RSS
RSS
lienlien
NEWS :

Ne manquez pas les deux derniers chapitres de Darkwatch, où s'affronteront Le Chevalier Noir et l'Empereur !

Clash of the Warriors & La Révolte

"Lors d'une rafle de la Ligue des Ombres, la Lignée décide d'intervenir et de massacrer les hommes de Ra's Al Ghul. Les habitants, excédés par la situation, décident de se révolter, avec le support de l'Empereur et ses troupes. Le G.C.P.D est dépassé et les justiciers n'ont d'autre choix que s'en mêler, Batman en tête."

(Petit aperçu des évènements en vidéo ici)


CREDITS

©PA Batty Epicode
©Les images utilisées appartiennent à leurs auteurs
©Les bannières ont été crées spécialement pour le forum Gotham City Rpg par Deimos Hellhammer
©Le contexte de ce forum est inspiré du Batverse, arrangé et rédigé par le Staff. Merci de respecter notre travail.




Partagez | .
 

 Entre Docteurs.(privé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Entre Docteurs.(privé)   Jeu 14 Juil - 23:30

Arkham...

Depuis la vitre ouverte de la camionnette, Crane observait l'imposant bâtiment, submergé par ses souvenirs. Il avait tout fait pour finir maître de l'asile et de ses moyens de recherche, mais ses collègues, trop heureux de leur paisibles retraites crurent bon de le rabaisser et de le licencier! Il avait effectué bien des observations alors qu'il s'introduisaient parmi les patients, allant même jusqu'à revêtir la camisole et dormir dans les mêmes conditions qu'eux. La nuit était tombée, le meilleur moment pour lui de sortir.

Dans Arkham City, les moissonneurs travaillaient, fauchant les sujets désignés par L'Épouvantail. Sur ses genoux, sa mallette ouverte contenait son masque. Fallait-il le mettre, fallait-il aller visage découvert face au docteur Elliott ? Tous connaissaient le surnom du docteur Crane, mais si tout partait de travers comme à chaque fois qu'il tentait la moindre chose hors de son laboratoire. Il enfila méthodiquement son masque, s'enivrant de L'Épouvantail. Il savait qu'avec ce masque il imposait la peur dans le cœur des hommes. Il aimait ce sentiment de supériorité, l'enivrante sensation d'instiller la terreur, les regards fuyants, les tremblements incontrôlables.

Il était devenu un symbole et devait toujours maintenir cette réputation. Comme Batman l'avait tenté, il avait maîtrisé les peurs de Gotham et des gens, honnêtes ou non. Mais ces efforts deviendrait vain s'il n'avait nul part où s'installer définitivement. L'asile était l'endroit tout indiqué, allié à un autre médecin qui comprendrait ses motivations, dans cette zone éloignée des lois et des hommes, plein de cachette, de matériel et de moyen de fuir, il pouvait devenir invincible.

Il avait hâte de retrouver les couloirs étroits, le carrelage qui étalait la lumière des néons à l'agonie, les patients qui cherchaient à traverser les murs pour lui échapper, la longue blouse blanche, les seringues métalliques qui pénétraient la chair avec une facilité presque effrayantes. Les cris, le son des camisoles que l'on resserrait lorsqu'un patiente devenait trop incontrôlable. Le concert des souvenirs et des émotions prit violemment fin avec le bruit du frein à main. Devant eux s'élevaient les haute grilles du bâtiment séculaire.

Il sortit avec une dizaine d'hommes, il aimait voyager avec une escorte depuis sa rencontre avec l'indien de Gotham. Tous armés, il surveillaient les alentour. Le docteur soupira d'aise. L'atmosphère fraîche et le vent qui balayait inlassablement l'endroit le remplissait d'extase. Il s'approcha de l'interphone et appuya.

"Asile d'Arkham?" fit l'interphone.

-Docteur Jonathan Crane, j'ai rendez-vous avec le docteur Thomas Elliott.

Un bruit strident retentit. Une sonnerie qu'il avait souvent entendue lorsqu'il était encore médecin en son sein. La large grille s'ouvrit lentement. Le groupe pénétra.

-Pas d'impair messieurs, lança Jonathan à ses infirmiers, nous ne sommes pas là pour faire la guerre.

Une fois en haut du perron, un gardien sortit et son visage blêmit à la vue des armes des visiteurs.

-Veuillez annoncer au docteur Elliott que son rendez-vous de 21h est arrivé, fit amicalement L'Épouvantail.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Docteurs.(privé)   Sam 16 Juil - 23:20

Des cris de douleur et d'effroi s'échappaient du secteur chirurgie de l'asile d'Arkham. Il semblait qu'il y ait pas mal d'agitation dans le bloc opératoire du docteur Elliott.
Une ombre se dessinait derrière la vitre de la porte, brandissant un instrument de chirurgien, avant de s'abattre, accompagné d'une longue plainte de ce qui semblait être l'actuel patient du docteur.

L'ombre se rapprochait et ouvrit la porte. Dans son encadrement se tenait Thomas, sa blouse maculée de sang. Il fît signe à deux infirmiers présents dans le bloc de s'approcher.

"Veuillez reconduire cet homme dans sa cellule, et veillez à ce qu'il ne se scarifie plus, par n'importe quel moyen!"

Le docteur Elliott retirait ses gants de latex, pour les mettre dans sa poche, et ajoutait:


"Une camisole renforcée devrait lui permettre de cicatriser plus rapidement..."


Le docteur commençait à se diriger vers les vestiaires, lorsqu'une annonce au micro résonna dans le bâtiment.

"Le docteur Elliott est attendu dans son bureau pour son rendez-vous de 21 heures."

C'est étrange, Tommy n'avait pas souvenir d'avoir un rendez-vous si tard dans la soirée. Il se dirigea vers les vestiaire et changeait de blouse, car l'odeur du sang commençait à l'entêter et à le rendre nauséeux. La lumière blanche et froide qui éclairait les lieux était aussi engageante que les cris des patients qui lui parvenaient aux oreilles. Le docteur commençait à se demander si le choix d'Arkham et de tous les dégénérés qui le fréquentaient étaient le meilleur choix pour assouvir sa vengeance...

Une fois changé, Tommy se dirigeait vers l'aile de l'asile abritant son bureau. Ses pas résonnaient dans les grands couloirs blancs de la battisse, croisant le personnel médical s'affairait à ses occupations.

Le docteur Elliott poussa la porte de son bureau, où une dizaine d'individus l'attendaient deja, dont la majorité en armes. Tommy marquait un temps d'arrêt, plutôt surpris par cette visite inattendue.

"Je suis désolé messieurs, mais je n'aurai pas assez de sièges pour tout le monde..." dit-il en s'installant sur son fauteuil derrière son bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Docteurs.(privé)   Dim 17 Juil - 13:43

L'on conduisit le docteur Crane et ses infirmiers au travers de l'asile. Les hurlements, les bruits de portes que l'on fermait avec violence, les coups de poings contre les portes en fer, le tout chapeauté par les néons à l'agonie, le carrelage délavé, les regards apitoyés et suppliants des patients. Après tant d'errance dans Arkham City, l'Épouvantail se sentait revivre. La porte qui avait vu tant de nom défilé fur enfin en vue. Le gardien, particulièrement tendu, leur ouvrit et les invita à rentrer avec une amabilité peureuse.

Jonathan prit le siège qui faisait face à son ancien bureau. Arkham avait quitté les lieux après les émeutes, probablement pour une bonne retraite où un asile plus tranquille sur la côte ouest. Ses hommes parcouraient les lieux du regard, observant les bibliothèques poussiéreuses et le sol entretenu avec les moyens du bord. La fenêtre donnait sur le jardin noirâtre rendu encore plus obscure par la nuit.

Enfin un homme apparut dans l'encadrement de la porte, il s'excusa du manque de chaises. L'Épouvantail se leva par politesse envers son hôte.

-Bonjour à vous docteur Elliott, fit-il. N'ayez crainte pour les places, mes infirmiers préfèrent rester debout.

Il tendit une main vers le propriétaire des lieux.

-Docteur Jonathan Crane, expert psychiatre spécialisé dans l'étude des phobies et comportements phobiques, avec de solides connaissances en pharmacologie, se présenta-t-il avec formalité. Pardonnez mon masque, mais dans Arkham City, deux précautions valent mieux qu'une.

Les infirmiers firent en cœur un léger signe de la tête pour saluer leur hôte. LE docteur Thomas Elliott n'était à l'origine un chirurgien si ses sources avaient été bonnes. Arkham avait subit un délaissement sans pareil depuis les dernières émeutes et la création de Arkham City fut le dernier clou de son cercueil. Cet homme était arrivé pour une raison parfaitement inconnue au docteur Crane dans un établissement où précisément la place d'un chirurgien n'était pas à pourvoir. Jonathan était en train de passer sans véritablement l'admettre une sorte de rendez-vous d'embauche.

-Je me suis permis de prendre une place dans votre emploi du temps que j'imagine très chargé afin de vous proposez mes services. L'actuelle situation d'Arkham City a provoqué la migration de nombreux médecins vers des horizons plus propices à leur carrière, mais ma vie à toujours été près de mes patients. Or, j'ai déjà été médecin au sein de cet établissement. J'aimerais donc récupérer ma place au sein de cette établissement en tant que médecin et récupérer si possible mon laboratoire où ma science pourrait être mise à bonne contribution.

L'Épouvantail fit une pause, laissant sa demande faire son petit chemin dans l'esprit de son hôte. Les infirmiers restaient silencieux, l'asile serait pour eux une situation préférable à la vie de bohème qu'ils vivaient. Si le docteur Elliott refusait, Jonathan Crane ne ferait rien au sein de l'asile, il valait mieux agir ensuite de façon plus stratégique, se faire des ennemis alors que la ville grouillait de justicier prêt à en découdre était une solution peu efficace.

-De plus, je me permet de souligner l'apport substantifique que je pourrait apporter à l'édifice, continua Crane en montrant ses hommes. Arkham City est devenue une jungle et le langage des armes est parfois le seul garant de la tranquillité, tout en sachant que mes quelques voyages au sein de la basse ville m'ont offert des alliés de poids et une certaine renommée au sein de la population. Qu'en pensez-vous?

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Docteurs.(privé)   Lun 18 Juil - 16:40

Thomas saisit la main tendue, et la serrait vigoureusement. Alors que le docteur Crane se présentait et lui exposait les raisons de sa venue, Tommy plongeait sa main dans l'un des tiroirs de son bureau, et en tirait une fiole métallique.

Décapsulant délicatement le bouchon glacial, il portait la fiole à ses lèvres, et ingurgitait une gorgée du liquide ambrée qu'elle contenait. Le courant brûlant que ressentait le docteur Elliott dans sa gorge lui procurait une sensation intense de plaisir et de soulagement.
Tommy rebouchait la fiole d'alcool et la replaçait dans son tiroir.


"Et bien, docteur Crane, tout ceci est intéressant, mais pourquoi vous présenter à moi masqué d'une toile de jute et accompagné d'une dizaine de vos infirmiers en armes? Me trouvez-vous menaçant à ce point, docteur? Ou bien les phobies de vos anciens patients vous tourmenteraient-elles?"

Tommy sourit à l'épouvantail. Plongeant son regard dans celui d'azur du docteur Crane, il cherchait à savoir si ces intentions étaient bien sincères.
Se perdant dans son regard, Tommy se sentait tombé. Complétement absorbé par l'épouvantail, un défilé de visions horrifiques remontant du passé le tirèrent de son absence. Thomas se plaquait à son siège, et reprit ses esprits rapidement, cachant sa réaction de peur panique à son hôte.


"Je ne vous cache pas que votre proposition ne manque pas d'arguments, docteur Crane, ainsi je vous offre donc l'opportunité de nous associer dans le cadre de nos recherches scientifiques et du traitement de nos patients."

Thomas se levait de son siège pour s'approcher de la fenêtre donnant sur les sombres jardins de l'asile. Il était encore quelque peu troublé par ces visions qu'il venait d'avoir il y a quelques instants seulement.

"Mais cette confiance que je vous accorde n'est pas sans contrepartie vous vous en doutez. Figurez-vous que j'ai un vieil ami d'enfance, que je n'ai pas revu depuis je ne sais combien de temps, qui habite Gotham. Bruce Wayne. Cela vous évoque-t-il quelque chose?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Docteurs.(privé)   Mar 19 Juil - 23:40

Le docteur Elliott se permit une plaisanterie. Il cherchait certainement à vaincre l'appréhension de discuter avec un homme entouré d'une dizaine d'homme alors qu'il était seul, ou peut-être un test, histoire de jauger de ses réactions. Toujours est-il que Crane fit ce qu'il savait faire de mieux, se taire et observer l'individu. Il but le contenud 'une fiole, peut-être un médicament, voire de l'alcool, dans un cas comme dans l'autre la dépendance était une chose dangereuse.

Le maître de lieux fut cependant très réceptif. Après une courte pause durant laquelle une atmosphère bien connu de Jonathan s'était installée, le médecin chef de l'asile autorisa le docteur Crane à rejoindre son équipe. Rien ne pouvait ravir d'avantage l'Épouvantail. Il allait bientôt retrouver ses anciens patients, son matériel de recherche et un bureau convenable duquel il ne devrait jamais fuir. Mais déjà le prix commençait à tomber.

A dire vrai, Jonathan n'était pas un admirateur de la confiance, n'ayant jamais eu la confiance de qui que se soit et n'ayant jamais dû faire confiance à autre chose qu'à ses compétences et ses faiblesses. Jonathan ne faisait pas confiance en ses infirmiers, mais savait qu'ils le suivraient tant qu'il leur offrirait de quoi survivre dans Arkham City, de surcroît, il les terrorisait. Il entendait souvent certains d'entre eux soupirer de soulagement lorsqu'il sortait, lorsqu'il s'isolait dans son laboratoire. Toujours seul, obligé de s'isoler, la situation à Arkham n'avait pas changé beaucoup de choses à son sujet si ce n'était les efforts qu'il devait faire pour rencontrer le reste des habitants, forger des alliance et jouer à un jeu dont il ne maîtrisait pas les règles mais les comprenait.

Enfin tonna un nom qui lui rappela peu de chose en vérité. Quelques images de presses de bas étages que lisaient des infirmières en rêvant à une vie meilleure et des paroles de radio d'infirmier en pause lui revenaient. Il avait fait une visite de l'asile un jour où il terminait un composé, on lui avait intimé l'ordre de ranger son bureau et de faire bonne figure alors qu'il aurait pu employé son temps de façon plus rentable. Cet homme n'était rien d'autre qu'un pauvre milliardaire orphelin qui se promenait avec des femmes plus belles les unes que les autres pour cacher l'aspect déplorable de son existence, comme un papier peint doré sur un mur pourrit de l'intérieur, c'était du moins ce que la jalousie lui avait fait pensé à l'époque et avec un certains recul, cela semblait la meilleure explication au phénomène. L'absence de complexe d'Œdipe...mais il s'égarait.

-Il faudrait être aveugle et sourd ou fraîchement arrivé dans Gotham (et encore) pour ne pas avoir entendu parlé du riche playboy. Je ne m'étonne pas qu'il puisse s'être entouré d'amis médecins ni que vous en fassiez partie. Ce qui m'étonne est de voir l'ami d'un homme aussi riche enfermé dans Arkham City. Où vouliez-vous en venir?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Docteurs.(privé)   Jeu 21 Juil - 19:10

Thomas écoutait l'épouvantail, l’œil toujours rivé sur les jardins ténébreux de l'asile . Au loin, les lueurs d'un incendie se reflétaient dans le ciel sombre et nuageux de cette soirée. Arkham city aurait pu prendre le nom de Chaos city. Comme dans le Berlin de la guerre froide, un côté de la ville attirait la population de l'autre côté du mur de la honte, ici justifié par la nation pour enfermer les criminels et autres hors la loi de Gotham, devenus bien trop nombreux dans cette cité décadente.

"Si je suis ici, c'est pour apporter ma pierre à l'édifice..."

Tommy n'allait pas dévoilé tout son plan à un parfait inconnu, du moins, pas tout de suite...

"Voyez-vous, ce n'est pas l'argent qui me motive. Je dispose depuis la mort de mes parents d'un patrimoine colossal. Ce n'est pas non plus le pouvoir qui me stimule. Non..."

Silence se retournait pour faire face à ses hôtes.

"J'ai besoin de retrouver ce très cher Bruce, mais malheureusement il vit de "l'autre côté". Et jamais je ne pourrais entrer dans Gotham sans un peu d'aide."

Tommy se souvenait de ce gigantesque mur monté entre les deux villes, gardé par une multitude d'USMC, prêt à tirer à vue à la moindre tentative de passage illégal de part et d'autre de la ville...

"M'aiderez-vous, docteur Crane?" dit-il en se penchant sur son interlocteur
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Docteurs.(privé)   Sam 23 Juil - 13:40

Le docteur Elliott restait évasif, mais semblait focaliser toute son attention sur Bruce Wayne, son ancien ami. S'ils étaient tellement amis pourquoi un simple coup de fil ne lui permettrait pas de le retrouver et de lui permettre de passer de l'autre côté? Non, le docteur Elliott lui cachait quelque chose et c'était de bonne guerre, lui même ne lui ayant pas soulevé l'intégralité de ses projets. L'homme était apparemment riche, ce qui favoriserait l'asile aussi bien que lui.

Il posa ensuite la fatidique question. Fallait-il l'aider à passer de l'autre côté? Une fois ce dernier à Gotham, Crane resterait ou seul dans l'asile avec ses hommes et ses armes ou avec lui dans Gotham et il pourrait recommencer une nouvelle vie...encore.... L'aider ne semblait pas impossible, mais nécessiterait une préparation plus longue qu'une discussion.

-Je vous aiderais volontiers, mais disposez-vous d'un plan pour faire une telle prouesse. Si jamais vous n'en aviez pas il nous faudrait au moins un mois avant de pouvoir vous faire passer. Les possibilités sont innombrables mais risquées et je vous rappelle que je ne suis pas un professionnel de l'évasion ou de toute autre opération. A la rigueur je pourrais vous fournir homme et matériel, mais si je devais aller sur le terrain je préfère vous prévenir que cela risque de vous handicapé plus qu'autre chose.

Crane avait assuré ses arrières sans vraiment le vouloir. Si les justiciers étaient parvenus à passer le mur, ils devaient le faire en usant de leur cabriole de cirque et de leur art gymnique, mais en aucun cas le docteur aurait pu se vanter d'en faire la moitié.

-Ce n'est naturellement pas un refus que je vous adresse, mais une vérité qui si les choses étaient autres ne serait pas. J'ai moi-même recherché des moyens durant mes premiers jours dans cette moitié de ville et en ai dressé quelques uns, mais les risques sont plus grands pour moi de partir de nouveau dans Gotham que de rester ici parmi mes anciens patients. De quoi exactement avez-vous besoin de votre côté?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Docteurs.(privé)   Lun 25 Juil - 17:41

Thomas se redressait lentement, avant de se rassoir à son bureau. L'épouvantail lui offrait une possible aide. Il n'en espérait pas tant...

Silence regardait chaque visage des hommes de main du docteur Crane. Des têtes de voyous, élevés dans la rue. Mais comme avec un animal, il fallait être craint pour être respecté. Et ça, Thomas le savait bien. Le docteur devait bien caché son jeu sous ses airs avenants et précieux. Thomas passait sa main dans ses cheveux roux, tout en réfléchissant à la réponse qu'il allait apporter à son interlocuteur. Sa présence en ville était si récente et la surprise de retrouver Gotham divisée en deux était si grande que le docteur se trouvait plutôt pris au dépourvu...


"Je n'ai pas de plan encore bien précis, docteur, mais votre soutien en personnel et en matériel change radicalement la donne. Soyez assuré que j'apprécie cette entraide, cher confrère. J'irai faire un repérage dès que possible le long de cette muraille antidémocratique, et je vous exposerai mon projet..."

Alors que le docteur Elliott discutait avec son homologue, une annonce à son interphone le coupait.

"Docteur Elliott, une urgence dans l'aile patient difficile. Un patient vient de tenter de s'égorger..."

Thomas appuyait sur le bouton de l'interphone et répondit:

"Nous y allons. Merci..."

Alors qu'il se relevait et qu'il se dirigeait vers la sortie de son bureau, il s'adressa au docteur Crane:

"Si vous voulez bien me suivre, docteur Crane, vous pourrez me montrer l'étendue de vos talents avec cet homme une fois que je l'aurai recousu. J'en profiterai pour vous montrer votre nouveau bureau..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Docteurs.(privé)   Jeu 28 Juil - 23:51

Parcourir de nouveaux les longs couloirs de l'asile ravit Crane qui se sentit pousser des ailes. Le docteur Elliott pratiqua ses soins envers le patient avec une dextérité assez peu commune chez les simples psychiatres. Un infirmier donna au docteur Crane le dossier du client pour préparer son petit "examen". C'était un patient de longue date dans l'asile, il avait connu son passage, ainsi que celui de son prédécesseur et semblait s'être tranquillement caché dans sa cellule lors des émeutes. Un homme prudent certes, mais victime d'hallucinations auditives, des "voix" qui lui disaient quoi faire en cas de problème. Elle semblait lui avoir conseiller un geste auto-destructeur, une envie d'attirer sur lui l'intention? et si oui, pourquoi?

L'homme se remettait lentement de son opération et un examen à chaud n'aurait porté aucun fruit. Le docteur Newman l'avait pris en charge, un idiot comme Jonathan en avait peu rencontré. Persuadé de toujours tout savoir, il avait très tôt remis en cause ses méthodes et avait souvent préconisé au conseil d'administration un licenciement dans les règles. Mauvais médecin et mauvais esprit. Il devait se terrer dans Gotham espérant que l'Épouvantail l'ait oublié, mais sa vengeance le toucherait tôt ou tard.

Une fois le patient parfaitement calme et remit de ses émotions, le docteur Elliott autorisa le petit test. Jonathan le fit transféré dans une salle d'observation dotée d'un miroir sans teint, salle qui servait souvent à l'observation par des étudiants de l'art d'un homme expérimenté en la matière. Deux infirmiers avec des masques à gaz qui pendaient à leur ceinture, une arme à la main installèrent le patient, toujours dans sa camisole sur une chaise en métal froid. devant lui, il n'y avait rien d'autre qu'une table collée à un mur et une chaise vide. Jonathan enleva son masque et le rangea dans sa veste. Il vérifia sa coiffure et remit ses lunettes.

Il ferma sèchement la porte et fit légèrement sursauter le patient.

-Bonjour Irwin, commença le docteur en entrant dans le champs de vision du patient. Je suis le docteur Jonathan Crane.

Sitôt le nom entendu, le souvenir du visage froid du docteur ressurgit d'un passé que le patient eut préféré définitivement révolu. Son front commença à perler de sueur froide. Il tenta d'articuler quelques mots, mais sa bouche s'ouvrait et se fermait sans qu'aucun son n'en sorte.

-V...vous...vous êtes....parti, articula-t-il finalement.

-Je vois que vous vous souvenez de moi Irwin, c'est une bonne chose, complimenta froidement Crane.

-J...je veux le docteur Newman, fit-il en regardant le sol.

-Le docteur Newman n'est pas disponible pour le moment, se contenta de répondre Jonathan.

-M'en fiche, je l'attendrais, bouda-t-il.

Newman avait tissé des liens étroits avec la plupart de ses patients, considérant qu'ils étaient pour la plupart plus réceptif lorsqu'ils pensaient parler à un ami, Jonathan préférait laisser la barrière docteur/patient afin qu'ils prennent conscience de leurs problèmes et les affrontent. Le laxisme de cet idiot portait aujourd'hui ses sombres fruits.

-Aujourd'hui je m'occuperais de vous Irwin.

-Newman est mon ami, pas vous.

-Vous savez ce qui arrive lorsque l'on me contrarie? demanda Jonathan en fixant le crâne de son patient.

Il releva vivement sa tête, le corps prit d'un tremblement incontrôlable.

-Pourquoi vous êtes vous tranché la gorge? demanda Crane sans lui laisser le temps de répondre de vive voix, sa réaction répondant d'elle-même.

-Je pensais que ça me libèrerait.

-De quoi?

-De l'asile, des cris, du noir...

L'atmosphère de la pièce était d'une froideur sans pareille. Les infirmiers qui restaient derrière le patient craignaient plus les réaction du docteur que celle de l'innocent entravé par sa camisole. Le pauvre homme tremblait et cherchait à fuir le regard du docteur, regard qu'il avait maintes fois croisé lorsque l'on refermait sa porte de sa cellule, celui qu'il voyait jadis lorsqu'il tournait son visage vers ses camarades qui se mettaient à hurler à la mort. Ce regard qui hantait les nuits et les couloirs de l'asile, celui que l'on voyait juste avant ses pires cauchemars.

-Le docteur Newman était votre ami?

-Oui.

-Qu'en est-il des voix?

-Elles sont parties...

-Quand?

-Je ne sais plus vraiment...

-Essayez de vous souvenir, était-ce après ou avant mon départ?

-Je ne sais plus...

-Le docteur Newman a-t-il pu observer leur départ?

-Non.

-Comment avez-vous survécu aux émeutes?

-Je me suis caché dans le bâtiment.

-Où?

-Les caves.

-Et votre nyctophobie?

-...

-Les voix vous ont-elles aidé?

Il secoua la tête positivement, les yeux au bord des larmes.

-Le docteur Newman avait noté dans ses rapports vos propos sur leur disparition et il vous a cru. Vous lui avez menti?

Il hocha plus lentement de la tête comprenant son erreur.

-Elles ne sont jamais partis?

-Si, mais elles sont revenues.

-Quand?

-Après que vous soyez parti.

-Et pourquoi sont-elles revenues?

-Elles n'avaient plus peur de vous.

-Est-ce qu'elles t'ont poussé à te trancher la gorge?

-Oui, elles vous ont vu arriver dans l'asile avec votre visage de peur.

-Tu sais ce qui arrive lorsque l'on me mend n'est-ce pas?

-S'il vous plaît, elles me disent de ne...

-Ces voix te conduisent aux pires erreurs Irwin. T'ont-elles une seule fois bien conseillée?

-Pitié.

-L'autorité ne doit jamais être bafouée et tout entorse doit être punie, tu le sais très bien.


L'homme commença à vouloir enlever sa camisole et se débattait. Les infirmiers connaissaient la lueur dans le regard de leur supérieur, une lueur de sadisme scientifique, cette étincelle de supériorité que son esprit nourrissait face à ceux qui laissaient leur esprit fuir la r&alité. Ils mirent leur masque à gaz et saisirent le patient qui commençait à s'agiter et à crier à l'aide, à la pitié, à ses voix de l'aider.

Crane n'avait pas encore mis son masque et regardait l'homme avec un détachement proche de l'indifférence. Il soupira face à l'incompréhension du patient.

-Les voix ne t'aideront pas, fit-il calmement. Un jour tu le comprendras. Il est temps que ton mensonge soit puni. Tu ne dois rien me cacher est-ce clair? Je sais lorsque tu me mens.

Il tira de son masque de sa veste. Les yeux du patients s'écarquillèrent à l'idée de réaffronter ses pires peurs. Lorsque l'Épouvantail lui fit face de toute sa hauteur, il pleurait les larmes de terreurs les plus sincères que Jonathan ait pu observer. Il tendit son bras.

-C'est pour ton bien Irwin.


Un nuage brunâtre enveloppa le patient qui inhala une bonne partie de ce dernier. Ses cris se muèrent en un hurlement bestial et les infirmiers peinèrent à la maintenir, il tentait de se laisser tomber, de se secouer de tout côté.

-La Lumière!!!! Où est la Lumière!!!! Pitié pas l'Épouvantail!!!

Jonathan sortit au moment où deux autres infirmiers vinrent pour maîtriser l'homme en proie à ses pires peurs. Il rejoint ensuite le docteur Elliott.

-Je préconise maintenant un alitement sanglé complet dans le noir total, porte parfaitement close, le docteur Newman la laissait ouverte avec uniquement la grille pour laisser filtrer la lumière du couloir, mais il ne pourra faire de pas en avant sans passer par une phase de combat, sa volonté doit se réaffirmer,
expliqua-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Docteurs.(privé)   Mar 2 Aoû - 22:17

Tapis derrière la glace sans teint, le docteur Elliott observait avec attention et fascination l’œuvre du docteur Crane. Les micros crachaient avec peine l'intégralité de la discussion qu'il tenait avec son patient. L'horreur que Thomas pouvait lire dans les yeux de cet homme lui glaçait le sang. Alors que le docteur Crane le rejoignait, les lèvres de Tommy s'ouvrirent.

"Docteur Crane, c'est...c'est prodigieux...." articulait-il

"Comment...comment faites-vous pour déclencher cette peur viscérale chez vos patients? Serait-ce le masque?"

Les idées fusaient dans l'esprit du docteur Elliott. Avec les méthodes du docteur Crane et sa fortune personnelle, Thomas pourrait se retrouver à la tête d'une armée capable de renverser l'ordre établi. Bruce Wayne ne serait plus qu'un souvenir insignifiant dans les mémoires collectives.

"Va pour l'alitement dans le noir complet. Vous pouvez le faire emmener par vos hommes." dit-il

Silence se dirigeait vers la sortie, et invitait le docteur Crane à le suivre.

Les deux hommes déambulèrent dans les longs couloirs froids et blafards de l'asile d'Arkham, avant de stopper net leur progression devant la porte d'un bureau resté trop longtemps inoccupé.


"Je vous présente votre nouveau cabinet. Je vous affecte également le laboratoire de recherche au fond du couloir..."

Thomas tendit une main amicale au docteur Crane, allait-il accepter cette offre plus qu’alléchante?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Docteurs.(privé)   Jeu 4 Aoû - 8:17

Sa petite démonstration avait porté ses fruits et le docteur Elliott jugeait à leurs justes valeurs ses compétences. Il faisait montre de curiosité et d'intérêt, cela faisait bien longtemps que l'on ne lui avait montré autant d'égards. L'Épouvantail se sentit pousser des ailes et commença à expliquer au docteur certaines subtilités de son art. Mais avant il allait exécuter avec plaisir l'autorisationdu médecin. Il se retourna vers deux de ses infirmiers.

-Emmenez donc Irwin dans sa cellule,
fit-il. Alitement complet dans le noir, n'oubliez-pas.

Puis il alla étancher la soif de savoir de son futur collaborateur.

-Le masque sert en quelque sorte de catalyseur. L'Épouvantail fait partie des grandes figures de peur de la psychée commune, les patients sont donc plus enclins à faire resurgir leurs phobies sur une telle image. Ensuite, viennent mes produits pharmacochimique. Certains patients n'ont parfois pas besoin d'eux pour être effrayé, mais la plupart mettent ensuite un visage sur leur peur, histoire de les rendre plus supportable et surtout ciblé. Dans les derniers temps d'un traitement par exemple, l'un de mes patients avaient réussit à focaliser toutes ses peurs en moi, ne craignant plus les scorpions comme au commencement de notre thérapie, mais moi. Il était beaucoup plus coopératif après cela lors de nos séances. Mais ce qu'il faut surtout c'est trouver la faille sous le l'apparence désorganisé ou trop organisé de leur esprit. La plupart du temps, il suffit de regarder dans leur passé.

Le docteur fit en pause en voyant ses hommes saisir le patient dont les cris étaient atténués par la vitre. Puis il sortit avec le docteur Elliott et marcha un peu dans les couloirs de l'asile.

-La peur docteur est un puissant médicament, mais qui peut être catastrophique si on l'emploie sans connaissance. Prenez le Batman par exemple, il répand la peur mais ne la maitrise pas, beaucoup de mes anciens patients étaient particulièrement traumatisés par leur rencontre et finissaient par sombrer dans la démence la plus totale. Je serais ravi de reprendre mes fonctions au sein de cet établissement.


Ils s'immobilisèrent devant un bureau poussiéreux, mais dans peu de temps il retrouverait des couleurs plus supportables. A ce moment précis, Jonathan compris qu'il avait fait le bon choix en revenant à Arkham. Un bureau, un titre, un laboratoire, que pouvait-il demander de plus? Il répondit avec tout la chaleur dont il était capable en répondant à sa poignée de main.

-C'est un plaisir de revenir à l'asile docteur Elliott.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Docteurs.(privé)   Sam 13 Aoû - 22:43

Le docteur Elliott avait bu les paroles sans discontinue du docteur Crane. Sa science n'avait rien de la médecine traditionnelle qu’exerçait Thomas. Ces méthodes peut orthodoxes fascinait Tommy au plus haut point. Puis le docteur Crane parla du Batman. Thomas en avait déjà entendu parler lorsqu'il était à Métropolis. Un cinglé qui se déguisait en chauve-souris géante pour jouer au gendarme et au voleur dans les rues de Gotham city... Tommy se perdit dans sa réflection. Lui dissimulait bien son visage derrière des bandes, et le docteur Crane se cachait derrière un sac de jute, alors pourquoi un autre n'en ferait-il pas de même?

Tommy serra la main au docteur Crane avant de le laisser prendre ses quartiers dans son nouveau bureau. Arpentant les couloirs de l'asile d'Arkham, Silence songeait au moyen de reconstruire le casino dont il avait fait "l'acquisition". Engagé des hommes de mains serrait bénéfique, et en plus d'assurer la sécurité des lieux, serait un coup de pouce non négligeable pour le coup d'éclat qu'il comptait faire pour rejoindre l'autre partie de Gotham.

Arrivé devant la porte de son bureau, Silence poussa la clé dans la serrure et tourna cette dernière. Un clic se fît entendre, et la porte s'ouvrit dans un grincement lugubre, rapidement étouffé par le cri d'un patient, certainement en pleine thérapie avec le docteur Crane. Le docteur Elliott pénétrait dans son officine et récupérait une malette dans un de ses placards. Il la posait sur son bureau et l'ouvrit. A l'intérieur, des liasses de billets de 100 dollars s'alignaient. Tommy sourit, et referma la malette. Il allait acheter sa tranquilité.

Thomas sortit de son bureau et le referma à clé. Il se dirigeait vers l'entrée de l'asile, où sa vieille cadillac rouge l'attendait. Les lourdes portes de bois s'ouvrirent et en bas des marches se dessinait son bolide. Un coup de démareur, et le V8 s'ébroua. Le pot d'échappement crachait un nuage de fumée noire, avant de se dissiper. Enclenchant la première, Silence se dirigeait vers la grille de fer ornant l'entrée de la propriété, pour aller s’encanailler dans les bas fonds d'Arkham city...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Entre Docteurs.(privé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre Docteurs.(privé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Café entre amis [Privé]
» Batailles d' eau entre tagada à la cerise ( privé avec ma Jenny)
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Gotham City RPG ::  :: Security Buildings :: Centre pénitencier et psychiatrique d'Arkham-