RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Entretien avec Jennifer Willis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Entretien avec Jennifer Willis   Mar 23 Aoû - 17:18

Code rouge niveau trois déployé pour ce monstre. Ce n'est pas le Joker, loin de la, mais une autre patiente, plus mystérieuse et doublement dangereuse, avec des incitations au satanisme, cannibalisme et à la torture. On pourrait même parler d'une secte d'après certains aspects du dossier. Jeremiah dégrafa sa cravate, il suait énormément. C'était le mal qu'il affrontait maintenant, pas aussi pire que le prince des clowns, mais c'était la même lignée. Aussi monstrueux l'un que l'autre. Il but un verre de whisky et se dirigea vers sa Bible avant de réciter quelques psaumes.

- "Je n'ai pas peur, seigneur, tu es mon berger, et je suivrais ta Lumière dans les ténèbres de cette vallée des larmes. Je resterais bon, humble et droit, mes yeux ne se détourneront pas de ton regard."


Dit il en serrant le petit chapelet autour de son cou. Il fallait maintenant se préparer à la bête. Il s'installa sur le siège, on avait rajouté des chaines, et d'autres choses solides pour maintenir la jeune fille. Au fond, ce n'était qu'une brebis tourmentée, brisée, et Jeremiah essaierait de la sauver, de lui donner l'ultime pardon. Car au beau milieu de cette folie, il était la Lumière dans ces ténèbres, tel que fut Amadeus Arkham jadis avec le Chien Fou. Il sortit son calepin et un stylo rouge. Il se calma et redressa ses lunettes.

- "Faites entrer Jennifer."

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Jennifer Willis   Mer 24 Aoû - 1:19

Silence des abysses, murmure des morts et mélopée des damnées, voici ce qui rythmait et faisait pulser chaque jour un peu plus le coeur gangrené de ce lieu que cette créature à l'apparence enfantine s'amusait à coloniser, à la manière d'une conquérante. Oui, un instinct de guerrière brûlait au plus profond de cette erreur de la nature, cette abomination qui, chaque jour, ne vivait que pour tourmenter les vivants, les punir de ce qu'elle était, ce qu'elle devait subir.
La porte du beau s'ouvrit doucement, laissant apparaître une chaise roulante où la pauvre enfant était entravée de la plus ignoble façon qu'il soit. Mais, à ce sourire si faussement innocent, on pouvait jurer que cela ne semblait aucunement la gêner.

Les rumeurs fusaient et arpentaient chaque ailes de l'asile depuis son internement. On parlait d'une enfant cannibale, doté d'une force au dessus de la normale, et d'une agilité à faire rougir de honte Catwoman. On mentionnaient d’étranges et odieux meurtres dans la salle commune, des coeurs arrachés et une enfant en proie à une démence encore jamais égalée, même par le Joker, et il ne fallait toutefois pas oublier de mentionner la peur qu'elle parvenaient à insinuer dans l'âme de chacun des gardiens, qui, malgré les entraves, paniquaient uniquement en la voyant. Le Docteur Crane serait fier d'avoir une élève douée comme Pandora à ses cotés.
Une fois la chaise roulante arrêtée, tu observes finalement le mystérieux et frêle personnage, qui, au vue de la blouse qu'il porte, ne pouvait être qu'un médecin. Tu ne le connais pas, mais à son regard terrifié, et la peur qu'il essaye de dominer, tu devines aisément qu'il te connait, et a du entendre une partie de la vérité sur toi.....Non, juste des actes barbares et sanguinaires dont aucun détenus n'avaient, à ce jour, su faire preuve.

Les deux gardes tremblaient à chacun de leurs gestes, enlevant chaque entrave de la chaise roulante, et ce, afin d'allonger la jeune patiente et de l'entraver à nouveau. Quel paradoxe, vous ne trouvez pas? Quelle utilité d'enlever des chaines si cela était pour en remettre d'autres, à la manière d'une vulgaire esclavagiste? Mais à Arkham, était il nécessaire d'avoir de la raison, tout comme à Wonderland? Etait il nécessaire d'être fou?
Arkham, tout comme dans les histoires de Lovecraft, était une aberration sans aucun sens. A Gotham City, il en était de même, car là où règne la folie et les ombres, la raison et la lumière ne sont pas les bienvenues.
Il ne fallut pas plus de 3 minutes pour entraver la jeune enfant, et ce, soigneusement, malgré la peur présente dans la gestuelle des mouvements des deux gentils petits gardes, dont l'un manqua de se faire mordre de très près à la main droite.
Approche donc encore une fois ta main, car crois le, elle ne la ratera pas, la prochaine fois.

Une fois cette éprouvante tache terminée, les gardes se haterent de sortir de la salle, laissant Jeremiah et Pandora seuls....en tête à tête.

"Les Abysses ne m'ont pas prévenues qu'un inconscient oserait m'adresser la parole, aujourd'hui.....Mais je t'en prie, humain.....Parle donc." annonca Jennifer, d'une voix de fausset legerement moqueuse alors qu'elle lui adressa un premier regard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Jennifer Willis   Mer 24 Aoû - 10:23

- "Soit ..."

Dit il d'un ton sec, en prenant sa Bible et la posa sur la table. Il prit son calepin et s'approcha de Jennifer, installé sur son siège de psychiatre. Il la regarda pendant un moment, et tenta de contenir sa peur. Le seigneur était avec Jeremiah, et malgré toutes les atrocités qu'il voyait, il était toujours confiant en la lumière divine du Christ.

- "Bonjour Jennifer, je me nomme Jeremiah Arkham. Directeur de cet asile, et votre nouveau médecin. J'espère que vous ne serez pas contre quelques entretiens avec un simple mortel tel que moi."


Dit il, afin de se fondre dans le jeu de la jeune fille. Il fallait lui donner un maximum de confiance. Une impression de sécurité relative. Mais au bout du compte, c'était l'enjeu. La sécurité de Gotham. Jeremiah avait quand même au cas ou son révolver avec des balles en caoutchouc, même dans un asile, il ne voudrait tuer personne, même si sa vie est menacée.

- "Commençons donc avec votre arrivée à Arkham. Comment trouvez vous les autres pensionnaires ? Avez vous fraternisé avec certains d'entre eux ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Jennifer Willis   Mer 24 Aoû - 10:54

2 erreurs pour un début d'entretien, voila qui confirmait à quel point cette petite discussion, qui aurait pu être sympathique, venait de commencer bien mal. Jennifer.....Quel était donc ce nom de passé qu'il avait osé déterrer avec une véritable outrecuidance. L'erreur du médecin fût mise en avant par un simple regard luminescent de la part de la jeune démone, qui le fixait maintenant avec un regard de possédée...Un regard qui revint bien vite à la normale, passant des yeux luminescents rouge rubis, à de simples yeux verts émeraudes.
La deuxième erreur avait été de considérer Pandora comme une "simple humaine" alors qu'elle avait dépassée ce stade et atteint celui de méta-humaine. Mais pourquoi mentionner "Humaine", alors qu'elle était bien plus que cela.

Venant d'annoncer la couleur, elle se permit de poursuivre la discussion, à sa façon.

"Ceci est mon chair, ceci est mon sang, bienheureux sont ceux qui me servent de repas, Docteur Arkham. Bien sur, j'ose imaginer que nos conceptions de fraternité divergent vers des significations différentes."

Prie pour qu'elle ne se libère pas, Jeremiah, car à ce moment là, il ne te resterait plus qu'à prier pour ton âme. A ses yeux, tu venais déjà de lui manquer de respect, ne la traitant aucunement avec les égards qui lui étaient dus. Tu pouvais encore arranger cela, te montrer plus réceptif, moins sur de toi et bien moins hautain. Mais cela, Pandora ne te le dirait pas, car c'était à vous et à vous seul de le deviner. Une évidence même, ne croyez vous pas ? De toute manière, l'enfant avait d'autre cartes en jeu.

"Dites moi....Ou est passée cette charmante Anna? Son âme, pécheresse et maudite, grillerait en enfer pour l'éternité.....Vilaine, vilaine fille. Et vous, Docteur, aimerez vous me parler, ou sombrerez vous, comme de nombreux autres, dans les méandres de ma folie? Mais selon vous, suis-je folle, Docteur Arkham?" termina la diabolique enfant, alors qu'elle fixait avec attention son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Jennifer Willis   Mer 24 Aoû - 14:40

- "Bien sur que non."

Trancha tel un couperet Arkham. Il fallait donner le ton. La jeune fille n'était aucunement le messie, ni autre divinité que cela. Certes, elle pouvait prétendre à un titre de méta-humaine. Mais rien d'autre. Et Jeremiah le savait. Le seul fait qu'elle parodie la Bible et le dernier repas du Christ était un sacrilège aux oreilles d'Arkham. Mais il ne fit rien transparaitre, certainement pas devant une jeune fille assoiffée de sang. Cette jeune fille était du même niveau que le Joker, un monstre qui ne s'arrêtait pas. Le Mal de Gotham ... Le mal dont souffre ma pauvre ville depuis si longtemps.

- "Anna ? De qui parlez vous donc, Jennifer ? Nous n'avons aucune pensionnaire du nom d'Anna dans ces lieux. Pour ce qui est de la folie, elle est tout à fait curable. Et je peux essayer de vous soigner."


Dit il en croisant les jambes, son crayon dans la bouche, ses lunettes braquées vers la jeune fille enchainée. Il fallait se méfier d'elle. Bien entendu, elle trouvera le moyen de se faire prendre en pitié, histoire de dérouter le chemin du Bien d'Arkham vers le Mal.

- "Je reprends donc ma question. Avez vous pactisé avec d'autres pensionnaires de l'asile ? J'ai cru comprendre que vous meniez un groupe nommé les Asuras. Pourriez vous m'en parler un peu ? Je m'intéresse à toutes les croyances possibles."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Jennifer Willis   Mer 24 Aoû - 18:24

Chantonner un étrange refrain était maintenant le nouveau moyen de perturber le medecin. Imaginaire ou existente, les paroles semblaient circuler dans l'esprit de la jeune fille., qui ne semblait aucunement vouloir répondre aux questions pour le moment. Quand ce misérable petit morceau de chair sur patte comprendrait il qu'il ne menait pas l'entretien, qu'il ne pouvait avoir l'ascendant sur une reine, une créature mystique d'ordre supérieur.
Qui est tu, toi qui te pretend bien pensant, alors que tu n'est que pion, tout aussi fou que les fou, toi qui recherche la lumière, refusant la douce étreinte des Ténèbres.

"Sin'Dorei........Shindu Fallen Na...."

Pourtant, elle cessa brièvement de chantonner afin de reprendre le jeu à sa manière.

"Anna, votre collègue, aussi folle que vous. Jouer avec son âme est un pêché car en cherchant la lumière a travers moi, elle n'a fait que scruter l'abysse......et l'abysse a scruté en elle. Aujourd'hui, elle n'est plus. Cela est d'autant plus triste qu'elle pretendait être partie par ma faute. Cela aurait été le cas si elle avait partagée les délices de la chair avec moi, sous tout ses angles."

A la fois péché de luxure et de gourmandise, les tournures de phrases chez l'enfant prenaient un sens multiple mais très souvent portés sur le blaspheme. Depuis qu'elle avait eu le temps d'apercevoir la bible sur le bureau, l'enfant maudite avait jugé bon d'attaquer le pauvre medecin sur ce qui semblait être une faiblesse comme une autre.
Quelle déception, car cela confirmait sa triste opinion de l'espece humaine, si faible, si petite, avec ce besoin incessant de devoir se raccrocher à quelque chose d'aussi futile et insensé que la religion et son dieu inexistant.
Pourtant, les Dieux vivent, s'insinuent parmi vous, mais dans votre aveuglement, aucun d'entre vous n'est capable de le voir......Elle était l'un d'eux, mais personne ne le savait.

"Pactiser est un bien grand mot, Docteur Arkham. Ma beauté, aussi troublante et mystérieuse soit elle, est trésor interdit aux hommes. Et même pactiser avec eux me révulse......Mais le partage de la chair dans la couche d'une femme m'a toujours procuré des sensations agréables, permettant de sonder cette improbable réalité" que vous devez certainement être en train de rejeter dans votre petit esprit fermé et inadapté. Dans votre tête, cela n'est équivalent qu'à un simple écartement de mes cuisses.......un péché. Mais pour moi, cela est la vie....et la réalité d'une déesse reconnue par ses élues.....Quant à mes Asuras, je n'en parlerais pas car vous n'en trouverez aucune ici. Mais retenez bien que chaque fois que vous serez dehors, quelque part en ville, chacune de mes "filles" aura un regard sur vous, l'arme braquée et prête à vous arracher avec violence votre âme, si j'en donne l'ordre. Alors évitez d'insinuer que je suis folle." termina l'enfant, toujours avec sa petite voix innocente, mais sure d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Jennifer Willis   Jeu 25 Aoû - 14:34

Elle était beaucoup trop conditionnée pour son jeune age. Une pauvre fille qui a surement connu des attouchements sexuels, et qui l'ont forcé a tomber dans une spirale de non retour. Une folle, ou une pauvre âme brisée par l'action de mâles en rut. Jeremiah ne broncha nullement quand elle partit dans son délire, il fit croire qu'il l'écoutait tout en notant quelques bribes auxquelles se rattacher quand viendra le moment de faire le point.

- "Je n'ai jamais dit que vous étiez folle. Mais reconnaissez que l'endroit ou vous vous trouvez, est révélateur. Il y'a quelque chose de brisé en vous, Jennifer. Pourquoi ne pas tout simplement faire le premier pas ? Essayez de comprendre pourquoi vous faites toutes ces choses ? Je suis sur qu'il y'a quelque chose au fond de vous, des remords qui vous supplient d'arrêter les horreurs que vous faites."


La jeune fille était possédée. Du temps d'Amadeus, on l'aurait clouée au lit, et on l'aurait exorcisé avant de lui ouvrir le crane et de lui faire une lobotomie. Arkham réfléchissait parfois sur le retour des anciennes méthodes. Cela pouvait s'avérer lucratif, l'esprit et le cerveau d'une gamine exposé sur sa table du travail ne ferait que rappeler à l'Homme l'état psychotique dans lequel il vit.

- "Vous avez été violée Jennifer ? Était ce votre père ? Votre oncle derrière le tracteur de la ferme ou il vous gardait ? Etait ce votre mère, avec le rouleau à tapisserie ? Vous voulez de la dégueulasserie Jennifer ? Entrons dans votre monde, mais ne sous estimez pas Jeremiah Arkham."


Ce léger accès de colère s'éteignit vivement. Il repris alors d'une voix plus calme. Gardant un œil sur la fille. Deux gardes costauds se tenaient au cas échéant prêts a intervenir.

- "Que pensez vous des criminels célèbres que nous enfermons ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Jennifer Willis   Jeu 25 Aoû - 15:48

"ET NE SOUS-ESTIME PAS PANDORA, SALETE D'HUMAIN."

Le hurlement, aussi inhumain soit il, venait de résonner dans la pièce. Le ton et le timbre de voix de l'enfant avaient changée, passant de la voix douce et enfantine, à une sorte de rauquement inhumain, plus proche d'une véritable voix de damnée sorti du Cocytus. N'importe qui, sous le coup de la surprise, aurait reculé de plusieurs pas. Chacun des protagoniste venait de taper dans une faiblesse de l'autre mais Pandora fût la plus facilement touché lorsque vint l'évocation de ses parents.
Immonde bâtard, pourriture de pourceau, que les vers te dévorent les yeux et pondent dans tes orbites, tu venais de déclarer une guerre que tu allais perdre, car en acceptant de plonger dans les méandres d'un esprit ravagé, tu acceptais en bonne et due forme de t'octroyer un allé simple pour un monde de folie, de haine et de pur chaos. Tout cela n'était que métaphorique mais le Docteur Arkham allait vite comprendre que toute métaphore pouvait prendre sa source de pouvoir dans la réalité. Pendant une bonne minute, son regard brillait comme jamais de cette lueur rouge meurtrière qui la caractérisait tant lors de ses pointes de colère, mais jamais ils n'avaient diffusés une telle lumière.....Et enfin, elle reprit son calme, comme en attestait son retour à la normale de sa voix, et de ses yeux.

"Mes parents......et cette colère qui vient de nous saisir au vif, vous et moi....Chacun à sa faiblesse, car nous avons tous nos malheurs. Mes parents.........Mais je n'en ai pas. Je n'ai pas de père, car je suis mon propre père. Je n'ai pas de mère, car je suis ma propre mère. Je n'ai pas de frère ou soeur, car je suis mon propre enfant de putain, et contrairement à beaucoup, je ne suis pas venue au monde les jambes ou la tête en avant. Je ne suis pas née...On m'a créee. Je sais donc d'ou je viens...Mais vous, Jeremiah....savez vous qui vous êtes?"

La question sur le lieu trouverait sa réponse bien plus tard. Jeremiah avait reussi à piquer au vif l'envie de jouer de la jeune enfant, et nul doute qu'il n'allait pas être décu de cette thérapie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Jennifer Willis   Ven 26 Aoû - 13:20

Une pauvre folle. Le constat était amer pour Jeremiah. Il voulait tant faire pour la sauver, mais elle ne comprenait que la voix du sang. C'était triste, triste a pleurer d'être pris dans les deux feux et de subir la monstruosité du destin. Il sortit alors de son armoire blindée une piqure et des calmants. Il appela alors six infirmiers pour la contenir. Intérieurement, Jeremiah appréciait ce qu'il allait faire. Il allait carrément réduire la menace de la jeune fille, et cela l'amusait d'un certain point de vue, il allait neutraliser temporairement un des monstres de Gotham. Avant cela, il répéta la Bible devant la jeune fille.

- "Ne crains rien, enfant de Dieu, tu seras protégée par la main divine du tout puissant, et nous te préserverons de ton propre mal."

Quelques calmants injectés dans le corps de la jeune fille lui ferait le plus grand bien. Pendant quelques jours. Histoire de la relaxer, mais aussi de la neutraliser, et de la libérer temporairement de ses démons. Bien entendu, le jour ou elle sera relâchée dans Arkham City, cela fera d'elle un monstre sans calmants, donc un monstre abject avec pur but de tuer tout le monde et de développer une schizophrénie importante. Il avait déjà fait pareil avec le Joker.
Un autre docteur venu en renfort, était la pour épauler Jeremiah, il s'agissait du docteur Dax, un éminent Belge de Liège qui avait été recommandé par l'institut de Washington. Un petit être trapu, joufflu.



Docteur Dax - "Je pense qu'une bonne lobotomie suffira a calmer les tendances hostiles de notre patiente, mon cher Jeremiah. Après tout, nous ne pouvons pas laisser une telle abomination dans Gotham. Ni même en vie. Je peux vous assurer que cela supprimera en entier les tendances sociopathes de cette monstruosité."

Jeremiah se retourna pour répondre, la première quantité de calmants avait été envoyée dans le corps de Jennifer.

- "Comme les médicaments et la thérapie. Vous êtes arrivé avec des références impeccables mais ... bien ... Nous privilégions des méthodes plus progressives, ici à l'asile d'Arkham, Docteur Dax."

L'homme dévisagea Arkham avec un dédain et un écœurement soudain.

Docteur Dax - "Des méthodes qui jusqu'à présent n'ont pas eu raison du Joker, de Double Face, du Chapelier Fou ou tous vos autres patients infâmes, y compris cette Jennifer ..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Jennifer Willis   Ven 26 Aoû - 20:52

"TON DIEU NE TE PROTÉGERA PAS, JEREMIAH. JE BOIRAIS TON ÂME JUSQU'A LA LIE" hurlait elle avec une voix inhumaine qui n'était plus la sienne, une voix tout droit sorties de plus profondes abysses infernales. Une voix emplie de haine et d'envie de tuer.

L'enfant se débattait alors que les infirmiers venaient d'enlever certaines des chaines et ce, afin de pouvoir mieux maintenir Pandora, alors qu'ils venaient de lui faire la première piqûre. Quelle erreur, car si le pauvre médecin avait un peu mieux analysé la jeune tueuse, il aurait étonnamment appris que la plupart des sédatifs restaient sans effets sur elle. La seule et véritable manière qu'avaient les infirmiers pour arrêter la démoniaque enfant, était de lui coller un coup tellement violent qu'elle en tombait dans les pommes pour un bon moment. Pourtant, elle fît mine de se calmer, alors qu'elle venait de tenter de mordre. De ce fait, Pandora avait réussie a garder ce petit secret pour elle depuis le début de son séjour, et chaque sédatif était une tentative ratée, alors qu'elle mimait à la perfection le comportement parfait d'une personne assommée pour un tel médicament. Elle n'avait plus qu'à attendre qu'on lui enlève les chaines, en faisant preuve d'un zèle de confiance. Ne plus bouger, ne plus réagir, faire la zombie, mais rester consciente, sous les quolibets des infirmiers et des deux médecins.

"Je.......vous......tuerais" en mimant la voix d'une personne assommée. Mais encore assez consciente pour poursuivre l'entretien. Le tout était de savoir si Jeremiah allait tomber dans le piège. Bien entendu, elle ne s'en prendrait pas à lui directement. Ce n'était pas son objectif, et encore moins de cette manière. Le Docteur Arkham méritait un traitement plus à la hauteur de sa réputation qu'un simple acte de cannibalisme, jusqu'à alors réservé aux patients et quelques infirmiers qui avaient fait les frais de la mystérieuse enfant brune.

"Je....te ferais......souffrir......Tu en crachera....tes dents.....pour m'avoir rejetée...."


Ce qui aurait pu mettre l'enfant hors d'elle, étaient les paroles du Docteur Dax, qui préconisait comme une sorte de mise à mort de l'enfant. Sale batard, ce sont des gens comme toi qui m'ont créee et maintenant, vous en avez peur, alors vous me rejetez, tentez de me détruire en fouilant non pas seulement mon âme, mais mon esprit avec vos outils immaculés, parce que vous ne me comprenez pas, ne savez rien de moi. Bien en chair, mais rien dans la tête, tu ferais un excellent repas à la broche. Te la foutre par la bouche et la faire ressortir par un endroit très connu et te faire tourner au dessus d'un feu, comme un porc. Prie pour que je ne t'attrappe jamais seul, car ce jour là, je te ferais hurler comme jamais je n'en avais fait hurler d'autre.

"Vous........vous....." disait elle en portant son regard sur le medecin trapu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Jennifer Willis   Ven 26 Aoû - 23:04

Le Docteur Dax savait comment on traitait les animaux, c'était certain. Il ordonna aux gardes d'enchainer la gamine. On avait déjà eu assez des évasions du Joker pour se permettre de lâcher la bride de ces animaux. Guy Dax observait les nouvelles chaines autour de la camisole, et les six infirmiers se préparaient a l'emmener.
Jeremiah quant à lui, referma le dossier Pandora. Il regarda le docteur Guy Dax avec un regard plutôt réservé et strict.

- "Je vous la confie, Dax, mais ne jouez pas à la lobotomie derrière moi. Faites ce que vous voulez d'elle, sauf la lobotomie. Vous avez carte blanche pour me la dresser et pour la conditionner."

Docteur Dax - "Avec Joie."


Dit il d'un regard goguenard, un grand sourire sur le visage. Il regardait avec avidité le nouvel objet de sa convoitise, un objet pris au hasard dans la cellule de Pandora, c'était LE trophée du Bossu, le sien désormais. Pendant que Pandora était trainée par les six gardes, Dax suivait tout en lorgnant sur l'objet.

Docteur Dax - "Vous me l'emmenez au cachot numéro 4. Préparez les jets d'eau et les chocs électriques. Je me demande si elle sent aussi la viande grillée que les autres. Ha !"


Jeremiah quant a lui, s'ouvrit une bonne bouteille de Brandy et en avala le quart avant de tomber dans le sommeil. Il avait passé un entretien éprouvant et abominable. Il faudrait du temps, énormément de temps. Et avec Arkham City, il n'en aurait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Jennifer Willis   Sam 27 Aoû - 0:53

Emmenée de force, mimant toujours plus la malade assommée. Pourtant, la recette ne semblait pas avoir fonctionné car les entraves autour d'elles étaient toujours aussi presentes, mais pas aussi serrée que d'habitude. Elle étaient même étrangement desserrée, voire, assez pour qu'elle se glisse en dessus, en 2 à 3 gestes.
L'un des infirmiers, un jeune du nom de Caldwell, s'amusait depuis quelques jours à la brimer de toutes les façon les plus amusantes et perverses et s'amusait à hurler qu'il se payerait un tour au plus profond de l'enfant, ce qui avait réveillé l'indignation de pas mal de ses collègues qui le haissaient pour son manque d'éthique. Plusieurs fois, il avait attaqué Pandora de front mais jamais il n'avait tenté quoi que ce soit de véritablement répréhensible. Plus le chariot avancait, et plus le ton montait entre Caldwell et ses amis.

-T'ain, c'te salope. Regardez là. Elle fait moins la maline.
-Caldwell, tu me dégoûtes. Je te savais con, mais pas à ce point là. Tu sais combien de gars elle nous a coûtée?
-Arrête ton char, tes potes ont pas fait gaffe.
-Pas fait gaffe?? PAS FAIT GAFFE? Y'a 4 jours, on a du lui tirer dessus avec le fusil hypodermique, connard. Pas moyen de l'approcher sans qu'elle nous étripe.
-Ca c'est rien. Vous vous rappelez comment elle a fait exploser Japetson? On a du le ramasser à la cuillere et au torchon.
-Ouais, c'est vrai. En plus, Willis est toujours à l'infirmerie. Je me rappelle encore comment elle lui a arraché l'oeil avant de le dévorer.
-Puis y'a eu l'infirmière. Complètement éventrée.
-Vu la pourriture que c'était, on la regrettera pas. Vous vous rappelez quand on l'a chopée en train d'injecter des produits à un des patients? Le mec en a souffert pendant des jours.
-Z'etes vraiment des tapettes, les gars. Je vais vous la mater , votre monstre, tas de tafioles. ajouta l'infirmier, sur un ton moqueur
-Pauvre con, je vais te faire ravaler ta verve.
-Non, Adam, ARRETE.


Le choc de l’arrêt fût brusque et balança d'avant en arrière la tête de Pandora. Les yeux toujours fermés, elle entendit des bruits de pas lours et rapide, puis un bruit d'empoignade. Apparemment, l'autre infirmier avait envie de régler ses comptes. Quels idiots. Des vrais mâles en puissances, prêt à tout pour montrer qui à la plus grosse paires de couilles de tout l'Asile. Intérieurement, elle en souriait car cela allait lui donner l'occasion rêvée. Elle pouvait sentir le mou dans les chaines, et ce, depuis qu'on avait relevé la table de transport. Au vue du brouhaha et des paroles se mêlant dans une cacophonie du tonnerre, on devinait aisément que ces idiots étaient maintenant en train de se battre, à grand coup d'arguments sonnants et trébuchants. Tout cela pour toi, mon enfant. Quoi de plus enrichissant, direz vous.
C'était le moment ou jamais. Sortant alors de sa fausse torpeur, elle commençait à secouer les chaines et à se glisser à travers, alors que les gars ne faisait plus du tout attention à elle. Sa vulgaire tentative d'exceller Houdini était presque pitoyable mais au moins, cela fonctionnait et même les gardes de la salle de sécurité devaient être occupés à autre chose pour ne pas faire attention à ce qui se passait sur les caméras. Benie soit la sainte colère de l'infirmier Adam, car pendant qu'il distrayait l'assemblée, certainement occupée à le séparer de Caldwell, Pandora avait enfin les mains libres, les faisant dépasser de la camisole en prime. Cela lui donnait presque un look de fantome, comme dans ces films japonais pour adolescents attardés. Et l'avantage d'une camisole, c'est qu'elle ne ceinturait que le haut....Tu aurais pu t'enfuir, courir a toute jambe, mais cela t'aurait forcée à remettre ta vengeance à plus tard.
Tu voulais Caldwell maintenant...Et tu allais l'avoir, tandis que tu faisais face à le meute de mâle enragées.

"CALDWELL. JE VAIS T'ARRACHER LE VISAGE, IMMONDE VIOLEUR DEGUEULASSE."

Le hurlement mit tout le monde d'accord et tous se retournent vers l'origine du cri......alors que l'enfant les toisait de son regard de mutante, les traits déformés de son visage, si paisible en général, exhibant maintenant une expression de haine ultime. Sur le coup, le groupe manqua presque de regarder Caldwell d'un air coupable, mais il se focaliserent à nouveau bien vite sur le danger present devant eux.

-Comment s'est elle liberée? ADAM??
-Non, j'avais serré les chaines. Je vous jure que je les avais serrés.
-Ok, calme toi, Jennifer....Reste cool....Hein...Tu va te calmer, n'est ce pas.
-Et moi, je croyais qu'elle était torchée...POURQUOI ELLE N'EST PAS K.O?
-On lui a fait une injection. Elle devrait même pas tenir debout.
-Allez chercher le fusil les gars, ca va la calmer.
-Non, moi, je vais la calmer,
hurla Caldwell.
-Caldwell, FAIS PAS CA.


Trop tard car déjà l'infirmier trop sur de lui se rua sur l'enfant, matraque à la main de le but avoué de cogner déliberemment et avec beaucoup de plaisir la jeune enfant, qui esquiva assez facilement. Les autres infirmiers tentèrent d'intervenir mais il était déjà trop tard. Le coup maladroit porté par Caldwell permis à la jeune tueuse d'y trouver une accroche dont elle se servit pour grimper jusqu'au niveau de son visage avec une agilité rarement vue. Adam tenta vainement de l'extirper du visage de son collègue qui hurlait à l'aide. Les infirmiers auraient voulus frapper, tenter quelque chose mais ils eurent bien trop peur de blesser leurs collègues, déjà fort occupés.
Ce qui suivit fût fort perturbant car il y'eu un étrange bruit de succion, comme de la chair écrasée, suivi d'un hurlement de douleur, un cri mêlant à la fois douleur et peur. Adam recula alors de 2 pas et tomba en arrière lorsqu'il vit Pandora plonger ses doigts dans les orbites chauds et accueillants de Caldwell, qui tomba en arrière. L'impact fut se fit dans un bruit étouffée, sur le carrelage du couloir. Mais elle n'en resta pas là car elle plongea ses dents dans la chair du visage du jeune infirmier, toujours en vie, et dont les cris redoublaient de secondes en secondes. Aucune paroles, uniquement des actes, et une punition si méritée pour celui qui fût un de ses bourreaux à Arkham. Le hurlement fût encore pire lorsqu'il fut accompagné d'un bruit de chair arrachée. Puis les cris cessèrent et ne restait que le bruit de chair fraîche mastiquée par la jeune enfant. Ainsi mourut Rudolf Caldwell, infirmier qui aurait pu être promis à un grand avenir et dont le destin croisa par malchance celui d'une enfant déesse meurtrière.
Alors qu'elle plongea une dernière fois son visage au cou du jeune infirmier encore secoué de spasmes post-mortels, la meurtrière releva l'ensemble de son corps, dressant alors sa tête en poussant un hurlement qui n'avait absolument rien d'humain, un cri qui sembla durer des heures pour certains. Et alors qu'elle s'appreta à se ruer sur Adam et le groupe, quelque chose l'arreta soudainement.

Vif, violent et rapide, le coup de matraque avait été porté par l'un des gardes les plus connus de la prison, l'homme au crochet en personne: Aaron Cash, qui avait vu la scène sur une des cameras mais situé malheureusement trop loin pour intervenir avec son groupe. Le coup avait eu un impact tellement violent que l'enfant fût arrachée du sol avant de s'écraser dans le décor, la tempe ouverte. Lentement, le voile noir de la déesse de la nuit recouvrit les paupières de Pandora, puis enfin ses yeux....se laissant doucement aller à la torpeur. Jamais elle ne verrait Cash passer un sermon à l'assemblée, et jamais elle n'entendrait ce que Dax aurait à dire sur ce qui venait de se passer. Mais cela importait peu....car Caldwell et son âme vivaient maintenant en elle. Une âme parmi tant d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Entretien avec Jennifer Willis   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entretien avec Jennifer Willis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Carnet] Entretien Avec La Vierge
» Entretien avec un vieux
» Entrevue avec le DG des Bruins
» Entretien avec ma future baby-sitter [pv Charlotte]
» Des extraits d'un entretien avec Jean Erich René

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Security Buildings :: Centre pénitencier et psychiatrique d'Arkham-