RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Le mystère du club des riches et puissants de Gotham.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Le mystère du club des riches et puissants de Gotham.   Sam 1 Oct - 11:20

Avant de commencer quelques règles :

- Ce RP sera de type polar huis-clos. Et je suis le maître du jeu, c'est à dire que c'est moi qui donne le résultat de où mènent les indices que vous trouvez. Ca permettra de garder un peu de réalisme.

- Merci de ne pas sortir de lapins de votre chapeau, le but est de créer une atmosphère tendue, ce qui est plus facile quand tout le monde est sur le même plan d'égalité.

- Si possible, jouer assez vite, je pense que le sujet risque de durer un petit moment.

- Le premier tour de jeu sera votre arrivée sur l'île et votre installation dans vos chambres si vous voulez. Vous pouvez posez quelques questions au Majordome, donné vos impressions et une fois fini, rendez vous dans le salon.


_________________________________________________________

Gotham Island, le 11/10 17 PM

L'île de Gotham étaient transfigurée par des orages diluviens. Cette île qui abritait un parc magnifique, où les oiseaux gazouillaient, où les fleurs coloraient le parterre verdoyant était battue par la pluie incessante et chamboulée par des vents violents.
Ce fût une surprise, la météo annonçait un temps radieux pourtant, mais en mer, le temps change vite...

Le manoir avait envoyé un message d'alerte au continent, pour signaler les intempéries, mais c'était trop tard, les convives étaient déjà partit, et il était trop dangereux de faire dei-tour. Ce qui devait être un agréable week-end de détente et d'amusement champêtre, serait annulé au profit des joies de l'équipement de thalassothérapie.

Le Majordome, un vieux monsieur à l'oeil toujours alerte, attendait les hôtes devant la grande porte du manoir, abritait sous un parapluie, et tenant un autre sous le bras.

" Madame, Monsieur, Le club des riches et puissants de Gotham est heureux de vous accueillir pour son séminaire annuel. Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour les désagréments météorologiques. Si vous voulez bien me suivre, je vous mènerai à vos appartements.".

Le Manoir était une vieille bâtisse, une chef d'oeuvre d'architecture, qui donnait à l'île la délicieuse nostalgie du temps des grands rois européens.
L'intérieur était savamment décoré, très chic. Malgré les intempéries, on s'y sentait en sécurité, et à l'aise.
Les murs étaient tapissés, ornés de beaux tableaux de maître et de poteries anciennes.
Le majordome précédait chacun des ôtes et les menait à leur chambre.
Ce chambres étaient pour la plupart identiques, confortables, classiques.





On y trouvait de quoi se rafraîchir avant de rejoindre la salle principale.



Au fond, on trouvait un buffet comportant des boissons, des pâtisseries, et divers autres agréments pour patienter avant le dîner.

Trois personnes étaient déjà présentes : une ravissante femme : Silver St Cloud, un homme assez strict : Cripsus Allen, et une vieille femme que l'on connaissait comme étant présentatrice d'émissions pour enfant, elle semblait le portrait même de la mamie-gâteau comme on la surnommait.

Le majordome annonçait les nouveaux arrivants à mesure qu'ils entraient dans le salon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le mystère du club des riches et puissants de Gotham.   Lun 3 Oct - 22:13

Cobblepot avait reçu quelques jours plus tôt, une invitation élégamment décorée. La lettre lui proposait de se rendre à un week-end des plus agréables et chics sur l'île de Gotham, promettant confort et sérénité dans un cadre cependant légèrement officiel. Ainsi, Oswald allait faire parti d'un des clubs les plus fermés de la ville, celui des riches et puissants de Gotham. Une telle proposition ne se refusait, évidemment, pas.

Le réseau vaste et influent du Pingouin lui permettait d'être une des personnes, si ce n'était La personne la plus informée de Gotham. Cela lui avait d'ailleurs valu d'être la cible du Batman qui exerçait une lourde pression sur lui. Mais le Lounge était fraîchement ouvert et rapportait tellement à Cobblepot. Il avait calculé que cela lui serait plus bénéfique que les cambriolages et les plans à la solitaire, mais n'avait pas imaginer pouvoir éradiquer à ce point la concurrence et se placer en première place. De plus, les affaires criminelles, beaucoup plus grandes maintenant qu'il avait de quoi les financer, rapportaient elles aussi énormément. Ainsi, son réseau l'avait tenu informé que ce club existait, mais Oswald n'avait jamais pu avoir une once d'informations en plus.

Bref, il avait mérité ce titre. Son influence dans la ville et sa richesse faisaient de Oswald un aristocrate encore plus affirmé que d'habitude. On l'accueillit chaleureusement au port et il put apercevoir la magnifique embarcation qui allait les conduire à la demeure. Malgré tous ces côtés positifs, Chesterfield s'indigna quand on demanda à ses gardes du corps de rester sur place. Ils allèrent même jusqu'à le fouiller pour s'assurer qu'il ne portait pas d'armes, et le Pingouin dû se résigner à donner son parapluie gadget, ses fumigènes et son magnifique pistolet qui était dissimulé dans son haut-de-forme. Désireux de se venger, Oswald prit bien soin de se faire le plus remarquer possible en faisant perdre le plus de temps aux organisateurs. Il resta planté devant l'accueil et attendit que ses gardes ne reviennent avec un nouveau parapluie, cette fois totalement inoffensif. Après tout, il était impossible que Chesterfield se déplace sans son objet fétiche.

En réalité, il était méfiant de cette organisation si fermée et protectrice. Mais son arrogance et son snobisme ne lui permettaient pas de refuser une telle invitation, et il accepta de se joindre aux autres "riches et puissants de Gotham". la croisière fut calme au début, puis, un temps répugnant et une agitation soudaine des vagues se manifestèrent. Apparemment, il était trop tard pour faire demi tour, mais Oswald entendit que le manoir avait envoyé une alerte comme quoi le temps ne serait pas aussi agréable que proposé. Cobblepot se réjouit d'avoir apporté son parapluie et n'hésita pas à aller se plaindre maintes fois à la direction de la météo.

Arrivés à destination, les convives durent de dépêcher de rentrer à l'intérieur à cause de la pluie. Le Pingouin, lui, ne s'en préoccupait pas, son parapluie le protégeait et il prenait le temps de contempler le magnifique paysage qui s'offrait à lui. Une fois à l'intérieur, on le dirigea vers ses appartements. Il s'y installa avec confort, attendant qu'on lui apporte chacune de ses nombreuses valises. ceci fait, et voyant qu'il se faisait tard, Oswald décida de se rendre dans la salle commune où, apparemment, une réunion se déroulerait. Sans perdre de ses principes et de ses habitudes de gentleman, il se rendit vers le buffet et se délecta de quelques mets succulents. Enfin, il fut satisfait de remarquer un fauteuil des plus confortables et s'y installa dedans sans vérifier s'y d'autres souhaitaient s'y asseoir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le mystère du club des riches et puissants de Gotham.   Mar 4 Oct - 8:45

La petite navette qui faisait le relais entre la ville et l'île de Gotham était partie en avance "pour éviter de prendre un gros grain prévu en soirée". Crane était monté à bord sans grande précipitation et c'était aussitôt posé dans la cabine protégée du vent et du ressac des vagues. Il avait avec lui un simple valise dans lequel il avait prit le strict minimum en vêtements, deux manuscrit sur la psychologie phobique qu'il devait annoter pour une commission de revalorisation académique et de quoi prendre quelques notes. Hélas songea-t-il, son ordinateur portable était resté dans son laboratoire et il n'avait pas eu le temps de prendre avec lui.

Il soupira un instant tandis qu'il tournait une page d'un manuscrit intéressant mais sans vrai apport lorsqu'un marin passa en trombe devant lui pour rejoindre la cabine de commande. Il ferma mal la porte qui s'entrebaîlla pour laisser éclater leur très rassurante conversation.

-L'orage sera plus tôt que prévu sur nous capitaine!

-Bordel de merde! Bon, on se grouille de descendre les passager, dis-leur de se préparer!

-Ca va pas être dur, il n'y en a qu'un.


Le marin, plutôt blême vint dans la salle où seul le professeur se tenait. Intérieurement il maudissait cet espèce de rat de bibliothèque de venir ainsi dans la dernière navette et les obliger à traverser alors qu'un orage arrivait.

-Le capitaine vous demande de vous tenir prêt, nous arrivons à destination.

Sans un mot, Crane rangea ses affaire et se leva avant qu'un roulis ne le remette en position assise. Un éclair illumina l'intérieur de la cabine d'attente et une pluie commença à s'abattre sur les vitres du navire. La seule raison pour laquelle Jonathan ne paniqua pas était simplement que le marin paniquait pour deux et qu'il reportait toute son attentions sur le comportement de ce dernier. Il était réellement fascinant.

Bientôt cependant le marin comprit qu'il était observé et se retourna vers le professeur qui se tenait debout tant bien que mal, accroché d'une main à sa valise, l'autre à une banquette et qui l'observait froidement, comme s'il n'avait été qu'un rat de laboratoire. Le marin déglutit difficilement lorsqu'un éclair vint théâtralement éclairer la silhouette sèche du docteur. Il décida pour le bien de ses nerfs d'aller affronter la pluie battante à l'extérieur, quitte à se faire emporter par le vent.

Le capitaine hurla des ordres vers l'extérieur. deux marins coururent tant bien que mal sur les passages latéraux. Les marins étaient par nature des gens superstitieux, il n'y avait donc 95% du temps rien à craindre de leur propre crainte. La capitaine semblait garder la tête froide, mais la façon dont il regardait les différents appareils de bord disait clairement le contraire.

Le navire arriva à l'appontage. Le marin nerveux revint avec un peu de soulagement.

-Nous venons d'arriver monsieur, si vous voulez bien descendre, l'invita-t-il.

Une fois encore, Crane préféra garder le silence, autant par vanité que volonté de tenir la nervosité de cet homme à son comble. Il affronta malgré lui une pluie battante et ne chercha pas à s'en protéger outre mesure. Il rabattit les bord de son imperméable et avança en direction du manoir. Un homme, vraisemblablement un majordome arriva vers lui avec un parapluie et le protégea sommairement, surtout en considérant le vent qui balayait l'île.

Enfin arrivé dans le hall, le majordome lui souhaita la bienvenue audiblement et lui demanda son manteau. Jonathan déposa sa valise et enleva précautionneusement son manteau détrempé. On le conduisit ensuite à sa chambre. Le manoir était un étalage intéressant de richesse et de luxe; mais il ne valait pas le dépaysement du manoir Arkham et son architecture gothique qui angoissait les visiteurs et faisait trembler les pensionnaires. Le majordome était un homme plutôt sympathique, en cela qu'il ne cherchait pas à faire la conversation lorsqu'il y avait un silence à peine dérangé par le bruit de leurs pas. Il résumait ses interventions au minimum.

Sa chambre était à l'image du reste de la demeure: luxueuse. Les premiers éléments qu'il remarqua furent un bureau assez grand pour qu'il puisse écrire et lire dessus et une chaise de bureau confortable, le lit arrivait en troisième position sur la liste des éléments importants de la chambré et était potable.

Jonathan eut à peine le temps de poser sa valise et la défaire que l'on vint frapper à sa porte pour le convier au salon. Il regarda sa montre, rajusta sa cravate et tira son gilet. Il remit sa veste et ferma enfin sa porte de chambre. Le majordome l'invita à le suivre. Le salon ne faisait pas déshonneur à la demeure et déjà quelques convives s'y étaient entassés, discutant ou restant assis. Jonathan n'en reconnu pas beaucoup, si ce n'était Oswald Cobblepot, un aristocrate qu'il avait découvert dans les journaux et dont les médecins de l'université et de l'asile parlaient quelquefois. Jonathan s'installa près d'une fenêtre qui donnait sur le déluge extérieur. Le jardin peinait à boire les quantités d'eaux qui lui tombaient dessus. La fameuse invitation à profiter d'un repos à la campagne (qui ne l'avait pas enchanté la première fois) allait subir un petit contretemps.

Crane refusa une boisson alcoolisée que lui proposa le majordome, il s'agissait maintenant de savoir quel était ce fameux club et qui étaient ces trois individus qu'il n'arrivait pas à identifier...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le mystère du club des riches et puissants de Gotham.   Mar 4 Oct - 17:33



Poseidon exercait une bien étrange colère, aujourd'hui, en déchaînant les océans et la pluie. Malgré ce coté agressif, cette pluie avait quelque chose d'apaisant, alors qu'elle tapait contre les vitres de la chambre où elle se trouvait maintenant. Elle avait même prise le luxe de dormir le temps de quelques minutes, au milieu d'un décor qui n'avait plus rien à voir avec les vestiges, voire, les ruines d'Arkham City, ni même avec le coté fantasmagorique de sa propre chambre à l’Opéra.
Bien qu'elle ne semblait pas inquiète, sa solitude la tiraillait, hantait chacune de ses pensées. Etre venue ici n'était pas une mauvaise idée en soi, non, loin de là, mais être venue sans arme et même une seule membre de sa garde n'était en aucun cas réjouissant. Un bon point à tirer de cette affaire, c'est que aucune réflexion ne lui avait été faite sur les quelques vêtements et la poche de sang trouvés dans ses affaires, ce sang ayant servi à la nourrir un peu plus avant de s'embarquer. Dommage qu'elle ait du se délester de sa dague, pourtant habillement cachée dans la doublure de sa cape.

Des gens prudents et avisés, cela allait de soi, et ces derniers avaient gardés un oeil très attentif sur elle, mais à bonne distance et certainement avec une arme caché dans leur veste. Un voyage sans véritable histoire, excepté que la jeune enfant le passa dans une cabine et non sur le bastingage du bateau. Malgré la météo déchaînée, ce fût une arrivée en toute discrétion, ce qui, en finalité, n'était pas plus mal. Aussi bien pour le départ que l'arrivée, Pandora avait gardé un long silence, synonyme à la fois de son interrogation et de son inquiétude quant à l'invitation qu'elle avait reçue. Quelle coïncidence, parce qu'il y'a encore quelques jours, c'était elle qui recevait ce qu'elle considérait comme une possible élite de Gotham et Arkham, et comme de par enchantement, un nouveau venu faisait son apparition en envoyant invitation sur invitation. Il n'en fallu pas plus pour qu'elle se décide à accepter de rendre une petite visite à ce mystérieux personnage dont elle ne savait absolument rien.......seule, sans arme et sans personne.
Qui donc avait été assez fou, ou téméraire pour t'inviter, en prenant autant de précautions, dans l'optique d'éviter un potentiel carnage? Quelle volonté avait été assez puissante pour organiser ce qui semblait être une réunion de personnalités en ne prenant pas en compte que l'enfant était une représentation du mythe des Crocs et de la griffe?
Des questions, encore et toujours, et pas de réponses en vue. La nervosité aurait pu atteindre un seuil élevé, mais il serait de bien meilleure augure de ne rien laisser paraitre.

La pluie des plus violentes ne faisait aucunement peur à l'enfant démone. Cela n'était qu'un détail parmi tant d'autre, un détail qu'elle avait affronté si souvent, sans protection, dans une époque lointaine, empli de haine de chimère et de miséricorde passé, un monde qu'elle ne souhaitait plus connaitre, un passé qui la détruisait lentement, ne laissant que la simple optique d'une vengeance bien préparé....Ce jour viendrait bientôt, mais pas aujourd'hui.

Les grandes portes franchies, l'enfant, cachée sous sa cape fût accueillie par la majordome qui lui demanda son long manteau. Le silence dont elle fît preuve était signe de refus, ce qui posait déjà une certaine tension palpable à sa simple présence. Elle ne fit pas la fine bouche pour ses sacs que la majordome porta à bout de bras en lui faisant la discussion. Le regard de l'enfant s'attardait sur beaucoup de petits détails: la décoration, l'éclairage, le style architectural, certainement du 18eme ou 19eme siècle, avec quelques tapisseries et tableaux probablement hors de prix, qui ornaient les murs des couloirs.
Le chemin lui parut long, sans fin, et les paroles du majordome inondaient son esprit malgré son refus de l'écouter.
"Assez, tais toi, ne dis plus rien, porte mes affaires et marche"....elle aurait voulue lui dire, lui hurler de la boucler une fois pour toute. Ce comportement de sa part aurait très certainement été puni sévèrement par le propriétaire des lieux, et Pandora avait appris avec le temps qu'il ne fallait jamais offenser, de quelque manière que ce soit, le maître de maison, même en s'en prenant à sa majordome.
Oui, ce lieu la mettait mal à l'aise. Il n'avait plus rien à voir avec la beauté ténébreuse de l'Opera, et son architecture baignant dans la Ténèbres, un lieu de mystère où les voix des trépassés murmuraient de bien sombre mélopées, un lieu que certains auraient pu appeler cela "L'Enfer".....Pandora, de son coté, appelait cela "Chez elle".

La chambre, plutôt bien décorée, lumineuse, possédait également ce style 18eme/19eme siècle, doté d'un bureau et surtout d'un lit, élément essentiel au repos de la jeune tueuse. Un plafond de bois vernis, et dont la lumière se reflétait avec grâce et volupté sur les poutres. Le sol, était un parquet en bois, également, tout aussi clair et lumineux que le plafond. Une commode et un bureau étaient également disposé respectivement près de la porte et de la fenêtre, ayant une vue sur le mer.
Elle ne s'attarda pas sur le détail plus longtemps et fis la première chose qui lui traversait l'esprit depuis un moment: S'allonger et se reposer, alors qu'elle venait de dégrapher sa cape et enlever son long manteau noir, et ce afin de profiter pleinement du confort de ce sanctuaire. La douceur des draps en flanel avait quelque chose d'enivrait, presque onirique, comme un arrière gout du paradis et il ne fallu quelques minutes pour que les images dystopiques et fantasmagoriques des rêves envahissent son esprit, des images d'un monde livré à sa volonté et celle de ses frères et soeurs, un monde où les criminels, les destructeurs et les vrais monstres étaient jugés et executés....un rêve qui ne se concrétiserait jamais, et qui ne dura pas longtemps dans l'esprit de l'enfant, extirpé de son rêve par un enchainement de bruits sourds et rapide.

La pluie sur la vitre? L'orage? Rien de plus que la majordome qui venait la chercher pour la convier au salon.
Déjà? Mais combien de temps avait elle dormie? Quelques minutes? Une heure, voire deux? Etait elle aussi fatiguée pour que Chronos lui joue une nouvelle facétie?
Sans un mot, le majordome la vit entrer dans la salle de bain, dans l'optique de se changer, ce qui prit quelques minutes qui lui parurent certainement longues et interminables. C'était ainsi: les femmes aimaient se faire désirer.
Lorsqu'elle en ressortit, elle était habillé d'une longue robe noir en soie, un corset plutôt serré mais confortable, et une nouvelle cape noire qui dissimulait habillement son visage mais laissait paraitre un collier et un étrange tatouage autour du cou, qu'on aurait pu prendre pour une vulgaire cicatrice de ces films d'horreur clichés.
Un mouvement de la tête permit au majordome de comprendre qu'il était temps d'y aller.

Spoiler:
 
5 minutes plus tard et après avoir retraversé un ensemble de couloir presque semblable au dédale de Thésée et du Minotaure, elle fût enfin menée au salon de réception. Le rouge était une couleur prédominante mais dégageant une chaleur accueillante, que ce soit pour ses rideaux, ses fauteuils et même le canapé. Le buffet était de la partie mais n'avait pas reussi à attirer plus que cela le regard de l'enfant, ce dernier ainsi que son visage habillement dissimulés sous sa cape, comme si les ombres communiaient avec elle, malgré la lumière intense de cet endroit. Comment la reconnaître, pour des protagonistes comme le Pingouin, ici présent, ou encore, le Docteur Crane, que la jeune enfant fût surprise de retrouver ici. Cela la confortait dans l'idée qu'elle avait bien choisie ses alliés car qui que ce soir le propriétaire de ces lieux, il avait su voir en le Docteur Crane, un être doté d'une intelligence et d'une valeur hors norme, un personnage qui avait tout aussi bien sa place qu'un autre dans l'élite de Gotham, contrairement à des pouilleux comme Shreck.
Quant aux 3 autres personnes, elle ne les connaissait absolument pas: Un homme, certainement d'origine afro américaine, mais avec un gabarit impressionnant et affichant un air severe, une femme plutôt agée dont Pandora n'avait aucun indice sur l'identité, et une autre femme, plutôt jeune, affichant des traits ravissants sur lesquels elle s'attarda un moment, avant de tourner son visage vers le majordome, lui faisant un signe affirmatif de la tête, avant d'aller prendre place sur un des nombreux fauteuils, en silence, en se demandant si quelqu'un la reconnaîtrait sous son petit déguisement de sombre princesse. Elle posait un regard presque amusé sur le Docteur Crane, en se demandant si il allait l'approcher ou si il resterait à bonne distance. Quant au Pingouin, il valait mieux pour lui éviter de trop approcher. L'enfant n'avait peut être pas d'arme sur elle, mais ses mains feraient parfaitement l'affaire en cas d'agression, bien qu'il semblait plus interessé par le buffet qu'autre chose.
Malgré sa petite taille, ses vetements et le voile de mystère qui l'entouraient lui donnait plus l'allure adulte que celle d'une enfant.....un enfant qui apprenait plus vite et était bien plus agée qu'on ne pourrait le croire. Pour certains, tout allait bien avec cette personne.....et pourtant, il y'a quelque chose qui ne va pas avec Pandora, comme cette petite lumière rouge qui émanait de sous sa cape, cette lueur rouge, très faible, mais qui gardait un oeil sur l'Assemblée, une lueur qui disparut aussi vite qu'elle était apparue. Et à l'instant présent, pas un mot ne sortit de sa bouche.

Revenir en haut Aller en bas
Bats

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 05/03/2011
Nombre de Messages : 3802
Vous à Gotham : Chevalier Noir

MessageSujet: Re: Le mystère du club des riches et puissants de Gotham.   Ven 7 Oct - 23:18

La porte du Manoir fut ébranlée par une brusque bourrasque de vent. Les vitres, le bois tremblèrent de la violence du grain, et frappèrent lourdement les battants et les murs autour quand une main mal avisée les poussa pour pénétrer à l'intérieur. Alors qu'un éclair zébra le paysage extérieur, une silhouette grande, sombre et austère se dressa devant les invités. Calme, silencieuse... imposante.
L'homme, habillé d'un costume sombre avec un gilet gris et une chemise blanche, était trempé malgré le parapluie qu'il égouttait à l'extérieur. De profil, il semblait ne pas s'intéresser pour le moment aux personnes présentes. Cela allait changer.

Il releva des yeux durs, cachés derrière un sourire aimable, vers eux. Tendant son parapluie au majordome qui accourait pour fermer la porte et s'en emparer, il parla d'une voix calme et posée, son regard sautant d'interlocuteur en interlocuteur, aussi froid que celui d'un serpent. Il les reconnaissait, presque tous. Et ce manque était déjà trop pour lui.

"Mesdemoiselles, madame, messieurs, bonsoir. Certains visages demeurent familiers, et certaines présences sont étonnantes, mais je crains que d'autres me soient inconnus. Je suis Bruce Wayne, je pense que vous avez dû me reconnaître. Je suis enchanté de vous retrouver ici."

Une vieille présentatrice d'émissions de jeunesse. Crispus Allen, détective tenace, sévère mais juste et honnête du G.C.P.D. Oswald Cobblepot, criminel notoire, sadique dangereux qui avait récemment décider d'attaquer la finance et l'économie par un versant plus légal et plus efficace. Jonathan Crane, docteur en psychiatrie, spécialiste des comportements déviants, lui-même déviant et psychotique. Une jeune fille bien trop jeune pour être habillée ainsi et être présente ici. Et Silver St Cloud, la raison de sa présence ici.

Tout d'abord, Bruce affligea de ne pas la reconnaître, même s'il avait de suite trouvé la mince et attirante silhouette blanchâtre de celle qui avait beaucoup compté pour lui. Il ne se serait pas déplacé si elle n'avait pas insisté : piqué au vif par cette ancienne flamme qui tenait tant à l'amener au club des riches et puissants citoyens de Gotham, une organisation sélective qu'il connaissait de nom... mais n'avait rien trouvé d'autre.
Si Silver avait été à l'origine de son intérêt pour ce rendez-vous, le mystère entourant cette communauté avait achevé de le convaincre de venir. Et la présence du Pingouin et de l'Epouvantail ne faisaient que le conforter dans son choix. Quelque chose était spécial, dans ce club - et il allait découvrir quoi.

Calmement, il tendit son invitation au majordome alors qu'il voyait, du coin de l'oeil, Silver attendre impatiemment qu'il la remarque. Après un salut aux personnes présentes, Wayne monta calmement les escaliers pour rejoindre la chambre qu'on lui avait indiqué, toujours sans relever la présence de la jeune femme. Leur dernière rencontre avait été houleuse, de son côté à elle, et la faire mijoter était une manière de concilier l'utile et agréable.

Dès qu'il fut dans sa chambre, il ferma les portes et vérifia son téléphone : sans réseau, évidemment. Ayant préparé sa venue, il avait arrangé une rencontre avec Alfred et Lucius Fox de l'autre côté de l'île en cas de souci, pour recevoir son "colis"... mais il devait les alerter pour cela, et rien ne le permettait. Peut-être que la tempête se calmerait, peut-être que ses alliés déposeraient le costume au point de rencontre ; à ce moment-là, il lui suffirait de s'y rendre discrètement plus tard. Cependant, il détestait ces incertitudes et se sentait comme nu sans son attirail et ses armes.
Soupirant, récupérant dans sa valise de nouveaux vêtements, copies propres de ceux qu'il avait portés, Bruce se changea et descendit quelques secondes plus tard, parfaitement habillé et élégant.



Il refusa poliment toute boisson et tout rafraîchissement et offrit enfin un large sourire à Silver, avant de se tourner vers les autres. Un véritable nid de crabes, et très hétéroclites. Rien de rassurant, même si le ton assuré et calme faisait croire le contraire.

"Bien... et que va-t-il se passer, maintenant ?"

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t5310-the-batman
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le mystère du club des riches et puissants de Gotham.   Dim 9 Oct - 19:30

Les Riches et Puissants.

Le Docteur n'avait rien de tout cela. Certes ses études poussées et son amour intarissable pour la recherche lui pourvoyaient largement de quoi vivre confortablement, mais jamais il ne s'était considéré comme quelqu'un de riche. Quant à la puissance, certes il possédait son propre laboratoire de recherches et disposait d'un espace conséquent au zoo de Gotham pour ses observations et expériences, mais cela ne constituait qu'une puissance tout à fait limitée.

Voilà pourquoi il fut fort surpris de recevoir une invitation de la part d'une organisation aussi selective quant à ses membres. Peut-être était-ce là une plaisanterie ou même une tentative d'escroquerie.

Néanmoins, le Docteur était atteint d'un mal des plus incurables, un mal profond qui frappait nombre de ses semblables. Depuis sa séparation de fait d'avec Francine, il s'ennuyait. Cet ennui le rongeait de plus en plus et l'orientait de plus en plus vers de sombres pensées, menaçant à chaque moment de pousser l'Autre, la Bête, à ressurgir. Il avait contenu ce (désir) trouble du mieux qu'il pouvait depuis plutôt longtemps mais il devait savoir également se distraire s'il ne voulait pas devenir tout à fait fou et incontrolable.

C'est pourquoi il avait répondu présent à cette invitation aujourd'hui. Il ne savait réellement pas à quoi ni à qui s'attendre. Sans doute une société qui cherchait à obtenir quelque richesses de la part de vieux riches gâteux. Il ne se sentait pas dans la cible potentielle aussi ne se méfiait-il guère. Au pire (je suis là) il pouvait très bien couper court et rentre chez lui s'occuper de ses pensionnaires.

La météo en avait décidé autrement !

Quel temps abominable ! Une véritable tempête frappait l'île, le retour ne serait pas pour tout de suite. Il y avait grand à parier qu'il aurait à passer la nuit en ce lieu.

Lorsqu'il entra dans le somptueux manoir, il constata que chacun vacait à de vagues occupations. Il reconnut celui qu'on nommait le Pingouin, un criminel notoire qui dissimulait plus ou moins bien ses desseins sous les atours d'un gentleman. Une très jeune fille se trouvait là, étrange et même inquiétante. Un homme qui ressemblait à un policier en civil, il pouvait le jurer, se trouvait dans un coin, ainsi qu'une présentatrice d'émissions pour enfant dont le nom lui avait échappé. Il se trouvait également là un homme grand et très maigre, pas plus épais qu'un fétu de paille, une très jolie femme, peut-être une actrice ou un mannequin sirotait un cocktail non loin. Celui qui le frappa le plus par sa présence était l'homme qui descendait les marches en face de lui : Bruce Wayne ! Ni plus ni moins !
Le Docteur Langstrom l'avait rencontré une fois par le passé, le milliardaire l'avait contacté pour décrypter les cris de chauves-souris qui peuplaient sa cheminée, peu de temps après qu'il ne se soit découvert sa seconde nature. Il fut autant étonné que rassuré de voir cet homme. D'accord le Docteur n'avait rien de commun avec lui, mais il apportait par contre une crédibilité renouvelée à cette invitation. Un tel personnage ne se serait pas déplacé pour une invitation peu sérieuse.

Tout d'un coup il se sentit un peu déplacé. Il portait lui même un costume qui aurait été très élégant dans les années 50, sa mise dénotait une grande fatigue, comme souvent, et ses cheveux brun-roux n'étaient pas très bien coiffés. Il ressemblait tout à fait à un savant fou de film en noir et blanc qui tenterait de jouer les mondains. Mal à l'aise, il accepta avec un léger soulagement une coupe d'excellent champagne avant de saluer les invités avec simplicité.

-Bonsoir à tous, je suis le Docteur Langstrom, ravi de faire votre connaissance. (ne me poussez pas à déchirer votre peau délicate)Il eut un sourire nerveux, mais plus appuyé en direction de Bruce Wayne, espérant un peu de sympathie de la part de ce visage plus familier. Mais l'homme d'affaire semblait plus intéressé par la jeune femme qui était tout à fait slendide reconnût-il.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le mystère du club des riches et puissants de Gotham.   Mer 19 Oct - 12:03

James avait cru à une blague lorsqu'il avait reçu l'invitation. Il avait l'habitude d'être invité à des événements officiels de la ville et parfois certaines manifestations mondaines. Mais ce type d'invitation était peu ordinaire. Après s'être assuré que ses collègues ne lui avaient pas joué un mauvais tour, il décida de lancer une enquête sur le club. Le lieu existait bien et semblait donner dans l'élitisme, une sorte de rotary club à la sauce Gotham. Gordon était franchement intrigué. En tant que fonctionnaire influent de Gotham, il n'avait jamais versé dans le caritatif sauf pour le bal des œuvres en faveur des orphelins de la police et il avait une sainte horreur de la politique.

Le plus étonnant était que, peu importait les registres ou les indics, aucun nom ne pouvait être rattaché à ce club. James prétexta à ses inspecteurs que l'affaire devait être importante, mais c'était plus sa curiosité que sa conscience professionnelle qui l'amena à accepter l'invitation. Ramirez et Bullock tentèrent de l'en empêcher en lui expliquant que ça sentait "le moisi". Ils avaient sans doute raison. Mais Jim les rassura en leur expliquant qu'au moins ils savaient où il se trouvait. Et puis, de toute façon, il occupait ses weekends comme il l'entendait. Il prépara sa valise en laissant son revolver dans son tiroir à son grand regret. Après une toilette brève et avoir enfilé des vêtements propres, il partit prendre le ferry.

Sur le bateau, il prit un chewing-gum pour effacer l'odeur du vomi qu'il venait de lâcher dans les toilettes. James préférait la terre ferme et la tempête malmenait tant l'esquif que son estomac. Arrivé dans l'immense demeure, il était trempé. Il pleuvait tellement qu'il n'avait pas pu évaluer la bâtisse de l'extérieur. l'intérieur était gigantesque et somptueux dans un style début du siècle. C'est dix petits nègres ou quoi ? Un majordome le conduisit à sa chambre, fidèle au style du reste du manoir. il se jeta sur une serviette dans la salle de bain pour se sécher et se brosser les dents.

Enfin présentable, il descendit au salon. Sur le chemin, il questionna le majordome sur son hôte... sans succès. L'employé de maison lui demanda s'il souhaitait boire quelque chose. Jim demanda un scotch. Arrivé au salon, il ne fut pas surpris de voir Wayne, habitué de ce genre de soirée, pas plus que Cobblepot qui aimait trainer ses guêtres d'escroc dans les soirées mondaines. Par contre, il s'étonna de la présence des dr. Langstrom et Crane. Le weekend promettait.

Bonsoir tout le monde ! Son scotch lui fut servi, sans glace comme il l'avait demandé. Il avait besoin d'une bonne dose de courage.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le mystère du club des riches et puissants de Gotham.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le mystère du club des riches et puissants de Gotham.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le mystère du club des riches et puissants de Gotham.
» Club de medecine
» Club de Shogi
» Achats groupés club?
» Parties / Campagnes / jeux / Activités au Club :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Flash-back / Réalités alternatives-