RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 THE FALL Aftermath 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feu Quincy Sharp

PNJ
avatar

Date d'Inscription : 08/06/2011
Nombre de Messages : 42
Vous à Gotham : Ancien maire de Gotham City, ancien conseiller spécial à la mairie, ancien Directeur de l'Asile d'Arkham. Assassiné par le Batman.

MessageSujet: THE FALL Aftermath 2   Mar 13 Sep - 23:21

(HJ/ Chronologiquement, nous sommes une dizaine d’heures après THE FALL 4 et quatre environ après THE FALL Aftermath concernant Catman et NKVDemon. Comme indiqué dans ce dernier sujet, les images muettes de la mort de Catman ont été diffusées à la télévision et dans la presse dès le matin.
Les éditions matinales des médias papier, informatique et télévisuel ont également fait état des événements de THE FALL 4. Tout le monde sait donc maintenant que Killer Croc a enlevé et mutilé Batman, mais personne n’a de nouvelle de lui depuis son étrange disparition. Vous pouvez réagir à ce sujet. Bonne lecture et bon jeu ! /HJ)

Les journalistes s’étaient levés et avaient embarqué pour l’Hôtel de Ville de Gotham City avant même de passer au bureau. Ils n’avaient même pas eu besoin de récupérer leur invitation pour la conférence de presse de Quincy Sharp : ils savaient que le maire par intérim ne resterait pas sans réaction devant les événements de la veille, de la nuit et de la mâtinée.

A onze heures, tout ce qui avait une carte de presse ou un blog se trouvait devant le parvis de l’Hôtel de Ville, attendant impatiemment les quelques paroles qui feraient le buzz dans quelques minutes. Ils avaient tous que Quincy aimait trop parler et diriger pour laisser la ville, et Arkham City, sans les éblouir de son « autorité ».
Une clameur sourde accueillit l’ouverture des portes et la sortie des vingt gardes du corps. Sharp avait augmenté leur nombre suite aux derniers événements, et il attendit plus longtemps que d’habitude avant de sortir.

Sa démarche était toujours aussi lente, difficile et digne d’un obèse. Ses yeux vitreux fixaient chaque visage devant lui, chaque coin de rue et de bâtiment comme s’il cherchait un sniper ou un tueur prêt à lui sauter à la gorge. Il avait peur, il était terrifié même, mais il continuait à avancer vers le présentoir installé pour lui.

Cette fois-ci, Joshua Foster n’avait pas fait le déplacement pour annoncer les mandats d’arrêt concernant Batman et Bruce Wayne. Quincy était seul face à une foule impatiente, et il n’était pas à l’aise. Il se força cependant à dépasser son malaise et à parler de sa petite voix fluette.

« Bon… bonjour à tous. Comme vous vous en doutez, je ne pouvais rester sans réagir après les événements de la nuit et de la mâtinée. Résumons-nous : hier, comme tout le monde, j’ai appris que le hors-la-loi connu sous le nom de Batman a été vaincu, mutilé et fait prisonnier par un adversaire inconnu. Cette nuit, il a été exposé aux criminels d’Arkham City à l’ancien asile par son vainqueur, l’ancien maire de notre ville, Waylon Jones, malheureusement connu sous le nom de Killer Croc.
D’autres hors-la-loi, des alliés de Batman, sont intervenus pour le secourir. Beaucoup de sang a été versé, beaucoup de personnes ont été blessées, et Batman a disparu. Des mesures ont été prises, en lien avec les autorités d’Arkham City que sont Max Shreck et le docteur Hugo Strange, pour enquêter sur ces événements. Les résultats vont seront évidemment communiqués, mais ce n’est pas l’objet de mon intervention de ce jour. »


Ses mains se crispèrent sur le présentoir. Quincy avait chaud, se sentait mal mais devait tenir. Il jouait sa crédibilité ici, il jouait la sécurité qu’il offrait aux habitants – il ne pouvait pas les décevoir.

« Batman a disparu, en effet. Et ce matin, un mercenaire surnommé Catman, en réalité Thomas Blake, a été abattu par un inconnu, un nouveau criminel dans notre ville. Vous rendez-vous compte ? Le hors-la-loi suspecté du meurtre d’Alfred Pennyworth a été exposé comme une bête : ce n’est pas acceptable. Un mercenaire a été abattu en pleine rue par un homme croyant qu’il avait tous les droits : ce n’est pas acceptable.
Même si les victimes sont des criminels, même s’ils ont leur place en prison ou pire encore, il n’est pas acceptable qu’ils soient traités ainsi. Nous avons un système judiciaire, nous avons des lois, et si les règles peuvent être améliorées, elles se doivent d’être respectées ! Notre fonctionnement n’est pas parfait, mais il est ce que nous avons de mieux ! Et la vengeance, la torture, l’humiliation, la mutilation et le meurtre en pleine rue ne seront jamais acceptés dans cette ville ou dans Arkham City ! Même si Arkham City est une cité où vivent les criminels et les éléments les plus dangereux de notre population, je n’accepterai pas que leurs exactions troublent Gotham City ! Je n’accepterai pas que notre ville souffre de leurs horreurs et en soit informée ! »


Sharp frappa du poing sur la table. Autant les journalistes que lui en furent surpris, mais il se reprit après quelques secondes d’hésitation.

« Batman est toujours hors-la-loi. Des recherches intensives sont lancées à l’encontre de Killer Croc. L’assassin de Thomas Blake est également recherché. Et je vous annonce d’ores et déjà que chaque justicier, dans Gotham ou Arkham City, est considéré comme un criminel comme les autres.
Ce sont Batman et les siens qui ont précipité cette escalade. Sans eux, pas de Joker, pas d’Homme-Mystère : c’est parce que des hommes costumés sont apparus que des vilains costumés ont suivi pour répondre à leur défi. Nous ne pouvons plus nous permettre une telle conduite. Nous ne pouvons plus envisager l’avenir avec eux. ILS sont responsables, NOUS agissons. Les troupes du G.C.P.D., de Max Shreck et du docteur Strange ont la permission de tirer à vue. Nous sommes en guerre, et si nous ne l’avons pas commencé, mesdames et messieurs, je vous affirme que nous la terminerons ! »


Un concert d’applaudissements suivit sa déclaration. Il en profita avant de reprendre.

« D’ailleurs, je tiens également à vous informer que Bruce Wayne a disparu après les accusations à son encontre. Il a apparemment réussi à partir pour l’Europe, malgré les barrages que nous avions mis en place. Je n’ai absolument rien à dire sur la conduite d’un être aussi repoussant : aucun innocent ne fuit ainsi. Aucun homme ne laisse le corps encore chaud de celui qui l’a élevé reposer sans sépulture.
Des mesures ont été prises pour l’interpeler et le faire juger ici, mais cela prendra du temps ; cela ne me dérange pas. Gotham City débute une ère nouvelle, avec vous, avec nous. Nous voyons maintenant les jours à venir avec un œil neuf, avec le poing fermé et le courage au ventre. Nous attendrons, et nous n’oublierons pas. Je n’oublierai pas. Mesdames et messieurs, je vous laisse désormais, à bientôt. Et que Dieu bénisse l’Amérique, Gotham City et vous tous ! »


A nouveau, la foule entra en transe tandis que Sharp la saluait et s’en retournait.
Il avait réussi son coup. Il avait encore une fois gagné. Il était maintenant sûr que plus rien ne se présentait entre lui et le pouvoir absolu ; il se trompait, mais il ne le savait juste pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: THE FALL Aftermath 2   Jeu 15 Sep - 19:08

James n'avait pas beaucoup d'amis. Son travail lui prenait tout son temps et sa vie sociale était limitée. On aurait pu croire qu'il avait des amis dans son travail. Mais en vérité, lorsqu'il était arrivé et avait décidé de lutter contre la corruption, il s'était mis à dos un paquet de flics. Lorsqu'il y était arrivé, il avait suscité l'admiration ou la haine. Ses subalternes pouvait l'admirer ou le maudire, mais il ne s'agissait jamais d'"amis". Il avait des contacts influents, des alliés mais pas d'ami.

Il avait eu deux amis. L'un était à moitié défiguré et devait rester enfermé à Arkham. L'autre avait été pendu comme un morceau de bœuf à un croc de boucher. Il en avait eu la gerbe. Le bat-signal n'avait plus de raison d'être. Jim ne pouvait plus l'allumer sans être soupçonner de complicité de meurtre. Il savait que le Batman n'y était pour rien mais il se retrouvait seul à nouveau. Une profonde tristesse l'envahit. Les deux hommes qui l'avaient aidé à redresser la ville étaient tombés. Jim ne ferait pas confiance aux autres justiciers. Le Batman avait prouvé son utilité mais il n'était pas souhaitable que son initiative se multiplie au point de devenir la norme.

Allons Jim ! Est-ce qu'être flic a encore un sens aujourd'hui ?

Un sentiment partagé de colère profonde et d'impuissance l'envahit. Il devait faire quelque chose mais avait les mains liées par l'enlisement de cette ville dans son propre purin.
Revenir en haut Aller en bas
Baseball

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 24/09/2007
Nombre de Messages : 782
Autres Comptes : Bat-Mite
Vous à Gotham : Le Justicier à la Batte
Citations : HOME RUN !

MessageSujet: Re: THE FALL Aftermath 2   Jeu 15 Sep - 20:14

(hj : si mon intervention est déplacée, je peux annuler, je n'ai parlé à personne car je voulais intervenir par surprise, je comprends que ça ne passe pas)


La cigarette se consumait lentement à la bouche de l'homme à la casquette. Nul ne faisiat attention à lui, il n'était qu'une forme au milieu de la foule, même vêtu de sa longue cape de pluie.
Il avait suivi les événements comme tout le monde, d'après la télé, internet et les journaux. Il avait depuis passé quelque coups de fil.
La situation n'était pas critique, elle était pire.

Il avait toujours estimé que les justiciers en costume s'exposaient beaucoup trop, faisaient trop le spectacle et agaçaient immanquablement le commun des mortels qui se trouvait au milieu de leurs batailles. Voir les conflits titanesques qui prenaient place au sommet de buildings, vous donnait parfois l'impression de vivre sous les cieux de l'Olympe, là où des héros et des dieux se livraient bataille éternellement, dans le plus grand mépris des simples humains tout en bas.
Mais là l'un d'eux était tombé.
Sa chute avait fait le bruit d'un cataclysme, du moins dans les esprits.
Certains comme Sharp se réjouissaient de la chute d'un de ces êtres célestes, eux qui ne faisaient que ramper misérablement en espérant trouver une pépite de gloire dans les débris d'un météore tombé dans la plus répugnante des fanges.
Baseball ne se considérait guère comme un de ces personnages preque mythiques.

Néanmoins il ne pouvait accepter de voir ces charognards dévorer la carcasse encore fraîche de celui qui avait sacrifié sa vie entière pour leur confort misérable.
Alors que Sharp terminait d'éructer son immonde discours, Baseball tira un objet de sous sa cape, le porta à sa bouche et souffla de toutes ses forces.

*TRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII*



___________________________________

La veille, vers 23h.

Il avait rabattu sa capuche sur son visage, seule dépassait la visière de sa casquette des Yankees.
Quelques mois plus tôt il était déjà venu dans ce quartier, il y avait affronté les redoutables Black Clovers, des Irlandais de Gotham City qui menaient la vie dure aux commerçants et avaient quelques implications dans le traffic d'armes (pas de drogues, ces cathos le suprenaient toujours). Avec ses méthodes d'investigation de pointe, consistant majoritairement à distribuer généreusement les coups de batte, il avait mis fin à leurs agissements, le gang était dissous, ses chefs à Blackgate, et le quartier avait était livré à leurs rivaux, le gang des Kildares. Baseball s'était tout simplement présenté à leur chef, lourdement équipé, et leur avait expliqué certaines règles qu'ils devraient suivre s'ils ne voulaient pas subir le même sort que leurs anciens rivaux. Etonnamment, les Kildares avaient accepté.

Ils lui devaient un "putain de service" avait dit Bill "Magestic" Shannon, en sirotant sa Guinness, en bon chef de gang jouant sur les clichés qu'il était. Ils seraient là demain comme prévu et ne lésineraient pas sur les moyens, il pouvait en être sûr.
Baseball l'avait remercié. Il n'aimait pas plus que ça l'idée de bosser avec un gang, d'Irlandais qui plus est, mais à la guerre comme à la guerre. Il avait quitté le bar avec un léger sourire qu'il ne pouvait réprimer malgré la gravité de la situation.


____________________________________

*TRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII*

Le sifflet retentit une nouvelle fois et il eut un immense mouvement de foule.
D'un peu partout les Kildares firent leur entrée, certains s'étaient mêlés à la foule, d'autres surgissaient des bâtiments alentour. Il ne pensait pas qu'ils étaient si nombreux. Ils avaient prospéré depuis la fin des Black Clovers.
Ils juraient, en gaélique même parfois, insultant à plein poumons l'homme qui venait de faire son discours haineux et se ruaient vers l'hôtel de ville. C'était une petite armée, désordonnée mais motivée. Une bande de hooligans tout à fait entrainés aux bastons générales en pleine ville. Le pire fut que les forces de police en présence ne ripostèrent que très mollement : la majorité des flics en uniformes de Gotham avait un bon litre de sang irlandais dans les veines !

Baseball avait escaladé un camion de hot-dogs, il dissimulait son visage sous sa capuche et tenait à présent un mégaphone de coach dans lequel il s'époumona :

-Gotham ! Ce porc a défiguré notre ville ! Il l'a mutilée et veut encore violer ce qui reste de sa dépouille comme il le fait avec le Batman ! Ne laissons pas un nécrophile nous dicter nos actions !


Jusqu'à présent il ne s'était jamais impliqué dans un mouvement de si grande ampleur, préférant mener son combat en retrait. Mais il n'avait plus vraiment le choix. Les Kildares continuaient à progresser vers la tribune, mais ils ne saccagèrent pas les installations des médias. L'événement devait être filmé. La saison de Baseball commençait avec un peu d'avance cette année.

_________________________________

Home run !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: THE FALL Aftermath 2   Jeu 15 Sep - 21:39

Cobblepot était attelé à son bureau et ne cessait d'écrire des lignes, de compléter des documents, de payer des factures, d'analyser des offres, des propositions, des menaces. Bref, il travaillait, comme toujours. Le Lounge allait à merveille, en souvenir de Gotham, beaucoup des habitants d'Arkham se rendaient dans le nightclub pour oublier leurs problèmes, pour sortir un temps de leur dépression en se noyant dans l'alcool. Cependant, le Pingouin ne sortait presque plus de son bureau, il n'allait plus, comme tous les soirs à Gotham, accueillir les célébrités et les hommes de richesse et d'influence car il n'y en avait plus, seulement de la pègre, des hommes sans culture et sans principes, vidant une bouteille d'un trait qu'elle que soit son nom. Cela mettait le Pingouin hors de lui.

De plus, il y avait tellement de choses à préparer, il avait envoyé des messages dans tout Arkham aux Grands criminels pour les réunir et leur faire part dune proposition. En effet, il fallait absolument recruter car Oswald avait un projet des plus importants. Il se préparait à un soulèvement, à porter un coup dur envers le roi d'Arkham pour le détrôner et prendre sa place. Or, le moment avait été choisi avec minutie. Un clash monstrueux était arrivé dans la ville prison. Batman avait été brisé, une fois de plus, mais de manière irrémédiable. De plus, les plus grands criminels étaient entré dans un conflit qui avait fait trembler la ville. A cause de la défaite de Batman et la stupidité de Croc, tous voulurent se procurer l'achèvement de Batman. En parallèle, le Joker, maître de la city et ennemi principal du Pingouin, avait été lui aussi vaincu et détrôné par une enfant du nom de Pandora. Cobblepot était un des hommes les mieux informés de Gotham et connaissait donc beaucoup de personnes. Cette jeune fille était née monstre et n'avait cessé de prouver au monde à quel point elle en était un. Une Tarée parmi tant d'autres, mais cette fois, Chesterfield la méprisait depuis longtemps, depuis qu'elle avait commencé à se faire connaître car il ne supportait pas qu'une enfant, sans carrure et sans puberté, vienne se faire une place parmi les incroyables et les talentueux criminels e Gotham.

Ainsi, elle était la nouvelle cible et Oswald était prêt à trouver de l'aide n'importe où pour écraser cet enfant mal avorté. C'était pourquoi il écrivait en ce moment même un message pour ce bon vieux Joker. Une invitation à la réunion qui se tiendrait au Lounge dans quelques jours. Il prenait, comme d'habitude, bien soin de poser des lettres magnifiques et harmonieuses, dignes d'un véritables gentleman, même si elles seraient lues par un Taré sans la moindre finesse. Il se reprit sur cette dernière pensée. Certes, le Joker était fou, mais il ne manquait pas d'ingéniosité et de... d'humour. Même si celui-ci était un peu lourd parfois, il donnait constamment envie de prendre la vie pour un énorme gag. Le Pingouin l'aurait bien fait si la facture n'avait pas été aussi lourde à chaque fois.


Cher Joker,

C'est avec la peine au coeur que je vous transmets ce message. En effet, j'ai eu vent de vos mésaventures durant lesquelles vous vous êtes vu détrôné malgré vous, par une imposante et terrifiante jeune fille de douze ans. M'imaginant votre détresse et en souvenir du bon vieux temps, je me suis permis de vous inviter à une réunion qui se tiendrait au Lounge le Jeudi 8 septembre à 22 heures. D'autres anciens collègues et amis sont aussi invités, et votre absence nous serait, à tous, des plus malheureuse. Voyez-vous, je suis convaincu que dans nos situations, nous nous devons de nous soutenir mutuellement et de nous lever ensemble contre la vermine qu'est le clan de Pandora.
J'espère pouvoir compter sur vous,

Votre ami dévoué,
Oswald Chesterfield Cobblepot

Ceci fait, le Pingouin entreprit de plier la lettre mais fut interrompu par un "toc toc" à sa porte. Dans un grognement, il autorisa la personne à entrer. Un de ses hommes de main, dont il avait oublié le nom à la seconde où on lui avait transmis, entra, le visage en sueur, l'air effrayé. Restait à savoir si c'était le fait de se trouver devant le Pingouin lui-même ou parce qu'il avait une grave nouvelle à annoncer qu'il était dans cet état.

Monsieur Cobblepot, je pense qu'il y a quelque chose que vous devriez voir.

Hum? Allez, vas-y, montre moi. Mais sache que si tu me fais perdre mon temps, je t'expédie directement Le rejoindre...

Ignorant la terrifiante remarque, l'homme saisit la télécommande et alluma l'immense télévision à écran plat qui se trouvait accroché sur le mur en face du Pingouin. Directement, Oswald reconnu Sharp, faisant un discours et ne pouvant se retenir de suer comme un porc. Qu'est-ce qui pouvait le mettre dans cet état? Les derniers évènement dans Arkham bien sûr, et il aurait sûrement quelques infos à apprendre à Chesterfield. Tout d'abord, il annonça le contexte et ne dit rien de ce que Cobblepot ne savait pas déjà. Du sang versé, blablabla, aucun intérêt. Oswald attendait impatiemment la suite et, lorsqu'elle arriva, il se redressa inconsciemment sur son dossier de chaise. Les rumeurs qu'avait entendu le Pingouin s'avéraient vraies : Batman avait disparu, il était vaincu, il n'avait pas tenu à ce dernier assaut, il avait tout laissé tombé et était probablement parti pour l'Europe. Le coeur d'Oswald manqua un battement et il ne put expliquer pourquoi. Cette information avait été confirmée et il sentait une partie de lui-même disparaître. Comment pouvait-il se sentir ainsi alors que son pire ennemi, l'homme qui l'avait tant accaparé, n'était plus?

Il ne pouvait s'empêcher de sentir une haine monstrueuse envers Sharp et envers Killer Croc. Ils l'avaient trainé dans la boue, lui, le justicier qui remettait les choses en ordre. Pingouin aurait dû s'en charger! Pingouin aurait dû le tuer! Il l'aurait fait sans salir ce nom car, malgré tous les tords qu'il lui avait fait, il ne méritait pas son sort. Oswald était un criminel, mais il n'étit pas contre la justice lorsqu'elle ne s'appliquait pas à lui, or, la disparition de Batman plongerait la ville dans un chaos et un désordre sans précédent. De plus, il avait vu Batman intervenir dans ses prochains projets. Il avait eu l'intention de pactiser avec le chevalier noir. En cet instant, aussi impossible que cela pouvait paraître, le Pingouin voulait venir en aide à son pire ennemi. Il pouvait lui rendre visite en Europe? Non, il avait trop à faire, et puis merde! Il devait se ressaisir!! Et, telle ressuscitée d'entre les morts, la haine de Chesterfield refit surface et un sourire cruel s'afficha sur son visage.


Tu as joué, Batman, et tu as gagné de nombreuses fois. Mais, à la roulette russe, la balle finit toujours par arriver...

Il écouta attentivement les dires de Quincy à propos du major d'homme de Bruce, et secoua lentement la tête de désapprobation.

Je sais que tu n'es pas clean dans cette histoire, Sharp. Je trouverai ton implication dans cette affaire, et tu maudira le seigneur que ce soit moi qui ai trouvé le fin mot de l'histoire.

Enfin, Quincy Sharp acheva son vomissement de paroles par un discours sur la protection et les obligations de Strange, Shreck, et lui-même. Empli de dégoût, Oswald grimaça de manière écoeuré et ordonna à son homme de main.

Eteins-moi cette merde, j'en ai assez entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: THE FALL Aftermath 2   Ven 16 Sep - 12:17

Un très beau spectacle en effet. Magnifique, grandiose. Installé confortablement dans son Manoir, à l'écart de Gotham, Carmine savourait la fin du Batman, de celui qui avait détruit son Empire. Maintenant tout redeviendrait normal. Sirotant son Brandy, Falcone était aux anges. Certes Croc avait frappé fort, mais en plus, Bane allait l'écraser. Et ensuite, Gotham City redeviendrait un eldorado. Il avait un immense sourire, malgré sa maladie. Il regrettait cependant que son clan ne soit pas au complet. Mario était enfermé dans un asile à Chicago, les autres étaient morts.
Maintenant, il fallait exterminer les monstres d'Arkham, les rebuts du Batman. D'abord, Harvey Dent, uniquement comme désir de Vendetta, ensuite Catwoman pour la marque sur le visage de Falcone. Encore douloureuse. Malgré les années qui passaient, et enfin les monstres comme le Joker ou le Sphinx, tous à exterminer. Tous à tuer, pour réinstaurer le summum de la Mafia à Gotham.
Niveau concurrence, on lui avait signalé le Pingouin, de retour aux affaires. Un concurrent dangereux. Double Face aussi, et Black Mask. Tous de dangereux concurrents a éliminer.
Falcone souriait, le temps du Renouveau approchait.

Merveilleuse soirée ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: THE FALL Aftermath 2   

Revenir en haut Aller en bas
 

THE FALL Aftermath 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» Let the Sky fall on you • Heaven Angel [VALIDE]
» « why do we fall ? » ◊ ANGEL.
» Fall Out Boy
» WHY DO WE FALL ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Burnley :: Hôtel de ville-