RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 La naissance de la danseuse des ombres ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: La naissance de la danseuse des ombres ...   Lun 19 Sep - 17:28

L'enfance

-Susy, Susy !! Attends moi, crie Carolyn.
Les deux fillettes jouent au milieu des fleurs, leurs cheveux d'ébène flottants dans le vent mélancolique. L'odeur des fleurs et le chants des oiseaux se perdent entre les branches de la clairière.
-Viens Carry , m'exclame-je en riant, Anna a fait du thé et des gâteaux, je les sens d'ici !
Me retournant j'attendit ma sœur, cependant, parvenue a ma hauteur je lui glissais une fleur dans ses cheveux et déposais un baiser sur sa joue rougie par l'effort.

Le froid mordant de l'hiver se prennent dans nos vêtements de chanvre, mon bâton de bambou s'entrechoc avec celui de ma sœur, je la vois qui peine, a suivre mon rythme, je ralentis. Son nez me semble gelée, ses lèvres son bleues, son regard clair ne laisse pas paraitre ses émotions devant le maitre, je retiens mes coups inlassablement. Je fait semblant de trébuché, je redresse, reçois son coup sur mon coude déjà couvert de bleu. Je suis la plus forte depuis toujours, plus endurante, plus résistante, mais moins déterminée. Elle veut que l'on deviennent els meilleures protectrices du villages. L'éducation est rude, le fouet de l'entraineur mordant. Carolyn a la santé fragile, elle as encore attrapé un rhume. Je ferme els yeux, repensant a cette nuit. Elle pleurait dans son sommeil, je l'ai prise dans mes bras pour la rassurée, j'ai allumé une bougie et je lui ai donné ma couverture, je la sers contre moi, mon nez se perdant dans l'odeur de ses cheveux. Elle a faim. Doucement je me sépare d'elle est soulève doucement la latte du plancher, lui offrant le pain que je n'ai pas mangé et que j'avais cacher. Elle le prend et me souris faiblement. Un rat viens et elle lui donne un morceau. Carolyn est si douce, et si gentille.


L'automne maintenant, les feuilles vêtus d'or et de vermeilles s'envole dans les bourrasque, les genoux sur le manche du balais, les épaules ployant sous les poids de sacs de riz, nue, j'encaisse sans broncher els coups de fouets qui me morde violement. Carolyn a casser le grand vase de cristal en tombant et j'ai dit que c'était moi. On as emmené carry loin de moi dans la cuisine ou elle épluche des oignons qui la font pleurer. Mais c'est toujours mieux qu'ici.

L'hiver de nouveau, je m'entraine encore aux armes, moi et susy avons battus tout les garçons du village. Nous sommes les plus fortes. J'ai battu notre ancien maitre. Il est temps pour nous de commencez notre voyage. Nous devons partir éprouver notre force dans l'arène. J'ai aider Carolyn a être plus forte mais elle reste cependant bien faible a coté de moi, j'en ai conscience mais je le cache. Mes heures de solitudes a encaisser les punitions pour deux et les heures d'entrainement supplémentaire mont forgé l'âme au fer rouge. Je ne crains plus les coups ni la torture depuis bien longtemps. Les poisons que m'a forcé a boire notre ancien maitre m'en ont désormais immunisé. La souffrance n'est plus un fardeau, elle est devenue mes ailes.

L'arene

Les combats se succèdent jours après jour, en une longue Lituanie monotone, ma sœur et moi nous vainquons tout sur notre passage. Lors de mes face a face avec elle je retiens mes coups, nous offrons nos corps au public en liesse. Friand de voir deux sœurs contraintes a s'affronter, et a faire couler le sang de l'autre. Carolyn fait son maximum pour me toucher, mon sang coule, mais ce n'est que superficiel. Sa peau a elle est immaculé, aux yeux des profanes, elle semble excellée. Cependant en coulisse sa santé me préoccupe toujours, je n'ai plus qu'elle au monde. D'un signe des paupière elle me fait comprendre qu'elle va frapper a gauche, je me détends d'un seul coup, et la laisse me frapper au flanc, elle m'effleure a peine, faisant couler juste ce qu'il faut pour faire croire qu'elle essaye réellement de me tuer. Un frémissement de la bouche me prévient qu'elle va mettre sa botte a exécution. Sa lame frappe la mienne violement, elle attrape mon poignet vulnérable et je lâche mon arme, elle tord mon bras sans me faire mal, et je tombe a genoux, déclarant forfait pour la énième fois.

Le sang

Mes mains sont rougies d'un liquide poisseux au gout de fer, emplissant l'air de sa puanteur. Elle est la allongée devant moi, le visage blanc semblable aux spectre, ses yeux vides et ses lèvres déjà bleues de froid montrent que la mort la déjà emportée. Je suis seules écoutant le blizzard qui se joint a mon cri d'agonie. Je suis un animal blessé. Son sang, son sang si rouge sur mes mains et mon visage. Mes doigts collés a sa poitrine, ôtant le poignard de son cœur, empêchant le sang de s'écouler d'avantage, ma bouche rivée a la sienne, tentant de la ramenée a la vie. La neige autour de nous n'est rien d'autre qu'un lac rouge souillé par un meurtre odieux. Cela fait des heures que je m'acharne sur elle, je suis épuisée. La vie la quittée depuis longtemps, mais je ne peux me résoudre a abandonnée. J'entends encore ses mots : Je t'aime. Des mots qu'elle a été la seule a me dire, et a éprouvé. Je ne veux plus rien entendre de cet amour, il me fait trop mal.

Le soleil se lève déjà. Je me redresse, dégainant mon katana je me met a marteler le tronc d'un bambou, un par un ils tombent, je construit un radeau avec la chanvre de ma veste. Le lac est tout proche. Je glisse le corps de ma sœur sur le radeau, et le tire vers l'eau, ramassant une branche de bambou je lui en fit un diadème comme lorsque nous étions enfants, elle ressemble a une princesse. Doucement je la lave, enlevant le sang séché de son visage, déposant sa veste sur elle, cachant le reste. Poussant son lit sur l'eau, je lui glisse sur les yeux deux pièces d'or que j'avais voler pour acheter de la pommade pour ses bleus. Elle n'en aura plus besoin. Prenant un morceau de ^pain de ma sacoche je lui déposait dans la main. L'eau l'emporte loin de moi, bandant mon arc je lançais sur le radeau mes traits enflammés. Mes larmes coulent encore, et gèlent sur mon visage aussi blanc que le sien. Bientôt le feu dispersera ces cendres, et son âme rejoindra nos ancêtres. Je regardait le feu jusqu'a ce qu'il cesse. Puis partit sans me retourné, serrant dans ma main le bouton a l'effigie du dragon .
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: La naissance de la danseuse des ombres ...   Mar 20 Sep - 22:34

Sur les traces du passé ...

Cela fait bientôt un an depuis la mort de ma sœur, régulièrement ce souvenir hante mes nuits. Mais l'heure est a la chasse, Sautant de toit en toit dans ma combinaison de cuir, je suis l'homme dans la ruelle sombre, sautant brusquement au sol face a lui je lui fait face, mon visage plongé dans les ténèbres. La lumière d'un lampadaire solitaire éclaire un bout de trottoir non loin de la, une poubelle tombe, renversée par un chat squelettique. Fracas métallique dans le silence nocturne.

-Vous êtes perdue mademoiselle ?

Je dégaine brusquement mon poignard, la plaçant sous son menton, au niveau de la pomme d'Adam. Tendant ma paume ouverte sur le bouton a tête de dragon.

-Qui est l'assasin de Carolyn.

Un instant son visage montre une incrédulité, puis peu a peu le passé reviens a la surface, il reconnait le prénom, puis l'arme dans ma main, et le bouton et il leva la main nullement effrayé.

-Susan, je ne suis pas la bonne personne, l'assassin n'est autre que cravat. Si tu veux te venger suis moi et je te mènerai a lui.

Rengainant son arme elle le suivit, s'enfonçant peu a peu dans la ville basse. Ils entrèrent dans un repaire malfamé. Prient un verre et attendirent. Brusquement un bruit les alerta, une bagarre dans l'arrière cour faisait rage. Ils se levèrent et se jetèrent dans la mêlée. Cravat était la, elle tentait de se rapprocher mais elle avait beau trancher, un obstacle surgissait toujours devant elle. Soudain un coup de feu partit, et Cravat s'effondra, elle se jeta sur lui en hurlant, et le poignarda sans relâche, éclaboussant les mercenaires autour d'elle. Prenant peur devant cet animal sauvage ils se dispersèrent, bientôt seul resta Richard dragon. Il patienta que je me calme. Me relevant brusquement je lui fit face.

-Il a été tuer dans cette mêlée ! Par un autre que moi ! Le crime de ma sœur reste impunie !

--Susan, ce n'est pas le vrai coupable, il n'est qu'un assassin, viens avec moi et enquêtons, nous découvriront qui est le véritable responsable ! Ensemble !!!!

Je le suivis, et un an s'écoula a nouveau, ou Richard tenta de m'inculquer des principes philosophique dont je me moquais, j'appris cependant e nouvelles tactiques martiales. Et peu a peu l'élève dépassa le maitre une fois de plus.
Notre enquête nous mena au commanditaire : David Cain . Je quittais Richard et ben Turner et me lançais a sa poursuite, seule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: La naissance de la danseuse des ombres ...   Mer 21 Sep - 10:04

La danseuses des ombres

Elle s'avança au bord du toit, tout avait l'air calme, deux gardes surveillait l'entrée principale du repaire. Elle repéra également plusieurs camera et deux chiens. Ce serait du gâteau. Sa fureur froide faisait d'elle une adversaire redoutable, aussi bien entrainée a tuer avec des armes diverses et improvisées qu'avec son corps. Elle était une arme a elle seule.

Elle sauta par dessus la clôture, dans la partie ombragée. Ses pieds parfaitement entrainé n'émirent aucun bruit, même pour l'oreille fine des chiens. Se déplaçant d'ombre en ombre elle parvient a une fenêtre fermée, prenant appuis sur le rebord, elle commença a s'élevé, se déplaçant agilement a la verticale, restant cacher dans les ombres du relief, au 5eme étage du vieux manoir une fenêtre était restée ouverte, et sans surveillance. Elle s'engouffra dans la demeure. Il faisait sombre, bien plus sombre qu'a l'extérieur, éclairé comme en plein jour par la pleine lune. La poussière lui chatouilla le nez. Ses yeux entrainés repèrent très vite les objets. Posant sa tête sur la serrure elle bne vit aune lueur et aucun son ne résonnait a part celui d'une souris quelques part sur sa gauche. C'était étrangement calme, pourtant son indic lui avait certifié qu'il serait la, étrange. Elle poussa la porte doucement, et s'avança dans le corridor, deux ombres surgirent et l'attaquèrent, elle sourit, se baissant agilement, les deux hommes se heurtèrent de plein fouet. Elle leur attrapa un bras a chacun est les brisa sans effort, au même moment quelque chose mordit férocement sa cuisse. Elle lâcha les deux hommes, et attrapa la fléchette, et la retira d'un coup sec. Le liquide narcotique avait déjà pénétrer son corps, il lui restais approximativement 3 minute avant qu'elle ne s'effondre, malgré son entrainement vu la dose. Deux autres fléchettes fusèrent qu'elle para de sa dague, mais un autre tireur embusqué de l'autre coté tira en même temps, couvrant le son des siennes par les autres. Elles se fichèrent dans son autre cuisse. Elle les ôta, sa main lâcha les deux seringues, et elle glissa le long du plancher, son corps refusait de bouger, cependant elle était encore consciente. Son corps luttait admirablement. La lumière se fit, l'éblouissant un instant.

Un homme se dressais devant elle, beau et athlétique. Il fit signe aux autres hommes de partir. Il ramassa la jeune femme, et la porta jusqu'a une autre pièce, éclairée d'une lumière tamisée. La déposant sur le lit il s'aperçu qu'elle était encore consciente.
Un sourire sadique illumina son visage. Il caressa son visage et Susan trouva encore la force de lui cracher a la figure. Il la frappa violement au visage, tout en essuyant la salive. Sauvagement il attrapa ses poignets et els ramena au dessus de sa tête avant de la contraindre a l'embrasser, ses mains parcourant son corps sans qu'elle ai la force de l'empêcher.

-Tu m'appartiens désormais. Oui j'ai tué ta sœur, elle te ralentissais ! Tu m'y a obligé, tu es la seule coupable, fit-il en l'embrassant de nouveau.

Il arracha brutalement les boutons du corset de cuir de la jeune femme et embrassa sa poitrine, la révulsant a nouveau.

-Je te dégoute pas vrai ? Je sens la peur en toi. Tu es toujours aussi faible. Je vais devoir te punir une nouvelle fois, tu donneras naissance a notre enfant, et une fois qu'elle aura quitter ton ventre je te l'arracherais des bras, elle deviendras une combattante. Plus jamais tu ne la verras, et si tu l revois je la torturerais avant de la tuer. Tu es trop faible Susy, il prononça son surnom avec une cruauté bestial.

Elle essaya de se dégager mais l'effort failli lui faire tourner de l'œil, il la mordit sauvagement dans le cou, la faisant crier de douleur. Les narcotiques aliénait sa volonté et ses forces, elle ne pouvait même plus parler.

-Je ne te laisserai pas te sauver dans les limbes de l'inconscient, tu te rappellera a jamais de cette nuit.

Il mordit sa poitrine, la faisant encore crié. Il trancha son short de cuir, et ses sous-vêtements de dentelles. Elle était nue face a lui.

Cette nuit la elle perdit sa virginité dans la sauvagerie, elle semblait rester de marbre, elle ne cria plus, ne se débâtit plus, mais ses yeux la trahissais. Lorsqu'il l'abandonna, son corps endolorie et bafoué était couvert de bleu et de sang. Il l'avait frapper de manière a ce que cela ne se voit pas. Etranglée a moitié quand il avait joui en elle, éclaboussant l'intérieur de son ventre meurtri par ses assauts destructeurs d'une semence immonde.

Il la séquestra ainsi pendant 9 mois. L'enfant naquit prématuré. Chaque jour il l'entravait, ne pouvant se permettre d'utiliser de narcotique sur l'enfant. Il l'a brisait mentalement chaque jour un peu plus, jusqu'a ce qu'elle devienne passive. Il attachait des foulards a son cou pour cacher les traces de ses mains, la vêtissait de longues robes blanches qui tombait sur ses pieds nus. Elle accoucha dans leur chambre qui était devenue sa prison. Il lui laissa a peine le temps de voir l'enfant, juste le temps qu'elle la bâtisse : Cassandra, le nom de sa grand-mère. Il lui prit des mains, et s'en alla avec, la confier a une nourrice. Elle resta encore alitée une heure, demandant a voir l'enfant, promettant de la former pour lui. Elle le frappa au visage, preuve de son insoumission, et il lui dit qu'elle ne la revera jamais. Elle sauta par la fenetre et s'enfuie.

Elle jura alors de se venger, peu importe le temps que cela prendrait. Elle n'avait que 18 ans, et elle avait dèja perdu jusqu'a son âme.

Elle devient une assassin froide et implacable, tuant comme elle respirait. Poursuivant sa soif de vengeance. Peu a peu elle renforça son cœur, l'emprisonnant au plus profond d'elle pour le proteger. Elle devient Shiva : la danseuses des ombres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: La naissance de la danseuse des ombres ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

La naissance de la danseuse des ombres ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Ombres
» Présentation de Myrä la danseuse [Validée]
» Le clan des Ombres
» Daphnée Astrann [Danseuse]
» Sherynna Limiesh [Garde du corps & danseuse]]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Flash-back / Réalités alternatives-