RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 THE FALL 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bats

Membre Non-Joueur
Membre Non-Joueur
avatar

Date d'Inscription : 05/03/2011
Nombre de Messages : 3802
Vous à Gotham : Chevalier Noir

MessageSujet: THE FALL 1   Mer 31 Aoû - 10:28

Il se moucha discrètement dans un tissu de soie, qu’il referma avec soin et rangea dans la poche intérieure de son veston en tweed. Malgré la fraîcheur matinale, il avait refusé de se munir d’un bonnet ou d’un quelconque pull immonde. Il avait supporté un froid bien plus mordant dans sa jeunesse, quand il portait une tenue sombre avec un casque et que son fusil était son meilleur ami.
Il avait alors décidé de ne plus se déshonorer par de basses attitudes et un style négligé quand il serait revenu à la vie civile. Et Alfred Pennyworth avait tenu parole.

Il était toujours apparu distingué, propre sur lui – comme un gentleman. Il avait refusé de céder aux sirènes de la facilité et du confort. Il était resté digne. Et il le serait encore, même après aujourd’hui. Même s’il venait ici pour accomplir une tâche révulsant un gentleman, mais qu’il ne pouvait éviter.

Le majordome n’avait pas de nouvelles de son employeur depuis la veille, depuis que ce dernier avait quitté la Cave pour enquêter sur les nouvelles activités d’un de ses adversaires les plus violents. Raisonner avec lui aurait été inutile, même s’il craignait vraiment que Bruce ne soit pas encore entièrement guéri de sa blessure au crâne. Lui qui s’était éveillé il y a peu était persuadé d’aller mieux, mais celui qui l’avait élevé le connaissait mieux que ça.
Son corps était encore usé et fourbu, et le rythme qu’il lui faisait suivre était trop pour lui. Mais Wayne n’acceptait pas d’avoir été piégé par Tetch et d’avoir été indisponible pendant deux semaines. Il voulait prouver, mais surtout se prouver, qu’il était toujours le meilleur, le protecteur de la ville.

S’il ne freinait pas, il cèderait. Encore.
Et définitivement.

C’était pour ça qu’il avait pris sur lui de gérer seul l’affaire qui le menait ici, à sept heures du matin. Derrière les locaux de Bien le Bonjour Gotham, il attendait un contact – un maître-chanteur. Celui qui avait envoyé une lettre anonyme au Manoir Wayne, avec de fausses preuves de l’implication de son employeur dans des scandales sexuels. Des photos truquées de lui avec des starlettes de Disney, encore mineures, nues et bien évidemment droguées.

Bruce avait l’habitude de ce genre de tentative pour s’en prendre à son image, et il avait toujours géré ça avec classe, réglant ces affaires au tribunal par des victoires. Cependant, cela prenait toujours quelques semaines, où la presse interrogeait la véracité de ces « révélations ». Et Alfred savait qu’il ne pouvait se permettre un tel chahut en ce moment.
Wayne avait décidé de devenir l’opposant officiel de Sharp et Shreck, il mettait en jeu sa réputation et il devait apparaître comme le chevalier blanc de la ville. Sans tâche. Sans zone d’ombre. Sans scandale.

Même si ces allégations finiraient dans le caniveau, son employeur n’aurait pas la totale légitimité pour s’opposer au maire par intérim. Des journées précieuses seraient perdues si la presse publiait ces fausses images et si elle faisait son sale travail dessus. Des vies étaient en jeu, et Bruce ne pouvait pas se fourvoyer dans une lutte inutile. Une lutte de plus. Une lutte qu’il fallait lui retirer, pour qu’il puisse tenir.

Pennyworth avait donc pris sur lui de venir, seul, au rendez-vous. Un peu d’argent en poche. Une canne avec une lame intégrée, au cas où. Et un costume sombre avec une petite veste, suffisants pour affronter le vent mais pas le froid rampant. Gotham City était une ville gelée de l’intérieur, et l’aube et le crépuscule le prouvaient à quiconque. Il ne faisait pas bon sortir quand l’obscurité se dispute avec le jour. Hélas, il n’avait aujourd’hui pas le choix.

Pour lui, l’issue de la négociation ne faisait aucun doute : le fauteur de trouble serait surpris de découvrir le majordome, accepterait l’argent, en voudrait plus, serait menacé par son arme et repartirait la queue entre les jambes. Il avait déjà géré des marchandages à son époque à l’armée, et il en avait retenu que les maîtres-chanteurs n’étaient que des lâches qui se cachaient derrière des menaces creuses.
S’ils avaient vraiment l’intention de les révéler, ils le feraient sans demander quelque chose en retour avant. Ils le feraient après, pour tirer profit des ruines de la réputation de leur victime, terrifiée à l’idée de voir d’autres éléments divulgués.

Lui, l’homme qu’il devait rencontrer, n’était pas un stratège. Ce n’était qu’un gagne-petit, un imbécile qui pensait pouvoir gagner en luttant contre Bruce Wayne. Il avait raison, en partie : Alfred avait décidé de lui donner un peu d’argent pour le faire taire, en attendant que son employeur ait suffisamment de temps libre pour remonter jusqu’à lui pour le terrifier. Une affaire de semaines, espérait-il.

Oui, le majordome était confiant.
Trop, sûrement, pour se méfier. Trop, certainement, pour sentir la présence invisible qui apparaissait derrière lui, silhouette sombre et muette qui l’avait observé jusque-là. Trop, évidemment, pour se défendre face à la lame, aux coups portés dans son dos. Deux fois. Trois fois. Dix fois.

Pennyworth s’écroula, la chair meurtrie, la bouche rongée par l’épais liquide rouge qui l’étouffait. Ses jambes ne pouvaient plus le soutenir, ses doigts avaient laissé échapper sa canne, ses yeux s’embuaient. Il ne contrôlait plus. Rien.

Son agresseur passa une jambe au-dessus de lui, ses mains sûres entourant ses épaules pour le relever. Soutenu par des bras forts, il sentait ses poumons siffler, il sentait la vie s’échapper de son être ; il n’arrivait plus à respirer, ses membres refusaient tout mouvement.
L’ennemi le jeta sans ménagement contre la porte arrière des locaux du magazine. Il ne sentit même pas le bois craquer sous le poids. Il ne sentit même pas l’odeur de kérosène. Il n’entendit même pas l’allumette craquer.

Non, Alfred ne sentit, n’entendit et ne vit pas les flammes monter autour de lui et emprisonner le bâtiment et son corps. Ses yeux demeuraient fixés sur la silhouette qui l’avait agressé et qu’il pouvait maintenant voir en pied. Il était terrifié. Et il n’y croyait pas.
Alors que le feu dévorait l’environnement autour de lui, Pennyworth demeurait stupéfait en découvrant l’ombre devant lui. C’était impossible, se poussait-il à affirmer en son for intérieur. Il ne pouvait pas faire ça. Pas lui. Pas à lui.

Et pourtant, tandis que les premières flammes embrasaient sa veste, c’était bien une silhouette encapée, noire, avec un masque muni de deux petites cornes qui l’avait frappé.
C’était bien la silhouette de son employeur, de son maître… de son fils qui l’avait frappé.
Et condamné à mort.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://gotham-city.actifforum.com/t5310-the-batman
 

THE FALL 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» Let the Sky fall on you • Heaven Angel [VALIDE]
» « why do we fall ? » ◊ ANGEL.
» Fall Out Boy
» WHY DO WE FALL ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Old Gotham :: "Bien le bonjour Gotham !" Bureaux-