure n'était plus aux manœuvres subtiles. Le temps était maintenant à la force brute, de s'abandonner à la brutalité et de fermer les yeux, de "la" laisser faire et de t'abandonner à la seule et véritable solution. Tu a peur, l'espace d'un instant, de fermer les yeux, alors que les becs des Pingouins commencent à te lacérer le visage et le costume, plongeant leurs appendices de chitines à travers l'habit de ton "ami"...et tu plonges à nouveau dans l’abime, une fois de plus.
La réponse est un cri inhumain, une impulsion qui repousse les nombreux oiseaux te recouvrant, les envoyant s'écraser les uns sur les autres et tous se percutent comme deux ouragans en un tourbillon rouge rubis et de jais, tuant quelques uns d'entre eux alors qu'ils rencontrent le mur electrique de l’arène.
Quelque chose vient de changer en toi, une part d'ombre longtemps enfouie, et la voix de la démone parle à ta place dans un langage inconnu. Quoi qu'elle dise alors qu'elle s'adresse à l'assemblée, les mots résonnent comme une énigme alors que chacune de tes mains maintient avec force un des oiseaux du Pingouin, se débattant comme deux enfants tenus par leurs parents. La réponse qui suit est douloureuse, brêve mais percutante alors que tu écrases d'une seule pression les trachées des deux oiseaux, les condamnant à coup sur à l'asphyxie. Les autres oiseaux se jettent sur toi mais les coups que tu rends sont bien plus efficaces, et chacun d'entre eux reçoit une leçon des plus mortelles.
Parfois, une tête se décolle du coup, laissant leur sang chaud se répandre sur le sol froid de l'arène du musée et tu éclates d'un rire démoniaque qui n'est pas le tien, qui ne te représente pas. Aucun des oiseaux du Pingouin ne pouvait résister à tes assauts cruels, presque similaire à ce que le propriétaire du Lounge avait prévu pour toi. C'était ainsi que le monde tournait: Ni pitié, ni quartier, la victoire ou la mort.....gagner......gagner.....Gagner à tout prix et étancher la soif de sang, apaiser le tonnerre des tambours de guerre.

Tu venais tout contrôle et "elle" venait de passer le relais. Elle prends même le temps de s'attaquer a deux des gardes de Miss Blue, par un lancer précis d'un objet tranchant vers leurs gorge, touchant les deux hommes du premier coup. Ceci était un funeste avertissement. Ils étaient les prochains.

".......Rappelle les........."dit tu d'une voix démoniaque, alors que tu attrappes un autre oiseau, pour lui briser les cervicales, avant de le lancer vers les grilles électriques.
".......Rappelle les......ou je les tues tous"repete tu à l'encontre du propriétaire du Lounge, toujours avec cette voix sépulcrale qui résonnait dans l'arène, provoquant le silence le silence de tout tes ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   Lun 14 Mai - 11:46

De plus en plus étonnant, il fallait croire que la petite avait un ange-gardien à ses cotés, bien qu'on aurait pu parler de démon -gardien dans son cas. Son comportement n'avait plus rien à voir avec ce qu'elle était il y'a encore quelques minutes. Oswald Cobblepot ne le savait peut-être pas, mais la gosse allait maintenant commencer à poser de véritables problèmes, tout comme elle allait pousser à bout le gérant du Lounge. Si ce dernier n'aimait pas les félins, comme il en avait attesté il y'a un instant, son gout immodéré pour les oiseaux venait de faire "tache" dans le sens ou Pandora décimait les oiseaux avec une sauvagerie jamais égalée, elle, qui, il y'a un instant, pleurait la mort d'un lion. La gamine venait d'être poussée dans ses derniers retranchements et les organisateurs de cette macabre soirée risquaient maintenant de prendre cher. Les deux gardes d'Aurora touchés à la gorge en étaient une preuve formelle, alors qu'ils s'écroulaient maintenant au sol dans des borborygmes immondes. Oswald pouvait penser ce qu'il voulait, mais la vérité était là: Il perdait tout contrôle sur la soirée et les mauvaises nouvelles allaient continuer d'affluer.
Les deux envoyées de la Biosyn étaient elles-mêmes à bout d'idées et Alicia commençait doucement à paniquer, bien qu'Aurora avait reprise un semblant de calme. Mieux encore, elle affichait un sourire bien plus satisfait devant le spectacle qui se déroulait sous ses yeux.
Pandora venait finalement de passer en mode "Génocide" et la Biopuce implantée dans son cortex devait très certainement dicter ses actes maintenant.


"Bien, Pandora.....Cela est bien mieux...."

Aurora ne pourrait en dire plus alors que l'étrange dispositif au bras de la jeune semi-cyborg émettait un bip repetitif comme pour l'avertir d'un message. Elle positionna son bras à la l'horizontale devant elle et appuya sur un bouton, ce qui fit apparaitre un petit écran holographique montrant le visage d'un des hommes de main d'Aurora, ou plutôt, son visage caché par le casque intégrale lié à leur armure de combat.

"Ici Miss White. J'écoute. Que se passe il?"
"ILS SONT EN TRAIN DE NOUS MASSACRER, VOILA CE QUI SE PASSE."
"Qui? Phoenix 1, qui est en train de vous massacrer. A vous?"
"Les Asuras et le mutant....OH MERDE....FEU, FEU, ABATTEZ LES. IL NE DOIVENT....."


La communication venait de se couper brusquement sous le regard médusé des deux jeunes femmes. La suite risquait fort de tourner en défaveur de la Biosyn et du gérant du Lounge, alors que ce dernier devait très certainement mal digérer le massacre en règle de ses piafs. D'ici à ce qu'il hurle "MES BEBES", il n'y'avait qu'un pas. Oswald était allé trop loin dans son petit jeu sadique et la facture commençait à arriver. Alicia hésitait à lui adresser la parole en le regardant dans les yeux alors elle le fit sans vraiment l'observer, tout comme elle détourna son regard d'Aurora. Le regard froid de Cobblepot l'avait faite trembler l'espace d'un instant, et bien qu'elle pourrait le vaincre, du moins, elle le pensait, elle savait qu'un combat entre elle et le gérant du Lounge lui couterait très cher. Aurora, elle, se ferait massacrer tout de suite. Si cela devait arriver, les répercussions pour Oswald seraient catastrophiques.
Ajoutons en plus qu'Alicia tremblait maintenant à l'idée de se retrouver face à Pandora. Bien qu'il avait été prévu par Erebius qu'elle descende à son tour dans la fosse, elle redoutait de ne pas en revenir. Il lui avait suffit d'un instant, d'un moment pour croiser le regard de la gamine démoniaque, pour comprendre que malgré ses armes et son talent, qu'elle n'avait plus aucune chance. Pandora venait de passer en mode "Génocide", et la biopuce de combat était activée. Ses capacités de combat venaient de doubler, et son comportement avait changé du tout au tout. Plus de pitié, plus d'inhibition, pas de survivants.....Pandora était devenue une véritable tueuse. Merci Mr Cobblepot. Si jamais Alicia parvenait à se sortir de ce merdier noir, elle se chargerait de le faire payer sauvagement à Aurora et Oswald.


"Aurora, Mr Cobblepot, je crois qu'on va avoir de la compagnie."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rising of the Penguin, part 3: Le Dernier Combat (Privé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Rising.Heaven VS PirateSliper] Part II
» Rising of the Penguin [libre]
» Batista vs John Cena
» Table Match : Ryback vs Cena
» Plusieurs qustions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Midtown/Diamonds :: Cyrus Pinkey Musée d'Histoire naturelle-