RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Ami ou ennemi? (PV Shreck)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Jeu 16 Fév - 23:20

16H32
Bureau de Mr Shreck


Les derniers évènements de Gotham avaient laissés envisagés beaucoup de choses quant à son avenir tout tracé, et une crise sans precedant commencait à la ronger doucement. Dans un sens, le petit show de la Biosyn Corp et de son mercenaire, avaient eu l'effet escompté, bien que la vie du mutant n'ait pu être sauvé. Suite à ces evenements, beaucoup ont commencés à en tirer leur épingle du jeu, comme l'homme qu'Alicia observait en silence, positionnée dans son dos, parfaitement invisible à ses yeux. Un grand merci au systeme de camouflage optique "Kio-3000", bien que celuic- comencait à avoir des ratés et des dysfonctionnements étranges comme des coupures lors des mouvements brusques ou lorsque la jeune femme blonde se mouvait à grande vitesse.
Mais peu importait ce soir, car ce qui était le plus importait, était l'homme à la chevelure platine en face d'elle, et ses airs de grand patron à passer des coups de fils, et à distribuer des blames comme un flic qui distribuait des dragées gratuites. Cet homme en était presque pitoyable, mais il tenait les rênes sur Arkham City et pouvait presque se permettre de voler la vedette à Mr Sharp, qui s'était presque pissé dessus lors de la retransmission de Sonatine, à un point qu'Alicia en avait pleurée de rire....chose qui n'avait pas été au gout d'Aurora.

Sa colère fut encore plus intense lorsqu'elle recut l'ordre en provenance direct de celui qu'on nommait Drake, et voir fulminer Aurora dans son coin n'en était que plus orgasmique. Sur l'instant, Alicia s'était presque sentie jouir sur place, ressentant comme une agréable sensation lui parcourant tout le corps et lui procurant un bien fou....et le tout sans contact........C'est ce qu'on devait sans doute appeler "L'Immaculée Jouissance"

Combien de jours avaient passé?? 10?? 20?? A vrai dire, beaucoup depuis ce que tous appelaient maintenant "Le Jour de Sonatine", ce terrible evenement qui avait secoué Gotham, et porté un coup désagréable, mais non fatal à la Biosyn. Dans un sens, son sacrifice avait été utile, car comme dit avant, Gotham avait du mal à se relever et devenait la proie des plus vorace, comme Maximilien Shreck.
Oui, prenons le pour exemple: Richissime homme d'affaire roublard, se revendiquant vache, mais réglo et à tremper dans pas mal d'histoire douteuse, comme des pots de vins, des rejets de produits toxiques dans les égouts, et divers meurtres bien camouflés en "Vacances Prolongées" selon ses dires, pour ne pas dire "Bang, t'est mort et t'est viré"....D'ailleurs, si on remuait un peu plus les égouts, nul doute qu'on trouverait beaucoup de choses interessantes reliant plus ou moins à Shreck Industries.
Egalement père de famille, on le disait alerte, toujours prêt à faire face à tout, et n'ayant pas peur de l'inhabituel.....Un homme de sang froid qui aurait une place bien mérité au sein du Conseil, certainement entre Aurora et Alicia, soit, à la deuxième place, une des meilleures.
Mais supposons qu'un accident arrive, comme cette lame bien aiguisé, ce sabre qui venait de se matérialiser dans un petit halo bleuté, positionné avec précision au niveau de la jugulaire du millionnaire, et qui risquait à tout moment de lui trancher la tête. ....Supposons qu'un homme, un grand manitou comme Shreck soit tué du jour au lendemain, quelles seraient les repercussions pour Gotham et Arkham City??

Il y'aurait enquete, des interrogatoires, et certainement des arrestations et quelques déportations, mais personne ne penseraient à fouiller véritablement dans les dossiers les plus secrets. Personne n'oseraient s'opposer à Shreck Industry, même après la mort de son leader. Plus qu'une entreprise, elle était devenue un symbole de pouvoir et de dominance sur l'austérité et le crime, dominant plusieurs part des marchés de la ville. Après tout, lors du départ de Bruce Wayne il y'a plusieurs années, la Wayne Entreprise avait continuée de fonctionner, le tout sous la houlette de Mr Earl. Pourquoi n'en serait il pas de même pour Shreck Industries?


Vous savez...." soufflait l'étrange voix féminine sortie de nulle part, à l'oreille gauche de Shreck "...je pourrais vous tuer, maintenant, en vous décapitant....ou encore, en transpercant votre coeur, aussi present soit il." conclua elle alors qu'elle commencait à se matérialiser aux cotés du millionnaire. Blonde, éléncée, un corps taillé mais d'étranges membres cybernétiques, et un bandeau cachant en partie son visage, à la manière d'un assassin des comptes japonais. Voilà qu'une ninja se pointait dans le bureau de Shreck et le menaçait ouvertement. Sur l'instant, elle aurait pu le tuer, en finir avec lui, même sans apparaitre....mais elle n'en fit rien.

".....mais pourquoi tuer un homme pour qui j'ai beaucoup d'estime, et qui surtout, interesse mes partenaires. Après tout, il semblerait que notre produit phare ait attiré votre attention....Oui, cela n'est pas un secret pour nous, Mr Shreck. "

La jeune femme rengaina alors son épée et recula de quelques pas, histoire de ne pas approcher trop près le milliardaire, et ce afin d'éviter un gag vraiment stupide, si vous voyez le genre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Ven 17 Fév - 0:55

Shreck saisit un nouveau dossier, le secteur des ventes voyaient ses chiffres chutés et quelques démissions tombaient, mais rien de dramatique, cela allait de paire avec les récents évènements et il n'allait pas paniquer pour si peu. Il vérifia que les achats et approvisionnements des stocks soient revus en baisse pour éviter des pertes supplémentaires et se félicita de voir que tout était cohérent. Il apposa son tampon sur le dossier et sa signature. Il referma le tout et le posa sur la pile des affaires classées et en reprit un autre. Il porta sa main à sa tasse de café, insouciant et en bu une gorgée. La situation était, aux yeux de la presse, catastrophique et tous les secteurs viraient dans le rouge, ces marchands d'apocalypses faisaient sourire le businessman. L'on pouvait même voir sur un coin de son bureau l'édition du Gotham Globe annotée par le PDG avec son stylo rouge. Il avait entouré les passages litigieux et les attaques gratuites de Knox qui pourraient en temps voulu lui coller un procès pour diffamation, accumulés avec d'autres de ses articles le pauvre homme pourraient même finir avec un procès pour incitation à la panique.

Mais tout commença à prendre une autre tournure lorsqu'il se saisit d'un papier sur les effectifs des Douanes. Les premiers rapports étaient satisfaisants et le couvre-feu arrivait à brasser assez de monde pour que le projet des puces RFID fonctionne et que le professeur Aleksandrovitch ait quelques cobayes. Il eut un sourire satisfait lorsqu'il entendit une voix, presque un murmure. Il tourna légèrement la tête vers la radio, elle était belle et bien éteinte. La voix parla de meurtre. Malgré lui il devint blême et une perle de sueur apparut sur son front alors que cette voix parlait de décapitation puis de cœur transpercé. Devenait-il fous? Il réprima l'envie ridicule de mettre une main sur son cœur et déglutit lorsqu'une silhouette se matérialisa à ses côtés. Il fronça les sourcils, intérieurement, deux entités combattaient en Shreck, l'une d'elle lui commandait la surprise et l'ouverture d'une bouche béante, l'autre se demandait le prix que l'on pourrait payer pour une pareille technologie. Aucune des deux n'eut le dessus, ce fut la chape de contrôle du businessman qui prit le dessus lorsque la jeune femme reprit son dialogue, se concentrer était la clef pour rester maître des situations.

Elle semblait disposée au dialogue, cela permit au cœur de Shreck de redémarrer à un rythme plus serein et sa respiration reprit avec un peu plus d'aisance, le mot "estime" était rarement utilisé positivement envers lui, et il fut, pour le coup, agréablement surpris. Le mot "partenaire", quant à lui, déclencha la girouette psychique de Maximilien, elle n'agissait donc pas seule et avec pour but un profit personnel, la note s'inscrivit dans un coin de sa mémoire. L'ascenseur émotionnel commençait à se stabiliser et il pouvait regagner un peu de son sang froid. Mais elle continua sur un produit phare... Il n'y avait pas trente six produits qui devait rester secret ces temps-ci, il avait donc affaire à une personne qui était liée aux derniers attentats. Il eut le sourire de l'homme qui comprenait à qui il avait affaire et ouvrit la bouche pour la première fois depuis l'apparition de cette étrange créature, mi-humaine, mi-mécanique. Maximilien se doutait que cette personne ne s'embarrasserait pas de sentiment pour mettre à exécution ses menaces malgré ses compliments et son ton plus conciliant, mais après tout, c'était le monde des affaires et par conséquent, il était inutile de paniquer outre mesure. Shreck ne se précipita pas sur son interphone, il n'allait pas appeler sa sécurité, mais il restait sur ses gardes.

-Je vous en prie, prenez donc un siège, commença-t-il.

Il reboucha son stylo et le posa, tira sur le bord de son blazer et croisa ses mains sur son bureau. Il plongea son regard dans celui de son rendez-vous improvisé et se décida en reprendre.

-Je devrais me sentir flatté, les créateurs d'un composé aussi remarquable venant me rencontrer personnellement, de surcroît en utilisant une technologie que l'on pourrait également qualifier de remarquable. Vous êtes venus ici discrètement et armé, mais ce dernier point me paraît légèrement futile, pour finalement ne pas me tuer, que désirez-vous donc me proposer?

Shreck n'était pas un bon détective car il ne pouvait jamais raisonner que par rapport à l'argent et au pouvoir qu'il pouvait en tirer. Il n'était pas un fin observateur et se contentait bien souvent des éléments les plus évidents, le reste, c'était l'expérience qu'il s'était forgé en travaillant avec toute sorte d'individu, mercenaire, plus ou moins respectables qui l'aidait. Il enleva calmement ses lunettes et les déposa sur son bureau, puisqu'il n'avait rien à lire, il n'avait pas besoin de s'encombrer avec.

-Je manque à toutes les convenances, fit-il soudainement, désirez-vous une tasse de café?

Il avait toujours un lot de tasse propre à disposition sur un plateau dans le cas où il aurait laissé refroidir son café dans une autre et qu'il voudrait s'en servir un autre sans appeler son secrétaire ou aller jusqu'aux toilettes pour la vider.
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Ven 17 Fév - 1:50

Alicia était tout ce qu'il y'avait de plus détendue, posé et toujours aussi calme, comme un animal ayant acculée sa proie. Le sourire faussement honnette de la jeune femme pourrait mettre n'importe qui mal à l'aise mais pas le business man, comme elle s'en était doutée. Voilà un homme avec du cran et des convictions, et surtout, des manières, ne se laissant pas envahir par des jurons tous aussi insupportables les uns que les autres. Un homme comme elle les appréciait, bien qu'elle n'était pas le genre "femme à homme", loin de là. Son idéologie idéale se basait sur deux critères, entre "Mad Max" et "Xena"....Cela fait un peu étrange, mais elle avait presque des airs de guerrière futuriste sortie d'un roman post-apocalyptique de seconde zone.
Il ne semblait pas avoir bronché non plus face à la technologie employée par la jeune femme. Cette dernière ne semblait pas étonnée car savait qu'un tel prototype de technologie avait existée à Gotham et s'était retrouvé entre les mains de la Wayne Tech. Peut-être que Mr Shreck avait déjà du avoir affaire à cela.
Alicia refusa cordialement la tasse de café mais ne rechignait pas à s'assoir sur un bon siège, c qu'elle fit dès le moment où Shreck l'autorisa.


"Cette épée?? Oh, je vous rassure, cela n'a jamais été pour vous à la base, mais depuis les idioties de notre.....ex-collègue, ce bon vieux Yuri, je suis obligée de prendre mes précautions. Bon, vous êtes la première personne à me voir à découvert, cela dit, mais partez du fait que vous auriez pu vous retrouver face à Miss Blue....et telle que je la connais, elle n'aurait pas été aussi tranquille que moi. En fait, elle est tellement impulsive qu'elle vous aurait tué par accident dès le début de cet entretien....ce qui n'était pas mon cas."conclua elle par un petit rire nerveux.

Bougeant légèrement son bras gauche, un petit bruit mécanique put se faire entendre, comme un dispositif à piston hydraulique. Quoi que ce soit, cette technologie semblait bien avancée mais pas forcement adaptée à du combat. On devait plutôt y' voir une sorte d'alternative à la chair, chose qui ne peut être regreffé à la perfection. La cybernetisation, CA, c'était l'avenir, et Alicia en restait persuadée car plutôt satisfaite de ce qu'elle était devenue. Après tout, mieux valait cela que de se retrouver sans bras ni jambes, comme ce fut son cas, lors d'un facheux incident, il y'a 3 ans. Mais voulez vous vraiment le savoir??
Patience est mère de vertue, et la jeune semi-cyborg n'était pas là pour raconter sa vie.


"Venons en aux faits, Mr Shreck: Vous possédez des restes de Sonatine, mais la combinaison séquentielle est imcomplete, DONC "appuyait elle avec une forte intonation tout en souriant "...cela ne fonctionnera jamais, d'ou les nombreux échecs que vous avez subis. Et il est difficile de retrouver des échantillons fiables, surtout après que ce que Batman et les autres ont pu faire. On aimerait bien vous envoyer le créateur de ce merveilleux produit de destruction massive, mais voyez vous, il semble souffrir d'un leger accès de mort, notamment du à sa rencontre avec un petite fille enragée, dont vous avez pu entendre parler et qui commence à poser beaucoup de problèmes, en plus de nourrir les torchons avec lequels se delectent les médias et les habitants.."

Alicia venait d'évoquer Pandora comme si cela était tout naturel, presque avec un coté flegmatique qui en aurait agacé plus d'un. Il est vrai que la gamine avait eu droit à de nombreuses apparitions dans les médias, au point de detroner Sonatine et tous les autres criminels de la ville pendant quelques jours, chose qui avait particulièrement agacée Miss Blue, poussant cette dernière à tuer 4 gardes pour calmer en partie sa frustration, à grand coup de Desert Eagle. Un peu lound pour une femme, vous en conviendrez.

"Mais redevenons sérieux, Mr Shreck: Vous jouez à un jeu dangereux....Pas parce que vous êtes en possession du virus le plus destructeur de tout les temps, mais parce que les "cobayes" risquent de vous poser des problèmes comme ils nous ont posés. Et nous ne voulons pas vous voir périr. Voyez vous, nous vous croyons, vous et votre entreprise, capable de révolutionner ce monde: Pas d'éthique, de l'argent, le pouvoir, l'oppression, la peur...le changement. Vous incarnez tout cela, et vous avez attiré l'oeil de la Biosyn Corporation. Alors, voyez vous où je souhaite en venir, Mr Shreck? Par exemple, saviez vous que Mr Sharp se servait d'un dérivé de nos produits et qu'il avait refusé, malgré notre demande, de la partager avec vous?"


Mensonge en partie éhonté dans le seul but de provoquer une reaction ou une réponse pré-déterminé face à la jeune femme. Bien sur, Sharp utilisait effectivement une variante du "Héraclès", moins puissante, et sans vraiment le savoir, mais jamais il n'avait été question d'un partage, de par le fait que Sharp s'était servi sans demander la permission. Le NKVDemon, alias Lemmy, avait été crée à partir de Sigma, clone du defunt Black Cat, lui-même creée par un savant de la Biosyn Corp sur la base même du "Héraclès".....Mais le cauchemar aurait du s’arrêter quand le Joker avait mis fin au jours de Black Cat, en le faisant exploser en morceaux. L'origine venait de là, et grâceà Victor Fries et son incubateur, le "Héraclès"avait eu une seconde vie, bien qu'il était dilué, moins puissant, moins virulant, mais toujours efficace.

"Oui, je sais, il nous disait "Ne vous inquiétez pas, Mr Shreck y'aura droit, et blablabla....Je pense que vous avez une idée de ce que nous avons ressenti lorsqu'il s'est averé que Sharp nous avait mentis. Mais Sharp est un idiot, et un imbécile, un peureux sans aucun sens des affaires...Et ce qu'il faut, c'est un homme comme vous."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Ven 17 Fév - 15:09

Shrek buvait les paroles de son interlocutrice et chercha à sonder le genre de personne qu'elle pouvait être, elle était détendue, presque insouciante, parlant d'évènements sérieux et de projets relativement discrets avec un détachement désarmant. Certes elle n'hurlait pas et si l'on était rentrée dans un salon de lecture entre sexagénaires autour d'un thé, le ton n'aurait pas été différent. Elle l'assura que son armement n'était que le résultat des "idioties" du dénommé Yuri Sonatine. Cet homme avait donc commis une erreur auprès de son organisation, mais à quel niveau? L'attaque des douanes, sa stratégie, l'emploie de cobayes, ou sa défaite? Il chassa de son esprit ses questions subalternes, l'affaire en cour demandait toute son attention. Elle parla d'une "Miss Blue", des noms de code, cette organisation était donc du genre prudente, mais elle-même quel était son nom de code? Malgré sa relative habitude des conversations à demi-mot, Shreck aimait avoir un nom, ou même un pseudonyme pour s'adresser à ses contacts. Elle eut un rire qui aurait pu mettre mal à l'aise, surtout si l'on relevait que l'élément comique était la mort de son interlocuteur, mais l'homme d'affaire se concentra plutôt sur sa chance d'avoir éviter cette fameuse "Miss Blue" et eut à son tour le comportement du parfait businessman, il eut un petit rire distingué.

-Chanceux de surcroît, releva--t-il en plaisantant. Pardonnez ma rudesse, vous parlez d'une "Miss Blue", mais à quel "Miss" ai-je donc l'honneur de m'adresser?

Étrangement sa question ne relevait d'aucune malice, certains aurait probablement interprété sa volonté de savoir afin de se renseigner ultérieurement sur l'individu, mais chercher des informations sur le membre d'une société à laquelle rien n'échappait relevait du coup de fusil porté à sa propre jambe, c'était un jeu risqué, mais dont la conclusion était inéluctable. Un petit bruit confirma la présence d'éléments bioniques ou cybernétiques dans le corps de la jeune femme, elle semblait avoir des connaissances sur le Tiercé gagnant de la haute technologie, entre l'invisibilité, le composé biochimique et la cybernétisation, il y avait peut-être plus gros à gagner que ce qu'il s'imaginait. Elle changea légèrement de ton, et le légèrement était un euphémisme, elle l'avait légèrement rehaussé mais restait parfaitement sereine et détachée.

Le sujet intéressa au plus haut point Maximilien qui déposa sa tasse de café pour l'écouter. Apparemment il n'avait pas toutes les clefs pour faire aboutir ses recherches et la nouvelle fut accueillit avec une certaine gravité. Elle mentionna le créateur du composé mais signifia, d'une étrange manière, que ce dernier n'était plus de ce monde, elle dessinait un tableau au fusain et se permettait de rajouter de la peinture noir par dessus, pour parachever le tout, elle mentionna une petite fille qui posait problème. Il se souvint de la télévision, des rapports d'Arkham City et de la soirée tragique et de sa fameuse lettre de menace. Cette "Pandora", mais quand cesserait-il d'en entendre parler? Elle causait trouble sur trouble et représentait maintenant un obstacle commun pour lui et pour l'entreprise de cette jeune femme.

Après les faits, le sérieux, autrement dit, les affaires. Shreck observait maintenant avec intensité son interlocutrice, il était extrêmement attentif, l'on aurait presque pu le croire absent. Elle le mit en garde contre sa volonté de faire fonctionner cet imparfait composé, il ne put que la croire sur parole sur certains problèmes avec les cobayes et elle lui assura qu'ils ne voulaient pas le voir mourir. C'était un bon point songea-t-il. Elle flatta son entreprise et son modèle, et prononça enfin le nom de son organisation. La Biosyn Corporation. Il y avait désormais un nom sur l'entité qui menait la danse avec sa haute technologie. En quelques sortes, Maximilien fut rassuré, ce n'était pas une organisation entièrement fanatique, loin de cette mystérieuse "confrérie" qui défrayait la chronique et qui devait être une couverture, elle représentait une entreprise, en d'autre terme, un potentiel partenaire. Et Sharp arriva sur le tas comme un cheveux sur la soupe.

Sharp avait fait cavalier seul sur bien des plans et lorsqu'elle annonça qu'il avait eu accès à leur technologie, certains éléments énigmatiques de sa politique prirent des teintes plus étincelantes. Il avait donc tout gardé pour lui et n'avait pas daigné faire appel à son premier associé économique. La politique était un jeu de dupe, le but étant naturellement d'être le moins crétin du lot et de toujours s'assurer des appuis et des sécurité à "faire sauter" pour s'en sortir au mieux. Le Maire par interim était loin d'être un idiot, mais il avait démontré par ses petites cachoteries qu'il était sur la pente raide de son mandat et qu'il plongeait dans l'abysse de l'imbécilité profonde. Peureux? Oh oui, sans aucun doute, il aurait pu avoir peur de son reflet en essayant ses postures autoritaires, c'était un homme qui prenait ou trop de risque, ou pas assez, mais il ne connaissait pas la demi-mesure. Gotham avait pour Maire un taureau qui fonçait jusqu'à ce qu'il en oublie la raison, mais c'était un pantin de premier ordre et ostensiblement remarqué, il était le décor de premier plan derrière lequel Shreck pouvait se cacher, il fut légèrement désappointé de n'avoir pas trouvé la cache secrète de ce décor où il avait entreposé son petit secret. Elle fit une pause en terminant son discours par une main tendue. L'homme d'affaire but une gorgée de son café avant de prendre la parole.

-J'ai quelques idées sur l'effet qu'aurait pu avoir une telle sorte de trahison, commença-t-il, et vous apportez-là d'intéressants éléments sur le puzzle politique de Gotham. J'imagine que la Biosyn ne compte pas rester sur la fin de l'opération de votre ex-collègue dont aujourd'hui les morceaux sont disséminés dans mes laboratoires et je pense que nous nous comprenons effectivement.

Il n'osait pas employer le terme d'échec, d'une part c'était insultant et risquait de provoquer des réactions peut-être inattendues, d'autre part parce qu'il ne savait pas réellement si c'était un échec. Shreck était d'une naturel prudent lorsqu'il parlait affaire, mais ne se privait pas d'agir lorsqu'il avait les coudées franches.

-Je serais stupide et inconscient de laisser passer l'opportunité de travailler avec des partenaires comme vous, continua-t-il. J'imagine également que ce partenariat gravitera principalement autour d'une jeune personne qui représente bien plus qu'un simple obstacle médiatique comme vous l'avez remarqué. Me tromperais-je?

Une supposition, rien de plus, mais une supposition de businessman. Shreck ne voyait pas pourquoi une entreprise donnerait une technologie à un politicien comme Sharp, sauf si elle attendait des résultats de sa part, or, il n'avait pas usé outre mesure de son "armée personnelle" ni d'individus pouvant avoir profité du composé, il avait donc trompé ses associés du moment. Sonatine était logiquement arrivé pour arranger les choses et avait si ce n'est échoué, posé des problèmes bien plus importants à résoudre pour la Biosyn et face à Sonatine, la seule qui s'était élevée publiquement était cette étrange gamine dont les journaux avaient écrit des pages et des pages et la télévision passé et repassé ses interventions. Il ne savait pas pourquoi elle était importante, mais elle était soit la cible, soit elle protégeait ce que recherchait cette organisation et quoi que se soit c'était extrêmement important, les moyens déployés en étaient une preuve: l'attaque d'un aéroport, de douanes, l'utilisation du génie génétique et de technologies de pointes. Oui, le flair du businessman savait qu'il était face à l'opération économico-politique de sa vie, il n'allait pas la laisser s'échapper.

-Quant à monsieur Sharp, fit-il en repensant à ce politicien de bas étage qui avait osé lui caché une telle technologie, ce pauvre homme aura ce qu'il mérite en temps et en heure, nous savons qu'il a perdu sa place de Maire depuis les élection et que son petit putsch n'a été qu'un nouveau clou dans son cercueil. S'il avait fait de meilleurs choix, je reste persuadé qu'il aurait pu aller loin, mais que voulez-vous, le bon sens ne s'achète pas et il sera encore utile.
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Ven 17 Fév - 17:53

"Je constate que vous êtes un homme avisé et prudent....Fort bien, Mr Shreck, car j'ai beaucoup de choses à vous raconter. Mes employeurs placent un grand degré de confiance en vous. Je peux donc considérer que nous sommes parti de bon pied. Et quant à me donner un nom de code, je suis Miss White, 3eme membre du Conseil de la Biosyn Corporation, et aussi leur nouveau chien de chasse. Je ne fais que reprendre une partie du poste de Sonatine, car, voyez vous, je n'aime pas rester inactive, et j'aime m'aérer l'esprit, vous savez, communier, me balader, et parfois, obliger les gens à ne faire qu'un avec le froid acéré de ma lame...Les petits plaisirs de la vie qu'on attrape au coin d'une rue, à un moment ou un autre."

Le tout avait été dit en souriant, toujours avec ce sourire extremement malsain qui se dessinait sur le visage d'ange de le jeune femme, a l'aise et détendue au point que n'importe qui aurait pu se demander si oui ou non, elle était en vérité, en train d'échaffauder un mauvais coup. Le fait d'avoir revelée son identité, voire, même un simple nom de code prouvait que le richissime homme d'affaire n'avait pas de soucis à avoir. Shreck pouvait également noter le respect qui émanait de la jeune femme, qui était sincère de minute en minutes, écoutant attentivement chaque phrase, chaque question, sans même interrompre l'homme à la chevelure platine. Pas impressionable, Shreck était le genre d'homme à savoir ce qu'il voulait, et prêt à un grand nombre de concessions. ALicia buvait les paroles de cet homme comme le business man en avait fait de même avec elle, il y'a encore un instant. C'est là qu'elle perdit tout sourire, les plis de son visage donnant l'air de changer, et de laisser place à autre chose, loin du visage d'ange qu'elle avait, il y'a encore une petite minute.
Ses traits étaient bien plus sévères, sérieux, et son regard s'était endurci à l'instant même, fixant Shreck avec toujours plus d'intensité, quitte à le mettre mal à l'aise, donnant l'air d'un animal prête à lui sauter dessus pour lui arracher la jugulaire.


"Pandora est notre pire échec dans le sens où elle nous a totalement échappée. Le Docteur Keen n'en avait fait qu'à sa tête, à la même manière que cet imbécile de Sonatine, en oubliant les piliers fondamentaux, les règles qui nous ont permis de survivre, en évitant de nous montrer au grand jour. Bien que Sonatine était chef du conseil, ses décisions étaient discutables, souvent regrettables, comme vous avez pu le constater lorsqu'il a menacé de faire exploser la ville, et sa mort est un soulagement malgré les pertes de nos actions. Bien sur, la soi disante "Confrèrie" n'a jamais existée, et ne se trouvait que dans son esprit tordu. Comme vous le savez, Yuri a menacé notre opération, surement à cause d'une déficience du virus, une mutation qui a pu provoquer ses accès de folie. Evidemment, les choses ont été simples pour lui, à partir du moment où son commando l'a suivi aveuglement....ainsi que nous, sans que nous ayons le choix. Le Grand Patron a par ailleurs réprouvé son comportement et vous assure que nous restons avant tout des hommes et des femmes d'affaires, malgré nos.....differences physiques. Quant à la sale petite morveuse, je sais ce que vous allez me dire: Pandora a qui plus est menacée notre intégrité et la ville est au courant de notre existence. C'est là que vous entrez en jeu, Mr Shreck. De vous à moi, trancher la gorge de cette sale petite garce me procurerait une jouissance au delà de l'orgasme, mais elle possède quelque chose que nous souhaitons tous et morte, elle ne nous servirait absolument à rien. "

Alicia avait une fois de plus employé le mensonge dans le seul but de rester crédible. Les membres de la Confrérie, dont faisait parti le grand Patron, ne voulaient pas d'une autre opération suicidaire comme celle menée par Yuri. Le détail sur la mutation était vrai, et effectivement, on pouvait supposer que la fusion cellulaire et la multiplication par mitose, avait mal tournée., parasitant jusqu'au système nerveux même de son hôte. Alicia n'avait pas suivie tout ce que les savants lui avaient dit, mais le peu qu'elle avait entendu se suffisait à lui-même: Yuri était devenu l'instrument incontrôlable du virus, et ça, c'était ce qu'il y'avait de plus inquiétant. Mais ce détail reviendrait plus tard dans l'entretien.
La jeune femme porta doucement la main gauche dans un étrange petit sac qu'elle portait en bandoulière et en extraya une télécommande, un objet rectangulaire de très petit diamètre, assez fin, sur lequel se trouvait un petit bouton sur lequel elle appuya, tout en pointant l'objet en direction du businessman. L'objet emits alors une lueur rouge et commencait à assembler une image binaire multiple, dont les morceaux s'imbriquaient pour former au final, l'image d'un brin d'ADN multiple.


"Le virus originel, Mr Shreck. Pandora en est la dernière porteuse, la seule survivante de son espece, la patiente zero, celle par qui tout à commencée et par qui tout finira si nous ne prenons pas sur nous-même pour la récuperer. Seulement, il sera difficile de la faire venir, surtout après les actes de Sonatine. Elle sait que nous ne la lacherons pas, que nous ferons tout pour la retrouver. Yuri a foncé tête baissé et à détruit un plan de plusieurs mois que nous avions difficilement mis en place. Nous étions partout: Les médias, la police, la mairie, Wayne Enterprise.....et même chez vous, comme vous l'atteste ma présence. Mais il existe un moyen de pression pour la faire venir....Le seul et unique qui fonctionnera à 100%. Et pour cela, vous allez devoir vous en prendre directement à celui qui gère actuellement les douanes avec son unité de guignols, l'homme qui cherche à vous poser tant de complications, celui qui vous ment depuis le début. C'est là que vous me demandez en quoi Marcus Silberman est il aussi important pour Pandora......Croyez moi, elle occupe une place très importante dans son esprit......."

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Ven 17 Fév - 20:07

Ainsi cette jeune femme avait un nom de code et naturellement, une fonction qu'elle avait dévoilée. Miss White, puisque tel était son nom était proche des têtes pensantes de l'organisation. Elle lui confia quelques renseignements sur les attentes de ses supérieurs, des renseignements qui étaient sincèrement satisfaisants. D'intrigante et légèrement déphasée, elle passa à clairement inquiétante de par ses petits loisirs. Shreck n'était en lui-même pas un criminel et les actions gratuites n'étaient rien pour lui, aussi lorsqu'elle parla de ses "petits plaisirs de la vie", il n'avait rien à lui répondre. Il n'avait aucun "petit plaisir" autre que de travailler. C'était presque maladif lorsque l'on prenait la peine d'y penser, mais qu'y avait-il de plus grisant que d'accomplir son travail et d'atteindre ses objectifs, d'accroître son pouvoir et de l'entretenir? Maximilien réussissait précisément parce que son travail était sa vie, rien d'autre n'importait si ce n'était son fils et l'avenir qu'il lui préparait, peaufinant les détails et renforçant ses acquis. Il ne fit aucun commentaire là dessus, et la jeune femme changea d'attitude.

Shreck se redressa en voyant les nouveaux traits de son interlocutrice, elle avait laissé place à quelque chose ou quelqu'un d'autre, au revoir visage d'ange, bonjour visage de démon. Elle semblait prête à massacrer le PDG, il se sentit mal à l'aise malgré la contenance qu'il se donnait en extérieure, heureusement songea-t-il comme pour se rassurer que ce n'était pas cette fameuse Miss Blue. Elle parla de Pandora et du docteur Keen, probablement son créateur et accessoirement décédé si tel était le cas. Elle continua sur la direction de Sonatine et s'étendit un peu sur le sujet pour prouver sa bonne foi et ses bonnes intentions, intentions qui convenaient à l'homme d'affaire, soit dit en passant. Il nota que les modifications physiques étaient monnaie courante dans leur organisation, c'était toujours bon à savoir en cas de rencontre avec un autre membre. Elle parla ensuite de Pandora et semblait se retenir pour parlerd'elle, "sale petite morveuse" semblant représenter à peine 1% de ce qu'elle ressentait envers elle.

Il eut un regain d'intérêt lorsqu'elle arriva à expliquer sa place dans leur projet et surtout lorsqu'elle la lui révéla. Pour obtenir une version complète de leur composé, il fallait impérativement mettre la main sur cette gamine. Voilà donc ce qui la rendait si intéressant: elle était la clef de toute cette technologie. Son interlocutrice prit un objet qui déploya une image de ce qui semblait être un brin d'ADN complexifié, ou plutôt amélioré. Cette gamine devait avoir des capacités décuplées par ce procédé, ce qui expliquait également les moyens mis en œuvre pour la récupérer. Elle fit un court résumé des ennuis que Sonatine avait généré de part sa conduite hasardeuse, Pandora devait effectivement être sur ces gardes désormais et il leur faudrait être vigilant pour la récupérer sans mal. Elle le renseigna sur les endroits qu'ils avaient espionné, avec une telle technologie ça n'avait rien d'étonnant, mais il fut malgré tout curieux de savoir ce qu'ils avaient pu trouver du côté de ses concurrents, mais l'affaire étant tout autre il garda le silence.

Elle rentra dans le vif du sujet, ils avaient déjà un plan et celui-ci demandait en premier lieu de s'attaquer au colonel Silberman. Shreck dut retenir sa joie et se contenta de prendre une nouvelle gorgée de café qui avait un goût mille fois relevé par l'extase de la situation, il avait l'occasion de faire d'une pierre deux coups, main basse sur Arkham City et profiter d'une alliance avec une entreprise technologiquement avancée, même par rapport à son concurrent Wayne Tech. Parler de prix maintenant revenait à mettre en l'air des débuts prometteurs, mieux valait lui laisser l'opportunité d'en parler la première. Elle n'explicita pas d'avantage la situation avec Marcus, mais formula elle-même la question qu'il s'apprêtait à lui poser.

-Puisque vous formulez vous-même la question, dit-il, je ne vois pas l'intérêt de la répéter ni de vous coupez d'avantage dans vos passionnantes explications, d'autant plus ma chère que vous devenez de plus en plus intéressante.

Maximilien n'était pas du genre loquace lorsqu'on lui servait immédiatement des informations cohérentes et des projets aussi fabuleux, mais il avait réellement du mal à saisir un quelconque lien entre Silberman et cette Pandora. Il se souvint à ce moment précis de leur rencontre, il avait, semble-t-il évoqué le nom de cette enfant, mais pourquoi? Sa mémoire malheureusement n'était plus aussi performante qu'avant et cette entrevue l'avait surtout frustré: voir débarquer l'armée pour l'empêcher d'agir.... Il s'arrêta à ses rêveries et se reconcentra sur Miss White qu'il espérait revoir s'attendrir, ne serait-ce que légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Sam 18 Fév - 0:40

Plus la discussion prenait de l'ampleur et du temps, et plus l'esprit machiavélique de la jeune femme commençait à se dévoiler au fur et à mesure, montrait toute la nevrose qui l'habitait, et la haine qu'elle nourrissait à l'encontre du sujet "Zeus", ainsi que son protecteur, celui qui aurait fait rater toute l'opération.....celui qui l'avait privé de ces membres, il y'a 3 ans, lorsqu'il était venu la chercher, sans succès au laboratoire Ark 4 situé à Portland, dans l'Oregon.
Shreck avait surement du deviner qu'il y'avait autre chose, un évènement qui liait forcement Alicia, Pandora et Marcus ensemble. et bien qu'elle se targuerait d'en dévoiler plus en ce qui la concernait, elle, la jeune meta-cyborg allait maintenant dévoiler la plupart de ses cartes, en y' mettant les formes.
Au fond de son esprit, un grand sourire se dessinait, car elle ressentait toute l'horreur de la situation, de ce qu'elle s’apprêtait à déclencher, et cela la faisait sourire à la même manière qu'une certaine salope de faucheuse et son sourire ultra-brite quand elle s’apprêtait à vous découper le mince petit fil de vie ui vous reliait à ce monde.

Mais la vie d'Alicia alias Miss White, ex-membre du projet....Y'avait on pensé?? Marcus et Pandora s'étaient ils demandé comment Alicia était ressortie de cette explosion du labo Ark 4, lors de l'attaque de DeadLight, il y'a 3 ans?? Avaient ils ressenti toute la profondeur de son désarroi, la tristesse qui avait pu l'envahir, alors que sa vie, si semblable à celle de sa proie, semblait prendre un tourment définitif?? Malgré ses airs, Alicia était une femme brisée, détruite sous tout ses aspects, et prête à tout pour un peu de bonheur, pour pouvoir goûter aux joie de la liberté, pour pouvoir remarcher un jour.
Alors elle accepta, sans aucune forme de procès, sans retour, car non doté de choix et de libre arbitre. C'était cela, ou vivre à tout jamais sans aucun de ses membres, coincée à vie dans un fauteuil roulant à la manière d'une mutilé du Viet-nam.

La première preuve serait dévoilé via une feuille de projet fournie par la jeune cyborg, qu'elle déplia de sa poche, mais qu'elle se garda bien de donner pour l'instant, ouvrait à nouveau le dialogue pour en dire un peu plus à Max Shreck. Les choses allaient enfin prendre une tournure amusante dans les minutes à venir.


"Vers la fin des années 80, le docteur Keen et sa section "Recherche et développement génétique" font une découverte remarquable, celle de notre produit phare, comme vous le devinez. L'idée est alors simple: Notre domaine reste le domaine militaires, les armes biologiques et tout ce qui suit. Bien vite, mes supérieurs ont compris l’intérêt du virus et tout le potentiel qui s'en dégageait: Celui ou celle qui était infecté ne vieillirais plus, se verrait doté d'une force et d'une agilité hors du commun. Mais l'esprit demeurait intact. Le lavage de cerveau était donc obligatoire, et nous n'en sommes pas venu à des extrêmes comme vous. Grace au docteur Thadeus Keen, nous avions un taux de contrôle de 98% sur le virus et les sujets. Et comme vous le devinez, le taux de 2% que je ne cite pas, concernait Pandora et une autre personne, un homme que nous avions modifié aussi. Cet homme était chargé de la formation au combat de nos troupes: Combat rapproché, arme blanche, arme à feu, reperage, infiltration....le virus nous permettait de peaufiner chaque part de l'entrainement sans être inquiété par le temps. Vous saisissez maintenant l’intérêt du "Héraclès". Tout comme nos sujets, cet homme avait subi une thérapie génomique au vue de le doter d'une 24eme paire de chromosome, ce qui le rendait bien plus puissant qu'il ne l'était déjà......Cet homme s'appelait Marcus Silberman....et, cerise sur le gateau, nous savons qu'il est le dernier membre de sa famille.....son oncle."conclua elle avec un sourire bien plus malsain qu'à l'accoutumée.
Maintenant, Shreck en était sur: Il n'était pas seulement question de faire des affaires. Il s'agissait aussi de vengeance et Alicia avait tirée son épingle du jeu, car ayant le plus du raison d'en vouloir au militaire et à la gamine.
Cette fois, Alicia tendit le papier au millionnaire et allait lui laisser le plaisir de constater la vérité quant au lien qui l'unissait à la jeune femme. Si cela n'était pas le cas, elle avait d'autres preuves en reserves.
Voici ce que le millionnaire pouvait lire.



"Lisez bien tout ce qui est marqué. Dégustez, savourez, et voyez comme tout ce que je vous ai dit n'était que vérité. Ensuite, libre à vous d'inculper Marcus pour les motifs que vous voulez. Mais entre nous, être porteur d'un virus dans son corps, alors qu'on travaille pour l'armée, est passible de la peine capitale, en plus de la haute trahison. Je n'aime pas utiliser un langage aussi cru, surtout pour une personne de ma condition et devant une personne comme vous, mais je vais me faire un plaisir de dire que vous tenez le Colonel Silberman par les couilles. Quant aux liens avec la Biosyn, vous n'aurez qu'à modifier un peu la donne, lui affecter un lien plus ou moins proche avec Yuri. Ensuite, il faudra attendre que notre ennemie commune daigne se montrer. Mais de vous à moi, je pense que le prochain séjour de Marcus dans Arkham pourrait se reveler définitif, n'es ce pas?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Sam 18 Fév - 2:37

L'heure était aux explications. Miss White raconta l'histoire avec une intensité qui dépassait le stade de la simple observatrice et s'exalta au fur et à mesure. L'on aurait pu croire qu'elle avait travaillé son effet de surprise, mais il n'en était rien, elle racontait cette affaire avec une lueur dans le regard, cette même lueur que l'on a lorsque l'on raconte un souvenir. Mais elle devenait dure, colérique, ses sourires étaient démentiels, Maximilien n'aurait même pas été étonné de la voir faire de grands gestes, mais elle resta malgré tout relativement tranquille de ce point de vue. Shreck n'en fut que plus attentif. Elle parla de deux sujets...Pandora certes, mais l'autre? Qui était-il? Sonatine? "Cet homme s'appelait Marcus Silberman"...Marcus Silberman! Ce colonel de l'armée, ancien entraîneur des forces génétiquement modifiées de la Biosyn et de surcroît parent de cet enfant, de cette femme réduite à vivre dans la jeunesse éternelle, c'était presque incroyable. Elle faillit vomir ce nom, cela se sentait bien et malgré le coup de cette nouvelle, l'homme d'affaire l'avait remarqué.

Ce qui était étrange c'était la façon dont Pandora avait été reléguée au second plan dans son discours. La jeune femme était rageuse, l'enfant était un échec, mais ce n'était pas elle qui lui restait au travers de la gorge, pour une raison qui lui échappait, "la sale petite morveuse" était presque dit élogieusement en comparaison du crachat que représentait le nom du colonel. Elle lui tendit finalement un papier. Il reprit ses lunettes, les ouvrit avec rapidité, comme pour éviter de ralentir l'entrevue qui était riche en informations et en agréables surprises et le lut. Un sourire de satisfaction naquit au commencement, c'était une belle preuve sur Pandora, puis le sourire se mua en un rictus de sardonique, nourrit d'autant plus par le discours emplit de haine et rancoeur de la jeune femme. Lorsqu'il atteignit la fin, son esprit était déjà en train d'échafauder.

-Je crois même qu'à partir de cet instant précis Miss White, fit-il avec un large sourire, nous pouvons parler au passé de Marcus Silberman et de sa carrière militaire, il ne s'agit plus que d'agir d'intelligemment.

Il relut rapidement le papier pour assurer ses quelques premières idées, tout en faisant le lien avec les explications de la jeune femme. Il tenait enfin un moyen efficace de se débarrasser du Colonel tout en assurant ses arrières avec l'armée. C'était un quinté gagnant, le Colonel, Pandora, Arkham City, des explications sur les attentats et du même coup l'opinion public.

-Mais mieux que tout, continua-t-il, nous avons les moyens de pouvoir le tracer au travers du complexe pénitentiaire et s'assurer de localiser l'enfant en cas de contact entre eux. Il est évident que si je puis me montrer utile en d'autres façon pour le bien de ce projet, n'hésitez pas à m'en faire part. J’imagine que vous serez mon unique contact jusqu'à la fin des opérations.

La récupération de l'enfant était une étape bien entendue, mais que comptaient-ils en faire ensuite? La reprise de l'expérimentation était une chose, la récupération du produit une autre, et ensuite, ils le commercialiseraient, sans doute y avait-il le moyen de participer à ce projet. Cette organisation disposait de nombreuses technologies qui intéressait grandement le businessman, il avait commencé le développement sans se soucier des "pertes humaines" et aurait aimé voir cet investissement aboutir, pour des raisons moins louables qu'on aurait pu le penser. Il posa la feuille sur son bureau, parfaitement à plat et s'enfonça dans son fauteuil, pensif.

-Je suis flatté que la Biosyn Corporation qui semble détenir bien des moyens s'intéresse à moi pour mener un de ses projets; et je puis vous assurer que vous ne mettez pas votre confiance en de mauvaises mains, comme vous l'avez remarqué, je mène à terme ceux-ci quoi qu'il en coûte. Peut-être me trouverez-vous entreprenant, mais je dois admettre qu'après cette opération, je trouverais intéressant de nouer une sorte de partenariat, non nécessairement publique, entre nos deux entreprises. Nous disposons vraisemblablement de moyens qui mis en communs peuvent donner d'excellents résultats à long terme.

Il avait lancé l'idée, comme une vague proposition mais relativement solide, libre à elle d'accepter ou de refuser, mais Shreck, en son fort intérieur était persuadé que si les deux entités décidaient d'agir de concert, rien ne pourraient les arrêter, pas même Wayne Entreprise et ses principes bornés, et il ne songeait pas qu'à Gotham... Les deux entreprises semblaient travailler pour l'armement, Maximilien avait des contacts, des laboratoires et même des accords avec l'armée américaine, de quoi faire miroiter l'avenir. Il ne demandait pas d'en connaître plus sur l'organisation interne, ne voulait pas forcer les portes fermées, ne désirait pas les noms qui allaient derrière les pseudonymes, car au final, ils ne lui apporteraient rien si ce n'est une image d'encombrant associé qui veut tout savoir et qui fouine inutilement.
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Sam 18 Fév - 16:26

"Effectivement. L'attaquer de front serait idiot, et ses soldats lui seront fidèles jusqu'à la mort. Vous savez, "Semper Fi" et toutes les conneries qui vont avec. Donnez le pouvoir à un militaire, et vous aurez des ennuis. Ils ne comprennent que le langage des armes, garde à vous, et ne comprennent pas l'étendue du vrai pouvoir, l'emprise que l'argent peut avoir sur eux...Car le vrai pouvoir vient de là, Mr Shreck....L'argent. Avec cela, vous faites ce que vous voulez, passé outre les convictions ridicules et utopistes d'un soi disant militaire mutant en quête de redemption....Maintenant, Silberman ne sera plus une gêne pour vous, et encore moins pour moi. Mais attendez un peu. Laissez le miroiter. Au plus, faites lui croire qu'il a gagné...ET BRISEZ LE. Quoi qu'il en soit, je veux être là quand il sera transféré à Arkham....Je veux voir son visage déformé par la surprise, puis par la haine, et ce afin qu'il se dise......"C'était moi" Je veux que ce connard ne s'y attende pas. Ensuite, sa nièce sera à vous. Croyez le, elle tient à son "tonton" bien plus que vous ne pouvez le croire....et vous savez la meilleure dans tout cela?? Le fin du fin??"

Maintenant, Shreck devait en être persuadé: Son interlocutrice était une cinglée, une folle furieuse, mais lucide et méthodique, qui n'agissait pas n'importe comment, qui meditait chaque petit détail d'un plan, et l'appliquait à la lettre, sans un faux pli. Ce n'était pas le genre qui tuait pour rien ou qui foutait le boxon pour un oui ou un non, et chacune de ses actions avait été longuement planifiée avant d'être mis en place, contrairement à certains tarés agissant sur un coup de tête, en faisant tout et n'importe quoi. Dans un sens, elle était à la fois folle, mais doué de raison, et lucide dans ses actes, ce qui en aurait étonné plus d'un, montrant que bien qu'en proie à la vengeance, la jeune femme savait encore se controler. Mais qu'en serait il une fois face à celui qu'elle souhaitait faire souffrir milles fois, l'homme qu'elle torturait avec autant de plaisir sadique que toute la clique mutante pour qui elle travaillait.....et à qui elle ne ressemblerait jamais, elle qui ne pourrait être digne de l'Ascension, condamnée à être inférieure, malgré ses efforts.
Marcus l'avait privé de ce rêve, de la possibilité de devenir l'égale d'une déesse, et aujourd'hui, il était temps qu'il paye le prix fort de son insolence....Ensuite, viendrait le tour de sa nièce, qu'elle ne tuerait pas. Elle avait donnée sa parole, malgré un certain refus interne, de la livrer à Shreck. Et elle tiendrait parole. Elle montrerait à toute et à tous ce que valait vraiment Alicia Rayner, avec, ou sans le pouvoir de l’Ascension. Et enfin, ils la respecteront, la craindront bien plus qu'ils ne la craignaient déjà de par son coté encore humain. Son visage se déformait encore plus sous la démence, sans vraiment qu'elle en vienne à des gestes stereotypés ou à gesticuler dans tous les sens.
Non, pire que tout, elle restait parfaitement rivée sur sa chaise, exposant toujours plus l'ambition de ses projets, ses actes, et ses conséquences pour Arkham.....Et enfin, Alicia tiendrait sa vengeance.


".....C'est que la petite ne sait pas que Marcus est son oncle. Elle ne le voit que comme un père adoptif... Il ne lui a jamais dit....Et je compte bien lui reveler une fois que le cadavre de Silberman pourrira dans une allée sombre d'Arkham. Ensuite, Pandora sera à vous. Bien sûr, j'ai eu oui dire que vous collaboriez avec le Docteur Simon Hurt, que vous avez rencontré, il y'a peu.....Un homme brillent et plein d'avenir, de ce que nous savons de lui. Je suis sure qu'il sera bien plus competent qu'un idiot psychotique comme Mr Strange. Nous ne pouvons pas prendre le risque de laisser un tel homme aux rênes d'un projet aussi ambitieux car je reste sûre que sa phobie de découvrir l'identité du Batman le hante encore. Au plus, laissez le dans sa cellule... Considérons cela comme la seule véritable bonne action que le Colonel aura accompli pour nous."

Les traits du visage de la jeune femme s'adoucissait à nouveau, doucement, se dépliant pour laisser partir la personnalité sans ême et destructrice de Miss White. Aussi ambitieuse soit elle, sa personnalité ambigue pouvait pousser à la méfiance, bien qu'elle semblait maîtriser sa colère. Shreck devait être lui-même étonné de voir avec quelle aisance la jeune femme passait de l'état de cyclone à celui de ruisseau....Purement métaphorique, mais l'image colait bien à la situation. Alicia était restée crédible du début jusqu'à la fin, et Max devait certainement en avoir tenu compte. Pas de rire dement, pas de grand gestes, ni d'insultes à foison, mais juste une colère et une ambition toute aussi démesurée que celle du millionnaire à la chevelure platine. On pouvait dire que ces deux là étaient fait pour s'entendre.

"Vous êtes un visionnaire. Vous savez déceler l'évidence là où elle se trouve, et faire les choix qui s’avèrent nécessaires......pas comme Roland Daggett ou Bruce Wayne, pour ne citer qu'eux. L'un a tellement de mal à se cacher qu'il est en faillite, et la philanthropie excessive de l'autre n'est qu'un prétexte à tout les abus. Bruce Wayne est une cible prioritaire, Mr Shreck. Malgré ses airs de playboy, il réussit à se mettre toujours plus d'habitants dans la poche, et cela pourrait avoir des conséquences douteuses, voire dramatique pour le projet Arkham City. L'avenir est pour des gens comme vous et moi, qui savent tirer leur épingle du jeu. En joignant nos compétences et nos technologies, nous pourrions, comme vous le dites, accomplir de grandes choses. Imaginez que nous arrivions à mener à terme le projet Arkham.....Imaginez que d'autres villes prisons soient construites, approuvées au Senat dans tout l'hémicycle. Peu importe les bureaucrates, et autres démocrates sans cervelle, car ils ne pourront pas nier les résultats. Et alors, nous aurions le contrôle, vous, moi et les autres, sur tout le continent américain. Vous deviendriez plus puissant que le président lui-même. La vérité, c'est que ce sont les Entreprises qui dirigent.....et cela doit en rester ainsi. Notre technologie et notre avancée dans le domaine génétique pourrait affirmer notre suprémacie sur l'ensemble de ce pays d'idiots: Virus, Armement, Camouflage, et tout autre matériel de pointe......Nous serions invincibles.....intouchables.....Notre décision est déjà prise de notre coté, et vos paroles semblent confirmer que nous ne nous sommes pas trompés......A propos, mes supérieurs aimeraient que vous leur rendiez un service. Bien entendu, cela sera rémunéré, comme vous vous en doutez."


La jeune femme porta alors son regard à son poignée, souriant tout aussi sadiquement qu'il y'a quelques minutes. L'heure allait bientôt être atteinte et Gotham allait avoir une double surprise très désagréable, quelque chose qui allait terriblement la secouer, et qui allait permettre à Shreck et Hurt de prendre le contrôle de façon quasi-absolue. Alicia n'allait pas seulement offrir Arkham aux deux hommes: Elle allait lui offrir Gotham dans sa totalité. Le fait qu'elle gardait sa montre à l'oeil semblait attirer l'attention du millionnaire, chose que la tueuse au sabre lui rendit, non sans emplir son regard d'une malice malsaine, comme toujours. Quoi et qui qu'elle soit, elle semblait avoir tout prévue dans les moindres détails, ce qui était vrai.

"Dans quelques minutes, vous allez avoir l'occasion de pouvoir mettre en pratique ce que Mr Sharp n'a pas su appliquer."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Dim 19 Fév - 18:13

L'unité Deadlight qui entourait le colonel était un soucis, une cinquantaine d'hommes compétents, entraînés et fidèles, mais ils restaient un poignée de simples hommes qui, s'ils ne pouvaient éliminés physiquement, restaient faibles de par la force de leurs principes. Shreck passa une main sur ses lèvres en songeant au désarroi de ses soldats lorsqu'ils assisteraient à la mise en détention de leur supérieur par les voies légales. Miss White parlait avec violence et un franc sadisme de l'armée, mais son discours frappait juste selon le milliardaire. Effectivement, le pouvoir des militaires était un pouvoir obtus, généralement sans but, tandis que celui de l'argent était son seul maître, il ne recevait pas d'ordre, mais savait en donner, il pouvait faire fondre les résistances sans violence et pouvait agir dans l'ombre sans laisser de trace. Intérieurement, Shreck était fasciné par cette femme, violente, cruelle si l'on en croyait ses désirs, mais calculatrice et réfléchie, elle savait ce qu'elle voulait et surtout comment les choses devaient se passer pour qu'elle en retire du plaisir autant que de l'intérêt. Ne pas la contrarier semblait une excellente option. Shreck resta impassible, mais attentif à la jeune femme qui nourrissait toujours plus son imagination débordante.

Elle parla d'or sur Arkham et il partageait son opinion, Strange n'était rien d'autre qu'un pauvre idiot obsédé par un but qu'il n'avait pas atteint grâce à Silbermann. Pour le reste, Hurt était un partenaire, mais le projet qu'elle exposait était tout autre, le docteur s'intéressait à la réintégration psychologique des détenus et à une transparence dans les activités des douanes, Shreck s'était engagé à l'aider au mieux et à renforcer les actions contre les détenus, il ne saurait probablement rien du fond de ce projet mais serait mis au courant des actions qui seraient mener contre le colonel puisqu'il aurait à faire un commentaire sur la chose en public. Oui, Hurt profiterait lui aussi de la situation et ne s'y opposerait pas, l'occasion était trop belle de renforcer leur maîtrises des douanes. Hurt ne serait pas un obstacle et ne saurait le devenir.

-Le docteur Hurt est un très bon appui pour Arkham City et son avenir, y compris commercial, assura-t-il, mais je ne saurais trop l'insérer dans d'autres projets économiques, il sera tenu au courant et se ravira sans aucun doute de se regain d'autorité, mais vous devez être prévenu qu'il est plus psychiatre que businessman.

Une nouvelle fois la jeune femme surprit l'homme d'affaire en redevenant tranquille et douce, l'on aurait pu croire qu'elle disposait d'un interrupteur psychique lui permettant de passer d'un état à l'autre sans vraie phase transitoire. Elle changea pour une excellente raison: elle le flatta. Oui, l'avenir était d'or si Arkham City était menée à son terme et commercialisée, Shreck, la Biosyn et les partenaires de Hurt. Elle parla des politiciens comme de vulgaires pantins, ce qu'ils étaient à dire vrai, oui, l'économie et les finances dominaient le monde et une alliance aussi puissante serait nécessairement faire face à tout! Plus puissant que le président des États-Unis, un projet ambitieux, et atteignable, mais il fallait garder la tête froide, d'abord Arkham, puis Gotham, le reste irait de lui-même.

La jeune femme termina sa logorrhée sur une demande de service rémunérée, Shreck s'intéressa grandement à celle-ci et remarqua que la jeune femme vérifiait souvent sa montre. Elle ponctua le tout d'une phrase énigmatique qui laissait présager quelques action à suivre avec sang-froid. Shreck prit une nouvelle gorgée de café et crut bon de répondre poliment à miss White.

-Je suis ravi de constater que nos intérêts et nos projets convergent ma chère, commença-t-il avec un sourire sincère. Vous piquez ma curiosité au vif, quel serait donc ce service?
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Lun 20 Fév - 0:23

"La matière première, Mr Shreck....Voici ce que nous souhaitons.....La matière première, jeune, organique, prête à l'emploi et malléable à souhait."

La tueuse de la Biosyn passait enfin à la demande de ces patrons, celle qui pourrait faire grincer des dents n'importe quel idiot puritain doté de principes pouvant le stopper dans son avancée. Alicia gardait son ton, calme, ténébreux et inquietant, mais cette fois, en portant son regard à la fenêtre, qui donnait au loin sur plusieurs immeubles de Gotham. Prendre de la hauteur était idéal, mais encore fallait il le faire sous tout ses angles, sous toutes ses définitions. Alicia l'avait compris, au même titre que Maximilien Shreck, lorsqu'il avait habillement manipulé Oswald Cobblepot, que tous crurent mort.....La mort, à Gotham.....n'avait plus aucune signification. Voilà quelque chose de bien étrange pour un monde qui voulait rationnel, se disait la jeune femme, pourtant pourvue de membres cybernétiques. Il y'a encore des années, n'importe qui aurait ri devant ce que beaucoup nommaient "une utopie"...

"Comprenez, Mr Shreck, que malgré les excellents états de service de Mr Hurt, beaucoup de ces....prisonniers ne pourront véritablement être réhabilité, condamnés à ne jamais ressortir, et beaucoup avaient des familles, des enfants....mais ces enfants, dites moi...qui les réclamera, en dehors de parents qui resteront jusqu'à la fin de leur jours?? Qui devra payer leurs cotisations, la sécurité sociales et toutes les charges qui vont avec?? Qui acceptera de perdre du temps à des mises en place de procedures adoptives? Qui devra les financer maintenant que Sharp est en chute libre? Y'avez vous pensé?? Avez vous pensé à la charge que Sharp vous a collé sur le dos et qui finira par vous retomber dessus? Mr Shreck.....Nous sommes l'avenir....Ils ne peuvent nous arrêter.....Ils peuvent hurler, scander jusqu'à nous maudir, mais jamais ils n’arrêteront l'évolution, car nous sommes l'évolution..... L’ascension de l'humanité, et chaque évolution exige des sacrifices, peu importe l'âge. Le destin ne demande pas l'âge d'une personne, et la fauche de toute son âme.....Le domaine de l'enfance sera l'avenir de Gotham, d'Arkham et de l'humanité entière, Mr Shreck.....et je crois savoir que beaucoup d'entre eux, présents à Rutledge, ne reverront jamais leurs parents. Vous savez maintenant ce que nous voulons."

Inhumaine et sans âme étaient des termes qui définissaient avec précision la traqueuse et membre du conseil de la Biosyn Corp, bien plus monstrueuses que les mutants qui composaient 95% de la compagnie. Un vieux diction disait qu'il ne fallait jamais se fier aux apparences et cela se confirmait avec la jeune femme: Visage d'ange, physionomie humaine, mais une âme noire et tourmentée habitait ce corps, la voix de l'antéchrist, prête à toute les concessions, une conquérante ambitieuse, revancharde et destructrice, cachée sous un masque durant toute ses années, murissant un plan machiavélique, aux ordres même du grand chef, Mr Von Reagan, et habilité à mener l'opération la plus ambitieuse jamais menée par la Biosyn.
Yuri avait été trop pressé. Aurora était tout autant incontrôlable, et bien qu'étant la fille du grand chef, elle ne pouvait prétendre au contrôle d'une telle opération, d'ou l'animosité qu'elle nourrissait envers Alicia, qui prenait un malin plaisir à lui renvoyer une répliques cinglante en plein visage, et protégée par l'immunité du leader de la société....et de la Confrérie....et bientôt, Alicia montrrait à toute cette clique d'arrogants que même une humaine était capable daccomplir la basse besogne du Diable. Quant au Aurora, son tour viendrait lorsqu'elle lui planterait sa lame au plus profond de son coeur, dans un battement affolé.....pour toutes les insultes....pour toutes les moqueries et autre humiliations depuis tout ce temps. Après tout, même Mr Von Reagan avouait avoir honte de sa propre fille. Alors, pourquoi ne pas simplement lui offrir la fille qu'il voulait véritablement, celle qui saurait l'honorer, le respecter et surtout, saurait lui amener la gloire et la puissance.

Oui, tous verrait bientôt la puissance de Miss White, et tous allaient jurer allégence à la nouvelle dirigeante.


"En ce qui concerne Marcus, car oui, je vais revenir sur ce détail, notre taupe est actuellement en train de déposer les fausses preuves dans l'armement même du Colonel: Une vingtaine de dispositifs de camouflages thermo-optique identiques à celui que j'utilise. Dans quelques minutes, plusieurs de nos soldats attaqueront le Ritz, ainsi qu'un autre lieu que j'ai personnellement choisie. Le terrain sera alors préparé à votre avantage. Bien sur, on évitera les signatures sanglantes et autres petites particularités. Ensuite, nous ferons circuler la fausse informations disant qu'un groupe militaire en mission secrete serait responsable de ce carnage. Il ne vous restera plus qu'à faire une descente dans le QG de DeadLight, et de mettre la main sur les dispositifs, incriminant non pas seulement Marcus......mais la totalité de son unité. Ainsi, nous pourrons enfin prétendre à un contrôle total et absolu. Bien sûr, je vous conseille de vous entourer d'un peu plus de 400 à 500 hommes. L'unité DeadLight n'est pas à prendre à la légère. Une fois cela fait, nous vous apporterons toute l'aide necessaire à la bonne marche d'Arkham City. En prime, nous sommes prêts à vous fournir un autre cadeau afin de nous assurer que personne dans la ville ne tentera de vous résister......Avez vous entendu parler du projet "ED- 7 HADES"?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Lun 20 Fév - 22:17

L'on parlait de finance, l'on parlait de contrôle, l'on parlait de vies diminuées à un moyen, l'on parlait de pouvoir et d'intérêt, l'on parlait un langage que Shreck adulait. La problématique de Rutledge, les entrées en masse d'enfants arrachés à leurs parents étaient une tâche noire dans le paysage d'Arkham City et potentiellement dangereux pour la fin de ses projets, ce qu'elle proposait là l'arrangeait clairement. Faire croire à un transfert des enfants du fait de leur statut et de l'instabilité de la ville, transformer une énorme opération de déportations en un acte bienveillant était au goût du milliardaire. Créé une association bidon (encore une) qui servirait de décorum au transport et à la répartition des enfants, répartitions fictives et transport camouflé. Voilà qui tombait à pic.

-Vous disposerez de cette matière première, confirma-t-il. Le temps de mettre en place une couverture fiable, c'est-à-dire une petite semaine et vous aurez un bon approvisionnement.

Cette créature, à la fois effrayante et providentielle, semblait arrivée telle un ange (de ténèbres ou de lumières qui aurait pour en juger?) pour lever le voile sur des solutions qui étaient faites pour plaire et aider Maximlien dans ses affaires. Oui, Sharp avait déposé de nombreuses armes entre ses mains, oui il avait des responsabilité, mais rien d'irrémédiable ni de définitif, ce qu'elle lui offrait c'était des assurances et des garanties, c'était du pouvoir en quantité et des fins appréciables. Il pouvait désormais d'un revers de la manche supprimer l'un de ses ennemis, supprimer une source d'impopularité, mettre la main sur de nouvelles technologies, faire de son entreprise la numéro une de Gotham! Oui, pour éliminer Marcus il allait devoir y mettre le paquet mais aussi et surtout il allait mettre dans sa poche l'armée et les tribunaux militaire, Shreck, défenseur des valeurs du dollar devenu garant des valeurs américaines en dévoilant un terrifiant complot qui agissait au cœur de l'armée. Tout irait pour le mieux.

-Je pense avoir même un scénario désopilant pour notre cher Colonel, reprit-il, je suis sûr qu'il serait ravi de constater que l'armée le destitue par voie légale de ses pouvoirs et que son unité découvre réellement qui est son supérieur. Pour le reste votre mise en scène sera amplement suffisante pour réduire à néant la confiance que la population pourrait porter à l'unité et donnera assez de preuve pour l'incriminer directement. Avant d'effectuer de telles descentes, nous ferons intervenir une partie des forces du colonel, elles auront l'agréable surprise de découvrir des portes closes et des snipers pour les accueillir. Oui, mieux vaudra la diviser pour frapper, comme vous le dites si bien, ce sont des éléments tenaces et particulièrement bien entraînés, nous les arrêterons mieux ainsi.

Elle parla d'un nouveau moyen pour endiguer toute velléité de rébellion au sein d'Arkham et peut-être même de Gotham? L'heure était venue pour Shreck de quitter le train que conduisait Sharp pour rejoindre celui que la Biosyn manœuvrait, le saut devait cependant être effectué avec finesse, pas question que l'on se rende compte de son changement (en partie) de cap. Le maire par interim avait voulu faire cavalier seul, quitte à poser problème à ses partenaires et si Shreck n'aimait pas une chose c'était que l'un de ses associés viennent lui causer du tort, c'était à l'encontre des lois du marchés, des loi du business, des seules qu'il respectait vraiment et qui le différenciait d'un vulgaire criminel.

Maximilien incarnait un système, non pas celui de l'égoïsme puisqu'il partageait volontiers avec ceux qui œuvraient avec à ses côtés, mais celui du profit, de l'argent et de la spéculation, avec Arkham City il ne soutenait pas une idéologie contre le crime, qui que l'idée de pouvoir enfin éliminer la criminalité ne lui déplaise pas, il investissait dans une infrastructure. Il savait que les détenus d'Arkham, comme elle le soutenait, ne pouvaient tous être sauvés, mais Hurt était un partenaire nécessaire qui pouvait l'aider à peser lourd dans la balance politique de la ville. Il ne combattait pas un système en abattant Silberman, il éliminait un concurrent qui venait afficher de sombres nombres négatifs sur ses bilans, il ne justifiait pas la mentalité de cette jeune femme, ne cautionnait pas les troubles psychiatriques qui pouvaient la secouer, mais assurément acceptait la main qu'elle lui tendait parce que précisément cette main lui permettait d'avancer et de se sortir d'un bourbier malsain. Biosyn était à ses yeux des individus brillant, certes différent de lui sur quelques points, mais motivés par le même but et prêt à tout eux aussi, des partenaires dépourvus des scrupules qui le rendaient malade et qui lui donnaient parfois des insomnies. Cette entreprise était un tremplin sur lequel Shreck allait allègrement bondir, persuadé de ne pas subir de revers douloureux en agissant de concert avec eux. Le projet "ED- 7 HADES", même s'il ne le connaissait pas était à ses oreilles plein de promesses, des mêmes que celles qu'elle lui avait fournit tout au long de cette conversation.

-L'on peut dire que vous êtes réellement une femme pleine de surprise, rajouta-t-il avec le sourire qui ne quittait plus son visage, j'imagine que vous ne me laisserez pas longtemps dans l'ignorance.

Plus rien ne pourrait les arrêter, plus rien...
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Mer 22 Fév - 21:16

"L'armée, dites vous?? HAHAHAHAHAHAHAHA.......Excusez ce rire nerveux, mais je constate de manière très désagréable que vous ne savez vraiment rien sur ce chien de Marcus. Il ne fait pas partie de l'armée régulière mais d'une unité spéciale dont seul le président des États Unis peut ordonner la destitution.....Alors n'esperez pas voir un État-major qualifié, vouloir se mouiller à une affaire concernant l'unité DeadLight.........Tel est le nom de code de l'unité de Marcus Willis Silberman, oncle de Jennifer Willis, alias Pandora. Ne vous en faites pas, Mr Shreck. Je vous aiderais de toute les manières possible, bien que je sois déjà en train de le faire."

Le rire qui avait éclaté dans la salle aurait fait trembler n'importe qui, à cause de tout le mal qui s'en dégageait. Après tout, regardez au plus profond des yeux de la jeune femme. Observez jusqu'au plus profond de son esprit, et vous n'y verrez que le mal à l'état pur, et l'esprit de la vengeance, conjugué en un seul être, une incarnation parfaite de Nemesis et Damoclès.
Alicia avait la rage au cœur, plus désireuse chaque minute de vouloir aider Maximilien à concrétiser ses projets. Bien sûr, elle était partie sur une idée de manipulation, surtout de masse, de désinformation et de nombreux autres mensonges qui pourraient mettre DeadLight à genou. Et à la reflexion, dans sa grande sagesse, loin des hurlements d'un conseil d'idiots, Miss Whote avait muri un tout autre plan: Pourquoi mentir alors que la vérité, brodée avec des mensonges, ne serait elle pas plus avantageuse, plus destructrice? Là était tout le pouvoir, qui se cachait dans la vérité, et pour cela, il fallait mettre en avant les deux principaux protagonistes, car après tout, tout cela ne serait jamais arrivé si l'unité Dead Echo, unité similaire à DeadLight, n'avait pas amené la jeune enfant pour la confier aux bons soins de ce brave Jeremiah Arkham. Non, en ce qui concernait Marcus, il fallait s'en tenir au plan original, ne rien changer au risque de tout faire capoter.


"DeadLight était une légende urbaine de l'armée, l'un des projets noirs les plus secrets de la maison blanche. A chaque mandat, le président qui siège est mis au courant de l'existence de cette unité et est le seul à pouvoir lui donner des ordres directs. Elle existe depuis plus de 30 ans, et était déjà là lors de l'assassinat de Mr Kennedy. D'années en années, les leaders se sont succedés et ont participé à des opérations sou couvert du Gouvernement: Récupération d'armes, d'otages, destruction de matériel balistiques, et contre prolifération à Tchernobyl et à Baikonour. Ces soldats sont des durs de durs, qu'il ne faut pas sous-estimer, et leur force n'a fait que s'accroitre, surtout depuis l'arrivé au commandement de Marcus Silberman. Mr Shreck, ce type a bouffé du Lion, et de vous à moi, je l'aurais abattu sur le champ, avec un bon fusil à lunette. Mais nous avons tout deux des projets et je compte à ce qu'on les mène à terme. Imaginez ensuite les répercussions sur Gotham: Le Gouvernement envoie une unité secrète à Gotham...Gotham sous couvre feu....Le Colonel Marcus Silberman travaillait sous les ordres de Sharp.......A partir de là, nous pourrions inventer tout et n'importe quoi, véritablement repérer les éléments fauteurs de troubles dans la populace....et nous en débarrasser, jouer avec le chaos instauré, non pas par le mensonge, mais par la vérité, Mr Shreck......LA VÉRITÉ. Cette population est faible, fainéante, malléable, prête à se reposer grâce à des idiots comme Wayne et soi-disante propagande de sécurité, mais jamais, JAMAIS, ils n'avaient compris, ces pauvres idiots, que Gotham était presque perdue, et que la seule façon de la sauver, serait d'utiliser la force.....Une force comme Arkham City.......Mais cela n'était pas encore suffisant. Enfermer les criminels dans une ville prison?? Sans surveillance?? Voyons, soyons réalistes, c'est leur faire un cadeau, et nous assoir sur une vraie bombe à retardement.....Ca, c'était jusqu'à ce que vous interveniez. Mais il faut réprimer tout acte, toute envie, couper court à tout espoir, leur faire comprendre qu'Arkham City, c'est le néant, la terreur primaire qui s'insinuera à tout jamais dans leur coeur, la fin de toute chose, la fin de leur vie, ce qui les attends en cas de désobéissance....Affronter non pas seulement la ville, mais ses terribles gardiens, peu importe ceux enfermés sur place. A Arkham City, le traitement est le même pour tous, et doit continuer de cette manière.

Orgasmique, au point que chaque sensation parcourait les moindres parcelles de son être, se retenant difficilement de ne pas trembler de joie, voir, de sauter au cou de ce brave businessman dans le seul but de le remercier en nature. Bien entendu, Alicia n'était pas ce genre de femme mais grâce à lui, son vœu de toujours allait être accompli, sans avoir vraiment recours à un subterfuge autour du mensonge....La vérité, rien que la vérité.
Les enfants de Rutledge, l'argent, les moyens technologiques, et même l'unité personnelle d'Alicia, allaient se mettre en place, et chaque morceau du puzzle s'imbriquait de manière parfaite.


"Des surprises, je vous en réserve tout un tas, Mr Shreck. Vous verrez que je suis une femme très.......décidée. Je ne recule jamais, et je fais face, comme vous le faites. Nous avons bien plus de points communs que vous ne pouvez le croire, Mr Shreck. En ce moment même, le projet "ED-7 Hades" a été déployé dans les rues d'Arkham City et s'occupe, au l'instant où je vous parle, de faire regner l'ordre dans les rues. Nous l'avons déployé hier soir. Mais quel est donc ce nom racoleur...que représente il donc?? Laissez moi vous raconter une histoire, Mr Shreck....ou plutôt vous montrer ceci."

Tout aussi calmement que tout à l'heure, sans préavis, la jeune femme porta la main à son sac et extraya deux papiers qu'elle posa sur le bureau de Mr Shreck, toujours aussi souriante que tout à l'heure, prête à vous une fois de plus un sourire malsain illuminé son visage, et sa journée.
Voici ce que Mr Shreck pouvait lire...ou voir, selon votre convenance.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Sam 25 Fév - 14:50

Ainsi l'affaire se complexifiait, le colonel dépendait du président des Etats-Unis directement. Il devait avoir un seul référent, ou une petite poignée qui ne pouvaient venir râler auprès de Shreck pour le récupérer. Les rapports de forces seraient tendus, mais l'affaire serait menée d'une main de maître, Silberman serait évincer, et au passage humilié un minimum aux yeux de ses soldats. S'il parvenait ainsi à s'en sortir, il serait malgré tout diminué. Alicia voulait le voir ramper, le détruire psychologiquement et surtout lui faire comprendre face à qui il allait devoir lutter. Shreck et la Biosyn pouvaient décemment dominer Gotham et Arkham City avec les moyens dont l'un disposait et les pouvoirs légaux et l'image que l'autre avait dans la ville. Le rire déchirant de la jeune femme aurait pu être vexant, mais après oup le milliardaire se rendit compte de sa propre naïveté. Il était plus ou moins clair que le militaire n'était pas un simple va-nu-pied, d'autant plus qu'il disposait d'un niveau de secret assez impressionnant.

Shreck se régalait des projets de son interlocutrice, Silberman, le bouc émissaire de tous les maux de Gotham: cellule terroriste de la confrérie, activité terroriste, alliance avec Sharp pour lui assurer le commandement et l'assise de la ville... Oui, c'était tellement tentant, après tout, la population méritait d'être rassurée, elle avait enduré et choisit des criminels comme maire puis avait reçu un dictateur en herbe pour leurs succéder. Shreck allait participer à un grand soulagement et à l'arrêt d'attaques terroristes dans l'enclos du complexe pénitentiaire et Gotham. Tout ceci allait grandement accroître sa domination de l'opinion publique. Elle annonça le commencement du projet Hadès 7, de fantastiques machines de guerre d'après ce qu'il pouvait en lire. Il aurait dû être effrayé, trembler en songeant qu'ils avaient inséré de telles machines dans Arkham et qu'elles pouvaient faire tomber ces murs, mais il savait que tout ceci n'était rien et que si leurs buts étaient de faire tomber cet édifice ils l'auraient éliminés, lui, Hurt, Sharp et les murs seraient déjà un souvenir de l'Histoire de Gotham.

Elle était décidée, oui, mais lui aussi et en finir au plus tôt avec la lutte contre le crime n'était plus une folle idée. Il abaissa les feuilles qui décrivaient cet armement et son sourire s'étira s'avantage. La vérité n'était pas une valeur absolue et celle qu'ils serviraient seraient celle que la population accepterait car elle irait en leur sens et pour leur bien. Qu'importait les faits et leur véracités, ils devaient être plausibles à l'heure où ils étaient annoncés et l'explication devait nécessairement concorder avec ce que les gens étaient prêts à entendre et désiraient comprendre. Oui, ces engins seraient extrêmement pratique et permettrait de faire régner la peur dans Arkham City qui pourrait les affronter? Pandora peut-être, et alors, à 8 contre une, que ferait-elle? Adieu Silberman, tu accompagneras ta nièce dans l'enfer que tu lui as toi-même créé.

-Vous pouvez compter sur mon soutient financier pour produire vos machines Miss White, commença-t-il. Gotham City va bientôt connaître la révolution qu'elle attendait contre le crime, s'inclinera en liesse face aux coupables que nous lui désignerons et par dessus tout reconnaîtra en Arkham City et ses administrateurs de vrais héros, de quoi nous laisser les coudées franches face aux modérés et aux playboys qui s'agitent un peu trop. L'heure est venue de frapper fort et bien et personne ne pourra s'opposer à nous.

Il croisa les jambes en réfléchissant au planning qui l'attendait. Encore des évènements à insérer dans ses projets, mais qui allaient les accélérer et les rendre plus faciles encore, Biosyn était une alliée providentielle et cette jeune femme malgré ses sautes d'humeur et son sadisme peu camouflé se révèleraient être les maçons de son futur palais...
Revenir en haut Aller en bas
Maitre de jeu

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 28/11/2011
Nombre de Messages : 569
Vous à Gotham : Visiteur occasionnel d'un autre monde sur la chatbox de Gotham.
Citations : Votre destinée est mienne!

MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Lun 27 Fév - 23:13

"Voici des mots que j’apprécie, Mr Shreck. Vous avez fait le bon choix et croyez le, vous ne le regretterez pas. Nous vous laissons libre cours pour la programmation des machines ainsi que la formation des pilotes. Mais je ne peux que vous conseiller que de prendre votre temps à la formation. Ces machines, bien que puissante, restent complexe dans leur maniement...mais je suis persuadée que vous allez vous en sortir très facilement. Le premier modèle circule actuellement dans Arkham City. Il a reçu pour ordre de ne pas tirer sur les milices, ou tout autre employés des Douanes....y' compris DeadLight, dont nous ne voulons pas éveiller les soupçons."

Ainsi venait de parler Alicia, dont le sourire radieux illuminait avec grâce son visage, les jambe croisés sur son fauteuil, confortablement installée et dont chaque parole du millionnaire avait éveillée la plus grande extase en elle. Aurora pouvait aller se faire foutre, dorénavant. Piquer des crises de colère, de sale gamine frustrée, ne ferait absolument pas avancer les choses. Ce qui était necessaire, c'était des actes, prendre des initiatives, peu importe le temps qu'il faudrait aux autres membres du conseil pour le tolerer. Alicia était la n°2, au dessus d'Aurora, et tout ce qu'elle avait fait, ce qu'elle avait accompli, était également la volonté de Drake, qui avait entendu toute la conversation grâce au micro caché dans l'armature métallique du bras droit de la jeune femme. Elle parvenait presque à imaginer le sourire démoniaque du savant derrière son écran, caché dans les entrailles de Gotham, bien à l'abri et pouvait ressentir la moindre de ses émotions, son contentement jusqu'à au plus profond de ses cordes sensibles.

"Par ailleurs, le projet Hadès a déjà accompli quelques exploits. La plupart des petites bandes ont été annihilées en moins de 24 heures, laissant les autres dans un climat de terreur, d'un ennemi invisible et vicieux. Tout le monde en parle déjà comme le nouveau "Red Hood" d'Arkham....Ce détail me donnerait presque envie de pleurer de rire tellement ce comparatif minable n'a pas lieu d'être. Maintenant, vous savez d’où vient la panne de la caméra du secteur 8. Je vous rassure: Nous vous la rembourserons. Dans quelques heures, l'Armure n°1 se rendra aux portes des Douanes. Vos hommes ont déj recu l'ordre de ne pas tirer. Excusez cette prise d'initiative de ma part, mais il vaut mieux éviter un incident regrettable."

La conversation commençait à toucher à sa fin, notamment lorsque l'appareillage holographique de la jeune femme se mit en route, dévoilant le logo rouge metallique au dessus de son bras, avec un message audio lui ordonnant de revenir dans un lieu appelé "Ile Mère". Le visage de la jeune femme se plissa, non pas sous l'effet de l'énervement, mais de la surprise. Se rendre à Mallet Island?? Tiens donc....Echidnea aurait elle encore eue des ratés?? Ou un cobaye se serait il échappé d'une de ses cages? Peu importe, car la jeune cyborg n'avait rien contre une balade, bien que cela semblait tardif, et étrangement pressé. Sur l'instant, elle se disait que cela cachait quelque chose, mais ne s'en inquiétait guère. Dans le cas où cela serait un autre piège, une autre tentative pour se débarrasser d'elle, Alicia n'aurait qu'à faire parler sa lame...une fois de plus.

"Hé bien, Mr Shreck, je pense que notre entretien touche à sa fin. J'aurais souhaitée rester plus longtemps, mais vous n'êtes malheureusement pas le seul rendez-vous de la journée. Sachez toutefois que je reviendrais vous rendre visite. Vous avez toutes les cartes en main pour réussir et peu importe l'adversaire que vous aurez en face de vous.....vous n'aurez qu'à l'écraser....une fois pour toute"

Se levant avec grâce de sa chaise, la jeune femme se laissa entourer par d'étranges ondulations d'énergie, lui parcourant le corps de la tête au pied, se dissipant doucement aux yeux du millionnaire, comme pour se fondre dans le décor, alors que chaque parcelle d'elle semblait de moins en moins visible, plus opaque sur l'instant, avant de disparaitre dans un leger flash bleu, puis il n'y'eut plus aucun bruit, plus de mouvement....rien que le silence, et un homme seul qui venait de se voir offrir les clés du pouvoir absolu. Tout ce que l'homme d'affaire put voir, était la porte de son bureau, s'ouvrant seule, doucement, comme si elle avait été mal fermée, alors qu'il venait de voir simplement Alicia quitter son bureau de manière furtive.


__________________________________________
HJ: Tu est maintenant le propriétaire des Armures mobiles, que tu peux jouer à ta guise dans Arkham Ciy, et voire, Gotham City.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   Sam 24 Mar - 12:33

[HRP]Après un mois, voici ma conclusion de ce sujet[/HRP]

Que dire de plus qu'"excellent"? Les alliances étaient un jeu que la politique avait trainé dans la boue de par leurs pratiques démagogiques. Les meilleures alliances étaient celles que personne ne voyait avant qu'il ne soit trop tard et cette-ci correspondait bien à ces critères. Il avait de quoi faire tomber Silberman et au passage de quoi pacifier Arkham City. Le côté gênant de l'affaire était l'insertion de la Biosyn de façon remarquable dans toutes les couches de la société gothamienne, pour le moment cela le servait et c'était une bonne chose, une excellente chose même, mais même s'il valait toujours mieux signer avec de l'encre indélébile un contrat ses clauses quant à elles n'étaient rien d'autre qu'une série de mesure pour assurer l'équilibre des forces et non pas que l'on pouvait en détourner certaine en cas de problème majeur.

Miss White semblait pétrie d'intention particulièrement néfastes pour ses adversaires, ce qui la rendait tout à fait charmante et fort à propos dans la situation actuelle. Mais tout ceci: Pandora, les armures, les combinaisons, les infiltrations lui laissaient désirer que la Biosyn serait toujours de son côté et si tel n'était pas le cas, son sens des affaires et des magouilles ne serviraient probablement que peu ou pas du tout. L'heure était venu de garder ses ennemis près de lui (enfin, ceux qu'il aurait sélectionné) et ses amis à bonne distance tout en assurant ses arrières. Son sourire de satisfaction ne perdit rien de sa force, quoi qu'il se passe par la suite, il savait qu'il vaincrait à long terme, pour la simple et bonne raison que si la Biosyn savait additionner, elle savait que Shreck n'agissait pas au même niveau. Il était puissant et influent dans Gotham, rayonnait en Amérique et sa présence dans le reste du monde était une présence éthérée, il agissait sous couvert d'entreprises écrans et de vendeurs plus ou moins légaux pour distribuer ses armes.

Shreck connaissait ses pouvoirs, mais aussi ses limites. Il obtenait ainsi sans aucun souci des technologies de pointes et pouvaient à souhait y envoyer des ingénieurs pour les décortiquer et il n'allait pas se gêner...

-Je m'en voudrais de vous retenir malgré la très intéressante conversation que nous avons eu miss White. Au plaisir de vous revoir.

Il termina sa phrase en se levant comme tout bon gentleman et tendit sa main pour une ultime poignée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ami ou ennemi? (PV Shreck)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ami ou ennemi? (PV Shreck)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il faut parfois frapper fort pour desarconner son ennemi.
» [Ennemi] Galaad
» Comment réagir face à l'ennemi [Pv Nuage de Vigne ]
» La Campagne de l'Ennemi intérieur Warhammer V2 ou V3
» L'ennemi de mon ennemi est mon ami. / Aurore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Midtown/Diamonds :: Shreck's-