RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Entretien avec Arnold Wesker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Entretien avec Arnold Wesker   Lun 22 Aoû - 23:28

Première séance avec Arnold Wesker. Son état de santé s'améliore selon les autres médecins, mais j'ai de nombreux doutes à cela. Le docteur Carver s'est montré trop coulant avec Wesker, et a permit à l'entité Scarface de reprendre ses hostilités habituelles. Ce cas de dédoublement de la personnalité est vraiment intéressant. Intéressant au point d'en faire une expertise personnelle. Notes du Docteur Arkham : Wesker peut jouer la carte de la faiblesse sénile. Se méfier de toute demande et refuser de lui donner le moindre outil pouvant tailler le bois.

Pour cette première consultation, j'ai dispersé trois marionnettes de Wesker. La poupée chiffon rigolote, monsieur Crapaud et Scarface. M'installant dans la chaise de mon bureau, je tire une bouffée de ma cigarette tout en regardant le dossier de Wesker. D'ici quelques minutes les gardes l'ameneront dans cette pièce. Suivant ces habitudes, Wesker bégaiera, il parlera terriblement bas et n'arrêtera pas de suer. Il fallait placer le vieil homme en confiance. Pour cela, Jeremiah avait fait amener deux lait fraise posés sur le bureau. Un pour lui et un autre pour le ventriloque. Histoire de parler tranquillement, sans dommage, sans provocation. Bien entendu, un garde restera. Arkham écrasa sa cigarette dans le cendrier et reposa délicatement le dossier de Wesker dans un tiroir de son bureau métallique.

A l'autre bout du couloir, deux gardes du genre patibulaire tapaient dans les jambes du vieux Ventriloque pour le faire avancer dans le bureau du docteur Jeremiah Arkham pour sa séance du Vendredi. Bien entendu, les deux gardes étaient de beaux salauds, qui n'hésitaient pas a cracher dans la soupe des patients, a prendre des photos d'eux nus sous les douches afin de les diffuser sur Internet, et parfois pire, les torturer à la façon "Lock Up" qui a laissé une trace éhonté dans l'asile. Un souvenir impérissable.
Le garde cogna à la porte.

- "Entrez !"


Hurla Jeremiah de l'autre côté de la porte. Les hommes placèrent Wesker sur le divan et s'en allèrent, attendant dehors les ordres du Docteur. Jeremiah s'approcha du vieil homme et posa délicatement une question.

- "Bonjour Arnold. Bien dormi ? Vous voulez un lait fraise ?"


Dit il en tendant le verre. Un sourire agréable sur son visage sévère de patriarche des fous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Arnold Wesker   Mer 24 Aoû - 0:52

Deux gardes firent entrer sans douceur aucune le vieux Wesker dans le bureau du directeur de l’asile. Toute cette violence, tellement inutile. Qui pouvait bien avoir quoi que ce soit à craindre d’un pauvre vieux bonhomme comme Arnold Wesker ? Mais il avait tellement l’habitude d’être maltraité que cela ne le faisait même plus réagir. Les menaces, les coups prodigués par les brutes qui servaient de gardes chiourmes résonnaient dans le vide. Quand on côtoie d’aussi près un monstre comme Scarface, les embûches que vous réserve la vie en paraissent moindre. Le docteur Arkham était là, un sourire aimable tranchait sa mine d’habitude si sévère. Il demanda à Arnold s’il avait bien dormi et lui tendit un verre de lait fraise. Arkham n’était certes pas le psychiatre le plus aimable de l’asile mais Arnold se sentait toutefois rassuré en sa compagnie, un sensation qui n’était que trop rare dans cette bâtisse maudite.

« Euh oui, docteur… je… n’ai pas à me plaindre. C’était faux, bien entendu. Mais Arnold Wesker n’était pas le genre d’homme qui vous confiait ses problèmes, ni le reste d’ailleurs. Oh je vous remercie, vous êtes bien aimable, dit-il en acceptant la boisson. Alors qu’il portait le verre à ses lèvres, son regard s’arrêta un bref instant sur une petite silhouette familière qui semblait le fixer d’un œil mauvais.

« Boisson de lopette pour une lopette ! »

Arnold manqua de s’étouffer. Cette voix ! Ce n’était pas possible ! Il ne pouvait pas être ici, pas lui !

« Eh ben, guignol, reste donc pas là ! Bouge tes vieilles fesses et viens m’aider à me relever ! »

Le Ventriloque se leva et se dirigea vers l’une des marionnettes qui avait été disposée dans le bureau, celle de Scarface.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Arnold Wesker   Mer 24 Aoû - 10:45

Jeremiah avait vu le coup venir. Il regarda donc le Ventriloque prendre la poupée de Scarface. Et avec un sourire, Jeremiah nota ce détail sur la feuille. Puis, il observa le vieil mettre sa poupée.

- "Pourquoi ce choix, Arnold ? Et si vous essayiez de ne pas répondre à son appel ? Et si vous en preniez une autre ?"


Dit il en désignant les deux autres poupées. Jeremiah nota plusieurs détails. Le choix de la poupée Scarface ? Appel souterrain de son Ça, le vieux Ventriloque n'avait pas fait énormément d'efforts. Mais au fond, cela ne montrait que, lorsque la poupée était à sa portée, une porte, celle de Scarface, cogne dans la tête de ce vieux malade.

- "Que vous dit Scarface en ce moment même Arnold ? Il vous insulte n'est ce pas ? Il vous rabaisse dans votre condition. Vous valez mieux que ça Arnold. Essayez de le combattre ! Ce n'est qu'en battant ce jouet, que vous reprendrez confiance dans votre vie."


Dit il avec un faible espoir dans la voix. Tout cela ne dépendait que du mental du Ventriloque. S'il faisait appel à Scarface, cela voudrait donc dire qu'Arnold a quitté le monde réel pour se réfugier dans le monde de l'oubli, laissant sa vie de côté pour un autre. Mais si Scarface apparaissait, il verrait bien de quel bois Jeremiah se chauffait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Arnold Wesker   Mer 24 Aoû - 22:54

Le Ventriloque tenait à présent Scarface entre ses mains. Mais en dépit des apparences, c’était bien la marionnette qui tenait Wesker. Jeremiah essaya de faire appel à l’amour-propre du vieil homme, à sa force mentale. Il disait que Scarface n’était qu’un jouet. Comme si cela pouvait être aussi simple. Bien d’autres avant lui avaient commis l’erreur de sous-estimer Scarface et tous l’avaient regretté amèrement. Scarface n’était pas humain, c’était un monstre, le mal à l ‘état pur. Et comme la mauvaise graine, il revenait toujours, impossible de lui échapper, la mort même semblait ne pas avoir de prise sur lui. Face à un tel être, Arnold Wesker le petit homme n’était rien. Courber l’échine était sa seule chance de salut, aussi dégradant que ça pouvait être.

« Vous ne comprenez pas, docteur, ce n’est rien comparé à ce dont il est capable. Croyez-moi, vous n’aimeriez pas savoir ce qui arrive à ceux qui lui manquent de respect.
- Tout juste, toubib ! Alors te mêle pas de ça si tu veux voir le jour se lever, capiche ? Guignol, où est mon flingue ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Arnold Wesker   Jeu 25 Aoû - 14:23

C'était maintenant Scarface qui parlait. Le Ventriloquisme était bien poussé chez ce patient. Maintenant, il fallait jouer avec la poupée. Hélas. Il annota sur la feuille, le mot "changement" en rouge. Avant de reposer le calepin. Le phénomène ne se manifeste que lorsque le sujet voit Scarface dans son champs d'action.

- "Il n'y a pas d'armes ici, Scarface. Vous êtes enfermé à l'asile d'Arkham. Jusqu'au moment ou Arnold Wesker serait entièrement guéri de sa maladie mentale."

Dit il en terminant abruptement. Il fallait maintenant questionner le pantin. Connaitre l'intérieur même de la chose, et exorciser le vieux Wesker de son démon intérieur.

- "Quels sont vos relations avec les autres patients ? Le Joker, Double Face, Le Chapelier Fou, Poison Ivy ? Comment vous les considérez ?"

Dit il en relevant ses lunettes, fixant le pantin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Arnold Wesker   Jeu 25 Aoû - 19:00

Pas de flingue, quelle plaie ! Et la pièce était gardée. Scarface se retrouvait donc coincé dans la même pièce que cet incapable de Wesker et ce psy à la noix. Vous parlez d’une perte de temps ! Une thérapie, mais ça, c’est bon pour les minables ! Comme si Scarface allait raconter ses problèmes avec sa mère, qu’il n’avait pas de toute façon. C’est bien simple, il n’avait même jamais été enfant. C’est pourtant bien lui et non Wesker que Arkham se mit à regarder dans les yeux avec un regard sévère, loin du respect mêlé de peur qui était dû à Scarface. Le docteur posa une drôle de question, sur ses relations avec les autres détraqués. Mais qu’est-ce que ça pouvait bien lui foutre à lui ou à qui que ce soit d’ailleurs ? Bon, si ça pouvait lui mettre les points sur le i à l’autre grosse tête.

« Oh, ça sent la thérapie de groupe ! Eh ben ça dépend, doc : des fois, on s’entend, des fois on se met sur la gueule et le reste du temps, chacun fait son truc de son côté. Le Joker, disons que je suis content que ce soit d’autres que moi qui l’aient dans les pattes. Sa pouliche est mignonne, rien dans la tête mais c’est normal. Avec Moite-Moite, c’est pas le grand amour, c’est pas un secret et avec le beau masque, cette crevure, c’est encore pire. J’ai pas vraiment de problèmes avec l’empaillé et le poseur de colles mais ils me saoulent à toujours étaler leur science. Le croco et chapi-chapo, ça peut aller. Ils sont pas à l’abri de faire une connerie mais les dingos, vous savez ce que c’est, doc. Les phénomènes de foire comme la plantureuse, pisse-froid ou le tas de boue, eux et moi, on joue pas dans la même catégorie. Je suis pas un super-vilain, je suis un truand et un pro avec ça. J’ai rien à faire avec tous ces fêlés dans cet asile pourri ! Je sais pas pourquoi tout le monde me met dans le même sac qu’eux mais je suis pas dingue, moi ! J’ai pas besoin d’un psy, j’ai pas de complexe d’Eddie ou je sais plus qui ni d’excuse bidon ! Je suis pas un de ces losers qui chouine que c’est la faute de la société ou à papa-maman ! Si je suis un truand, c’est parce que je suis fait pour être le boss ! Ça te va comme réponse, toubib, ou faut que je te fasse un dessin ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Arnold Wesker   Ven 26 Aoû - 13:03

- "Vous vous sentez comme un truand donc ? Vous estimez que vous devriez donc aller à BlackGate n'est ce pas ?"

Demanda t'il avec un air malin dans la voix. Jeremiah cherchait a déstabiliser son interlocuteur. Il annota quelques renseignements sur la fiche avant de passer à d'autres tests. Jeremiah allait donc continuer cette petite séance.

- "Vous avez surement entendu parler d'Arkham City, n'est ce pas Scarface ? Vous savez que vous serez relâchés au beau milieu de criminels de BlackGate et de pensionnaires de l'asile n'est ce pas ? Qu'allez vous donc faire quand vous serez dans l'enceinte ? Mobiliserez vous des troupes pour prendre cette partie de la ville ? Allez vous vous fondre dans l'oubli ? Serez vous tué ? A votre avis ? Faites moi confiance, Arnold, vous ne voudriez pas vous retrouvez au milieu de tirs croisés avec des gens plus dangereux que vous, essayez de vous libérez de Scarface, vous en êtes capable. Et peut être que ... Peut être que vous serez libérer à temps pour rejoindre le bon côté de la ville. C'est vous qui choisissez."

Jeremiah connaissait déjà la réponse du vieil homme, Scarface ferait tout à sa place. Le vieil homme était devenu le pantin dès le moment ou il avait mit la poupée dans sa main. Cet asile et ses pensionnaires donnaient du fil a retordre au pauvre descendant d'Amadeus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Arnold Wesker   Dim 4 Sep - 22:12

Scarface n’appréciait pas les insinuations du docteur. Comme si un caïd comme lui devait avoir quoi que ce soit à craindre de Blackgate ou de la rue.

« Je te vois venir, toubib ! Scarface n’a peur de personne ! Personne, t’entends ? ! »

Arkham essaya d’en appeler au sentiment de frousse de Wesker pour tout ce qui ressemblait de près ou de loin au moindre danger. Bien essayé mais peine perdue, personne ne pouvait espérer inspirer plus de peur au vieux Arnold que Scarface. Même Batman avait dû se rendre à cette évidence.

« Oh, je ne peux nier que la perspective d’être au milieu de tous ces criminels m’effraie, docteur, je ne suis qu’un homme des plus quelconques, après tout. Mais croyez-moi, tout cela n’est rien comparé à ce dont Mr Scarface est capable… Vous évoquiez Blackgate... Savez-vous que c’est là que tout a commencé ? Vous vous souvenez, n’est-ce pas, Mr Scarface ?
- Franchement, j’aimerais autant pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Arnold Wesker   Lun 5 Sep - 23:23

- "Bien ... Le patient retourne dans un état de soumission. L'entité Scarface ne peut donc pas être extraite de ce corps. Il faudra donc, Scarface, que vous établissiez une sorte de collaboration plus amicale avec monsieur Wesker. Vous savez, je pense que le fait que vous n'arrivez pas a vaincre Batman, est due au fait que vos deux esprits ne s'entendent pas. L'un veut la défaite de l'autre. Donc n'espérez pas battre Batman, a moins que vous en mettiez du votre pour vous soigner."

Habile petit jeu stratégique d'Arkham. Cela risquerait de faire exploser le couple Scarface-Wesker, histoire de voir ce que l'un pourrait devenir sans l'autre. Arkham devait cependant se méfier, le pantin était une belle saloperie, et Arkham se préparait la prochaine éventualité. Si tout tournait mal, les pantins de Scarface finiraient dans l'incinérateur, et le traitement serait poussé à bloc.

- "N'oubliez pas la fois ou Arnold avait un micro de Batman caché dans son papillon. la première bêtise de toute une série. Qu'en pensez vous ?"

Dit il, crayon dans la bouche, les yeux posés sur la marionnette démoniaque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Arnold Wesker   Ven 16 Sep - 23:13

La manœuvre d’Arkham était claire : il essayait de monter les deux personnalités l’une contre l’autre. Et ça aurait pu marcher s’il n’avait pas touché un nerf sensible : l’affaire à laquelle il avait fait allusion, Scarface s’en souvenait très bien seulement pas comme le médecin l’espérait.

« Hé, mélange pas tout, doc ! On t’a mal renseigné sur cette histoire, c’est moi qu’ai piégé Batman en utilisant son micro contre lui et pas le contraire. »

Eh oui, cette vieille histoire avait une valeur toute particulière aux yeux de vinyle du pantin : la fois où il avait pris Batman à son propre piège. Tous les autres s’étaient fait choper au moins une fois à cause d’un micro ou un traceur pourtant pas discret qui clignotait, placé au bon endroit. Mais le caïd modèle réduit avait prouvé qu’il fallait plus que des gadgets à la chauve-souris pour espérer lui river son clou. Oui, de ce coup-là, Scarface en était très fier et personne, non, personne, ne pouvait le lui enlever.

« Du reste, Mr Scarface, jamais je ne me permettrai de vous mettre dans l’embarras.
- Ca va guignol, on connaît la chanson. T’es trop lâche pour me trahir et pas assez malin pour me blouser. Tu veux savoir pourquoi je me coltine le vieux schnock, hein toubib ? Parce que comme tous les grands hommes, j’ai besoin d’un minable pour faire les tâches ingrates et sur qui me défouler, y a pas à chercher plus loin. Qu’est-ce tu vas me chercher avec tes histoires comme quoi il faut qu’on s’entende ? Je suis pas sa grande sœur ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Arnold Wesker   Mer 5 Oct - 16:58

- "Certes."

Dit il en tirant un trait dans la case "Régression" du bloc papier qu'il avait. Bien entendu, les soucis pour Arnold Wesker allaient continuer. On allait lui laisser sa poupée, mais on allait intensifier le traitement de manière radicale. Jeremiah détestait ce genre de pratiques, mais s'il fallait en passer par la ...

- "Vous connaissez Maxie Zeus et son appareil pouvant électrocuter, Arnold ?"

Le docteur eut un petit sourire cynique. Même si on était à Arkham, il fallait savoir que tous les moyens étaient bons pour calmer les ardeurs. Il fallait des résultats maintenant. Et cette fois, pas question d'échouer.

- "Le docteur Dax va s'occuper de vous, et vous soumettra à des électrodes. De plus en plus puissantes sur le crane pour calmer vos pulsions intérieures. Si vous ne voulez pas guérir par vous même, nous le ferons nous mêmes. Gardes !"

Les quatre gardes entrèrent dans la salle et emmenèrent donc le vieux bonhomme pour sa nouvelle thérapie. Au fond de son siège, Jeremiah soufflait. Trop de patients différents. Tous trop durs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entretien avec Arnold Wesker   Mer 5 Oct - 19:48

Le vieux Wesker se crispa quand le docteur Arkham mentionna la machine de Zeus. Il savait bien où le directeur de l’asile voulait en venir et l’idée le rendait pour le moins nerveux. Mais ça ne pouvait pas être pire que de subir la colère de Scarface. En somme, c’était perdant-perdant, il y a des fois comme ça où on ne peut pas gagner, tout au plus choisir le moindre mal. Arnold Wesker avait l’habitude, la résignation était un sentiment qu’il ne connaissait que trop bien.

« Bien, docteur dit-il tout bas, la tête baissée, si c’est ce que vous préconisez. »

Quatre gardes entrèrent et séparèrent le Ventriloque et son pantin de patron. Alors qu’on l’emmenait hors du bureau du directeur, le vieil homme ne put s’empêcher de jeter un dernier regard en arrière à Scarface.

« Allez-y, vous pouvez toujours essayer ! C’est pas avec une thérapie ou des électrochocs qu’on peut se débarrasser de moi ! Je suis Scarface, je peux tout encaisser ! Je reviendrai ! » grogna le gangster miniature entre ses dents.

Wesker se laissa escorter sans opposer la moindre résistance. Il était résigné à son sort, Scarface avait dit vrai, il reviendrait et personne ne pourrait le protéger de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Entretien avec Arnold Wesker   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entretien avec Arnold Wesker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entretien avec Arnold Wesker
» [Carnet] Entretien Avec La Vierge
» Entretien avec un vieux
» Entrevue avec le DG des Bruins
» Entretien avec ma future baby-sitter [pv Charlotte]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Security Buildings :: Centre pénitencier et psychiatrique d'Arkham-