RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Passe donc à table ! [Jervis Tetch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Jeu 10 Nov - 18:47


    Après avoir contenu les prisonniers d’Arkham qui tentaient de se faire la malle me voilà de retour au GCPD. Beaucoup de « super-vilains » ont réussi à se faire la malle et courent dorénavant dans les rues de Gotham. Déjà que c’était peu reluisant, mais alors là ça va aller en empirant. Je n’ose même pas imaginer, les meurtres, les braquages et les ignominies qui seront perpétrées dans les jours qui vont suivre.

    Quoiqu’il en soit, y a aussi du boulot au QG. Maintenant que j’ai mis la main sur le Chapelier Fou – enfin, plutôt ce fou de Tetch, passionné, non je dirai même dévoré par le conte de Lewis Carrol. Cela dit, il serait resté juste un enfant inconditionnel qui sait gérer ses humeurs et ses désirs, Monsieur Tetch aurait été un citoyen presque dans la norme.
    Mais non, il avait fallu qu’il aime la candeur des petites filles blondes et qu’il en fasse ses victimes de sévices sexuels.

    Je marche d’un pas déterminé dans le couloir, un dossier sous le bras. Le dossier de Tetch et de tous ses méfaits. Et encore, je suis certaine qu’on n’a pas mis le doigt sur tout, et je compte bien en apprendre un peu plus en interrogeant le concerné. Ça doit bien faire dix minutes qu’on l’a placé dans la salle d’interrogatoire. Bien entendu, menotté, et après qu’on l’ait consciencieusement fouillé pour vérifier qu’il ne serait pas dangereux. Ses autres comparses du Gang des Merveilles étaient aussi maintenus dans nos locaux, les deux femmes ayant été exemptées d’interrogatoire pour le moment vu ce qu’elles venaient de subir aux portes d’Arkham.
    D’ailleurs, j’ai pris soin de faire coffrer quelques mercenaires de Shreck – qui je suis sûre ne tardera pas à nous rendre une petite visite de courtoisie.

    J’arrive rapidement à la porte de la salle d’interrogatoire et j’actionne la poignée d’un coup sec. Dans le couloir, deux types baraqués cernent l’entrée, au cas où. J’adopte mon masque impassible, et je me fais même la promesse d’être polie. Tetch est assis, dos à moi. Je contourne donc la table pour poser le dossier sur la table.

    « Monsieur Tetch. Je suis l’inspectrice Brogan, et je suis chargée de vous interroger. » – c’est un peu bizarre d’en revenir aux paroles après ce qu’il s’est passé. « Plus vite vous avouerez vos crimes et vous nous donnerez des informations, mieux ce sera pour vous. »

    Je plante mes yeux dans ceux de mon interlocuteur. Son haut de forme lui a été enlevé – ce qui lui donne un air bien moins fou. Enfin… Je suis certaine qu’il se contrefiche des formalités – et même si Tetch a une case en moins, je suis pour le moins certaine que s’il est mauvais tireur, il n’en reste pas moins vicieux et malin.

    Je m’assoie face à lui et j’ouvre le dossier pour en sortir plusieurs photos de victimes. Enfin des petites blondes retrouvées égorgées et violées – celles qui n’ont pas pu nous donner leur avis sur la question. Une dizaine de victimes ont décrit leur agresseur – qui correspondait entièrement à la description du Chapelier. Les clichés des gamines me soulèvent un peu le cœur même si je n’en affiche rien. Pauvres gosses.

    « Alors, Monsieur Tetch, ces visages vous seraient-ils familiers ? » Lui demandé-je, les doigts entrecroisés, mon regard ne quittant pas le faciès du Chapelier.

    J’aimerai tellement lire une once de culpabilité sur ce visage fermé.





Dernière édition par Lulla Brogan le Jeu 10 Nov - 19:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Jeu 10 Nov - 19:10

Tetch avait été placé dans la salle d'interrogatoire. Fichtre, cela lui rappelait de nombreux souvenirs, Maggie Sawyer, Fox Mulder et Crispus Allen ont tenté de le faire avouer. Aucun d'entre eux n'y était arrivé, quelle tristesse. Menotté et essayant de retirer ces immondes bracelets, il pesta contre le chat de Cheschire qui lui avait réservé un très mauvais tour. Et tout ça pour quoi ? Pour Sharp ! Cette immondice avait fait tué trois membres du Gang du Pays des Merveilles, et Tetch devrait applaudir ? Bien sur que non ... A vrai dire, il n'avait qu'une envie, tuer Sharp, ou tout du moins, le contrôler et l'humilier.

L'inspectrice, Lulla Brogan fit alors son entrée. Trop vieille, trop vieille, et pas de thé, pas de ce magnifique thé dont il aimait, toujours pas de thé ... Elle ressemblait à Alice, mais ce n'était pas elle. Derrière ce joli minois, se cachait une adulte, une odieuse adulte, qui avait sans doute déjà perdu toute son innocence qui faisait sa beauté. Tetch maugréa quelques insultes pour lui même.


- "M'interroger ? A propos de Sharp ? Je ne sais rien, pourquoi ne l'arrêteriez vous donc pas ? Il a massacré mes compères et les a humilié. Je souhaite voir sa tête sur une pique."

Dit il pour toute réponse à la policière. Mais au lieu de cela, elle s'assied, l'air de rien, et sort de nombreuses photos, des jeunes filles, et pas n'importe lesquelles. Toutes étaient ses précédentes Alice. Ses merveilleuses Alice. Il les regardait avec un grand sourire. Puis il reposa quelques photos, tout en conservant son grand sourire.


- "Je me rappelle, nous prenions le thé ensemble avec le Lièvre de Mars et le Loir. Il y'a longtemps que je ne les ai pas recroisés. Comment vont elles ? J'imagine qu'elles doivent bien travailler à l'école. Les études c'est important. J'ai toujours rêvé de chanter devant la Reine de Coeur, mais l'ai-je déjà fait ?"

Ainsi, le délire de Tetch commençât. Il souriait toujours, ce n'était pas, sans doute, la réponse qu'attendait l'inspectrice Brogan. Pauvre petite, elle devait avoir eu une enfance malheureuse pour en arriver a vouloir travailler dans le GCPD, ou bien ... Ou bien elle devait aimer le contact avec des hommes rudes et machos. Des pensées obscènes vinrent dans la tête de Jervis Tetch, et il ferma les yeux, savourant ces pensées diablement monstrueuses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Jeu 10 Nov - 19:54

    C’est volontairement que j’ignore sa remarque au sujet de Sharp. Il va falloir œuvrer avec patience, connaissant Tetch et ses divagations, il est peu probable que je sorte un seul mot concret de sa bouche. Le pire dans tout ça, c’est que j’ai un brin conscience que pour avoir un traitre mot sur notre affaire, il va falloir que je rentre dans son jeu.
    Je déteste ça quand ce sont des enfoirés qui mènent la danse. Quand je lui déballe les photographies des gosses, il se fend d’un large sourire. Mon regard se fait plus dur. Je me retiens vraiment de lui en retourner une – qu’est ce que ça sera dans cinq minutes ?
    Il regarde les gamines avec des yeux pétillants – on pourrait prendre ça pour de l’amour.

    - "Je me rappelle, nous prenions le thé ensemble avec le Lièvre de Mars et le Loir. Il y'a longtemps que je ne les ai pas recroisés. Comment vont elles ? J'imagine qu'elles doivent bien travailler à l'école. Les études c'est important. J'ai toujours rêvé de chanter devant la Reine de Coeur, mais l'ai-je déjà fait ?"

    Je me penche légèrement sur mes coudes, fixant le Chapelier en tentant de rester le plus neutre possible. J’affiche une moue dubitative, tapotant sur la table. Je ne veux pas savoir ce qu’il a dans la tête à ce moment là, ça non. Il ferme les yeux, un éternel sourire de prédateur sur les lèvres, et moi je tente d’improviser.

    « Oh l’école ne fait plus partie de leur priorité maintenant que vous avez gâché leur vie. Vous n’êtes pas le Chapelier – vous êtes hanté par des perversions qui ne font pas partie du roman de Lewis Carrol. Vous n’êtes qu’un imposteur. » Lui glissé-je, sur un ton presque calme.

    Pour clôturer ma remarque, je me contente d’esquisser un sourire. M’énerver avec lui ne rimera à rien, j’en suis certaine. Cela dit, je ne suis pas sûre de tenir le coup jusqu’à la fin de notre « entrevue ». Comment faire entendre raison à un fou ? A-t-il au moins conscience que ce qu’il fait à ses gamines est mal ? Je ne suis pas psychiatre, mais quelque chose me dit que Tetch n’est pas aussi arriéré qu’il le prétend.

    « Et la Dame de Cœur pourrait bien vous faire couper la tête… » Ajouté-je avec un amusement certain.

    Je me calle dans mon siège, mon sourire s’évanouissant pour laisser place à une expression de marbre. Je ne lui demande pas grand-chose – je peux lire sa perversité sur son visage quand il me lorgne comme ça. Un peu d’énervement, un brin de lucidité, j’ai besoin de quelque chose qui m’éclaire un peu plus sur la personne que j’ai en face.







Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Jeu 10 Nov - 20:40

Le Chapelier afficha derechef son grand sourire. Dommage qu'il n'avait pas son chapeau, son magnifique et grand chapeau. Il lui fallait, il en avait tellement besoin, tellement envie de ce chapeau. Il fit des cercles sur la table, comme s'il dessinait dessus. Il dessinait comme un chapeau, du moins quelque chose qui y ressemblait. Il renifla bruyamment et son sourire se fit des plus durs quand la jeune fille tenta vainement de s'aventurer sur le terrain de Lewis Carroll.

- "De pauvres accusations, naïves comme Alice, hihihi. Qui ne me touchent nullement. Qui demande à une légende de Gotham tel que moi, une raison de ma condition d'exister ? Une gamine tout simplement ..."

Un imposteur ? Comment cette gamine pouvait elle oser dire des choses pareilles ? Tetch était l'unique Chapelier Fou de Gotham City, le vrai en cher et en os. Il y'avait bien eu cet imposteur, qui se faisait passer pour Tetch, il avait des moustaches, par St Georges quelle horreur, des favoris ! Jamais le Grand Chapelier Fou n'en aurait porté. Tetch avait eu raison de lui en lui logeant deux balles dans le crane.


- "J'accepterais peut être de répondre à vos magnifiques questions, Inspectrice ... Mais ... Je veux connaitre des informations sur vous très chère. N'essayez pas de me mentir, je le saurais. Les adultes perdent leur innocence, vous l'avez perdu vous ... Et je ne vous fais pas confiance, c'est très facile de mentir, les petits enfants, on leur apprend a ne pas le faire, vous me comprenez ?"

Son sourire s'élargit de nouveau. Elle était maintenant aussi prévisible qu'un petit lapin Blanc, et elle était terriblement en retard, alors que Tetch avait quelques wagons d'avance. Si seulement il y'avait du thé, du thé, du thé. Un pauvre Chapelier sans son thé, mais comme on le savait au Pays des Merveilles, il fallait parfois demander pour que tout tombe dans la main, et peut être qu'en chantant pour cette soi-disant Reine de Cœur, il obtiendrait son thé.


- "Scintille, scintille, petite policière, que fait tu donc dans la nuit ? Patrouiller et Sévir sont mes devises ..."

Dit il en chantant joyeusement à la policière. Elle n'arriverait sans doute a rien. Quand Tetch était d'humeur, il pouvait être terrible. A vrai dire, le seul personnage qui avait réussi a le terroriser en moins de deux, c'était Batman ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Jeu 10 Nov - 21:32

    Je devrai peut-être me prendre un café – quelque chose me dit que l’interrogatoire sera long, très long. Ma remarque n’a pas vraiment l’effet escompté sur Tetch. Quand je l’accuse d’être un imposteur, ce dernier raille presque.

    - "De pauvres accusations, naïves comme Alice, hihihi. Qui ne me touchent nullement. Qui demande à une légende de Gotham tel que moi, une raison de ma condition d'exister ? Une gamine tout simplement ..."

    J’hésite entre m’étouffer de rire ou rester inébranlable. Une légende de Gotham – fallait bien, qu’encore une fois, je tombe sur un mégalo. Un type qui s’attaque à des gamines, tu parles d’une légende. Je laisse échapper un petit rire sec face à sa remarque. Et c’est moi qu’il traite de gamine ? Qu’est ce qu’il ne faut pas entendre…

    - "J'accepterais peut être de répondre à vos magnifiques questions, Inspectrice ... Mais ... Je veux connaitre des informations sur vous très chère. N'essayez pas de me mentir, je le saurais. Les adultes perdent leur innocence, vous l'avez perdu vous ... Et je ne vous fais pas confiance, c'est très facile de mentir, les petits enfants, on leur apprend a ne pas le faire, vous me comprenez ?"

    « Et vous très cher Chapelier, vous vous considérez comme quoi au juste ? En effet, je vous accorde que vous ne m’avez pas servi un seul mensonge, mais tout ça parce que vous répondez à côté. C’est facile ce p’tit jeu là. » Ajouté-je.

    Des informations sur moi ? Mais que diable ça peut lui foutre ce que je suis ?

    « Il n’empêche que vous êtes contradictoire – vous qui semblez tant aimer la candeur et l’innocence de ses gamines. Pourquoi est-ce que vous leur enlevez ça ? » – Autant demander à un violeur pourquoi il a des pulsions… « Et qu’est ce que vous voulez savoir sur moi ? »

    Non pas que j’ai envie de lui donner ce qu’il veut, mais après tout, autant essayer de savoir ce qu’il veut. Passer le temps ? Un divertissement ? Toujours question de chantage durant les interrogatoires, les détenus essaient toujours de retourner la situation à leur avantage, et ça, ça me fatigue…






Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Jeu 10 Nov - 21:50

Tetch émit un petit rire cristallin quand la jeune fille essayait de déstabiliser le maitre de l'hypnose et du Pays des Merveilles qu'était Gotham City. Après tout, Tetch avait été élu maire, par la voix du Peuple et il en était très fier. Tous ces imbéciles qui ont cru en une possible amélioration de la ville. Quelle bande d'abrutis finis ... Gotham n'en finirait pas de souffrir, et le retour de Quincy Sharp ne faisait que confirmer l'idée que Gotham était un abattoir.

- "Leur innocence est a jamais préservée grâce à moi. Jamais elles ne subiront le destin d'un cœur brisé, jamais elles ne perdront bêtement leur virginité avec des porcs. Jamais ..."

C'était ses Alice. Elles resteraient éternellement jeunes dans la tête du Chapelier Fou, a jamais dans leurs petits cercueils. Elles étaient si magnifiques, leurs robes si bleues, leurs tabliers blanc et la chevelure blonde faisait frémir Tetch. Bien entendu, il y'avait toujours des gâcheurs, des empêcheurs de tourner en rond.


- "Mais ce que je veux savoir ? La vérité ! Est ce que votre père abusait de vous pendant que votre maman nourrissait les cochons ? Est ce vos cousins vous prenaient pendant la moisson ? Dites moi vos dépraves sexuelles, votre enfance traumatisée, et peut être que je pourrais ... Vous guérir de votre maladie, de la maladie qui vous a pris ce qu'il y'avait de meilleur en vous, votre imagination et votre innocence."

Tetch se rappela alors les chants de Lewis Carroll. "Pays du Merveilleux, joli pays des oiseaux bleus, ou les enfants rêvent de couler des jours heureux." Ce chant était une inspiration pour Jervis. Se mettre dans la tête d'offrir à des enfants l'innocence réelle. Pour lui, pour ses Alice. Pour sa rédemption. Tetch l'avait compris, il fallait que Gotham l'écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Jeu 10 Nov - 23:10

    Il est si désinvolte, sans remord, sans ressentiment. C’est exaspérant. Je croise les bras contre ma poitrine, enfoncée dans mon siège en fixant le criminel.

    - "Leur innocence est a jamais préservée grâce à moi. Jamais elles ne subiront le destin d'un cœur brisé, jamais elles ne perdront bêtement leur virginité avec des porcs. Jamais ..."

    J’hausse les sourcils d’un air un peu halluciné. La différence entre perdre sa virginité avec des porcs ou avec ce malade, elle est où ? Je n’ose même pas imaginer ce qu’il a pu faire aux gamines. Je glisse une main contre mon front, secouant légèrement de la tête. Quel illuminé… Qui croit-il sauver ?

    - "Mais ce que je veux savoir ? La vérité ! Est ce que votre père abusait de vous pendant que votre maman nourrissait les cochons ? Est ce vos cousins vous prenaient pendant la moisson ? Dites moi vos dépraves sexuelles, votre enfance traumatisée, et peut être que je pourrais ... Vous guérir de votre maladie, de la maladie qui vous a pris ce qu'il y'avait de meilleur en vous, votre imagination et votre innocence."

    Jusqu’où ira-t-il dans sa provocation ? Non parce que là, son coup du Messie qui vient pour sauver les gamines de leur triste sort de femme ça me sidère.
    Je claque ma langue contre mon palais d’un signe réprobateur.

    « J’ai eu une jeunesse tout à fait heureuse, merci de vous en inquiéter. Quelle chance de ne pas avoir croisé un branque dans votre genre hein ? Quoiqu’il en soit, je n’ai pas besoin de votre bon génie mon cher. » Lui rétorqué-je en soupirant. « Mais revenons en au fait. Vous êtes inculpé pour agressions sexuelles sur mineures, pour meurtres sur certaines d’entre elles. Vous appelez ça un remède ? »

    Je marque une pause avant de reprendre.

    « Allons Tetch, tout le monde doit grandir un jour et prendre ses responsabilités. »

    A quoi ça sert d’essayer de raisonner un fou ? Je vous le demande…



Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Jeu 10 Nov - 23:21

D'un signe d'ennui, Tetch regarda ailleurs, ailleurs c'est l'inconnu, lorsque l'on fixe un mur, une personne normale ne verrait qu'un mur. Mais Tetch ... Tetch verrait une porte, une porte immense dorée, fantaisiste, qui s'ouvrirait, et derrière, il y'avait le Pays des Merveilles, le plus bel endroit sur Terre. Oh ce qu'il donnerait pour un chapeau et du thé. Du Thé, du thé, ne pas penser au thé, résister au THÉ. Mais rien de plus, Tetch restait dans son délire schizophrène et ça, personne ne pouvait l'en tirer. Il détacha son regard du mur avant de lancer d'une voix sinistre.

- "Je parlais avec le Joker une fois, et je dois dire qu'il a raison sur un point, ce qui est certes rare. C'est qu'une journée pourrie de trop peut vous rendre fou. Je suis d'accord avec cela."

Tetch se débattit alors, il essayait d'ouvrir ses menottes, il essayait de se lever, mais il était retenu par des chaines, installées par les gardes. Il voulait se débattre, se battre, s'enfuir de cet endroit pour retrouver son magnifique Pays Des Merveilles. Et surtout son Alice chérie. Ses Alices ... Tetch n'en pouvait plus.


- "LAISSEZ MOI SORTIR D'ICI ! JE DÉTESTE CET ENDROIT ! JE DÉTESTE CET ENDROIT ! JE DÉTESTE CET ENDROIT !"

Tetch était redevenu un enfant le jour ou le monde des adultes lui avait brisé le cœur. Alice Pleasance, la petite secrétaire qu'il avait pour lui dans le département de WayneTech avait été odieuse avec le Chapelier, elle avait brisé son cœur alors qu'il aurait vendu son âme pour elle. Elle aurait due être à lui et a personne d'autre. C'était triste, mais Billy avait réussi a l'emmener hors de Gotham. Plus d'Alice, seulement d'autres Alices. Un délire qui ne finirait jamais. Après quelques minutes de débattements, il sombra alors, les deux bras repliés vers son visage, en train de pleurer. Des larmes gouttaient de ses yeux, il regrettait ce qu'il faisait, mais il ne pouvait pas s'arrêter. Il n'avait jamais tué ces fillettes, et il les aimait. Ses pleurnicheries avaient un gout amer dans la bouche. Son Alice n'existait plus, il n'avait rien au final. Pas même un baiser langoureux de son Alice, rien que des fillettes terrorisées et zombifiées par le contrôle mental du Chapelier Fou. L'éternelle solitude.


- "Alice ... Alice ... Oh Satan, prend pitié de ma longue misère."

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Ven 11 Nov - 0:44

    Je vois bien que mon discours n’intéresse pas des masses mon interlocuteur. C’est pas comme si je n’étais pas habituée à ce que l’on ne m’écoute pas. Curieusement, quand on mettait les poings dans la gueule pour mettre les points sur les « i », ça marchait mieux. Un air morose cueille son visage dans un signe de lassitude. Il fixe le mur à ma droite et je me penche légèrement dans sa direction, les yeux plissés. Son sourire a disparu, et quand il prend la parole, c’est d’une voix grave.

    - "Je parlais avec le Joker une fois, et je dois dire qu'il a raison sur un point, ce qui est certes rare. C'est qu'une journée pourrie de trop peut vous rendre fou. Je suis d'accord avec cela."

    J’ai à peine le temps de le regarder avec défiance que celui-ci s’agite frénétiquement, tentant de retirer ses bracelets en acier. La table tremble tandis qu’il se redresse pour tenter de se dégager de ses liens. Moi, je me redresse, surprise et je fais un pas en arrière en écartant ma chaise.

    « Arrêtez ça. » Lui ordonné-je parmi le brouhaha incessant de ses bousculades.

    Le voilà qui a fondu un câble – peut-être bien que c’est le premier visage à peu près humain qu’il m’offre. Désemparé, contraint.

    - "LAISSEZ MOI SORTIR D'ICI ! JE DÉTESTE CET ENDROIT ! JE DÉTESTE CET ENDROIT ! JE DÉTESTE CET ENDROIT !" Hurle-t-il.

    Je fronce les sourcils, continuant à l’observer avec une certaine inquiétude. La tristesse soudaine, abrupte, sur son visage est bien curieuse. Il cesse finalement de se débattre, se recroquevillant sur lui-même en sanglotant. J’étais interdite – serait-ce encore un jeu du Chapelier ? Il est assez mesquin pour jouer ça.
    Mais quelque chose de définitivement lucide dans son attitude me poussait à croire le contraire.

    - "Alice ... Alice ... Oh Satan, prend pitié de ma longue misère." – laissa-t-il échapper dans une complainte étouffée.

    Je me tords les mains, un peu mal à l’aise par la situation qui a soudain viré de bord. Imprévisibles sont les fous, à quoi je m’attendais ?
    Je fais un pas, puis deux, pour contourner la table. De la pitié ? Jamais je n’aurais cru avoir une once de pitié pour ce grand malade.

    « Monsieur Tetch. Vous avez besoin d’être soigné. Livrez-vous et la sentence sera moins sévère. » Lui soufflé-je d’un ton calme. « Vous pouvez décider d’arrêter de faire le mal autour de vous… »

    Le Chapelier a la tête renversé sur ses avants bras. Je le surveille toujours d’un regard prévenant. Se pourrait-il qu’au fond de cet esprit désordonné, il y reste quelqu’un, un homme, déchiré par ses pulsions ?
    Je ne sais pas si l’on peut faire quelque chose pour Tetch, mais en l’espace d’un instant, je garde l’espoir qu’il puisse se racheter.





Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Ven 11 Nov - 10:47

Sortant un gros mouchoir a carreaux rouges, Jervis souffla dedans pour se déboucher les narines et les sinus. Il pleurait fort, sa peine était grande au fond du petit être. Il était devenu fou a cause de tout, son rejet par les autres à cause de son physique ingrat, sa solitude dans le travail et enfin la perte de sa Alice. D'une voix plaintive, il se mit alors a dire, du moins a articuler quelques mots.

- "Alice n'est pas la, Alice n'est pas la ... Alice n'est pas la ..."

Il cherchait du regard son Alice. Mais elle n'était que dans sa tête. Les évènements des dernières heures avaient réussi a le rendre dans un état psychotique, toutes ses pensées alors, se dirigeaient vers un seul fautif, Quincy Sharp. Puisque Batman avait été vaincu, il fallait à Tetch un Jabberwocky, si Jervis arrivait à se sortir de la prison, du QG du GCPD, alors ce serait parfait. Tetch aurait l'avantage tactique de s'occuper de Sharp.


- "Tout ça ... C'est de la faute de Batman. C'est a cause de lui que je suis comme ça. C'est lui le responsable de mes malheurs. Ne jamais vouloir prendre le thé, il n'a jamais voulu de mon union avec Alice, il m'empêche de vivre au Pays des Merveilles. Batman est celui qui a brisé mes rêves."

Dit il en se calmant. Les pleurs avaient cessé. Il réservait les larmes pour la Simili-Tortue qui viendrait sans doute un jour les récupérer avant de les faire voyager dans la Mer des Larmes. L'espace d'un instant, Jervis était tenté, il lui restait une dernière arme dans la doublure de son manteau, que les flics n'avaient pas trouvé. Une carte à puces qui pouvait rendre cette policière sous les ordres de Tetch, mais il y'avait un soucis, son chapeau ... Il ne l'avait plus. Pas de chapeau, pas de contrôle mental. Continuant sur sa lancée, il continua a articuler.


- "Je ... Je veux, snif, mon chapeau, mon joli chapeau, mon tendre chapeau, s'il vous plait."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Ven 11 Nov - 12:08

    Dans sa plus grande peine, Tetch semblait inconsolable. En même temps, quelle idée j’aurais de vouloir le consoler. C’est un criminel, un pédophile et un aliéné je l’accorde. S’il peut démontrer quelques signes de faiblesse, ce n’est que de par son instabilité mentale.

    - "Alice n'est pas la, Alice n'est pas la ... Alice n'est pas la ..."

    J’aurais vraiment du demander à un psy d’assister à cette entrevue – je pense qu’il m’aurait été d’une grande aide. Je fais quelques pas dans la pièce, quelque peu exaspérée par la réaction du fou. Comment désamorcer la situation et tenter d’avoir des infos maintenant qu’il était complètement hors de contrôle ?

    - "Tout ça ... C'est de la faute de Batman. C'est a cause de lui que je suis comme ça. C'est lui le responsable de mes malheurs. Ne jamais vouloir prendre le thé, il n'a jamais voulu de mon union avec Alice, il m'empêche de vivre au Pays des Merveilles. Batman est celui qui a brisé mes rêves." – je sentais cette pointe d’amertume dans la voix. Au moins, Tetch avait terminé de pleurer.

    Batman, Batman – à tous les coups, les criminels arrêtés ne cessaient de le maudire. En même temps, pour la majeure partie, il était celui qui les arrêtait.

    « Non Tetch, c’est vous le responsable de vos malheurs. Pas Batman. » Soupiré-je en passant une main dans mes cheveux en signe de lassitude. « Vous vous accrochez à ce qui n’existe pas, et quand vous avez un brin de lucidité pour vous en rendre compte, ça vous rend malheureux. »

    Je renverse ma tête en arrière, continuant à marcher dans la salle de long en large. Peut-être serait-il temps de laisser l’animal. Je crains ne rien pouvoir obtenir de lui.

    - "Je ... Je veux, snif, mon chapeau, mon joli chapeau, mon tendre chapeau, s'il vous plait." Minaude-t-il.

    Son maudit chapeau ? Pas question que je lui fasse ce plaisir – à moins que… Je me retourne vers lui, mains sur les hanches.

    « Si je vous donne votre chapeau, est-ce que l’on pourra parler de ce que je veux, Tetch ? » Lui demandé-je.

    Après tout les mains liées, le Chapelier ne peut pas faire grand-chose de son haut de forme. Pas de poussière pour s’échapper. Il est coincé avec moi quoi qu’il en soit. Et si il tente quelque chose, les deux baraques derrière la porte se feront un plaisir de le traîner dans sa cellule. Si toutefois j’arrive à lui donner une chose aussi dérisoire que son chapeau, alors peut-être qu’il se montrerait un peu plus conciliant.

    Peut-être que c’est peine perdue. Je glisse un regard dans la direction de la caméra qui nous surplombe. Je ne suis pas certaine que Bullock appréciera ce chantage. Mais bon sang, rien qu’un chapeau – d’un Chapelier certes. Je me dirige jusqu’au téléphone accroché au mur et je le saisis pour composer le numéro de la pièce d’à côté.

    « Oui, dites-moi pour ce chapeau. Vous avez vérifié qu’il n’y a rien de suspect ? Désarmé les pièges qu’il aurait pu y fourrer. J’en aurai besoin… Amenez le moi donc… Et renforcez la sécurité okay ? On ne sait jamais… » – moi, je ne m’en fais pas. Je n’ai pas peur du Chapelier.

    Quelques minutes plus tard, quelqu’un me rejoint pour confier le couvre chef. Je me rapproche de Tetch et je le lui pose devant le nez, le surveillant de prés.

    « Alors Chapelier ? Etes-vous prêt à me parler maintenant ? » Lui demandé-je en haussant un sourcil.




Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Ven 11 Nov - 12:44

- "Oh, jour frabieux ..."

Lorsqu'on lui rendit son chapeau, Tetch retrouva un beau sourire, un beau sourire, comme si on lui apportait du thé, du thé vert chaud, du Earl Grey ou du thé noir en provenance de Chine. Du merveilleux thé pour un Chapelier. Tetch regarda son chapeau, l'extérieur et l'intérieur. Les flics n'avaient pas mis la main sur le bandeau de contrôle logé dans l'intérieur même du chapeau. Parfait, il remit alors le chapeau sur la tête. Il feignait la tristesse et la joie d'avoir retrouvé son magnifique haut de forme.


- "Je connais des choses ... Des choses absolument immondes, inspectrice. Je sais comment Sharp a manigancé le trucage des élections. Je sais des choses que vous ne soupçonnez pas. Seulement, si je vous le dis, je serais tué. J'ai peur pour ma vie."

Mentit-il à la jeune policière. Tetch rapprocha son visage de la policière. Si seulement elle pouvait se rapprocher. Si seulement, mon merveilleux chapeau, si seulement elle pouvait se rapprocher et admirer la beauté du pays des Merveilles. Si seulement elle pouvait comprendre le monde ou vivait Tetch. Tant de questions et tellement peu de temps, si peu de temps, comme ce pauvre Lapin Blanc dans son terrier.


- "Je sais qu'il y'a deux petites filles dont vous n'avez pas retrouvé les corps dans Gotham."

Murmura t'il à la policière, ses larmes commençaient a couler. Regrets ? Ou Théâtre ? C'est le moment ma chère amie de jouer avec les sentiments. Parlons de meurtres et de crimes coquins, dont tout Gotham City est un. Si près, si près du Chapelier, et dans sa manche, la puce ... Elle était si près ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Ven 11 Nov - 13:18



    Le Chapelier semble heureux quand son chapeau lui est rendu. Il le regarde sous toutes les coutures et je l’observe faire, méfiante. Que cherches-tu donc Tetch ? Une nouvelle escroquerie à mon égard ? Il le remet alors sur sa tête, sans demander son reste – la lassitude et la peine semble l’avoir quitté comme par magie. Il en faut peu pour un Chapelier, à moins que celui-ci soit un excellent comédien.

    - "Je connais des choses ... Des choses absolument immondes, inspectrice. Je sais comment Sharp a manigancé le trucage des élections. Je sais des choses que vous ne soupçonnez pas. Seulement, si je vous le dis, je serais tué. J'ai peur pour ma vie."

    Je reprends place sur mon siège, tentant de rester parfaitement calme. Sharp, manigancé les élections ? Tout le monde s’en doute mais personne ne peut mettre le doigt dessus. J’étais certaine que Sharp n’était pas blanc comme neige – avoir des preuves contre lui serait une aubaine. Peur pour sa vie ? Serait-ce possible que le Chapelier ait peur de quelque chose qui ne fasse pas partie du conte de Carrol ?

    « Nous pouvons vous protéger de lui. » Lui assuré-je simplement d’une voix calme.

    Je reste inébranlable. Il se penche vers moi mais je ne scille pas.

    - "Je sais qu'il y'a deux petites filles dont vous n'avez pas retrouvé les corps dans Gotham." – Révèle-t-il dans un murmure.

    Je fronce les sourcils, perplexe. Il avait parfaitement raison.

    « Monsieur Tetch… Serait-il possible que ces deux petites filles soient encore vivantes ? » Lui demandé-je sur un ton grave.

    Peut-être étaient-elles quelque part, encore en vie. Une étincelle d’espoir dans mon regard. Ma respiration est profonde mais je frémis légèrement rien qu’à l’idée que l’on pourrait retrouver ces gosses. Mais pas de faux espoir, le Chapelier est bel et bien un fou. Je suis concentrée, à sonder les prunelles cristallines de Tetch. J’essaie de lire une certaine sincérité dans ses yeux mouillés.

    « Pouvez-vous me dire où elles se trouvent ? » – qui ne tente rien n’a rien.




Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Ven 11 Nov - 13:37

Tetch, dans un dernier effort, ne répondit pas, il fermait les yeux et hocha la tête de haut en bas. Oui, elles étaient encore vivantes. Plus pour longtemps, hélas. Il fallait que l'inspectrice fasse confiance en Tetch, ou non ... Après tout, Tetch était un génie, derrière ce déguisement excentrique. C'était un Chapelier avec une certaine intelligence diabolique et un maitre de l'hypnose mentale. Tetch rouvrit les yeux.

- "Personne ne peut me protéger de Sharp ... Personne ... Ses mercenaires ou ses policiers corrompus viendront me prendre et m'emmèneront. Il m’exécutera d'une balle dans la nuque. Comme mes pauvres amis ... Mes pauvres amis ... Le Lion avait un petit garçon, et la Licorne s'était marié il y'a deux semaines. Oh pauvre de leurs familles. Je me sens ... si responsable ..."

Il baissa la tête, les larmes reprirent, elles perlèrent la table de nouveau. Intérieurement, il ne savait pas s'il devait être réjouit ou attristé. Tout cela faisait parti de son plan. Il fallait que cette inspectrice s'approche de Tetch suffisamment ... Elle devait entrer au pays des Merveilles. Il avait une petite surprise pour elle.


- "Ces deux petites filles ... Elles sont encore vivantes, mais malheureusement ... Elles sont aux mains de Pandora désormais."

Mentit-il de nouveau. Pandora n'aurait jamais put avoir les deux gamines de Tetch, personne en fait. Sauf peut être le Batman. Et encore. Bref, il fallait l'amadouer, donner de faux espoirs, entrer dans son cerveau. Il devait la faire entrer au pays des Merveilles, à tout prix.


Il faut qu'elle comprenne ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Ven 11 Nov - 14:19

    Quand le Chapelier acquiesça, une vague de soulagement m’envahit. C’est éphémère bien sûr, car je sais à quel point cette information est bancale. Comment savoir si ce qu’il dit est vrai ou non ?
    Il venait de fermer les paupières et je me surpris à soupirer.

    - "Personne ne peut me protéger de Sharp ... Personne ... Ses mercenaires ou ses policiers corrompus viendront me prendre et m'emmèneront. Il m’exécutera d'une balle dans la nuque. Comme mes pauvres amis ... Mes pauvres amis ... Le Lion avait un petit garçon, et la Licorne s'était marié il y'a deux semaines. Oh pauvre de leurs familles. Je me sens ... si responsable ..."

    Je croise de nouveau les doigts au niveau de mon menton, pensive. Bien sûr, Sharp a le bras long. Et ça, c’est un vrai problème, car tant que nous n’avons pas de preuves réelles pour inculper Sharp, celui-ci gardera sa place de choix au sommet de la chaîne alimentaire. Les hommes de pouvoir sont un vrai problème à Gotham…
    Quant aux amis du Chapelier, c’était à se demander comment ils avaient pu avoir une famille tout en faisant partie du Gang des Merveilles. Entendre parler de choses aussi terre à terre de la part du Chapelier sonnait tellement faux. Je n’allais pas lui dire que ce n’était pas sa faute, car bien sûr il était aussi responsable de tout ce qui concernait le Gang des Merveilles.

    « Sans preuve on ne peut rien contre Sharp – et si vous nous donnez des preuves, alors on pourra l’empêcher de vous nuire. Bien sûr, c’est un risque à prendre, mais à vous de voir. » Lui glissé-je.

    Et le voilà qui se remet à pleurer. Mes lèvres se joignent dans une moue dubitative. Il me faut plus d’informations sur ces gosses.

    - "Ces deux petites filles ... Elles sont encore vivantes, mais malheureusement ... Elles sont aux mains de Pandora désormais." Ajoute-t-il.

    Pandora… Jennifer Willis, une gamine qui tient plus du démon que de l’humain. Une enfant qui a été diagnostiquée extrêmement dangereuse. Sadique, cannibale, on ignore même d’où elle vient.

    « Et pourquoi Pandora garderait-t-elle ses gamines ? » Questionné-je le Chapelier. Ben oui, qu’est ce qu’elle vient faire dans cette histoire. « Quelque chose me dit que vous savez où on pourrait les trouver. »

    Je me penche à mon tour, mes prunelles dans les siennes. J’en ai marre de tourner autour du pot. Je veux savoir où sont les gamines.

    « Dites le moi Monsieur Tetch. Après tout, ça ne vous coûte rien. » Ajouté-je dans un murmure.






Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Ven 11 Nov - 14:50

Il aura fallu une seconde, une seconde pour Tetch pour qu'il puisse placer la puce contre le crane de l'inspectrice. Elle ne bougerait plus pendant un petit moment, avant de tomber dans l'inconscience, ainsi que le pays des Merveilles. Malgré ses menottes, Tetch allait profiter de ce petit moment pour la traumatiser, pour détruire sa normalité, et l'emmener dans un monde psychotique. Menotté, Tetch s'avançât, montant sur la table.

- "Bienvenue au Pays des Merveilles, Miss Brogan ..."

* * * * * * * * * * *



Dans cette expérience, elle rêverait d'un monde magique, une sorte de terrier de lapin. Son esprit se voit quitter le GCPD pour aller dans le pays des Merveilles. Elle allait voir, voir de ses propres yeux. Elle se trouvait alors sur la soucoupe d'une tasse maintenant, qui semblait chuter, mais vers le haut, elle tombait vers le plafond.
La voix du Chapelier Fou se faisait entendre, pendant que son esprit vagabonderait dans un Pays des Merveilles de l'horreur, filles violées et égorgées, ténèbres, et monstruosités, le corps physique de l'inspectrice allait ouvrir les portes du commissariat pour le Chapelier Fou. Prétextant un transfert vers les douanes.
Maintenant, c'était l'esprit de la jeune policière qui devait se battre, et vaincre la technologie du Chapelier Fou.


- "Il est temps de dormir, Alice."

La voix de Tetch se faisait entendre, dans le rêve qu'elle faisait. Puis un petit rire aigrelet. Et la, les ténèbres du Pays des Merveilles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Ven 11 Nov - 15:57

    Le Chapelier ne me répond pas de suite et je me montre presque impatiente en l’interrogeant du regard. D’un geste rapide, il me touche le visage. Je n’ai même pas le temps de me reculer – je suis adossée à mon siège, mes pupilles fixes rivées sur lui. Je suis transie, mes muscles ne répondant à aucun de mes appels. Mais bordel, qu’est ce qu’il m’arrive ?! Piégée. Je me suis fait avoir – encore une fois, par l’un de ses stupides gadgets.

    - "Bienvenue au Pays des Merveilles, Miss Brogan ..." – Clame-t-il avant que ma vision se brouille pour me plonger dans un noir total.

    J’y pense. La caméra. Ils ont du voir ce qu’il se passe ?! Je ne peux pas crier, je ne peux pas faire de signe, je suis perdue dans des hallucinations complètement farfelue. D’abord, il y a cette première impression de tomber dans un trou sans fond – oh punaise, me voilà propulsée dans un monde d’une Alice au Pays des Merveilles totalement barge. Je tente de m’accrocher, les paupières closes et c’est le contact froid d’un rebord qui me ramène à moi. Je suis sur une… Soucoupe, d’une tasse ? Et la sensation de tomber se transforme en une vilaine impression d’être propulsée dans l’autre sens. Ma vision est brouillée par des spirales hypnotiques de couleur noires et pourpres qui me soulève le cœur.

    Quant à mon corps, j’ignore où il est vraiment et ce qu’il fait. Je me redresse pourtant, droite comme un « i », les yeux dans le vide. Je me dirige vers le téléphone et je transmets l’information à mes supérieurs dans la pièce d’à côté. Le Chapelier nous aurait donné quelques informations et qu’il pourrait être de nouveau transféré vers Arkham. Bien sûr, tout ça n’était qu’erroné.

    Je tombe lourdement dans les ténèbres. Tout ça n’a rien du Pays des Merveilles tel que je me l’imaginais étant gamine. Ce n’était qu’un rêve de psychotique effrayant. Peuplé de larges sourires monstrueux, de cris lointains de gamines que l’on tue.

    - "Il est temps de dormir, Alice."

    Ça me parvient comme une voix oppressante – celle du Chapelier de là où il est.

    « Sors-moi de là ! » Hurlé-je à pleins poumons depuis ce cauchemar.

    Mes mains plaquées contre mes oreilles, je me recroqueville sur moi-même pour ne plus entendre les hurlements.
    Je le maudis, lui et toute sa mesquinerie ! Je le tuerai je m’en fais la promesse !

    Deux personnes pénètrent dans la pièce d’interrogatoire – il s’agit là de deux officiers qui vont m’accompagner pour ramener le Chapelier à destination. Mon regard est vide, mais ils ne le voient pas – ils ne se doutent même pas avec quelle perversion le Chapelier m’a privé de mon bon vouloir.

    Qu’avait-il dit déjà ? Une journée pourrie de trop peut nous rendre fou ? Je ne lui fais pas dire…
    Et toutes ces ombres qui se jettent sur moi. Je griffe, je me débats vainement. Putain de peur enfantine qui ressurgit du passé.





Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Ven 11 Nov - 16:40

Deux officiers s'occupent des menus détails. Escorter Tetch jusqu'à Arkham City. Avec sa jolie zombie, Tetch était aux anges, il avait un grand sourire jusqu'aux oreilles. Ils étaient au deuxième étage et l'arrivée jusqu'au camion serait longue, car on surveillait Tetch, on le pointait de trois flingues sur lui pour éviter qu'on le perde, qu'il s'évade.
Mais Tetch s'en fichait éperdument. A l'intérieur du cerveau, il prenait un malin plaisir a torturer cette petite flic.


* * * * * * * *

A l'intérieur, la petite Lulla apprenait tout du monde de Tetch. Tandis que des images du passé de Tetch survenaient, il y'avait la perte d'Alice, la première confrontation avec Batman, il y'avait toute l'activité du criminelle. Toutes les horreurs, tous les péchés, toute la monstruosité perverse du personnage. Et Tetch faisait basculer la jeune fille dans un univers noir, sombre comme un égout. La Voix du Chapelier se fit entendre dans la tête de la jeune fille.


- "Tic Tac Tic Tac ... Tu veux du thé, Brogan ? Je sais tout de toi maintenant, vilaine fille. Je sais lire dans ton crane désormais. Et maintenant, nous allons pouvoir jouer ensemble, au Pays des Merveilles n'est ce pas ? Qu'en dit tu ?"
Spoiler:
 

C'était un monde cadavérique, glauque, inquiétant. Comme si le Pays des Merveilles original avait été corrompu. Des cartes de la Reine de Cœur avait des têtes de squelettes, et des abominations sortaient des murs, chacune n'avait qu'une idée. Déchirée la pauvre petite Brogan. Au moment même ou celles ci s'avancèrent vers la policière, ou elles allaient la toucher ...


* * * * * * * *

BROUF !


Le Rêve était terminé. On mettait Jervis Tetch dans le camion qui allait quitter le commissariat. La policière se réveillait maintenant sur l'escalier qui mène à l'entrée du GCPD. Tetch, avant que l'on ne referme la porte du camion, lançât un petit clin d’œil à la jeune fille, suivit d'un sourire. Il lui avait fait joué son jeu. Et Maintenant, Lulla savait à quoi s'en tenir avec un monstre comme Tetch. On referma le camion et il partit vers la douane.

Le but de ce petit voyage dans Wonderland ? Juste en connaitre un peu sur la jeune policière. Pour sa première fois, tout cela ne serait qu'un jeu ... Mais pas la prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   Ven 11 Nov - 18:44

    Entre chaque hallucination, me parvient une image très nette du Chapelier – enfin plutôt, de Jervis Tetch. Que ce soit avant qu’il ne devienne ce qu’il est aujourd’hui, ou des souvenirs bien plus mûrs.

    Abject… Ce type était abject. Pauvre petit âme frustrée de s’être fait jeté par une jeune femme blonde au visage poupin – une Alice. Entre ma terreur et mon observation, je retiens un rire moqueur. Mon cœur bat la chamade, ma respiration est sifflante. Je ne sais pas pourquoi j’ai accès aux souvenirs du Chapelier, si c’est volontaire ou non, mais plus je vois ce qu’il est et plus je le déteste.
    Ma fureur est bien grande.

    « Je n’ai pas peur de toi Tetch. » Grincé-je entre mes dents.

    Je le vois son sourire quand il touche ses gamines. Non, aucun regret, aucune compassion, juste la satisfaction et la folie. Comment ai-je pu croire qu’il avait une once d’humanité ? Maintenant, je le sais, que Tetch est parfaitement conscient de sa perversion. Il n’est pas victime d’une double personnalité qu’il ne contrôle pas. Et c’est bien ça qui est le plus effrayant.

    - "Tic Tac Tic Tac ... Tu veux du thé, Brogan ? Je sais tout de toi maintenant, vilaine fille. Je sais lire dans ton crane désormais. Et maintenant, nous allons pouvoir jouer ensemble, au Pays des Merveilles n'est ce pas ? Qu'en dit tu ?" – La voix du Chapelier résonne de nouveau au dessus de moi – quelque part dans cet univers sombre et organique.

    Ma vision se précise au fur et à mesure des paroles et je discerne un enchevêtrement de ronces sous mes pieds. Des arbres entre monstres et végétaux autour de moi. On se traîne jusqu’à moi et je lève des yeux effarés vers les formes qui s’avancent. Des… Cartes, salies et déformées par des tentacules et des visages grimaçants.
    Je lève mes poings vers moi, prête à repousser le moindre assaillant qui se jetterait sur moi. Mourir dans cet enfer ? Pas question.

    Et soudain, je me sens comme aspirer vers l’extérieur, comme si on rembobinait une vieille cassette. J’ouvre les yeux et je discerne la lumière extérieure qui me pique les yeux. Je passe mon avant bras devant mon visage, engourdie comme si je me réveillais d’un cauchemar. Et c’est là que je le vois, le Chapelier, dans un blindé frappé du logo du GCPD. Le sourire hideux qu’il m’adresse me révolte. Un petit clin d’œil et la porte se ferme.

    « NON ! » Crié-je.

    Mais il était trop tard, car le camion avait déjà démarré et impossible de le rattraper. Sa destination ? Sûrement Arkham. J’ignore encore ce qu’il m’a fait faire mais j’ai ma petite idée sur la question. Je lâche un juron, mes doigts dans mes cheveux emmêlés. Tu ne t’en sortiras pas aussi bien la prochaine fois Chapelier, j’ai bien compris qu’il fallait oublier les politesses avec toi.

    Je tourne le dos vers le QG, me doutant qu’expliquer la situation à Bullock ne sera pas aisée.





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Passe donc à table ! [Jervis Tetch]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Passe donc à table ! [Jervis Tetch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Alice prit le mauvais chemin (P.V : Norman Williams, Charlotte Rivers et plus tard Jervis Tetch)
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» Qu'est-ce qui se passe en Haiti ?
» Que ce passe-t-il dans le tome 9 ?
» les debut de ma table de jeu .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Burnley :: Gotham City Police Department (GCPD)-