RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Arkham Asylum : welcome to hell.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Mar 29 Mai - 22:34

Face à ma provocation, Batman ne répond rien au premier abord, ce qui a de quoi me faire sourire. Puis après quelques gestes théâtraux, le justicier m’adresse la parole pour m’assurer que j’aurai tout ce que je voudrais si je l’aidais à se sortir de là. J’accueille la remarque d’un haussement de sourcil amusé avant de me concentrer sur la situation qui ne va pas en autre faveur.
Je sens lentement monter l’adrénaline le long de mes membres et je passe ma langue sur mes lèvres, appréhendant déjà le goût du sang.

Soudain, la chauve-souris me donne des instructions avant de disparaitre sans attendre mon avis. Ah oui ? Alors si j’comprends bien, je me tape tout le boulot dangereux pendant que monsieur s’fait un tour de croisière ? Mets-la en sécurité. Je jette un œil entre indifférence et animosité à la jeune femme terrorisée qui se tient à deux pas de moi. N’aurait-il pas pu y penser avant le bougre ? Alors que les prisonniers se déversent de leur cellule comme un ras-de-marais menaçant, j’attrape sans plus attendre le bras de la jeune femme pour l’entraîner plus en arrière. Elle ne sera pas en sécurité tant que tous ces malades seront en liberté. Mais du temps… Je l’entraine dans les dédales des couloirs, finissant par lui ordonner de se cacher dans le placard d’un vieux bureau. Elle s’exécute sans rechigner et j’apprécie. J’entends les hurlements des forcenés se rapprocher dangereusement de moi. Je joue parfaitement bien mon rôle d’appât, les attendant presque avant de me remettre à courir comme une dératée. Je les entends qui jubilent déjà de m’attraper. Quelle bande de joyeux incapables. Ça me fait sourire.

Haute sécurité, haute sécurité. Je me remémore ma connaissance des lieux – c’est pas vraiment le moment de remettre en question mon sens de l’orientation. J’espère sincèrement que le timing sera parfait, sinon j’aurais vite fait de chopper le guignol qui se fait passer pour Batman et lui faire payer son inefficacité. Quoiqu’il en soit, quand j’arrive dans la grande salle qui est sensée faire office de quartier sécurisé, je cherche désespérément des yeux un moyen de me tirer de là quand le justicier aura activé le système. Les prisonniers sont plutôt rapides et ne mettent pas longtemps avant de me rejoindre.

J’en repousse quelques uns en me débattant au corps à corps, donnant coups de griffes et coups de pieds redoutables et quand les barrières se dressent enfin, je tente de repérer de quoi me percher en hauteur. J’enroule mon fouet autour d’un bras de fer qui surplombe l’installation et je me hisse. Les rugissements des détenus que je surplombe m’arrachent un bref frisson puis lorsque j’entends le cliquetis familier d’une grille d’aération, je me retourne pour constater que Batman est enfin là, me tendant la main pour m’attirer jusqu’à lui dans le conduit.
Je lâche un soupir, une fois arrivée en haut.

« Et bien tu en as mis du temps. » – Le provoqué-je.

Je profite de notre proximité pour lui adresser un regard aguicheur avant d’évoluer dans le conduit. Bien que la menace des prisonniers ait été neutralisée pour le moment, il reste encore Double Face dans le coin, et je compte bien lui tomber dessus pour lui faire payer. C’est là que j’entends un cri se répercuter jusqu’à nous. Le Procureur n’a pas l’air d’être très content. Je coule un regard au justicier mais les détonations qui retentissent secouent légèrement les réseaux d’aération. A canarder les murs comme ça, Double Face va finir par faire écrouler le plafond.

« Si tu veux, je m’en occupe. Je vais me faire un grand plaisir de clouer le bec à ce guignol. » – Mon sourire s’étire sournoisement.


-------------------------------------------

Je n’aurais jamais pensé que Batman m’aurait laissé régler le compte de Double Face. Le Batman que je connais porte tout sur ses épaules et ne se dédouane que très rarement. Plus ma petite investigation avance au sujet de l’imposteur, et plus ma curiosité s’aiguise.

« Harvey… Mon chou, tu es tellement rabat-joie. Arrête de beugler. Si tu lâchais ta pièce deux secondes pour que je t’en colle une en pleine tronche ? » – J’étais perchée juste derrière le Procureur et j’avais regardé le spectacle avec un réel engouement. J’avais soigneusement évité les conduits d’aération pour revenir dans la pièce principale. Se prendre une balle perdue était loin d’être mon but. A peine a-t’il le temps de se retourner que j’ai déjà bondi d’un obstacle à l’autre, prenant soin de jouer avec mon environnement pour le mettre en situation.

Harvey fait une appétissante souris malgré sa face brûlée. Je glisse derrière un bloc. Le plafond est haut, ce qui ne peut que faciliter ma progression. Malgré l’arme qu’il tient en main, je peux facilement avoir le dessus si je joue sur ma furtivité.

« Un ravalement de façade… ça ne serait pas la première fois. » – Mesquine jusqu’au bout des griffes.

Et je disparais de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Mar 5 Juin - 14:46

Soudainement, une voix féminine et provocatrice se fit entendre. Harvey fut presque surpris et releva la tête, afin de mieux observer le plafond qui baignait dans une obscurité omniprésente. Cette petite chipie de femme fatale, avait eu l'audace de venir narguer Harvey, dans son propre domaine. C'était trop, pour qui se prenait-elle, cette ignoble trainée ?

Sans attendre plus longtemps, le Juge Fou se retourna instantanément et fit feu à l'endroit, où la voix de Sélina se fit entendre. Les balles pleuvaient à flot, dégradant avec une force inouïe les murs de la salle ainsi que les divers éléments de décorations. Puis un énième bruit sourd se fit entendre, faisant comprendre au propriétaire de l'arme à feu, qu'il était grand temps de penser, à la recharge.

La voix de la femme-chatte, se fit de nouveau entendre. Visiblement Harvey avait manqué sa cible. Avec une délicatesse certaine, il "jeta" le chargeur de son arme et en mit un nouveau - et surtout dernier ! -. Il fit de nouveau feu, en direction de l'endroit, où était sensé être Catwoman. L'avait-il touchée ? Peu-être...

" Cats, que fous-tu ici ? " hurlait, notre homme.

Il fallait dorénavant économiser les balles. Il y avait fort à parier, que l'acte final, allait se dérouler d'ici peu. Harvey était seul... contre tous !

Sans attendre plus longtemps, l'homme au double-visage, quitta précipitamment sa salle, et se dirigea d'un pas désespéré, vers un autre lieu. Les portes claquaient les unes après les autres, indiquant sans réelle difficulté à ses ennemis, où il allait. Son plan était tombé à l'eau, hélas pour lui.

La fuite semblait être la dernière option utile !


=================
=================

[ HRP: Je savais pas quoi rajouter, mais faites-vous plaisir, démontez moi Razz ]

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Lun 11 Juin - 11:40

Les balles ricochent contre les murs carrelés, donnant lieu à un tintamarre sans précédent. Moi je me glisse en contrebas, jouant des pans de murs qui se dressent pour me cacher du Juge Fou. Abaissée derrière l’un d’eux, un sourire étire mes lèvres lorsque j’entends le cliquetis. Plus de balles Harvey ? Je l’entends qui recharge et qui remet la dose niveau rafales. Terriblement ennuyeux. Il n’y a plus qu’à attendre qu’il ait fini et je pourrai enfin rentrer en scène – si toutefois monsieur n’est pas chargé de munitions à gaspiller.

J’entends la voix de Dent ponctuer son petit manège pour me demander ce que je fous ici. Quelle question… Elle ne mérite même pas de réponse. Je m’accroche au pan de mur et je me hisse jusqu’à avoir vue sur Harvey Dent qui semble pressé de quitter la pièce. A peine la première porte claquée, je me dirige en courant vers la grille d’aération qui suit le couloir qu’il a emprunté. En quelques souplesses, je me retrouve à évoluer dans le conduit suivant attentivement l’avancement du Juge Fou par le bruit qu’il provoque.

J’émerge rapidement dans une autre salle et je le distingue à quelques mètres, jetant quelques coups d’œil autour de lui. Je profite de ma discrétion pour me couler contre le mur en contrebas et progresser jusqu’à lui sans qu’il me voit. Double-Face panique – je le sens. Je surgis derrière lui, mon avant bras bloquant sa trachée tandis que je lui susurre langoureusement à l’oreille.

« Chat ! » – Je profite de la surprise pour attraper sa main armée et lui planter mes griffes dans le poignet de sorte à ce qu’il lâche son flingue.

Je le retourne, lui décoche un coup de genou dans l’abdomen avant de l’envoyer valser plus loin d’un coup de pied. Je m’avance, roulant des hanches.

« Kss kss… Harvey, tu es ennuyeux. Ennuyeux à mourir. » – Un coup de pied dans la mâchoire a vite fait de lui faire cracher un peu de sang.


[HJ : C’est court mais je te laisse répliquer. ^^ Tu peux y aller. Et si au final Az tu veux intervenir, tu peux donc ! Ou sinon tu enchaînes en tentant de trouver Harley et je te rejoindrai dés que j’aurai fini avec Double.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Lun 11 Juin - 15:26

La panique grandissait petit à petit, dans les entrailles de l'homme au double-visage. Son plan si génial avait connu un échec retentissant, provoquait par cette maudite chatte ! Il ne pouvait être DEUX, ce n'était pas prévu ainsi. Bien malgré lui, Harvey venait de comprendre que personne ne pouvait comme bon, lui semblait, son avenir. Néanmoins, il espérait sincèrement rectifier le tir de son erreur, en éliminant avec atrocité, ses deux adversaires. Lentement et d'un geste attentionné, il retira son chargeur afin de voir son nombre de munition puis le remit en place, dans un claquement sourd !

" Mon petit minou, viens nous voir ! " Dirent-ils, sur un ton à peine audible.

Il n'eut guère longtemps à attendre...

Soudainement, un bras frêle mais néanmoins ferme fit son apparition autour du cou de l'ex-procureur. Ce dernier surpris, en eut le souffle coupé. Un mot dit de façon suave, fit comprendre instantanément à la victime, qui était son agresseur ! Puis sans crier garde, Catwoman planta sa main acérée dans celle du Juge Fou, qui bien malgré lui, du lâcher son arme.

Si seulement, les choses s'étaient arrêtées là...

Sans crier garde, elle retourna sa proie pour lui enchainer un coup de genou dans l'abdomen avant de l'envoyer au loin avec un coup de pied. Harvey retomba lourdement sur un table, au loin. Cette dernière d'ailleurs, se brisa en deux sous le poids de Double-Face. Il tentait d'ailleurs de ce relever tant bien que mal. Hélas pour lui, son corps criait le martyr. Cette salope de chatte, ni était pas allée de main morte. Elle allait payer cette ultime attaque à moins que ...

Elle venait de parler une nouvelle fois, avant de faire claquer violemment son pied sur la mâchoire de Harvey, qui sous le coup du choc, envoya valser un énorme jet de sang. De SON propre sang !

" I-Ignoble SALOPEEEEEEEEEEE !!! "

Rassemblant ses dernières forces pour le coup final, Dent venait à présent de se ruer sur sa proie, sortant de l'arrière de son uniforme de taulard, un couteau fais maison ( Un manche à balai taillé en pointe et entouré dans une chaussette pour faire office de manche ! ) prêt à égorger la féline.

Dorénavant c'était soit lui ou bien elle !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Lun 11 Juin - 18:32

Spoiler:
 

Voir Double Face piquer une crise de colère est vraiment quelque chose d’exaltant. Alors quand je le vois littéralement péter les plombs, essuyant mes coups sans rien pouvoir faire – j’hésite vraiment à lâcher un rire cinglant, histoire de me moquer de lui.
Mais l’homme se redresse, le menton tâché de sang et les yeux furieux. Je le vois sortir une arme improvisée et se jeter sur moi, véhément.
La surprise me fait réagir une seconde trop tard. Quand j’esquive, Double Face est déjà sur moi et arrive à m’esquinter superficiellement tandis que je bondis à l’arrière. Je ne lui laisse pas le temps de remonter son arme que je suis déjà sur lui, attrapant son bras armé pour lui tordre en amenant mon genou dans son abdomen une nouvelle fois. Un coup, puis deux, et un crochet du droit qui a le mérite de le faire saigner à nouveau.

« Vraiment Harvey, y a mieux pour espérer arracher les vêtements d’une femme. » – Que je lui lâche sur un ton réprobateur.

Tandis que je lui presse le poignet pour qu’il lâche son arme, la paume de ma main libre remonte brusquement dans le nez du criminel. Je le rejette plus loin – désarmé et ensanglanté. Je baisse les yeux sur l’estafilade qu’il m’a faite au ventre et je fais claquer ma langue contre mon palais.

« Voyons, un procureur se doit de garder son sang froid. Regarde-toi. » – Etrangement, j’adore lui parlais comme s’il n’était qu’un gosse, ou un débile. Je sais que ça n’alimentera que plus sa rage. Je suis très peau de vache.

Je m’avance vers lui puis je lui intime de se redresser pour lui glisser des menottes aux poignets et le mener à une cellule provisoire. Un de moins – mais beaucoup d’autres attendent sûrement leur tour.
Je referme la grille avant de la verrouiller en arrachant tous les fils du système d’ouverture puis j’envoie un baiser à mon compagnon d’infortune à travers les barreaux.

« Adieu Harvey. C’est toujours un plaisir de taper un brin de causette avec toi. »

Je tourne les talons, me dirigeant d’ores et déjà à la recherche du faux Batman et de ses futures proies.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Mar 12 Juin - 15:11

Un bruit de déchirement se fit entendre ! Par sa manœuvre des plus désespérées, Harvey venait de réussir à blesser son adversaire au niveau de la taille. Malheureusement pour lui, la blessure ne semblait guère être importante. Ne cherchant pas à comprendre plus longtemps, il venait de réarmer son bras, prêt à déchiqueter à nouveau la chair de son ennemie. Hélas pour lui, cette dernière n'avait aucune envie de refaire connaissance, avec l'arme artisanale de son agresseur ! Sans crier garde, Catwoman était parvenue à maitriser son adversaire avant d'enchainer le tout, par un combo des plus dévastateurs qui eut la particularité de refaire saigner l'ex procureur de Gotham. Elle adressait à présent et comme à son habitude, une phrase provocatrice envers le Juge Fou. Ce dernier sentait sa haine grandir de plus en plus, au point d'atteindre le point de retour. Cette même haine sera néanmoins le début de la fin !
La femme chatte profita de cette énième confusion pour frapper avec une puissance inouïe le nez de Double-Face. Ce coup des plus splendides eut pour effet d'envoyer valser une nouvelle fois, Harvey au loin ! La tête de ce dernier lui paraissait si lourde. Il s'était fait vaincre facilement et surtout ... par une femme. Son alter-ego si puissant en temps normal, venait d'en prendre un sacré coup !

Profitant de son avantage, la jeune femme féline s'approcha de sa petite souris avant de lui passer les menottes et de le jeter tel un malpropre dans une cellule de haute sécurité. La justice venait de triompher une énième fois. La justicière observa durant quelques secondes sa proie, avant de tourner les talons pour espérer mettre fin à cette folie. Alors que ces pas claquaient au loin dans les immenses couloirs du pénitencier, la voix rauque et autoritaire de Dent se faisait entendre...

" J'AURAI TA PEAU, CATS ! TU M'ENTENDS ? JE TE TUERAI DE MES PROPRES MAINS !!! CROIS MOIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!! "

Un nouveau bâtiment venait de passer sous le contrôle du Batman et de sa partenaire du soir ... Catwoman !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Az

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 09/05/2011
Nombre de Messages : 1720
Autres Comptes : Simon Hurt
Vous à Gotham : L'Ange Exterminateur

MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Dim 24 Juin - 20:18

Avant de disparaître dans les ténèbres de l'asile pour continuer sa traque, Batman était resté quelques minutes à surveiller Catwoman. Elle était très capable, elle lui avait montré plusieurs fois qu'elle était une combattante expérimentée quoique loin en dessous de son niveau, mais doublée d'une roublardise à toute épreuve, qui faisait d'elle une ennemie glissante et insaisissable. Face à tant de malice, Double-Face aurait bien du mal à prendre le dessus. Mais pour s'assurer qu'il n'arrive rien de fâcheux à la belle féline, qui ne cessait de tourmenter les pensées de l'homme sous le masque, le chevalier noir resta caché à observer et prêt à agir. Bien évidemment, cela s'avléra inutile Catwoman gérait parfaitement la situation, mais la voir se dandiner et provoquer le juge fou avec quelque chose de .... mordant.
Le Caped Crusader chassa ces pensées saugrenues lorsqu'il se rendit compte qu'elle ne risquait plus rien, il avait en revanche beaucoup de pain sur la planche.

Alors qu'il filait à travers les grandes cours de l'asile, affrontant au passages quelques détenus qui se regroupaient, le masque alerta que le téléchargement des images de surveillance était terminé. Batman pressa le pas, Harley avait été vue traînant ses guêtres aux alentours des jardins botanique.
Le chevalier noir s'arrêta dans un recoin, près d'une armoire électrique, là où les câbles reliant les diverses installations des cours se rejoignaient. Il sortit son décrypteur et hacka le réseau pour diffuser la boucle d'images qu'il avait fait filmer le montrant dans un autre secteur du complexe.
Le temps qu'Harley découvre le pot-aux-roses, et futée comme elle est, elle mettrait du temps, le Batman aurait une avance considérable pour retrouver Gordon.

Le chevalier noir pénétra dans les jardins botanique, un endroit immense, destiné à la base à des fins thérapeutiques : les patients pouvaient se promener dans un milieu naturel et participer à l'entretien des jardins. Mais cette nuit là, l'immense serre était devenue le bastion de l'empoisonneuse, la très sensuelle et terriblement mortelle Poison Ivy.
La fatigue commençait à se faire sentir, cela faisait près de deux heures que le justicier était dans les lieux et qu'il avançait de rixes en traquenards, affrontant des groupes de détenus armés, et des Tarés machiavléiques.
A mesure qu'il avançait, la fatigue lui faisait perdre patience, certains des criminels qu'il croisa reçurent une correction bien plus expéditives et étaient laissés dans un bien mauvais état. La perspective de se défouler sur Harley se faisait de plus en plus pressante, et il ne comptait pas se retenir.

Après avoir joué au prédateur une paire de fois, il parvint dans une espèce de jardin zoologique, constitués de cinq enclos accueillant normalement divers animaux mais qui se trouvaient vides cette fois ci.
Un peu en surplomb il y avait une espèce de plateforme ainsi qu'une grotte, le chevalier noir entendit un rire familier ...

_________________________________


Fiche de présentation
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Mar 26 Juin - 2:10

«Hahah! Hahaha!»

Harley faisait les cent pas en regardant le commissaire qui se balançait au dessus du vide. Il était à moitié conscient, car un peu plus tôt, elle lui avait foutu un coup de bâton de baseball en arrière de la tête. Il résistait trop et elle voulait s'éloigner au plus vite de l'endroit où Batman était. Neuf hommes faisaient la ronde en bas, mais le temps commençait à faire place à l'impatience. Il attendait tous que la chauve-souris se présente. La rumeur était fondée, Batman était réellement dans les bâtiments. Voir le policier qui se faisait trainer par la copine du Joker avait raviver un peu de leur courage et ils étaient prêt à affronter n'importe qui pour le plaisir. Tout la mascarade qui se jouait présentement laissait agir les animaux à l'intérieur des hommes leur faisant perdre tout contrôle et vigilance.

De sa main, elle frotta les vitres trop crasseuses sans effet apparent. On entendit les chaînes de la cage s'agiter. Elle se glissa sur le pallier en dessous pour le regarder se réveiller. La confusion devait le quitter peu à peu le laissant analyser le problème dans lequel il était. L'arlequine prit une roche sur le sol et la lança entre les barreaux. Elle le toucha, bien que le geste n'était pas de le blesser, mais attirer son attention vers elle. Le petit caillou fini sa course vers le sol. Les hommes se retournèrent pour voir ce qui se passait. Il n'y avait rien d'autre depuis un bon moment de toute façon.

«Hey! Réveil toi! Je ne veux pas que Batou pense que tu es mort! Haha! Hey les gars! Emmenez-moi un sceau sinon le vieux va se pisser dessus!»

Harley restait hors de porté. Malgré l'amusement que lui prodiguait toute la petite mise en scène du spectacle, Batman n'allait pas tarder surtout que son amie Poison Ivy se trouvait près d'ici. Il allait surement aller la voir elle aussi et espérait que ce soit elle avant elle-même. La jeune femme à la courte jupe blanche ne doutait pas de ses capacités, mais elle savait qu'affaibli, il serait plus facile de le hisser dans la seconde cage et emmener tous les autres vers ce point de rencontre. Et même là, Monsieur le Joker avait surement quelque chose de son côté aussi! La fête ne faisait que commencer pour le justicier. Le rire général terminé, les hommes de main habillés d'orange recommencèrent leur trajet.

La salle était plutôt grande avec la vigie au milieu. Le parfum des plantes d'Ivy arrivait jusqu'ici, faisant éternuer un homme en bas. Le pollen remplissait la pièce, faisant un léger rideau de brume. Toutes les fenêtres étaient fermées et empêchaient le moindre courant d'air de changer quelque chose à l'ambiance. c'était un mini amphithéâtre où se déroulaient les soins et l'exercice des animaux qui y ont un jour vécus. Maintenant il n'y avait plus grand chose sinon la présence de nouveaux individus qui faisaient les mêmes trajets depuis de longues minutes. Harley s'appuya contre le mur et attendit à son tour la venue du chevalier noir de Gotham.

«Si vous voyez la chauve-souris, je tue le vieux!»

Ce n'était pas très menaçant puisqu'elle n'avait aucune arme dans les mains. Mais c'était là tout l'art de la petite amie du Joker, elle était imprévisible. La vie du commissaire dans la cage était en danger et il le savait. Harley remonta les marches et attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Az

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 09/05/2011
Nombre de Messages : 1720
Autres Comptes : Simon Hurt
Vous à Gotham : L'Ange Exterminateur

MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Lun 2 Juil - 10:49

[ Je sais plus si on le fait comme dans la prison de Freeze dans Arkham Asylum, ou si c'est comme dans la serre. Discret ou Bagarre. Me semblait que tu m'avais dit bagarre, donc si ça te va pas, tu m'dis ]

En pénétrant dans l'enceinte zoologique désaffectée, Batman eu l'impression de pénétrer dans le Colisée. Tel un gladiateur, il s'avançait dans une arène de combat, devant une foule de badauds excitée par la perspective du sang versé. Harley, du haut de sa tribune se la jouait impératrice démente, disposant du droit de vie ou de mort.
Il ne s'agissait pas d'un primus, mais d'une mise à mort. Un combat totalement déloyal, opposant un seul gladiateur à une cohorte de tueurs.

Le chevalier noir s'avança au milieu de l'arène et s'arrêta, promenant son regard lentement de gauche à droite pour juger ses adversaires.
Les criminels, maquillés de manière obscène aux couleurs du Prince des Clowns gueulaient, tapaient du poing, riaient à gorge déployée et lançaient des jurons. Le plus téméraires d'entre eux, sauta par dessus la barrière et s'avança de manière provocatrice jusqu'au caped crusader, singeant une poule mouillée et, batte en main tenta de lui assener un terrible coup.
Le chevalier noir attrapa l'arme sans bouger, en tendant seulement le bras, désarma son porteur et lui appliqua un terrible coup en pleine mâchoire avant de la briser sur son genoux.
L'homme fut envoyé directement au tapis, sous la clameur de la foule qui se rua dans l'arène. Ils étaient plus d'une vingtaine à vouloir en découdre, convaincu que le nombre allait les sauver.
Le Batman fit craquer ses poignets et se jeta dans la furie du combat. Il distribua des coups de poings à la volée, fit tomber une pluie de coups de pieds, assena de terribles coups de boules, appliqua des clés de bras redoutable, brisant coudes, genoux et colonnes vertébrales comme des brindilles, et griffa des visages de ses gants. Il eut l'avantage un petit moment, bougeant sans cesse pour éviter de se faire acculer, mais advint un moment où le nombre le surpassa et les bandits en venaient à l'encercler et s'apprêtaient à se jeter sur lui en même temps.
Le justicier tendit le bras et libéra le feu divin de ses gants, en arc de cercle pour tenir les bêtes sauvages à distances. Un criminel prit feu et hurlant à la mort se jeta au sol pour s'éteindre. Le Batman bondit à travers les flammes, déterminé à lancer un assaut sauvage.
Tel un gladiateur mû par la fureur du combat, il attrapa un homme de main, enfonça son poing dans son bas ventre, remonta pour écraser sa mâchoire de la paume de sa main et lui éclater la tête au sol.

L'odeur du sang, du feu exacerba la folie guerrière des belligérants, et l'affrontement prit un tournure chaotique, chacun se lançant anarchiquemnt dans la batille. Le combat prit une tournure désordonnée où seule la force physique comptait ....

_________________________________


Fiche de présentation
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Sam 14 Juil - 12:28

Ainsi, il était enfin arriver devant elle. Elle posa discrètement un doigt sur la manivelle, profitant de la présence de la chauve-souris pour jouer les manipulatrice. Seulement, il y avait un certain problème. Il ne la voyait surement pas, où il n'avait pas encore constater sa présence qui menaçait pourtant si bien le commissaire. Elle descendit de son estrade en applaudissant aussi sérieusement que le plaisir lui permettait. Ses hommes en avait à cœur joie à aller frapper celui qu'on disait invisible. Il avançait vers lui en brandissant des armes inhabituelles. Dans toute la cohues, trouver des fusils et des armes potables avaient presque été impossible. Surtout qu'elle emmenait son prisonnier partout où elle le pouvait. Il continuait aussi à se balancer au dessus de la salle, coincé entre ses barreaux de métal.

Elle ouvrit les yeux et recula devant le cercle de feu. Un de ses hommes était en train de se consumer vivant de l'autre côté. La main encore devant le visage, elle continua de regarder le chevalier noir. Il y avait quelque chose qui clochait dans toutes ses parades. Batman était violent, mais depuis quand est-ce qu'il menaçait avec du feu? Ça elle en était sûr, ce n'était pas du vieux matériel. La peur s'insinua dans son ventre, mais la frénésie de le voir ainsi coincé par une multitude de poings lui indiquait de se tenir sur son podium.

«Allez les gars! Écrasez-moi la chauve-pourris!»

Une idée surgit dans son esprit et elle se hâta vers son poste d'observation. Malgré la vue embrouillée et sale qu'elle allait avoir, rien ne l'empêchait de faire quelques petits trucs pour décourager Batman. Son regard tomba sur le commissaire qui ne perdait rien de ce qui l'entourait, ni non plus les menace de la copine du Joker. Harley jeta un coup d'œil en bas, seul la pointe de sa botte touchait encore le sol. Sa bouche s'ouvrirait légèrement en le voyant se positionner où elle le voulait. Il bougeait tout le temps, mais elle arriverait à le blesser. Ce n'était pas une certitude, mais elle ne perdait rien à essayer. Elle revint aux commandes en replaçant ses doigts sur la manivelles. Elle appuya fermement ses deux mains dessus et banda ses muscles. Dans un étrange grincement dû à la rouille, le levier atteint le bout de son voyage. Elle releva la tête assez vite pour voir tomber son colis.

La cage à côté de Gordon se secoua et tomba. Plus rien ne retenait la chute sinon la chaîne qui tombait elle aussi, molle et sans support. Dans un nuage de fumée, elle atteignit le sol dans la mêlée. Harley redéposa ses doigts sur l'autre manivelle. C'était trop tôt encore pour envoyer quelque chose. Et ce n'était plus une surprise!

Harley attendait le moment propice pour aller dans l'arène elle aussi. Il n'allait certainement pas mettre chaos tous ses hommes. Ces derniers avaient l'ordre de se placer de chaque côté quand la petite ''infirmière'' allait apparaître sur le sol du plancher des vaches. Le combat était trop beau encore pour sauter en bas et confronter Batman. Elle se disait qu'après Croc et Double-Face, ainsi que ses hommes nombreux qui le frappait sans relâche, elle allait avoir une chance.
Revenir en haut Aller en bas
Az

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 09/05/2011
Nombre de Messages : 1720
Autres Comptes : Simon Hurt
Vous à Gotham : L'Ange Exterminateur

MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Ven 3 Aoû - 12:37

Il fallut à Batman une dizaine de minutes supplémentaires pour mettre à terre tous les sbires d'Harley Quinn, et ce de manière radicale pour la soirée.
Il lui fallut ensuite moins d'une minute pour tirer son grappin et rattraper la fuyarde, qui tenta en vain de résister.
Batman était un prédateur, le guerrier ultime, capable de défaire des cohortes d'ennemis sans jamais fatiguer. Harley Quinn n'était qu'une bouffonne qui avait eut la témérité de le défier lui. Cela ne pouvait pas se terminer aussi simplement que ses hommes de mains, il lui fallait une leçon à lui inculquer la peur dans la chair.

Bondissant devant elle, il se releva dans toute sa splendeur ténébreuse, une silhouette menaçante, promesse de calvaire à venir. Harley tenta quelques pirouettes et coups de pieds, mais le chevalier noir lui bloqua la jambe et d'un mouvement de bassin, l'envoya se fracasser contre un mur avec violence.
Le sang lui battait les tempes, l'excitation du combat, la rage berserk, couplé à cette étrange sensation d'avoir entre ses mains la vie d'une jeune femme fraîche.
Sa main glissa jusqu'à sa tête, il l'empoigna par les cheveux et lui cogna le crâne contre le mur.
A nouveau elle glissa jusqu'à la gorge cette fois, et aussi facilement que s'il s'agissait d'un sac, il la souleva plaquée contre le mur, pour que leurs têtes soient à niveau.
Sa main libre se promena lentement sur son corps, sa respiration masquée exhalait un relent chaud sur le visage de la proie. Les griffes acérées de son gant déchirèrent les lanières de son corsage, libérant le chemisier compressé et laissant entrevoir le soutient-gorge de la femme.
A bout de bras, il la lança ensuite au sol, comme un vulgaire chiffon. Alors qu'elle essayait de se relever, il s'approcha d'elle de manière sinistre, la retourna sur le dos du pied, et se pencha au dessus, son corps effleurant le sien.
Il plongea son regard dans le sien, dégustant son appréhension et sa peur.
Il colla ensuite sa bouche masquée contre son oreille et lui susurra ces mots terribles :

"Tu n'en vaux même pas la peine. Sale putain, il n'y a que ton maître pour ça, un dégénéré pour une dégénérée."

_________________________________


Fiche de présentation
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Ven 3 Aoû - 19:06

    Après avoir enfermé Double Face à double tour, je me mets à sautiller tranquillement de couloir en couloir, cherchant de quoi me mettre sous les griffes. J’émets un soupir exaspéré alors que je me dois de constater que Batman est passé par là avant moi. Mais par où est-il allé l’imposteur en parlant de ça ? Dans le rythme régulier de mes talons qui claquent contre le sol, je me balade de pièce en pièce, à la recherche désespérée de caméras de sécurité.

    La chauve-souris m’en doit une – y a pas à dire. Mais encore faut-il que je retrouve trace de l’incorrigible. Ma petite empoignade avec Dent m’a mise d’humeur câline mais il faut dire que les travers du justicier masqué de ce soir piquent ma curiosité. La griffe de mon index effleure les écrans jusqu’à tomber sur celui qui m’intéresse. Tiens, tiens. Les jardins botaniques.

    Je me mets aussitôt en route, lâchant du regard la sombre silhouette qui s’avance à travers de l’écran à la rencontre de quelques détenus récalcitrants. Je parcours le reste du chemin plutôt tranquillement, et j’ai même l’occasion de mettre quelques coups à un gros bras qui passait par là. Je mets encore quelques minutes à rejoindre l’endroit où j’ai perçu le Batman, encapé dans sa fureur. Ce Batman là est nouveau. Etrange.

    Je m’avance, surveillant la flore abondante des jardins et quand je mets pieds dans l’enceinte aux allures d’arène, je constate avec un sourcil arqué que bon nombre de prisonniers sont inconscients parterre. Je les enjambe d’une manière détachée, mon regard se fixant sur le poste d’observation en hauteur duquel provient des bruits.

    Rapidement, je fais quelques foulées pour m’accrocher aux barres de métal qui servent d’armature et je me hisse pour me jeter et enchaîner avec souplesse. Je surgis aussitôt à la porte, aussi silencieuse qu’un chat, et c’est là que je perçois le Batman – en pleine séance de violence gratuite envers Harley Quinn. L’ancienne psychiatre, débraillée, ne semble même pas faire face au justicier. Et pourtant, ce dernier semble prendre un malin plaisir à la frapper et à la provoquer. Chose qui ne ressemble pas du tout au Batman que je connais.
    Collé à elle de tout son long alors qu’elle est étendue sur le sol, je profite de la situation pour m’approcher avec rapidité.

    « Hé ! » – Je suis déjà tout prés de lui et je profite du moment où il se tourne à demi vers moi pour lui assener un crochet du droit. « S’il y a bien quelque chose que je déteste, c’est bien l’intimidation masculine sur les femmes. Tu devrais le savoir Batman… »

    Mon ton est provocateur. Quinn est une criminelle, mais Batman – du moins, le vrai – n’a jamais fait dans le spectacle ou dans la provocation gratuite. Il n’est pas comme ça. Mais lui… Un fou. Quinn semble mal en point, recroquevillée dans la pièce. Terrorisée. Je scrute le justicier, sourcils froncés dans l’incompréhension du à qui j’ai à faire. Je me dresse contre lui ouais – et l’homme qui me fait face semble être plongé dans une fureur indicible. Ma main glisse jusqu’à mon fouet que je saisis comme pour lui intimer de se calmer immédiatement.


Revenir en haut Aller en bas
Az

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 09/05/2011
Nombre de Messages : 1720
Autres Comptes : Simon Hurt
Vous à Gotham : L'Ange Exterminateur

MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Ven 3 Aoû - 22:05

Batman tel une ombre se redressa dans toute sa majesté alors qu'une incongrue le dérangeait. Il se retourna lentement, drapé dans sa cape qui l'entourait intégralement, pour faire face à la féline fatale. La belle prenait son air de vieille rombière autoritaire, et se permettait des familiarité qui n'étaient du goût du Seigneur de Gotham.
Le chevalier noir s'avança toujours aussi lentement, délaissant une Harley Quinn sonnée dans une demi-inconscience pour se diriger tel un fantôme vers la dangereuse Catwoman.

" Non."

Il parlait d'une voix grave et gutturale.

" Il s'agit de l'intimidation de Batman sur une meurtrière. Je perds mon temps à lui courir après, peut être que cette fois, elle comprendra, sans quoi il me faudra sévir ..."

Arrivé à son niveau, il fit mine de la dépasser avant de s'arrêter net et de poser une main sur son épaule.

" Quant à toi, tâche de ne pas dépasser les limites de ma tolérance, voleuse. Je ferme les yeux pour l'instant car tu m'es utile, mais tes miaulements incessants pourraient me réveiller."

.


Il retira sa main et continua sa route, mais avant de disparaître il s'adressa une nouvelle fois à elle.

" Si tu veux tant que ça jouer à la maman, Gordon doit être quelque part dans cette zone, il aura besoin de ton aide. Ivy attend que je m'occupe d'elle, et ne t'en déplaise je ne fais pas languir les femmes."

_________________________________


Fiche de présentation
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Sam 4 Aoû - 19:24

Ivy avait assisté à toute la scène avec Harley, mais s’était retenue d’intervenir tant que la situation n’était pas devenue critique. Et elle voulait surtout ménager l’effet de surprise. Elle sentit l’homme chauve-souris s’approcher avant même qu’elle ne le voie. Quel idiot, il était venu se jeter dans la gueule du loup. Il avait fait la bêtise de venir chez elle. Dans son antre.

Bientôt une voix suave se fit entendre d’entre les feuilles et la végétation, et les plantes s’écartèrent pour laisser entrer le justicier masqué dans le terrain de jeu de l’empoisonneuse. Il put la voir à l’autre bout de la pièce, assise dans ce qui semblait être une ancienne et immense fontaine murale, mais qui était devenue un trône pour la jeune femme, recouverte de lierre sombre piqueté de fleurs colorées. Ivy était assise là, vêtue de son corset émeraude rebrodé de feuilles, de ses hautes cuissardes assorties laissant le haut de ses jambes à nu, et de ses longs gants verts qui lui montaient jusqu’aux coudes. Les jambes croisées l’une sur l’autre, une main soutenant son visage qu’éclairait un sourire mauvais, et sa longue crinière de feu cascadant sur ses épaules. Une sorte d’Eve moderne, en moins naïve et surtout, beaucoup plus dangereuse.

L’arène cette fois-ci était une serre immense, datant de l’époque victorienne, et envahie par une végétation luxuriante. Lierres grimpants, palmiers, bambous et autres espèces plus rares créaient un cocon de verdure, aussi rassurant pour Ivy qu’il pouvait être menaçant pour d’autres. Au centre s’étendait un large bassin circulaire qu’alimentait une haute cascade, dont la surface était recouverte de lentilles d’eau et de nénuphars colorés. Pourtant, pendant une seconde, une grande forme sombre sembla apparaître sous la surface. On n’entendait rien à part le bruit de la cascade ainsi que le pépiement de quelque oiseau exotique caché par la végétation. Quelques statues blanchâtres semblaient perdues dans cet amas de feuilles, jetant leurs regards vides sur le nouveau visiteur avec des gestes de prière.

Batman… Tu as osé t’en prendre à ma petite protégée… Tu as osé l’humilier et lui faire du mal… Pour ça tu vas payer… Mais pas de ma main. Je laisse mes petits chéris s’occuper de toi. Enfin… pour le moment…

Son sourire en coin s’agrandit légèrement alors qu’elle leva lentement les mains, paumes vers le ciel, et les écarta vers ses petites chéries. Une sorte d’agitation sembla gagner les végétaux, qui se mirent à bruisser, comme agités par le vent alors qu’il n’y en avait pas un souffle. Une seconde plus tard, l’entrée et la porte avaient disparus derrière une épaisse muraille de feuilles et de branches. Comme s’il avait toujours été là, et qu’il n’y avait jamais eu de porte.

A vous de jouer mes chéris.

Une sorte de grondement parvint des plantes, comme un chat qui gronde avant de cracher. Lentement, très lentement, des lianes sortirent des buissons et rampèrent tels des reptiles sur les dalles recouvertes de mousse pour enserrer les chevilles puis les jambes du justicier. Et en même temps, d’autres « chéris » avaient lancés leurs souffles empoisonnés vers l’homme masqué, qui semblait déjà en très fâcheuse posture.
Revenir en haut Aller en bas
Az

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 09/05/2011
Nombre de Messages : 1720
Autres Comptes : Simon Hurt
Vous à Gotham : L'Ange Exterminateur

MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Jeu 9 Aoû - 10:43

Batman, drapé de sa cape s'avança tel un fantôme dans la salle où se trouvait la mortelle Poison Ivy. Il se faufila à travers la luxuriante flore qu'elle avait créé. Si seulement Ivy n'était une tarée dégénérée elle pourrait être utile pour le monde.
Une fois arrivé au centre de la salle, le chevalier noir s'arrêta et écouta le petit laïus de la rouquine.
Une fois qu'elle eut terminé, il secoua la tête.

"Ivy, Ivy, Ivy ... Combien de fois m'as tu menacé ? Combien fois l'avez vous tous fait ? Vous ne comprendrez donc jamais ? Je suis trop fort pour vous. J'ai vaincu Bane, facilement. Après avoir rattrapé et fait ré-enfermer tous tes potes cinglés qu'il avait fait évader, je l'ai affronté, vaincu et humilié. C'est moi même qui t'ait renvoyé ici. Alors, soyons sérieux maintenant. Je veux bien que tu sois un peu dérangée dans le dedans de ta tête, mais là tu nies l'évidence même..."

Batman ne parlait rarement comme il venait de le faire, écoulant pratiquement son quota mensuel de mots en une seule tirade. Mais il en avait marre. Courir après les mêmes fou-furieux toujours, et toujours et toujours ... Sa patience avait des limites, et Ivy n'allait pas tarder à les découvrir.

" Alors tu ne voudrais pas te rendre bien gentillement ? Et arrêter tes petites menaces pathétique avant que je ne marque dans ta chair que l'on ne ME défie pas, pas dans MA ville."


Si jusque là il avait parlé avec une ironie teintée de lassitude pour montrer à Ivy l'imbécillité de ses menaces, les derniers mots prononcés l'avaient été avec une haine rarement entendue de la part du Batman.
Et pour accompagner ses mots de gestes et rendre ses menaces réelles, il dégagea rapidement ses bras de sous sa cape et les tendit en direction des plantes qui attaquaient.
Le feu purificateur qui jaillissait de ses gants, qu'il avait équipé de lance-fammes, réduisit en l'espace d'un instant les plantes d'Ivy en cendres.
Si elle était réellement connectée à ses chéries, et qu'elle ne faisait pas sembant comme une tragédienne hystérique, alors nul doute qu'elle ne souffrirait elle aussi. Et au delà de la souffrance physique, la peur de voir son ennemi employer des méthodes bien plus radicales qu'il n'avait jamais employé avant ...

_________________________________


Fiche de présentation
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   Lun 13 Aoû - 9:42

Pamela Isley écouta la petite tirade du Batman avec un sourire narquois, ses ongles verts marquant la mesure sur la pierre ancienne de la fontaine. Son petit discours louchait vers le ridicule, à jouer les moralisateurs de bas étage, et surtout, à tenter de trouver la réplique qui faisait mouche. D’ailleurs, ça faisait longtemps, voire jamais, que Batman n’avait pas parlé autant. Un vrai moulin à paroles alors que d’habitude il était plutôt du genre laconique. Néanmoins, il était temps de rabattre le caquet à cet importun.

Mais toi tu as fait la grossière erreur de venir dans MON antre… et ça sera la dernière !

Pourtant son corps se cambra de douleur, et ses ongles s’enfoncèrent dans les accoudoirs de son trône lorsqu’il se mit à brûler ses protégées. Le salaud, il avait osé ! La douleur se fit plus supportable après quelques secondes et elle reporta son regard sur lui, une haine implacable dans le regard et le souffle court. Il allait souffrir, oh oui ! Il allait souffrir comme jamais, et elle allait déclencher tout un éventail de souffrances sur lui. Et ça allait commencer maintenant…

Mais maintenant, qu’est-ce que tu vas faire, quand c’est la forêt entière qui s’attaque à toi !

Si jusqu’à présent, seules quatre ou cinq lianes avaient essayé d’attaquer le justicier, cette fois-ci c’était une vingtaine qui passait à l’attaque, se jetant sur lui à la vitesse d’un serpent qui attaque. Bientôt ses chevilles, ses jambes puis ses bras furent immobilisés plus solidement que par des cordes. Surtout que, perversement, ces plantes étaient pourvues d’épines acérées qui commençaient déjà à labourer le costume du héros, et à distiller en lui un doux poison. Le lierre empoisonné amélioré par les soins d’Ivy.

Il put alors entendre des talons claquer sur les dalles de pierres moussues, et l’empoisonneuse apparut face à lui. Son regard émeraude se posa sur le justicier masqué alors que sa main se mit à lui caresser la joue, lui soufflant une bonne dose de phéromones concentrées qui voletèrent jusqu’à ses narines en un nuage rosé paresseux.Maintenant il allait devenir un petit toutou bien docile, entièrement soumis au bon vouloir de sa maîtresse.

Alors Batman... tu vas être bien gentil et obéir à ta maîtresse...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Arkham Asylum : welcome to hell.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Arkham Asylum : welcome to hell.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Batman Arkham Asylum (JEU)
» Arkham Asylum : welcome to hell.
» Retour a SIONIS
» Arkham Asylum : Dossiers
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Flash-back / Réalités alternatives-