RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 La Cour des Mirages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: La Cour des Mirages   Mar 8 Nov - 2:18

Comme l'on pouvait s'y attendre, l'homme est mort sans qu'elle ait pu lui parler. De fait, il s'avérait inutile; il ne restait qu'une solution. Le ramener à sa "maison".

Il pleuvait à verses, à croire que le Dieu des hommes a trop fait la fête, la veille. Et il n'y a pas grand-monde dans les rues, comme si l'explosion qui a rougi le ciel quelques heures plus tôt avait déclenché un instinct d'exode chez les masses. Les rats quittent le navire...?
Anne Carver marchait dans ces rues, sans empressement, ravie d'être seule... enfin... pas vraiment seule.
En travers de son épaule, il y a une masse humanoïde enroulée d'un drap tâché par des sanies. Sans son drap, le corps ressemble à Jane. Sauf que Jane n'est pas un homme. Et que Jane est vivante.

L'eau la gène, elle imbibe son fardeau, l'alourdissant. Mais il en faudra plus pour la détourner de sa quête.

SIONIS, peut-on enfin lire à travers le rideau de la pluie. Le temps de se souvenir ce qu'elle fait là, et elle commence à escalader le portail, fastidieusement, car elle tient à ramener le type à sa juste place.
Elle arrive en haut, échevelée et crachant l'eau qui s'infiltre entre ses lèvres. C'est alors qu'elle les entend, les cris. A mi-chemin du hululement d'un fou et du grondement d'un cerbère.

"Hé." lança-t-elle, du haut de son portail, aussi apaisante que possible. Puis elle entreprend de descendre l'autre façade. Trop tard, elle réalise qu'un pan du drap s'est accroché à la grille. Son présent lui échappe et tombe dans la cour, privé de son emballage.
Un gros floc humide, quand il s'écrase sur le sol. Là-haut, le drap souillé bat dans l'eau et le vent, sinistre drapeau blanc. Un suaire qui annonce la paix.
Anne sourit tout en achevant sa descente.

Et l'odeur... l'odeur de la charogne affola un peu plus les animaux. Les hyènes de garde, qui se mirent à tirer sur leurs chaînes avec des glapissements excités.

"Hé, doux, les monstres. Jane vous amène un petit cadeau..." rajouta-t-elle, une fois le pied à terre. Son sourire ne la quittait pas. Elle s'inclina, saisissant le corps écorché par les aisselles et le traîna vers les deux charognards.

Celles-ci émirent un ricanement grotesque avant d'incliner leurs puissantes gueules sur l'offrande.
Oui. Braves bêtes. Elle put même tapoter l'une des têtes massives. Après tout, l'odeur du faisandé doit leur être plus plaisante que celle de la morphine et du formol.
Jane n'était pas incommodée, elle-même, par ces divers effluves. C'est pas comme si elle avait autre chose qu'un fichu trou barré en lieu et place de nez.

Une bonne idée, ces animaux. A entendre avec quelle facilité elles broient les os et mastiquent la chair, ce pourrait être intéressant de les nourrir plus souvent. De leur apporter plus souvent les dépouilles encombrantes dont Jane ne savait que faire, une fois dépourvues de leurs identités.
Cependant, Anne n'est pas là pour ça. Puisqu'il lui est inutile, qu'il ne peut plus se déplacer par lui-même, c'est à elle qu'il revient de ramener son pion au Joker.

Son expression se déforma pour adopter le pragmatisme bienveillant du docteur Carver.
Tandis qu'elle traverse la cour, dégoulinante de toute l'eau de sa blouse blanche, elle extrait de de la poche de son jean une enveloppe plastifiée, épaissie par son contenu. Car il ne s'agit pas d'un cadavre anonyme voué à remplir des estomacs bestiaux. Il s'agit d'une personne, avec toute son individualité. Et cette individualité, c'est tout ce qu'il importe de ramener.

Jane pousse la porte de l'entrepôt, paisiblement. Voyons ce qu'ils en pensent, là-dedans...
Tiens, à propos, faut-il dire bonjour, ou bonsoir ? Avec ce ciel d'encre, c'est difficile à estimer... et Jane n'a jamais aimé les montres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Cour des Mirages   Mar 8 Nov - 14:51

Harley s’était réveillé de bonne humeur aujourd’hui. Sautillante, elle commença à appliqué le fond de teint blanc sur son visage et jetant des coups d’œil furtifs vers son obsession, Le Joker. Il dormait encore. Elle souri, satisfaite de ce début de matinée. Plus son Biquet dormait tard, plus elle pouvait faire ses tâches sans être dérangé. Elle appliqua ensuite du noir pour former le losange qui la défigurait et traça le sourire inquiétant qui suivait les courbes concaves de ses joues amincies. Elle finalisa le tout et sortit de la chambre, toujours habillée de son pyjama de satins rouge. La jeune femme adorait la douceur de se tissu sur elle, et cette tenue avait tout pour exciter les sens de son amour.

Les hyènes, qui se reposaient jusqu’à présent près du mur Est, se réveillèrent suite à l’approche de leur maîtresse. Elles se levèrent prestement en jetant des petits cris pour attirer son attention. Harley alla jusqu'à elles en les intimant de garder le silence, un doigt sur les lèvres. Entre les deux bêtes aux formes familières, elle les cajola un bon moment en espérant que ce raffut matinal ne se rend pas aux oreilles des hommes qui étaient étendus ici et là dans l’entrepôt. Elle prit les chaînes dans ses mains et les sortit dehors. Le temps n’était pas des plus beaux mais ce n’était pas la journée pour attirer l’attention. Elle soupira en regardant les hautes clôtures de fer.

«On est dans la réplique de l’asile ici. Au moins, je suis avec Monsieur Jo!»

Elle parla à elle-même, profitant de cet instant de solitude. Une vague de froid se rabattit et fit frissonner son corps, peut protéger en ce moment. Harley ferma les portes le plus silencieusement possible après avoir jeté un énorme morceau de viande à ses bébés. Son regard se posa sur l’arène au centre de la bâtisse. Un autre sourire s’esquissa sur son visage, regardant tout autour s’il n’y avait pas quelqu’un. Elle prit un élan puis commença quelque pirouette bien équilibrée et parfaite pour arriver au centre. Elle massa le matelas dur de ses orteils. L’arène n’était pas dans un très bon état et commença par ce côté-là. Un seau fut rapidement rempli et le ménage commença après avoir enfilé son célèbre costume rouge et noir.

La journée était déjà bien entamée quand le son du ricanement des hyènes attira son attention. Elle se mordit les lèvres en voyant que tout le monde avait entendu les rires carnassiers. Quelqu’un était sans doute dans la cours mais qui? La tâche lui revenait d’aller ouvrir la porte. Ce geste était celui qu’elle craignait le plus car le Joker n’avait pas que des amis.

Elle était presque rendue quand la porte s’ouvrit d’elle-même, un filet de pluie entra. La blouse blanche de la femme collait à sa peau. La lumière de l’entrepôt laissait apparaître quelque trait. Harley recula en cherchant l’appuie du Joker. Elle ignorait qui était cette femme et surtout, si c’était une amie ou une ennemie. Les rebords de la table d’entrée vinrent frôler ses mains froides. Elle prit place sur la surface sans aucune expression dans le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Cour des Mirages   Mar 8 Nov - 15:37

C'était une journée des plus maussades. Le clown se remettait des derniers évènements, il avait détruit le repaire de Pandora en compagnie d'alliés non négligeables de cette bonne vieille ville de Gotham City, ils avaient massacré le Clan du Dragon et la plupart des gamines de Pandora gisaient mortes, nourrissant maintenant les chats, chiens et rats errants d'Arkham City.
Pour le moment, tout se passait magnifiquement bien.

En cette belle journée, il se leva, voyant que la couche d'Harley était vide, il se leva avec difficulté, encore la douleur des coups causés par cette garde de Pandora lors de cette fameuse nuit ou Batman avait été vaincu. Harley semblait être de retour c'est vrai, le Joker n'avait même pas fait attention à son absence. Son bras lui faisait mal, très mal. Il se dirigea vers la salle de bain et enfila alors ses vêtements, avant de passer du rouge à lèvres sur ses lèvres, son reflet dans le miroir était la chose qui le faisait sourire le matin. Non, le Joker n'avait pas de maquillage, mais le rouge donnait une couleur un peu plus théâtrale a tout ça.

La journée s'est poursuivie dans le tumulte des combats. Alors que Monsieur Marteau venait d'ouvrir le crane d'une victime présomptueuse, on débarrassait le corps de l'infortuné gaillard dans les poubelles de l'entreprise SIONIS, dans la benne à ordure en quelque sorte. Les hommes du Joker continuaient a s'entrainer, ça allait de la simple bagarre au couteau, en passant par les actes de traitrise, c'était magnifique. Le Joker n'avait pas bronché de la journée, assis dans son fauteuil, toussotant de temps à autre en observant ses hommes de main.

C'est alors que les hyènes firent un vacarme assourdissant dans l'entrepôt, enfin, de dehors plutôt, les fenêtres dans le bâtiment étaient toujours ouvertes, pour savoir ce qui se passaient à l'extérieur. Le Joker s'aida de sa canne pour se lever, il descendit les marches et accompagné de ses hommes de main, il traversa l'arène, jusqu'à la grande porte, ou Harley venait de faire une rencontre des plus chaleureuses.


- "Docteur Anne Carver, j'ignorais que c'était l'heure de ma séance psychiatrique."

Dit il avec un petit rire maigrelet, les autres lourdauds rigolèrent à la blague, même si certains n'avaient pas compris, mais le plus humiliant pour le Joker, c'est que ce n'était pas drôle au final. L'envie de voir "Marteau" fracasser leurs gueules d'abrutis séduisait le Joker. Il se retourna et hurla à ses hommes, menaçant les troupes avec sa canne piégée.


- "RETOURNEZ AU COMBAT OU JE VOUS ARRACHE LA LANGUE ET VOS PARTIES GÉNITALES AVEC !"

Il se calma, reprit son souffle et reprit en voyant Jane et Harley. Son sourire étiré s'accentua.


- "Avoir du bon personnel, c'est difficile de jour en jour. Que puis je pour toi, ma chère Jane Doe ? Harley, fait entrer notre invitée, nous allons devoir mettre un couvert de plus."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Cour des Mirages   Mar 8 Nov - 21:39

A voir l'activité qui régnait dans l'entrepôt, la journée devait être assez avancée.
Elle fronça brièvement les sourcils, immobilisée dans l’entrebâillement de la porte. Jane Doe n'avait qu'une connaissance des plus sommaires de ses divers camarades de l'asile. L'amnésie n'aide pas beaucoup, à ce niveau-là.
Néanmoins, il en allait autrement pour Anne Carver, psychiatre appréciée de l'asile d'Arkham. Il ne lui fallu pas longtemps pour mettre un nom sur le visage qui lui apparaissait dans la lumière de l'entrepôt.

"Docteur Quinzel ? Il y a longtemps que je ne vous avais plus aperçue."

Puis arriva le Joker, toujours aussi mal en point, épaulé d'un bon nombre de ses clowns de compagnie. Il salua le docteur Carver, qui, au milieu du rire général, lui renvoya un regard neutre.

"Vous savez, la psychiatrie doit avouer ses limites, dans votre cas."

Puis, tandis que le Joker hurlait à ses hommes de retourner au combat, Anne avisa le docteur - ex-docteur - Harleen Quinzel. Jane se demanda brièvement si Harley Quinn était plus heureuse que son Joker de compagnon. Un sourire aimable se peignit sur les traits de l'apparente quarantenaire, tandis que sa main libre s'enfonçait dans sa poche, où elle caressa pensivement la lame affûtée d'un scalpel.
Le Joker détourna son attention, cependant. Du bon personnel, hein ? Jane hausse les épaules, mais n'en sourit pas moins, en agitant sa lourde enveloppe.

"Jane ignore que faire de lui, alors elle vous le ramène."

Elle jeta un regard à l'arène où les hommes se livraient à présent à une empoignade chaotique et violente. Bon, il est certain que le Clown a déjà oublié celui qu'il a plus ou moins livré à Jane, ce jour où il l'a conviée à l'Iceberg Lounge.

"Vous alliez passer à table ? Hum... Je ne suis pas sûre qu'un docteur doive partager de tels moments avec ses patients. Vous permettez ?"

Jane se détourna pudiquement pour déchirer le haut de l'enveloppe. Puis elle empoigna la chevelure d'Anne Carver, dont le visage se détacha avec un léger bruit de succion. Fébrile, Jane prit ce qu'il y avait dans l'enveloppe pour le remplacer par ce qu'il restait d'Anne Carver. Enfin, elle glissa le nouveau visage sur sa chair dénudée.

Elle ne savait rien de *lui*. Ce fut un choc d'endosser une identité aussi dénuée de structure.
Surpris, effrayé, le nouveau visage se crispa, regarda autour de lui avec stupeur, puis se mit à trembler et à sourire.

Sur quoi *il* partit d'un grand rire où se mêlaient hilarité et sanglots. Il *lui* faudrait un petit moment pour s'habituer à l'idée qu'*il* était mort.

"Heh... Hehehe ! Patron...Je me souviens plus de moi ! Hehe... heh !"

Quelques larmes vinrent sillonner son maquillage. Malgré la laque dont Jane l'avait enduit pour qu'il tienne, il coula sous la folie limite d'un fou, pour qui la mort a été une farce, mais une farce amère.
Les vivants ne sont pas libres. Jamais.
Et les morts non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Cour des Mirages   Mar 8 Nov - 22:53

Le Joker renvoya vite la troupe de fort combattant vers l’arène. Elle craignait s’y faire envoyer aussi, trop curieuse de voir de plus près cette nouvelle invitée qui connaissait son nom. Mais elle fut soulagée de l’entendre dire d’accueillir la personne en question au lieu d’aller donner une volée aux brutes de l’arène. C’était le visage connu de docteur Carver.

Elle avait autrefois travaillé avec cette femme lorsqu’elle sortait de l’université pour finalement venir travailler auprès de l’élite des dérangés mentalement. La jeune docteur Quinzel avait été attiré vers ses délinquants pour en écrire des mémoires. Mais le piège lui fut tendu. Harleen tomba rapidement sous le charme du Joker qui avait un passé semblable au sein et s’y attacha jusqu’à en perdre elle-même la raison. Mais elle était heureuse ainsi, bien que la majorité du monde tente de lui ouvrir les eux sur son malheur. Depuis lors, Docteur Carver était devenu une psychanalyste accompli mais n’avait pas vraiment eut affaire avec Harley. Son cas était beaucoup plus simple qu’une bonne majorité des criminels enfermés dans l’enceinte d’Arkham. Elle n’était donc pas un cas intéressant, surtout qu’elle connaissait déjà les rouages des examens.

Puis la femme se retourna en empoigna ses cheveux. Le bruit qui s’en suivit la fit sourire. Le changement de visage n’était pas de toute beauté mais le changement subit de rôle la fascinait. Ayant elle-même une capacité incroyable dans le jeu, Harley aimait observer l’art du déguisement des autres. Cette technique n’était pas à copier, mais elle prenait soin de noter tous les autres changements dans le corps suite à cette transformation. Mais elle se souvient des paroles de son petit oiseau et alla placer des ustensiles supplémentaires sur la longue table. Elle continuait d’observer à la dérobé les deux personnes dont elle pu enfin voir le visage de l’autre. Elle toucha son cou, ravie de ne pas avoir à rencontrer cette créature comme ennemie.

Après avoir tout préparé pour son invitée surprise, Harley s’assit sur le sommet de sa chaise de bois vernie en parfaite équilibre. Les hommes de l’arène s’arrêtèrent un moment car ils savaient que la soupe serait servie d’ici peu. Ne les regardant pas, elle bougea son doigt pour leur indiquer que ce n’était pas leur tour, qu’ils passeraient après la petite réunion. Ça n’augmentait pas le plaisir de ses troupes, mais les plans du Joker passaient avant. Puis elle approcha son doigt de ses lèvres et déplaça les assiettes dans le bureau qui surplombe l'entrepôt pour une plus grande intimité. Les brutes pourraient ainsi manger en paix et ne pas lui tomber dessus encore une fois. Harley retourna voir le Joker.

«C’est fait mon Biquet! Je nous ait installé sur la petite table dans ton bureau.»

Elle n’attendit pas une réponse de ça part. Elle repassa à côté des deux personnes quelque seconde plus tard avec un énorme morceau de viande dont la couleur du muscle était incroyablement foncée. Il était évident qu’elle allait nourrir ses Bébés qui étaient encore dehors sous la pluie. Elle posa la viande sur le plancher de la litière pour aller libérer ses hyènes.


Dernière édition par Harley Quinn le Mer 9 Nov - 0:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Cour des Mirages   Mar 8 Nov - 23:09

Le Joker constata avec amusement le changement radical de peau du docteur Anne Carver pour passer de Jane Doe, à une nouvelle identité. Le Clown avait toujours apprécié ce aspect de caméléon qui faisait d'elle une alliée non négligeable. Le Joker poussa un toussotement et ricana avant de passer sa main devant sa bouche. Effectivement, le Joker avait eu un poumon perforé, et ça faisait mal quand on avait aucun bon soin dans Arkham City. Il toussait mais il rigolait en même temps.

- "J'espère juste, que tu ne manques pas de pot, dans Arkham City, on a toujours besoin de faire peau neuve. Hihihi *Teuh Teuh*"

Rigolait le Prince des Clowns tout en toussant. Il avait de gros soucis, d'énormes soucis de santé, mais il s'en sortirait, il était le Joker, il ne pouvait décemment pas mourir comme un chien, pas comme ça, pas comme ça. Alors que les combats continuaient dans l'arène, Harley avait préparé le repas. Ils allaient le prendre dans le bureau personnel du Joker. Lars et Moe précédaient la troupe des trois protagonistes, ils feraient les serveurs pour ce diner. Le Joker se devait de manger la ou il pouvait surveiller ses troupes.

La pièce qui surplombait l'arène était assez vaste, il y'avait un bureau désordonné, une fenêtre qui donnait sur l'extérieur de l'entrepôt SIONIS et il y'avait une petite table aménagée pour les convives. Bien sur, il y'avait d'innombrables jouets du Joker, ainsi que de nombreuses affiches de recherches et de portraits du Prince des Clowns, toutes gardées par Harley Quinn. Y'a pas a dire, pour se défendre des autres malades, embauchez des malades. Le Joker arriva finalement à l'étage, et Moe tira sa chaise et prit la canne du Joker avant de la poser un peu plus loin.


- "Bien ... Parlons bien mais parlons peu, je suis sur que tu es venue ici pour m'annoncer quelque chose d'important n'est ce pas Jane ? Que se passe t'il dans les ruelles infâmes de notre bonne vieille ville de tarés ? Dis moi tout ..."

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Cour des Mirages   Mer 9 Nov - 22:28

En proie à ses larmes de crocodile, Jane suivit le Joker. Son nouveau visage oscillait entre tics et rires enthousiastes. Quelques secondes à peine... déjà il a oublié qu'il est mort. De petits échos de mémoire viennent à Jane, trop infimes pour appartenir à sa victime, tandis qu'ils dépassent Harley et son... monstrueux... steak. La blague du Joker tombe à pic, puisqu'elle fait redoubler les larmes de notre revenant. Des larmes dont on ne saurait qualifier l'origine, si ce n'est qu'elle est douce-amère.
Jane n'aime pas la peau des clowns tristes, et à l'intérieur, elle le traite d'imbécile.
Tiens. Voilà un nom tout à fait adapté.

"Vous êtes un génie, patron !" s'exclama donc l'imbécile, enthousiaste, en s'installant à table. "J'ai entendu ça à la radio ! Vous avez tué le procureur Dawes !"

C'est ce que dit la radio. C'est la mémoire de Jane. Est-ce que ce type est simple d'esprit ?

"Mais... mais ça peut pas être vous !"

Tais-toi..! Laisse Jane parler.

Les étranges conformations faciales de son visage d'emprunt s'apaisèrent d'un coup, et c'est la voix très factuelle de Jane qui prit le relais.

"Arkham City est une vraie cité fantôme, depuis quelques heures. Les douanes sont encore sujettes à une lutte entre ordre et désordre, de vrais bastions d'anarchie."

Nul n'aurait pu ignorer les explosions, puis le déplacement massif de groupes vers les divers postes de douanes. Jane avait assisté à ça de loin, prêtant l'oreille, mais pas désireuse d'aller à Gotham. Pourtant, il y avait eu de belles opportunités à saisir. Des policiers, des militaires, des mercenaires. Il n'était pas trop tard, cependant, pour retourner là-bas et prendre la peau d'un agent de l'ordre.

"J'ai appris que.. euh, c'est Pandora, son nom...? Oui. Elle serait passée de l'autre côté, comme tant d'autres l'ont fait. Faudra-t-il la poursuivre ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Cour des Mirages   Mer 9 Nov - 22:57

Harley ouvrit la porte pendant que deux de ses hommes emmenèrent le Joker et son invité spécial dans la pièce qui surplombait l’arène. La pluie tombait encore fortement dehors. Elle couru vite vers l’abri où ses bébés étaient étrangement agités.

«Alors mes bébés! Venez voir Maman!»Dit-elle de sa petite voix enfantine et faisant pleins de grimaces.

Elle vit le cadavre à moitié mangé d’un homme qui était rendu méconnaissable. Les deux hyènes s’en étaient régalé et étaient dans un tel état. Harley bouillait de l’intérieur, car le repas était servi pour tout le monde et même ses bébés. Elle faisait tout et souvent elle n’était même pas remerciée pour tous ses efforts. Seules ses petits chéris semblait heureux de la voir sauf dans les états de faux mensonges du Joker. Et puis, qui avait bien pu donner un homme mort à ses hyènes. Mort car elle n'ait entendu aucun cris sauf les ricanements infernaux. Personne ne traînait vraiment autour de l’entrepôt car tous étaient occupés à essayer de traverser les frontières pour entrer dans Gotham. Alors qui? Carver? En faite, la chose qui avait le visage un peu plus tôt du docteur Carver. La transformation qu'elle avait vu pouvait presque être aussi dégoutante que les tableaux de la petite Pandora.

«Hein? Qui est-ce qui vous a nourri mes bébés? Aller! On rentre à la maison!»

Elle détacha quand même les chaînes qui étaient prises sur l’anneau du mur à l’extérieur et les laissa entrer vers leur enclos intérieur. Harley rangea les chaînes en regardant dans les fenêtres où le Joker souriait enfin un peu plus. Les nouvelles devenaient magnifiques sur son ascension. Harley avait fait le plus gros et le savait. Et son biquet était content de cet effort même si il le montrait à peine. Il regardait ses hommes tous les jours s'entrainer solidement, jusqu'à tuer un de temps en temps.

Sa peau et ses vêtements étaient trempés malgré la petite minute passée dehors. Elle entreprit de se sécher sous l’œil observateur des hommes qui se partageaient la nourriture à la table du premier. En se relevant, elle jeta un regard noir à ses troupes qui recommencèrent à discuter de qui était le plus fort. Elle aimait parfois avoir leur attention mais son ventre commençait à crier famine. Surtout que son état n'était pas des plus séduisant, tout dépendait du point de vue. Elle fit sécher ses cheveux puis son visage. La serviette était teinte du maquillage qui avait coulé à cause de l’eau. Elle soupira, car la moitié était partie selon son reflet dans le miroir.

Prenant deux minutes rapides, elle fit de son mieux pour reproduire le visage tant aimé de son Joker pour les rejoindre en haut. Elle monta légèrement les escaliers, fière de son œuvre rapide. Tout le monde avait son content, mais une assiette de plus était des secondes d’ouvrage supplémentaire ce soir. Mais, sa curiosité serait nourrie. Son visage souriait du bonheur partagé.

Elle poussa la chaise qui lui était réservée en appréciant sa collection qui emplissait la pièce des couleurs mauves et vertes. Puis, Harley attendit que le monde découvre les petits plats qu’elle avait préparés ce midi tout en écoutant les conversations qui allait de bon train. Plus elle connaissait les mouvements de tout le monde, plus elle pouvait s'infiltrer en arrière plan pour en tirer plus de ficelle et gagner en aventage.


Dernière édition par Harley Quinn le Jeu 10 Nov - 1:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Cour des Mirages   Mer 9 Nov - 23:20

Bien entendu, Moe et Lars servaient les plats. La nourriture était plutôt classe et Harley savait faire la cuisine. Mais bon dieu, le Joker priait pour qu'il n'y ait pas de tartes au dessert. Harley les faisait si mal, et l'estomac du Clown avait suffisamment rendu son content de bile pour un siècle au moins. Regardant de plus près la nourriture qu'on lui servait, des haricots avec un morceau de bidoche que la Reine des Clowns avait concocté, le Joker estima que la nourriture était, selon lui, propre à la consommation, même s'il s'attendait, venant d'Harley, a du laxatif dans la soupe ou bien du piment la ou il ne devrait pas en avoir.
Peut être que l'état pitoyable dont le Joker faisait pâle figure avait améliorer le talent culinaire de l'Harlequine ? Qui sait ?

Reposant sa fourchette sur la table, il écouta ce que Jane Doe avait a dire. Il la regarda sans sourire, ses yeux noirs fixés sur la nouvelle identité de la psychopathe. Il plissa ses longs doigts gantés de blanc et l'écouta attentivement. Bien sur, Harley Quinn était à ses côtés, à sa sa table, il aimait bien avoir une présence parfois. A vrai dire, c'était la seule personne qui pouvait se vanter de vivre aussi longtemps que n'importe qui d'autre aux côtés du Joker. Et Dieu seul sait que le Joker a déjà tenté d'abattre Harley Quinn de nombreuses fois. C'était une malade amoureuse aveugle, mais une amoureuse quand même. Que voulez vous ? Le charme animal ...

- "Pandora est pour le moment hors d'atteinte. Elle reviendra c'est prévisible, mais rassure toi, Jane, son clan n'existe plus. Des ruines et des cadavres, c'est tout ce qu'il reste de sa magnifique planque. Elle a entamé le processus de chute, et ces gants que je porte, seront tachés de son sang, pour mon unique plaisir."

Le Joker toussa de plus belle, un peu de sang, de sa gorge, venant des poumons abîmés venait de repeindre légèrement ses gants blancs, qu'il avait porté devant sa bouche pour éviter les postillons, son visage se figea en un rictus monstrueux et ses yeux noirs fixaient Jane Doe.


- "Et après, je m'occuperais personnellement de prendre Arkham City. C'est ma ville ..."

Le Joker prit un léger moment de silence. Il fixait Harley Quinn, puis il regardait par dessus la baie vitrée, pour voir au plus loin dans Gotham City. Tout scintillait, c'était magique. La Tour Wayne, les lumières, la lune, l'épais brouillard vert qui flottait autour de la ville à cause des gazs toxiques et qui cachait les étoiles.

- "Pandora est une chienne enragée ... Et les chiennes enragées, je les pique ..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Cour des Mirages   Sam 12 Nov - 19:06

"Pardon, patron. Je le ferais plus, patron." grommela l'imbécile, prenant pour lui la remarque à propos des chiens enragés que l'on pique. Il jeta un coup d’œil en contrebas, où mangeaient les troupes carnavalesques de son hôte impromptu... enfin, du Joker. Il travaillait bien pour le Joker, oui ? Donc c'était bizarre de pas manger à la même table que les autres.
Un honneur ? Il eut un sourire tordu, se promettant de foutre une raclée à une ou deux de ces gonzesses, quand le repas serait fini.

Cependant, il ravala promptement son ardeur de jeune coq, quand Harley Quinn se joignit à eux. Il baissa les yeux sur sa pitance, préférant se faire oublier d'elle et de son marteau...

Jane contempla son assiette, qu'un de leurs serveurs s'était occupé de remplir. La nourriture... un plat cuisiné constituait une rupture intéressante aux conserves et autres lyophilisés dissimulés dans ce qui restait de l'asile d'Arkham.
Mais, manger... une corvée nécessaire au bon fonctionnement du corps. Sans nez pour en capter les plus subtils arômes, les aliments perdaient tant en saveur. Pure fonction mécanique. Mâcher, avaler... et tout ce qui va avec.

"Je suis sûre que tu dis vrai..." fit-elle platement, tout en examinant sous toutes ses coutures le morceau de viande dégoulinant de sauce, qu'elle tenait entre le pouce et l'index. Puis elle l'enfourna complètement dans sa bouche, mastique bruyamment, longuement, jus et sauce débordant de ses lèvres et traçant de nouveaux sillons dans son maquillage.
Il y eut un gros bruit lorsqu'elle avala enfin. Un miracle que le morceau ne se soit pas coincé dans sa gorge. Peut-être que ça lui aurait été égal. Peut-être qu'elle ne pense tout simplement pas pouvoir mourir. Peut-être qu'elle ne comprend même pas ce que mourir peut vouloir dire.

"Mais en attendant, quoi ? Est-ce qu'on doit juste s'entraîner, patron ? Jane trouve que les gens intéressants se font rares."

Elle suivit le regard du Joker par-delà la ville. Dans le ciel de Gotham, le Batman est aux abonnés absents. Sans Batman, le Joker ne peut être heureux. Dommage.
Est-ce que la mort de Pandora peut équivaloir à ce manque ?
Elle reporta son regard sur son hôte, prenant pour une fois la pleine mesure de l'état de celui-ci, et du point jusqu'auquel un état aussi déplorable peut être un obstacle au bonheur.

"...Jane connaît un bon docteur."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Cour des Mirages   Dim 13 Nov - 18:55

Harley n'osait pas s'impliquer dans la conversation si étrange avec leur invité. Elle observait simplement Monsieur Jo quand il ouvrit son plat. Harley se forçait depuis un moment pour lui donner le meilleur, il lui avait manqué terriblement dans son exil. Les quelques recherches l'aidaient à faire de son mieux avec tout ce qu'elle trouvait. Des conserves et ce genre de truc. Harley avait percé un peu dans l'art du commerce. Elle avait trop d'hommes à nourrir. De plus, son petit poussin d'amour était blessé à cause de cette chienne de Pandora. Elle lui ferrait la peau dès qu'elle avait un moment. Jouer avec un moment, l'attacher, lui faire ravaler tout ce qu'elle avait fait enduré à son Joker! Elle lui planterait mille couteaux dans le coeur si il le fallait!

Ses pensées se perdaient durant le dîner, la rendant silencieuse. C'était un des moments rares où l'on ne l'entendait pas. Elle avait tant à faire dans l'entrepôt et ses nouveaux membres n'étaient souvent que des brutes épaisses. Un entraînement rigoureux devrait s'en suivre, mais elle aurait aimé davantage s'occuper de son biquet. Dans la liste s'ajoutait l'ordre dans laquelle elle ferait les différentes tâches ménagères qui lui revenaient de droit depuis son retour. Ils avaient tous oublié à ce moment-là que la propreté existait.

Harley fit le saut quand elle entendit la chose mangée si bruyamment. Elle n'était pas l'As côté courtoisie et bonne manière, mais elle savait manger comme le faut quand même. Ses yeux devinrent ronds à chaque coup de dent, son visage exprime une moue écœurée. Ce fut pire lorsque la chose envala ce qui avait été semi-mâchée. Elle frissonna tout en prenant une bouchée par-ci par-là. L'appétit l'avait soudainement quitté suite à tant de démonstration horrible.

Elle se leva prestement se mettant plus ou moins au garde-à-vous, sa fourchette à la main.

«...Jane connaît un bon docteur.»

Docteur elle avait été elle aussi. La psychiatre du Joker en son temps aussi jusqu'à ce qu'elle brise les lois de son métier et tombe amoureuse de son patient. C'était un livre qu'elle voulait écrire sur la folie des criminels de Gotham, chose qu'elle était devenue elle-même après seulement quelque mois. On lui avait tout enlevé, son droit de pratique, sa liberté, mais on ne pouvait lui enlever son amour. Plusieurs fois elle était sortie d'Arkham pour y retourner ensuite. Mais cette prison était devenue sa maison, sa ville et maintenant elle voulait en être la reine. Elle construirait son paradis aux bras de son Joker d'amour.

Dans ses yeux passa une petite lueur mesquine et amoureuse. Des plans se construisaient dans sa tête, laissant la remarque déplacée de Jane passer outre. Harley avait prit tellement soin de son poussin mais le temps avait manqué et les blessures étaient encore très apparentes. Sa connaissance en cette matière était dépassée et si prenait du mieux qu'elle pouvait pour le remettre sur pied le plus vite possible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Cour des Mirages   Dim 13 Nov - 20:30

- "Les gens rares ..."

Un relent nostalgique se fit dans la voix du Joker. Il leva les yeux vers le ciel, son sourire disparut, il tapotait de la fourchette son morceau de viande, ration de l'asile, du bout de la fourchette. Son regard se fit plus vide, plus triste. Il regarda d'abord Harley, avec la main restée vacante, il lui donne une caresse affectueuse sur la joue et puis il reposa ses yeux sur Jane.


- "Des gens rares ... Des gens rares, il y'en avait avant, à la belle époque. La belle époque ou Batman était encore la. Je ... Je ne sais pas quoi penser depuis qu'il a disparu. Mon Batman a disparu et il n'y aucun amusement dans tout ça. La vie devient si vide, si inutile, sans sourire ..."

Le regard du Joker errait dans les différents coins de la pièce. Moe et Lars apportaient une bouteille de vin. Le Joker la déboucha sans dire un seul mot. Il regarda ensuite ses deux convives et versa le vin qui datait d'Amadeus Arkham. Au fond de lui, la perte du Chevalier Noir, c'était un coup de poing dans le dos, un gros coup de poignard. Croc avait brisé le contraire du Joker et cela lui faisait énormément mal.


- "Quelque chose comme ça ... Pendant des années, j'ai souhaité la mort de Batman, et maintenant qu'il a été vaincu, je me sens ... Seul, c'est le mot. J'aurais aimé le voir mourir de mes mains. Une jolie bombe dans sa batmobile, une tarte au cyanure ou même encore une scie qui couine quand on charcute les membres. Battu par un misérable crocodile, une monstruosité de la nature, un imbécile sans cerveaux, une erreur de la nature ... Mais je m'égare. Excusez mon manque de bonnes manières."

Le Joker ralluma son joli sourire sur le visage. Bien entendu, il ne croyait pas a la fin du Chevalier Noir. C'était impossible. Il revenait toujours, car c'était le symbole de la nuit, le symbole des ténèbres, et que l'un ne peut pas vivre sans l'autre. Il y'avait certes un grand vide dans le cœur du Joker, mais quelque chose lui disait que Batman était encore la.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: La Cour des Mirages   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Cour des Mirages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» VOTE DE CENSURE POUR JEA !HAUTE COUR DE JUSTICE POUR RENE PREVAL !
» invitation du roi au peuple et chevalier de la cour.
» cour des rois déchus
» Mirages lybiens
» 1er Cour d'Etude des Runes: Découverte!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Gotham Outer :: Zone industrielle :: Aciérie Entreprises SIONIS-