RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Bureau de Quincy Sharp

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Bureau de Quincy Sharp   Jeu 15 Déc - 11:33

C'était une froide fin d'après midi d'hiver aux alentours de 17h, il faisait déjà nuit et les premiers flocons de neige commençaient à tomber. Un début de soirée parfait pour les discussions entre deux hommes dont le coeur était aussi froid que cette nuit.
Le docteur Hurt, tiré à quatre épingles se rendait à la mairie. Assis dans la pénombre de sa limousine,contemplant les rues de Gotham au travers de la vitre teintée, le menton reposant délicatement sur sa main qui elle même était posée sur l'accoudoir.
Gotham City était vraiment une ville exceptionnelle: si grande, si sombre, si gothique, si dure et si sentimentale, un magma d'émotions, de sentiments, de pulsions, d'amour et de haine. Le théâtre parfait pour le ballet funeste qu'il désirait plus que tout offrir aux délicieuses personnes de son organisation.

La limousine s'arrêta devant l'hôtel de ville, le chauffeur descendit et ouvrit la portière à son passager. Simon descendit, redressa sa veste et pénétra dans le hall. Le contraste chaud/froid/chaud lui arracha un frisson, peut être d'excitation, c'était une belle soirée qui s'annonçait.
L'hôtesse d'accueil ne posa aucune question, sans donner son réel nom, il put obtenir d'elle qu'elle le conduise dans le bureau du maire auto-proclamé. Son ton, sa gestuelle parfaitement maîtrisée et les paroles à demi cachées, donnèrent l'impression à la jeune femme qu'il s'agissait là d'un personnage extrêmment important.

A son arrivée à Gotham City, après avoir lu les dossiers établis par les psychiatres de l'asile d'Arkham, après avoir étudié tout le projet d'Arkham City, le dcteur Hurt voulait rencontrer un des personnages clés de l'histoire. Celui qui n'était qu'un pion du plan plus général mais qui tel la vermine avait réussi à profiter de la situation à son avantage. Si Arkham City était à considérer comme une expérience psychologique originale et novatrice sur le développement des personnalités, alors nul doute que Quincy Sharp en était un des sujets majeurs, sur lequel on pouvait observer l'évolution la plus radicale, bien plus que chez les "Tarés" d'Arkham qui continuaient inexorablement à être fidèles à leur réputation.

Faisant dos à la porte d'entrée du bureau, contemplant par la fenêtre l'étendue de la ville, le docteur Hurt avait décidé d'adopter une attitude d'autorité supérieure, pour juger de la réaction de son sujet. Il parlerait peu, attendrait de on interlocuteur qu'il réponde à ses questions sans avoir à les poser.
Quincy Sharp allait être testé comme jamais il ne l'avait été. Simon Hurt, le Diable, pouvait être un allié de taille comme un ennemi qui pouvait réduire à néant vos espoirs d'un simple revers de la main.
Alors que la porte s'ouvrait, que les lumières s'allumaient dans la salle, le sourire carnassier qu'un oeil alerte aurait pu remarqué dans le reflet de la vitre disparu aussitôt, laissant place à un visage austère que le maire ne pouvait pas voir.
L'entretien serait décisif, la réaction de Sharp scellerait ce soir même son avenir. Se montrerait il digne de participer à l'Opéra magistral du Gant Noir en tant que spectateur, ou ne serait il qu'un figurant qui mourrait anonymement dès le premier acte ?
Revenir en haut Aller en bas
Feu Quincy Sharp

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 08/06/2011
Nombre de Messages : 42
Vous à Gotham : Ancien maire de Gotham City, ancien conseiller spécial à la mairie, ancien Directeur de l'Asile d'Arkham. Assassiné par le Batman.

MessageSujet: Re: Bureau de Quincy Sharp   Jeu 15 Déc - 11:48

Quincy Sharp, devant les derniers évènements, était en plein stress émotionnel. Les pilules que son maitre lui avait donné le calmait, et lui redonnait tous ses moyens. Le Maitre avait été clair : Ne pas céder à la panique, il fallait laisser jouer Pandora et son Créateur, leur guerre dans Arkham City se devait d'être la plus destructrice possible. C'était grâce à cela qu'Arkham City réussirait. C'était grâce à des électrons monstrueux comme le Joker, Killer Croc ou Pandora qui permettront la dernière phase du plan. Le Plan le plus monstrueux érigé par un ancien "Arkham" qui se terrait dans l'ombre. Mais aujourd'hui, alors que les évènements du GNN inquiétaient, Quincy Sharp était dans son bureau.

Un homme avait été annoncé, sans nom, il voulait voir Sharp. Selon la secrétaire, il était bizarre, et Sharp allait prendre ses précautions, ses hommes de main se tiendraient prêt a intervenir dans la pièce si tout allait mal. La conversation serait écoutée et enregistrée.
Il ne serait pas testé par le plus commun des mortels, certainement pas ! Il se rua alors vers une pièce, en dehors de son bureau, d'où il appelait son maitre au téléphone, celui ci n'avait pas l'envie de répondre à Quincy, et la tonalité continuait de répéter son ton linéaire.
Stressé, Quincy avala trois pilules, non préconisé par son maitre car cela pourrait être dangereux, et croisa le regard de sa secrétaire, Anne.


Anne - "Cette personne est dans votre bureau, monsieur le Maire."


D'un geste de la tête, Quincy sourit, ragaillardi. Il était prêt a se battre face à cet homme qui se permettait des excentricités, prêt à lui montrer ce qu'était Quincy Sharp, l'homme de Gotham. Pas celui que Gotham méritait, mais celui qui tiendrait le temps que la ville ait son vrai héros.

- "Monsieur. Puis je vous demander ce que vous faites dans mon Bureau ?"


Il ne pouvait pas distinguer l'homme, une légère silhouette qui lui faisait dos. Quincy n'était pas décontenancé, il ne se laisserait pas jouer à des petits jeux de psychanalyse de ce genre, il ne fléchirait pas. Il tiendrait bon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bureau de Quincy Sharp   Jeu 15 Déc - 13:33

Le pas de Quincy Sharp sonnait lourd et maladroit, le docteur Hurt observait sa démarche dans le reflet de la vitre, il appartenait clairement au genre d'individus qui essaient coûte que coûte à renier leurs origines populaires mais dont le passé finissait toujours par les rattraper. Le moi réel du maire de Gotham était grossier et vulgaire, sa persona celle de l'homme de pouvoir, du rédempteur était infatuée à un tel point que le jour où le masque tomberait et ça, c'était aussi inéluctable que la mort d'un chacun, il tomberait certainement dans un état catatonique, un simple fou la bave aux lèvres.

Toujours dans le reflet de la vitre, comme un spectre dont les contours étaient insaisissables et vaporeux, le Diable remarqua le léger doute qui traversa son visage alors que le ventripotent personnage avalait ses trois pilules. Culpabilité, appréhension, peur ? Cette prise de cachets n'était pas naturelle, et le fait de les ingérer malgré la réticence désignait à l'évidence une dépendance morbide : il les prenait pour se rassurer, fantasmant une reprise d'un contrôle de la situation qui d'évidence glissait entre ses mains moites.
Quelle était cette autorité supérieur dont il semblait craindre le jugement en prenant ces trois pilules ? Il serait intéressant de creuser dans cette direction, pour trouver la part la plus sombre de son âme pervertie.

Sans même prendre la peine de se retourner, les bras croisés dans son dos, le docteur Hurt parla d'une voix sèche et autoritaire, une voix de dominant qui devrait indubitablement remuer la nature soumise, profondément enfouie de l’usurpateur.

"Votre Bureau ?"
Cette simple question sonnait avec le timbre du reproche.

Finalement, après avoir laissé passer quelques minutes de silence, Simon Hurt se retourna pour faire face à son interlocuteur. D'un pas mesuré et assuré il s'avança jusqu'au fauteuil du Maire, qui se trouvait de son côté, le tira légèrement comme pour préparer son siège. D'un geste discret il tira de la poche de son manteau un disque miniature, qu'il avait trouvé dans un des tiroirs du bureau : un matériel d'écoute.

" Nous tenons à ce que cet entretien soit des plus secrets, je vous prierai de bien vouloir faire cesser tout enregistrement dès à présent."
Toujours le même ton sûr de lui, calme posé mais intransigeant. La petite réplique de Hurt était nourrie d'un art de la rhétorique habile. L'emploi de la première personne du pluriel, sous-entendait fallacieusement l'existence d'un groupe de personnes influentes qui était au courant de tout. Une autorité supérieure, immatérielle et insaisissable qui porte son regard scrutateur sur le maire de Gotham.
La pièce sombre, la facilité avec laquelle Hurt était rentré dans la pièce, le ton de sa voix, ses paroles et l'aura de mystère qui entourait ce personnage donnerait à coup sûr l'impression à Sharp d'être pris dans un vaste projet qui le dépasse.
C'était évidemment un demi-mensonge, mais le dégarni Quincy ne disposait d'aucun moyen matériel ou intellectuel de percer la supercherie. Il n'était qu'une créature abjecte et faisait face au Seigneur de l'enfer en personne.

"Je fais parti des quelques personnes à qui vous avez des comptes à rendre. Pour les besoin de cet entretien, vous pourrez m'appeler ... Docteur."
C'était une manoeuvre assez risquée, mais Hurt savait ce qu'il faisait. Se présenter à lui en tant que supérieur le pousserait peut être à trahir l'identité de la chose envers qui il se sentait coupable de prendre les pilules, ou du moins son degré d'obédience.
Toujours debout, il fit de mine de vouloir s'asseoir à la place du maire ....
Revenir en haut Aller en bas
Feu Quincy Sharp

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 08/06/2011
Nombre de Messages : 42
Vous à Gotham : Ancien maire de Gotham City, ancien conseiller spécial à la mairie, ancien Directeur de l'Asile d'Arkham. Assassiné par le Batman.

MessageSujet: Re: Bureau de Quincy Sharp   Jeu 15 Déc - 21:00

Sharp était surpris de la détermination de l'être. Une telle assurance, un tel engouement dans les paroles. Cet homme était beau parleur, un mielleux. Était ce un de ces petits lèches culs qui hantaient les bancs des facs politiques dans les amphithéâtres ? Vu l'âge de l'Homme, Sharp en doutait. D'un geste de la main, a 45°, le voyant rouge des caméras s'éteignit, plus d'écoutes, et Sharp était bien seul face à l'homme. Que voulait il ? L'appeler Docteur ? Était ce un psychiatre ? Un docteur ? Un chirurgien ?

- "Et bien cher Docteur, il faudra me dire ce que vous faites dans Mon bureau. Ce siège me revient de droit. Gotham est ma ville."


Dit il en fronçant les sourcils. Comment cet homme pouvait il oser se tenir dans ce bureau. Derrière ce fauteuil. Sharp était le maitre, même s'il dépendait de quelqu'un. Il avait la puissance et les idées, Arkham City son arme, sa merveille. Il tenait sa canne, avec le sceau de l'asile d'Arkham dans la main droite, il l'étreignait.

- "Puis je savoir ce que vous voulez ? Ou j’appellerais la sécurité et mes agents se feront un plaisir de vous déposer dans Arkham City !"


Dit il avec le timbre légèrement haussé. Non pas pour provoquer, ni pour intimider, mais cet endroit, c'était chez lui. Le bureau de la Mairie lui revenait de plein droit et personne ne devait l'empêcher de répandre la bonne nouvelle. Gotham lui appartient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bureau de Quincy Sharp   Sam 17 Déc - 11:47

Comment un être comme Sharp avait il pu accéder à tant de pouvoir ? La vie pouvait se montrait bien hasardeuse par moment et même le plus rationnel des hommes pouvait rester interdit devant coordination hasardeuse de certains faits.
Le gras maire souligna le fait qu'il pouvait revendiquer le fauteuil de droit, mais il ne donna pas suite, comme s'il s'inclinait devant le fait que le fauteuil du maire revenait au plus fort. Son refus de le reprendre dénotait d'une totale submission à l'autorité ou du moins pour se nuancer un peu plus et ne pas tirer de jugements par top hâtifs, à s'incliner devant le cours des évènements. Une attitude en totale contradiction avec sa position auto-atribuée de sauveur de la ville.
Quicy Sharp cachait donc quelque chose, et Simon Hurt comptait bien mettre à jour ce petit secret.

Il tira la chaise, dégraffa son long manteau et le posa délicatement sur le bureau. Puis il s'installa naturellement sur le trône du Roi, tira un étui à cigarettes de grand luxe et alluma une de ses tiges de nicotine. Le bureau se remplit bientôt de l'odeur de tabac.

" Je vous l'ai dit, monsieur Sharp, Docteur est le seul nom dont vous ayez besoin pour l'instant. Quant à vos agents, je crains bien qu'ils ne puissent m'escorter jusqu'à Arkham City. Voyez vous, mes employeurs ne sont pas du genre de ceux que l'on peut prendre de revers. Ils sont très puissant, Monsieur Sharp et Gotham n'est qu'un minuscule point figurant négligemment sur leurs vaste carte d'influence. Malheureusement pour vous, leurs regards sont tournés vers cette ville, et ils ne goûtent pas du tout l'échec."


Mensonges, mensonges et encore mensonges. S'il était vrai que le docteur Hurt disposait d'amis très puissants qui comptaient parmi les hommes et femmes les plus influents du monde entier, il n'était l'employé de personne. Le diable était venu en personne sonder l'âme sinistre du maire et réclamer son dû.
L'homme de noir vêtu tira sur sa cigarette une large bouffée qu'il exhala lentement. L'époque des fumoirs d'opium le rendait de temps en temps nostalgique, mais pour ce genre d'affaire mieux valait éviter de voir on esprit captif des griffes du Dragon.

" Mais je suis ici en ami, mes employeurs ont à coeur de voir vos projets réussir. Arkham City est une oeuvre de maître et je suis ici pour la voir de plus près. J'ai dans cette mallette, un chèque signé mais ne portant aucune trace d'un quelconque montant. Je peux faire de vous un homme riche monsieur Sharp. En échange, vous devez m'accorder les pleins accès à l'administration d'Arkham City : médical, alimentaire, hygiène... Tout."

La cigarette en bouche, il fouilla dans sa mallette et fit glisser le chèque sur le bureau. Le nom de la banque et de l'émetteur ne révéleraient rien : Société écran, prête nom.
Puis, il écrasa le mégots dans un cendrier de poche qu'il sortit.

"Mais comprenez moi bien Monsieur Sharp, nous venons vers vous par pure politesse, pour remercier et travailler avec le père d'Arkham City. Mais si vous refusez, nous nous tournerons alors vers des autorités supérieurs. Quoi qu'il en soit, mes employeurs obtiendront ce qu'ils veulent. A vous de voir si vous désirez travailler avec nous."
Revenir en haut Aller en bas
Feu Quincy Sharp

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 08/06/2011
Nombre de Messages : 42
Vous à Gotham : Ancien maire de Gotham City, ancien conseiller spécial à la mairie, ancien Directeur de l'Asile d'Arkham. Assassiné par le Batman.

MessageSujet: Re: Bureau de Quincy Sharp   Sam 17 Déc - 13:15

Il était vrai que la crise que Sharp et Arkham City subissaient, notamment de la part des gangs et de la presse était monstrueusement pénible, pleine de stress. Ce docteur, cet espèce de sinistre corbeau avait de l'argent, immensément d'argent dans les caisses de ses employeurs. Qui étaient ils ? Quincy s'en moquait éperdument. Le seul fait est qu'il était seul, seul face à toutes ces créatures qui voulaient le détruire. Serrant sa canne dans sa main droite, il respira doucement. Que dirait le maitre ? Il approuverait sans doute cette légère alliance, qui sait ? Jusqu'à la, Quincy s'était débrouiller seul.
Daggett était une erreur, et Shreck s'endormait aux commandes de la ville. Quant à Falcone, il avait déçu le maire de la ville en se présentant aux élections.
Ce docteur peut il être la solution ?

- "Soit ... Je pense que, même si je ne vous connais pas, vous semblez connaitre votre affaire. Cependant, il faudra m'en dire un peu plus sur vous. Je ne peux pas laisser un homme agir dans mon ombre si je n'en sais pas plus. Vous comprenez ma situation."


Arkham City était une œuvre, une peinture dédiée à Gotham pour la postérité. Une chose magnifique, une structure à la gloire d'un système visant a supprimer la criminalité dans les rues propres de Gotham.

- "Je crois que je n'ai pas le choix. Les évènements me poussent à tout cela ... Que voulez vous ?"


Sharp n'abdiquait pas, mais cet homme semblait dégager une jeunesse si fraiche, une mentalité neuve. Un allié peut être ... Un homme qui pourrait assumer les hautes autorités, qui pourrait s'occuper de gérer cette criminalité écœurante. Surement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bureau de Quincy Sharp   Lun 19 Déc - 10:08

Le suintant gras maire de Gotham ne sut résister à l'appât du gain. Exit les menaces d'envois à Arkham City et bonjour les négociations. Même si la personnalité du sieur Sharp lui semblait fade et le renvoyait dès à présent au rang de simple pion dans le ballet, chef d'oeuvre de macabre baroque, qui se jouerait en temps voulu sur le théâtre de Gotham, son manque de courage et son abdication face à l'autorité naturelle des êtres par essence supérieurs servaient les plans du chef d'orchestre du Gant Noir.

Le Docteur Hurt reprit le chèque qu'il avait tendu pour preuve à l'ancien directeur de l'Asile, et y inscrivit un montant. Cinq millions de dollar. Une somme dérisoire comparée à la richesse de son organisation, mais qui décuplerait le rendement des glandes sudoripares du roi de la ville.

" Nous sommes ravi que vous sachiez saisir l'opportunité quand elle se présente à vous Monsieur Sharp. Il s'agit là de ce qui fait l'étoffe des grands dirigeants : saisir la chance, maîtriser la bonne fortune. Maintenant que nous avons capté pleinement votre attention, parlons des termes du contrat."

Le diable sortit de sa sacoche un dossier, on ne peut plus officiel et en règle. Il s'agissait là d'un contrat rédigé par les plus grands juristes du monde, membres du Gant Noir qui devait attribuer légalement les rôles et engagements des deux partis dans Arkham Cty.
A Simon Hurt, qui révélait là son identité réelle, il incombait la direction scientifique de cette zone pénitencière : il serait garant des conditions de vie des criminels en accord avec les termes énoncés par la partie "civile", responsable aussi du déroulement des expériences psychiatriques : observer le comportement des criminels et pouvoir proposer à la direction toutes les modifications qu'il juge nécessaire pour expérimenter d'autres faits. Dans l'optique de créer un modèle de prison à ciel ouvert qui ferait autorité dans tout le pays et apporterait les meilleur résultats sur la chute de la criminalité.

De l'autre côté, Quincy Sharp resterait le seul maître d'Arkham City, le seul habilité à prendre les décisions. Observant un devoir d'écoute et de prise en considération des conseils de la cellule scientifique dirigée par le docteur Hurt il dispose d'un droit de véto inaliénable, si justifié, pour s'opposer aux décisions du conseil scientifique s'il juge que cela entre en conflit avec la dignité humaine et les aspirations éthiques du projet initial.
Quincy Sharp demeure le seul à pouvoir déterminer les modalités d'entrée et de sortie de la zone, à gérer le financement comme il l'entend.
Il doit juste s'engager à entendre les doléances du conseil scientifique dirigé par le docteur Hurt, et à rendre public toutes les demandes en apposant sa signature et justification sur les dossiers qui seront rendu officiels et mis à disposition des citoyens dans un journal officiel. Lui seul sera considéré comme le père du projet.

Voici ce que révélait les documents officiels pour les première négociations. Les juristes du Gant Noir avaient grattés à toutes les hautes portes pour veiller à ce que Quincy Sharp -contrairement à son habitude- ne puisse pas rompre les accords en s'attribuant illégalement les pleins pouvoirs. L'autorité face à laquelle il allait se trouvait était au courant de ses agissement par très loin supérieure à celle d'un simple Maire de ville.
Le contrat disposait cependant d'un ensemble vide pour ajouter et modifier certaines clauses si nécessaires qui recevraient validation pour les responsables légaux.

" Voilà tout monsieur Sharp, vous demeurez le seul maître d'Arkham City, mais mes employeurs ont à coeur de vous aider à rendre votre chef d'oeuvre totalement plébiscité par les concitoyens de tout le pays. Nous prenons sur nous l'aspect expérimentation de façon à vous dédouaner de toute attaque envers votre personne concernant ce qui touche la dignité humaine. Mais je me permet d'insister : je ne pourrai rien faire dans Arkham sans que je ne reçoive votre accord."

Les négociations étaient dès à présent lancées, évidemment Quincy Sharp devait penser qu'il y avait anguille sous roche, que cela cachait certaines choses plus profondes. Mais il lui fallait prendre le risque.
Une fois qu'il aurait signé, peu importe les clauses à ajouter ultérieurement, le maire par intérim devrait veiller scrupuleusement à les respecter.
Revenir en haut Aller en bas
Feu Quincy Sharp

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 08/06/2011
Nombre de Messages : 42
Vous à Gotham : Ancien maire de Gotham City, ancien conseiller spécial à la mairie, ancien Directeur de l'Asile d'Arkham. Assassiné par le Batman.

MessageSujet: Re: Bureau de Quincy Sharp   Lun 19 Déc - 11:59

Simon Hurt ...

Tel était le nom de l'individu en face de lui. Désormais l'arriviste avait un nom, un nom qui semblait tout droit sorti d'une caste de riches gamins mal élevés et dont le père ferait tout pour garantir sa carrière. C'était un des trucs les plus horripilants pour Sharp, un fils à papa qui venait de recevoir un diplôme et qui attendait d'avoir son travail. Serrant fortement sa canne, Sharp se retenait de lui écraser la trachée de l’œsophage avec ses propres mains.
Son maitre aurait cependant, eu l'idée d'exploiter cet homme. Allons, réfléchis Quincy. Cet homme que tu vois la, pourrait sans doute endosser toute la responsabilité d'Arkham City si jamais certaines informations étaient divulguées, et puis, on pouvait facilement créer des preuves.

- "Soit, jetons un œil à ce contrat."


Maugréa t'il. Il rajusta ses lunettes. Lisant chaque paragraphe, surtout les petits caractères pour éviter de se faire avoir. On ne sait jamais ... Sharp restait le maitre, mais ce "Hurt" endossait les responsabilités des détenus, chacun d'entre eux était suivis par modus psychiatrique. Ce n'était pas un mal, Strange avait failli dernièrement, et Silberman l'avait dégagé de son pouvoir. Ce Hurt semblait si sur de lui, si déterminé, comme l'avait été jadis Quincy.

- "Traitez les pensionnaires d'Arkham City comme bon vous semble. Mais garantissez la sécurité des habitants de ma Ville. Si vos employeurs peuvent assurer une bonne publicité pour ce projet, j'accepte cette idée. Ne regardez pas à la dépense pour les modes de sécurité Tyger. Vous avez des idées bien précises pour Arkham City ?"


Il fallait que Quincy cherche a savoir ce qui clochait dans cet être. Quelque chose n'allait pas vraiment, il y'avait quelque chose de ... démoniaque dans cette lueur. Quelque chose qui ne plaisait pas au bon Maire des deux villes. Quelque chose de dangereux. Il fallait garder ce bonhomme sous surveillance, et se renseigner sur lui. Une nécessité. Se tapir dans l'ombre pour mieux surprendre, c'était ni fair play, mais c'était la méthode de Sharp.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bureau de Quincy Sharp   Lun 19 Déc - 13:41

Sharp lu le contrat avec attention, collant la fueille à son visage comme si cela lui garantissait de voir les vices de formes dns le contrat. mais le fait était que ce document officiel ne comportait aucun vide préjudiciable pour monsieur Sharp, hormis une clause de confidentialité qui lui imposait le silence le plus total sous peine de se voir poursuivre en justice. Il ne restait plus qu'à lui de décider si cela relevait des clauses inacceptables.

En revanche, considérant les obligations éthique de la démarche scientifique, Hurt pouvait pointer du doigt les lacunes du système sans accuser de personnes physique.

" Vous conservez l'autorité sur la sécurité de la zone. Je devrais vous présenter tout projet sollicitant la coopération de vos Tyger. Il vous appartiendra d'accepter ou de refuser l'offre, conformément aux exigences que prévoir le contrat. Il sera de votre ressort d'ordonner aux gardes de participer avec mon unité.
Mes employeurs financent une partie du projet, à savoir ma rémunération et le matériel dont je pourrais avoir besoin. En revanche pour l"heure vous continuez à gérer votre financement. Si les choses doivent évoluer et que mes employeurs aient à entrer activement dans le financement d'Arkham, alors d'autres contrats devraient venir. Nous en parlerons le moment venu."


Hurt décapuchonna son stylo onéreux et le tendit au maire avant d'allumer une nouvelle cigarette. Il fumait beaucoup.

" En ce qui concerne Arkham City, il me faudra attendre d'avoir étudié minutieusement les dossiers pour voir où nous en sommes, ce qu'il est envisageable de faire ou non.
Il est notoire que des justiciers auto-proclamés troublent la quiétude du projet. Disposez vous de dossiers sur ces derniers ?"


Intérieurement, le diable sourit. Tout cela prenait une tournure fort appréciable. Oh que oui ! Le ballet serait magnifique à voir !
Revenir en haut Aller en bas
Feu Quincy Sharp

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 08/06/2011
Nombre de Messages : 42
Vous à Gotham : Ancien maire de Gotham City, ancien conseiller spécial à la mairie, ancien Directeur de l'Asile d'Arkham. Assassiné par le Batman.

MessageSujet: Re: Bureau de Quincy Sharp   Lun 19 Déc - 14:30

Ses employeurs ...

Que pouvaient ils être ? A en juger par les argumentaires et les sommes données, cela devait être de riches contribuables, puissants, qui ont la main sur de nombreux empires. Qui pouvaient ils être ? Une association ? Un club de Franc-maçons ? Diable diable ... Quincy chercherait le moment venu, mais d'abord, il faudra enquêter sur ce cher docteur Hurt. Son passé serait a fouiller minutieusement, et Sharp connaissait des gens qui pouvaient chercher la moindre trace noire pour assouvir ses recherches.
D'un geste, il prit le stylo et signa le contrat du Docteur Hurt, comme s'il vendait son âme au Diable.

- "Nous connaissons la plupart de ces héros, nous les avons filmés et enregistrés quand ils sévissaient dans Arkham City. En dehors du batman, un justicier en armure sévit, un autre du nom de Baseball aussi. Enfin, un jeune anarchiste se balade dans les rues, après que le GCPD l'ait arrêté, répondant au nom d'Anarky. Nous avons des dossiers, ils sont à vous."


Dit il en fixant le docteur. Si celui ci pouvait débarrasser cette vermine, cela serait en effet très pratique pour tout le petit peuple de Gotham City, mais surtout pour Sharp et Arkham City. Peu importaient les moyens empruntés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bureau de Quincy Sharp   Mar 20 Déc - 10:38

Le docteur Hurt reprit le contrat que lui tendait en retour le petit maire, vérifia rapidement que tout était signé comme il fallait et apposa son visa à son tour. Sans aucune attente supplémentaire il rangea le contrat dans sa mallette qu'il ferma soigneusement.
Puis, il s'enfonça dans le bureau et resta quelques longues secondes à regarder Quincy Sharp, le visage inexpressif, ses mains gantées de noir jointes l'une à l'autre.

Il était évident que Sharp n'abdiquerait pas comme ça, il se renseignerait certainement sur Hurt, mais il ne trouverait strictement rien de compromettant, juste un CV impressionnant.
Par contre, plus que jamais à l'issu de cet entretien, il était d'une évidence à s'en crever les yeux que Sharp marchait pour quelqu'un d'autre. En repassant les éléments qu'il avait à sa disposition, le diabolique docteur nota qu'au début de la rencontre Sharp était dans une position de faiblesse, surpris et désarmé il avait semblait totalement perdu, balbutiant les menaces d'usage sans y mettre la dose de conviction et de fermeté pour que Hurt eut pu les prendre pour fondées.
Puis alors que les négociations allaient bon train, le maire changea d'attitude comme s'il avait reçu une approbation supérieure. Il signa les papiers avec le geste d'un homme déterminé qui était conscient des intérêts qu'il avait à tirer de cet accord et non plus l'attitude du passif qui obéit aveuglément à l'autorité.

Pourtant personne n'était dans la pièce hormis les deux hommes, et il était tout à fait impossible que le grassouillet personnage eut pu se servir d'un système de communication pour contacter son supérieur.
Quincy Sharp avait il une araignée au plafond ?

Le chef du comité scientifique d'Arkhal City, nouvellement promu par contrat se leva, récupéra toutes ses affaires, enfilant son long manteau en s'y enmittouflant.

Il tendit une main ferme, qui scelle les accords au maire.

" Vous avez fait le bon choix monsieur le Maire. Puisse notre collaboration se dérouler dans les meilleures conditions. Bonne chance pour la suite de votre mandat."

Puis il quitta le bureau et descendit rejoindre la limousine noire qui l'attendait. Dehors il faisait encore froid, mais le coeur de Simon Hurt brûlait des feux infernaux devant l'immense scène qui allait en tant voulu embraser Gotham. Le promoteur qu'il était venait de réserver la scène des répétitions, il ne manquait plus qu'aà peaufiner la pièce et auditionner les acteurs principaux et secondaires.

[ Voilà! Terminé pour moi, si tu veux conclure ! Merci pour le jeu! ]
Revenir en haut Aller en bas
Feu Quincy Sharp

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 08/06/2011
Nombre de Messages : 42
Vous à Gotham : Ancien maire de Gotham City, ancien conseiller spécial à la mairie, ancien Directeur de l'Asile d'Arkham. Assassiné par le Batman.

MessageSujet: Re: Bureau de Quincy Sharp   Mer 21 Déc - 13:36

Tout cela était aller très vite, le contrat rangé, ses dernières paroles empreintes de mystères, l'homme s'en alla tel un démon hors de son bureau.
Scrutant par la fenêtre le départ de l'opportun. Quincy devait appeler le maitre. Il le devait pour l'en tenir informé de ce qui venait de se passer. D'un certain côté, il n'aurait plus a gérer les petits soucis des criminels, mais il restait fort a parier que ce Docteur Hurt était un mystère qui cachait quelque chose au maire des deux villes.

La Tragico-Comédie ne faisait que commencer. Prenant son téléphone personnel, Sharp contacta son maitre et lui exposerait la situation.

Simon Hurt, nouveau Superviseur du Conseil Scientifique d'Arkham City ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Bureau de Quincy Sharp   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bureau de Quincy Sharp

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bureau du maire
» Inauguration du Bureau Haitien du Droit d'Auteur
» Le bureau des assignations
» [RP] - Bureau de la direction (demandez messire Liptis)
» [RP] Bureau de Maël O'brian

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Burnley :: Hôtel de ville-